Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

La gestion d’une forêt rhénane

Le Rheinwald sous l’Ancien Régime

Emmanuel Garnier

Texte intégral

1Fruit d’un programme de recherches initié par l’Office national des Forêts et la ville de Strasbourg, le présent exposé étudie la gestion de la Rheinwald aux xviie et xviiie siècles. Ce terme germanique désigne la forêt implantée le long du Rhin inférieur entre Erstein au sud et Offendorf au nord, une région dominée par la cité strasbourgeoise (document no 1). En effet, avant les travaux pharaoniques de rectification du Rhin par Tulla au xixe siècle, la vie de la forêt reste rythmée par le fleuve dont les caprices façonnent sans cesse de nouvelles îles et en engloutissent d’autres, un processus naturel à l’origine de peuplements originaux.

2De nos jours, qu’il soit écologue ou phytosociologue, le naturaliste voit dans la ripisylve rhénane l’archétype des derniers lambeaux forestiers à caractère naturel. Pour lui, la nature connaît bien des cycles longs, pluriséculaires sinon millénaires, mais ceux-ci sont liés presque exclusivement à des évolutions « naturelles » qui perturbent et modèlent les faciès du domaine boisé. Une telle vision est largement fondée et le Rhin, par ses dynamiques à la fois brutales et contradictoires, a incontestablement joué un rôle majeur dans la création de la forêt alluviale. Pour autant, interrompre la réflexion à ce niveau procéderait d’une approche tronquée dans la mesure où elle revient à exclure un paramètre incontournable : l’Homme. Au risque de contrarier l’écologue, l’environnement n’est pas un « monde immobile » sous l’Ancien Régime mais bien un espace mouvant à conquérir, à exploiter, un espace sur lequel l’homme projette ses ambitions.

Document 1 : le champ de l’enquête

3Avec la réunion de la ville au royaume de France, la forêt est placée au centre de nouveaux enjeux qui résultent du contexte géopolitique né de la création de la frontière rhénane. Néanmoins, cette nouvelle donne reste tributaire du fleuve. Malgré tous les efforts faits pour le dompter au cours de la période, le Rhin sauvage continuera encore longtemps à dicter ses conditions aux hommes, mais aussi à la forêt. Cette dernière trouve justement sa raison d’être dans la complémentarité qu’elle entretient avec les eaux. Sans l’arbre, pas de fascines pour maîtriser les eaux furieuses ni de bois de feu ! Dans ces conditions, les forêts alluviales rhénanes offrent à l’historien la particularité d’assumer des vocations diverses et complémentaires : protéger, nourrir et produire.

I. L’annexion française et ses conséquences sylvicoles

Une conquête en deux temps

4Signés en 1648, les traités de Westphalie scellent en grande partie le sort de l’Alsace par la voie de l’annexion opérée au profit du royaume de France. Pour autant, leur teneur demeure ambiguë en raison des termes employés par les diplomates. Ils laissent libre cours à toutes les interprétations, un flou sémantique dont Louis XIV ne manquera pas de profiter à propos de Strasbourg notamment. Sur le plan territorial, la majeure partie de l’Alsace intègre le royaume de France. Sur le plan institutionnel, un fragile équilibre a été trouvé entre l’immédiateté des princes et la souveraineté du roi de France. Cependant une question reste en suspens, celle du sort réservé à la ville de Strasbourg, enclave libre mais essentielle à la défense des marges rhénanes.

5L’occupation de Strasbourg en 1681 résulte moins des clauses des traités successifs signés depuis 1648 que de nécessités stratégiques imposées par les nouveaux rapports de force en Europe. Grâce à l’instauration d’un Conseil souverain en 1657, juridiction pouvant juger souverainement et en dernier ressort toutes les causes civiles et criminelles d’Alsace, le roi, par l’intermédiaire de son intendant, engage la province dans la voie de l’intégration au royaume. C’est à cette même cour que Louis XIV confie la politique des « réunions » destinée à assurer la mainmise française sur l’ensemble de la province.

6L’arrêt de réunion prononcé le 9 août 1680 consacre le rattachement juridique de la cité rhénane à la France. La décision du Conseil souverain d’Alsace n’intervient cependant dans les faits que le 30 septembre 1681, après que les députés strasbourgeois aient soumis une capitulation à Louvois venu assiéger la ville. L’accord conclu est honorable, puisqu’il sauvegarde les privilèges fiscaux et municipaux confirmés par le roi qui fait son entrée solennelle dans la ville le 23 octobre. Il est important de souligner que la promesse du pouvoir royal de respecter les prérogatives du Magistrat strasbourgeois ne sera pas sans conséquences pour la gestion du domaine sylvicole municipal au siècle suivant.

La militarisation de l’espace rhénan

7Avec la signature du traité de Ryswick en 1697, le royaume de France achève sa construction territoriale à l’Est en atteignant la ligne du Rhin. Désormais, c’en est fini de la mosaïque de seigneuries et de villes quasi indépendantes avec lesquelles le monarque devait compter. À l’issue de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, Louis XIV devient le maître incontesté d’un territoire provincial cohérent parce qu’intrinsèquement homogène sur le plan politique et parfaitement délimité par le fleuve. Il répond ainsi aux vœux de Vauban, commissaire général des Fortifications du royaume, pour qui l’imbrication de places amies (Kehl, Brisach) et ennemies sur des frontières aux contours incertains les rend proprement indéfendables.

  • 1 Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (xvie-xixe siècle), Paris, Gallimar (...)

8Prenant appui sur le Rhin, la frontière demeure une création anthropique car constituée d’une ligne de sites fortifiés, un constat qui ne peut que nuancer la notion, véritablement théorisée sous la Révolution par Danton, de frontière « naturelle1 ». Il faut le rappeler, avant l’arrivée des soldats français sur la rive gauche du Rhin, le fleuve n’est pas une ligne de rupture mais un trait d’union entre des populations partageant une culture et une histoire communes. Promu au rang d’enjeu stratégique vital, l’espace rhénan strasbourgeois acquiert une vocation militaire nouvelle qui fait de lui un territoire fortement militarisé. Le thalweg du fleuve, autrement dit son lit mineur, fait maintenant office de démarcation entre les États. Cette nouvelle donne géopolitique explique que la localisation et l’emprise des îles sises à l’Ouest de ce thalweg, devenues « îles royales », fassent l’objet de reconnaissances minutieuses de la part des autorités.

  • 2 Jacques La Grange (de), L’Alsace en 1700. Mémoire de la province d’Alsace, présenté par R. Oberle, (...)

