Version classiqueVersion mobile

L’outillage agricole

 | 
Georges Comet

L’outillage agricole

Georges Comet

Texte intégral

1Les journées de cette année portent sur l’outillage agricole. La rencontre d’il y a deux ans portait sur les moulins, et je ne remonte pas plus haut dans le temps jusqu’à l’artisanat ou les plantes nouvelles... Tout cela n’est pas anodin et les organisateurs ont voulu aller dans une direction novatrice, non seulement dans le domaine de l’histoire, mais d’une façon plus générale des sciences humaines. Il n’est pas fréquent, en effet, que les outils, des objets, de vils objets sans grande valeur artistique, soient ainsi l’objet d’une rencontre. Encore moins des objets agricoles, dans notre monde actuel où l’agriculture n’occupe plus qu’une infime partie de la population française (2,7 % des actifs).

Historiographie

  • 1 André Haudricourt et Mariel Jean-Brunhes Delamarre, L’homme et la charrue à travers le monde, Pari (...)
  • 2 Citons simplement, pour donner un aperçu de la tonalité, cet économiste parlant des techniques méd (...)

2Un maître livre dans le domaine fut celui d’André Haudricourt en 19551. L’ouvrage s’annonçait comme un appel à des disciplines traditionnellement différentes. Il concluait que « l’autonomie de la technologie (évolution des formes, des matériaux, des gestes de travail) est toute relative et nous avons été constamment entraînés à affronter d’autres problèmes... » et que « nous savons bien que les instruments de production n’agissent pas par eux-mêmes et indépendamment d’autres facteurs ». Il ne faut pas oublier que ces armées sont celles où l’on discute volontiers des rapports entre infra-et superstructures, où l’on cherche la place de la matérialité dans l’organisation sociale, où le débat de type marxiste imprègne les réflexions2.

3Dans sa réédition de 1986, André Leroi-Gourhan rappelait qu’il avait récemment écrit : « Tout ce qui intéresse la vie matérielle des hommes est encore en friche, à peine débroussaillé, et au hasard. Il y a là pourtant des documents aussi importants pour l’histoire des hommes que ceux de la linguistique ou de l’anthropologie... Nous savons bien que les instruments de production n’agissent pas par eux-mêmes et indépendamment d’autres facteurs... De récentes discussions sur le rôle des progrès techniques et sur le développement des sociétés ont prouvé combien subsistaient d’erreurs à ce sujet... »

  • 3 Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’occident médiéval, Paris, Aubier, 1 (...)

4Chez les historiens médiévistes il y avait eu une impulsion donnée un temps par Georges Duby : « Une enquête systématique sur les techniques de la terre serait pourtant des plus urgentes car elle seule permettrait de saisir certains des faits qui forment le soubassement de toute l’économie et l’on peut dire de toute la civilisation de l’Occident médiéval3. »

5Cependant, malgré les écrits qui ont encouragé des chercheurs et suscité des vocations (dont la mienne), la pensée de Duby n’allait pas fondamentalement dans le sens d’une histoire de l’outillage. Selon lui, l’archéologie n’a rien appris, l’iconographie est porteuse de très peu d’espoir, la microtoponymie inutilisable et la génétique botanique inexistante ! Pour Duby, la dimension technique de l’histoire est celle d’un substrat matériel de grande importance pour la civilisation. Toutefois c’est un élément second dans le raisonnement. Les techniques ne sont pas envisagées comme une forme de la création de l’homme, mais comme un moyen ou un signe d’une politique par exemple.

  • 4 Robert Fossier, « Économies et sociétés rurales en France du xe au xve siècle (production des anné (...)

6Depuis ces années-là il y a eu dans la pratique historique française ce qu’on a appelé un « déplacement » et R. Fossier constate que « l’économie reste la parente pauvre...[et l’on préfère] les ressorts intimes de l’âme aux dépens des gestes du corps4 ». Pourtant le chantier d’une histoire des techniques demeure ouvert. Les techniques minières et métallurgiques ont pris le devant de la scène grâce à nombre de très bons travaux. Cependant dans le monde rural, duquel la métallurgie participe fortement, les perspectives ont évolué. Je ne saurai tout envisager et je ne regarderai que quelques points.

