Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Nature et montant des recettes forestières du Comté de Bourgogne au xive siècle, d’après les comptes de Gruerie

Pierre Gresser

Texte intégral

  • 1 Pierre Gresser, « La Franche-Comté : deux millénaires de limites territoriales », Frontières (?) e (...)
  • 2 Pierre Gresser, La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, Besançon, Cêtre, 1999.

1Aux xive et xve siècles, le comté de Bourgogne – approximativement une partie de l’actuelle Franche-Comté1 – connut une évolution politique particulière. En effet, alors que depuis 1032 la Comté était membre du Saint Empire romain germanique, à deux reprises elle fut rattachée au duché de Bourgogne. C’est ainsi que de 1330 à 1361 et de 1384 à 1477, les ducs de Bourgogne devinrent comtes de Bourgogne : respectivement Eudes IV et Philippe de Rouvres pendant la première union bourguignonne, puis Philippe le Hardi, Jean sans Peur, Philippe le Bon et Charles le Téméraire au moment de la seconde réunion des deux principautés2.

  • 3 Pierre Gresser, La gruerie du comté de Bourgogne aux xive et xve siècles, thèse dactylographiée, D (...)
  • 4 Pierre Gresser, La gruerie..., op. cit. ; Le crépuscule du Moyen Âge en Franche-Comté, Besançon, C (...)

2Parmi toutes les conséquences administratives de ce rattachement, nous n’en retiendrons qu’une seule : la création d’un office de gruerie, à l’instar de celui qui existait dans le duché d’outre-Saône3. Apparue sous le principat d’Eudes IV, duc-comte de 1330 à 1349, l’institution avait pour but d’administrer et de gérer les eaux et forêts princières. Sans refaire son historique, rappelons que l’évolution de la gruerie s’inscrit dans trois périodes différentes : une phase de gestation sous Eudes IV ; un développement ininterrompu du milieu du xive siècle à 1477 ; une crise consécutive à la mainmise du roi de France sur la Comté de 1477 à 14934.

  • 5 Pierre Gresser, La gruerie..., op. cit, vol. 1, p. 3-9.

3De ce siècle et demi d’histoire nous est parvenue une série remarquable de comptes qui, en dehors de deux rouleaux de la première moitié du xive siècle conservés aux Archives départementales du Doubs, se trouvent aux Archives départementales de la Côte-d’Or5. Il est évident qu’il s’agit d’une source de tout premier plan pour l’étude des eaux et forêts princières au bas Moyen Âge. C’est cette documentation quantitative et sérielle que nous avons exploitée pour présenter les recettes forestières du comté de Bourgogne au xive siècle. Par recettes entendons les revenus bruts et non pas les bénéfices éventuels, dégagés par soustraction entre les recettes et les « missions » ou dépenses.

  • 6 Arch. dép. Doubs, B 81/1 et B 81/2.
  • 7 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1.

4Pour ce faire, les ressources issues des bois princiers peuvent être regroupées de trois manières différentes : en suivant l’ordre chronologique de leur apparition dans la documentation ; en regroupant les revenus par thèmes ; en classant les postes par ordre d’importance financière. Afin de montrer comment la gruerie fut une institution qui se structura progressivement, nous avons choisi la première formule sans exclure, pour la vente du bois et la « conduite », un plan thématique. Ajoutons que cette démarche est adaptée au cadre rédactionnel de la comptabilité, qui changea au cours de la période envisagée. En effet, sans parler des comptes du 2 février au 29 septembre 1338 et du 12 juillet 1338 au 25 décembre 13406, correspondant à la période de formation de la gruerie, à partir de 1353 les documents sont bien structurés, les recettes étant détaillées dans le cadre de 6 postes : « pesnaige », vanniers, amendes des bois banaux, bois mort vendu à Salins, amodiation d’une rivière et vente du poisson. Le compte de 1361-1362 rompt avec cette disposition pour adopter un plan par seigneuries : Colonne, La Loye, Santans, Dole, Orchamps, Ornans et Poligny7. Puis, à partir de 1362-1363 les recettes sont à nouveau réparties comme avant 1361-1362, mais jusqu’en 1370-1371, exercice financier au cours duquel réapparaît un regroupement géographique.

I. Les ressources dans la première moitié du xive siècle

5Entre la date d’apparition du premier gruyer comtois (1335) et le milieu du xive siècle, la gruerie connut une période de gestation caractérisée par deux revenus forestiers : les amendes des bois banaux et le « pesnaige », seuls mentionnés.

A. Les amendes des bois banaux

  • 8 Arch. Dép. Doubs, B 81/l. « mal teste » en deux ou un mot fait penser à « maltote », impôt établi (...)
  • 9 Arch. dép. Doubs, B 81/2.

6De toutes les recettes forestières prises en compte par la gruerie, les amendes des bois banaux forment le poste le plus ancien car il apparaît dès le compte du 2 février au 29 septembre 1338. En effet, parmi les 5 amendes infligées au cours de l’exercice financier, 3 ont pour motif « trouvez es forees », et parmi elles, 2 sont complétées par la formule « pour male teste, acordey » à 20 sous estevenants8. Quant au rouleau du 12 juillet 1338 au 25 décembre 1340, il commence par les amendes des bois de Gray et de « Loncourt » (Lieucourt)9.

  • 10 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1, fol. 1.
  • 11 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3, fol. 11 v°.

7Après ces premières mentions, le poste des amendes des bois banaux se relève régulièrement dans la comptabilité, à quelques exceptions près, pour des raisons de chronologie des exercices financiers. Dans le compte du 22 juin au 29 septembre 1353, il est précisé que le gruyer « ne compte riens des amandes des bois bannalx... pour ce que par le terme dessus dit n’an ai riens recehu10 ». Le registre du 11 février au 29 août 1370 est plus détaillé en indiquant que des amendes de Dole, La Loye, Orchamps, Fraisans, Gendrey, Lavans, Quingey, Ornans, Poligny, Arbois, Montigny, Colonne, Voiteur, « ne compte rien li gruyer pour le terme que dessus car il n’an a rien adjugé ni receu11 ».

  • 12 La plus faible est de 3 s. en 1374-1376 et la plus élevée de 6 1. 10 s. en 1399-1400. A ce sujet : (...)
  • 13 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 2.

8Le calcul de leur montant est moins simple qu’il y paraît pour plusieurs raisons. D’abord, curieusement, se trouvent mélangées aux amendes des bois banaux des peines pécuniaires qui n’ont rien à voir avec la forêt. Tel est le cas des amendes concernant les « mesus » (délits) commis dans les étangs et les rivières du domaine comtal. Pour ne pas fausser les résultats, nous avons défalqué ces revenus des recettes forestières. Certes, il s’agit de petites sommes12, ce qui explique qu’elles n’aient pas fait l’objet d’un poste spécifique dans la comptabilité. Mais sans la lecture intégrale des fautes recensées, ces méfaits passeraient inaperçus. Il en est de même pour certaines ressources de 1361-1362. Alors que pour la première fois les recettes sont classées par seigneuries, à Santans 5 cas de « conduite du bois » sont énumérés après 3 « acorts d’une amende », sans transition. D’ailleurs, aucun titre ne distingue ce qui relève de « la conduite de courbeilles et de vanz », le bois mort transporté à Salins, les amendes, « la conduite du bois », le « pesnaige », le tout faisant 111.18 s.13

  • 14 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/2, fol. 7 v°.
  • 15 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/1, fol. 1 v°.
  • 16 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3 et B 1434/1.

9Ensuite, le compte de 1369-1370 présente un cas particulier à propos des amendes perçues à Colonne. Les 12 peines pécuniaires représentèrent un total de 101.13 s. Or le texte précise que le gruyer néglige cette somme pour la cause contenue au registre financier précédent « sur la Loye ». Toutefois, le revenu fut baillé « en role a Jehan Curai de Colonne, pour la relever a profit de Madame et ce qui en relevera sera rappourté a profit de Madame, pour le compte suivant du gruier14 ». Le recours au compte de 1368-1369 au poste des amendes enregistrées à La Loye éclaire la décision du gruyer. En un paragraphe rédigé en marge (et barré) nous y apprenons qu’en raison de la guerre et de la « grande mortalitey » au comté de Bourgogne, les condamnés n’avaient pas pu payer l’argent qu’ils devaient à la gruerie15 En revanche, les comptes du 11 février au 29 août 1370 et de cette date au 29 septembre 1371 ne contiennent aucune trace des 101. 13 s.16

  • 17 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1468, fol. 6.
  • 18 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1483, fol. 10 v°.
  • 19 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1497/3, fol. 5 v°.

