Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Connaître la forêt occidentale

Andrée Corvol-Dessert

Texte intégral

1S’il est un territoire qui inspire dictons et proverbes, c’est celui de la forêt. Qui ne connaît : « Il ne faut pas que l’arbre cache la forêt » ? Ou encore : « La forêt est toujours le miroir de la société » ? La banalité de l’un et de l’autre fait que nul ne bronche à leur écoute. Pourtant, si le décryptage de l’arbre-qui-masque-la-forêt est facile, cette formule opposant la complexité de l’ensemble à la simplicité de l’élément, il en va autrement de la forêt-qui-reflète-la-société. Car, enfin, de quelle société est-il question ?

2L’expression Ancien Régime marque clairement qu’au-delà du xviiie siècle commence un monde nouveau, tant par les institutions que par les mentalités, défini par la production de masse et la rapidité des flux. C’est dire qu’au xixe comme au xxe siècle (je laisse de côté le xxie siècle, n’étant ni Pythie ni Cassandre), la Forêt incarne des valeurs-refuges, celles du placement qui rapporte peu mais qui est sûr, celles d’une population qui complète par la cueillette et la chasse une polyculture progressivement obsolète puisque autarcique.

3Reste que du xiiie au xviiie siècle, la société n’a pas été immuable, quoique le paraissant dans la confusion chronologique qu’entretiennent les nouveaux manuels scolaires. La différence est grande entre l’univers médiéval, où la Forêt évoque le désert des ermites qui y trouvèrent la voie du salut, et l’univers moderne où la Forêt constitue un enjeu de taille, pour la construction maritime notamment : l’accroissement des échanges commerciaux et l implantation des établissements coloniaux multiplient alors les occasions de conflit entre marines nationales.

4Les documents qui permettent de reconstituer les relations entre l’homme et le bois reflètent ces étapes. Elles mènent d’une forêt offerte à tous, afin de fixer une main d’œuvre fluctuante, à une forêt qui appelle pour sa conservation l’intervention des pouvoirs publics. Il importe dès lors d’en être propriétaire : elle reste nourricière mais devient stratégique, puisque fournissant à des hommes plus nombreux le bois-matériau et le bois-combustible, les plastiques et les résines d’aujourd’hui, les hydrocarbures et le nucléaire d’à présent. Les massifs de la vieille Europe portent l’empreinte des siècles, d’où l’impression que, toujours, ils occupèrent ces superficies et présentèrent ces formes.

Les documents pour le peuplement

Comptes en revenu

5Entre Eaux et Forêts et Marine les relations s’aigrirent lorsque les deux administrations prirent de l’importance, la première au xive, la seconde au xvie siècle. Ces tensions furent donc sensibles avant que les exigences des arsenaux maritimes imposent le double principe de la déclaration préalable ou de l’autorisation nécessaire. Elles s’aggravèrent au xviiie siècle pour deux raisons. Un, la Marine réclamait des bois de haute qualité à la torsion et à la pression, et accusait les Eaux et Forêts de ne pas éduquer les arbres en ce sens. Deux, la décision finale, qui informait le propriétaire quant à la possibilité d’abattage, transitait bien par la Maîtrise, mais le marquage en réserve dépendait du garde-marteau de la Maîtrise. Cette nouveauté reflétait la tendance apparue sous la Guerre de la Ligue d’Augsbourg. Les pouvoirs publics blâmaient la pratique forestière quand celle-ci, trop prudente, ménageait la paix des bois au détriment de la guerre : Mars devait commander au xviiie siècle comme au xviie siècle, plus encore même, à en juger par la rigueur du texte. En effet, la décision figurait en marge de l’enregistrement, et l’original, était posté au requérant. Ainsi, il pouvait démontrer sa bonne foi en cas de contestation. La précaution était impérative. Y déroger, c’était encourir une forte amende car la faute commise, cession illicite, était souvent accrue d’une fraude fiscale.

6Le monarque veillait à l’emploi des futaies, des siennes comme des autres. Toute sa politique tendait à en conserver un maximum, quitte à les mener au seuil de vétusté, en zones sensibles tout particulièrement. Mais une fois abattus, ces arbres-futaies, trop mûrs, se révélaient tarés. Leur notation comme « vénérables écorces » n’empêchait pas leur déclassement. Cela signifiait que le propriétaire, le roi ou un autre, les écoulait non comme bois de service (= bois de charpente), mais comme bois de fente ou de feu. Ces arbres-futaies étaient « bois ravalés » : la perte était considérable. On comprend les propriétaires qui éduquaient leurs bois sans futaies (= taillis simple). Ils optaient pour la tranquillité, même si la pénurie régionale en bois d’œuvre garantissait un beau bénéfice à ceux qui enrichissaient le peuplement (= taillis composé). On comprend aussi la revendication, générale au xviiie siècle, pour que les arbres-futaies ne relèvent plus du fonds, mais du peuplement. La tolérance devança la loi mettant fin à cet archaïsme (1827) : dès 1760, aucune poursuite n’est lancée sur cet unique argument, la coupe sans certificat, exception faite des bois de marine.

