Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

La « petite guerre littorale » et les populations de l’Amirauté de Vannes de 1744 à 1763

Jérôme Le Corre

Texte intégral

1Dans la rivalité franco-britannique des xviie et xviiie siècles, la Bretagne occupe une place singulière. Malgré une situation périphérique aussi bien sur le plan géographique que sur le plan stratégique, cette région présente toutes les caractéristiques d’une « province-frontière ». Ainsi de 1744 à 1763 les escadres britanniques croisèrent au large de la Bretagne, et n’hésitèrent pas pour le seul littoral morbihannais à commettre plus d’une dizaine de débarquements. Ces opérations ne mobilisèrent jamais des effectifs pléthoriques. Loin s’en faut, puisque les belligérants n’y engagèrent jamais plus de quelques milliers d’hommes. En fait, l’essentiel ne réside pas dans cette arithmétique.

2Deux raisons principales expliquent la permanence de la croisière britannique sur cette côte. Tout d’abord le pourtour de la Bretagne abritait un certain nombre de sites essentiels à l’économie du royaume. Brest concentrait effectivement de puissantes escadres militaires, Lorient accueillait la Compagnie des Indes, tandis que Saint-Malo et Nantes étaient deux places commerciales de premier plan. La paralysie de ces ports justifiait donc largement la présence à l’année de la croisière anglaise. Outre cette raison militaro-économique, le « front-littoral » breton s’expliquait aussi par le souci des officiers britanniques de pratiquer des opérations de diversion. Ainsi, le général Sinclair débarqua à Lorient et Quiberon en 1746, alors même que le maréchal de Saxe menait une brillante campagne dans les Flandres. Si ces opérations se soldèrent par de médiocres résultats sur le terrain, elles permirent cependant le rappel en Bretagne d’une vingtaine de bataillons. N’était-ce pas finalement l’objectif de l’Amirauté britannique ?

3Plus que la définition précise de ce concept de « petite guerre littorale », il nous importe surtout dans ces quelques pages d’évoquer les conséquences de cet affrontement sur le quotidien des paroisses côtières. Comment réagirent les populations locales face à cette suite de coups de mains, et d’embuscades ? Les « gens de mer » furent-ils par exemple animés par une volonté de résistance ou plutôt par un sentiment de résignation ? Il convient aussi de s’interroger sur les véritables conséquences économiques et humaines de cette « petite guerre littorale ». Les communautés littorales apparaissent en premier lieu comme les victimes de la mise en défense du rivage. Elles contribuèrent en effet largement à l’effort de guerre entrepris par le royaume. Pour autant, il ne faut pas négliger les conséquences directes du fait militaire. L’Amirauté britannique soumit les populations littorales à un harcèlement permanent qui devait en fin de compte s’avérer particulièrement coûteux.

Une population intégrée à l’appareil de défense

Une mobilisation locale

  • 1 SHAT A4/23 fo 86.
  • 2 ADLA B. 1173 fo 117 ordonnance ducale du 28/07/1480.
  • 3 ADM 21C648.
  • 4 AMV BB17 fo 3, bulletin municipal du 18 octobre 1746.
  • 5 Voir le colonel Juge, « Les Anglais à Quiberon en 1746 », Bulletin de la Société polymatique du Mo (...)
  • 6 ADM 9B27.

