Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Les villageois et la guerre en France à l’époque moderne

Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Le libellé de ce sujet provoque en nos esprits comme un déclic : les villageois et la guerre, ce sont les malheurs de la guerre, ce sont instantanément les gravures de Jacques Callot, datées de 1633, juste au milieu de l’époque moderne. Et c’est vrai : la guerre, pour les villageois qui la subissent, ce sont d’abord des horreurs accumulées et dont l’évocation ne peut pas être esquivée. Elle ne le sera pas. Leur récit, ouvert sur une époque large, constituera la première entrée dans le sujet.

2Mais il faudra aussitôt se demander si la célébrité de cette évocation ne fait pas écran à une réalité bien différente, plus intense dans une certaine mesure, relative à d’autres points de vue. C’est que la guerre n’est pas un moment particulier dans la vie d’un village, mais un temps long, presque une permanence dans la vie de la France moderne des xvie et xviie siècles. Certes, ses effets s’alourdissent du poids implacable de la durée, les ruines, la dépopulation, le trouble sur les esprits et même les consciences exigent un temps très long de récupération, et c’est particulièrement vrai pour les villages dont les populations subissent après le passage des gens de guerre les autres malheurs de la guerre, son sillage d’épidémie, sa fiscalité, ses famines, le vide général qu’elle laisse... Il faut à la paix une durée de vingt à trente ans – en gros, une génération – pour qu’un pays se relève, et quel village de France a connu trente années consécutives de paix entre la fin du Moyen Âge et le milieu de l’époque moderne ? Mais en regard, la guerre entraîne des réactions actives, une organisation, des activités, non pas la simple passivité résignée. Avec le temps, les villageois apprennent à faire face, mettent le village en état de se défendre, adaptent leurs activités aux nécessités de la guerre – sans oublier que les villageois participent eux aussi à ses violences, peuvent en espérer des profits, ou assouvissent des vengeances et n’ont pas plus de pitié pour les soldats que ceux-ci à leur égard. L’ensemble, au fond, s’inscrit assez bien dans les formes générales des violences du temps.

3Le temps, c’est cette époque qui s’étend du milieu du xvie siècle au milieu du xviie siècle. Pendant quatre-vingts ans à un siècle, la guerre est déréglée. Les progrès de l’art militaire ont mal absorbé la révolution que constitue l’avènement du feu d’une part, l’avènement de l’infanterie de l’autre, et la nature des conflits – guerres de Religion depuis le milieu du xvie siècle jusqu’au début du xviie siècle, guerre de Trente Ans ensuite, sans véritable transition de paix. Il fallait attendre une conjoncture favorable aux progrès de l’État, pour que la guerre puisse être contrôlée. C’est fait après 1648, et plus sensiblement encore après le traité des Pyrénées de 1659. L’État moderne, absolu, classique, s’impose, et avec lui le contrôle du premier des outils de sa grandeur, l’armée. Le recrutement change, la discipline apparaît, la guerre, mise au service de la gloire du roi, ne saurait être une guerre de malheurs, et se transforme en une guerre ordonnée, dont les moments majeurs sont des sièges ritualisés de villes transformées en places fortes et pourvues de citadelles, héritières des anciens châteaux... Louis XIV, ce roi qui a trop aimé la guerre, laisse à ses successeurs une pratique réglée de la guerre dans un royaume dont les provinces jouissent enfin de la paix.

4Le village peut respirer, les malheurs de la guerre deviennent, au moins pour les villageois de France, un souvenir, vivace, cruel, mais de plus en plus lointain au fur et à mesure que les années passent. Sans angélisme. Aux frontières devenues espaces privilégiés de guerre, les villages paient toujours, et à l’intérieur du royaume, là où une armée passe, sa présence reste une lourde charge.

Les villageois et les malheurs de la guerre : des guerres de religion à la vision de jacques callot

5Si Ton en croit une lecture directe de la documentation disponible, le constat est accablant. La guerre est pour les villageois, au cœur de l’époque moderne, un temps de malheur, qui semble toujours dépasser les normes admises de la violence quotidienne. On en prendra trois illustrations successives.

Les guerres de Religion autour de 1570, écrites par Monluc et d’Aubigné

  • 1 B. de Monluc, Commentaires, 1521-1576, Édition établie par P. Courteault, Paris, Gallimard, coll. (...)

6Au temps des guerres de Religion, les armées calvinistes et catholiques sillonnent la France, particulièrement la France du Sud-Ouest. Biaise de Monluc (1500-1577), l’un des chefs du parti catholique et l’un des grands capitaines de son temps, écrit ses Commentaires à partir de 1571, au terme d’une carrière de plus de cinquante ans et raconte, avec une certaine complaisance... Il cherche à donner de lui une image héroïque et simple, mais il parle d’une guerre devenue effroyable depuis le massacre de Wassy. Pour répondre aux langues des prêtres arrachées à Bazas et aux femmes que les soldats de Durfort ont ignominieusement mises à mort, Monluc fait pendre quelques soixante-dix huguenots dans les halles de Targon, puis une cinquantaine d’autres dans les chênes-verts de Sauveterre de Guyenne... Ce dialogue sanglant se poursuit à Lauzerte, à Pennes, à Caylus, à Moissac, à Rocamadour, à Mirabel. Monluc, « homme de sang », dit Michelet. C’est vrai aussi pour Durfort, pour Condé, pour Coligny, pour leurs soldats qui, entre deux meurtres, vont à la messe ou au prêche pour se donner bonne conscience, et recommencent aussitôt1. Seul échappe à la règle Agrippa d’Aubigné, fidèle à la cause et au parti protestant, âgé de moins de vingt ans lorsqu’il fait sa première expérience de la guerre en Saintonge en 1569 et 1570 : à l’ivresse de l’indépendance et à l’orgueil des premiers exploits, il ajoute bien vite la conscience des excès, puis de l’horreur : jurons, bravades, insolences, pillages d’abord, puis la révolte lorsqu’il voit une famille de paysans massacrés sans raison par les alliés mêmes du protestantisme. Il se sent trop jeune pour protester, mais il amasse déjà les images et les mots qu’il écrit beaucoup plus tard dans les Tragiques dont le premier Livre, Misères, est souvent pathétique, et condamne sans appel les soldats des deux camps :

  • 2 A. d’Aubigné, OEuvres, Paris, éd. de la Pléiade, présentation de H. Weber et coll., 1969, Les Trag (...)

« J’ai vu le reître noir foudroyer au travers
Les masures de France, et comme une tempête,
Emporter ce qu’il peut, ravager tout le reste.
[...] Là de mille maisons on ne trouva que feux,
Que charognes, que morts ou visages affreux2. »

7Suivent les descriptions des mourants implorant qu’on les achève, des mères éventrées, des enfants massacrés, des chiens redevenus des loups...

« Information des désordres et cruautés des troupes dans l’évêché de Cornouaille depuis 1592 jusqu’à la paix de 1599 »3

  • 3 Information dez desordrez et cruautez des troupez dans l’evesché de Cornouaille depuiz 1592 jusqu’ (...)

