Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Destructions et reconstruction en Haut-Languedoc pendant les guerres de Rohan : « gastadours » et pionniers

Véronique Garrigues

Texte intégral

  • 1 Voir l’illustration : H. Géron & A. Rossignol, Belles images d’histoire pour le cours élémentaire,(...)
  • 2 « Les politiques de démantèlement de châteaux », Château et pouvoir xè- xixè siècles, Bordeaux, 19 (...)
  • 3 A. D. Haute-Garonne B 470, déclaration du 31 juillet 1626 enregistrée au Parlement de Toulouse en  (...)

1Parmi les images d’Épinal qui marquent l’Histoire de France, celle de Richelieu « destructeur de châteaux forts » a la vie dure. Représenté1 en compagnie de Louis XIII, il domine un chantier, où une main-d’œuvre nombreuse s’active au démantèlement des remparts. Une simple étude chronologique dément la totale paternité de ce projet de démolition dévolu habituellement au cardinal. En 1996, Y.-M. Bercé2 faisait remarquer qu’un infléchissement de cette politique s’observait à partir de 16263, mais l’origine de ses « rasements » débute avant le ministère de Richelieu. Les guerres de Religion en général, et les « guerres de Rohan » en particulier, ont généré l’apparition ou la consolidation de murailles autour de villages ou de petites villes tenues par des protestants, le plus souvent, à l’instar des consuls ou du seigneur du lieu. La reprise en main de la région du Haut-Languedoc par les troupes royales, à partir du mois d’août 1620 lors de la campagne de Béarn, s’effectue en deux temps : par la chevauchée des « gastadours » dans les campagnes alentours et le siège des villes rebelles, et par la destruction des fortifications des places protestantes.

2La lecture des délibérations diocésaines ou du Mercure François permet de dresser une chronologie des « dégâts » causés dans la région par le passage des troupes armées. Des individus appelés « gastadours » sont chargés de dévaster les environs d’une ville rebelle afin d’empêcher tout ravitaillement des assiégés. Souvent confondus avec les pionniers, l’état de « gastadour » est ambigu. Le siège levé, la reconquête passe souvent par la rédaction d’ordonnances promulguant la destruction des fortifications des « villes bourgs villages et paroisses ». Teillet, petite ville du Haut-Languedoc, et les villes du comté de Foix sont des exemples de ces démantèlements. Aux « misères de la guerre » succède le temps de la reconstruction. Dans les archives dominent les plaintes des religieux, alors que les témoignages des villageois sont inexistants.

« Faire le dégast »

  • 4 Mercure François : relation du siège de Montauban, tome 7,1623, p.656-885 ; comté de Foix, tome 8, (...)
  • 5 A.D. Ariège 1 J 661, ordonnance d’Antoine de Roquelaure du 5 août 1621 ; 135 EDT BB1 fo 15 (30 jan (...)
  • 6 C. Pradel, Notes historiques sur la ville de Puylaurens, Castres, 1980, p. 153.
  • 7 Op. cit., p. 152.
  • 8 A.D. Tarn 1 J 420/2.

3La volonté de Louis XIII de rétablir le culte catholique en Béarn débute par la promulgation de l’édit d’union du Béarn à la couronne le 19 octobre 1620. Critiqué par les protestants, même les plus modérés, le texte est rejeté par l’assemblée générale protestante qui s’ouvre à la Rochelle le 25 décembre 1620. Ses participants donnent l’ordre d’armer les places de sûreté. Cette décision ouvre les guerres dites « de Rohan » dans le sud-ouest du royaume. Par trois fois, Louis XIII et l’armée royale doivent marcher vers le Sud pour mettre fin à la rébellion du duc et de ses partisans. Le Haut-Languedoc, qui comprend les colloques de Foix, d’Albi, de Lauragais et de Rouergue, est placé sous son commandement. De l’Albigeois, lors de la première guerre (1620-1622), au comté de Foix durant la deuxième (1625-1626), et jusqu’à l’édit d’Alès (1629), le Languedoc vit au rythme des passages de troupes, catholiques ou protestantes. Les nombreux sièges4, qui ponctuent l’avancée de l’armée royale, s’accompagnent d’une volonté de démantèlement des places tenues par les rebelles. Une série d’ordonnances est promulguée « pour travailler incessamment et sans dellay a faire desmolir razer et explaner touttes les fortifications bastions fossez terreplains boulevartz contrescarpes et autres deffances » dès 1621 dans le comté de Foix5 ou dans l’Albigeois en 16226. À Puylaurens passé aux mains des protestants, les matériaux de l’église N.D.-du-Luc servent à la construction des remparts en 1621, qui sont démantelés deux ans plus tard7. En effet, en 1623, l’exécution de la paix de Montpellier du 19 octobre 1622 a pour conséquence la nomination de commissaires chargés de procéder à la démolition des fortifications. Sont concernés dans le Tarn les villes de Castres, Revel, Sorèze, Saint-Paul, Damiatte, Puylaurens, Briatexte et Réalmont8.

