Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Du « modèle » à la pratique : la gestion des peuplements caducifoliés dans la France moderne, xvie-xviiie siècle

Jérôme Buridant

Texte intégral

1L’époque moderne se marque par une crise d’approvisionnement en bois sans précédent, qui touche profondément la France, mais atteint aussi de manière particulièrement aiguë d’autres pays européens comme la Grande-Bretagne ou les Provinces-Unies. Cette pénurie en combustible ligneux, qui va s’aggravant avec le temps, est le fruit de nombreux facteurs concomittants. Elle s’explique déjà par les besoins de la construction civile, qui s’accroissent à mesure qu’enflent les villes, et notamment Paris, véritable « monstre » à l’échelle européenne, avec plus d’un demi million d’habitants à la fin du xviie siècle. Elle est considérablement renforcée par la demande navale et militaire, à la mesure des ambitions d’une monarchie conquérante. Elle s’augmente aussi pour une part des besoins industriels, surtout importants pour les forges, les fourneaux et les verreries, qui connaissent un incontestable essor. À ces besoins s’ajoute la demande domestique, qui croît à la fois en raison de l’évolution des modes de consommation, et de la hausse de la population du royaume, surtout sensibles au xviiie siècle. Au fil du temps, l’ensemble de ces phénomènes pèse de plus en plus pour faire du bois un produit, sinon le produit, stratégique. L’importance des enjeux autour de sa fourniture suscite nécessairement des luttes et des rivalités, mais aussi des égards et des attentions nouvelles qui conduisent à terme à une évolution significative des modes d’exploitation et de gestion forestières.

  • 1 L’adjectif « sylvicole » désigne initialement un habitant des forêts, comme « regnicole » un habit (...)
  • 2 C’est dans ce sens qu’il faut entendre le titre du célèbre ouvrage d’Olivier de Serres, Théâtre d’ (...)

2De la fin de l’époque médiévale aux débuts de l’époque contemporaine, l’économie forestière passe en quelque sorte du système de la cueillette à une véritable sylviculture. « Économie de cueillette » ne signifie pas, bien sûr, que les forêts n’aient pas déjà été par le passé façonnées par l’homme. Anthropisé depuis des siècles, le monde de la forêt porte nécessairement de très fortes empreintes humaines. Mais il reste très longtemps perçu comme un véritable don de la nature, un espace gratuit qui repousse tout seul, n’exigeant par conséquent aucune gestion spécifique. Ce type de prélèvement, qui semble dominer jusqu’aux xiiie-xive siècles, persiste parfois longtemps, même au seuil des siècles industriels, surtout dans les régions peu intégrées aux marchés urbains. Le terme de « sylviculture » est, il est vrai, anachronique puisqu’il s’impose à la fin de la Restauration, au moment de la création de l’école forestière de Nancy (1824)1. Cet état du vocabulaire n’induit pas qu’une sylviculture n’ait pas préexisté. Faute d’outils conceptuels adaptés, les hommes du xvie siècle utilisent volontiers le mot « mesnage » dont le sens très général désigne ce que nous appellerions aujourd’hui la gestion, qu’elle s’exerce dans le cadre domestique (« foyer », « mesnie ») ou plus globalement au domaine2. De ce terme dérive celui « d’aménagement », qui s’applique d’abord stricto sensu aux domaines sylvicoles puis, plus tardivement, à la marine (xviie siècle) et à la construction (xixe siècle). En quelques siècles émergent alors les bases d’une véritable gestion forestière, supposant une sélection des essences, des orientations en matière de traitements ou de rotations, qui font de l’espace forestier un milieu aussi travaillé que l’espace agraire. À l’opposé d’une simple ligniculture, où il suffirait de planter puis de récolter, la sylviculture impose des rythmes complexes, des stratifications imbriquées, qui nécessitent des choix culturaux déjà avancés.

I. L’émergence d’un « modèle » ?

  • 3 Michel Devèze, Une admirable réforme administrative : la grande réformation des forêts royales sow (...)

3La grande réformation des forêts royales, entreprise à l’initiative de Jean-Baptiste Colbert à partir de 1661, et plus encore la célèbre ordonnance de Saint-Germain en Laye « portant règlement général sur les eaux et forêts », publiée en août 1669, ont été présentées comme des tournants dans l’histoire forestière, notamment parce qu’elles tendent à imposer à l’ensemble du royaume des règles de sylviculture visant à façonner la production ligneuse en vue de juguler durablement la pénurie en cours3. S’il existe bien un modèle colbertien, la réglementation n’est pas née ex nihilo dans l’esprit du contrôleur général des Finances. En ce sens, l’Ordonnance est autant un point de départ qu’un aboutissement, puisqu’elle reflète une très longue gestation dont les origines sont tardo-médiévales. En d’autres termes, les canons fixés par l’autorité royale viennent d’expériences multiples et déjà anciennes, souvent même de « bricolages » empiriques, dont les traces sont perceptibles déjà loin en arrière.

Des origines déjà anciennes

  • 4 G. Huffel, Économie forestière, Paris, La Maison rustique, 1926, t. III, p. 102-103.
  • 5 Bibl. nat. fr., ms. fr. 5347, Jean Bodin de Saint-Amand, Avertissement aux commissaires pour la ré (...)
  • 6 François Duceppe-Lamarre, « Les paysages de l’exploitation forestière (France septentrionale, xie- (...)
  • 7 Cité par G. Huffel, op. cit, p. 97-98.

4Des aménagements sylvicoles sont déjà entrepris dans les forêts royales d’Ile-de-France, de Normandie, de Picardie et d’Orléanais, mais aussi dans de grands domaines nobiliaires et ecclésiastiques, au cours du bas Moyen Âge. Ces massifs forestiers, d’assez grande ampleur, intégrés précocement à des marchés urbains, tels ceux de Paris, de Rouen ou de Lille, constituent des terrains d’expérience privilégiés, où les investissements en terme de gestion sont à la mesure des enjeux économiques. L’un des plus anciens règlements connus concerne la forêt de Roumare, à l’ouest de Rouen, dont l’aménagement remonte à 13764. Si ces documents restent encore rares durant les troubles de la Guerre de Cent Ans, leur nombre croît dans la seconde moitié du xve siècle, et plus encore au long du xvie siècle. Cette période est riche en réformations, comme celle des forêts de Bretagne (1545), qui fait suite à l’incorporation du duché au royaume (1532), ou celle des forêts de Normandie (1570)5. À ces textes d’ordre général s’ajoutent maints règlements particuliers, tels ceux de la forêt de Cuise (Compiègne) « servant d’instruction pour toutes les autres », en 1563 puis 1603, ou celle de Retz (Villers-Cotterêts), en 1595 puis 1605. L’abondance relative des sources émanant du pouvoir royal ne doit pas non plus cacher des mouvements similaires amorcés dans d’autres forêts. Comme l’a étudié François Duceppe-Lamarre, les comtes d’Artois et de Flandre, ainsi que les abbayes de Flines, de Liessies et de Marchiennes, imposent par exemple des normes nouvelles dès le xive siècle, en termes de traitement, de réserve et de densité de peuplement6. Cette pratique propre aux bois particuliers du nord de la France est aussi confirmée par les coutumes du Boulonnais, d’Artois, de Béthune ou d’Amiens7.