8Trente ans plus tard, au terme de cette guerre de dix ans que le duc de Mercœur conduit en Bretagne contre le roi Henri IV entre 1589 et 1598, une guerre trop oubliée dans notre historiographie générale, le sénéchal de Cornouaille tient audience au présidial de Quimper, et reçoit les plaintes encore épouvantées des habitants des quatre-vingt-onze paroisses rurales qui constituent l’évêché de Cornouaille... François Le Clercq et Allain Le Guiriec lisent un long réquisitoire :

« Que par les continuelles guerres, courses, demeure et ravages que les gens de guerre de l’un et l’autre parti, tant étrangers, Anglais, Espagnols, Suisses, lansquenets, que autres [...] qui ont séjourné en icelles (paroisses), lesquels les ont oppressées, ravagées, foulées, vivant insolemment, imposant sur icelles de leur autorité privée, outre celles qui se faisaient ordinairement pour les deux partis, levées de deniers tant ordinaires que extraordinaires, soit pour magasins, étapes, fortifications, entretennement desdites garnisons et gens de guerre desdits deux partis [...] leurs biens meubles (ont) été brûlés, cassés et emportés, leurs maisons aussi brûlées et démolies, les villages et tenues de toutes lesdites paroisses presque déserts, inhabités et à l’abandon, les habitants d’iceux morts de pauvreté et de fin et aux prisons où ils ont été tenus par lesdits gens de guerre [...], et avoir pris le bétail desdits pauvres habitants desdites paroisses qui était toute leur nourriture et profit en travaillant leurs terres sur eux prises ou par exécution vendues [...] de façon que ce qui reste en vie des habitants dudit évêché sont misérables, combien qu’ils soient en petit nombre, que de trois cents personnes qui étaient auparavant lesdites guerres, il n’en reste maintenant vingt »...

9Il ne s’agit donc pas ici de cruautés fanatiques, sans objet directement militaire mais imprégné de justification religieuse, mais de l’effet général de la présence des armées qui séjournent, plutôt qu’elles combattent, sur un pays mis en coupe réglée pour leurs propres besoins, sans que le parti auquel elles appartiennent modifie leur comportement à l’égard du pays qu’elles tiennent. La violence de la guerre a changé de visage. À la violence active, délibérée et exécutée, elle a substitué une violence plus passive, moins délibérément cruelle dans l’intention. Mais tout aussi épouvantable pour ses effets généraux.

« Les Misères et les Mal-heurs de la guerre », 1633

  • 4 M. Richard, Jacques Callot. Une œuvre en son temps. Les misères et malheurs de la guerre, Catalogu (...)
  • 5 Rappelons, parmi les soldats qui sillonnent la Lorraine de Jacques Callot, les terribles « Lissowt (...)
  • 6 L’inventaire après décès de Callot désigne la série des gravures sous le titre La Vie de soldats, (...)
  • 7 Les Misères et les mal-heurs de la guerre, représentez par Jacques Callot, noble lorrain, et mis e (...)

10En 1633, Jacques Callot (1592-1635) dessine et grave4. Témoin des événements des années 1628-1632, Callot assiste à la progressive conquête du duché de Lorraine par la France, soucieuse d’établir une surveillance arme des frontières, car les armés impériales s’y trouvent en force et le roi de Suède a obtenu de la ville de Strasbourg le droit de franchir la frontière5. Rappelons que le graveur réalise une œuvre de commande dont il n’a peut-être pas même choisi le titre6. Sans doute une œuvre à vocation instructive, réaliste, concrète, dans l’esprit des nombreux traités sur la guerre et l’armée qui paraissent en nombre au début du xviie siècle, mais qui s’est peu à peu orientée vers une évocation plus générale, chargée d’intentions, parmi lesquelles prime bientôt l’illustration des abus et des cruautés commis par les soldats lors des mises à sac des villes conquises, lors de l’établissement des quartiers d’hiver, ou de la retraite des troupes débandées, avec les maladies, les misères, les révoltes inséparables de la guerre. Ainsi se succèdent dix-huit gravures, assorties d’une légende... Ouvrons le recueil de Callot, Les Misères et les mal-heurs de la guerre7 :

11– quatrième gravure, La Maraude : « Ces courages brutaux dans les hosteleries, Du beau nom de butin couvrent leurs voleries. Ils querellent exprès, ennemis du repos, Pour ne payer leur hoste, et prennent jusqu’aux pots. Ainsi du bien d’autrui, leur humeur s’accommode, Quand on les a saoulés et servis à leur mode » ;

12– cinquième gravure, Le pillage d’une ferme : « Voilà les beaux exploits de ces cœurs inhumains, Ils ravagent partout, rien n’échappe à leurs mains. L’un pour avoir l’or, invente des supplices, l’autre à mil forfaits anime ses complices, Et tous d’un mesme accord commettent méchamment Le vol, le rapt, le meurtre et le violement » ;

Le pillage d’une ferme

13 septième gravure, Pillage et incendie d’un village : « Ceux que Mars entretient de ses actes méchants, Accommodent ainsi les pauvres gens des champs. Ils les font prisonniers, ils bruslent leurs villages, Et sur le bétail mesme exercent des ravages, Sans que la peur des lois non plus que le devoir, Ny les pleurs et les cris les puissent émouvoir. »

Pillage et incendie d’un village

14Ces deux gravures sont différentes. La première est une scène d’intérieur, qui rassemble six épisodes Au premier plan, à gauche, un soldat tue un malheureux déjà à terre, un autre poursuit une fille, sans doute pour la trousser. Au centre, d’autres soldats ripaillent ; à droite un troisième groupe pille consciencieusement et sans hâte. Au second plan, à gauche, des soldats s’enivrent ; au centre, sur le lit, deux soldats violent la fermière ; à gauche, un dernier groupe torture deux malheureux, dont l’un est pendu et rôti, le second, attaché, garrotté, attend son tour... La seconde gravure est une scène d’extérieur, elle aussi composée en deux plans. Au premier plan, les soldats chargent leur butin et se mettent en route, d’un côté le bétail rassemblé va lui aussi être emmené, à droite des malheureux villageois conduits en cortège sont pendus les uns après les autres. Au second plan, deux fermes et l’église sont en flammes... ;

15– dix-septième gravure, La Revanche des paysans : « Après plusieurs dégâts par les soldats commis, À la fin les Paisans qu’ils ont pour ennemis, Les guettent à l’escart et par une surprise Les ayant mis à mort les mettent en chemise, Et se vengent ainsi contre ces Malheureux, Des pertes de leurs biens qui ne viennent que d’eux. »

La revanche des paysans

16D’autres scènes se passent en ville, il ne faut pas l’oublier, et la bataille elle-même est ici présente. Mais qu’importe ? L’illustration des abus et cruautés commis par les soldats lors de leurs passages ou de l’établissement de leurs quartiers d’hiver dans les villages ne laisse aucun doute sur la sauvagerie atteinte désormais par cette guerre conduite par des troupes mercenaires ; cette sauvagerie semble même si naturelle que les différentes gravures ne reflètent aucune hâte dans l’action, aucune panique au moins chez les soldats qui, méthodiquement, se partagent les tâches et les accomplissent consciencieusement.

  • 8 Les témoignages pourraient être multipliés... Aussi bien Sully dans ses Oeconomies Royales, que Fr (...)

