Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

La forêt suisse et les inondations au xixe siècle

Anton Schuler

Texte intégral

L’auteur remercie Patrice Eschmann pour ses commentaires critiques et pour son aide linguistique.

1Pour l’historiographie forestière classique, il ne fait aucun doute que la forêt suisse se trouvait dans un état lamentable au début du xixe siècle et que les exploitations, du fait du manque de régulation et des nombreuses exploitations secondaires nécessaires aux besoins des activités villageoises, agricoles et industrielles, n’étaient en aucun cas durables. Les milieux forestiers partagent naturellement cet avis. De même, il est généralement admis que les mesures forestières et politico-forestières du xixe siècle furent justes, conséquentes et salutaires. Ces mesures consistèrent en l’introduction successive de lois forestières, d’une foresterie planifiée et en la mise en place d’un service forestier, tout d’abord au niveau cantonal puis dans l’ensemble du pays. L’opinion générale veut que ces mesures aient non seulement permis la sauvegarde de la forêt, mais aussi d’assurer l’approvisionnement énergétique de l’industrie helvétique. La construction des chemins de fer, dans la seconde moitié du xixe siècle, permit finalement l’importation de nouvelles ressources énergétiques, ce qui diminua la pression sur la forêt et contribua au développement de l’industrie, jusque-là dépendante du bois d’œuvre et du bois d’énergie indigène.

2La littérature forestière spécialisée du début du xixe siècle, sur laquelle se basent la recherche en histoire forestière et l’opinion publique concernant le développement de la foresterie au xixe siècle, abonde dans le même sens. Elle reprend les appels à l’introduction d’une foresterie réglée et à une gestion soutenue au sens de l’époque, appels déjà formulés sous l’Ancien Régime. L’époque n’est cependant pas favorable partout à ce genre d’initiative, car la fin de l’Ancien Régime voit une séparation progressive entre forêt et agriculture dans le cadre de la réforme agraire, ce qui entraîne une redéfinition des droits d’usage pour les biens communs, dont la forêt fait généralement partie. On peut admettre que jusqu’en 1798, le droit d’usage pour n’importe quelle ressource est plus important que le droit de propriété. Suite à la période helvétique (1798-1803), on constate un changement, dont l’origine provient du xviiie siècle, vers une plus grande importance accordée aux droits de propriété. Ce nouvel attachement à la propriété privée et aux droits de jouissance du propriétaire conduisit au partage ou à la remise en mains privées de forêts communales en de nombreuses régions. De plus, les droits d’usage alloués à certaines personnes pour le bois ou d’autres produits secondaires de la forêt furent désormais considérés par la foresterie en plein développement comme une charge pour la fonction de production désormais centrale. Il s’agit dès lors d’éliminer ces servitudes. Comme ces droits ne pouvaient pas être rachetés ou annulés pour différentes raisons, mais avant tout pour des raisons financières, les forêts communales furent partagées, principalement sur le Plateau suisse. Appelées cantonnements, appellation se retrouvant aussi en Suisse alémanique, ces surfaces partagées concernaient presque exclusivement les régions où les droits d’usage des prés, pâturages et forêts étaient liés à la possession ou à l’exploitation d’une ferme dans la commune. C’est le cas du Plateau suisse où la production de céréales domine. Les régions d’élevage que sont les Préalpes et les Alpes, où les corporations familiales sont répandues, échappèrent pratiquement à ces partages de forêt. Un partage entre les ayants-droit y aurait été bien plus difficile. Malgré cela, bien des forêts furent partagées, mais sous une forme plus modérée. Certaines parties des forêts publiques furent cédées aux communes ou aux corporations villageoises proportionnellement au nombre d’ayants-droit. Ce processus se poursuivit en maints endroits jusqu’au début du xxe siècle, car aucune mensuration cadastrale n’était disponible auparavant.

  • 1 H. Grossmann, « Forstgesetzgebung und Forstwirtschaft in der ersten Halfte des 19. Jahrhunderts. 1 (...)

3Tous ces changements entraînèrent une diminution tendancielle des surfaces forestières non encore protégées juridiquement, car les nouveaux propriétaires vendirent le bois de leurs forêts et utilisèrent les surfaces déboisées pour l’agriculture. De nouveaux problèmes d’approvisionnement en bois apparurent alors dans les villages. Ces changements furent également contraires aux idées et aux convictions de divers milieux concernés par la foresterie. Les forestiers et les historiens en foresterie décrivirent « les divisions d’anciennes forêts publiques, d’un seul tenant et bien délimitées, avec toutes les conséquences pour la propriété, l’exploitation et les produits1 » comme « le pire que la forêt puisse subir », car les problèmes de l’approvisionnement en bois et leur origine régionale ne peuvent être ainsi réglés.

