Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’outillage agricole

 | 
Georges Comet

Les apports de l’archéologie à l’étude de l’outillage agricole médiéval : le cas de la France, aspects synchroniques et diachroniques

Pascal Reigniez

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pascal Reigniez, L’outil agricole en France au Moyen Âge, Paris, Errance, 2002.
  • 2 Georges Comet, Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales, École française de (...)
  • 3 Alain Schnapp, La conquête du passé, aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993, p. 309.
  • 4 Faire du terrain est indispensable mais n’a jamais été un gage de pertinence, en archéologie comme (...)

1Les recherches sur l’outil médiéval et plus précisément l’outil agricole sont le plus souvent proposées à l’échelle d’un site de fouille ou d’une région. La première approche réalisée sur l’ensemble du territoire français actuel, qui se fonde essentiellement sur les données de la fouille est récente. Elle a contribué à l’établissement d’un premier corpus archéologique médiéval français1 étudié avec les sources documentaires (textes et iconographie) et ethnographiques, ce qui est nouveau. Cette recherche vient en complément d’études fondamentales déjà publiées sur le thème de l’outil2. Paradoxalement elle est finalement assez tardive au regard de l’histoire de la culture matérielle, pour au moins deux raisons : d’abord parce que les outils médiévaux retrouvés en fouille restent assez rares, leur étude n’a pris une certaine ampleur qu’à la suite des travaux de l’école des Annales, qui privilégiait, par les travaux d’A.-G. Haudricourt, l’examen des éléments mettant en valeur les faits techniques les plus simples dans l’existence des hommes. En second lieu leur étude reste difficile dans la mesure où la grande majorité des découvertes d’outils ne franchit que difficilement le stade des rapports ou des comptes-rendus de fouille, documents qui sont d’ailleurs en théorie accessibles, mais en pratique très rarement, sinon jamais. Dans les faits, il faut bien reconnaître que les chercheurs trouvent ici quelques difficultés, ce système étant préjudiciable puisqu’une grande partie des découvertes leur reste inaccessible. La petite phrase de l’un de nos professeurs, éternelle par son évidence, nous revient alors en mémoire : « [...] Le véritable travail archéologique commence quand les objets sont accessibles dans les collections ou les musées3. » L’anthropologie a su nous montrer par les exemples4 qui jalonnent son histoire certains faits dont pourrait s’inspirer l’archéologie, précisément parce que l’on n’imaginerait pas que les études des ethnologues de terrain ne soient pas accessibles aux ethnologues de cabinet. C’est un premier constat.

  • 5 Archivable dans le temps alors que l’objet même peut se désagréger et disparaître.

2En théorie, si l’archéologie est une source d’étude comme une autre, tout indique dans la pratique qu’elle ne l’est pas, précisément parce qu’elle est un moyen de plus en plus scientifique et rigoureux d’accéder directement à une information dont le caractère est d’être à la fois unique et concret. Même si les outils retrouvés en fouille sont rares, chacun permet de réaliser une description physique fiable5, d’étudier son procédé de fabrication (analyses métallographiques), les techniques de son forgeage (trempe, meulage, etc.), ses propriétés mécaniques ainsi que de son fonctionnement (au besoin confirmées par l’étude tribologique et l’expérimentation).

  • 6 C’est-à-dire texte ou image.
  • 7 Il n’y a pas de connotation négative ici, bien au contraire ; il convient seulement de distinguer (...)

3L’objet de la fouille, complet ou partiel, constitue à ce titre une source directe : en ce sens, il ne saurait être mis sur le même plan qu’un élément figurant dans une source documentaire6 qui reste une source indirecte7, née par l’intermédiaire d’un auteur ou d’un artiste qui peut avoir (consciemment ou non) et aussi talentueux soit-il, laissé une épaisseur subjective entre la réalité et la manière dont il croit l’avoir restituée. La distinction n’est pas négligeable. Elle devrait éviter d’induire un amalgame par le truchement duquel on serait tenté, par commodité, de trouver normal d’avoir recours à une source documentaire pour compléter une typologie parce que la source archéologique fait défaut.

  • 8 Si l’on veut être plus rigoureux dans la hiérarchisation des données on écrira que chaque objet, p (...)

4L’un des atouts majeurs de la fouille est de situer un outil mis au jour dans le cadre de deux données principales : la chronologie et la topographie. Nous avons choisi le mot de chrono-localisation pour identifier ce double repérage. Lorsque l’objet révèle une forme identifiable, l’incluant dans une typologie8, nous utiliserons le mot de typo-chrono-localisation. En ce cas, l’objet archéologique constitue un jalon qui cristallise trois données essentielles, il est véritablement ancré dans un jeu d’abscisse et d’ordonnée qui le stabilise dans le cadre d’une étude, contrairement à d’autres sources dont on ne sait rien de l’origine, des déplacements, ni des conditions de réalisation et dont il est impossible enfin de définir le degré de réalisme.

5Nous proposons de présenter les apports de l’archéologie dans l’étude de l’histoire de l’outillage agricole médiéval sous deux aspects : une approche synchronique, c’est-à-dire horizontale, réalisée sur le plan ponctuel d’un site de fouille, permettant d’aborder les questions posées par l’outil lors de sa découverte même. Et une approche diachronique permettant une analyse à partir de l’ensemble des données sur les outils provenant de plusieurs fouilles archéologiques dans la verticalité de la chronologie, avec ce que cela implique.

I. Approche synchronique

  • 9 Notion distincte de celles de neuf et usagé.

6L’outil complet9 est constitué par l’assemblage de zone(s) actives [en principe la ou les parties métalliques] et de zone(s) passives servant à la manipulation [manches et/ou poignée(s)] le plus souvent en bois. D’autres outils étaient réalisés d’une seule pièce de bois, ou en différents bois assemblés ; d’autres étaient entièrement métalliques. L’outil agricole est donc le plus souvent constitué d’un assemblage calculé de matériaux dissemblables.

  • 10 Michel Colardelle et Éric Verdel, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement - (...)

7Lorsqu’il est trouvé en fouille, l’outil est le plus souvent incomplet : les parties organiques ont disparu et l’archéologue ne retrouve souvent que la ou les zones métalliques les plus épaisses qui composaient la partie travaillante, le dos nervuré des lames ou les zones qui assuraient son emmanchement, douilles ou soies, dont l’épaisseur était plus importante. Aussi doit-on d’ores et déjà souligner que le caractère incomplet d’un outil découvert en fouille constitue une sorte de règle, la mise à jour d’un outil bien conservé restant l’exception, comme ce fut le cas par exemple avec les fouilles [subaquatiques] assez riches de Charavines10.

1. La réflexion sur l’objet

8En ce sens le premier constat donné par l’archéologie est paradoxalement celui de l’absence. Il se développe en deux éléments.

  • 11 Gérard Marquet, L’outil agricole et son manche, par Gérard Marquet, forgeron à Saint-Didier (dépt. (...)

9Le premier est l’absence des zones passives qui empêche l’accès à une série d’informations comme la forme, la courbure, la section ou le type de bois utilisé. La question des poignées reste constante dans l’analyse d’un outil livré par la fouille alors que nous en connaissons l’importance sur le geste d’utilisation. Ces éléments sont importants à double titre d’ailleurs puisqu’ils assurent tout à la fois l’action et le renvoi de l’action : ils transmettent l’énergie du geste de l’utilisateur, à la fois dans le geste qu’il imprime à la partie travaillante et dans le contrôle de cette zone par rapport au matériau travaillé. Dans un deuxième temps, ces mêmes parties en bois répercutent presque immédiatement le retour de l’action exécutée par l’outil dans certaines zones du corps, phénomène qui est physiquement ressenti de manière différente selon qu’il s’agit d’un outil de coupe ou d’un outil de choc. Ainsi, si les contre-coups ne sont pas en partie absorbés par le bois du manche, ils le seront par le corps de l’utilisateur et le travail en sera plus fatigant encore. Or, la fouille ne permet le plus souvent que d’émettre des hypothèses sur la restitution du manche d’un outil, alors que l’iconographie suggère la complexité de certaines formes, et que l’ethnologie la prouve. De plus, la propriété mécanique du manche était d’ailleurs, en plus des facteurs que nous venons d’énumérer, liée aux propriétés même du bois selon les conditions dans lesquelles il avait été prélevé et travaillé, ce fait ayant été prouvé par des artisans contemporains fabricants d’outils, taillandiers ou non11.

  • 12 C’est par exemple le cas du manche de certains outils contemporains, du manche de certaines houes (...)
  • 13 Ceci ne ressortira pas dans une typologie conventionnelle qui se construit seulement sur les forme (...)

10Cette association fer-bois, qui constitue un grand nombre d’outils, induit des méthodes de fabrication différentes : certains fers étaient simplement emboîtés et cloués sur un simple manche fabriqué à part, d’autres suggèrent un forgeage plus complexe et un manche adapté dont l’obtention dépendait probablement d’un spécialiste en ce domaine12. Il ne s’agit pas d’écrire que les fers simples portaient des manches simples et que les fers complexes en portaient de plus travaillés, même si ce fut peut-être majoritairement le cas. Il s’agit surtout de reconnaître la particularité d’un outil, sa qualité ou sa fabrication par les indices que présentent l’objet de fouille : ainsi, si deux faucilles ont la même forme, elles peuvent n’avoir pas été forgées de la même manière et c’est un élément qui n’est pas neutre13.