17Il faut en convenir : les témoignages concordent8, et il n’est pas inutile d’en faire d’abord une lecture directe, et assez rapide. Dans un siècle où la guerre touche presque toutes les provinces de France, le passage des armées est toujours accompagné pour les paysans d’effroyables malheurs. Violences sur les personnes : les hommes sont massacrés, souvent torturés, assez fréquemment démembrés ; les femmes sont violées, puis massacrées à leur tour, souvent éventrées ; les enfants subissent toutes les sortes de martyrs. Les survivants ont déserté le village, et se réfugient dans les forêts où ils vivent comme des bêtes, alors que les loups rôdent autour des cadavres qui restent dans les villages. Violences sur les choses : le village est pillé, tout ce qui ne peut être emporté est brûlé, les bêtes sont massacrées, les puits sont empoisonnés, le plus souvent parce comblés des cadavres des uns ou des autres, les arbres eux-mêmes sont coupés et la terre dévastée Tout n’est pas toujours aussi terrible : des taxations et des prélèvements sur les récoltes suffisent parfois à affamer les villageois, mais alors la disette remplace les massacres, avec le même résultat. Partout où ils passent, les soldats se conduisent en prédateurs. Ils sont d’autant plus dangereux qu’ils ne rencontrent aucune résistance. Il n’y a pas de combats. Ceux-ci sont réservés aux sièges des villes et des places fortes. Aucun de ces faits ne peut être nié, mais leur lecture, sous la forme attendue d’une litanie plaintive, peut être différente.

Les faits : les villageois et les mécanismes des guerres dans la durée

  • 9 Très bonne synthèse dans Histoire de la France rurale, sous la direction de G. Duby, vol. II, L’Âg (...)

18Les témoignages évidents donnent de la guerre pour les villageois une image pathétique, mais pas nécessairement exacte. Ils se situent toujours dans l’instant, le très court terme, celui de la souffrance et des destructions, des gaspillages et des exigences, mais aussi des exagérations. Entendons-nous bien : il ne s’agit pas de dénombrer les victimes ni de revisiter chaque village pour dénoncer ces exagérations : elles sont trop évidentes. Il s’agit bien au contraire de donner à ce temps de malheur sa vraie forme séculaire, et son contenu permanent. Car à moyen ou long terme, la présence des soldats, les pillages et les rançonnements, la destruction des maisons et des terres, ont des conséquences autres que le vol des poules et le viol des filles, ou que la mise à feu d’une ferme et le massacre de tous ses occupants9. Il y a tous les autres malheurs, sur les esprits et les équilibres psychologiques et moraux, sur la santé et les équilibres démographiques, sur l’activité et les équilibres économiques, mais aussi, plus simplement, leurs transformations.

Temps et lieux de la guerre

  • 10 H. Lemonnier, Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche, 1519-1559, Paris, 1907, rééd. Tallan (...)

19Quand cela a-t-il commencé ? Il est difficile de le dire, car au fond, qu’elle soit celle des seigneurs ou celle des Écorcheurs, la guerre médiévale n’était pas plus favorable aux villages que les premières années de la guerre moderne. Bien qu’elle soit sans démonstration, mais parce qu’elle correspond au moment où la guerre des rois revient en France après avoir quitté l’Italie, retenons cette affirmation d’Henri Lemonnier, qui écrit que dans la campagne qu’Henri II conduit entre Sambre et Meuse en 1554, ses troupes se bornent à ravager le pays et détruisent en une campagne douze cents villages10. Dans le cadre plus général des provinces de la France, on n’a donc pas attendu le temps des guerres de Religion pour que la guerre entraîne une désorganisation générale de la vie rurale, à la fois par la disparition des cadres traditionnels des campagnes – villages, paroisses, communautés des habitants – et par la disparition de leur structures économiques, les outils et les systèmes de production, les circuits d’échanges. Même si localement, après 1562 et en particulier dans le sud-ouest, le fanatisme religieux est un moteur d’excès, cela peut se faire sans violences ponctuelles extraordinaires. Tout commence par la seule présence des troupes en armes. Les villageois doivent loger des milliers de soldats qui se disputent le terrain. Dans un univers où la subsistance quotidienne n’est qu’imparfaitement assurée, où chaque région vit sur elle-même, les effectifs d’une armée même quand ils sont faibles, ce qui est le cas dans la seconde moitié du xvie siècle, représentent un surplus dramatique de consommation, capable de dérégler tous les équilibres. D’autant plus que manquant de pain et de fourrage, les armées, composées de soldats mercenaires aucunement attachés au bien-être du pays dans lequel ils combattent, n’hésitent pas à sacrifier des récoltes futures en faisant paître leurs montures dans les jeunes vignes ou sur le blé en pousse, à faucher pour eux-mêmes les épis à peine murs, à dévorer les bœufs et à réquisitionner les chevaux. La famine suit bientôt, et l’on meurt de misère. Solution extrême, les campagnards préfèrent parfois fuir et abandonnent leurs maisons et leurs biens ; ils affluent alors en ville où ils grossissent la population marginale des pauvres, mais survivent, ou se réfugient en forêt, croisant les loups qui vont de leur côté rôder à découvert autour des cadavres abandonnés. Évidemment, tout ceci signifie des labours insuffisants, des semailles tardives, des vignes mal taillées. Faute d’hommes et faute de travail, plus que par conséquence ponctuelle d’un massacre, les forces productives du monde rural français dans la seconde moitié du xvie siècle se sont trouvées extrêmement affaiblies.

  • 11 Voir M. Stévenin, « Une fatalité : les dévastations des gens de guerre dans l’Est de la France, 16 (...)
  • 12 L. Coste, « Les malheurs de la Fronde en Entre-deux-Mers », dans De la guerre à l’ancienne à la gu (...)

20Les dix premières années du xviie siècle n’ont été qu’une courte embellie. Les troubles intérieurs, puis la guerre étrangère ont à nouveau touché le royaume, dès le tournant des années 1620, sous des formes maintenant différentes. Les provinces ne sont plus toutes parcourues par les troupes ; mais celles qui le sont se trouvent dévastées avec une méthode froide et consciencieuse, différente de la fureur inorganisée des passions religieuses. La guerre se cantonne pour un temps dans le nord-est. Après la Lorraine entre 1630 et 1635, la Picardie et la Bourgogne ont été ravagées en 1636, par les Espagnols et les Impériaux ; les habitants de Dijon voient, de leurs remparts, flamber quatre-vingts villages... Et pendant vingt ans la malheureuse province voit passer des troupes dévastatrices, impériales et espagnoles, françaises et suédoises, les mercenaires de Bernard de Saxe-Weimar que Richelieu met au service de la France. La Franche-Comté, entre 1635 et 1643 est ravagée successivement par les troupes alliées ou ennemies de Condé, de Gallas, de Bernard de Saxe-Weimar, du duc de Lorraine Charles IV, du duc de Longueville. La Champagne, « marche séparante » d’une frontière âprement disputée, n’échappe pas à cette situation particulièrement tragique ; on y a compté, entre 1626 et 1660, deux cent soixante-treize passages de troupes, le long des voies obligées de l’Aisne (élection de Rethel), de la Marne (élection de Châlons), de la route de Bourgogne et de Franche-Comté (élection de Langres), provoquant une authentique catastrophe humaine11. Des hordes de fuyards se jettent alors sur les autres provinces, et y aggravent les difficultés de ravitaillement, qui se superposent à un cycle court de mauvaises récoltes, en gros de 1630 à 1651. Celle de 1652 s’annonçait meilleure : la guerre s’en charge à nouveau ! Car si la première Fronde a été parisienne, la seconde Fronde secoue tout le royaume : Normandie, Anjou, Bourgogne encore, Guyenne surtout... L’armée de Saulx-Tavannes ravage le Dijonnais, celle de Condé le Mâconnais, les troupes royales parcourent le Bordelais12, puis les combattants se retrouvent en Ile-de-France... Les pires excès sont encore commis par les mercenaires du duc de Lorraine, venus à travers la Champagne et la Brie se vendre au plus offrant. L’année 1652, « l’année des Lorrains » resta longtemps dans les mémoires. Comme lors du temps des guerres de Religion, les terres retournent à la friche, les campagnes se dépeuplent. La situation du diocèse de Paris en 1652 est ainsi décrite :

  • 13 Ibid., p. 207, d’après J. Jacquard, « La crise rurale en Ile de France, 1550-1570 », Paris, 1974.

