Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Les populations frontalières et la guerre dans les villages des Pyrénées centrales et orientales à l’époque moderne

Patrice Poujade

Texte intégral

  • 1 Après 1720-1721 et l’accession d’un Bourbon sur le trône d’Espagne, la paix règne sur les Pyrénées (...)

1Dire que la guerre est un fait constant pour les sociétés de l’Ancien Régime, qui la considéraient comme un des trois grands fléaux menaçant l’existence des populations, est un truisme. Les Pyrénées sont particulièrement concernées car elles deviennent une frontière entre deux puissantes monarchies européennes qui multiplient les occasions d’affrontement. La situation frontalière ne doit pas être minimisée en ce qui concerne l’impact de la guerre et, plus généralement, du fait militaire, sur les villages. Une région frontalière est, par définition, beaucoup plus exposée aux ravages, mais aussi aux simples alertes, qu’une région intérieure. Pour le cas pyrénéen, cela ne veut pas toujours dire que la chaîne soit le lieu privilégié du face à face entre les monarchies française et hispanique mais elle en fut un et les populations ont vécu au rythme des soubresauts politiques et militaires mettant en jeu les deux royaumes. En effet, les guerres se sont succédé du xvie au début du xviiie siècle, limite chronologique de cette étude1.

  • 2 Sur la Navarre et les tentatives de reprendre les territoires perdus, voir C. Bourret, Un royaume (...)

2Les premières décennies du xvie siècle voient la conquête des territoires navarrais sud-pyrénéens par Ferdinand II et une série d’opérations militaires dans les Pyrénées comme, par exemple, en 1513, l’envoi, par la reine de Navarre, d’une forte troupe pour tenter, finalement en vain, de récupérer la vicomté de Castellbo2, ou les entrées de Fuxéens en Cerdagne jusque vers 1516. Puis, dès 1521, ce sont les guerres entre Charles Quint et François Ier faisant alterner périodes de combats et traités de paix ; jusqu’à la paix de Crépy (18 septembre 1544), il y eut quatre périodes de guerres totalisant environ 13 ans de combats entrecoupés de 11 ans de paix. Henri II reprend la lutte en 1551 jusqu’au traité de Cateau-Cambrésis signé le 3 avril 1559 avec Philippe II. Mais la paix est de peu de durée pour les Pyrénéens qui sont confrontés aux guerres de Religion, poursuivies jusqu’à la paix de 1598 par la guerre ouverte entre Henri IV et Philippe II. En effet, les Pyrénées deviennent une frontière religieuse sur laquelle toutes les exactions sont possibles dissimulées derrière des prétextes plus ou moins religieux : agressions de bandits catalans ou aragonais (les bandolers), réponse de bandes fuxéennes et gasconnes assimilées, hâtivement mais décisivement, solidement et pour la postérité, à des protestants.

  • 3 G. Livet, L’Équilibre européen de la fin du xve siècle à la fin du xviiie siècle, Paris, PUF, 1976 (...)
  • 4 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, xvie- xixe siècle, Paris, Gallimard, (...)

3Si les troubles ne cessent pas avec la paix de 1598, l’édit de Nantes et la mort de Philippe II, c’est surtout à partir de l’entrée de la France dans la guerre de Trente Ans (1635) que s’ouvre à nouveau une longue période de conflits qui ne prendra fin réellement qu’en 1720-1721 au traité de Madrid. Deux monarchies luttent pour, dans un cas, conserver ou, dans l’autre cas, conquérir, la suprématie en Europe. C’est que, comme l’a écrit Georges Livet, la question essentielle qui domine la politique européenne de ce temps est celle des rapports entre la France et l’Espagne3, qui ne peuvent être que conflictuels en raison des buts hégémoniques de chacune des deux puissances. On entrevoit là que « les Pyrénées n’ont cessé d’être une frontière d’hostilités au xviie siècle » selon les mots de Daniel Nordman qui poursuit en expliquant que dans un tel contexte tout est lié au face à face franco-espagnol : économie, politique, administration, mouvements sociaux et insurrections4.

4De tout ce qui précède découle que le poids de la conjoncture est très lourd pour les populations frontalières modernes et cela ne doit pas être négligé pour appréhender le sujet. Effectivement, comment faire fi de l’angoisse, quasi permanente, du montagnard de la frontière qui redoute, à tout moment, les vols de bétail (sa principale richesse), les destructions des biens et cultures, les réquisitions, le passage de troupes, les levées d’hommes, etc. Des questions se posent donc : qu’a fait l’habitant de la montagne pour tenter de protéger, sa personne, les siens et ses biens, de se défendre, d’atténuer les maux de la guerre ? Quelles sont les conséquences humaines, économiques, sociales, institutionnelles, de celle-ci sur la population des villages des Pyrénées centrales et orientales ? Enfin, n’y a-t-il pas un impact mental de ces deux siècles de conflits quasi continuels ?

5Ce rapport s’articulera autour de trois axes principaux qui entendent insister sur le caractère particulier de la situation frontalière et ses conséquences en temps de guerre. Le premier mettra en place le cadre du village frontalier dans ses rapports avec la guerre, la paix et la sécurité. La deuxième partie s’intéressera à l’impact de la guerre sur les populations et les villages frontaliers en abordant successivement le logement des gens de guerre, la présence des troupes, les prélèvements et les dévastations, les conséquences démographiques, celles sur l’économie (le commerce en particulier), la société (luttes de factions, exils, révoltes) et les institutions. Enfin, la troisième partie s’attachera, plus spécialement, au rôle de la guerre sur la création, ou l’affirmation, de la frontière dont les guerres ont permis un meilleur contrôle.

La sécurité et la paix dans le village frontalier

6Il peut paraître paradoxal, dans un rapport sur la guerre, de commencer par la paix, mais c’est bien la guerre et les menaces qu’elle fait peser qui sont à l’origine de la création d’institutions de paix et de l’organisation militaire de la société pyrénéenne. Ce sont des aspects qui influencent profondément, voire régissent dans certains cas, l’organisation et la vie dans les villages, en pays frontalier sans doute plus qu’ailleurs.

La militarisation de la population

  • 5 M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État (1780-1820), Perpignan, El Trabucaire, 1990, p (...)

7Les montagnards frontaliers sont les défenseurs naturels de leur terre. Dans les Pyrénées, le port d’armes est très général ; il s’agit pour les habitants d’un privilège auquel ils sont particulièrement attachés, qui se justifie par des raisons militaires (assurer la garde de la frontière) et par des prétextes de vie quotidienne (se protéger des bêtes sauvages). Ce droit est inscrit, par exemple, dans les Usatges de Barcelone ou dans les coutumes de la ville de Perpignan, ce qui explique que, malgré les politiques des monarchies – des deux côtés de la frontière–, le port d’armes soit resté profondément ancré dans les mentalités durant tout l’Ancien Régime ; en Roussillon, les habitants y sont encore très attachés au xviiie siècle5.

  • 6 J. M. Vidal i Guitart, Història d’Andorra, Barcelone, Antalbe, 1984, p. 75, d’après ACA reg. 4.760

8En Catalogne et en Andorre, l’ensemble des hommes armés se réunissait aussi dans une sorte de milice villageoise, le sometent dont la convocation se faisait au son des cloches (sometent c’est-à-dire « en mettant du son ») et aux cris de Via Fora ! qui donnaient l’alerte. Normalement, le sometent catalan n’intervenait que dans le cadre du territoire communal ou dans celui, un peu plus large, de la viguerie ; exceptionnellement, en cas de crise grave – comme une guerre–, dans l’ensemble de la Catalogne. En septembre 1588, les Andorrans mobilisent un sometent général pour repousser l’invasion de trois compagnies de « protestants » voulant traverser l’Andorre pour aller à la Seu d’Urgell6.

  • 7 A. Ayats, Les Guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpig (...)
  • 8 Prats-de-Mollo compte, vers 1650-1700, autour de 290-330 familles (A. Ayats, op. cit., p. 23).
  • 9 C. Desplat, La Guerre oubliée. Guerres paysannes dans les Pyrénées ( xiie- xixe s.), Biarritz, J. (...)
  • 10 P. Poujade, Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, (...)

9Alain Ayats7 donne une idée du sometent de Prats-de-Mollo dans le Vallespir, où en 1661, 75 % des 276 participants – sans doute les chefs de famille8 – sont personnellement armés ou en voie de l’être. Le taux est légèrement inférieur à celui que donne Christian Desplat (autour de 85 %) pour des villages des Pyrénées occidentales à la fin du xviiie siècle9. Dans le Val d’Aran, qui compte autour de 800 feux au xviie siècle, le visiteur royal Juan Francisco de Gracia pense, en 1613, que les Aranais conservent eux-mêmes quelque 700 arquebuses dont la possession, ici comme ailleurs, est justifiée par les besoins de se défendre des incursions des guerres de Religion et de la guerre franco-espagnole de la fin du xvie siècle10.

  • 11 L’encadrement, au niveau local, était dévolu à un capitaine qui commandait des centeners (chefs de (...)
  • 12 16 réaux = 4 livres françaises ; cette somme équivalait au prix de 50-70 litres de blé.
  • 13 Article 39 du décret de Nueva Planta ; texte du décret dans J. de Camps i Arboix, El decret de Nov (...)

10L’existence d’une telle milice, qui maintenait un encadrement militaire hiérarchisé de la population11, impliquait l’entraînement périodique de celle-ci, sa formation continue. Généralement, les hommes valides, âgés de 14 à 60 ans, étaient recensés, armés, soumis à des exercices de maniement des armes. Dans le Val d’Aran, les Ordinaciones royales de 1616 nous renseignent sur ces pratiques : tous les ans, le jour de la Sainte-Croix (le 3 mai), tous les hommes aptes devaient se rendre au chef-lieu de leur terçon où ils s’entraînaient à tirer sur une cible ; afin d’encourager les participants, le meilleur – celui qui s’approchait le plus de la cible - recevait un prix fixé à 16 réaux, à la charge du terçon12. Le sometent fut supprimé en Catalogne par le décret de Nueva Planta, promulgué par le nouveau roi Philippe V le 16 janvier 1716, car il représentait un élément de la « souveraineté » catalane13. En revanche, l’institution survécut en Andorre jusqu’au xxe siècle puisque le décret de Nueva Planta ne s’y appliqua pas.