7Les arbres-futaies incluaient trois catégories : les tiges qui séparaient deux propriétés forestières (= arbres-paroi) ; les tiges qui ponctuaient le pourtour d’un massif (= arbres corniers, dits pieds-corniers) ; les tiges qui symbolisaient la gloire d’une maison par la majesté des drèves (= bois marmenteaux). Lorsque le seigneur était décapité pour crime de lèse-majesté, les sujets d’ornement étaient rasés, et les tours et donjon, démolis, cela jusqu’au premier tiers du xviie siècle. Les autres futaies échappaient au massacre en étant confisquées au profit du roi ou d’un commensal. C’est que le monarque n’avait jamais trop de futaies et contrôlait de près leur devenir. Le terme « futaies » est donné ici au sens ancien. En effet, des forêts ainsi traitées étaient fort attractives dans ces Temps Modernes où le bois d’oeuvre étaient rares.

8Le Roi utilisait les forêts pour obtenir l’argent qu’exigeait la guerre. La procédure aboutissait à un contrat. Une fois le document paraphé, les contractants groupés en « sociétés », c’est-à-dire en compagnies financières, jouissaient de la portion domaniale mentionnée. On les qualifiait d’« engagistes » car l’emprunt du roi était « gagé » par sa forêt. Les engagistes devaient respecter les clauses d’exploitation, inscrites dans le cahier des charges joint au contrat. L’Administration archivait la grosse du cahier, puisque c’est elle qui établissait les dispositions conservatoires (calendrier des coupes, chemins de vidange, densité des réserves, façonnement des pièces, etc.). Ainsi, les agents des Eaux et Forêts perdaient la puissance gestionnaire sous ses deux composantes, foncière (= structuration des peuplements) et technicienne (= éducation des peuplements), et cela pour plusieurs années. Ils conseillaient là où ils avaient dirigé. Le mauvais souvenir laissé par les expériences antérieures, pas toujours fondé d’ailleurs, resurgissait dès que l’urgence financière triomphait du « bon ménagement ». On conçoit que le personnel des Eaux et Forêt y est vu le signe du « mauvais ménagement » : l’allègement de leur activité retentissait sur le nombre de leurs vacations, donc sur le nombre d’actes tarifés, donc sur leurs finances.

Comptes en capital

9L’engagement évitait au Roi les frais engendrés par la conduite et la protection des cantons « aliénés ». Cet adjectif est incorrect car le contrat, en comportant la notion de rachat - postulé au jour de résiliation – excluait l’idée de cession. Le Domaine de la Couronne et le Domaine privé du Roi étant confondus, ni l’un ni l’autre ne sauraient être véritablement aliénés. Henri IV essaya d’isoler ses forêts patrimoniales (80 000 hectares dans les Pyrénées) au sein des forêts domaniales. Le Parlement émit des remontrances. Le Béarnais recula devant cette réprobation fondée sur des coutumes aussi anciennes que la dynastie d’Hugues Capet. Ce n’était pas le moment de heurter les parlementaires, dont il recherchait le soutien pour combler les trous creusés par les guerres : le renflouement du Trésor passait par une augmentation des impôts ! Le Roi proclama du coup que les biens des Albret seraient placés au service de l’État, et assimilés à ceux du Domaine, donc inaliénables (1607). Aucun Bourbon n’osa abroger par la suite cette déclaration. À quoi bon, puisque les procédés juridiques, qui rendaient l’obstacle contournable, ne manquaient pas ? Les forêts domaniales, en y adjoignant les apanages des princes, représentaient 1 000 000 d’hectares à la fin du xviiie siècle, soit le dixième de la superficie forestière française. En fait, l’utilisation exclusive du roi n’en couvrait pas les deux-tiers : 280 000 hectares étaient engagés ; 60 000 hectares étaient accensés ou affectés.

10Ces contrats d’accensement et d’affectation, jadis très fréquents, obéissaient à une autre logique que le contrat d’engagement. Il s’agissait de louer (et non de gager), pour une durée précise (et non pas indéfinie), des forêts dont la récolte, non exportable, enrichissait peu le Trésor royal. Evidemment, cette solution n’était possible que dans l’hypothèse d’une pression usagère raisonnable, voire faible, ce qui était mieux encore. Qui irait prendre à bail, en effet, une forêt dont le produit serait destiné aux habitants ayants-droit ?