« Les lieux, villages et hameaux déserts et destitués de pasteurs. Les rues et voisinages infectés de charognes, puanteurs et de corps morts exposés. Les maisons sans portes, fenêtres, cloisonnage et plusieurs sans couvert et toutes réduites en cloaques et étables. Toutes les femmes et filles en fuite, et les habitants restés sans meubles, ustensiles, vivres et destitués de tout secours spirituel et temporel. Mais surtout, les malades languissants, moribonds et mourants, sans pain, sans viande, remèdes, feu, linge, couverts13 »...

  • 14 E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 199, cite le village de Boissy-sous-Saint-Yon, dont les 500 habita (...)

21Il y a d’autres violences encore... Mal payés, considérant que la guerre est un métier qui doit être profitable, les soldats ont aussi des exigences financières et rançonnent les villages toujours sous le prétexte de l’appartenance à l’autre camp14. Qu’on y ajoute le prélèvement fiscal régulier, prix inévitable de la guerre, et irrégulier quand l’autorité royale est déficiente, car les tailles levées l’ont été ici pour la Ligue, là pour les Réformés, parfois deux fois pour les deux camps... Le brevet de la taille, impôt rural par excellence, se monte pour le royaume à 6,7 millions de livres en 1559, à la mort de Henri II. En 1589, à la mort de Henri III, il est de 18 millions de livres. Mais qui peut encore payer ? En 1599, le receveur des décimes du diocèse de Sens ne voit plus d’habitations mais des « masures », des « fermes en ruines ou en décadence », « plusieurs villages déserts ou si peu habités que les finages sont délaissés », et se plaint de ne pouvoir faire rentrer un sou en caisse. Sully et Henri IV profitent de la paix retrouvée pour ne plus augmenter la taille, qui en 1610 n’est plus que dix-sept millions de livres. Au reste, l’épreuve passée, les hommes sont revenus ; en une quinzaine d’années les traces extérieures de la tourmente ont été effacées, il y a des maisons neuves, des hameaux reconstruits, des camps bien entretenus, la paroisse et l’assemblée rurale fonctionnent à nouveau. Seuls, les niveaux démographiques n’ont pas encore été rattrapés. Hélas, la guerre de Trente Ans relance une fiscalité écrasante : entre 1635 et 1642, les quarante millions de livres de taille sont dépassées, et s’y ajoutent les crues extraordinaires et les gabelles généralisées. En 1648, l’année de la paix de Westphalie, la taille s’élève dans le royaume à cinquante-quatre millions de livres...

Les villageois et la guerre : esquisse d’un modèle théorique

  • 15 Un modèle exemplaire : J-P. Rorive, Les Misères de la guerre sous le Roi Soleil. Les populations d (...)
  • 16 La réalité, appréhendée par les registres paroissiaux ou des notices cadastrales, est parfois apoc (...)

22Si l’on accepte de quitter le terrain des faits pour ne plus s’appesantir sur les seules violences, essayons de déterminer les mécanismes et les enchaînements qui se trouvent mis en œuvre dans les rapports que les villageois entretiennent avec la guerre, dont ils payent toujours le prix fort15. Quelle qu’en soit l’ampleur, il ne s’agit pas ici de simplement dénombrer les formes superposées des effets de la guerre sur les villages, trop connues : désastre démographique16, destructions matérielles, prélèvements obligatoires, traumatisme durable... Retenons que les bilans sont toujours le fait aussi de l’accumulation de circonstances qui ne sont pas toujours liées à la guerre. La peste suit souvent les armées, mais les retours de peste n’ont pas besoin des armées ; la disette ou les famines sont le complément logique des malheurs de la guerre, mais les catastrophes climatiques, cette avalanche de mauvaises années au milieu du xviie siècle, ne doivent rien à la guerre. En revanche, on peut inverser les affirmations. Sans la guerre, les autres circonstances n’auraient pas eu des effets aussi dramatiques. Enfin, l’on aurait tort de croire que les villageois restent passifs. Essayons d’en rester ici aux mécanismes de la guerre.

23Tout commence dans un village en paix. Il subit une fiscalité ordinaire (la trilogie royale, paroissiale, seigneuriale : taille, dîme, cens/champart) à laquelle il arrive à faire face, et garantit ses équilibres entre le nombre et la santé de ses habitants, ses productions annuelles, l’entretien matériel des maisons, des outils et de la terre. Pour ce village, la guerre qui survient n’est pas une bataille – cas limite, évidemment ; c’est, dans la conjoncture d’une guerre, le passage d’hommes en armes, qui séjournent plus ou moins longtemps. Alors tout s’enclenche :

  • à court terme d’abord, l’ensemble des prélèvements liés à la guerre : prioritairement, l’alourdissement de la fiscalité royale, prix de la guerre. Puis des contributions ou des réquisitions supplémentaires imposées par les troupes. Celles-ci exigent au moins leur nourriture17, se servent sur les réserves du village, et nourrissent également leurs montures. Les fourrages commencent, et ne respectent pas les récoltes à venir. Enfin, qu’il y ait ou non résistance des villageois, la maraude ou le pillage, puis les violences physiques, parfois les massacres, achèvent d’épuiser le village. Beaucoup d’hommes s’enfuient, d’autres sont tués. La première catastrophe démographique est la hausse de la mortalité.
  • à moyen ternie, l’appauvrissement, l’endettement, et l’effet des destructions, toujours sensible dans les mois qui suivent le passage des troupes. Destruction des biens matériels : récoltes, ponts et chemins, les habitations elles-mêmes. Et comment reconstruire, lorsque l’épuisement des réserves du village a entraîné la hausse des prix ? C’est un cercle vicieux, le paysan s’endette plus encore s’il veut demeurer sur place. D’autre part, destruction des hommes : à l’accroissement de la mortalité ou au départ des hommes se superpose un déclin sensible de la nuptialité, puis de la natalité, enfin apparaissent des classes creuses. La population ne se renouvelle plus. Si cette conjoncture désastreuse ne dure qu’une année, le village se relèvera. Si elle dure plus longtemps, le cycle long de la misère succède au cycle court des malheurs.
  • à plus long terme donc, anémie économique générale, et anémie des hommes. Les terres, faute d’hommes pour les travailler, retournent à la friche ; plus de blé et plus de vigne, donc plus de ressources, aucune possibilité de s’approvisionner dans les régions voisines. C’est la disette, voire la famine. Quant aux hommes qui restent, victimes de malnutrition, physiquement affaiblis, incapables de résister à la moindre maladie, ils cèdent à toutes ces vermines que les armées ont laissées ou aux retours de peste qui marquent également cette époque tragique. L’épidémie achève de vider le village de ses habitants.
  • à très long terme, il peut y avoir deux résolutions.

24La première est la disparition. Le finage est déserté, le village n’a même plus de structure juridique ou administrative, plus de paroisse, plus d’assemblée d’habitants. Les survivants sont partis. Dans le cadre plus général d’une province, on note une dépopulation générale, une désespérance accompagnée d’une angoisse propice à la violence, ce qu’au temps de la guerre de Trente Ans, on a pu caractériser comme un recul d’humanité.

