Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Iraty, de la forêt mythique à la forêt sylvo-pastorale

Delphine Brocas et Amaia Legaz

Texte intégral

  • 1 Ce projet collectif de recherche est dirigé par Didier Galop (cnrs umr. 6565), et financé par le m (...)

1C’est à l’occasion de la mise en place d’un projet collectif de recherche1 intitulé « Paléoenvironnement et dynamique de l’anthropisation de la montagne basque » que se sont amorcées les recherches sur la forêt d’Iraty et son exploitation. Ce projet permet d’associer des recherches historiques classiques à des études paléoenvironnementales, principalement palynologiques et anthracologiques. Nous présentons ici les résultats préliminaires de ces travaux qui permettent de décrire les principales étapes de l’histoire de la forêt d’Iraty. Pour les périodes historiques, le croisement des données médiévales et modernes offre l’opportunité d’aborder la longue durée qui est une dimension indispensable à l’histoire de l’environnement.

  • 2 Le village de Larrau se situe au pied de la forêt d’Iraty dans la vallée de Soule, province la plu (...)

2La réputation d’Iraty est celle d’une forêt mythique. Cette forêt, véritable espace identitaire, pour le Pays Basque, reste liée à des légendes. Celle du « Chandelier de Saint-Sauveur » met en scène la chapelle du même nom, sur le massif d’Iraty. On retrouve dans bien des villages du Pays basque des variations sur la légende de Basa Jauna, le « seigneur sauvage » quasi-animal, bienfaisant ou malfaisant. Mais cette légende revêt, à Larrau, l’une des communes ayant assise sur le massif d’Iraty2, un caractère bien particulier car la légende de « Basa Jauna et le Salve Regina » met en scène la forêt :

  • 3 Récité par Madame Ladutch, transcrit par M. Elissagaray [Camou-Suhast] ; dialecte navarrais et rec (...)

3Lorsque le village de Larrau fut fondé, le pays était couvert de forêts vierges, et le seigneur sauvage venait inquiéter les habitants, leur causant beaucoup de dommages en leurs biens. Alors le curé de Larrau établit l’usage de dire tous les samedis un Salve Regina à l’entrée de la nuit, et par ce moyen on parvient à éloigner le seigneur sauvage3

  • 4 Adolphe Joanne, Géographie des Basses-Pyrénées ; 12 gravures et une carte, Paris, Hachette et Cie, (...)
  • 5 Abel Hugo, Jules Verne, Adolphe Joanne, Les Basses-Pyrénées, Les Editions du Bastion, 1994.

4Les guides parus pendant la seconde moitié du xixe siècle et dans la première moitié du xxe ont tendance à relayer ces images de « forêts vierges », et par conséquent, ne sont pas étrangers à la construction du mythe : les « fendillements fantastiques » du torrent d’Uhaïtça (Larrau), les « merveilleuses crevasses » d’Holçarté (Larrau)4, l’homme sauvage de la forêt d’Iraty5, ont contribué à l’imaginaire entourant cette forêt et les montagnes basques.

  • 6 Guide bleu Pyrénées, Paris, Hachette, 1928, p. 100.

[I]solée, inexploitée, livrée à elle même, [Iraty] est restée jusqu’à maintenant presque absolument sauvage, et constitue un véritable « parc national » sans en détenir le titre. Sur les hauteurs, les arbres géants abattus par la tempête ou tordus par la foudre s’enchevêtrent en un chaos impénétrable ; dans le fond des ravins, la haute futaie s’est développée sans entrave : des festons de lichens ou de mousses pendent aux branches qu’ils décorent de façon très élégante6.

5Cette vision romantique ne tient absolument pas compte du fait qu’au moment où ces lignes sont écrites, la forêt sort de deux siècles de surexploitation : les fondements du mythe actuel sont, dans une large mesure, propres au discours pyrénéiste, discours amplifié depuis par le développement de l’économie touristique. Ailleurs, il est fait état d’une forêt sauvage qui abriterait d’importants peuplements d’ifs, essence rare. Sur ce thème, Iraty est un haut lieu de l’identité basque.

6Aujourd’hui, Iraty est mythique ou du moins est-elle présentée comme telle au travers des discours forestiers, naturalistes, mais principalement touristiques. Nous retiendrons pour exemple la revue interne de l’Office national des forêts qui titrait son numéro de juillet 1998 : Iraty, la forêt mythique basque en évoquant en premier lieu son inaccessibilité, sa sauvagerie et le caractère récent de son exploitation. Iraty serait-elle restée une forêt vierge jusqu’à son exploitation moderne, à l’écart des interventions humaines ?

7La forêt d’Iraty se trouve à cheval sur la frontière franco-espagnole et couvre 20 000 hectares, mais seulement 2 310 hectares se trouvent en France. Elle est située sur le versant sud des Pyrénées et occupe la partie amont du bassin versant du rio Iraty qui, se déversant dans l’Aragon, appartient au bassin de l’Ebre. Les peuplements forestiers sont dominés par une magnifique hêtraie. Mais, contrairement à l’idée répandue, Iraty n’est pas seulement une hêtraie monospécifique, réputée la plus grande d’Europe. On y trouve les peuplements les plus occidentaux d’Europe de sapin, mais aussi de chêne pédonculé, de frêne et des faciès à orme. Les prétendus peuplements d’ifs semblent n’avoir aucune réalité, et les inventaires ont fait état de quelques individus isolés et très localisés. En définitive, si aujourd’hui le hêtre domine largement, il existe toutefois des faciès très diversifiés qui témoignent de l’existence passée d’une forêt mixte.

8Les données paléoenvironnementales indiquent que la pression pastorale est en augmentation, entraînant la réduction des espaces forestiers, jusqu’aux environs du xie siècle. À partir de cette date, on constate une nette augmentation du hêtre. Dès lors, la hêtraie prend le pas sur la chênaie, tandis que le sapin se retrouve représenté avec régularité. Vraisemblablement jusqu’à cette date, l’environnement forestier restait majoritairement constitué par une chênaie-hêtraie - ce que confirment les données anthracologiques provenant des sites archéologiques. Mais à partir du début du Moyen Âge, la hêtraie-sapinière devient importante et la forêt d’Iraty actuelle s’installe réellement. La suite est classique : on note dès le xvie siècle une réduction importante de la forêt de hêtre coïncidant avec une augmentation de la pression pastorale au niveau des pâturages, mais à cette même période sont documentés les premières exploitations forestières.

  • 7 Luis Javier Fortun Perez De Ciriza, Leire, un señorίo monâstico en Navarra (siglos 1x-xx), Pampelu (...)
  • 8 Georges Viers, « La forêt d’Iraty », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t.26, 1955, (...)

9Iraty est peu présente dans la bibliographie historique. Néanmoins, les forestiers de l’Office national des forêts ont débroussaillé les périodes récentes en mettant l’accent sur certains thèmes, assez bien connus aujourd’hui, des xixe et xxe siècles, autour de l’exploitation du bois pour le fonctionnement des forges de Larrau et de Mendive (1835-1866), autour des aménagements forestiers de 1895 et de l’exploitation liée à la scierie de Mendive dans la première moitié du xxe siècle. Des historiens ont certes effleuré le massif, au sens géographique du terme, comme Fortun Perez de Ciriza7, dans le travail qu’il a consacré au monastère de Leyre. Des géographes, comme Georges Viers, s’y sont également intéressés8.

Carte de localisation des toponymes

Carte de localisation des toponymes

10Mais, l’histoire d’Iraty n’a jamais été réellement mise en lumière sur la longue durée. N’a-t-elle pas d’histoire ou est-elle assez floue pour laisser libre cours au mythe ?