9Dans la pratique, ce choix frontalier repose sur une incertitude de taille : le cours fluctuant du Rhin qui emporte les rivages et se montre infidèle, habitué qu’il est à changer si souvent de « lit ». Dès 1700, l’intendant d’Alsace Jacques de La Grange ne manque pas de remarquer que ces îles sont toutes couvertes de bois susceptibles de participer aux travaux de fortification et à l’endiguement des eaux2. Le xviiie siècle lui donnera raison en faisant de la Rheinwald la pièce maîtresse du dispositif militaire et hydrographique du pouvoir royal dans la région. Pendant ce temps, Louis XIV et ses successeurs, à l’image des empereurs romains, édifient un limes formé d’un réseau de places fortes remaniées ou créées ex nihilo dont les jalons sont Huningue, Neuf-Brisach, Strasbourg et Fort-Louis. Ce réseau de points puissamment fortifiés est complété, dans ses espaces interstitiels, par la mise en place d’un système dense de bastions secondaires qualifiés de « redoutes du Rhin », autant d’ouvrages avancés destinés, sinon à bloquer la progression de l’ennemi, du moins à gêner la création de têtes de pont sur la rive droite du fleuve. Le nouveau statut accordé à Strasbourg par le roi de France, celui de « Ville libre royale », n’est pas dépourvu d’ambiguïté puisque Vauban en personne la qualifie également de « clé de la sécurité du royaume ». De fait, c’est la seconde appellation qui l’emporte, ce qui lui vaut de devenir une forteresse de premier plan. Pour être opérationnelle enfin, la ville place forte doit accueillir une importante garnison dont l’effectif moyen jusqu’en 1789 s’élève à 6 000 hommes. L’installation des militaires dans et à l’extérieur des murs de l’agglomération est un tournant majeur de son histoire. L’impact de la présence militaire sur les milieux naturels rhénans sera tout à la fois durable et multiple sur les plans écologique et social.

10C’est donc avec stupéfaction que les stratèges français voient le prince Charles de Lorraine franchir le fleuve sans obstacle à la tête de 60 000 hommes grâce à une tête de pont créée entre Offendorf et Drusenheim. L’État-Major prend ainsi brutalement conscience de la vulnérabilité de la frontière « naturelle », un constat alarmiste qui motive la construction d’un système de défense renforcé le long du cours du Rhin. Aussi n’est-ce pas surprenant d’observer que la carte établie par le service civil des postes recense tous les ouvrages jalonnant les rives du fleuve entre Strasbourg et Drusenheim. Sur ce tronçon rhénan d’environ 25 km, pas moins de neuf redoutes et autant de « bivach » (bivouacs) sont établis. Bien visibles sur le plan dans la proche banlieue nord-est de Strasbourg (document no 2), les ouvrages placés dans l’intervalle des places contribuent à militariser fortement le Ried, les marais. Devant Strasbourg et face à la grande île du Rhin dont les protections contre les crues sont représentées par des croisillons (no 4), figurent les redoutes de Karpenhütte (no 1) et de Glaserwert (no 2) auxquelles il faut ajouter le « bivach » de Flouth (no 3), en réalité un petit fortin perpétuellement menacé par les caprices du fleuve.

II. Un match serré : la lutte pour le pouvoir

11La consolidation progressive des positions françaises sur le fleuve-frontière s’accompagne d’une nouvelle ère forestière, caractérisée par la mise en place d’une normalisation sylvicole. L’originalité alsacienne réside cependant dans les modalités concrètes d’application de la nouvelle politique en matière d’Eaux et Forêts qui doit ici compter avec les principes juridiques germaniques (document no 3).

Les forestiers hors-jeu

12L’attitude de la monarchie sur la question des forêts alsaciennes reflètera longtemps encore un attentisme certain qui vise à ménager les susceptibilités locales. Le grand bailli français, successeur du Landvogt autrichien, se contente de faire respecter jusqu’aux années 1680 les règlements en vigueur avant 1648, notamment l’ordonnance de l’empereur Ferdinand Ier édictée en 1557. La première tentative de réforme n’intervient qu’en novembre 1661 lorsque Louis XIV décide la création d’une maîtrise (juridiction forestière royale) à Haguenau. Dotée d’un vaste ressort, l’institution est sensée contrôler les Haute et Basse Alsace. Mais le projet avorte en 1663 d’autant que le Conseil souverain d’Alsace, garant des libertés provinciales, refuse obstinément d’enregistrer l’ordonnance des Eaux et Forêts de 1669 dont l’auteur n’est autre que Colbert.

Document no 2 - Le Rhin militarisé

13C’est donc après plusieurs décennies que le pouvoir royal s’engage en Alsace, mais également en Franche-Comté et en Lorraine, autres provinces frontières récemment conquises, dans la voie de la normalisation forestière. Il faut l’édit royal d’août 1694, pris après la réunion de Strasbourg au royaume, pour voir l’instauration de deux maîtrises en Alsace, localisées à Haguenau pour la Basse Alsace et à Ensisheim pour l’Alsace méridionale. La décision royale de 1694 assujettit la province à un régime inconnu sous la forme d’une francisation brutale et totale en matière forestière. Pour la première fois, le principe de territorialisation est battu en brèche par l’absolutisme monarchique qui sonne le glas du système politique impérial fondé sur le respect des entités politiques locales. Rattachées au septième département forestier du royaume, celui du comté de Bourgogne, Bresse, Haute et Basse Alsace, les maîtrises alsaciennes dépendent donc d’une autorité supérieure lointaine puisque son responsable, le grand maître Gallois, réside à Besançon.

14La volonté unificatrice royale ne tarde pas à susciter une résistance énergique dont la principale caractéristique est de transcender, une fois n’est pas coutume, les clivages sociaux provinciaux. Unis dans un même combat, seigneurs et villes mènent la lutte pour les libertés forestières de l’Alsace. Devant cette levée de boucliers imprévue, le roi, confronté aux tensions européennes engendrées par la guerre de succession d’Espagne (1700-1715), prend une décision aussi inattendue que brutale. Par l’arrêt du 29 novembre 1700, le roi très chrétien, prenant acte des « remontrances des Magistrats, bourgmestres et habitants de la province », inverse le processus de centralisation enclenché et soustrait à l’autorité des maîtrises les bois des particuliers et des communautés, donc des villes, tandis que l’administration des Eaux et Forêts est cantonnée aux seules forêts royales d’Haguenau et de la Harth. Le recul royal pèsera lourd : il lègue à l’Alsace pour près d’un siècle un cadre juridique confus en matière forestière, source d’un imbroglio institutionnel souvent inextricable.

Un attaquant de taille : l’intendant

  • 3 Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, manuscrit no 1702, folio 4.

15La place laissée vacante par le retrait de l’administration forestière est progressivement réoccupée par un autre acteur du jeu forestier : l’intendant. Ce dernier prend l’offensive dans les années 1740 en alléguant de l’incapacité du Conseil souverain d’Alsace à freiner les déboisements abusifs et le surpâturage. L’intendant Feydeau de Brou est en pointe dans ce combat, lui qui se sait soutenu par le monarque soucieux de reprendre les rênes du pouvoir sylvicole en Alsace. Le roi a conscience en effet de la nécessité de contrôler le capital ligneux provincial, condition sine qua non à l’entretien du limes rhénan, des digues et des épis du Rhin3.

