Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Les reboisements en Espagne1 1875-1975

Eduardo Rico Boquete

Texte intégral

  • 1 Programme de recherche « La pequena explotaciόn y el desarrollo del capitalismo en el espacio atlâ (...)

1Le coup d’État du général Pavía en janvier 1874 a mis fin à la brève expérience républicaine. À travers l’instauration d’une dictature provisoire, le retour au pouvoir de la Monarchie des Bourbons fut préparée et incarnée par Alphonse XII. C’est ainsi que commença la période de la Restauration, caractérisée par l’alternance au pouvoir des deux grands partis, les conservateurs et les libéraux, qui ont dominé la scène politique espagnole jusqu’aux années des crises contemporaines (Vilar, 1986).

2La crise du système de la Restauration est patente dès 1917. À la fois politique, économique et sociale, elle n’a pas pu être surmontée malgré la dictature du général Primo de Rivera (1923-1930) et provoqua la fin de la Monarchie et l’instauration de la Deuxième République Espagnole (1931-1936). L’échec du coup d’État militaire du 18 juillet 1936 déclencha la guerre civile, longue et sanglante (1936-1939), qui s’acheva sur le triomphe du parti anti-démocratique, soutenu par Hitler et par Mussolini, et l’établissement de la dictature du général Franco qui marqua une coupure brutale et dramatique dans l’histoire d’Espagne (1939-1975). Tel est le cadre de cette étude, c’est-à-dire la politique de reboisement menée par les différents gouvernements, et ses résultats. Cette activité a visé les forêts appartenant à l’État ou à d’autres institutions publiques (communes), et dans certains cas, des forêts privées, dont le reboisement fut estimé d’utilité publique en raison des processus érosifs. Aussi laisserons-nous de côté les reboisements effectués par les particuliers dans leurs forêts, et nous centrerons l’analyse sur l’activité forestière de type public, en considérant les mesures législatives, les résultats obtenus et leurs conséquences sociales. Il ne s’agit pas d’effectuer une histoire juridique et administrative qui revient généralement à « un discours de l’administration sur elle-même, dans laquelle les populations rurales n’ont qu’un rôle passif » (Larrère et autres, 1979). Au contraire, il s’agit d’une histoire qui envisage également les intérêts et les actions développées par tous les groupes sociaux impliqués. En ce sens, c’est une histoire essentiellement critique, c’est-à-dire une histoire non officielle.

I. Les débuts du reboisement, 1877-1899

3L’École des ingénieurs des Eaux et Forêts fut fondée en 1848 à Villaviciosa de Odôn (Madrid). Ses premières promotions permirent de créer une administration forestière dont l’une des missions était de contrôler les montagnes l’exception du désamortissement, d’ordonner leur production et de contrôler leur usage sous réserve de recours forestiers. En peu d’années, naquirent les unités administratives minimales, appelées districts forestiers qui pour la plupart correspondaient à des limites provinciales. Elles étaient dirigées par un ingénieur forestier dont la fonction était d’animer la structure forestière de chaque province. Cette administration devait concrétiser et appliquer sur le terrain la politique élaborée dans les bureaux ministériels, à partir d’une conception centraliste, sur le modèle français.

4Le 11 juillet 1877, la première loi sur le reboisement est promulguée. Elle porte sur le repeuplement des forêts publiques qui n’ont pas encore été aliénées. Cette mesure semble nécessaire et opportune. Son objectif est clair, exprimant la volonté d’entreprendre un reboisement sur le long terme, indépendamment de questions conjoncturelles. Ce qui paraît inopportun, c’est le système de financement choisi. Le règlement du 18 janvier 1878 prévoit d’investir dans le reboisement 10 % des profits annuels réalisés dans les montagnes publiques, ce qui limitait fort la portée de ce texte qui réclamait un large investissement. Aussi, bien que le système ait résisté plusieurs années, les reboisements effectués grâce à cette loi furent très rares. Mis à part quelques cas, ils n’ont guère modifié l’état des forêts. En 1877, commença à être publié la Revista de Montes (La Revue des Montagnes), organe du corps des ingénieurs des Eaux et Forêts, qui fait connaître les premières expériences de reboisement effectuées en Espagne. Des articles commentaient celles, semblables, tentées dans d’autres pays européens, dont font état la Revue des Eaux et Forêts, L’Écho forestier, le Gerber Zeitung, le Journal of Forestry.

5L’une des préoccupations majeures des ingénieurs forestiers tient à l’érosion qui affecte gravement une grande partie du territoire espagnol et occasionne parfois d’importants désastres (inondations), cause d’importantes pertes humaines et économiques. C’est pourquoi les forestiers pressent de reboiser ces zones montagneuses, les plus touchées par les processus d’érosion, en essayant de convaincre les hommes politiques que le reboisement des sommets dénudés, des pentes ravinées par des torrents et des dunes profiteraient à l’agriculture et aux habitants. Le 3 février 1888 voit la promulgation d’un décret qui incite à reboiser l’amont des bassins hydrologiques. Le 28 juillet de la même année voit la priorité donnée au reboisement des fleuves Júcar (Valence), Guadalentín (Murcie), Lozoya (Madrid) et des dunes du Sud-Ouest (Cadix et Huelva). Pour cette action, on dispose de quinze pépinières destinées à fournir les plans requis. Comme l’affirme le professeur Gόmez Mendoza (1992), ces mesures reprennent la législation française, notamment la loi sur le gazonnement de 1864 et la loi sur la restauration des terrains de montagne de 1882, contemporaine de la loi italienne décidant le reboisement des terrains montagneux.

6Les premiers forestiers espagnols avaient été formés dans les écoles allemandes de Tharandt et Eberswalde (Allemagne), car l’influence de la sylviculture germanique dominait. Ils l’avaient été aussi à Nancy, en France et à Vallombrosa, en Italie. Ils connaissaient particulièrement les travaux de l’Italien Piccioli et avaient adapté certaines de ses propositions aux montagnes ibériques. Ils témoignaient également beaucoup d’estime au prestigieux Demontzey, qu’ils appelaient insigne, et les responsables du reboisement des zones dunaires ne méconnaissaient pas les travaux initiés un siècle auparavant par le célèbre Brémontier dans l’étendue des Landes.

