Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Le village et l’armée en Languedoc à l’époque moderne

Dominique Biloghi et Elie Pélaquier

Texte intégral

  • 1 Pour ne citer qu’un exemple, pensons aux travaux de Jean Jacquart, en particulier « La Fronde des (...)

1Évoquer le village et l’armée, la communauté des habitants et les troupes en quartier ou de passage, c’est revenir nécessairement sur une vieille et douloureuse confrontation dont témoignent les récits littéraires, ceux qu’illustrent parmi tant d’autres Grimmelshausen ou Voltaire, et que nous rapportent avec précision de nombreuses monographies villageoises et de grandes thèses régionales des xixe et xxe siècles1. Le Languedoc moderne n’échappe pas à la règle car, province frontière jouxtant l’Espagne jusqu’au traité des Pyrénées, menacé sur ses côtes par les descentes anglaises tout au long du xviiie siècle, il est aussi le cadre de longues luttes religieuses jusqu’en 1629 puis à nouveau au début du xviiie siècle lors de la « guerre des Cévennes ». Ce serait alors une erreur de perspective que d’imaginer les deux généralités de Languedoc comme une paisible province à l’abri des « foules » des gens de guerre, tout au moins durant les xvie et xviie siècles, et le xviiie siècle n’échappe pas toujours à ce fléau.

2C’est pourquoi, sans reprendre exhaustivement les longues litanies des multiples doléances recensant les méfaits causés par les soldats amis plus qu’ennemis, l’étude du Languedoc moderne peut utilement contribuer à évaluer le poids, réel et perçu, de la charge militaire ainsi que ses évolutions organiques. En effet, les lentes mais réelles modifications des besoins et des moyens de l’État royal et de son armée entraînent des changements dans les modalités et la nature des contributions exigées des populations. Ces mutations de l’appareil militaire se répercutent alors sur la perception, les « représentations » dira-t-on aujourd’hui, qu’en ont les assujettis.

3À cette fin, nous tenterons de suivre les changements tant législatifs que pratiques qui émanent des administrations royales et provinciales durant les deux siècles qui séparent les guerres de religion des bouleversements de la Révolution afin de rendre compte tout à la fois de la nature et du poids des exigences militaires et des réactions des communautés.

La réglementation de la subsistance et du logement

4Qu’exige donc l’État royal de ses populations « civiles » pour maintenir voire accroître la force de ses armées et comment s’organise la fourniture de la subsistance et du logement des troupes en Languedoc, pays d’états le plus étendu du royaume, dont les institutions particulières demeurent encore vigoureuses ?

  • 2 Françoise Moreil, L’intendance de Languedoc à la fin du xviie siècle, Édition critique des Mémoire (...)
  • 3 André Navereau, « Les lignes d’étape », Revue Historique des Armées, 1962, no 2, p. 19-29.

5Il faut tenir compte, d’une part de l’accroissement des besoins et du décuplement des effectifs militaires de la monarchie en guerre à ces défis. Ainsi, il lui faut, bon gré mal gré, prendre en charge et répartir sur ses communautés non seulement la partie fisco-financière de l’entretien des gens de guerre circulant en Languedoc, mais encore l’organisation même du passage des troupes ainsi que d’autres contributions à caractère militaire comme les levées et la maintenance de bataillons de milices ou la réfection des fortifications2. Parmi elles « l’étape » constitue une des charges les plus constantes, alors qu’en principe, mais ce n’est pas toujours ni partout le cas en période de guerre et lors de la Révocation, la province est exemptée de quartiers d’hiver en raison du versement du « don gratuit ». L’étape implique des nécessités diverses qui pèsent inégalement mais continûment sur la centaine de lieux de passage utilisés depuis l’ébauche du système sous François Ier et sa fixation législative entre 1623 et 1643 : il s’agit de fournir le logement, les rations de vivres et l’ustensile à chaque troupe allant et revenant d’un front ou se « rafraîchissant », ou d’y substituer une somme d’argent permettant de s’assurer ces fournitures « de gré à gré » (ce qui est source de nombreux abus)3.

  • 4 Dominique Biloghi, Logistique et Ancien Régime, Montpellier, U.P.V., 1998, « Le travail législatif (...)

6Malgré les progrès de l’arsenal réglementaire, qui se densifie sous les secrétaires d’État ayant le département de la guerre entre Beauclerc et Le Tellier, la période qu’embrassent les années 1570-1660 est marquée par la multiplication des exactions et des plaintes des habitants dont les biens, mais aussi les vies, sont fréquemment l’objet de graves atteintes perpétrées par les soldats de passage. En principe, depuis François Ier, des précautions sont prises pour maintenir la discipline des troupes en marche, des châtiments très lourds menacent les contrevenants tandis que les prévôts, baillis et sénéchaux, ainsi que de nouveaux officiers, commissaires à la conduite et commissaires et contrôleurs des guerres, sont censés encadrer les déplacements. Depuis au moins l’ordonnance de 1526 et celle de 1544, l’organisation de la réception des troupes par les villes et les villages est codifiée et, à compter de 1590 au plus tard, les ordres de marche, les « routes », ne peuvent émaner que du roi ou de ses maréchaux. Avec le temps, le rôle de contrôle des officiers et des consuls est fixé, les distributions de vivres sont réglementées et les affectations de logements précisées. L’ordonnance de 1623, matrice de la réglementation ultérieure, donne les grands axes de circulation des troupes (les « brisées ») portant les villes et bourgs susceptibles de servir de halte toutes les 4 à 6 lieues, ce que cartographie Fougeu d’Escures en 1632-1634. En 1633, il est d’ailleurs rappelé que les troupes sont interdites de séjour dans « les bourgs, paroisses, villages non fermés », mais la pratique est autre, surtout dans les urgences de la guerre « ouverte » et la législation elle-même hésite sans pour autant cesser de se développer4.

7Au regard des ordonnances qui se succèdent postérieurement aux doléances des États de 1614 ou aux propositions du « code Michaud » de janvier 1629, si la finalité demeure (assurer l’entretien du soldat sans ruiner les populations), les mesures proposées peuvent diverger avant de se fixer sur un corps de doctrine respecté, peu ou prou et malgré quelques zones d’ombre, jusqu’à la Révolution, voire au-delà. Que fournir ? En nature ou en argent ? Et par quels canaux, l’habitant ou l’étapier, plus tard la ferme ou la régie ? En quels lieux, villes ou villages, et en quels logis, lieux publics ou habitations privées ? Sous quel contrôle financier et disciplinaire ? Par quels agents ? Des officiers, civils ou militaires, ou des commissaires ? De quelle compétence judiciaire relèvent les contentieux ? Quelle extension enfin doit prendre le service des étapes ? Des réponses à ces questions à faire respecter une législation de plus en plus dense et précise et à trouver l’argent et les vivres nécessaires pour entretenir une armée permanente dont les effectifs descendent désormais rarement au-dessous des 150.000 hommes et peuvent parfois dépasser les 400.000.

  • 5 Arch, du Service Historique de l’Armée de Terre (S.H.A.T.), Vincennes, Al 14, pièce no 45.
  • 6 Arch. Départ. Hérault, C 7090, procès-verbaux de janvier-février 1645 : Lavaur ayant refusé de fou (...)
  • 7 Idem, Al 62, no 222, ordonnance du 15 octobre 1640. La législation ne cesse de fluctuer : en 1655, (...)

8Les stipulations de février 1633, reprenant les ordonnances de 1440 et 1445, semblent interdire le séjour des troupes dans les villages, les villes et les bourgs étant économiquement plus aptes à assurer la fourniture et politiquement mieux armés pour maintenir la discipline5. Or, arguant de privilèges et forts de l’appui de quelque « grand », les villes laissent le plus souvent retomber la charge sur les « petits lieux de la campagne », incapables d’assurer la fourniture exigée, d’où l’insatisfaction de la troupe qui dégénère alors en violence6. Pourtant, les bonnes villes ne présentent pas que des avantages : la nécessité d’obtenir des intervalles réguliers sur la ligne d’étape impose de loger dans des lieux modestes car il n’est pas toujours possible de trouver des villes distantes de 20 à 30 km dans une société encore très rurale. En outre, la ville, surtout la grande, facilite la débauche et la désertion, deux des maux des armées d’Ancien Régime. Ces inconvénients, joints à l’accroissement des effectifs et des passages lors du déclenchement des hostilités, conduisent à transiger sur la règle des lieux (on se contente d’exiger qu’ils soient « fermés »)7 tout en compensant, par un effort disciplinaire et une plus grande rigueur dans les procédures de la fourniture, les déficiences logistiques et judiciaires du stationnement dans les villages.