11La valorisation, confiée à une tierce personne, peut porter sur le fonds ou sur le peuplement : la conversion en terres cultivées (= cas de l’accensement) est temporaire mais reconductible ; la consommation des coupes délivrées (= cas de l’affectation), itou.

12La valorisation est le fait d’hommes libres, garantissant la sûreté d’un lieu par un déboisement encadré. Cette méthode a beaucoup servi au xive et xve siècles, d’où les « bastides » et les « sauvetés » dans les confins dénudés qui ne l’étaient pas avant ces passations de contrat.

13La valorisation aux xviie et xviiie siècles est le fait de capitalistes, qui remédient aux ressources en combustible insuffisantes à mesure que les pressions augmentent, du fait de la floraison de forges, tuileries, briqueteries, faïenceries ou verreries.

14L’affectation stricto sensu est le droit que reçoit le fondateur d’une entreprise d’exploiter, à prix convenu, une superficie attribuée en forêt domaniale. Elle diffère donc de l’affouage, bien que les contemporains en eussent parler comme d’une seule et même chose. L’affouage désigne, lui, la quantité de cordes distribuées chaque année ou l’étendue de coupe parcourue annuellement. L’un ou l’autre point est fixé dans le document accordé par le propriétaire au signataire. L’exploitation des bois reste soumise à la vigilance des gardes du bailleur. Quant à la délivrance annuelle, en volume ou en surface selon la nature de l’accord, son coût est facturé au bénéficiaire du bail, évidemment. Au fond, l’affouage est plus proche d’un droit d’usage que l’affectation. On constate du reste que les industriels et les habitants parlent indifféremment à la veille de la Révolution d’affouage et de droit d’affouage, alors que l’exactitude juridique devrait leur faire dire affouage et droit de fouage (= de feu = de chauffage), ce dernier ne caractérisant que les foyers des ayants-droit.

15Cette erreur s’est ajoutée à la confusion entre « affectation » (Forêt du Domaine) et « affouage » (Forêt autre que domaniale). Celle-ci est fréquente dans la seconde moitié du xviiie siècle. Maints propriétaires utilisent le contrat d’affectation pour augmenter le rapport des bois sans avoir à les abattre et à les vendre : un autre s’en charge pour eux et en cela ils imitent le monarque. L’amalgame aboutit à désigner l’industriel comme « affouagiste », qu’il ait signé un contrat d’affectation ou un bail avec affouage. Après tout, son entreprise dépend de sa symbiose avec la Forêt. Elle mourait si l’accès aux produits de la forêt était remis en cause. C’est ce qui arriva parfois au début du xviiie siècle. Les faillites signalées viennent de ce que le pouvoir monarchique a évincé certains fermiers, refusant de reconduire leur bail, non pour préserver le patrimoine forestier, mais pour jouir de ses fruits en devenant industriel.

16Ainsi, l’État renonce aux formes d’affermage que sont l’affectation et l’affouage. Il choisit l’investissement direct, c’est-à-dire la mise en régie d’usines. Il les a installées pour valoriser lui-même son patrimoine. C’est l’État-Patron bien avant l’invention de la formule, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, quand on nationalisa à tour de bras : on n’avait pas vu cela depuis les heures sombres de la Révolution française ! L’État organise donc un complexe auto-suffisant : les bois domaniaux sont rentabilisés par une forge ou une verrerie royale. Ces établissements sont mis en régie, l’Administration générale des Domaines et des Droits domaniaux, constituée en 1780, supervisant leur activité. L’État est en ce cas plus proche d’un directeur que d’un fournisseur. Cependant, à l’est du Barrois, là où fléchit la compétition foyers urbains-foyers industriels, les affectations semblent avoir eu la préférence, comme celles en forêt de la Joux pour les salines (Jura) ou en forêt de Dabo pour la verrerie du Grand-Soldat (Moselle).

Contrôles de bail

17En fait, au xviiie siècle, l’aspect collectif du Domaine est admis. Les législateurs révolutionnaires entérinent cette évolution. Ils remettent la propriété du Domaine à la Nation. Ils ont donc enterré l’idée, chère aux Physiocrates, de louer (= accenser ou affecter) les bois royaux (septembre 1789). Cette conception revint en force, pourtant, trois mois après (janvier 1790). Le grand maître de Champagne, Tellès d’Acosta, proposait de louer une partie du Domaine pour rembourser les offices supprimés. La proposition demeura latente six mois durant. Elle fut balayée après le vote de l’Assemblée nationale : les bois royaux seraient vendus, mais pas de manière systématique (6 août 1790). On constate donc que la location, partielle ou totale, ne fut pas tout de suite écartée ; que cette perspective en séduisait plus d’un, mais qu’elle plaisait tout de même moins que trente ans avant.

