Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Entre déboisement, boisement et reboisement, deux siècles d’histoire des forêts belges (1750-1950)

Pierre-Alain Tuilier

Texte intégral

1Au tournant des xviiie-xixe siècles, la forêt est soumise à un traitement de choc. Enjeu de nouveaux défis dans une société en mutation, elle subit les pressions et le feu croisé de différents acteurs, dont les principaux sont les maîtres de forges, les usagers, l’État, les marchands de bois, les agriculteurs et les spéculateurs fonciers. Mais comment déterminer les responsabilités de chacun et l’ampleur de certains phénomènes tels, par exemple, les déboisements, boisements et reboisements, si l’on ignore ou si l’on est mal renseigné sur les fluctuations de la superficie forestière ? L’étude des modifications de la couverture forestière constitue par conséquent l’une des étapes majeures de toute recherche désireuse d’aboutir à l’identification des facteurs qui influencèrent l’histoire de la forêt belge contemporaine.

  • 1 Carte de cabinet des Pays-Bas autrichiens levée à l’initiative du comte de Ferraris 1771-1774, 12 (...)
  • 2 G. Despy, « Les opérations des artilleurs de Ferraris dans le comté de Namur en 1772-1773 », Annal (...)
  • 3 Ce constat a déjà été établi par divers auteurs en comparant la carte de Ferraris et la situation (...)

2Dans cette optique, un relevé exhaustif des superficies et de la localisation précise de l’ensemble des bois et forêts existant à la fin de l’Ancien Régime manque cruellement. Aussi le caractère incomplet des sources disponibles ou répertoriées a-t-il forcé la plupart des auteurs à utiliser la carte de Cabinet de Ferraris, levée entre 1771 et 17741. Malgré quelques imperfections, négligeables lorsque l’on souhaite obtenir une idée globale de la situation, la carte de Ferraris offre une vue d’ensemble relativement fiable de la localisation des bois et forêts telle qu’elle se présentait dans la seconde moitié du xviiie siècle2. Une rapide comparaison entre cette dernière et une représentation de la situation actuelle suscite deux remarques essentielles : d’une part, l’étendue forestière était moindre qu’actuellement et, de l’autre, les grands traits de la répartition des forêts - à l’exception notable de la Campine - étaient déjà relativement semblables à maintenant, seules les densités différant3. L’Ardenne et surtout la Campine étaient moins boisées qu’actuellement, tandis que le Hainaut, le Brabant, le Condroz et les Flandres présentaient une densité forestière plus élevée. Dans le cas des Flandres, il semble même que l’on ait assisté à un changement de place, à un glissement dans la localisation des superficies boisées.

I. Un bilan à la fin du xviiie siècle

3Un examen plus détaillé de la carte de Ferraris livre quelques éléments supplémentaires : le littoral s’y distingue par l’absence totale de bois, mais immédiatement derrière la zone côtière, entre autres dans les polders au nord-ouest de Bruges, on trouve de petits bois feuillus. La première bande boisée importante traverse les Flandres depuis les environs d’Ypres jusqu’au Pays de Waas : la densité forestière y est plus importante qu’aujourd’hui. La Campine se signale par un paysage très découvert, pauvre en bois. Une seconde bande boisée, parallèle à la première, s’étend du Tournaisis à la Hesbaye humide. Les bois et forêts y sont beaucoup plus nombreux et étendus que de nos jours. Ceux-ci ont disparu en grand nombre à l’image d’une partie importante de la forêt de Soignes. Le sillon Sambre-et-Meuse est nettement plus boisé que de nos jours. La Hesbaye sèche présente un taux de boisement qui semble déjà relativement proche de celui d’aujourd’hui. La Lorraine belge ainsi que les parties occidentales du Condroz et de la Fagne-Famenne étaient alors davantage boisées, tandis que les parties occidentales de ces deux dernières régions l’étaient moins. L’Ardenne présentait une moins grande densité forestière qu’actuellement. Les massifs boisés, mités par une multitude de clairières, y offraient une configuration extrêmement morcelée.

4Sur la base de plusieurs relevés d’époque et de documents légèrement postérieurs on peut raisonnablement penser qu’à l’époque où Ferraris dressa sa carte la superficie des forêts atteignait de 520 000 à 550 000 ha et se répartissait de la manière suivante entre les différents types de propriétaires : 75 000 ha pour les forêts domaniales, 170 000 ha pour les forêts communales, 210 000 à 230 000 ha pour les forêts des particuliers laïcs, 65 000 à 75 000 ha pour les forêts des institutions ecclésiastiques.

  • 4 D’après les données officielles, sauf pour 1750.

Évolution générale de la superficie forestière xviiie-xxe siècles4

Évolution générale de la superficie forestière xviiie-xxe siècles4
  • 5 Sur l’évolution générale des forêts voir M. Deveze, Histoire des forêts, Paris, PUF, 1965 ; M. Dev (...)

5La localisation similaire des forêts à deux siècles de distance n’empêche pas l’existence de différences sensibles entre la représentation cartographique réalisée par Ferraris et la distribution actuelle des forêts. Elles résultent des interactions entre données naturelles et humaines. Écosystèmes complexes, les forêts et leur organisation dépendent de multiples facteurs « naturels » et leur évolution, depuis l’apparition de l’homme sur terre, s’est trouvée de plus en plus étroitement liée aux pressions exercées par les facteurs d’origine anthropique5.

  • 6 Si l’on s’en tient aux grandes subdivisions, la Belgique compte près de 27 types de sols différent (...)

6Parmi les principaux facteurs naturels qui influent sur l’existence ou la non existence des forêts et la distribution des essences, le climat et le sol, dont dépendent la température, l’altitude, l’ensoleillement, la pluviosité et les caractères physiques des sols (acidité, profondeur, humidité, charge caillouteuse...), sont assurément les plus décisifs en la matière. Or la Belgique, sur un territoire restreint et qui ignore pourtant les zones montagneuses, offre une diversité étonnante, qu’il s’agisse des polders de la bande côtière, des zones sableuses et sablo-limoneuses des Flandres, des limons du Brabant et de la Hesbaye, des cuestas de la Lorraine belge, des sols schisto-gréseux ou des tourbières de l’Ardenne6. Par conséquent, il serait illusoire de décrire une forêt belge totalement homogène et clairement identifiée, puisqu’à cette diversité des sols correspond celle de la flore et de la faune. Il existe plusieurs types de forêts plus ou moins semblables ou dissemblables en fonction des régions et des sous-régions géographiques. Les détailler serait fastidieux. Aussi convient-il d’en rester aux trois ensembles identifiés au début du xixe siècle, à savoir : la Basse Belgique (soit les Polders, la Flandre sablonneuse, la Flandre sablo-limoneuse et la Campine) où les espaces forestiers sont généralement peu étendus et composés de bois de faibles dimensions ; la Moyenne Belgique (soit le Hainaut, le Brabant, le Hageland, la Hesbaye) aux bois plus pré sents et de plus grandes dimensions ; la Haute Belgique (soit le Condroz, la Fagne-Famenne, l’Ardenne et la Lorraine belge) où les forêts se trouvent majoritairement concentrées et généralement de grandes dimensions. Il s’agit bien entendu d’archétypes car ces ensembles forestiers abritent de nombreuses variantes puisqu’ils ont été depuis longtemps façonnés par divers facteurs humains locaux et régionaux d’abord, nationaux et internationaux ensuite.