4Deux éléments permettent de définir « La petite guerre littorale ». Ce type d’affrontements mobilisait des effectifs relativement restreints mais surtout se limitait à un cadre géographique bien précis. Il serait faux de voir dans l’estran l’unique théâtre de ces opérations. En effet cet affrontement se déroulait de part et d’autre du trait de côte. Cela signifie qu’il faut dissocier une composante maritime d’une composante terrestre. Cette distinction vaut également pour les habitants du littoral, suivant qu’ils entretenaient une activité rurale ou à la mer. Déjà unies dans la misère, les populations vécurent péniblement ces guerres à répétition. Mais en plus des dégâts de la guerre, ces paroisses subirent également le coût de la mise en défense du front côtier. Des moyens conséquents furent effectivement concentrés sur le littoral pour assurer la sécurité militaire de la province. Or ce système ne pouvait être opérant qu’avec la participation des populations locales. À la présence régulière des escadres britanniques, l’intendance de Bretagne opposa un chapelet de positions garde-côtes qui devaient préserver l’intégrité du littoral. Ce réseau de fortifications n’était véritablement opérant qu’avec la mobilisation de forces autochtones. En effet les effectifs réguliers détachés dans la province s’avéraient tout à fait insuffisants pour en assurer seuls la défense. En août 1757, 13 bataillons d’infanterie, 5 de milice et seulement 4 escadrons de cavalerie stationnaient en Bretagne1. Pour pallier cette faiblesse, une milice garde-côte fut levée dans la province. Ce type de contingents existait déjà sur les côtes bretonnes en 1480 sous le duc François II2. Mais la véritable genèse de cette troupe remonte en fait à l’ordonnance de 1665. Durant la guerre de Sept Ans, les 3 capitaineries garde-côtes de l’Amirauté de Vannes étaient fortes de 30 « compagnies détachées », armées respectivement de 25 fusiliers et 25 canonniers3. Il s’agissait d’hommes ayant entre 16 et 60 ans, d’une taille de 5 pieds et résidant dans une paroisse distante d’au moins 2 lieues du littoral. À ces détachements « d’élite », il fallait adjoindre les « compagnies de guet » qui assuraient la surveillance quotidienne de la côte. Les populations littorales étaient en fait particulièrement rétives à effectuer ce service pesant. Ainsi alors même que les Anglais débarquaient à Lorient en octobre 1746, le syndic de Vannes constatait non sans surprise que « les postes de Pornavalo et Locmariaquer étaient comme abandonnés4 ». Les troupes garde-côtes avaient déserté leurs positions. En écho, dans une lettre du 11 novembre 1746, le duc de Penthièvre s’estimait convaincu du « peu de fonds qu’il y avait à faire sur les paysans garde-côtes indisciplinés, mal armés, la plupart n’ayant que des sabots au lieu de souliers, et à leur tête des officiers sans expérience5 ». Et il est vrai, à de rares exceptions près, que ces contingents de milices manifestèrent bien peu de qualités militaires. Durant cette même année 1746, seuls deux gentilshommes encadraient les 2000 miliciens de la capitainerie d’Auray. Ce sous-encadrement s’expliquait par la crainte de diriger une troupe vouée à la débandade et le déshonneur qui pourrait alors rejaillir sur son officier6. Et d’ailleurs, s’il est fait mention de soldats garde-côtes dans les ordonnances, les correspondances parlent plus couramment de « paisans ». Pour dire vrai, l’Intendance de Bretagne se méfiait de cette troupe difficilement contrôlable. En 1675 cette population en arme avait largement soutenu la révolte des « bonnets rouges ». La mobilisation des communautés littorales demeurait cependant la seule alternative face à une opération combinée britannique.

  • 7 ADM 21C619.
  • 8 Voir Pourhiet-Salat N., La Défense des îles bretonnes de l’Atlantique, thèse de doctorat, Vincenne (...)

5Cette levée ne fut pas l’unique charge infligée aux populations littorales. La guerre imposait bien d’autres contraintes. Parmi celles-ci, notons tout d’abord la majoration des prélèvements fiscaux. Cependant il ne s’agissait en rien d’une mesure spécifique aux paroisses côtières, même si quelques particularités peuvent être dégagées. Il apparaît par contre beaucoup plus pertinent d’évoquer l’ampleur des contributions réclamées pour la mise en défense du trait de côte. Largement dominé dans le domaine maritime par les escadres britanniques, l’ultime recours du royaume consistait à fortifier son « front littoral ». Cette opération ne pouvait alors avoir lieu qu’avec le concours des populations locales. Un large effort matériel leur fut donc demandé. Chaque entame de guerre se traduisait par un renforcement des effectifs stationnant dans la province. Cet afflux de troupes n’était pas sans poser un certain nombre de problèmes, dont en premier lieu celui de l’hébergement. En principe les paroisses littorales étaient dispensées du logement militaire. Cette charge incombait aux seules villes de Vannes et d’Auray. Alentour, les États de Bretagne devaient pourvoir à l’entretien de casernements. Pour juger de l’embarras qu’occasionnait la présence de plusieurs dizaines de détachements, il suffit d’observer la situation d’Auray durant la guerre de Sept Ans. Par rapport au littoral morbihannais, cette cité apparaît comme un carrefour stratégique. La ville est à la croisée de 2 axes militaires majeurs. À mi-distance entre Brest et Nantes, Auray est aussi le point de départ de la route menant à la presqu’île de Quiberon et Belle-Ile. Le passage et le stationnement de contingents y sont donc très fréquents. La plainte, envoyée à la commission des États de Bretagne à Vannes en octobre 1760 par le maire de la ville, est à cet égard instructive7. Pour 1759, Leroch Dulany estimait à près de 45 000 le nombre de soldats ayant transité par ce lieu. Toujours selon ses dires, sur les 500 foyers fiscaux que comptait la ville en 1756, il n’en restait plus alors que 300, dont les deux tiers ne pouvaient supporter que le quart de la charge imposée. Le trait est assurément forcé. L’étude des bulletins paroissiaux pour cette période ne témoigne en rien d’un tel exode rural. Rappelons-le, ce document est une plainte, et il fallait en « rajouter un petit peu » pour espérer obtenir un éventuel dégrèvement fiscal. Toutefois, à la décharge du maire, il convient de reconnaître que les mouvements de troupes furent très importants en 1759 et 1760. Un corps expéditionnaire d’environ 12 000 hommes stationna dans la province en prévision d’un embarquement pour les côtes anglaises. Si la désastreuse défaite des Cardinaux (20 novembre 1759) mit définitivement un terme à ce projet, il fallut attendre plusieurs mois avant que les premiers régiments ne quittent effectivement la Bretagne. Les réclamations étaient nombreuses. Il est vrai que la défense des positions insulaires conduisait parfois à des situations dramatiques. Au tout début de la guerre de Sept Ans, l’île de Houat avait une garnison permanente d’une centaine d’hommes. Ce contingent logeait alors dans de mauvaises chaumières. L’insalubrité et l’exiguïté qui y régnaient exposèrent inévitablement la troupe à un certain nombre d’épidémies, au point qu’à partir de 1758, les soldats furent logés chez l’habitant, dans les conditions que l’on imagine8. Dans bien des cas, ce recours à l’hébergement civil était l’unique moyen d’assurer à l’année la défense des îles.