25La seconde est la reconstruction. Elle peut avoir été encouragée par une capacité naturelle de résistance. D’abord, parce que, si le village n’est pas organisé pour faire face à la guerre, manque de remparts et de milice, les villageois peuvent profiter de la protection assurée par des marais, ou par la forêt ; les soldats n’iront pas les poursuivre, car de chasseurs, ils deviendraient aussitôt chassés, aux mains d’une population de braconniers habiles. Au reste, les villageois ont des armes, fourches, faux, couteaux, et s’ils n’ont pas de science collective du combat, ils savent pourtant utiliser ces armes. Lorsqu’ils se trouvent en nombre et que l’occasion s’en présente, ils répondent volontiers à la violence de guerre par une violence paysanne en tous points comparable par sa sauvagerie. Ils ont donc une capacité de réaction collective. Mais curieusement, les grandes révoltes paysannes, fréquentes dans le courant du xviie siècle, ne constituent pas une réponse à la guerre, mais plutôt au poids fiscal de l’autorité royale, en particulier dans les pays qui traditionnellement jouissent de libertés. Car l’autre effet insidieux de la guerre est le renforcement de l’autorité royale, qui ne se limite pas à son expression fiscale. Quand toutes les structures locales ont été défaillantes, le retour de la paix est marqué par l’arrivée d’un commis ou d’un officier royal, d’une administration. Dans la guerre, le village a perdu ses hommes et ses biens, mais souvent aussi ses libertés.

Esquisse d’un modèle théorique non quantifié18

Village en paix

Fiscalité royale

Village et finage

Équilibre

Production

assumée

entretenus

démographique

alimentaire assurée

Guerre

26(Passage ou campement de troupes. Peu ou pas de bataille)

1. La guerre subie

Effet à court terme

Alourdissement

Contributions

Fourrages

Prélèvement

Nourriture

fiscal

réquisitions

pillages

d’hommes

des troupes

(enrôlement, massacres)

Effet à moyen terme

Appauvrissement

Destructions des

Mortalité

Épuisement des

– récoltes

-déclin de

réserves

– communications

la nuptialité

Hausse des prix

– outils

-déclin de

– habitations

la natalité

-fuite des hommes

2. La guerre combattue

27– Mise en défense du village : éléments naturels (marais, forêt)

28– Aménagement de défenses artificielles

29– Engagement d’hommes d’armes, constitution de milices villageoises

30– Économie adaptée à la guerre. Artisanat d’autosuffisance

Effet à long terme

Anémie économique

Anémie des hommes

Commerce paralysé

Malnutrition

Terres en friches

Maladies

Artisanat disparu

Disette

Épidémies

Effets à plus long terme

311. Disparition du village
(Désertification. Disparition des structures. Angoisse des hommes)

322. Reconstruction du village
(Avec renforcement de l’autorité royale : fiscalité, justice, police)

Le village, objet de guerre, objet de paix

33Reste, évidemment, à expliquer à la fois la violence de la guerre subie par les villages jusqu’au milieu du xviie siècle, et finalement la relative atténuation de ces malheurs dans la seconde moitié du xviie, puis leur disparition progressive, à nuancer, dans le courant du xviiie siècle.

Le village n’est ni objet stratégique, ni objet tactique

  • 19 Machiavel, L’Art de la guerre (Dell’arte della guerra, 1520), tr. T. Guiraudet, Paris, Berger-Levr (...)
  • 20 R. de Fourquevaux, Instructions sur le fait de la guerre extraites des livres de Polybe, Frontin, (...)

34L’on peut noter un paradoxe initial : le village n’a pas de fonction militaire, il n’est ni un objet stratégique, ni un objet tactique... Si Ton s’en tient à la guerre observée dans ses composantes théoriques, même au xvie siècle dont plusieurs auteurs, après Machiavel19, traduit en français en 1546, puis Raymond de Fourquevaux dans un traité publié en 1548 et longtemps attribué à Guillaume du Bellay20, commencent à réfléchir sur les pratiques, un art de la guerre entièrement renouvelé depuis que la maîtrise du feu individuel en a transformé la pratique héritée du temps féodal, rien ne désigne un village comme cible. D’une part, la cavalerie a perdu sa place centrale dans le dispositif des batailles au profit de l’infanterie, d’autre part la bataille résulte maintenant plus de mouvements collectifs résultant d’une ordonnance des troupes réfléchie, que d’une collection d’exploits individuels à porter au crédit de la valeur de combattants qui sortent d’une masse compacte au profit d’un violent choc frontal. Dans le même temps, la guerre devient d’inspiration royale, et non plus seigneuriale. Le roi en fixe les objectifs politiques, qui peuvent être la conquête ou la défense d’une province, et en confie la conduite stratégique à ses généraux ; ceux-ci choisissent les routes, désignent les places à prendre, éventuellement les batailles à livrer, et s’en reposent sur leurs capitaines pour les détails de l’exécution tactique. Dans un tel schéma, le village ne représente rien, il n’est ni place forte, ni concentration de richesses, ni siège de décisions politiques ou de pouvoirs économiques. Il n’est qu’un rassemblement de cent à cent cinquante feux dont les habitants travaillent un finage. Malheureusement, pour qu’un tel schéma ne reste pas théorique, il aurait fallu que l’État moderne, en gestation depuis le début du xvie siècle, ait les moyens de ses prétentions. C’est-à-dire une armée.

Mercenariat et guerre de dégâts

  • 21 Henri II ne laisse que trois régiments, dont les noms portent celui des bandes transformées en lég (...)
  • 22 Les plus illustres des entrepreneurs de guerre ne sont pas Français, et ne combattent pas pour le (...)

35Or, le roi de France n’a toujours pas d’armée... Durant tout le xvie siècle, l’échec de l’autorité royale dans le domaine de la mise en place d’une armée royale est patent. François Ier n’a pas réussi à créer des légions permanentes, Henri II n’a fait qu’ébaucher les premiers régiments, puis le temps des guerres de Religion désorganise assez les structures de l’État pour qu’Henri III ne puisse faire mieux que ses prédécesseurs. Il conserve donc une armée aux structures floues et mouvantes, aux effectifs faibles, et dont le commandement est abandonné à des lieutenants généraux assistés de capitaines21. Il en résulte deux particularités : la première est que le roi a peu d’autorité sur l’armée qui combat en son nom, la seconde est que les chefs de guerre recrutent leurs hommes par le principe du mercenariat, des hommes qui se vendent au plus offrant en trouvant dans la guerre un métier lucratif. Fourquevaux regrettait déjà que la France méprise le service des Français pour devenir tributaire de ses voisins, Italiens, Suisses surtout, depuis la paix de 1516, ou Allemands devenus des apatrides de mauvaise réputation... De là, ce paradoxe étrange dans le temps des guerres de Religion qui opposent en France catholiques et calvinistes, de voir parfois combattre dans les bandes ennemies des soldats luthériens recrutés en même temps en Allemagne, indifféremment pour l’un ou l’autre camp... Mais il faut aller plus loin. Dans toute la première moitié du xviie siècle, le mercenariat, aux mains de condottieri devenus de grands entrepreneurs de guerre22 a continué à être la règle, aussi bien pour le recrutement des troupes impériales que pour les troupes espagnoles ou les armées françaises. Or, la guerre des mercenaires crée en elle-même le malheur de la guerre, et en particulier à l’encontre des faibles, ceux contre lesquels peut se déchaîner la sauvagerie car elle est sans véritable risque.