  • 8 Selon les lois fondamentales du royaume, le domaine royal est inaliénable. Les souverains contourn (...)
  • 9 Après avoir œuvré à la réformation des forêts d’Ile-de-France (1661), Louis de Froidour est nommé (...)
  • 10 Sur l’ensemble de cette expérience, voir Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois : hommes (...)

5En définitive, les ultimes essais menés par Jean-Baptiste Colbert entre 1651 et 1661 concluent des expériences très antérieures, synthèse de mesures déjà éprouvées par le temps. À cette date, Colbert, qui s’est déjà distingué auprès du secrétaire d’État à la Guerre Michel Le Tellier, occupe la fonction d’intendant personnel du cardinal Mazarin. À ce titre, il doit gérer la fortune personnelle du ministre, qui progresse notablement à la faveur des circonstances. Profitant de l’engagement d’une partie du domaine royal, expédient fort prisé en période de guerre, Mazarin est devenu en quelques années un grand propriétaire forestier, dans le Nivernais ainsi que dans le Laonnois, comme engagiste des châtellenies de Marie et de La Fère8. Ces domaines sont d’autant plus intéressants qu’ils peuvent aussi bien être valorisés par l’industrie locale (forges et verreries), que par l’expédition des bois vers Paris, sur l’Yonne comme sur l’Oise. Chargé de l’aménagement du massif de Saint-Gobain, le jeune Colbert rencontre à cette occasion le lieutenant général de la maîtrise des Eaux et Forêts de La Fère, qui n’est autre que Louis de Froidour, connu par la suite comme l’un des plus grands forestiers du xviie siècle, principal artisan de la réformation des forêts de la grande maîtrise de Toulouse et auteur des premiers ouvrages techniques dans le domaine des Eaux et Forêts9. Confrontés aux destructions et aux pillages de la Guerre de Trente Ans, Colbert et Froidour mènent conjointement en quelques années une politique de restauration et de reconstitution des peuplements de grande ampleur, qui constituent sous bien des angles le prototype de la réformation générale lancée peu de temps après10.

  • 11 Jourdan, Decrusy, Isambert, Recueil des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révol (...)
  • 12 Jourdan, Decrusy, Isambert, op. cit., XII, p. 161-167 ; XIV, p. 122 s.q.
  • 13 Jourdan, Decrusy, Isambert, op. cit., XIV, p. 526-411 ; XV, p. 141-163.
  • 14 Jérôme Buridant, « Les aménagements cynégétiques en forêt dans les traités de chasse et d’économie (...)

6L’émergence de ces règles de sylviculture apparaît tout aussi clairement dans la législation royale, qui se renforce et se précise considérablement entre les xvie et xviie siècles. La répétition des textes tendrait à prouver, du moins en partie, leur inapplication, mais leur contenu révèle cependant l’évolution des connaissances et des pratiques. Promulguée par Charles V de Valois en juillet 1376, l’ordonnance de Melun est déjà un monument de législation forestière. Elle impose en particulier la retenue de « baiviaulz ou estallons pour la repueuple des forez », à concurrence de « huit ou dix par arpent », mesure reprise dans les ordonnances de Paris (septembre 1402) et de Lyon (mars 1515)11. L’édit de Paris, signé par François Ier en janvier 1518, mentionne aussi la retenue d’« arbres servant à laye », conservés pour matérialiser les limites des ventes. À ces réserves par pied d’arbre s’ajoute la distraction de surfaces de bois pour croître en futaie, le règlement du 18 octobre 1561 les fixant au tiers de la surface totale12. La réglementation de la fin du xvie siècle s’affine encore, témoignant de l’amélioration des connaissances et des nomenclatures forestières. Un édit d’Henri III, signé à Paris en janvier 1583, impose ainsi la retenue de baliveaux « issus de brin » et non de rejets de souche, la coupe « à tire et aire » ainsi que le « recépage » des bois abroutis. L’ordonnance de mai 1597, promulguée à Paris par Henri IV, détaille davantage la typologie des arbres de réserve en distinguant les « arbres de lizière », les « pieds-corniers », mais surtout les baliveaux, « modernes » et « anciens », nomenclature qui ne triomphera dans la plupart des provinces qu’au milieu du xviiie siècle13. C’est également de cette période que datent les premiers grands ouvrages de droit forestier, qui sont d’abord et avant tout des commentaires des ordonnances, et spécifient leurs modalités d’application : l’Instruction sur le faict des Eaux et Forêts de Jacques de Chauffourt (1603), Les édicts et ordonnance des roys, coutumes des provinces, règlements, arrests et jugements notables des eaux et forêts de Sainct-Yon (1610), les Edicts et ordonnances des eaux et forests de Durant (1614) ou les Edicts et ordonnances, arrests et règlements des eaux et forêts de Claude Rousseau de Bazoches (1633). Sur ce plan-là, les ouvrages anciens d’« agronomie » ou, plus exactement, d’économie rurale, s’avèrent assez décevants. La Maison rustique de Charles Estienne et Jean Liébault (1564) ou le Théâtre d’agriculture et mesnage des champs d’Olivier de Serres (1600), pour citer les plus connus, visent certes la gestion des bois, mais jettent surtout leur dévolu sur les bois de parc et leurs aménagements cynégétiques14.

La naissance d’une sylviculture

  • 15 Voir par exemple le Projet d’améliorer les bois dans la province de Champagne, xviiie siècle, Arch (...)