  • 4 Emmanuel Garnier, Terre de conquêtes. La forêt vosgienne sous l’Ancien Régime, Fayard, 2004, p. 275

16C’est pourquoi il confirme l’ordonnance du 14 mai 1741 qui maintient l’intendant en possession du droit de connaître toutes les affaires ayant trait à l’administration et à la police des forêts, bois et îles des communautés. Devant l’opposition de l’assemblée provinciale, le souverain intervient une nouvelle fois par lettres patentes données le 2 mai 1744 : elles confèrent à son représentant des pouvoirs légaux en matière d’Eaux et Forêts. Rien n’y fait, pas même l’envoi d’un émissaire du Conseil souverain dépêché à Versailles par son président en personne, Monsieur de Klinglin, illustre représentant du patriciat strasbourgeois4.

17Il faudra l’ordonnance de l’intendant de Lucé (1761) pour assister à la mise en place déguisée du modèle colbertien. À l’origine d’une véritable révolution dans l’histoire forestière de la province, ce document crée un corps d’inspecteurs chargés de la régie et de l’administration des forêts. Mais surtout, il introduit en Alsace les principales dispositions de l’ordonnance française de 1669. Il impose en conséquence le régime du taillis sous futaie en divisant les bois en coupes réglées à l’exclusion d’un quart de la surface réservé pour croître en futaie. Tous les détails techniques mentionnés dans le texte font clairement référence au code de 1669, sans le nommer. Le nombre des baliveaux préservés s’élève ainsi à 10 sujets par arpent (article 6), effectif retenu par l’article 10 du Titre XV de l’ordonnance française. De même, il est prévu la désignation d’arbres de lisière et de pieds corniers destinés à délimiter les assiettes exploitées.

Des ailiers : les militaires

18Qu’en est-il alors de la ripisylve rhénane ? C’est à cette même époque, justement, que les autorités commencent à distinguer les « vieilles forêts » implantées sur les terrasses naturelles du Rhin et par conséquent peu remaniées par la dynamique fluviale, des « îles » qui, elles, correspondent aux alluvions et atterrissements déposés, continuellement remodelés par les crues. L’intendant de Vanolles s’inquiète de l’état jugé fort préoccupant des peuplements ligneux des îles. Cette crainte explique probablement sa décision de confier aux autorités militaires les « bois et îles du Rhin », à charge pour elles de les reboiser et de rétablir le long du Rhin une frange arborée capable de faire obstacle à une éventuelle invasion ennemie.

  • 5 Jean-Paul Rieger, « Les forêts alsaciennes sous l’Ancien Régime », Revue d’Alsace, t. 90, 1950, p.  (...)

19C’est dans ce contexte que fut créée l’« inspection générale des îles et redoutes du Rhin », placée sous le commandement du maréchal de Contades, commandant en chef en Alsace5. Quant à la gestion proprement dite des militaires, force est de constater qu’elle se révéla souvent en dessous de tout comme en témoignent les critiques de l’intendant de Blair en 1777. Il trouvait très insuffisant le rôle joué par l’inspecteur général, protégé du maréchal, dans la défense du fleuve. Et pour cause ! Le ministre de la Guerre n’avait jamais reçu de lui le moindre rapport, les plans du cours du Rhin n’étaient plus à jour et une partie des retranchements s’était éboulée, minée par les eaux !

L’équipe adverse : la « République » strasbourgeoise

  • 6 Georges Livet, L’Intendance d’Alsace de la guerre de Trente Ans à la mort de Louis XIV (1634-1715),(...)
  • 7 Arch. com. Strasbourg, AA 11, 13, 14.

20Loin d’être une affirmation gratuite, le terme de « république » est emprunté à l’intendant français de La Grange en personne qui, dans son mémoire de 1697, déclare que « le gouvernement de la ville de Strasbourg tient trop de la République [...] », un état de fait qui lui paraît d’ailleurs tout à fait inadmissible6. Par la capitulation de 1681 qui entérine la réunion de Strasbourg au royaume de France, sont maintenues les libertés de la Stadt grosse Freiheit, tels que les privilèges fondamentaux délivrés par les empereurs du Saint Empire les définissaient7. C’est ainsi que la cité rhénane s’arroge le titre, non moins ronflant, de « ville libre royale », une appellation qui a le double mérite de préserver son ancienne indépendance sans froisser l’orgueil du nouveau maître. En se prétendant ville libre, elle s’affirme responsable de son sort et, à ce titre, ne reconnaît que l’autorité de son Magistrat.

Document no 3 - Les acteurs de l’échiquier rhénan

  • 8 Georges Livet, Francis Rapp, (dir.), Histoire de la ville de Strasbourg des origines à nos jours, t (...)

21Une telle indépendance ne pouvait que contrarier les desseins centralisateurs du monarque. L’offensive louis-quatorzienne débute en mars 1685 par l’installation, au sein du Magistrat, d’un officier nouveau : le prêteur royal. Il faut rappeler en effet que l’intendant, pourtant tout puissant dans la province, n’exerce à Strasbourg qu’un pouvoir indirect en raison de l’existence d’agents particuliers fidèles à la ville. Encore au xviiie siècle, la ville avancera la thèse que les « fonctions de l’intendant ne s’étendent point à la ville libre et royale8 ». En nommant un prêteur royal rattaché au secrétaire d’État à la guerre, et cela en dépit des protestations des élus strasbourgeois, le roi introduit un cheval de Troie au cœur du système politique urbain. Il faut dire que les fonctions qui lui sont attribuées lui donnent une confortable marge de manœuvre puisqu’elles concernent concurremment les rôles de surveillance et de décision. En qualité de représentant de roi, il assiste à toutes les assemblées et conseils qui ont trait aux règlements de police, à l’administration de la justice, ainsi qu’aux revenus et dépenses de la ville. Ces larges prérogatives expliquent qu’aujourd’hui l’essentiel des archives relatives à l’histoire des forêts rhénanes soit contenu dans les fonds du prêteur royal.

22À l’origine incarnation du roi de France à Strasbourg, le prêteur voit son image et son action évoluer pour devenir au xviiie siècle l’homme de la cité : il défend alors systématiquement les intérêts de la communauté urbaine contre les tentatives d’ingérence de l’intendant et au-delà, du souverain. Il faut dire que le passage de la fonction royale dans l’illustre famille Klinglin y contribua largement.

  • 9 Gerhard Wunder, Das Strassburger Gebiet, Berlin, Duneker und Humblot. Ouvrage paru aussi en françai (...)

23Sur le plan territorial, la ville de Strasbourg domine un vaste espace rural acquis par étapes depuis le Moyen Âge. Il se compose des « bailliages » ou seigneuries strasbourgeoises, placées sous la direction d’un bailli nommé directement par la ville9. En matière forestière, la ville de Strasbourg, conformément à son statut de « ville libre royale », exerce son pouvoir forestier en totale indépendance. Bien avant le rattachement à la France, Strasbourg s’est dotée d’un personnel spécialisé pour gérer son environnement naturel. Au xvie siècle, des forestiers (Förster) secondés par des « valets d’enclos » (Haagknechte) veillent à la conservation des forêts strasbourgeoises sans qu’on puisse discerner leurs responsabilités exactes. La faune fait elle aussi l’objet de l’attention soutenue du patriciat en la personne des Jägermeister, les « maîtres-chasseurs » logés aux frais de la ville dans les cens du même nom localisées respectivement au Neuhof (Oberjaegerhof) et à la Robertsau (Unterjaegerhof).