  • 2 C. Lardy, Denkschrift über die Zerstörung der Wälder in den Hochalpen, die Folgen davon für diese (...)
  • 3 X. Marchand, Mémoire sur le déboisement des montagnes, adressé à la Direction de l’intérieur du Ca (...)
  • 4 E. Landolt, Rapport au Conseil fédéral sur les forêts des hautes montagnes de la Suisse inspectées (...)
  • 5 C. Culmann, Rapport au Conseil fédéral sur les torrents des Alpes suisses inspectés en 1858, 1859, (...)

4Dans quelques cantons, surtout sur le Plateau suisse, une législation et une organisation forestière furent déjà introduites avant 1800, sous l’influence des sociétés économiques et de sciences naturelles nouvellement fondées. Le but étant d’assurer une production suffisante en bois et son approvisionnement. Des contacts réguliers existaient alors avec les physiocrates, caméralistes et agronomes européens, ce qui conduisit à l’émergence au xixe siècle d’un corps de forestiers ayant reçu une formation professionnelle (et politique) dans les nouvelles écoles forestières, principalement en Allemagne. Le xviiie siècle connut également les premiers endiguements et le début des grandes corrections fluviales, qui furent ensuite terminées au xixe siècle. Il est intéressant, mais aussi typique pour la Suisse de l’époque, de constater l’existence de contacts réguliers entre les deux milieux que sont les forestiers et les hydrauliciens. Il est vrai que les relations entre l’état déplorable et le manque de surfaces forestières, principalement dans les montagnes, et les inondations dans les vallées nécessitaient des efforts communs. Ces liens évidents furent la base des exigences quant à l’intervention de l’État dans la gestion des forêts pour des raisons de sécurité publique, liens formulés avant le milieu du xixe siècle par les deux forestiers Charles Lardy2 et Xavier Marchand3 dans différents appels insistants. Le moteur politique et didactique fut cependant la Société forestière suisse, fondée en 1843, qui fit de ce problème un thème central de ses discussions. Finalement, les rapports d’Elias Landolt4 sur la situation des forêts de montagne et de Carl Culmann5 sur les torrents des Alpes décidèrent l’État fédéral à réagir.

5Avant la constitution de l’État fédéral en 1848, il ne faut pas attendre de mesures sur la scène politique suisse : elles auraient remis en question la souveraineté des différents cantons. Après la courte période de la République helvétique, nommée officiellement « République helvétique une et indivisible », la Médiation institua un retour à une confédération d’États, comme c’était le cas avant 1798. Les différences restaient grandes entre les cantons, tant du point de vue de la taille, du développement et des traditions politiques. L’État fédéral de 1848, qui redéfinit la Confédération peu contraignante issue progressivement du Moyen Âge, fut une confédération prudente qui chercha à laisser le plus de compétences possibles aux cantons. Cela se vérifia aussi dans le domaine forestier et particulièrement pour les questions de police forestière, à l’exception de la régulation du commerce international et des règles douanières. Il n’est donc pas étonnant de ne trouver aucune disposition concernant la forêt dans la Constitution fédérale de 1848, le premier texte juridique valable pour la Suisse entière.

  • 6 Article 24 de la Constitution fédérale de la Confédération suisse, du 29 mai 1874 : « 1. La Conféd (...)

6La révision de la Constitution en 1874, qui resta en vigueur jusqu’en 1999 grâce à de nombreuses révisions partielles, permit par contre l’inscription de l’article 246 qui attribue à une compétence fédérale la haute surveillance sur la police des endiguements et des forêts dans les régions élevées. La première loi de police forestière fut promulguée peu après. Tout comme l’article constitutionnel, sa validité se limita aux régions de montagne. Les mots « dans les régions élevées » furent supprimés de l’article constitutionnel et de la loi en 1897, entraînant dès cet instant une validité pour l’ensemble du territoire suisse de ces deux textes.

I. Exploitation et état des forêts dans la première moitié du xixe siècle

7De grandes différences et parfois même des situations opposées suivant les vallées alpines peuvent être constatées au début du xixe siècle quant à la surface forestière, l’exploitation et l’approvisionnement en bois. Les trois cas à venir permettent de résumer les diverses situations.

Situation 1 : la vallée alpine déboisée

  • 7 K. Kasthofer, Bemerkungen auf einer Alpen-Reise über den Susten, Bernardin, und über die Oberalp, (...)
  • 8 Cité dans N. Flüeler (Ed.), Malerische Reisen durch die schöne alte Schweiz, Zürich, 1982, p. 229.
  • 9 A. Bruckner, « Andreas Ryffs Gotthardreise im Jahre 1587 », Die Alpen 13,1937, p. 334-339.
  • 10 I. Müller, Geschichte von Ursern. Von den Anfängen bis zur Helvetik, Disentis, 1984, p. 95 f.