  • 14 Encore que cet élément soit très difficile à obtenir pour des parties métalliques découvertes qui (...)

11L’absence des parties organiques implique qu’il ne sera plus possible d’accéder au poids total14 de l’objet, ni à son équilibre, qui sont des éléments clefs pour son étude : quel que soit le type d’outil, serpe ou faux, cette donnée est fondamentale dans la compréhension du geste qu’il implique ou dans le fonctionnement de l’objet au cours du travail.

12Plus généralement nous ne savons rien des outils de bois et donc des informations qui s’y rapportent. Les maigres données livrées par les fouilles en ce domaine sont visiblement très loin de correspondre avec celles de l’iconographie des périodes correspondantes, où foisonnent les outils de ce type. Dans les faits, il appert que les outils végétaux, les outils assemblés ou les outils monoxyles restent par la force des choses les grands absents des études d’archéologie.

13Le deuxième volet relève d’un cadre plus général. En effet, au fil des découvertes nous constatons que nous n’avons à ce jour pas encore pu accéder à l’ensemble des types ayant constitué les grandes familles d’outils. Précisément parce que toutes les formes n’ont pas été retrouvées, les hypothèses de travail qui concernent telle ou telle activité ne peuvent pas être totalement objectives puisque nous ne pouvons raisonner que sur la partie visible (accessible) de l’information. La même carence implique que la typo-chronologie des grandes familles d’outils n’est pas encore véritablement réalisée et elle devra s’affiner au fur et à mesure que les découvertes archéologiques apporteront leurs lots d’informations.

14Ce constat de l’absence, qui devait être évoqué en premier, ne porte pas de préjudice irréversible à l’étude de l’outil dans la mesure où les fouilles permettent de retrouver un grand nombre de vestiges métalliques, voire d’objets, qui restent tout à fait exploitables.

  • 15 Il est dommage sur ce point que nombre de clichés soient réalisés sans étalon-témoin d’échelle cen (...)
  • 16 Ces opérations s’effectuent souvent en complémentarité. Nous les dénommerons : la phase « ddmppe »
  • 17 L’objet de fouille en fer est constitué de trois couches : la couche externe ou gangue, qui est de (...)
  • 18 La restitution de la forme à la résine n’enlève rien au constat : l’outil a bel et bien été retrou (...)

15Ainsi, la première caractéristique d’un outil se révèle dans le fait qu’il n’est jamais un objet de hasard, un objet né sans raison : il est, par le fait même de son existence, une réponse concrète apportée à un problème particulier. Il est alors l’une des composantes d’un système beaucoup plus important dont il n’est qu’une trace et que l’histoire du site parviendra dans certains cas à mettre en valeur. Sa découverte implique des relevés d’usage, puis une dépose en milieu sec avant de faire l’objet d’un dessin archéologique, d’une description, de mesures, d’une pesée, de photographies15 et d’un enregistrement16 ; la pièce subit ensuite une phase de restauration mécanique au moyen d’outils adéquats et/ou bien d’un nettoyage chimique de déchloruration17. Elle est ensuite relavée à l’eau déminéralisée, séchée, puis bénéficie d’une application protectrice destinée à stopper le phénomène de corrosion, généralement par imprégnation sous vide d’un stabilisant complété de l’application d’une cire micro-cristalline, avant de faire l’objet d’une restitution de forme par inclusion de résine dans les manques de matière originelle18. Après cette étape définitive, l’objet protégé pourra subir une deuxième phase « ddmppe »

16La découverte archéologique d’un outil n’est qu’un simple point de départ, à la fois dans un domaine étroit (l’objet lui-même et son fonctionnement), dans un domaine plus large, son contexte proche (celui de la fouille) et dans son contexte éloigné (lorsque l’outil provient d’un autre site).

  • 19 On peut y ajouter un vendeur, revendeur ou commerçant d’outils.

17Ainsi, l’existence d’une partie métallique d’outil implique le plus souvent que son utilisateur n’a pas été celui qui l’a fabriqué. Ce vestige suppose des connaissances dans le forgeage et une certaine infrastructure pour le réaliser, que beaucoup d’individus ne possédaient pas. L’objet peut donc suggérer l’existence de deux personnes au moins19 dont la fonction économique et sociale étaient distinctes.

2. Outils et utilisateurs

  • 20 Cette remarque n’est pas liée uniquement à l’outil médiéval, mais à l’outil quel qu’il soit et que (...)

18En réalité, l’outil est toujours20 lié à un individu, quel qu’il soit : ce peut être le fabricant [1], le revendeur/l’acheteur [2], le propriétaire [3], l’utilisateur [4]. Il peut s’agir de la même personne [1+2] ou [2+3+4] ou [3+4] ou de personnes distinctes [1], [2], [3], [4] qui peuvent être entrées en rapport directement ou non. L’utilisateur est rarement le fabricant lorsqu’il s’agit d’outils dont la fabrication demande une certaine compétence à la forge, il y a alors présence d’un intermédiaire [2], mais la formule [1+3+4] peut exister lorsqu’il s’agit d’un outil en bois et parfois peu compliqué à fabriquer (fourche par exemple). Cette conjonction de compétences signifie que l’outil n’est jamais un objet isolé, économiquement indéfini. Son appartenance implique directement deux éléments forts :

  • le premier est celui d’un statut matériel défini : l’outil était utilisé parce qu’il était considéré comme fiable, performant, réussi, et il a donc en ce sens tout à la fois emporté l’agrément de celui qui l’a fabriqué (par ses caractéristiques de fabrication), et l’adhésion de celui qui l’a utilisé (par ses performances à l’utilisation). L’outil exprime donc cette synthèse qui induit une relation entre plusieurs corps de métier, sur les étapes (fabrication, réparation et perfectionnement) : en milieu rural les forgerons, les charrons et les agriculteurs connaissaient les principales activités de tous, et les discussions sur tel ou tel type d’outil apporté par le paysan chez le forgeron ouvraient sans doute sur des explications plus ou moins techniques dans des domaines que chacun des représentants de son métier pouvait bien comprendre. En ce sens l’outil est au centre des savoirs ;
  • le deuxième est celui des conditions même de son utilisation, du soin qu’on y apporte, de son entretien et donc finalement de sa durée de vie. Ces éléments seront différents selon que l’objet est utilisé par son propriétaire [3+4], loué ou prêté à un particulier [4] qui ne se sentira peut-être pas autant responsable de l’outil dans ce cas. Le soin porté à l’outil est également, par ailleurs, fonction du fait qu’il peut être le seul objet détenu en propre par le paysan pour assurer son activité quotidienne, schémas [1+4] ou [3+4], Ce phénomène est attesté par de nombreux inventaires après décès du Forez ou du Toulousain médiéval où l’on ne retrouve chez les malheureux qu’une houe, parfois accompagnée d’un pic21. Il semble exister un ensemble de facteurs mettant en rapport l’utilisateur et les conditions locales de fabrication et d’existence de l’outil, dans sa conception, sa fabrication, son utilisation, son évolution, sa destinée même.
  • 22 Dans le meilleur des cas, il est utilisé pour une autre activité que celle à laquelle on le destin (...)

19Enfin, en plus de cela, l’outil est impliqué dans ce que nous appellerons la préférence technique. C’est elle qui a contribué à son utilisation et à sa durée de vie, et c’est elle encore qui, pour une large part, a permis à la forme de perdurer. C’est encore elle qui est à l’origine de la décision qu’un outil, brisé ou trop usé pour servir dans son utilisation d’origine, soit conservé et utilisé dans un travail différent. Un outil jugé inefficace ou portant une caractéristique négative trop évidente est toujours abandonné22. Un objet devenu inutilisable pour réaliser un certain travail peut être conservé pour en réaliser un autre.

  • 23 C’est ce que nous appelons l’attitude par rapport à l’outil.
  • 24 Chaque outil a évidemment sa propre histoire.
  • 25 Ce sont parfois des personnes dont les fonctions se recoupent, mais il faut toujours conserver à l (...)
  • 26 La « seconde vie » de l’outil après une réparation suite à une cassure ayant mis en question l’uti (...)
  • 27 Valérie Chieze et Paul Benoit : « Images de la forge dans les manuscrits de la Bibliothèque Nation (...)
  • 28 Dépôts d’outils que l’archéologie révèle avec des significations supplémentaires probablement.