  • 10 Arch. com. Strasbourg, AA 2288.

24Les archives du prêteur royal mentionnent l’existence d’une administration des Eaux et Forêts d’obédience municipale, affranchie de l’autorité royale. En 1766, le baron de Haack est reçu au service de la ville en qualité d’« inspecteur des forêts », autrement dit de haut responsable des affaires forestières10. La lettre de nomination précise qu’il « suivra strictement et à la lettre les instructions que le Magistrat fera dresser », de même qu’il devra rendre compte aux directeurs de chaque bailliage de sa gestion afin qu’ils puissent en informer le prêteur royal et les élus. La liberté laissée à l’inspecteur est mince : elle démontre le souci du Magistrat de conserver la haute main sur ce capital qu’est la forêt. Haack est recruté en raison de son expérience sylvicole. Un mémoire de l’époque lui prête même « une science bien plus rare et profitable : celle de l’oeconomie forestale » ! Mais surtout, l’homme, qui a exercé les fonctions de « grand maître des eaux et forêts » dans plusieurs États princiers de l’Empire, est réputé disposer d’un réseau de correspondances outre-rhénanes susceptible de lui procurer des semences pour assurer la pérennité des forêts strasbourgeoises. Et pour couronner le tout, Haack est sur le point de publier un livre de référence sur la sylviculture, qualifié de « grand et superbe ouvrage ». Au vu de ces précisions, le modèle sylvicole allemand demeure bien une référence obligée pour les élus alsaciens.

Quelle sylviculture royale ?

  • 11 Arch. dép. Bas-Rhin, C 141.
  • 12 Arch. dép. Bas-Rhin, 32 J1.
  • 13 Arch. com. Munster, DD 19.

25Bien que l’ordonnance de 1669 ne soit pas en vigueur dans la province, l’intendant ne renonce pas à son droit de regard sur les forêts rhénanes. Sensible au recul de l’arbre, le texte de 1749 indique « que plusieurs îles situées en-deçà du Fleuve sont entièrement découvertes, ruinées et dégradées par les fréquentes coupes qui y sont faites, ce qui est contraire au bien de l’État et à celui du public, et étant nécessaire d’y pourvoir11 ». En conséquence, il prohibe toutes les coupes réalisées dans les îles du Rhin sans permission ainsi que le pâturage. De même, il interdit l’exploitation des ormes, réservés au service du roi (artillerie). Toutes ces prescriptions sont confiées pour leur l’application aux inspecteurs des redoutes. Comme le montre bien les ordonnances de l’intendant, les décisions visaient principalement les domaines suivants12 : soumission des coupes à l’autorisation de l’intendant ; limitation du pacage et interdiction stricte de la vaine pâture dans les recrus de coupes pendant trois années ; protection des ormes ; interdiction des défrichements. Remarquons que ces mesures ne préconisent en aucun cas une quelconque sylviculture. Il faut se tourner vers l’ordonnance de 1772 pour qu’un article enjoigne aux inspecteurs militaires de se conformer « ponctuellement » aux dispositions sylvicoles contenues dans ce texte, qui généralisent en plaine les coupes réglées, ainsi que l’établissement d’un quart de réserve13.

26Avec l’annexion par la France de l’Alsace et de Strasbourg dans le courant du xviie siècle, la cité rhénane s’impose rapidement aux yeux du roi et de ses stratèges comme la « clef de la sécurité du royaume ». Cet impératif géopolitique nouveau entraîne de profondes mutations pour le milieu naturel, jusque-là considéré comme un trait d’union entre les deux rives et non comme une ligne de fracture. Après des siècles de relative immobilité spatiale - exception faite des fluctuations du Rhin –, le ried voit son visage évoluer sensiblement sous l’effet d’une emprise militaire toujours plus forte, inscrite dans le paysage sous la forme de forts et redoutes. Ces mutations paysagères majeures, décrites dans les sources, n’ont pas échappé aux cartographes militaires ou civils qui ont pris soin de ne pas dissocier sur leurs cartes les ouvrages de défense de leur milieu naturel. Paradoxe historique d’importance, la monarchie ne l’emporte pourtant pas en matière sylvicole puisqu’après avoir vainement tenté à plusieurs reprises d’aligner l’Alsace sur le reste du royaume, elle abandonne ses projets centralisateurs. Le recul royal consacre une nouvelle fois l’indépendance de la ville de Strasbourg, autorisée à gérer en toute liberté ses forêts par l’intermédiaire d’une administration autonome.

III. La forêt et les hommes

27Indissociable du fleuve, l’arbre contribue à fournir aux hommes les matériaux nécessaires à la lutte contre les eaux dévastatrices au point de donner naissance à une gestion sylvicole originale, entièrement orientée par la politique d’endiguement du Rhin. Il participe aussi pour une part majeure à l’extraordinaire succès commercial de l’axe rhénan en animant des échanges à long rayon d’action.

L’arbre au service du roi

Une « économie de la fascine »

  • 14 Éric Durand, Dossier scientifique en vue de la création de la Réserve Naturelle Volontaire Agréée d (...)

28Indispensable à la protection des villages et des ouvrages militaires situés sur les rives du Rhin, le bois est promu au rang de matériau vital sous la forme de produits normalisés par les Ponts et Chaussées et l’inspection des redoutes. Ce souci de protection à vocation stratégique donne naissance à une « économie de la fascine14 ». Premier type de matériau fourni par les forêts rhénanes, elles sont constituées de grands fagots utilisés pour édifier, stabiliser ou colmater les brèches ouvertes dans les digues. Généralement, ils sont confectionnés à partir de bois blancs, du saule le plus souvent car sa croissance rapide autorise une exploitation régulière. Pour les renforcer, s’ajoutent à ces fascines des bois de plus grande taille qualifiés par les sources de « clayons », des espèces de pieux, et des « piquets », confectionnés à partir de frênes et de peupliers.

  • 15 Arch. dép. Bas-Rhin, C 527 no 5.
  • 16 Éric Durand, Contribution à la connaissance des forêts du Rhin en Réserve Naturelle d’Erstein du xv (...)