  • 7 Cl. Bruneel, F. Daelemans, M. Dorban, Ch. Vandenbroeke, « Population et subsistance dans l’espace (...)

7Négligeable durant de nombreux millénaires, l’activité humaine a progressivement réduit l’influence des facteurs naturels et modelé les forêts, leur répartition, leur composition, leur structure et leur organisation, jusqu’à en devenir pratiquement la seule responsable. Les facteurs anthropiques qui entrent en ligne de compte sont évidemment nombreux et interdépendants, et il est délicat d’en distinguer les principaux. Néanmoins, le premier de ceux-ci et le plus important semble être la densité humaine. À titre d’illustration, au cours des deux derniers siècles, la population est passée d’environ 2 000 000 habitants en 1784 à 3 500 000 en 1815, 4 337 196 en 1846, 7 423 784 en 1910, et 10 309 725 au1er janvier 20027. Cette évolution a affecté le mode de possession du sol (propriété de type communautaire ou privé...) et le mode et l’état de développement de l’agriculture. Est-il besoin de préciser que les répercussions à court et à long terme d’une culture itinérante, d’une culture sur brûlis, d’une culture de type intensif ou extensif, des différents modes d’assolement et des types de jachères ne sont évidemment pas identiques ? L’état de développement de l’économie - c’est-à-dire son degré d’autarcie ou d’ouverture, la répartition de la main-d’œuvre entre les différents secteurs (primaire, secondaire, tertiaire, quaternaire...) et la composition de ceux-ci - tout comme celui des infrastructures (les villes et les zones d’habitat et d’industrie, les voies et les espaces de communication et d’échanges tels que les ports, les canaux, les routes et les aéroports) tiennent aussi un rôle non négligeable et contribuent à expliquer les réorientations de production et la répartition des espaces ruraux. L’état des connaissances en matière agronomique et sylvicole et leur diffusion constituent également un facteur extrêmement important. Il influencera les rendements des cultures agricoles et forestières et déterminera la réussite ou l’échec des projets envisagés, qu’il s’agisse de nouvelles techniques de gestion et d’exploitation ou de l’introduction d’essences non indigènes.

8Tout aussi essentielle est l’action de l’État qui, en fonction des époques et des modes, en fonction des doctrines politiques et des théories économiques, s’en tiendra à une politique tantôt plus libérale tantôt plus interventionniste, l’une comme l’autre entraînant des répercussions sur la définition du rôle et les moyens accordés à l’administration forestière. C’est encore via l’État que les attentes et les demandes des citoyens et des groupes de pressions influencent la législation et les directives données à l’administration. Face ou aux côtés des pouvoirs publics, les propriétaires privés jouent un rôle essentiel. Gestionnaires de la majeure partie de l’espace rural, ils sont les principaux responsables des déboisements et des reboisements qui furent entrepris depuis deux siècles.

  • 8 Voir A. Corvol, P. Arnould, M. Hotyat (dir.), La Forêt, perceptions et représentations, Paris, L’H (...)

9Le rôle de l’historien, du géographe, de l’agronome..., qui s’attaque à l’histoire de l’espace rural ou des espaces forestiers apparaît également comme un facteur déterminant. Bien entendu, il joue moins sur l’état et l’évolution des forêts que sur la perception que l’on peut en avoir, suite à leurs travaux. Conditionnés par leurs a priori, leur vécu et leurs expériences, leurs attaches sociales et politiques et, parfois, l’envie d’établir des modèles explicatifs théoriques qu’ils collent trop rapidement sur une réalité qui, ne pouvant réagir, se laisse trop facilement manipuler, ils construisent une mémoire ou une image du passé plus qu’ils ne conservent celui-ci8. Et pourtant, jusqu’à présent ces différents facteurs n’ont guère été mis en évidence dans les grandes synthèses consacrées à l’histoire de la forêt belge contemporaine. La plupart des auteurs se sont limités le plus souvent à aborder son évolution par le biais des renseignements statistiques fournis par le cadastre ou par les recensements généraux de l’agriculture. À partir de ces derniers, ils distinguent des périodes plus favorables ou défavorables aux forêts et expliquent les fluctuations de leur surface en fonction des cycles de haute ou de basse conjonctures traversés par l’agriculture. Les vagues de déboisement correspondent alors à des périodes de hausses des prix des céréales, tandis que les boisements et reboisements résultent de périodes de bas prix agricoles. Le défrichement des bois n’est justifié que par la mise en culture, par la conversion du sol forestier en sol agricole. Ce faisant, ces auteurs réutilisent un schéma ancien et réducteur qui veut que l’extension de l’agriculture ne puisse s’opérer qu’au détriment des forêts et inversement. C’est ignorer que la forêt possède une dynamique qui lui est propre et, surtout, nier ou sous-estimer son importance économique. C’est pourquoi notre étude vise à établir le bilan des déboisements, boisements et reboisements réalisés en Belgique entre 1750 et 1950 et s’attardera sur les données cadastrales et statistiques car, jusqu’à présent, hormis quelques précautions d’usage, personne n’a vérifié leur degré de fiabilité.

II. De la réalité des chiffres

  • 9 La lenteur des travaux n’interféra que fort peu sur l’évaluation de l’étendue agricole comprise au (...)
  • 10 H. Van Der Haegen, « L’utilisation du sol en Belgique et son évolution depuis 1834 sur la base des (...)

10À la suite de nos recherches, il est clair que l’utilisation des données cadastrales doit s’effectuer avec prudence. En effet, la succession des régimes politiques - français et hollandais - et l’instabilité politique qui présida aux premières années du jeune État belge se répercutèrent sur la réalisation du cadastre qui, commencé en 1808, ne sera terminé qu’en 18439. Cette situation est extrêmement dommageable. Les quelques décennies qui séparent le début des travaux de l’achèvement de ceux-ci rendent les données hétérogènes et posent le problème de leur mise en œuvre ; d’autant que cet ensemble vieillit rapidement par suite des retards dans la mise à jour de cet instrument fiscal. Les modifications dans l’affectation des sols de certaines parcelles, la conversion des bois défrichés en terres agricoles, entre autres, n’étaient pas toujours enregistrées. Au moment de leur publication, les données cadastrales sont déjà surannées. Elles fournissent en quelque sorte une image paysagère traditionnelle et figée de l’utilisation des sols10.

  • 11 Nous nous intéresserons aux seuls recensements qui comportent un volet bois et forêts, c’est-à-dir (...)
  • 12 J. Gadisseur, Le Produit physique..., op. cit., p. 136.
  • 13 J. Gadisseur, Le Produit physique.op. cit., p. 121 et ss.
  • 14 Il faudrait nuancer quelque peu ce jugement. Certains arrondissements ne sont pas concernés par ce (...)
  • 15 Voir O. Tulippe, « L’homme et la forêt tempérée en Belgique », op. cit., p. 157-259 ; E. Clicherou (...)

