Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Le village au temps des guerres de religion : l’exemple limousin

Michel Cassan

Texte intégral

  • 1 Philippe Contamine, sd., Guerre et concurrence entre les États européens du xive au xviiie siècle, (...)
  • 2 Peter Blicke, sd, Résistance, représentation et communauté, Paris, PUF, 1998, 514 pages. Du même au (...)

1Les modalités d’émergence et d’affirmation de l’État moderne en Europe ont suscité une gerbe d’études attentives à la figure du Prince, aux fondements juridiques et symboliques de son pouvoir, aux manifestations cérémonielles et rituelles de sa puissance, à la place de la guerre dans la construction de son autorité intérieure1. La part de la ville et la participation de l’Église dans la construction étatique ont également été envisagées. En revanche, les sociétés paysannes sont restées en marge du questionnement. Si l’on excepte les réflexions initiées par Peter Blicke sur les formes d’expression politique des communautés rurales2, le bilan est maigre. Cette discrétion indique l’éclipse assez sensible du village dans les problématiques historiennes actuelles, à laquelle les quelques pages suivantes voudraient, pour la période des guerres de Religion, apporter, non des réponses amples, mais présenter une étude de cas circonscrite au Limousin et plus précisément, à sa partie méridionale.

  • 3 Bernard Peschot, « La guérilla à l’époque moderne », Revue historique des armées, 1998, vol. 1, p.  (...)

2Dans cet espace-temps réduit à une petite province et une quarante d’années, trois questions seront abordées. Quelle est la place du village dans l’organisation politique du Limousin du xvie siècle et comment les villageois cohabitent-ils avec leurs seigneurs ? Deuxièmement, en temps de troubles, la petite guerre3 devient-elle le quotidien des villages ? Aboutit-elle à une militarisation systématique du territoire et de la société ? Troisièmement, dans une conjoncture belliqueuse longue et souvent sévère, quelles réponses politiques adoptent les villages ? Développent-ils des stratégies de négociation ou/et d’opposition vis-à-vis de leurs seigneurs proches et du Roi lointain ? Réalisent-ils un apprentissage des pratiques politiques autres que la révolte, spectaculaire et réprimée en juin 1594 ?

Villages et seigneuries

  • 4 Jean Tricard, Les Campagnes limousines du xive au xvie siècle, Paris, PUPS, 1996, 285 pages, et Ren (...)

3Dans le Limousin comme la majeure partie de l’Auvergne limitrophe, le village est une réalité changeante. Le terme peut désigner le chef-lieu de la paroisse ou un écart parfois aussi peuplé que le lieu éponyme. Ces villages constituent l’armature fondamentale du peuplement, très vivace au milieu du xvie siècle. En effet, depuis la fin de la guerre de Cent Ans, les villages ont bénéficié des effets de la reconstruction rurale. Même si elle est moins marquée que dans d’autres provinces, elle a favorisé la multiplication et la consolidation des comparsonneries, ces associations familiales paysannes qui s’installent souvent dans un hameau4. Ces villages, au peuplement renforcé, constituent le premier cercle des sociabilités paysannes. Elles sont vicinales, porteuses d’une identité particulière, distincte de celle des autres hameaux. Toutefois, la vigueur des spécificités villageoises ne conduit pas à une négation de l’appartenance au chef-lieu. Le village-capitale, même s’il n’est pas nécessairement le plus peuplé, est accepté et reconnu comme tel parce qu’il possède l’église et le cimetière. Entre le village-hameau qui voit les paysans naître, vivre, décéder et le village chef-lieu où ils reposent pour l’éternité, des liens solides existent.

4Tous les écarts entretiennent la même relation avec le village chef-lieu, faisant de celui-ci est le point focal des habitants d’une paroisse.

  • 5 Sur cet aspect de la question, on peut se reporter à Michel Cassan, Le Temps des guerres de religio (...)
  • 6 Nicole Lemaitre consacre quelques lignes denses à cette question dans Le Scribe et le Mage, Notaire (...)