29La production de fascines est strictement réglementée et toute coupe de bois est soumise à l’autorisation de l’intendant. La récolte des bois effectuée dans les forêts communales donnait lieu au versement d’une indemnité par l’administration selon un tarif fixé et régulièrement révisé. Pour la seule réparation de la digue du Steingiessen (1751) localisée sur le ban de la Wantzenau, il faut 16 000 fascines auxquelles s’ajoutent 32 000 piquets et 5 350 bottes de clayons15 ! Bien que les sources fassent défaut pour estimer le volume ligneux global englouti par les installations de la région strasbourgeoise, la comparaison des données locales avec d’autres exemples rhénans s’impose. Les 10 000 fascines récoltées annuellement dans le ban d’Erstein dans les années 1770 font décidément pâle figure face aux prélèvements opérés dans les bans ruraux limitrophes de Strasbourg où la moyenne se situe plutôt autour de 15 à 20 000 fascines. Comparée à la récolte annuelle effectuée dans les mêmes années dans l’ensemble de la vallée, la production « strasbourgeoise » contribuerait, tous produits confondus (fascines, piquets, et clayons), à hauteur d’environ 30-40 % du volume total16. Espace fortement militarisé en raison de son importance stratégique, Strasbourg et ses environs drainaient sous l’Ancien Régime d’importantes quantités de bois.

  • 17 Arch. com. Strasbourg, AA 2223.

30L’entretien incessant des digues et épis du Rhin donne naissance à une métrologie d’un genre nouveau faite d’étalons établis de manière empirique par les ingénieurs de terrain. Progressivement normalisés, ils ne tardent pas à servir de référence à tous ceux qui participent à la défense des rives. Alors que coexistent dans la province une multitude de mesures locales auxquelles il fait ajouter celles du royaume, sans que l’une ou l’autre ne puisse s’imposer, celle des ingénieurs tend, de manière paradoxale, à jouer un rôle unificateur. Elle repose sur une unité de base, la « toise cube d’épis », formée de quatre couches de fascines faisant chacune 1 pied et demi de haut (environ 80 cm). Une fois disposées, elles sont chargées en graviers ou en terre. Il faut en moyenne 50 fascines, 5 bottes de clayons et 75 piquets pour réaliser une toise cube d’épis17. L’arbre intervient aussi sous la forme d’un clayonnage de jeunes saules et d’osiers qui ne tardent pas à prendre racine, contribuant du même coup à la résistance de l’ouvrage. L’ensemble est encore renforcé par des poteaux de gros diamètres en sapin plantés dans le sol mais dont il est malheureusement impossible de connaître l’origine. On l’aura compris à la lecture de ces lignes, il n’y a pas de protection durable des berges sans bois, c’est pourquoi les archives se font régulièrement l’écho d’une crainte généralisée dans la seconde moitié du xviiie siècle : le risque de pénurie ligneuse.

31En 1745 déjà, le subdélégué lance un cri d’alarme au gouvernement en affirmant que des « consommations immenses » ont été faites sur les îles ce qui rend le bois d’autant plus rare. L’inspecteur des redoutes est encore plus alarmiste lorsqu’il estime la capacité des forêts rhénanes de l’époque à un maximum de 50 000 fascines, ce qui impose d’étendre les prospections ligneuses en amont du fleuve, au risque de pénaliser les communautés riveraines. Privées de bois de chauffage, elles devront l’acheter à prix élevé à des marchands ou à certains villages excédentaires. Dix ans plus tard, la crainte demeure puisque le même inspecteur observe que les coupes répétées à intervalles de plus en plus rapprochés ont entraîné un déboisement accéléré. Sur les seules îles de Mittelgrund, Wolfswoerth, Altenwoerth et Obersand, propriétés d’Auenheim, le domaine de l’arbre n’occupe plus que le sixième de la surface, un constat confirmé par les cartes du Génie et des Ponts et Chaussées (document no 2).

Les convoitises de l’Armée de Terre

32Dans les années qui suivent la réunion de Strasbourg au royaume, un gouverneur militaire est installé dans la ville, considérée désormais « clef de la sécurité du royaume ». Le militaire occupe une fonction centrale au sein de la cité dans la mesure où il commande la garnison et jouit de privilèges honorifiques. A Strasbourg, ses prérogatives sont essentiellement militaires, il doit assurer la sécurité de la place et de la citadelle, ce qui lui permet d’intervenir en matière de police urbaine. Il devient ainsi un personnage incontournable avec lequel le Magistrat doit compter puisqu’il promulgue de nombreux règlements en matière de discipline et de chasse.

  • 18 Georges Livet, Francis Rapp, (dir.), Histoire de Strasbourg, tome 4, Strasbourg, dnaistra, 1981, p. (...)

33Enclave militaire au sens strict, la citadelle est un corps étranger à Strasbourg, soumise au pouvoir absolu du gouverneur et par là échappant à la juridiction du gouvernement municipal. Avec les membres de son État-Major, ils ont droit à certaines prestations versées par la ville, comme l’ustensile (nourriture) et le bois de chauffage. La ville doit par ailleurs cohabiter avec une importante garnison, 7 à 8 000 hommes au moins jusqu’en 1760. Par la suite, le nombre des soldats se stabilise autour de 5 000 individus18. Avec la garnison, la présence militaire est forte et le Magistrat doit composer avec ce groupe de pression souvent insatisfait des fournitures procurées par la ville.

  • 19 Arch. dép. Bas-Rhin, C 533.

34Comme les Ponts et Chaussées et le Génie, l’Armée a de gros besoins ligneux satisfaits à l’époque dans les forêts rhénanes. Solidement implantée au sud de la ville, près du Neuhof, l’Artillerie dispose d’une école d’application située au Polygone. Les artilleurs réclament principalement des fascines qui servent à retenir la terre des remblais délimitant les emplacements des batteries. Ainsi, le commandant de l’École établit tous les ans un état des bois nécessaires au rétablissement des batteries écoles utilisées pour l’instruction des régiments en garnison à Strasbourg. Représentative de la consommation moyenne de l’Artillerie, la demande faite en 1785 concernait les volumes suivants19 : 2 500 fascines ; 6 000 piquets ; 20 000 harts d’osiers et de saules ; 100 perches de peupliers.

  • 20 Mathieu Wehrle, La maîtrise d’un patrimoine forestier, Strasbourg et sa forêt rhénane (1800-1870), (...)

35Ces bois étaient pris dans l’île de Wolfswert, propriété de la communauté badoise d’Auenheim. Ce choix peut étonner car l’île en question, située en aval de Strasbourg, est à une certaine distance du Polygone. Il faut y voir l’effet de l’épuisement des forêts rhénanes à la veille de la Révolution, hypothèse confirmée par les cartes de l’époque. Le plan du Génie montre ainsi des îles, comme celle de Wolfswert, quasiment sinon totalement déboisées (Scheken, Rug Kopf, Doten et Toten Kopf). Au siècle suivant, la situation ne fait qu’empirer et à compter des années 1850, l’École d’artillerie doit puiser dans les forêts plus lointaines d’Eschau, Plobsheim, Illkirch et Ostwald20.

36Les militaires en garnison consomment également d’importantes quantités de bois de chauffage alors que le Magistrat doit faire face dans le courant du xviiie siècle à une menace de pénurie ! Or les attentes de l’Armée augmentent sans cesse au grand dam des élus. Confronté aux difficultés de l’approvisionnement domestique des foyers strasbourgeois, le Magistrat récuse les nouvelles exigences militaires. Le combat était perdu d’avance : la cité dut subvenir aux besoins de sa garnison en prélevant tous les « bois blancs » disponibles sur ses réserves ligneuses stockées dans son magasin.

