Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Du village à la caverne : les grottes de Franche-Comté pendant la guerre de Trente Ans

Gérard Louis

Texte intégral

1La Franche-Comté, ou comté de Bourgogne, a beaucoup souffert des campagnes militaires de la guerre de Trente Ans, notamment entre 1635 et 1644. On parle même aujourd’hui d’une des plus grandes catastrophes économiques et démographiques puisque cette province a vu disparaître en une décennie plus de 60 % de sa population et détruire la plupart de ses villes et villages. Cette période de la guerre de Trente Ans correspond à l’entrée en lice du royaume de France car au xviie siècle, la Franche-Comté appartient encore à la Couronne d’Espagne après avoir été un fief des Habsbourg d’Autriche issu de l’héritage bourguignon de Charles Quint.

2Pour se garantir d’un tel cataclysme, les Comtois ont utilisé les refuges traditionnels mais aussi les nombreuses cavernes creusées dans le karst jurassien. Ainsi, des villageois ont vécu de quelques mois à plusieurs années dans des grottes dissimulées ou dans de véritables châteaux souterrains pourvus de défenses naturelles ou fortifiés par la main de l’homme. Ils s’y sont abrités, ont créé des aménagements, des points d’eau, des sources de ravitaillement. Enfin, sous la conduite d’un « capitaine », ils ont âprement et victorieusement participé à la défense de leur retraite.

La terrible guerre de trente ans

3Durant cette sombre époque, les populations locales ont vu déferler sur le sol comtois quantité de soldats : 1. Les soldats ennemis : les Français et leurs alliés weimariens, autrement dit les rescapés de l’ancienne armée de Gustave-Adolphe de Suède regroupés sous la bannière de Bernard de Saxe-Weimar, prince protestant allemand ; 2. Les soldats alliés, les Impériaux, dont l’armée au grand complet est venue en septembre 1636 pour envahir la Bourgogne et assiéger Saint-Jean de Losne avec le succès que l’on sait, ainsi que les mercenaires du duc de Lorraine, lui-même dépossédé de ses États par Richelieu et à qui l’Espagne, trop éloignée pour intervenir, a confié la défense de la Franche-Comté. Le personnage s’est en réalité servi de la province comme place d’armes et l’a abandonnée à son sort après l’avoir ruinée et occupée pendant trois ans ; 3. Les troupes du pays, peu nombreuses mais tout aussi indisciplinées ; elles prennent le relais des grandes armées qui quittent la province en 1639. En conséquence pour les Comtois, il n’y a aucune différence entre soldats ennemis et alliés lorsque ceux-ci arrivent au village : ce sont partout les mêmes témoignages de tueries, de pillages et de destructions et il n’existe qu’une alternative : fuir et trouver un refuge, un refuge temporaire quand ces troupes ne font que passer, un refuge plus durable lorsqu’elles s’installent de longs mois en quartiers d’hiver.

4Pour sauver leur vie devant ces hordes de mercenaires armés qui dévastent, transmettent les épidémies de peste et génèrent les famines, certains Comtois ont émigré dans les provinces voisines épargnées par le conflit, les Cantons suisses, le duché de Savoie et l’Italie. D’autres ont gagné les refuges traditionnels, les villes et places fortes mais se sont heurtés à l’hostilité des Magistrats et capitaines de garnisons impuissants à gérer la surpopulation et hantés par la perspective d’un siège ou d’une épidémie. Aussi, plus le conflit dure et plus il faut de moyens financiers pour entrer et surtout demeurer en ville ou au château. En outre, en dix ans de guerre, seules cinq villes et une dizaine de places n’ont jamais ouvert leurs portes à l’ennemi ; toutes les autres ont été prises, reprises, rançonnées ou livrées aux flammes.