5Cette relation a une dimension religieuse très forte, innervée par les communalistes5. L’on sait que ces compagnies de prêtres réunissent des célibataires nés et baptisés dans la paroisse qu’ils desservent. Ils vivent auprès de leurs familles, dispersées entre les hameaux et constituent la communauté paroissiale des prêtres filleuls. Ils sont appelés à se réunir plusieurs fois par semaine à l’occasion de services religieux et leur institution englobante, fédérant tous les hameaux conforte le village chef-lieu de la paroisse. Le village limousin est alors un système dédoublé et hiérarchisé, composé d’un agrégat de hameaux autonomes organisant leurs travaux agricoles, et ayant une paroisse de référence, également qualifiée de village6. Les habitants dominaient ces situations avec aisance, comme ils savaient de quelle collectes fiscales et de quelles seigneuries ils relevaient.

  • 7 La coutume du Poitou, appliquée dans la basse Marche, est modifiée en 1514 dans un sens favorable a (...)
  • 8 Amanieu de Comborn teste en faveur d’Antoine, vicomte de Pompadour le 22 mars 1508. Un procès s’en (...)
  • 9 Les études sont innombrables. Pour une synthèse cartographiée, voir Bernadette Barrière, « Les gran (...)
  • 10 Au cours du xvie siècle, les vicomtes de Limoges ont procédé à plusieurs engagements et ventes sous (...)
  • 11 Arch, nat., Q1139, Érection de la châtellenie d’Ayen en comté en mars 1591.

6Dans le Limousin, le maillage seigneurial comprend une poussière de petites entités, parfois minuscules dans la partie septentrionale de la province régie par la coutume de Poitou7 et à l’opposé, quelques vastes ensembles de terres souvent titrées. Les plus importants se localisent dans le bas Limousin où, après le règlement laborieux et tumultueux de la succession d’Amanieu de Comborn8, la carte seigneuriale s’est progressivement stabilisée. Au xvie siècle, trois vicomtés dominent. La vicomté de Ventadour, devenue comté puis duché en 1578, s’étend surtout sur la Montagne limousine, la vicomté de Turenne est à cheval sur le Limousin et le Quercy, la vicomté de Pompadour, plus étroite, couvre une bande de terres du nord de Brive aux confins du haut Limousin9. Elle jouxte au nord-ouest une partie de la vicomté de Limoges, alors possession de la maison d’Albrêt-Navarre et au sud, les possessions de Noailles10, non encore titrés au début des guerres de Religion11.

  • 12 Respectivement 8, 12 et 17 châtellenies pour les vicomtés de Ventadour, Turenne et Limoges au xvie  (...)
  • 13 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 667, état de la chastellenie de Masseret, vicomté de Limoges.
  • 14 BNF, ms fr. 6917, fo 12, afferme de la capitainerie de Cervières membre dépendant de Turenne à Mess (...)
  • 15 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1862. Les comptes-rendus annuels (1574-1576) à la Chambre des co (...)

7Ces vastes territoires subdivisées en châtellenies12 sont confiées à l’autorité d’officiers seigneuriaux. Habituellement, à la fin du Moyen Âge, un siège de châtellenie retient un capitaine, un juge, un procureur d’office, un ou deux sergents13. Ils sont titulaires de leur état, détenu à titre viager contre le paiement d’une somme d’argent au seigneur14 Cette finance leur donne le droit d’exercer des charges judiciaires, militaires et d’assurer la police générale de la seigneurie15.

  • 16 Michel Cassan, « État, seigneurs et communautés urbaines en Limousin au xvie siècle », Revue d’hist (...)
  • 17 C’est le cas des commandements de paiements rédigés par les officiers de l’élection de Brive. BNF, (...)
  • 18 Arch. nat., R2 488, fonds Bouillon, A côté de la mention des consuls et syndics des villes, l’on re (...)

