Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Une économie de l’imaginaire à l’œuvre

Le cas de la réserve cynégétique d’Hesdin (Artois, xiiie-xve siècles)1

François Duceppe-Lamarre

Texte intégral

  • 1 Je remercie Andrée Corvol, Paul Arnould et François Poplin pour leurs relectures de cet article.

1Alors que l’exploitation de type autarcique répond à des exigences de survie et que la rationalité économique poursuit des buts de rentabilité durable ou non, l’imaginaire, lui, par la voie de la culture, s’affranchit de ces optiques et réinterprète l’environnement forestier à d’autres fins. Une telle finalité existe pour l’aristocrate possesseur du sol ou de droits dans la sphère cynégétique. La chasse, activité sportive et onéreuse s’il en est, permet de manifester son appartenance au monde seigneurial et d’y affirmer son rang. Étudier ce marqueur culturel médiéval révèle donc un pan important de l’économie de l’imaginaire qui enveloppait et modelait une part enviable du patrimoine forestier.

Figure 1 - Carte de situation

  • 1 Voir les actes de colloque de 1999 sur les palais, sous la direction d’Annie Renoux, « Aux marches (...)
  • 2 Le sujet a été traité tout récemment dans F. Duceppe-Lamarre, « Le parc à gibier d’Hesdin. Mises au (...)

2Les réserves sont des espaces délimités et réglementés pour satisfaire en tout premier lieu aux conceptions seigneuriales de la chasse. Jouxtant les résidences princières rurales1, ces territoires incluent des milieux ouverts mais font la part belle aux zones boisées, paysages par excellence du monde sauvage et lieu idoine de rencontre avec la civilisation médiévale. Je ne m’intéresserai pas à l’histoire de la réserve cynégétique d’Hesdin (figure no 1)2. Mon étude se limite à la période de plus grand éclat de cet ensemble à dominante sylvestre, c’est-à-dire aux dynasties des comtes d’Artois (1237-1383) puis des ducs de Bourgogne (1384-1482). Les données conjuguent des éléments reliques et fossiles du paysage et des sources écrites, comptables, abondantes à partir des années 1290. J’insisterai tout particulièrement sur la modification anthropologique de la faune forestière en abordant les animaux défavorisés et les favorisés, puis je m’arrêterai aux soins prodigués à ces derniers, avant de terminer par la clôture, écrin monumental des réserves cynégétiques.

I. Recomposer la faune forestière : les défavorisés et les favorisés

  • 3 La question du sylvopastoralisme est laissée de côté en raison de l’optique suivie, ainsi que les a (...)

3La part forestière des réserves cynégétiques n’est pas qu’une donnée naturelle. Sa composante animale fluctue donc au gré des activités humaines dont la chasse médiévale avec ses modifications tantôt labiles, tantôt pérennes3.

4Au lieu de procéder à un classement taxonomique contemporain dont les vertus sont démontrées mais qui ne correspondent pas au regard de l’homme médiéval, je propose un classement de la faune en fonction de la chasse, ce qui s’accorde à la réalité historique de la réserve cynégétique (figure no 2). Deux groupes d’animaux se distinguent pour le second Moyen Âge d’après les données comptables du territoire de chasse d’Hesdin au xive siècle. Ils peuvent être qualifiés de favorisés : ils sont nourris et logés par l’homme, ils sont donc perçus favorablement. En face, leur antithèse, ce sont les défavorisés puisqu’ils ne sont ni nourris, ni logés « aux frais du prince »...

Figure 2 - Diversité des relations entre l’homme et l’animal dans la réserve cynégétique d’Hesdin

  • 4 Les prix offerts pour la capture et l’investissement par le chasseur sont aussi à prendre en consid (...)
  • 5 F. Duceppe-Lamarre, « Éliminer les indésirables à Hesdin (Artois, xiiie-xve siècles) », dans A. Cor (...)