7Les règles sylvicoles qui s’imposent ainsi progressivement reposent sur des éléments très caractéristiques. Le premier concerne la prohibition du furetage. Comme de nombreux termes forestiers, comme ceux de taillis, de futaie ou de triage, ce mot recouvre une réalité très différente de celle d’aujourd’hui, l’acception ayant changé au cours du xviiie siècle. Le terme de « furetage » désigne maintenant le mode d’exploitation d’un taillis, où seules les tiges les plus vigoureuses de chaque cépée sont exploitées à chaque passage. À la fin de l’époque médiévale, le mot préférentiellement utilisé est celui de fustage, issu du latin fustis, qui désigne une pièce de bois et donne aussi les mots « fût », « futaie » et « futaille ». Le fustage désigne alors une exploitation faite de-ci, de-là, par pied d’arbre, au gré des besoins et sans ordre préalable. Ce type d’exploitation se distingue du « jardinage » dans la mesure où il conduit surtout à purger les forêts des gros bois, alors que les coupes jardinatoires visent à exploiter des arbres de calibres plus variés, aboutissant à un peuplement plus irrégulier. De manière symptomatique, le terme de furetage tend progressivement à se substituer à celui de fustage au tout début de l’époque moderne. Il s’agit là d’un glissement par assonance, qui montre ce qu’est la perception des forestiers. Car le furetage, issu du latin furtum (vol), désigne d’abord le pillage et le larcin. Appliqué aux forêts, le mot tend à montrer que ce type de coupe conduit à la ruine et à la dégradation des peuplements, position adoptée par exemple dans l’ordonnance de 1583, qui condamne les coupes qui se font « confusément et en désordre, ainsi que bon leur semble : qui cause la plupart de nosdites forests et bois demeurer du tout dépeuplées et dégradées ». Il faut dire que ce traitement est alors totalement incontrôlable, puisque l’on est encore incapable d’évaluer les possibilités par volume. Générant d’inévitables abus, ce mode est immédiatement assimilé au pillage. La sylviculture actuelle remet au goût du jour le furetage, en insistant sur ses avantages écologiques, mais il s’agit ici d’une toute autre réalité, qui répond à une définition très différente. La prohibition du furetage correspondait à des motivations solides, liées aux impératifs de contrôle des prélèvements, même si elle amena à refuser l’ensemble des modes d’exploitation par pied d’arbre, coupes jardinatoires et surtout expurgades, qui sont des coupes de nettoiement ou d’éclaircies permettant d’améliorer la conduite des peuplements15. Ces types de coupes, ignorées dans les forêts royales d’Ile-de-France, mais demeurées vivaces aux marges du royaume, ne seront reconsidérées qu’au xviiie siècle, notamment avec la découverte des spécificités des forêts de montagne.

  • 16 M. Baudrillart, « Mémoire ou dissertation... », op. cit., p. 228-240.

8À l’abandon des peuplements irréguliers fait écho la définition plus stricte des deux types de régimes que sont le « taillis » et la « futaie ». Ici encore, les termes sont trompeurs, puisqu’ils changent de sens dans le courant du xviiie siècle. Aujourd’hui, taillis et futaie désignent des régimes sylvicoles définis par le mode de reproduction des arbres. À la « futaie » correspond une reproduction sexuée, l’arbre, issu d’une graine, formant un seul brin16. Le terme de futaie s’applique alors à un peuplement quel que soit son âge et sa régularité : dans les futaies équiennes, on distingue le gaulis, le perchis, la jeune futaie, la haute futaie et la vieille futaie, mais il peut aussi exister des futaies irrégulières. A contrario, au « taillis » correspond une multiplication végétative, les tiges de l’arbre étant issues de rejets de souche. On distingue alors le taillis simple, où tous les arbres ont été recépés au même moment, et le taillis fureté, défini plus haut. Ce terme s’applique surtout à des peuplements jeunes, car les vieilles souches sont le plus souvent incapables de rejeter, mais il est possible de rencontrer des peuplements issus du vieillissement d’un taillis, que l’on qualifie souvent de « futaie sur souche » même si cela fait figure d’archaïsme mal approprié. Jusqu’à la fin du xviie siècle, les termes de taillis et de futaie ne s’appliquent pas au mode de reproduction des arbres, mais seulement à leur âge. Le taillis est un peuplement composé d’arbres de moins de trente ans, issus de graine ou de souche. La futaie est, elle, composée d’arbres plus âgés. L’expression de futaie sur souche acquiert alors son sens véritable en concernant des arbres de plus d’une trentaine d’années provenant de rejets de souche. Cette différence de définition ne signifie pas nécessairement que les hommes d’antan négligeaient le mode de reproduction des arbres. Lors des martelages en réserve, les forestiers signalent souvent qu’ils choisissent des arbres issus de brin pour croître en futaie. Leur expérience est notable, et leur regard ne manque pas d’acuité, mais leurs cadres conceptuels diffèrent des nôtres.

9L’abandon des peuplements furetés conduit à la mise en coupe réglée, les aménagistes cherchant à établir la possibilité des forêts en cours de réformation, c’est-à-dire l’importance de leurs coupes. La notion de surface ferrière étant totalement inconnue, et le cubage des arbres restant embryonnaire, la « possibilité par volume », qui correspond au volume de bois pouvant être récolté dans un peuplement, ne peut pas être appréciée. Les forestiers se contentent de calculer la « possibilité par contenance », c’est-à-dire par surface. L’opération paraît simple, puisqu’il s’agit de mesurer la surface totale de la forêt, puis de la diviser en autant de parts que l’aménagement prévoit d’années de révolution, pour obtenir la surface annuelle pouvant être mise en coupe. Mais cette apparence est trompeuse et l’application des principes bute sur maints obstacles, qui tiennent souvent à l’incorporation des laies et des layons dans les calculs de superficie, ou plus fréquemment encore à l’absence de prise en compte des déformations cartographiques liées aux pentes, faute de méthodes adéquates comme la cultellation. En l’espèce, les forestiers ont préféré pendant longtemps asseoir des surfaces de coupes correspondant à la quotité annuelle permise par l’aménagement, sans qu’un véritable parcellaire soit établi sur le terrain. La forêt est alors divisée en « triages », qui correspondent à de grandes entités intégrant plusieurs « ventes » ou « coupes ».

10Le terme de triage ne prend vraiment son sens actuel qu’au cours du xviiie siècle, lorsque l’on songe à diviser l’espace d’une forêt en un certain nombre de parties dévolues chacune à la surveillance d’un garde et soumises à des aménagements spécifiques. C’est dans ces triages que l’on instaurera des parcellaires fixes, marqués sur le terrain par un bornage particulier.

  • 17 Edmond Huguet, Dictionnaire de la langue française au xvie siècle, Paris, M. Didier, t. I, 1928, p (...)
  • 18 Eugène Reuss, Une légende forestière, le tire et aire : étude historique sur l’ancien traitement d (...)

11Le passage à des coupes réglées est indissociable de l’adoption du « tire et aire ». Cette technique s’oppose au furetage dans la mesure où elle se définit comme une coupe de proche en proche, sans solution de continuité, de la vieille vente à la nouvelle : couper « à tire » signifie que l’exploitation doit se faire complètement, sans interruption et dans le même sens ; couper « à aire » doit faire place nette pour aboutir à un terrain totalement déboisé, à l’exception des baliveaux de réserve17. La question de son adoption avait été étudiée dès avant le premier conflit mondial par le conservateur des Eaux et Forêts Eugène Reuss, qui considérait le tire et aire comme une « légende forestière18 ». Peu après sa sortie de l’école de Nancy, il avait été nommé professeur de mathématiques appliquées à l’école forestière secondaire de Villers-Cotterêts (1871-1879). En observant la forêt de Retz, il avait remarqué que les peuplements ne présentaient pas la gradation d’âges, très caractéristique, qui aurait dû découler de l’adoption du tire et aire suite à l’application de l’ordonnance de 1669. Poursuivant son enquête, Eugène Reuss en était arrivé à plusieurs conclusions. Le tire et aire aurait été, selon lui, utilisé pour le taillis et non pour la futaie. L’expression recoupait en outre plusieurs notions. Il pouvait s’agir d’un terme d’usance, désignant un mode d’abattage où tous les bois seraient exploités à fleur de terre, sans en oublier ; Eugène Reuss le qualifiant de « tire et aire intensité ». Mais il pouvait aussi s’agir d’un mode d’assiette des coupes, l’expression supposant la contiguïté des ventes, Reuss parlant en ce cas de « tire et aire contiguïté ».