8L’administration villageoise voisine avec cette organisation seigneuriale. Dans la province, elle a laissé peu de documents au point que sa réalité demeurait sujette à caution. L’absence ou l’évanescence de la représentation politique des villages semblait plausible, d’autant que des villes comme Tulle, Limoges-Cité, Saint-Yrieix n’obtinrent leur autonomie politique que tardivement, au milieu du xvie siècle, à la suite des initiatives de Charles IX et de Catherine de Médicis16. Or, plusieurs textes de la seconde moitié du xvie siècle, dus à des officiers royaux de finance17, à des seigneurs ou à leurs serviteurs mentionnent des syndics et des collecteurs de villages, indication corroborée par la présence de syndics de communautés villageoises lors des assemblées des États de la vicomté de Turenne tenus aux xvie et xviie siècles18.

9Si l’existence des syndics est avérée, les documents où ils figurent concernent exclusivement des questions financières. Ils sont convoqués afin de prendre connaissance du montant des impôts assis sur leurs villages et leur champ d’intervention politique paraît réduit aux questions fiscales et ne dépendre que des volontés de l’État ou de leurs seigneurs. En fait, l’on peut penser que des décisions propres au fonctionnement interne des villages nous échappent. Un règlement oral entre les chefs de feux et de hameaux suffit et le recours – coûteux – à un tabellion semble superflu à des villageois analphabètes et qui savent la validité de la parole donnée. Seules les rares questions faisant intervenir une instance extérieure à la communauté villageoise et mettant en jeu des questions d’argent requièrent le passage à l’écrit.

  • 19 Pour une lecture proche de ces médiateurs entre communauté et seigneurie, voir Hugues Neveux, Les R (...)
  • 20 Les chefs de la maison de Noailles durant les guerres de Religion sont Antoine (1504-1563), son frè (...)
  • 21 La correspondance des Noailles a été très partiellement publiée par Louis Paris, Les Papiers de Noa (...)
  • 22 Les lettres retrouvées et ne concernant que la correspondance entre les Noailles et leurs serviteur (...)
  • 23 Georges Mathieu éd., « Chronique 1560-1585 » [Ayen, Corrèze], Bulletin de la Société des lettres, s (...)
  • 24 M. H.B. de Montégut, éd., « Journal historique de Pierre de Jarrige (1560-1574) continué par Pardou (...)
  • 25 L’expédition a été étudiée par Antje Klingbeil, Le Périple du duc de Deux-Ponts et de ses cendres ( (...)

10Ainsi, au-delà de lacunes documentaires logiques, il existe bien dans le plat pays limousin deux administrations, Tune occasionnelle, exercée par des villageois, l’autre exercée par des officiers seigneuriaux, nommés et rémunérés. Elles émanent de deux pouvoirs qui ont en charge la maîtrise de l’espace, le contrôle des populations et partagent des responsabilités concurrentes médiatisées par quelques serviteurs de grands seigneurs19. La position d’intermédiaires de ces hommes, déjà importante en temps de paix, devient décisive en période de troubles et de guerres, lorsque leurs maîtres, retenus aux armées ou à la Cour, désirent être informés de l’état de leurs terres et de la situation provinciale. Leurs missives sont alors autant de lucarnes irremplaçables sur la vie des villages, d’éclairages sur les rapports entre seigneurs et tenanciers, les relations de village à village ou de seigneur à seigneur. C’est en mobilisant la correspondance active et passive des officiers et des domestiques de la maison de Noailles20 que l’impact des guerres de Religion sur les villages du Limousin a été abordé21. La source privilégie les années 1576-1577 et 1585-159322 Des chroniques contemporaines la complètent, telles celles tenues par un prêtre d’Ayen23, le viguier de Saint-Yrieix Pierre de Jarrige24 ou Johan Wolff, secrétaire du duc des Deux-Ponts venu secourir l’armée des princes et qui meurt au sud de Limoges en 156925. Variés, ces matériaux ont en commun d’être de première main et de rapporter des événements qui eurent comme cadre principal les villages et les campagnes du Limousin.

Des séquences belliqueuses aux incidences contrastées sur la vie de villages

  • 26 L’effectif devait être inférieur, après trois mois de marche et quelques accrochages mais restait t (...)
  • 27 James B. Wood, The King’s Army. Warfare, soldiers, and society during the Wars of Religion in Franc (...)