10Enfin, en 1387-1388, à propos des amendes à Fraisans apparaissent des francs (80) alors que jusqu’à cet exercice financier il s’agissait toujours de livres estevenantes : la monnaie comtoise17 Afin de faire des calculs à partir d’une monnaie unique, nous avons reconverti les francs sur la base de 1 f. = 18 s. est., équivalence explicitement mentionnée dans le compte de 1389-139018 En 1394-1395, les amendes à Gendrey rapportèrent 4 1. 11 s. et 7 f. ou 6 1. 6 s., c’est-à-dire au total 10 1. 17 s.19

11Pour la période 1338-1401, les recettes dues aux amendes atteignirent la somme de 4669 1. 13 s. Lorsque l’on compare la première moitié du xive siècle à la seconde, le contraste est saisissant : 13 1. 7 s. (1338-1340) et 4656 1. 5 s. (1353-1401).

B. Le « pesnaige »

  • 20 Marie-Thérèse Santiard, « La glandée dans les forêts ducales au xive siècle, d’après les comptes d (...)
  • 21 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1423/5, fol. 15 v°.

12Par « pesnaige », il faut entendre la redevance perçue au titre de la paisson des porcs sous le couvert forestier. Même si certains auteurs ont pu écrire que glandée, panage et paisson « sont pratiquement interchangeables, et évoque une même réalité : l’envoi en forêt des porcs pour y consommer les glands (et aussi les faînes), qui forment l’essentiel de leur alimentation20 », dans les comptes de gruerie le poste des recettes consacré à cette pratique est systématiquement intitulé « pesnaige » et jamais paisson. De plus, une expression comme celle qui est mentionnée au compte du 3 décembre 1358 au 2 décembre 1359, « pas de pesnaige car pas de pesson21 », lève toute ambiguïté et montre bien la différence de sens entre les deux termes.

  • 22 Arch. Dép. Doubs, B 81/1 et B 81/2.
  • 23 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1 et B 1396/2, fol. 2.

13Si le « pesnaige » ne figure pas dans le rouleau du 2 février au 29 septembre 1338, en revanche, le compte du 12 juillet 1338 au 25 décembre 1340 justifie les raisons pour lesquelles le gruyer ne toucha rien pour les porcs envoyés dans les bois de Velesmes, Lieucourt et Gray, car c’est le prévôt de Gray qui reçut le « pesnaige » et le comptabilisa22. Cette source de revenu est absente du compte du 22 juin au 29 septembre 1353, mais inaugure les recettes du registre du 29 septembre 1353 au 29 septembre 135423. Pendant toute la période étudiée, le « pesnaige » fut un poste très lucratif des ressources forestières, quoique irrégulier puisque certaines années les arbres ne portèrent pas les fruits consommés par les porcs. Parmi les facteurs expliquant un « pesnaige » faible certaines années, la présence des routiers pendant une décennie dans le comté de Bourgogne à partir du traité de Brétigny (1360) joue. Seule une étude détaillée montrerait que les caprices de la nature ne justifient pas à eux seuls les variations de ce qui fut la seconde ressource des recettes après les amendes : 3562 1. 3 s. durant la seconde moitié du xive siècle.

II. La vente de bois

14À partir de 1353, date où débute la série des comptes de gruerie qui allait se poursuivre – avec des lacunes – jusqu’à la fin du Moyen Âge, la vente de bois forma une part importante des revenus forestiers. En fait, il s’agit d’un ensemble complexe, comme le prouve l’énumération des postes regroupés sous cette rubrique en respectant la chronologie de leur apparition dans la documentation financière.

A. La vente du bois pour salins

1. Le bois mort de la forêt de Chaux

  • 24 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1. Par « fuer dou rei de Chaux », il nous semble qu’il faut entendre (...)

15Dans les comptes de 1353,1353-1354,1356-1357 et 1361-1362, existe un paragraphe consacré à la vente de charretées de bois mort (pris dans la forêt de Chaux) à plusieurs habitants de Santans, pour être conduites à Salins « fuer dou rei de Chaux ». Et les textes de préciser que la charretée à 2 chevaux devait 8 deniers et celle à 1 cheval 6 deniers, le gruyer baillant en un rôle la liste des personnes concernées24.

16Au sujet de ce poste, plusieurs remarques s’imposent. D’abord, il s’agit de sommes modestes (1353 : 33 s. ; 1353-1354 : 20 s. ; 1356-1357 : 34 s. ; 1361-1362 : 54 s.) dont l’origine exacte est partiellement connue. En effet, si le nombre de charretées apparaît en 1353, 1353-1354 et 1356-1357 (respectivement 50, 30 et 54), en revanche il n’est pas mentionné pour 1361-1362. De plus, parmi les 3 premiers comptes, seul celui de 1356-1357 détaille ce qu’il en fut : 43 charretées à 2 chevaux (43 x 8 d. = 344 d.) ; 11 charretées à 1 cheval (11 x 6 d. = 66 d.), d’où un total de 410 d. ou 34 s. 2 d. Ensuite, se pose la question de savoir s’il s’agissait bien de bois mort, problème sur lequel nous reviendrons, car les scribes confondent manifestement quelquefois bois mort et mort-bois. Enfin, la destination exacte du bois n’est jamais précisée. Nous ne savons donc pas si le bois mort était brûlé dans une des entreprises productrices de sel, en particulier la Grande Saunerie, ce qui est vraisemblable. Au total : 71. 1 s.

2. La forêt Mouchard

17Après 1361-1362, dès l’exercice financier suivant, existe un poste énumérant les recettes issues de la vente du bois à Salins, mais sous une autre forme. En fait, si la ville produisant du sel gemme n’est pas citée dans la comptabilité, par contre le terme « chevaces » qui s’y relève ne fait l’objet d’aucun doute quant à sa signification. « Les bois de toutes essences étaient coupés pour l’usage des salines à la grosseur du bras. [...] Les arbres abattus étaient formés en “fardelets” de vingt-cinq bûches ou “chevasses” chacun ; quarante fardelets (on disait aussi “fassins”) formaient un “millier” (c’est-à-dire mille chevasses) ». Cette ressource est notée de 1362 à 1371, c’est-à-dire dans 9 comptes puisque le registre de 1364-1365 ne dit rien à ce sujet. Les renseignements fournis indiquent le nombre de « chevaces » (428 702), le fruit de la vente (3571. 11 s 5 d. 1 ob.) et le fait que le bois vient de la forêt Mouchard, qui existe encore à 9 km au nord d’Arbois. Remarquons que les comptes de 1362-1363 et 1363-1364 parlent de bois mort, que ceux de 1365-1366 à 1370 (11 février – 29 août) mentionnent la « vendue » de mort-bois et qu’en 1370-1371 nous retrouvons le bois mort. S’agit-il d’un reflet de la réalité ou y a-t-il confusion entre les deux notions de la part du ou des scribes ? Nous pencherions plutôt pour la seconde hypothèse.

  • 25 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/2.
  • 26 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/3, fol. 25 v°.

18Alors que le compte du 29 septembre 1371 au 29 septembre 137225 ne contient aucune recette au titre du bois de la forêt Mouchard vendu pour Salins, le registre du 29 septembre 1372 au 20 décembre 1373 comporte un poste explicite « de la vendue de bois mort de Moichart, mis et entrez en la saulnerie de Salins » : 72 1. 15 s.26. Et le texte de préciser la durée de la « vendue » (4 semaines et 1 an, de la 49e semaine avant Noël 1372 au 25 décembre 1373, avec une interruption de 15 semaines « pour la diversitez du temps »), le fait que le résultat de la vente fut rapporté au trésorier par Jehan de Gray, clerc et receveur du bois, par son compte fini le 25 décembre 1373, le tout étant attesté par le livre des clercs de la Porte de la Saunerie, entendons la Grande Saunerie.

