Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Nouvelles forêts, vieilles forêts, forêts de l’entre-deux, (xixe et xxe siecles) : rationalité économique et fertilité symbolique

Paul Arnould

Texte intégral

  • 1 J. Gadant. (dir.), Atlas des forêts de France, Paris, De Monza, 1991 ; A. Corvol, L’homme aux bois (...)
  • 2 Arnould, « Les forêts entre nature et société », Bulletin de l’Association de géographes français,(...)

1À l’époque contemporaine, la forêt française change radicalement de statut. L’appropriation progressive du territoire forestier par plusieurs millions de propriétaires privés y crée une situation exceptionnelle dans le monde. La forêt double de surface en un siècle et demi, retrouvant des chiffres de superficie comparables à ceux de la fin du Moyen Âge. Elle voit se modifier sa fonction essentielle, avec la fin de la suprématie de la logique économique et la remise en cause, principalement par les écologistes, de la légitimité des forestiers, comme gestionnaires compétents, surtout dans le domaine public1. Face à ces fortes mutations, sources de réajustements et de conflits, le discours dominant, imposé de façon plus ou moins subtile par le corps des forestiers, martèle une explication fonctionnaliste : le passage d’une forêt mono fonctionnelle, à visée première de production de bois, à une forêt trifonctionnelle que je propose d’appeler, de façon caricaturale, la forêt des trois « pro »2 :

  • pro comme produisons. C’est la fonction traditionnelle de production, de plus en plus contestée dans nos forêts occidentales3 ;
  • pro comme promenons-nous. Cela correspond à la fonction de loisirs et d’accueil qui a connu une formidable accélération depuis la fin du xixe siècle4 ;
  • pro comme protégeons. Car un mouvement écologiste, de plus en plus puissant et agissant, milite pour la suppression de toute activité humaine en forêt, afin de recréer des écosystèmes « naturels », d’où toute perturbation d’origine anthropique serait exclue5.
  • 6 J.L. Bianco, « La forêt, une chance pour la France, rapport au Premier ministre », Revue Forestièr (...)
  • 7 H. Bredif, H. Ollagnon, Gestion durable des forêts : la France à l’heure des choix, Paris, afocel, (...)

2Ce discours sur la trifonctionnalité a vu récemment son registre s’élargir en passant à la notion de multifonctionnalité, qui est un des maîtres-mots de la nouvelle loi forestière6. Cette lecture de la diversité forestière française en termes de fonctions a de quoi séduire par sa clarté et permet à tout un chacun de se retrouver dans une des catégories inventoriées : qui du côté du bûcheron, du charpentier, de l’exploitant forestier, du débardeur..., qui du côté du promeneur, du cueilleur de champignon, du vététiste..., qui du côté du protecteur sourcilleux des oiseaux, des mammifères grands et petits, des milieux à la richesse floristique et faunistique plus ou moins évidente7.

  • 8 P. Arnould, « Forêts, nouvelles forêts, vieilles forêts », Actes du 113e Congrès national des soci (...)
  • 9 P. Arnould, La forêt française, entre nature et culture, habilitation à diriger des recherches, Pa (...)

3Pourtant, il est possible de proposer une autre typologie des forêts françaises, fondée sur une entrée historique, en opposant ce que nous avons proposé d’appeler il y a plus de dix ans des nouvelles forêts par opposition aux vieilles forêts8 avec une catégorie intermédiaire que nous avons nommé les forêts de l’entre-deux9. Cette autre trilogie forestière permet une lecture différente des forêts françaises, en les rattachant à des modèles qui privilégient la dimension historique, au détriment d’une approche technicienne, souvent mutilante et simplificatrice.

  • 10 P. Arnould, Les forêts, op. cit., 2000, p. 105-107.
  • 11 P. Arnould (1994), « La forêt qui cache les forêts », Historiens et géographes, numéro spécial « V (...)

4Pour bien comprendre les enjeux et les conflits forestiers, il est nécessaire de ne pas en avoir une vision caricaturale et partielle, mais de bien prendre conscience que la forêt est à la croisée de plusieurs systèmes10. A côté de cette grille de lecture multisystème, nous pensons que la perspective géohistorique est une nécessité pour bien appréhender les héritages et les pesanteurs qui caractérisent l’objet forêt11.

  • 12 Corvol, 1987, op. cit. ; R. Delort, F. Walter, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF, 2 (...)
  • 13 P. Arnould, 2002 ; E. Hellström, « Conflicts cultures : a comparative view of environmental forest (...)

5Envisager le rapport entre rationalité économique et fertilité symbolique, sur un pas de temps de deux siècles, est tout à la fois ambitieux et réducteur, dans la mesure où la comparaison entre les logiques technico-économiques dominantes dans la sphère politique et les perceptions et représentations à l’œuvre dans le tissu social, s’inscrit sur une durée plus longue que celle de l’époque contemporaine et puise ses racines dans la société d’Ancien Régime12. L’hypothèse majeure de notre rapport est que la forêt française est passée d’une gestion où les considérations économico-techniques et les ajustements politico-législatifs étaient dominants à une période de remise en question des certitudes dans le contexte du passage d’une société de ruraux à une société de citadins où les faits psychologiques et symboliques tiennent une part de plus en plus importante, de façon concomitante avec la montée des préoccupations et des revendications écologistes. Cette substitution des logiques de représentation aux principes de réalité est une des sources majeures des conflits qui affectent la « nébuleuse forestière13 ».

I. Des concepts pour parler de la forêt

1. Nouvelles forêts

6Parler de nouvelles forêts est à la fois séduisant et dangereux. Dangereux car le terme est passablement galvaudé. Il est particulièrement prisé dans les médias et la publicité. C’est le propre du terme à la mode, accrocheur, qu’il importe d’utiliser pour être dans le vent. La liste est impressionnante de ses usages tous azimuts. En politique, nouvelle droite ou nouvelle gauche font des apparitions périodiques en période électorale. En novembre le Beaujolais nouveau, extraordinaire opération de marketing agroalimentaire tout autant que produit vinicole, inonde les débits de boisson, les restaurants et les étals des supermarchés. Depuis quelques années les énergies nouvelles tentent de se faire une modeste place à côté des énergies plus traditionnelles provenant du pétrole, du gaz, du charbon et du nucléaire, qui font plus que de la résistance. Les premières générations de nouveaux pères ont pris de l’âge, mais périodiquement l’apparition de comportements non-conformistes, tel que s’occuper de ses enfants, permet de réutiliser le terme. Les nouveaux riches font la « une » de Gala, Voici, Paris Match et autres magazines de la jet-set ou de revues économiques telles que Fortune. Les nouveaux pauvres sont les laissés pour compte de la croissance des Trente Glorieuses et des périodes de crises et de reprises qui agitent l’économie mondiale. La liste de ces termes proliférant de « nouveau » ou « nouvel » pourrait être allongée à plaisir.

7Nous ne sommes pas dupe de ces dérives et du risque de banalisation que véhicule ce mot trop commode mais nous le jugeons cependant séduisant et doté d’efficacité, à condition de s’entourer d’un minimum de précautions. Tout d’abord, il est bien clair que nouvelle ne signifie pas actuelle. Tout comme les villes nouvelles peuvent avoir été créées il y a des milliers d’années, telle Naples et toutes les autres Néapolis de l’Antiquité, Les nouvelles forêts peuvent dater de toutes les époques. Les forêts de reconquête du territoire français, réoccupant les espaces de toundra, il y a 10 000 ans, ont été des forêts nouvelles, au même titre que les forêts « artificielles » du xixe siècle, créées de toutes pièces, dans les Landes, en Sologne, en Champagne ou en montagne. Toute « nouvelle forêt » doit impérativement être située dans le temps et dans l’espace, datée et localisée. L’autre aspect à prendre en compte est qu’une nouvelle forêt obéit à des logiques rationnelles, économiques et juridiques notamment, mais qu’elle provoque également des réactions d’adhésion ou de rejet, où le symbolique et l’imaginaire se taillent la part du lion. Toute nouvelle forêt est ainsi un véritable laboratoire permettant d’expérimenter la place des nouvelles pratiques et la mise en place de nouveaux modes de gestion.

2. Vieilles forêts et forêts de l’entre-deux

  • 14 P. Arnould, « La forêt qui cache... », op. cit., 2000.