5À tous ceux qui n’ont pas émigré et n’ont pas été acceptés derrière les remparts, il ne reste que les abris de fortune : la forêt, les montagnes, les vallées isolées du Jura où les armées se risquent peu, sinon les châteaux ruinés, les bâtiments écartés comme les moulins, les fruitières, les clochers des églises, les îles sur les rivières, en somme tous les lieux susceptibles de fournir un abri et un peu de sécurité et parmi eux, bien sûr, les cavernes.

La légende des grottes de Franche-Comté

6En visitant la Franche-Comté, on ne manque pas de découvrir ici et là, au hasard des sentiers touristiques, des grottes dites de Lacuson (héros de l’indépendance franc-comtoise ayant participé aux trois guerres du xviie siècle contre la France) et qui soi-disant lui auraient servi de retraite, voire de quartier général ; on en découvre d’autres à l’intérieur desquelles, dit-on, des centaines, si ce n’est des milliers de personnes auraient été massacrées par les Suédois en 1639. Ces exemples démontrent que les légendes se sont emparées d’un phénomène très mal connu faute de textes et ont supplanté l’histoire. Même le grand Lucien Febvre qui a enseigné à Besançon avant de gagner le Collège de France, n’a pas résisté au plaisir de rappeler la tradition dans son histoire de la Franche-Comté « les paysans s’enfuyant au seul nom des Suédois, et courant s’enfermer dans des grottes, des souterrains creusés au plus profond des bois où hommes, femmes enfants s’empilèrent durant des mois, trempés d’eau, privés d’air, osant à peine allumer du feu par peur de la fumée révélatrice, terrés comme des blaireaux, sans cesse en transes, sans cesse aux aguets. C’est que les Suédois, quand ils les découvraient, n’hésitaient pas : ils muraient vivants les pauvres réfugiés au fond de leur retraite et, par un raffinement sauvage, gazonnant l’ouverture, plantaient dessus des arbres ».

7On sait par l’archéologie que les grottes de Franche-Comté ont été occupées au cours des époques troublées : à la Tène finale au moment de la conquête romaine par César, au iie, ive et ve siècle de notre ère, au cours du Moyen Âge aussi mais de manière très sporadique, au xviie enfin pendant les troubles de la guerre de Trente Ans (1635-1644) et de la Conquête française (1668 et 1674). Concernant cette dernière période, rares étaient les documents écrits qui faisaient état de cette occupation. Or une recherche systématique dans les archives locales a fait découvrir un fonds, celui de la justice bailliagère de Baume-les-Dames dont les enquêtes, élaborées immédiatement après les troubles, soit de 1644 à 1655 environ, relatent des affaires survenues à l’intérieur même des grottes et concernent des villageois réfugiés. Ce qui fait qu’aujourd’hui on connaît une bonne dizaine de sites dont certains n’avaient jamais été révélés, que ce soit par une découverte archéologique ou une tradition locale On a enfin complété ces connaissances par des visites sur le terrain dont le principal objectif était de repérer les éventuelles traces d’aménagements et de fortifications des cavités.

Trois types d’abris

8Ainsi, il existe trois types de grottes ou en d’autres termes, les grottes ont été utilisées de trois manières différentes : 1. Comme dépôt de biens et de vivres. Ce sont souvent des cavernes de petites dimensions, telle celle de Pierrefontaine-les-Varans (Doubs) qui porte toujours le nom de