11La situation n’est guère différente pour les recensements généraux de l’agriculture11. Il est d’ailleurs admis que les résultats des recensements comportent une sous-estimation ; qu’elle peut être fort importante et dépasser parfois 10 à 15 % ; qu’elle varie de province à province et de recensement à recensement12. S’ils offrent théoriquement une marge d’erreur plus large que celle acceptée pour les résultats des opérations cadastrales, les recensements pris séparément possèdent quelques avantages dont celui de présenter chacun des résultats uniformes, collectés suivant une méthode unique et dans un laps de temps relativement court. Cependant on décèle de grosses lacunes chez certains notamment le recensement de 1846, où les bois de moins de 5 hectares appartenant aux communes et aux établissements publics n’ont pas été recensés, et pour celui de 1866 qui apparaît à tous égards comme le plus médiocre des recensements effectués en Belgique au xixe siècle13. L’utilisation d’une méthode de collecte des informations radicalement différente de celle du recensement de 1846 mena à l’échec et constitue, ou plutôt, devrait théoriquement constituer un obstacle insurmontable à sa comparaison avec le précédent. De plus, les superficies forestières n’ont pas été correctement indiquées. Deux provinces riches en bois, celles de Luxembourg et de Namur, sans oublier la province de Limbourg en cours de boisement, sont fortement touchées par les omissions. Plusieurs dizaines de milliers d’hectares de bois et forêts n’ont pas été comptabilisés, ce qui rend les chiffres du recensement pratiquement inutilisables14. Malheureusement, personne n’avait pris la peine de lire entièrement le recensement agricole de 1866, ce qui en a masqué les incohérences. Le fait est d’autant plus important que l’histoire des forêts belges a pratiquement toujours été écrite sur les bases des chiffres fournis par les recensements15. C’est tout un pan de l’historiographie traditionnelle qui s’écroule : il n’y a pas eu de diminution notable de la superficie forestière entre 1846 et 1866.

12S’il n’y a pas de remarques particulières à effectuer pour les recensements de 1880, 1895 et 1910, il faut déduire environ 33 000 hectares des chiffres fournis par les recensements de 1929 et de 1950. Ces 33 000 hectares correspondent aux forêts des territoires d’Eupen-Malmédy récupérés après la Première Guerre mondiale.

13Ces quelques considérations montrent que les données « officielles » de certains recensements ne peuvent plus être utilisées telles quelles. Aussi à côté de celles-ci, nous proposons une série corrigée. Cette dernière a pour effet entre autres d’atténuer les écarts. Entre 1846 et 1929, il n’y a pas de fluctuations notables de la superficie forestière totale. Il n’y a pas ou plus de fièvre notable des déboisements avérée au niveau des chiffres. Cette tendance se trouve par ailleurs confirmée par les résultats des nombreux dépouillements de fonds d’archives effectués tant au niveau de la propriété publique qu’au niveau de la propriété privée.

Évolution des superficies forestières sur la base des données procurées par les recensements

Recensements

Données officielles (ha)

Données corrigées (ha)

1846

485 666

500 000 – 520 000

1866

434 596

470 000 – 490 000

1880

489 423

489 423

1895

521 495

521 495

1910

521 215

521 215

1929

541 140

507 635

1950

600 899

567 394

III. La question des déboisements

14Il n’y a pas, à la fin du xviiie siècle et durant le xixe siècle, de politique de déboisement au niveau des forêts communales, et le partage ou la vente des biens communaux comptent peu en la matière car, le plus souvent, ils s’appliquent aux communaux non boisés. Toutefois, ces ventes et partages ont des répercussions indirectes, à court et à long terme, sur cette politique. Il y a tout d’abord un effet induit vraisemblablement non désiré par les milieux gouvernementaux, à savoir que la cession des communaux entraîna une réduction des possibilités de pâturage et, par conséquent, une augmentation de la pression exercée par le bétail sur les bois des alentours. Ensuite, dans un premier temps, des particuliers pourraient avoir valorisé leurs parcelles par le boisement tandis que d’autres préféraient les livrer à l’agriculture. Dans un second temps, la faible dimension de ces parcelles, voire leur éloignement par rapport au village ou encore la pauvreté des sols, sans oublier leur morcellement rapide, favorisèrent dans certaines régions l’abandon progressif de celles-ci, et leur rachat et boisement – pour celles qui n’étaient pas boisées – en grand nombre par de gros propriétaires forestiers dans le courant du xixe siècle.

  • 16 Pour le territoire qui correspond à celui des provinces méridionales du royaume des Pays-Bas (1815 (...)
  • 17 P.-A. Tallier, La vente des forêts domaniales des provinces méridionales du Royaume des Pays-Bas p (...)
  • 18 Cet important transfert de capital ligneux bénéficie en partie aux membres de la noblesse, mais au (...)

15On ne constate pas non plus de politique de déboisement mise en œuvre par les forestiers domaniaux. Cependant, un autre phénomène doit être signalé pour ses effets indirects : l’aliénation des forêts domaniales. Longtemps jugé responsable de la vente des forêts domaniales, le régime français doit en être innocenté. En effet, si quelques biens forestiers confisqués aux institutions religieuses et aux émigrés sont vendus après 1795, les forêts sont généralement préservées de la vente et se trouvent finalement réunies au domaine de l’État par le décret impérial du 12 octobre 1809. De la sorte, plus de 60 000 hectares ont intégré les bois domaniaux dont le total passe d’environ 75 000 hectares à plus de 138 000 hectares16. En réalité, le grand responsable de la régression des forêts domaniales n’est autre que le souverain des Pays-Bas Guillaume Ier. En moins de quinze ans, par différentes mesures, il renverse la clé de répartition entre les forêts publiques et les forêts privées : les premières passent de 60 à 40 % de la superficie totale, les forêts domaniales tombent progressivement de 138 000 hectares à 26 985 hectares17. Dans un premier temps, le roi restitue quelques biens placés sous séquestre et offre une dotation de près de 1 083 hectares de bois domaniaux au duc de Wellington. Dans un deuxième temps, aux prises avec d’importantes difficultés budgétaires, il fait procéder à la vente des boqueteaux domaniaux (moins de 1 000 hectares). Dans un troisième temps, il confisque les forêts domaniales des provinces méridionales au profit de deux institutions créées afin de réaliser ses ambitions et placées sous son contrôle : la Société Générale et le Syndicat d’Amortissement. La première se voit dotée de 28 008 hectares des plus belles forêts domaniales du royaume, tandis que la seconde est chargée de privatiser les 100 000 hectares de forêts domaniales restant. Entre 1825 et 1829, plus de 69 000 hectares sont vendus18. Sans le déclenchement de la Révolution belge, il est probable que toutes les forêts domaniales auraient connu le même sort. Ce n’était d’ailleurs que partie remise car, après un temps d’arrêt, le gouvernement belge poursuit les aliénations systématiques des biens domaniaux dans le but de dégager des moyens pour amortir la dette flottante. Environ 8 103 hectares de forêts domaniales sont aliénés entre 1845 et 1855.

  • 19 Voir la loi du 8 juillet 1858, l’arrêté royal du 13 décembre 1858, et les lois des 5 juillet 1860, (...)
  • 20 Voir J. Dubois, « Le domaine royal de Ciergnon », Silva Belgica, 1994/2, p. 15 et ss.