5Les défavorisés rassemblent une dizaine d’animaux répartis selon la double relation homme/animal. Les plus nombreux sont jugés indésirables comme étant prédateurs ou charognards. Ils sont éliminés régulièrement ou de manière occasionnelle. L’aigle, la buse, la belette, le chat sauvage, la fouine, le loup, la loutre et le renard en font partie. Deux situations caractérisent ceux dont on possède des évaluations numériques. Certains sont des occasionnels qui fréquentent sporadiquement le territoire d’élevage et de chasse à moins qu’ils le soient parce que l’homme ne s’en préoccupe que de temps à autre. C’est là le sort de la belette, avec six spécimens capturés en deux saisons, et la buse, également en deux saisons mais pour un total de 28 volatiles. Les autres, c’est-à-dire le loup, la loutre et l’aigle, sont surveillés de près (figure no 3) : au moins une douzaine de loups, dont une dizaine dans les trois premières années du xive siècle et au minimum une quinzaine de loutres selon les archives conservées, quoique de manière plus étalée. Les aigles arrivent en tête, avec 142 individus. Le rythme d’élimination de ces oiseaux montre une première phase intense de capture de 1301 à 1304, suivie d’une interphase allant de 1304 à 1307, puis d’une seconde phase intense de 1307 à 1310, suivie d’une dernière interphase de 1310 à 1315. On capture donc en moyenne d’après ces données environ un loup et une loutre par an et près d’une dizaine d’aigles, bien que ceux-ci semblent plutôt pris durant des cycles triannuels de chasse visant à l’éliminer. Il faut cependant tenir compte de l’effet des « meutes » de chiens contre le loup qui renforcent sa présence statistique et fait surtout réapparaître le renard pour lequel au minimum cinq au maximum douze chiens sont entretenus dans le chenil seigneurial avec une grande régularité (22 entrées sur 34). Les chiffres indiquent que le loup accompagné du renard, de la loutre et de l’aigle sont les nuisibles les plus fréquents et que l’on désire le moins4. D’autres indésirables laissent l’homo cynegeticus indifférent. C’est le cas du blaireau. Il n’est pas recherché en soi dans les réserves de chasse en Artois5. Une dernière part de la faune défavorisée est aussi chassée, mais cette fois avec plaisir, sans statut de nuisible. En font partie le lièvre et la perdrix.

6Les favorisés représentent le gros du contingent de la faune des réserves forestières (figure no 2). Ils constituent trois groupes distincts : les auxiliaires de chasse, les animaux de ménagerie et la faune vivant en semi-liberté.

Figure 3 - Les captures d’animaux dans la réserve cynégétique d’Hesdin : les indésirables réguliers

7Les auxiliaires sont des animaux exploités pour leur capacité de chasse envers des animaux dont le biotope est totalement ou en partie forestier. Ils ne sont pas forcément des animaux sylvestres. Ils peuvent vivre dans d’autres milieux, tel le furet qui aime aussi les milieux ouverts mais chasse des lapins qui affectionnent souvent les espaces boisés, en Artois, Flandre et Hainaut. Ils sont très diversifiés, comprenant des oiseaux de proie, locaux (autour, faucon) ou étrangers (épervier, gerfaut), de petits prédateurs comme le furet, de grands mammifères herbivores comme le cheval et aussi cet ami de longue date, le chien. Les auxiliaires canins dans les réserves forment deux groupes. Le premier est défini par sa fonction de chasse : certains chassent le lapin, d’autres le loup, d’autres encore la loutre, quelques-uns les porcins et le plus souvent, le renard. Le second offre une morphologie particulière comme les braques, les lévriers et les mâtins, sans qu’il soit encore possible de parler de races. L’importance de la traque des indésirables est latente dans la composition des chenils.

8La ménagerie, dont la composition varie dans le temps, est surtout faite de « curiosités » locales, telles le castor, le chat sauvage, le loup, des oiseaux de volière, l’ours, le porc sanglier outre deux invités extérieurs, le buffle et le chameau. Certains de ces animaux sont mangés, ce qui advint au porc sanglier, mais il semble que la plupart soient capturés pour être regardés. Ils participent de la sorte à une mise en scène de la vie sauvage par le prince.

  • 6 Il faudrait ajouter le cygne pour lequel furent construits des nids, mais ce dernier ne fréquente p (...)

9Le comte d’Artois garnit sa réserve d’une faune vivant en semi-liberté. Hormis le cerf et le héron, le daim, le lapin et le paon constituent des importations faunistiques6. Le paon devait fréquenter les jardins et les vergers conçus à l’intérieur du parc à gibier, alors que les quatre autres bêtes étaient plus proprement forestières. En effet, les garennes à lapins de la France septentrionale, dès le Moyen Âge, se sont installées autant sur des pelouses, dans des friches que dans des bois. Cela fait du lapin un animal forestier, mais non exclusivement. Hormis le paon, chacun bénéficie d’une « niche écologique » créée de main d’homme. Un parc à biches pour les cervidés, des « héronnières » pour les hérons, des « conninières » pour les lapins engendrent un environnement favorable pour la reproduction de ces animaux, microéléments d’un vaste territoire cynégétique. Le cerf, le daim, le héron, le lapin et le paon ont en effet le point commun d’être mangés ou, à tout le moins, de garnir la table seigneuriale et, auparavant, d’être traqués et capturés à l’aide des précieux auxiliaires de chasse.

II. Les soins prodigués aux animaux

  • 7 On retrouve dans d’autres réserves cynégétiques de la fin du Moyen Âge, en Hainaut par exemple, une (...)