8Vieilles forêts : le qualificatif est tout aussi piégé que celui de nouvelles. Il signifie pour nous des forêts à l’assiette spatiale permanente sur des millénaires. La dimension géographique et historique prime sur les données biologiques. Une vieille forêt n’est pas forcément composée de vieux arbres. Elle est en fait un enregistreur des multiples interventions entre les dynamiques naturelles et les choix opérés par les sociétés. Ces dernières ont sélectionné, trié, éliminé, introduit des arbres en fonction de logiques économiques, sociales, agronomiques ou parfois esthétiques sur des territoires forestiers à la configuration relativement stable. En France, ce sont les forêts royales devenues domaniales, gérées par les maîtres, puis les conservateurs et enfin les ingénieurs des Eaux et Forêts qui incarnent le mieux ces vieilles forêts. Elles correspondent actuellement à 1500 forêts environ, couvrant 1 700 000 ha, soit 10 % de la superficie forestière française. Dans la même catégorie, on trouve aussi des forêts communales (11 000 communes forestières possèdent environ 2 500 000 ha, soit 17 % de la superficie forestière française), des forêts privées (9 000 grands propriétaires de plus de 100 ha contrôlent 2 500 000 ha, soit autant que les forêts des communes). En première approximation, il semble que ces 22 000 forêts ont traversé les siècles en maintenant leur état forestier14.

  • 15 J.R. Pitte, Histoire du paysage français, Paris, Tallandier, 1983, 2 tomes.

9Ce terme de vieilles forêts a été récupéré par les écologistes de Greenpeace ou du WWF qui parlent volontiers de « forêts anciennes ». Il est certain que l’ancienneté ou la vieillesse sont des valeurs qui se prêtent bien aux opérations coup de poing des militants de la cause verte. Si « ancienne » peut se justifier, l’adjectif doit être démarqué de « primaire ». Ce dernier, abondamment utilisé par bon nombre d’écologistes et de forestiers, est assez flou. Où, quand, comment situer ce concept de primaire ? Sans doute pas à l’ère géologique du même nom, où les forêts étaient denrée rare ! Peut-être alors à l’ère tertiaire avant l’hominisation et l’apparition du bipède chasseur-cueilleur mais déjà perturbateur ? Plus sûrement à l’Holocène après la dernière glaciation et avant la révolution néolithique ? Depuis la révolution néolithique et le temps des paysans, il n’y a plus de « forêts primaires ». Où pourrait-on trouver en France ces lambeaux de forêts que l’on disait « vierges » et que « 200 générations d’hommes » auraient laissé intactes15 ?

  • 16 P. Arnould, 1993. Climax, un concept à tout faire ? Colloque de phytosociologie intitulé « Thytody (...)

10Tout aussi dangereux que celui de « primaire » est le terme de « climacique16 ». Il fait tantôt référence à une forêt du temps jadis, mais située hors du temps historique et géologique, correspondant à une sorte de paradis terrestre d’avant la faute, le péché originel, tantôt, au contraire il est appliqué à des forêts du futur, celles qui se reconstitueront, en un siècle dans le meilleur des cas sinon en quelques millénaires durée nécessaire pour effacer les stigmates des perturbations humaines.

11En définitive, ce terme de vieille forêt qui mêle équitablement temps et espace est préférable à ceux de « vierge », « primaire » et « climacique », trop connotés de présupposés idéologiques, voire religieux et moralisateurs.

12Ces catégories de « nouvelles » et de « vieilles » ne prennent pas en compte des forêts qui ne correspondent pas à ces deux modèles forestiers. Le terme de forêts de l’entre-deux évoque un ensemble hétérogène dont la définition est en partie négative : ni nouvelles, voulues et dirigées, ni anciennes, gérées et aménagées de longue date. Les forêts de l’entre-deux couvrent d’importantes superficies en France. Elles ont connu un spectaculaire accroissement depuis les lendemains de la dernière guerre mondiale. Sur quatre millions d’hectares de gain des superficies forestières, près de la moitié sont des accrus spontanés, des friches naturellement boisées grâce à la propagation des graines forestières par le vent, l’eau, les animaux... La localisation de ces nouvelles forêts, non dirigées, correspond bien souvent aux terrains abandonnés par l’agriculture productivité. Les contraintes dues essentiellement aux fortes pentes qui limitent les possibilités d’utilisation des matériels agricoles de plus en plus lourds, tracteurs, moissonneuses batteuses, récolteuses diverses, expliquent des dispositifs spatiaux très spécifiques. Ce sont souvent des forêts linéaires, formant des liserés étroits sur le rebord des plateaux encadrant les grandes et les petites vallées alluviales ou sur les versants des montagnes.

13Le statut foncier des forêts de l’entre-deux révèle des morphologies en lame de parquet et des structures en micro-parcelles composant d’étonnantes mosaïques. Les propriétaires de ces forêts appartiennent à la pléthorique catégorie des 2,5 millions de propriétaires de moins de 1 ha. Cette fragmentation résulte souvent du morcellement d’anciennes forêts de grande taille en une infinité de parcelles par le jeu des partages successoraux successifs depuis deux siècles. Les caractéristiques de ces forêts ne sont connues que par des monographies de chercheurs ayant accepté l’idée de ne pas faire leur miel uniquement de statistiques officielles mais soucieux de contacts avec le terrain, d’entretiens avec des propriétaires, parfois réticents à se livrer, et d’enquêtes minutieuses. Dans ce monde du micro où certaines parcelles ne dépassent pas les 100 m2, la forêt semble exclue de la rationalité économique. Pourtant, ce constat pessimiste mérite d’être nuancé. Pascal Marty a proposé dans sa thèse le concept d’antimonde pour qualifier ce construit social local qui échappe aux données quantifiées traditionnelles.

3. Forêts à la croisée des systèmes

14En premier lieu, la forêt est un écosystème. Les forestiers et les aménageurs n’y ont vu longtemps qu’une collection d’arbres et d’arbustes d’intérêt utilitaire, pour le chauffage, comme bois d’œuvre ou d’industrie ou encore comme un territoire, réserve de chasse. Les maîtres mots de l’aménagement sont alors : peuplements, traitements, régime des coupes, durée des révolutions, plan de chasse...

  • 17 C. Barthod, « L’aménagement dans la politique forestière française », Revue forestière française, (...)

15Depuis le xixe siècle, les naturalistes ont élargi cette vision floristique et faunistique tronquée et trop focalisée sur les plus grands arbres et les plus gros animaux. Les substrats et les sols forestiers sont de plus en plus finement analysés. Les concepts de biocénose et de biotope, constituants essentiels des écosystèmes s’appliquent en milieu forestier. Il en est de même pour l’économie de l’eau, interception, égouttement, écoulement, percolation, ruissellement, érosion... Les flux et les bilans énergétiques du carbone, de l’azote, des radiations, les successions végétales, les pyramides écologiques, les biomasses, les productivités... constituent autant de thèmes de recherche progressivement affirmés. Curieusement, le vent, le plus rapide de tous les fluides, n’a guère suscité de travaux. La double tempête de décembre 1999 est venue rappeler le manque criant de données sur ce météore aux effets dévastateurs. Actuellement, la biodiversité est devenue une préoccupation majeure des aménageurs, fédérant des recherches à forte connotation naturaliste. L’histoire de la percée des conceptions, des méthodes, des études et des mesures écosystémiques dans les analyses préalables aux aménagements est à peine esquissée17.

16Pourtant, les débats portant sur les « exotiques », les peupliers, les résineux, le patrimoine naturel, les espèces menacées, la mise en place de la directive Habitat et la création du réseau Natura 2000, l’écocertification, sont de bons révélateurs des enjeux et des conflits qui traversent la nébuleuse forestière.

  • 18 P. Blandin, D. Bergandi, « À l’aube d’une nouvelle écologie », La Recherche, 332, 2000, p. 56-59.
  • 19 G. Bertrand, « L’élément et le système », Revue géographique des Pyrénées et du SudOuest, 1986, p. (...)
  • 20 G. Houzard, « Sylvosystèmes et sylvofaciès, phytosociologie et foresterie », Ed. J. Cramer, Colloq (...)

17En réaction contre une vision de l’écosystème « sans lieu et sans histoire18 », la forêt a été définie par les géographes et les historiens comme un géosystème19 ou mieux comme un sylvosystème20. Dans ce contexte, les notions d’assiette spatiale des unités forestières, de l’îlot boisé ou de la forêt linéaire aux massifs forestiers géants, telle l’immense « pignada » landaise, tout comme les concepts de paysage et de territoire sont essentiels. Quels sont les moments forts dans l’histoire des sylvosystèmes qui entraînent des remises en cause des options d’aménagement : les tendances lentes et lourdes comme l’exode rural, la progressive domination du modèle urbain ; le triomphe du capitalisme et de l’économie libérale, la mondialisation sont-ils décisifs ou les événements politiques brefs et brutaux tels la Révolution française, l’avènement du Second Empire, les guerres de 1870, 1914-1918, 1939-1945 tiennent-ils une place éminente ?