12Cette réflexion, dense et passionnante, n’appelle en fait que quelques remarques complémentaires. Dans tout le nord-est de l’Ile-de-France, donc en forêt de Retz où Eugène Reuss fit ses premières armes, l’expression sous sa forme « tire et aire », apparaît assez tardivement dans les années 1660-1670, c’est-à-dire durant la grande réformation. Jusque là, les forestiers locaux évoquent le « tire esquerre », expression fort expressive puisqu’elle donne l’image d’une équerre tirée le long d’une ligne et désigne très explicitement la contiguïté des coupes. Dans des systèmes d’exploitation caractérisés par l’absence de parcellaire fixe, l’exploitation de proche en proche est la seule manière de s’affranchir du furetage, en maîtrisant quelque peu les prélèvements. Si le tire et aire semble une incongruité dans le système parcellaire stable des siècles suivants, il garde longtemps sa valeur de contrôle et conserve par conséquent son efficacité aussi bien en futaie, à l’intérieur d’un « triage » particulier, que dans les taillis. C’est surtout au cours du xviiie siècle, avec l’adoption de plans plus réguliers, que l’on a renoncé au tire et aire dans les grandes forêts royales. Les problèmes de régénération, les recépages, les plantations des vides font le reste, engendrant des structures effectivement mal hiérarchisées.

13La dernière caractéristique de cette sylviculture concerne le maintien de réserves, dont la pratique semble déjà très ancienne, tant dans les bois royaux que dans les bois particuliers. Cette politique vise à atteindre deux objectifs. Le premier consiste à assurer les régénérations par la sélection d’arbres aux noms évocateurs : « semenciers » ou « étalons ». Ces arbres sont donc choisis pour leur capacité à produire des fruits qui, le cas échéant, peuvent aussi être utilisés pour l’alimentation des animaux contre de rémunérateurs droits de glandée ou de paisson : chênes ou à défaut hêtres ou châtaigniers, tous relevant de la catégorie des « fruitiers ». Le second objectif vise à concilier la production de bois de feu, apporté surtout par le taillis, et de bois de construction, offert par la futaie. Deux solutions sont envisageables : réserves par surface ou par pied d’arbre. Les réserves par surface conduisent à la distraction en réserve d’une partie des bois pour croître en futaie, le reste étant dévolu au taillis simple ou composé. C’est ce sens que retiennent le règlement de 1561, qui oblige à conserver des « tiers de réserve », et l’ordonnance de 1669 qui oblige les communautés ecclésiastiques ou laïques à conserver un quart de leurs bois en futaie. La seconde voie tend à maintenir des arbres de réserve sur toutes les coupes, qu’elles soient de futaie ou de taillis. Les ordonnances du XVIe siècle, on l’a vu, fixent la densité des réserves à 8 ou 10 par arpent, soit 16 à 20 réserves à l’hectare. L’ordonnance de 1669 fixe la norme à 10 baliveaux par arpent dans les futaies (environ 20 à l’hectare), et 16 dans les taillis (environ 32 à l’hectare). Les semenciers conservés dans les futaies sont sensés l’être durant toute la révolution suivante : ils sont donc abattus au terme de deux révolutions. Les arbres conservés dans les coupes de taillis ne peuvent, quant à eux, être abattus qu’au terme de « trois âges », soit à la quatrième révolution. « Taillis » et « futaie » se distinguant à l’époque par l’âge de mise en coupe, il se peut que les réserves soient issues de souche et non de brin, même si la dernière solution semble souvent privilégiée. Dans tous les cas, cette politique conduit toujours à façonner des peuplements inéquiennes, présentant des arbres d’âges gradués, multiples de la révolution fixée par l’aménagement.

14Au total, toutes ces mesures, nées d’expériences multiples et de pratiques locales fort variées, génèrent une véritable sylviculture. Dans ce modèle, surtout royal et francilien, sont déjà en germe des notions aussi importantes que l’exploitabilité, la possibilité, la gradation d’âge ou le rapport soutenu sous des formulations, il est vrai, très différentes. Mais il s’agit ici d’un langage encore balbutiant qui s’exprime de façon empirique. Les besoins sans cesse croissants, tant en quantité qu’en qualité, amènent des tentatives dont les fruits ne sont visibles qu’au bout de plusieurs générations : la forêt suit des rythmes qui dépassent l’échelle de l’homme...

II. De la diversité des pratiques à la remise en question du « modèle »

  • 19 Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois, op. cit, t. I, p. 148-151.

15Si ces règles de sylviculture remontent très loin dans le temps, il s’en faut de beaucoup qu’elles se généralisent, même avec l’entrée en application de l’ordonnance de 1669. Rien que dans les bois royaux, la situation demeure longtemps très contrastée. Malgré les efforts des commissaires réformateurs dans la seconde moitié du xvie siècle et la première moitié du siècle suivant, les pratiques locales résistent indépendamment des désordres dus aux guerres entre 1562 et 1598, puis entre 1635 et 1659. La législation colbertienne est sensée uniformiser le tout en quelques années, les communautés disposant de six mois pour procéder à leurs aménagements. Mais la réalité est autre. Dans la généralité de Soissons, qui ne saurait être considérée comme marginale, à l’écart du pouvoir des autorités royales, plus d’un tiers des bois attend d’être aménagé vers 177019.

16Et la situation est sensiblement identique en Picardie, en Champagne ou en Bourgogne. Autant dire que les communautés montagnardes n’ont vu passer les réformes que bien épisodiquement. Dans tous les cas, même dans les provinces les mieux intégrées, les nouvelles règles sylvicoles, qui impliquent la restriction des droits d’usage communautaires, suscitent des oppositions farouches, parfois fort violentes. Au total, la situation dominante au xviiie siècle n’est pas l’uniformisation espérée, mais une formidable diversité.

De multiples variantes

17Il est vrai que les règles édictées par Colbert sont moins rigides qu’elles ne le paraissent. Tout en arrêtant des lignes générales, l’ordonnance de 1669 annonce que le régime des coupes suppose des règlements particuliers, visés par arrêt du Conseil, ce qui autorise de multiples variantes. Comme l’indique le contrôleur des Finances à Louis de Froidour, l’Ordonnance n’est pas un cadre formel posé une fois pour toutes, car « il faut s’accommoder à l’usage du pays et à l’humeur des peuples ». En l’espèce, il existe bel et bien une infinité de pratiques, qui traduisent autant le maintien des traditions que l’adaptation au marché local.