  • 14 R. Sala, Dieu, le roi, les hommes. Perpignan et le Roussillon (1580-1830), Perpignan, El Trabucair (...)

11La sécurité du village de la frontière s’appuie aussi sur un très dense réseau de tours de défense ou de guet, de châteaux, d’églises et de villages fortifiés entre lesquels la communication se faisait au moyen d’un système de signaux de fumée (le jour) et de feu (la nuit), voire, dans certains cas, de coups de canons, de sorte que sur une distance d’environ 45 kilomètres à vol d’oiseau, couverte par un jour de marche, l’information circulait en moins d’une heure14. En cas d’alerte les habitants des villages voisins accourent vers un de ces asiles. Il s’agit là du système connu partout, au nord et au sud des Pyrénées comme ailleurs, de la reculhida, recolleta ou recollita : les ruraux des villages dépendants d’une fortification devaient y travailler à l’entretien des murailles et y faire le guet en échange de quoi la dite fortification leur servait de refuge, de retraite, pour se mettre à l’abri avec leur famille en cas de menaces sur leur village.

12Dans le cas du Val d’Aran, chaque asile devait être capable d’accueillir, en général, de 250 à 550 personnes.

  • 15 G. Géraud Parracha, Histoire du pays de Couserans, Saint-Girons, 1994, p. 59.
  • 16 Pour l’Aragon frontalier qui est dans la même situation que ce qui vient d’être dit, voir G. Colas (...)

13De leur côté de la frontière, les monarchies entretiennent des garnisons. Au début du xviie s. cette frontière n’est pas de « fer » à l’image de celle que Vauban dressera peu après sur les frontières septentrionales du royaume de France. Même si la volonté d’un roi comme Philippe II de renforcer, voire de fermer la frontière, est évidente, la réalisation se heurte aux difficultés matérielles : entretien des fortifications peu suivi, équipement nécessaire parfois manquant, garnisons peu nombreuses (25 soldats à Castèth-Leon, Val d’Aran, en 1613 où il y a 40 places ; six soldats à Castillon, Couserans, en 1674 alors qu’il devrait en compter 2515) N’oublions pas toutefois, que les monarchies comptaient sur la force de mobilisation des populations montagnardes, à qui elles avaient dû reconnaître le privilège du port d’armes, quoique ces populations n’étaient pas toujours très fiables dans la mesure où des accords les liaient avec leurs voisins du royaume limitrophe16.

Les institutions de paix

14Depuis le Moyen Âge, les Pyrénéens ont signé des traités qui impliquent les deux versants de la chaîne. À l’époque moderne, la plupart des vallées des Pyrénées centrales, de part et d’autre de la frontière, sont ainsi liées par des accords, connus sous le nom de lies et passeries. Plus que de simples accords de compascuité, nécessaires certes à la société de pasteurs qu’était celle des Pyrénées, il s’agit de véritables traités de paix qui contenaient des aspects pastoraux (partage des pâturages, des eaux, des bois, etc.) et commerciaux (liberté de commerce entre les communautés signataires) et offraient des garanties aux communautés contractantes qui pouvaient se valoir de la force du pacte signé. L’origine première, et le but, était bien de maintenir des relations pacifiques et une neutralité, même en cas de conflit armé entre les deux monarchies, bien que, dans les premiers temps, il se soit plutôt agi de guerres paysannes, de razzias de bétail effectuées dans un contexte d’économie de pillage. Si nous prenons la grande passerie de 1513, dite du Plan d’Arrem, signée au moment des guerres « navarraises », entre 23 vallées des Pyrénées centrales, on voit bien que la paix occupe une place de choix et que la liberté de commerce est proclamée. En 1653 et 1654, vallée d’Àneu (Pallars), Couserans, Castillonnais et Val d’Aran, dans un moment difficile des relations transpyrénéennes après la chute de Barcelone (1652) prise par les Castillans, la défaite des Catalans alliés aux Français, et le renforcement du pouvoir de Madrid, renouvellent leurs passeries après en avoir été autorisés par leurs souverains respectifs, Louis XIV par lettre du 12 mars et Philippe IV le 27 mars 1653, indice de subordination des intérêts des frontaliers à ceux des pouvoirs centraux.

  • 17 L. de Froidour, Lettres, Auch, 1899, p. 95.
  • 18 La guerre dura du 14 juillet 1667 au 2 mai 1668 (traité d’Aix-la-Chapelle).
  • 19 Les documents d’archives nous apprennent, par exemple, que le 5 septembre 1677, le prieur de Pujòl (...)

15« Paravent » de la violence entre vallées, les lies et passeries le sont aussi de celle générée par des agresseurs extérieurs. Les traités contiennent, on le sait, une clause qui oblige les frontaliers à s’avertir réciproquement en cas d’arrivée de soldats. Cette nécessaire solidarité des pasteurs montagnards fut observée, avec étonnement, et décrite par Louis de Froidour « grand maître enquêteur et général réformateur des Eaux et Forêts au département de la Grande Maîtrise de Languedoc », dans une lettre datée du1er septembre 166717 : alors que la guerre de Dévolution commençait à peine18, il fut témoin de la rentrée précipitée des troupeaux français des pâturages d’Espagne car les frontaliers de ce dernier royaume avaient averti leurs voisins de France de menaces imminentes. Les archives attestent ce fonctionnement19.

  • 20 Il serait sans doute intéressant de compléter autant que possible cette liste afin d’en tirer des (...)
  • 21 Archivo General de Simancas (AGS), Estado Francia, liasse 4153.

16Le maintien de la paix nécessitait la confirmation périodique des traités de lies et passeries : autour de 85 % des confirmations que j’ai pu répertorier pour le xviie siècle, ont lieu au moment des guerres entre la France et l’Espagne20, qui occupent « seulement » 60 % de la période. L’impression que nous laissent les sources est que la paix est bien la préoccupation majeure des frontaliers en temps de guerre. Il est vrai, j’aurai l’occasion d’y revenir, que la guerre est souvent, malgré les précautions prises, la période opportune pour la monarchie de ne pas respecter les accords signés entre les frontaliers. Ainsi, Louis XIV, par une ordonnance promulguée à Versailles le 15 avril 1689 avait interdit, en raison de la guerre, le commerce avec l’Espagne et les Espagnols et avait révoqué toutes les permissions données jusque-là21.

17La guerre est donc créatrice d’une organisation militaire de la population et génératrice d’institutions. Si nous avons vu que les contraintes sont importantes pour les ruraux frontaliers, plusieurs questions restent en suspend en particulier en ce qui concerne le coût financier et économique, voire humain, d’une telle organisation. En effet, que coûte l’achat et la détention d’armes ? Comment les financer, comment obtenir les hommes appelés à entretenir les édifices fortifiés, à faire le guet et surveiller les cols alors qu’ils délaissent, de ce temps, leur activité – généralement l’agropastoralisme ? Quel est le poids des contributions forcées, du « tour de vis fiscal » ? Ce sont là quelques interrogations auxquelles il est difficile de répondre globalement. Compte tenu de toutes les perturbations que la guerre entraîne, on comprend que les Pyrénéens tentent de maintenir la paix dans les relations qu’ils entretiennent avec leurs voisins. Mais leurs précautions ne suffisent pas pour éviter les conséquences des guerres.

L’impact de la guerre sur les populations et les villages frontaliers

Logement des gens de guerre ; présence des troupes ; prélèvements ; dévastations

  • 22 Les conditions sont données, par exemple, par J.H. Elliott, La revolta catalana, 1598-1640, Barcel (...)
  • 23 A. Dominguez Ortiz, Instituciones y sociedad en la España de los Austrias, Barcelone, Ariel, 1985, (...)
  • 24 100 ducats castillans = 110 livres catalanes ; l’estimation est tout à fait réaliste pour le milie (...)

18Il s’agit là d’un point parmi les mieux connus des conséquences des guerres sur les populations et les villages mais aussi des plus importants. Que ce soit dans le royaume de France ou dans la Couronne d’Aragon, le logement des soldats était assuré par la population civile. En Catalogne, les Corts ont réglementé, au cours des xvie et xviie siècles, cette pratique, mais le logement des gens de guerre a eu une responsabilité directe dans les divers soulèvements que connut la Principauté au cours du xviie siècle, en particulier la guerre des Segadors, en 1640, dont une des origines est à rechercher dans la volonté du comte-duc Olivares de vouloir loger les troupes espagnoles suivant le style « lombard », expérimenté par les Espagnols dans le Milanais et beaucoup plus lourd pour les habitants que le système traditionnellement accepté en Catalogne22. Le loge ment des troupes est aussi à l’origine de la révolte des Gorretes ou Barretines qui affecte une partie de la Catalogne en 1689, de sorte que c’est dans ces années de la fin du xviie siècle que les municipalités commencent à construire des casernes afin de faire diminuer la pression militaire supportée par la population. Le logement s’avère très coûteux pour la communauté qui doit s’y soumettre. Antonio Dominguez Ortiz23 estime que le logement, pendant une nuit, d’une compagnie de 200 hommes s’élève à 100 ducats24 ; s’il se prolonge durant un mois, la nourriture d’une compagnie aura coûté les biens des habitants de la communauté qui doit s’acquitter de cette charge.

  • 25 C. Barrière-Flavy, La Chronique criminelle d’une grande province sous Louis XIV, Paris, Editions O (...)
  • 26 B. Sapène, « Les guerres sur les frontières du Comminges aux xviie et xviiie siècles », Revue de C (...)

19La fréquence des guerres dans la région pyrénéenne ou, du moins l’implication de la France et de l’Espagne dans des conflits, a rendu inévitable la présence et le passage des troupes, dont les exemples sont nombreux. Le Pays de Foix, le Comminges, la Bigorre, le Roussillon, l’Andorre, le Val d’Aran, ont connu le passage et le stationnement des soldats. Dans le Pays de Foix, au xviie siècle, les troupes allant ou revenant de Catalogne sont passées à maintes reprises25 ; par exemple, de 1644 à 1655, la petite communauté de Tarascon (environ 1 500 habitants) dut loger 30 000 soldats se rendant en Catalogne. Plus à l’ouest, lors de la campagne de 1719 contre le Val d’Aran, le Haut-Comminges est occupé par les troupes françaises : Montréjeau est devenu un important dépôt de poudres, munitions, armes, nourritures pour les hommes et les bêtes, chevaux, mulets, etc. alors que neuf bataillons et trois compagnies, soit 4 500 à 6 500 soldats sans doute, campent à Saint-Béat, Cierp, Luchon et Saint-Bertrand26.