  • la forêt est aussi un politicosystème où les usages sont jadis codifiés dans des coutumiers, où les pratiques sont régies par des ordonnances, des codes, des décrets dont les héritages interfèrent avec le nouvel arsenal législatif national et surtout européen. Les évolutions y sont lentes et traduisent la grande inertie des constructions juridiques ;
  • sociologues et économistes décortiquent la forêt comme un sociosystème, géré par des individus dont les histoires de vie sont signifiantes et structurées par des rivalités de groupes sociaux qui cherchent à contrôler le territoire forestier. Ils en font une lecture en termes d’usages pour l’Ancien Régime, de pratiques pour la période actuelle, d’enjeux et de conflits à toutes les époques ;
  • la forêt est enfin un véritable psychosystème. Elle est perçue, représentée par des images constituant un riche corpus, idéalisée, symbolisée pour son tout ou sa partie, l’arbre, voire la feuille, le fruit ou la racine, imaginée, rêvée, détestée, mise en musique, peinte... objet de mythes, de légendes, de faits de publicité et de modes et de discours qui sont autant de sujets de recherche à peine esquissés21 ;
  • identifier ces multiples systèmes imbriqués et interactifs n’est pas suffisant. Il faut débrouiller l’écheveau compliqué de leurs histoires respectives. Si l’histoire de l’écologie forestière22 et celle des géosystèmes23 commencent à être bien balisées, celle des politicosystèmes, des sociosystèmes et plus encore des psychosystèmes est encore embryonnaire. Une des difficultés de la recherche historique consiste à articuler ces histoires en parallèles.

18Une première hypothèse que nous formulons postule que pendant longtemps, l’aménagement a fonctionné sous la domination de deux sphères : la politique et la technico-économique, les autres systèmes s’ajustant aux décisions et aux logiques impulsées par les ingénieurs et le législateur. Aujourd’hui, le sociosystème et le psychosystème semblent prendre une place croissante. Comment repérer les acteurs nouveaux, leurs demandes, leurs espoirs, leurs envies, leurs fantasmes et analyser ces données difficilement quantifiables dans la démarche d’analyse et de diagnostic de l’aménagement, puis les intégrer dans le document de gestion ? La ou les solutions ne sont pas évidentes. Intégrer ces différentes sphères doit alimenter le débat public et obliger à inventer des formes de gestion participative et à réfléchir au rôle des comités d’usagers.

II. Nouvelles forêts : rationalité économique et vernis symbolique

19Trois exemples de taille, d’âge et de logiques différentes montrent les mécanismes à l’œuvre dans l’affrontement du matériel et de l’idéel : la forêt landaise, les peupleraies et les reboisements financés par le Fonds forestier national.

1. La forêt landaise : où la protection sert d’alibi à la production ; où le symbolique masque les excès du productivisme

20La forêt landaise occupe une place à part dans la forêt française. Son nom ambigu qui associe celui de deux formations végétales aux physionomies et aux dynamiques fort différentes, la forêt et la lande, est tout un programme. Sa superficie hors norme à l’échelle française conforte ce statut d’exception. Ce massif formant un gigantesque triangle d’environ un million d’hectares est visible et lisible tant lors d’un trajet routier ou ferroviaire pour le traverser que sur les cartes topographiques à petite échelle du sud-ouest, les cartes de végétation ou même les images satellitales.

  • 24 Arnould, Marty et Simon, 2002 ; P. Arnould, P. Marty, L. Simon, « Deux siècles d’aménagement fores (...)

21Cet archétype de la forêt industrielle est une nouvelle forêt typique, créée de toutes pièces entre la fin du xviiie et le début du xxe siècle. Elle correspond à un changement d’affectation des sols, à un méga-aménagement du territoire et à une considérable mutation paysagère24. Pour réussir cette implantation, il a fallu une série de facteurs souvent contradictoires mais néanmoins favorables et complémentaires :

  • un milieu écologique aux contraintes fortes, acidité et hydromorphie notamment, et aux densités de populations faibles, alibi commode pour interventions spectaculaires ;
  • une action énergique d’ingénieurs passionnés, « leaders » charismatiques, tels l’ingénieur des Ponts et Chaussées Nicolas-Thomas Brémontier sur le littoral et Jules Chambrelent pour le subtil réseau de drainage des « crastes » ;
  • une volonté politique forte, de la part d’un pouvoir central autoritaire, symbolisé par Napoléon III ;
  • une législation adaptée : la loi de 1857 sur l’assainissement des landes, pour permettre et même imposer les grands travaux de drainage, préalable nécessaire à l’implantation de la forêt de pins maritimes ;
  • des intérêts économiques puissants, conjuguant les besoins en produits standardisés des grandes structures de transport des hommes, de l’énergie et des communications, pour les industries minières et chimiques naissantes (traverses de chemin de fer, poteaux électriques et téléphoniques, étais de mines...), afin d’assurer des débouchés concurrentiels et complémentaires au bois de pin et à la résine ;
  • un imaginaire fort, entretenu par les romans et les guides touristiques et magnifiquement résumé par Julien Gracq dans Lettrines.

22C’est cette convergence qui explique la réussite de cette opération d’aménagement. La nouvelle forêt landaise est aussi exceptionnelle par la mise en place d’une filière bois, pilier de l’économie régionale et d’importance nationale. Ce succès a été accompagné par une « mise en scène » symbolique progressivement construite. Ses divers aspects activent des mots et des images.

23Les sylviculteurs landais ont su proposer un nom local, enraciné, à l’accent de terroir, pour qualifier ce méga massif et lui donner une cohérence. Le mot du patois landais pignada, qui fleure bon la Gascogne, remplit une fonction identitaire permettant de distinguer le massif de pins maritimes des pinèdes provençales et des pineraies montagnardes et septentrionales. Toujours dans le registre des mots chargés de sens, le terme « arbre d’or », pour qualifier le pin maritime, évoque la valeur économique mais la transcende aussi par le terme à la fonction quasi magique renvoyant à l’alchimie : la transmutation de la chlorophylle en or.

24Sur le plan spatial, les chantres de la forêt landaise ont su jouer sur l’effet de vitrine lié à la forêt de protection fixant le système dunaire littoral. Cette dualité et cette ambiguïté entre la forêt de protection et la forêt de production permettent d’esquiver les attaques trop virulentes formulées à l’encontre de l’archétype de la forêt industrielle qui s’étend sur l’essentiel du territoire des Landes de Gascogne. Toujours sur le plan territorial, les Landais ont su poser habilement leur forêt en situation de rivalité et d’infériorité face à un puissant adversaire extérieur, la forêt boréale Scandinave, dont les bois labellisés « bois du Nord », bien avant les préoccupations de certification actuellement en débat, fournissent des produits hautement compétitifs sur les marchés mondiaux du parquet et de l’ameublement. Face à ces rivaux, de dimension multinationale à tous les sens du terme car concernant plusieurs pays et d’énormes firmes industrielles intégrées, les Landais ont su donner à leur massif un poids et une dimension territoriale symbolique dépassant le cadre de l’hexagone.

25Les forestiers des Landes ont su également occuper le créneau de l’innovation technologique. Sélection des espèces les plus performantes, cultures in vitro, amélioration des substrats, gains continus de productivité, mécanisation poussée de l’exploitation... caractérisent une filière bois fortement structurée et solidaire.

26La forêt landaise est aussi parvenue à attirer la sympathie qu’inspire toute forêt victime d’agressions : les incendies bien sûr, avec le souvenir des gigantesques brasiers au lendemain de la dernière guerre, entre 1945 et 1949, qui ont ravagé près d’un demi-million d’hectares, mais aussi les attaques d’insectes, du redoutable Matsucocus feytaudi notamment, les méfaits du gel et les agressions du vent comme en décembre 1999.

27La forêt landaise est ainsi une forêt tout à la fois nouvelle et renouvelée. Elle fut en 1947 la première et la principale bénéficiaire des opérations de reboisement financées par le Fonds forestier national. Elle a tenu là encore un rôle de pilote, de modèle, tout comme au xixe siècle, de la nouvelle politique forestière mise en place pour assurer la montée en puissance de notre capital en résineux nécessaires pour les papeteries. Durant dix ans, le pin maritime fut la première essence de reboisement en France, suscitant une intense activité auprès des pépiniéristes.