  • 23 Machiavel, Le Prince, 1513, tr. J. Gohery, Librairie générale française, Paris, 1962, p. 86.
  • 24 Fanatisme, ou intensité, ou prophétisme panique... Voir D. Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La viol (...)
  • 25 O Chaline, La Bataille de la Montagne Blanche. Un mystique chez les guerriers, Paris, Noesis, 1999

36Les troupes mercenaires « sont désunies, ambitieuses, déloyales, braves chez les amis, lâches devant l’ennemi ; elles n’ont point de crainte de Dieu ni de foi avec les hommes, et tu ne diffères ta ruine qu’autant que tu diffères l’assaut. En temps de paix, tu seras pillé d’eux ; en temps de guerre, des ennemis. La cause de cela est qu’ils n’ont autre amour ni autre occasion qui les tienne au camp qu’un peu de gages, ce qui n’est pas suffisant à faire qu’ils veuillent mourir pour toi », écrit Machiavel en forme d’avertissement, dès 1513, alors que depuis deux à trois décennies, les besoins en troupes d’infanterie commencent à répandre la pratique du recrutement mercenaire23. Mais le temps des guerres civiles et religieuses n’a pas été favorable à la mise en forme d’une armée organisée, et finalement, faute de réflexion, faute de discipline, faute d’apprentissage, faire la guerre consiste à dévaster un pays et l’épuiser, plus qu’à rechercher le combat décisif. Les guerres durent ainsi longtemps, aucun camp ne prend vraiment l’avantage sur l’autre, et les troupes, généralement assez peu nombreuses, assez dispersées pour n’être pas abattues par un coup porté en un point, croisent leurs allées et venues continuelles dans les provinces qu’elles parcourent. Le fanatisme religieux des chefs plus que celui des soldats24, les rancœurs sociales occasionnelles, l’indifférence d’étrangers au sort des habitants, l’insécurité des consciences et des âmes aussi, mélange d’angoisse dans des temps de panique intérieure et de penchant naturel à la violence dans une époque où tous les cadres semblent éclater, font le reste. Le contenu religieux toujours latent dans les premières batailles de la guerre de Trente Ans25, est nettement devenu secondaire dans les pratiques de la guerre entre 1630 et 1660, mais les mercenaires, même lorsqu’ils ne sont pas excités ou justifiés par une passion religieuse, n’ont pas plus de discipline, et pas d’autre principe de guerre que toujours l’épuisement du pays combattu.

  • 26 J. Moreau, Mémoires sur l’histoire des guerres de la Ligue en Bretagne, édités par H. Waquet, Quim (...)
  • 27 J. Moreau, op. cit., p. 56, emploie le terme « brigandeau », quand il décrit la bande que conduit (...)
  • 28 L’expression d’A. Corvisier, Histoire militaire de la France, Paris, PUF, 1992, t. 1, p. 322.
  • 29 Voir par exemple S. Desachy, « Du capitaine au soldat. Comportements guerriers en Rouergue, De la (...)

37Quelle est alors cette guerre ? « Petite guerre », ou « guerre de partis » selon l’expression qui apparaît déjà dans les textes de plusieurs contemporains26, mais sans avoir bénéficié de la réflexion qui l’introduit dans la guerre comme l’une de ses pratiques complémentaires à partir de la fin du xviie siècle, en particulier en lui assignant des objectifs plus directement militaires que civils ? « Guerre de brigands27 » ou simple brigandage, expression qui revient de manière lancinante dans les plaintes des victimes, « guerre des accessoires28 » selon l’expression de l’historiographie contemporaine pour désigner cette guerre qui se développe en lieu et place d’affrontements d’armées, sorte de guerre subsidiaire qui pourra devenir guérilla plus tard ? Certes, il y a des opérations militaires, embuscades, surprises, escarmouches provoquées par des capitaines qui « battent l’estrade », c’est-à-dire qui parcourent la campagne à la recherche d’une troupe ennemie pour en découdre, pratique dont les seules victimes réelles sont les paysans dont les villages sont traversés29. Mais les véritables malheurs sont ailleurs, et se trouvent dans toutes les pratiques de la guerre qui constituent, en marge des opérations combattantes de la guerre, ce qu’on peut toujours appeler une « guerre de dégât » à l’ancienne, visant en même temps à s’enrichir et à affaiblir l’adversaire en épuisant préventivement ses ressources. Ainsi se justifient les expéditions faites pour détruire les récoltes ou s’emparer des troupeaux, ainsi se justifie le pillage des villages dont on tire les dernières pièces d’or et les derniers grains que les villageois peuvent encore conserver. Au reste, là n’est pas l’objet de la condamnation unanime des contemporains.

38Il y a une violence admise dans la guerre. L’horreur de la guerre pour le village, c’est la cruauté non admise : le prélèvement qui devient rançonnement avide, la paillardise qui devient viol suivi d’égorgement, le massacre qui ne se limite pas à la garnison d’une ville, la cruauté qui devient barbarie. En un mot, tous les débordements qui sont le fait classique d’une troupe sans honneur et sans discipline. Si la violence des temps explique ces comportements, rien ne les justifie.

39Le roi l’a bien compris. Louis XIV, très tôt, a une vision intelligente de sa propre gloire. Non seulement il sait que la grandeur d’un royaume ne s’appuie pas sur des provinces dévastées, mais il sait aussi que la grandeur d’un roi ne se mesure pas aux atrocités commises en son nom, ou tout au moins couvertes par son autorité...

Le village hors de guerre

40Aussi, le premier souci du jeune roi, devenu maître en son royaume, à la fois grâce à la paix des Pyrénées et la mort de Mazarin, est de régler la guerre, c’est-à-dire l’ordonner, la discipliner, l’on pourrait même risquer un autre mot, la civiliser. Louis XIV avait peut-être un modèle dans le code Michau, cette grande ordonnance réformatrice de 1629 dont presque la moitié des articles concernent le recrutement et la discipline des troupes, et qui interdisait entre autres le recrutement d’armées privées, mais Richelieu n’avait pu aller plus loin que l’exposé des principes : contrôle des opérations d’engagement, routes des soldats pour leurs déplacements, soldes et revues, discipline, logement militaire réglementé dans les villages... Louis XIV, soucieux du détail, secondé par Louvois maître du département de la Guerre, se donne les moyens de la réussite.

  • 30 Présentation exhaustive dans A. Corvisier, Louvois, Paris, Fayard, 1985.

41Il ne peut être question de retracer ici l’ensemble des réformes militaires du grand ministère de Louvois30. Retenons, pour l’essentiel, une série d’ordonnances qui, à la différence du Code Michau, seront appliquées avec rigueur, et bouleversent tout le système ancien. Entre l’ordonnance du 20 juillet 1660 qui réorganise le paiement des soldes, et celle du 25 juillet 1665 qui réorganise la discipline en définissant les délits de droit commun déférés à un tribunal civil, et les délits de caractère militaire déférés à des conseils de guerre, une série de textes réorganise le recrutement, désormais un volontariat constitutif d’une armée permanente, et l’entretien de l’armée. L’ordonnance du 12 avril 1665 rassemble toutes les prescriptions concernant les étapes et les fournitures. L’intendant des provinces en devient responsable, doit préparer avec les trésoriers des guerres les fonds nécessaires et en répartir les charges dans leurs départements ; il doit conclure des contrats d’étapes avec maires et échevins. Bref le recrutement est désormais contrôlé, et la discipline garantie non seulement par la surveillance, les revues et les punitions, mais aussi par la qualité de la condition matérielle dans lesquelles va se développer cette armée permanente. Qu’on ajoute à cet ensemble l’ordonnance de 1664 qui supprime la vénalité des charges pour les Gardes du corps, l’obligation pour les capitaines d’être tirés des lieutenants, et qui donc ébauche l’organisation d’une carrière militaire pour les officiers... C’est finalement une armée professionnalisée, réglée, disciplinée... Et l’on doit doubler cette mutation structurelle des mutations spécifiques de l’art de la guerre, ou tout au moins de la pratique de la guerre de Louis XIV, qui, avec en partie le soutien de Vauban, devient une guerre frontalière, guerre d’attaque et de défense des places, une guerre qui épargne l’intérieur d’un pays qui pour presque cent cinquante ans, ne connaîtra plus la guerre intérieure. La paix française de Louis XIV, devenue paix du xviiie siècle, voilà ce qui transforme les rapports du village et de la guerre...