10Tous les animaux favorisés n’étaient pas nourris. Les lapins, par exemple, ne l’étaient pas. La faune qui faisait l’objet de soins alimentaires recouvre cinq catégories (figure no 4). Les mammifères présents dans la ménagerie sont l’ours, le « porc sangler » et la « bièvre ». Les trois sont forestiers, le castor étant le seul à fréquenter autant les milieux forestiers secs qu’humides. La rareté dans la comptabilité des mentions d’ursidés et de ces ingénieux rongeurs palmipèdes témoigne soit d’un manque d’intérêt envers cette faune, soit de leur faible fréquence dans un environnement certes riche en paysages mais fortement humanisé et aménagé par l’homme. Il faut noter au passage que les textes parlent non de porc ni de sanglier, mais de porc sanglier. Le caractère indistinct de ce suiné dans une ménagerie de parc à gibier est sans doute volontaire et amène à des questions quant à sa morphologie7.

11Second groupe, les oiseaux de volière se répartissent en deux classes en fonction de leur régime alimentaire. Ils posent problème : on ne peut décrire leur milieu de vie faute de données dans les textes. Pour cette raison je ne m’y attarderai guère. Viennent ensuite certains auxiliaires de chasse, comme le furet qui fréquente plusieurs types de milieu. En fait, la comptabilité évoque seulement les jeunes furets, les « fuirons ». Les oiseaux aquatiques et les cervidés terminent l’énumération avec, comme éléments, des hérons et des cerfs. Le biotope du cerf est bien forestier lors de la période médiévale, alors que le héron vit dans des milieux humides et niche dans des ripisylves.

  • 8 Par exemple, le castor de la ménagerie y passe sept années avant de mourir (de l’Ascension 1301 à l (...)
  • 9 D’après les données de l’Office national de la Chasse français de G. Tendron, « Les cervidés en Fra (...)

12Il n’y a pas un régime unique mais diversité alimentaire, ce qui souligne l’importance accordée à la diététique zoologique (figure no 4). Ce sont les frugivores qui dominent avec une variété qui décline des légumineuses et des céréales transformées ou non. Les cerfs sont nourris avec des vesces alors que le porc sanglier et une classe d’oiseaux de volière reçoivent du blé. Des céréales sont également moulues et panifiées puisque du pain, sans que l’on puisse détailler sa composition, est distribué au castor comme à l’ours. La seconde classe d’oiseaux de volière, qui se nourrit de chènevis, c’est-à-dire de graines de chanvre, le « canewis » des documents, est la seule granivore, alors que deux autres absorbent des produits animaux. Les jeunes furets sont en effet alimentés de lait et les hérons d’une « peuture » qui serait à base d’alevins et de poissons adultes selon l’âge des hérons à sustenter. La question de la longévité, corollaire direct de l’alimentation, pourrait être examinée pour la faune favorisée, en ce qui concerne les auxiliaires cynégétique et certains animaux de ménagerie en étudiant l’état sanitaire des ossements et les mentions textuelles8. D’une manière générale, il semble que les repas étaient adaptés aux récipiendaires, mais il existe des cas moins évidents. Par exemple, au début du xive Siècle, le régime alimentaire du cerf (Ceruus elaphus) comporte des herbacées, des arbres, arbustes et légumineuses, alors que de nos jours, ce menu conviendrait plutôt au chevreuil (Capreolus capreolus)9. Au reste, dans les années 1290, c’était bien du foin qui était distribué aux « bestes » du parc (Arch. dép. Pas-de-Calais, A1371). Une telle variabilité mérite réflexion.

  • 10 L’importance du héron est aussi perceptible par la présence d’un garde des hérons dans la comptabil (...)

13L’étude des frais afférents à l’alimentation dévoile l’importance financière des animaux favorisés. Les résultats sont évalués en deniers pour le terme comptable dit de l’Ascension 1301 (figure no 4). En terme de coût, trois classes se détachent, dont une, marginale, varie entre 0 et 1,5 %. Cela vaut pour les furets, qui ne doivent pas être nombreux, le porc sanglier et une classe d’oiseaux de volière, c’est-à-dire une faune nourrie avec des céréales non transformées. La deuxième classe, dont les coûts alimentaires sont inférieurs à 10 %, regroupe les oiseaux de volière nourris au chènevis et deux animaux de ménagerie, le castor et l’ours. Cela coûte trois fois plus cher de subvenir aux besoins nutritionnels de l’ours (6 deniers par jour) qu’à ceux du castor (2 deniers par jour). Si ces deux individus, à eux seuls, occasionnent plus de frais que tous les oiseaux de volière, la réponse tient au prix du pain, leur alimentation quotidienne d’après les documents. Mais la ménagerie reste peu onéreuse car elle n’engloutit pas la moitié des sommes dépensées pour les cerfs. La dernière classe incorpore évidemment ces derniers, ainsi que les hérons, dont les dépenses en nourriture frôlent les 85 % qui caractérise cette faune à poil et à plumes. La présence du héron, au premier rang, s’explique par la cherté de sa nourriture, composée de poissons et par leur nombre. Mais, contrairement au reste de la faune qui use d’espaces restreints, situation d’une ménagerie, d’une volière ou d’une furetterie où l’homme doit absolument nourrir les animaux, les hérons et les cerfs vivent en semi-liberté, dans des « pâturages » humides et boisés où l’animal prélève lui-même sa pitance. Ici, entre le 3 février et le 11 mai 1301, au sortir de l’hiver et au début du printemps, l’homme complète la ration de ces troupeaux de volatiles et de ces hardes de macrofaune. Peut-être préserve-t-il ainsi les repousses forestières de l’abroutissement des cervidés. Par l’analyse financière, l’animal émerge de l’ombre10. Le héron et le cerf forment un duo essentiel dans l’imaginaire forestier médiéval du moins dans la réserve cynégétique du comte d’Artois à Hesdin.