  • 27 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/1, fol. 7.
  • 28 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/2, fol. 21 et v°.

19Le compte du 8 décembre 1373 au 20 décembre 1374 est contradictoire, puisqu’à propos du bois mort de la forêt Mouchard il précise qu’il n’y eut pas de vente car « soubz umbre de la façure » de grands dommages étaient commis et, en même temps, il enregistre 31 1. 17 s. au titre de la vente de bois mort pour la saline de Salins27. Cette opposition disparaît avec le registre du 20 décembre 1374 au 24 juin 1376 présentant « la vendue de bois mort de Mouchard mis et entrez en la salnerie de Salins » pour un an, fini le 25 décembre 1375, d’où un revenu de 48 1. 19 s., le compte enregistrant aussi 9 1. 15 s. au titre du bois mort « vendu en faisure28 ». Comme nous le verrons ultérieurement, cette seconde ressource ne relève pas du combustible vendu à la Grande Saunerie de Salins puisqu’elle concernait des particuliers.

  • 29 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1456/2, fol. 4 v°.
  • 30 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459/1, fol. 6.
  • 31 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459/2, fol. 6 v°.

20À partir de cet exercice financier, la vente du bois mort de la forêt Mouchard pour la saunerie de Salins se suit avec régularité. Cependant du 29 septembre 1380 au 24 juin 1381, si aucune recette n’a été enregistrée, c’est parce que Perrin de Laule, receveur « doudit bois » n’avait encore rien compté, d’où le renvoi au registre suivant29. Il est donc logique que l’exercice financier du 24 juin 1381 au 25 décembre 1382 comporte une double recette : celle de la vente à la saunerie du 29 septembre 1380 au 29 septembre 1381 : 101 1. 10 s. ; celle de l’année suivante, 29 septembre 1381- 25 décembre 1382 : 351. 6 s. 8 d. 1 ob.30. Le compte du 25 décembre 1382 au 25 décembre 1383 contient un renseignement important, en précisant que la gruerie ne rapporte rien de la vente du bois mort de la forêt Mouchard livré à la saunerie de Salins, car les membres du Conseil en ont retiré la gestion au gruyer pour la remettre à Perrin de Laule, trésorier de la saunerie31. Aussi, à partir de cette décision est-il normal que la gruerie n’enregistre plus de revenu au titre du bois mort servant de combustible pour la saunerie de Salins. Bilan : 1006 1. 9 s.

3. La Faye de Valempoulières

  • 32 Pierre Gresser et François Vion-Delphin, « La forêt de la Faye de Montrond du xive au xviiie siècl (...)

21La forêt de Chaux et celle de Mouchard ne furent pas les seuls massifs boisés à livrer du combustible à la saunerie de Salins. À deux reprises la comptabilité fait apparaître un autre bois, la Faye de Valempoulières, dénommée actuellement Faye de Montrond32.

  • 33 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1456/1, fol. 8 v°.

22C’est dans le compte du 21 mai 1379 au 29 septembre 1380 que se trouvent 2 recettes parmi les revenus de Valempoulières33 D’une part, il s’agit de 84 1. 18 s. « de la vendue dou bois de la Faie » entré « en fasure » en la saunerie de Salins, de Pâques 1379 (10 avril) – date à laquelle le gruyer commença à recevoir la « fasure » par ordonnance des membres du Conseil- jusqu’au 29 septembre suivant. Et le texte de renvoyer, pour preuve, au compte de Jehan de Gray, receveur de la « fasure ». D’autre part, toujours pour « la fasure dou bois de la Faie », mais du 29 septembre 1379 au 29 septembre 1380, la recette s’éleva à 226 1. 8 s., somme attestée par le compte de Jehan de Gray et de Perrin de Laule, receveur de la « fasure ». Au total, ce sont 311 1. 7 s. que la gruerie encaissa.

  • 34 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459, fol. 9 v°.

23Après ces premières mentions, il faut attendre le compte du 24 juin 1381 au 25 décembre 1382 pour retrouver la seigneurie de Valempoulières comme faisant partie des terres fournissant du bois à la saunerie de Salins34. La première recette, du 29 septembre 1380 au 29 septembre 1381, rapportée au gruyer par Perrin de Laule, receveur du bois, s’éleva à 172 1. 13 s. 5 d. La seconde, correspondant à l’exercice financier du 29 septembre 1381 au 25 décembre 1382, toujours attestée par la comptabilité de Perrin de Laule atteignit 168 1. 4 s.. Au total, les 4 ventes rapportèrent 652 1. 5 s. à la gruerie.

24Sans dépasser le xive siècle, précisons que par ordre d’importance croissante, les bois de la forêt de Chaux valurent 7 1. 1 s., ceux de la Faye de Valempoulières 652 1. 5 s., les « chevaces » et bois mort de la forêt Mouchard atteignant 1006 1. 9 s.

B. Le bois « donné » et vendu à Colonne

  • 35 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 1 v°.
  • 36 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/2, fol. 4.

25C’est curieusement au milieu des amendes perçues à Colonne, dans le compte du 8 janvier 1361 au 9 février 136235, que se trouve la mention de bois « donné » moyennant une redevance. En effet, après 4 amendes, se lit la phrase « Ruinat de Ratier, pour don fait pour ce que l’on li ha donné du bois : 10 sous ». Puis suivent 5 sommes (2 fois 10 sous et 3 fois 5 sous) avec pour justificatif « pour ce », avant de retrouver une amende de 10 sous. Rien, dans le texte, ne permet de connaître la destination du bois qui, en réalité, n’était pas « donné » mais vendu, peut-être à un tarif préférentiel. Nous retrouvons cette pratique dès le compte suivant (1362-1363) toujours à propos de Colonne, sous le titre « recepte a lieu pour bois donnez en la manière acoustumée ». Les trois bénéficiaires versèrent respectivement 20 s., 10 s. et 15 s. « pour faire une chappe de maison36 ».

  • 37 Arch. dép. Côte-d’Or,, B 1434/1, fol. 1 v°.

26À partir de ces deux exercices financiers, la comptabilité comporte un poste revenant pendant toute la période étudiée, mais avec quelques particularités. D’abord, dans le registre du 29 août 1370 au 29 septembre 1371, en un paragraphe justifiant une recette de 61.11 s. se trouvent regroupées des ressources différentes qu’il est impossible de départager : donation de bois, « conduite de faire charbon, cercles et de mener vendre ponset d’escorces », le tout reçu et rapporté par Jean Crual de Colonne, lieutenant37. Ensuite, à partir de 1379-1380, l’intitulé du poste change puisqu’il est dénommé bois donné et vendu jusqu’en 1382-1383. Puis à partir de 1386-1387, premier compte de gruerie datant des ducs-comtes Valois, il ne s’agit plus que de bois vendu à Colonne. Bilan jusqu’en 1401 : 298 1.19 s.

C. La vente du bois mort

27Depuis le compte 1370-1371, à des dates variables, la vente de bois mort se relève à Arbois, Poligny et Gray.

28Dans la châtellenie d’Arbois c’est la forêt Mouchard qui fut concernée par la vente de bois mort, de bois et de pièces pour 1 « truil » (pressoir) en 1370-1371, puis de « quehues » de chênes (branchage) ou de pièces de chênes de 1388 à 1391 et en 1399-1400, pour un total de 145 1. 16 s. Le bois mort de la forêt de Vaivres, dans la seigneurie de Poligny, rapporta 16 1. 16 s. (1371-1376). Quant à la forêt de la Vaivre, au sud-ouest de Gray, son bois mort vendu de 1386 à 1390 et de 1392 à 1400 procura un revenu de 115 1. 11 s. Avec 278 1. 4 s., le bois mort ne fut pas une ressource négligeable.