18Pourquoi ? Parce que le Domaine de l’État venait d’incorporer le domaine forestier ecclésiastique, soit 800 000 hectares (2 novembre 1789). Un tiers appartenait au Clergé séculier, deux tiers au Clergé régulier, surtout à l’ordre des Bénédictins. Malgré la réputation déplorable aux yeux du public de ces contrats, engagement, accensement, affectation, surtout de l’engagement (l’inverse eut été plus juste), les clauses imposées défendaient mieux les peuplements que l’opinion se l’imaginait. Les représentants de la Nation avaient été informés de leurs avantages respectifs par la Commission chargée d’examiner ces données et d’organiser les adjudications de forêts « nationales ». La documentation abonde donc. En fin de bail, le potentiel de régénération était rarement amoindri. Il arrivait même que les éclaircies réalisées aidassent la croissance des baliveaux (= réserves) et stimulent la pousse des jeunes (= recrû, revenant), alors que la densité antérieure, excessive, les privait de lumière.

19Nonobstant ces effets inattendus et longtemps mésestimés, l’autorité, une fois recouvrées ses prérogatives, décomptait avec soin les tiges épargnées selon ses prescriptions. Il fallait que leur nombre fut réparti en trois classes d’âges, « étalons » (= arbres qui ont connu une seule révolution de coupe), « modernes » (= idem mais deux révolutions) et « anciens » (= idem mais trois révolutions). Leur maintien était obligatoire, car ces sujets réservés le devaient à leur aptitude à la reproduction : ils étaient des « semenciers », rôle tenant à la localisation de la tige, à la configuration du tronc et au dégagement de la cime. Leur présence permettait au peuplement de se reconstituer sans intervention humaine, semis ou plants, auquel cas la régénération serait « artificielle ». La régénération devait être autant que possible « naturelle » pour raison d’économie et pour cause d’inorganisation. Il existait des pépinières volantes, mais pas de pépinières fixes : le Service des Pépinières d’État était tout juste ébauché en 1770, Ile de France excepté.

20La multiplication des coupes, des engagements, des affectations et des accensements divers explique que, la paix revenue, il fallut inspecter les forêts royales. Chacun savait qu’il était temps de restaurer leur peuplement affaibli par une surexploitation flagrante (cas des coupes extraordinaires) ou probable (cas des engagements et, surtout, des affectations et des accensements). Chacun savait aussi que l’Administration, focalisée sur les espaces ponctionnés au nom du salut public, avait peu négligé les autres portions du Domaine. Maintes forêts royales étaient surchargées de « vieilles écorces », expression péjorative qui englobait anciens et bisanciens. C’était également l’occasion d’un gigantesque audit du personnel en place, à l’issue duquel certains officiers finiraient destitués ; d’autres, suspendus dans leurs fonctions. Beaucoup auraient à payer des amendes. Tous devraient marcher droit.

21Il fallait en effet éliminer les réserves obsolètes sous peine de compromettre le recrû (= repousse, revenant). Et puis, le non entretien des lisières avait engendré un continuum végétal, qui masquait la frontière entre fonds domanial et parcelles contigües, en bois, en friches ou en cultures. Il fallait donc procéder à la reconnaissance des limites domaniales en même temps qu’à l’inventaire des peuplements sylvicoles. Autrement dit, repérer les bornes, les confronter avec celles dessinées sur les anciennes cartes, scruter les titres de propriété des riverains, particuliers, seigneurs ou habitants, communautés, religieuses ou laïques. Et, si besoin, combler les lacunes dans le texte ou l’absence de documents par la confrontation des témoignages.

Les documents pour l’administration

Enquêtes de reformation

22Cette volonté d’évaluer la superficie, la quantité et la qualité des arbres qu’elle porte, le nombre et la valeur des gens qui s’en occupent, le volume de ce que les habitants prennent et les fondements juridiques de cette ponction comme des autres droits qu’ils prétendent détenir, marquait souvent le début des règnes et la fin des périodes d’anarchie et des hostilités. Dans ces derniers cas, le personnel avait fait ce qu’il avait pu, et le moins qu’il avait pu s’il n’était pas payé. Quant aux autorités militaires, légitimes ou pas, elles avaient ordonné des coupes exceptionnelles pour satisfaire aux besoins de l’armée, mais aussi des populations réfugiées, démunies de tout, notamment de la faculté de se chauffer et de cuire. On l’avait noté au cours de la Guerre de Cent Ans. On revit ces scènes pendant les Guerres de Religion. On les connaît derechef pendant les conflits de la Révolution et de l’Empire, pendant la Guerre de 1870 comme durant les deux guerres mondiales. Lorsque le calme revient, on procède à l’inventaire et on restaure ce qui peut l’être, ne serait-ce qu’en interrompant les prélèvements prévus et en traquant les abus introduits faute de répression. C’est la situation qui se rencontre au milieu du xviie siècle.