  • 9 A.D. Tarn C 273 fo 34v.
  • 10 A.D. Tarn C 883, juillet 1625.
  • 11 A.D. Tarn C 273 fo 34v-83.

4Parallèlement à cette politique royale, les deux armées appliquent une stratégie de la terre brûlée. Cette tactique, qui consiste à priver les assiégeants de tout vivre et de toute aide extérieure pour accélérer la reddition, n’est pas le seul fait de la soldatesque. Dans le Mercure François, les soldats protestants sont assimilés aux pillards incendiant les villages, violant les femmes, ravageant les champs. En revanche, pour des effets similaires côté catholique, il ne s’agit plus que de « dégâts ». Ce mauvais jeu sur les mots est pourtant le reflet d’une réalité : celle des « gastadours ». En effet, « faire le dégast » est souvent confié à des hommes recrutés spécialement à cet effet. Le 16 juin 1625, « le sieur Lebrun scindic a p[rése]nte a lad assemblee [diocésaine d’Albi] une ordonnance de Monseigneur le marechal de Themines [...] contenant mandement aulx depputes de ce dioceze de f[air]e la levée de cinq cents gastadours equipes de outils convenables et payes pour ung mois pour f[air]e le degast autour des villes tenues et occupees par les rebelles a sa maieste9 ». À la même époque, un rôle est tenu par les consuls de Puycelsi des « pionniers employés pour faire le degast des fruits contre les villes rebelles10 ». Les communautés de toute une sénéchaussée étaient tenues d’envoyer soit des manœuvres pour la destruction de châteaux, désignés comme pionniers dans les sources, soit des hommes recrutés pour mettre à sac les alentours des villes protestantes : les gastadours. Pionniers et gastadours sont souvent confondus dans les textes, et sans doute dans les esprits. Dans les deux cas, il n’est question que de destructions. Les procès-verbaux des assemblées diocésaines entretiennent le doute : le 16 juin 1625, il est levé 500 gastadours ; le 25, ils sont désignés sous les noms de « pionniers et gastadours », le 11 août, les gastadours ne sont plus mentionnés, mais à la fin du mois, il est indiqué que ces derniers sont recrutés « pour travailler à la démolition » de Réalmont11. Institutionnalisée par la tenue de rôles, la fonction demeure floue par le recrutement même de ces hommes, tantôt pionniers tantôt gastadours. La frontière est aussi mince avec le monde professionnel des armes. En témoigne cette lettre de Louis XIII à l’évêque de Rieux du 21 juin 1629 :

  • 12 A.D. Haute-Garonne 2 G 208.

« Ne pas perdre loccasion de faire le degast des bleds vins et autres fruits es environs et proche des autres villes rebelles jay ordonne au comte de Carmain [...] de faire le degast dans les villes dudit comte [de Foix] et pour cest effect de mettre son regiment a mil hommes et sa compagnie de gens darmes a cent12. »

  • 13 A.D. Tarn 32 J 121, Fragments de l’histoire secrète du temps depuis le siège de Montpellier jusqu’ (...)

5La chronique d’Anne Rulman confirme cette confusion en présentant les régiments de Ventadour, de Montmorency et de Thémines comme les responsables du dégât de Castres. Ils « mirent le feu sans ordre et nécessité [...] en ce desgast des blés, des vignes, des arbres suivis de quelques brulement de maisons13 ».