7Leur but principal était de montrer le rôle crucial que le reboisement des espaces forestiers aurait dans la lutte contre l’érosion, en protégeant la vie et les fermes des familles rurales, en évitant la reprise d’avalanches catastrophiques, en assurant un climat plus tempéré ainsi que la salubrité des eaux. Pour cela, ils employèrent des espèces qui existaient déjà dans ces zones, évitant de trop introduire d’exotiques dans ces milieux montagnards, et en utilisant selon les cas la méthode des semis ou des potets.

8Entre 1877 et 1895, 8 546 hectares ont été reboisés. 6 251 par plantation, 2 295 par semailles, 15 pépinières furent installées dans 9 provinces. Ces chiffres sont modestes, mais nous devons tenir compte du fait que c’était la première fois que l’État lançait un programme de reboisement. Les tableaux suivants montrent la géographie des travaux de reboisement et leur tendance à privilégier les zones présentant les plus graves problèmes d’érosion, c’est-à-dire, les grandes vallées intérieures et le littoral levantin.

Tableau no 1. Surfaces reboisées dans la période 1877-1895

PROVINCE

SURFACE

ESPÈCES

Cadiz

4,00 ha

Eucaliptus globulus

Logrono

4,00 ha

Quercus pyrenaica

Madrid

232,00 ha

Pinus silvestris

Murcia

1618,19 ha

Pinus halepensis, pinus pinaster

Oviedo

221,75 ha

Quercus, fagus, acer, castanea

Zaragoza

197,20 ha

Pinus halepensis, quercus pyrenaica

Source : Estadîstica, 1896.

Tableau no 2. Superficie ensemencées dans la période 1877-1895

PROVINCE

SURFACE

ESPÈCES

Alicante

490 ha

Pinus halepensis

Ávila

768 ha

Pinus pinaster

Barcelona

21 ha

Pinus pinaster

Burgos

70 ha

Quercus coccifera

Cáceres

67 ha

Quercus suber

Cadiz

529 ha

Pinus halepensis, pinus pinaster

Canarias

100 ha

Pinus canariensis

Castellón

33 ha

Pinus pinaster, quercus pyrenaica

Guadalajara

30 ha

Pinus pinaster, quercus pyrenaica

Guipüzcoa

30,31 ha

Quercus robur, fagus sylvatica

Logrono

83,25 ha

Quercus pyrenaica, fagus sylvatica

Madrid

131 ha

Quercus pyrenaica

Malaga

400,50 ha

Pinus halepensis

Murcia

538,83 ha

Pinus halepensis

Segovia

246 ha

Pinus, quercus pyrenaica

Sevilla

375 ha

Pinus, quercus ilex

Tarragona

25 ha

Pinus pinaster

Toledo

401 ha

Pinus pinea

Valencia

334,50 ha

Pinus pinaster, pinus halepensis

Valladolid

418,06 ha

Pinus pinea

Zamora

10 ha

Quercus pyrenaica, quercus robur

Zaragoza

750,30 ha

Pinus pinaster, quercus pyrenaica

Source : Estadîstica, 1896.

9Comme nous pourrons le constater, la méthode du semis fut majoritaire en raison sans doute de sa meilleure adaptation et de son coût plus faible puisqu’elle économisait l’emploi de pépinières. Cependant, le taux de réussite des reboisements fut semblable pour les deux procédures.

II. Un nouvel élan au début du siècle, 1900-1936

10Le 7 juillet 1901, un pas de plus fut accompli avec l’organisation du Service hydrologique forestier, chargé de l’extinction des torrents, de la restauration des forêts et du reboisement des dunes. Ce nouvel élan permit d’effectuer la reconnaissance de 39 vallées fluviales et de trois zones de dunes littorales. Les nouveaux périmètres couvraient 455 841 hectares. Il est difficile de savoir ce que fut la quantité reboisée car il n’existe pas de statistique générale reprenant de manière systématique les plantations réalisées par année. De cette manière, compte-tenu des caractères de cet article, nous ne pouvons pas détailler les sources très diverses qui n’apportent pas toujours des données quantitatives. Cependant, grâce aux rapports partiels rédigés par les forestiers responsables de chaque bassin hydrographique, nous savons que les travaux ont avancé à un rythme soutenu jusqu’à la décennie de 1930. Il faudrait y ajouter les travaux réalisés par les services forestiers et les confédérations hydrographiques ainsi que les reboisements effectués par les services forestiers provinciaux. Grâce au rapport volumineux dû à Ricardo Codorniu, l’un des ingénieurs les plus remarquables en matière de reboisement, nous avons pu dresser ce tableau où figurent les travaux réalisés entre 1902 et 1912 traitant de la restauration de vallées et de l’aménagement de torrents qui affectaient les principaux bassins espagnols.

Tableau no 3. Reboisements hydrologico-forestiers effectués entre 1902 et 1912

DÉBUT

RIVIÈRE

BASSIN

SURFACE

ESPÈCES

1908

Oja

Ebro

481 ha

P. pinaster, silvestris, fagus

1908

Iregua

Ebro

400 ha

P. pinaster, q. pyrenaica

1902

Gállego

Ebro

532 ha

Coníferas y frondosas

1907

Aragón

Ebro

185 ha

Coníferas

1907

Jalón

Ebro

371 ha

Pinus pinaster

1904

Segre

Ebro

111 ha

Coníferas

1903

Francolí

Ebro

418 ha

Quercus ilex, ulmus, fraxinus

1892

Regajillo

Júcar

2 370,88 ha

Pinus pinaster

1903

Albaida

Júcar

2.416 ha

Pinus

1904

Ricote

Segura

223 ha

Pinus halepensis

1902

Vélez Blanco

Segura

1 835 ha

Pinus halepensis

1902

Lorca

Guadalentín

358 ha

Pinus halepensis

1891

S. España

Guadalentín

4 522 ha

Pinus halepensis

1905

Ragol

Andarax

310 ha

Pinus halepensis

1902

Soportújar

Guadalfeo

-

P. pinaster, quercus pyr.

1904

Lozoya

Tajo

750 ha

P. pinaster, silvestris, populus

1902

Dunas

Golfo Rosas

370 ha

Psamma arenaria, P. pinea

1900

Dunas

Guardamar

846 ha

Psamma arenaria, P. pinea

1905

Dunas

Santa María

120 ha

Psamma arenaria, P. pinea

Source : Codorniu, 1913.

11Dans tous ces lieux, soit sur 16 618 hectares, des travaux de correction de torrents (digues), de création de défenses (palissades, murs), des programmes de gazonnement furent conduits. Parmi eux, citons le travail réalisé pour protéger la gare internationale de Los Aranones, à Canfranc (Huesca), qui était menacée par quatre torrents dangereux. C’est aux alentours du tunnel du Somport que débutèrent les opérations visant à garantir le fonctionnement et la sécurité du chemin de fer qui reliait Jaca (Espagne) à Oloron (France), opérations couronnées de succès.