  • 8 Arch. Départ. Hérault, A, 174, « Édit portant...création de commissaires provinciaux des guerres e (...)
  • 9 Les années 1652-1659 sont marquées par un regain de la violence (cf. Arch. Départ. Hérault, C 7112 (...)
  • 10 Arch. du S.H.A.T., Al 49, no 45, 105, 180,181 (mars-octobre 1638).
  • 11 Id., Al 62, no 101.
  • 12 D. Biloghi, op. cit., p. 102 et 109-111.

9D’une part, la police de l’étape est renforcée par la multiplication des commissaires des guerres pour la conduite des troupes8 comme d’ailleurs des intendants, ce qui marque, à la charnière dramatique des années 1630-1650, le passage à une exigence supérieure d’obéissance de la part de l’État monarchique9. D’autre part, la mobilisation des ressources en vivres et en finance est accentuée, trésoriers de France et receveurs des tailles étant chargés non seulement de la répartition et levée des impositions mais encore de la fourniture des vivres, fourrages et logements10. Au plan local, l’ordonnance du 26 mars 1640 précise le rôle des responsables de la troupe et celui des communautés11 : avertis trois jours à l’avance, les officiers municipaux, « Maires, Échevins, Consuls et autres officiers » doivent organiser la réception des soldats ; à défaut, les marguilliers et collecteurs des tailles sont requis ainsi que « six ou sept des principaux habitants ». Si le lieu d’étape est insuffisant, d’autres localités voisines lui sont adjointes comme « aides d’étape ». La charge la plus lourde et les risques incombent donc aux lieux de passage, grands ou petits, et aux autorités municipales. Cependant, l’étape devenant par ailleurs un impôt général (1641)12, la répartition des coûts se fait solidairement sur l’ensemble des contribuables de l’élection ou, en Languedoc, du diocèse civil, ce qui permet, du moins en partie, de dédommager les communautés situées sur les lignes.

  • 13 Règlement fait par le Roi pour la distribution des étapes et pour tout ce qui concerne le logement (...)
  • 14 Arch, du S.H.A.T., Al 61, no 148, lettre du roi au prince de Condé du 6 novembre 1640.

10Les officiers municipaux et « autres principaux habitants » réquisitionnent les sommes et les denrées de l’étape, répartissent et contrôlent les logements, établissent billettes, états de la dépense et registres certifiés, suppléant partiellement à la faiblesse en effectifs de l’administration royale provinciale et de la police des prévôts et des maréchaux. Néanmoins, éclipsant celle des trésoriers de France, s’étend progressivement l’influence des intendants chargés du contentieux afférent aux étapes ainsi que de la répartition et du règlement de la dépense : en ce domaine leur prédominance est assurée après la Fronde. Mais demeurent encore bien des faiblesses et des incertitudes, la fourniture de l’étape reposant essentiellement sur la capacité contributive de communautés de quelques dizaines de feux qui ont souvent un équilibre alimentaire précaire et de faibles réserves en vivres peu aptes à répondre aux besoins massifs que provoque l’arrivée inopinée de cent à deux cents hommes, ce qui rend nécessaire le recours à des « entrepreneurs de la fourniture des étapes »13. Un autre problème réside dans l’indétermination qui pèse encore sur l’établissement de lieux fixes de passage, trop soumis au bon vouloir des commandants de troupes, malgré les ordres de la Cour et des secrétaires d’État dont les commissaires manquent d’une autorité et d’un prestige suffisants pour se faire obéir14.

Séparer la troupe de l’habitant : le casernement

  • 15 Collection des Ordonnances militaires, t. XVI, no 28.
  • 16 Arch. Départ. Hérault, A 68, « Règlement... pour la distribution des étapes...février 1642 ».
  • 17 Jean-Paul Leclercq, « Casernes et routes de troupes en 1719 », Revue de l’Art, no 65, 1984, p. 23- (...)
  • 18 Voir, entre autres, les plaintes des États des années 1657-1658 dans Arch. Départ Haute-Garonne, C (...)
  • 19 Arch. Départ Hérault, C 691 (1784).

11Si le règlement de 1641 stipule de loger les soldats dans les halles, granges et autres lieux couverts, cette résolution qui a pour but de soulager les habitants n’est en réalité guère tenable15. Aussi, en février 1642, revient-on au logement chez l’habitant en attendant « qu’il ait été pourvu de suffisants couverts » pour loger ensemble les troupes ce qui est exceptionnel jusqu’au mouvement de construction des casernes qui s’effectue tout au long du xviiie siècle16. En Languedoc, l’impulsion est donnée par les États dès les années 1690 : les villes et les bourgs se dotent de casernes et, malgré l’abandon en 1724 du vaste plan de casernement de 1719, les constructions se poursuivent jusqu’à la Révolution17. Pour les lieux de passage plus modestes, qui ne peuvent financer l’érection de bâtiments considérables, les autorités municipales s’efforcent de louer des maisons vides et de les aménager afin de soulager les habitants, souvent humbles, qui ne bénéficient pas, comme quelques privilégiés, de la très convoitée exemption de logement. Séparer la troupe de l’habitant, le « militaire » du « civil », devient un des objectifs que la monarchie administrative du xviiie siècle, tente d’atteindre, ce qui est partiellement réalisé, le logement chez le particulier devenant l’exception regrettable, l’inconvénient redouté dans les correspondances entre consuls, subdélégués et intendants à la fin de l’Ancien Régime. Mais que de chemin franchi entre 1652 où les habitants de Ferrais déguerpissent avant l’arrivée de la troupe qui ravage alors les villages et les campagnes voisines18 et la décennie 1780 où Pont-Saint-Esprit et Lunel réclament la présence de l’armée alors que Bagnols souhaite expulser ses moines pour loger les soldats19.

  • 20 Arch. Départ. Haute-Garonne, C 2302, procès-verbaux de novembre-décembre 1636.
  • 21 Arch. Départ Hérault, C 7536 (1763).
  • 22 Fabienne Crouzet, « Une ville de garnison dans la seconde moitié du xviiie siècle : Tence-en-Velay (...)

12L’encasernement progressant, les villes et bourgs qui ont les moyens d’héberger la troupe ne cherchent plus à rejeter cette charge sur les villages environnants, comme le fait obstinément Toulouse ; tout au contraire, à l’image de Lunel, d’Uzès ou de Pont-Saint-Esprit, elles la réclament, initiant ainsi le phénomène des villes-garnisons des xixe et xxe siècles où le soldat devient un élément constitutif de l’économie et de la société urbaine. Les villes ne recherchent plus l’appui d’un puissant protecteur pour éviter l’étape en se déchargeant sur les campagnes comme au xviie siècle20, mais le prient de la faire maintenir ou installer en leur sein, en soulignant l’incommodité des localités plus petites et l’intérêt de la présence militaire qui facilite l’écoulement des denrées. Ainsi, Uzès peut faire remarquer que si les lieux de Valliguières, Pouzillac et Gaujac n’offrent à la troupe que des écuries en guise de logement, elle propose en revanche ses casernes et « au lieu de se plaindre » y trouvera « son avantage »21. Pour certains petits bourgs, comme Tence-en-Velay vers 1760-1770, la présence de troupes de cavalerie représente des atouts non négligeables : elle apporte une sécurité face aux brigands en l’absence de maréchaussée, stimule la vente des fourrages et permet la récupération du fumier, malgré le coût de la location des casernes22.

  • 23 Arch. Départ Hérault, C 7090, procès-verbaux des États de septembre 1641 et décembre 1642.
  • 24 Arch. Départ Hérault, C 1166 et 1167.
  • 25 Idem, C 4674, Mémoire sur l’état présent des affaires de Languedoc (1718).
  • 26 Les procès-verbaux des États d’avril 1647 (Arch. Départ Hérault, C 7090) et de février-mai 1648 (C (...)

13Le problème des vivres trouve aussi partiellement sa solution grâce à la pratique de l’affermage local et diocésain d’abord23, puis, à partir de 1691, provincial, les preneurs se chargeant de la fourniture des rations pour les hommes et les chevaux. L’entreprise à bail (ou à défaut les syndics) est alors chargée d’établir des magasins et de stocker vivres et fourrages dans les lieux désignés pour l’étape, ce qui en principe doit soulager les communautés, notamment les plus démunies qui préfèrent alors l’installation d’un étapier au remboursement en argent de la fourniture. Néanmoins, si l’entrepreneur fermier des étapes se trouve défaillant, notamment lorsque les troupes circulent « hors la ligne », les communautés peuvent être à nouveau mises à contribution directement et ce sont les consuls et notables des lieux qui doivent alors pallier les carences du fermier. Mais la chose est souvent difficile dans une économie marquée par la pénurie et la lenteur des transports : par exemple, en 1708-1709, l’approvisionnement en foin pour l’étape de Valliguières nécessite l’appel à dix-sept fournisseurs de quatre localités et, en 1707-1708, il faut avoir recours à une quarantaine dans un rayon de 30 km pour se procurer les rations d’avoine nécessaires24. Néanmoins, les difficultés rencontrées après la guerre de succession d’Espagne – qui est le dernier moment où l’étape retrouve en Languedoc un niveau de dépenses équivalent à celles des guerres du xviie siècle. D’ailleurs, l’intendant Basville conclut à ce propos en 1718 : « cette f tape ne peut estre mieux réglée qu’elle est maintenant »25. Enfin, la fourniture des vivres n’a pas que des inconvénients pour les populations, comme en témoignent les précautions réitérées des ordonnances et des baux pour lutter contre les fraudes, étapiers, consuls et habitants s’entendant parfois pour se livrer à un fructueux « marché noir »26.

