Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Milieux paysans et exploitation forestière à partir des pratiques du Nivernais-Morvan à l’époque moderne

Jean Boissière

Texte intégral

  • 1 C’est dire que nous écartons de notre champ de réflexion les grands propriétaires forestiers tout (...)

1Dans la chaîne complexe qui transforme les grands espaces forestiers de l’époque moderne en produits de consommation courante les plus variés, toute une société s’agite : propriétaires fonciers, marchands de toutes sortes, exploitants, transporteurs. Beaucoup viennent de la ville dont les besoins dominent de plus en plus le marché. Mais il y a également nombre de ruraux que leur proximité avec les espaces boisés intègre presque spontanément à ces activités. Leur lieu d’intervention est d’abord la coupe, nom qui désigne à la fois le premier et le temps le plus fort de l’ensemble de ces travaux. C’est à ce groupe que je voudrais m’intéresser aujourd’hui, en choisissant dans l’ensemble de ces ruraux les travailleurs qui sont plus spécialement issus des milieux paysans au sens large du terme1. Les régions du sud-est du Bassin Parisien prolongées jusqu’à la Bourgogne et au Nivernais-Morvan sont un bon point de départ pour approcher ce dossier, vu l’importance prise à l’époque moderne par l’exploitation forestière. Nous y ferons donc souvent référence sans nous interdire d’en sortir à titre d’élargissement ou de comparaison.

I. Les travailleurs en forêt

  • 2 Nous renvoyons, à titre d’exemple, à la belle série des registres de vente de bois de la forêt de (...)
  • 3 On peut suivre, sur ce point, dans les registres de la maîtrise de Nevers, à la fin du xviie siècl (...)
  • 4 Louis Gueneau signale, par exemple, le marché direct passé, en 1684 à Nevers, par un marchand qui (...)
  • 5 Bib. nat., Joly de Fleury 1735 donne au moins trois de ces contrats, l’un concernant, en 1713, les (...)

2Le point de départ est donc bien la coupe, opération considérée alors comme la plus importante de la gestion forestière puisqu’elle donne accès à la récolte en bois, fruit d’années d’éducation et d’attente. C’est une affaire complexe, soumise en théorie aux Temps Modernes à une législation draconienne, surtout lorsqu’on se trouve dans les espaces hautement réglementés des forêts domaniales ou soumises. Il suffit de consulter sur ce point l’abondance des archives laissées par les maîtrises des Eaux et Forêts et de voir avec quelle minutie sont rédigés les cahiers des charges des adjudicataires pour en prendre conscience2. Mais les contrats de coupe n’étaient pas toujours de la même exigence. Nombre de propriétaires privés se contentaient de déterminer les types de produits dont ils attendaient la réalisation, une fois accomplies les démarches officielles qui en rendaient l’exécution légale, la plus importante d’ailleurs étant au xviiie siècle, d’en faire la déclaration préalable auprès de l’administration forestière lorsqu’il y avait à abattre des baliveaux de plus de quarante ans3. D’autre part, on stipulait l’obligation pour l’exploitant de respecter les règles habituelles de balivage prévues par la législation officielle4. Il faut enfin rappeler que certains types de contrats – c’était le cas en Morvan – étaient de véritables engagements pluriannuels dans lesquels étaient seulement indiquées les quantités de bois mises à la vente chaque année5. Quoi qu’il en soit et quel qu’ait été le contrat, il s’en suivait automatiquement la désignation et la localisation précise d’un espace clos bien déterminé qui allait devenir le lieu de l’exploitation forestière. On en établissait clairement les limites par le marquage des pieds corniers ou l’on désignait, comme le faisait habituellement le duc de Nevers ou le comte de Chinon, le nom de la parcelle à exploiter.

Inventaire des exploitants

  • 6 M. Devèze, La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, sevpen, 1961. Voir notamment le cha (...)
  • 7 Dans les forêts de l’Ouest, notamment, où ces pratiques s’accompagnent de braconnage et d’impruden (...)

3Nous avons, pour le début de la période moderne, le tableau classique qu’en a donné Michel Devèze dans sa thèse6. Il dégage ce qu’il appelle des travailleurs saisonniers : bûcherons dont se détachent peu à peu les fendeurs, charbonniers, cendriers surtout présents en Champagne, Thiérache et Picardie. S’y ajoute tout un ensemble de petits métiers : boisseliers, sabotiers, vanniers, cercliers qui portent le nom de boisiers dans la France de l’Ouest. Travaillaient, en revanche, en dehors de l’espace boisé les charpentiers, tonneliers, mégissiers, menuisiers et charrons. Au xvie siècle la pression de l’ensemble de ces métiers sur le couvert forestier est déjà jugée excessive et plusieurs ordonnances en dénoncent les dangers7.

  • 8 Le titre xxvii consacré à la police et conservation des forêts, eaux et rivières, enchaîne les art (...)
  • 9 L. Duhamel du Monceau, De l’Exploitation des bois, Paris, 1762. L’illustration se trouve en tête d (...)