Figure no 4 - Les soins et les frais alimentaires de la faune favorisée d’après l’exercice comptable de l’Ascension 1301 (Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 1664).

III. La clôture : l’écrin monumental des réserves cynégétiques

  • 11 Pour la méthode, d’après des recherches en France septentrionale, voir J.-J. Dubois, Espaces et mil (...)

14Les biogéographes travaillant dans une perspective historique ont montré l’intérêt des lisières externes forestières afin d’évaluer l’âge et les variations de superficie en fonction des associations ligneuses et de leur traitement11. Je propose de transposer et d’adapter cette démarche à une autre interface signifiante en matière de paysage, à savoir la clôture des réserves cynégétiques médiévales. Cette réalité paysagère comporte stricto sensu des palissades et des murs avec ou sans talus et fossés.

15Au Moyen Âge, la clôture d’une réserve cynégétique constitue un triple marqueur (figure no 5). Elle est un marqueur socio-juridique, économique et territorial, ce qui en fait un indicateur fondamental dans une démarche géo-historique. Pour les besoins de la démonstration, je prendrai le cas d’Hesdin qui a valeur d’exemple.

  • 12 Par exemple, la réserve cynégétique boisée de Vincennes est murée durant le règne du roi de France (...)
  • 13 Ce qui ne correspond pas à l’ensemble de la réserve cynégétique mais à son centre.
  • 14 Les derniers résultats archéologiques sont consultable dans F. Duceppe-Lamarre. « Le parc à gibier (...)
  • 15 C. Beck, P. Beck. « La nature aménagée. Le parc du château d’Aisey-sur-Seine (Bourgogne, xive-xvie  (...)

16Comme marqueur économique, la clôture peut être étudiée sous deux angles : son coût financier afin de l’aménager et de l’entretenir et en amont, son coût par le biais de l’exploitation des matières premières. Dans la seconde moitié du xiie siècle comme pour les siècles suivants, en France, les limites des réserves cynégétiques sont faites en matériaux non périssables sous forme de murs maçonnés12. Cette tendance monumentale, perceptible en Artois, se retrouve dans la comptabilité du bailliage d’Hesdin, encore n’est-ce que pour le parc à gibier13. Quels sont les écueils à éviter pour évaluer le travail et le financement des enceintes ? Il convient d’abord d’appréhender leur érection. Les linéaires d’enceinte sont estimés à près de 7 kilomètres à Aisey en Bourgogne, d’une dizaine pour le bois de Vincennes au xiie siècle, entre 12 et 14 kilomètres à Hesdin selon les vestiges retrouvés du parc à gibier. Les prospections extensives sont à poursuivre14. Les tracés des enceintes, une fois mesurés d’après le terrain et les cartes anciennes, sont mis en parallèle avec le travail qui fut fourni. Le système des corvées conduisent à reconstituer les efforts fournis pour les périodes plus anciennes ou dans des cas particuliers. Mais les documents comptables conservés révèlent l’emploi de salariés, ce qui était le cas chez le comte d’Artois. La quantification des jours de travail, du nombre de salariés et du prix de la tâche effectuée, mise en relation avec le parcours des limites devenues monumentales d’après les vestiges représente le meilleur moyen d’évaluation. Il faut ensuite ajouter à ce résultat celui de l’entretien, travaux colligés dans les rouleaux de comptabilité et dont les murs montrent encore les traces. Maintenir en état ces constructions exigeait un effort financier régulier et notable. Le coût de réfection de telles murailles est en effet très élevé pour les parcs bourguignons pour lesquels il existe plusieurs études. Un peu plus de 450 livres sont dépensées à Aisey en 1342-1343 selon les travaux de Corinne et Patrice Beck15. En Artois, pour des restaurations partielles lors d’un terme comptable, des montants d’une vingtaine de livres sont notés (compte de Jacques Cornille, bailli d’Hesdin, Toussaint 1322). Comme les exhumations archéologiques sont incomplètes, il faut exploiter des séries comptables pour éviter une information exceptionnelle ou marginale. Très souvent, différentes besognes occupent une seule rubrique comptable, ce qui empêche leur évaluation. D’autres fois, l’imprécision occulte la réalité des travaux. Le sujet nécessite donc la prudence et les données présentées ici sont à prendre comme des tendances, voire comme des ordres de grandeur.