23Les opérations de remise en état débutèrent sitôt négocié le Traité des Pyrénées (1659). La première année fut un test grandeur nature dans les forêts du Nivernais et du Bourbonnais : elles étaient familières à Colbert qui les avait parcourues au service du cardinal Mazarin, possessionné dans ces provinces et gros engagiste, qui plus est ! La seconde année enregistra l’annonce fracassante de la Grande Réformation, démarrée en 1661 et close en 1680. En fait, ses agents la menaient au ralenti depuis 1674. Car la situation internationale s’était détériorée : les Guerres de Dévolution (1667-1668) et de Hollande (1672-1678) n’avait pas résolu le problème que posait la Maison d’Autriche. En fait, à l’avant veille de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg (1698-1697), poursuivre l’entreprise semblait superflu, d’autant qu’elle se révélait plus onéreuse et plus impopulaire que prévu.

24La réformation coûtait cher car, très vite, Colbert dut désigner des commissaires réformateurs investis de pouvoirs proconsulaires, afin de diligenter enquêtes et châtiments. Il avait senti les rétiscences des hiérarques, les grands maîtres des Eaux et Forêts. Certains avaient trafiqué sur les bois royaux ; les voir aux commandes de leur département empêcherait leurs subordonnés de collaborer en dévoilant les fraudes. Tous redoutaient une refonte des structures : ils retardaient la collecte des renseignements ; ils espéraient en la lassitude du ministre ou en sa disgrâce. En quoi ils se trompèrent car l’épuration des fainéants et des prévaricateurs occupa grosso modo les années 1661-1667 et obligea les travailleurs non compromis à s’activer dare-dare ! L’ennui, c’est que ceux qui furent nommés commissaires réformateurs, recrutés chez les intendants de finance liés aux colbertides (Normandie, Bourgogne Berry, Dauphiné) et complétés par des forestiers de talent (Ile de France, Aquitaine, Pyrénées, Auvergne), empochèrent des vacations faramineuses (1 300 000 livres en 1667). Le montant qu’ils encaissèrent par rapport à ce qu’ils rapportèrent au Trésor public justifiait d’abandonner la grande réformation. Ce ne fut pourtant pas le motif de la renonciation : le total des sommes ne fut pas ébruité à l’époque !

25Cette dépense était-elle nécessaire pour conforter leur vertu et terrasser la corruption ? En fait, la réformation fut impopulaire en raison de l’interruption des coupes le temps d’examiner leur validité, d’où le mécontentement des marchands exploitants. Ajoutons que la réformation s’accompagnait de l’ajournement des droits d’usage jusqu’à vérification des chartes, d’où l’inquiétude des intéressés qui appréhendaient de perdre pour toujours ce qu’ils s’étaient imprudemment accordés. Les deux combinés engendrés un malaise difficilement supportable à l’heure où de nouveaux conflits se profilaient à l’horizon.

26Au demeurant, les résultats furent très en-deçà des promesses de Colbert.

27Le meilleur vint de la suppression des offices inutiles (1 333 officiers en 1674, contre 1 619 en 1665). Cela réduisait les charges pesant sur les recettes des Maîtrises et du Domaine. Ces charges, 40 % avant la réformation, glissent à 25 % dès 1674. Elles oscillent ensuite autour de 30 % (28 % en 1683, soit 388 000 livres à prendre sur les 1 416 000 livres produites alors par les ventes).

28Le reste fut plus discutable. Evidemment, les étendues domaniales, cartographiées sinon en totalité, du moins pour l’essentiel, récupérèrent 36 000 hectares, mais cela couvrait à peine 3,9 % de l’ensemble (922 000 hectares) qui, de toutes façons, lui serait revenu une fois expirés les engagements.

29Quant aux chauffages des usagers, révisés à la baisse et délivrables en argent, la somme étant imputée là aussi sur le montant des ventes pour une valeur de 43 000 livres (l’équivalent de 4 500 cordes de bois, 620 sommes et 320 charretées), non seulement ils étaient modestes, surtout comparés aux vacations des commissaires et gages des officiers, mais encore restèrent souvent en nature, tout comme dans les autres forêts.

30On n’alla guère plus loin dans l’épuration des comptes. La coalition anti-française resserrait son étreinte (1681) et le gouvernement entendait apaiser l’émotion des campagnes. Il n’avait pas envie non plus d’irriter les usagers non paysans : à quoi bon développer contre eux une procédure coûteuse, alors qu’ils représentaient une part infime des prélèvements en nature.

31Au bout du compte, la grande réformation engloutit plus d’argent qu’elle n’en rapporta, malgré le chiffre colossal – aligné sur le papier – des amendes prononcées. Celles-ci permirent cependant de supprimer les offices excédentaires sans indemniser leurs titulaires : ainsi, en Bourgogne, le montant des sanctions fut 2 000 000 livres, exactement la valeur des 17 offices retirés !