11Pour les historiens, ce sont les textes qui permettent de rendre compte des modifications apportées à un paysage et malgré son éloignement géographique des centres de pouvoirs, la montagne est tout de même animée par des mouvements historiques. Dans ce cadre, l’histoire forestière en Pays Basque est très difficile à appréhender pour le Moyen Âge ; la forêt est indéniablement liée au pré et ce sont souvent des actes de donations, contrats de vente ou de fiefs, actes notariés en général, qui documentent la forêt bien que de manière indirecte. Mais il est possible d’écrire une histoire des pâturages et des forêts, éléments intégrés dans des systèmes sociaux et économiques locaux et régionaux.

12L’une des difficultés est la dispersion des sources car cette zone a toujours été à la frontière, celle de royaumes (Navarre et France), celle d’états (France et Espagne), ce qui empoisonne d’ailleurs la documentation récente (xviiie et xixe siècles), entraînant mauvaise foi, exagérations et lieux communs sur les essences disponibles, l’état de la montagne, son accessibilité.

  • 9 Le terme « syndicat », encore d’usage courant, a été remplacé par les termes de « commission syndi (...)
  • 10 Convention pastorale autrement désignée par les termes de « traité de compascuité ».

13Les archives des syndicats9 des Pays de Cize et de Soule et celles de la section des comptes de l’Archivo General de Navarra livrent des informations intéressantes sur l’exploitation de la montagne au Moyen Âge : anciens accords de faceries10, taxes perçues sur les transactions de bois, bétail, pâturages, procès lors de coupes sauvages. Les fonds de la collégiale de Roncevaux, du monastère navarrais de Leyre et de l’Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem auquel appartient le prieuré de Saint-Sauveur d’Iraty forment une partie importante du corpus documentaire concernant la montagne d’Iraty ; ils sont composés d’actes de diverses natures (règlements pastoraux, procès, cartulaires et inventaires de biens).

14Plus tardives, les archives civiles (séries C des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, de la Gironde et du Gers) laissent percevoir l’utilisation du bois à des fins de combustible ou pour la Marine au xviiie siècle. Les informations sont plus nombreuses pour les périodes les plus récentes, depuis le premier tiers du xixe s. Outre les plans cadastraux anciens, les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques recèlent d’importants fonds pour comprendre l’exploitation forestière d’Iraty pendant les trois premiers quarts du xixe siècle (1804-1878). Les archives préfectorales et celles de l’administration forestière sont très utiles pour la reconstitution du passé récent de la forêt. De même, l’Archivo General de Navarra comporte un fonds aussi important pour la partie de la forêt d’Iraty qui appartient aujourd’hui à l’Espagne, quoique la fourchette chronologique soit légèrement plus ancienne : 1779-1834. Les fonds de particuliers recèlent également des documents intéressants comme les aménagements des forêts syndicales de Cize et de Soule dans les années 1890. Le xxe siècle, très riche, n’est pas abordé ici puisqu’il n’a pas encore fait l’objet d’un approfondissement.

15Il existe donc plusieurs difficultés pour écrire l’histoire de la forêt d’Iraty. À la dispersion des fonds s’ajoute la difficulté d’appréhender une cohérence dans ce corpus documentaire, de mettre en relief les grands mouvements de structuration du paysage et, donc, d’identifier les grandes lignes de l’histoire d’Iraty. Voilà autant de facteurs qui ont contribué à forger « le mythe d’Iraty » et non son « Histoire ».

Une histoire difficile à appréhender : la forêt dissimulée par les pâturages

16L’exploitation de la montagne d’Iraty au Moyen Âge semble être avant tout pastorale et l’affaire des monastères et des ordres religieux, la forêt n’ayant pratiquement pas de place dans les écrits. Pourtant, n’existe-t-il aucun moyen de connaître son évolution pendant le Moyen Âge ? Le pastoralisme ne peut-il pas nous y aider ?

Les ordres religieux et l’exploitation de la montagne au Moyen Âge

17En Basse-Navarre comme en Soule, la montagne est partagée en terres communes appartenant en indivis aux communautés originelles et en terres appartenant à de grands établissements monastiques : Roncevaux, Saint-Jean-de-Jérusalem, Leyre. Chacun se constitue un immense domaine sylvo-pastoral avec ses établissements fixes et provisoires, ses bornes, son accès principal et ses voies secondaires ; fonctionnant en parallèle ou successivement. Deux voire trois grandes voies permettent de traverser les Pyrénées par les cols dans cette partie occidentale de la chaîne, correspondant à ces différents grands ordres religieux qui y exercent leur contrôle, mettant en place une véritable structuration économique et religieuse de ces zones.

18Ces établissements monastiques produisent une documentation précise afin d’asseoir de façon indiscutable leurs domaines. Des cartes permettent de mettre en lumière l’organisation des zones pastorales à l’époque moderne, essentiellement autour de Roncevaux il est vrai. Cependant, elle n’était pas très éloignée de celle des pâturages d’Iraty. On y trouve de nombreuses indications de prés appartenant aux établissements religieux, de prés utilisés par les communautés, des toponymes, des zones de rassemblement et de repos du bétail ; les pâturages communs et ceux qui donnent lieu à des procès ou à des contestations des communautés, les parcours et trajets des troupeaux, les droits sur les arbres (à couper, à ramasser...), les droits de pacage (l’époque, les types de troupeaux...) ; les points d’eau sont aussi indiqués.

  • 11 Cayolar : désigne un ensemble d’installations pastorales (enclos, bergeries, cabanes...), souvent (...)
  • 12 Les toponymes cités sont localisables sur la carte.

19Sur la partie orientale de la montagne d’Iraty, s’installe dès la fin du xie siècle, le grand monastère navarrais de Leyre grâce aux différentes donations et aux ventes faites par l’aristocratie navarraise et le roi de Pampelune, très lié au monastère. Ce domaine se construit selon un processus d’acquisition régulier, finalement assez rapide lorsque l’on considère la longue existence du monastère : en 1072, les cayolars11 de Bezula Mayor et Bezula Menor entrent en possession de l’abbé de Leyre ; suivent, en 1085, un cayolar sur l’Orhy, en 1115, deux cayolars « en Bezula Mayor », en 1120 un pâturage d’été sur Bezula Menor12. On peut surtout considérer ce processus comme une véritable politique économique prenant corps sur le terrain puisque les moines organisent le domaine pastoral autour du vallon de Bezula, et sur les flancs septentrionaux du Pic d’Orhy (commune de Larrau) dans le prolongement du Port de Bezula. Le corpus de textes documente le secteur du Pic d’Orhy sur une longue période (xie-xixe siècle) quoique de manière discontinue.

20Pourtant, les moines n’ont vraisemblablement pas mis en place ces pâturages : on présume qu’ils existent déjà puisqu’ils sont acquis ou donnés au monastère. Les textes montrent, d’une part, que les toponymes sont déjà en place à la fin du xie siècle, du moins pour les cayolars de Bezula Major et Bezula Minor ; les autres toponymes subiront une modification quelques siècles plus tard. D’autre part, le vocabulaire « cubilar » est employé dans ces documents, dès 1085, désignant clairement des structures pastorales qui, semble-t-il, existent déjà. L’espace est déjà ouvert, mais sans que l’on sache depuis quand. Les pâturages de Bezula de type classique mais de bonne qualité, vraisemblablement installés depuis plusieurs siècles, constituent un espace structuré depuis longtemps dans lequel la forêt trouve sa place, mais soigneusement cantonnée au bas du vallon de Bezula et au sud du Port de Larrau, pour la partie navarraise d’Iraty.