8Le pionnier de la foresterie Karl Albrecht Kasthofer constate au cours d’une visite à Andermatt qu’il ne reste qu’un petit morceau, vétuste de surcroît, de la forêt de protection7 : « Il ne reste qu’une douzaine de vieux épicéas dans la forêt mise à ban, solitaires, regardant désabusé vers la vallée, comme Noé depuis le Mont Ararat a dû voir la Terre dévastée, la vie et les arbres emportés par les flots. » L’Allemand August von Platen avait vu et décrit ce Val d’Urseren depuis l’entrée des Gorges des Schöllenen de manière plus romantique cinq années auparavant8 : « Une large vallée emplie de prés verts et tendres s’ouvre, pâturée par le bétail, parcourue pacifiquement par la Reuss, au fond le village d’An der Matt, au-dessus duquel on trouve une petite forêt d’environ 150 arbres qui le protègent des avalanches et dont l’exploitation est interdite. » La plupart des peuplements accessibles pour la récolte du bois et donc pour les besoins énergétiques dans les vallées des Alpes centrales furent surexploités relativement tôt, c’est-à-dire déjà au xvie siècle. La limite des forêts fut rabaissée de plusieurs centaines de mètres et seules quelques forêts particulières ne furent pas déboisées. Les écrits de mise à ban de 1397 de la forêt d’Andermatt, sur la route du Gothard, ne mentionnent pas si cette mise à ban renvoie à la fonction de protection ou à l’approvisionnement en bois. Il faut noter que cette mise à ban d’une petite forêt de quelques hectares fut souvent renouvelée et que les délits y furent punis par des amendes très lourdes. Dans un même temps, la pauvreté en bois est supportée avec indifférence. Un écrit de 15879 rend compte que tout le bois de construction et de feu doit être amené à travers les Gorges des Schöllenen en aval, vu l’absence de bois dans le Val d’Urseren. Des voyageurs franchissant le Gothard au xviiie siècle rapportent que le bois est amené par des bêtes de somme ou transporté sur des luges en hiver. Très souvent, ce sont les femmes qui assument le transport du bois de construction et de feu. Cette pauvreté en bois ne doit pas être imputée aux destructions de forêts par les avalanches ou aux constructions de ponts, mais plutôt à l’indifférence et à l’ignorance des habitants, qui préfèrent affronter le manque de bois que diminuer la surface pâturée toute aussi vitale10. Une optimisation entre l’exploitation agricole (alpages, prés) et la couverture des besoins énergétiques est recherchée. D’autre part, les habitants décident d’investir dans une certaine forme d’énergie (énergie musculaire des hommes et des bêtes) pour acquérir cette autre source d’énergie qu’est le bois.

9L’état des forêts ou plutôt l’absence de forêts du Val d’Urseren est jugé différemment par les voyageurs de la route du Gothard. Pour le pionnier en foresterie Karl Kasthofer, il est inconcevable que la production de bois ou la couverture des besoins en matière première ou en énergie ne soient pas prioritaires par rapport à l’agriculture. Bien que les inondations n’aient pas ici un rôle direct, Kasthofer utilise pour décrire ce Val d’Urseren l’image « d’un désert où les flots ont emporté la vie et tous les arbres ».

Situation 2 : la vallée alpine aux grandes réserves de bois

  • 11 « Holzleitung am Pilatusberg in der Schweiz », Allgemeine Forst-und Jagdzeitung 1834, p. 319 ; M. (...)

10D’autres vallées alpines connaissent dans un même temps une situation toute différente. Bien situées, pour différentes raisons elles n’ont pas été exploitées ou déboisées pour les besoins de l’agriculture. Vers 1810, il est fait mention de grandes réserves de bois dans la vallée de la Grosse Schliere, au sud du massif du Pilate11. Elles auraient été découvertes par un « chasseur étranger conduit jusque-là par des chamois en fuite ». « En maints endroits inaccessibles des Alpes suisses, le plus beau des bois de construction s’amoncelle... des forêts impénétrables et serrées couvrent depuis des siècles les flancs et les raides falaises du Pilate ». Ces forêts appartenaient à la paroisse d’Alpnach, qui désira les exploiter au début du xixe siècle afin de financer la construction de la nouvelle église paroissiale. Un entrepreneur d’Allemagne du Sud construisit pour ce faire un glissoir, une « riese », au moyen de 25 000 troncs d’arbre. La difficulté ne provint pas uniquement de la topographie difficile, mais aussi des villageois dévots qui virent en cet entrepreneur un hérétique ayant partie liée avec le diable et firent donc tout pour le contrarier. Cette construction était d’ailleurs jugée insensée et irréalisable. L’installation fut toutefois construite et non seulement le bois, mais aussi le charbon de bois et la cendre, certainement destinée à la fabrication de verre, furent transportés sur une distance de 40 000 pieds, c’est-à-dire environ 12 kilomètres.

  • 12 Annales forestières et métallurgiques, tome quatorzième, Paris, 1855, p. 83-84.