16Après 1855, le gouvernement met un terme à sa politique d’aliénations massives. La superficie totale des forêts domaniales n’en continue pas moins de régresser en raison de ventes et échanges réalisés avec des particuliers ou des communes, mais surtout avec l’aboutissement de procédures en cantonnement des droits d’usage19. Entre 1855 et 1895, ces ventes et échanges – qui concernent environ 1 200 hectares – et les cantonnements de droits d’usage - qui portent sur environ 3 000 hectares – retirent quelques 4 200 hectares aux forêts domaniales. Leur contenance totale est ainsi ramenée à environ 25 000 hectares. Le minimum historique est atteint car, à partir de 1897, le gouvernement reconnaît la nécessité de reconstituer le domaine forestier de l’État. Des fonds sont débloqués à cet effet. En douze ans, 7 343 hectares de forêts et terrains destinés au boisement sont acquis, auxquels il faut ajouter les 7 000 hectares légués par le roi Léopold II (Donation royale)20. Au seuil de la Première Guerre mondiale, les forêts domaniales couvrent près de 40 000 hectares.

Évolution de la superficie totale des forêts domaniales 1785-1910

Évolution de la superficie totale des forêts domaniales 1785-1910

17En ce qui concerne les forêts privées, on constate une double tendance tout au long des xviiie et xixe siècles. Si certains propriétaires continuent à boiser et à reboiser, d’autres déboisent. Il semble que la tendance aux déboisements l’emporte et qu’elle s’accentue avec la vente des bois domaniaux. Les nouveaux propriétaires et quelques spéculateurs, souhaitant rentabiliser leurs investissements, choisirent de réaliser rapidement le capital ligneux et de convertir leurs forêts en terres agricoles destinées à la culture des céréales, des plantes maraîchères, de la betterave, ou en pâtures pour l’élevage du bétail. Ce fut le cas pour la dotation Wellington qui sera entièrement défrichée, ainsi que pour une grande partie des bois de la Société Générale.

  • 21 À ce propos, Wittamer considérait que plus de 100 000 hectares de forêts avaient été renversés ent (...)
  • 22 Sur les reboisements effectués, voir R. Bonjean, Essai sur la question du défrichement des landes (...)

18Il serait néanmoins excessif d’attribuer tous les déboisements à la seule agriculture. L’industrialisation et l’urbanisation, soit directement, soit indirectement, exercent une forte pression sur les terres agricoles et forestières : c’est tout l’espace rural qui régresse. Il faut toutefois éviter de verser dans l’excès21 et relativiser ce phénomène. Les déboisements restent limités et progressifs. Tous les acquéreurs de forêts domaniales, loin s’en faut, ne se livrent pas au déboisement ou à des exploitations « abusives ». Pour preuve, quelques années plus tard, bien des forêts aliénées par le Syndicat d’Amortissement sont dans un meilleur état qu’au moment de leur vente car maints acquéreurs étaient déjà propriétaires forestiers et exploitèrent les coupes conformément aux règles qu’ils avaient toujours observées. D’autres, sidérurgistes, tanneurs, propriétaires de mines de houille..., contraints d’acquérir des bois pour s’assurer un approvisionnement futur, s’initièrent aux règles de la sylviculture moderne, s’essayèrent à la restauration des terres incultes et forêts dégradées, et posèrent, avec quelques grands propriétaires traditionnels, les premiers jalons du renouveau forestier qui se marque dans nos régions à partir de la seconde moitié du xixe siècle22. Les contingences économiques du moment dictaient l’aménagement des forêts comme elles l’avaient fait à plusieurs reprises par le passé. Gageons qu’en l’absence de débouchés industriels (forges, verreries, tanneries, potasse, charbonnages...), les défrichements de bois appartenant à des particuliers auraient été plus nombreux.

IV. Les boisements et reboisements

  • 23 Sur cette question voir V. Antoine, Un siècle de sylviculture en Belgique, Louvain, 1929 ; F. Gobl (...)
  • 24 Voir Défrichement des bruyères et autres terres incultes. Circulaire du Ministre de l’Intérieur du (...)

19La question des boisements et reboisements est fortement liée à la mise en valeur des terres incultes et à la propagation des essences résineuses23. Le problème de la mise en valeur des terres dites incultes est ancien et avait été à Tordre du jour sous les régimes espagnol, autrichien, français, puis hollandais, sans grands résultats. Il resurgit vers 1843, lorsque le ministre de l’Intérieur Nothomb ouvre une enquête officielle sur le sujet24.

  • 25 Moniteur Belge, 27 mars 1847.
  • 26 J. A. Henroz, Quelques observations sur le projet de loi de défrichement. Note adressée au Sénat e (...)

20Cette initiative suscita moult réactions... car près de 333 423 hectares, principalement situés en Ardenne et en Campine, étaient concernés. Dans les discussions portant sur le projet de défrichement des terres incultes, la forêt apparaît cependant comme un élément secondaire, un pion dans la partie d’échecs que se livrent les partisans du libéralisme économique, du « laissez-faire, laissez-aller », et les tenants de l’interventionnisme. La loi du 25 mars 184725 sur le défrichement des terres incultes voit les premiers triompher des seconds. Elle permet au gouvernement, sous certaines conditions, de forcer la vente des incultes appartenant aux communes. Certes, le gouvernement instaure des structures d’encadrement qui donnent aux communes les moyens de valoriser leurs bruyères probablement pour apaiser ceux qui remarquaient que cette loi ne contenait pas de dispositions contraignantes à l’égard des particuliers qui détenaient, à la même époque, près de la moitié des terres incultes du Luxembourg26.

  • 27 Houba, « Conversion des taillis simples en taillis sous futaie et en futaie », dans Compte-rendu d (...)
  • 28 Des semis réalisés en pépinières auraient donné de meilleurs résultats. La leçon sera retenue car (...)

21Les résultats de cette loi et du courant de spéculation qui poussait à la conversion des terres incultes mais également des terres forestières en terres agricoles se firent attendre, du moins en Ardenne, où l’opposition au défrichement mais également au boisement (enrésinement) était forte : la vente des genêts et bruyères y rapportait d’importantes recettes aux communes. Bon nombre d’administrateurs communaux, par intérêt personnel, refusaient ou freinaient le défrichement ou le boisement de terrains incultes parce que ceux-ci servaient au pâturage de leurs bestiaux ; l’aversion des cultivateurs pour le résineux, qui supprimait tout pâturage et donnait une litière médiocre, était profonde27. En sus, l’effet d’entraînement était nul, plusieurs échecs ayant été enregistrés à cause d’une préparation du sol insuffisante, parce que les semis de pin réalisés à l’aide des graines distribuées par l’État (1844-1849) avaient déçu28, parce que l’on avait donné la priorité à la mise en culture alors que certaines terres ne pouvaient être valorisées que par le boisement. En Campine, par contre, la résistance à la vente des communaux fut moindre et des particuliers se constituèrent d’importantes propriétés.

  • 29 Dès le départ, des considérations avaient été émises dans ce sens. Voir Province de Liège. Rapport (...)
  • 30 Voir Province de Luxembourg. Du reboisement..., op. cit., p. 130-132.
  • 31 D’après V. Antoine. Il pourrait s’agir d’une erreur due à la mauvaise retranscription du chiffre p (...)
  • 32 Province de Luxembourg. Du reboisement..., op. cit., p. 144.
  • 33 Voir Pasinomie 1862, 3e série, t. XLIII, Bruxelles, 1862, p. 294-295 ; Province de Luxembourg. Du (...)