20L’outil fait en principe l’objet d’une attention certaine, et il accompagne pratiquement toujours l’une des trois personnes principales, qui entre en contact avec lui et qui lui porte toujours une certaine attention23, à un moment ou à un autre de sa propre histoire24 : soit son concepteur (c’est-à-dire celui qui l’a forgé), soit son vendeur, soit son utilisateur25. L’objet est à l’origine fabriqué et utilisé dans un contexte précis et rien ne prédispose logiquement à ce qu’il soit abandonné : sa durée de vie s’inscrit d’ailleurs bien souvent dans un parcours qui va de la forge à la forge, image qui traduit le fait que les objets forgés, utilisés puis trop usés (ou brisés), et donc inutilisables, peuvent servir à réaliser un autre travail, ou bien repasser à la forge et donner naissance à d’autres outils. Certains connaissent une seconde vie26. L’iconographie médiévale des ateliers de forge27 illustre ce fait, confirmé par les textes et certaines fouilles, comme celles d’Andone, par exemple. Aussi, la découverte d’un outil en fouille laisse supposer une situation anormale et/ou imprévue, c’est-à-dire la perte ou l’accident, phénomène qui recouvre une multiplicité de faits (incendie, perte) ou dissimulation dans des dépôts comme l’a confirmé le site carolingien de Tournedos-sur-Seine (dépt. 76) traduisant au passage la valeur de l’outil et peut-être plus encore du fer avec lequel il était fabriqué à cette époque28.

3. Les domaines techniques

21L’outil découvert dans son contexte en fouille implique nécessairement trois domaines techniques qui sont chronologiquement l’amont, le présent et l’aval de l’objet même.

  • en amont on pensera à l’approvisionnement de matière première et la question pourrait plus généralement être évoquée si le site fouillé se trouve dans une région riche en fer ou non, productrice ou non. Cela implique un gisement de minerai, un système d’exploitation et une organisation des moyens d’extraction sur les sites, puis des fours de réduction et le recours à des spécialistes qui en assuraient le fonctionnement. Cela suppose un possible circuit de déplacement du fer impliquant le transport de la marchandise, par routes commerciales ou militaires, terrestres ou fluviales, et son commerce. La fouille peut poser la question du commerce de fer, de l’existence d’ateliers de forge fixes ou itinérants29, qui s’inscrivent en rapport aux Droits locaux. Certains chercheurs qui connaissaient parfaitement la région du site de fouille ont posé ces questions30, ce qui change évidemment l’approche et améliore la compréhension d’ensemble31. L’outil découvert laisse supposer l’existence de forgerons, de lieux de forgeage et l’application d’un savoir-faire. Il n’est pas exclu de supposer l’hypothèse d’un circuit commercial de l’outil lui-même, du fer neuf (avec ou sans son manche) dans des régions où le minerai et les forgerons se faisaient rares. La localisation du site par rapport à d’anciennes voies romaines, à des routes commerciales, à des voies de circulations diverses, à des points de péages est alors intéressante, de même que la proximité de foires ou de lieux de marchés par lesquels ils ont pu transiter32 ;
  • au présent : la découverte d’un vestige de ce type implique (mais cela n’est pas systématique) son utilisation sur les lieux même, ce qui doit laisser sous-entendre certaines implications économiques : qui possédait le lieu du travail, le lieu de la découverte (grenier, grange, manse, château etc.) L’objet a-t-il été retrouvé avec d’autres, et lesquels, sont-ils complémentaires ou non ? Les contextes de découverte sont parfois de bons indicateurs (greniers, pièces de stockage de grains, maisons). D’autres éléments archéologiques sont tout à fait significatifs, comme le nombre important de pierres à aiguiser qui sont retrouvées en relation avec des sites ayant livré des outils, ou bien l’enclumette à rebattre les faux retrouvée en France en 1991, sur le site du Bois des Brigands, occupé au xive siècle33, etc.
  • en aval de l’outil découvert et en correspondance avec ce que l’on peut attendre de sa forme il faut supposer l’existence de cultures entreprises sur le site (céréales, foins, vignes ou autres plantes) et d’éventuels moyens et méthodes de stockage (jarres, silos, caves...), ainsi que certains processus de consommation à court et moyen terme (panification34, vinification et consommation sous diverses formes), et/ou peut-être la vente de certains produits et donc d’autres circuits : l’outil entre toujours dans un système d’exploitation où il fait écho à d’autres éléments.

22Ces trois cadres théoriques peuvent être développés et mieux déterminés par les hypothèses de restitution de la chronologie réalisées à partir de l’ensemble des découvertes archéologiques, complétées par une étude des documents historiques concernant le lieu de la fouille. En réalité, la découverte d’un outil implique nécessairement l’existence de ces trois cas.

23L’outil est un objet qui n’a d’utilité que lorsqu’il est animé. Aussi les analyses des traces laissées sur les parties travaillantes, lorsqu’elles sont exploitables, peuvent fournir d’intéressantes indications sur la manière dont l’objet a pu être utilisé. La restitution de la forme pourra laisser place à des hypothèses de travail sur ses propriétés mécaniques, ainsi qu’à la manière dont il pouvait être manié, approche qui sera affinée par le recours aux textes et à l’iconographie. L’iconographie montre une attitude figée, statique, qu’il faut essayer de restituer pour comprendre une action déliée, fluide et complète, mais elle est la seule source qui permette d’emblée de voir un outil, son utilisateur, une attitude dans un environnement restitué ; même si l’on ne peut cependant jamais exclure tout à fait une inexactitude dans la reproduction, cette source reste essentielle.

24Enfin, les données comparatives de l’expérimentation vont permettre de comprendre les moyens d’actions que recèle l’outil retrouvé en fouille. Celui qui le manipulait autrefois pouvait donner à son geste la puissance nécessaire, le contrôler, le diriger, et simultanément concevoir la façon dont le travail pouvait être réalisé. De quelle manière procédait-on en fonction des circonstances et du matériau, consciemment ou non, avec attention ou par habitude, afin que l’objet puisse devenir le véritable prolongement du corps pour assurer la réalisation du résultat à atteindre ? La difficulté est de comprendre que la véritable efficacité d’un outil n’est jamais constituée de l’addition systématique des facteurs qui le caractérisent, mais d’une habile composition, d’un mélange intelligemment dosé de l’ensemble des propriétés qu’il présente et dont l’utilisateur est le seul maître de l’agencement. S’il est théoriquement évident qu’un utilisateur fait un bon travail avec un bon outil, il convient de ne jamais oublier que, dans la pratique et malgré cela, il existe le fait d’inversion, par lequel un utilisateur doué et/ou expérimenté obtiendra des résultats moyens avec un outil médiocre alors qu’un utilisateur peu consciencieux et peu habile pourra aboutir à un bon travail si l’outil qu’il utilise est d’excellente facture.

4. Les techniques de fabrication de l’outil

  • 35 On scie le métal sous l’eau pour éviter un échauffement qui pourrait par la suite perturber les an (...)
  • 36 Polissage tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre pour que les rayures du polissage s’annulent.
  • 37 Du Nitral par exemple.
  • 38 Le duromètre est un appareil qui mesure le choc d’impact d’une bille ou d’une pointe lâchée d’une (...)
  • 39 Ces analyses sont longues et onéreuses.

25Elles sont bien révélées maintenant par les analyses métallographiques, réalisées sur de petits éléments prélevés avec soin35 en plusieurs endroits précis dans l’épaisseur même du métal ; ils sont polis avec des abrasifs de plus en plus fins36, puis les couleurs témoignant des travaux que le métal a subi sont révélées à l’acide37 et analysées à la loupe binoculaire. Un test appelé parfois test de Vickers peut être réalisé sur les fers et les aciers pour en évaluer la dureté38. Au peu d’outils retrouvés en fouille correspond, bien sûr, un nombre peu important d’analyses métallographiques en rapport. Toutefois de plus en plus de responsables de chantiers, lorsque cela est possible, y ont recours pour certains objets et en profitent pour y associer quelques outils39.

  • 40 André Debord et Nadine Dieudonne-Glad, « Andone (Charente)... », p. 107-129.
  • 41 Plus de 600 objets (complets ou non), d’innombrables débris ou morceaux de fer et plus de 3 000 cl (...)
  • 42 Plus de 2 000 éléments métalliques sur le seul site de Colletière, par exemple.

26Ainsi, A. Debord, pour le site d’Andone, daté de la fin du xe et du début du xie siècle, dont une étude a porté précisément sur ce sujet40, remarque la grande quantité d’objets de fer41 et constate que le travail du métal à la fin du xe s. était déjà maîtrisé. C’est un constat proche auquel parviendront les responsables des fouilles des sites de Charavines et de Colletière42 près du lac de Paladru, par le nombre et la qualité des objets de fer retrouvés datant de la première moitié du xie siècle. On y associera les sites de la Grande Paroisse (dépt. 77) datant du xe s, où un nombre important d’outils (et une bonne quantité de dents de herse) furent retrouvés, ainsi que le site de Tournedos-sur-Seine (dépt. 76) pour la qualité des outils qui y furent mis au jour (deux lames de faux, plusieurs faucilles et un soc, tous de très belle facture). C’est dire que le fer, s’il avait de la valeur, n’était pas rare partout dans la France d’avant l’an Mil ; on savait dans certains endroits parfaitement le travailler et en faire de très bons outils.