11Une notice parue en 1855 dans les Annales forestières et métallurgiques12 pourrait être liée à cette construction. Elle fut par la suite commentée et critiquée dans le Journal forestier suisse sous le titre d’erreur géographico-forestière, car « notre géographie et nos particularités forestières suisses sont vraiment trop peu connues ». Voici cette notice, parue dans la chronique forestière : « Presque tous ces sapins ont été coupés sur le sommet des Alpes, près de Schaffhouse. Il n’y a que peu de temps que l’on a osé porter la hache dans les riches forêts de cette contrée, que connaissaient seulement d’intrépides touristes. Depuis longtemps on ne les avait pas encore exploitées, parce que les moyens de transport offraient de grandes difficultés lorsqu’il y a une trentaine d’années, un ingénieur alla les visiter. Quelque temps après, un chenal de six pieds de large, très solidement établi, partait du sommet des Alpes et allait en droite ligne jusqu’au milieu du Rhin, qui coule à plus d’une lieue au pied des montagnes. » Les billes furent ensuite réunies en radeau et flottées jusqu’à Huningue et apportées jusqu’à Paris, d’abord par le canal de la Marne au Rhin, puis « de canal en canal, de rivière en rivière ». Ces arbres permirent d’ériger « ces étonnants échafaudages qui entourent les nombreuses constructions qui s’élèvent en ce moment à Paris. Le reste est utilisé pour la décoration de nos fêtes nationales ».

12La question de savoir si ces écrits d’Allemagne et de France sont liés et s’ils sont réalistes reste ouverte. L’article de langue allemande indique que vers l’an 1812, un inspecteur de marine franco-hollandais serait venu sur place et aurait organisé le transport du bois abattu dans la région du Pilate par le Lac des 4 Cantons, par Lucerne et la Reuss, dans l’Aar à Brugg, puis dans le Rhin de Waldshut à Bâle. De là, le voyage aurait pu se poursuivre par Huningue sur les voies d’eau précédemment décrites jusqu’à Paris.

  • 13 C. Küchli, « Nachhaltigkeit im Wald - vor und hinter der Welle der Globalisierung », Schweizerisch (...)

13Ce deuxième exemple démontre la présence dans la première moitié du xixe siècle de vallées difficilement accessibles couvertes de forêts presque vierges. Et ce même à proximité d’un grand centre économique comme Lucerne. Seule une grande demande en bois sous différentes formes, couplée à un esprit d’entrepreneur et à la nécessité pour une commune de trouver un financement pour sa nouvelle église, y entraînèrent l’exploitation des réserves de bois. Les concessions accordées à divers entrepreneurs étrangers conduisirent à des déboisements successifs, puis à une forte érosion qui, finalement, rendit nécessaire la construction d’importants ouvrages de protection. Ce déroulement peut être comparé aux conséquences de la globalisation au xxe siècle, bien sûr à une plus petite échelle13. Il est dès lors tout à fait compréhensible d’observer, dans des régions à la topographie et à la géologie difficiles comme la Grosse Schliere, que des décennies de surexploitation provoquent l’érosion et nécessitent ensuite la construction d’ouvrages de protection et des reboisements.

Situation 3 : érosion et inondations suite à la surexploitation

14Des mesures s’inscrivant dans la thématique forêt de protection, protection de la forêt et inondations sont connues depuis le Moyen Âge, comme par exemple les lettres de mise à ban. La plupart de ces mesures ne concernèrent cependant que le cours inférieur des fleuves, dans la plaine. Avant même la fondation de l’État fédéral, certains ouvrages de régulation du cours des fleuves dans la plaine furent déjà érigés solidairement par plusieurs cantons. Les inondations de grande ampleur des années 1834 et 1839 provoquèrent une forte réaction de l’opinion publique. Les actions de solidarité provenant de cantons peu ou pas touchés furent impressionnantes.

  • 14 C. Lardy, op. cit., p. 8.

15Dans un mémoire destiné à la Commission fédérale d’aide aux régions sinistrées, l’inspecteur forestier vaudois Charles Lardy ne se contente pas de décrire les dégâts et la solidarité du reste de la Suisse ; il y présente également les causes de ces inondations. Pour les forestiers et pour les hydrauliciens, il faut rechercher celles-ci dans la surexploitation et dans les défrichements de versants entiers. Cela conduit à des dérèglements du sol et de l’écoulement des eaux de pluie et de fonte, et menace la stabilité de tout le versant. Dans un même temps, l’équilibre du transport des alluvions dans le cours inférieur des fleuves est rompu, ce qui conduit aux énormes inondations évoquées. Le forestier Lardy cite les pionniers en aménagement hydraulique que furent Alfred Escher von der Linth et Alois von Negrelli. Ces experts avaient averti des dangers de la surexploitation et des déboisements, en prenant exemple sur les forêts tessinoises14. « La manie de tout défricher s’étend jusqu’aux berges des rivières et des ruisseaux forestiers, et de ce fait sont détruits non seulement le sol forestier mais aussi les biens-fonds et les maisons bien plus éloignés. »

II. Déboisements et inondations comme motifs de réglementation forestière

  • 15 K. Kasthofer, « Memorial über den Bannwald von Andermatt und über die Wiederbewaldung des Urserent (...)