  • 20 A contrario, le hêtre est souvent dévalorisé. Cf. Georges Plaisance, « La chasse au hêtre dans le (...)
  • 21 Les grandes forêts d’Ile-de-France font longtemps l’objet d’une transhumance porcine qui mobilise (...)

18Sur quels facteurs est-il possible de jouer ? En premier lieu, il est évident que lors des martelages, les forestiers réservent les semenciers à l’aune de leur perception, en fonction souvent des besoins locaux. Les règlements précisent tous que le balivage doit privilégier le chêne, à défaut le hêtre. Arbre roi par excellence, le chêne mérite toutes les attentions, ses caractères de durabilité et de solidité expliquant qu’il soit favorisé pour la construction civile et navale20. C’est le cas en Ile-de-France, où le bois d’œuvre se négocie à bon prix et où les adjudications de paisson constituent un revenu d’appoint incontestable21. C’est le cas aussi en Champagne, où les belles billes peuvent se vendre pour produire du merrain à tonneaux. Mais en Picardie comme en Lorraine, deux régions d’industrie, le hêtre vaut souvent davantage en raison de son aptitude comme bois de chauffe. Pourquoi alors ne pas avantager le « foyard » dont le débit sera facile ?

  • 22 G. Huffel, Economie forestière, op. cit, p. 131-132.

19Par ailleurs, rien n’empêche, en demeurant au-delà des planchers fixés par les ordonnances, de jouer sur la densité des tiges réservées, notamment dans les peuplements traités en taillis sous futaie. Dans l’aire francilienne, où les bois servent surtout au chauffage, les densités initiales des arbres de réserve restent faibles, autour de 10 baliveaux par arpent (environ 20 à l’hectare), ce qui conduit à favoriser le taillis. Au bout de trois révolutions, les réserves restent donc encore peu nombreuses, autour de 60 baliveaux à l’hectare. Ce type de balivage crée des peuplements très clairs, où la futaie ne peut véritablement prendre le dessus sur le taillis Dans l’aire wallonne, en Thiérache, en Ardenne ou en Argonne, les densités initiales augmentent, atteignant le plus souvent 15 à 20 baliveaux par arpent (environ 30 à 40 à l’hectare). Dans l’aire lorraine, dans laquelle s’intègre partiellement la Champagne, on peut même parler d’un balivage intensif, puisque les réserves dépassent parfois 45 arbres à l’arpent22 Là, les arbres conservés durant plus de trois révolutions sont au nombre de 150, voire 200 à l’hectare. En ce cas, les houppiers tendent alors à se toucher ; la futaie étouffe le taillis, aboutissant rapidement à une « futaie sur taillis », voire à une futaie claire.

20Dans les cas les plus extrêmes, les forestiers peuvent aussi contourner les règlements en modifiant la répartition des réserves. Le quart de réserve doit théoriquement être apposé « dans le meilleur fond ». Mais la définition du « meilleur fond » reste sujette à caution dans la mesure où ce sont les possibilités de vidange, liés à la desserte, qui conditionnent le débit des bois. Apposer le quart de réserve dans un canton bien desservi permet de conserver un capital sur pied mobilisable en cas de coup dur. L’oublier dans un fond isolé revient au contraire à jouer la carte du présent, en privilégiant le taillis sur la futaie. Des logiques similaires interviennent dans les peuplements traités en taillis sous futaie. Si la répartition des baliveaux doit être régulière a priori, il est possible de rencontrer des peuplements où taillis et futaie sont assez nettement séparés, les forestiers invoquant à l’occasion l’œuvre des tempêtes, les dégradations des communautés ou les difficultés de régénération liées à la nature du sol. Cette tactique évite la stratification et ses inconvénients en favorisant sectoriellement la croissance du taillis.

  • 23 Louis de Froidour, Instruction pour les ventes des bois du roy, [1re éd. Toulouse, 1678], éd. rev. (...)
  • 24 Sébastien Le Prestre de Vauban, « Traité de la culture des forêts », dans Oisivetés de M. de Vauba (...)
  • 25 Jérôme Buridant, « Duhamel du Monceau et la crise forestière du xviiie siècle », Duhamel du Moncea (...)

21Tout autant que la densité des tiges, la durée des rotations régit le produit final. En théorie, le cycle du taillis ne doit pas être inférieur à dix ans. Cette durée, déjà très courte, conduit à des bois de petit calibre, tout en dégradant les sols. Au vu des demandes d’autorisation de coupe avancées par les particuliers devant les maîtrises des Eaux et Forêts, qui apparaissent à partir de la seconde moitié du xviie siècle, on constate que cette limite est rarement atteinte. Les taillis des particuliers restent longtemps recépés à de très faibles intervalles, parfois à neuf, huit, voire sept ans, sans réaction de la part des autorités. Pour autant, la tendance générale du xviie au xviiie siècle, malgré la pénurie qui s’active, est à l’allongement des révolutions. Au xviie siècle, les révolutions excèdent rarement dix ou quinze ans, même dans les bois royaux. Au siècle suivant, elles sont progressivement portées à vingt ou vingt-cinq ans, voire à trente dans les plus grands massifs. À l’encontre d’un discours convenu, la disette de bois ne provoque donc pas des anticipations. Cela reflète peut-être une prise de conscience de l’intérêt des cycles longs en sylviculture. Dès 1678, Louis de Froidour notait l’influence du taillis dans le gainage des arbres de futaie. Il insistait sur l’allongement des rythmes de coupe de ce même taillis afin de produire de meilleures futaies23. La première étude comparant les produits du taillis et de la futaie apparaît en 1701 dans le Traité de la culture des forêts du maréchal de Vauban24. Celui-ci met en balance la récolte des deux types de peuplement, sur une durée égale, en tenant compte de l’immobilisation du capital. Il en déduit que le traitement en futaie est plus rentable que celui du taillis et démontre en même temps que la production augmente avec l’étirement des révolutions. Ces observations seront vérifiées et approfondies au milieu du xviiie siècle par Duhamel du Monceau et par Tellès d’Acosta25. Cependant, cette tendance à l’allongement des révolutions masque des différences régionales considérables. Les pays de sidérurgie préfèrent de très courtes révolutions pour approvisionner forges et fourneaux en charbonnette. Les pays de verrerie connaissent au contraire des rotations plus longues pour l’obtention de billettes, de plus gros calibre. Il en va de même des régions où les produits sont destinés au marché urbain surtout quand ces bois sont expédiés par flottage.

  • 26 Arch. départ. Aube, 5 B 64.