22Dans le sud du pays, la situation commence à changer quand on constate que le boisement constitue le principal moyen de valorisation29. L’opération, jusque-là dirigée par des membres du ministère de l’Intérieur, passe alors à l’administration des Eaux et Forêts (1856) qui reprend la gestion des pépinières récemment créées - après l’échec des distributions de graines et semences – et fournit gratuitement, en quelques années, entre 14 190 00030 et 54 000 000 de plants31 – surtout des résineux car ils étaient très demandés32 – aux communes mais également aux particuliers. La primauté du boisement sur la mise en culture sera clairement énoncée dans l’exposé des motifs de la loi du 8 août 1862. Elle vise l’exemption des frais de gardiennage pendant dix ans pour les terrains vagues reboisés à l’initiative des communes33.

  • 34 À l’époque, les plantations se font généralement à un mètre (10 000 plants hectares). Dans certain (...)
  • 35 Les graines utilisées pour les reboisements semblent provenir essentiellement de Suède et d’Allema (...)
  • 36 On note la plantation de chênes d’Amérique par Dellafaille (Mick, Anvers), Warocqué (Courrières), (...)
  • 37 « Quelle levée de boucliers contre les hommes prévoyants qui ont entrepris le boisement de certain (...)
  • 38 A. Visart, Ch. Bommer, Rapport sur l’introduction des essences exotiques en Belgique, Bruxelles, 1 (...)

23On a parfois exagéré l’impact de ces différentes mesures. Songeons par exemple que les 54 millions de plants fournis, en admettant que ce chiffre soit exact, ont permis au maximum le reboisement de 5 400 hectares avec une densité moyenne de 10 000 plants l’hectare34. Il est vrai que ces initiatives ont créé une dynamique et participé à la modification lente des mentalités. Les distributions de plants ont, entre autres, contribué à accélérer la propagation des essences résineuses – particulièrement en Ardenne – qui, en 1890, occupent 118 060 hectares35. Les principaux artisans de la vague résineuse sont les particuliers (99 100 hectares entre leurs mains en 1890). Ceux-ci semblent avoir très vite perçu les avantages que procuraient les résineux pour valoriser les landes et bruyères ou les bois dégradés. Les efforts entrepris par quelques propriétaires privés ne peuvent être passés sous silence. Grâce aux expérimentations réalisées par les régisseurs du duc d’Arenberg, par le comte de Limburg-Stirum, par le comte Amédée Visart de Bocarmé, par le baron Raphaël de Sélys-Longchamps, par Ernest Orban de Rossius, par Joseph et Paul van Zuylen, etc., les spécificités et qualités de différentes essences exotiques36, résineuses en particulier, furent mieux connues. Précurseurs, ils rencontrèrent les difficultés inhérentes à leur démarche empirique ainsi que les railleries des éternels sceptiques37. À côté de belles réussites, ils connurent des revers importants. Songeons aux 350 000 mélèzes plantés, de 1854 à 1862, par le comte Philippe de Limburg-Stirum, dans son domaine de Saint-Jean, près de La Roche, dont il ne restait en 1907 que deux survivants38.

24Le secteur public suivra plus tardivement, probablement parce que l’enrésinement des bois et vagues communaux et domaniaux était totalement dépendant de la disparition – de la réduction – des droits d’usage, de l’essartage et du pâturage en particulier.

Évolution des superficies plantées en résineux 1890-1910

1890

1895

1910

État

2. 30 ha

3 600 ha

10 520 ha

Communes

13 960 ha

22 580 ha

40 300 ha

Établissements publics

2 670 ha

3 950 ha

4 670 ha

Total bois soumis

18 960 ha

30 130 ha

55 490 ha

Particuliers

99 100 ha

120 590 ha

114 900 ha

Total

118 060 ha

150 720 ha

170 390 ha

25S’il ne faut pas rejeter toute influence des cycles agricoles sur l’évolution de la superficie forestière, il convient d’expliquer les transformations constatées depuis le milieu du xviiie siècle en les replaçant dans le contexte des profondes mutations socio-économiques nées de la révolution industrielle. L’urbanisation, l’industrialisation, la poussée démographique exercent une formidable pression sur l’espace rural et entraînent une modification des équilibres entre ses différentes composantes. Les dernières bonnes terres encore couvertes de bois sont progressivement défrichées, tandis que les forêts gagnent lentement sur les terres vaines et vagues. Sensible depuis la seconde moitié du xviiie siècle, ce phénomène est renforcé par la mise en vente des forêts domaniales. Dès lors, le véritable problème n’est pas tant celui de la stagnation, voire de la lente régression de la superficie forestière, que celui de l’augmentation considérable des besoins en produits ligneux. N’oublions pas que la forêt, grâce au charbon de bois, mena au seuil de la révolution industrielle et, par la suite, continua à jouer, parfois sous des formes inattendues, un rôle économique de premier plan pendant quelques décennies, avant de passer la main.

26Depuis des siècles, l’homme façonne la forêt en fonction de ses besoins et intérêts, avec pour résultat la mise en place d’une forêt artificielle ou aménagée et l’éviction de certaines essences au bénéfice d’autres. C’est ainsi qu’au début du xixe siècle, le chêne est devenu l’essence dominante ; il est cultivé majoritairement en taillis pur par les particuliers, en taillis sous futaie par les forestiers domaniaux. Polyvalent, il procure le charbon de bois nécessaire aux forges, verreries et autres établissements industriels, les écorces pour les tanneries, le bois d’agriculture et de construction, le bois de marine. Quoi que certains aient pu écrire, l’utilisation croissante de la houille, dès la fin du xviiie siècle, ne signifia pas la diminution de la consommation de bois. Au contraire, malgré les difficultés conjoncturelles, puis structurelles, de la métallurgie au charbon de bois, les produits ligneux restent indispensables et sont activement recherchés, d’autant que se développent ou apparaissent de nouveaux marchés, tel celui du bois de mines pour l’approvisionnement des charbonnages ou celui des traverses pour les chemins de fer. Une quantité d’autres industries, utilisatrices ou consommatrices de bois comme la masse des ruraux, dépendent toujours en tout ou en partie de la capacité de production des étendues boisées.

27Après avoir participé pleinement au processus de développement industriel de nos régions, la forêt dut néanmoins jeter le gant. Longtemps soumise aux pressions humaines, elle s’était en effet dangereusement réduite et l’exiguïté des superficies qui lui étaient réservées ne lui permettait plus de fournir les quantités de bois toujours croissantes réclamées par le commerce et l’industrie. Par ailleurs, la tendance au raccourcissement des périodes de révolution des coupes, qui avait jusque là prévalu, empêchait la production de bois de fortes dimensions en grand nombre. Le régime hollandais, et le roi Guillaume Ier plus particulièrement, ont eu un rôle décisif dans cette évolution. En privatisant la plus grande partie des forêts domaniales, le gouvernement perdit définitivement la possibilité d’influer sur la production ligneuse et réduisit à néant la politique forestière menée durant la période française. En effet, les Français ne s’y étaient pas trompés, eux qui avaient réuni au Domaine les forêts confisquées aux institutions ecclésiastiques ainsi qu’aux émigrés et s’étaient signalés par une gestion conservatrice dans la ligne de l’Ancien Régime. Il est vrai qu’ils se présentaient comme les héritiers d’une longue tradition sylvicole remontant à 1669 et craignaient que le bois de marine, matière stratégique dans le contexte des guerres de la République et de l’Empire, ne vint à leur manquer. Le roi Guillaume Ier, par contre, fut peu sensible à cet argument. Souverain d’un pays côtier peu boisé, situé aux embouchures de l’Escaut, de la Meuse et du Rhin, et largement ouvert aux importations de bois depuis plusieurs siècles, la question forestière ne lui apparaît pas fondamentale. Il est probable que cette conviction fut renforcée par la situation qui prévalait en Angleterre, pays où il résida durant dix-neuf ans. Voilà pourquoi il choisit de privatiser les forêts domaniales, les meilleures servant à la constitution du capital de la Société Générale et les 100 000 hectares restant devant être vendus par le Syndicat d’Amortissement. Indépendamment du fait que cette opération déboucha sur un fiasco financier, elle perturba considérablement le marché du bois. En concurrence avec les spéculateurs et les porteurs d’un projet industriel, financier, politique ou de prestige, les acquéreurs habituels des coupes de bois des forêts domaniales n’obtinrent pas toujours les lots nécessaires à leur survie et disparurent. Ce n’est pas le seul bouleversement. Parmi les centaines de nouveaux propriétaires forestiers aux intérêts et aux objectifs diamétralement opposés, bien peu étaient motivés par la production de bois et la pérennité des forêts. Pour beaucoup, essentiellement préoccupés par la chasse, la gestion – quand gestion il y a – se continue de manière traditionnelle sans souci des mutations en cours et des modifications quant à la demande.