16La petite forêt mise à ban d’Andermatt, notre premier exemple, était donc protégée depuis des siècles de toute exploitation. Décrite par Kasthofer en 1821, elle ne pouvait cependant ni remplir son rôle principal, la protection du village contre les avalanches, ni fournir du bois comme toute autre forêt. Le pionnier en foresterie qu’est Kasthofer était persuadé que cet état déplorable était causé par une mauvaise gestion15. « Si les règles importantes des sciences forestières, comme la reconstitution des peuplements et une exploitation rationnelle et durable eussent été respectées », cette forêt aurait pu remplir sa fonction de protection et à la fois libérer les habitants d’Andermatt du pénible approvisionnement en bois depuis des lieux très éloignés. La pénurie en bois au début du xixe siècle dans cette vallée d’Urseren était consécutive à des déboisements bien plus anciens. Les habitants considéraient cette situation comme une donnée irrémédiable.

  • 16 A. Schuler, Wald-und Holzwirtschaftspolitik der alten Eidgenossenschaft. Wald, Waldnutzung und Hol (...)

17Dans un même temps, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe, de nouvelles techniques de transport et d’exploitation permirent la récolte de bois dans de nouvelles vallées alpines. Exploitées pour la première fois, ces forêts vierges des Préalpes et des Alpes fournirent le bois-énergie recherché avec avidité par l’artisanat et l’industrie en pleine expansion, en cette période de Révolution industrielle. Ces nouvelles exploitations, effectuées sans ménagement aucun, furent d’abord observées avec incrédulité en raison de l’énormité de l’entreprise. Progressivement, une vision critique s’installa. Les conséquences des déboisements, comme l’érosion ou les inondations toujours plus importantes, devinrent de plus en plus visibles. Les dégâts causés aux rives des cours d’eau par les bois flottés librement étaient connus par ailleurs depuis des siècles16. Le déboisement ou la mauvaise gestion des forêts remettait ainsi en question leur fonction de protection sur laquelle les habitants avaient compté.

  • 17 A. Henne, Einfluss des Schweizerischen Forstvereins auf die Entwicklung des Forstwesens in der Sch (...)

18Les deux fonctions de la forêt que sont la protection contre les dangers naturels et la production de cette « ressource centrale » qu’était le bois furent les principaux facteurs devant conduire au développement d’une politique et d’une législation forestière. Les déboisements et la surexploitation lancèrent le débat. La législation et la politique forestière prirent de l’importance après 1848 pour l’ensemble du territoire suisse. Cela est d’abord lié à la création de l’État fédéral moderne intervenue en 1848. Malgré les discussions menées au début du xixe siècle dans les milieux intéressés sur la « bonne foresterie », malgré les relations entre déboisements et inondations et la nécessité pour l’État de régler ce problème, la Société forestière suisse ne commença à débattre de la nécessité d’une organisation forestière centrale qu’en 1869 lors d’une assemblée à Coire17. Cette société fut pourtant le moteur du développement des questions forestières au xixe siècle. La forêt démontre de manière exemplaire son efficacité lors des inondations de 1868 mais, par contre, « il faut trouver d’autres moyens de mettre en application les recommandations des experts de 1861, car certains cantons de montagnes font preuve de négligence ». En plus d’une bonne gestion des forêts, il s’agit de promouvoir « une centralisation de la foresterie helvétique ».

  • 18 A. Henne, op. cit., p. 99

19« L’idée d’une loi forestière fédérale » fut certes jugée « digne de discussion », mais il fut décidé d’entendre l’avis de personnes compétentes et de constituer une commission18. Malgré cela, l’assemblée de la Société devait discuter deux ans plus tard d’une première version d’un article sur la haute surveillance de la Confédération sur la police des endiguements et des forêts des régions élevées. Cette version est pratiquement semblable à la partie la plus ancienne de l’article 24 de la Constitution suisse en vigueur jusqu’en 1999. Les principaux éléments qu’elle contient sont :

  • le droit de haute surveillance de l’État ;
  • la police des endiguements et des forêts ;
  • la limitation aux régions élevées.
  • 19 En ce qui concerne la première délimitation de la zone forestière fédérale cf. « Beschreibung des (...)