Les troupes au village

  • 27 E. Pélaquier, De la maison du père à la maison commune. Saint-Victor-de-la-Coste en Languedoc rhod (...)
  • 28 M. Gouron, Inventaire Sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Hérault, Archives (...)

14Vue du village, la question militaire prend cependant un tout autre aspect. Il suffit pour s’en convaincre de faire le bilan des démêlés d’une communauté villageoise avec les troupes royales. Ce travail a été fait pour la communauté de Saint-Victor-de-la-Coste, au diocèse d’Uzès, de 1661 à la Révolution. Nous n’en utiliserons ici les données que passagèrement puisqu’elles ont été déjà publiées ailleurs27. Un second dossier sera mis à contribution, qui n’est pas monographique, mais intéresse l’ensemble de la province : il s’agit des plaintes et placets adressées au commandant en chef de la province dans les années 1740 à 1789. Toutes les liasses de cette énorme série n’ont pas été vues, mais un choix a été opéré en utilisant l’inventaire imprimé de manière à privilégier celles qui paraissaient les plus intéressantes pour le présent sujet28. Le résultat est passablement hétérogène dans l’espace et dans le temps : d’une part, la proximité géographique du commandant en chef fait que la généralité de Montpellier est deux fois mieux représentée que celle de Toulouse ; d’autre part, les périodes de la guerre de succession d’Autriche (1741-1748) et de la guerre de sept ans (1756-1763) sont nettement plus fertiles en faits militaires que la période qui suit. Du coup, les évènements recensés ici se déroulent tous de 1743 à 1769. Voici donc les enseignements de ces deux dossiers.

15La charge la plus pesante est celle du logement. À l’arrivée des troupes, les consuls répartissent les hommes entre les diverses maisons du village, les officiers logeant chez les bourgeois, les sous-officiers chez les plus gros ménagers, les simples soldats étant à la charge du reste de la population. « Je vous avoue que ma situation est triste de nous voir dans la dure nécessité de mettre trois ou quatre soldats dans la maison d’un habitant qui n’a pas du pain a manger », déclare le maire de Saint-Gilles en 1747. Ce jour-là, la bourgade de Petite Camargue venait de recevoir un bataillon espagnol du régiment de Victoria composé de 44 officiers, 663 soldats, 50 femmes et 100 chevaux ! D’où les plaintes habituelles en pareil cas : les troupes « réduiront ce pais icy a la misere sy elles y restent plus longtemps, et le mettront hors d’état de payer les charges dues au Roy ».

16La répartition des hommes de troupe dans le village se heurte à deux obstacles. Le premier est l’existence de charges vénales ou de fonctions qui exemptent leur titulaire du logement des troupes. Elles sont nombreuses et recherchées, en particulier à cause de cette exemption : ainsi, le maire, mais aussi les simples auditeurs des comptes, les receveurs et employés des fermes sont exemptés. Les nobles disent l’être également, et poussent de hauts cris quand un consul prétend leur adresser un officier de passage, même s’ils se déclarent parfois « charmés de contribuer comme les autres au soulagement du peuple ». Enfin, les militaires en service ou réformés estiment qu’ils ont déjà fait leur dû en servant le roi. Ainsi à Sérignan, le sergent d’une compagnie garde côte a dû abriter chez lui, « par le caprice d’un consul », 4 des 6 soldats de passage dans le village, alors que par sa fonction militaire, il devrait en être exempt. Le second obstacle vient des plaintes des habitants au sujet de la répartition faite par les consuls, jugés injuste. Ainsi à Castres, les consuls sont accusés de faire plus de logement chez les catholiques que chez les protestants.

17Toutes ces réticences viennent du fait que la présence des soldats est toujours redoutable. On craint qu’ils ne prennent de l’argent ou des documents « dont le dépôt est aussi précieux que celui de l’argent », qu’ils ne pillent les marchandises ou qu’ils ne mettent le désordre dans les maisons au moment où les principaux habitants sont aux champs pour rentrer les récoltes. Le coseigneur de La Calmette se plaint que le maire du village, « esprit mal faisant », a logé chez lui les officiers du Royal italien : « Toutes mes danrés, tant en bled qu’en vin, sont exposées au pilliage ». À Pérols, les soldats en garnison « ravagent journellement les vignes et possessions ». À Lunel, des « arquebusiers de montagne » chassent sur des terres proches de celles du marquis de La Devèze, commandant en chef, ce qui vaut à celui-ci une lettre cinglante d’un de ses voisins. Autre fléau : les femmes de mauvaise vie qui suivent partout les soldats. À Mauguio, l’aumônier du régiment n’a pu y remédier, même pendant la Pâque. Les curés de Mauguio supplient qu’on fasse conduire ces femmes « ailleurs ». Les soldats dissipent jusqu’aux prisonniers civils avec qui on les enferme quand ils sont punis, en vendant leur pain pour acheter du vin et jouer ce qui reste. Les jeux n’aident pas à instaurer la paix civile et militaire. Aussi sont-ils interdits par les autorités. Parfois, l’attitude des soldats rejoint le caractère festif des charivaris villageois. À Berias, deux dragons renversent les charrettes dans les rues, jettent des pièces de bois dans le ruisseau et des pierres sur un toit. L’encasernement, œuvre de la régence, ne suffira pas à régler ces problèmes, comme le montre le nombre des conflits répertoriés dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

18Les rapports entre soldats et habitants affectent souvent ceux qui existent entre officiers et magistrats municipaux. À Roquemaure, le capitaine qui garde le port sur le Rhône fait jouer du tambour, et prétend présenter les clefs de la ville aux hôtes de marque. Le maire se plaint que cet officier s’attribue des fonctions de police qui ressortissent à l’autorité municipale. Ce qui est piquant, c’est que cette dernière dépend directement du seigneur de la localité qui n’est autre que le duc de Richelieu, gouverneur de la province... Les choses s’enveniment quand les soldats défoncent les portes d’une maison pour en déloger un déserteur, frappent plusieurs habitants et vont jusqu’à mettre en perce les tonneaux de vin en attente de chargement sur le port. Le maire mentionne ces violences dans le certificat de bonne conduite que lui demande l’officier à son départ, ce qui provoque une nouvelle colère de celui-ci.

Violences réciproques

  • 29 M. Cointat, « Le logement des troupes à Tresques sous l’Ancien Régime », Rhodanie, 8, 1983, p. 15- (...)
  • 30 C. Daudet, Vie et comportement des militaires en Languedoc (1751-1761), maîtrise, Montpellier III, (...)

19Mais les violences vont souvent au-delà. Chaque communauté garde la mémoire d’une étape ruineuse. À Tresques, c’était celle de 1663-166429. À Saint-Victor-de-la-Coste, où le jardin du seigneur a été ravagé en 1654 par des soldats, l’un des principaux notables voit en 1679 sa maison pillée, sa servante violée alors que les autres habitants, rançonnés pour plus de 500 livres, abandonnent leurs maisons. En 1732, « les soldats roulent la campagne, dérobent et enlèvent les fruits y pendant,... découchent leurs hôtes sous prétexte qu’ils ne leur fournissent pas de matelas,... restent partie de la nuit à boire et à se divertir, les menaçant et injuriant,... ne se retirant qu’a heure indue »30. Les troupes espagnoles ont particulièrement mauvaise réputation, au point que les habitants réclament à leur propos « que les troupes qui viendront, supozé que nous devions en avoir, ne nous traittent point differement de celles de France ». Le thème des soldats qui vident les lits et les écuries pour se les approprier est présent dans toute la documentation, en particulier citadine, peut-être parce que ce phénomène touche là des personnages plus enclins à porter leurs protestations jusqu’à l’échelon provincial, mais on ne peut douter qu’il soit tout autant d’actualité au village. Au Malzieu, des habitants couchent par terre pendant plusieurs mois.