  • 14 A.D. Tarn C 878.
  • 15 Grand panier que l’on remplit de terre pour mettre à couvert les soldats.
  • 16 A.D. Tarn C 877, 22 juillet 1622.
  • 17 A.D. Tarn C 878 – 12 août 1622.
  • 18 A.D. Tarn C 878 – 25 août 1622, « compte tenant recepte de mille cent quarante ung pain [...] pour (...)
  • 19 A. D. Tarn C 872.
  • 20 AD Tarn C 273 fo 83.
  • 21 A.D. Tarn C 882.
  • 22 A.D. Tarn C 273 fo 66v.
  • 23 A.D. Tarn C 884.
  • 24 A.D. Tarn C 273 fo 78.

6Soldat ou pionnier, le gastadour est avant tout un homme du pays, faisant office de manœuvre, et dont le travail est rémunéré à la journée ou à la tâche. Lorsqu’il s’agit de la destruction de murailles, les communautés recevaient un certain nombre de toises de mur à détruire, ou était taxée à une part correspondante des frais14. Le gabionnage, plus périlleux puisqu’il se déroule en temps de siège, nécessite non seulement une main-d’œuvre pour remplir les gabions15, mais aussi le recours à des charretiers pour transporter du bois utile au terrassement. Un rôle tenu pour le siège de Lombers indique « qui sont ceulx que ont travaille a fere les gabionades a raison de dix soulz par journée16 ». La dépense s’élève à 46 livres 10 sous pour huit jours de travail, sans compter les « vouiabes quon apporte le boys de la foret pour fere lesd[its] gabionades », soit 157 voyages pour un total 39 livres 12 sous. Au cours de ce siège, il est distribué aux pionniers « trois pains le jour17 » et du vin18. Le diocèse d’Albi fournit 440 pionniers armés de pics, pelles et marteaux19. D’origine rurale, équipé d’outils, payé et/ou nourri, il est souvent difficile d’affiner le profil de ces pionniers-gastadours, tout au plus connaît-on leurs noms sur des rôles plus détaillés. Quelques-uns pourtant ont échappé à l’anonymat. Ainsi, Antoine Barrau, paysan-gastadour de Fréjairolles, participe à la démolition des remparts de Teillet, et vient se plaindre de la perte d’un bœuf qui est mort « en charriant les gabionnages20 ». Plus tragique est le destin des pionniers qui « ont este commandés avec plusieurs maîtres charpentiers et maçons de la ville d’Albi ». À la demande du diocèse, le rôle rédigé par la suite mentionne leur nom et prénom, origine géographique, et la profession pour les spécialistes : « Maître charpentier Barthelemy Paraire, Gabriel Olmière, Antoine Bories, compagnon charpentier Barthelemy Bruous, maître maçon Louis Bousquet, André Pesous [...] tous dalbi compagnon maçon Bernard Bousquet de Castelnau21. » Le 11 août 1625 le registre de l’assemblée diocésaine relate les affrontements « au dehors de Teilhet [...] apres un rude combat de deux heures [...] sans autre perte de nostre coste que de quantite de maçons charpentier et pionniers qui auroient este surprins en leur logement elloigne du fort22 ». De ces blessés et de ces morts, on retrouve la trace dans une liste dressée par un chirurgien à la suite des combats : Gabriel Olmière « blessé à la teste de trois coups de picque et autres douze sur le cou et autres parties », Barthelemy Paraire, Barthelemy Bruous, Louis Bousquet et Andre Pesous « furent mertris au combat de Teilhet23 ». La veuve de Gabriel Olmiere, Madeleine Rustaigne, est dédommagée par l’assemblée du diocèse « qui auroit acorde tant pour les journees que pour la perte des outilz de sond[it] feu mary la somme de vingt livres24 ».

  • 25 Elie Benoist Histoire de l’Édit de Nantes... Delft, 1693, t. 2, fo 144.

7« Réduire la campagne en désert25 » était le préliminaire à la conduite d’un siège, à la réduction des places fortes et à leur anéantissement.

« Qu’il n’y demeure pierre sur pierre »

8Le 8 décembre 1621 le syndic du diocèse d’Albi fait connaître l’emprise des protestants sur la région :

  • 26 A.D. Tarn C 874.

« Il est certain et véritable que ceux de la religion pretendue reformee rebelles a Sa Majeste occupent actuellement dans le diocese lesdites villes et lieux de Realmon, Lombers et Teillet26. »

  • 27 A.D. Tarn C 877.