21Dans la partie occidentale du massif d’Iraty, l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem s’est imposé. Il a mis en place des établissements dépendants de la commanderie d’Irissarry directement ou indirectement par l’intermédiaire de la commanderie d’Aphat-Ospitalia à Saint-Jean-le-Vieux : Jaxu, Bustince-Iriberry, Mendive, jusqu’à Saint-Sauveur d’Iraty, le long d’une voix d’accès à la montagne. Saint-Sauveur est un petit oratoire auquel était rattaché un hôpital dès le xiie siècle. Il est le cœur d’un immense domaine forestier et pastoral, dont le potentiel d’ailleurs mentionné dès les premiers actes se rapportant à ce prieuré, au xie siècle. Le type de documents que nous avons à notre disposition permet de replacer la chapelle Saint-Sauveur comme une étape le long de cette voie. Pour l’instant contextuels, ces éléments peuvent s’avérer fondamentaux pour la compréhension de l’histoire médiévale du massif. Ils permettent, en effet, de replacer la chapelle Saint-Sauveur d’Iraty dans un contexte politique et socio-économique même si une micro-analyse de l’exploitation pastorale et forestière n’est pas possible et de comprendre comment le massif est intégré dans le fonctionnement socio-économique des communautés environnantes à différentes époques.

La forêt d’Iraty, à la rencontre de deux domaines pastoraux monastiques

22Le pourtour du massif et les axes de circulation conduisant à la montagne d’Iraty sont documentés pour le Moyen Âge (route de Saint-Jean-le-Vieux à Saint-Sauveur d’Iraty en passant par le domaine de Laurhibar sur la partie occidentale du massif, ainsi qu’à l’est du massif, le grand domaine pastoral mis en place par le monastère de Leyre).

23Les dossiers documentaires, par leur nature, dessinent des chronologies très différentes : celle des Bezula est longue mais chargée d’ombres ; celle d’Iraty-Cize est relativement courte (moins d’un siècle) mais très fournie, très précise. Quant aux textes de Saint-Jean de Jérusalem, ils autorisent moins une micro-analyse spatialisée que contextuelle du massif. Les informations données sont alors très difficiles à corréler.

24Pourtant, plusieurs mouvements apparaissent dans la chronologie générale de l’histoire de la montagne d’Iraty. Pendant les xie et xiie siècles, se constituent deux grands domaines pastoraux sur les flancs de la forêt : le secteur du Pic d’Orhy autour des cayolars de Bezula, à l’est de la forêt d’Iraty, par le monastère de Leyre. Parallèlement, se met en place la route des commanderies de Saint-Jean de Jérusalem. Par contre, à la différence de la documentation de Leyre, très précise pour la localisation des sites pastoraux, le domaine pastoral de l’ordre de Saint-Jean est encore difficile à spatialiser.

25Il semble, d’après les indications chronologiques, que l’est de la montagne d’Iraty soit la première partie touchée par l’implantation des grands monastères navarrais dans les montagnes de Soule et de Cize.

  • 13 Informations données par Didier Galop, 2002.

26La forêt d’Iraty, quant à elle, n’apparaît pas directement dans les textes ; elle reste en négatif par rapport aux zones pastorales éclairées par les sources. La forêt semble grignotée selon deux axes, dès le xie siècle et au cours du xiie siècle : l’un venant du sud, sous la conduite du monastère de Leyre ; l’autre, attaquant au nord-ouest, sous la houlette de la collégiale de Roncevaux puis de Saint-Jean de Jérusalem. Ces observations semblent d’ailleurs correspondre aux données paléo-écologiques sur la bordure occidentale d’Iraty, à savoir des marqueurs accrus de la pression pastorale et la réduction des espaces forestiers jusque vers le xie siècle avec, alors, une nette augmentation du hêtre13.

27Le développement de l’élevage est favorisé par les établissements monastiques qui peuvent alors mettre en valeur des espaces avec peu de main-d’œuvre. Cela signifie-t-il que la population est absente ? On touche ici au problème de la pression démographique et de l’évolution socio-économique des villages de Basse-Navarre et de Soule au Moyen Âge.

Iraty, pâturages et forêts en indivis

28Au début du Moyen Âge, les sociétés pyrénéennes sont confrontées au problème de l’appropriation de l’espace. Deux grandes sortes de terres existent, celles qui sont attribuées à un individu, bornées, mesurées voire cadastrées, et celles qui ne sont attribuées à personne en particulier, non limitées et non bornées si ce n’est face à d’autres communautés.

29Cette distinction relative aux terres se double d’une autre. Dans la plupart des documents du haut Moyen Âge, le paysage rural est décrit comme comprenant deux types d’espaces distincts, d’utilisations différentes qui sont désignées par une sémantique double : culta et inculta, herema et populata, herema et laborata, etc. Il faut y voir d’un côté les terroirs destinés à la culture (laborata) et aux demeures des familles, de l’autre les espaces en friche (inculta, herema mais aussi mons, montes, pastos, bosqnes...). Le droit de jouissance de ces espaces incultes (pour le bois, le pacage...) est désigné par les termes exitus et regressus, introitus et exitus, intus et exterius (droits de parcours, d’entrée et de sortie...).

30Jusqu’au xie siècle, la forêt semble dominer dans le paysage européen. À partir du xiie, commence une grande expansion agraire et les Pyrénées basques n’échappent pas à ce mouvement. En effet, même si l’économie pastorale et l’indivis restent dominants, des volontés d’appropriation de terres, de défrichements provisoires ou définitifs apparaissent, modifiant d’ors et déjà le paysage et le rapport à la terre. Ces terres privées, même dans la montagne, ne servent pas au bétail puisqu’un élevage extensif est possible sur les terres communes, mais à des tentatives d’agriculture. Cette mise en culture de l’inculte correspond à un rupture grave des catégories bien établies dans les mentalités et qui apparaissent de façon très claire dans la documentation. Une telle transgression ne peut se faire sans une mise en scène sociale et une justification donnant lieu à la rédaction d’actes, seuls documents faisant référence à la montagne et à son utilisation pour les périodes les plus anciennes de l’histoire.

31À partir du xiiie et surtout au xive siècle, de nombreux signes d’accroissement des nouvelles emblavures apparaissent pour faire face à l’accroissement de la population. En Basse-Navarre, on les voit surtout, et d’abord dans le piémont, au détriment des pâturages d’hiver. Cela correspond à une appropriation de l’espace collectif non seulement pour les activités agricoles mais en plus pour installer des maisons. Ces situations sont révélatrices de nouvelles formes d’occupation du sol, d’appropriation de l’espace, de nouveaux modes de production agricole. Au-delà de l’installation de villages, cela implique aussi la multiplication de l’arsenal législatif, voire répressif.

La forêt face à l’installation des villages

  • 14 Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, 1863.
  • 15 L’abbaye de Sauvelade est fondée en 1127 par les bénédictins puis rattachée à Cîteaux. Elle est dé (...)