12Notons que nous ne pouvons pas encore présenter des statistiques fiables quant aux reboisements effectués entre 1900 et 1936. Cependant, les données fournies, à manipuler avec prudence, permettent une approche par défaut qui indiquent les grandes tendances. Il semble certain que la croissance fut lente mais soutenue en ce qui concerne l’administration. Pour le démontrer, nous disposons des chiffres sur les reboisements accomplis par les pouvoirs publics (Districts forestiers et Divisions hydrologiques et forestières) entre 1921 et 1933.

13Le total des surfaces reboisées durant ces 12 années a atteint 105 247,17 hectares, ce qui équivaut à une moyenne de 8 770,50 hectares par an. On peut en conclure que l’effort le plus important vint des milieux où le reboisement avait une finalité hydrologique et protectrice de l’environnement. La Première Guerre mondiale influa sur la politique forestière. Pendant cette période, l’Espagne ne pouvait importer les bois qui compensaient son traditionnel déficit en produits forestiers, du fait de l’interruption des filières de ravitaillement à partir de la Suède, de la France ou des pays de la Baltique. Du coup, les nouvelles orientations de la politique économique soulignaient la nécessité d’un auto-approvisionnement dont le bois faisait partie. En effet, il servait dans les mines de charbon, la construction civile et militaire, l’élaboration du papier, l’obtention des résines ou la fabrication de caisses dans lesquelles s’exportait une grande partie des produits horticoles (oranges, grappes de raisin...). Le manque de bois durant le conflit, et les nouvelles tendances de la politique économique internationale (nationalisme économique, autarcie en ce qui concerne les matières premières) ont encouragé les reboisements publics et privés, surtout dans les régions aptes à la l’installation d’espèces à croissance rapide (la Corniche cantabrique ou l’Espagne humide). En plus de contribuer à la fixation du sol et à la lutte contre l’érosion, le reboisement assurait l’indépendance dans le secteur des produits forestiers, ce qui devint un objectif prioritaire sous la dictature de Primo de Rivera (1923-1930). Cependant, le poids du nationalisme économique comme déterminant de la politique forestière marque les projets des autres pays, même ceux qui avaient une tradition libre-échangiste, en témoignent les critères et les objectifs définis par les techniciens et les politiciens anglais, lors du vote du Plan Acland (James, 1990). Dans maints cas, le nationalisme économique et l’interventionnisme étatique furent poussés très loin, aboutissant à des projets clairement autarciques, comme en Italie (Agnoletti, 1998). Tous ont largement conditionné la politique forestière mise en œuvre dans les débuts de la dictature franquiste.

Tableau no 4. Reboisements réalisés par l’administration forestière centrale, 1921-1933

ANNÉE FORESTIÈRE

DISTRITOS FORESTALES

DIVISIONES HIDROLÓGICAS

TOTAL

1921-1922

3.694,23 ha

3.127,55 ha

6.821,78 ha

1922-1923

7.267,43 ha

2.831,98 ha

10.099,41 ha

1923-1924

3.073,95 ha

6.149,28 ha

9.223,23 ha

1924-1925

5.409,89 ha

9.284,24 ha

14.694,13 ha

1925-1926

-

-

5.764,25 ha

1926-1927

-

-

8.075,83 ha

1927-1928

2.537,80 ha

8.570,70 ha

11.108,50 ha

1928-1929

2.407,86 ha

6.098,56 ha

8.506,42 ha

1929-1930

9.487,43 ha

4.588,71 ha

14.706,14 ha

1930-1931

2.281,90 ha

3.116,50 ha

5.398,40 ha

1931-1932

2.545,73 ha

3.037,91 ha

5.583,64 ha

1932-1933

2.474,78 ha

3.420,66 ha

5.895,44 ha

Source : Estadística General de la Producción de los Montes Públicos, 1921-1933.

14En fait, à cette époque, divers projets de reboisement à finalité essentiellement productive furent conçus et menés à bien par d’autres institutions publiques. C’est pourquoi aux chiffres de reboisement antérieurs, il faut ajouter ceux des hectares plantés par les Services forestiers des Députations provinciales et les Confédérations hydrographiques, dans le cadre du Plan général de reboisement Forestier arrêté le 26 juillet 1926. Dans les décrets d’exécution de ce Plan, pris le 24 mai 1927, on remarque la nécessité d’augmenter l’ampleur du reboisement, en plantant, là où cela est possible, des arbres à croissance rapide afin d’accroître rapidement la production forestière. De même, on prévoyait la création d’une pépinière centrale dans les provinces qui en manquaient. En accord avec cette législation, des plans de reboisement sont fixés pour les provinces de La Corogne, Lugo, Pontevedra, Orense, Oviedo, de Biscaye, de Madrid, de Logrono et la région des Hurdes (Garcia Escudero, 1948). À moyen terme, on envisage le reboisement de 35 000 hectares environ dans chaque province, mais les résultats furent limités, en raison surtout de problèmes budgétaires.

15Dans d’autres cas, le reboisement eut une double mission : protectrice et productive. Cet objectif caractérisa, par exemple l’Association hydrographique du Douro, bassin où, de 1928 à 1931, plus de 1 300 hectares furent reboisés avec des espèces à croissance rapide, afin de défendre les rives du fleuve, de dégager des profits avec le bois produit et d’aider à nationaliser de la cellulose (Association, 1932).

16Finalement, à mesure qu’avancent les études, nous voyons que, du début du siècle à 1936, un élan croissant fut donné à la planification et au développement de l’activité forestière, non seulement dans ses aspects législatifs (lois de reboisement, d’aménagement, et de protection), de propagande (Fête de l’Arbre) et de vulgarisation (édition de livres et de revues à thématique forestière), mais aussi et surtout dans la pratique (périmètres de reboisement, création de pépinières). En conclusion, ce qui a été fait dans le premier tiers du xxe siècle eut une forte influence sur les activités postérieures à la guerre civile.

III. Le reboisement à l’époque du franquisme (1939-1975)

17Au sein des activités de l’administration des eaux et forêts, le processus de reboisement entamé après 1939 est essentiel. Son envergure et son impact sur l’évolution de nos forêts furent si grands que cela occulta d’autres aspects de cette politique forestière. Il reste un sujet de controverses, discuté entre les spécialistes qui l’abordèrent dans des optiques différentes. En ce sens, certaines recherches détaillées qui clarifient le débat méritent attention.