Figure no 5 - Un écrin monumental pour les réserves cynégétiques

17Second axe de l’approche, la connaissance des matières premières. Afin de rendre monumentales les limites, il fallait que les matériaux, tant géologiques que biologiques, fussent disponibles. D’après les documents comptables, les ressources utilisées provenaient des biens immobiliers des maisons d’Artois et de Bourgogne. La main-d’œuvre locale les extrayait, les transformait et les transportait. Il est cependant difficile de connaître la valeur exacte de ces multiples activités constructives qui utilisaient au moins en partie, d’après le silence des sources, les mêmes lieux d’extraction et de transformation.

  • 16 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 813, datation : de la Saint-Jean-Baptiste 1431 à la Saint-Jean-Baptiste (...)

18Certains sites d’extraction servirent pour la réserve cynégétique mais aussi pour tout le bailliage d’Hesdin de la fin du xiiie siècle à la première moitié du xive. La première carrière était dans le parc même. La seconde est dite « du fossé ou parc ». La troisième est dans le « bois entre deux eaux », la quatrième, à la Longue Haie. La cinquième correspond à divers points d’extraction localisés au Blanc-Mont et aux bois d’Auchy près des murs du parc, tant autour du bois d’Amalis près d’Heudebour, à Coquièreaumont et proche de la porte de l’Estoquoy [du parc à gibier]16. Des archives au terrain, les prospections montrent que le lieu dit de « Blanc-Mont » ne couvre qu’une parcelle de ce plissement de terrain où les bancs de craie s’érodent en surface une fois dégagés dix cm de sol brun. Brisant cette monotonie de la stratification, des interbancs de silex, blanc cette fois, s’immiscent de manière linéaire. Dans les pâtures, trois petites carrières à flanc de coteau et un cône d’extraction sont repérables, outre une carrière éventuelle qui forme un hémicycle de grand diamètre. Un cm de terre brune recouvert d’herbe s’est constitué et masque ces crevasses. Ces exploitations ponctuelles furent abandonnées à ciel ouvert par leurs exploitants. D’après la lecture des niveaux en place, c’est sur ce substrat géologique que croissaient les bois d’Auchy-lès-Hesdin qui ont disparu nominalement et biologiquement, excepté trois minuscules boqueteaux. Dans ces mêmes parages, les microtoponymes « bois des Moines » et « bois des Carrières » selon le cadastre actuel d’Auchy-lès-Hesdin voisinent avec celui de « Bois des Moines » dans la carte IGN no 2206E. Il est possible d’instaurer une continuité topographique entre les « bois d’Auchy » médiévaux et les noms d’espaces boisés précédemment cités. Le boqueteau résiduel des bois médiévaux d’Auchy dépend actuellement de trois propriétaires fonciers. Plus d’une vingtaine d’extractions demeurent visibles, dont certaines ont été récemment rebouchées. Entonnoirs et tranchées d’extraction résultent de cette recherche d’antan pour la craie et les interbancs de silex. Les profondeurs oscillent entre 2 et 4 mètres, alors que les tranchées peuvent atteindre 7 mètres de large sur 25 mètres de longueur. L’ensemble des parcelles, malgré ces perturbations micro-topographiques, demeure boisé.

  • 17 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 813.
  • 18 Les trois modes d’extraction du Forestel peuvent correspondre à des phases d’exploitation comme à d (...)
  • 19 Une glane documentaire va dans ce sens : « Item pour abatre I caisne à le saulonnière ou parc qui p (...)