  • 27 J. Albareda, « L’impacte de la guerra dels Nou Anys a Catalunya. L’ocupació francesa de 1697 », Af (...)
  • 28 R. Sala, Dieu, le roi, les hommes, op. cit., p. 44-46.

20La partie frontalière de la Principauté de Catalogne au milieu de l’année 1697 accueille 35 000 à 45 000 soldats des deux camps27 soit environ un par km2 (mais peut-être 3 ou 4 dans le tiers de la Catalogne réellement occupé) ou un soldat pour 9-10 habitants (peut-être un pour 5 habitants dans la zone occupée), taux assez voisin de celui que connaît le Roussillon en temps de guerre (un soldat pour 12 habitants)28 ce qui révèle la charge en question.

  • 29 iari  A. Pladevall i Font et A. Simon Tarrés, Guerra i vida pagesa a la Catalunya del segle xvii (s (...)
  • 30 Archiu Istoric d’Aran (AIA), Casa Barbèr (Garòs), 1711.
  • 31 Chanson, recueillie dans le Val d’Aran en 1787-89 par Francisco de Zamora, qui présente d’Arpajon (...)

21Les mémoires, livres de raisons, écrits privés sont une source de premier ordre pour comprendre le poids des dévastations militaires pour les contemporains. Par exemple, dans son journal, Joan Guardia, paysan catalan de l’Esquirol, entre Vic et Olot, note les difficultés auxquelles les populations civiles sont confrontées. Ainsi, en 1654, il mentionne que les méfaits de la peste sont occultés parce que les dégâts de la guerre et des soldats castillans sont plus importants encore alors que les troupes françaises, de leur côté, ont dévasté les champs, réduisant à néant la production de grains29. Autre frontière, autre lieu de passage, le Val d’Aran offre aussi un exemple du poids du logement des troupes. En 1711, la communauté de Garos, dans le Haut Aran, doit loger des soldats comme nous l’apprend un document d’un fonds privé30. Ce petit village d’environ 100-150 habitants (33 feux dit le document) eut à supporter un prélèvement de plus de 3 000 livres (ce qu’emportent les soldats : 22 mulets, 111 bovins, 350 ovins, blé, argent), auquel s’ajoute le logement, pendant neuf jours, de 500 fusilliers que l’on peut estimer à plus de 2 500 livres soit un total sans doute voisin de 6 000 livres, c’est-à-dire l’équivalent de 600 bovins ou 100 tonnes de blé (environ 180 livres par foyer), ce à quoi il faut ajouter le saccage des maisons, peut-être des récoltes et des champs, que les consuls disent ne pouvoir estimer. Il n’y a rien d’étonnant alors à ce que le marquis d’Arpajon, qui commandait les troupes en Aran, soit encore considéré, des décennies après ces faits, comme un « homme très cruel31 ».

  • 32 R. Sala, Dieu, le roi, les hommes, op. cit., p. 46-47.
  • 33 P. Poujade, Une vallée frontière, op. cit., p. 273.

22Le recours à la main-d’œuvre locale pour effectuer des travaux de fortification, de charroi, avec leurs bêtes, de matériaux ou vivres, même en violation des « privilèges » et sans véritable rétribution, est une pratique courante. Raymond Sala en donne d’assez nombreux exemples pour les années 1670 dans le Roussillon au moment où la monarchie décide d’ériger une frontière de « fer32 ». Dans le Val d’Aran, on retrouve de la part de plusieurs gouverneurs militaires, essentiellement dans les années 1650, les mêmes prétentions33. Dans les deux cas cités, lorsqu’il ne s’agit pas de prélèvement en nature, les travaux de fortification sont à l’origine de nouvelles taxes – directes ou indirectes – qui pèsent sur une population déjà affaiblie.

  • 34 D. Bascompte i Grau, « Les Vails d’Andorra als segles xvi i xvii », Annals 1991 del Centre de Barc (...)
  • 35 A. Ayats, Les Guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpig (...)
  • 36 P. Poujade, Une vallée frontière, op. cit., p. 126.
  • 37 A. Espino, « La guerra dels Nou Anys a Catalunya (1689-1697) », L’Avenç, 184, 1994, p. 24 signale (...)
  • 38 R. Mandrou, Introduction à la France moderne 1500-1640, Paris, A. Michel, 1961/1989, p. 298-299.
  • 39 Sur les Miquelets, voir A. Ayats, « Catalans = Miquelets. L’image du montagnard catalan à travers (...)
  • 40 J. Albareda, art. cit., Afers, 20, p. 34, document du Service Historique de l’Armée de Terre, Al 1 (...)
  • 41 Baron de Lassus, Les Guerres du xviiie siècle sur les frontières du Comminges, du Couserans et des (...)
  • 42 Baron de Lassus, « Incursions des Miquelets espagnols dans le Couserans pendant la guerre de la Su (...)

23Enfin, on rencontre un peu partout, en Andorre34, Vallespir35, Val d’Aran36, Haut Urgell37, des soldats étrangers démobilisés, déserteurs parfois, qui ne recevant plus de solde, vivent sur le pays et se transforment en pillards, accentuant la délinquance et l’instabilité dans les contrées concernées, d’autant plus que les exemples abondent de repris de justice, incorporés de force ou en guise de rémission, dans les troupes de ce temps. Robert Mandrou résumait ainsi la situation : « Du soldat au brigand, peu de différence : qu’une troupe vienne à être licenciée, et les soldats, sans attaches ni ressources, deviennent brigands pour un temps38. [...] » À eux s’ajoutent les Miquelets, troupes auxiliaires connues depuis les années 1640 formées par des montagnards et levées par les Français ou les Espagnols39 qui se singularisent par leurs fréquentes incursions dans les vallées voisines à la faveur des guerres. Ces actions cachent souvent, sous le prétexte de la guerre, de simples razzias paysannes comme le suggère en 1697 le militaire français d’Esgriny lorsqu’il écrit qu’il faut « oster aux paysans la facilité de voler sous le nom de miquelets d’Espagne40 ». Les irruptions de ces groupes ont généralement marqué les populations frontalières ; tel est le cas, par exemple, de l’incendie de Bagnères-de-Luchon et de villages voisins perpétrés par les Miquelets « habsbourgeois » du comte de Taff en septembre 1711 pour 300 000 livres de dégâts41 ou encore de l’entrée des Miquelets dans la vallée d’Ustou (Couserans) en juillet 1712 où ils saccagèrent, incendièrent, dévastèrent le village pour environ 100 000 écus42.

Conséquences démographiques des guerres

24C’est là un deuxième point qui est assez bien connu du fait de son importance pour les populations. L’impact des guerres sur la population peut être immédiat (mortalité, émigration, déplacements de population, errance) ou retardé (retard des mariages, baisse de la fécondité, récupération d’après-guerre, classes creuses et leurs répercussions sur la natalité) autant de phénomènes que les grands conflits du xxe siècle ont permis de mettre en lumière. La documentation de l’époque moderne, en particulier dans les Pyrénées, ne permet pas une approche aussi fine et précise de ces aspects. D’une part, rares sont les dénombrements de population fiables ; dans le meilleur des cas nous devons nous contenter de comptes des feux dont on ne sait sur quelle base ils ont été effectués et sans que l’on sache quel coefficient multiplicateur il faudrait leur appliquer. D’autre part, les registres paroissiaux sont assez tardifs, parfois absents, souvent lacunaires en ce qui concerne particulièrement la mortalité infantile. Dans ces conditions, l’étude de la population d’une zone géographiquement limitée demande de grandes précautions, de nombreuses vérifications, pour un résultat qui peut paraître, somme toute, limité voire peu sûr.

  • 43 Pour la critique de ces sources et les calculs effectués, P. Poujade, « La population du Val d’Ara (...)
  • 44 Témoignage de F. Pasqual de Panno, fils du juge royal du Val d’Aran, dans Motines de Cataluña, pub (...)

25Voyons rapidement ici les résultats que j’ai obtenus pour le Val d’Aran, région particulièrement sensible du centre des Pyrénées43. En utilisant les dénombrements de feux ou d’habitants, quelques données éparses, l’enregistrement de l’émigration aranaise à l’hôpital de la Santa Creu de Barcelone et les registres paroissiaux, on peut estimer que les 20 ans de la guerre des Segadors (1640-1659) ont fait perdre à l’Aran environ un quart de sa population soit une baisse moyenne de 1,36 % par an. Les Aranais ont été directement impliqués dans les combats et les dommages ont été importants : incendie de Vielha en 1643, répression des Franco-Catalans de Margarit, combats de 1649-1650, reconquête castillane, à quoi s’ajoute l’exil des pro-Castillans, après 1643, qui concernerait 900 personnes44. L’épidémie de peste qui sévit au début des années 1650, et se conjugue alors avec la guerre, ne doit pas être négligée au moment d’expliquer la baisse de la population au cours de cette période.

26Pour la guerre de Succession d’Espagne, la baisse pourrait être de 17 % de 1700 à 1716, soit 1,16 % par an en moyenne, taux comparable à celui de la guerre précédente. Cette guerre a, en outre, mis un coup d’arrêt à une croissance qui dure depuis une vingtaine d’années, si l’on excepte la crise des années 1690.

  • 45 A. Moreno Almárcegui, La población del norte de Aragon en los siglos xvii y xviii , thèse de docto (...)

27À une autre échelle, celle de 21 paroisses de tout le nord de l’Aragon, les travaux d’Antonio Moreno Almércegui45 montrent bien la diminution du nombre de baptêmes au cours des années 1630-1660, de l’ordre de 10 % – mais est-ce un effet des guerres ? – et surtout, sans conteste, le décrochage créé par la guerre de Succession d’Espagne qui fait perdre environ 22 % des baptêmes entre 1705 et 1713.