11La guerre épargna en grande partie les villages du Limousin et de la Marche jusqu’en 1569. Mais, avec la troisième guerre, trois armées envahissent la province : l’armée royale sous le commandement du duc d’Anjou et du maréchal de Saulx-Tavannes, l’armée protestante confiée à Condé puis à Gaspard de Coligny et le corps expéditionnaire allemand du duc des Deux-Ponts. Chaque camp avait des effectifs considérables. Les régiments allemands comprennent plus de 17 000 hommes et 8 000 chevaux à leur départ de Rhénanie-Palatinat le 20 février 156926 ; l’armée du roi oscille entre 27 000 et 29 000 soldats27. Avec l’armée protestante forte d’environ 10 000 fantassins, ce sont plus de 50 000 soldats qui entrent dans le Limousin.

  • 28 Louis Duval, « Le passage de l’armée allemande du duc de Deux-Ponts dans la Marche et dans le Limou (...)
  • 29 Franck Delage, La Troisième guerre de religion en Limousin. Combat de La Roche-L’Abeille 1569, slnd (...)

12L’armée du duc des Deux-Ponts après avoir franchi la Loire à La Charité, pénètre dans la haute Marche le 3 juin 1569. Tirant droit à Limoges, elle parcourt les 100 kilomètres la séparant de la capitale de la province en six jours28, puis elle gagne Nexon le 11, afin d’opérer sa jonction avec Condé. L’armée royale fait partiellement échouer la manœuvre et une bataille rangée se déroule en Limousin à La Roche l’Abeille29. Ensuite, les corps d’armée se dirigent vers le Périgord, le Poitou, réapparaissent brièvement dans le bassin de Brive le 27 octobre, avant de gagner l’Auvergne ou le Quercy le 3 novembre. Au total, les armées avaient parcouru la province durant un mois.

  • 30 BNF, ms fr. 32 867, f°s 1194-1195. François Lambertye, seigneur chatelain du lieu et autres places (...)

13Or, les témoignages et les procès-verbaux dressés afin d’enregistrer les déprédations commises, sont unanimes. Seuls, les édifices religieux et quelques châteaux, appartenant à des seigneurs connus pour leur vif engagement catholique, tels que Pompadour ou Lambertie30 ont été attaqués. En revanche, les déposants qui furent témoins du passage de l’armée ou ont en mémoire les récits de leurs parents-, ne signalent ni violences, ni vols de bestiaux ou destructions de récoltes. Bref, les manifestations délictueuses habituelles aux armées n’ont laissé aucune trace dans le souvenir des villageois limousins. Et il est très vraisemblable qu’elles n’ont guère eu lieu.

  • 31 Les distances ont été établies en se fondant sur la relation du périple de l’armée du duc des Deux- (...)
  • 32 Si les villageois pourchassaient des soldats égarés, des représailles pouvaient avoir lieu. Lors de (...)
  • 33 Prieurés de L’Artige d’après une enquête du 16 septembre 1578 : Arch. dép ; Haute-Vienne, D pièce 9 (...)

14En effet, en dépit d’une topographie montueuse, les troupes avançaient à allure soutenue dans la province. Elles parcourent en moyenne 16 à 20 kilomètres par jour du 5 au 10 juin31 et n’ont pas le temps de s’égayer dans les villages. D’ailleurs, les récoltes sont consommées et les officiers déplorent la stérilité du Limousin où il est impossible de nourrir les hommes et les chevaux. La rapide traversée de la contrée est une nécessité et les villages sont épargnés32. En revanche, les soldats protestants allemands détruisirent de manière systématique, les édifices catholiques. Abbayes, monastères, prieurés, commanderies de l’ordre de Malte et églises qui se trouvaient sur leur itinéraire33 furent dévastées en une geste iconoclaste limpide. C’est une armée en croisade qui n’a aucune raison d’incendier des masures dépourvues de tout intérêt militaire. Ainsi, considérations stratégiques et pénurie du ravitaillement décident de la marche forcée des armées. Celles-ci n’ont qu’un souci : quitter une province déshéritée, laissée en marge du conflit.