  • 43 En l’état actuel des recherches.
  • 44 Michel Colardelle et son équipe, « Un village de l’an Mil »,... p. 56 à 63.
  • 45 Soudure de deux morceaux de fer par contact.
  • 46 Traitement thermique permettant de modifier la structure du métal (le liquide du bas de trempe peu (...)
  • 47 Aciérage à la forge par passage du fer dans du carbone.
  • 48 Ce traitement thermochimique est le fait de soumettre un métal à de l’azote à la forge pour le ren (...)
  • 49 Forgeage et reforgeage de morceaux de métal entremêlés pour en faire un acier fin aux qualités sup (...)
  • 50 Michel Colardelle et son équipe, « Un village de l’an Mil... », p. 55.
  • 51 André Debord et Nadine Dieudonne-Glad, « Andone (Charente), Étude structurale... », p. 112.
  • 52 Traitement thermique consistant à chauffer à une température inférieure à la température de transf (...)

27La nature du site alors pourrait peut-être aider : si nous n’en savons pas davantage43 pour les sites de Tournedos ou de La Grande Paroisse, nous savons par contre qu’Andone était un castrum (également centre d’une curtis agricole et artisanale) occupé par le comte d’Angoulême, et que les archéologues de Charavines se sont posé la question de savoir si les habitants des bords du lac de Paladru étaient des paysans seulement ou également des soldats44. Ces découvertes, géographiquement éloignées, sont en concordance par les observations consécutives aux analyses des objets de métal qui y furent retrouvés. Le travail des outils était-il de meilleure qualité lorsqu’il était réalisé sur un site occupé par des militaires, les forgerons disposaient-ils alors de plus de métal, d’un savoir plus technique ? En tous les cas les analyses métallographiques ont attesté de traitements complexes comme le corroyage45, la trempe46, la cémentation47, la nitruration48 des aciers ou la technique du damassage49, à Andone comme à Colletière50, les deux sites ayant d’ailleurs fait l’objet d’un rapprochement analytique précis sur ce point51. La technique du revenu52 cependant semble courante à Charavines et non révélée à Andone, mais toutes les analyses n’auraient pas été encore réalisées.

28D’autres outils, analysés par des spécialistes en archéo-métallurgie, ont montré que certains étaient constitués d’un corps en fer de qualité moyenne auquel on avait soudé une bande plus ou moins importante d’acier de très bonne qualité pour en faire le tranchant. Le cas existe à Andone comme à Charavines, et on le retrouve par exemple dans la serpe de Fréteval (dépt. 41), plus tardive puisque datant du xive siècle, mais qui prouve que les forgerons ont eu recours à cette technique jusque très tard dans le Moyen Âge. Ainsi, par cette approche micrométrique, l’archéologie a apporté beaucoup à la compréhension de la fabrication même de l’outil médiéval qu’elle a la possibilité d’interroger directement.

  • 53 Gabrielle Demians d’Archimbaud : Les fouilles de Rougiers (Var), contribution à l’archéologie de l (...)
  • 54 Nous n’avons pas l’intention de la développer ici, il conviendra de se reporter à Pascal Reigniez,(...)

29Il en est de même pour le domaine de la restauration de l’outil. Ainsi, l’outil de fer que l’on sait avoir été réparé depuis la période gallo-romaine l’est encore dans le Moyen Âge comme le montre le site de Rougiers occupé au xive siècle, où fut trouvé un fragment terminal de lame de faux ainsi qu’une faucille réparée au moyen d’une plaque de métal rectangulaire rivetée53. L’une des faucilles et l’une des serpettes du site de Charavines semblent avoir fait l’objet d’une restauration ; nous émettons cette hypothèse mais nous pouvons nous tromper sur ce point54. L’anthropologie montre que les tentatives de réparation précèdent généralement le stade du réemploi de l’outil cassé. À n’en pas douter, ce procédé de réemploi était banal au Moyen Âge parce qu’il est à la fois logique et surtout évident de simplicité. Il est un élément du facteur humain (c’est-à-dire du choix) indissociable de l’existence même de l’outil et sa supposition est donc logique.

5. Une dimension esthétique

  • 55 Pascal Reigniez, « La technique de forgeage chez l’un des derniers taillandiers de France », Anthr (...)

30L’archéologie semble indiquer que le forgeron est resté attentif à l’esthétique de l’outil, souci que confirment quelques approches anthropologiques55. La définition de l’esthétique, en ce qui concerne l’outil, doit d’ailleurs être plus précisément définie : souvent cette notion n’est perçue que par rapport à l’histoire de l’art et à travers des œuvres de l’esprit. On ne verrait donc pas ce type de recherche dans un outil agricole. Cependant quelques-uns ont indéniablement une certaine esthétique par rapport à des traits qui les caractérisent : il s’agit alors d’un objet symétrique, équilibré, portant telle ou telle particularité sciemment réalisée et souvent avec soin, voire même un décor. En ce sens la perception immédiate de ces différents éléments, combinés ou non, induit une certaine forme d’esthétique qui participe d’une harmonie dont l’origine est à rechercher dans la conception et dans la fabrication (du fer et/ou du manche). Un outil déséquilibré, faussé, incomplet ou foiré est inesthétique et il est rejeté.

  • 56 Outils d’apparat ou de cérémonie, par exemple.

31Toutefois, la symétrie n’est pas la condition première de l’esthétique, à l’exemple de la faux qui est asymétrique et fonctionne sur un jeu constant de déséquilibres, et qui est cependant redoutable d’efficacité. La première fonction que l’on demande à l’outil est d’être efficace : l’esthétique ne constitue pas sa vocation première. Les outils précieux mis au jour dans des fouilles ont sans doute toujours eu des fonctions particulières56.

  • 57 Destiné souvent à mieux tenir l’outil lorsque la main glisse sur le bois à cause de la transpirati (...)
  • 58 Pour ne citer ici qu’un exemple, ce sera celui des plaques de force de certains volants, visibles (...)

32L’esthétique peut alors parfois entrer au service même de l’outil pour aider dans sa maniabilité : lorsqu’il s’agit par exemple d’une poignée ergonomique, d’un manche sculpté dans la zone de préhension57, tels que nous en montre quelquefois l’iconographie58. Ces éléments n’ont pas d’autre fonction que d’aider l’utilisateur à effectuer un certain travail de la manière la plus performante et dans les meilleures conditions possibles.

  • 59 Christian Vaudour, Catalogue du Musée le Secq des Tournelles, t. I : L’outillage, Rouen, 1975, 56  (...)
  • 60 Le principe de la marque, du poinçon, de l’estampille est de donner le plus d’informations d’ordre (...)
  • 61 Ceci constituant un fait anthropologique.

33La technique de forgeage mise en œuvre pour réaliser certains outils agricoles et parfois leurs aménagements (épaulement de houes, dentelures de lames de faucilles par exemple) est intéressante. Nous pourrions par exemple signaler l’existence d’un fer d’émondoir datant des xviexviie siècle, monté à vis dont la lame centrale est ouvragée, ajourée et ciselée au point que l’on ne peut pas ignorer, dans ce cas, la recherche manifeste d’une certaine esthétique59. Cette volonté de faire beau existe encore, même si elle est moins visible, dans les estampes ou les diverses marques qui sont précisément révélées par les fouilles archéologiques comme le montrent les outils de Charavines (xie s) ou du Castlar, à Durfort (dépt. 81) datant du xive siècle. La découverte d’un poinçon ou d’une marque, esthétique ou non60, sur le fer d’une lame ne permet pas véritablement de l’identifier au fabricant, au revendeur ou au propriétaire, mais elle implique par contre que l’un des trois a souhaité y laisser une signature durable61. Aucune autre source que l’archéologie n’est en mesure de fournir ce type d’indication pour le Moyen Âge.

34L’archéologie médiévale n’a pas livré à ce jour d’outils agricoles gravés, sculptés, décorés et il semble que ces décors n’aient donc pas existé sur les outils. Il est toutefois possible d’émettre l’hypothèse que la plupart des décors, gravures ou inscriptions étaient peut-être réalisées sur les parties en bois, celles qui n’entraient pas en contact avec le matériau travaillé (terre, végétaux...), mais qui par contre restaient maintenues par l’utilisateur, capable de les lire ou de les identifier. Plus aisées à décorer, les parties en bois laissaient d’ailleurs une large place à l’inspiration de celui qui voulait y porter un décor et/ou un signe de reconnaissance, graver quelque chose au couteau à un moment ou à un autre, phénomène lié là encore à la nature juridique de la propriété de l’objet par rapport à son utilisateur. L’anthropologie l’attestant aujourd’hui, le fait existait probablement autrefois ; nous émettons cette hypothèse.

  • 62 Sont exclus de cette remarque les outils d’apparat ou de cérémonie par exemple.

35La vision globale des fouilles archéologiques montre que l’outil médiéval, à partir du xe siècle environ, perd ses formes un peu maladroites et massives des périodes antérieures. On découvre des outils ne portant pas d’excédent de matière, pas d’embellissement surabondant : l’outil utilisé conventionnellement62 n’est jamais trop lourd, riche, décoré, grand ni trop fatigant à manier (probablement trop cher même...), parce qu’il serait alors rapidement abandonné. Il appert par l’archéologie que l’outil est un objet morphologiquement constitué pour répondre à un besoin précis, ce qui légitime en réalité l’approche morpho-technologique qui est effectuée ensuite à la découverte de telle ou telle pièce. En ce sens il existe une certaine forme de correspondance entre les outils médiévaux et les outils contemporains : le nécessaire suffit.