19Outre ces extractions de craie et de silex, le sable - le sablon des textes - fut aussi recherché à l’est de la réserve d’Hesdin. La comptabilité cite la sablière du Forestel d’Hesdin que tint à ferme Gilles du Blé, pendant trois ans de 1429 à 1431, moyennant 100 sous par an payés à l’Ascension, à la Toussaint et à la Chandeleur. Le duc de Bourgogne pouvait y prendre le sable dont il avait besoin pour ses travaux, mais à ses frais17. Une « sauclonnerie » était donc exploitée sous forme de rente trisannuelle au début du xve siècle, espace inclus dans un forestel, ce bois existant toujours mais amoindri sur la commune de Wail. Le lieudit « la Sablière » guida logiquement les prospections de surface à Test de la départementale 98. L’actuel Forestel, situé au sommet d’un vallonnement ponctué de lieux-dits, tels la « hayeure à lapins », correspond à l’emprise forestière orientale de l’époque médiévale, ce que confirment les cadastres anciens. Dans les champs et dans un boqueteau voisin, plus d’une demi-douzaine d’extractions de sable restent visibles grâce à la conservation des microreliefs par les pâtures. Trois types de micro-sablières sont présents : des cônes d’extraction, des tranchées et des hémicycles. Aucun n’est très grand en raison des besoins limités mais également peut-être de l’environnement forestier : les arbres appartenant à un grand seigneur, le duc de Bourgogne, Philippe III le Bon (1419-1467) obligeait à respecter l’ensemble18. Les niveaux sableux étant sous-jacents, les extractions étaient commodes, d’autant que l’horizon humifère n’excède pas les dix centimètres. Par ailleurs, de telles perforations favorisaient l’érosion et constituaient un facteur d’instabilité susceptible d’entraîner des chablis19, ce dont les contractants étaient conscients. Les plus petites ponctions, de moins de deux mètres de diamètre environ, correspondent à des formes coniques dont le fond est évasé. Les tranchées sont sinueuses et varient entre deux et trois mètres de profondeur. Certaines mesurent quelques dizaines de mètres de longueur, en particulier celles inscrites dans le boqueteau. Les extractions les plus importantes, en forme d’hémicycle, sont accolées aux dénivellations douces du terrain afin d’y faciliter le travail.

20Avec le sable et l’eau à portée de main, il restait à fabriquer de la chaux pour produire du mortier afin de maçonner les murs du parc ou tout autre mur. La comptabilité cite fréquemment l’extraction de craie qui est cuite grâce aux bois des environs. Il en résulte un oxyde de calcium, la « cauch » des documents, transportée par brouette jusqu’au chantier de construction. La cuisson avait lieu dans des « cauffour », fours à chaux concentrés en trois lieux, à proximité des zones où se trouvaient les travaux à réaliser et où les ressources tant minéralogiques que ligneuses ne manquaient pas, c’est-à-dire le « bois entre deux eaux », le parc à gibier et le Forestel. La massive forêt domaniale d’Hesdin fut épargnée, alors que le parc accueillit deux à trois fours à chaux entre 1295 et 1301, le « bois entre deux eaux » au moins trois entre 1310 et 1322 et le Forestel, qui n’était pas en reste, deux à quatre dans la seule année de 1301 en tenant compte des redites. Ces trois terrains boisés reçurent donc au moins sept et jusqu’à plus de dix « cauffours » soit en leur sein, c’est-à-dire dans des clairières et des prés forestiers, soit sur leurs marges, ceci en moins de trente ans. Cela équivaut à un rythme d’un four tous les trois ou quatre années ! Cette intense activité explique d’une part l’existence d’un professionnel, Alleaume le Cauffourier, des années 1308 à 1322 à Hesdin et, d’autre part, le traitement en taillis ou en taillis sous futaie. Cela explique des mentions comme « pour faire 18 000 de fagots au bos d’entre deus yaues, 6 sous 8 deniers du millier sont pour faire deus caufours : 6 livres » dans les sources (Arch. dép. Pas-de-Calais, A 4045).

***

  • 20 Sur la notion de territoire, d’après une démarche archéologique, voir É. Zadora-Rio, « Parcs à gibi (...)
  • 21 Voir les travaux sur Vincennes et sur Aisey-sur-Seine en Bourgogne pour la France et les travaux ou (...)

21Les réserves cynégétiques médiévales composent des territoires complexes dont l’élément majeur, l’écosystème forestier, est largement modifié par l’homme pour la chasse20. De ce point de vue, un nombre restreint d’animaux sauvages, le cerf et le héron au début du xive siècle à Hesdin, sont volontairement favorisés, en étant introduits et protégés, alors que d’autres deviennent familiers ou le sont déjà et forment le bataillon des auxiliaires de chasse, le plus important par sa diversité. Cette description est validée par les recherches menées en France ou en Angleterre où les cervidés dominent également mais où aucun grand échassier n’a une telle place21. Ces désirs de chasse ont un prix que la comptabilité affiche. Il en est de même du soin apporté pour nourrir ces animaux et les protéger contre d’indésirables prédateurs.

  • 22 La citation est extraite du célèbrissime Tableau de la géographie de la France, p. 305, selon l’édi (...)

22Le second aspect de cette économie de l’imaginaire réside dans le paysage ou plutôt dans un de ses éléments, la clôture qui constitue un marqueur territorial et socio-juridique dont l’évolution obéit à une logique absente de rentabilité. Cependant, en devenant des murailles elle suit une rationalité économique liée à la dynamique des réserves de chasse. Puisque les hommes s’étaient aperçus que « les matériaux de construction s’offrent sur place et en abondance » pour reprendre l’expression de Paul Vidal de La Blache22, ses matériaux furent mis à contribution.