Contribution des populations locales à la mise en défense du front côtier à travers l’observation d’un axe militaire prioritaire : Auray/Quiberon/Belle-Ile

  • 9 ADM 21C637.
  • 10 ADIV 0088.

6Les populations littorales n’avaient pas pour seule charge d’assurer le casernement de garnisons. Elles devaient aussi contribuer aux déplacements des différents contingents. Ce service était de toute première importance. En effet, l’efficacité des défenses garde-côtes reposait essentiellement sur la mobilité des troupes. Sur le plan stratégique, à la manière d’un joueur d’échec disposant des blancs, l’Amirauté britannique bénéficiait toujours d’un coup d’avance. En choisissant le théâtre d’opération, elle était donc assurée dans les premiers temps de l’affrontement d’une nette supériorité numérique. Pour compenser cette infériorité, l’Intendance de Bretagne devait être en mesure, tout au plus en deux ou trois jours, de projeter sur n’importe quel point du littoral un corps de plusieurs milliers d’hommes. Une telle opération, mais aussi l’entretien quotidien des garnisons côtières, réclamaient donc l’organisation d’un service de transport conséquent. Les paroisses littorales furent alors largement sollicitées. À ce sujet, l’ensemble des documents qui nous sont parvenus, témoignent des réticences exprimées par les populations locales. Cette charge était particulièrement mal perçue pour plusieurs raisons. Tout d’abord la réquisition des moyens de transport correspondait à une confiscation de l’outil de travail. En réquisitionnant des attelages et les montures, l’Intendance confisquait bien souvent l’unique source de revenu de nombreux foyers. En outre, la mobilisation d’un tel matériel s’avérait très mal rémunérée. Le cas de Brech est à cet égard tout à fait révélateur. Le syndic de cette paroisse proche d’Auray adressa en 1762 une plainte aux commissaires des États de Bretagne9. Ce document présentait un bilan détaillé des fournitures prêtées entre 1757 et 1761. Pour 1 202 convoyages, la paroisse n’avait perçu qu’un peu plus de 750 livres, soit 30 à 40 sols par « charroi ». Aucun versement n’avait encore été effectué pour les années 1757 et 1758. Pourtant il existait en la matière une tarification très précise. La réquisition d’une charrette de 1 500 livres s’élevait théoriquement à 15 livres auxquelles il fallait ajouter 30 sols par lieue parcourue. La rémunération quotidienne d’une monture était de 2 livres et de 5 sols supplémentaires par lieue. Ports de cette réglementation, les représentants de la paroisse sollicitaient le dû manquant. La somme devait à n’en pas douter être importante. Mais les réclamations n’étaient pas seulement d’ordre financier puisque bien souvent le matériel était détérioré au grand dam des fournisseurs. Il s’agissait alors d’une destruction pure et simple de l’outil de travail. Malgré les plaintes, ces réquisitions furent régulièrement pratiquées. Il est vrai qu’elles apparaissaient indispensables à la défense de la province. Convaincus de cette nécessité, les États de Bretagne firent donc inventorier les capacités de transport de toutes les paroisses de l’Amirauté de Vannes en 176110.

7Il ne faut cependant pas résumer les réquisitions infligées aux populations littorales au seul domaine des « charrois ». Cette charge ne leur était d’ailleurs pas spécifique. La « petite guerre littorale » avait bien d’autres exigences. Au même titre que les attelages, les chaloupes ou les chasse-marée étaient aussi mobilisés avec leur équipage pour assurer le transport de troupes. Pour des raisons stratégiques, les îles bretonnes ne furent jamais abandonnées à l’ennemi. Malgré les efforts que réclamait leur mise en défense, elles conservèrent des garnisons permanentes. Pour demeurer opérationnels, ces détachements devaient toutefois être relevés assez régulièrement et recevoir un ravitaillement abondant. La croisière anglaise ne rendait pas la chose aisée. Surtout à partir de 1759, époque à laquelle la Royal Navy étendit son contrôle exclusif sur le littoral hexagonal. Belle-Ile devait d’ailleurs être prise dès juin 1761. Il convient cependant de noter l’effort tout particulier qui fut entrepris pour conserver le contrôle sur ce chapelet insulaire. Les populations littorales furent alors largement mises à contribution. La plupart des embarcations qui croisaient dans les parages de l’Amirauté de Vannes furent effectivement réquisitionnées afin de conserver une liaison régulière avec chaque île.