32Ce résultat n’a rien de surprenant, puisque maintes amendes furent modérées quand leurs victimes appartenaient au bon camp, c’est-à-dire à celui du nouveau contrôleur des Finances, le « tombeur » de Fouquet, prédécesseur et adversaire de Colbert. Le recouvrement fut en effet confié par Jean-Baptiste aux financiers de son lobby. Il n’est donc pas étonnant que plusieurs d’entre eux, condamnés pour abus de concession en tant qu’engagistes, furent dispensés de l’acquittement...

Inspections de personnel

33L’alimentation du budget qui, seule, justifiait cette procédure conservatoire exceptionnelle demeurait en ligne de mire. Mais les circonstances imposaient de rechercher une méthode moins douloureuse. Tous les expédients récusés en 1661 affluèrent alors. La fameuse Grande Réformation se termine donc en 1680 comme sa devancière programmée en 1597, dans la première partie du règne d’Henri IV (1589-1603) ; comme ses modèles de 1515 et de 1539, sous Francois Ier (1515-1547). Aussi le xviiie siècle ne réalisa-t-il aucune réforme générale – le duc d’Orléans y avait cependant songé – et lui préféra des réformations partielles (= réformes). Celles-ci touchèrent des provinces récemment annexées (la Franche-Comté sous la Régence ; la Lorraine sous Louis XV) ou soumises à une sollicitation intense (la Bourgogne, réformée de 1723 à 1740 ; la Bretagne et la Champagne, à partir de 1729). Elles touchèrent aussi des Maîtrises (Dole, Baume et Besancon, dès 1717 ; Arques en 1718, Dauphiné de 1724 à 1731 ; Château-Regnault de 1725 à 1727 ; Vierzon en 1733, Rouen et Caudebec de 1735 à 1740 ; Quillan de 1736 à 1754), en fait toutes celles que concernaient les livraisons aux arsenaux et aux usines.

34Certaines réformes traitèrent à part de quelques forêts royales comme Orléans, Fontainebleau, La Traconne, Guines, Tronçais, Compiègne, Baugé, Amboise, etc., toutes dégarnies suite aux guerres louis-quatorziennes et réaménagées en conséquence. Le parcellaire fut refait. Le repeuplement, organisé grâce aux pépinières volantes. La durée de révolution, modifiée pour aider la régénération. Ce couplage Réformation-Aménagement infléchit l’approche administrative puisque les officiers ne furent pas menacés comme ils l’avaient été entre 1661-1680. La méthode relevait maintenant davantage d’un inventaire technique que d’un déploiement pénal. Du coup, seconde moitié du xviiie siècle, les officiers privilégièrent moins le domaine royal, calé au nord de la Loire, exception faite des legs du Béarnais (extrême Sud-Ouest), stabilisé aux alentours de 950 000 hectares. Ils s’intéressèrent davantage à l’ensemble du territoire, scrutant la gestion des biens collectifs (1 300 000 hectares), s’immisçant dans celle des bois particuliers (700 000 à 900 000 hectares ?).

35La situation des forestiers à l’extrême fin du xviiie siècle - leurs offices furent supprimés le 25 décembre 1789 – n’était pas celle d’autrefois. Encore que, jusqu’à l’édit de 1554, la monarchie eut interdit de vendre ces charges réservées à ses fidèles. Le changement vint de la Paulette (1604) qui permettait de les rendre héréditaires, en remplissant certains critères. Dès lors, l’institution forestière devint source de rentrées pour le pouvoir monarchique, au point que le commerce des offices, multipliés à la fin du xvie siècle, enrichit le Trésor royal. À certaines époques (1630-1660 ; 1680-1720), il rapporta même davantage que la vente des coupes ! Ce système drainait l’argent frais vers les caisses publiques sans la moindre protestation. Sous cet angle, ce procédé valait l’impôt indirect d’à présent, à une nuance près, toutefois.

36En effet, la médaille avait son revers : les nouveaux gages, en relation avec ces nouveaux offices, obéraient les recettes forestières. Ainsi, les grands maîtres : d’abord 6, ils furent vite 12 puis 17 ; ramené à 16 en 1689, leur nombre monta à 18 (1699), puis à 19 (1703), enfin à 36 en 1706 ; réduits à 18 sous Louis XV, ils étaient 20 à la Révolution française ! De même, les maîtres particuliers et les gruyers royaux : ils passèrent de 142 en 1660 à 196 en 1665 ; leur nombre, limité à 136 par la Grande Ordonnance (1669), grimpa à 154 en 1772, puis à 175 en 1789 ! Du xvie au xviiie siècle, de nouveaux grades surgirent, à savoir « garde-marteau » (1583), « conseiller de grande maîtrise » (1635), « receveur particulier » (1701). On inventa même des « contrôleurs généraux des bois et forêts » dont les attributions recoupaient celles des grands maîtres. On érigea en office cette année-là (1708), année de famine budgétaire et de famine tout court, la charge de « secrétaire premier commis greffier » : 34 postes étaient à pourvoir qui n’obtinrent pas un franc succès, les candidats étant aussi exangues que le roi était désargenté...