28La politique forestière des révolutionnaires belges ne différa guère de celle de l’autocrate qu’ils ont renversé. Après un répit bien involontaire d’une dizaine d’années, l’aliénation des forêts domaniales reprend. Suit alors, entre 1840 et 1880, une période relativement difficile pour les espaces forestiers. Sous le triple effet de l’augmentation de la consommation de bois, de l’insuffisance voire de l’inadéquation de la production indigène à la demande, et de l’amélioration des voies de communication, les importations de bois étrangers provenant de Scandinavie et d’Europe orientale se font de plus en plus massives. Des hommes éminents en profitent pour préconiser le défrichement des bois et forêts et leur transformation en terres agricoles jugées offrir de meilleurs rendements. Dans cette optique, les espaces forestiers deviennent inutiles : les progrès technologiques les rendent d’autant plus superflus que les importations de bois étrangers paraissent satisfaire la totalité de la demande intérieure. À ce propos, l’Angleterre, précocement déboisée, est souvent citée par ces néo-physiocrates, persuadés de la justesse de leurs vues. Dans ce contexte difficile où la production ligneuse indigène perd tout intérêt aux yeux de nombreux contemporains, les espaces forestiers furent menacés de disparition totale. S’ils y échappèrent, c’est en grande partie grâce au maintien des droits d’usage et à la pratique de la chasse. Précisons qu’à l’époque les préoccupations écologiques, déjà perceptibles, ne jouent qu’un rôle mineur.

***

29Confrontés aux cours de plus en plus erratiques des produits ligneux, dus notamment aux importations, à la spéculation, à la modification des pratiques agricoles, à la disparition progressive de l’essartage, à l’abandon définitif de l’utilisation du charbon de bois comme combustible industriel et au remplacement des écorces à tan par des produits tannants étrangers, les propriétaires privés intéressés à la gestion de leurs biens durent admettre que la période de gloire du taillis simple à courtes révolutions était terminée. Ne pouvant se résoudre à l’idée que la forêt dut abandonner sa fonction de production pour ne garder, éventuellement, qu’une fonction de protection ou une fonction d’agrément et de loisirs, certains d’entre eux, faisant preuve d’un empirisme à toute épreuve, initièrent de nouvelles pistes qui allaient profondément transformer la sylve. Tant la localisation de cette dernière que le régime, la constitution et la nature des peuplements furent touchés. L’on assista au boisement des terres incultes, au développement de l’expérimentation des essences exotiques et particulièrement des essences résineuses, à l’augmentation progressive de la productivité par la conception d’une gestion efficiente basée sur une sylviculture rationnelle, axée sur la production de bois d’œuvre et d’industrie.

30Face à la crainte séculaire, savamment entretenue, de la disparition ou de la dégradation des espaces forestiers, constatons qu’aujourd’hui cette forêt malade est étonnement productive et qu’elle n’a probablement jamais été aussi étendue depuis le milieu du xviiie siècle. Une redistribution s’est opérée entre les différentes régions, mais il apparaît nettement que les grands traits de la répartition des forêts n’ont pas été fondamentalement modifiés depuis deux siècles. De manière constante, les déboisements ont été surestimés tandis que l’on a longtemps ignoré ou sous-estimé l’importance des reboisements. Mais les preuves existent. La société industrielle ne tarit pas les bois. Elle force à les réaménager. Le plus bel exemple est probablement celui des résineux. Au début, ces derniers servent à mettre en valeur des terres incultes telles que les fagnes, les fanges et bruyères. Ils s’élèvent là où la terre est sableuse, nue ou dégradée et, le plus souvent, remplacent de maigres chênes et bouleaux clairsemés. Lorsque le sol est trop pierreux ou rocailleux, des mannes de terre sont déversées au pied des plants, et partout, afin de favoriser leur croissance, une dose d’engrais est ajoutée, pratique que les propriétaires ont eu le tort de négliger depuis lors. Sans l’introduction des résineux qui permirent d’augmenter la production ligneuse, furent utilement utilisés dans les charbonnages et favorisèrent la restauration des sols, il est certain que les forêts n’auraient pas atteint l’essor actuel. Inutile de chercher à savoir s’il eût été préférable de sauvegarder nos bruyères, fanges et fagnes, dont l’intérêt biologique n’est assurément pas négligeable. Nos préoccupations ne sont pas celles du xixe siècle. Il faut replacer les événements dans leur contexte.

Notes

1 Carte de cabinet des Pays-Bas autrichiens levée à l’initiative du comte de Ferraris 1771-1774, 12 vol., Pro Civitate, Crédit Communal de Belgique (1965).

2 G. Despy, « Les opérations des artilleurs de Ferraris dans le comté de Namur en 1772-1773 », Annales de la société archéologique de Namur, t. XLIX, 1959, p. 281-296 ; L. Daels, A. Verhoeve, « Les déformations topographiques de la carte de Ferraris », Bulletin de la Société belge d’Études géographiques, t. XXXII, 1963, no 2, p. 301-310 ; La cartographie au xviiie siècle et l’œuvre du comte de Ferraris (1726-1814), Colloque international, Spa 8-11 septembre 1976, Actes, Bruxelles, 1978, p. 60-75 (Collection Histoire du Crédit Communal no 54).

3 Ce constat a déjà été établi par divers auteurs en comparant la carte de Ferraris et la situation forestière cartographiée à partir des résultats des derniers recensements forestiers. Voir F. Goblet d’Alviella, Histoire des bois et forêts de Belgique. Des origines à la fin du régime autrichien, t. 1, Bruxelles-Paris, 1927, p. 391-426 ; O. Tulippe, « L’Homme et la Forêt tempérée en Belgique », Bulletin de la Société Royale Belge de Géographie, tome LXVI, (1942), p. 184-188 + cartes ; E. Clicheroux, « L’évolution de la forêt en Belgique », Bulletin de l’Institut de Recherches Économiques et Sociales, Louvain, 1956, p. 140 + cartes ; H. Michel, « Aperçu sur les forêts communales », Bulletin du Crédit Communal de Belgique, no 67, janvier 1964, p. 4-5 ; E. Clicheroux, « La forêt de 1800 à nos jours. Organisation de la forêt publique », dans Legrand livre de la forêt wallonne, Liège, 1985, p. 34-44.