4Cette situation va peu se modifier au cours de l’époque moderne en dépit des interdictions multipliées de la législation royale, que l’ordonnance de 1669 récapitule au Titre xxvii consacré à la police et à la conservation des forêts8. Certes, la fabrication des cendres régresse car nocive et n’étant qu’un pis-aller économique, et l’administration forestière va veiller à instaurer un certain ordre dans la réalisation des travaux au sein de la coupe. Mais ce furent surtout les demandes du marché qui firent évoluer les pratiques. Deux témoignages, parmi beaucoup d’autres, permettent de cerner ce qu’était le travail dans la coupe à l’époque classique. Le premier est celui que donne Duhamel du Monceau dans son ouvrage De l’exploitation des bois9. Contentons-nous de jeter un rapide coup d’œil sur le frontispice qui en ouvre l’ouvrage.

La coupe en forêt vue par Duhamel du Monceau

5On y voit, organisé comme pour un spectacle, l’ensemble des travaux habituellement présentés dans la coupe. En toile de fond, une équipe de bûcherons. Au premier plan, ces activités complémentaires que sont le cerclage, le fagotage, la mise en état des grumes et du bois de chauffage. Plus loin, un atelier de scieurs et, peut-être, de tendeurs. Cette rationalisation à vocation esthétique et pédagogique correspond-elle à la réalité ?

  • 10 A. Brosselin, La Forêt bourguignonne (1660-1789), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1987, p (...)

6L’apport des travaux d’Arlette Brosselin sur les forêts bourguignonnes introduit plus que des nuances dans cette belle harmonie10. On y retrouve, pour le xviiie siècle, les deux catégories de travailleurs en forêt que Michel Devèze avait rencontrées deux siècles plus tôt : les saisonniers parmi lesquels dominent les bûcherons ou coupeurs, sur la coupe de la mi-novembre à la mi-mars ; les scieurs dont l’essentiel de l’activité se situe dans les semaines qui suivent le départ des premiers (avril) ; les charbonniers surtout présents à la belle saison. Tout un artisanat rural complète ce premier groupe. On y trouve aussi mais en nombre beaucoup plus important, des tendeurs avec de multiples occupations : bois de merrain pour la tonnellerie, piquets pour la vigne ; des cercliers qui s’en distinguent et peuvent bénéficier de contrats pouvant porter sur plusieurs années ; des fabricants d’esseaune et des sabotiers qui s’installent aussi en forêt pour plusieurs années. Des chaufourniers et des écorceurs s’y rencontrent également bien que la législation l’interdise. Il y a donc à longueur d’année une présence humaine en forêt, malgré le désir de l’administration forestière de la contrôler et d’en diminuer l’importance. Et il semble bien qu’ici peu de choses aient changé depuis le xvie siècle.

  • 11 A. Chatelain, Les Migrants temporaires en France de 1800 à 1914, Lille, Université de Lille III.
  • 12 F. Guyot, « Les feuillardiers du Limousin », Société et forêts, Revue forestière française, no spé (...)

7Si Ton ajoute à cela l’apport fondamental des enquêtes réalisées par les préfets à l’époque du Premier Empire11, on a cependant l’impression que se superpose à des pratiques rurales traditionnelles et inchangées une certaine évolution aboutissant à des spécialisations régionales et professionnelles en relation avec les exigences d’un marché plus important. À côté des scieurs de long qui ont toujours constitué un groupe à part, dépositaire d’un savoir difficile et dangereux et qui vont de coupe en coupe à la recherche des contrats, on voit se développer en Morvan, par exemple, un bûcheronnage orienté vers la préparation du bois de chauffe pour Paris dont on a souvent remarqué qu’il ignore tout des travaux secondaires de la forêt. En Nivernais comme en Bourgogne, au contraire, le travail forestier est davantage polyvalent face aux multiples débouchés qui s’offrent aux bois. On peut également citer les grandes régions productrices de charbons de bois du Pays d’Othe, de l’Orléanais, de la Haute-Marne ou, beaucoup plus au Sud, de l’Ariège. Dans le Sud-Ouest se sont développées des équipes de tendeurs spécialisées dans l’approvisionnement du vignoble dont les plus connues sont celles des feuillardiers du Limousin, employant le taillis de châtaigniers12. On pourrait, sans doute, ajouter bien d’autres exemples.

II. Les travaux et les jours

8Le calendrier des activités est un des premiers points à prendre en compte. On a depuis longtemps remarqué – la législation l’imposait d’ailleurs – que l’abattage des bois est d’abord un travail de saison froide. Les bûcherons entrent en forêt dès l’automne, après la vente des ordinaires par les maîtrises, dès la fin des labours. Parfois même, comme en Morvan, on repousse la coupe au cœur de l’hiver de l’année suivante et l’on n’attaque pas les travaux avant février. De même, les scieurs de long se mettent en route quand sont achevés les grands travaux agricoles. Leurs départs s’échelonnent de la Saint Michel (29 septembre) à la Saint Martin (11 novembre). Ils sont le plus souvent de retour au village pour la fenaison, au plus tard pour la moisson. Dans le Forez, ils s’absentent de la Saint Michel à la Saint Jean. Autre élément notable, le passage échelonné dans la coupe. Les métiers se succèdent même s’il peut y avoir un certain recouvrement dans leur activité. Après les bûcherons, les fendeurs, les scieurs de long, puis les charbonniers opèrent à l’été suivant.