20Les disputes dans la rue ou au cabaret entre militaires et civils dégénèrent parfois, comme à Espally ou à Pradelles, en Velay. Dans ce dernier village, plus de cent personnes attaquent un dragon qui se disputait avec une femme, le blessant à la tête et brisant son épée. À Saint-Maurice-deLignon, une centaine d’habitants armés de fourches, pelles et pioches, battent sept hommes de troupes qui avaient tué une poule et leur dérobent argent et vêtements. Les choses peuvent aller jusqu’au meurtre. À Monistrol, un dragon a tué un homme. L’évêque du Puy craint qu’il n’arrive quelque nouveau malheur « par le ressentiment des parents et des amis du mort contre les dragons qui ont été depuis ce temps-là les braver dans le même endroit ». À Vals également, un dragon tue un homme. « Il est bien triste que des fideles sujets du Roy soient vexés par ceux-là même qu’on envoye sur les lieux pour leur seureté », écrit un chanoine du Puy. Dans les deux cas, il n’est pas question du châtiment des coupables. L’évêque et le chanoine demandent seulement un dédommagement pour « une famille pauvre qui fait une perte irréparable dans la personne de celui qui a été tué », « ... pour une veuve et des enfans qui ont perdu toute ressource ». Mais la violence répond parfois à la violence. À Nezignan, un maréchal des logis tentant d’imposer le logement d’un soldat à une famille récalcitrante, distribue coups de poing dans le ventre et coups de plat d’épée sur les épaules. Huit jours plus tard, le lieutenant qui commandait la compagnie incriminée disparaît : on trouve le cadavre de son cheval au bord de l’Hérault, puis le sien quelques jours après.

21Dans ces conditions, on comprend que le logement des troupes puisse être considéré comme un cataclysme au même titre que la grêle. Le premier consul du Puy assimile volontiers les deux choses : « Il n’y a que quattre jours que nous avons essuyé une grelle qui a duré prez de trois heures, la quelle non seulement nous a enlevé dans une partie de nos campagnes toutte la récolte mais encor la terre, les arbres, les maisons, les digues et tout ce qui s’est présenté aux torrens qu’elle a occasioné ce qui nous a jetté dans une consternation sans egalle. Pour comble de nos malheurs l’on nous menace que tout le Regiment du commissaire général cavalerie doit s’assembler le quinzieme du prochain dans notre ville pour y rester jusques en automne ».

La course aux exemptions

  • 31 E. Pélaquier, op. cit., p. 479.

22Face à la multiplicité des risques encourus, la première préoccupation d’une communauté consiste à se faire exempter de tout ou partie des logements. C’est une préoccupation constante de la communauté de Saint-Victor-de-la-Coste qui ne cesse de faire appel à ce sujet à la protection de son seigneur, à qui elle avance de fortes sommes d’argent pour qu’il se déplace à Montpellier et à Paris, mais aussi à l’évêque d’Uzès et à d’autres personnages importants de la province. Faire porter du vin ou des chapons à de puissants protecteurs pour « faire lever l’étape » est souvent à l’ordre du jour des délibérations communales, au xviie siècle31. Cette opération se fait toujours, à l’évidence, au détriment des communautés voisines, qui doivent recevoir la troupe ainsi déplacée. En 1713, la communauté de Valliguières déclare que la charge de l’étape s’élève pour elle à 6 000 livres par an, sans compter les préjudices et dommages, qui lui coûtent autant. Et les consuls de ce « mauvais village » des garrigues de demander que les villages situés le long du Rhône, qui sont plus riches, soient chargés de l’étape, et de citer l’exemple de Connaux qui loge la cavalerie, ce qui est « infiniment plus lucratif ». Le seigneur du Cailar, en Petite Camargue, déclare en 1746 que sa communauté ne peut recevoir deux compagnies : il faudrait en mettre une à Saint-Laurent-d’Aigouze « ou ils seront avec beaucoup moins d’incommodite pour eux même, mes habitants ne pouvant les placer sans souffrir un prejudice considérable et même leur ruine, ny ayant asses d’ecuries pour les chevaux ny asses de logement pour les cavaliers ». Le fourrage pourrait alors être fourni par Aimargues. Ainsi, la charge destinée au Cailar reposerait en partie sur les deux communautés voisines. Mais la démarche n’est pas toujours soutenue avec l’enthousiasme espéré : le maréchal de Belle Isle, seigneur de Puylaurens, sollicité par la noblesse et les consuls de sa ville de les aider à se faire décharger des troupes en quartier, écrit bien au commandant de la province à ce sujet, mais, ajoute-t-il « quelque intérêt que je prenne à cette ville, vous jugerez bien, Monsieur, que j’en prends encore davantage au bien du service et suis fort éloigné de vouloir que vous vous prêtiez à rien de ce qui pourrait y nuire ».

Troupes et ordre public

23Les consuls en viennent parfois à demander le désarmement des troupes : « il en resultera deux biens ; moins d’occasions aux dragons de se battre entre eux, et moins de querelles avec nos citoyens ». Mais à cette demande, l’officier commandant la troupe répond : « la seule chose qui distingue le dragon du paysan et de l’artisan, s’est son sabre ». Et il se plaint que dans toutes les querelles, les dragons ont toujours été punis, les bourgeois jamais « parce qu’il n’y a aucune espèce de police. Il serait juste cependant que la loy fut egale ». Et l’officier en vient immanquablement à évoquer le mauvais esprit des habitants : « Le peuple de ce pays cy est fort mechant, ils sont tous armés de pistolets de poche ».

24La question du port d’armes généralisé motive en effet l’usage des troupes à des fins d’ordre public. À Espaly, deux hommes qui essaient dans une ruelle un pistolet nouvellement acheté sont arrêtés par les dragons. Le premier consul du Puy prévient : « Nous croyons devoir vous prevenir que la pluspart de ces jeunes gens qui portent des pistolets n’en font usage que dans les rejouissances occasionees par mariages, baptemes ou fetes locales ». Au Monastier, où en dehors des habitations des nobles, il n’y a que trente-deux cabarets, et pas de caserne, on doit loger les dragons dans la même chambre que les paysans venus au marché. Or, il y a deux marchés par semaine ou viennent trois cents paysans armés de pistolets et de bayonettes, alors que les dragons n’ont que leur épée. Certains paysans ont deux et même trois pistolets et il arrive qu’ils se battent à vingt contre vingt. Un combat de ce type a fait trois tués et quinze blessés. Un homme a la réputation d’avoir tué à lui seul huit personnes. Une fois ivres, les paysans ne connaissent plus personne et le maire du Monastier lui-même s’est vu porter le pistolet à la poitrine par des paysans quand il patrouillait dans les cabarets à heure indue. Le capitaine des dragons s’est vu menacé par un cabaretier parce qu’il chassait de son établissement deux dragons ivres, à dix heures du soir. « J’aime la regie et je suis très etonné dans trouver si peut dans ce pays, je vous avoue monsieur que je nay jamais veue de gens si mauvois », écrit-il au commandant en chef. Du Puy, le comte de Marmier surenchérit en fustigeant les paysans des environs de la ville qui « marchent sans cesse avec des armes et des pistolets de poche, portent le trouble la nuit dans les rües en y tirant sans cesse comme dans une tranchée. Il n’y a pas un manent qui ne soit armé d’un ou deux pistolets de poche... Les jours de marché, de foire, c’est un bruit continuel de coups de fusil et de pistolets, ils se battent et s’assassinent fort ordinairement et très familièrement ». On le voit, la question du maintien de l’ordre public dans ces conditions ne pouvait être qu’une affaire complexe...

25Il arrive aussi que les autorités locales se servent des troupes pour d’autres usages, par exemple pour accélérer le recouvrement de l’impôt, veiller à ce que l’on ne travaille pas le dimanche, assurer la sécurité des foires, empêcher la sortie des grains de la province ou encore prêter mainforte à une enquête criminelle et à l’arrestation des voleurs. En l’absence de troupes, les plaintes sont constantes de la part des subdélégués : près de La Calmette, des voleurs enlèvent leurs vivres aux paysans et pourraient faire de mauvais coups aux marchands allant à la foire d’Alès, car la maréchaussée n’y suffit pas ; plusieurs personnes sont dévalisées sur la route à moins d’une lieue de Nîmes. Le commandant en chef envoie aussitôt des détachements (cent hommes répartis entre Fourques, Bellegarde et Milhau). Dans la région de Bagnols, il y a « un grand nombre de libertins et point de troupe pour les contenir ».