II. Approche diachronique

1. La relation entre le site et l’outil

  • 63 Nous n’évoquerons pas les divers accidents : remplissages, fosses, déclivités, et autres éléments (...)

36Un outil est, comme n’importe quel autre objet découvert en fouille, inclus dans une stratigraphie. Elle est constituée, pour simplifier63, d’une succession de couches qui se sont superposées avec le temps en fonction de l’histoire propre du site. Chaque objet peut donc être daté de deux manières, soit par rapport à l’ensemble de la stratigraphie générale, soit par rapport à d’autres objets se trouvant dans d’autres niveaux de la stratigraphie de la fouille (tel objet est plus ancien ou plus récent que tel autre). C’est une condition indispensable pour conférer à l’étude archéologique une certaine crédibilité à partir de laquelle pourront se tracer des constats et se bâtir des hypothèses de travail. Cette datation archéologique dont les conditions sont parfois difficiles mais qui reste globalement valable, prime par sa précision sur les datations relatives de l’analyse typologique comparative, plus aléatoires et qui résultent des connaissances d’un chercheur et des matériaux dont il dispose pour les réaliser.

  • 64 Site rural ou urbain, militaire ou civil, etc. ces particularités dominantes pouvant se chevaucher (...)

37Certains chercheurs sont logiquement tentés de chercher l’existence d’un rapport entre la nature du site et la quantité ou le type d’outils qui y ont été retrouvés, question qui pourrait être fort intéressante si l’on était certain que les paramètres de chaque site soient bien établis. Or, dans la réalité, les facteurs d’évolution sont multiples et variables, et un site peut très bien avoir connu une occupation civile avant de devenir militaire, avoir été rural puis urbain, puis militaire et ensuite civil ou inversement. De plus, un habitat peut avoir été civil mais plus ou moins soutenu par une activité militaire ou commerciale, avoir été un lieu de passage, d’échanges, une zone bénéficiant d’une influence porteuse voisine (foire, marché), éléments que la fouille n’est pas toujours en mesure de mettre en valeur mais qui peut avoir eu, sur l’histoire des outils identifiés, une certaine incidence. Ce n’est pas dévoiler un secret d’écrire ici qu’il existe quelquefois une certaine difficulté à retracer l’histoire précise d’un site fouillé ou d’en révéler l’identité dominante64, ce qui par contrecoup nous interdit de nous avancer davantage sur le rapport entre la nature du lieu et les outils qui y ont été découverts.

38Aussi, l’absence ou la rareté d’outils sur un site sont des données qui ne signifient pas pour autant qu’il n’existait qu’un faible nombre d’outils utilisés sur le même site à cette période : le réemploi éventuel de vieux fer, la réparation d’outils, la réutilisation des objets brisés ou trop usés pour pouvoir assurer leur fonction première sont autant de facteurs de disparition immédiats. À ceci peuvent s’ajouter des facteurs de disparition différés (c’est-à-dire se produisant dans la durée après l’existence de l’outil) qui sont essentiellement constitués par la corrosion métallique dans le sol et la désagrégation organique des éléments qui étaient associés au métal de l’outil.

39De plus, certains sites n’ont été fouillés qu’en partie, et le nombre d’outils qui a pu y être retrouvé n’est donc pas représentatif de la quantité utilisée dans la totalité du lieu et pour une période précise d’occupation, même si celle-ci est bien définie. Il faut signaler enfin que certains archéologues ne découvrent aujourd’hui qu’une partie des outils et ce n’est que dans quelques décennies ou quelques siècles que d’autres fouilleurs exhumeront d’autres vestiges dans des stratigraphies voisines.

40Quelle que soit la nature du site finalement, chaque outil qui y a été découvert porte en lui une histoire authentique, qui n’est pas forcément liée à celle du lieu de sa découverte. Trois questions se posent alors :

  • le site de découverte est-il le lieu de fabrication de l’outil ?
  • est-il le lieu du commerce de l’outil ? (achat/vente ou transport),
  • est-il le lieu de l’utilisation de l’outil ?

41Le lieu de découverte de l’objet peut alors correspondre à l’un de ces trois points, à deux d’entre eux ou bien dans certains cas n’avoir rien à voir avec eux (cas de perte au cours d’un transport, de vol d’outil...).

  • 65 Ce fait déterminant est une interconnexion entre le temps et le lieu.

42La fouille archéologique constitue la révélation de l’état d’une situation qui a existé dans un moment donné de la chronologie du site ; on considère alors que la fouille peut constituer une sorte de photographie des lieux à un moment donné des travaux. Mais le fait devient trompeur parce qu’il implique le défaut de faire tendre l’analyse des objets qui s’y trouvent vers le constat d’une certaine immobilité dans la mesure où il contribue à figer les découvertes dans leur contexte immédiat. Or, l’outil découvert sur un site a toujours une histoire propre, plus ou moins simple, qui peut être en rapport avec celle du site, mais qui peut tout aussi bien ne rien avoir avec elle. La conjonction (outil-lieu) révélée par la fouille n’est qu’un état figé, qui prouve que leurs deux histoires se sont croisées en un point chronologique donné, à l’occasion d’un fait déterminant65 (achat dans une foire, un marché, par un vendeur itinérant, fabrication par un forgeron ambulant, prêt, don, perte, etc.), après lequel l’outil a intégré le site dans lequel le chercheur l’a découvert.

43L’histoire de l’outil et l’histoire du site peuvent ainsi se recouper : soit en totalité, lorsque l’outil a été fabriqué et utilisé sur place, soit en partie lorsque l’outil a été fabriqué ailleurs mais utilisé sur le site (ou fabriqué sur le site et utilisé ailleurs). Le phénomène à retenir ici est celui des processus de dispersion des objets, de la diffusion des outils : un outil retrouvé en un lieu donné ne signifie pas qu’il est originaire de ce même lieu : la typo-chrono-localisation constitue un point de repère fondamental par la chronologie mais il ne faut jamais perdre de vue qu’elle est aussi, avec la localisation, un point de départ dans l’étude : elle est à ce titre indicative et elle doit s’affiner tant par les comparaisons typologiques que par des recoupements, servant dans ce cas précis à démontrer les jalons de la diffusion d’un objet.

  • 66 Hauteur : 32,5 cm – largeur 19 cm
  • 67 Pascal Reigniez, L’outil agricole en France au Moyen Âge...

44Dans cet ordre d’idée nous apprécions que l’archéologie livre des outils de la même famille et de différents types, dispersés dans la chronologie médiévale, ce qui permet des comparaisons surtout lorsqu’il s’agit d’outils peu communs comme c’est par exemple le cas entre la bêche à dents de Thèmes (infra) et la bêche à dents de Saint Denis (dépt. 93), datée du xive siècle66. Nous avons la preuve ici que l’outil le plus ancien n’est pas forcément le plus archaïque et le moins esthétique, constat qui nuance la théorisation de l’évolution de l’outil67.

45La fouille évoque aussi la possibilité que des outils chronologiquement très éloignés soient retrouvés sur un même site, dans deux contextes distincts. Parfois même leurs formes sont très proches, c’est par exemple le cas de deux fers de serfouettes découverts dans la ville de Saintes, l’un datant du ier siècle apr. J.-C. et l’autre d’une période comprise entre le xve et le xviie siècle. Rien n’atteste cependant que cette forme a perduré entre les deux périodes, ni que le dernier outil découle du premier.

  • 68 L’outil réel (N) ne peut être reproduit par un artiste dans l’iconographie qu’après qu’il existe v (...)
  • 69 Ceci n’est pas simple cependant puisqu’il n’y a pas de lien direct entre le modèle et sa représent (...)
  • 70 Hauteur : 31,5 cm – largeur 18,7 cm.
  • 71 Catalogue d’exposition Bourgogne médiévale, la mémoire du sol..., 1987, p. 138.
  • 72 Par réponse écrite.

46Dans certains cas, l’archéologie permet de faire « remonter » dans la chronologie l’existence de certains outils que l’on croyait plus tardifs, parce qu’ils n’étaient jusque là repérés que dans l’iconographie ; or celle-ci accuse par définition un certain décalage chronologique avec la réalité qu’elle reproduit68, décalage qui ne permet d’être évoqué que par la présence de l’information archéologique69. Et précisément, depuis quelques décennies, l’archéologie semble montrer qu’il faut revoir les dates de certains types d’outils dont on avait pensé tout récemment encore qu’ils n’avaient existé que dans le bas Moyen Âge. C’est par exemple le cas des deux belles lames de faux carolingiennes complètes du site de Tournedos sur Seine (ixe siècle), intéressantes par leur concavité et leur angle d’emmanchement de 25 à 30 degrés. C’est aussi le cas du superbe fer de bêche à trois dents découvert à Cézy près de Thèmes (dépt. 89)70, outil publié sous la responsabilité d’une caution scientifique71, et daté de la fin du ixe – début du xe siècle, période qui nous a été confirmée par l’archéologue inventeur72, ou encore de la faucille à lame cassée à portion rectiligne probablement du site des Sureaux (dépt. 77), datant du xe siècle. Ce phénomène s’applique encore aux couteaux pliants qui sont signalés par l’archéologie à des périodes plus précoces (Haut Moyen Âge) qu’on ne l’aurait pensé. Ces correctifs chronologiques n’ont pas de valeur générale, ils n’existent que par l’objet découvert, ayant sur ce point la valeur d’un marqueur.