  • 34 Arch. dép. Corrèze, E supp.4, fo 215 : « Le 24e jour d’octobre 1577 est decede Anthoine Chassaignac (...)

15La rupture et l’entrée contrainte des villages dans le conflit date des années 1574-1575. La conversion active du vicomte de Turenne au calvinisme, l’engagement de plusieurs nobles, comme le comte de Ventadour aux côtés de François duc Alençon, précipitent la province dans les débats politiques et les rivalités militaires du moment. Désormais et jusqu’en 1594, chaque parti politique repérable à l’échelle du pays, eut ses relais dans la province. Les antagonismes nobiliaires sont transposés dans le Limousin, plongeant la province dans la petite guerre34. Toutefois, plutôt que d’ajouter un chapitre limousin aux ravages des guerres de Religion, deux interrogations connexes ont été envisagées.

16L’une tente d’apprécier les ripostes des villages et des seigneurs à l’état de troubles endémiques ; l’autre de déterminer si la guerre a entraîné un détachement des villages vis-à-vis des seigneurs, voire la recherche d’une alliance des villageois avec le souverain. Dans le jeu en triangle villages-seigneurs-Roi, une rencontre entre le Prince et ses sujets est-elle discernable ? Las d’une guerre guerroyeuse harassante, les villages ont-ils esquissé un accord avec le Prince qui favoriserait l’affirmation de l’État mis à mal au cours des troubles de la seconde moitié du xvie siècle ?

  • 35 Blond et Compreignac, Haute-Vienne.
  • 36 Comte de Beauchesne, « L’église de Blond », Bulletin de la Société historique et archéologique du L (...)
  • 37 Christian Corvisier, « L’architecture et l’âge des églises fortifiées. L’exemple de l’Est de la Pic (...)

17Le basculement dans la guerre et la pérennisation des escarmouches entraînent une militarisation des campagnes, opérée à l’initiative des seigneurs et des communautés villageoises. Les villages décident de fortifier leurs églises et de remanier des défenses héritées des xive et xve siècles, lors de la guerre de Cent Ans. Ils les financent, avec l’aide probable des desservants ou des bénéficiers responsables de l’entretien du chœur de l’édifice. Les rares exemples d’églises fortifiées35 montrent des murs presque aveugles, des couronnements défensifs, des canonnières et des archères36. Quelques clochers porches renforcés se rencontrent dans le nord du Limousin, comme dans la lointaine Thiérache37.

  • 38 Ce n’est probablement pas le fait du hasard si les édifices les mieux fortifiées se trouvent là où (...)

18Cette mise en défense des églises est de la main de paysans et d’artisans ruraux. Elle vise à protéger les villageois en cas d’attaque et à empêcher le séjour des soldats. En effet, sans place forte à leur disposition, les soldats gyrovagues ne séjournent pas. Ils se sentent trop exposés à leurs adversaires ou aux attaques des villageois. Les paysans qui ont entendu raconter les méfaits des routiers, cherchent une parade à ces désagréments et pensent la trouver en rendant leurs églises imprenables38.

  • 39 Peyrat-le Château, Haute-Vienne.
  • 40 BNF, ms fr. 6917, pièce 74, mémoire du 27 septembre 1587. Douze soldats aux ordres du capitaine Lym (...)
  • 41 BNF ms fr. 6917, pièce 32, janvier 1577 : 20 livres pour quatre soldats à Teyssieu (Lot).
  • 42 La rétribution des soldats engagés dans des régiments est largement supérieure. À Limoges, en 1569, (...)

19Les autres édifices fortifiés du plat pays appartiennent aux seigneurs. Outre leurs châteaux, ils ont quadrillé l’espace de donjons, souvent remaniés et restaurés lors des années 1450-1520. En temps de paix, ils en confient la garde à des capitaines et les chargent de préserver l’étendue de la capitainerie « de tous abus, violences et déprédations39 ». Cette tâche de surveillance et de protection des terres nécessite un renforcement des garnisons en temps de troubles. Sur les terres des Noailles, elles comprennent trois à quatre soldats en 1577, une dizaine en 158740, rémunérés à hauteur de cinq livres par mois41, avec des avantages en nature, notamment la fourniture du vin42.