20Deux points sont ici remarquables. Tout d’abord, la réglementation commune de la police des forêts et de celle des endiguements dans un seul article. Ensuite, la seule validité pour les régions dites élevées, soit la partie montagneuse de la Suisse, en incluant aussi les Préalpes et le Sud des Alpes19. On remarquera qu’il s’agit manifestement aussi de « discipliner » les cantons de montagne, qui se montrent alors peu compréhensifs et récalcitrants dans la gestion de leurs forêts, même si la validité de la loi a été adaptée en fonction des frontières naturelles et non des frontières cantonales. Il est dès lors intéressant d’étudier les relations, se présentant sous différents aspects, existant entre les régions de montagne et le Plateau suisse très industrialisé. On retrouve là en fin de compte les différentes approches intellectuelles de la population, entre un Plateau suisse, industrialisé plus tôt et plus fortement, et les Alpes où l’isolement et les conditions de vie difficiles imprègnent différemment les mentalités. Il serait aussi intéressant de connaître les raisons qui ont finalement poussé la Suisse à édicter en 1874-1876 des dispositions particulières pour une partie de son territoire.

III. Réflexions finales

21L’état et la surface de la forêt suisse subirent des changements décisifs au cours du xixe siècle. Au début du siècle, des questions comme les droits de propriété nouvellement acquis ou de libre usage de la forêt furent au centre des discussions, ce qui entraîna une diminution encore plus marquée de la surface forestière. Ceci changea progressivement suite aux différentes catastrophes naturelles : elles marquèrent les esprits, à l’instar de l’éboulement de Goldau en 1806 ou des inondations de 1834 et de 1839. Dans un même temps et grâce aux enseignements tirés des grands travaux d’assainissement en cours dans les plaines fluviales humides et périodiquement inondées, les relations pouvant exister entre l’état des bassins versants dans les Préalpes et les Alpes et les hautes eaux avec toutes leurs conséquences néfastes sur l’habitat et la santé publique (malaria) dans les plaines fluviales du Plateau suisse se firent plus évidentes. Tant les travaux de corrections que la réparation des dégâts dépassaient les capacités des cantons touchés, si bien que les liens de solidarité confédérale en furent renforcés. Malgré ces mesures communes et le renforcement de l’identité confédérale, la Confédération constituée en 1848 ne put mettre en œuvre des mesures identiques pour tout le pays dans ce domaine. Ce sont finalement des initiatives et des rapports sur les dommages induits par les déboisements en montagne et surtout de nouvelles inondations vers 1868 qui conduisirent à une réglementation fédérale. Les prescriptions sur la police des forêts et des endiguements dans un seul et même article constitutionnel en 1874 démontrent finalement le succès politique de la coalition entre hydrauliciens et forestiers.

22Ce succès peut paraître étonnant à bien des égards. Les prescriptions édictés heurtent les usages fédéraux, l’État fédéral obtenant ici des compétences de décision et de contrôle associées à des compétences financières. La majorité des Suisses habitant le Plateau imposa en outre des réglementations aux régions de montagne qui n’en voulaient pas. Les Cantons de montagne montrèrent ce refus dans de nombreuses publications et votations. L’article 24 de la Constitution de 1874 ne constitue pas une exception à cet égard. Ces mêmes clivages persistent jusqu’à aujourd’hui, comme par exemple lors de prescriptions en matière de protection de la nature ou lors de l’Initiative des Alpes.

23La limitation aux régions élevées ne fut qu’une étape. La haute surveillance de la Confédération sur la police des endiguements et des forêts fut étendue à l’ensemble de la Suisse en 1897. Plusieurs tentatives de changement de la loi sur la police forestière en loi économique furent discutées au xxe siècle, mais ce n’est qu’à la fin de ce xxe siècle qu’elle fut remplacée par la Loi sur les forêts. Le principe de la conservation presque absolue de la surface forestière, progressivement mis en place au cours du xixe siècle, est désormais bien ancré dans les mentalités, aussi dans la population. Il est certainement responsable de l’augmentation rapide et encore constamment vérifiable de la surface forestière. Naturellement les problèmes structurels de l’agriculture et surtout de l’économie alpestre y sont pour beaucoup. L’effet protecteur de la forêt contre les différents dangers naturels est désormais admis par la population. Cette confiance ne devrait plus être remise en cause, même après certains articles scientifiques critiques ou les inondations des dernières années.

***

24Le développement et l’exploitation de la forêt suisse au xixe siècle ont d’une part été marqués par l’augmentation des besoins énergétiques consécutifs à la révolution industrielle, et d’autre part par un plus grand accent mis sur les droits de propriété. Ceux-ci ont remplacé dans les forêts des communes et des corporations les droits d’usage en vigueur sous l’Ancien Régime, avec toutefois de grandes différences suivant les cantons, dans l’esprit de la grande indépendance que leur accorda la constitution de l’État fédéral de 1848. Au cours de cette période, les discussions concernant les relations entre les défrichements en montagne et les inondations dans les plaines ont continué. Elles avaient débuté au xviiie siècle lors des grandes corrections fluviales (Linth, Seeland). De graves inondations (par exemple en 1834) ont confirmé les suppositions et n’ont pas seulement initié des actions de sympathie pour les régions touchées, mais ont également entraîné la publication de Mémoires exigeant la conservation des forêts et le reboisement des forêts de protection.