9Trou des Biens, une cavité de taille humaine mais compartimentée à mi-hauteur par un plancher pour doubler ainsi sa surface, ou alors des grottes froides telle la célèbre Glacière de Chaux-lès-Passavant (Doubs) ; 2. Comme cachettes, non seulement pour les biens mais aussi pour les villageois des alentours. Ces grottes-là sont à l’écart des chemins et des habitations et leur entrée est difficile à trouver, dissimulée par la configuration du terrain ou la végétation. Les réfugiés devaient toutefois prendre la précaution de placer des guetteurs et éviter de signaler leur présence quand des troupes passaient à proximité. On peut citer dans cette catégorie les Bougeottes à Landresse, les Orcières à Lanans dont l’entrée est aujourd’hui perdue au milieu d’un champ, ou encore les Sarradins de Saint-Julien-lès-Russey ; 3. Comme château souterrain. Là ce n’est pas l’isolement qui est le principal atout de la grotte mais ses défenses, défenses naturelles comme un débouché à mi-hauteur dans la falaise (Montandon, Guillon-les-Bains, Mouthier-Hautepierre...) et dont l’accès ne peut être atteint qu’au moyen d’échelles ou par des vires étroites autorisant le passage d’un seul homme. C’est ainsi que le site de Revigny (Jura), bénéficiant d’une telle situation, n’a pu être forcé malgré deux attaques lancées par les troupes françaises. Quelquefois ces défenses ont été améliorées par la main de l’homme : la Baume de Sancey bénéficiait ainsi d’un mur dans lequel s’ouvrait une porte de fer ; l’entrée de la grotte du Château de La Roche à Saint-Hippolyte était barrée comme son nom l’indique par les murailles d’une petite forteresse ; les grottes de Nans aboutissent toutes dans un château troglodyte plaqué contre la paroi rocheuse. La quasi-totalité des grottes, à défaut d’avoir été fortifiées, ont reçu des réfugiés quelques aménagements, le plus souvent des planchers sur poutres et des cloisonnements de bois pour assainir ces lieux humides et augmenter la surface habitable : la grotte de Sancey s’étendait sur trois étages, le dernier à 15 m de hauteur, pour une surface d’environ 1 100 m2. À Revigny, où la peste se déclara, les occupants installèrent des loges pour les malades à l’entrée d’une des galeries. Enfin, comme les villages s’établissaient autrefois au pied des châteaux, des cabanes et abris de fortune se dressèrent au pied des grottes les moins importantes comme Guillon ou Montandon. Bien entendu, il ne subsiste rien de ces aménagements de bois excepté les mortaises creusées dans les parois.

La vie dans le refuge

10Comment s’organise le refuge en cas d’alerte ? Un habitant de Guillon nous l’indique : dès que les nouvelles deviennent alarmantes, les villageois vont déposer leurs biens et leurs meubles à l’intérieur de la grotte devant laquelle un tour de garde est instauré. Mais les gens vaquent à leurs occupations. Quand le risque augmente, la grotte est habitée la nuit, ceci afin d’éviter les surprises. Enfin quand les soldats sont là, toute la population se retire dans la cavité et tente de survivre en attendant leur départ. En conséquence, la durée des séjours en grotte a varié en fonction du contexte local : la plupart des grottes ont été occupées au cours de l’invasion weimarienne survenue après la prise de Brisach, de janvier à juillet 1639, soit six mois environ. En revanche, à Revigny et à Nans, sites autour desquels rôdaient des garnisons françaises, les réfugiés sont demeurés de juin 1637 jusqu’à la fin des troubles en mai 1644. Un autre facteur est aussi intervenu dans la durée de l’occupation, la destruction des villages. Ainsi ceux de Nans ont continué de résider dans leur refuge bien après la fin de la guerre et l’administration provinciale qui s’est remis à fonctionner tant bien que mal à partir de 1645, n’a pas oublié d’envoyer les billets d’imposition aux « roches de Nans ».

11Excepté le site des Sarradins qui n’a visiblement accueilli que les habitants de Saint-Julien, les grottes ont servi de refuge à des gens issus de plusieurs villages aux alentours, sept ou huit en moyenne, le record pour les cavernes de Revigny avec dix villages plus les citadins rescapés de la ville de Lons-le-Saunier (incendiée en juin 1637). Autant dire que sans citer de chiffres, tous les textes s’accordent pour mentionner qu’il y avait foule à l’intérieur des refuges, particulièrement aux moments difficiles. À Sancey, on a pu évaluer le nombre des réfugiés à environ 400-500 personnes qui, entre le 23 février et le 3 juin 1639, ont donné naissance à onze nouveau-nés tous baptisés à l’intérieur de la Baume ainsi que l’attestent les registres paroissiaux. Un site comme le château de La Roche à Saint-Hippolyte aurait facilement pu accueillir un millier de personnes voire davantage.