  • 43 Pour une autre analyse des capitaines, Sylvie Desachy, « Les élites militaires en Rouergue au xvie  (...)

20Ces soldats, surgis à l’occasion de la guerre au village ont un statut très différent de celui des capitaines habituels. Ils sont payés pour exercer de brèves vacations renouvelables, alors que les capitaines afferment leur état et versent de l’argent au seigneur afin d’obtenir l’office pour un an minimum. Pourtant, lors des guerres de Religion, les uns et les autres sont appelés capitaines. Un brouillage du contenu du mot capitaine s’opère. Sans songer à sa dimension militaire, le terme en vient à désigner des officiers seigneuriaux et des individus stipendiés, chefs d’une petite escouade d’hommes en armes43.

  • 44 Pazayac, Dordogne, canton Terrasson.
  • 45 BNF, ms fr 6917 pièce 106. Une trentaine de cotisés refusent de payer.
  • 46 BNF, ms fr 6917, pièce 155. Un état des frais indique des capitaines aux ordres de Noailles rémunér (...)
  • 47 BNF, ms fr 6917, 28 janvier 1593 : lettre du capitaine Laquant [serviteur des Noailles pendant plus (...)
  • 48 BNF, ms fr. 6917, pièce 28, février 1576, Le procureur d’office de Pegnières écrit à M. de Noailles (...)

21Leur défrayement incombe aux seigneurs qui les recrutent ; en réalité, leur financement retombe sur les villageois. En 1576, les habitants de Pazayac44 sont cotisés à hauteur de 90 livres pour couvrir les frais de la garnison pour les mois de janvier à mars et la quote-part moyenne de chacun des 124 fiscalisés atteint 14 sols45. Les villageois devaient supporter financièrement ces soldats de circonstances, aux capacités militaires fort variables, sans être à l’abri de leurs exactions46. Une telle éventualité agace les villageois qui espèrent la contenir en recrutant des hommes originaires de leurs terres ou de leurs paroisses47. La crainte de la trahison48 avec remise de la place à l’adversaire semblait moins prégnante avec des soldats pris dans les rets villageois qu’avec des inconnus. Une échelle du risque existait qui, une nouvelle fois, faisait du soldat forain un homme plus redouté que le soldat autochtone.

22Toutefois, quelle que soit l’origine géographique de ces soldats, la politique défensive des seigneurs transformait chaque fortin en enjeu dans la guerre guerroyeuse. Avec en moyenne une place fortifiée par paroisse, la militarisation des campagnes, loin de préserver les populations, les exposait aux raids des capitaines et des soldats. Au lieu de les rasséréner, elle était un facteur d’angoisse.

  • 49 En 1593, les paroisses des seigneuries de Noailles reçoivent des ordres de paiement exceptionnels e (...)
  • 50 Un exemple parmi tant d’autres. BNF ms fr. 6917, pièce 42, 7 mai 1577. Le capitaine Lanteuil rappor (...)

23En outre, la guerre secrète une hausse de la fiscalité puisque les paroisses doivent payer la taille et le taillon habituels assortis des soldes des capitaines et d’une kyrielle de taxes comme « l’augmentation de la gendarmerye » et « l’entretien des gens de guerre49 ». Ainsi, à partir de 1575-1576, les villages subissent une fiscalisation accrue, une militarisation spatiale étouffante, la hantise du rapt des troupeaux50 et des violences et confrontés à un état de guerre nourri de rivalités nobiliaires ou politiques autant que confessionnelles, ils ont démontré qu’ils pouvaient devenir une force politique.

  • 51 Idem, pièce 34, février 1577. Les paysans de Pegnières refusent de contribuer au financement des ga (...)
  • 52 Ibidem, pièce 37, mars 1577.
  • 53 Ibidem, pièce 38, mars 1577.
  • 54 Pleaux, Cantal.
  • 55 BNF, ms fr. 6917, pièce 36, février 1577.
  • 56 Idem, pièce 40, 2 mars 1577, rapport de l’assemblée générale tenue par les officiers de Noailles av (...)
  • 57 Ibidem., pièce 49.