26Mais la grande affaire est celle des assemblées que les protestants tiennent à peu de distance des villages, au vu et au su de tous, pour contrer les ordres du roi concernant l’obligation de célébrer mariages et baptêmes à l’église. Ainsi à Saint-Ambroix : « Messieurs les religionnaires ont profité de l’absence de troupes, jeudy dernier il y eut une très grosse assemblée à demy lieue de cette ville ». À Saint-Geniès-de-Malgoirès, le curé demande que la « petite garnison » qui est dans le village ne soit pas relevée, car elle fait bon effet..., soit pour ce qui regarde les offices divins et la célébration des fêtes, soit pour ce qui regarde le bon ordre d’une communauté : « La Religion en ressent de grands avantages et les ministres et predicant de la fausse doctrine sont moins audacieux qu’ils etoient auparavent puisqu’ils ne paraissent pas en public avec tant de liberté comme ils a voient coutume de faire ».

27Dans l’abondance des discours tenus à propos des troupes, les habitants ne sont pas seuls à se plaindre : les soldats le font aussi. Il arrive que des particuliers se servent d’eux comme de main d’œuvre, par exemple pour garder les vignes. Des conflits concernant le paiement de leurs gages témoignent que les paysans profitent parfois de ces situations. Mais c’est surtout la qualité du logement qui est à l’origine du mécontentement des troupes. L’hiver au Monastier, sur le plateau du Velay, les dragons se plaignent « à cause des grands froids, dont ils ne peuvent même se parer dans leur lit ». Parfois, les soldats sont l’objet de violences qui, vues à travers une documentation lacunaire, paraissent gratuites. À Colombiers, cinq jeunes soldats sont assommés et blessés à coups de fourche parce que l’un d’eux avait touché en passant une boule avec son pied. Les protestants n’aiment pas les troupes qui viennent les forcer à assister aux cérémonies catholiques. À Sommières, le cuisiner protestant de M. de Ville-vieille insulte un brigadier parce qu’un autre l’avait obligé à s’agenouiller devant la procession de la Fête-Dieu, et l’aumônier du bataillon est arrosé en plein jour d’une eau sale dans laquelle on a écaillé des poissons. « Quand l’on vit parmi les républicains on est toujours en guerre », se plaint un officier.

Les « voitures »

28Si, avec le xviiie siècle les plaintes sur les « foules » se font peu fréquentes, en revanche, les heurts sont nombreux dans le domaine de la fourniture des charrettes et des bêtes de trait et de bât, la disponibilité du cheptel et des fourrages étant un des « goulets d’étranglement » de l’économie d’Ancien Régime. La législation sur les convois militaires est très incomplète au xviie siècle et laisse le champ libre à de graves exactions. Or, l’augmentation des impedimenta de l’armée, la nécessité de voiturer les effets militaires et les malades, multiplient les exigences et les risques de vexations.

  • 32 E. Pélaquier, op. cit., p. 480.

29Le transport des « hardes » de la troupe, qu’on appelle aussi les « voitures » de la troupe, est une corvée que les consuls doivent imposer à des habitants choisis par eux à la demande du Commissaire aux Armées. Les hommes désignés doivent se rendre au lieu de rendez-vous avec leurs mules et leur charrette et porter les hardes jusqu’à l’étape suivante. Parfois aussi, l’armée réquisitionne une mule sans muletier pour des transports à longue distance. L’animal revient épuisé « par suite de la grande fatigue, à défaut de nourriture » et meurt ou doit être vendu à vil prix. Les problèmes causés par les voitures sont du même ordre que ceux liés à l’étape : demandes exorbitantes des officiers, violences, défaut de paiement de l’indemnité. Ils se heurtent bien souvent au refus d’obéissance des habitants32.

  • 33 Arch. Départ. Hérault, C 8441, Mémoire pour servir au renouvellement du bail de la fourniture de l (...)

30Là encore, la monarchie s’efforce d’imposer ses règles sous contrôle des intendants tandis que les États provinciaux tentent de répartir la charge et d’organiser la fourniture en substituant à une lourde corvée pesant essentiellement sur les campagnes le recours à l’entreprise privée au nom de « la justice distributive et de la solidarité de tous les membres du corps politique »33.

  • 34 Idem, A 89, « Règlement fait par le Roi pour l’ordre et la discipline qu’il veut être observés par (...)
  • 35 Arch. Départ. Hérault, C 8409, ordonnance contre « les abus de voitures par les troupes », 20 févr (...)
  • 36 Arch. Départ. Pyrénées orientales, C 401, « Ordonnance portant règlement sur les voitures qui sero (...)
  • 37 Arch. Départ. Hérault, C 690, correspondance entre Bertin, intendant de Guyenne, et Saint-Priest, (...)

31Pour éviter l’arbitraire et la violence des réquisitions faites par les officiers, l’ordonnance du 4 juillet 171634 fixe le nombre réglementaire de chariots, charrettes et chevaux et les indemnités à verser aux charretiers requis sur ordre de l’intendant qui sollicite les villages à tour de rôle. En Languedoc, Basville légifère en la matière et, dès 1712, crée des aires de réquisition autour de dix-sept centres auxquels sont rattachés quatre à six lieux devant contribuer tour à tour à la fourniture des charrois des équipages35. D’autres règlements qui s’échelonnent tout au long du siècle précisent et adaptent la législation sur les voitures des troupes, à l’image de celle du 1er juillet 1768 prise pour soulager les « laboureurs et gens de la campagne »36. Le siècle de la physiocratie, sensible au développement de l’agriculture, se préoccupe de ménager les outils de production du paysan, ce qui se ressent dans les préoccupations des secrétaires d’État et des intendants cherchant à limiter les réquisitions militaires des bêtes et des moyens de transport sans affecter le service du roi37.

32Pourtant, au milieu du xviiie siècle, la question du remboursement des frais n’est pas encore réglée partout. À Dourgne, un capitaine est parti avec sa troupe en laissant 742 livres de dettes pour achats de fourrages, avoine ou pour ferrage au maréchal. À Puylaurens, le maire et les consuls se plaignent que lors de l’étape des dragons de Marbeuf, ni l’entrepreneur de l’étape ni ses commis ne se sont présentés. La troupe dut prendre de force un paysan qui marcha de Saint-Paul jusqu’à Montauban, à 11 lieues de distance, sans être payé, et a dû demander l’aumône à son retour. Autant dire que le système d’abonnement pour la fourniture de l’étape, ne sert pas toujours au « soulagement des communautés et à la tranquillité des habitants ». Et la présence de soldats est cause d’une augmentation des prix, particulièrement celui du fourrage.

  • 38 Arch. Départ. Hérault, C 689, fol. 81-85, premier contrat pour la fourniture des voitures pour les (...)
  • 39 Arch. Départ. Haute-Garonne, C 2397, réunion du bail des voitures à celui de l’étape (décembre 175 (...)
  • 40 Arch. Départ. Hérault, C 8441, nouveau bail de l’étape adjugé à François Parlier (1764).
  • 41 Idem, C 689, « Supplique de J. H. Dupuy... » (1756) et C 8440, sur les difficultés d’exécution et (...)

33En Languedoc, la mise en place d’un bail provincial des voitures en 172938 et l’extension de la ferme générale de l’étape qui prend en charge les voitures à partir de 175539 puis les lits des casernes en 176440 parachèvent la « fiscalisation » du service de l’étape dont l’exécution n’incombe qu’accidentellement aux communautés. S’il y a plaintes, elles proviennent désormais plus des entrepreneurs, souvent mis en difficulté, que des habitants des villages. En effet, ces derniers, jouant sur les hauts prix de l’indemnisation, se refusent à fournir les voitures nécessaires à l’entrepreneur afin de pouvoir fournir eux-mêmes en bénéficiant d’un plus fort remboursement41. On dénonce également les ententes avec les officiers et les soldats en compagnie desquels certains villageois se livrent à la contrebande de toutes sortes de marchandises, les agents des fermes ayant beaucoup de mal à pouvoir contrôler le contenu des convois militaires.

La comédie du recrutement

  • 42 André Corvisier, « L’opinion et le fait militaire sous l’Ancien Régime d’après les Cahiers de dolé (...)
  • 43 Elie Pélaquier, « Le recrutement des milices provinciales en Languedoc au xviiie siècle », Histoir (...)
  • 44 Trois mémoires sont pour l’instant soutenus (dir. D. Biloghi) : Marie-Christelle Claria, Réfractai (...)

34Mais, en définitive, le sujet corvéable se transformant peu à peu en contribuable, les exigences militaires se « dématérialisent » et laissent place à leur substitut, la fiscalité qui, par l’entreprise et la caserne, éloigne la population du contact direct des servitudes de la défense du royaume. Comme le fait remarquer À. Corvisier, le passage des troupes et leur logement ne sont que rarement évoqués dans les cahiers de doléances de 1789 et 6 % seulement des paroisses de la sénéchaussée de Nîmes font allusion aux problèmes militaires42. Cependant, cette évolution est contrariée par une lourde et croissante exception qui s’impose désormais comme le fardeau d’autant plus impopulaire que, à l’instar du logement, il souffre de nombre d’exemptions : le prélèvement des hommes par le recrutement des milices puis par la conscription43. Ainsi, ce n’est plus le soldat qui fait peur, mais le risque de le devenir. Rappelons quelques points de ce dossier essentiel, en attendant la synthèse qui sera opérée grâce à un ensemble de maîtrises sur les milices provinciales dans le cadre des subdélégations bas-languedociennes44.