37Ce débordement d’imagination, particulièrement féconde à l’aube du xviiie siècle, avait marqué aussi et pour une motivation similaire le dernier tiers du xvie siècle, avec l’émission d’offices alternatifs en 1586. L’alternance signifiait des charges occupées simultanément par plusieurs titulaires, d’abord deux, puis trois, voire quatre, qui exerçaient leur fonction durant l’année à tour de rôle, et percevaient un traitement proportionné à cette fraction de service : on divisait le gâteau pour occuper plus de gens, chacun payant pour avoir l’honneur de servir !

38Cela fonctionnait si le Prince versait les gages dus et si le travail était léger. Car, sinon, la gloire de se dévouer à Louis ne suffirait pas aux vocations ! Un temps, la chose marcha. En 1635, le Roi étendit la pratique triennale aux offices de grands maîtres et de maîtres particuliers. En 1644, elle concerna également les offices subalternes. Un an après, les financiers eurent à vendre des offices de grands maîtres et de maîtres particuliers cette fois-ci quadriennaux ! C’était un coup de trop. Ils ne purent placer la fournée, même en la bradant... Les candidats à ces fonctions forestières étaient déjà pourvus. Quant aux officiers les mieux établis, qui avaient racheté jusque-là les offices dépréciateurs des leurs par le fait du partage des gages et des taxations, ils n’avaient plus de liquidités pour continuer. On en resta donc là. On finit cependant, grâce à la grande réformation, par éponger l’excédent d’officiers ainsi fabriqué.

Barèmes de productivite

39Le rejet de ce système en 1669 ne dura guère : les traitants furent priés une nouvelle fois de procurer de l’argent frais au Trésor. Il resurgit donc en 1707, avec le retour de l’alternance. L’effet pervers habituel ne tarda pas, à savoir qu’il renforçait les disparités régionales inhérentes à la géographie domaniale, alors que les pouvoirs publics entendaient les atténuer. Comment expliquer cela ? C’est que l’intérêt d’un office forestier reposait moins sur les gages (faibles et irréguliers) que sur les taxations. Elles étaient décidées par le grand maître à propos du réglement et de l’exploitation des forêts, des perquisitions et des saisies relatives aux objets de délit. Chacun de ces actes impliquait des frais en transports, qui devaient être indemnisés, et surtout des vacations en fonction du temps passé à remplir ces missions. Le paiement de ces journées complétait l’ordinaire de l’office de manière substantielle, quoique aléatoire.

40Comme les circonscriptions méridionales, mal pourvues en bois domaniaux, ne procuraient pas d’activités génératrices de taxations, il était vain d’y multiplier les offices par le biais de l’alternance : nul n’ignorait qu’ils seraient boudés, puisque les interventions en bois collectifs, très largement dominants, étaient peu ou pas rémunérées, mis à part la structuration du parcellaire et le marquage des réserves. Le gonflement des effectifs ne concerna donc que les circonscriptions septentrionales qui étaient déjà les mieux dotées en offices : on accentuait donc le défaut qu’on voulait effacer. Tous ces inconvénients étaient connus. Mais on passa outre, attendant qu’une accalmie financière permit de rendre à l’administration des forêts royales sa cohérence.

41La suppression de ces textes aberrants arriva parfois sans embellie économico-guerrière ni éclair de lucidité gouvernementale. Ce fut le cas avec l’édit de 1644 qui instituait des grades inférieurs alternatifs : il fut aboli dès 1653, faute d’amateurs ! Idem en 1708 de l’édit instituant deux autres offices relatifs à des fonctions assez mal définies, il est vrai, deux ans auparavant, celles de « conservateurs » et d’« inspecteurs ». Ces dignités remplacèrent les grands maîtres et les maîtres particuliers dans l’organigramme de 1798 que Napoléon Bonaparte recopia in texto ou presque en 1801. Les deux termes eurent plus d’avenir que ces offices : ils furent portés par les cadres forestiers supérieurs issus de l’Ecole des Eaux et Forêts de Nancy, titre qu’ils gardèrent jusqu’à la fondation de l’Office National des forêts sous la Cinquième République !