  • 5 Jean-Pierre Devroey, « La céréaliculture dans le monde franc », L’ambiente vegetale nell’alto medi (...)
  • 6 J’ai personnellement mis en doute fortement cette affirmation et je pense, au contraire, que ces g (...)

7En 1989, les xxxvie Settimane de Spolète sont consacrées à l’ambiente vegetale nell’alto medioevo. Vingt-trois ans après la leçon de G. Duby sur les techniques agricoles, J.-P. Devroey présente « la céréaliculture dans le monde franc5 ». Ce qui est le plus notable c’est qu’en un quart de siècle la tonalité du discours a changé. Duby posait des questions de méthodologie générale et se demandait quelle est la place des techniques dans le développement économique et social (cf. infra-super/structure). Cette question n’est pas même envisagée vingt-cinq ans plus tard ; on étudie la matérialité des productions, le rendement, avec beaucoup de précaution sur les données chiffrées, on manifeste un doute sur les généralisations possibles de ces rendements, et par là même sur le fait (ce n’est pas exprimé ouvertement) que ces grands domaines soient « gérés de manière exceptionnellement rationnelle6 ».

Comment une histoire de l’outillage ?

8Il s’agit d’une histoire d’objets apparemment, mais qui se réfèrent aussi à des concepts. Les sources classiques, les écrits, manquent pour le Moyen Âge, mais cela est différent pour les périodes moderne et contemporaine.

Textes

  • 7 Par exemple : Isidore de Seville, cf. Isidori Hispalensis episcopi etymologiarum, Ed. Lindsay, W.M (...)
  • 8 J’emprunte sa formule à Jean-Marie Pesez, « Le Moyen Âge est-il un temps d’innovation technique ?  (...)
  • 9 Par exemple : Alexandre Neckam, De nominibus utensilium, Ed. Scheler, M. Aug. Lexicographie latine (...)

9S’agissant des textes, bien sûr, nous n’avons aucun manuel d’enseignement destiné aux agriculteurs ; il faut en appeler aux agronomes et nous devons attendre le premier, Walter de Henley, dans l’Angleterre du xiiie s., avant de trouver divers italiens aux xive et xve siècles. Quelques notations éparses se rencontrent chez les étymologistes ou encyclopédistes7 qui donnent là un discours théorique, fort important en ce qui concerne le « continuum culturel8 » avec l’antiquité, moins important pour la réalité desdits instruments. On peut essayer de faire appel à quelques études linguistiques, mais elles sont limitées9. Enfin, certes, il y a les actes de la pratique. Ils sont dispersés mais souvent utiles, toutefois ils évoquent peu les outils, étant plus diserts sur les techniques et processus qu’ils ne détaillent cependant pas.

Archéologie

  • 10 Comme souvent, c’est quand les archéologues ont vraiment cherché certains objets qu’ils en ont tro (...)
  • 11 . Selon les estimations proposées par Robert Fossier.

10On songe alors à l’archéologie. Celle-ci a beaucoup apporté durant les dernières décennies, d’autant que, un temps plutôt négligés, les outils sont devenus des objets de recherche très prisés des archéologues10. Les problèmes de conservation à travers les siècles font que l’on a fort peu de bois et relativement peu de fer car il a été volontiers récupéré et il reste fort peu des quelque 25 000 t de fer qui auraient pu être forgées dans la France des années 120011. Le gros intérêt de l’archéologie c’est qu’elle fournit des realia, même si les outils retrouvés sont usagés et qu’il ne soit pas simple de tenir compte de cette usure. A côté, les objets, résultat du travail des instruments, sont là aussi pour informer sur les outils avec lesquels on les a fabriqués. Cette archéologie de la vie matérielle a connu il y a près d’un demi-siècle ses premiers développements en Europe Centrale (Pologne, etc.) et en Scandinavie (Danemark). Elle est maintenant pratiquée dans toute l’Europe. Évidemment on rêve d’avoir une recension complète des objets trouvés... Elle est en cours, mais encore bien incomplète.