35La première accusation portée contre les recruteurs est celle d’engager des jeunes gens non encore en âge de servir. À Pézenas, c’est un enfant de 15 ans, qui d’ailleurs n’a « ni la force ni la taille », qui est engagé dans la cavalerie. On engage aussi « dans le vin », a reçu 10 écus, doit en dépenser 20 chez un médecin et trois chirurgiens pour prouver qu’il a les deux jambes entièrement gâtées. L’officier chargé de régler le cas doit le reconnaître : « il n’est pas possible d’obliger un homme d’aller à la guerre lorsqu’il n’est pas en état de faire deux cens pas à pied, à plus forte raison lorsqu’il sera chargé d’un mousquet et autres poids nécessaires ».

36Les grands personnages n’aiment pas qu’on engage leurs domestiques ou leurs fermiers et font pression pour faire résilier de tels engagements quand ils ont lieu, ou pour empêcher que ces personnes ne soient comprises dans le tirage au sort de la milice. La concurrence entre corps de troupes est parfois rude. Le règlement veut que tant qu’il n’a pas tiré au sort, un jeune puisse s’engager, mais les maires et consuls, qui manquent parfois de jeunes à inscrire sur la liste des candidats à la milice l’interprètent différemment. Le système de remplacement est très mal vu des officiers recruteurs, car les riches l’utilisent pour éviter de devenir miliciens et les pauvres y voient un moyen d’être bien mieux rétribués que l’engagement dans les « vieux corps ».

37Parmi les moyens utilisés pour attirer les recrues, figurent les instruments de musique : tambour, fifre et violon attirent les jeunes auxquels on offre ensuite à boire. L’enrôlement est acquis sur la base d’un rituel où la boisson joue un grand rôle, et qui comporte l’acceptation par l’engagé d’une somme d’argent. En cas de litige, tout le problème est donc de prouver que cet argent a été versé et accepté par l’intéressé.

38Un bon moyen d’obtenir un engagement est de prendre appui sur une dette de jeu. À Sommières, un jeune homme a l’imprudence de jouer au cabaret avec un officier. Il perd 15 livres, que le militaire lui prête aussitôt. Le lendemain, il trouve 24 livres dans ses poches et l’officier prétend qu’il s’est engagé pour 40 livres. L’engagement sera résilié parce que le soi-disant engagé n’a pas signé, alors que, contre toute attente de l’officier, il savait lire et écrire.

39L’engagement est parfois collectif et ne s’accomplit pas sans quelque hésitation. La décision semble liée à un fort consensus, d’où l’existence d’engagements collectifs qui ressemblent à des paris. Ainsi, quatre habitants de Marsillargues sont venus plusieurs fois trouver un capitaine pour qu’il les engage, mais l’affaire n’a pu se faire. La dernière fois, ils viennent chez lui après minuit, demandent à boire, se font toiser et conviennent de s’engager pour 30 écus. Le capitaine leur jette tout l’argent qu’il a sur lui, mais au moment de signer, ils se disputent pour savoir qui signera le premier et finalement partent sans avoir parfait leur engagement. S’adressant au commandant en chef, le capitaine écrit : « j’ay recours a vostre justice pour que vous m’acordiés la grace de m’ajuger ses hommes ».

40Les méthodes d’engagement prennent parfois un tour violent. Le vicomte de Narbonne se plaint au commandant en chef qu’un officier de hussards vient de lui enlever dans sa terre de Combas « deux jeunes paysans par force, et les a fait attacher aussitôt à la vue de tout leur village par sa recrue. Comme ce n’est point l’intention du Roy que l’on engage ses sujets par force, [il faudrait] lui laver la tête comme il faut pour les avoir maltraités... parce que je vais en rendre compte par ce courrier au ministre afin qu’il en ordonne le châtiment et en fasse faire un exemple ». Dans la même recrue, on a vu deux autres jeunes gens « garrotés de la même manière... ce qui prouve que c’est la façon d’agir ordinaire de cet homme-là ».

41Une façon commune de commencer un recrutement est de fixer une cocarde au chapeau des jeunes gens afin de prétendre qu’ils sont engagés. À Bagnols, un recruteur met directement son chapeau sur la tête d’un paysan. Mais comme l’homme jette le chapeau à terre, le recruteur, furieux, lui plonge l’épée au travers du cœur. Cette « action des plus noires » est, selon le baron de Cornillon, viguier de la ville, symptomatique des garnisons des environs qui se conduisent « pour la plus part très mal ». Des bourgeois viennent chez lui « remplis de sang ». « Ne conviendrait-il pas de faire arreter les coupables ? », dit-il pour finir, ce qui atteste la rareté des punitions.

42On imagine facilement que ces méthodes d’engagement se heurtent à des réactions, parfois collectives. Ainsi, à Ganges, plusieurs habitants enlèvent-ils au sergent recruteur le garçon qu’il venait d’engager après l’avoir enivré. Aux Vans, ce sont des habitants des paroisses d’Assions et de Gravières qui enfoncent la porte de la prison pour enlever à main armée deux recrues que leur capitaine avait mis là en « réserve ». Les consuls convoqués viennent avec leur seigneur présenter des excuses pour leurs communautés, mais ne ramènent pas les recrues, qui ont « gagné les montagnes ». Pour 500 livres, montant supposé des frais, le capitaine accepte de déchirer les engagements, mais il devra bientôt rendre cette somme car le sénéchal déclarera la promesse des consuls obtenue par la force.

43La désertion suit parfois immédiatement l’engagement. À Lunel, on se refuse à recruter des Espagnols « car ils nous desertent sitot qu’ils sont habillés et armés ». Cette désertion se fait le long de la rivière qui passe à Lunel, avec la complicité des meuniers et habitants des métairies voisines qui « ont eu l’audace de dire [...] qu’ils ont donné, donnent et donneront passage a tous ceux qui se refugieront chez eux ».

Le tirage au sort de la milice

  • 45 E. Pélaquier, « Le recrutement des milices provinciales en Languedoc au xviiie siècle. Première ap (...)
  • 46 E. Pélaquier, op. cit., p. 483.
  • 47 C. Masanelli, En Languedoc sous l’Ancien Régime, Gaujac à l’époque de Louis XIV, Nîmes, 1981, p.79
  • 48 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul. Le soldat. Par (...)

44Une autre occasion de difficultés est liée au recrutement de la milice. D’abord laissées à la responsabilité des consuls, les opérations sont prises en main à partir de 1688 par l’administration royale sous la forme d’un tirage au sort45. La cérémonie, qui se déroule en présence du Commissaire aux Armées (souvent le subdélégué), est empreinte d’une certaine solennité et tous les garçons visés doivent y être présents ou représentés, sous peine de risquer d’être désignés d’office. Les communautés sont parfois astreintes à fournir un soldat à tour de rôle, et chacune d’entre elles trouve que son tour vient bien trop souvent. Elles tentent alors de trouver un remplaçant pour garder leur élu, mais il faut encore trouver de l’argent pour le payer et le faire agréer par le Commissaire aux Armées, ce qui ne se fait pas sans quelque présent. Il s’agit ensuite d’éviter que le remplaçant ne déserte en emportant le pécule, ce qui implique un traitement de faveur au cabaret, une surveillance de tous les instants et une escorte jusqu’au lieu de rassemblement... Parfois on ne trouve pas de remplaçant et c’est l’élu du sort qui s’empresse de déserter : à Saint-Victor-de-la-Coste, en 1711, il a fallu quatre hommes pour conduire Jean Guigue à Uzès, mais il déserte dès l’année suivante et la communauté doit le remplacer en vendant aux enchères ses biens confisqués46. À Gaujac, à la même époque, il y a quatre déserteurs sur cinq hommes tirés au sort47. En moyenne, un milicien sur cinq déserte48.

  • 49 L’« État des exempts et non exempts » de la milice, imprimé en 1766, s’étend sur 9 pages et cite 8 (...)
  • 50 E. Pélaquier, « Les chemins du contrôle social entre famille et communauté : le cas de Saint-Victo (...)
  • 51 E. Pélaquier, « Les effectifs et l’organisation de la milice provinciale de 1729 à 1778. Etude qua (...)
  • 52 A. Rouquette, Les cahiers de doléances du tiers-État de la sénéchaussée de Nîmes pour les États gé (...)