D. Les ventes de bois occasionnelles

29Tous les postes envisagés jusqu’à présent ont donné lieu à des revenus indiqués dans la documentation avec plus ou moins de régularité. Certes, nous avons placé dans les ventes de bois pour Salins, et du bois mort, des ressources dont la continuité n’est pas comparable à celles des amendes des bois banaux et du « pesnaige ». Mais la cohérence de la classification impliquait un tel regroupement.

30Par ventes de bois occasionnelles, nous entendons des recettes qui, bien sûr, sont ponctuelles, mais ne trouvent pas leur place dans le cadre préalablement établi. Elles forment donc un tout composite qu’il est possible de présenter selon un ordre chronologique.

  • 38 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/2, fol. 4 v°.
  • 39 La forêt de Largançon s’étend à l’ouest de celle de Mouchard, c’est-à-dire au nordouest d’Arbois.

31Le premier cas se lit dans le compte du 9 février 1362 au 9 février 136338. Dans le poste intitulé « vendue de bois mort » se trouvent détaillés 7 revenus qui, à l’exception du premier, concernent la fabrication de « chevaces » dans la forêt Mouchard. Or la première somme de 40 florins ou 30 1. est. fut versée par Guiot Loyte de Salins à qui Etienne de Vadans, receveur du lieu, avait vendu « une partie du menu bois d’Argençon39 ».

  • 40 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/6, fol. 12 v°.
  • 41 La vente ne fut pas réalisée par le gruyer mais par Etienne Vurry, trésorier de Dole et de Salins, (...)
  • 42 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/8, fol. 30 v°.

32Le compte du 11 février 1364 au 11 février 1365 comporte un poste intitulé « autre recepte pour vendue de bois mort », dont le contenu s’inscrit parfaitement dans les ventes occasionnelles de bois40. En fait, il s’agit de la vente à Guiot Loite de la « tondue » des bois de « Montferron, du Crast et de la coste de Saigin », à proximité de La Châtelaine, près d’Arbois pour 100 florins41. L’acte prévoyait le versement de 25 florins le 25 décembre 1364, et de la même somme, un an plus tard. Quant aux 50 florins restants, il s’agissait d’une dette de la comtesse envers l’acheteur. Aussi, dans le cadre de l’exercice financier 1364-1365, le gruyer encaissa 25 florins ou 18 1.15 s. Compte tenu du contrat de vente, il est normal que dans le registre du 11 février 1365 au 11 février 1366, nous retrouvions le même texte que dans le compte précédent et l’encaissement de 25 florins ou 18 1. 15 s. est. le 25 décembre42.

  • 43 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/9, fol. 36 v°.
  • 44 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/10, fol. 40 v°.

33Les comptes de 1366-1367 et 1367-1368 présentent un autre exemple de recettes ponctuelles. Dans le premier registre, sous le titre de vente de mort-bois sont regroupés 3 revenus de « chevaces » et la « vendue des aiez » de Cincens, à Huidellat Boissel et Burneret d’Etrepigney, rapportée par maître Aubry de Cincens, lieutenant du gruyer. Il s’agit d’une somme modeste de 15 s. alors que les bûches pour Salins valurent 35 1. 14 s.43. L’année suivante, le poste « autre vendue de mort bois » se trouve composé de 2 « conduites » et de « la vendue des aiez » de la Bretenière de Chaux. Cette fois-ci, la somme versée par Jaquot de Gouz (Goux) et « ses complices » fut beaucoup plus importante (7 1. 10 s.) et dépassa les 30 s. que rapportèrent les 2 « conduites44 ». Nous avons rassemblé ces 2 recettes parce que chronologiquement elles se suivent et sont de même nature. Le hameau de Cincens et la Bretenière se trouvent à la lisière septentrionale de la forêt de Chaux, au sud du Doubs et d’Orchamps.

  • 45 Paris, librairie Honoré Champion, éditeur, 1968, p. 269.
  • 46 Auguste Coulon, Etude sur les Forêts de Franche-Comté du ier au xviie siècle, thèse manuscrite de (...)
  • 47 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/2, fol. 15 v°-16.
  • 48 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/1, fol. 7. Nous n’avons pas identifié le bois « Glandenne », dont la (...)
  • 49 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/2, fol. 21 et v°.
  • 50 Max Prinet, L’industrie du sel en Franche-Comté avant la conquête française, Besançon, 1900, p. 18 (...)

34Si la localisation des lieux cités ne soulève aucune difficulté, en revanche le terme « aiez » est moins facile à définir. Dans le Lexique de l’ancien français de Frédéric Godefroy45, le mot apparaît, pour ce qui nous intéresse, comme un verbe et un substantif. Le verbe « haier » signifie « garnir d’une haie, barrer au moyen d’une haie//fig., garnir comme d’une haie//v.n., faire une haie//chasser à la haie... », d’où « forest haiee, bois réservé pour la chasse, garenne ». En tant que substantif « haier » désigne le garde des haies. Dans sa thèse de l’École des Chartes, Auguste Coulon, à la fin du xixe siècle, a réservé un chapitre entier à l’onomastique forestière. Si l’auteur ne cite pas le mot « aiez », il consacre quelques lignes au « mot générique de Haie, devenu insensiblement l’équivalent du mot forêt, après avoir très spécialement désigné les emplacements clos au moyen de cordes, de filets ou de haies vives, où l’on forçait le cerf, le sanglier et les autres bêtes. Les termes aige, age, les aiges, en sont un dérivé46 ». À l’évidence, la notion de garenne se trouve chez les deux auteurs, mais le laconisme des deux comptes ne permet pas de savoir de quoi il s’agissait exactement. Nous nous demandons si l’expression « vendue des aiez » ne signifie pas simplement la vente de la coupe de la haie pour faire des fascines. Encore de nos jours, l’entretien des haies se fait par coupes périodiques. Avec l’exercice financier du 29 septembre 1371 au 29 septembre 1372, nous retrouvons la vente du bois de Mont Faron, à Ysebelat femme Raison, par Guillemin Chappelain, receveur d’Arbois, pour 571.16 s.47. Enfin, toujours à propos d’Arbois, en 1376-1377 la gruerie encaissa 30 s. pour la « tonsure du bois Glandenne » vendue à Jehan Nicolin, lequel renonça au marché qu’il avait initialement conclu48. Tout en ayant conscience que la classification adoptée est discutable, il nous semble que l’on peut ajouter à ce que nous venons d’énumérer une recette particulière, qui peut trouver sa place dans les revenus ponctuels pour les années 1374-1378. En effet, dans le compte du 20 décembre 1374 au 24 juin 1376, après les 481.19 s. enregistrés au titre de « la vendue de bois mort de Mochart mis et entrez en la salnerie de Salins » se trouve un autre poste : « autre vendue de bois mort vendu en faisure » pour 81. 35 s.49. On y lit que Besançon Montferrant, « chapuix », versa 8 1. 15 s. pour 17 pièces de bois mort « tant choit comme entresec », c’est-à-dire tombé et à demi sec, et 4 hommes payèrent chacun 5 s. pour « refuz de bois » ou « bois mort du refuz ». La définition du mot « fassure » par Max Prinet permet de comprendre à quoi correspondaient les ventes. D’après l’historien du sel, « l’ensemble des forêts, dont les deux tiers seulement, environ, appartenaient au Prince, était divisé en quartiers appelés Fassures. Chaque Fassure avait, à sa tête, une sorte de chef-coupeur que l’on appelait le Fasseur. Il avait la mission de faire abattre le bois nécessaire par des ouvriers placés sous ses ordres. La police était faite dans les Fassures par des Forestiers, à la nomination des officiers de la Saunerie50 ».

35Ceci dit, on imagine aisément que c’est dans le cadre de l’exploitation du bois de la forêt Mouchard pour la Grande Saunerie de Salins que se produisirent de telles transactions. Le bois tombé, demi sec ou refusé, ne pouvait pas être destiné à l’entreprise productrice de sel gemme, très exigeante sur la qualité de sa seule source d’énergie. Par conséquent, nous pensons que ce sont des particuliers qui faisaient l’acquisition de ce qui ne partait pas pour Salins.