22Dans la mesure où la distinction futaie/taillis s’effectue par l’âge des arbres, il est possible de modifier la régularité du peuplement. Dans les grandes forêts royales, telles Retz ou Compiègne, les structures présentent toujours une assez grande régularité. Il s’agit de futaies pleines, aux révolutions dépassant le siècle, caractérisées par une absence de dépressages et de coupes d’amélioration. La révolution achevée, l’ensemble des tiges est abattu à l’exception des semenciers, conservés sur la parcelle durant la révolution suivante à la densité de 10 par arpent (environ 20 à l’hectare)... à condition qu’ils n’aient pas été brisés ou renversés par les vents dans les années suivant la coupe ! La plupart des quarts de réserve des communautés ecclésiastiques obéissent à ce modèle, quoique les rotations y soient plus courtes, encore qu’il y ait des exceptions. L’abbaye de Clairvaux adopte ainsi un modèle plus original dans son aménagement de 172826. La révolution du quart de réserve est fixée à 40 ans, avec rétention de 25 baliveaux de l’âge du recrû par arpent (environ 50 par hectare), chiffre qui passe à 30 en 1763, auxquels s’ajoutent 10 « modernes » (environ 20 par hectare) et 4 « anciens » (8 par hectare), soit 44 arbres par arpent (88 par hectare). Les futaies de Clairvaux correspondent de fait à un taillis sous futaie offrant une très longue révolution : les densités y sont faibles, mais une partie des arbres y est maintenue très longtemps, puisque les « anciens » sont abattus dans leur 160e année. Le plus intéressant est le choix, encore rare à l’époque, d’une gradation des réserves en fonction de leur âge, les sujets les plus âgés présentant un couvert bien plus important que les jeunes baliveaux. La norme de 60 baliveaux, 20 modernes et 8 anciens à l’hectare se rapproche en fait de ce que les forestiers du début du xxe siècle considéraient comme une réserve « normale » dans un taillis sous futaie : 40 baliveaux, 25 modernes et 10 anciens.

23En définitive, si les normes proposées par l’administration royale répondent au modèle francilien, elles tolèrent néanmoins de multiples interprétations, qui permettent de garder les traditions locales, tout en adoptant les modes de gestion aux impératifs du marché. Le xviiie siècle connaît pourtant une sévère remise en cause de la conception colbertienne. Il faut dire qu’en matière sylvicole, le temps est toujours long entre la mise en application d’un aménagement et ses résultats ultimes. Mais la critique est d’autant plus aisée que la diversité des pratiques a permis de nombreuses expériences qui forment autant de terrains d’observation.

Un constat d’échec

  • 27 Michel Devèze, « La crise forestière en France dans la première moitié du XVIIIe siècle et les sug (...)

24Malgré les efforts pressants des autorités royales, le xviiie siècle enregistre une aggravation de la crise forestière, qui témoigne de l’inadéquation entre l’offre et la demande ligneuse. Au total, les difficultés prouvent que cette sylviculture n’a pas répondu aux besoins. De ce constat naissent d’intenses réflexions qui seront à l’origine de la sylviculture contemporaine, née au xixe siècle. Parmi les plus importantes et les plus célèbres, il faut citer les « Réflexions sur l’état des bois du royaume » de Réaumur (1721), le « Mémoire sur la conservation et le rétablissement des forêts » de Buffon (1739) et surtout le Traité général des forêts de Duhamel du Monceau (1755-1767), auxquelles on peut adjoindre quelques pages extrêmement pertinentes de l’abbé Rozier, dans son Cours complet d’agriculture (1782)27.

  • 28 Sur l’ensemble de ces évolutions, voir Andrée Corvol, L’homme et l’arbre sous l’Ancien régime, Par (...)

25Tous ces auteurs commencent par les résultats déplorables des taillis sous futaie. Le taillis sous futaie visait à ménager la chèvre et le chou en conciliant la production de bois de feu et celle de bois d’œuvre. Régime de compromis, c’est aussi un régime bâtard difficile à conduire qui produit de surcroît des bois extrêmement médiocres. Gainée par un taillis de faible hauteur, la futaie est faite presque toujours d’arbres courts, trapus, avec une cime en pommier. Ne pouvant passer dans la catégorie « Bois de qualité », ces arbres sont rebutés pour la construction, hormis la construction navale en quête d’arbres tors. Le taillis étant recépé à intervalles réguliers, le tronc des réserves est privé de son gainage de manière récurrente. Privé de l’ambiance forestière, il est soumis aux coups de soleil et aux gélivures. En réaction, il peut générer des gourmands. C’est le cas typique du chêne qui a besoin d’avoir la tête à la lumière et le fût à l’ombre : trop brutalement éclairci, son tronc se couvre de « brogne » ou « broussin ». Dans le cas où le taillis est très dense, les jeunes baliveaux réservés sur la coupe sont trop frêles pour résister à l’isolement : ils se courbent ou se cassent, et disparaissent d’ici le cycle suivant. Au terme de plusieurs révolutions le problème inverse peut aussi apparaître. Dans le système de l’époque, il est fréquent de réserver davantage d’étalons que l’on en délivre, en partie par sécurité, mais aussi pour privilégier la futaie sur le taillis. Cette pratique entraîne un phénomène de capitalisation d’autant plus préjudiciable pour le peuplement que les réserves sont rarement hiérarchisées : en d’autres termes on conserve généralement autant d’anciens et de modernes que de baliveaux de l’âge du taillis. Or, il s’en faut de beaucoup que le couvert de ces trois catégories soit identique : avec des rotations de 25 à 30 ans, un baliveau couvre une surface moyenne de 5 m2, alors que le moderne s’étale sur 30 m2, l’ancien allant jusqu’à prendre 100 m2 ! Avec le maintien d’arbres de quatre ou de cinq générations, « bisanciens » et « vieilles écorces », on assiste de fait à la fermeture progressive du couvert, la futaie étouffant à la fois le taillis et les baliveaux. Ce système conduit au rendement décroissant du taillis et pire encore, bloque toute possibilité de régénération, les arbres de réserve étant recrutés dans la strate de taillis28.

  • 29 C’est une application directe de la loi de Eichorn, prise au sens large, qui précise que la produc (...)
  • 30 Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois, op. cit., t. II, p. 449-498.

26La critique du régime de la futaie opère, quant à elle, de manière plus nuancée. Car il existe des réussites, comme celle de la forêt de Tronçais qui fournit déjà des chênes de qualité au xviiie siècle. Les quarts de réserve des communautés ecclésiastiques, contrairement à ceux des communautés d’habitants, attirent par ailleurs moins les foudres des commentateurs, Buffon allant jusqu’à les considérer comme de beaux peuplements. Mais il existe aussi des échecs criants. En forêt de Saint-Gobain, par exemple, le résultat de l’aménagement de 1654 est catastrophique. Dans les années qui suivirent les réformes de Colbert et de Froidour, les régénérations étaient prometteuses. Mais comme les peuplements n’ont jamais été éclaircis, les arbres ont filé en hauteur sans croître en diamètre29. Au bout d’une révolution, la futaie n’est apte à servir... que de bois de chauffage ! Avec un tel matériel sur pied, il s’avère impossible d’assurer la pérennité. Les semenciers isolés dans les coupes, trop peu nombreux et trop fragiles, cassent à la première tempête. À la fin du xviiie siècle, certaines parcelles évoluent vers la lande et la bétulaie, le bouleau profitant de l’opportunité des vides pour s’implanter30.