4 D’après les données officielles, sauf pour 1750.

5 Sur l’évolution générale des forêts voir M. Deveze, Histoire des forêts, Paris, PUF, 1965 ; M. Deveze, « Forêts françaises et forêts allemandes. Étude historique comparée », Revue Historique, Paris, 1966, CCXXXV, p. 347-380 et CCXXXVI, p. 47-68 ; F. Goblet d’AIviella, Histoire des bois et forêts de Belgique. Des origines à la fin du régime autrichien, 4 tomes, Bruxelles-Paris, 1927-1930 ; O. Tulippe, « L’homme et la forêt tempérée en Belgique », op. cit., p. 157-259 ; E. Clicheroux, « L’évolution de la forêt en Belgique », op. cit., p. 537-578 ; Le grand livre de la forêt wallonne, Liège, 1985 ; F. Devillez, C. Delhaise, « Histoire de la forêt wallonne face à l’agriculture des origines à nos jours », Forêt Wallonne, no 13, 1991, p. 2-12. En matière d’histoire forestière récente ou histoire des forêts humanisées (que les Allemands désignent sous le terme de « Forstgeschichte ») ces ouvrages présentent une chronologie relativement ancienne des défrichements de forêts ou des phases de reconquête des espaces en friche par les essences ligneuses. Elle doit être revue, parfois précisée et souvent modifiée, à la lumière d’études plus « novatrices » et des derniers apports de la palynologie et de la dendrochronologie moderne qui remettent en cause le schéma évolutif traditionnellement proposé. Voir J. Buis, Historia forestis : Nederlandse bosgeschiedenis, 2 tomes, Utrecht, 1985 ; Histoire de la France rurale, sous la direction de Georges Duby et Armand Wallon, 2e éd., 4 tomes, Paris, 1992 ; « Actes du colloque "Du pollen au cadastre" organisé par le Groupe d’histoire des forêts françaises à Villeneuve d’Ascq, 10-12 octobre 1985 », Hommes et Terres du Nord. Revue de l’Institut de Géographie de Lille, 1986/2-3 ; A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre de l’époque romaine au xviiie siècle, Bruxelles, 1966 ; G. Tack, P. Van Den Bremt, M. Hermy, Bossen van Vlaanderen. Een historische écologie, Louvain, 1993 ; J.-J. Dubois, Espaces et milieux forestiers dans le nord de la France. Etude de biogéographie historique, thèse présentée pour le doctorat d’État es Lettres et Sciences Humaines, 1989 (inédit) ; P. Hoffsummer, « La dendrochronologie et l’histoire des forêts anciennes », dans Les sources de l’histoire forestière de la Belgique, Bruxelles, 1994, p. 11-33. À l’échelon local, Frank Scheelings, qui a étudié plus particulièrement la situation forestière du Brabant pendant la période moderne, constate que les opérations de déboisement et de reboisement se déroulent simultanément. Des propriétaires boisent tandis que d’autres défrichent. F. Scheelings, « Het bosbestand van de heerlijkheden in de nieuwe tijd : constant (of) verkleinend ? », dans C. Billen, A. Vanrie (éds.), Les Sources de l’histoire forestière de la Belgique. Actes du colloque de Bruxelles, 29-30.10.1992, Bruxelles, 1994, p. 211-248.

6 Si l’on s’en tient aux grandes subdivisions, la Belgique compte près de 27 types de sols différents.

7 Cl. Bruneel, F. Daelemans, M. Dorban, Ch. Vandenbroeke, « Population et subsistance dans l’espace belge (xvie-xixe siècles) », dans A. Fauve-Chamoux (éds.), Évolution agraire et croissance démographique, Liège, 1987, p. 293-324.

8 Voir A. Corvol, P. Arnould, M. Hotyat (dir.), La Forêt, perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 1997.

9 La lenteur des travaux n’interféra que fort peu sur l’évaluation de l’étendue agricole comprise au sens large (terres agricoles, jardins, bois et forêts, terres incultes). En cette matière, les données sont d’une très grande précision. Les erreurs de mesure découlant de l’imprécision des instruments, tout comme les erreurs de tendance résultant de tentatives de fraude ou de la mauvaise volonté de certains fonctionnaires, paraissent négligeables. La tolérance admise était de deux centièmes pour les grandes dimensions et d’un centième pour les détails. Par contre, les erreurs dites d’agrégation, provenant de la définition trop large ou trop vague de plusieurs catégories de biens, sont probablement plus importantes. Sur les possibilités d’utilisation des résultats statistiques après étude des sources d’erreurs voir J. Gadisseur, Le produit physique de la Belgique. Présentation critique des données statistiques. Introduction générale Agriculture, Bruxelles, 1990, p. 135-136 (Histoire quantitative de la Belgique, t. IV, volume la) ; J. Stengers, « L’historien devant l’abondance statistique », Revue de l’Institut de sociologie de l’ULB, no 3, Bruxelles, 1970, p. 427-458.

10 H. Van Der Haegen, « L’utilisation du sol en Belgique et son évolution depuis 1834 sur la base des données cadastrales », Bulletin de statistique, INS janvier 1982, p. 3-29. Le même problème se pose pour la France voir P. Arnould, « Problèmes de représentation de la forêt contemporaine en France », dans Les Sources de l’histoire forestière de la Belgique. Actes du colloque de Bruxelles 29-30.10.1992, Bruxelles, 1994, p. 134.

11 Nous nous intéresserons aux seuls recensements qui comportent un volet bois et forêts, c’est-à-dire aux recensements de 1846, 1866,1880, 1895, 1910 et 1950.

12 J. Gadisseur, Le Produit physique..., op. cit., p. 136.

13 J. Gadisseur, Le Produit physique.op. cit., p. 121 et ss.

14 Il faudrait nuancer quelque peu ce jugement. Certains arrondissements ne sont pas concernés par ces problèmes. À titre purement indicatif, notons que la superficie couverte par les bois et forêts y est évaluée à 434 596 hectares, soit 51 070 hectares de moins qu’en 1846.

15 Voir O. Tulippe, « L’homme et la forêt tempérée en Belgique », op. cit., p. 157-259 ; E. Clicheroux, « L’évolution de la forêt en Belgique », op. cit., p. 537-578 ; H. Michel, « Aperçu sur les forêts communales », op. cit., p. 1-18 ; Le grand livre de la forêt wallonne, Liège, 1985 ; F. Devillez, C. Delhaise, « Histoire de la forêt wallonne... », op. cit., p. 2-12 etc.

16 Pour le territoire qui correspond à celui des provinces méridionales du royaume des Pays-Bas (1815-1830).

17 P.-A. Tallier, La vente des forêts domaniales des provinces méridionales du Royaume des Pays-Bas par le Syndicat d’Amortissement (1824-1830), Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, CLXVI, Bruxelles, 2000

18 Cet important transfert de capital ligneux bénéficie en partie aux membres de la noblesse, mais aussi et surtout aux membres de la bourgeoisie industrielle et commerçante. Ces derniers profitent de l’occasion pour s’assurer le contrôle d’une matière première indispensable, pour effectuer un placement financier, pour se constituer ou accroître un domaine foncier qui confère prestige et pouvoir.