Les premiers pas

18Les premières propositions sous la dictature de Franco vont dans le sens d’une campagne de reboisement fondée sur le travail volontaire et la prestation personnelle. La politique forestière est considérée comme une politique de plantation : on espère que cette mobilisation de masse, comme en Italie ou en Allemagne, aboutira vite. Les premières actions legislatives et pratiques sont en accord. C’est ainsi qu’à la fin de 1938, un ordre ministériel, reposant sur une circulaire du secrétariat général de fet donne les normes aux secteurs forestiers qui devront participer à la direction et à l’organisation des travaux à réaliser sous le commandement du « Servicio Obligatorio del Trabajo » (Service obligatoire du travail), créé à l’initiative d’Agustín Aznar, un des activistes les plus importants de la Phalange. C’est cette année-là que débutent les travaux du service obligatoire, travaux interrompus l’année suivante faute de plants, étant donné qu’il existait très peu de serres en production. Ce fait traduit la médiocrité de l’organisation et l’absence de direction et de planification. Il en alla de même pour les campagnes de plantation commencées par le « Frente de Juventudes » (Front des Jeunesses). On peut donc dire tant au niveau pratique que quantitatif, que l’échec fut complet. Malgré tout, lors du IIe Conseil de la « Falange » qui eut lieu en 1941 en présence d’illustres ingénieurs des Eaux et Forêts (Octavio Elorrieta et Joaqufn Ximénez de Embún), la mobilisation massive de la population était toujours jugée comme le moyen le plus efficace de conduire le reboisement à grande échelle.

L’organisation de l’Administration des Eaux et Forêts

19Quand cette méthode fut écartée, l’administration des Eaux et Forêts reçut une nouvelle structure où le rôle de chaque élément fut défini. Ce fut « El Patrimonio Forestal del Estado » (pfe), organisme autonome fondé à nouveau en 1941 et organisé en Brigades, et la Direction Générale des « Montes, Caza et Pesca fluvial » (dgm) (Forêts, Chasse et Pêche fluviale). Le Conseil supérieur des Forêts était l’organe consultatif et d’inspection.

20Dans cet organigramme, les travaux de reboisement furent confiés aux brigades du pfe et à la dgm, celle-ci les recevant à travers les Secteurs Eaux et Forêts et les Divisions hydrologiques, quoique le type d’action attribué à chacune de ces institutions fut bien différent. Cette différenciation fut établie par le directeur général des Eaux et Forêts, dans un texte intitulé Exposition synthétique du problème forestier en Espagne, paru en mars 1942. « Ce travail de conservation, d’amélioration et d’exploitation des forêts existantes est un travail qui correspond directement à la Direction générale de "Montes, Caza y Pesca". » Il signalait aussi que les plantations de production « constituent l’essentiel de sa raison d’être (du PFE) et il répartit son action sur le plus grand nombre de centres à moins qu’il s’agisse de grandes, voire d’énormes surfaces continues sur des milliers d’hectares d’extension, à partir de la limite inférieure de 500 hectares ». Par ailleurs, en 1952, les divisions dépendent du PFE, ce qui augmente son pouvoir et son champ d’action. Autrement dit, le PFE reçoit le monopole du reboisement. Il effectua plus de 86 % des plantations conduites entre 1940 et 1971.

L’organisme autonome PFE

21Le PFE cherche une forte augmentation de la production qui permettrait d’atteindre l’autarcie forestière convoitée. Cette idée reflète l’influence fasciste italienne à travers l’œuvre de l’ingénieur Aldo Pavari, théoricien de la sylviculture autarcique tendant à nationaliser l’économie et remplacer les importations omniprésentes dans l’Espagne des années Trente. Dans une note interne, le Directeur général des Eaux et Forêts était clair : il s’agit d’« obtenir d’abord l’autarcie nationale et ensuite d’exporter ».

22Pour réaliser ces vastes reboisements, l’administration des Eaux et Forêts est confrontée à un obstacle important au plan structurel : le faible nombre et la faible surface des forêts domaniales. La solution est d’en récupérer par voie contractuelle, système instauré en 1926, fruit de l’application de la Loi sur le Reboisement prise le 26 juillet de la même année. Elle permet une association par contrat, similaire à celui existant en Italie depuis 1923, et liant l’administration centrale, les conseils généraux et les municipalités. Il est indirect s’il inclut les trois organismes, et direct s’il exclut les Conseils généraux. La distribution des bénéfices était de Tordre de 25 à 35 % pour chacun ou du 30-40 et 60-70 % entre partenaires. Les associations de 1940 incorporèrent certaines modifications par rapport à celles de 1926 afin d’établir un accord sans limite de temps, si bien que la Forêt domaniale (Patrimonio) devenait propriétaire de l’espace boisé créé et n’avait pas à apporter une certaine part de fonds. Dans les associations de 1926, l’État fournissait la moitié du capital nécessaire, une moitié Tétant sous forme de prêt, l’autre Tétant à fonds perdus. Il n’était pas propriétaire de l’espace reboisé et ne touchait aucun profit né du reboisement. L’accord était limité à 10 années et devait respecter minutieusement le plan approuvé. Ce système était donc plus avantageux pour les Conseils généraux et les Municipalités, ce que relevait déjà le Conseil général de Pontevedra en 1943.

23Les premières associations furent établies avec les conseils généraux galiciens dès la fin de l’année 1940, ensuite avec ceux de Santander, Oviedo, Madrid ; en 1945, avec celui de Saragosse et en 1950 avec celui de Huesca. Presque tous furent publiés sous forme de brochure. On établit par là même des contrats avec des centaines de municipalités. Le mouvement à partir de 1952 concerna également des particuliers. Toutefois, la signature de l’association n’impliquait pas toujours le démarrage de la plantation car d’autres variables intervenaient. Par exemple, les résultats obtenus lors de plantations antérieures. À Alcubierre, au sud de Huesca, l’échec fut complet et explique l’absence d’associations par la suite, la réussite étant trop hasardeuse pour justifier l’investissement. D’autres motifs tenaient à l’aptitude du sol, la disponibilité du budget, l’attitude des habitants, etc.