2. Dimension évolutive

47Dans ce type d’approche impliquant un raisonnement sur la durée, il convient de se poser la question de l’évolution : l’outil retrouvé par la fouille ne doit pas être perçu comme un objet parfait. Il ne constitue que l’un des états de l’évolution des objets de son type dans l’histoire même de sa propre famille : l’outil est pleinement et constamment concerné par le perfectionnement, l’évolution, l’amélioration, et cela de façon plus ou moins rapide dans le temps. Il en est de même pour son utilisation : tel ou tel outil utilisé à telle ou telle période n’a pas forcément conservé cette même utilisation plusieurs siècles après. Il en est de même avec son appellation, parfois différente d’une région de France à l’autre, mais le problème du signifiant et du signifié est beaucoup trop important pour être traité ici. L’évolution de l’outil par les seules découvertes archéologiques est assez difficile à déterminer parce que la fouille ne livre bien souvent qu’un seul type d’objet dont on ignore alors la place exacte qu’il occupe dans le développement chronologique de l’évolution de la famille d’outils dont il fait partie. L’archéologie révèle donc deux champs d’évolution : celui de l’outil lui-même dans sa durée de vie et celui plus général de l’objet dans sa famille typologique, sur la longue durée.

  • 73 C’est généralement le cas, même si parfois une adjonction ne traduit pas forcément un perfectionne (...)
  • 74 Un artisan peut savoir encore maîtriser la fabrication de tel ou tel objet et savoir utiliser tell (...)

48L’archéologie montre qu’il n’a pas véritablement existé de changements ou d’évolution rapide et radicale dans le perfectionnement de l’outil ; tout se réalise par petites touches, dans la durée, sans à-coup. L’apparition de nouveaux outils dans la fin du Moyen Âge classique, comme la sape ou le volant par exemple, se répercute dans l’iconographie puis dans les documents ethnographiques sous des aspects plus ou moins voisins. Bien souvent il n’y a pas eu véritablement de perfectionnement brutal, mais des adjonctions ou des aménagements apparus dans la durée et traduisant ce que nous appelons aujourd’hui un perfectionnement73. L’archéologie prouve qu’une forme ancienne perdure au moment où des formes nouvelles apparaissent. Les relais sont longs, jamais brefs ou tranchés : c’est uniquement l’outil inefficace que l’on abandonne ou que l’on ne fabrique plus, l’autre outil, celui qui a fait ses preuves, perdure et l’arrivée d’une forme nouvelle ne le fait pas forcément disparaître. Ainsi les nouveaux outils et les anciens coexistent. L’ethnographie montre que ce phénomène se vérifie d’ailleurs généralement encore aujourd’hui, avec ce que cela implique74.

3. Diffusion et déplacements

49Plusieurs des éléments posés par l’archéologie posent inéluctablement le problème de la diffusion de l’outil : pourquoi cette forme d’outil a-t-elle été découverte à tel endroit ? Cette question en rapport direct ou indirect à l’outil fait appel à deux approches différentes : l’apparitionnisme et le diffusionnisme technique, chacune ayant ses adeptes.

50La théorie apparitionniste se fonde sur le fait que plusieurs outils typologiquement très proches ont pu apparaître de façon strictement autonome en différents lieux, que ce soit à l’échelle d’un même pays ou à une échelle internationale. Ces objets ont pu se diffuser par la suite, dans des circuits distincts.

51La théorie diffusionniste privilégie l’histoire de l’outil par le jeu de la diffusion, c’est-à-dire qu’une forme-mère aurait été mise au point dans une région précise, avant d’être diffusée ensuite par des circuits de nature diverse dans l’ensemble des endroits où on la retrouve signalée ; il n’y a dans ce cas qu’une seule origine géographique de diffusion.

52Il s’agirait donc de faire un choix entre un système ou un autre. Leurs partisans respectifs pensent que la cause à laquelle ils se rallient est plus déterminante que l’autre. Ces deux théories, qui sont beaucoup trop strictes et schématiques, semblent perdre de vue qu’elles ont étroitement épousé les conditions même de la complexité de l’histoire de l’homme. En effet l’outil est un objet évolutif, c’est-à-dire qu’il est sujet à de constantes interrogations visant à le rendre plus efficace pour répondre à une certaine logique sans laquelle il n’aurait pas de raison d’exister (courbe de l’outil). Autrement dit, l’outil existe en tant que tel parce qu’il a un rapport au passé, mais aussi au futur : la finalité est parfois tout aussi importante que la cause dans le processus de l’évolution.

  • 75 La composante géographique, celle de la période en question (la diffusion des outils n’est pas ide (...)

53Par conséquent, si les phénomènes diffusionnistes et apparitionnistes s’appliquent pour l’ensemble des outils, cela ne signifie pas qu’ils puissent s’annuler ou se contredire : d’abord parce qu’ils existent tous les deux dans le temps et dans l’espace, et ensuite parce qu’ils impliquent le facteur humain, qui n’est véritablement tenu à rien de matériel. Ainsi l’invention, fait majeur dans l’histoire des techniques, donne un résultat réalisé pour être montré et qui peut circuler. Comme ces deux théories ont bien une réalité, nous sommes convaincus qu’il serait stérile de les opposer, comme il serait faux de croire que l’une ou l’autre a été la seule à s’appliquer : nous pensons qu’elles étaient simultanées, l’une n’empêchant pas l’autre mais coexistant dans une durée différente et en proportion plus ou moins forte, selon plusieurs composantes qu’il serait trop long de présenter ici et dans lesquelles elles devaient coexister75. Nous pensons que l’histoire de l’outil n’est qu’un écheveau d’infiltrations entre les natures de ces deux théories qui, précisément par leur jeu de réciprocité, ont procédé d’une certaine identité anthropologique réflexive entre l’homme et l’outil.

  • 76 Michel Colardelle et Éric Verdel : Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement (...)

54Ceci est l’un des points les plus apparents. Mais il en existe un autre, au moins aussi intéressant qui part du constat anthropologique que l’outil suit globalement l’homme dans ses déplacements. Or, si l’archéologie découvre la nature de la relation entre le site et l’outil (rapport total ou partiel), elle permet encore de présager d’un deuxième type de diffusion qui reste particulier dans la mesure où il n’est pas constaté par la découverte d’un objet matériel mais par l’analyse des faits eux-mêmes. Il s’agit de la migration des formes d’outils avant leur propre fabrication, migration qui s’effectue avec la mémoire des artisans qui se déplacent : les formes sont donc latentes, c’est le savoir qui migre et qui, avec la fabrication des outils au fil des haltes effectuées par l’artisan itinérant, constitue un essaimage typologique. Le fait est montré par l’archéologie avec le site de Charavines par exemple, que l’on sait avoir été occupé sur une période de quelques décennies, très courte donc, dans la première moitié du xie siècle76. Les fouilles ont montré qu’il recelait une quantité non négligeable d’outils, dont des outils agricoles, et de nombreux éléments de la culture matérielle attestant d’une maîtrise certaine dans le travail du métal et du bois. Ce site pose précisément le problème de l’avant et de l’après : le ou les forgerons de cette communauté avaient exercé avant que celle-ci ne s’installe sur le bord du Lac de Paladru, et ils ont vraisemblablement pu exercer encore dans le nouvel endroit de fixation choisi par le groupe après qu’il ait décidé de quitter le site. L’archéologie montre ici que le déplacement de la forme de l’outil n’a pas uniquement lieu après que la pièce soit matériellement fabriquée : au contraire, les objets ont été retrouvés. Avec les artisans de Paladru, c’est la mémoire des formes et le savoir-faire qui se déplacent. L’analyse de ce site montre que ces déplacements se caractérisent alors par le fait concret, c’est-à-dire la fabrication de pièces et d’objets qui sont ainsi disséminés au fil des haltes choisies par la communauté dans telle ou telle région avant qu’un événement jugé important ne la pousse à partir, de son propre gré ou non. La durée de ces déplacements entre les haltes peut varier. Le problème de l’apparition et de la diffusion de la forme d’un outil implique que cette question ne doit pas se poser de manière restrictive aux seuls objets finis, c’est-à-dire fabriqués, mais également à l’idée que l’homme se fait de ces objets. La phase première de la fabrication de l’outil est de le penser, d’avoir l’idée de sa conception, de son principe, de son projet. Ce sont les préliminaires dans l’élaboration d’une réalisation technique.

  • 77 Déplacement dans un cadre civil ou militaire, artisanal, commercial...
  • 78 Leur fusion est par exemple caractérisée par la migration d’un forgeron ambulant qui emporte avec (...)