Un espace nourricier et multifonctionnel

  • 21 Arch. com. Strasbourg, carton 61.

37En dépit des nouveaux enjeux stratégiques nés de l’annexion, la ripisylve rhénane demeure aux yeux des populations germaniques du fleuve une Nährwald, une « forêt-nourricière ». Écrit dans la seconde moitié du xviiie siècle, un mémoire consacré aux peuplements des îles du Rhin rappelle à bon escient que la forêt d’alors était multifonctionnelle21. À vocation financière, il recense le patrimoine forestier strasbourgeois non par forêt, mais en fonction des essences qui le composent. Outre son rôle nourricier régulièrement évoqué et les précieuses indications fournies sur une forme de gestion durable élaborée par les élus strasbourgeois, le texte esquisse le fonctionnement de cet écosystème à part entière que sont les îles.

Les modalités d’exploitation

38Qualifiés de « mine d’or » par le Magistrat, les bois sont soumis à plusieurs types de sylviculture. Les peuplements de bois blancs des îles sont exploités selon le principe des coupes rapprochées assises en fonction de la nature des sols. Ceux installés sur des fonds humides régulièrement inondés sont abattus au bout d’une douzaine d’années tandis que les autres, situés sur les terrains secs des forêts périurbaines, font l’objet de coupes tous les 14 à 16 ans.

  • 22 Arch. dép. Bas-Rhin, C 716.

39Le système de la coupe réglée vaut également pour les chênaies périurbaines comme en témoigne la forêt de Feldmatt, proche d’Illkirch. En 1788, les habitants du lieu sont autorisés à exploiter et à se partager par brigades (Rotten) le produit des coupes no 17-18. Délimitées par des lignes séparatives et des arbres-repères (arbres de lisière, arbres corniers), les coupes leur procurent le bois de chauffage habituel22. Les plus beaux sujets susceptibles de donner du bois d’œuvre sont coupés par pied d’arbre mais se raréfient à la veille de 1789.

40Les chênes des îles sont exploités selon le mode du jardinage, en raison de leur implantation marginale au sein de ces espaces forestiers insulaires. L’originalité de leur sylviculture réside surtout dans leur âge d’exploitation, fixé à l’ultime stade de maturité : d’après les sources, il serait de 100 ans. Or, leur régénération est rendue difficile car les bûcherons ne laissent subsister que de vieux « tocs » (souches) de 30 à 60 cm de hauteur, incapables de produire un nombre suffisant de rejets. C’est pourquoi les autorités municipales prescrivent le recépage, c’est-à-dire la coupe des tiges au ras du sol pour qu’elles rejettent plus facilement.

La chênaie condamnée ?

41Désignés sous le terme de Roteichen, les chênes posent d’emblée un sérieux problème d’identification puisque le mot allemand fait directement référence au « chêne rouge », une espèce allochtone d’origine nord-américaine (Quercus rubra Duroi) ! Ne faut-il pas plutôt identifier sous cette appellation le chêne pédonculé (Quercus robur), essence autochtone répandue dans les chênaies-ormaies alluviales actuelles ?

42Bien que le chêne soit une espèce connue, il reste peu répandu dans les îles où il ne donne que des sujets médiocres, tout juste bons à être transformés en bois de chauffage ou en pièces courbes pour les bateaux naviguant sur le Rhin. En dehors du marché urbain, ces bois n’ont aucun débouché car on leur préfère le chêne produit à l’étranger. Implantés dans des milieux continuellement humides, les arbres dépérissent à partir d’une centaine d’années en séchant sur pied. L’auteur parle aussi de son « principal ennemi », le lierre, cet « ami de l’humidité » qui l’étouffe progressivement. Sa régénération semble assurée concurremment par ses semences et des opérations de repiquage. Dans le premier cas comme dans le second, on insiste sur le fait que des glands « étrangers », en provenance d’outre-Rhin, sont placés dans ces terrains marécageux. Se pose alors le problème de leur préservation car la pression du gibier est déjà excessive. Se pose aussi la question de la rentabilité de la chênaie pour la ville car l’arbre est un capital sur pied assurant des rentrées régulières au trésor communal. L’auteur ne biaise pas lorsqu’il s’interroge sur l’intérêt de conserver cette essence dans les bois communaux. Pour lui, ce type de peuplement est de moindre rapport que les bois blancs soumis à des coupes rapprochées. Son opinion s’explique en grande partie par l’expérience sylvicole des cinquante dernières années qui ont vu cette essence susciter les appétits voraces de la monarchie. Prenant pour exemple les bois d’Illkirch, Illivickersheim et de la Breitlach, il évoque leur situation peu enviable à la date du mémoire. Dans les forêts périurbaines, seuls subsistent des chênes présentés comme « rabougris, couronnés et de mauvaise recrüe », derniers vestiges des luxuriantes chênaies d’avant l’annexion. Depuis, les « dévastations » perpétrées par la soldatesque (française) ont complètement modifié le paysage forestier, les plus beaux sujets ayant été exploités successivement pour la construction de la citadelle, des forts puis pour l’entretien de la garnison, le tout sans rétribution pour la ville. Devant ce fiasco financier avant d’être écologique, notre homme recommande tout simplement la disparition de l’espèce, d’aucun intérêt pour le Magistrat.

L’orme : « le plus précieux ornemens des Iles »

43Cet arbre est l’objet de la sollicitude des autorités municipales pour lesquelles il constitue un capital sur pied. Non seulement l’orme (Ulmus laevis et Ulmus minor) est un matériau très recherché pour le charronnage mais, en plus, il procure d’importants volumes en bois de chauffage. Parfaitement adapté aux îles, il affectionne l’humidité et se plaît en association avec les bois blancs, ce qui n’est pas le cas du chêne, essence de lumière. Implanté dans tous les types de stations, il prospère dans les secteurs marécageux.

  • 23 Didier Carbiener, Chroniques naturelles des forêts de Strasbourg, Strasbourg, Éditions du Rhin, 200 (...)

44Le produit le plus recherché à l’époque tient aux perches coupées sur des troncs étêtés à l’âge de 15 ans, à l’instar du saule têtard. Elles sont conditionnées en fagots, accordés sous la forme de bois de compétence (indemnité) à certains fonctionnaires de la ville pour leur chauffage. Le mémoire observe qu’il croît en « touffes », une précision indiquant que de nombreux drageons, touffes de branches sorties secondairement du tronc, s’épanouissent latéralement, tandis que des contreforts cernent sa base pour renforcer son assise dans le sol spongieux. Les forestiers de la ville favorisent l’essence par des repiquages réguliers et ménagent les baliveaux issus de souches, certaines hautes de 60 à 90 cm en zone inondable. Ces détails amènent à nuancer le caractère « naturel » de l’orme en forêt alluviale23. Seul motif d’insatisfaction à son sujet, celui de ne pouvoir le transformer en bois de merrain pour les tonneaux. Au dire des tonneliers strasbourgeois, son espérance de vie en cave ne dépasse guère l’année.