  • 23 Le tout se passe dans le cadre des rencontres diplomatiques entre le roi de France et les représent (...)

23On comprend ainsi la présence de carrières, ces multiples perforations qui jouxtent les sites de construction des murailles ou d’autres bâtiments, les fours à chaux et les zones en taillis. Bref, un paysage sans autre démarcation entre le territoire de chasse et ses environs, si ce n’est le rôle de séparateur qu’a la clôture du parc. Ainsi, la réserve cynégétique d’Hesdin offre, par cette économie de l’imaginaire, une illustration de milieux forestiers singuliers. C’est pourquoi le duc Philippe le Bon fit construire durant l’été 1463 une « salle à manger roulante » dans la vallée de la Ternoise, c’est-à-dire au nord du parc, afin d’offrir à ses hôtes des points de vue variés sur son exceptionnelle réserve cynégétique23.

Notes

1 Voir les actes de colloque de 1999 sur les palais, sous la direction d’Annie Renoux, « Aux marches du palais » Qu’est-ce qu’un palais médiéval ?, Actes du VIIe Congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999, Université du Maine, publications du LHAM. Un article y traite également de leur environnement : C. Beck, P. Beck, et E Duceppe-Lamarre, « Les parcs et jardins des résidences des ducs de Bourgogne au xive siècle : Réalités et représentations », p. 97-111.

2 Le sujet a été traité tout récemment dans F. Duceppe-Lamarre, « Le parc à gibier d’Hesdin. Mises au point et nouvelles orientations de recherches », Revue du Nord - Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, t. LXXXIII, no 343, 2002, p. 175-184. Voir également, à propos du bourg fortifié d’Hesdin : B. Delmaire, « Thérouanne et Hesdin : deux destructions (1553), une reconstruction », dans Destruction et reconstruction de villes, du Moyen Âge à nos jours, Actes du 18e Colloque international, Spa, 10-12 septembre 1996, Bruxelles : Crédit communal, Collection Histoire, no 100,1999, p. 127-153.

3 La question du sylvopastoralisme est laissée de côté en raison de l’optique suivie, ainsi que les autres types d’élevages non forestiers.

4 Les prix offerts pour la capture et l’investissement par le chasseur sont aussi à prendre en considération. Entre 1300 et 1315, la buse rapporte très peu (2 deniers), comparativement à l’aigle et à la loutre, respectivement 3-4 sous et 10 sous. Une valeur très éloignée des auxiliaires cynégétiques à plumes : 30 à 60 sous l’oiseau !

5 F. Duceppe-Lamarre, « Éliminer les indésirables à Hesdin (Artois, xiiie-xve siècles) », dans A. Corvol (dir.), Forêts et Faune, Cahier d’études Environnement, Forêt et Société, xvie-xxe siècle, IHMC-CNRS, no 12, 2002, p. 9.

6 Il faudrait ajouter le cygne pour lequel furent construits des nids, mais ce dernier ne fréquente pas les milieux boisés. Le faisan, volatile forestier, demeure absent de ce cortège : il n’est pas, à cette époque, introduit par l’homme au moins dans la vallée de la Canche.

7 On retrouve dans d’autres réserves cynégétiques de la fin du Moyen Âge, en Hainaut par exemple, une telle relation aux porcins.

8 Par exemple, le castor de la ménagerie y passe sept années avant de mourir (de l’Ascension 1301 à la Chandeleur 1307). En revanche, l’âge de la capture demeure inconnu.

9 D’après les données de l’Office national de la Chasse français de G. Tendron, « Les cervidés en France : pour une gestion maîtrisée », dans A. Corvol (dir.), Forêts et Faune, Cahier d’études Environnement, Forêt et Société, xvie-xxe siècle, IHMC-CNRS, no 12, 2002, p. 48-55.

10 L’importance du héron est aussi perceptible par la présence d’un garde des hérons dans la comptabilité : « Item pour les gages du garde des hairons par tel terme, VI deniers tournois par jour : LXVII sous VI deniers valent à parisis, LIIII sous », Arch. dép. Pas-de-Calais, A1664.

11 Pour la méthode, d’après des recherches en France septentrionale, voir J.-J. Dubois, Espaces et milieux forestiers dans le nord de la France. Étude de biogéographie historique, thèse d’État, Université de Paris I, 1989 et du même auteur, « Les lisières forestières d’après les anciens plans des forêts de la région du Nord aux xviie-xviiie siècles », Colloques Phytosociologiques, VIII, 1979, p. 273-285.