19 Voir la loi du 8 juillet 1858, l’arrêté royal du 13 décembre 1858, et les lois des 5 juillet 1860, 2 juin 1861, 4 août 1862,14 août 1873,12 mai 1880, 21 juillet 1897 et 5 mai 1902. Pour le détail, voir « Les aliénations de forêts domaniales au siècle dernier », B.S.C.F.B., p. 150-151.

20 Voir J. Dubois, « Le domaine royal de Ciergnon », Silva Belgica, 1994/2, p. 15 et ss.

21 À ce propos, Wittamer considérait que plus de 100 000 hectares de forêts avaient été renversés entre 1814 et 1880. Wittamer, « Du reboisement des clairières », dans Compte-rendu des travaux du congrès agricole et forestier belge réuni à Mons les 26, 27 et 28 juin 1881, 8e session, Liège, 1881, p. 23.

22 Sur les reboisements effectués, voir R. Bonjean, Essai sur la question du défrichement des landes et bruyères et sur diverses améliorations, Liège, 1845, p. 40-41.

23 Sur cette question voir V. Antoine, Un siècle de sylviculture en Belgique, Louvain, 1929 ; F. Goblet d’Alviella, Histoire des bois et forêts..., op. cit. ; G. Hoyois, L’Ardenne et l’Ardennais, Bruxelles-Paris-Gembloux, 1949, p. 136 et ss. ; R. Brion, « L’armée et la conquête d’une dixième province par le défrichement des bruyères (1835-1856) », Revue belge d’histoire militaire, t. XXV, 1984, p. 150-158 ; H. Clout, « Les défrichements en Belgique au xixe siècle », Norois, revue géographique de l’Ouest et des pays de l’Atlantique Nord, no 93, 1977, p. 101-110.

24 Voir Défrichement des bruyères et autres terres incultes. Circulaire du Ministre de l’Intérieur du 30 juin 1843 et délibérations des conseils provinciaux, Bruxelles, 1843.

25 Moniteur Belge, 27 mars 1847.

26 J. A. Henroz, Quelques observations sur le projet de loi de défrichement. Note adressée au Sénat et à la Chambre des Représentants, Neufchâteau, s.d.

27 Houba, « Conversion des taillis simples en taillis sous futaie et en futaie », dans Compte-rendu des travaux du Congrès Agricole et Forestier réuni à Bruges les 15, 16, et 17 août 1887, 7e session, Liège, 1888, p. 7-8 (rapport). Il est des cas de représailles contre les biens de grands propriétaires fonciers qui sollicitaient l’expropriation de bruyères communales en leur faveur. J. A. Henry, Nos bruyères et nos fonctionnaires s’en vont en guerre !, Arlon, (1854), p. 36.

28 Des semis réalisés en pépinières auraient donné de meilleurs résultats. La leçon sera retenue car des pépinières seront créées à cet effet dès 1849. Voir Province de Luxembourg. Du reboisement des terrains communaux vagues. Arlon, 1867, p. 115-126.

29 Dès le départ, des considérations avaient été émises dans ce sens. Voir Province de Liège. Rapport adressé à la députation permanente du Conseil Provincial par la commission d’agriculture sur le défrichement des landes et bruyères, Liège, 1844. Voir aussi H. Le Docte, Exposé général de l’agriculture luxembourgeoise ou dissertation raisonnée sur les meilleurs moyens de fertiliser les landes des Ardennes, sous le triple point de vue de la création de forêts, d’enclos, de rideaux d’arbres..., Bruxelles, 1849.

30 Voir Province de Luxembourg. Du reboisement..., op. cit., p. 130-132.

31 D’après V. Antoine. Il pourrait s’agir d’une erreur due à la mauvaise retranscription du chiffre précédent (14 190 000). Voir V. Antoine, Un siècle de sylviculture, op. cit., p. 442.

32 Province de Luxembourg. Du reboisement..., op. cit., p. 144.

33 Voir Pasinomie 1862, 3e série, t. XLIII, Bruxelles, 1862, p. 294-295 ; Province de Luxembourg. Du reboisement..., op. cit., p. 79.

34 À l’époque, les plantations se font généralement à un mètre (10 000 plants hectares). Dans certains cas, elles sont beaucoup plus serrées (de 67 000 à 80 000 plants/hectare). Comte De Bousies, La culture forestière du Pin sylvestre en Belgique, Bruxelles, s.d., p. 5, 10-11.

35 Les graines utilisées pour les reboisements semblent provenir essentiellement de Suède et d’Allemagne. Province de Luxembourg. Du reboisement..., op. cit., p. 133 ; Bulletin de l’agriculture, t.I, Bruxelles, 1885, p. 170 et ss.

36 On note la plantation de chênes d’Amérique par Dellafaille (Mick, Anvers), Warocqué (Courrières), le baron de Villenfagne (Zolder), les comtes Van der Straten (Ponthoz et Waillet), le chevalier de Liem (Lubbeek), de Nélis (Muyzen), Demeure-Verdussen (Grimbergen), ainsi que le comte d’Alcantara (Helen, Limbourg). A. Wesmael, « De la valeur, pour chacune des zones de notre pays, des différentes variétés de chêne d’Amérique », dans Compte rendu des travaux du Congrès Agricole et Forestier belge réuni à Anvers, les 28, 29 et 30 juin 1885, 6e session, Liège, 1886, p. 2 (rapport 2e section) ; Compte rendu des travaux du Congrès Agricole et Forestier belge réuni à Bruxelles, les 27, 28 et 29 juillet 1884, 5e session, Liège, 1884, p. 181.

37 « Quelle levée de boucliers contre les hommes prévoyants qui ont entrepris le boisement de certains terrains incultes à proximité des villages, comme à Champion ? Que ferons-nous de tous ces résineux ? Tel était le cri général. Ce qu’on en a fait ? Demandez-le aux marchands de bois qui les achètent, ou aux propriétaires qui les vendent. » J. Houba, Plantations d’arbres jubilaires darts le Luxembourg, en 1905, Renaix, 1906, p. 17.

38 A. Visart, Ch. Bommer, Rapport sur l’introduction des essences exotiques en Belgique, Bruxelles, 1909, p. 211. Le mélèze d’Europe, dont la culture fut popularisée par de nombreux ouvrages (voir, entre autres, Monographie du mélèze d’Europe, Namur, 1847), fut véritablement l’arbre à la mode pendant une grande partie du xixe siècle. Plantés le plus souvent hors station, ces arbres furent anéantis par une terrible maladie (le Chancre du mélèze) qui dévasta pratiquement tous les peuplements. Voir A. Visart, Ch. Bommer, Rapport sur l’introduction.., op. cit., p. 209 et ss. ; Ch. Morren, « Sur une maladie actuellement régnante en Belgique, attaquant le Mélèze ou Larix », Journal d’agriculture pratique, 1er vol., 1848, p. 275 ; Commémoration du 75e anniversaire de la Société royale forestière de Belgique, 1893-1968, (La Hulpe), s.d., p. 73 ; A. Bary-Lenger, R. Evrard, P. Gathy, La Forêt. Écologie - Gestion - Économie - Conservation, Liège, 1979, p. 201.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Évolution générale de la superficie forestière xviiie-xxe siècles4
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Évolution de la superficie totale des forêts domaniales 1785-1910
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24996/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search