  • 11 ADIV C1082.
  • 12 ADIV C1083/1084.

8Ainsi, parmi bien d’autres exemples, attardons-nous sur le cas de Belle-Ile en 1746. En juin de cette année-là, pas moins de 90 à 95 navires furent mobilisés pour le passage de 6 compagnies de dragons du régiment de L’Hôpital11. Occupés à pêcher la sardine, bon nombre de maîtres de barque durent abandonner leur activité et répondre à cette réquisition forcée. Ce détachement nécessita par la suite d’autres liaisons. Chaque mois ces dragons et leurs montures avaient entre autre, besoin de 14 cordes de bois et de 768 bottes de paille. Ces transports suscitaient sensiblement les mêmes plaintes que les « charrois », à ceci près qu’ils étaient davantage exposés à la menace ennemie. Combien de navires, lestés de vivres, furent alors saisis par les corsaires britanniques ? Face à ce danger, la seule recommandation du secrétaire d’état à la marine, le duc d’Argenson, fut d’ordonner la réquisition d’embarcations de petites tailles. Avec cynisme, il ajoutait « que lorsqu’il y en aura de prises, comme il faut s’y attendre la perte ne sera pas considérable12 ». Déjà paralysés dans leurs activités vivrières, les petits maîtres de barques servirent donc en plus d’appât à la croisière anglaise. De toute évidence, les impératifs liés à la défense des côtes bretonnes pesèrent lourdement sur le quotidien des populations locales. Pour tous, la guerre fut un véritable fardeau.

Les populations côtières, victimes de la « petite guerre littorale »

9Quels que fussent les moyens engagés et les efforts consentis, ce système de défense littoral ne fit jamais la preuve de son efficacité. Les faits laissent même à penser que jusqu’à la fin de la guerre de Sept Ans aucune mesure efficace ne fut véritablement appliquée. La maîtrise des mers donnait à l’Amirauté anglaise une incontestable supériorité tactique. La fortification des rivages s’avérait en fait bien peu efficace. Ainsi dans un mémoire de 1756 un officier anonyme remarquait fort justement :

  • 13 SHAT MR 1088 fo 10.

« Il me paraît absurde qu’au commencement de chaque guerre on hérisse nos côtes d’une multitude innombrable de fortins, de redoutes, de batteries et de bouches à feu dans l’espoir d’empescher le débarquement ennemi qui voudrait tenter une descente. En morcelant les moyens, en subdivisant réelement les obstacles lorsqu’on croit les multiplier, on donne au contraire le plus grand avantage à l’assaillant toujours maitre de réussir ses efforts et de le porter rapidement au point qui lui opposera le moins de résistence13. »

10Malgré la pertinence de ces propos, aucune remise en cause tactique ne fut envisagée. Pour les stratèges français, la « petite guerre littorale » devait donc demeurer une suite de réactions aux initiatives anglaises. Cette forme de résignation condamna par conséquent les populations locales à subir en permanence les agressions britanniques. Ainsi les paroisses côtières furent incontestablement les principales victimes de cette « petite guerre littorale ». Au xviiie siècle, l’Amirauté de Vannes apparaissait dépourvue de centre économique majeur. Vannes n’était rien d’autre qu’un port de second rang. L’activité maritime locale n’en demeurait pas moins intense. Un bon nombre de paroisses exerçaient en effet une activité maritime exclusive. Pour exemple, les gabares de l’Ile aux Moines et de Port-Navalo contribuèrent régulièrement aux liaisons entre Brest et Nantes via Lorient, tandis que Locmariaquer, Quiberon, ou encore Belle-Ile abritaient des flottilles sardinières non négligeables. Toutes ces communautés puisaient donc l’essentiel de leurs ressources de la mer. Or, durant les guerres du règne de Louis XV, les activités maritimes furent considérablement entravées par la croisière anglaise. Fort de ce constat, il convient de s’interroger sur les conséquences de cette paralysie économique au sein des communautés littorales.

La paralysie de l’économie locale

  • 14 ADM 21C651.
  • 15 ADM 9B188.
  • 16 AN B4-433’ffo 385/393.
  • 17 ADM 9B 216.