28À la nouvelle forêt landaise peuvent être également accolés les images de trois figures humaines emblématiques, très liées au concept de terroir, d’enracinement local, de savoir-faire traditionnel : le berger, le résinier et le chasseur.

  • la première et la plus ancienne est celle du berger. Si sa houppelande, son gilet de peau et son béret sont des attributs partagés avec d’autres gardiens de troupeaux, ses échasses sont la signature de l’adaptation à cet étonnant milieu de la lande humide, gorgé d’eau l’hiver et desséché l’été ;
  • le deuxième homme-image du folklore forestier landais est le résinier. Abondamment photographié et très présent sur maintes cartes postales, il se reconnaît à deux types d’accessoires : son instrument en forme de hache, le hachepot et les petits pots pour recueillir la résine qu’il fixe sous la saignée, la carre, pratiquée dans l’écorce de l’arbre pour atteindre la sève. Le résinier est un personnage ambigu véhiculant des représentations et des valeurs contradictoires. Il symbolise l’image ancestrale de pratiques qualifiées par les ethnologues d’extractivisme, encore vivaces dans les sociétés africaines ou amérindiennes. Il est associé à l’image du coureur des bois, se déplaçant sur des sentiers à peine marqués, dans le labyrinthe vert, immergé dans l’intimité de la forêt, parcourant de longs circuits connus de lui seul. Mais il est aussi un saigneur d’arbre, tout comme les saigneurs d’animaux, personnages tout à la fois craints et rejetés. Cet acte de la scarification de l’arbre, au fort contenu sacrificiel, a contribué à faire du résinier un des emblèmes forts du massif landais ;
  • le troisième homme des bois, hors norme comme les précédents, est le chasseur de palombes. Il est encore un symbole de la tradition rurale, des acquis d’une pratique populaire, acquise à la Révolution française, un symbole de liberté et d’égalité comme le martèlent ses défenseurs. Il est aussi le pivot actuel des conflits les plus virulents opposant les chasseurs aux écologistes.
  • 25 H. Constanty, Le lobby de la gâchette, Paris, Seuil, L’épreuve des faits, 2002.

29De ces trois porteurs d’images, deux ont disparu et la dernière est en proie à de vigoureuses contestations. Le berger a dû céder la place au sylviculteur dès la fin du xixe siècle. Le résinier est devenu un personnage résiduel au lendemain de la dernière guerre mondiale. Le chasseur résiste avec vigueur, violences et outrances, alimentant de vifs débats sur l’ambiguïté de son statut social et de ses pratiques25.

2. Les peupleraies : un imaginaire foisonnant qui ne suffit pas à contrer les attaques écologistes

  • 26 M. Bournerias, Guide des groupements végétaux de la région parisienne, Paris, cdu-sedes, 3e édit., (...)
  • 27 S. Le Floch, Regards sur le peuplier, un arbre entre champs et forêts. Du rationnel au sensible, C (...)

30Les résineux ont mauvaise presse. Ils sont honnis par bon nombre d’écologistes. Chez les feuillus, le peuplier partage ce sort peu enviable. Il est vrai qu’il a accompagné les grandes opérations d’assèchement menées sans état d’âme environnemental par des générations de moines et de propriétaires terriens depuis l’époque médiévale puis, avec des moyens techniques de plus en plus puissants, au cours du xixe et du xxe siècle. Il est accusé de banaliser des milieux humides à haute valeur biologique26. Mais cet excès de déshonneur est récent. Longtemps, le peuplier fut un arbre béni des sociétés rurales, des poètes, des peintres et des romanciers. Il a suscité une foule de représentations fondées sur sa verticalité qui en fait le pendant du cyprès méditerranéen et sur le frémissement de son feuillage, symbole de mobilité, de vibration et de vie27.

31Actuellement la peupleraie est une nouvelle forêt où le rationnel le dispute au sensible, où les enjeux écologiques et sociaux priment sur les réalités économiques, où se révèlent les contradictions dans la gestion, la perception et la représentation des milieux humides. Au succès économique d’une filière structurée sur le plan national et international correspondent un échec écologique et un rejet social. La peupleraie est une nouvelle forêt, de type agro-industriel, combinant une série de caractéristiques qui, longtemps, ont été considérées comme positives avant d’être systématiquement contestées par les écologistes : sélection poussée des espèces les plus performantes obtenues par hybridation entre souches d’origine européenne et américaine ; culture in vitro des clones ; techniques de plantation standardisées ; dispositif de plantation à la géométrie rigoureuse quant au nombre de plants et aux espacements rigoureusement définis (5 m. x 5 m. et 400 arbres à l’hectare en bon terrain ; 10 m. x 10 m. et 100 arbres à l’hectare dans les stations les plus marécageuses) ; labours du terrain avant la mise en place des plants ; usage d’engrais pour faciliter la reprise des plants ; sarclage par des engins scarificateurs pour éliminer la végétation concurrente ; désherbage localisé au pied des plants ; traitements anti-parasitaires ; tailles de formation ; élagage artificiel sur plusieurs mètres de hauteur (8 à 10 m).

32Ces itinéraires techniques dont les procédures rappellent celles de la grande culture de betteraves ou de céréales sont le signal d’une monoculture d’arbres. Les écologistes dénient aux peupleraies le droit à l’appellation forêt. Ils parlent de plantation d’arbres et de ligniculture. D’autres reproches viennent s’ajouter à celui de plantation de type industriel : les peupliers en bordure de rivière sont des déstabilisateurs de berge et provoquent des barrages créant des embâcles en période de crues qui aggravent les difficultés d’écoulement ; leurs feuilles tombées dans l’eau contribuent à une désoxygénation qui entraîne la mort des poissons ; ils participent à la diminution de la biodiversité, la banalisation des milieux et la pauvreté en oiseaux...

33Pourtant le peuplier, la peupleraie et les populiculteurs possèdent des atouts. Le fait que le nom même de peupliers soit apparenté à celui de peuple, comme l’évoque l’étymologie latine populus, en fait un arbre lié de longue date aux lieux publics et aux manifestations populaires. Longtemps, le peuplier a été un arbre apprécié des sociétés rurales. Les auteurs grecs et latins vantent ses vertus au même titre que des siècles plus tard, en 1600, Olivier de Serres dans son Théâtre d’agriculture et ménage des champs ou que Diderot dans son Encyclopédie, en 1765. Il est vrai que le peuplier sera le symbole de véritables phénomènes de mode, d’engouement excessif. Cette véritable populi mania sera même dénoncée par l’abbé Rozier, auteur d’un des manuels agronomiques les plus lu à la fin du xviiie et au début du xxe siècle. Le peuplier offre aussi l’avantage d’avoir figuré sur la liste des 66 espèces d’arbres ayant valeur « d’emblème religieux, politique et moral » et pouvant être utilisés comme arbre de la liberté sous la Révolution. Le peuplier et les peupleraies sont aussi des arbres et des forêts qui ont suscité une foule considérable d’écrits, de tableaux et de photos artistiques où les noms d’Homère et de Virgile voisinent avec ceux de Julien Gracq, de Balzac et d’Hugo mais aussi de Klimt et de Monet. Symptomatique de cette dimension littéraire et de ce riche imaginaire est l’ouvrage édité par les Centres régionaux de la propriété forestière des régions Centre, Poitou-Charente et Pays de Loire où les citations littéraires sont mobilisées pour revaloriser l’image de forêts en difficulté si on les cantonnait à une stricte et triste fonction d’usine à biomasse, à cagettes et à allumettes.

34Ces exemples prouvent cependant que la dimension sociale et imaginaire ne constitue pas un bouclier suffisant en cas d’excès de la fonction économique. L’impérialisme des planteurs de nouvelles forêts de peupleraies a suscité l’intégrisme vert de leurs adversaires. Ces conflits ont le mérite, par-delà les outrances des partisans et des adversaires, d’engager le débat sur la place respective du naturel et du culturel, du matériel et du symbolique, de l’économique et du patrimonial... Les 200 000 hectares de peupleraies sont ainsi au cœur des polémiques et des affrontements concernant le statut de l’arbre et de la forêt.

3. Les reboisements FFN : l’oubli du symbolique

  • 28 P. Arnould, 1996, op. cit.

