Version classiqueVersion mobile

Les forêts d’Occident

 | 
André Corvol

Avant-propos

Andrée Corvol-Dessert

Texte intégral

1Dans les temps anciens, les forêts du souverain représentaient une part essentielle du patrimoine boisé par leur superficie et par la qualité de leur peuplement. Ces deux constats expliquent l’instauration précoce d’agents spécialisés et de règlements spécifiques. L’action des uns, le poids des autres furent étendus aux bois des nobles, du clergé séculier, des communautés ecclésiastiques, des communautés d’habitants et autres personnes morales. Cette ingérence ne s’arrêta pas là. Elle s’insinua avec un succès variable dans les bois qui appartenaient aux individus. Cette avancée opéra dès que le pouvoir royal prit conscience de l’ampleur de cette propriété bourgeoise ou paysanne. Il s’agissait pour lui d’affirmer ses prérogatives judiciaires. Il s’agissait également de contrôler le maintien d’une part en futaie. Elle était une épargne sur pied qui servirait en cas de guerre et une ressource en bois d’œuvre pour les villes. Cette intrusion permettait aussi de surveiller le commerce du bois et d’assurer la primeur aux arbres extraits des forêts royales.

2Ces forêts, dont l’existence manifestait la puissance des princes étaient inséparables de leur assise territoriale et de leur ressource financière. Deux facteurs jouaient. Grâce à elles les grands du royaume attiraient des colons en concédant des droits d’usage : en retour, ces gens mettraient le domaine en valeur. Grâce à elles ils obtenaient un revenu des coupes régulières ou extraordinaires très supérieur à celui des redevances versées par ces usagers, même si cela valait seulement pour les régions où la desserte autorisait l’évacuation des grumes. Dans tous les cas, en période de difficultés financières, ces forêts aidaient à rassurer les financiers : elles garantissaient les emprunts, ce qui n’impliquait pas aliénation mais engagement quand le monarque était en cause.

3Ces notions changèrent peu à peu, la gestion privée de ces biens semblant, aux yeux de certains, moins onéreuse et plus performante que la gestion publique. À terme, cela modifia la formation et l’image du personnel forestier. Aussi, dès le début du xixe siècle, tous les États étaient-ils engagés peu ou prou dans un processus d’aliénation des forêts. Cela signifiait la privatisation partielle du patrimoine sylvicole, d’autant qu’à l’héritage royal déclaré bien national s’ajoutaient les confiscations tant religieuses que nobiliaires : elles, elles étaient consécutives à la constitution civile du clergé et aux lois visant les suspects.

4Ce mouvement persista tout pendant que les forêts furent de bon rapport en raison de la demande en bois de feu. C’est dire que les transferts furent plus ou moins vastes selon la date de la révolution énergétique. Dans les pays où la houille triompha de bonne heure, les surfaces boisées achetées furent ou défrichées et mises en culture, ou rasées et remplacées par des plantations productrices de bois d’industrie. En général, passées les années 1860, commença l’ère des forêts nouvelles, à l’initiative de l’État (forêts de protection en montagne et sur le littoral), à l’initiative aussi du privé (sylviculture intensive de type résineux).

5La participation de l’État dans le reboisement alla ensuite grandissant. Elle progressa dans l’Entre-deux-Guerres, en raison des destructions de 1914-1918. Elle rebondit après 1945, dans le cadre de la reconstruction relayée par les Trente Glorieuses et l’intensification des programmes Bâtiments et Travaux publics. On avait là l’effet combiné du baby boom et de la très forte croissance économique. Les gouvernements entendaient planter et reboiser. Ils voulurent aussi regrouper les particuliers et améliorer leurs pratiques sylvicoles. Dans toute l’Europe, les autorités politiques réalisaient les inconvénients de surfaces forestières privées trop exiguës et surtout trop dispersées. Il y avait là un obstacle de taille qui gênait les investissements dans le secteur. Le problème était d’autant plus préoccupant que le cours du bois relevait du marché mondial.

6La France avait espéré que le Fonds Forestier National (FFN) instauré en 1946 serait sinon imité, du moins toléré par ses partenaires de la CEE. Ce ne fut pas le cas. Ils lui reprochèrent d’avoir inventé un procédé qui subventionnait la production ligneuse en allégeant le coût des boisements pour les municipalités et les individus. Cela faussait la concurrence. Cela attentait au principe du libéralisme, fondement du Marché Commun dès 1958. On n’en démordit pas. Cette obstination fit la part belle, non aux bois tropicaux comme certains le croient, mais aux bois canadiens et scandinaves. La proportion de bois « exotiques » fut toujours assez modeste dans les balances commerciales des pays occidentaux. On enterra même toutes les interrogations quant à cette compétition internationale le jour où le Royaume-Uni intégra la CEE avec des clauses dérogatoires qui favorisaient ses dominions. On les enterra plus profond encore lorsque les pays Scandinaves décidèrent de participer à cette Europe des Régions et du Libre-Échange, leur intégration empêchant de revenir sur la non-protection des bois indigènes.