9Ces soupçons sont confirmés par une « information secretement » effectuée par jean Laurens lieutenant du comté de Castres à la requête du Parlement de Toulouse. L’interrogatoire mené auprès de la population catholique de Teillet corroborent les dires du syndic : chacun « depose que depuis le mois de septembre dernier quil a vu cinq ou six fois que ceux de Realmont et Lombers rebelles a Sa Majeste passer et repasser aux fauxbourgs de Teillet conduisant du betail quils avoient ravage27 ». Le duc de Montmorency donne alors l’ordre au sieur de Grandval de prendre le fort. Attaquée par surprise le 2 mai 1622, la garnison n’oppose pas de résistance. En décembre 1623, le Parlement de Toulouse diligente sur place le conseiller Pons de Caumels pour exécuter l’ordonnance royale contraignant les habitants de Teillet à détruire leurs fortifications. Celle-ci est réitérée par deux fois avant que les premiers travaux ne débutent. Ils sont interrompus en 1625 avec la reprise des hostilités, et le siège de la ville par le baron de Lescure. Finalement les remparts sont rasés et la ville ne prend plus part aux derniers affrontements.

10La chute du Caria obéit au même schéma : ville passée au protestantisme, la place s’arme et résiste aux troupes royales. Seule différence, elle est épargnée par les combats. Comme l’ensemble des villes du comté de Foix, l’ordre des travaux de démolition n’est donné qu’en juin 1633. Une lettre du lieutenant général du Languedoc, datée du 13 juillet 1636, fournit quelques explications : « Pour l’exécution des intentions de S.M. dobliger ceux qui y sont employez a y vaquer avec plus de soing et d’assiduité. » Contrairement aux villes du diocèse d’Albi, la soumission du comté de Foix fut plus longue et plus difficile, à l’image de la résistance de ses habitants et de l’acharnement de Condé à l’obtenir. Les termes de l’ordonnance furent aussi plus durs :

  • 28 Cité dans le Bulletin de la Société ariégeoise, 1890-1894, p. 206.

« Le roi ayant résolu pour bonnes considérations importantes a son service de faire raser et demolir de fond en comble le château de la ville de Pamiers et les fortifications d’icelui afin qu’a lavenir les factieux ne puissent se prevaloir de cette place au préjudice du repos public [...] Sa Majesté ordonne [...] qu’il ny demeure pierre sur pierre. Et il [sieur de Castagnac] y fera travailler par corvees tant les habitants de ladite ville de Pamiers que ceux des lieux circonvoisins28. »

  • 29 A.D. Haute-Garonne 2 G 208.
  • 30 A.D. Haute-Garonne 2 G 208.
  • 31 M. Muro, Le Mas d’Azil et sa région pendant et après les conflits religieux (1561-1698), mémoire d (...)

11La démolition des fortifications par les habitants du lieu est courante, voire systématique, en revanche le recours à la corvée est plus rare et marque la sévérité de la punition infligée à la population. Sévérité jugée excessive par les agents même du roi qui pensent « quil a quelque compassion si ces gens perdent tout ce quils ont au monde29 ». D’où sans doute la lenteur des travaux effectuées par une population réticente ou hostile. Celle-ci supporte aussi le coût financier de la défaite puisqu’est « levez sur le pays tant pour le prix des susdites démolitions que payement et salaire du sieur de Montaigne estably commissaire30 ». Auquel s’ajoute les salaires de l’entrepreneur et de l’ingénieur. Au Carla, la dépense totale s’élève à 4 500 livres31.

  • 32 « Seront tenus lesdites villes bourgs & paroisses chacun en droict de remettre promptement es main (...)

12Les modalités de la soumission sont à peu près identiques dans cette région : rédaction d’une ordonnance stipulant les conditions du démantèlement, nomination de commissaires chargés de son application, enrôlement de pionniers issus des communautés voisines ou par corvées pour la démolition des fortifications effectués par les consuls32.

13Le retour à la paix annonce le début de la reconstruction. Les documents font surtout écho de la réédification des édifices religieux.