35Au lendemain de la dernière guerre mondiale, la France se dote d’un instrument forestier et financier original, le Fonds Forestier National. Ce fonds spécial du trésor, alimenté par une taxe sur les produits forestiers, est un outil financier, original et spécifique, permettant de financer une ambitieuse politique de reboisement en résineux. En l’espace de cinquante ans, plus de deux millions d’hectares sont plantés grâce à des aides diversifiées. Cette politique est un succès économique. Elle engendre chaque année près de 50 000 hectares de nouvelles forêts. Les contraintes imposées par l’administration sont strictes quant au choix des espèces, une cinquantaine de résineux susceptibles d’être subventionnés, et aux densités de plantation, généralement de l’ordre de 5 000 plants par hectare. Des consignes fortes mais peu appliquées sont prodiguées pour la conduite des opérations d’éclaircies et les pratiques d’élagage artificiel. Ces forêts marquent une rationalité économique qui néglige l’écologique et le symbolique. Après la période des bilans triomphants en termes de superficie viendra donc celle des critiques. Les écologistes sont les premiers à tirer à boulets rouges sur ces reboisements qualifiés de façon méprisante de « timbre-poste ». L’ouvrage d’une rare violence, intitulé France ta forêt fout le camp, paru aux éditions Stock, dans une collection au titre lourd de charge symbolique « Lutter », rassemble l’essentiel des griefs. Depuis l’amorce de ce débat, le mot d’ordre quasi général est « Haro sur les résineux28 ». L’administration chargée de gérer ce dossier des reboisements dirigés, en particulier les Directions départementales de l’agriculture, a oublié de « vendre » ces nouvelles forêts sur le plan écologique et psychologique. Le lancement à partir des années 1970 d’un ambitieux programme national de typologie des stations forestières, visant à mieux connaître les milieux à reboiser sur le plan pédologique et phyto-sociologique, permet de corriger progressivement le tir sur le plan écologique. En revanche, le déficit symbolique est évident. Personne n’a su et ne sait vraiment donner un supplément d’âme à ces micro-forêts, à ces parcelles émiettées. Le timbre-poste aimé des philatélistes est haï par les censeurs forestiers.

36Pourtant, il aurait été possible de louer ces nouveaux objets, mais la logique des « Trente Glorieuses » ne s’embarrassait guère de psychologie et de symbolique. L’essentiel tenait en bulletins victorieux d’augmentation régulière des superficies, de volumes de bois potentiels et de comblement du déficit de la filière-bois. Pour compenser cette vision tronquée et pour apprécier tout le potentiel esthétique et poétique il faut relire les pages consacrées par Francis Ponge à la description d’une pineraie dans Le Carnet du bois de pin. Cet oubli du symbolique est une leçon à méditer. Toute opération d’aménagement doit donner à rêver, à fantasmer, à imaginer. La stricte logique comptable handicape l’acceptation sociale et conduit à de regrettables erreurs d’appréciation. Écouter, par exemple, la parole des petits propriétaires qui ont reboisé quelques hectares, voire moins, avec foi, passion et enthousiasme, confère une image valorisante de ces reboisements décriés.

37Ces espaces de la taille d’un mouchoir de poche, appelés « hagis » dans les Vosges, ont pour leurs propriétaires un intérêt économique certain, en tant que petit capital pour la retraite, pour un achat exceptionnel ou pour financer un événement du type mariage... Mais ils ont tout autant une valeur sentimentale qui dépasse largement les aspects purement comptables. Les discours de ces petits propriétaires interviewés par des chercheurs en science sociale ou filmés dans une émission grand public comme celle du magazine Envoyé spécial, suite à la tempête de décembre 1999, constituent des témoignages bouleversants de simplicité et de vérité. On est bien loin des propos caricaturaux sur les logiques capitalistes qui auraient présidé à la majorité de ces reboisements, mais proche des motivations profondes qui ont guidé la mise en place de bon nombre de ces nouvelles forêts. Le désarroi de ces petits propriétaires et le constat d’impuissance qu’ils formulent après la tempête constituent, a posteriori, une forme de plaidoyer pour le « timbre-poste » détruit.

III. Vieilles forêts : les ambiguités de l’aménagement

38Longtemps, dans les forêts de l’État, la rationalité économique Ta emporté. La définition de l’aménagement forestier donnée dans la Bible du forestier du xixe siècle qu’est l’ouvrage du conservateur des Eaux et forêts, membre de l’Académie d’Agriculture, Bouquet de la Grye, Guide du Forestier, dont la première édition date de 1859, réédité par Philibert Guinier au lendemain de la dernière guerre sous le titre modeste de Technique Forestière est significatif. « L’aménagement des forêts peut être défini d’une manière simple l’ensemble des opérations aboutissant à l’établissement d’un règlement d’exploitation. Ce règlement précise notamment l’époque, la nature, le lieu et la quotité des coupes ». La même conception est formulée dans l’ouvrage d’Henry Huchon Connaissance de la forêt, modèle de lisibilité et de clarté, pour une publication en direction du grand public, édité comme le précédent par une maison d’édition, La Maison Rustique, dont le nom et le logo, délicieusement surannés, fleurent bon la campagne. « Schématiquement, l’aménagement organise la forêt dans l’espace et prévoit dans le temps les dates et l’importance des coupes ». La même définition lapidaire est reprise par André Mormiche qui représente, à côté d’historiens et de géographes, le corps forestier lors d’un des premiers colloques pluridisciplinaires du CNRS, sur la forêt, organisé par Gérard Houzard, à Caen, en 1984. « Il faut donc l’aménager pour y régulariser dans l’espace et dans le temps les prélèvements ».

39Cinquante ans plus tôt, l’ouvrage prémonitoire de Roger Blais, La Forêt, paru en 1938 aux Presses Universitaires de France, dans la collection Loisirs dans la nature montre une étonnante modernité et une vision prospective, en abordant les implications d’une question à peine émergente : le tourisme forestier. Peu de temps auparavant, en 1936, le même Roger Blais avait remarquablement analysé les diverses dimensions, et notamment celle symbolique, qu’il qualifiait en s’en excusant de philosophique, du passage du traitement de la forêt en taillis à la forêt en futaie. Sa démonstration, intitulée « Une grande querelle forestière : la conversion », est un des premiers exemples d’analyse scientifique et distanciée d’un conflit forestier majeur du xixe siècle. Roger Blais a senti que le tourisme forestier allait bouleverser les pratiques et les certitudes des ingénieurs forestiers. Il formule des remarques et des conseils pratiques pour faire face à un afflux prévisible de visiteurs. Il perçoit que la forêt, lieu de nature, doit être aussi un monument de culture. Il n’hésite pas à nommer des carrefours en forêt de Haye, près de Nancy, pour tirer des lieux de l’anonymat et leur donner une identité. Ce faisant, il rend hommage au corps des forestiers mais en même temps, il poursuit dans la voie de Denecourt qui a balisé et nommé des dizaines de kilomètres de sentiers de promenade dans la forêt de Fontainebleau. Il anticipe sur ce que devrait être une forêt où le culturel épaule et renforce le culturel. Dans cette même logique, l’Office National des Forêts, créé en 1965, doit faire face à un changement d’échelle du flux touristique. Avec l’avènement de la civilisation de la voiture individuelle, les Parisiens et les Franciliens envahissent Fontainebleau et les autres forêts périurbaines par millions. Face à ce déferlement de promeneurs du dimanche mais aussi de la semaine, la conception de l’accueil se limite à sa gestion utilitariste. Les points de fixation des touristes répètent les mêmes types d’équipements, quelles que soient les forêts : une carte, une charte, un mobilier, certes de plus en plus fonctionnel, mais aussi de plus en plus stéréotypé, bancs, tables, poubelles... Cette conception fonctionnaliste de l’accueil correspond à une vision par trop rigide du capital forestier. Le visiteur a besoin de repères mais aussi de dépaysement et d’originalité. La charte de l’équipement gomme les spécificités locales. Le rouleau uniformisateur ne laisse guère de place à la fantaisie, la création et l’imagination. La prise de conscience de la forte dimension symbolique des faits de fréquentation est désormais à l’ordre du jour. L’organisation d’un colloque à Paris, en décembre 2002, dans le cadre d’un programme Life, franco-suédois, intitulé « Urban Woods » et consacré aux perceptions non classiques de la forêt, traduit cette volonté d’intégrer dans la gestion des aspects qui relèvent de l’irrationnel, du sacré, du spirituel, du charnel, voire du parapsychologique et peut-être de l’érotique. Le recours à un anthropologue pour piloter ce colloque et une liste de communications non-conformistes marquent ce souci d’une approche différente et traduit cette irruption de la fonction symbolique dans la recherche et dans la gestion.