24À travers ces nouveaux accords, la pfe parvint à concentrer l’offre en bois. Cette formule lui permit d’obtenir avec une dépense équivalente une plus grande efficacité puisqu’il n’était pas nécessaire d’acheter la propriété. Voici les mots d’un conseiller du secteur : « Il est de bon sens de croire qu’outre le fait d’obtenir la propriété du sol à boiser, il faut s’assurer d’en donner l’usage opportun. » En d’autres termes, l’espace boisé était intéressant ainsi que son industrialisation future. Cela reflétait la position adoptée par le Conseil de la Forêt domaniale le 10 décembre 1939. Les associations étaient en principe volontaires. Toutefois, des contraintes administratives jouèrent souvent. Si l’association ne pouvait avoir lieu en raison de l’opposition des habitants, on employait le classement de la zone comme périmètre de reboisement obligatoire.

25Une des caractéristiques de la politique des Eaux et Forêts au temps du franquisme fut d’être systématique et homogène. En effet, elle passait outre aux particularités des Régions. Elle était inflexible et impérative. L’action du pouvoir dictatorial usa, si besoin était, des moyens les plus expéditifs pour briser une opposition paysanne fréquente et parfois bien organisée.

Le temps, l’espace et les hectares

26La période étudiée l’est dans son ensemble ou bien en deux étapes, avant et après le Plan de Stabilisation de 1959. Toutefois, l’évolution quantitative du reboisement montre qu’il y eut au moins trois phases. Il est intéressant de noter, comme l’ont montré les travaux d’Helen Groome et de Gómez Mendoza, que le Plan de reboisement de 1938, élaboré par Ximénez de Embún et Luis Ceballos, n’a jamais été appliqué, ni même tenté, malgré sa haute valeur technique. 11 suffit de rappeler les mots de Ximénez de Embün : « notre Plan dédaigné ». On a cependant accepté l’adaptation de ce projet réalisée par Villanueva y Esteva, adaptation d’ordre quantitatif. Ce Plan de Ximénez de Embün y Ceballos, édité très récemment, mérite une attention particulière. Il constitue en effet le premier plan qui ait été conçu au niveau de l’État. Il fut élaboré par deux ingénieurs qui possédaient une grande compétence technique, une conception intégrale de la forêt et une perception claire des différences existant entre les diverses zones, d’où leur souci de ne pas appliquer des mesures uniformes à des espaces hétérogènes.

27La première étape va de 1940 à 1951. C’est en 1941 que démarre le reboisement des provinces cantabro-atlantiques, avec une moyenne annuelle de 34 000 hectares. 407 515 hectares furent boisés en onze ans, soit près de 15 % du total. Cette période donne priorité aux plantations de production. Les plantations effectuées dans les 9 provinces de l’arc atlantique (soit 8 à 11 % du territoire national) représentent 41 % de l’ensemble réalisé dans ces années-là. Comme nous l’avons dit, dans ces provinces, on utilisa des espèces à croissance rapide. En fait, les contrats d’associations en Galice, dans les Asturies et le Pays Basque contiennent une clause selon laquelle le pinus insignis est dans la mesure du possible employé. Dans le cas de Huelva et de Santander, c’est l’eucalyptus (globulus ou rostrata) qui prédomine.

28La deuxième étape va de 1952 à 1963. C’est ce que nous pourrions appelé le grand saut : un million d’hectares reboisés et une moyenne annuelle de reboisement supérieur à 107 000 hectares, ce qui fait 46 % du total. Dans cette période, les plantations s’étendent à toutes les provinces et les travaux en forêts privées deviennent plus courants.

29La dernière étape va de 1964, quand le Gouvernement du Premier Plan de développement entre en fonction, à 1975, la fin du Régime. La moyenne annuelle de reboisement tourne autour du million d’hectares, soit 39 % du total.

Tableau no 5. Évolution des reboisements, 1940-1975

PÉRIODE

SUPERFICIE BOISÉE

POURCENTAGE

1940-1951

407 515 ha

15 %

1952-1963

1 293 716 ha

46 %

1964-1975

1 091 197 ha

39 %

TOTAL

2 792 428 ha

100 %

Source : Estadística Forestal de España, 1940-1975.

30Revenons à la deuxième étape. Comment expliquer l’intensification du reboisement ? À quoi est-elle due puisque 117 000 hectares étaient reboisés annuellement ? Il semble que l’explication réside dans le bilan forestier. En définitive, les chiffres mettent en relief l’incohérence de la politique économique et forestière du franquisme, tout au moins celle qui fut pratiquée lors des deux premières décennies. Ceci amène à conclure que ce qui devait être la plus grande période de reboisement fut en fait le temps d’une diminution des zones boisées, en d’autres termes, celui de l’appauvrissement des couverts forestiers. Pourquoi un tel paradoxe ? Comme chacun sait, la production des forêts espagnoles ne suffit pas à l’approvisionnement national. Il faut donc faire appel à l’importation de bois de qualités diverses. Ainsi, durant la période 1930-1935, les importations de bois avoisinèrent les 700 000 m3 par an. À partir de 1939, lorsque l’objectif autarcique fut théorisé et assumé, les importations furent supprimées et tout le bois nécessaire extrait de nos forêts, ce qui entraîna leur amoindrissement en particulier dans les propriétés privées qui compensèrent le déficit annuel. En 1942, d’après un rapport à caractère interne dû à la Direction générale des Eaux et Forêts, ces forêts se trouvaient « littéralement saignées », puisque la possibilité annuelle était de 1 300 000 m3 alors que la consommation atteignait 3 700 000 m3 ! Cela engendrait une ponction annuelle de 2 400 000 m3, c’est-à-dire l’équivalent d’une coupe de 175 000 ha par an. Le rapport de la dgm de 1947 traçait le Plan triennal des travaux et estimait le déficit annuel de bois à 425 000 m3. Comme la moyenne des plantations annuelles ne dépassait pas durant ces années-là 34 000 ha, la situation empirait. Tandis que le processus menant à l’autarcie, selon les mots d’un publiciste, était « impétueux », la décapitalisation de la forêt ne Tétait pas moins !