28Les conséquences démographiques directes des conflits ne sont pas les seules. Dès 1674, en Aran, on observe une baisse de la natalité d’environ 22 %, pour les cinq paroisses qui peuvent être prises en compte, avant un rattrapage qui s’opère dans les années 1680, confirmé par la hausse du nombre des mariages à Vielha. Cette situation est le résultat de la fermeture du commerce décrétée par la monarchie espagnole durant la guerre de Hollande (1672-1678). La baisse de la natalité peut avoir été aggravée et poursuivie par l’arrivée à l’âge du mariage des classes creuses issues des années de guerre.

Conséquences économiques, commerciales et financières des guerres

29Différents travaux ont mis en évidence le rôle perturbateur de la guerre dans les échanges commerciaux et dans le maintien des lies et passeries. La guerre perturbe profondément la vie économique des villages frontaliers, obligeant les paysans et les artisans à délaisser leurs travaux et créant un endettement sérieux (il faut payer les frais occasionnés par la défense, par la guerre, par la présence de soldats, par les destructions, etc.). Mais la guerre peut profiter aussi à certaines personnes et certains secteurs.

  • 46 S. Brunet, « Genèse des "lies et passeries" et pays d’États dans les Pyrénées centrales (xive-xvii(...)
  • 47 N. Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers. Estudis sobre la Catalunya dels segles XVI a X (...)
  • 48 H. Cavaillès, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime. Les traités de lies et passeries » (...)
  • 49 La demande en mules croît subitement en temps de guerre car ces animaux sont nécessaires pour tire (...)
  • 50 J. Albareda i Salvadó et M. Ferrer i Juandó, « L’impact de la guerre de Succesion (1705-1714) dans (...)

30Le début même des Temps Modernes dans les Pyrénées et la genèse de la grande passerie de 151346 nous enseignent que les clauses de surséance de guerre se sont difficilement appliquées. Au xviie siècle, alors que les guerres franco-espagnoles sont fréquentes, les exemples de commerce ou d’activité économique perturbés sont nombreux sur toute la longueur de la frontière pyrénéenne. La guerre de Succession d’Espagne met en évidence la faiblesse des traités de lies et passeries qui sont, à plusieurs reprises, suspendus par les autorités centrales et les militaires, quoique, malgré les interdictions, comme le démontre Núria Sales47, le commerce n’était pas totalement coupé, en particulier en 1709 et 1710, lors du fameux Grand Hiver : ainsi des habitants du Comté de Foix ont-ils vendu 18 000 moutons aux Espagnols ; en 1710, la guerre n’empêche pas la venue d’Espagnols aux foires de Saint-Béat, Saint-Girons ou Luchon. Par l’Aran, Bénasque ou le Pallars, avec la complicité des fermiers de la foraine de Luchon et Saint-Béat, la contrebande fournit donc les troupes de Charles de Habsbourg en grains, bétail, chevaux, mulets48 alors que la suspension des libertés commerciales avait pour but de les faire céder. Légalement ou illégalement, certains se sont enrichis dans le commerce des chevaux – en contrebande–, des mules49, du bétail et des produits alimentaires destinés aux troupes, activité lucrative pour qui sait obtenir les marchés (système de l’asiento, c’est-à-dire du contrat dans la monarchie espagnole)50.

  • 51 La plupart des armes n’étaient, semble-t-il, pas fabriquées dans les Pyrénées mais celles-ci abrit (...)

31Un autre secteur économique était stimulé par la guerre : la fabrication d’armes et de munitions51.

  • 52 N. Sales, Els segles de la decadència, op. cit., p. 58-59 et p. 97.
  • 53 P. Barrau de Lorde, « Quelques tableaux sur le mode de vie dans les hautes vallées commingeoises, (...)
  • 54 R. Souriac, Décentralisation administrative dans l’ancienne France. Autonomie commingeoise et pouv (...)

32L’endettement est une autre conséquence des guerres pour les populations frontalières ; outre les destructions et les reconstructions, c’est la défense elle-même qui coûte cher. N’entend-on pas les représentants des vallées d’Aran et d’Aneu, et d’autres encore, se plaindre aux Corts catalanes de 1599, de dettes contractées envers la Généralité de Catalogne ou les Conseillers de Barcelone pour l’achat de plusieurs centaines d’arquebuses au moment des agressions gasconnes de la fin du siècle52 ? Ailleurs ce sont les communautés larboustaises de Saint-Aventin, Bernet, Billière et Cathervielle qui, en 1629, doivent emprunter pour payer « leur cote part de leur cottise pour l’entretènement du Régiment de Normandie53 ». En outre, les guerres, et spécialement l’entrée de l’Espagne et de la France dans la guerre de Trente Ans, entraînent une augmentation de la pression fiscale qui se heurte aux nombreuses exemptions dont jouissent les populations pyrénéennes. Dans un contexte certes quelque peu différent mais qui offre l’avantage d’avoir été bien étudié, René Souriac a montré le poids des frais de garnison dans le total des prélèvements fiscaux dans le Comminges des guerres de Religion54. Ses résultats donnent, sans doute, un bon ordre d’idée applicable à la situation pyrénéenne au cours des guerres impliquant la France et l’Espagne. Avant les guerres de Religion, les prélèvements pour l’entretien des garnisons étaient nuls ; la décennie des années 1570 correspond à une croissance forte et à un poids écrasant de ce poste dans les impositions (1570 : ~64 % ; 1575 : ~63 % ; 1580 : ~54 % ; 1590 : ~48 % ; 1595 : ~23 %) et dans leur augmentation puisque, par exemple, entre 1565 et 1570 les frais de garnisons expliquent 95 % de l’accroissement du prélèvement fiscal en Comminges. Il est alors nécessaire pour les monarchies de rogner ces privilèges que ce soit, d’un côté en menant une politique contre les pays d’État – pensons au cas du Comminges – ou de l’autre en initiant une Union de Armas dont on sait le rôle qu’elle joua dans le déclenchement du soulèvement catalan de 1640.

Les conséquences sociales

33La guerre a des conséquences sociales profondes dans ce qu’elle implique de déstabilisation de la société, de luttes de factions, d’exils parfois, que ce soit au cours des guerres de Religion, lors de la révolte catalane du milieu du xviie siècle, dans la révolte des Angelets du Vallespir, celle des Barretines ou dans la guerre de Succession d’Espagne, par exemple.

  • 55 J. Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social. Els exiliats filipistes (1640-1652), Barcelone, (...)

34La société pyrénéenne a été profondément ébranlée par la guerre des Segadors catalane. En effet, au cours de ce conflit, dans un premier temps, avant leur victoire, de nombreux pro-castillans (ce que l’historiographie catalane appelle les « philippistes », partisans du roi Philippe IV de Castille contre lequel les Catalans se sont soulevés) se sont exilés vers des contrées qui leur offraient des garanties de sécurité et des moyens de continuer la lutte, c’est-à-dire auprès de la monarchie. De plus, dans certains cas – c’est vrai dans le Val d’Aran – les élites traditionnelles ont été dépassées par une révolte sociale qui fut, parfois, instrumentalisée par les Catalans favorables à la France puisque ces éléments populaires soulevés étaient bien utiles comme « combattants » ou pour faire régner une certaine terreur. Partout, les événements catalans ont, sans doute, mis en relief les tensions au sein de la société, particulièrement pyrénéenne, déjà secouée par les luttes de bandes, de factions (le fameux bandolerisme dans lequel la petite noblesse locale jouait un rôle d’animateur). Étudiant l’exil « philippiste », Jordi Vidal Pla55 avait remarqué l’importance numérique des Aranais parmi les exilés dont il avait pu retrouver la trace (plus de 4 % des exilés catalans pour une vallée regroupant moins de 1 % de la population de la Principauté). Les exilés, ici comme ailleurs, sont les représentants de l’autorité royale (gouverneur politique et militaire, juge et notaire royaux) et une partie significative de l’élite locale dont la famille du baron de Les. La révolte met en lumière une cassure sociale et idéologique profonde. Tous ces exilés, par leurs demandes auprès de la monarchie, dépendent des aides que celle-ci veut bien leur accorder. Il y a une certaine « domestication » de l’élite locale par le pouvoir central qui saura aussi la récompenser de sa fidélité au moment de la victoire de 1652.

  • 56 Voir A. Ayats, Les Guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, P (...)

35Dans le Vallespir, c’est la nouvelle donne engendrée par le traité des Pyrénées de 1659 qui est à l’origine des révoltes du sel et des Angelets56, de même que la révolte des Barretines, qui touche la Catalogne à la fin des années 1680, est directement liée à la présence des soldats. La guerre mit donc en lumière la cassure profonde de la société de cette province frontière, tiraillée et disputée entre le nord et le sud.

  • 57 Pour une idée des conflits entre population et soldats dans le Roussillon du xviiie siècle, voir R (...)
  • 58 C. Bourret, Les Pyrénées centrales, op. cit., p. 127.

36À un autre niveau, les réquisitions, les prélèvements financiers et les levées d’hommes ne se firent pas sans résistance de la part des populations locales, les exemples sont légions57. Citons le cas du Couserans au printemps 1712 où la plupart des communautés s’opposèrent à la levée de 650 hommes et au paiement de 20 800 livres pour l’armement58.

Des institutions perturbées

37Les guerres ont affecté l’organisation institutionnelle des Pyrénées ; à partir de quelques cas, le rôle de la guerre dans les changements opérés apparaît nettement.

  • 59 J. M. Bringué i Portella, « Le marquisat de Pallars et les pouvoirs centraux (xve-xviie siècles). (...)

38Au Val d’Aran, plus on s’avance dans la guerre des Segadors, plus les réunions du Conseil général se font rares ; d’ailleurs de nombreuses entorses à son fonctionnement sont observables. Le rythme annuel moyen de réunions des conseillers généraux, situé entre 12 et 26 de 1633 à 1642 (moyenne de 16,2 par an), n’est plus que de 2 à 13 de 1643 à 1652 (moyenne de 7,2 par an) et de 1 à 8 de 1653 à 1661 (moyenne de 3,2 par an). Le retour dans le domaine royal en 1649-1650 est marqué par une assez forte reprise en main du pouvoir central sur le Conseil général. Ce phénomène s’accentue encore après la paix de 1659 comme c’est aussi le cas dans le marquisat de Pallars voisin59 où 1659 initie un processus de blocage du pouvoir des communautés et de démembrement des libertés locales. Pour l’Aran, quelques indices montrent qu’une sorte de normalisation est en marche par l’affaiblissement d’une institution, le Conseil général, qui fut le lieu d’opposition au pouvoir central au cours des années précédentes.