Travailleurs locaux et migrants

  • 13 Tous les historiens du monde bûcheron nivernais rappellent cette évidence. Citons, à titre d’exemp (...)
  • 14 H. Charbonneau, Tourouvre-Au-Perche aux xviie et xviiie siècles, Etude de démographie historique, (...)
  • 15 J. Dufour, « La forêt de Perseigne, facteur de marginalisation », dans Forêts et villageois et mar (...)

9Beaucoup de ces travailleurs se confondent avec la paysannerie locale ou vivent à son contact au village. Les bûcherons appartiennent en général à ce groupe. Le cas du Nivernais est de ce point de vue particulièrement significatif13. De même, les enquêtes conduites par Hubert Charbonneau sur Tourouvre-au-Perche, bourgade enfouie au sein de la forêt du même nom, révèlent, à côté de laboureurs, de marchands et d’artisans dont une partie travaille le bois la présence de sabotiers, sabotiers-bûcheurs, bûcheurs, fendeurs et scieurs, au bas de la hiérarchie rurale14. Au nord du Maine, les villages périforestiers qui enserrent le massif de Perseigne fournissent également bûcherons et transporteurs, l’ensemble des travailleurs de la forêt pouvant représenter jusqu’à la moitié de la population active, comme le constate Jeanne Dufour15. On pourrait multiplier les exemples. Tous ces travailleurs n’échappent cependant pas à de mini déplacements entre leur lieu d’origine et le site du chantier, n’échappant pas non plus aux longues stations en forêt liées à l’exercice de leur profession : ils y passent la journée, la semaine le plus souvent, ce qui entraîne l’organisation d’un couchage sur place, mais le retour dominical demeure possible.

  • 16 A. Chatelain, Les migrants temporaires en France, op. cit. Voir notamment le chapitre III, Les mig (...)
  • 17 Parmi les diverses activités recensées par A. Chatelain au début du xixe siècle : bûcherons, écorc (...)

10Abel Chatelain a dressé la carte de ces migrations pour le début du xixe siècle. Elles concernent essentiellement les provinces littorales de la Manche (Flandre, Picardie, Normandie, Bretagne) et, sans doute, les secteurs montagneux de la France de l’Est (Jura, Alpes de Savoie, Dauphiné)16. Partout ailleurs, il a existé à côté du recrutement local un apport lié à l’émigration, originaire souvent du Massif Central, notamment en Aquitaine, dans le Val de Loire, en Bourgogne et certaines régions d’Ile-de-France (Brie). Charbonniers, scieurs de long et tendeurs effectuaient parfois des déplacements beaucoup plus importants. C’est notamment le cas des scieurs de long originaires du Limousin (Creuse) ou du Forez (région de Saint-Jean des Ollières) qui s’expatriaient régulièrement. Concernant les feuillardiers, il semble que leurs migrations aient été plus ou moins amples en fonction de leur condition sociale : métayers et fermiers s’éloignant plus difficilement de leur domicile que les petits propriétaires (bordiers) ou les simples ouvriers agricoles. Tout cela généra un système complexe, variant d’une région à l’autre. Le cas morvandiau est intéressant car il constitue, à la fin de l’Ancien Régime, un îlot de main d’œuvre aux déplacements variés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du massif, à la fois zone de départ et d’appel pour les activités les plus diverses17. En effet, comme le paysan de cette contrée se spécialisait plutôt dans le bûcheronnage, on faisait venir pour les autres travaux forestiers des hommes du Nivernais ou d’ailleurs.

La question des équipes

  • 18 Arch. départ Nièvre, 3E 5, 4, Coupe de bois, 5 mai 1687. L’enquête a lieu à Varzy, à l’auberge de (...)
  • 19 J. Boissiere, « Exploitation et commerce du bois aux xviie et xviiie siècles dans les pays de la H (...)

11Dans la plupart de ces activités, le travail s’effectue en équipes de trois à dix personnes, parfois plus. Leur structure dépend des méthodes de travail : deux sinon trois pour les ateliers de scieurs de long ; davantage pour les fendeurs, les charbonniers ou les bûcherons. Il faut noter l’importance que prend alors le chef d’équipe. C’est lui qui négocie le contrat et apporte une partie de l’outillage. Bien connues pour la période contemporaine, ces équipes ont laissé moins de traces pour l’époque moderne. Citons cependant une enquête réalisée par un notaire de Clamecy à la fin du xviie siècle à l’occasion d’une coupe illicite18. On y trouve recensés neuf manouvriers à l’œuvre comme bûcherons dans une exploitation près de Varzy, tous placés sous l’autorité du domestique du marchand. Aucun d’eux ne peut signer sa déposition. On trouve également trace de petites équipes qui travaillent au xviiie siècle de part et d’autre de l’axe que forment les vallées de la Cure et de l’Yonne, dans la région d’Avallon. Leur importance varie entre 6 et 15 personnes. Elles concernent des charbonniers et des bûcherons. Convoquées devant le tribunal de la Subdélégation du Bureau de la Ville de Paris en résidence à Auxerre, suite le plus souvent à une rupture du contrat de travail, ces équipes sont représentées à l’audience, par celui qui en est à l’évidence le chef19. L’étude des lieux d’origine montre, à propos notamment des bûcherons, que les déplacements sont à court rayon (5 à 6 km) pour la plupart. Quant aux marchands, ils viennent en majorité de Vermenton ou de ses environs.