7L’époque où les pouvoirs publics intervenaient dans la gestion des forêts, dans la création des boisements, dans la commercialisation des produits ligneux était bel et bien révolue. C’est maintenant aux propriétaires de s’organiser pour sauvegarder leurs intérêts. Les États ne peuvent intervenir en matière de bois qu’en fonction de deux objectifs : l’accueil du public en forêt, la défense des forêts ayant un rôle de préservation environnementale. On accomplit de la sorte l’ambition des associations de la nature apparues en Fin de Siècle : « protégez la forêt pour que la forêt vous protège ».

8Les espaces boisés ne répondent plus aux mêmes types de demandes économiques. Ils ont donc changé d’aspect. En revanche, ils suscitent toujours les mêmes fantasmes, qu’il s’agisse des contes pour enfants ou des romans pour adultes et des images pour tous. Cette permanence reflète l’importance qu’avait le bois dans la vie quotidienne, pour cuire et chauffer, qu’il soit acheté ou qu’il soit délivré au titre des usages concédés. Cet approvisionnement alimenta pendant longtemps la consommation en combustibles. Cela a résisté dans les hautes terres. Ce système retrouve même une certaine vigueur dans le plat pays.

9Le bois-énergie est utilisé dans les maisons rurales : il représente un combustible de complément qui allège la facture en fioul, en gaz ou en électricité. Il sert aussi dans les collectivités : les déchets d’exploitation sont brûlés dans les centrales thermiques et la chaleur de cette combustion est récupérée pour chauffer les lotissements desservis et les approvisionner en eau chaude.

10Le bois-matériau trouve une nouvelle jeunesse au travers de la relecture qu’en donnent les architectes contemporains. Ils sont séduits par l’esthétique moderniste de constructions où le bois s’allie au verre, à la brique, à la pierre ou au béton. Ils regardent également avec intérêt les bâtiments tout en bois d’un montage aisé et rapide, faciles à agrandir ou, plus généralement, à modifier.

11Le goût pour de tels équipements, individuels (résidences de faible hauteur et maisons particulières) ou collectifs (églises, écoles, locaux culturels, cultuels et sportifs) ne s’est jamais perdu dans l’Europe du Nord et du Centre. Ce mode de construction, qui n’exige pas forcément un outillage sophistiqué et une compétence très établie, comme en témoigne le succès aux États-Unis de la « charpent-balloon », avait permis l’avance des fronts pionniers aux Amériques. La maison de bois, qui est en fait une maison de planches avec un vide intérieur entre les parois, n’y a rien perdu de son attrait. Elle existe dans ses deux versions : la demeure bon marché, ce pavillon qui forme d’immenses banlieues, et la résidence somptueuse que montrent les films et les feuilletons dans le cadre du Sud sécessionniste comme dans celui des ranchs texans. Cette maison de bois n’a pas cessé de régresser, par contre, dans la Vieille Europe de civilisation romaine : la pierre constitue la référence en matière de monument et de logement ; le bois a donc perdu ses parts de marché, dans l’édification des murs (parpaing), des charpentes (métal) et des huisseries (alu et pvc).

12Il est vrai que les baraquements provisoires d’après-guerre, qui perdurèrent dans tout l’Occident sinistré par deux conflits mondiaux, nuirent beaucoup à la cause du bois. La suite n’arrangea rien : ces constructions hâtives à l’aspect peu engageant avaient servi de camp de concentration ; leurs semblables accueillirent les réfugiés de tout bord, qu’il s’agisse des romanichels en voie de sédentarisation ou des combattants oubliés des guerres coloniales. Le bois en tant que matériau ne procura pas ici, tant s’en faut, de pimpants chalets ! C’était au mieux une cabane à outils et un abri de chasse ; au pire, un logement temporaire qui déplaisait aux voisins en attendant d’être ressenti comme une forme de marginalisation par tous leurs occupants. Eux ne rêvaient pas d’une maison en bois, mais d’une « maison en dur », d’une « maison pour de vrai » qui montrerait que les pouvoirs publics se souciaient enfin de leur confort et de leur assimilation dans la communauté nationale.