31Au début des années 1950, lorsque Cavestany devient ministre de l’Agriculture, la situation est très difficile. Ce ministre élabora immédiatement un rapport sur les forêts et leur production qu’il envoya au ministre secrétaire général du Mouvement en 1952. Il y mettait les choses au net et indique que les mines de charbon pouvaient de bois de mine à brève échéance, situation qui pouvait atteindre d’autres industries, puisque la consommation de bois était sur une pente ascendante. Il affirmait que le prélèvement annuel dépassait la possibilité de 630 000 m3, ce qui signifiait que la réduction du capital bois avait été de 6 500 000 m3 dans les dix années antérieures. La diminution touchait non seulement les forêts particulières mais aussi les forêts du pfe : cela tenait aux coupes supplémentaires pour le réseau ferroviaire espagnol (renfe) qui avaient atteint 377 448 m3 , c’est-à-dire quasiment 40 000 m3 annuels au-dessus de la possibilité.

32Pour surmonter cette situation, le ministre proposa, outre l’augmentation des importations, le reboisement de 1 000 000 ha en dix ans. La mise en place de ce plan, Plan général de politique des eaux et forêts, justifie la reprise soudaine des reboisements à partir de 1952, en particulier durant la période 1952-1961. Il est vrai que le plan fut un succès. Toutefois, en 1962, la décapitalisation n’était pas encore enrayée.

33Le préambule du Plan général de reboisement et des travaux auxiliaires pour la période 1962 à 1965 affirme : « Malgré la campagne de reboisement intense menée, le bilan réel du domaine forestier montre l’existence d’un déséquilibre permanent car l’approvisionnement national en bois oblige à faire des coupes dans les forêts privées qui excèdent la croissance annuelle de ces dernières. Étant donné que dans les 20 dernières années, on a coupé dans la totalité des forêts espagnoles un volume de bois supérieur de 16 millions de m3 à leur production idéale... l’estimation de cette réduction inévitable du capital forestier s’élève à quelque 20 000 millions de pesètes », soit beaucoup plus que ce qu’a investi le pfe dans la même période. Vu les circonstances, la seule solution consistait, toujours d’après le Plan, à « la formation de toute urgence de nouvelles masses forestières, essentiellement d’espèces à croissance rapide ». C’est ainsi qu’en prévision d’un besoin urgent de bois, dû à l’apparition de nouveaux centres de consommation, les Plans de développement successifs insistent sur la nécessité d’accroître la production des forêts. La sous-direction des eaux et forêts et la politique forestière jugent indispensable de « s’occuper en priorité des forêts qui, grâce à ces travaux, puissent entrer en production ». En 1966, le Commissariat du Plan de Développement adopte cette même ligne : « En matière d’action forestière, on devra prêter une attention particulière à l’économicité des reboisements et à la conservation des zones reboisées. On devra intensifier les aides à l’initiative privée et aux plantations offrant une croissance accélérée. » Par ailleurs, le pfe a toujours assumé de façon quasi exclusive les travaux de plantation, négligeant les traitements forestiers ultérieurs, le nettoyage et l’éclaircie des peuplements. Une telle action suscita d’importantes discussions entre le csm et le pfe. Le premier estimait que ces travaux étaient essentiels pour préserver les jeunes masses des incendies, des fléaux et des maladies. Cette situation commença néanmoins à évoluer dès la fin des années 1950, lorsque se sont renforcées les actions hydrologico-forestières, de protection du milieu et de lutte contre l’érosion. Finalement, les reboisements réalisés par le pfe et la dgm ont été les suivants :

Tableau no 6. Évolution des reboisements, 1940-1975

ANNÉE

PFE

DGM

TOTAL

1940

792 ha

792 ha

1941

7 486 ha

3 000 ha

10 486 ha

1942

16 718 ha

3 300 ha

20 018 ha

1943

26 342 ha

4 500 ha

30 842 ha

1944

30 714 ha

6 700 ha

37 414 ha

1945

43 683 ha

5 151 ha

48 834 ha

1946

47 852 ha

4 572 ha

52 424 ha

1947

33 551 ha

5 588 ha

39 139 ha

1948

33 373 ha

10 812 ha

44 185 ha

1949

34 140 ha

7 686 ha

41 826 ha

1950

30 061 ha

7 098 ha

37 159 ha

1951

34 763 ha

9 633 ha

44 396 ha

1952

62 066 ha

7 849 ha

69 915 ha

1953

99 835 ha

12 053 ha

111 888 ha

1954

90 425 ha

23 581 ha

114 006 ha

1955

115 118 ha

16 957 ha

132 075 ha

1956

103 305 ha

27 811 ha

131 116 ha

1957

110 820 ha

26 008 ha

136 828 ha

1958

67 537 ha

22 756 ha

90 293 ha

1959

108 239 ha

15 507 ha

123 746 ha

1960

80 226 ha

10 765 ha

90 991 ha

1961

100 212 ha

5 128 ha

105 340 ha

1962

86 385 ha

5 932 ha

92 317 ha

1963

79 047 ha

16 154 ha

95 201 ha

1964

94 204 ha

9 675 ha

103 879 ha

1965

88 811 ha

11 865 ha

100 676 ha

1966

87 098 ha

8 759 ha

95 857 ha

1967

80 656 ha

12 838 ha

93 494 ha

1968

76 273 ha

9 098 ha

85 371 ha

1969

85 578 ha

9 568 ha

95 146 ha

1970

94 037 ha

11 347 ha

105 384 ha

1971

88 316 ha

18 540 ha

106 856 ha

1972

88 351 ha

8 302 ha

96 653 ha

1973

68 179 ha

754 ha

68 933 ha

1974

-

-

90 599 ha

1975

-

-

48.349 ha

TOTAL

2 294 193 ha

359 287 ha

2 792 428 ha

Source : Estadística Forestal de España, 1940-1975.

Les espèces utilisées

34C’est le débat le plus fréquent entre les chercheurs, ce qui oblige à beaucoup de prudence dans les affirmations. Le pfe qui a la mission de créer de grandes masses forestières avait des idées claires sur ce point ou plutôt son secrétaire général les avait, lui qui affirme en 1949 : « Dans la mesure du possible et disposant des terrains nécessaires, le Patrimoine a reboisé avec des espèces à croissance rapide. » Les plantations effectuées dans les provinces cantabro-atlantiques en sont une démonstration. En cas d’impossibilité, on a opté pour les conifères et il faudra examiner pour chaque cas si cela fut la meilleure solution ou si d’autres moyens étaient possibles. En tout cas, il convient d’éviter les généralités parfois inadéquates. Le choix d’une espèce ne peut servir de critère pour définir le caractère qu’a le reboisement quand il existe dans le lieu choisi une possibilité d’utiliser différentes espèces. En d’autres termes, on ne saurait dire que la plantation de pins dans la péninsule a un caractère conservateur par le seul fait que ces pins poussent lentement si, dans cet espace, il n’y a aucune autre espèce à croissance accélérée.