40Le temps des craquements dans les certitudes productivistes précède ces interrogations actuelles sur les symbolismes associés à la fonction d’accueil. Il a commencé avec la montée des préoccupations écologistes au lendemain de la dernière guerre mondiale qui entraînent une remise en question des principes de la foresterie. Les accusations, en partie outrancières, formulées par certains ayatollahs verts font mouche. Les forestiers qui avaient intégré progressivement, depuis le milieu du xixe siècle, les préoccupations de botanique puis de science des sols vont se trouver confrontés à des accusations d’incompétence écologique et leur rôle caricaturé en celui de suppôts d’une gigantesque entreprise uniquement soucieuse de produire du bois à des fins bassement mercantiles. Le grand public, ces millions de visiteurs qui fréquentent de façon plus ou moins épisodique la forêt, sensibilisés à ces attaques virulentes et bien orchestrées, va y ajouter des revendications multiformes mais souvent informelles.

41Comment comprendre les motivations et les attentes de ces catégories hétérogènes ? Comment faire en sorte que la gestion de la fonction d’accueil ne soit pas simplement une affaire d’équipements de loisirs mais aussi une question de supplément d’âme ? La récente enquête du Credoc, pilotée par Bruno Maresca, pour le compte du Conseil régional d’Ile-de France (crif), fournit des matériaux pour amorcer une réflexion sur ces nouveaux enjeux. Dans les années 1980, Bernard Kalaora avait distingué des modes de fréquentation élitistes opposés à des modes plus populaires. Il avait également opposé le statut de forêts de qualité dont Fontainebleau est le prototype et des forêts sans grandes qualités, telle la forêt d’Orléans. Les réflexions et les références théoriques sur ces questions des images mentales, des perceptions et des représentations sont encore embryonnaires, mais il paraît certain que la gestion des forêts publiques, mais aussi des forêts privées, ne pourra pas faire longtemps l’économie d’une prise en compte de cette géographie des images, de l’imaginaire, de l’imagination.

IV. Forêts de l’entre-deux : marginalité économique et désert symbolique ?

1. Des forêts en miette

42Les îlots boisés du Gâtinais en terre de grande culture traduisent la multiplicité des initiatives individuelles d’aménagement, sur des micro espaces, véritables mouchoirs de poches, aboutissant à maintenir ou à créer une étonnante biodiversité, liée à l’effet lisière, l’effet clairière, l’effet introduction d’espèces, l’effet diversité des usages et des pratiques. À soixante kilomètres au sud-est de Paris, le bois Boucherot, à mi-chemin entre les grandes forêts domaniales de Fontainebleau (20 000 ha) et d’Orléans (35 000 ha), couvre moins de 50 hectares. Issu d’une grande propriété nobiliaire, il a été partagé en 9 lots en l’an X. À la suite des partages successoraux successifs qui l’ont affecté aux xixe et xxe siècles, il est réparti désormais entre 131 propriétaires, d’après le cadastre de 1991 et 289 parcelles. Le plus grand possède une parcelle dépassant de peu l’hectare (1 ha 23 a 50 ca) ; le plus petit règne sur 21 m2

43.Ces micro-propriétaires sont représentatifs de l’énorme masse des millions de possesseurs de forêts de moins de 1 ha : ils représentent en France 2 360 000 personnes Ils résident encore parfois dans les deux villages situés à proximité du bois (42,5 % de la superficie et 40 % des parcelles) mais la majeure partie d’entre eux habitent au mieux dans le département mais aussi partout en France et même à l’étranger. Ces petits propriétaires sont particulièrement âgés : les plus vieux approchent des cent ans, le plus jeune a déjà trente ans.

44Mais plus que ces données relativement classiques pour une multitude de petits îlots boisés, la richesse floristique de ce bois est tout à fait étonnante. Sur un territoire grand comme deux parcelles de la forêt de Fontainebleau, on trouve près de 50 espèces ligneuses et 142 espèces végétales de la flore forestière française des plaines et des collines, soit le quart de la flore forestière inventoriée dans l’ouvrage de Jean-Claude Rameau et Gérard Dumé. Cette biodiversité incontestable étonne pour un bois sur terrain plat, sur substrat relativement simple de calcaire saupoudré d’un voile de limons, où dominent les sols calcicoles marqués par l’absence de milieux hydromorphes. Cette relative uniformité du milieu ne semble guère favorable à une grande diversité floristique. Peut-on avancer paradoxalement que cette richesse tient à l’ancienneté du bois, à la diversité des pratiques liées à une structure foncière émiettée et à des choix d’aménagements issus d’initiatives individuelles non coordonnées ?

2. Déserts symboliques ou créativité masquée ?

45Cet exemple des îlots boisés du Gâtinais est confirmé par des travaux menés en ordre dispersé par géographes, agronomes et sociologues. Ces forêts de l’entre-deux aux statuts fonciers compliqués et incertains apparaissent comme des objets quasi inconnus ou du moins sans reconnaissance officielle. S’il est vrai qu’elles font songer à des no man’s land aux marges des terroirs, elles sont en fait l’objet d’une étonnante multiplicité de pratiques dont certaines sont empreintes d’une grande vitalité. À une appropriation réelle déficiente, par des propriétaires fonciers absentéistes ou plus souvent ignorant de l’emplacement de leur parcelle de bois, se substitue une appropriation symbolique par les derniers vrais ruraux mais aussi par les nouveaux résidents secondaires. Lieux de coupes encore actives pour le bois de chauffage de la cheminée ou du barbecue, territoires de chasse au gibier de poils et de plumes ils sont aussi, parfois, réserves de chasse pour permettre au gibier de trouver refuge et nourriture, milieu de cueillettes multiples de plantes vernales des sous-bois comme les jonquilles sur substrat calcaire ou le muguet sur sols siliceux, emplacement des « caches » de champignons, destination de certaines promenades dominicales. Cet espace est vécu comme vacant, symbole de liberté par conséquent, mais aussi comme un endroit où l’on abandonne ses déchets de jardin, produits des tontes des pelouses et de la taille des haies, où l’on décharge aussi sans scrupule son frigo, son cyclomoteur ou sa vieille auto hors d’usage. Les forêts de l’entre-deux sont des lieux de pratiques innombrables, aux calendriers saisonniers ou annuels, successifs ou superposés. Ce ne sont pas des déserts de sociabilité. Ce peuvent être au contraire des lieux de convivialité, d’affirmation du lien social. Si les cueillettes sont plutôt affaires individuelles, la chasse ou les coupes se font en groupe, aux pratiques très codifiées sous une apparente impression de désordre et de spontanéité.

***

46Opposer rationalité économique et fertilité symbolique oblige à un salutaire effort de mise en perspective du patchwork de la forêt française. Que ce soit pour les anciennes forêts, les nouvelles ou celles de l’entre-deux, cette lecture duale permet de réviser certaines certitudes et de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de nombreux conflits. Le fait que les urbains, pour qui l’océan et la forêt incarnent la vraie nature, tiennent les discours dominants sur le fait forestier doit être pris en compte par les chercheurs et les gestionnaires. Que signifie cette nature aseptisée où l’on recrée en fait des pratiques urbaines faites d’idéal de gazon bien tondu et de haies marquant les territoires, de mauvaises herbes éliminées, de friches dévalorisées ?

47Les deux nouveaux dogmes de l’écologiquement correct : la biodiversité et le développement durable sont pour beaucoup des slogans qui font mouche car ils jouent sur des symboles simples et universels. Qui oserait nier que la diversité est préférable à la monotonie et à l’uniformité ? Qui prétendrait que le périssable vaut mieux que le durable ? Pourtant, les nouveaux chantiers forestiers ne pourront aboutir à des réalisations admises socialement, c’est-à-dire approuvées, acceptées et appropriées que si, derrière ces vastes concepts fourre-tout, s’instaure une politique d’explication, de communication, d’initiation à l’environnement où l’imaginaire aura toute sa place à côté des nouvelles logiques économiques et des exigences écologiques.

48La constitution du réseau Natura 2000, progressivement mis en place, après bien des réticences et des conflits, est au cœur de ces nouveaux enjeux. Pour être accepté, il aura besoin non seulement de connaissances fonctionnelles et de plans de gestion, mais aussi de plantes et d’animaux symboliques et consensuels qui permettront aux divers acteurs sociaux, propriétaires, gestionnaires, utilisateurs... de dialoguer mais surtout d’imaginer et même de rêver.