Techniques de travail et outillage

  • 20 B. Edeine, La Sologne. Contribution aux études d’ethnologie métropolitaine, Paris-La Haye, 1974, 2 (...)
  • 21 Rappelons pour aller à l’essentiel l’existence à Troyes, d’un musée de l’outil aux collections trè (...)
  • 22 On citera, Duhamel du Monceau, L’Art du charbonnier ou manière de faire le charbon de bois, Paris, (...)

12Il est impossible de s’attarder aussi longuement qu’on le souhaiterait sur les techniques de travail et l’outillage. On peut simplement rappeler de quels apports sont les recherches ethnographiques pour l’historien moderniste. Un grand ouvrage comme la thèse de B. Edeine sur la Sologne donne une information remarquable à partir des sources du xviiie et xixe siècles20. Il est indispensable pour tout chercheur dépouillant, par exemple, les fonds notariaux de la région Centre. Il peut ainsi recenser six variétés d’instruments différents pour couper et tailler le bois : la cognée pour l’abattage des arbres ; la hache ; le gouet qui servait à couper les branches. Il s’agit d’une sorte de serpe se terminant en croissant ; l’asseau ; l’herminette ; le goyat, petite serpe emmanchée au bout d’une perche. On pourrait multiplier de telles informations pour toutes les activités liées à l’exploitation forestière21. Nous présentons à titre d’illustration ce qu’a pu être le banc de travail du feuillardier. Il serait possible d’y ajouter facilement la présentation des outils du sabotier, du charbonnier ou du scieur de long. Tous ont été largement décrits et cela dès avant la fin de l’Ancien Régime22.

  • 23 F. Guyot, Société et forêt, op. cit., p. 308.

Le banc de travail du feuillardier23

  • 24 J.-L. Boithias M. Brignon, Les scieries et les anciens sagards des Vosges. Bûcherons, schlitteurs,

13Quant à la manière dont s’effectue le travail, pour ne prendre là encore que la question du bûcheronnage, on pourrait marquer les différences qui ont existé entre l’abattage nivernais, le furetage morvandiau ou le jardinage franc-comtois, différences reflétant l’état du milieu boisé et le mode de gestion des fonds. Alors qu’en Nivernais-Morvan la quasi-disparition de la futaie à l’époque moderne simplifie les techniques d’abattage, il pouvait en être différemment ailleurs. Il est vrai que l’essentiel de la tâche, en Nivernais, consiste à couper du taillis de charme ou de chêne d’une dizaine ou d’une quinzaine d’années, ce qui n’appelle pas une compétence particulière. Dans le Morvan, la pratique du furetage demande déjà plus de doigté puisqu’elle est fondée sur la sélection, sur la souche de hêtre, des pousses âgées de sept à huit ans seules susceptibles de correspondre aux besoins du marché. En Franche-Comté, en revanche, où les résineux tiennent une place notoire, les conditions d’exploitation sont différentes. Quand il y avait à exploiter une coupe le bûcheron procédait selon un ordre précis. Il y avait, d’abord, une phase préparatoire pendant laquelle on dégageait les essences de petite taille (perches de taillis) autour des arbres à abattre. Puis on élaguait ces derniers, surtout quand il s’agissait de sapins. L’abattage pouvait alors intervenir. Il se faisait à la cognée selon un rituel immuable et tout en cherchant à orienter la chute de l’arbre pour abîmer le moins possible le sous-bois restant. La taille commençait alors constituée de coups portés obliquement puis d’autres horizontalement, ce qui élargissait lentement l’entame, quelle que soit la dimension du fût24. Étaient ainsi traités les plus beaux arbres : chênes, sapins, noyers ; ce qui créait des conditions assez différentes de celles que l’on pouvait rencontrer dans les forêts claires de la chênaie atlantique qui caractérisent les plaines de la France du Nord. Ces nuances locales ne peuvent, cependant, dissimuler la pérennité des gestes qu’accomplit le bûcheron maniant la cognée, pérennité qui apparaît dans les nombreux témoignages iconographiques tout au long de la période moderne.

44 – Bois gravé tiré des « Subtiles fables d’Esope » ( xve siècle).

14La pérennité du geste du bûcheron 24. J.-L. Boithias M. Brignon, Les scieries et les anciens sagards des Vosges. Bûcherons, schlit teurs, voituriers et voileurs, Saint-Dié, 1985, p. 46.

Oudry, La forêt et le bûcheron, La Fontaine, Romorantin, Musée de Sologne

Les modes de vie

  • 25 P. Cornu, Les Forêts du Nivernais, Nevers, 1981
  • 26 Document signalé par J. Tournaire, « Une république de forestiers et de voituriers sous la monarch (...)