La « richesse des îles » : les bois blancs

45Appellation générique couramment employée par les sources, la notion de « bois blancs » désigne dans le mémoire quatre espèces différentes : l’aulne, le saule, l’osier et le peuplier. La première se compose d’aulnes blancs (Alnus incana), typiques de la forêt rhénane, et d’aulnes glutineux (Alnus glutinosa) installés sur les substrats riches en sédiments. Le saule, pour lequel le document ne distingue pas les sous-espèces, représente l’essence la plus précieuse aux yeux du gouvernement urbain. Mode de traitement attesté déjà au xvie siècle par Hiéronymus Bock dans son Kreutterbuch, l’étêtage donne des sujets à l’allure singulière, celle du têtard, tronc étêté à un peu plus d’un mètre à partir duquel poussent les branches coupées périodiquement. Au xviiie siècle, l’arbre assurait une récolte de 5 à 15 perches employées comme fagots et bois de cordes. Grâce aux repiquages réalisés dans les endroits inondés par leurs devanciers depuis des siècles, les Strasbourgeois disposent d’une réserve qui semble alors durable. Malgré tout, en prévision de l’avenir, les fonctionnaires municipaux que sont les forestiers et les chasseurs repiquent systématiquement de jeunes sujets dans les terrains marécageux et sur les berges du Rhin et de l’Ill. L’ordre répond à un double objectif, économique et écologique car l’arbre participe aussi à la défense des terres menacées.

46La description faite de l’évolution de ces peuplements plairait à un écologue contemporain tant elle repose sur une observation naturaliste inscrite dans la durée. On explique ainsi que les bois blancs profitent du moindre banc de sable créé par les mouvements du fleuve pour s’installer et fructifier sur place dès la troisième année. Sans employer les termes actuel du discours sylvicole, l’auteur du mémoire détaille le processus d’installation de la forêt pionnière sur les bancs de sable et de graviers dénudés par les caprices du fleuve. Composée de bois tendres (aulnes, peupliers, saules) à la croissance accélérée, la « forêt argentée » colonise ces espaces mouvants où elle donne naissance à un paysage composé d’une double strate bien décrite par le document. L’étage inférieur formé de différentes espèces d’épineux et d’arbustes est dominé par la strate arborescente de la saulaie-peupleraie.

47La ville dispose ainsi d’un capital en perpétuel renouvellement dont le principal intérêt est de n’exiger aucun soin particulier en matière de gestion. Elle peut donc y pratiquer des coupes de fascines et de bois de feu selon des cycles décennaux, les arbres atteignant leur maturité entre 12 et 15 ans en fonction du sol où ils croissent. Pour autant, ces peuplements ne sont pas invulnérables. Ils subissent les aléas naturels, en particulier le vent, leur « plus mortel ennemi ». Il occasionne de fréquents chablis, manque à gagner certain pour la cité qui les délivre à ses Haagknechts et chasseurs, faute de pouvoir les exploiter en nombre suffisant au même moment. Les chablis, auxquels s’ajoutent les troncs menaçant la navigation du Rhin, sont une source de revenus non négligeable pour les agents municipaux qui en tirent le meilleur profit possible. Ils les font transformer en produits finis (outils, ustensiles) ou en bois de chauffage, percevant du même coup la compétence en bois de feu versée habituellement par la ville en argent.

De nombreux arbres fruitiers

48Localisés dans les terrains non inondables, noyers, pommiers, poiriers, cerisiers et cormiers sont autant d’hôtes familiers de la ripisylve strasbourgeoise. Pourvus de racines traçantes, ces arbres sont souvent victimes des intempéries. Les noix sont convoitées par les chasseurs et les forestiers de la ville qui les gaulent à leur profit exclusif pour produire de l’huile. Il semble d’ailleurs que cette cueillette donne lieu à des combats épiques entre les Haagknechts et les chasseurs de l’Unterjaegerhoff durant les quinze jours de la récolte.

49Bien présents également, les pommiers et poiriers sauvages seraient issus en partie de greffes effectuées par les fonctionnaires municipaux. Poires et fruits sont des produits fort recherchés qui fournissent à ceux qui les ramassent cidre, poiré et vinaigre, des productions inattendues dans cette province orientale du royaume. Malheureusement pour les autorités, la majeure partie est volée par les paysans pauvres qui disposent ainsi d’un complément de ressources commercialisable sur le marché urbain.

Le coudrier

50Peu présent dans les forêts strasbourgeoises, le noisetier est exploité sous forme de taillis et procure un certain nombre de produits recherchés dans la région. En premier lieu, il alimente le marché urbain en combustible (fagots et rondins). Ses fruits peuvent être consommés directement ou bien transformés en une huile considérée comme excellente.

51Mais surtout, il trouve pour débouché économique la tonnellerie à laquelle il fournit des cercles de bonne qualité. Afin de répondre à la demande des professionnels de la ville, le Magistrat les stocke dans le magasin à bois municipal. Malgré cela, les ventes demeurent limitées en raison de la concurrence d’une production de qualité provenant de la rive allemande. Dans ces conditions, se pose la question de la viabilité économique des coupes faites dans les taillis de noisetiers appartenant à la ville.

Les marginaux : bouleaux et sapins

52Peu nombreux dans les forêts communales, les bouleaux poussent dans les trouées de chablis et sur les coupes effectuées dans les peuplements de bois blancs. Une fois de plus, le texte caractérise parfaitement cette essence pionnière ubiquiste en précisant bien qu’elle « ronge les terres ». Excellent bois de chauffage, sa rareté l’affecte au service des meuniers de la ville, détenteurs d’un monopole pluriséculaire soumis au paiement d’un redevance modique. Essence décidément marginale à tous points de vue, c’est tout juste si les autorités la tolèrent pour repeupler les clairières à partir de semences.

53Surprise de taille à la fois pour l’écologue, le forestier et l’historien, le « sapin » figure parmi les essences des îles du Rhin. De quelle espèce s’agit-il ? De sapin (Abiès alba) au sens strict ou d’épicéa (Picea abies) ? Le mémoire n’emploie malheureusement pas de terme allemand (Tannen, Fichten) susceptible de mieux le définir. Cependant, l’erreur d’interprétation ne peut être invoquée, les informations présentées jusque là démontrant que l’auteur a une solide culture sylvicole : on le voit mal confondre un feuillu avec un résineux. D’ailleurs, il ne manque pas d’indiquer les îles où l’on peut le rencontrer, ce qui atteste une présence très ponctuelle et remarquable au xviiie siècle. Localisées à la hauteur des bois actuels d’Illkirch-Graffenstader, les deux îles portent respectivement les noms de Beckenwoerth et de... Tannenwoerth ! Quoi qu’il en soit, le « sapin » occupe une place marginale et l’essence, mal adaptée aux conditions pédologiques, n’est citée qu’à titre anecdotique.