36Le compte du 24 juin 1376 au 24 juin 1377 enregistre une recette de 6 1.

  • 51 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/1, fol. 7. Les « couhes » sont les branches.

375 s. 6 d. dans le poste « autre bois mort vendu en fasure des couhes demorées en bois Mochart, de ceux a cui Madame a donné bois en l’an que dessus51 ». La lecture des justificatifs des 13 sommes enregistrées est significative de ce que fut la vente. Perrin de Molain donna 30 s. pour 17 tronçons de « bois abatu », Regnaut fils de Perrin Chenu versa 3 s. pour 6 « charrées » de branches alors que 5 autres acheteurs payèrent chacun 5 s. pour 12 charretées de branches par personne, 3 hommes se procurèrent à divers prix (15 s., 10 s. et 5 s.) du « bois mort en fasure », enfin 6, 3 et 16 « couhes » (queues, branches) de chêne se vendirent pour 10 s., 7 s. 6 d. et 20 s. À l’évidence, après la coupe du bois destiné à Salins, ce qui restait sur le terrain fit l’objet d’une autre vente afin d’écouler le reliquat de l’exploitation.

  • 52 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/2, fol. 18 et v°.
  • 53 Faut-il entendre par « batue » le territoire où avaient lieu des battues ?

38Le dernier compte (24 juin 1377 – 24 juin 1378) à posséder ce type de recette ponctuelle intitulée « autre bois mort vendu en fasure52 », contredit partiellement ce qui nous semble ressortir du registre précédent. En effet, si nous retrouvons la vente de « couhes » à 6 acheteurs (10 « couhes » 7 s. ; 8 « couhes » 5 s. ; 26 « couhes » 30 s. ; 20 « couhes » 15 s. ; 2 « couhes » 3 s. ; 50 « couhes » 40 s.), en ce qui concerne l’opération la plus importante, il est surprenant de constater que les acquéreurs, Guillaume Laberestier des Arsures « et autres », transportèrent les 50 « couhes » de chênes « en la salnerie a plusieurs fois ». De plus Guiot de Changin versa 30 s. pour « couhes prises en la batue de Vaugrenant (Vaugrenans) » et Guiot de Montigny fit de même « pour couhes prises en la batue de Vadans »53. Ajoutons, pour être complet, qu’un homme déboursa 8 s. « pour refus de bois en Mochart ». Total : 8 1. 8 s.

39Le montant des recettes provenant des ventes occasionnelles de bois fut de 159 1. 10 s.

III. La conduite

40Par conduite il faut entendre l’autorisation accordée par le seigneur pour pouvoir se déplacer à des fins variées et ceci, bien sûr, en relation avec le milieu forestier. Les comptes de la gruerie font référence à cette notion de sauf-conduit dans plusieurs catégories de recettes que nous présentons chronologiquement. Certes, il ne s’agit pas d’une définition identique à celle du conduit qui impliquait la sécurité assurée par l’autorité supérieure. En effet, rien ne prouve qu’elle ait existé dans les cas de figure que nous avons relevés, comme le prouve leur énumération.

A. La vente de vannerie

  • 54 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1, fol. 1. Par « rei de Chaux » il faut sans doute entendre les limit (...)

41Dès le compte du 22 juin au 29 septembre 1353 apparaît un poste consacré aux vanniers « dou rei de Chaux », c’est-à-dire concernant les habitants des villages de La Loye, La Vieille-Loye, Santans, Montbarrey, chaque vannier versant 1 denier pour « conduite fuer dou rei de Chaux » et 1 maille par corbeille54. Cette ressource ne fut jamais importante au sein des recettes forestières, mais elle existe pendant toute la période envisagée avec d’inévitables particularités.

  • 55 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1403/2.
  • 56 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3, fol. 11.
  • 57 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459/3.

42D’abord, les renseignements sur les vanniers ont changé de place dans la documentation au cours de la seconde moitié du xive siècle. Il y a là un problème rédactionnel qui concerne l’ensemble des recettes. En effet, de 1353 à 1361 les ressources sont regroupées par nature des revenus, les vanniers apparaissant en seconde place après le « pesnege ». En 1361-1362 ce plan fut abandonné pour suivre une présentation par localités, la recette des vans se trouvant dans les ressources de La Loye. Dès 1362-1363, les recettes reprirent une classification thématique et ceci jusqu’en 1370. À partir de 1370-1371, les ressources furent à nouveau répertoriées par localités, les vanniers figurant dans 2 postes différents. D’une part, de 1370-1371 à 1400-1401, il y eut une amodiation de la conduite des vans pour les porter vendre « fuer du rey » de Chaux. Ce revenu se lit en des endroits variés. D’autre part, en 1370-1371 pour la première fois et systématiquement à partir de 1378-1379, les vanniers apparaissent dans des postes intitulés « conduite » à Santans (1370-1371), à La Loye (1378-1379 à 1382-1383) et à nouveau à Santans de 1386-1387 à 1400-1401, sauf en 1394-1395 où il s’agit de la conduite à La Loye et au « batey pour bois de Chaux ». Ensuite le poste « vanniers » n’apparaît pas dans le compte du 29 septembre 1357 au 15 janvier 1358, la brièveté de l’exercice financier expliquant sans doute cette absence55. Rien, non plus, dans le registre du 11 février au 29 août 1370 mais pour une autre raison : « Des vanniers du rey de Chaux, des ville de La Loye, de La Vieille Loye, de Santans et de Montbarrey, appartenant à batiz de Chaux, ne compte rien li gruyer pour le terme que dessus car il n’an a rien reçu56. » C’est à nouveau la chronologie du compte du 25 décembre 1383 au 10 avril 1384 (un « quar d’an »), qui justifie le manque de la recette des vanniers57.

43Par conséquent, pour l’historien soucieux de connaître ce que la vannerie rapporta à la gruerie, il faut totaliser non seulement le fruit de l’amodiation de la vente des « vans », mais aussi les sommes versées par les artisans pour obtenir la matière première indispensable à leur activité. Dans l’optique de cette étude, l’alternative était simple. Soit nous séparions systématiquement les revenus liés à l’accès au bois par les vanniers, mais alors cela devait être fait pour toutes les autres activités professionnelles regroupées dans le cadre des différentes « conduites », intitulées comme telles dans la comptabilité. Soit nous laissions ces données là où elles se trouvent, mélangées à d’autres renseignements fort intéressants sur tous ceux qui avaient besoin de la forêt pour vivre. Afin de ne pas disséquer les postes « conduite », ce qui aurait entraîné leur disparition de cette analyse, nous avons choisi la seconde solution.

44De 1353 à 1401, la vente de la vannerie et son amodiation rapportèrent 235 1. 3 s.

B. Le poste « conduite »

  • 58 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1403/4, fol. 9 v°. « Moissei » correspond au village de Moissey (Jura, ar. (...)

45Alors que les vanniers formaient une catégorie particulière de personnes par l’utilisation de tiges végétales, dont vraisemblablement l’osier, d’autres artisans avaient besoin de bois pour la fabrication d’objets très variés. La conduite était donc un droit d’accès à une matière première très recherchée. Le compte du 4 décembre 1357 au 3 décembre 1358 contient un poste intitulé « vanniers », suivi de 5 recettes correspondant à l’approvisionnement en « bois mort » pour la vie quotidienne. C’est ainsi que la première ligne stipule : « De Paris de Moissei pour panre bois mort en Chaux pour faire ennaps : xx sous ». Puis il s’agit d’un « tournier, pour bois mort pris es bois d’Espremont pour faire caillours et escuelles : xxxvii sous vi deniers ». Suivent 2 « tourniers » qui versèrent chacun 30 s. « pour la cause dessus dicte ». Enfin la liste se clôt avec « Guernol de Germigney pour bois mort pris es dit bois pour faire cedes : xxii s. vi deniers58 ». La mention précise des objets ne manque pas d’intérêt. Le mot « ennaps » est à rapprocher de celui d’« enap » ou « hanap », désignant un vase à boire souvent fermé par un couvercle et le terme « caillours » correspond aussi à un vase à boire. Quant aux « escuelles » et « cedes », seules quelques différences orthographiques les séparent des substantifs actuels écuelles et cercles.