32Les villages les plus proches du massif sont Mendive, Estérençuby, Lécumberry en Pays de Cize et Larrau en Soule pour le côté nord des Pyrénées. Mendive et Larrau sont deux communautés médiévales. Mendive qui signifie en basque « en bas de la montagne » semble avoir des liens particuliers avec Iraty. Le nom apparaît pour la première fois vers 1150-116714. Le toponyme de Larrau est, quant à lui, connu dès 1174 grâce à l’existence du prieuré Saint-Jean-de-Larrau dépendant de l’abbaye de Sauvelade15. Ces deux communautés sont donc attestées dès la seconde moitié du xiie siècle, au pied du massif, peu après ou en même temps que l’implantation des grands monastères et ordres religieux dans les pâturages d’altitude. À Mendive comme à Larrau, l’habitat est très dispersé. Le jus patronatus ou droit de présentation à la cure de la paroisse de Mendive et à la chapelle de Saint-Sauveur est détenu par le commandeur d’Aphat-Ospitalia, ainsi que la dîme de la « salle » de Saint-Vincent de Mendive et de toutes les terres en dépendant avec la moitié de tout le reste de la dîme de Mendive. Même s’il n’est pas certain que l’abbé de Sauvelade ait joué le même rôle sur la cure de Larrau, cette répartition géographique des deux grands établissements religieux sur les parties septentrionales et orientales de la Montagne d’Iraty ne laisse pas grande place aux autres établissements, ni aux communautés. Larrau et Mendive sont dans leur sillage, toujours au nord et au nord-est, marquant les angles saillants de la déforestation du massif d’Iraty.

33Pourtant, à côté des « vieilles » implantations et sur les flancs occidentaux du massif, Lécumberry et Estérençuby, plus proches des pâturages d’altitude, semblent appartenir à une deuxième vague de défrichement. Lécumberry signifie « lieu nouveau » mais ce nom n’apparaît jamais dans les textes anciens. En effet, il est dénommé Janits-Latarça et Sarriazcoyti du nom des trois hameaux qui le composent, auxquels il faut ajouter celui de Bastida (« lieu construit ») et encore jusqu’à la Révolution française. Il est possible que les défrichements qui ont donné « Lécumberry » soient postérieurs aux hameaux médiévaux.

34Pour Estérençuby, les toponymes et l’habitat sont postérieurs au Moyen Âge. Actuellement, les maisons portent des noms formés à partir d’anthroponymes, en général signes d’installations récentes. L’habitat est très dispersé encore aujourd’hui avec seulement quelques maisons près de l’église récente. De nombreux pâturages, surtout le quart sud-ouest de la commune, composent Estérençuby. Le village est presque au cœur de ces pâturages, à la croisée de trois chemins principaux qui traversent les zones pastorales. On relève de nombreux toponymes de défrichements formés sur « landa/ larrea » (landes, espaces découverts) et « lur berri » (« terre nouvelle ») dans les états de section du cadastre du xixe siècle. L’ouest d’Iraty semble être une terre de défrichements tardifs pour y installer des habitats permanents, à des altitudes plus hautes et plus isolées que les habitats traditionnels et anciens de la plaine de la Nive.

  • 16 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, H196 : enquête sur les biens et les droits des commanderie (...)
  • 17 Madrid, Archivo Historico National, section Ordenes Militares, caj. 8572 no 10 : visite de la comm (...)

35Au-delà des villages les plus proches, d’autres communautés semblent être très actives autour d’Iraty. On se rend compte que ce sont celles qui participent, dans la chapelle de Saint-Sauveur, à une offrande de dix gros pains chaque année pour la fête de la Trinité. D’après un document de 170816, ce sont les habitants de dix paroisses : Béhorléguy, Mendive, Janits du quartier de Latarce, et Lécumberry dans la même paroisse de Janits (ces deux paroisses sont aujourd’hui fondues dans celle de Lécumberry), Ahaxechilo et Garateheguy (correspondent aujourd’hui à Ahaxe-AlcietteBascassan), Bussunarits, Sarasquette, le bourg d’Ainhice et une paroisse de Soule que certains témoins disent être Larrau et d’autres Ordiarp. Sur ces pains, cinq sont pour la commanderie d’Aphat-Ospitalia, deux sont partagés le jour de l’offrande pour une collation entre ceux qui les portent, scellant ainsi leur solidarité dans l’exploitation de ce massif, et trois sont retirés par le chapelain. Un document plus ancien17 indique qu’une offrande régulière de fromages (tous les samedis) entre le jour de Sainte-Croix du mois de mai et Sainte-Marie d’août est faite à la chapelle Saint-Sauveur. D’après les dates, on peut supposer que les fromages offerts correspondent à ceux fabriqués quand les troupeaux sont dans les estives, près de la chapelle Saint-Sauveur donc. Le seigneur de Mendive doit s’assurer que cette offrande ou redevance est bien respectée.

36Ces communautés partagent le massif d’Iraty avec les communautés des vallées navarraises du sud des Pyrénées (aujourd’hui espagnoles) de Salazar, Aezcoa, Roncal. Des faceries, dont les premières traces écrites datent du xve siècle, sont passées entre communautés et vallées. Pourtant, progressivement, procès et contestations se multiplient, exacerbés par les troubles qui agitent la région à partir de la seconde moitié du xive siècle.

Après la crise du second xive siècle, Iraty au centre des relations entre les vallées pyrénéennes

37La crise du xive siècle (troubles, passages de compagnies armées, peste de 1348, hivers rigoureux) a eu d’importantes conséquences dans les villages : abandons de maisons et d’héritages, incendies de villages, vols de bétail, diminution de la population. Les conséquences de ces événements pour les zones pastorales n’apparaissent pas de façon explicite dans les textes, mais ont dû exister. L’abandon des maisons et la baisse démographique ont-ils entraîné l’abandon des pâturages ou leur réduction ? Ceuxci ont-ils été accaparés par des groupes sociaux plus puissants (grands seigneurs, villes) ? De nouvelles politiques de mise en valeur des terres ont-elles apparu, avec des déplacements, des orientations, des techniques, des espèces nouvelles ?

38On peut relever un autre indice de l’impact de la crise du milieu du xive siècle : le roi se retrouve propriétaire de plusieurs biens autrefois privés, des maisons qui tombent dans le domaine royal faute d’héritiers à la mort du dernier propriétaire, mais aussi des « bordas », des pâturages, des terres et parcours dont les revenus seront donnés en ferme ou comme privilèges. De plus, durant la crise des années 1350, de nombreuses friches ont dû être délaissées en raison du manque de semences et de la mort du bétail. Même si les zones de montagnes ont pu être moins touchées par ces fléaux, le commerce et l’emprise sur la montagne ont dû être ralentis.

  • 18 Nous avons consulté par exemple certains registres des comptes de Saint-Jean-Pied-de-Port, Pampelu (...)

3911 est donc important de tenter de suivre l’évolution des échanges de marchandises en relation avec le pastoralisme, afin de déterminer l’impact de la conjoncture économique pour la période qui nous intéresse. L’intensité et la teneur de la pression pastorale se manifestent dans les registres des comptes du Royaume de Navarre et les revenus perçus par le roi lors des transactions et d’attributions de rentes18. Ainsi certaines forêts en Basse-Navarre appartiennent au roi qui veille à leur bonne administration. En 1293, il touche les revenus d’une hêtraie et Charles II autorise les habitants à couper deux cents chênes, à enlever le bois mort et à couper des branches. Il possède aussi à Aincille, Saint-Jean-le-Vieux et Béhorléguy des plantations de noyers dont il tire des revenus.

40Des droits et des taxes variés apparaissent, pour lesquels un vocabulaire spécifique est employé : « introitus et régressas » est le droit de parcours, mentionné avec tout pâturage ou bois acquis ou vendu ; « montazgo » est la taxe de parcours des troupeaux en montagne ; « herbazgo » ou « herbadgo » est la taxe sur l’utilisation des pâturages et des bois pour le pacage ; « quinta » ou « sacca » est le droit de passage en Basse-Navarre et diffère en fonction du type de bétail ou de marchandise.