  • 31 Pour l’essentiel, voir A. Corvisier, Armée s et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 197 (...)

42Mais il ne faut pas se tromper. Hors de guerre, le village subit désormais une autre forme de présence de la guerre que les violences passées, ou désormais réservées, mais avec moins d’inhumanité pourtant, à des espaces hors de France – le Brabant et l’évêché de Liège, le Palatinat, la Bavière... Et l’on devrait y ajouter certains épisodes de la guerre camisarde des Cévennes. Cependant, en France, l’essentiel n’est plus là31 :

  • 32 Développement et bibliographie dans A. Corvisier, Histoire militaire de la France, Paris, PUF, 199 (...)

43– le logement de guerre et l’étape. Imposé aux calvinistes sous la forme des tristement célèbres dragonnades, le logement de guerre reste à la charge des populations faute de casernes, mais n’est considéré par l’autorité royale que comme un pis-aller. Après un premier effort considérable entre 1668 et 1710, une ordonnance du 25 septembre 1719 prescrit de bâtir quatre cent quatre-vingt-seize « granges » destinées à abriter en hiver soit deux escadrons de cavalerie, soit deux bataillons d’infanterie ; en été, les régiments doivent en principe camper sur des terrains en jachère. On imagine les difficultés que cela peut entraîner avec les villageois... Le logement de guerre est souvent remplacé par une taxe, parfois remise à un entrepreneur qui se charge du logement en négociant avec les administrations des villes et bourgades. Les fantassins étaient plutôt regroupés en garnisons dans les villes, principalement pour des raisons de contrôle des hommes, mais les cavaliers restent fréquemment répartis en quartiers dans les villages, surtout en raison de la présence des chevaux. La charge est détestée. À la fin du xviiie siècle, le principe de garnisons permanentes ou de quartiers de cavalerie établis dans certaines villes est définitivement acquis, et a contribué à distendre les rapports des villageois avec l’armée, devenue plus citadine. L’étape, elle aussi souvent remplacée par une taxe, est le lieu par où passent les troupes en marche, au gré de leurs changements de garnison. Elles doivent y trouver des provisions de vivres et fourrages. En 1768, un nouveau système transforme l’étape en supplément de taille, ce qui la rend plus universelle, mais en même temps moins perceptible32 ;

  • 33 L’Encyclopédie, article Invalides. Voir J-P. Bois, Les Anciens Soldats dans la société française a (...)

44– la milice, surtout. Pour faire face à l’insuffisance du volontariat qui atteint ses limites autour de 1685, alors que les effectifs de l’armée permanente ne cessent de gonfler, et en se fondant sur le vieux principe du devoir militaire des sujets du roi, Louvois avait, par l’ordonnance du 20 novembre 1688, institué la milice : les intendants doivent, dans chaque paroisse, à proportion du montant de la taille imposée, lever des hommes choisis parmi les célibataires de vingt à quarante ans, équipés par la paroisse, choisis par la paroisse... Le résultat avait été l’envoi des moins utiles aux villages, infirmes ou pauvres, revêtus de guenilles indignes, et armés de bric et de broc. En 1692, le tirage au sort devient le mode de désignation des miliciens, dont l’entretien et l’équipement passe sous l’autorité royale. Supprimée à la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, rétablie pour la guerre de Succession d’Espagne, et définitivement après 1726, la milice devient un moyen de constituer une sorte de réserve qui permet de compléter en temps de guerre l’effectif des troupes réglées. Elle reste unanimement détestée des villages comme en témoignent les doléances de 1789, surtout parce que le tirage au sort enlève des hommes aux villages – des hommes qui, généralement, n’y reviennent plus. En rupture de famille, en rupture de racines, sans véritable métier, les soldats préfèrent rester au service du roi, et ont du mal à retourner au pays après leur vie militaire, quels que soient les efforts du roi en matière de pensions de retraites. Pourtant, si la suppression de la milice est la revendication la plus universelle des cahiers de doléances, et quels qu’en soient les injustices ou l’arbitraire, la milice a habitué les villages à voir la guerre autrement que comme une avalanche de malheurs, et le soldat autrement que comme un malfaiteur. « La Tulipe en veut à ma fille, dira un paysan ; j’en suis bien aise, il est de bonne race ; il sera mon gendre » : Collot, le commissaire des guerres, auteur de l’article Invalides de L’Encyclopédie, atteste dans ces lignes l’avènement de nouveaux rapports entre les villageois et les soldats33.

***

45Parlera-t-on de réconciliation entre le village et la guerre ? Au moins peut-on constater une évolution nette. Le recrutement des bandes mercenaires jusqu’au milieu du xviie siècle, quand il n’est pas étranger, est surtout assuré par des hordes de déclassés généralement ramassés dans les villes, sauf lorsque joue autour d’un capitaine le principe d’un recrutement de type seigneurial. On pourrait presque évoquer, dans les malheurs que les armées imposent aux villages, une haine du peuple des villes contre le peuple des campagnes. Le volontariat au xviiie siècle, même si les recruteurs battent la caisse en ville et tentent toujours d’y duper les naïfs, et même si s’engagent toujours nombre de jeunes gens sans famille ou sans travail, permet de constituer une armée constituée, pour les deux tiers de ses soldats, de villageois, solides et fidèles. En 1798, dans le contexte de la guerre révolutionnaire, sans grand surprise, la loi Jourdan Delbrel qui établit la conscription, prend en compte une adhésion acquise. Même si, localement, les résistances au service militaire se sont poursuivies jusqu’à la fin de l’époque impériale.

46Mais il ne faut pas s’y tromper. La guerre reste un malheur, partout où elle passe. Comment oublier par exemple que, lorsqu’une bataille va se livrer, les villages de la contrée sont toujours les premières victimes : ils sont détruits, transformés en redoutes, leurs arbres sont coupés pour fabriquer les fascines et protéger les retranchements, leurs habitants sont utilisés par force comme éclaireurs, les fourrages sont toujours prélevés par les armées... Même après les plus belles victoires, l’herbe ne repousse pas toujours quand passent les soldats...

Notes

1 B. de Monluc, Commentaires, 1521-1576, Édition établie par P. Courteault, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1964. Voir l’introduction de J. Giono.

2 A. d’Aubigné, OEuvres, Paris, éd. de la Pléiade, présentation de H. Weber et coll., 1969, Les Tragiques, I, Misères, vers 372-374 et 379-380.

3 Information dez desordrez et cruautez des troupez dans l’evesché de Cornouaille depuiz 1592 jusqu’à la paix 1599, dans Ludwig Ravaille, La Violence en Bretagne au temps de la Ligue (1585-1598), maîtrise, ms., Université de Nantes, 2000, p. 250-259, d’après A. de Barthélémy, Documents inédits sur la Ligue en Bretagne, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1880, p. 232-246.