Bibliographie

bibliographie

Amat, J.P. 1999. La forêt entre guerre et paix, 1870-1995. Étude de biogéographie historique sur l’arc meusien de l’Argonne à la Woëvre, thèse de doctorat d’État, Université des sciences et technologie de Lille, 4 volumes de texte, 1300 p. +1 vol. de cartes.

Arnould, P. ; Simon, L. 1989. « The first World War (1914-18) and the Aisne forest, a major overturning », in Human Influence on Forest Ecosystem Development in Europe, proceedings of à workshop held in Trento, Italy, 26-29 sept. 1988, Bologne, F. Salbitano Pitagora Editrice et European Science Foundation (esf), p. 327-330.

Arnould, P. 1993. Climax, un concept à tout faire ? Colloque de phytosociologie intitulé « Phytodynamique et biogéographie historique des forêts », Bailleul, 24-26 octobre 1991. Colloques phytosociologiques, t. XX, J. Cramer Ed. Berlin, Stuttgart, p. 101-118.

Arnould, P. ; Simon, L. 1994. « Forêts, guerre, après-guerre autour du Chemin-des-Dames », in Forêts et guerre, Paris, L’Harmattan, p. 251-269 et p. 313-318.

Arnould, P. 1995. « Histoire de la planète forestière », in La forêt. Les savoirs et le citoyen Regards croisés sur les acteurs, les pratiques et les représentations, Chalon sur Saône, Éditions ancr, hatier, p. 21-40.

Arnould, P. ; Hotyat, M. ; Simon, L. 1997. Les forêts d’Europe, Paris, Nathan, 397 p.

Arnould, P. 1999. « Les forêts industrielles (Landes, Sologne) », in Les sources de l’histoire de l’environnement. Le xixe siècle, sous la direction d’Andrée Corvol, Paris, L’Harmattan, chap. 1, p. 3-9.

Arnould, P. 2000a. « Médias et tempêtes », in Enseignements forestiers à tirer des tempêtes de fin décembre 1999, Nancy, Association française des eaux et forêts, rencontres Forêt-Bois, no 8, p. 143-156.

Arnould, P. ; Hotyat, M. ; Simon, L. 2000b. Biodiversity and Forest Management : from Biodiversity to Geochronodiversity, New York, Wallingford, iufro Research Series 3, edited by M. Agnoletti and S. Anderson, p. 229-241.

Arnould, P. 2002a. « Histoire et mémoire des aménagements forestiers », Ingénieries, no spécial, p. 9-20.

Arnould, P, 2002b. « Les peupleraies dans le paysage et l’économie », in Les sources de l’histoire de l’environnement, t III, Le xxe siècle, sous la direction d’Andrée Corvol, Paris, L’Harmattan, chap. 1, p. 17-31.

Badre, L. 1983. Histoire de la forêt française, Paris, Arthaud, 186 p.

Barrue-Pastor, M. ; Bertrand, G. 2000. Les temps de l’environnement, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 544 p.

Barthod, C. 1996. « La gestion durable des forêts tempérées : aux racines du débat international actuel », Revue forestière française, Nancy, p. 13-22.

Baudrillart, J.-J. 1823. Dictionnaire raisonné et historique des eaux et forêts, Paris, Arthus Bertrand et Mme Huzard, t. 1, 816 p.

Beck, C. ; Delort, R. 1999. Pour une histoire de l’environnement, Paris, Travaux du programme interdisciplinaire de recherches sur l’environnement.

Beck, U. 2001. La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, préface de Bruno Latour, 521 p.

Bergonzini, J.C. ; Laroussinie, O. (dir.), 2000. Les écosystèmes forestiers dans les tempêtes, Paris, ecofor, idf, 133 p.

Birot, Y. 1996. « La recherche scientifique et la gestion durable des forêts : la contribution française », Revue forestière française, Nancy, p. 155-168.

Blais, R. 1936. Une grande querelle forestière, la conversion, Paris, Presses Universitaires de France, 86 p.

Blais, R. 1938. La forêt, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Les loisirs dans la nature », 294 p.

Bourgenot, L. 1970. Manuel pratique d’aménagement, Paris, Office national des forêts, 2e édition, 263 p.

Buffon, G.L.L. 1988. Les époques de la nature, Paris, Mémoires du Muséum national d’histoire naturelle, Édition critique par Jacques Roger, 1re édition 1962, 345 p.

Buridant, J. 2002. « Les aménagements cynégétiques en forêt dans les traités de chasse et d’économie rurale, xvie-xviiie siècle », Institut d’histoire moderne et contemporaine, Cahiers d’Études, no 12, Paris, p. 33-40

Cartier, S. 2002. Chronique d’un déluge annoncé. Crise de la solidarité face aux risques naturels, Paris, Grasset, 373 p.

Chailland. 1769. Dictionnaire raisonné des eaux et forêts, Paris, Ganeau et Knapen, t. 1, 621 p., t. 2, 656 p.

Cocula, A.M. 1993. « Le Landais au xixe siècle ou l’homme prétendu quadrumane », in Milieux naturels et identités culturelles, Cahiers d’études « Environnement, forêt et société, xvie-xxe siècle », Paris ihmc, p. 53-56.

Corvol, A. 2000. « Les forêts dans les tempêtes », in Les écosystèmes forestiers dans les tempêtes, p. 17-24.

Couzon, I. 2001. « La figure de l’expert géographe au miroir de la politique d’aménagement du territoire en France (1942-1950) », in Géographes en pratiques, (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, (dir. G. Baudelle, M.V. OzoufMarignier, M.C. Robic) p. 159-171.

Crpf. 2000. Le peuplier, essence de l’air, essence de l’eau, Paris, Institut pour le développement forestier, 25 p.

Degron, R. 1999. Forêts, temps et sociétés. Les conversions forestières en Lorraine : bilan, contrastes, rythmes et ruptures, thèse de géographie, Université de Nancy 2, dir. J. P. Husson, 404 p. + annexes.

Derioz, P. 1994. Friches et terres marginales en basse et moyenne montagne. Revers sudoriental du Massif central, Avignon, Structures et dynamiques spatiales, no 1, 330 p.

Dubourdieu, J. 1997. Manuel d’aménagement forestier, Paris, Office national des forêts, Lavoisier, 244 p.

Duroure, R. 1982. Propositions pour une politique globale forêt-bois, rapport au Premier ministre, Nancy, numéro spécial, Revue forestière française, 115 p.

Fabiani, J.L. ; Theys, J. (textes réunis et présentés par), 1987. La société vulnérable, évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 674 p.

Fourault, V. 2001, « Le traitement de la tempête de décembre 1999 » dans Le Monde et Le Parisien, mémoire de maîtrise sous la direction de P. Arnould et M. Tabeaud, Université de Paris 1, 160 p.

Geny-motte, M. 1998. La chasse aux oiseaux migrateurs dans le Sud-Ouest : le droit face aux traditions, thèse sous la direction de D. Cabanis, Toulouse I, 647 p.

Gracq, S. 1974. Lettrines II, Paris, José Corti.

Guinier, Ph. 1947. Technique forestière, Paris, La Maison Rustique, 316 p.

Hellstrôm, E. ; Rytila, T. 1998. Environmental Forest Conflicts in France and Sweden : Struggling between Local and International Pressures, Joensu, European Forest Institute, Working Paper, 111 p.

Huchon, H. 1975. Connaissance de la forêt, Paris, La Maison Rustique, 4e édit., 164 p.

Husson, J.-P. 1994. « L’aménagement des forêts domaniales de front de Haye et des Hauts de Mad », Forêts et guerre, Paris, L’Harmattan, p. 197-213.

Husson, J.-P. 1995. Les forêts françaises, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 258 p.

Jolivet, M. dir. 1992. Sciences de la nature, sciences de la société, les passeurs de frontières, Paris, cnrs Éditions, 589 p.

Jouvenel, B. de. 1978. Vers la forêt du xxie siècle rapport au ministre de l’Agriculture, Nancy, numéro spécial de la Revue forestière française, 152 p.

Kalaora, B. ; Savoie, A. 1986. La forêt pacifiée. Sylviculture et sociologie au xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 134 p.

Kalaora, B. ; Savoie, A. 1991. « Aménagement et ménagement : le cas de la politique forestière au xixe siècle », Comité des travaux historiques et scientifiques, La Forêt, Paris, p. 307-328.