  • 59 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 2.
  • 60 Souvans et Gevrey en sont approximativement à 4 km au sud-ouest ; Crissey, dans la banlieue sud de (...)
  • 61 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 2.

46Remarquons que le mot « conduite » n’apparaît pas dans le texte. Mais le contenu du document nous incite à placer cette recette (7 1. au total) dans cette rubrique. C’est à l’intérieur du poste consacré à la terre de La Loye, dans le compte du 8 janvier 1361 au 9 février 1362, que se relève, après les 2 1. 7 s. encaissés au titre des 569 « vans », la phrase : « De Perrin filz Jaiquin, par acort de lui conduite au bois : 15 sous »59. Puis suivent 10 anthroponymes avec les sommes versées à la gruerie, certains noms étant révélateurs de la profession exercée par ceux qui les portaient : « de Jaiquat le rouhier de Souvans », pour ce 10 sous ; « de Huat le rouhier de Gevrey » (Gevry), pour ce 15 sous ; « de Beisençon le rouhier de Crissey », 12 s. ; à nouveau « de Jaiquat le rouhier de Souvans », 10 sous ; « de Guion Tourchat de La Loye, pour « la retenue de l’escorce », 45 sous. Au total : 8 1. 3 s. À la différence du cas précédent, la référence à la « conduite » est cette fois-ci explicite. Par ailleurs les toponymes Souvans, Gevry, Crissey et La Loye renvoient à des villages plus ou moins proches de la forêt de Chaux60. Enfin, 2 activités complètent la connaissance de l’artisanat villageois forestier : celle de « rouhier » c’est-à-dire charron, et la « retenue de l’escorce » interprétée comme le fait d’écorcer les chênes. Le même compte de gruerie contient, au poste Santans, après la recette des « vans » (30 s.), le transport du bois mort à Salins (54 s.) et 3 amendes (60 s.), l’énumération de 5 hommes qui versèrent chacun 10 s. « pour la conduite du bois ». Parmi eux relevons Perrenet le rouhier de Santans et Baudet Soichet de Santans, vannier61.

  • 62 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/10, fol. 40 v°. Besançon « rouhier » était charron

47Après les données de 1361-1362, il faut attendre 1367-1368 pour retrouver 2 références modestes à la « conduite ». En effet, dans le pénultième poste des recettes intitulé « autre vendue de mort bois » on lit que Besançon « rouhier », pour la « conduite » des bois de Chaux pour l’an fini le 29 septembre 1368, versa 15 s. à la gruerie, le fait étant rapporté par le compte de maître Aubry, lieutenant du gruyer. La même somme fut déboursée pour la même cause par Perrenat, gendre de Cornebert de Dole. Et c’est tout62, c’est-à-dire 30 s.

  • 63 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/2, fol. 8.

48Avec le compte du 11 février 1369 au 11 février 1370, nous rencontrons une fois de plus la difficulté d’établir une classification rigoureuse des recettes63. En effet, au poste de Rochefort, après les amendes se trouve une liste de 19 versements dont la justification mérite l’attention. Premier d’entre eux : « De Girart Beschiz ou Veschiz, pour bois qu’il panra es bois de Chalx, pour ses nécessités raisenables » pour l’an fini le 11 novembre 1370 : 8 s. Puis 15 sommes variant entre 5 et 20 s. sont justifiées par cette cause. Ensuite nous lisons : « De Guillaume Prevost pour le peaige d’un an feni comme dessus : 75 s. », le terme de péage demeurant énigmatique dans ce contexte, sauf si on lui donne la signification de sauf-conduit. Enfin, pour la première fois, nous relevons 2 versements en nature : 50 livres de fer et 10 s. dus par Vienat Favre d’Eclans, pour « son usage es diz bois... pour la grosse forge » et 1 livre de cire remise par Symonat Esculiers « pour vernes qui panra es diz bois de Chalx, pour faire escuelles ». Signalons la référence à une essence précise : le verne, autre nom de l’aulne. En fait, le texte se termine en précisant que les 13 1. 8 s., 50 livres de fer et 1 livre de cire ne seront pas versés avant le 11 novembre 1370 et seront comptabilisées dans le compte suivant du gruyer.

  • 64 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3, fol. 14 v°.
  • 65 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/1, fol. 7 v°.

49Autre incorporation (arbitraire ?) dans la conduite que les 10 1. 10 s. versés à la gruerie par 3 hommes pour le droit appartenant à la comtesse de Bourgogne, de 84 500 « aissaules » (bardeaux) de chêne, faites au « Deffoy de Rochefort » à partir du bois qui avait été « abattuz et desracenez » lors du grand orage à la Sainte-Catherine (25 novembre) 1369. Certes, le compte du 11 février au 29 août 137064 ne fait pas référence à la « conduite », mais c’est cela qui est en cause. De plus, la chronologie de l’exercice financier explique que les 13 1. 8 s., 50 livres de fer et 1 livre de cire furent à nouveau reportées. Mais ce qui est très surprenant, c’est que nous ne retrouvons pas dans le compte du 29 août 1370 au 29 septembre 1371 les sommes en espèces et en nature, qui auraient dû y figurer. Un seul paragraphe, consacré à Viennet d’Eclans renvoie au compte du trésorier de Dole65.

  • 66 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/1, fol. 1 v°. Les 6 1. 11 s. furent « recehu et rapportey » au gruyer (...)

50Tout ceci montre que jusqu’en 1370, la notion de conduite eut du mal à s’imposer, mais qu’à partir du compte de 1370-1371 elle devint un poste plus ou moins régulier dans un certain nombre de seigneuries (par ordre alphabétique : Dole, Fraisans, Gendrey, La Loye, Rochefort et Santans), le cas de Colonne étant particulier. En effet, parmi les revenus de cette terre, après 26 amendes se lit un paragraphe justifiant l’encaissement de 6 1. 11 s., pour plusieurs personnes – non citées – ayant versé de l’argent au titre de « donnation de bois et pour la conduite de faire charbon, cercles et de mener vendre ponset d’escorces66 ». Faute de pouvoir apprécier ce que représenta chaque élément de la somme globale, nous avons laissé ce revenu dans le poste du bois « donné » et vendu à Colonne.

  • 67 Nous l’avons dit pour les vanniers. Il en sera de même pour les charbonniers.

51Sans extraire de la conduite les différentes composantes pour les reporter dans des recettes présentées par ailleurs67, les 27 exercices financiers de 1370 à 1401 rapportèrent 456 1. 11 s. Si l’on ajoute à cette somme ce qui a été dit de la conduite pour les années 1357-1370 (29 1. 13 s.), cela fait un total de 486 1. 4 s.

C. L’affouage

52Malgré la création d’un poste « conduite » à partir de 1370 dans plusieurs seigneuries, il serait faux de penser que tout ce qui relevait de la notion de sauf-conduit fut regroupé dans ces rubriques très précises. Tel est le cas de l’affouage qui, chronologiquement, apparaît en même temps que le poste « conduite » et semble devoir y être incorporé.

  • 68 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/1, fol. 7 ; B 1434/2, fol. 17 v° ; B 1434/3, fol. 28.

53Dans 3 comptes (1370-1371, 1371-1372 et 1372-1373) sont inscrites, en des paragraphes spécifiques, les redevances versées pour « fouaiges », « affouaiges », entendons pour affouage. Il s’agit de petites sommes (respectivement 8 s., le 26 décembre 1370 ; 8 s. le 26 décembre 1371 ; 10 s., le 26 décembre 1372 ; total : 11. 7 s.), qui concernent les villages de Baverans, Brevans et Azans (le long du Doubs, à l’est de Dole), le tout figurant parmi les revenus de Rochefort. Les textes précisent que les recettes étaient partagées avec le seigneur de Champdivers le lendemain de Noël68.

  • 69 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/1, fol. 9 v°.
  • 70 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/2, fol. 23 v°.