41De plus, des amendes sont payées lors d’infractions ou de procès qui en découlent, en relation avec la vie pastorale. Si ces revenus sont aléatoires et fluctuent, ils sont cependant une mine de renseignements car ils témoignent des tensions entre les communautés au sujet de parcours, de bêtes tuées ou volées, de droits de jouissance de bois.

42C’est dans cette documentation fiscale mais surtout juridique et notariale qu’Iraty réapparaît, dès la première moitié du xve siècle, au coeur des relations entre les vallées pyrénéennes de Cize, Soule et Salazar, mais aussi, indirectement entre les royaumes de France et de Navarre. Outre la mention d’Iraty en 1423 dans les sources navarraises, une convention pastorale est passée, en 1445, entre les vallées de Cize et de Salazar : c’est un véritable partage du massif d’Iraty que les communautés de Cize et de Soule règlent avec les communautés des vallées navarraises du sud des Pyrénées de Salazar, Aezcoa, Roncal. Ces accords de neutralité et de compascuité n’abordent pas le problème de la frontière. On discute de jouissance et non de possession.

  • 19 Saisie du bétail dont les modalités sont, en général, définies dans le traité de facerie.

43Les documents de l’époque moderne montrent une organisation très stricte des pâturages, problème toujours d’actualité avec les syndicats de vallée. Les biens de chaque communauté et les limites posées entre ceuxci sont claires dans tous les esprits. On est là pour régler, entre autres, les dates et les heures pendant lesquelles les troupeaux pourront aller paître sur les pâturages de la communauté voisine, en toute légalité et sans risquer de se voir appliquer le droit de carnal19. Si l’on considère la nature de ces actes passés entre communautés, la montagne d’Iraty structure réellement toute cette région, pas seulement au sens géographique du terme mais bien socialement et économiquement.

44À partir du xve siècle la montagne d’Iraty revient dans la documentation du monastère de Leyre mais aussi dans celle du royaume de Navarre, après deux longs siècles de silence écrit. La seconde moitié du siècle est marquée par des menaces qui pèsent sur la légitimité de la propriété des Bezula, ce qui conduit à des opérations répétées de bornage : l’assise territoriale du monastère dans les pâturages des montagnes de Soule est menacée par les velléités des communautés.

  • 20 On constate un emploi fréquent du hêtre dans les constructions.

45En ce qui concerne Saint-Jean de Jérusalem, un récapitulatif de toutes les réparations effectuées est dressé après la restitution à l’ordre de ses établissements confisqués durant les guerres de religion. La maison de Laurhibar est réparée, avec du bois20 essentiellement comme les autres bâtiments d’Aphat-Ospitalia et de Saint-Sauveur. Durant environ quatorze années, l’ensemble des établissements de l’ordre était pratiquement abandonné. S’ils n’ont pas vraiment subi de destruction, d’importants dommages ont été causés aux chapelles, à la commanderie et à ses biens. Les documents indiquent de nombreuses usurpations de la part des voisins de la maison de Laurhibar qui profitent de l’abandon forcé par les religieux et de l’éloignement des dirigeants de l’ordre.

46Les usages du bois, notamment pour les réparations, sont donc des questions abordées dans les textes concernant les règlements pastoraux et les établissements religieux. Il semble que la pression des communautés et, de façon moindre, des établissements religieux sur la montagne d’Iraty se fait plus vive à partir du xve siècle. Mais l’exploitation du bois érigée en système est plus tardive, peut-être dès le xviie siècle, assurément à partir du xviiie.

La forêt d’iraty entre xvieet xixe siècles : une vue déformée par l’enjeu frontalier ou les débuts d’un mythe

En prélude aux nouvelles orientations des xviie-xviiie siècles, les troubles de la fin du Moyen Âge : entre espace délimité et espace partagé

47L’usurpation des terres appartenant aux ordres religieux durant les guerres de Religion a sans doute contribué à un abandon notable de leurs pâturages et des droits à Iraty, favorisant les installations d’habitats ou de bordes dans les pâturages ainsi que les entreprises privées d’exploitation du bois. Ces usurpations s’accompagnent aussi « d’incursions » dans les terres communes. Mis à part des occupations ponctuelles de la montagne, une colonisation progressive et tardive par le système des bordes semble se révéler, sans qu’on puisse en appréhender précisément les modalités. Elle a dû naître de la volonté d’être plus près des pâturages, pour mieux les surveiller, les contrôler, peut-être après les troubles de la fin du xive siècle. Alors que les règlements les en empêchent en principe de peur qu’elles n’en prennent tout à fait le contrôle, les populations essaient régulièrement de s’y installer. Les pâturages ont été refoulés vers les sommets. Ils sont prétextes à conflit.

  • 21 Madrid, Archivo Historico National, section Ordenes militares, caj. 8572 no 9 : lettres de paiemen (...)

48Un document du 23 novembre 154121 indique que le roi Henri II d’Albret prononce une sentence dans le procès qui oppose Juan de Peralta, commandeur d’Aphat-Ospitalia et les habitants de Bussunaritz à propos de la possession d’une montagne dont le nom n’est pas précisé (on peut penser qu’il s’agit d’Iraty). Les pâturages appartenant à Aphat-Ospitalia sont accordés à Johan de Labis malgré les contestations des habitants de Bussunaritz qui veulent protéger leurs « barats », c’est-à-dire leurs parcelles nouvellement cultivées et fermées, des passages des troupeaux d’Aphat-Ospitalia. Ces passages se font essentiellement dans les bois qui sont, pour la plupart, des terres communes, même en plaine. Les fermetures de parcelles par les habitants de Bussunaritz ont dû être faites dans ces terres communes.

49Les documents de l’époque moderne, et en premier lieu, les faceries, montrent une organisation très stricte des pâturages et de l’usage du bois, toujours d’actualité entre les syndicats de vallée. Sentences arbitrales et conventions pastorales, les faceries portent essentiellement sur des règlements pastoraux et n’intéressent pas directement la forêt, elles comportent néanmoins des informations fondamentales sur les pratiques pastorales en milieu forestier. On sait, par exemple, que le bois sert de refuge aux bêtes et qu’on peut prendre des bûches pour le chauffage. À cette période correspond une gestion agropastorale de la montagne d’Iraty. Les conventions sont nombreuses, notamment entre les vallées de Cize et de Salazar qui en passent au moins trois en cinquante ans, en 1588 puis en 1609 et 1618.

50Cependant, deux notions apparaissent progressivement dans la documentation qui concernent le massif et la forêt d’Iraty : la frontière internationale et l’entreprise voire la propriété privée, permettant d’envisager de nouveaux modes d’exploitation des ressources d’Iraty.

51À partir de cette période marquée par une pression accrue sur les pâturages et, indirectement, sur la forêt, les informations se multiplient et se diversifient. Les prélèvements grandissants sur la forêt et les très nombreux procès qui s’ouvrent contre des particuliers qui tentent d’accaparer pâturages et bois produisent une documentation importante qui permet de commencer à écrire l’histoire de l’exploitation de la forêt au xviiie et xixe siècles, sachant que l’histoire forestière d’Iraty doit se passer des informations précises de la Réformation.

L’exploitation du bois : un phénomène récent ?

52L’exploitation forestière pendant les xviiie et xixe siècles est bien réelle et motivée par le fonctionnement des forges et par les prélèvements effectués par la Marine, côté français comme côté espagnol. L’impact des forges de Mendive et de Larrau, les coupes effectuées par les fabricants d’avirons de Bayonne, par la fabrique de rames de Saint-Sébastien, par la Fabrique royale d’Orbaïceta (fabrique de munitions) sont encore difficiles à mesurer. Le bois d’Iraty devient un enjeu entre les deux gouvernements. Pourtant, la pénétration du massif forestier à des fins d’exploitation est antérieure au xviiie siècle même si elle apparaît anecdotique.