39Les traités de lies et passeries ne sortent pas indemnes des conflits qui touchent la chaîne. Dès les guerres du xviie siècle, et particulièrement celles de la fin du siècle, l’intromission des pouvoirs centraux est évidente lors des confirmations ou des renouvellements des passeries. Avec la guerre de Succession d’Espagne, dans un contexte nouveau puisque la France et l’Espagne sont alliées, la suspension des traités est une arme politique, utilisée pour faire céder les partisans des Habsbourg qui tiennent plusieurs vallées comme l’Aran ou Bénasque. Il en va de même des privilèges commerciaux dont jouissent les vallées pour pouvoir s’approvisionner dans le royaume voisin ou exercer le commerce. La guerre de Succession eut aussi des conséquences lourdes sur l’organisation institutionnelle des pays de la Couronne d’Aragon.

  • 60 Il faut bien parler de répression car, dans son premier décret du 29 juin 1707, Philippe V qualifi (...)
  • 61 Pour le cas aragonais, voir J. Morales Arrizabalaga, La derogación de los fueros de Aragon (1707-1 (...)

40Le royaume d’Aragon a inauguré les premières mesures répressives60 et unificatrices après sa défaite militaire de 1707 ; l’essentiel des décrets royaux qui réorganisent l’Aragon sont promulgués entre juin 1707 et septembre 1711, alors que la guerre de Succession n’était pas encore terminée. Ces textes mettent fin au pactisme politique en introduisant dans le royaume le concept castillan de souveraineté et en concurrençant le droit propre (droit foral aragonais) par le droit castillan. En outre, l’introduction d’un nouveau système fiscal, beaucoup plus favorable à la monarchie – la Única contribucción en Aragon, le cadastre en Catalogne, plus tard – et l’implantation du modèle municipal castillan marquent nettement la fin de l’autonomie des territoires de la Couronne d’Aragon61.

41En Catalogne, les 44 articles du décret de Nueva Planta (Establecimiento y nueva Planta de la Real Audiencia de Cataluña) sont signés le 16 janvier 1716 : les furs (privilèges) catalans sont supprimés, le pactisme a vécu. A l’exception du droit propre de la Catalogne, la spécificité catalane est diluée dans la nouvelle organisation : vigueries et sometents supprimés, création des corregiments sur le modèle castillan, mise en place de l’impôt du « cadastre » sur le modèle français de la taille. Pour ce qui est du réseau des corregiments pyrénéens, il reprend les limites des anciennes vigueries tout en les regroupant : d’une dizaine de vigueries, ou sous-vigueries pyrénéennes, on passe à cinq corregiments.

42Partout, sur la frontière pyrénéenne, les guerres apparaissent comme des dérégulateurs des institutions et des moments de progression des pouvoirs centraux, d’autant plus que certaines d’entre elles (guerre des Segadors, guerre de Succession d’Espagne du côté catalan) revêtaient un réel aspect de lutte contre ces mêmes pouvoirs centraux. C’est d’ailleurs en permettant à des autochtones d’accéder aux hautes charges que les gouvernements ont pu, contre les organisations locales, affirmer et affermir leur présence.

43Sans surprise, l’exemple des Pyrénées centrales et orientales confirme ce que nous savons des conséquences et des effets des guerres sur les populations. Que nous soyons en région frontalière et en période de conflits presque continus ne fait qu’accentuer le phénomène, ce qui est important pour les personnes de ces temps et lieu. D’autre part, cette région se caractérise, plus ou moins selon les moments et les zones, par des privilèges « constitutionnels » (cas de la Catalogne) qui régissent le logement des soldats, les prélèvements, les levées d’hommes. La guerre se fait donc aussi l’ennemie des droits des populations qui s’en trouvent, dès lors, réduits.

44La présence des militaires est forte et qu’ils stationnent, en grand nombre, qu’ils passent ou qu’ils désertent, les frais occasionnés sont élevés. Les séquelles sont alors profondes et il faut les guérir : l’endettement est souvent au bout du processus. Pour les populations, l’arrivée de soldats, même théoriquement « amis », n’est jamais de bon augure. Bien sûr, les pertes humaines sont un autre aspect des conflits mais celles-ci, en l’état de la documentation, ne peuvent pas être estimées précisément, si ce n’est pour quelques cas dont on ne peut savoir s’ils sont représentatifs.

45Pour ce qui est de l’économie, on observe, sans pouvoir non plus les quantifier même grossièrement, des difficultés sérieuses du commerce, sans doute aussi du pastoralisme, des activités vivrières quotidiennes et des petites industries rurales. Toutefois, cela ne doit pas cacher que certains secteurs liés à l’approvisionnement des troupes se soient développés et que quelques marchands et négociants se soient assurément enrichis. Il y a là une origine de l’agitation sociale puisque, outre qu’ils se sentent menacés, les frontaliers voient que d’autres tirent profit, non pas de leurs malheurs, mais de la cause de leurs malheurs. Les troubles sociaux sont souvent causés par le refus du logement des troupes mais on constate, dans le contexte catalan, des mouvements plus politiques qu’il s’agisse de la révolte des Segadors, des exils des pro-castillans en 1640-1643 ou des guerres du sel et des Angelets du Vallespir. Ici, on a affaire à la manifestation sociale (la révolte) d’un problème politique puisque c’est bien la politique menée pas le nouveau souverain en Roussillon qui « met le feu aux poudres ». C’est que les guerres ont perturbé, voire modifié, profondément les institutions comme nous l’enseignent les cas catalans et aragonais à l’issue, malheureuse pour ces territoires et leur vieux pactisme, de la Succession d’Espagne. Peut-on alors tenter de détecter ce que la guerre a eu comme conséquences sur la frontière elle-même, c’est-à-dire sur ce qui fait la spécificité de la zone étudiée ?

La guerre et la frontière

46Les populations frontalières subissent, plus spécifiquement, certaines conséquences de la guerre sur la frontière elle-même. En premier lieu, l’époque moderne offre, avec le traité des Pyrénées, un cas de modifications du tracé de la limite des États. D’autre part, la guerre a incontestablement joué un rôle dans la connaissance de la montagne, dans son contrôle et dans sa définition linéaire tout en facilitant l’intériorisation de la frontière par les populations frontalières.

Des conséquences territoriales : les modifications des frontières

  • 62 « Les monts Pyrénées, qui communément ont toujours été tenus pour la division des Espagnes et des (...)

47Le critère retenu pour la délimitation des frontières par le traité des Pyrénées, signé le 7 novembre 1659, est développé dans l’article 42 : « [...] les monts Pyrénées, qui ont anciennement divisé les Gaules des Espagnes, feront aussi dorénavant la division des deux mêmes royaumes [...] », dans la version française ; « [...] los montes Pirineos, que comünmente han sido siempre tenidos por division de las Espanas y de las Galias, sean de aquí delante también la division de los mismos reynos [...]62 », dans la version espagnole. Il s’agit d’un critère à la fois géographique et historique ; la conception « naturelle » (frontière pyrénéenne) se double de conceptions historiques (limite ancienne entre Gaules et Espagnes). C’est sur cette base que la France annexe le Roussillon, le Vallespir, le Confient, le Capcir, mais aussi une partie de la Cerdagne.

48Le traité des Pyrénées ne règle pas, en fait, le problème des frontières, contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture de son article 42. Les cas du Val d’Aran (au nord des Pyrénées, sous souveraineté espagnole mais dans le diocèse de Comminges) et de la Cerdagne (au sud des Pyrénées, sous autorité française, dans le diocèse d’Urgell) montrent que la question de l’inadéquation de la frontière politique avec la frontière ecclésiastique préoccupe les Français, comme les projets d’échanges qui ont vu le jour après le traité, et dont nous donnons deux exemples, le mettent en évidence.

  • 63 « Mémoire pour servir au Sieur archevêque d’Ambrun, conseiller du roi en ses conseils, s’en allant (...)
  • 64 A. Marcet, « La Cerdagne après le Traité des Pyrénées », Actes del primer congrés internacional d’ (...)
  • 65 Document des Archives départementales des Pyrénées Orientales, C 1393, cité par A. Marcet, art. ci (...)

49Dans un mémoire de 1661, l’archevêque d’Embrun, en ambassade pour Louis XIV en Espagne note que l’évêque de Comminges n’est pas reconnu par les Aranais et a des difficultés pour visiter la vallée : il demande l’intervention, en faveur du prélat, du comte de Fuensaldana, ancien gouverneur des Pays-Bas, et explique que si les Aranais ont des privilèges en ce domaine, qu’ils les présentent, « Sa Majesté ne désirant pas que l’on introduise aucune nouveauté. » Et d’ajouter, « les Espagnols ayant peine à souffrir que l’on voye en leur pays un étranger y exercer sa juridiction », ils pourraient en profiter pour « demander que la vallée d’Arran fût distraite du diocèse dudit sieur évêque63 ». Alice Marcet nous offre un exemple cerdan64. En 1666, les autorités françaises s’insurgent que Rafel Prada ait été nommé par l’évêque d’Urgell, curé de Palau de Cerdagne, dans la partie passée sous administration française, alors qu’il est natif de Llívia où réside sa famille. Pour le Conseil souverain de Perpignan il s’agit d’un étranger qui ne peut, pour cela, occuper sa fonction. Dans cette affaire, qui est loin d’être une simple anecdote, apparaît clairement ce que l’issue de la guerre signifie comme changements. Il n’est pas étonnant que Louvois ait alors envisagé, au moment des conférences de Figueres (1666-1668) un accord par lequel « Lévesque de Comminges abandonnerait les villages de Castel-Leon [Val d’Aran] à Lévesque d’Urgel, si celui-ci donnoit en eschange ceux qu’il a en Cerdagne de l’obéissance du Roy et il les laisserait a M. Lévesque d’Alet, qui a le Capcir65 ». Comme on le sait, cette transaction n’aboutit pas, mais elle démontre que la notion de frontière naturelle est encore floue au xviie siècle. La proposition d’échange de juridiction de l’évêque d’Urgell sur la Cerdagne française contre le Val d’Aran sera mise en application lors de la signature du Concordat de 1801 entre Bonaparte et Pie VII. Les juridictions politique et ecclésiastique coïncident désormais dans les Pyrénées, mais il fallut attendre près d’un siècle et demi après le traité de 1659, et ce ne fut pas la notion de frontière naturelle qui triompha.