  • 31 Les premières explications scientifiques apparaissent au xixe siècle. Voir par exemple Bouquet de (...)

27Dans la plupart des régions, les forestiers observent avec acuité ces phénomènes qu’ils ne s’expliquent guère. Ils constatent une véritable déroute du hêtre, accompagnée parfois de la régression du chêne, c’est-à-dire le déclin des deux arbres qui constituaient les essences-objectifs31. Ils remarquent la substitution d’essences secondaires, souvent moins appréciées, comme le tremble, le frêne, le bouleau ou le charme. Ils sont confrontés à ce que nous appellerions une évolution régressive des peuplements, qui témoigne de déséquilibres écologiques bien réels, voire d’un appauvrissement des sols dans les stations les plus vulnérables. Au bout du compte, les perturbations induites par les traitements handicapent les essences sciaphiles, comme le hêtre, et stimulent les essences pionnières, héliophiles, aptes à coloniser des espaces plus ouverts ou plus dégradés. En comparaison, des pratiques qui ont résisté sur les marges, comme les expurgades ou le jardinage, présentent des résultats satisfaisants. Aussi la plupart des auteurs mettent-ils en valeur les coupes à courte rotation, parce qu’elles conduisent à une amélioration sensible des peuplements. Par la critique des traitements hérités du passé, la pensée forestière s’achemine vers la distinction de deux types de traitements : la futaie équienne, améliorée par des dépressages et des coupes d’éclaircie, et la futaie jardinée.

***

28La technique est fille de la nécessité. Durant des siècles, toute une civilisation s’est développée sur une économie du bois. Les villes, gourmandes en bois d’eau comme en bois de construction, se sont jointes aux fours, forges et fourneaux dévoreurs de bois-bûches et de charbon de bois, ainsi qu’aux chantiers navals, avec leurs bois de marine, aux vignerons avec leurs échalas et leur merrain à tonneaux, pour solliciter intensément le monde de la forêt. Durant des siècles, la pénurie en bois s’est faite sans cesse plus pressante. C’est qu’il fallait fournir à la fois des quantités gigantesques et des produits de mieux en mieux calibrés, de plus en plus normalisés. Et la réponse ne pouvait être uniquement administrative et policière.

29Les techniques sylvicoles mises au point au début de l’époque moderne ne sont pas dues à une improvisation. Elles résultent d’une longue maturation, d’un héritage déjà lointain, que confirment les expériences des xvie et xviie siècles, menées notamment dans les forêts royales d’Ile-de-France, de Picardie et de Normandie. Toutes visent au fond le même objectif : préserver l’avenir en « ménageant » au mieux les peuplements, en constituant des réserves et en réglant les coupes. Mais elles reflètent aussi les connaissances du temps, rudimentaires pour tout ce qui concerne les dynamiques naturelles. Aussi recherchée soit-elle, cette réponse demeure embryonnaire et balbutiante. Imposé par la législation royale, le « modèle » francilien ne se diffuse pas aussi facilement qu’on aurait pu l’imaginer : entre le centre et la périphérie du royaume, que d’adaptations et de diversité possibles ! Au xviiie siècle, ce « modèle » de sylviculture est déjà obsolète. Insuffisant au plan économique, hasardeux parfois au plan écologique, il s’avère nocif quand les conditions sont impropres. C’est par la critique raisonnée de ces règles, par l’observation attentive des pratiques encore vivantes dans de nombreuses autres régions que naîtra la foresterie du xixe siècle.

Notes

1 L’adjectif « sylvicole » désigne initialement un habitant des forêts, comme « regnicole » un habitant du royaume.

2 C’est dans ce sens qu’il faut entendre le titre du célèbre ouvrage d’Olivier de Serres, Théâtre d’agriculture et mesnage des Champs, Paris, Jamet Métayer, 1600. Pour l’étude du vocabulaire de l’époque, voir : Antoine Furetière, Dictionnaire, Rotterdam, Leers, 1690 ; Dictionnaire de l’Académie française, 4e éd., Paris, 1762 ; M. Baudrillart, Dictionnaire raisonné et historique des Eaux et Forêts, Paris, Huzard – Artus-Bertrand – Warée, 1823 ; Emile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872 ; La Curne de Sainte Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien français, Paris, Favre, 1876 ; Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, Paris, Librairie des sciences et des arts, 1898-1938 ; Edmond Huguet, Dictionnaire de la langue française du xvie siècle, Paris, M. Didier, 1928-1967. Pour le vocabulaire forestier actuel, voir Jean Dubourdieu, Manuel d’aménagement forestier, Paris, Lavoisier, 1997, p. 205-237.

3 Michel Devèze, Une admirable réforme administrative : la grande réformation des forêts royales sows Colbert (1661-1680), Nancy, ENEF, 1962 ; Andrée Corvol, « La politique forestière de Colbert », Un nouveau Colbert, actes du colloque de Paris, 1983, Paris, 1985, p. 229-239.

4 G. Huffel, Économie forestière, Paris, La Maison rustique, 1926, t. III, p. 102-103.

5 Bibl. nat. fr., ms. fr. 5347, Jean Bodin de Saint-Amand, Avertissement aux commissaires pour la réformation des eaux et forêts de Normandie, 1570.

6 François Duceppe-Lamarre, « Les paysages de l’exploitation forestière (France septentrionale, xie-xvie siècles) », Le travail et les hommes, 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15-20 avril 2002, à paraître.

7 Cité par G. Huffel, op. cit, p. 97-98.

8 Selon les lois fondamentales du royaume, le domaine royal est inaliénable. Les souverains contournent l’interdit en pratiquant l’engagement, qui est une vente à faculté perpétuelle de rachat (voir Anne Rousselet, La règle de l’inaliénabilité du domaine de la Couronne : étude doctrinale de 1566 à la fin de l’Ancien Régime, Paris, LGDJ, 1997, p. 97-104).