13La vogue écologiste des années 1970 à nos jours est en train de rectifier cette perception négative du bois-énergie et du bois-matériau. À force de répéter que le bois est un matériau noble et une énergie renouvelable, on voit les choses bouger. Le bois qui semblait être un matériau du passé est en train de conquérir le futur. Avec lui, on tient enfin un produit renouvelable dont la confection ne réclame que la pousse des arbres, c’est-à-dire de l’eau et du gaz carbonique. La demande en bois repart donc. Et cette fois, l’abattage des arbres n’indigne plus que les imbéciles ignorant qu’une forêt peut être exploitée sans diminuer ses capacités de régénération : les récentes tempêtes de 1999 ont fait comprendre l’erreur que constituait un excès de capitalisation ligneuse. On construit donc des bâtiments collectifs en bois, collèges, hôtels de ville ou archives départementales. On proclame ainsi une identité régionale. On ose aussi l’innovation architecturale hors des provinces forestières. Là, on bouscule les traditions. En effet, le patrimoine des maisons à pans de bois est résiduel dans une ville de pierre. Le public est déconcerté devant la modernité que symbolise alors l’exception ligneuse : tous ses repères, toute sa hiérarchie des valeurs en est brouillée.

14La réhabilitation du bois-énergie et du bois-matériau n’en est qu’à ses débuts. Il est donc plus que temps de ne pas considérer les forêts comme un décor pour citadins et une source d’imaginaire.

15Ces approches littéraires et esthétiques remontent au xvie siècle. Elles cohabitaient alors avec des analyses visant à dynamiser les méthodes sylvicoles. Cet élan était motivé par le souci d’alimenter les « usines à feu », c’est-à-dire les forges, les hauts-fourneaux, les salines, les tuileries, les verreries d’autrefois. Il déclencha une réaction de refus chez tous ceux qui redoutaient la hausse du bois en raison de besoins accrus. Cette réaction explique la violence des propos que tinrent les représentants des foyers ruraux et des foyers urbains : ils mettaient en cause les maîtres de forges et les financiers régissant les salines, alors que ceux-là redoutaient plus que tout autre une pénurie de combustible, l’augmentation de son prix aussi. Cela ne fit rien : on les considérait comme responsables de la progression des prix, partis de très bas, car on retenait à leur encontre les aides que leur accordait l’autorité gouvernementale.

16Les opinions publiques adoptèrent donc sans plus de réflexion le discours anti-industrialiste qui critiquait l’interprétation mercantiliste de la question forestière. Comme si la commercialisation du bois de feu pour l’utilisation domestique n’en faisait pas partie ! Les gens ne prenaient guère en compte que les activités industrielles étaient indispensables à l’équipement des armées (sidérurgie) et à l’alimentation du budget (gabelle). Ils n’admettaient pas la hausse du bois, produit de première nécessité, et redoutaient la perte de forêts qu’ils fréquentaient beaucoup, qu’ils sollicitaient même exagérément. Elles fonctionnaient en symbiose avec les exploitations agricoles. Leurs détenteurs, avec ou sans la permission des maîtres et des autorités, y défrichaient des parcelles, introduisaient du bétail et dérobaient rondins, bûches et grumes. Hormis dans les sphères dirigeantes, personne ne raisonnait en concevant le bois comme un matériau stratégique pour l’armée de terre (réseau des fortifications) comme pour la marine (chantiers de construction) ; un matériau indispensable également à l’artisanat, parce qu’il fournissait aux ateliers le combustible, parce qu’il était la matière première des instruments, des machines et des récipients...

17Ce rappel de la situation d’antan montre qu’il y a toujours eu décalage entre le sentiment des citoyens, qui considèrent la forêt comme un espace de liberté, un lieu qui résume la Nature et sa prodigalité, et la conception des pouvoirs publics très pessimiste. Eux font de la conservation et de la valorisation des forêts une donnée prioritaire. On comprend, dans ces conditions, pourquoi le souverain a encouragé de très bonne heure les ambitions d’une administration technicienne : celle-ci intervint jusque dans les forêts particulières selon les périodes et selon les traditions. On comprend aussi pourquoi cette administration, plus ou moins centralisée selon les pays, a attiré rancunes et vindictes : son action en faveur des couverts forestiers et sa participation à l’aménagement du territoire soulevaient davantage le scepticisme que l’admiration et provoquait davantage les contestations que les applaudissements. Les rêves font mauvais ménage avec une rationalité économique mal expliquée peut-être, honnie dans la plupart des cas.

© Presses universitaires du Midi, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search