35Quoi qu’il en soit, en 1960, le pfe déclare : « Dans les travaux de reboisement à effectuer l’année prochaine, les reboisements se feront en priorité en peuplier noir et en eucalyptus, après en pin insignis, en pin pinaster et en pinus pinea ; par la suite en pin sylvestre et en mélèze et enfin en pin halepensis. » Et il ne restait plus d’espèces. Dans le cas de la Galice et des régions du Nord, la transformation de l’environnement fut considérable. À la fin du xixe siècle, les surfaces en feuillus étaient majoritaires. Or dès 1975, prédominent les résineux qui ont reboisé aussi terrains nus et taillis peu productifs. L’évolution est donc comparable à celle du Haut Beaujolais et d’autres régions françaises (Corvol, 1987, p. 434).

Tableau no 7. Reboisements par espèce, 1940-1975

ESPÈCE

SUPERFICIE

Pinus sylvestris

480 780 ha

Pinus uncinata

13 085 ha

pinus nigra

325 605 ha

Pinus pinaster

684 042 ha

Pinus radiata

131 788 ha

Pinus pinea

149 064 ha

Pinus halepensis

370 911 ha

Pinus canariensis

22 537 ha

Autres conifères

15 417 ha

Total conifères

2 193 229 ha

Populus

18 102 ha

Eucaliptus

221 127 ha

Autres feuillues

9 158 ha

Total feuillus

248 387 ha

TOTAL

2 441 616 ha

Source : Memoria del Instituto para la Conservation de la Naturaleza, 1975.

Tableau no 8. Reboisements par espèce, 1940-1975

Tableau no 8. Reboisements par espèce, 1940-1975

Source : Memoria del Instituto para la Conservation de la Naturaleza, 1975.

36Dans certaines provinces et régions, on a réalisé des plantations d’autre type : sparte, nopal ou plante à caoutchouc, dans un but industriel. Le sparte fut surtout utilisé dans les forêts du Levant. Les résultats financiers furent décevants, en raison de la régression du sparte à usage industriel. Le cas du nopal tient à la visite du Dictateur dans le sud-est espagnol, à Almería. En fait, l’affaire démontre sa mégalomanie et son ignorance. À partir de là, fut créé le semzase (Service Spécial d’Amélioration des Zones Arides du Sud-Est Espagnol) dont l’objectif était de planter 25 000 ha de nopal, ce que les ingénieurs en Eaux et Forêts estimèrent une folie car le nopal ne pousse que près des maisons. Ce qui est certain, c’est qu’un bon nombre d’associations furent établies et les effets furent aussi désastreux que l’avaient annoncé les spécialistes : non seulement il n’eut pas de bénéfices mais, aussi invraisemblable que cela paraisse, les propriétaires s’endettèrent auprès du pfe. Devant cette situation, en 1956, le pfe dut proposer la dissolution du semzase. Ce fut une expérience fort désagréable pour les propriétaires qui refusèrent net l’idée du pfe qui proposait l’association des terres en vue d’y mettre des plantes à caoutchouc.

37Reste à savoir s’il y a eu introduction d’exotiques et dans ce cas, si cela s’est fait par « enresinement ». Car, à un certain niveau de la recherche, il n’est pas très utile de constater, par exemple, qu’à Almería comme à Guipuzcoa, seuls des conifères ont été employés. En fait, ce qui est intéressant c’est de savoir qu’à Almería, on les a installés sur des terrains nus, alors qu’à Guipuzcoa, ils le furent aux dépens des feuillus.

Les dividendes de la « croisade forestière »

38Une question importante porte sur l’existence de bénéfices, leur type et leur attribution. Nous possédons très peu d’informations à ce sujet bien qu’il semble logique de ne pas se limiter aux bénéfices directs comme, par exemple, ceux que procurent la vente des bois obtenus qui intéressaient surtout les conseils généraux. En fait, certains participants des associations recherchaient un autre genre de bénéfices qui n’était pas moins important que ceux cités. Par exemple, l’administration centrale a mené à la fois « l’assainissement » de la propriété et le contrôle sur des espaces forestiers qui, jusque-là, lui échappaient. Les municipalités en firent de même. Elles établirent des associations pour éviter l’impôt foncier ou pour expulser des « fermiers ou des colons gênants ». Le résultat ne fut pas toujours probant. Les plus lésées furent les communautés paysannes qui perdirent les diverses utilisations de ces espaces par limitation ou interdiction des pacages et des pâturages, ou des droits de passage et d’eaux, etc. Dans certains cas, par exemple au Nord-Est, l’association expropria sans indemnités et au moyen de violences des propriétés appartenant aux communautés vicinales. Les conséquences économiques et sociales furent très graves et, assez souvent, laissèrent des séquelles pénales car les villages refusèrent de se soumettre. En Galice, les manifestations furent très dures, faisant des blessés et des morts à cause de l’affrontements avec la Garde Civile. D’autres régions virent aussi ce type de conflit. Ces faits méritent une étude plus approfondie afin de détruire certains clichés à propos de la passivité rurale, les formes de lutte et d’opposition étant variées, plus ou moins ouvertes et subtiles, etc.

39Par ailleurs, il est fréquent de supposer que l’industrie du bois fut la grande bénéficiaire de cette politique de plantation. Toutefois, j’estime que nous devons en nuancer certains aspects. Dans le cas galicien, j’ai remarqué, à partir de documents d’archives mais aussi à partir de mon expérience personnelle que les grandes entreprises de cellulose et de bois de sciage (Ence, Taglosa, Tafisa, Finsa) en profitèrent, alors que la petite industrie, l’industrie de première transformation et dérivés en souffrirent car la création de masses mono-spécifiques se fit au détriment de la diversité de la végétation, ce qui empêcha les petites entreprises d’élargir leurs activités et ainsi de sortir de la crise.

Bibliographie

Bibliographie

Abelló de la Torre, M.A. Historia y evolución de las repoblaciones forestales en Espana, Madrid, Universidad Complutense, 1988.

Agnoletti, M., Anderson, S. (ed.), Forest History. International Studies on Socioeconomic and Forest Ecosystem Change, Wallingford, CABI International, 2000.

Agnoletti, M. Storia e risorse forestali, Firenze, Accademia Italiana di Scienze Forestali, 2001.

Araque Jiménez, E. Los montes públicos en la Sierra de Segura. Siglos xix - xx , Publicaciones del Institute de Desarrollo Regional, Universidad de Granada, 1990.