24Le défrayement des garnisaires placés dans des forts est une pomme de discorde entre villageois et seigneurs. Ceux-ci en imputent le paiement aux communautés villageoises qui, face à la demande, adoptent des attitudes contrastées. Pour une dizaine de cas recensés en 1577 sur les terres de Noailles, le refus total51 ou le paiement intégral des sommes exigées sont des attitudes minoritaires. La position dominante consiste en un partage du coût de la garnison entre les seigneurs et les villageois. Le village de Carbonnières accepte de solder trois hommes si « madame de Noailles en fait autant52 ». Chambres fournirait le vin au soldat du repaire si Noailles verse la solde. Avec la communauté voisine d’Anglars, Chambres veut bien participer au paiement des soldats, présents sur leurs terres, mais refuse de payer pour les soldats des repaires limitrophes53 ; quant aux villageois de Pleaux54, ils acceptent d’entretenir un homme à faire le guet55. Le corpus, même étroit, indique la reconnaissance du rôle politique des villages. Les seigneurs sont obligés de prendre en considération leurs volontés et les syndics deviennent des interlocuteurs politiques avec lesquels il faut négocier56. Charles de Noailles, évêque de Dax et chef de la maison avec sa mère Jeanne de Gontaut-Biron l’admet lorsque le 8 mars 1585, il écrit à son serviteur Dury en charge du château familial de traiter avec les syndics pour assurer la garde de l’édifice57.

  • 58 Ibidem, pièce 30.
  • 59 Ibidem, pièce 123.
  • 60 Ibidem, pièce 147.

25La détermination des communautés villageoises à faire valoir leurs droits les entraîne à plusieurs reprises, à contester pacifiquement, les revendications seigneuriales. Le 26 février 1576, le serviteur Olive avertit Noailles qu’il vient de convoquer pour la quatrième fois ses sujets de Penières afin de leur demander de faire le guet et qu’une fois encore, ils ont refusé58. Le 25 février 1577, Sulpice Rochier, serviteur de Jeanne de Gontaut-Biron, l’avertit que les « paisans de Chambres ne veulent point payer la vinade et sont prêts à s’en deffendre par justice59 ». En décembre 1588, un des plus fidèles officiers des Noailles, le capitaine La Marque écrit à Henry de Noailles que « les habitans de Merigniac, excédés du comportement d’un de ses capitaines nouvellement nommés, un certain Magaran originaire du Fousseret dans le Comté de Foix, l’ont traîné en justice devant le parlement de Toulouse60 ».

26Ainsi, les guerres de Religion sont loin de se résumer à la mise en coupe réglée des villages. Certes, ceux-ci pâtissent beaucoup des troubles et des violences endémiques, mais ils savent également user des aléas de la conjoncture et consolider leurs positions d’interlocuteurs auprès des seigneurs. Comme ils participent au financement des garnisons et contribuent à la préservation des positions seigneuriales, des concessions politiques sont nécessaires. La transaction devient le mode de fonctionnement politique entre les villages et les seigneurs. De telles pratiques ne sont pas nécessairement nées avec les guerres de Religion, mais la longue séquence belliqueuse, sa diffusion dans tout le plat pays en liaison avec une militarisation très prégnante qu’il faut solder chaque mois, a multiplié les opportunités de dialogue.