9 Après avoir œuvré à la réformation des forêts d’Ile-de-France (1661), Louis de Froidour est nommé le 6 mars 1666 « commissaire député par S[a] M[ajesté] pour la réformation générale des eaux et forêts au département de la grande maîtrise de Toulouse », puis placé à la tête de cette même maîtrise en 1673. Ses publications sont alors nombreuses : Instruction pour les ventes des bois du Roy, Toulouse, 1678 ; réed. annotée par Berrier, Paris, 1759 ; Ordonnances des eaux et forêts concernant les fonctions et les devoirs des gardes, Toulouse, 1683 ; Instruction abrégée pour les gardes des eaux et forêts, pêches et chasses du département de Languedoc, Guyenne, Béarn et Navarre, Toulouse, 1683 ; Règlement concernant les forêts du pais de Bigorre, 1685 ; Mémoire du pays et des états de Bigorre, éd. par J. Bourdette, 1692. Voir Michel Devèze, « Louis de Froidour, commissaire-réformateur des forêts du Languedoc, Rouergue, Quercy, Navarre, Béarn, provinces pyrénéennes et Angoumois (1666-1675) », Actes du 86e congrès national des sociétés savantes, Montpellier, 1961, Paris, 1962, p. 269-279 ; Christian Fruhauf, Forêt et société, de la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’Ancien Régime (vers 1670-1791), Paris, CNRS, 1980.

10 Sur l’ensemble de cette expérience, voir Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois : hommes, environnement et paysages à l’époque pré-industrielle, thèse, Université de Paris IV-Sorbonne, 1999, dactyl., t. I, p. 136-144.

11 Jourdan, Decrusy, Isambert, Recueil des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution, Paris, Plon, s.d., V, p. 456-471 ; VII, p. 19-43 ; XII, p. 49-75.

12 Jourdan, Decrusy, Isambert, op. cit., XII, p. 161-167 ; XIV, p. 122 s.q.

13 Jourdan, Decrusy, Isambert, op. cit., XIV, p. 526-411 ; XV, p. 141-163.

14 Jérôme Buridant, « Les aménagements cynégétiques en forêt dans les traités de chasse et d’économie rurale, xvie-xviiie siècles », dans Andrée Corvol (textes réunis par), Forêt et faune, Cahier d’études no 12, Forêt, environnement et société, Paris, cnrs-ihmc, 2002, p. 33-40.

15 Voir par exemple le Projet d’améliorer les bois dans la province de Champagne, xviiie siècle, Arch, départ. Marne C 1129. Cette perception négative subsiste jusqu’au xixe siècle. M. Baudrillart, qui considére le furetage dans son acception ancienne, le présente comme une pratique « à laquelle on reproche beaucoup d’inconvéniens », « mode qui entraîne beaucoup d’abus, qu’on ne peut prévenir qu’avec des soins très-vigilans ». Il voit dans le jardinage un mode d’exploitation « vicieux », une « manière désastreuse », qui devrait être remplacée par la pratique des éclaircies (M. Baudrillart, Dictionnaire raisonné et historique des Eaux et Forêts, Paris, Huzard – Artus-Bertrand – Warée, 1823, t. 2, p. 188 et 293, et « Mémoire ou dissertation sur l’aménagement des forêts », Annales forestières, 1812, p. 103-114).

16 M. Baudrillart, « Mémoire ou dissertation... », op. cit., p. 228-240.

17 Edmond Huguet, Dictionnaire de la langue française au xvie siècle, Paris, M. Didier, t. I, 1928, p. 144 et t. VII, 1967, p. 250.

18 Eugène Reuss, Une légende forestière, le tire et aire : étude historique sur l’ancien traitement des futaies feuillus, envisagé au point de vue de l’assiette des coupes, éd. par Roger Blais, Annales de l’Ecole nationale des Eaux et Forêts, t. VII, fasc. 1,1938.

19 Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois, op. cit, t. I, p. 148-151.

20 A contrario, le hêtre est souvent dévalorisé. Cf. Georges Plaisance, « La chasse au hêtre dans le passé », Revue forestière française, 1950, p. 458-461.

21 Les grandes forêts d’Ile-de-France font longtemps l’objet d’une transhumance porcine qui mobilise d’importants troupeaux sur de longues distances. La paisson, qui s’effectue le plus souvent entre la Saint-Martin (11 novembre) et la Chandeleur (2 février), est baillée chaque année à de grandes exploitations agricoles (voir Jean-Marc Moriceau, Les fermiers d’Ile-de-France, xve-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1994, p. 391-400).

22 G. Huffel, Economie forestière, op. cit, p. 131-132.

23 Louis de Froidour, Instruction pour les ventes des bois du roy, [1re éd. Toulouse, 1678], éd. rev. et augm. par Berrier, Paris, Brunet, Barrois et Duchesne, 1759.

24 Sébastien Le Prestre de Vauban, « Traité de la culture des forêts », dans Oisivetés de M. de Vauban, Paris, J. Corréard, 1843, t. 2, p. 59-81 ; Revue forestière française, no 4, 1981, p. 278-288 ; Andrée Corvol, « Vauban et la forêt », Vauban réformateur, actes du colloque de Paris, 1983, Catherine Brissac, Nicolas Faucherre (éd.), Paris, Association Vauban, 1985, p. 197-210.

25 Jérôme Buridant, « Duhamel du Monceau et la crise forestière du xviiie siècle », Duhamel du Monceau : un Européen du siècle des Lumières, textes présentés par Andrée Corvol, Orléans, Académie d’Orléans, 2001, p. 41-54. Cette réflexion est approfondie au xixe siècle. Voir par exemple C. Braillard, « De l’âge d’exploitation des taillis sur plateaux calcaires », Revue des Eaux et Forêts, 1892, p. 2-12 ; E. Maire, « L’allongement des révolutions de taillis dans le nord-est de la France », Revue des Eaux et Forêts, 1894, p. 509-511.

26 Arch. départ. Aube, 5 B 64.

27 Michel Devèze, « La crise forestière en France dans la première moitié du XVIIIe siècle et les suggestions de Vauban, Reaumur, Buffon », Actes du 88e congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1963, section histoire moderne et contemporaine, Paris, 1964, p. 595-616 ; Jérôme Buridant, « Duhamel du Monceau », op. cit., p. 41-54.

28 Sur l’ensemble de ces évolutions, voir Andrée Corvol, L’homme et l’arbre sous l’Ancien régime, Paris, Economica, 1984, p. 197-264 ; Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois, op. cit., t. II, p. 421-469.

29 C’est une application directe de la loi de Eichorn, prise au sens large, qui précise que la production totale d’un peuplement est relativement constante pour une essence donnée. La hauteur des arbres dépend principalement de la fertilité de la station, leur diamètre dépendant de la densité des tiges. Voir par exemple E. Bartet, « Recherches sur le mode d’accroissement des chênes de taillis sous futaie », Revue des Eaux et Forêts, 1891, p. 393-405 et 441-456 ; Camend, « Causes de variation de l’accroissement des arbres en réserve », Revue des Eaux et Forêts, 1889, p. 17-19.

30 Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois, op. cit., t. II, p. 449-498.

31 Les premières explications scientifiques apparaissent au xixe siècle. Voir par exemple Bouquet de la Grye, « La disparition du chêne dans les forêts du nord-est de la France », Revue des Eaux et Forêts, 1878, p. 551-554 ; L. Bousquier, « Conservation du chêne dans les taillis sous futaie », Revue des Eaux et Forêts, 1867, p. 85-87.

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search