Images

  • 12 Par exemple, Marcellin Berthelot, « Histoire des machines de guerre et des arts mécaniques au Moye (...)
  • 13 Georges Comet, « L’iconographie comme source d’histoire des techniques », Au-delà de l’écrit, les (...)
  • 14 Georges Comet, « Des machines pourquoi faire ? Quelques réflexions à propos des ingénieurs à la Re (...)

11Un secteur de documentation important est celui des images, c’est-à-dire l’iconographie et toute l’iconologie qui l’accompagne. L’image fut trop longtemps considérée comme une simple illustration d’ambiance pour les éditeurs, même si déjà à la fin du xixe siècle certains lui faisaient livrer d’importants renseignements historiques12. Le dernier quart de siècle a connu diverses études systématiques qui ont beaucoup apporté dans notre domaine. Certes la dimension religieuse est très souvent prégnante dans le monde médiéval et l’image est pleine d’une idéologie conditionnée aussi par des facteurs sociaux... Mais ses apports à la connaissance de la vie matérielle et de l’outillage sont certains même si des problèmes de lecture sont nombreux et complexes13. Signalons par exemple les dessins de ces ingénieurs des xive et xve siècles14 et de l’époque moderne. Ils évoquent et présentent des engins dont certains ont existé, d’autres sont irréalisables. C’est alors un véritable milieu culturel et social qui est montré autour du prétexte technique consistant à dessiner des machines. Mais au travers de ces élucubrations fausses on peut percevoir les difficultés rencontrées par les ingénieurs et les conceptions qu’ils avaient des solutions à rechercher. Dès lors, cela permet d’éclairer notre connaissance de la réalité de leur époque.

Expérimentation

  • 15 Ole Rumlin-Pedersen, « Experimental boat archaeology in Denmark », S. Mc Drail ed., Aspects of Mar (...)
  • 16 On évoquera, pour le monde agricole : Axel Steensberg et Grith Lerche.

12Il s’agit de « l’étude du passé par des méthodes reproduisant et testant les conditions et les éléments de la vie de l’homme dans le passé15 ». Cette voie d’approche de la connaissance est venue des préhistoriens. Elle a été employée avec beaucoup de succès au Danemark16, en Grande-Bretagne, en Tchécoslovaquie, puis reprise partout, et les fermes ou forges expérimentales ne sont plus exceptionnelles. Les questions de méthode, là encore, sont nombreuses et les procédés demandent une extrême rigueur, mais sont par contre riches de renseignements très concrets.

Anthropologie

  • 17 Jacques Berlioz, « Les systèmes de représentation au Moyen Âge », Préfaces, avril-mai, 1990, no 18 (...)
  • 18 Rappelons que le mot français « technologie » vient du grec τεχνoλoγια et signifie donc « étude ra (...)
  • 19 Ce n’est pas sans rapport avec les principes d’iconologie qu’avait proposés Erwin Panofsky, Essais (...)
  • 20 Michel De Boüard, Manuel d’archéologie médiévale, Paris, 1975, p. 34.

13En 1990, Jacques Berlioz écrivait : « Depuis plus d’une vingtaine d’années une relation privilégiée s’est nouée entre l’histoire médiévale et l’anthropologie17. » Ce lien continue d’exister. Il est nécessaire, pour parler des techniques d’un temps, d’avoir repéré les articulations internes des techniques entre elles et leur jeu sur la matérialité brute. Là, des travaux comme ceux réalisés par Leroi-Gourhan ou ceux menés par les atp sont de précieux jalons pour l’historien. C’est qu’écrire une histoire des techniques ou mieux, une « histoire technique », c’est faire, à proprement parler de la technologie, c’est-à-dire tenir un discours sur la technique18. Il convient dès lors d’abord de pouvoir décrire, ensuite de montrer les évolutions, enfin de préciser tous les liens avec la société19. L’observation est indispensable et c’est elle seule qui permet d’approcher le geste, les problèmes, les conflits, inhérents au geste. C’est ce que disait, déjà en 1975, Michel de Boüard : « Au vrai, la seule méthode saine pour parvenir à la connaissance des instruments aratoires utilisés au Moyen Âge consiste peut-être à partir de l’observation des charrues et des araires de type traditionnels dont on conserve aujourd’hui pas mal d’exemplaires20. ».

Jusqu’où une histoire de l’outillage ?