Balboa Lôpez, X. 0 monte en Galicia, Vigo, Xerais, 1990.

Bauer Manderscheid, E. Los montes de Espana en la Historia, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1980.

Bohuier, A. La Galice. Essai géographique d’analyse et d’interprétation d’un vieux complexe agraire, La Roche-sur-Yon, 1979, 2 vols.

Corvol, A. L’Homme aux bois. Histoire des relations de l’homme et de la forêt ( xviie- xxe siècle), Paris, Fayard, 1987.

Corvol, A. « Une illusion française : la pénurie des ressources ligneuses, 1814-1914 », dans M. Agnoletti, S. Anderson (ed.), Forest History. International Studies on Socio-economic and Forest Ecosystem Change, Wallingford, CABI International, 2000, p. 127-142.

Garcia Delgado, J.L. «Nacionalismo economico e intervention estatal, 1900-1930», dans Nicolas Sanchez Albornoz (ed.) La modernization econômica de Espana, 1830-1930, Madrid, Alianza Universidad, 1985, p. 176-98.

Garcla Dory, M.A. et al. «Política forestal en Espana. 1940-1985», Quercus, monográfico, 1985.

Gil Sánchez, L., Manuel Valdés, C. (s.d.): La transformation histórica del paisaje forestal en Espana, Madrid, Ministerio de Medio Ambiente.

Gômez Mendoza, J. 1992. Ciencia y política de los montes espanoles (1848-1936), Madrid, Instituto Nacional para la Conservation de la Naturaleza, 1992.

Gômez Mendoza,)., Mata Olmo, R. «Actuaciones forestales públicas desde 1940. Objetivos, criterios y resultados», Agricultura y Sociedad, 65,1992, p. 15-64.

Groome, H.J. Historia de la polftica forestal en el Estado espanol, Madrid, Agencia de Medio Ambiente de la Comunidad de Madrid, 1990.

Grupo De Estudios de historia rural, «Más allá de la propiedad perfecta. El proceso de privatization de los montes pûblicos espanoles (1859-1926)», Noticiario de Historia Agraria, no 8,1994, p. 99-152.

Grupo de estudios de historia rural, Polftica forestal y propiedad de los montes pûblicos espanoles. Una vision de conjunto, 1861-1933, VIII, Simposio de Historia económica, Barcelona, 1996.

James, N.D.G. A History of English Forestry, Oxford, Basil Blackwell, 1990.

Jiménez Blanco, J.I. « Los montes de propiedad pûblica (1833-1936) », dans F. Comín, Martin Acana, éd., Historia de la empresa pûblica en Espana, Madrid, 1991.

Jiménez Blanco, J.I. «Los montes públicos en la Espana Contemporánea: la cara oculta de la propiedad», Noticiario de Historia Agraria, no 2, 1991, p. 27-34.

Larrère, R., Brun, A., Kalaora, B., Nougarede, O., Poupardin, D. « Les reboisements en montagne depuis l’Empire », Actes du Symposium International d’Histoire Forestière, 24-28 septembre 1979, Nancy, École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, 1982, 2 vols.

Mac Cracken, E. « The reafforestation of Ireland since 1700 », Actes du Symposium International d’Histoire Forestière, 24-28 septembre 1979, Nancy, École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, 1982, 2 vols.

Mather, A. (ed.), Afforestation. Policies, Planning and progress, London, 1993.

Rico Boquete, E. Politico forestal e repoboacións en Galicia. 1941-1971, Santiago de Compostela, Universidade de Santiago de Compostela, 1995.

Rico Boquete, E. Montes e industria forestal en la provincia de Pontevedra (1900-1975). Antecedentes y desarrollo de la Empresa Nacional de Celulosas, S.A., Santiago de Compostela, Tórculo Editions, 1999.

Rico Boquete, E. «Política forestal y conflictividad social en el Noroeste de Espana durante el Primer Franquismo, 1939-1959», Historia Social, 38, 2000, p. 117-140.

Sanz Fernández, J. « La historia contemporânea de los montes püblicos espanoles, 1812-1930. Notas y reflexiones (I) », dans R. Garrabou, J. Sanz (éd.) : Historia agraria de la Espana contemporânea. 2. Expansion y crisis (1850-1900), Crítica, 1985, p. 193-228.

Sanz Fernandez, J. « La historia contemporânea de los montes püblicos espanoles, 1812-1930. Notas y reflexiones (II) », dans R. Garrabou, C. Barciela, J.I. Jiménez Blanco (éd.), Historia agraria de la Espana contemporânea. 3. El fin de la agricultura tradicional (1900-1960), Crítica, 1986, p. 142-170.

Tsouvalis, J. ; Watkins, Ch. « Imagining and Creating Forests in Britain, 1890-1939 », dans M. Agnoletti, S. Anderson (éd.), Forest History. International Studies on Socio-economic and Forest Ecosystem Change, Wallingford, CABI International, 2000, p. 371-386.

Torrente, J.P. « The Muniellos Forests (Asturias, Spain) in History », dans M. Agnoletti, S. Anderson, (éd.), Forest History. International Studies on Socioeconomic and Forest Ecosystem Change, Wallingford, CABI International, 2000, p. 119-126.

Vilar, P. Historia de Espana, Barcelona, Crttica, 1986.

Viney, R. « La progression des resineux en Bourgogne depuis la fin du xviiie siècle », Actes du Symposium international d’histoire forestière, 24-28 sep-tembrel979, Nancy, École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, 1982, 2 vols.

Annexes

ANNEXE 1. Espagne. Reboisements dans la période 1940-1975 (Hectares)

ANNEXE 2. Espagne. Reboisements par provinces 1940-1975 (Hectares)

Notes

1 Programme de recherche « La pequena explotaciόn y el desarrollo del capitalismo en el espacio atlântico. Condicionantes tecnolόgicoas, ecolόgicos y sociales », BHA 2002-01304, dirigée par le professeur D. Lourenzo Fernandez Prieto.

Table des illustrations

Légende Source : Estadística Forestal de España, 1940-1975.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tableau no 8. Reboisements par espèce, 1940-1975
Légende Source : Memoria del Instituto para la Conservation de la Naturaleza, 1975.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24921/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende ANNEXE 1. Espagne. Reboisements dans la période 1940-1975 (Hectares)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende ANNEXE 2. Espagne. Reboisements par provinces 1940-1975 (Hectares)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24921/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search