54En 1373-1374 il n’y a plus de paragraphes consacrés à l’affouage mais, dans le poste intitulé « conduite » au bois de Rochefort pour l’an fini le 29 septembre 1374, figurent 10 s. dus à Jehan Prévost de Falletans « pour son conduit de fouaige » et 10 s. payés par Duran, du même lieu, au même titre69. Des renseignements identiques se lisent dans le compte 1374-1376 puisque le poste Rochefort contient une ressource due à la « conduite » pour l’an fini le 29 septembre 1375. Or, parmi elle, figurent 10 s. versés par Jehan Prévost de Faletans « pour son conduit de fouaige » et 10 s. payés par Durand, « dudit lieu », pour cette cause70.

  • 71 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/2, fol. 20.
  • 72 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1464, fol. 7 v°.
  • 73 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1468, fol. 7.

55Après ces informations continues, les données sont ponctuelles. En 1377-1378, toujours dans la « conduite » de Rochefort, on apprend que les habitants de Nenon, Eclans, Eclangeot et Falletans avaient obtenu « leur fouaige » en Chaux de la part de la comtesse Marguerite de France71. En 1386-1387, dans la « conduite » pour l’année achevée le 29 septembre 1386, sur les 15 versements 4 portent sur l’« effouaige ». Curieusement, 3 hommes étaient originaires de Falletans (10 s. ; 1 livre cire ; 1 livre cire) et Vuillemin Breton versa 10 s. sans que l’on connaisse son origine géographique72. En 1387-1388, Guillaume le Chat apparaît comme responsable du paiement de 10 s. pour « son effouaige » parmi 13 versements73. Arrêtons là la collecte systématique des données et retenons que notre classement de l’affouage dans la « conduite » est justifié puisque l’expression « conduit de fouaige » revient à plusieurs reprises dans le poste « conduite » après 1372-1373. Comme pour les vanniers, nous n’avons pas extrait les revenus issus de cet accès au bois des ressources des postes intitulés « conduite », ce qu’il faudrait faire dans le cadre d’une recherche globale sur l’affouage.

D. Divers

56Faute d’avoir relevé le mot « conduite » à propos de certaines recettes contenues dans les comptes de gruerie, nous les avons regroupées dans cette ultime rubrique, par commodité.

1. Le « bois pris en Chaux » en 1369-1370

  • 74 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/2, fol. 8.

57Le compte du 11 février 1369 au 14 février 1370, au poste Rochefort, commence par l’énumération de 8 recettes sans titre ayant pour justification : « pour bois pris » en Chaux, pour une demi-année achevée à l’Ascension 1369, c’est-à-dire le jeudi 10 mai. Puis une ultime ressource, 30 s., est enregistrée pour « c’est fait » pour un an fini à l’Ascension 1368, le 18 mai. Au total, il s’agit de 4 1. 13 s.74. Comment comprendre cette expression vague « bois pris » ? S’agit-il d’une vente, auquel cas il faudrait incorporer la somme dans le poste vente de bois ? Si cet accès au bois relève de la notion de « conduite », le mot n’apparaissant pas dans le texte, les 4 1. 13 s. sont à placer dans les ressources que nous venons de présenter. Faute d’avoir une idée précise sur ce revenu, nous avons choisi de le traiter à part.

2. Le charbon de bois

58La production et la vente du charbon de bois apparaît en 1374-1376, 1376-1377, 1377-1378 et 1382-1383. Alors qu’en 1374-1376, ce sont 6 personnes et les charbonniers de Montrond – non dénombrés – qui versèrent de l’argent, en 1376-1377 et 1377-1378 il n’y a plus que Reveigney et Martin, forestiers de Montrond. Le compte de 1382-1383 cite au moins 23 personnes.

59En 1374-1376,1376-1377,1377-1378, ce furent 95 charretées de charbon de bois et 2 « bodies » (unité de mesure) qui furent taxées 261. 7 s. au total. En 1382-1383, le compte ne parle plus de charretées mais de 18 fourneaux 3/4 qui rapportèrent 41.2 s. Bilan : 30 1. 9 s.

3. Les charrons de « Fee »

  • 75 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/1, fol. 3 v°.

60Dernière recette : celle des « royers de Fee ». C’est le compte de 1376-1377 qui, à propos de Colonne, contient un paragraphe précisant que Guillaume de Charcey, lieutenant du gruyer, reçut 20 s. est. des « royers de Fee », pour « le rouaige qu’ils prennent es communes de Colonne ». Et le texte d’ajouter que c’était un droit du lieutenant, d’où l’absence de tout revenu à ce titre dans la comptabilité du gruyer75.

  • 76 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1497/1, fol. 1 v°.
  • 77 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1516/3.

61Il faut attendre le compte du 14 avril 1392 au 30 avril 1393 pour retrouver une formule semblable, suivie curieusement de la prise en compte de 20 s., alors que le texte précise : « pour ce n’en rapporte riens le tresourier par ce compte76 ». Puis les registres 1393-1394, 1394-1395, 1395-1396, 1396-1397 et 1397-1398, tous du 30 avril au 30 avril (sauf celui du 19 avril 1394 au 31 juillet 1395), enregistrent la somme de 20 s. Avec le compte du 30 avril 1398 au 30 avril 1399, cette ressource disparaît sans explication77.

  • 78 Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au (...)
  • 79 Jura, arrondissement Dole, canton Chaumergy.

62La recette de 6 fois 20 sous de 1392-1393 à 1397-1398 pose plusieurs questions. D’abord, en quoi consistait le « rouaige » des charrons ? D’après Frédérice Godefroy, il s’agissait d’un « transport sur roues, sur voitures, droit que le seigneur péager prenait pour une charrette vide ou chargée de marchandise, passant par le chemin public et royal, outre le péage dû pour raison de marchandise78 ». Or, là, ce sont les « royers » qui « prenaient » le « rouaige » « es communes » de Colonne. Ensuite, à quelle localité fait référence le toponyme « Fee », parfois orthographié « Fees » ? Sans doute aux Les Deux-Fays, commune située à 7 km, à vol d’oiseau, à l’ouest de Colonne79. Enfin, nous ne comprenons pas pourquoi ce qui devait revenir au lieutenant du gruyer, Guillaume de Charcey, fut enregistré par la gruerie pendant 6 exercices financiers et cessa brusquement de l’être. Il n’en reste pas moins que cela représenta un gain de 120 s. ou 6 1.

***

63En arrondissant les totaux à la livre supérieure, quand le sous-multiple était égal ou supérieur à 10 s., le tableau des recettes forestières marque une classification quantitative intéressante. Avec respectivement 4 6701. et 3 562 1., les amendes et le « pesnaige » l’emportent nettement sur les ventes du bois (2 403 1.) et la « conduite » (722 1.), le poste divers se réduisant à un faible revenu (411.). Au total, il s’agit d’une ressource non négligeable puisqu’elle atteint 11 398 1.

64Mais ces résultats mériteraient une recherche plus approfondie. En effet, si cela est impossible pour les ventes du bois et la « conduite » sans parler du poste « divers », il convient de montrer les facteurs régissant l’évolution des amendes et du « pesnaige » au xive siècle, deux ressources qui progressent tout au long de la période étudiée. De même faut-il calculer le poids des recettes forestières au sein des ressources de la gruerie. Enfin, une étude des « missions » ou dépenses liées à l’administration et à la gestion des forêts comtales permettrait de savoir, approximativement, ce que furent les bénéfices dégagés. Comment, par exemple, savoir dans la rétribution du gruyer, pour parler de lui, la part incombant à sa fonction de responsable des eaux et la part correspondant à celle de maître des forêts ?

Postes principaux

Détails

Montants

Amendes

4 670 1.

"Pesnaige"

3 562 1.

Ventes du bois

Pour Salins

1666 1.

A Colonne

299 1.

Bois mort

278 1.

Ventes occasionnelles

160 1.

total partiel

2 403 1.

"Conduite"

Vannerie

2351.

"Conduite"

486 1.

Affouage

1 1.

Divers

41 1.

total partiel

763 1.