Lamotte, M. 1985. Fondements rationnels de l’aménagement d’un territoire, Paris, Masson, 175 p.

Lardon, S. ; Maurel, P. ; Piveteau, V. 2001. Représentations spatiales et développement territorial, Paris, Hermes Science Publication, 437 p.

Laroussinie, O. ; Bergonzini, J.-C. 1999. « Pour une nouvelle définition de l’aménagement forestier en tant que discipline d’ingénieur », Revue forestière française, p. 117-124.

Larrere, C. ; Larrere, R. 1997. La crise environnementale, Paris, inra Éditions, 302 p.

Larrere, R. ; Nougarede, 0.1993. Des hommes et des forêts, Paris, Gallimard, La Découverte, 128 p.

Liagre, J. 1999. « L’aménagement des forêts “publiques” : point de vue d’un juriste », Revue forestière française, p. 50-59.

Marty, P. 1998. Forêts et sociétés. Appropriation et production de l’espace forestier : les logiques d’action des propriétaires privés. L’exemple de la moyenne montagne rouergate, thèse Université de Paris 1 sous la direction de Paul Arnould et Marie-Claude Maurel, 2 tomes, 409 p.

Metaillie, J.P. 1999. « Lutter contre l’érosion : le reboisement des montagnes », in Les sources de l’histoire de l’environnement. Le xixe siècle, sous la direction d’Andrée Corvol, Paris, L’Harmattan, chap. X, p. 97-110.

Mormiche, A. 1984. « La notion d’aménagement forestier », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t. 55, fasc. 2, p. 129-140.

Mornet, E. ; Morenzini, F. 1998. Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 761 p.

Mortier, F. 2001. Reconstitution des forêts après tempêtes. Guide, Paris, Office national des forêts, 149 p.

Parde, J. 1999. « Des temps gallo-romains aux temps contemporains : premiers pas et progrès des aménagements », Revue forestière française, p. 23-44

Peyron, J.L. coord. 1999. « L’aménagement forestier, hier, aujourd’hui, demain », Revue forestière française, Nancy, 350 p.

Pinchemel, P. 1985. « Aspects géographiques de l’aménagement d’un territoire », in Lamotte, M. Fondements rationnels de l’aménagement d’un territoire, Paris, Masson, p. 8-33.

Radkau, J. 2000. Natur und Mensch : eine Weltgeschichte der Umwelt, Munich, C.H. Beck, 438 p.

Robic, M.C. 1992. Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 343 p.

Roqueplo, P. 1993. Climats sous surveillance, limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Economica, 401 p.

Sebillotte, M. dir. 1988. Prospective : la forêt, sa filière et leurs liens au territoire, Paris, inra, dadp, t 1 : Synthèse et scénarios. Répercussions pour la recherche, 257 p., t. 2 : Rapports des ateliers, 130 p.

Theys, J. ; Fabiani, J.L. dir. 1988. La société vulnérable, Paris, Presses de L’ens, 674 p.

Urbain, J.D. 2002. Paradis verts. Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot, 392 p.

Veyret, Y. ; Pech, P. 1997. L’homme et l’environnement, Paris, puf, 423 p.

Yelles, N. 1997. « Visite guidée d’une forêt d’images : les Landes et le tourisme au xixe siècle », in La forêt, perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, p. 173-180.

Notes

1 J. Gadant. (dir.), Atlas des forêts de France, Paris, De Monza, 1991 ; A. Corvol, L’homme aux bois. Histoire des relations de l’homme et de la forêt, xviie- xxe, Paris, Fayard, 1987.

2 Arnould, « Les forêts entre nature et société », Bulletin de l’Association de géographes français, Paris, 2000, p. 105-107.

3 H. Bredif, P. Boudinot, Quelles forêts pour demain ?, Paris, afocel, L’Harmattan.

4 P. Arnould, « 15 000 ans d’accueil du public dans les forêts françaises », Arborescences, no 76, 1998, p. 10-11. ; B. Kalaora, Le musée vert, radiographie du loisir en forêt, Paris, L’Harmattan, 1993.

5 D. Carbiener, Les arbres qui cachent la forêt. La gestion forestière à l’épreuve de l’écologie, Aix-en-Provence, edisud, 1995.

6 J.L. Bianco, « La forêt, une chance pour la France, rapport au Premier ministre », Revue Forestière Française, 1999, p. 493-606.

7 H. Bredif, H. Ollagnon, Gestion durable des forêts : la France à l’heure des choix, Paris, afocel, 1997.

8 P. Arnould, « Forêts, nouvelles forêts, vieilles forêts », Actes du 113e Congrès national des sociétés savantes. Strasbourg, 5-9 avril 1988, dans La forêt, Paris, Comité des travaux scientifiques et historiques, 1991, p. 13-30.

9 P. Arnould, La forêt française, entre nature et culture, habilitation à diriger des recherches, Paris, ENS Fontenay-Saint-Cloud, 1994 ; P. Arnould, « Les nouvelles forêts françaises », L’Information géographique, vol. 60-4, 1996, p. 141-156.

10 P. Arnould, Les forêts, op. cit., 2000, p. 105-107.

11 P. Arnould (1994), « La forêt qui cache les forêts », Historiens et géographes, numéro spécial « Vivre en France dans la diversité », no 370, mai-juin 2000, p. 363-373.

12 Corvol, 1987, op. cit. ; R. Delort, F. Walter, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF, 2001.

13 P. Arnould, 2002 ; E. Hellström, « Conflicts cultures : a comparative view of environmental forest conflicts in selected European countries and regions of the USA, Vienne », IUFRO, no 30, 2001, p. 9-20.

14 P. Arnould, « La forêt qui cache... », op. cit., 2000.

15 J.R. Pitte, Histoire du paysage français, Paris, Tallandier, 1983, 2 tomes.

16 P. Arnould, 1993. Climax, un concept à tout faire ? Colloque de phytosociologie intitulé « Thytodynamique et biogéographie historique des forêts », Bailleul, 24-26 octobre 1991. Colloques phytosociologiques, t. XX, J. Cramer Ed. Berlin, Stuttgart, p. 101-118.

17 C. Barthod, « L’aménagement dans la politique forestière française », Revue forestière française, 1999, p. 347-360 ; J.Y. Puyo, Aménagement forestier et enjeux scientifiques en France de 1820 à 1940, thèse de géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1996.

18 P. Blandin, D. Bergandi, « À l’aube d’une nouvelle écologie », La Recherche, 332, 2000, p. 56-59.

19 G. Bertrand, « L’élément et le système », Revue géographique des Pyrénées et du SudOuest, 1986, p. 281-288 ; C. Bertrand, G. Bertrand, « Le géosystème : un espace-temps anthropisé », Les temps de l’environnement, Toulouse, 1997, p. 27-34.

20 G. Houzard, « Sylvosystèmes et sylvofaciès, phytosociologie et foresterie », Ed. J. Cramer, Colloques Phytosociologiques, Berlin, vol.14, 1988, p. 231-236.

21 A. Corvol, « Forêt et iconographie, fin xve-début xxe siècle », Archives et bibliothèques de Belgique, no spécial 45, Bruxelles, 1994, p. 79-115 ; R. Larrere, « Peindre la forêt », Arbre Actuel, no 15, 1994, p. 33-41.

22 P. Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1988 ; J.M. Drouin, Réinventer la nature. L’écologie et son histoire, Paris, Desclée de Brouwer, 1991 ; J.P. Deleage, Histoire de l’écologie. Une science de l’homme et de la nature, Paris, La Manufacture, 1991.

23 A. Rougerie et N. Beroutchachvili, Géosystèmes et paysages. Bilan et méthodes, Paris, Armand Colin, 1991.

24 Arnould, Marty et Simon, 2002 ; P. Arnould, P. Marty, L. Simon, « Deux siècles d’aménagement forestier : trois situations aux marges méridionales de la France », ERIA, Revista cuatrimestal de Geographia, no 58, 2002, p. 251-267.

25 H. Constanty, Le lobby de la gâchette, Paris, Seuil, L’épreuve des faits, 2002.

26 M. Bournerias, Guide des groupements végétaux de la région parisienne, Paris, cdu-sedes, 3e édit., 1984.

27 S. Le Floch, Regards sur le peuplier, un arbre entre champs et forêts. Du rationnel au sensible, Cemagref, thèse de doctorat Engref, Paris, 1996.

28 P. Arnould, 1996, op. cit.

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search