55Il faut en conséquence concevoir la double nature du phénomène du déplacement des formes des outils : la première avant l’existence même de l’outil, comme nous venons de le voir, par le phénomène que nous appelons la migration des savoirs. Et après la fabrication matérielle de l’objet par la diffusion classique qui revêt plusieurs formes77. Ces deux systèmes de diffusion ne sont pas aussi tranchés, mais ils existent bel et bien ensemble78 et, dans un cas comme dans l’autre, la venue d’une forme nouvelle d’outil dans une région ayant théoriquement pu influer sur l’artisanat local et donner naissance à des formes locales modifiées ou nouvelles. Aussi nous comprenons que la cartographie d’un type d’outil n’est pas simple dans la mesure où le doute sur l’origine de l’existence de la forme se pose à chacune des découvertes, d’autant que celle des objets que nous pouvons réaliser n’est fondée que sur les découvertes d’objets fabriqués. Le problème de l’apparition et de la diffusion de l’outil est l’un des plus complexes et il ne sera pas véritablement compris tant que l’archéologie n’aura pas permis de retrouver un nombre suffisant d’éléments probants pour le traiter.

Conclusion

56Les apports de l’archéologie à l’étude de l’outil agricole médiéval sont nombreux, ils posent parfois plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. Nous sommes contraints pour progresser dans cette voie de procéder par un jeu alternatif d’hypothèses de recherches et de déductions qui ne reposent que sur l’existence d’un faible nombre d’objets archéologiques fiables.

57La première source pour l’étude de l’outillage est d’abord l’outil lui-même qui est le seul à pouvoir fournir, par son existence révélée par la fouille, une localisation chronologique et géographique ; l’objet est ensuite le seul à pouvoir donner des indications véritablement concrètes sur la typologie, sur la nature des matériaux qui le composent (qualité du fer, estimation du poids...) ainsi que sur son type de fabrication (technique de fabrication, de forgeage, de réparation, éventuellement d’entretien ou d’usure...) qui le concernent.

58Toutefois, l’étude de l’outil ne saurait être perçue comme véritablement objective sans le recours à de nombreuses autres sources, iconographiques, écrites et ethnographiques par exemple et à leur analyse, à leur confrontation, à la recherche qu’elles peuvent apporter, seules ou combinées, d’une part, et chercher à savoir d’autre part en quoi l’objet intéresse, participe de chacun des domaines fort différents qu’il a pu concerner, de près ou de loin. L’outil est au cœur de l’histoire des techniques et porte en lui une multiplicité d’approches qui ne sauraient se satisfaire de l’étude d’un seul aspect ou d’une seule source faisant partie du tout : l’étude d’un élément d’un ensemble peut évoquer ce dernier, mais ne suffit jamais à lui correspondre.

59Enfin il nous faut souligner que l’outil a été l’un des liens les plus importants entre les campagnes et les villes au Moyen Âge et l’est encore aujourd’hui. Le phénomène est profond et ouvre sur d’autres perspectives, très actuelles : de prime abord, l’outil dans son sens le plus général est un sujet qui pourrait sembler dépassé. Mais les recherches portant sur l’outil pré-industriel nous semblent au contraire d’autant plus actuelles et pertinentes qu’elles forment une sorte d’introduction générale à l’élaboration de notre monde contemporain, rural et urbain.

Notes

1 Pascal Reigniez, L’outil agricole en France au Moyen Âge, Paris, Errance, 2002.

2 Georges Comet, Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales, École française de Rome, 1992, 711 p.

3 Alain Schnapp, La conquête du passé, aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993, p. 309.

4 Faire du terrain est indispensable mais n’a jamais été un gage de pertinence, en archéologie comme en anthropologie. Marcel Mauss, lecteur attentif du britannique James Frazer, fut l’un des chercheurs de cabinet de son époque les mieux reconnus. Ainsi, les archéologues venus sur le tard à cette discipline sont nombreux, et n’ont pu travailler que par l’accessibilité aux données. Ils ont parfois apporté beaucoup dans les disciplines qu’ils ont rejointes. Nous pourrions évoquer ici, parmi d’autres exemples, le nom d’André Coffyn (1922-2001), ancien instituteur devenu spécialiste de l’âge du fer dans l’estuaire girondin et la Péninsule Ibérique, d’autres se sont intéressés aux moulins, d’autres encore aux outils ou aux métiers.

5 Archivable dans le temps alors que l’objet même peut se désagréger et disparaître.

6 C’est-à-dire texte ou image.

7 Il n’y a pas de connotation négative ici, bien au contraire ; il convient seulement de distinguer la nature même des sources.

8 Si l’on veut être plus rigoureux dans la hiérarchisation des données on écrira que chaque objet, puisqu’il est unique, constitue un exemplaire, une unité. Il révèle une forme constituant un type. Les types d’outils se regroupent en quelques grandes familles. Dans la réalisation d’une typologie il conviendra cependant de ne pas mélanger les domaines d’utilisation de l’objet, ce problème étant fondamental parce qu’il en soulève immédiatement deux autres. Le premier est celui de la spécificité d’un outil utilisé dans un domaine particulier, même s’il fait partie d’une seule famille, par exemple le bâton (bâton à fouir, bâton de berger, bâton de récolte, bâton à dépiquer, bâton d’apparat...) et, d’autre part, le phénomène inverse par lequel un même outil peut être utilisé dans plusieurs domaines distincts (crible des bâtisseurs, des agriculteurs, des archéologues...), induisant le fait de la similitude inter-typologique par la polyvalence. Il convient alors de penser cette distinction du domaine de l’utilisation de l’outil soit avant de définir les grandes familles, soit après l’avoir fait, afin de clarifier les arborescences et de les justifier. Il conviendra enfin de penser une correspondance avec la localisation car une typologie brute qui n’en parlerait pas pourrait être utilisée n’importe comment et n’importe où (typo-chrono-localisation).

9 Notion distincte de celles de neuf et usagé.

10 Michel Colardelle et Éric Verdel, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement - la formation d’un terroir au xie siècle, Documents d’Archéologie française no 40, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1993, 416 pages.

11 Gérard Marquet, L’outil agricole et son manche, par Gérard Marquet, forgeron à Saint-Didier (dépt. 84), éd. Auteur, 1985, 18 pages. Voir également : Pascal Reigniez, « La technique de forgeage chez l’un des derniers taillandiers de France », Anthropologie et Sociétés, vol. 21, no 2-3, 1997, p. 251-274.

12 C’est par exemple le cas du manche de certains outils contemporains, du manche de certaines houes servant à travailler les sols durs et pierreux, entre autres. Ce cintrage se réalise par un passage du bois écorcé au-dessus du feu afin de faire bouillir la sève et permettre la flexion et la mise sur gabarit. Plusieurs mois après, le manche peut être travaillé et fixé.

13 Ceci ne ressortira pas dans une typologie conventionnelle qui se construit seulement sur les formes.

14 Encore que cet élément soit très difficile à obtenir pour des parties métalliques découvertes qui sont le plus souvent largement altérées par la corrosion, et donc partiellement détruites. C’est la raison pour laquelle la question du poids, que nous savons être fondamentale pour l’étude des outils, doit être traitée à part lorsqu’elle concerne des outils tirés d’un contexte archéologique. On ne saurait reprocher à un archéologue une imprécision sur le poids d’un tel type d’objet.

15 Il est dommage sur ce point que nombre de clichés soient réalisés sans étalon-témoin d’échelle centimétrique placé à côté de l’objet.

16 Ces opérations s’effectuent souvent en complémentarité. Nous les dénommerons : la phase « ddmppe ».

17 L’objet de fouille en fer est constitué de trois couches : la couche externe ou gangue, qui est de concrétions sans intérêt, Celle qui se trouve dessous, formée de sels de fer et de corrosions diverses (la rouille) qui se décompose en dégageant de l’acide chlorhydrique ; et enfin l’objet de métal « sain » qui se trouve en dessous. Il convient de stopper le processus de dégradation du fer sain en enlevant les particules de chlore qui se trouvent dans la deuxième couche et en injectant sous vide des micro-particules de cire pour éviter que l’air ne pénètre dans les petits interstices et ne fasse redémarrer le processus d’oxydation.

18 La restitution de la forme à la résine n’enlève rien au constat : l’outil a bel et bien été retrouvé incomplet, c’est l’apparence seule qui est restituée.

19 On peut y ajouter un vendeur, revendeur ou commerçant d’outils.

20 Cette remarque n’est pas liée uniquement à l’outil médiéval, mais à l’outil quel qu’il soit et quelle qu’en soit l’époque (pré-, proto-ou historique).

21 Cf. les travaux suivants par exemple : G. Loubes (Abbé), « Inventaire de mobilier et outillage Gascons, au xive siècle », Bulletin philologique et historique, année 1969, Paris, vol. II, 1972, p. 583-627 – Françoise Piponnier, « L’outillage agricole en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », 109e Congrès national des Sociétés Savantes, Dijon, 1984, Études Bourguignonnes, t. II, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1987, p. 131-145 – P. Wolff, « Inventaires villageois du Toulousain », Bulletin Philologique et Historique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, vol. II, année 1966, publication 1968, p. 481-544.