  • 22 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, 1804-1878.

53La question de la frontière se pose et absorbe souvent les autres questions liées à la forêt, avec toute la mauvaise foi dont les textes témoignent. Une grande partie de la documentation disponible est liée aux travaux de neutralisation d’un secteur d’Iraty-Cize dans les années 1850, travaux effectués pour la fixation définitive de la frontière entre la France et l’Espagne ; les autres documents s’intéressent plus particulièrement aux coupes adjugées dans le secteur neutralisé d’Iraty-Cize22.

  • 23 Signalée dans le Procès-verbal de Réformation des forêts de Navarre par Louis de Froidour (1672).
  • 24 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, 10 avril 1804.
  • 25 A la suite des traités de Paris et de Bâle, l’idée de la frontière arrêtée aux crêtes des montagne (...)

54Hormis la première tentative d’exploitation des sapins d’Iraty-Cize dans les années 1629-163023 qui resta marginale puisqu’une soixantaine de fûts seulement furent extraits, l’exploitation, du moins les tentatives, se concentrent visiblement dans la première moitié du xixe siècle. Dès 1803, un négociant en rames de Bayonne acquiert une concession pour l’extraction de 300 charretées de rames qui, sur place, doivent être exploitées par Miguel Capataz et ses hommes, de la province de Guipuzcoa24. Cette entreprise est presque immédiatement contrariée par les prétentions de la vallée de Salazar sur la propriété de la forêt d’Iraty25 ; le ministre de l’Intérieur demande alors la suspension de toutes les coupes dans ce secteur, suspension qui, dans les faits, n’est pas du tout respectée, avec la complicité bienveillante de l’administration forestière locale.

  • 26 « [...] La forêt d’Iraty est à Cize qui la fait figurer dans son cadastre et qui en paie l’impôt a (...)

55Plus tard, en 1835, une concession de 900 hectares est autorisée par ordonnance royale et accordée à Pène, représenté par la Maison Ardoin. Il s’agit d’une compagnie de charbonnage de Paris dont le produit est destiné aux forges de Mendive. Dans les années qui suivent, cette concession est suspendue à la suite de la faillite de Pène et de ses successeurs, David et Perrier, propriétaires des forges de Mendive. C’est sur le même secteur d’Iraty-Cize qu’est adjugée, en 1852, une coupe de 900 hêtres concédés à Dominique Landerretche, aubergiste de Saint-Jean-Pied-de-Port, pour le compte de la Maison Bacqué, de Bayonne. Il ne s’agit pas, cette fois, de charbonniers, mais de fabricants d’avirons. Encore une fois, le problème de la frontière vient perturber l’exploitation ; seuls 125 arbres sont coupés avant que la zone de coupe ne soit neutralisée dans l’attente de la fixation de la frontière. Le traité de délimitation, sept ans après, arrive beaucoup trop tard : les frères Bacqué qui attendaient cette coupe pour satisfaire à certains contrats demandent alors la résiliation de la concession et le dédommagement au titre des préjudices subis. Toutefois, les coupes dans la forêt d’Iraty ne sont pas systématiquement suspendues. Des coupes ont bien lieu : à la fin du xviiie siècle, la Marine espagnole envoie son commissaire, Placido Correa, dans ce but : « [...] On a avancé à l’appui des droits de l’Espagne sur la forêt d’Irati qu’[...] un commissaire de la Marine Espagnole le sieur Correa [...] s’était porté dans la forêt d’Irati où il avait trouvé de [...] belles coupes à faire [...]26 ».

56Le syndic de Cize rapporte, en 1852, peut-être de manière exagérée et partiale, l’abattage de quelque 400 sapins dans la partie d’Iraty-Cize qui fait conflit entre la France et l’Espagne mais qui, à cette date, appartient toujours à la vallée de Cize. Nos sources soulignent les dommages causés par les Espagnols dans la forêt d’Iraty, une coupe espagnole étant jugée comme un dommage au même titre que des exactions sachant que les sources « françaises » qualifient systématiquement ces abattages d’illégaux.

57Au cœur du massif, certains secteurs en particulier font l’objet de correspondance de la part de l’administration préfectorale au xixe siècle, laissant envisager la possibilité d’une micro-analyse de certains pâturages d’Iraty-Cize même si les indications chronologiques très nombreuses rendent le travail difficile et, paradoxalement, les grandes lignes de l’histoire de ces zones sont plus difficiles à mettre en évidence.

Forêt inaccessible ?

  • 27 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, U.574, Procès-verbal de la Réformation des Forêts de Navar (...)
  • 28 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, 10J40, 18 novembre 1886.
  • 29 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, U.574, Procès-verbal de la Réformation des Forêts de Navar (...)

58Le mauvais état des chemins n’est pas étranger à la réputation actuelle de la forêt d’Iraty. Jugée inaccessible, elle est pourtant desservie très tôt, dès le Moyen Âge, comme nous l’avons vu plus haut, avec le chemin d’accès aux pâturages qui entourent la chapelle Saint-Sauveur ; ce même chemin est mentionné dans le Procès-verbal de la Réformation des Forêts de Navarre et fait étape à la métairie de Laurhibar et se poursuit jusqu’à la chapelle. Il est vrai que si le chemin existe, il est très difficile. C’est « [un] chemin assez étroit en forme de trace ou fossé, [...] âpre [...]27 » comme l’atteste, encore en 1886, une note du Génie sur les chemins traversant la vallée et la forêt d’Iraty : « [...] ce chemin appelé chemin de la forêt d’Iraty, est praticable aux mulets seulement, sa largeur atteint 2 m en quelques endroits, mais elle n’est ordinairement que de 1 m environ. Les parties les plus mauvaises se trouvent entre la maison forestière et le col de Burdincurucheta et entre la Chapelle Saint-Sauveur et le pont de Lauribar [...]28. » La partie du chemin située au-delà du col de Burdincurutcheta, chemin qui sert à la vidange du bois du secteur d’Oraatéco-Thomba (vallon de Oraaté) en 1852, a visiblement été percée dans les années 1629 et 1630 par les entrepreneurs de Saint-Jean-Pied-de-Port, venus exploiter le sapin au cœur du massif, chemin que « lesdits particuliers avoient fait » et qui est « en mauvais ordre » en 1672, au moment des visites navarraises effectuées par les agents de la Réformation quelques quarante années plus tard. Les entrepreneurs de Saint-Jean-Pied-de-Port en ont fait l’expérience amère en 1629 et 1630. Ils avaient « espéré qu’on pourrait faire rouler lesdits mâts au bas de la Montagne, &[...] on tenta de le faire, mais [...] tous ceux qu’on laissa rouller de cette manière, se cassèrent & se brisèrent en plusieurs morceaux, de sorte qu’on fut obligé de faire une espèce de trace ou de route dans la Montagne, par le moyen de laquelle on les faisoit descendre, & lesquels pour les empêcher de se briser on les retenoit avec des cordages [...]29. » Sur le versant nord de la montagne d’Iraty, les chemins sont donc difficiles même si le principal d’entre eux est en place dès le Moyen Âge. Le cœur de la forêt est pénétré plus tard, au xviie siècle, et l’on distingue les routes tracées pour l’exploitation du bois des chemins plus anciens à vocation pastorale, les unes se calquant vraisemblablement sur les autres puis les prolongeant.