La reconstruction : un processus lent

14Au cours de ces guerres, les hommes ont souffert, blessés, tués, maisons incendiées, pourtant il y a peu de traces visibles dans les archives de ces « misères de la guerre ». La violence des combats se lit en négatif. L’anéantissement de l’autre désiré par chaque camp, catholique ou protestant, se mesure au nombre des destructions symboliques subies par chacun : démantèlement des remparts des villes rebelles par l’autorité royale ; saccage des églises et monastères et de leur mobilier par les huguenots. Aux silences des villageois s’opposent les plaintes des religieux qui réintègrent leurs établissements.

  • 33 A.D. Tarn H 412
  • 34 A.D. Tarn H 664.
  • 35 A.D. Tarn H 580.
  • 36 A.D. Haute-Garonne 2 G 209 fo 416v.
  • 37 A.D. Haute-Garonne 2 G 209 fo 418.
  • 38 P. Gayne, « La reconstruction des églises dans le diocèse de Montauban au xviie siècle », Montauba (...)
  • 39 G. Doublet Monographie sommaire de l’église de Foix, Foix, 1898, p. 8-9.

15Le seul indice de la reconstruction des maisons des villageois est donné par des rapports de commissaires se lamentant tous d’une même voix que « pour les matériaux, il est certain que les habitants les derobent et enferment les meilleurs parties dans leurs maisons ». La litanie des réclamations s’appuie sur les différents édits de pacification qui prescrivent la restitution des biens du clergé et le rétablissement de la religion catholique. Bien souvent la destruction des églises était précédée de la fuite des ecclésiastiques, abandon favorisant le pillage. Le 14 février 1625, les Jacobins de Castres « sortirent de la ville avec le chapitre et autres religieux a cauze du bruit de guerre33 ». Fuyant « les derniers mouvemens de guerre », les religieuses de Montdragon errent de couvent en couvent avant d’échouer dans le château « d’un gentilhomme père de deux religieuses34 ». Les ordres religieux les plus puissants intentent des procès aux consuls pour faire reconstruire leurs bâtiments et récupérer les matériaux employés aux fortifications de la ville35. Le procès entre les consuls de Castres et les Trinitaires durent dix ans... À Montauban, certaines affaires trament encore au xviiie siècle. Les plus touchées sont les petites églises. L’évêque Jean-Louis de Berber trouve à Saint-Jean de Camarade le 22 avril 1635 « que quelques vieilles masures du batiment de l’eglise qui avoit [...] este ruinee et demolis pendant les troubles par les huguenots qui l’ont occupé36 ». Au Mas d’Azil, même constatation quelques jours plus tard, « y a quantite de biens de notable valeur que les habitants de la RPR ont usurpé et en ont dépouille entierement ladite eglise37 ». Les églises de Campagna, Bordes, Sabarat, Saint-Félix des Salenques, Méras, Artigat, Pailhès et Saverdun offrent un spectacle de désolation identique. Bien que les conflits aient cessé depuis une décennie, le relèvement des bâtiments est lent et long, preuve supplémentaire si nécessaire de l’ampleur des destructions et des dommages subies par les villageois. Dans le diocèse de Montauban, tout aussi durement touché par les guerres, sur 127 églises paroissiales, 103 ont été reconstruites à la fin du xviie siècle, 6 ne l’ont jamais été ; et les matériaux utilisés dans les églises rurales reflètent leur pauvreté38. Dans le comté de Foix, les bâtiments religieux avaient déjà été durement éprouvés lors des premières guerres de Religion. Une campagne de reconstruction avait été lancé entre 1602 et 1610, interrompue par les conflits suivants. Ainsi l’abbaye Saint Volusien entièrement démolie en 1581 « jusques aux fondemens » selon le mémorialiste Delescazes, ne fut relevée entièrement que sous l’épiscopat de François-Etienne de Caulet, alors que la première pierre avait été posée en 1609. Les travaux furent d’autant plus long que seuls les catholiques fournissaient le charroi et la main-d’œuvre39. Les églises furent reconstruites plus rapidement que les monastères, dont l’état matériel était à l’image de leur état spirituel : délabré.

16En devenant pionniers ou gastadours, les paysans et villageois du Haut-Languedoc passaient du statut de spectateurs et victimes des dégâts à celui d’acteurs des guerres de Rohan.