De la frontière « espace » à la frontière « ligne »

50Le mot frontière a désigné longtemps une zone plus ou moins large aux marges d’un territoire politiquement mieux contrôlé et dans laquelle les armées se faisaient face (la frontière est la zone de « front »). Les longues périodes de guerre du xviie siècle et du début du xviiie ont permis une meilleure connaissance de la chaîne pyrénéenne, de ses cols, qui sont autant de passages pour les troupes ou leur ravitaillement, et de la frontière entre deux monarchies qui sont alors face à face après les intégrations des territoires de la Navarre puis, un siècle plus tard, la suppression des institutions de gouvernement de l’Aragon et de la Catalogne. Les rapports militaires, les mémoires et reconnaissances, la cartographie attestent d’une amélioration de la connaissance du terrain. La frontière mal contrôlée par les pouvoirs centraux, marche « gérée » par les populations frontalières, a laissé la place à une frontière rectiligne souvent d’ailleurs fortifiée (que l’on pense aux constructions ou remaniements effectués par Vauban en Roussillon mais c’est aussi vrai dans la monarchie hispanique, plus d’un demi-siècle avant, à la faveur des guerres de Religion). La frontière se matérialise et sera, de plus en plus, intériorisée par les populations qui cohabitent de chaque côté.

  • 66 D. Nordman, op. rit., p. 325.

51Comme le remarque pertinemment Daniel Nordman66 les guerres ont laissé deux héritages, l’un de pierres (les fortifications), l’autre de papier (les cartes). Ces deux héritages sont des preuves matérielles d’une meilleure connaissance de la frontière. Après le traité des Pyrénées, la frontière se déplace vers le Sud et de nouvelles constructions doivent être envisagées. Vauban remanie certaines places fortes comme Perpignan ou Villefranche-de-Conflent et en fait élever d’autres dont Mont-Louis, sa création, qui contrôle les routes du Capcir, de la Cerdagne et du Confient. Projeté en 1679, à la demande de Louis XIV qui cherchait à assurer sa domination sur le pays, la forteresse fut construite de 1681 à 1691. Citons aussi le fort Lagarde et les nouvelles murailles à Prats-de-Mollo, œuvre aussi de Vauban (1677-1683), bâtis en raison de la nouvelle situation frontalière de la ville du Vallespir, et le fort d’Arles, sur le Tech, dû en 1670 à l’ingénieur Saint-Hilaire et remanié en 1683 par Vauban.

  • 67 Nous nous appuyons sur D. Nordman, op. cit., p. 321-334, S. Briffaud, Naissance d’un paysage. La m (...)
  • 68 B. Druène, « Une étude de géographie pyrénéenne au xviie siècle. Les "devis" de l’ingénieur Thierr (...)
  • 69 La « Légende de tous les cols, ports et passages qui vont de France en Espagne traversant les Pire (...)

52Les progrès de la cartographie, en général, et militaire, en particulier, sont la traduction d’une meilleure connaissance du terrain67, somme toute assez tardive. Ce n’est en effet qu’en 1675 que Nicolas Sanson d’Abbeville, géographe ordinaire du roi fait paraître ce qui est sans doute la première carte représentant l’ensemble pyrénéen ; cette représentation des Monts Pyrénées où sont remarqués les passages de France en Espagne fait correspondre montagne et frontière. Bien qu’elle fût intéressante d’un point de vue de l’appréhension globale de la chaîne, cette carte était insuffisante pour les troupes en marche. En 1687 et 1688, l’ingénieur Thierry, capitaine au régiment de Beauvaisis, rédigea sept études descriptives des grandes vallées pyrénéennes accompagnées de cartes, dont certaines perdues. Ces « devis » décrivent de façon détaillée les chemins et leurs abords, les ouvrages et lieux fortifiés68. La visée est spécifiquement militaire mais ce travail met particulièrement bien en évidence la contribution décisive apportée par les militaires à la connaissance géographique des Pyrénées. Toutefois, sa cartographie demeure sommaire et ne peut pas encore répondre à tous les besoins des armées en opérations. Ainsi, en 1716, Roussel et La Blottière, deux ingénieurs cartographes militaires, se rendent sur place pour faire des relevés des Pyrénées. La carte générale des Monts Pyrénées qui en est issue est utilisable dès 1719 (Berwick s’en serait servi dans ses campagnes) mais ne sera gravée et commercialisée que vers 1730 à l’échelle 1/216 000 environ. Cette carte est remarquable par la grande densité de détails tels que villes, villages, cols, routes, sentiers, etc. et son importante légende indiquant la praticabilité des cols pour les attelages, les convois, les canons, etc.69.

  • 70 Que ce soit parce qu’il ne respecte pas les édifices religieux (dans ce cas il est traité de « lut (...)
  • 71 Pour la Cerdagne, P. Sahlins, Fronteres i identitats : la formació d’Espanya i de França a la Cerd (...)
  • 72 J. Albareda i Salvadó, art. cit., L’Avenç, 184, p. 40.
  • 73 J. Albareda, art. cit., Afers, 20, p. 45-46.
  • 74 J. Albareda et M. Ferrer, art. cit., p. 262.
  • 75 J. Albareda, art. cit., Afers, 20, p. 44.
  • 76 Id. ; l’auteur s’appuie en partie sur les travaux d’A. Ayats qui a travaillé sur la défense des Py (...)
  • 77 R. Sala, op. cit., p. 89-90.

53La matérialisation de la frontière dans l’espace et dans les esprits, conséquence des guerres, a obligé les populations frontalières à se définir, à s’identifier comme appartenant à une communauté différente de celle à laquelle se rattache le vis-à-vis. Certes, ces identités, en formation ou modification constante, sont souvent encore floues mais l’intériorisation d’une frontière dont on faisait peu cas jusqu’alors est une réalité au cours de l’époque moderne dans les Pyrénées. La frontière devient une frontière mentale qui sépare, au moment des guerres de Religion, les « catholiques » des « protestants » du royaume de France (« lo enemic francès » dit-on en Roussillon), qui se dresse lorsqu’il faut se définir face aux excès des soldats « ennemis70 » ou qui crée des Français et des Espagnols dans une Cerdagne divisée par la paix franco-espagnole de 1659-166071. Les guerres de la fin du xviie siècle et les incessants et innombrables passages de troupes françaises en Catalogne ont, selon Joaquim Albareda, accentué la francophobie d’autant plus alimentée, parmi l’influent clergé, par les saccages d’églises qui rappellent les périodes noires72. D’une façon plus générale, dans un autre article, le même auteur reconnaît que la seule présence des troupes françaises, systématique dans les régions de montagne, souvent incontrôlées, vivifia la vieille rancune contre la France et facilita la propagation d’un fort sentiment anti-français. Le consul français de Barcelone n’en témoigne-t-il pas clairement lorsqu’il dit, qu’en 1702, alors que Philippe V est encore dans la capitale catalane où il a juré de respecter les Constitutions, les Français sont insultés, sur leur passage, par l’expression « gavatx porc » ? Ce sont, en grande partie les guerres précédentes, qui ont pris la frontière catalane comme terrain, et leurs cortèges d’exactions, qui sont à l’origine de cette francophobie, une des principales raisons du rejet de Philippe V de la part des Catalans73. En sens inverse, ce serait la présence des soldats français installés pour protéger les villages frontaliers qui aurait eu des effets dissuasifs sur les options politiques de la population ; en d’autres termes, comme l’écrit le général de Quinson en 1705, grâce à cela « les personnes capables de raisonner en Catalogne, surtout les habitants du Roussillon, commencent à se rendre compte qu’elles ont eu tort de suivre l’archiduc et elles le regrettent. [...] Cela n’est pas la conséquence de leur bon vouloir, mais de la crainte du châtiment qui les menace74 ». L’influence des troupes sur les choix des populations – autrement dit sur leur soumission – apparaît nettement dans les vigueries catalanes pyrénéennes qui, occupées par les Français, donnent leur obéissance à la France en 169775. Cette attitude semble fréquente dans les régions frontalières au cours des guerres comprises entre 1689 et 1719. On entrevoit ici le processus qui a mené Louis XIV à asseoir son autorité sur la frontière de la Catalogne par l’installation de garnisons et la présence de ses soldats ; il y a incontestablement un meilleur contrôle de la population frontalière, non pas dès l’annexion de 1659 mais à partir de la fin des années 1670 lorsque Louis XIV défie les Espagnols sur leur territoire et qu’il entreprend d’élever le nouveau système de défense76 dont j’ai parlé plus haut. La guerre de Succession d’Espagne semble distendre les liens séculaires aussi bien entre Roussillon et Principauté de Catalogne, qu’entre Couserans et Aran, Comminges et Aran, Bigorre et Aragon, malgré une communauté de langue. Raymond Sala, dans son étude sur le Roussillon, le souligne clairement quand il écrit qu’au cours de la guerre de Succession d’Espagne, la frontière contribue « à donner en Roussillon une image fort négative des voisins du Principat » ce qui ne fera que se poursuivre avec la guerre de la 1718-1721 (Quadruple-Alliance), de sorte qu’il peut écrire que « le patriotisme local et la frontière créent ainsi un fossé entre les deux Catalogne » que le rejet de réfugiés, venant du sud, à Prats-de-Mollo après 1720 suffit à illustrer77 Ce sont là des conséquences des guerres sur les populations frontalières, relevant de l’histoire des mentalités, de l’histoire culturelle, voire de l’anthropologie, qui ont laissé des traces durables.