22 Dans le meilleur des cas, il est utilisé pour une autre activité que celle à laquelle on le destinait à l’origine.

23 C’est ce que nous appelons l’attitude par rapport à l’outil.

24 Chaque outil a évidemment sa propre histoire.

25 Ce sont parfois des personnes dont les fonctions se recoupent, mais il faut toujours conserver à l’esprit que le fabricant d’un outil n’est pas forcément celui qui l’utilise.

26 La « seconde vie » de l’outil après une réparation suite à une cassure ayant mis en question l’utilisation conventionnelle de l’objet (Reigniez, Tech. et Cult., 1997).

27 Valérie Chieze et Paul Benoit : « Images de la forge dans les manuscrits de la Bibliothèque Nationale, xiiie-xive siècles », L’image des mines et de la métallurgie du Moyen Âge à nos jours, Actes de la Table Ronde du Groupe d’histoire des mines et de la métallurgie, Université de Paris I, Pierres et Terre, Strasbourg, éd. Fédération du patrimoine minier, no 33, mai 1990, p. 11-20.

28 Dépôts d’outils que l’archéologie révèle avec des significations supplémentaires probablement.

29 Ce n’est pas parce qu’une région est pauvre en minerai de fer que l’on n’y travaille pas le fer.

30 André Debord, « Les fouilles du Castrum d’Andone », Aquitania, tome I, 1983, p. 173-197 - voir aussi Debord (André) et Dieudonne-Glad (Nadine), « Andone (Charente) : Étude structurale d’outils et d’armes du xe siècle, apports à la connaissance de l’artisanat du fer », Archéologie médiévale, t. XXIII, 1993, p. 107-108. Il existe beaucoup d’autres exemples.

31 Michel Colardelle et son équipe, « Un village de l’an Mil », Dossiers histoire et archéologie, (Fontaine-les-Dijon), no 129, juillet-août 1988, p. 55.

32 Nous ne pouvons que souligner ici le rôle absolument fondamental de la cartographie dans ce type d’approche. L’environnement n’est jamais le fruit du hasard : il est le produit de l’homme et il est modifié au fur et à mesure de l’existence des hommes. L’outil reste le vestige de cette relation complexe dont nous ne cessons de montrer l’importance.

33 Patrice Conte, Rapports de fouilles des sites de Vazeilles, de Liez et du Bois des Brigands, en Limousin (tirés à part des pré-publications). – Groupe Archéa, Limoges.

34 L’étude historique du site fouillé permettra peut-être de révéler l’existence d’un four banal, situé sur le site ou dans un village proche.

35 On scie le métal sous l’eau pour éviter un échauffement qui pourrait par la suite perturber les analyses chromatiques, révélant précisément la nature des réactions du métal à la chaleur. Un fer ayant subi un échauffement anormal de type incendie aura une structure interne perturbée, ne permettant plus de déductions précises sur la technique de forgeage originelle.

36 Polissage tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre pour que les rayures du polissage s’annulent.

37 Du Nitral par exemple.

38 Le duromètre est un appareil qui mesure le choc d’impact d’une bille ou d’une pointe lâchée d’une certaine hauteur, verticalement sur le fer à évaluer. Ces mesures s’expriment en Vickers.

39 Ces analyses sont longues et onéreuses.

40 André Debord et Nadine Dieudonne-Glad, « Andone (Charente)... », p. 107-129.

41 Plus de 600 objets (complets ou non), d’innombrables débris ou morceaux de fer et plus de 3 000 clous.

42 Plus de 2 000 éléments métalliques sur le seul site de Colletière, par exemple.

43 En l’état actuel des recherches.

44 Michel Colardelle et son équipe, « Un village de l’an Mil »,... p. 56 à 63.

45 Soudure de deux morceaux de fer par contact.

46 Traitement thermique permettant de modifier la structure du métal (le liquide du bas de trempe peut être différent selon le métal que Ton veut obtenir – trempe dans l’eau – trempe dans l’huile.).

47 Aciérage à la forge par passage du fer dans du carbone.

48 Ce traitement thermochimique est le fait de soumettre un métal à de l’azote à la forge pour le rendre superficiellement plus dur.

49 Forgeage et reforgeage de morceaux de métal entremêlés pour en faire un acier fin aux qualités supérieures.

50 Michel Colardelle et son équipe, « Un village de l’an Mil... », p. 55.

51 André Debord et Nadine Dieudonne-Glad, « Andone (Charente), Étude structurale... », p. 112.

52 Traitement thermique consistant à chauffer à une température inférieure à la température de transformation, un fer ayant préalablement subi la trempe, puis à le laisser refroidir pour lui donner des qualités mécaniques internes.

53 Gabrielle Demians d’Archimbaud : Les fouilles de Rougiers (Var), contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, éd. du cnrs, 1980, 724 p.

54 Nous n’avons pas l’intention de la développer ici, il conviendra de se reporter à Pascal Reigniez, L’outil agricole en France au Moyen Âge...

55 Pascal Reigniez, « La technique de forgeage chez l’un des derniers taillandiers de France », Anthropologie et Sociétés, vol 21, no 2-3, 1997, p 270.

56 Outils d’apparat ou de cérémonie, par exemple.

57 Destiné souvent à mieux tenir l’outil lorsque la main glisse sur le bois à cause de la transpiration.

58 Pour ne citer ici qu’un exemple, ce sera celui des plaques de force de certains volants, visibles dans l’iconographie à partir du xvie siècle.

59 Christian Vaudour, Catalogue du Musée le Secq des Tournelles, t. I : L’outillage, Rouen, 1975, 56 p. pour cette lame.

60 Le principe de la marque, du poinçon, de l’estampille est de donner le plus d’informations d’ordre technique et/ou social dans un minimum d’espace.

61 Ceci constituant un fait anthropologique.

62 Sont exclus de cette remarque les outils d’apparat ou de cérémonie par exemple.

63 Nous n’évoquerons pas les divers accidents : remplissages, fosses, déclivités, et autres éléments qui peuvent perturber une stratigraphie mais que l’archéologue sait parfaitement déceler et interpréter, y compris le matériel qui s’y trouve.

64 Site rural ou urbain, militaire ou civil, etc. ces particularités dominantes pouvant se chevaucher et se combiner avec des sous-dominantes.

65 Ce fait déterminant est une interconnexion entre le temps et le lieu.

66 Hauteur : 32,5 cm – largeur 19 cm

67 Pascal Reigniez, L’outil agricole en France au Moyen Âge...

68 L’outil réel (N) ne peut être reproduit par un artiste dans l’iconographie qu’après qu’il existe véritablement (N+1). Ce décalage entre le réel (N) et sa reproduction (N+1) pose un véritable problème lorsque l’on tient compte de la chrono-localisation des supports et des objets étudiés (en ce qui concerne l’outil, nous le précisons bien). C’est ce doute qui ne permet pas de dater un outil d’après l’image, mais de signaler simplement une reproduction faite de lui à tel ou tel moment sur tel ou tel support.

69 Ceci n’est pas simple cependant puisqu’il n’y a pas de lien direct entre le modèle et sa représentation. Le fait de rapprocher une image et un outil retrouvé en fouille parce qu’ils se ressemblent est logique, mais cela ne doit pas conduire pour autant à affirmer des faits qui ne sont que supposés et à les généraliser parce que chacun porte sa propre sphère chronologique et géographique d’existence.

70 Hauteur : 31,5 cm – largeur 18,7 cm.

71 Catalogue d’exposition Bourgogne médiévale, la mémoire du sol..., 1987, p. 138.

72 Par réponse écrite.

73 C’est généralement le cas, même si parfois une adjonction ne traduit pas forcément un perfectionnement et peut faciliter l’exécution d’un travail sans pour cela perfectionner le geste ou l’outil (l’adjonction d’un jonc fendu protège-lame sur une faucille, adjonction d’une étriche sur le manche d’une faux...).

74 Un artisan peut savoir encore maîtriser la fabrication de tel ou tel objet et savoir utiliser telle ou telle technique qui est considérée comme ancienne par ses contemporains, ce qui ne l’empêche pas de savoir fabriquer et réparer des outils modernes. Cela est valable pour toutes les époques.

75 La composante géographique, celle de la période en question (la diffusion des outils n’est pas identique selon les périodes parce qu’elle ne fait pas appel aux mêmes moyens de diffusion), le fait que l’outil soit nouveau, inventé, ou qu’il ne soit qu’un perfectionnement, etc.

76 Michel Colardelle et Éric Verdel : Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement – Information d’un terroir au xie siècle, Documents d’archéologie française no 40, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1993, 416 pages.

77 Déplacement dans un cadre civil ou militaire, artisanal, commercial...

78 Leur fusion est par exemple caractérisée par la migration d’un forgeron ambulant qui emporte avec lui son savoir-faire et éventuellement des gabarits (migration des savoirs) et quelques outils déjà fabriqués qu’il n’a pas pu écouler (2e nature de diffusion).

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.