42En tout, à la veille de la Révolution, le corps des officiers forestiers comptait 2 000 hommes, soit moins du quart des effectifs des agents qui constituaient alors la première techno-structure du royaume : les Eaux et Forêts. Ces individus avaient reçu une formation juridique. Ils apprenaient la sylviculture sur le terrain. Ils avaient surtout mission de défendre le périmètre des forêts et de garantir leur potentiel de régénération. Ainsi, les forestiers agirent plus souvent comme juges, réglant les conflits et châtiant les délinquants, qu’en gestionnaires dont le but essentiel serait d’accroître le rendement des coupes sans compromettre la régénération des bois. Aujourd’hui, un tel programme serait baptisé « développement durable » La remarque vise tous ceux qui apparaissent au travers de la documentation que secrètent les institutions, qu’elles dépendent de la monarchie ou des seigneuries. Il faut avouer que les bois des collectivités sont connus par ces archives-là, même si des pans considérables figurent dans les séries relatives aux communautés d’habitants. Quant aux bois détenus par les particuliers roturiers, qu’ils soient bourgeois ou paysans, industriels ou marchands, ils surgissent en filigrane, dans une documentation hétéroclite qui va des contrats déposés par devant notaires aux bilans et inspections après faillite, en passant par tout ce que recèlent les archives privées, plus ou moins convenablement protégées. Beaucoup ont disparu. Peu sont consultables, en raison de l’absence d’inventaires.

43Parmi tous ces documents, deux renseignent particulièrement sur la teneur des bois : les calepins de balivage, gardés par les descendants en mémoire d’un aïeul qui aimait ses arbres (ceux qu’employaient les gardes domaniaux ou communaux furent détruits en général lors des tris de 1791 et de 1872) ; les tarifs de cubage que le grand homme forestier avait actualisés, quelquefois, en fonction de son expérience et des traités édités dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ce geste reflétait les interrogations d’alors : les esprits éclairés notaient qu’en dépit d’une vigilance accrue, la France manquait de bois d’œuvre, que la qualité en était faible, que la régénération du chêne subissait maints échecs.

44Ces observations incitèrent à contester la gestion des taillis en futaie. La critique pouvait être limitée aux normes de balivage. Elle pouvait être plus radicale aussi. Elle proposait alors un nouveau régime, la futaie véritable, peuplement composé de brins et non de rejets. C’est dans ce contexte que parurent, dans une région donnée, les premiers barêmes de productivité, ancêtres des tarifs de cubage qui circulèrent, eux, au xixe siècle. Ces opuscules alignaient des tableaux recensant la quantité de marchandises, poutres, merrains, branches et fagots, livrées par arpent de bois. Ils sont difficiles de maniement, car ils ne se réfèrent pas à un système unique de mesures, chacune unité comportant multiples et sous-multiples. La mesure varie selon la nature de la marchandise et celle-ci dépend du volume que lui confère l’artisanat local !

45L’examen de la métrologie forestière montre que la méthode permettant de mesurer le bois sur pied, qu’il s’agisse d’un arbre ou d’un peuplement, fut diffusée très tardivement, en raison des protestations devant toute tentative visant à remplacer l’évaluation au poids par l’évaluation en volume : c’est que le produit forestier intéressait surtout pour ce qui était taillé dedans... Ce comportement manifestait le primat de l’auto approvisionnement ou de l’approvisionnement de proximité. Cette donnée vaudra encore pour le xixe siècle. Il fallut la Guerre de 1914-1918 pour que les grumes accèdent aux marchés national et international, les autres produits restant façonnés sur place. Cette faiblesse des distances entre zone d’approvisionnement (forêts) et zone de transformation (scieries, menuiseries, saboteries, etc) explique les lacunes énormes dont souffre l’information quant à ces secteurs.

46Au demeurant, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et à l’instar du Moyen Age, les travailleurs du bois effectuèrent la plupart des actes relatifs au façonnage en bordure de forêt et même, souvent, au cœur des bois. Or, avec pareille localisation, le nombre et la teneur des ateliers échappent aux investigations tout comme le comportement des habitants, qu’ils soient usagers, fabriquants ou acheteurs sauf, bien sûr, dans deux cas : quand les établis sont dressés en des saisons ou des lieux interdits ; quand les artisans ont acquis illégalement la matière première et œuvrent en dehors des périodes autorisées. Il est ainsi plus facile de cerner les personnes délinquantes que celles respectant le dispositif des lois, très nombreuses, qui protègent les forêts. Parce que la forêt fournit un matériau de première nécessité, un matériau hautement stratégique, elle a donc suscité une foule de textes normatifs ; de la sorte, elle n’est pas un espace de libertés ; au plus pourrait-on dire qu’elle est une terre de refuges. Et les populations qui y vivent, on ne les connaît guère qu’au travers de comportements déclarés sinon délictueux, du moins marginaux. L’étaient-ils vraiment, là est la question...

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search