54Être frontalier, c’est être, plus que tout autre, exposé, en première ligne, aux dangers de la guerre. Les villageois pyrénéens n’échappent pas à cette constatation et l’on peut même dire que la situation frontalière, entre deux monarchies, a conditionné, en grande partie, leur mode de vie. Plus qu’ailleurs, les populations sont dépendantes de la guerre et du maintien de la paix tant la cohabitation (« vivre en paix et en bons voisins ») est nécessaire pour les activités économiques à la base de la vie du Pyrénéen, pasteur transhumant et marchand. L’irruption de la guerre, omniprésente dans les deux premiers siècles des Temps Modernes, implique la déstabilisation d’un équilibre économique et social souvent précaire. Le Pyrénéen vit constamment avec la menace d’une agression venue de l’autre côté de la frontière, que ce soit dans le cadre d’une guerre internationale, civile, privée, en connexion avec le banditisme, ou d’une simple razzia de bétail, Tune en cachant souvent une autre. Le port d’armes est donc une nécessité au-delà d’une simple marque « identitaire » et de reconnaissance et les traités de lies et passeries jouent un rôle essentiel pour éviter les vides juridiques, obliger les populations les unes envers les autres dans le cadre d’un pacte, trouver des réponses « institutionnelles » à tout acte allant contre les intérêts de la paix tout en mettant en avant la responsabilité collective. Face à la guerre et à ses violences, la paix est donc définie comme un accord, un compromis négocié par les montagnards eux-mêmes. C’est donc bien en temps de guerre que semble se remettre en route tout le processus aussi bien pour éviter les violences que pour permettre la poursuite des activités pastorales et commerciales. Toutefois, les guerres perturbent grandement le fonctionnement de cette institution emblématique des Pyrénées, en particulier en ce qui concerne le commerce transfrontalier qui ne leur résiste pas.

55Les conflits voient l’entrée en scène des gens de guerre, synonyme de prélèvements et de dévastations, ce qui a pu causer, par exemple en Catalogne, des révoltes. En effet, le versant populaire du soulèvement catalan de 1640 s’explique par la présence de troupes étrangères, en l’occurrence castillanes, sur le sol catalan. De même, la révolte des Barretines de la fin des années 1680 a pour origine le logement des soldats dans le contexte de la guerre de la Ligue d’Augsbourg ; on pourrait, par ailleurs, expliquer de façon semblable, les révoltes du Vallespir qui sont liées au refus de l’occupation du Roussillon par les troupes françaises. Les combats, les occupations, les dévastations, les prélèvements ont des conséquences démographiques directes ou induites. Outre les pertes humaines dues aux combats ou à la répression, il faut tenir compte des exils et des migrations et de la baisse de la natalité.

  • 78 Nous avons affaire ici à une logique identitaire à l’œuvre depuis l’époque moderne qui « territori (...)

56La guerre n’épargne aucun domaine puisque ce sont aussi les institutions qui sont perturbées, parfois modifiées comme dans le cas du Roussillon après l’annexion de 1659 ou en Aragon et en Catalogne pendant, ou à l’issue, de la guerre de Succession d’Espagne. Et, finalement, ce sont les mentalités mêmes, les représentations, qui sont concernées car c’est bien une conséquence des guerres que d’avoir créé des frontières d’État rigides, de mieux en mieux contrôlées et intériorisées, comme le montre de façon exemplaire le cas de la Cerdagne, divisée par une ligne frontière à la faveur d’un traité entre les deux monarchies et qui s’est, alors, malgré des liens étroits et la perméabilité des frontières, reconnue dans des cercles d’identités différents et souvent antagonistes, chacune des deux parties s’identifiant, plus ou moins, à l’État auquel elle a été rattachée78.

Notes

1 Après 1720-1721 et l’accession d’un Bourbon sur le trône d’Espagne, la paix règne sur les Pyrénées jusqu’aux guerres de la Révolution française.

2 Sur la Navarre et les tentatives de reprendre les territoires perdus, voir C. Bourret, Un royaume « transpyrénéen » ? La tentative de la maison de Foix-Béarn-Albret à la fin du Moyen Âge, Aspet, Pyrégraph, 1998, p. 98-109.

3 G. Livet, L’Équilibre européen de la fin du xve siècle à la fin du xviiie siècle, Paris, PUF, 1976, p. 72-77.

4 D. Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire, xvie- xixe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 323.

5 M. Brunet, Le Roussillon, une société contre l’État (1780-1820), Perpignan, El Trabucaire, 1990, p. 473.

6 J. M. Vidal i Guitart, Història d’Andorra, Barcelone, Antalbe, 1984, p. 75, d’après ACA reg. 4.760.

7 A. Ayats, Les Guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpignan, El Trabucaire, 1997, p. 28-29.

8 Prats-de-Mollo compte, vers 1650-1700, autour de 290-330 familles (A. Ayats, op. cit., p. 23).

9 C. Desplat, La Guerre oubliée. Guerres paysannes dans les Pyrénées ( xiie- xixe s.), Biarritz, J. et D. Editions, 1993, p. 49-50.

10 P. Poujade, Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, Pyrégraph, 1998, p. 108-109.

11 L’encadrement, au niveau local, était dévolu à un capitaine qui commandait des centeners (chefs des compagnies de 100 hommes), cinquanteners et deseners. En Andorre, selon le Manual digest de 1748, p. 228-231, les capitaines étaient choisis, pour chaque paroisse (généralement un par paroisse), tous les ans, la semaine avant la Pentecôte par le Conseil général et avaient, sous leurs ordres, les deseners ou deners choisis, à même époque, par les conseils de chaque paroisse.

12 16 réaux = 4 livres françaises ; cette somme équivalait au prix de 50-70 litres de blé.

13 Article 39 du décret de Nueva Planta ; texte du décret dans J. de Camps i Arboix, El decret de Nova Planta, Barcelone, Dalmau, 1982 (seconde édition), p. 47-58.

14 R. Sala, Dieu, le roi, les hommes. Perpignan et le Roussillon (1580-1830), Perpignan, El Trabucaire, 1996, p. 45-46. L’auteur cite le cas de la communication entre Saint-Laurent-de-Cerdans et Perpignan.

15 G. Géraud Parracha, Histoire du pays de Couserans, Saint-Girons, 1994, p. 59.

16 Pour l’Aragon frontalier qui est dans la même situation que ce qui vient d’être dit, voir G. Colas Latorre, « Los valles pirenaicos aragoneses y su colaboración con la monarquía en la defensa de la frontera », Argensola, 20,1978, p. 5-24 et J. Camón Aznar, « La situación militar en Aragón en el siglo xvii », Cuadernos de historia Jeronimo Zurita, 8-9, 1955-1956, p. 71-143.

17 L. de Froidour, Lettres, Auch, 1899, p. 95.

18 La guerre dura du 14 juillet 1667 au 2 mai 1668 (traité d’Aix-la-Chapelle).

19 Les documents d’archives nous apprennent, par exemple, que le 5 septembre 1677, le prieur de Pujòlo (conseiller du terçon au Conseil général d’Aran) avertit les habitants de Seix de la présence de gens de guerre prêts à se livrer à des exactions dans leur vallée (Archives départementales de l’Ariège, 136 E sup. EE 2). Une vingtaine d’années auparavant, pendant la guerre franco-espagnole, ce sont les Luchonnais qui avaient averti les Bénasquais de l’arrivée de soldats (Arxiu de la Corona d’Aragó, Conseil d’Aragon, liasse 70, lettre du vice-roi d’Aragon au vice-chancelier du Conseil d’Aragon, 12 mars 1658, publiée par J. Camón Aznar, « La situación militar en Aragon en el siglo xvii », Cuadernos de Historic/Jeronimo Zurita, 1955-1956, p. 131-132).

20 Il serait sans doute intéressant de compléter autant que possible cette liste afin d’en tirer des enseignements plus précis sur la chronologie des confirmations mais aussi d’envisager de dresser une géographie de ces confirmations.

21 Archivo General de Simancas (AGS), Estado Francia, liasse 4153.

22 Les conditions sont données, par exemple, par J.H. Elliott, La revolta catalana, 1598-1640, Barcelone, Crítica, 1989, p. 386-387.

23 A. Dominguez Ortiz, Instituciones y sociedad en la España de los Austrias, Barcelone, Ariel, 1985, p. 38-39.

24 100 ducats castillans = 110 livres catalanes ; l’estimation est tout à fait réaliste pour le milieu du xviie siècle compte tenu de ce que l’on sait du prix des grains, des repas, etc.

25 C. Barrière-Flavy, La Chronique criminelle d’une grande province sous Louis XIV, Paris, Editions Occitania, 1926, p. 23-27.

26 B. Sapène, « Les guerres sur les frontières du Comminges aux xviie et xviiie siècles », Revue de Comminges, 1943, p. 200-205.

27 J. Albareda, « L’impacte de la guerra dels Nou Anys a Catalunya. L’ocupació francesa de 1697 », Afers, 20, 1995, p. 39.

28 R. Sala, Dieu, le roi, les hommes, op. cit., p. 44-46.

29 iari  A. Pladevall i Font et A. Simon Tarrés, Guerra i vida pagesa a la Catalunya del segle xvii (segons el « D» de Joan Guardia, pages de l’Esquirol, i altres testimonis d’Osona), Barcelone, Curail, 1986, p. 109.

30 Archiu Istoric d’Aran (AIA), Casa Barbèr (Garòs), 1711.

31 Chanson, recueillie dans le Val d’Aran en 1787-89 par Francisco de Zamora, qui présente d’Arpajon comme l’incarnation de la cruauté.

32 R. Sala, Dieu, le roi, les hommes, op. cit., p. 46-47.

33 P. Poujade, Une vallée frontière, op. cit., p. 273.

34 D. Bascompte i Grau, « Les Vails d’Andorra als segles xvi i xvii », Annals 1991 del Centre de Barcelona de l’Institut d’Estudis Andorrans, Barcelone, 1992, p. 287.

35 A. Ayats, Les Guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpignan, El Trabucaire, 1997, p. 29.

36 P. Poujade, Une vallée frontière, op. cit., p. 126.

37 A. Espino, « La guerra dels Nou Anys a Catalunya (1689-1697) », L’Avenç, 184, 1994, p. 24 signale le soulèvement de 150 soldats allemands de la garnison de la Seu d’Urgell en novembre 1689 à cause de la faim.