15La résidence forestière plus ou moins totale finit par créer un mode de vie qui, vu de l’extérieur, apparaît comme proche de la marginalité. On ne reviendra pas sur la tradition qui fait des bûcherons des gens de mauvaise réputation. Paul Cornu a rassemblé pour le Nivernais un dossier devenu classique, où l’on retrouve le témoignage de l’intendant du Bourbonnais et de l’évêque de Nevers : « Ils sont durs, rustiques, grossiers ». Un autre ajoute à propos des tendeurs : ils « sont un peuple assez sauvage, toujours armé de cognées, serpes et haches qui se secourent mutuellement en tout, assez enclins au faux-saulnage ou à y donner retraite25 » (1719). Quelques années plus tard, le maître des Eaux et Forêts de Châteauroux inventorie en bordure de la forêt de la Cueille près de 80 loges de voituriers, bûcheurs, tendeurs, charbonniers et autres professionnels analogues, formant une « espèce de république qui n’a aucune discipline et ne connaît aucun maître26 ».

  • 27 A. Chatelain, Les Migrations temporaires, op. cit.

16Ces témoignages souvent cités correspondent-ils à la réalité en général ? Ce qui est certain, et tous les auteurs insistent là-dessus, c’est que les conditions de vie de ces populations sont particulièrement difficiles. De plus, on a vu de quelle manière le travail dans la coupe était contrôlé par l’autorité forestière. L’obligation de résidence en forêt, quel qu’en soit le mode, isole le travailleur qui se trouve également séparé de sa famille puisqu’il ne revient vers elle que de manière épisodique et, parfois même, saisonnière. À l’inconfort du logement s’ajoute une nourriture peu variée et, la plupart du temps, insuffisante, incluant très peu ou pas de viande. Dès lors que l’on peut l’étudier de manière systématique, l’analphabétisme est dominant27. Cependant le tableau est loin d’être uniforme. Il faut opposer l’isolement et le caractère sauvage des scieurs de long aux capacités de contact et d’ouverture des milieux bûcherons ou charbonniers. Là encore, l’exemple du Nivernais est significatif. Il se pose la question des relations avec le monde rural dont ces hommes sont originaires ou au contact duquel les mettent leurs activités.

III. Travailleurs forestiers et monde rural

17Peut-on, en dépit de la complexité du sujet, apporter quelques données sur les relations que ces travailleurs forestiers entretiennent avec l’activité agricole ?

Travailleurs forestiers et activité agricole

18On a beaucoup insisté sur les conditions difficiles dans lesquelles cette besogne s’exerce. Pour en rester à l’exemple du milieu bûcheron trois faits sont à retenir :

  • l’insuffisance des espaces cultivables au village. Cette insuffisance est généralement liée à la médiocrité des sols. On se souvient de Vauban écrivant à propos des paroisses les plus pauvres de l’élection de Vézelay : « C’est un terroir arreneux et pierreux, en partie couvert de bois, ronces, fougères et autres méchantes épines ; où l’on ne laboure la terre que 6 à 7 ans l’un. Encore ne rapportent-elles que du seigle, de l’avoine et du bled noir pour environ la moitié de l’année de leurs habitans qui, sans la nourriture du bétail, le flottage et la coupe des bois, auraient beaucoup de peine à subsister28. » Que l’on examine le plateau du Nivernais, les hauteurs du Morvan ou les abords d’une grande forêt de plaine comme celle d’Orléans, les données sont semblables : manque de bonnes terres imposant la culture de céréales de mauvaise qualité (épeautre, avoine, seigle) ; pratiques culturales de clairière incluant drainage et longues jachères ; importance des friches et des landes à bruyère ou à genets29 ;
  • l’omniprésence d’un espace forestier difficilement accessible. Les secteurs boisés peuvent couvrir jusqu’à 80 % voire 90 % de l’espace disponible. Ils sont le plus souvent propriété de l’État, d’un grand dignitaire laïque ou ecclésiastique et ne sont à ce titre accessibles aux communautés qu’en cas de survivance d’usages coutumiers largement combattus et diminués au xviiie siècle. En Nivernais comme en Morvan, c’est fondamentalement le cas30 ;
  • l’inégale répartition de la propriété foncière. Il faudrait reprendre ici, les analyses de Marcel Vigreux sur la paysannerie du Morvan et les compléter pour la Bourgogne par celles de Pierre Lévêque pour prendre la mesure des écarts de revenus existant entre ceux que procure la grande propriété et ceux de l’exploitant paysan qui n’est, le plus souvent, qu’un tout petit propriétaire. Encore ne devons-nous pas oublier que leurs travaux se situent après la suppression des charges féodales et seigneuriales dont le poids et les exigences aggravaient leur état de dépendance31. On peut inclure, dans ce type de recherche le comportement des paysans montagnards partant en migrations saisonnières lointaines, même si les situations diffèrent parfois. Abel Poitrineau a tenté de démêler les causes des départs provenant du Massif Central au xviiie siècle32. À côté des facteurs évoqués (pauvreté des sols, insuffisance des revenus) ont également joué l’écart de revenus avec les plaines de bordure et la pratique de complémentarités économiques. Mais l’esprit d’initiative n’est également pas à exclure, notamment dans le cas des scieurs de long.

La question des salaires

  • 33 M. Devèze, La vie des forêts françaises, op. cit. p. 132.
  • 34 L. Gueneau, L’Organisation du travail à Nevers aux xviie et xviiie siècles (1660-1790), thèse d’hi (...)
  • 35 A. Corvol, L’Homme et l’arbre sous l’Ancien régime, Paris, Economica, 1983.
  • 36 A. Brosselin, La Forêt bourguignonne, op. cit., p. 206-207.