11Bien que cette question ait brièvement été évoquée dans les quelques lignes traitant des réquisitions, il apparaît bon d’y revenir. Les côtes bretonnes étaient soumises à un double contrôle. Ce blocus était effectivement assuré par les escadres de la Navy et une noria de petits câpres anglo-normands. Cette croisière était telle, qu’en novembre 1759 le trésorier des guerres à Belle-Ile crut bon de consigner dans un courrier : « Je crois que toute l’Angleterre est sur nos côtes, nous en avons compté hier 60 navires14. » Cette présence ennemie perturba considérablement l’économie des paroisses maritimes. En la matière, il est particulièrement difficile d’apporter une estimation chiffrée des pertes occasionnées par cette croisière britannique. Un inventaire succinct porte à une cinquantaine le nombre de bateaux capturés par l’ennemi au cours de la guerre de Succession d’Autriche sur les rivages de l’Amirauté de Vannes. Cependant, ce chiffre n’a rien d’exhaustif. À défaut d’estimations fiables, il demeure toutefois possible d’évoquer sommairement les caractéristiques d’un tel blocus. Les corsaires se livrèrent à une course permanente contre les navires commerciaux. Bien souvent les gabares, alourdies par leur cargaison, étaient incapables de se mettre sous le feu d’une batterie côtière et tombaient aux mains de l’ennemi. La Sainte-Anne-Joseph de l’Ile aux Moines fut ainsi capturée le 28 juillet 1744 par l’Industrie de Jersey15. Le maître de barque fut rançonné de 650 livres auxquelles s’ajoutait 4 % « au chapeau du capitaine ». Dans l’attente de ce versement, un matelot fut conservé en otage. La grande majorité des arraisonnements se soldait de la sorte. Face à ces meutes de corsaires, il devenait très périlleux d’entamer la moindre traversée. Aussi au printemps 1745, les maîtres de barque du golfe du Morbihan armèrent-ils « spontanément » deux grosses gabares pour courir sus à l’ennemi. Cette réaction, à l’initiative des principaux armateurs de Vannes, fut l’unique tentative de résistance des « gens de mer ». Elle ne donna aucun résultat16. En attendant des jours meilleurs, quelques capitaines résignés choisirent alors de laisser leurs navires plantés dans les vasières du golfe du Morbihan. Pendant la guerre de Sept Ans l’instauration d’un semblant de contre croisière permis temporairement de maintenir un trafic minimum. Les gabares étaient regroupées en des points précis du littoral, d’où partaient des convois escortés par des frégates. Ce système s’avéra dans un premier temps assez efficace. Mais la perte d’une partie de la flotte à la bataille des Cardinaux devait tout changer. La France avait alors irrémédiablement perdu sa dernière force maritime. Le transit côtier s’en trouva considérablement paralysé jusqu’au traité de Paris en 1763. La croisière anglaise se fit ainsi plus menaçante, et n’hésita plus à courir sur les éventuels convois de gabares. Dans ces conditions nombre de maîtres de barques mirent un terme à leur activité. Pour ceux qui persistèrent à prendre la mer, les liaisons devinrent particulièrement hasardeuses. Le cas du Saint-Joseph d’Audierne apparaît très explicite. Chargé à Nantes d’une cargaison de fer destinée aux arsenaux de Brest, il est contraint le 11 septembre 1759 de se réfugier dans le golfe du Morbihan. Une correspondance nous apprend que le Saint-Joseph y est toujours au mouillage le 31 mars 176017 !

12En contrôlant les côtes atlantiques et tout particulièrement morbihannaises, les escadres anglaises obtinrent la quasi-paralysie des liaisons littorales. Ce blocus devait avoir des conséquences économiques sur l’ensemble des établissements militaro-industriels. Accessoirement, il plongea « les gens de mer » dans la pauvreté pour plusieurs années. Mais il serait faux toutefois de limiter les conséquences de la « petite guerre littorale » à cette unique dimension maritime. La défense des côtes de l’Amirauté de Vannes s’avérait particulièrement fragile. Aussi, les Anglais en profitèrent-ils pour y faire peser une menace directe. Au cours des seules guerres de succession d’Autriche et de Sept Ans, les forces britanniques se livrèrent en Bretagne à près d’une quarantaine de descentes. Presque un tiers d’entre elles eurent lieu sur le rivage morbihannais. Ces opérations combinées avaient un double objectif. Il fallait à la fois s’emparer de positions stratégiques et provoquer le maximum de destructions. Comme le notait très justement l’auteur d’un mémoire de 1755,

  • 18 SHAT – MR 1086 fo 4.

« l’on emploie jamais des sommes considérables à un grand armement. Si l’on a grand projet et je ne vois pas qu’il y eut le plus petit avantage pour l’Angleterre de risquer seulement 100 hommes pour bruler une ville sans commerce, ou pour ravager des villages dont les paysans se sont enfuis. 50 entreprises heureuses de ce genre ne sauroient équivaler la perte d’un vaisseau qu’un coup de vent porteroit il terre18 ».