25L’État fédéral fondé en 1848 a opté pour une organisation très fédéraliste et a d’abord renoncé à édicter des prescriptions en relation avec l’utilisation de la forêt ou la police des endiguements. Répondant à une initiative de la Société forestière suisse, le Conseil fédéral a demandé à la fin des années 1850 une études de la situation hydrologique et forestière dans les régions de montagnes. Ce n’est finalement qu’après les inondations de 1868 que la haute surveillance de la Confédération sur la police des endiguements et des forêts dans les régions élevées a été inscrite dans la Constitution, que les lois fédérales ont été promulguées et que le service forestier de la Confédération a été créé.

26La politique forestière s’est avérée extrêmement efficace, grâce à ces instruments, même si les possibilités d’intervention de la Confédération en matière forestière sur les régions de montagne ont été limitées jusqu’en 1897. La politique de conservation stricte de l’aire forestière a été conservée jusque dans les années 1990, malgré les nombreuses tentatives des milieux économiques pour l’assouplir. Elle a été remplacée (Loi fédérale sur les forêts de 1991, Constitution fédérale de la Confédération suisse de 1999) par une politique et une législation forestière axées sur la multifonctionnalité et les différentes aspiration envers la forêt.

Bibliographie

Bibliographie

« Beschreibung des eidgenössischen Forstgebietes gegen die übrige Schweiz », Schweizerische Zeitschrift für Forstwewsen 28, 1877, p. 82-84.

Bruckner, A. « Andreas Ryffs Gotthardreise im Jahre 1587 », Die Alpen 13, 1937, p. 334-339.

Butz, R. Vergleichende geographische Untersuchungen am schweizerischen Voralpenrand. Zürich, 1968.

Culmann, C. Rapport au Conseil fédéral sur les torrents des Alpes suisses inspectés en 1858,1859, 1860 et 1863, Lausanne, 1865.

Flüeler, N. (Ed.), Malerische Reisen durch die schöne alte Schweiz, Zürich, 1982.

« Forst-geographischer Irrthum », Schweizerisches Forst-journal 4, 1855, p. 128.

Grossmann, H. « Forstgesetzgebung und Forstwirtschaft in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts. 1803-1848 », Schweizerische Zeitschrift für Forstwesen 99, 1948, p. 379-393.

Henne, A. Einfluss des Schweizerischen Forstvereins auf die Entwicklung des Forstwesens in der Schweiz 1843-1938, Bern, 1939.

« Holzleitung am Pilatusberg in der Schweiz », dans Allgemeine Forst-und Jagdzeitung 1834, p. 319-320.

Kasthofer, K. Bemerkungen auf einer Alpen-Reise über den Susten, Bernardin, und über die Oberalp, Furka und Grimsel. Mit Erfahrungen über die Kultur der Alpen und einer Vergleichung des wirthschaftlichen Ertrags der Bündenschen und Bernischen Alpen. Nebst Betrachtungen iiber die Veränderungen in dem Klima des Bernischen Hochgebirgs, Aarau, 1822.

Kasthofer, K. « Memorial über den Bannwald von Andermatt und über die Wiederbewaldung des Urserenthales », Schweizerisches Forst-]ournal 1, 1850, p. 25-52.

Küchler, M. Die Wdlder von Alpnacht und das neue Forstgesetz oder Vollziehungsverordnung in Obwalden, Altdorf, 1878.

Küchli, C. « Nachhaltigkeit im Wald - vor und hinter der Welle der Globalisierung », Schweizerische Zeitschrift für Forstwesen 151, 2000, p. 502-507.

Landolt, E. Rapport au Conseil fédéral sur les forêts des hautes montagnes de la Suisse inspectées dans les années 1858, 1859 et 1860, Lausanne, 1862.

Lardy, C. Denkschrift über die Zerstörung der Wälder in den Hochalpen, die Folgen davon für diese selbst und die angrenzenden Landestheile, und die Mittel diese abzuwenden, Zürich, 1842.

Marchand, X. Mémoire sur le déboisement des montagnes, adressé à la Direction de l’intérieur du Canton de Berne, Porrentruy, 1849.

Müller, I. Geschichte von Ursern. Von den Anfangen bis zur Helvetik, Disentis, 1984. (Beiheft Nr. 20 zu « Der Geschichtsfreund »).

Schuler, A. Wald-und Holzwirtschaftspolitik der alten Eidgenossenschaft. Wald, Waldnutzung und Holzmarkt in den gemeineidgenôssischen Verhandlungen zwischen 1520 und 1798 anhand der „Amtlichen Sammlung der alteren Eidgenössischen Abschiede«, Zürich, 1980. (Beiheft zur Schweizerischen Zeitschrift für Forstwesen 68).