19On sait peu de chose quant aux revenus procurés par le travail saisonnier forestier. Pour le xvie siècle, Michel Devèze évoque une journée de bûcheron payée à 5 sols, en forêt de Chinon, en 1570 ce qui correspond à peu près à ce que gagne un manœuvre. À la même époque, un carrier gagne 10 sols33. En fait, le bûcheron passe pour être un des plus pauvres artisans de l’époque. Pour les siècles suivants, la situation paraît stagner. On rencontre en Nivernais un paiement à la tâche, dont le tarif figure dans le contrat d’embauche : à Nevers, en 1688, c’est 20 sols pour un millier de bois, 7 sols par cent de fagots34. Dans l’Yonne, en 1732, 30 sols la corde de bois de moule, 8 sols le cent de chantier et la corde de bois à charbon35. Un des points importants est le droit d’emporter ou non, en fin de journée, une chute de bois à usage personnel. L’administration forestière combat un usage que les marchands emploient parfois pour garder une main d’œuvre sous-payée. En Bourgogne, certains ouvriers sont payés à l’année, mais il est rare que l’ouvrier touche la totalité du salaire. Il y a des retenues en cas de malfaçon ou des paiements différés afin de retenir la main d’œuvre. Au bilan Arlette Brosselin estime que vers 1750 un bûcheron peut gagner 35 à 45 livres par an en fabriquant 70 moules, 400 fagots et 20 pièces d’abattage36. Si l’on rapproche la situation des bûcherons de celle des scieurs de long ou des tendeurs, on constate un réel décalage. À Nevers, en 1688, le cent de charnier et le millier de traversin sont payés 13 livres. À Clamecy, en 1691, le millier d’échalas rapporte 100 sols ; le millier de perches, 8 livres. À Nevers, en 1685, le cent de solives est payé 13 livres ; le cent de planches 11 livres. En Bourgogne, vers 1750, les scieurs de long peuvent gagner 40 à 50 % de plus que les bûcherons.

Niveau de vie et conjoncture

20Le maintien de cette condition modeste n’élimine pas pour autant les difficultés de conjoncture. Les raisons en sont multiples mais n’ont pas toujours donné lieu à des conclusions convergentes.

  • 37 C. Fruhauf, Forêt et société, De la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’ (...)

21Retenons, pour commencer, l’analyse que propose Christian Fruhauf pour le Pays de Sault37. Il constate que la situation des bûcherons change de nature à la fin du xviie siècle. Cette évolution va de pair avec l’exclusion du paysan de l’espace forestier au bénéfice du marchand avec, notamment, l’introduction de la vente des bois aux enchères par Louis de Froidour. Le résultat est une certaine prolétarisation du milieu. On rencontre, par la suite, des contrats de location qui témoignent de cette mise en dépendance.

  • 38 P. de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, Paris (...)
  • 39 Bib. Nat. Joly de Fleury, 1738, fol. 137 sq. Arrêt de la Table de Marbre de Paris concernant l’exp (...)

22Dans la France du Nord-Est, la situation a été, à plusieurs reprises, décrite. Tout un ensemble de tensions liées à l’aménagement des communaux, puis à la lutte pour le cantonnement des usages ont fragilisé ces travailleurs ruraux. Les travaux de Pierre de Saint-Jacob sur la Bourgogne du Nord, que prolongent ceux de Jean-Jacques Clerc en Haute-Marne, insistent sur cette prolétarisation du monde rural à la fin de l’Ancien Régime38. Un certain nombre de conflits locaux éclate même avant la Révolution. C’est le cas, notamment, des émeutes de bûcherons en Pays d’Othe qui culminent en 178439. Elles expriment la misère et leur lutte pour défendre leur gagne-pain contre l’immixtion d’une main d’œuvre concurrente. Leur pauvreté a-t-elle été manipulée ? Ce n’est pas à exclure car les rivalités entre marchands n’y étaient sans doute pas étrangères.

***

  • 40 Pour s’en tenir à l’époque révolutionnaire voir les analyses suggestives de M. Vigreux, Le Morvan (...)

23Ces difficultés que connurent les bûcherons ne furent pas toujours celles des autres travailleurs forestiers. Charbonniers et fendeurs s’en tirèrent, semble-t-il, un peu mieux. Mais tous restèrent prisonniers de leur propre routine professionnelle, celle que dénonçait Duhamel du Monceau et qui était essentiellement le fruit de leurs conditions difficiles d’existence. Ils n’en constituaient pas moins de solides réseaux professionnels et familiaux dont la trame mériterait d’être davantage connue et dont la résistance savait, et sut, se manifester en temps de conflit ou de crise40.

Notes

1 C’est dire que nous écartons de notre champ de réflexion les grands propriétaires forestiers tout comme l’ensemble des métiers spécifiques qui se servent du bois comme d’une matière première justifiant leur activité au village ou dans leur échoppe : charpentiers, menuisiers, charrons, et autres. La distinction, il est vrai, n’est pas toujours facile à faire et suivant les régions, les époques, les traditions ou l’importance des besoins, la liste des participants au chantier de coupe est plus ou moins longue.