13La rade de Lorient qui abritait la Compagnie des Indes, mais aussi Belle-Ile, verrou essentiel de la défense bretonne, étaient autant de cibles qui pouvaient susciter la convoitise des forces navales anglaises. Elles firent l’une et l’autre l’objet de débarquements et de sièges en règle. Lorient subit en octobre 1746 le bombardement du corps expéditionnaire du général Sinclair tandis que Belle-Ile capitula en 1761 au terme d’un second assaut. Trois autres points saillants du littoral morbihannais attirèrent également l’attention des stratèges britanniques. Entre 1746 et 1747, les îles de Houat et d’Höedic tombèrent par deux fois aux mains des Anglais. La presqu’île de Quiberon, quant à elle, fut prise en octobre 1746. Comme nous pouvons le constater, il existait sur les côtes bretonnes des sites présentant pour l’Amirauté britannique un véritable intérêt stratégique. Ainsi chaque année, dès la fin de l’hiver et jusqu’aux premiers coups de vent de l’automne, l’ensemble de la population littorale tremblait dans la crainte d’une attaque. Ce sentiment de peur était largement entretenu par des rumeurs qui se propageaient comme une traînée de poudre. En septembre 1745, le commissaire des guerres à Belle-Ile rapportait notamment :

  • 19 ADIV 0082.

« Le bruit est presque général icy et on le repend avec une espèce de certitude qu’il y a actuellement en Angleterre, un armement prodigieux destiné avenir sur la fin de cette campagne faire quelques entreprises sur les côtes de Bretagne19. »

  • 20 ADIV 0145.

14Ce phénomène de peur collective est assez complexe à étudier, mais il s’avère particulièrement riche d’enseignements dans le domaine des mentalités littorales. Aucune des cibles communément visées par les Anglais n’échappa à ce type de psychose populaire. On peut toutefois s’interroger sur la véracité des informations colportées. Il fallait bien peu de chose pour que le bruit d’une attaque imminente ne vienne à se répandre. Dans le cas présent, le même commissaire des guerres avait depuis peu renforcé les défenses insulaires. Il est aisé d’imaginer les conséquences que pouvaient provoquer des telles initiatives dans la conscience de témoins oculaires. Pour les populations littorales, ces mesures étaient tout bonnement les signes précurseurs d’une attaque. D’autres raisons pouvaient également engendrer ce sentiment de peur. La concentration de troupes à quelques encablures du rivage, ou tout simplement le passage d’une escadre quelconque, suffisait à plonger les « gens de mer » dans la crainte d’une descente. La rumeur s’enflant et se propageant, il devenait alors difficile de les rassurer. Au tout début de la guerre de succession d’Autriche, les habitants de l’île de Groix furent effrayés à la vue des premiers navires anglais. Ils envoyèrent immédiatement plusieurs chaloupes pour exiger de l’officier commandant Port-Louis la livraison de 300 fusils20. Pour la même raison, les habitants de Houat et d’Höedic abandonnèrent leurs îles en mai 1747 et préférèrent gagner le continent. Cet exemple est tout à fait symptomatique du climat de peur dans lequel étaient plongées les populations littorales en temps de guerre. Au vu des événements, ce sentiment était toutefois bien légitime.

Les populations littorales face aux opérations combinées

  • 21 ADM B1998.
  • 22 Voir Nières C, La Ville en Bretagne au xviiie siècle ; condition et forme de la mutation urbaine, (...)
  • 23 Voir Céard C, « Dévastations commises à Quiberon en octobre 1746 », Bulletin de la Société polymat (...)