4 M. Richard, Jacques Callot. Une œuvre en son temps. Les misères et malheurs de la guerre, Catalogue de l’exposition organisée par le Musée Dobrée, Nantes, Musées départementaux de Loire-Atlantique, 1992. Les gravures qui suivent sont reproduites d’après cet ouvrage (Nantes, Musée Dobrée, collection Thomas Dobrée, inv. 896.2212, 896.2213, 896.2215 et 896.2225). © Cliché Ch. Hémon, Musée Dobrée, Nantes.

5 Rappelons, parmi les soldats qui sillonnent la Lorraine de Jacques Callot, les terribles « Lissowtchyki », bande de pillards polonais commandés par Alexandre Lissowski, qui se signalaient par de telles violences que le roi Sigismond les avait cédés à l’empereur Ferdinand II, qui lui-même ne les avait pas laissé combattre en terre allemande, mais en Hongrie et en Lorraine ! Jacques Callot a crayonné quelques-uns de ces terribles Lissowtchyki.

6 L’inventaire après décès de Callot désigne la série des gravures sous le titre La Vie de soldats, et Baldinucci en 1686 évoque La Vita del Soldato, Ibid., p. 72.

7 Les Misères et les mal-heurs de la guerre, représentez par Jacques Callot, noble lorrain, et mis en lumière par Israël son ami, Paris, s.e., 1633.

8 Les témoignages pourraient être multipliés... Aussi bien Sully dans ses Oeconomies Royales, que François de la Noue ou Saux-Tavannes, et sous une forme très différente Palma Cayet dans sa Chronique novenaire, sans oublier, bien sûr, Les Aventures de Simplicius Simplicissimus, livre témoignage laissé en 1668-1669 par Hans-Jakob von Grimmelshausen sur le comportement des armées suédoises en Allemagne pendant la guerre de Trente Ans.

9 Très bonne synthèse dans Histoire de la France rurale, sous la direction de G. Duby, vol. II, L’Âge classique des paysans, sous la dir. d’E. Le Roy Ladurie, Paris, Le Seuil, 1975, p. 193 sqq.

10 H. Lemonnier, Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche, 1519-1559, Paris, 1907, rééd. Tallandier 1983, p. 173. Voir C. Base, « La campagne d’Henri II de France dans l’Entre Sambre-et-Meuse », dans De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, vol. I, Paris, CTHS, 1996, p. 13-26.

11 Voir M. Stévenin, « Une fatalité : les dévastations des gens de guerre dans l’Est de la France, 1620-1660. L’exemple de la Champagne », dans De la guerre à l’ancienne..., op. cit., p. 161-162.

12 L. Coste, « Les malheurs de la Fronde en Entre-deux-Mers », dans De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, op. cit., p. 131-146.

13 Ibid., p. 207, d’après J. Jacquard, « La crise rurale en Ile de France, 1550-1570 », Paris, 1974.

14 E. Le Roy Ladurie, op. cit., p. 199, cite le village de Boissy-sous-Saint-Yon, dont les 500 habitants (120 feux) préfèrent donner 2 000 écus que subir le cantonnement d’une troupe.

15 Un modèle exemplaire : J-P. Rorive, Les Misères de la guerre sous le Roi Soleil. Les populations de Huy, de Hesbaye et du Condroz dans la tourmente du siècle de malheurs, Liège, Éditions de l’Université de Liège, 2000.

16 La réalité, appréhendée par les registres paroissiaux ou des notices cadastrales, est parfois apocalyptique. M. Stévenin, art. cit., p. 162-163, enregistre un recul démographique de 60 % (diminution du nombre d’habitants) en Champagne entre le début du xviie siècle et 1657, M-J. Laperche-Fournel arrive au même résultat pour la Lorraine pendant la guerre de Trente Ans, « Les pertes de population en Lorraine et dans les régions voisines au lendemain de la guerre de Trente Ans », dans La Population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, PUN, 1985, p. 106.

17 D’après le tableau de J-P. Rorive, op. cit., exemplaire ms., vol. 1, p. 28.

18 Voir par exemple une étude très précise, J-E. Iung, « Le poids des guerres de Religion en basse Auvergne. La nourriture des troupes royales de 1567 à 1588 », Mélanges Pierre Fournier, Clermond-Ferrand, 1985, p. 83-111.

19 Machiavel, L’Art de la guerre (Dell’arte della guerra, 1520), tr. T. Guiraudet, Paris, Berger-Levrault, coll. Stratégies, 1980.

20 R. de Fourquevaux, Instructions sur le fait de la guerre extraites des livres de Polybe, Frontin, Végèce, Cornezan, Machiavelle et plusieurs bons auteurs...

21 Henri II ne laisse que trois régiments, dont les noms portent celui des bandes transformées en légion par François Ier, Picardie, Piémont, Champagne ; on peut y ajouter les gardes françaises, devenues un régiment régulier avec Strozzi en 1582. Au total, Henri IV au début de son règne, n’a pas dix mille fantassins.

22 Les plus illustres des entrepreneurs de guerre ne sont pas Français, et ne combattent pas pour le roi de France (Wallenstein, Tilly, Spinola, ou moins illustres, Bucquoy, Dampierre, Piccolomini, Albert de Saxe-Lauenburg, Christian d’Anhalt, l’Ecossais Munroe...), sauf Bernard de Saxe-Weimar qui passe au service de Louis XIII après les règlements de paix de 1635. À sa mort, le roi rachète ses mercenaires, embryon d’une armée royale...

23 Machiavel, Le Prince, 1513, tr. J. Gohery, Librairie générale française, Paris, 1962, p. 86.

24 Fanatisme, ou intensité, ou prophétisme panique... Voir D. Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, 1525-1610, Seyssel, Champ-Vallon, 1990.

25 O Chaline, La Bataille de la Montagne Blanche. Un mystique chez les guerriers, Paris, Noesis, 1999.

26 J. Moreau, Mémoires sur l’histoire des guerres de la Ligue en Bretagne, édités par H. Waquet, Quimper, 1960, XXX, p. 218, de même que J. Pichart, journal contenant ce qui s’est passé à Rennes et aux environs pendant la Ligue, publié par D. Morice, Preuves, s.d., t. III, colonnes 1695 à 1758, col. 1707, emploient tous deux l’expression. Le chanoine Moreau et J. Pichart, notaire royal, sont tous deux des témoins directs des événements qu’ils décrivent. Le chanoine Moreau écrit très précisément à propos de La Fontanelle, l’un des plus cruels capitaines de cette guerre de la Ligue, qu’il est « plus habitué à la petite guerre, c’est-à-dire à ravager le bon-homme, qu’en envisager l’ennemi »...

27 J. Moreau, op. cit., p. 56, emploie le terme « brigandeau », quand il décrit la bande que conduit le seigneur de Keranhlan.

28 L’expression d’A. Corvisier, Histoire militaire de la France, Paris, PUF, 1992, t. 1, p. 322.

29 Voir par exemple S. Desachy, « Du capitaine au soldat. Comportements guerriers en Rouergue, De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, op. cit., p. 30.

30 Présentation exhaustive dans A. Corvisier, Louvois, Paris, Fayard, 1985.

31 Pour l’essentiel, voir A. Corvisier, Armée s et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976.

32 Développement et bibliographie dans A. Corvisier, Histoire militaire de la France, Paris, PUF, 1992, vol. II, J. Chagniot, « Les progrès de l’administration militaire », p. 29-54, en particulier 47-50.

33 L’Encyclopédie, article Invalides. Voir J-P. Bois, Les Anciens Soldats dans la société française au xviiie siècle, Paris, Economica, 1990, en particulier p. 307-318.

Table des illustrations

Légende La maraude
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Le pillage d’une ferme
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Pillage et incendie d’un village
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende La revanche des paysans
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.