Richelieu fait démolir un château fort
d’après H.Géron,
A.Rossignol, Belles images d’histoire pour le cours élémentaire, éditions Rossignol, 1957

Notes

1 Voir l’illustration : H. Géron & A. Rossignol, Belles images d’histoire pour le cours élémentaire, Montmorillon, Éditions Rossignol, 1957, p.34.

2 « Les politiques de démantèlement de châteaux », Château et pouvoir xè- xixè siècles, Bordeaux, 1996, p.121-131.

3 A. D. Haute-Garonne B 470, déclaration du 31 juillet 1626 enregistrée au Parlement de Toulouse en 1627 prescrivant que les fortifications et anciennes murailles des villes de l’intérieur du royaume soient rasées.

4 Mercure François : relation du siège de Montauban, tome 7,1623, p.656-885 ; comté de Foix, tome 8, p.474-491. A.D. Tarn 32 J 147 (Briatexte), 32 J 143 (Saint Antonin), C 277 (Réalmont), C 870 (Lombers).

5 A.D. Ariège 1 J 661, ordonnance d’Antoine de Roquelaure du 5 août 1621 ; 135 EDT BB1 fo 15 (30 janvier 1622).

6 C. Pradel, Notes historiques sur la ville de Puylaurens, Castres, 1980, p. 153.

7 Op. cit., p. 152.

8 A.D. Tarn 1 J 420/2.

9 A.D. Tarn C 273 fo 34v.

10 A.D. Tarn C 883, juillet 1625.

11 A.D. Tarn C 273 fo 34v-83.

12 A.D. Haute-Garonne 2 G 208.

13 A.D. Tarn 32 J 121, Fragments de l’histoire secrète du temps depuis le siège de Montpellier jusqu’à la paix dernière, p. 43.

14 A.D. Tarn C 878.

15 Grand panier que l’on remplit de terre pour mettre à couvert les soldats.

16 A.D. Tarn C 877, 22 juillet 1622.

17 A.D. Tarn C 878 – 12 août 1622.

18 A.D. Tarn C 878 – 25 août 1622, « compte tenant recepte de mille cent quarante ung pain [...] pour lenrollement des pionniers envoyes au château de Lombers [...] ce qui a este fait pendant trois jours ensemble trois barriques bon vin ».

19 A. D. Tarn C 872.

20 AD Tarn C 273 fo 83.

21 A.D. Tarn C 882.

22 A.D. Tarn C 273 fo 66v.

23 A.D. Tarn C 884.

24 A.D. Tarn C 273 fo 78.

25 Elie Benoist Histoire de l’Édit de Nantes... Delft, 1693, t. 2, fo 144.

26 A.D. Tarn C 874.

27 A.D. Tarn C 877.

28 Cité dans le Bulletin de la Société ariégeoise, 1890-1894, p. 206.

29 A.D. Haute-Garonne 2 G 208.

30 A.D. Haute-Garonne 2 G 208.

31 M. Muro, Le Mas d’Azil et sa région pendant et après les conflits religieux (1561-1698), mémoire de maîtrise, Toulouse Le Mirail, 1977, p. 165.

32 « Seront tenus lesdites villes bourgs & paroisses chacun en droict de remettre promptement es mains du scindic ou des consuls des villes principales d’un chacun diocèse le rolle de ceux qui pourront servir en campagne », Règlement pour les gens de guerre fait par Monseigneur le duc de Montmorency, Toulouse, J. Boudé, 1622, p. 6.

33 A.D. Tarn H 412

34 A.D. Tarn H 664.

35 A.D. Tarn H 580.

36 A.D. Haute-Garonne 2 G 209 fo 416v.

37 A.D. Haute-Garonne 2 G 209 fo 418.

38 P. Gayne, « La reconstruction des églises dans le diocèse de Montauban au xviie siècle », Montauban et le Bas Quercy au xviiè siècle, actes du 27e congrès d’études de la Fédération des sociétés savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Albi, 1974, p. 159-170.

39 G. Doublet Monographie sommaire de l’église de Foix, Foix, 1898, p. 8-9.

Table des illustrations

Légende Richelieu fait démolir un château fortd’après H.Géron,A.Rossignol, Belles images d’histoire pour le cours élémentaire, éditions Rossignol, 1957
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.