15L’effort exigé pour la mise en défense de la province était bien peu de chose en comparaison des dégâts que pouvaient provoquer les actes de guerre. Bien que limitées et très localisées, les opérations menées par les Anglais en Bretagne eurent des conséquences très importantes. Nous pouvons assurément affirmer que les populations littorales furent les principales victimes de cette « petite guerre littorale ». Les pertes n’étaient d’ailleurs pas tant humaines que matérielles et économiques. La faible résistance qui était offerte aux troupes de débarquement, et l’empressement à fuir devant l’ennemi expliquent le nombre restreint de victimes. Ils permettent également de comprendre l’aisance avec laquelle les Anglais se rendaient généralement maîtres de leurs objectifs. Lorsque le 15 octobre 1746, le général Sinclair aborde les rivages de la presqu’île de Quiberon, il ne rencontre quasiment aucune résistance. Penhöet, le capitaine général de la capitainerie de Muzillac, assista impuissant à la débandade de ses soldats garde-côtes. La flotte ennemie n’avait pourtant tiré que 4 coups de canon. Les populations locales avaient aussitôt abandonné leurs villages. Ainsi, un certain Hervé Gicquel, contemporain de l’événement rapporte : « [qu’] aiant sortie de cette presqu’isle le même jour que les anglois y descendirent et laissa tout ce qu’il avait chez lui à labandon21 ». Comment expliquer un tel manque de combativité ? Plusieurs raisons peuvent être avancées. Parmi celles-ci, il convient d’accorder une place importante aux rumeurs qui se propageaient au sein des communautés. Au tout début du mois d’octobre, le même général Sinclair débarqua sur la côte de Plöemeur. Il balaya alors les nids de résistance et mit le siège devant Lorient. Ce corps expéditionnaire demeura maître de l’arrière-pays pendant plus d’une semaine. Les troupes anglaises se livrèrent dans ce laps de temps à de nombreuses exactions, et les détails de cette descente se répandirent aussitôt dans la province. Alors, accusés à tort ou à raison des méfaits les plus odieux, les soldats britanniques devinrent la hantise des populations locales. N’était-ce pas d’ailleurs l’objectif du commandement britannique ? Quoi qu’il en soit, le 15 octobre suivant la presqu’île de Quiberon fut abandonnée en seulement quelques heures. Si certains avaient pris la précaution d’enterrer leurs biens, la plupart des habitants gagnèrent en fait Plouharnel et Carnac les mains vides. Une fois à terre, les soldats anglais barrèrent l’isthme qui menait au continent et élevèrent quelques redoutes dans l’attente d’une contre-attaque. À n’en pas douter le général Sinclair envisagea dans un premier temps de conserver cette position stratégique. Toutefois, la saison étant déjà fort avancée, il risquait de par les mauvaises conditions de navigation de voir ses lignes de ravitaillement coupées. Il se résolut donc à rendre cette opération la plus lucrative possible et accessoirement à détruire l’appareil économique en place. En outre, il lui fallait bien faire oublier à sa hiérarchie l’échec de la descente sur Lorient. Quiberon n’avait certes pas le prestige du port de la Compagnie des Indes, mais cette descente permettait au moins de ne pas perdre la face. Les troupes anglaises se livrèrent donc au pillage en règle de la presqu’île. De ce débarquement Viarmes, l’intendant de Bretagne devait écrire le 2 novembre suivant : « Je ne crois pas que leurs conquêtes leur fasse grand honneur en Angleterre22. » Et il est vrai que cette campagne de 1746 fut peu glorieuse pour l’Amirauté britannique. Pour les populations littorales la gloire importait peu. Seule la survie au quotidien avait de l’importance, et ces descentes à répétition avaient coûté très cher. En quelques mois, la flotte ennemie avait mené 4 opérations sur le littoral morbihannais. Les populations étaient traumatisées et l’économie locale durablement sinistrée. Des estimations chiffrées très impressionnantes nous sont d’ailleurs parvenues pour la descente de Quiberon. Du 15 au 23 octobre les Anglais ont commis pour plus de 430 000 livres de dégâts23. Rien ne fut épargné. Dans la dizaine de villages touchés, le représentant de l’Intendance de Bretagne dénombra plus de 150 maisons brûlées et 76 dépendances détruites. Dans les ports de la presqu’île, les pertes concernant le matériel de pêche furent estimées à près de 89 000 livres. Le bétail fut volé ou abattu, tandis que la destruction des produits d’exportation s’éleva à 205 000 livres. Il n’est pas nécessaire de poursuivre cette longue énumération pour imaginer les sentiments ressentis par les habitants du lieu à leur retour. La presqu’île était ravagée, et devait rester sinistrée pour encore plusieurs années. L’émoi des populations locales fut d’autant plus vif que les Anglais avaient profané les lieux les plus saints. Ainsi, dans l’église paroissiale de Quiberon le tabernacle avait été détruit, les statues de saints décapitées et surmontées, pour certaines, de têtes de moutons, de veaux ou de bœufs. Par cette opération, les Anglais souhaitaient à l’évidence choquer l’ensemble de la population et au passage entretenir leur réputation. Après tout n’était-ce pas là leur meilleure arme pour les prochains combats qu’ils auraient à livrer sur le littoral breton ?

***

16Ce dernier exemple résume parfaitement la « petite guerre littorale » qui fut menée au milieu du xviiie siècle sur les côtes bretonnes. Si ces combats conservèrent une dimension fort modeste en comparaison des opérations qui se déroulaient sur les principaux théâtres d’opérations, ils n’en eurent pas moins des conséquences très importantes. Lorsque Lorient sembla sur le point de tomber entre les mains ennemies, le royaume fut en émoi. Lorsqu’en 1759 le duc d’Aiguillon rejeta à la mer les Anglais à Saint-Cast, le royaume y vit alors une grande victoire et Voltaire évoqua même l’événement dans L’ingénu. Mais la « petite guerre littorale » ne doit pas être résumée à cette unique dimension militaire. Elle est surtout économique. En effet, l’enjeu du siège de Lorient reposait exclusivement sur la pérennité de la Compagnie des Indes. De la même façon, la prise de Quiberon était importante du seul fait de son coût économique. Comme il fallait s’y attendre, les populations côtières furent donc les toutes premières victimes. Toutes les paroisses ne furent toutefois pas logées à la même enseigne. Les communautés insulaires comptent parmi les plus durement touchées. Leurs activités traditionnelles étaient souvent incompatibles avec ce contexte guerrier. Les îles demeuraient sous la menace permanente de l’ennemi. Enfin, ces populations durent à la fois servir dans la défense garde-côte et sur les escadres du roi. Ces éléments expliquent largement le déclin démographique alors perceptible sur certaines îles. Si toutes les paroisses n’eurent pas à endurer autant de souffrances, elles semblaient toutes affectées par la guerre. Les populations côtières étaient bien placées pour juger de l’inefficacité des défenses garde-côtes. Ce constat leur inspira, semble-t-il, une certaine résignation. Finalement, comme l’écrivit en d’autres temps Corneille, dans Le Cid, les Anglais « couraient au pillage et rencontrent la guerre, le flux les apporta – le reflux les remporte ».