45Plus tard, la contestation devient plus précise, et collective. En 1757, un jeune homme de Saint-Victor-de-la-Coste s’élève contre l’injustice du tirage au sort dont sont exemptés bien des privilégiés49. Il est aussitôt l’objet de la colère du subdélégué Duret, qui préside à la cérémonie, et (hasard ou manipulation ?), le sort tombe sur lui. Cet évènement est à l’origine de troubles qui animeront la vie du village pendant plusieurs années50. Non loin de là, à Tavel en 1767, des jeunes gens refusent de tirer au sort. Le subdélégué Duret – toujours lui – fait immédiatement arrêter les quatorze mutins et les fait emprisonner au fort Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon. Cette nervosité vis-à-vis de la milice rend compte du sentiment de frustration des habitants devant un prélèvement en hommes qui lui est annoncé comme devant servir uniquement à la garde des places frontières, mais dont ils savent bien qu’au fur et à mesure de l’avancement de la guerre, ses effectifs serviront à renforcer les troupes régulières. Il est patent en effet qu’au terme d’un long processus, la milice a acquis un rang et une organisation qui l’a rendue de plus en plus proche de l’armée royale, au point qu’en 1778 chaque régiment de milice est rattaché à un régiment régulier, adopte la spécialisation de celui-ci (artillerie, état-major ou infanterie), et fournit à ses effectifs quand ces derniers s’amenuisent51. Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que les villageois s’insurgent contre ce mode détourné, particulièrement bon marché et injuste, de recrutement des troupes royales. Sur les 160 cahiers de doléances de la sénéchaussée de Nîmes en 1789, 30 se plaignent de la milice et beaucoup parlent de la supprimer. Les chiffres sont similaires pour les sénéchaussées de Montpellier et de Béziers52.

Les compagnies de bourgeoisie

  • 53 P Boyer, « Les milices bourgeoises et la guerre des camisards », Revue Historique des Armées, 4,19 (...)
  • 54 E. Pélaquier, De la maison du père..., op. cit., p. 484-485. 54.

46Un autre moyen de renforcer les troupes est de mettre en place localement un corps armé de substitution. C’est exactement ce à quoi servent les compagnies de bourgeoisie. Créées en 1690 pour aider au maintien de l’ordre dans le contexte de la révocation de l’Edit de Nantes, elles ont pris la succession des milices communales du Moyen Âge53. La nouveauté est qu’elles sont recrutées maintenant autant à la campagne qu’à la ville et que, loin d’avoir une organisation autonome, elles dépendent d’une hiérarchie de compagnies et de régiments calquée sur le modèle des troupes royales. Elles sont composées d’anciens catholiques, ce qui devrait bien augurer de leur volonté de combattre les huguenots. En fait, il n’en est rien : l’expérience montre que si les villageois acceptent facilement de mettre en défense leur village et de monter la garde pour le défendre, ils répugnent à se déplacer pour les revues et encore plus à intervenir contre les troupes de camisards. Les refus d’obéissance et les désertions se multiplient et il faut parfois envoyer les dragons pour faire marcher la bourgeoisie ! Rien à voir donc avec les troupes fanatiques de Cadets de la Croix, composées d’une minorité catholique qui pille et terrorise les villages protestants54. La milice bourgeoise est plutôt une troupe timide quand elle agit hors de son terroir d’origine. Durant les 25 années de son existence, elle est pourtant le seul organe militaire qui soit propre au village. Mais avant sa création, et après sa dissolution en 1715, n’y avait-il donc rien pour assurer la défense des habitants ? L’examen des délibérations communales montre bien que les murailles étaient abandonnées, que les portes ne fermaient plus, que personne n’assurait leur garde. De fait, en dehors des mouvements camisards, le Bas-Languedoc de la fin du xviie et du xviiie siècle n’a pas connu de guerre qui ait touché directement son territoire. La quasi-totalité des charges militaires examinées ici sont donc pour la province des charges de temps de paix, même si elles concernent un royaume qui est parfois – et même assez souvent – en guerre.

Un bilan ?

47Comment faire un bilan de l’impact de ces charges militaires sur une communauté ? La seule façon d’y parvenir est de tenter d’en chiffrer le coût. Le bilan établi pour Saint-Victor-de-la-Coste à l’aide de 80 années de délibérations communales renforcées par une grande partie des comptes consulaires s’établit comme suit :

Etape :

5 000 à 10 000 livres

Voitures :

2 200 livres

Garde des ports du Rhône :

1 000 livres

Milice :

850 livres et une trentaine d’hommes

Compagnie de bourgeoisie :

875 livres

48Au total, c’est donc de 10 à 15 000 livres qui ont été dépensées par cette communauté pour des questions relatives à l’armée. À cela, il faudrait ajouter le surplus d’impôt payé en temps de guerre, qui est, annuellement, de :
250 livres pour la guerre de Hollande (soit 17 % d’une moyenne de 1 500 livres)
600 livres pour la guerre d’Augsbourg (soit 30 % d’une moyenne de 2 000 livres)
400 livres pour la guerre d’Espagne (soit 15 % d’une moyenne de 2 600 livres)
200 livres (soit 7 % d’une moyenne de 3 000 livres) pour la guerre de succession d’Autriche. Si l’on multiplie chacun de ces chiffres par le nombre d’années de guerre, on parvient au total de 11 450 livres. L’addition des impôts spéciaux créés à l’occasion de campagnes (et souvent maintenus ensuite en temps de paix), comme les dixièmes ou vingtième, ferait approcher ce chiffre de celui des dépenses qui ont été directement à la charge de la communauté.

49En bref, c’est donc entre 20 et 30 000 livres que s’établit le coût de la guerre pour la communauté de Saint-Victor-de-la-Coste, entre 1670 et 1750, soit l’équivalent de 10 à 15 années de taille hors période de guerre (en prenant pour valeur moyenne de la taille payée par la communauté 2 000 livres).

50Ainsi, une pesée globale des charges militaires paraît difficile à établir avec certitude sur le plan quantitatif : la dispersion des sources, leur discontinuité, leurs contradictions parfois, gênent l’interprétation et inclinent à la prudence. Certes, des tendances lourdes se dégagent et confirment ce que l’on sait déjà. Le xviie siècle, prolongeant les convulsions des guerres de religion, demeure le « siècle de fer », troublé, sanglant, et chaque accroissement des passages de troupes se traduit par de nouvelles dévastations et des litanies de plaintes. Au xviiie siècle, en revanche, l’amélioration est sensible, du moins après les guerres louis-quatorziennes. Les autorités, à quelque niveau que l’on se place, ont la volonté d’atténuer sinon d’éliminer les abus de la soldatesque. Plus qu’à l’influence de la philanthropie des Lumières, c’est à la rationalisation de l’appareil d’État par l’action des grands commis que l’on doit les avancées encore fragiles et relatives de l’humanisation des rapports entre « civils » et « militaires ». Néanmoins, lors des périodes de recrudescence des activités militaires, l’organisation tend à se dérégler, les exigences des armées rendant à nouveau exorbitant le poids des contributions sur les populations paysannes, moins dociles d’ailleurs qu’auparavant. Les « lois d’airain » des économies d’Ancien Régime dictent in fine les marges de manœuvre des gouvernements du Roi et, en temps de « presse », le sujet contribuable peut alors redevenir corvéable.

Notes

1 Pour ne citer qu’un exemple, pensons aux travaux de Jean Jacquart, en particulier « La Fronde des princes dans la région parisienne et ses conséquences matérielles », R.H.M.C., 1960 et La Crise rurale en Ile-de-France, 1550-1670, Paris, 1974.

2 Françoise Moreil, L’intendance de Languedoc à la fin du xviie siècle, Édition critique des Mémoires « pour l’instruction du duc de Bourgogne », Paris, C.T.H.S., 1985, p. 136-142, 193, 196-199 et 201.

3 André Navereau, « Les lignes d’étape », Revue Historique des Armées, 1962, no 2, p. 19-29.

4 Dominique Biloghi, Logistique et Ancien Régime, Montpellier, U.P.V., 1998, « Le travail législatif des premiers secrétariats à la Guerre (1619-1632) » (p. 59-81) et « L’étape à l’épreuve de la guerre et des troubles (1632-1659) » (p. 83-149).

5 Arch, du Service Historique de l’Armée de Terre (S.H.A.T.), Vincennes, Al 14, pièce no 45.

6 Arch. Départ. Hérault, C 7090, procès-verbaux de janvier-février 1645 : Lavaur ayant refusé de fournir l’étape, la troupe ravage les petits lieux environnants.