14Il est nécessaire, même brièvement car là n’est pas notre objectif, d’aborder la fameuse question : « Qu’est-ce qu’un outil ? » Selon le Robert, Dictionnaire d’aujourd’hui, 1992, c’est un « objet fabriqué qui sert à agir sur la matière, à faire un travail » ; et l’outillage est un « assortiment d’outils nécessaires à l’exercice d’un métier, d’une activité, à la marche d’une entreprise ».

15Si nous remontons plus haut dans le temps, au Larousse, Dictionnaire universel du xixe siècle, nous trouvons : « On ne désigne à proprement parler sous la dénomination d’outils que les instruments de travail qui sont maniés par la main même de l’ouvrier, tels que la pince, le marteau, la râpe... Les appareils qui agissent directement sur la matière mus par un moteur quelconque, servant à la fabrication, sans être conduits, guidés, maniés par l’ouvrier, sont alors des machines, des appareils ou encore des instruments... »

  • 21 G. Comet, Le paysan et son outil..., p 33.

16Il est certain que se trouve posée la question de la limite entre outil et machine. Notre perspective historique ne nous permet pas de débattre vraiment ce problème. Demandons-nous toutefois s’il y a un critère formel de distinction entre machine et outil ou s’il s’agit uniquement d’un concept ? Par exemple, la machine à écrire était-elle un outil ? une machine ? Que dire du moulin ? outil quand il est manuel, machine quand il est à sang ou hydraulique ? Personnellement nous considérons volontiers (suivant en cela Leroi-Gourhan) qu’il est un peu vain dans nos perspectives de chercher à définir les limites entre machine et outil par des critères formels et nous gardons de l’outil la conception fort large que nous en avions déjà donnée : « Un instrument façonné par l’homme en vue d’acquérir, de transformer et de consommer les produits de la nature21. » Enfin, il convient de ne pas oublier que l’outil est ce qui fait une différence fondamentale entre homme et animal, même si certains discutent ce point. C’est ce qu’utilise l’homme (non pas au sens de vir mais de homo) pour survivre d’abord, vivre ensuite, maîtriser le monde, le comprendre.

17Tout cela conduit à un certain nombre de directions. Cette histoire de l’outillage sera une histoire sur le long terme. Par le fait qu’elle observe l’actuel, ethnologique ou expérimental, elle acquiert une dimension régressive allant depuis ce que l’on peut encore observer jusqu’au passé disparu. Les cloisonnements plus ou moins fictifs entre périodes universitaires s’estompent et l’on constate que les changements techniques sont un long processus au cours duquel le nouvel outil ne chasse pas l’ancien ; des instruments dont l’origine remonte à des époques fort éloignées peuvent cohabiter en ayant chacun une utilité avérée.

  • 22 Cf. Maurice Godelier, L’idéel et le matériel, Paris, Fayard, 1984.

18Cette histoire mêle fortement le réel et l’imaginaire22 L’image, dans tous les sens du mot (matériel, sous la forme du dessin, idéologique, sous celle d’une perception intellectuelle) est toujours présente. Le rôle dans la représentation sociale de tel outil plutôt que de tel autre, de l’individu qui se sert de l’outil... tout cela joue une place importante dans l’histoire de l’outillage.

  • 23 Auguste Detoeuf, Les mémoires de O.L. Barenton, confiseur, Paris, 1948. A. Detoeuf, était un spéci (...)

19Elle travaille sur les relations et pas les seuls objets. Cette histoire ne peut pas séparer les techniques, outils et processus, du mouvement d’ensemble des rapports sociaux et culturels du temps. Elle donne au mot « progrès » le sens de progressum, marche en avant. Ce n’est pas une valeur morale, mais une valeur contingente à un moment donné. Elle ne considère pas qu’il y a un sens déterminé de toute éternité à l’évolution de l’outillage et des techniques, mais qu’à un moment donné plusieurs techniques peuvent exister pour atteindre un objectif donné ; le choix de leur emploi dépend de facteurs divers : matériels, économiques, sociaux, idéologiques, moraux. En parallèle avec progrès, il y a le mot « routine » que le même Robert de 1992 définit ainsi : « L’ensemble des habitudes et des préjugés, considérés comme faisant obstacle au progrès. » Il s’agit là d’une vision classique et condescendante qu’il faut largement pondérer. On pourra, avec quelque sourire, la nuancer par la remarque de A. Detoeuf : « Le progrès consiste à créer des routines nouvelles, et à les créer vite afin qu’on puisse en changer souvent23. »