17SHAT : Service historique de l’armée de terre

18AN : Archives nationales

19ADIV : Archives d’Ille et Vilaine

20ADM : Archives départementales du Morbihan

21ADLA : Archives départementales de Loire-Atlantique

22AMV : Archives municipales de Vannes

1 - Mai 1746, Pointe de Penvins, débarquement de plusieurs barques corsaires repoussées par les gardes côtes.
2 - 1/7 octobre 1746, Guidel, débarquement de plusieurs régiments ayant pour objectif Lorient
3 - 15/23 octobre 1746 débarquement et piltage sur la presqu’île de Quiberon
4 - 19 octobre 1746, Houat, débarquement de 130 hommes et destruction des fortifications
5 - 24 octobre 1746, Hoëdic. débarquement de 500 hommes et destruction des fortifications
6 - Octobre 1746, débarquement de quelques chaloupes à Plouhinec
7 - Octobre 1746, débarquement de 400 hommes à Pénestin pour ravitailler la flotte
8 - Octobre 1746, la presqu’île de Rhuys reste plusieurs jours sous la menace de 200 barques années
9 - Mai 1747, Houat, débarquement anglais sur une île abandonnée
10 - 1759, prise de l’île de Méaban contrôle ainsi la sortie du Golfe grâce à deux canons
11 - 4 Septembre 1759, prise de l’île dumet
12 - Novembre 1759, bombardement du croisic
13 - 8 Avril 1861, Echec d’un débarquement de 3600 hommes à Belle-Ile
14 - 21 Avril / 12 Juin 1761, débarquement et prise de Belle-Ile

Notes

1 SHAT A4/23 fo 86.

2 ADLA B. 1173 fo 117 ordonnance ducale du 28/07/1480.

3 ADM 21C648.

4 AMV BB17 fo 3, bulletin municipal du 18 octobre 1746.

5 Voir le colonel Juge, « Les Anglais à Quiberon en 1746 », Bulletin de la Société polymatique du Morbihan, Vannes, 1927, p. 12.

6 ADM 9B27.

7 ADM 21C619.

8 Voir Pourhiet-Salat N., La Défense des îles bretonnes de l’Atlantique, thèse de doctorat, Vincennes, 1982, 2 vol.

9 ADM 21C637.

10 ADIV 0088.

11 ADIV C1082.

12 ADIV C1083/1084.

13 SHAT MR 1088 fo 10.

14 ADM 21C651.

15 ADM 9B188.

16 AN B4-433’ffo 385/393.

17 ADM 9B 216.

18 SHAT – MR 1086 fo 4.

19 ADIV 0082.

20 ADIV 0145.

21 ADM B1998.

22 Voir Nières C, La Ville en Bretagne au xviiie siècle ; condition et forme de la mutation urbaine, thèse de doctorat, 1986, 5 vol.

23 Voir Céard C, « Dévastations commises à Quiberon en octobre 1746 », Bulletin de la Société polymatique du Morbihan, Vannes, 1906, p. 323-342.

Table des illustrations

Légende 1 - Mai 1746, Pointe de Penvins, débarquement de plusieurs barques corsaires repoussées par les gardes côtes.2 - 1/7 octobre 1746, Guidel, débarquement de plusieurs régiments ayant pour objectif Lorient3 - 15/23 octobre 1746 débarquement et piltage sur la presqu’île de Quiberon4 - 19 octobre 1746, Houat, débarquement de 130 hommes et destruction des fortifications5 - 24 octobre 1746, Hoëdic. débarquement de 500 hommes et destruction des fortifications6 - Octobre 1746, débarquement de quelques chaloupes à Plouhinec7 - Octobre 1746, débarquement de 400 hommes à Pénestin pour ravitailler la flotte8 - Octobre 1746, la presqu’île de Rhuys reste plusieurs jours sous la menace de 200 barques années9 - Mai 1747, Houat, débarquement anglais sur une île abandonnée10 - 1759, prise de l’île de Méaban contrôle ainsi la sortie du Golfe grâce à deux canons11 - 4 Septembre 1759, prise de l’île dumet12 - Novembre 1759, bombardement du croisic13 - 8 Avril 1861, Echec d’un débarquement de 3600 hommes à Belle-Ile14 - 21 Avril / 12 Juin 1761, débarquement et prise de Belle-Ile
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24601/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.