2 Nous renvoyons, à titre d’exemple, à la belle série des registres de vente de bois de la forêt de Fontainebleau : Arch. départ. Seine-et-Marne, 4 B 60 et suivants.

3 On peut suivre, sur ce point, dans les registres de la maîtrise de Nevers, à la fin du xviie siècle, les épisodes d’un véritable conflit entre les officiers du roi et les propriétaires locaux pour leur imposer cette déclaration préalable. Les archives des maîtrises conservent pour la seconde moitié du xviiie siècle d’importants registres contenant ces déclarations.

4 Louis Gueneau signale, par exemple, le marché direct passé, en 1684 à Nevers, par un marchand qui s’engage à réserver, comme la législation le demande, 16 baliveaux par arpent dans le taillis mais à qui on n’impose aucun calendrier de coupe. Il a un an pour la réaliser et l’arpentage aura lieu à frais commun avec le propriétaire.

5 Bib. nat., Joly de Fleury 1735 donne au moins trois de ces contrats, l’un concernant, en 1713, les bois de Suigny, près de Château-Chinon, le second, pour 1717, celui du domaine de La Tournelle, le troisième, pour 1723, celui des terres de Roussillon en Morvan. On trouve également trace de ces contrats dans les archives du séquestre de l’époque révolutionnaire. À titre d’exemple pour les fonds de notaires parisiens, Arch. nat. MC étude XXXIV, 699, 9 juin 1775, Marché de bois attribuant pour 9 ans au sieur Sautereau « tous les bois de moule et corde de la Tournelle pour 9 ans » à raison de 15 livres la corde.

6 M. Devèze, La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, sevpen, 1961. Voir notamment le chap. 2 de la première partie : « L’artisanat et l’industrie en forêt », p. 130-159.

7 Dans les forêts de l’Ouest, notamment, où ces pratiques s’accompagnent de braconnage et d’imprudences. M. Devèze, op. cit, p. 138.

8 Le titre xxvii consacré à la police et conservation des forêts, eaux et rivières, enchaîne les articles comminatoires contre les maisons « bâties sur perches dans l’enceinte, aux reins et à demi-lieue des forêts par vagabonds et inutiles » (art. 17), les ateliers des cercliers, vanniers, tourneurs, sabotiers « et autres de pareille condition » rejetés au delà d’une demi-lieue de la lisière « de nos forêts » (art. 23). Le texte multiplie les interdictions touchant les riverains des forêts domaniales, qu’ils soient ruraux ou citadins tout en permettant aux gardes forestiers les perquisitions domiciliaires pour prévenir toute fraude. La nouvelle législation, d’autre part, codifie les principales conditions dans lesquelles devront, à l’avenir, s’exercer les métiers de bûcheron ou de charbonnier. Elle interdit également des pratiques considérées comme dangereuses pour la conservation du couvert forestier : charmage et écorcage des bois sur pied pour répondre, notamment, à la demande des tanneurs.

9 L. Duhamel du Monceau, De l’Exploitation des bois, Paris, 1762. L’illustration se trouve en tête de la préface.

10 A. Brosselin, La Forêt bourguignonne (1660-1789), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1987, p. 203-211.

11 A. Chatelain, Les Migrants temporaires en France de 1800 à 1914, Lille, Université de Lille III.

12 F. Guyot, « Les feuillardiers du Limousin », Société et forêts, Revue forestière française, no spécial, 1980, p. 304-309. Le milieu des feuillardiers avait déjà été étudié, au début du siècle dernier dans le cadre d’une thèse de droit : Pol de Corbier, Les feuillardiers du Limousin et leurs syndicats, thèse de droit, Université de Paris, 1907.

13 Tous les historiens du monde bûcheron nivernais rappellent cette évidence. Citons, à titre d’exemple, M. Pigenet, « Ouvriers, paysans, nous sommes », Les bûcherons du Centre de la France au tournant du siècle, Paris, L’Harmattan, 1993, première partie, « La forêt et ses habitants ».

14 H. Charbonneau, Tourouvre-Au-Perche aux xviie et xviiie siècles, Etude de démographie historique, Paris, PUF, 1970, p. 36-37.

15 J. Dufour, « La forêt de Perseigne, facteur de marginalisation », dans Forêts et villageois et marginaux, xvie-xxe siècles, Cahier d’études 1990, A. Corvol, CNRS, IHMC, 1991, p. 44.

16 A. Chatelain, Les migrants temporaires en France, op. cit. Voir notamment le chapitre III, Les migrations temporaires d’activités non proprement agricoles mais s’effectuant dans les milieux ruraux, p. 247-335.

17 Parmi les diverses activités recensées par A. Chatelain au début du xixe siècle : bûcherons, écorceurs, fendeurs, dresseurs, charbonniers, transporteurs sur route, flotteurs, conducteurs de trains de bois.

18 Arch. départ Nièvre, 3E 5, 4, Coupe de bois, 5 mai 1687. L’enquête a lieu à Varzy, à l’auberge de l’Ecu de France. Tous déclarent que la coupe a eu lieu pendant le mois de janvier écoulé.

19 J. Boissiere, « Exploitation et commerce du bois aux xviie et xviiie siècles dans les pays de la Haute Seine », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1978, p. 321-339.