7 Idem, Al 62, no 222, ordonnance du 15 octobre 1640. La législation ne cesse de fluctuer : en 1655, on disperse les troupes dans les villages afin de soulager les villes ; en 1659, on loge en villes « closes » ; en 1665, on disperse à nouveau le stationnement et en 1675 on revient au logement en villes et bourgs fermés...

8 Arch. Départ. Hérault, A, 174, « Édit portant...création de commissaires provinciaux des guerres et de trois cents archers desdits commissaires », 16 mai 1635.

9 Les années 1652-1659 sont marquées par un regain de la violence (cf. Arch. Départ. Hérault, C 7112, procès-verbaux des États de 1653 à 1657) ce qui oblige les États à envisager de dédommager les lieux « foulés » sur le don.

10 Arch. du S.H.A.T., Al 49, no 45, 105, 180,181 (mars-octobre 1638).

11 Id., Al 62, no 101.

12 D. Biloghi, op. cit., p. 102 et 109-111.

13 Règlement fait par le Roi pour la distribution des étapes et pour tout ce qui concerne le logement et la police des troupes marchant à la campagne, fait à Amiens le 4 octobre 1641 », in Collection des Ordonnances militaires, t. XVI, no 28.

14 Arch, du S.H.A.T., Al 61, no 148, lettre du roi au prince de Condé du 6 novembre 1640.

15 Collection des Ordonnances militaires, t. XVI, no 28.

16 Arch. Départ. Hérault, A 68, « Règlement... pour la distribution des étapes...février 1642 ».

17 Jean-Paul Leclercq, « Casernes et routes de troupes en 1719 », Revue de l’Art, no 65, 1984, p. 23-25 ; Cel F. Dallemagne, Les Casernes françaises, Paris, 1990. Sur la législation de la Régence en matière d’étape et de logement : Arch. Départ. Hérault, A 89 (règlement du 4 juillet 1716), Collection des Ordonnances militaires, t. XXXVII, no 16 (ordonnance supprimant les étapes du 15 avril 1718) et 74 (circulaire aux intendants du 4 avril 1719), Cangé, vol. XLII, fol. 295-313 (ordonnance sur la construction des casernes du 25 septembre 1719).

18 Voir, entre autres, les plaintes des États des années 1657-1658 dans Arch. Départ Haute-Garonne, C 2130.

19 Arch. Départ Hérault, C 691 (1784).

20 Arch. Départ. Haute-Garonne, C 2302, procès-verbaux de novembre-décembre 1636.

21 Arch. Départ Hérault, C 7536 (1763).

22 Fabienne Crouzet, « Une ville de garnison dans la seconde moitié du xviiie siècle : Tence-en-Velay », Histoire et Défense, 16, II/1987, p. 33-45.

23 Arch. Départ Hérault, C 7090, procès-verbaux des États de septembre 1641 et décembre 1642.

24 Arch. Départ Hérault, C 1166 et 1167.

25 Idem, C 4674, Mémoire sur l’état présent des affaires de Languedoc (1718).

26 Les procès-verbaux des États d’avril 1647 (Arch. Départ Hérault, C 7090) et de février-mai 1648 (C 7096) dénoncent ces pratiques ; pour la législation répressive voir Arch. Départ. Hérault, C 8405, « Règlement que le Roi veut être observé pour la fourniture des Étapes et la police de ses troupes marchant à la campagne », 12 novembre 1665, art. XX et XXI.

27 E. Pélaquier, De la maison du père à la maison commune. Saint-Victor-de-la-Coste en Languedoc rhodanien, 1661-1799, Publications de l’Université Paul Valéry, Montpellier, 1996, pp. 476-487.

28 M. Gouron, Inventaire Sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Hérault, Archives civiles, tome V, cotes C 6656 à 6889. Pour ne pas alourdir les notes, nous ne donnerons pas ici le détail des références pour chacun des exemples cités.

29 M. Cointat, « Le logement des troupes à Tresques sous l’Ancien Régime », Rhodanie, 8, 1983, p. 15-22.

30 C. Daudet, Vie et comportement des militaires en Languedoc (1751-1761), maîtrise, Montpellier III, p. 143-144.

31 E. Pélaquier, op. cit., p. 479.

32 E. Pélaquier, op. cit., p. 480.

33 Arch. Départ. Hérault, C 8441, Mémoire pour servir au renouvellement du bail de la fourniture de l’étape, des voitures et des lits (1764).

34 Idem, A 89, « Règlement fait par le Roi pour l’ordre et la discipline qu’il veut être observés par ses troupes... », 4 juillet 1716.

35 Arch. Départ. Hérault, C 8409, ordonnance contre « les abus de voitures par les troupes », 20 février 1712.

36 Arch. Départ. Pyrénées orientales, C 401, « Ordonnance portant règlement sur les voitures qui seront fournies aux troupes... », 1er juillet 1768.

37 Arch. Départ. Hérault, C 690, correspondance entre Bertin, intendant de Guyenne, et Saint-Priest, intendant de Languedoc (mai 1761) et C 691, fol. 126-127, Saint-Germain à Saint-Priest (30 juin 1776).

38 Arch. Départ. Hérault, C 689, fol. 81-85, premier contrat pour la fourniture des voitures pour les équipages des soldats de passage (14 décembre 1729).

39 Arch. Départ. Haute-Garonne, C 2397, réunion du bail des voitures à celui de l’étape (décembre 1754).

40 Arch. Départ. Hérault, C 8441, nouveau bail de l’étape adjugé à François Parlier (1764).

41 Idem, C 689, « Supplique de J. H. Dupuy... » (1756) et C 8440, sur les difficultés d’exécution et la résiliation du bail Dupuy (1755-1758) ; C 8441, mémoire remis aux États par François Parlier (décembre 1772).

42 André Corvisier, « L’opinion et le fait militaire sous l’Ancien Régime d’après les Cahiers de doléances des États Généraux », dans Société, Politique, Culture en Méditerranée occidentale, xvie- xviiie siècles, Mélanges en l’honneur du Professeur Anne Blanchard, Montpellier, 1993, p. 97-113.

43 Elie Pélaquier, « Le recrutement des milices provinciales en Languedoc au xviiie siècle », Histoire et Défense, 21, 1-1990, p. 53-69 et « Les effectifs et l’organisation de la milice provinciale de 1729 à 1778, étude quantitative », Histoire et Défense, 28, II-1993, p. 149-170.

44 Trois mémoires sont pour l’instant soutenus (dir. D. Biloghi) : Marie-Christelle Claria, Réfractaires et insoumis : le refus de la milice à Béziers sous le règne de Louis XV, Montpellier, U.P.V., 2000, Sébastien Marrot, La levée de la milice provinciale dans la subdélégation de Montpellier dans la seconde moitié du xviiie siècle, Montpellier, U.P.V., 2000, Cyril Karbowski, La milice provinciale dans les villes de Lodève, Gignac et Clermont L’Hérault de 1690 à 1758, Montpellier, U.P.V., 2000. Voir également, Pascal Roux, « Le recrutement de la milice royale au xviiie siècle : l’exemple du bataillon d’Albi », Annales du Midi, t.108, 1996, p. 461-478.

45 E. Pélaquier, « Le recrutement des milices provinciales en Languedoc au xviiie siècle. Première approche », Histoire et Défense. Les cahiers de Montpellier, 21,1990, p. 54

46 E. Pélaquier, op. cit., p. 483.

47 C. Masanelli, En Languedoc sous l’Ancien Régime, Gaujac à l’époque de Louis XIV, Nîmes, 1981, p.79.

48 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie siècle au ministère de Choiseul. Le soldat. Paris, 1964.

49 L’« État des exempts et non exempts » de la milice, imprimé en 1766, s’étend sur 9 pages et cite 80 cas d’exemption. Il mériterait à lui seul une publication (A.D.H., C 623).

50 E. Pélaquier, « Les chemins du contrôle social entre famille et communauté : le cas de Saint-Victor-de-la-Coste en Bas-Languedoc, au xviiie siècle ». Crime, Histoire et Sociétés, 1997, no 2, p. 41-47.

51 E. Pélaquier, « Les effectifs et l’organisation de la milice provinciale de 1729 à 1778. Etude quantitative », Histoire et Défense. Les cahiers de Montpellier, 28, 1993, p. 149-170.

52 A. Rouquette, Les cahiers de doléances du tiers-État de la sénéchaussée de Nîmes pour les États généraux de 1789, Nîmes, 1989, p. 84-89. J.P. Donnadieu, États généraux de 1789. Sénéchaussées de Béziers et Montpellier, Montpellier, 1989.

53 P Boyer, « Les milices bourgeoises et la guerre des camisards », Revue Historique des Armées, 4,1981.

54 E. Pélaquier, De la maison du père..., op. cit., p. 484-485. 54.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.