  • 30 Un certain nombre de documents, à l’Archivo General de Navarra, relate les problèmes liés à l’amén (...)
  • 31 Il s’agit ici de la Nive. Le Procès-verbal de Réformation des Forêts de Navarre propose un transpo (...)

59Les ruisseaux qui coulent de la montagne d’Iraty favorisent, quant à eux, le versant sud. Nous sommes dans le bassin versant de l’Ebre. Le ruisseau Iraty, également appelé Ourbelcha, joint le ruisseau Egurguy : c’est là, au croisement des deux ruisseaux, aux confins du secteur d’Irabia mais sur la rive gauche, la rive navarraise, que les Espagnols ont implanté un port de flottage qui fonctionne au xixe siècle, et peut-être avant. Il y a là, semble-t-il, suffisamment de puissance hydraulique pour convoyer les sapins coupés dans ce secteur. Mais un aménagement des cours d’eau a visiblement été nécessaire30. Ce n’est pas le cas sur le versant nord où le Lauribar coule de la montagne d’Iraty ; la pente y est plus rude, plus cassante, le débit peu important rendant le flottage du bois impossible. D’autre part, le coût de l’aménagement pour le transport du bois entre Iraty et Bayonne est estimé à 36 390 livres, en 1672, cette estimation « comprenans les ouvrages à faire pour le netoyement de ladite rivière31 & la construction dudit chemin, joints ensemble [...] ».

60Iraty n’est donc pas inaccessible, mais son accès est malaisé. Ce thème de l’inaccessibilité semble apparaître à la fin du xviie siècle avec l’arrivée des agents de la Réformation. Le terme est inadapté : dans l’esprit des réformateurs, il s’agit plus probablement d’inaccessibilité liée à une exploitation à caractère industriel de la forêt, parce que sa mise en valeur économique aux critères de l’époque s’avérait trop coûteuse. Les bergers, les communautés jouissant des pâturages et des bois communs n’ont certainement pas les mêmes critères puisqu’ils y ont accès depuis quelques siècles.

L’if mythique... et la réalité

61Par les coupes du xixe sièsle, nous avons des informations sur les essences prélevées, mais la vue en est partielle et partiale. Les principales essences mentionnées dans les textes sont le hêtre puis, plus marginalement, le sapin. Les mentions de sapin se font dès le xviie siècle alors que le hêtre est cité beaucoup plus tard (fin xviiie siècle). Pourtant, cet état de fait ne signifie pas pour autant que le hêtre est prélevé plus tard ou que le sapin est prélevé plus tôt et dans de plus grandes proportions. Toujours est-il que les textes rejoignent les données paléo-écologiques pour toute cette période. En effet, elles mettent en relief le hêtre et le sapin, dans une moindre mesure, le chêne, entre les xie et xixe siècles.

  • 32 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, H. 196, 1708.

62De même, la série H des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques comporte un certain nombre de documents relatifs à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem : le hêtre est mis en relief, notamment à l’occasion de l’enquête32 sur les biens et les droits des commanderies d’Irissarry et d’Aphat-Ospitalia, en 1708. Ce document concerne Mendive, la métairie de Laurhibar et Saint-Sauveur. On y constate un fréquent emploi du hêtre (« ais », « vieux ais de hêtre ») dans les constructions. Ainsi, dans la maison de la commanderie d’Aphat-Ospitalia et celle de Laurhibar, la partie supérieure de certains murs et les cloisons intérieures sont en bois, en mauvais état en général. D’autres bâtiments ont des piliers de bois. De plus, la grange d’Aphat-Ospitalia est fermée sur le haut par des branchages et des palissades de petit branchage (complétées parfois par des fossés) clôturent les champs. Le domaine de la maison de Laurhibar est constitué de terres variées qui sont précisément décrites : terre culte fermée de muraille sèche, de pieux et de branches, pré et taillis, fougère ouverte.

63Le fait que le hêtre soit le plus mentionné au xixe siècle (il fait figure d’essence dominante dans les descriptions des parcelles forestières) ne signifie pas qu’il n’existe pas en forêt d’Iraty de sapin susceptible d’être exploité. C’est par le port d’irabia que transite le sapin destiné à la Marine espagnole : des mâts sont saisis par les autorités françaises durant la période transitoire du règlement précédant la fixation des frontières.

  • 33 Commune de Lécumberry, sections cadastrales D2 et D3 (cadastre de 1840).
  • 34 02 juin 1853.
  • 35 Rajouté en marge du document principal.
  • 36 Arch. départ. des Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, 26 juillet 1853.

[...] il y avait au port du flottage des bois pour l’Espagne à Iratie et sur le lit de la rivière d’Iraty plus de 400 pièces ou grosses poutres de sapins coupés en délit par les entrepreneurs de Salazar, dans les susdits quartiers de Lichardoya, Pignadoya et Pagardietta33 ; un de nos gardes généraux des forêts en fit en 1852 la saisie, le cubage et l’estimation. Cette saisie a été réitérée le 2 juin dernier34 par un autre garde général à la résidence de Saint-Jean-Pied-de-Port, accompagné de la force armée ; et il a constaté de plus dans son procès-verbal une coupe récemment faite (en 1853) [de 83 sapins gisant encore près de leurs souches ; coupe qui a eu lieu]35 dans les contans litigieux depuis la convention du statu quo36.

64Il est d’ailleurs intéressant de noter que le hêtre d’Iraty est destiné à la fabrication des rames (entrepreneurs de Bayonne et de Saint-Sébastien), au xviiie comme au xixe siècle. Le sapin en général sert essentiellement à la mâture ; or, l’une des principales difficultés au prélèvement de bois de mâture dans la forêt d’Iraty est l’inadaptation des cours d’eau au flottage et la mauvaise qualité des chemins.

65La difficulté de la recherche documentaire et la lenteur qu’elle implique ne sont certainement pas étrangères au fait que cette forêt soit restée dans l’ombre pendant aussi longtemps. Iraty n’a pas d’histoire, aurait-on pu dire. Et l’absence d’histoire favorise le mythe. Or, Iraty a une histoire qui s’appuie sur des textes, une histoire qui suit, tour à tour, deux temps, l’un lent, staccato marqué par des événements qui apparaissent trop souvent détachés les uns des autres, l’autre plus rapide, joué en continu. Le premier opère sur le Moyen Âge et le début des Temps Modernes ; le second prend le relais, jusqu’au milieu du xixe siècle et au-delà. L’œuvre n’est pas homogène et sa lecture apparaît souvent trop déliée. Pourtant, lentement, se mettent en place des méthodes d’analyse et de corrélation des sources qui nous laissent apercevoir l’histoire de la montagne d’Iraty, une histoire relativement classique même si sa nature frontalière lui donne un caractère particulier.

66La forêt d’Iraty est en effet située à la frontière ; elle est devenue rapidement un enjeu politique et économique. On pourrait même envisager les politiques de constitution des grands domaines pastoraux monastiques sur ce même registre. La question frontalière est déclinée à toutes les époques sous différents aspects. Cependant, elle opacifie bien souvent l’histoire de la Montagne d’Iraty en systématisant quelques thèmes, notamment celui des coupes, d’autant plus que la caractéristique frontalière conduit naturellement à des exagérations (richesse des essences, if, inaccessibilité, etc.). Or, si Ton s’en tient à la forêt proprement dite, Iraty a, semble-t-il, connu une évolution assez classique ; son intérêt réside ailleurs, notamment dans l’enjeu qu’elle a, de tous temps, représenté entre les quatre vallées qui se la partagent. Et, ce n’est pas le silence de la Réformation qui empêche d’autres types de sources de le révéler...