20 B. Edeine, La Sologne. Contribution aux études d’ethnologie métropolitaine, Paris-La Haye, 1974, 2 vol. Pour tout ce qui concerne les instruments pour couper et tailler le bois, voir p. 403.

21 Rappelons pour aller à l’essentiel l’existence à Troyes, d’un musée de l’outil aux collections très suggestives ainsi que les richesses des bibliothèque et iconothèque du Musée National des Arts et Traditions Populaires, 6 avenue du Mahatma Gandhi, 75116 Paris.

22 On citera, Duhamel du Monceau, L’Art du charbonnier ou manière de faire le charbon de bois, Paris, 1761, pl.

23 F. Guyot, Société et forêt, op. cit., p. 308.

24 J.-L. Boithias M. Brignon, Les scieries et les anciens sagards des Vosges. Bûcherons, schlitteurs,

voituriers et voileurs, Saint-Dié, 1985, p. 46.

25 P. Cornu, Les Forêts du Nivernais, Nevers, 1981

26 Document signalé par J. Tournaire, « Une république de forestiers et de voituriers sous la monarchie en 1737 ».

27 A. Chatelain, Les Migrations temporaires, op. cit.

28 Vauban, Projet d’une dixme royale, éd. Coornaert, Paris, Félix Alcan, 1933, p. 275.

29 Nous renvoyons sur ce point aux Etudes orléanaises de G. Lefebvre, t.I, p. 35-40 et aux prolongements que nous leur donnons dans notre thèse Populations et économies du bois dans la France moderne, t. III, chap. 8, Communautés villageoises et forêt d’Orléans à l’époque moderne. Pour une approche de la situation en Morvan, voir les travaux de P. Lévêque et M. Vigreux sur les milieux paysans dans la première moitié du xixe siècle. Pour une approche du Nivernais, J.B. Charrier, Le Nivernais, les paysages, les hommes et leurs activités, thèse de géographie, Université de Dijon, 1981.

30 À la fin de l’Ancien Régime, les principaux propriétaires forestiers étaient, en Nivernais, outre le duc qui possédait, sans doute, plus de 13 000 ha, les grands établissements ecclésiastiques : prieuré de La Charité, évêché de Nevers, chapitre, auxquels il fallait ajouter une bonne dizaine d’abbayes, prieurés, et autres. L’ensemble atteignant quelque dix mille ha. Suivaient, ensuite, quelques grandes familles comme les Lepeletier d’Aunay ou les Jaucourt qui contrôlaient entre mille et deux mille ha de bois chacun. Dans le cadre du Morvan, c’est également la grande noblesse qui domine tel le marquis de Pracomtal dans le Bazois, M. de Mascrany, propriétaire du comté de Château-Chinon, Foulon de Doué à qui appartenait le domaine de La Tournelle, le comte de la Rivière, possesseur de la seigneurie du Gouloux et de nombreuses autres que l’on retrouvera, après la tempête révolutionnaire, sur la liste des émigrés rétablis en leurs biens. Au début du xixe siècle la très grande propriété forestière privée reste largement dominée par la noblesse.

31 P. Lévêque Une Société provinciale : la Bourgogne sous la Monarchie de juillet, Paris, ehess, 1983 ; M. Vigreux, Paysans et notables du Morvan au xixe siècle, Château-Chinon, Académie du Morvan, 1987.

32 Voir les travaux d’A. Poitrineau et, notamment, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France (xviie-xviiie siècles), Paris, Aubier-Montaigne, 1983.

33 M. Devèze, La vie des forêts françaises, op. cit. p. 132.

34 L. Gueneau, L’Organisation du travail à Nevers aux xviie et xviiie siècles (1660-1790), thèse d’histoire, Paris, 1919, p. 353 sq.

35 A. Corvol, L’Homme et l’arbre sous l’Ancien régime, Paris, Economica, 1983.

36 A. Brosselin, La Forêt bourguignonne, op. cit., p. 206-207.

37 C. Fruhauf, Forêt et société, De la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’Ancien Régime (vers 1670-1791), Paris, CNRS, 1980.

38 P. de Saint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du Nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, Paris, Les Belles Lettres, 1962, p. 488. J.J. Clerc, Les Paysans de la Haute-Marne et la Révolution française, CTHS, Paris, 1988, p. 70-72.

39 Bib. Nat. Joly de Fleury, 1738, fol. 137 sq. Arrêt de la Table de Marbre de Paris concernant l’exploitation des bois de la forêt de Joigny et portant défenses aux habitants de Bussy-en-Othe de s’attrouper en armes et de chasser dans les bois ou ailleurs, sous les peines portées par l’ordonnance de 1669. Le jugement comporte en annexe les pièces constitutives du dossier.

40 Pour s’en tenir à l’époque révolutionnaire voir les analyses suggestives de M. Vigreux, Le Morvan révolutionnaire. Recherches sur les origines des traditions politiques en Morvan (xviiie-xixe siècles), Paris, Société des Études robespierristes, 1988.

Table des illustrations

Légende La coupe en forêt vue par Duhamel du Monceau
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Le banc de travail du feuillardier23
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende 44 – Bois gravé tiré des « Subtiles fables d’Esope » ( xve siècle).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Oudry, La forêt et le bûcheron, La Fontaine, Romorantin, Musée de Sologne
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search