20Il est indispensable aussi d’intégrer à la recherche sur l’outil le besoin social. Si l’analyse de la technique est première, celle de la chaîne opératoire vient ensuite, puis il faut étudier la demande. Une variation du besoin social peut faire varier l’outil : on le constate de façon très caractéristique dans les techniques de mouture. A quelques dizaines de kilomètres de distance les outils peuvent varier en rapport avec la qualité de farine demandée pour des raisons de besoins ou de goûts alimentaires différents.

21Il est évident que tout cela nous conduit à une histoire de la société. On a un temps considéré les rapports de production comme essentiels. Mais il convient de se demander quelle est la place des techniques dans l’organisation sociale elle-même. L’histoire des techniques a longtemps hésité entre une vision de la technique comme d’un absolu se déroulant hors de la société, et celle qui en faisait un partenaire de la lutte des classes. Sans renier le lien à la société il faut préciser la réalité de la technique et son lien avec le besoin social d’abord, ce que, semble-t-il, la recherche actuelle tente de faire en tenant compte des approches archéologiques et ethnologiques.

22L’outillage est un aspect des techniques, c’est un des moyens de connaître une société, ses conflits, ses aspirations. Et l’histoire des techniques est de l’histoire sociale, car, insidieusement marqué certes, on y trouve tous les liens avec la force, l’argent, le pouvoir...

23Certes l’idéologie a maintenant le vent en poupe chez les historiens médiévistes qui, en France du moins, s’intéressent davantage aux opinions à l’état pur qu’à l’outillage ou même l’économie.

24L’homme « ne vit pas seulement de pain », il vit à la fois de ses outils et de la société qu’il imagine vivre. Il dit une partie de cet imaginaire, mêlé au réel, dans l’outillage et les procédés qu’il utilise pour tenter de maîtriser la nature.

25Pour dire une société, ce qu’elle est, l’outil est aussi important que le rêve, que l’idéologie ; ils s’épaulent l’un l’autre, et depuis l’outil on peut remonter à toute la société.

Monastère de San Juan de la Peña
Chapiteau (xiie siècle) : Caïn tue Abel de sa cognée
Cliché M. Mousnier

Notes

1 André Haudricourt et Mariel Jean-Brunhes Delamarre, L’homme et la charrue à travers le monde, Paris, Gallimard, 1955, réédité : Lyon, La Manufacture, 1986.

2 Citons simplement, pour donner un aperçu de la tonalité, cet économiste parlant des techniques médiévales et s’appuyant sur les écrits de G. Duby : « On peut émettre l’hypothèse selon laquelle tout changement technique notable apparaît comme une conséquence d’un changement préalable dans les rapports sociaux ou dans les tensions sociales. Modification qui permet et requiert le changement technique en relation directe avec l’utilité sociale de la nouvelle technique. » Pierre Dockès et Bernard Rosier, « Questions aux historiens », Cahier de l’Institut d’études économiques de l’Université de Lyon II, no 11, sept. 1977, p. 154.

3 Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’occident médiéval, Paris, Aubier, 1962.

4 Robert Fossier, « Économies et sociétés rurales en France du xe au xve siècle (production des années 1990-1995) », Revue historique, CCXCV/1, 1996,183-237.

5 Jean-Pierre Devroey, « La céréaliculture dans le monde franc », L’ambiente vegetale nell’alto medioevo, Spoleto 1990, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XXXVII, p. 221-253.

6 J’ai personnellement mis en doute fortement cette affirmation et je pense, au contraire, que ces grands domaines étaient plutôt un secteur de gaspillage technique. Cf. Georges Cornet, Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France viiiexve siècle), Rome, École française de Rome, coll. de l’efr no 165, 1992, 711 p., p. 294-315.