67Cet enjeu a plusieurs visages, celui de l’exploitation du bois, nous l’avons vu, mais aussi et avant tout celui des activités pastorales. On le réalise grâce aux faceries qui nous sont parvenues, pour l’époque moderne mais aussi pour le Moyen Âge. Le pastoralisme est le fil qui lie l’histoire d’Iraty, entre le xie et le xixe siècle.

68Cette longue histoire que Ton commence à écrire semble suivre une dynamique classique. Iraty n’est certes pas la forêt mythique qui est décrite et les données tant textuelles qu’archéologiques montrent qu’elle n’a jamais été inaccessible. Tout au plus, a-t-elle quelques particularités, comme la présence des sapins les plus occidentaux d’Europe et des faciès sylvo-pastoraux très anciens (plus de 500 ans). C’est le maintien des activités pastorales qui a permis cette pérennité.

69Iraty est un instrument social, arme et outil grâce auxquels se construisent ou se déchirent les relations entre les vallées, de part et d’autre de la frontière.

Notes

1 Ce projet collectif de recherche est dirigé par Didier Galop (cnrs umr. 6565), et financé par le ministère de la Culture, le CNRS et le Service régional de l’archéologie d’Aquitaine. Nous remercions Didier Galop pour son rôle essentiel dans la préparation de cette contribution.

2 Le village de Larrau se situe au pied de la forêt d’Iraty dans la vallée de Soule, province la plus orientale du Pays Basque.

3 Récité par Madame Ladutch, transcrit par M. Elissagaray [Camou-Suhast] ; dialecte navarrais et recueilli dans :

  • Jean-François Cerquand, Légendes & Récits Populaires du Pays basque. Recueillis par les instituteurs du Pays basque, Bordeaux, Editions Aubéron, 1992.
  • Jean-François Cerquand (1816-1888) a rassemblé, à la fin du xixe siècle, les légendes et récits de Soule et de Basse-Navarre, par l’intermédiaire des instituteurs exerçant dans les nombreux villages.

4 Adolphe Joanne, Géographie des Basses-Pyrénées ; 12 gravures et une carte, Paris, Hachette et Cie, 1881.

5 Abel Hugo, Jules Verne, Adolphe Joanne, Les Basses-Pyrénées, Les Editions du Bastion, 1994.

6 Guide bleu Pyrénées, Paris, Hachette, 1928, p. 100.

7 Luis Javier Fortun Perez De Ciriza, Leire, un señorίo monâstico en Navarra (siglos 1x-xx), Pampelune, Gobierno de Navarra, 1993.

8 Georges Viers, « La forêt d’Iraty », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, t.26, 1955, p. 5-27.

9 Le terme « syndicat », encore d’usage courant, a été remplacé par les termes de « commission syndicale » à la fin des années 1840 ; il s’agit d’un regroupement de communes pour la gestion et l’administration des biens communaux, essentiellement des pâturages et des bois. Le massif d’Iraty est partagé aujourd’hui entre la Commission syndicale du Pays de Cize (siégeant à Saint-Jean-Pied-de-Port) et la Commission syndicale du Pays de Soule (siégeant à Mauléon).

10 Convention pastorale autrement désignée par les termes de « traité de compascuité ».

11 Cayolar : désigne un ensemble d’installations pastorales (enclos, bergeries, cabanes...), souvent collectives, associées à un parcours dans les estives.

12 Les toponymes cités sont localisables sur la carte.

13 Informations données par Didier Galop, 2002.

14 Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, 1863.

15 L’abbaye de Sauvelade est fondée en 1127 par les bénédictins puis rattachée à Cîteaux. Elle est détruite en 1569 puis reconstruite pour servir de temple à l’Église Réformée avant de voir revenir le culte catholique en 1631. Elle est vendue comme bien national à la Révolution.

16 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, H196 : enquête sur les biens et les droits des commanderies d’Irissarry et d’Aphat-Ospitalia, 1708 : vingt-cinq témoins sont appelés pour cette enquête. Leurs témoignages se répètent parfois mais il faut les recouper pour en écarter les incohérences et recueillir tous les détails.

17 Madrid, Archivo Historico National, section Ordenes Militares, caj. 8572 no 10 : visite de la commanderie d’Aphat-Ospitalia par le commandeur Fray Miguel de Peralta, 21 mai 1539 : le commandeur et sa suite visitent Apat-Ospitalia mais aussi Saint-Sauveur et Laurhibar pour laquelle une autre borde plus petite est mentionnée.

18 Nous avons consulté par exemple certains registres des comptes de Saint-Jean-Pied-de-Port, Pampelune, Archivo General de Navarra, section Comptos :

  • caj. 31 no 1 f° 12 à 20 v° : comptes de Ponz de Mont, bayle des terres de Saint-Jean « dayllent puertos », 1293
  • caj. 31 no 1 : comptes de Ponz de Mont, bayle de Saint-Jean-Pied-de-Port, 1294
  • caj. 12 no 180 : comptes du châtelain de Saint-Jean-Pied-de-Port, 1356
  • caj. 19 no 2 : comptes de Pes de Labis, receveur pour le roi de la châtellenie de Saint-Jean et de la terre de Cize, 1361.

19 Saisie du bétail dont les modalités sont, en général, définies dans le traité de facerie.

20 On constate un emploi fréquent du hêtre dans les constructions.

21 Madrid, Archivo Historico National, section Ordenes militares, caj. 8572 no 9 : lettres de paiements, comptes d’Aphat-Ospitalia (fragments), xve-xvie siècles.

22 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, 1804-1878.

23 Signalée dans le Procès-verbal de Réformation des forêts de Navarre par Louis de Froidour (1672).

24 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, 10 avril 1804.

25 A la suite des traités de Paris et de Bâle, l’idée de la frontière arrêtée aux crêtes des montagnes avait fait son chemin parmi les populations en situation frontalière.

26 « [...] La forêt d’Iraty est à Cize qui la fait figurer dans son cadastre et qui en paie l’impôt au Trésor au même titre que celle d’Abaudi appartient à Salazar [...] ». (Arch, départ. Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, sans date ni lieu). Le cadastre de la commune de Lécumberry, daté de 1840, se fait l’écho de cette affirmation. L’acte dans lequel est portée cette affirmation est donc postérieur à 1840.

27 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, U.574, Procès-verbal de la Réformation des Forêts de Navarre, 1672.

28 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, 10J40, 18 novembre 1886.

29 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, U.574, Procès-verbal de la Réformation des Forêts de Navarre, 1672.

30 Un certain nombre de documents, à l’Archivo General de Navarra, relate les problèmes liés à l’aménagement du ruisseau d’Iraty (Secciόn de tránsito de maderas por los nos Irati y Aragon : perjuicios de las presas, legaso 1, carpetas 1, 4, 6, 8, 9, 10).

31 Il s’agit ici de la Nive. Le Procès-verbal de Réformation des Forêts de Navarre propose un transport du bois par terre puis par voie navigable. À Lécumberry, un chemin descendant de la Montagne d’Iraty cèderait la place à la rivière Nive, dont le débit permet le flottage (Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, U.574, Procès-verbal de la Réformation des Forêts de Navarre, 1672).

32 Arch, départ, des Pyrénées-Atlantiques, H. 196, 1708.

33 Commune de Lécumberry, sections cadastrales D2 et D3 (cadastre de 1840).

34 02 juin 1853.

35 Rajouté en marge du document principal.

36 Arch. départ. des Pyrénées-Atlantiques, 7M 165, 26 juillet 1853.

Table des illustrations

Titre Carte de localisation des toponymes
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 443k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search