Épineux et menus bois

54Désignées comme le « fléau des bois », les épines sont l’indicateur le plus notable du dépérissement des sols forestiers et un ennemi des autres essences, puisqu’elles menacent d’étouffement les jeunes recrues. À cette époque, les « épineux » désignent le plus souvent l’épine-franche, l’épinevinette et le prunellier. Néanmoins, ils participent à leur manière à la fonction nourricière de la forêt. Coupés, ils sont vendus par la ville en fagots sous le nom de Breunwellen aux blanchisseurs et aux paysans qui en font des haies impénétrables.

55D’un faible rapport financier, leur destruction paraît judicieuse mais sa méthode suscite des tensions. En effet, l’option se heurte aux intérêts des chasseurs de la ville pour lesquels le maintien des épineux est indispensable à la préservation de l’habitat des sangliers qui en font une retraite. La législation cynégétique strasbourgeoise confirme ce point de vue en interdisant de déraciner ces plantes. Dans ces conditions, il n’y a d’autre alternative que de passer outre les règlements et le lobby des chasseurs.

56Le terme de « menus bois » ne permet pas de saisir la réalité sylvicole évoquée. On sait seulement qu’ils contribuent modestement à alimenter les caisses municipales par la fourniture de produits secondaires dont le principal mérite est d’éclairer quelques aspects de la vie quotidienne des gens du fleuve.

  • 24 Arch. com. Strasbourg, AA 2288.

57Aux jardiniers (Gartner) strasbourgeois du Faubourg-Blanc, ils fournissent des « baguettes » (rames) à haricots appréciées. À titre d’exemple, 26 500 sont délivrées par lots en 1777 dans le canton de Schwartzer puis adossées en tas contre des arbres numérotés de 1 à 2624 Une nouvelle fois, le profit escompté de ces menus bois strasbourgeois est limité par la concurrence. Les habitants de la Wantzenau et d’Auenheim faussent le marché en proposant aux mêmes jardiniers des rames provenant de leurs forêts mais livrées à domicile ! Impuissants mais pragmatiques, les élus comprennent que leurs concitoyens ne pousseront pas le patriotisme urbain jusqu’à préférer les baguettes strasbourgeoises.

58Il importe également de vendre à bas prix des branches aux pêcheurs qui les prélèvent directement dans les coupes si l’on ne veut pas qu’elles soient dérobées avec tous les risques que cela comporte pour l’ensemble du patrimoine ligneux. Très nombreux dans les environs de la ville, les professionnels emploient ces bois pour tendre leurs filets immergés à proximité des rives.

***

59Promu au rang de matériau stratégique, le bois contribue massivement à la défense du « pré carré » défini par Vauban, en même temps qu’il devient l’enjeu d’âpres luttes entre les multiples acteurs de la région rhénane. Farouchement attachés à leurs libertés, les membres du Magistrat instaurent un régime forestier d’obédience exclusivement communale qui contraste avec le reste du royaume où l’heure est plutôt à la soumission. L’État royal ne reprend pied sur cet échiquier forestier complexe qu’à la faveur de la lutte contre le fleuve dans les années 1750. Mais une fois de plus, il doit composer avec les privilèges de la « ville libre et royale ».

60En dépit d’une situation tendue, les forêts rhénanes offrent un modèle sylvicole original à la veille de la Révolution. Bien qu’exploité parfois intensivement dans le cadre des coupes de fascines, cet écosystème est encore très diversifié : la flore, le fleuve et la faune cohabitent dans une relative harmonie pour le plus grand bonheur de l’homme. Le cas rhénan démontre également qu’à l’image des communautés rurales, les sociétés urbaines ont elles aussi appartenu à la « civilisation du bois ». À Strasbourg, que l’on soit bourgeois, jardinier, chasseur ou pêcheur, le contact avec le domaine de l’arbre est quotidien. À la fois espace nourricier, protecteur, productif et récréatif, les « forêts des îles du Rhin » sont partie intégrante de l’espace vécu du citadin. Ne faut-il pas y voir la preuve de l’ancienneté d’une forme de gestion durable, proche de celle que les forestiers et les écologues entendent promouvoir aujourd’hui ?

Notes

1 Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire (xvie-xixe siècle), Paris, Gallimard, 1998, p. 64.

2 Jacques La Grange (de), L’Alsace en 1700. Mémoire de la province d’Alsace, présenté par R. Oberle, Colmar, 1975, p. 41

3 Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, manuscrit no 1702, folio 4.

4 Emmanuel Garnier, Terre de conquêtes. La forêt vosgienne sous l’Ancien Régime, Fayard, 2004, p. 275.

5 Jean-Paul Rieger, « Les forêts alsaciennes sous l’Ancien Régime », Revue d’Alsace, t. 90, 1950, p. 139-146.

6 Georges Livet, L’Intendance d’Alsace de la guerre de Trente Ans à la mort de Louis XIV (1634-1715), Strasbourg, Presses Universitaires, 1991, (1re éd. 1956), p. 714.

7 Arch. com. Strasbourg, AA 11, 13, 14.

8 Georges Livet, Francis Rapp, (dir.), Histoire de la ville de Strasbourg des origines à nos jours, t. 4, Strasbourg, DNA-ISTRA, 1981, p. 280-290.

9 Gerhard Wunder, Das Strassburger Gebiet, Berlin, Duneker und Humblot. Ouvrage paru aussi en français sous le titre : Le territoire rural de la ville de Strasbourg du xiiie au xviiie siècle, Strasbourg, 1964.

10 Arch. com. Strasbourg, AA 2288.

11 Arch. dép. Bas-Rhin, C 141.

12 Arch. dép. Bas-Rhin, 32 J1.

13 Arch. com. Munster, DD 19.

14 Éric Durand, Dossier scientifique en vue de la création de la Réserve Naturelle Volontaire Agréée du « Rheinwald Centre-Alsace » (canton de Marckolsheim), Strasbourg, ONF, 2 000, p. 77.

15 Arch. dép. Bas-Rhin, C 527 no 5.

16 Éric Durand, Contribution à la connaissance des forêts du Rhin en Réserve Naturelle d’Erstein du xviiie siècle d 1960, rapport ONF, 1998, p. 10.

17 Arch. com. Strasbourg, AA 2223.

18 Georges Livet, Francis Rapp, (dir.), Histoire de Strasbourg, tome 4, Strasbourg, dnaistra, 1981, p. 134-135.

19 Arch. dép. Bas-Rhin, C 533.

20 Mathieu Wehrle, La maîtrise d’un patrimoine forestier, Strasbourg et sa forêt rhénane (1800-1870), mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2001, p. 13.

21 Arch. com. Strasbourg, carton 61.

22 Arch. dép. Bas-Rhin, C 716.

23 Didier Carbiener, Chroniques naturelles des forêts de Strasbourg, Strasbourg, Éditions du Rhin, 2000, p. 34.

24 Arch. com. Strasbourg, AA 2288.

Table des illustrations

Légende Document 1 : le champ de l’enquête
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Document no 2 - Le Rhin militarisé
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Document no 3 - Les acteurs de l’échiquier rhénan
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search