7 Par exemple : Isidore de Seville, cf. Isidori Hispalensis episcopi etymologiarum, Ed. Lindsay, W.M., Oxford, 1911, rééd. 1966 ; ou Adam de Petit-Pont, De utensilibus ad domum regendam pertinentibus, Ed. Scheler, M. Aug. : Lexicographie latine du xiie et du xiiie siècle. Trois traités de Jean de Garlande, Alexandre Neckham et Adam de Petit-Pont, Leipzig, 1967 ; ou encore : Vincent de Beauvais, Speculum quadruplex, (Speculum majus) : Naturale, doctrinale, morale, historiale, Douai, 1624. Reprint Akademische Druck-U. Verlagsanstalt, Graz, 1964-5.

8 J’emprunte sa formule à Jean-Marie Pesez, « Le Moyen Âge est-il un temps d’innovation technique ? », L’Innovation technique au Moyen Âge, actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (sous la dir. de P. Beck), Paris, Errance, 1998,11-14.

9 Par exemple : Alexandre Neckam, De nominibus utensilium, Ed. Scheler, M. Aug. Lexicographie latine du xiie et du xiiie siècle. Trois traités de Jean de Garlande, Alexandre Neckam et Adam de Petit Pont, Leipzig, 1867.

10 Comme souvent, c’est quand les archéologues ont vraiment cherché certains objets qu’ils en ont trouvé. On peut citer aussi, parce qu’il est caractéristique, le cas des moulins antiques et médiévaux. Cf. Georges Comet, « Moulins et meuniers. Réflexions historiographiques et méthodologiques », Moulins et Meuniers dans les campagnes européennes ( ixe-xviie siècle), éd. M. Mousnier, Flaran 21, Toulouse, pum, 2002, p. 9-30.

11 . Selon les estimations proposées par Robert Fossier.

12 Par exemple, Marcellin Berthelot, « Histoire des machines de guerre et des arts mécaniques au Moyen Âge. Le livre d’un ingénieur militaire à la fin du xive s. », Annales de chimie et de physique, VII, XIX, 1900, 289-420.

13 Georges Comet, « L’iconographie comme source d’histoire des techniques », Au-delà de l’écrit, les hommes et leurs vécus matériels au Moyen Âge, colloque international, Marche-en-Famenne-2002, sous presse.

14 Georges Comet, « Des machines pourquoi faire ? Quelques réflexions à propos des ingénieurs à la Renaissance », Techniques et sociétés en Méditerranée, Hommage à M.-C. Amouretti (Jean-Pierre Brun et Philippe Jockey éd.), Paris-Aix, Maisonneuve & Larose – mmsh, 2001, 77-87.

15 Ole Rumlin-Pedersen, « Experimental boat archaeology in Denmark », S. Mc Drail ed., Aspects of Maritime Archaeology and Ethnography, London, National Maritime Museum, 1984. « The study of of the past by methods reproducing and testing conditions for and elements of man’s life in the past ».

16 On évoquera, pour le monde agricole : Axel Steensberg et Grith Lerche.

17 Jacques Berlioz, « Les systèmes de représentation au Moyen Âge », Préfaces, avril-mai, 1990, no 18, p. 82-84.

18 Rappelons que le mot français « technologie » vient du grec τεχνoλoγια et signifie donc « étude raisonnée des techniques » (Dictionnaire Robert).

19 Ce n’est pas sans rapport avec les principes d’iconologie qu’avait proposés Erwin Panofsky, Essais d’iconologie, Paris, 1967. L’édition anglaise originale date de 1939.

20 Michel De Boüard, Manuel d’archéologie médiévale, Paris, 1975, p. 34.

21 G. Comet, Le paysan et son outil..., p 33.

22 Cf. Maurice Godelier, L’idéel et le matériel, Paris, Fayard, 1984.

23 Auguste Detoeuf, Les mémoires de O.L. Barenton, confiseur, Paris, 1948. A. Detoeuf, était un spécialiste reconnu de l’organisation du travail, et sous un humour certain, il présente de fort judicieuses remarques. L’ouvrage est régulièrement réédité. Dernière édition : 2001 (Ed. d’organisation).

Table des illustrations

Légende Monastère de San Juan de la PeñaChapiteau (xiie siècle) : Caïn tue Abel de sa cognéeCliché M. Mousnier
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search