12Pour entrer au refuge il n’est pas utile de montrer patte blanche, en revanche tous les prétendants doivent apporter de quoi nourrir leur famille pendant au moins un mois, comme les retrahants des villes et des châteaux. Si l’approvisionnement en eau est facile puisque la plupart des cavités sont parcourues par des rivières souterraines, le ravitaillement est un problème crucial, non seulement pour les réfugiés en grottes mais pour tous les survivants de la province massés pour la plupart dans la montagne jurassienne. Heureusement, la Suisse est proche qui accepte de vendre des vivres aux Comtois à charge pour eux de les acheminer. Or les troglodytes, s’ils sont allés en chercher, ont trouvé plus commode d’attaquer les convois passant à proximité de leur retraite : ceux de Guillon ont attaqué l’arrière-garde de l’armée du duc de Lorraine qui en avril 1639 faisait retraite vers le Luxembourg ; ceux de Sancey pillent les villages voisins qui acceptent de prendre sauvegarde de l’ennemi ; ceux de Revigny vont se joindre aux troupes régulières pour la reconquête des places après le départ de Weimar en juillet 1639 ; ceux du château de La Roche et de Montandon enfin lancent carrément des raids et des pillages sur le territoire helvétique. Bref ! Il n’en déplaise à Lucien Febvre, ce ne sont pas des blaireaux terrés dans leur terrier, tremblant de peur, mais des villageois organisés qui n’hésitent pas à sortir de leur grotte en cas de besoin et à la défendre avec acharnement en cas d’attaque : deux fois, les troupes françaises ont tenté de forcer les grottes de Revigny, en vain, comme elles ont échoué déjà devant Granges-sur-Baume ; les Weimariens n’ont pas eu plus de chance devant Sancey en février 1639 et y ont même perdu beaucoup d’hommes.

13Les villageois lancent donc des expéditions avec à leur tête les plus hardis d’entre eux ; ceux de Sancey ont été dirigés par un capitaine autoproclamé, un dénommé Sébastien Ligier qui a très vite abusé de ses prérogatives, instaurant des droits d’entrée aux uns, interdisant l’accès aux autres, volant les biens d’un peu tout le monde comme il était de règle en ces périodes troublées. Seulement, loin de se laisser dominer, les réfugiés se sont plaints à leur seigneur qui leur a donné raison en septembre 1641. Ligier a été destitué de son « commandement » et condamné.

***

14En définitive, ce sont tous ces actes qui ont entraîné les poursuites judiciaires et les enquêtes menées après les troubles, des sources précieuses pour l’historien, car excepté les rares registres paroissiaux et documents succincts, le refuge en grotte des populations tourmentées par les guerres du xviie siècle est longtemps resté un mystère. En conséquence, ce sont les légendes qui ont pris le relais et en ce domaine, elles ont répandu des images totalement négatives : la grotte est un lieu de tragédie, de tuerie ou un repaire de chef de bande et de brigands. Bien au contraire, c’est un refuge plus sûr que certains châteaux et qui a sauvé la vie à bon nombre de personnes. Il est peu probable qu’il y ait eu des grottes murées en Franche-Comté et bien loin du petit groupe terré et tremblant de peur, ce sont au contraire des populations villageoises nombreuses et parfaitement organisées qui ont mené une lutte quotidienne pour se protéger, se ravitailler et se défendre, en somme pour survivre à la guerre de Trente Ans et à ses fléaux.

Bibliographie

Bibliographie

Febvre, Lucien. 1976. Histoire de la Franche-Comté, Paris, 1922, rééd. Lafitte Reprints, Marseille, p. 201.

Louis, Gérard. 1998. La Guerre de Dix Ans (1634-1644), Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, vol. 651, Paris.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.