Schnitter, N. Die Geschichte des Wasserbaus in der Schweiz, Oberbözberg, 1992. (Aktuelle Forschung 2).

Notes

1 H. Grossmann, « Forstgesetzgebung und Forstwirtschaft in der ersten Halfte des 19. Jahrhunderts. 1803-1848 », Schiveizerische Zeitschrift für Forstwesen 99,1948, p. 382. Les citations basées sur des textes en langue allemande sont traduites littéralement.

2 C. Lardy, Denkschrift über die Zerstörung der Wälder in den Hochalpen, die Folgen davon für diese selbst und die angrenzenden Landestheile, und die Mittel diese abzuwenden, Zürich, 1842

3 X. Marchand, Mémoire sur le déboisement des montagnes, adressé à la Direction de l’intérieur du Canton de Berne, Porrentruy, 1849.

4 E. Landolt, Rapport au Conseil fédéral sur les forêts des hautes montagnes de la Suisse inspectées dans les années 1858,1859 et 1860, Lausanne, 1862.

5 C. Culmann, Rapport au Conseil fédéral sur les torrents des Alpes suisses inspectés en 1858, 1859, 1860 et 1863, Lausanne, 1865.

6 Article 24 de la Constitution fédérale de la Confédération suisse, du 29 mai 1874 : « 1. La Confédération a le droit de haute surveillance sur la police des endiguements et des forêts dans les régions élevées. 2. Elle concourra à la correction et à l’endiguement des torrents, ainsi qu’au reboisement des régions où ils prennent leur source. Elle décrétera les mesures nécessaires pour assurer l’entretien de ces ouvrages et la conservation des forêts existantes. »

7 K. Kasthofer, Bemerkungen auf einer Alpen-Reise über den Susten, Bernardin, und über die Oberalp, Furka und Grimsel. Mit Erfahrungen über die Kultur der Alpen und einer Vergleichung des wirthschaftlichen Ertrags der Bündenschen und Bernischen Alpen. Nebst Betrachtungen über die Veranderungen in dem Klima des Bernischen Hochgebirgs, Aarau, 1822, p. 53.

8 Cité dans N. Flüeler (Ed.), Malerische Reisen durch die schöne alte Schweiz, Zürich, 1982, p. 229.

9 A. Bruckner, « Andreas Ryffs Gotthardreise im Jahre 1587 », Die Alpen 13,1937, p. 334-339.

10 I. Müller, Geschichte von Ursern. Von den Anfängen bis zur Helvetik, Disentis, 1984, p. 95 f.

11 « Holzleitung am Pilatusberg in der Schweiz », Allgemeine Forst-und Jagdzeitung 1834, p. 319 ; M. Küchler, Die Walder von Alpnacht und das neue Forstgesetz oder Vollziehungsverordnung in Obwalden. Altdorf, 1878.

12 Annales forestières et métallurgiques, tome quatorzième, Paris, 1855, p. 83-84.

13 C. Küchli, « Nachhaltigkeit im Wald - vor und hinter der Welle der Globalisierung », Schweizerische Zeitschrift für Forstwesen 151, 2000, p. 502-507.

14 C. Lardy, op. cit., p. 8.

15 K. Kasthofer, « Memorial über den Bannwald von Andermatt und über die Wiederbewaldung des Urserenthales », Schweizerisches Forst-Journal 1, 1850, p. 25-52.

16 A. Schuler, Wald-und Holzwirtschaftspolitik der alten Eidgenossenschaft. Wald, Waldnutzung und Holzmarkt in den gemeineidgenössischen Verhandlungen zwischen 1520 und 1798 anhand der „Amtlichen Sammlung der dlteren Eidgenössischen Abschiede« . Zürich, 1980 (Beiheft zur Schweizerischen Zeitschrift für Eorstwesen 68), p. 133 ff. ; N. Schnitter, Die Geschichte des Wasserbaus in der Schweiz, Oberbozberg, 1992 (Aktuelle Forschung 2), p. 100 ff.

17 A. Henne, Einfluss des Schweizerischen Forstvereins auf die Entwicklung des Forstwesens in der Schweiz 1843-1938, Bern, 1939, p. 82

18 A. Henne, op. cit., p. 99

19 En ce qui concerne la première délimitation de la zone forestière fédérale cf. « Beschreibung des eidgenössischen Forstgebietes gegen die übrige Schweiz », Schweizerische Zeitschrift für Forstwesen 28, 1877, p. 82-84. La délimitation entre Préalpes et Alpes (limite des Préalpes intérieure et extérieure) est discutée dans R. Butz, Vergleichende geographische Untersuchungen am schweizerischen Voralpenrand, Zürich, 1968. Il y précise des éléments importants pour cette délimitation comme le relief, le climat, la végétation, la population et l’habitat.

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search