Total général

11 398 1.

Les recettes forestières au xive siècle

Amendes forestières (1353-1401)

Amendes forestières (1353-1401)

Amendes forestières (1362-1401) moyennes mobiles sur 10 exercices

Amendes forestières (1362-1401) moyennes mobiles sur 10 exercices

Evolution du "pesnaige" (1353-1401)

Evolution du "pesnaige" (1353-1401)

Evolution du "pesnaige" (1362-1401) moyennes mobiles sur 10 exercices

Evolution du "pesnaige" (1362-1401) moyennes mobiles sur 10 exercices

Notes

1 Pierre Gresser, « La Franche-Comté : deux millénaires de limites territoriales », Frontières (?) en Europe occidentale et médiane de l’Antiquité à l’an 2000. Actes du Colloque de l’Association interuniversitaire de l’Est, Université de Metz, 9-10 décembre 1999. Textes réunis et présentés par Jeanne-Marie Demarolle, Metz, 2001, Centre de recherche Histoire et Civilisation de l’Université de Metz, p. 139-149.

2 Pierre Gresser, La Franche-Comté au temps de la guerre de Cent Ans, Besançon, Cêtre, 1999.

3 Pierre Gresser, La gruerie du comté de Bourgogne aux xive et xve siècles, thèse dactylographiée, Dijon, 1994.

4 Pierre Gresser, La gruerie..., op. cit. ; Le crépuscule du Moyen Âge en Franche-Comté, Besançon, Cêtre, 1992.

5 Pierre Gresser, La gruerie..., op. cit, vol. 1, p. 3-9.

6 Arch. dép. Doubs, B 81/1 et B 81/2.

7 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1.

8 Arch. Dép. Doubs, B 81/l. « mal teste » en deux ou un mot fait penser à « maltote », impôt établi par Philippe le Bel en 1291, sur les transactions, pour financer la guerre. De toute façon il s’agit d’une imposition : « mal » (mauvais) et « tolte » provenant du latin tollere : lever.

9 Arch. dép. Doubs, B 81/2.

10 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1, fol. 1.

11 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3, fol. 11 v°.

12 La plus faible est de 3 s. en 1374-1376 et la plus élevée de 6 1. 10 s. en 1399-1400. A ce sujet : Pierre Gresser, « Les délits commis dans les rivières comtales en Franche-Comté aux xive et xve siècles », dans Fleuves, rivières’et canaux dans l’Europe occidentale et médiane, Actes du colloque de Strasbourg (1er et 2 décembre 1995), réunis sous la direction de Pierre Racine, Nancy, 1997, p. 131-145.

13 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 2.

14 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/2, fol. 7 v°.

15 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/1, fol. 1 v°.

16 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3 et B 1434/1.

17 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1468, fol. 6.

18 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1483, fol. 10 v°.

19 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1497/3, fol. 5 v°.

20 Marie-Thérèse Santiard, « La glandée dans les forêts ducales au xive siècle, d’après les comptes de gruerie », Annales de Bourgogne, 1974, p. 193.

21 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1423/5, fol. 15 v°.

22 Arch. Dép. Doubs, B 81/1 et B 81/2.

23 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1 et B 1396/2, fol. 2.

24 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1. Par « fuer dou rei de Chaux », il nous semble qu’il faut entendre en dehors des limites de la forêt.

25 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/2.

26 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/3, fol. 25 v°.

27 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/1, fol. 7.

28 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/2, fol. 21 et v°.

29 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1456/2, fol. 4 v°.

30 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459/1, fol. 6.

31 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459/2, fol. 6 v°.

32 Pierre Gresser et François Vion-Delphin, « La forêt de la Faye de Montrond du xive au xviiie siècle », Société d’émulation du Jura. Travaux présentés par les membres de la Société en 1981-1982, Dole, 1984, p. 319-390.

33 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1456/1, fol. 8 v°.

34 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459, fol. 9 v°.

35 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 1 v°.

36 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/2, fol. 4.

37 Arch. dép. Côte-d’Or,, B 1434/1, fol. 1 v°.

38 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/2, fol. 4 v°.

39 La forêt de Largançon s’étend à l’ouest de celle de Mouchard, c’est-à-dire au nordouest d’Arbois.

40 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/6, fol. 12 v°.

41 La vente ne fut pas réalisée par le gruyer mais par Etienne Vurry, trésorier de Dole et de Salins, le procureur et plusieurs autres personnes non dénommées. Par « tondue » il faut entendre coupe. Quant aux 3 bois ils sont parfaitement identifiables à l’est du village des Planches-près-Arbois. Il existe encore un bois de Mont Faron et un bois du Crêt. Le bois de « la coste de Saigin » couvrait sans doute l’actuelle combe Saugin.

42 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/8, fol. 30 v°.

43 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/9, fol. 36 v°.

44 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/10, fol. 40 v°.

45 Paris, librairie Honoré Champion, éditeur, 1968, p. 269.

46 Auguste Coulon, Etude sur les Forêts de Franche-Comté du ier au xviie siècle, thèse manuscrite de l’Ecole des chartes, 1893, p. 25.

47 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/2, fol. 15 v°-16.

48 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/1, fol. 7. Nous n’avons pas identifié le bois « Glandenne », dont la lecture peut être « Glaudenne ».

49 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/2, fol. 21 et v°.

50 Max Prinet, L’industrie du sel en Franche-Comté avant la conquête française, Besançon, 1900, p. 181.

51 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/1, fol. 7. Les « couhes » sont les branches.

52 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/2, fol. 18 et v°.

53 Faut-il entendre par « batue » le territoire où avaient lieu des battues ?

54 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1396/1, fol. 1. Par « rei de Chaux » il faut sans doute entendre les limites de la forêt de Chaux. Les vanniers payaient donc une redevance pour vendre leurs produits « fuer », c’est-à-dire en dehors de ce territoire.

55 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1403/2.

56 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3, fol. 11.

57 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1459/3.

58 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1403/4, fol. 9 v°. « Moissei » correspond au village de Moissey (Jura, ar. Dole, cant. Montmirey-le-Château) et « Espremont » à Apremont (HauteSaône, ar. Vesoul, cant. Gray). Quant à Germigney, il y a 2 villages de ce nom en Franche-Comté : Jura, ar. Dole, cant. Montbarrey ; Haute-Saône, ar. Vesoul, cant. Gray. Le texte nous incite à penser qu’il s’agit de cette dernière localisation.

59 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 2.

60 Souvans et Gevrey en sont approximativement à 4 km au sud-ouest ; Crissey, dans la banlieue sud de Dole, à 1 km à l’ouest ; La Loye se trouve à proximité sud-ouest de la lisière, dans une sorte d’échancrure de la forêt.

61 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1409/1, fol. 2.

62 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1411/10, fol. 40 v°. Besançon « rouhier » était charron

63 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/2, fol. 8.

64 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/3, fol. 14 v°.

65 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/1, fol. 7 v°.

66 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/1, fol. 1 v°. Les 6 1. 11 s. furent « recehu et rapportey » au gruyer par Jehan Crual de Colonne, son lieutenant « audit lieu ».

67 Nous l’avons dit pour les vanniers. Il en sera de même pour les charbonniers.

68 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1434/1, fol. 7 ; B 1434/2, fol. 17 v° ; B 1434/3, fol. 28.

69 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/1, fol. 9 v°.

70 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1443/2, fol. 23 v°.

71 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/2, fol. 20.

72 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1464, fol. 7 v°.

73 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1468, fol. 7.

74 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1429/2, fol. 8.

75 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1449/1, fol. 3 v°.

76 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1497/1, fol. 1 v°.

77 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1516/3.

78 Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, t. VII, Paris, 1892, p. 207.

79 Jura, arrondissement Dole, canton Chaumergy.

Table des illustrations

Titre Amendes forestières (1353-1401)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Amendes forestières (1362-1401) moyennes mobiles sur 10 exercices
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Evolution du "pesnaige" (1353-1401)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Evolution du "pesnaige" (1362-1401) moyennes mobiles sur 10 exercices
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search