38 R. Mandrou, Introduction à la France moderne 1500-1640, Paris, A. Michel, 1961/1989, p. 298-299.

39 Sur les Miquelets, voir A. Ayats, « Catalans = Miquelets. L’image du montagnard catalan à travers la correspondance des représentants de Louis XIV », Pays pyrénéens et pouvoirs centraux, Foix, 1995, p. 523-532.

40 J. Albareda, art. cit., Afers, 20, p. 34, document du Service Historique de l’Armée de Terre, Al 1418 no 36, 18/7/1697.

41 Baron de Lassus, Les Guerres du xviiie siècle sur les frontières du Comminges, du Couserans et des Quatre-Vallées, Saint-Gaudens, Abadie, 1895, p. 22 et suivantes.

42 Baron de Lassus, « Incursions des Miquelets espagnols dans le Couserans pendant la guerre de la Succession d’Espagne », Revue de Comminges, 1893.

43 Pour la critique de ces sources et les calculs effectués, P. Poujade, « La population du Val d’Aran au xviie siècle », Revue de Comminges, deuxième trimestre, 1998, p. 165-216.

44 Témoignage de F. Pasqual de Panno, fils du juge royal du Val d’Aran, dans Motines de Cataluña, publié par J. Vidal et I. Juncosa, Barcelone, 1993, p. 183-184.

45 A. Moreno Almárcegui, La población del norte de Aragon en los siglos xvii y xviii , thèse de doctorat, Université de Barcelone, 1982 et « Población y produccón agrícola en el Norte aragonés (1598-1820) », Congreso de historia rural. Siglos xv al xix , Madrid, Casa de Velázquez et Universidad Complutense, 1984 ; travaux cités par G. Pérez Sarrión, Aragon en el setecientos, Lérida, Milenio, 1999, p. 45.

46 S. Brunet, « Genèse des "lies et passeries" et pays d’États dans les Pyrénées centrales (xive-xviie siècle) », D’un versant à l’autre des Pyrénées, Saint-Girons, 1999, p. 46 ou « Les "libertés" des montagnards : nouvelles approches sur les "lies et passeries" des Pyrénées centrales (xive-xviie siècle) », La ciutat i els poders/La ville et les pouvoirs, Perpignan, Presses de l’Université de Perpignan, 2000, p. 320 et C. Bourret, Les Pyrénées centrales du ixe au xixe siècle. La formation progressive d’une frontière, Aspet, Pyrégraph, 1995, p. 288-289.

47 N. Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers. Estudis sobre la Catalunya dels segles XVI a XVIII, Barcelone, Empúries, 1984, p. 174.

48 H. Cavaillès, « Une fédération pyrénéenne sous l’Ancien Régime. Les traités de lies et passeries », Lies et passeries dans les Pyrénées, op. cit., p. 51.

49 La demande en mules croît subitement en temps de guerre car ces animaux sont nécessaires pour tirer les charrois de ravitaillement, de munitions, les trains d’artillerie, particulièrement en terrain montagneux. L’offre ne peut pas, semble-t-il, répondre à la demande et les armées manquent de bêtes même malgré les réquisitions, selon ce qu’écrit N. Sales, Els segles de la decadència, segles xvi-xviii , Barcelone, Edicions 62, 1989, p. 491.

50 J. Albareda i Salvadó et M. Ferrer i Juandó, « L’impact de la guerre de Succesion (1705-1714) dans les Comtés de Roussillon et de Cerdagne », Actes du lxviie Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Perpignan, SASLPO, 1995, p. 269-270, J. Albareda i Salvadô, « Les classes dirigents catalanes i la monarquia hispànica en el tombant del segle xvii », L’Avenç, 184,1994, p. 36-41, A. Espino Lôpez, « Ejército y sociedad en la Cataluna del antiguo régimen : el problema de los alojamientos (1653-1686) », Historia social, 7, 1990, p. 19-38.

51 La plupart des armes n’étaient, semble-t-il, pas fabriquées dans les Pyrénées mais celles-ci abritaient certains lieux de production importants comme Ripoll (V. Estanyol Bardera, El pactisme en guerra (L’organització militar catalana als inicis de la guerra de separació, 1640-1642), Barcelone, R. Dalmau, 1999, p. 105-106), traditionnellement axé sur la fabrication d’armes blanches puis à feu à partir du xvie siècle, qui comptait une soixantaine de fabricants, et d’autres forges de moindre importance dont la guerre, aux dires de Nûria Sales (N. Sales, Senyors bandolers, op. cit., p. 51 et E/s segles de la decadència, op. cit., p. 351), aurait encouragé la production. Cet auteur reconnaît toutefois que les guerres ont été aussi la cause de destructions de forges, en particulier dans la zone frontière.

52 N. Sales, Els segles de la decadència, op. cit., p. 58-59 et p. 97.

53 P. Barrau de Lorde, « Quelques tableaux sur le mode de vie dans les hautes vallées commingeoises, au xviie siècle (d’après les archives notariales) », Revue de Comminges, 1951, p. 118.

54 R. Souriac, Décentralisation administrative dans l’ancienne France. Autonomie commingeoise et pouvoir d’État, 1540-1630, Toulouse, Association des Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1992, tome 2, p. 313-315 et « Méthodes gouvernementales et autonomies provinciales : le cas du Comminges au xvie siècle », Pays pyrénéens et pouvoirs centraux ( xvie- xxe s.), Foix, Association des Amis des Archives de l’Ariège, 1995, tome 2, p. 50.

55 J. Vidal Pla, Guerra dels Segadors i crisi social. Els exiliats filipistes (1640-1652), Barcelone, Edicions 62,1984, 236 p.

56 Voir A. Ayats, Les Guerres de Josep de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Perpignan, El Trabucaire, 1997, p. 68-73.

57 Pour une idée des conflits entre population et soldats dans le Roussillon du xviiie siècle, voir R. Sala, Dieu, le roi, les hommes, op. cit., p. 162-172.

58 C. Bourret, Les Pyrénées centrales, op. cit., p. 127.

59 J. M. Bringué i Portella, « Le marquisat de Pallars et les pouvoirs centraux (xve-xviie siècles). Persistance et rupture dans les libertés communales », Pays pyrénéens et pouvoirs centraux, Foix, 1995, tome 2, p. 37.

60 Il faut bien parler de répression car, dans son premier décret du 29 juin 1707, Philippe V qualifie le royaume d’Aragon de « rebelle » pour son comportement au cours de la guerre de Succession.

61 Pour le cas aragonais, voir J. Morales Arrizabalaga, La derogación de los fueros de Aragon (1707-1711), Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1986, 119 p.

62 « Les monts Pyrénées, qui communément ont toujours été tenus pour la division des Espagnes et des Gaules, seront aussi désormais la division des deux mêmes royaumes. »

63 « Mémoire pour servir au Sieur archevêque d’Ambrun, conseiller du roi en ses conseils, s’en allant ambassadeur pour sa majesté en Espagne, 10 juin 1661 », dans Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, Paris, Félix Alcan, tome 1, p. 193-194. Le Conseil général du 23 août 1660, en présence du gouverneur avait interdit à l’évêque de venir dans la vallée car sept ans n’étaient pas écoulés depuis sa dernière visite (AIA, Libre d’actes deth Conselh generau, 1632-1662).

64 A. Marcet, « La Cerdagne après le Traité des Pyrénées », Actes del primer congrés internacional d’història de Puigcerdà (1977), Puigcerdà, 1983, p. 172-174.

65 Document des Archives départementales des Pyrénées Orientales, C 1393, cité par A. Marcet, art. cit., p. 174.

66 D. Nordman, op. rit., p. 325.

67 Nous nous appuyons sur D. Nordman, op. cit., p. 321-334, S. Briffaud, Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards, xvie- xixe s., Tarbes, AGM, 1994, p. 110-129, et A. Barella i Miró, « La Vall d’Aran a la cartografia antiga de Catalunya », Treballs de la Societat Catalana de Geografia, n° 48,1999, p. 5-26.

68 B. Druène, « Une étude de géographie pyrénéenne au xviie siècle. Les "devis" de l’ingénieur Thierry, capitaine au régiment d’infanterie de Beauvaisis », Revue de Comminges, 1950, p. 88-92, p. 99-110, p. 162-168.

69 La « Légende de tous les cols, ports et passages qui vont de France en Espagne traversant les Pirennées [...] » de 1725 est publiée dans le Bulletin de la section du Canigou du club alpin français, 1909-1910 et dans le Bulletin pyrénéen, no 101, 102 et 103, 1915.

70 Que ce soit parce qu’il ne respecte pas les édifices religieux (dans ce cas il est traité de « luthérien ») ou parce qu’il s’attaque aux « privilèges », le soldat ennemi est perçu comme celui contre lequel le Pyrénéen s’identifie. Voir P. Poujade, Identité et solidarité dans les Pyrénées. Essai sur les relations humaines, Aspet, Pyrégraph, 2000, p. 125-139 et A. Simon Tarrés, Els orígens ideològics de la revolució catalana de 1640, Barcelone, PAM, 1999, p. 219-230.

71 Pour la Cerdagne, P. Sahlins, Fronteres i identitats : la formació d’Espanya i de França a la Cerdanya, s. xvii - xix , Vic, Eumon 1993, qui étudie le processus tout au long du livre.

72 J. Albareda i Salvadó, art. cit., L’Avenç, 184, p. 40.

73 J. Albareda, art. cit., Afers, 20, p. 45-46.

74 J. Albareda et M. Ferrer, art. cit., p. 262.

75 J. Albareda, art. cit., Afers, 20, p. 44.

76 Id. ; l’auteur s’appuie en partie sur les travaux d’A. Ayats qui a travaillé sur la défense des Pyrénées catalanes.

77 R. Sala, op. cit., p. 89-90.

78 Nous avons affaire ici à une logique identitaire à l’œuvre depuis l’époque moderne qui « territorialise » les identités et tend à faire correspondre à chaque souveraineté d’État une identité politico-culturelle propre comme l’explique Jean-François Bayart dans sa conférence « États, identité et conflits dans le monde », donnée en mai 1999 et reproduite dans Penser la guerre... Penser la paix..., Sciences humaines Editions, 1999, p. 37-48.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.