12 Par exemple, la réserve cynégétique boisée de Vincennes est murée durant le règne du roi de France Philippe II Auguste (1180-1223). Voir J. Chapelot, Le château de Vincennes. Une résidence royale au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, 2001 (rééd.) ; J.-M. Derex, Histoire du bois de Vincennes. La forêt du roi et le bois du peuple, Paris, L’Harmattan, 1997.

13 Ce qui ne correspond pas à l’ensemble de la réserve cynégétique mais à son centre.

14 Les derniers résultats archéologiques sont consultable dans F. Duceppe-Lamarre. « Le parc à gibier d’Hesdin. Mises au point et nouvelles orientations de recherches », Revue du Nord - Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, t. LXXXIII, no 343, 2002, p. 177-178 et 181-183.

15 C. Beck, P. Beck. « La nature aménagée. Le parc du château d’Aisey-sur-Seine (Bourgogne, xive-xvie siècles) ». L’homme et la nature au moyen âge. Actes du Congrès International d’Archéologie Médiévale, Grenoble, 1993, Paris, Errance, 1996, p. 22-29.

16 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 813, datation : de la Saint-Jean-Baptiste 1431 à la Saint-Jean-Baptiste suivante. Registre comptable de Jean Guilbaut. Cet ensemble de sites extractifs se situent le long de la partie orientale du parc d’Hesdin, non plus dans la réserve mais dans le bailliage.

17 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 813.

18 Les trois modes d’extraction du Forestel peuvent correspondre à des phases d’exploitation comme à des besoins différents. D’après Jean-Mary Couderc, les entonnoirs d’extraction matérialisent une volonté de préserver les arbres environnants et donc une activité en milieu forestier, un état de fait paysager remarqué et interprété comme tel pour des campements de métallurgistes de l’époque gauloise en Touraine : M. Couderc. « Forêts et défrichements en Touraine dans l’Antiquité ». Le bois et la forêt en Gaule et dans les provinces voisines, Actes du colloque de Tours, Université de Tours : Caesarodunum, t. XXI, 1985, p. 121-130.

19 Une glane documentaire va dans ce sens : « Item pour abatre I caisne à le saulonnière ou parc qui pendoit : XIII deniers. » Arch. dép. Pas-de-Calais, A 1664.

20 Sur la notion de territoire, d’après une démarche archéologique, voir É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier et garennes à lapins. Contribution à une étude archéologique des territoires de chasse dans le paysage médiéval ». Du pollen au cadastre..., Actes du colloque de Lille des 10-12 octobre 1985, Hommes et Terre du Nord, no 2-3, 1986, p. 133-139. Sur la notion d’écosystème, étudiée par la voie de la géographie historique, voir Cl. et G. Bertrand, « Pour une histoire écologique de la France rurale », dans G. Duby et G. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, Des origines à 1340. t.1, Paris, Seuil, 1975, p. 39-113. Voir aussi, pour la démarche d’archéologie du paysage des milieux forestiers, F. Duceppe-Lamarre. Chasse et pâturage dans les forêts du nord de la France. Pour une archéologie du paysage sylvestre (xie-xvie siècles), manuscrit chez l’auteur.

21 Voir les travaux sur Vincennes et sur Aisey-sur-Seine en Bourgogne pour la France et les travaux outre-Manche suivants : T. Beaumont-James. « Les palais anglais : le terme palatium et sa signification dans l’Angleterre médiévale (1000-1600) », dans A. Renoux (dir.), « Aux marches du palais » Qu’est-ce qu’un palais médiéval ?. Actes du VIIe Congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999, Université du Maine, Publications du LHAM, 2001, p. 135-143 et J. Birrel-Hilton. « La chasse et la forêt en Angleterre au Moyen Âge ». Le château, la chasse et la forêt, Cahiers de Commarque, Bordeaux, éd. Sud-Ouest, 1990, p. 69-80.

22 La citation est extraite du célèbrissime Tableau de la géographie de la France, p. 305, selon l’édition de l’année 2000.

23 Le tout se passe dans le cadre des rencontres diplomatiques entre le roi de France et les représentants du roi d’Angleterre. Voir l’étude historique de A. Van Buren-Hagopian. « La roulotte de Philippe le Bon ». Mémoires de la Commission d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, XXV et Revue du Nord, h.s. 3,1987, p. 115-122.

Notes de fin

1 Je remercie Andrée Corvol, Paul Arnould et François Poplin pour leurs relectures de cet article.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Carte de situation
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 2 - Diversité des relations entre l’homme et l’animal dans la réserve cynégétique d’Hesdin
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 3 - Les captures d’animaux dans la réserve cynégétique d’Hesdin : les indésirables réguliers
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24871/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure no 4 - Les soins et les frais alimentaires de la faune favorisée d’après l’exercice comptable de l’Ascension 1301 (Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 1664).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24871/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure no 5 - Un écrin monumental pour les réserves cynégétiques
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24871/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search