27Le temps des guerres de Religion a favorisé l’apprentissage de la vie politique au village et suscité une connivence, parfois contrainte, entre seigneurs et villageois. Elle put achopper devant l’intransigeance d’une partie ou des deux, sans remettre en question la réalité des solidarités territoriales entre seigneurs et villageois. Celles-ci sont exclusives et elles réifient l’appartenance de chaque village à son seigneur en un bouclage relationnel complet. La situation aboutit alors à la fragmentation politique et spatiale du plat pays. Les antagonismes seigneuriaux sont exaspérés, créant les préconditions de la guérilla. Finalement, les dispositions imaginées par les seigneurs et les villageois afin de préserver leur sécurité achoppent sur le germe de la petite guerre qu’elles contiennent, doublé d’invariants, tels que la cupidité de certains capitaines et soudards. Il y a toujours un seigneur belliqueux, un capitaine désargenté ou avide de gloriole, prêt à fomenter un guet-apens, à lancer une expédition punitive chez un autre seigneur. Les villageois qui vivent dans la crainte de l’agression, éprouvent les limites des options stratégiques initiées par les seigneurs. Ils espèrent ne pas être attaqués par les soldats installés dans leurs villages, d’où la préférence portée à des soldats du cru ; mais ils ont tout à redouter d’une violence importée et selon la banale théorie des dominos, l’escalade des ripostes et agressions peut précipiter le plat pays dans les troubles, en raison des modalités désormais perverties, de la préservation des seigneuries.

Le soulèvement des croquants

  • 61 Yves-Marie Bercé, Histoire des Croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le (...)
  • 62 On se dispense d’évoquer le débat sur l’interprétation des mouvements qui opposa Boris Porchnev et (...)
  • 63 Y.-M. Bercé, op. cit., t.1, p. 291-293 ; P. Blicke, op. cit., p. 43-44.
  • 64 BNF, Clairambault 309, folios 86-88. « Supplique des pauvres et miserables peuples des communautes (...)

28La fin des guerres de Religion en Limousin est dominée par un des plus fameux soulèvements ruraux des temps modernes61 et l’historiographie62 a posé, à juste titre, un lien direct entre l’harassement des paysans victimes de la guerre et leur entrée en révolte63. L’âpreté des violences portées à incandescence au moment de la Ligue, la transgression des trêves si nécessaires aux récoltes ont décidé du soulèvement64. Ce rapport est fondé et cette forte évidence rappelée, il est permis d’envisager le mouvement en l’articulant aux pratiques politiques mises en œuvre dans les années 1575-1593.

29L’hypothèse est, premièrement que la révolte se nourrit des apports et des impasses de la mise en défense de la province, deuxièmement que les villages veulent les dépasser en mettant sur pied une organisation capable de transcender les lignes de partage seigneurial qui sont autant de lignes de guerre, troisièmement qu’une telle solution ne peut que déboucher sur l’appel au roi, mal perçu par les instigateurs de la militarisation des campagnes qui brisent la révolte.

  • 65 Y.-M. Bercé, op. cit., t. 1, p. 262 et ss.
  • 66 BNF, ms fr 6917, pièce 164.
  • 67 Alfred Leroux, éd., « Chronique de ce qui s’est passé en Limousin, Marche et pays circonvoisins par (...)

30Sur le premier point, la thèse d’Yves-Marie Bercé a démontré de façon magistrale que l’assiette des soulèvements est le village65. Les communautés villageoises entrent en rébellion les unes après les autres et se fondent dans une association politique élargie à plusieurs provinces. Les limites seigneuriales deviennent des microfractures transcendées par le soulèvement estimé à plusieurs milliers de personnes. La rébellion se dote d’un chef militaire, « un colonelle66 », crée des « capitaines, lieutenants, enseignes, tambours et autres officiers67 » selon un modèle qui emprunte à l’armée et aux compagnies d’ordonnance. Il comprend aussi des porteplumes et porte-paroles, le juge Béronie de Lubersac et le tabellion Deumenis. Sans être des paysans, ce sont des ruraux, auréolés d’une qualité d’experts judiciaires aux yeux des paysans qui les jugent capables de défendre leurs revendications et de les porter aux pieds du roi.

  • 68 Arch. dép. Haute-Vienne, I Sem 13, « Histoire de la defaite des Crocans par le Sr de Chambaret gouv (...)
  • 69 BNF, Clairambault 354, f° 93.

31Les paysans sont restés fidèles à leurs modes de représentation en les transférant à l’échelle de plusieurs provinces. Les émeutiers dépêchèrent leurs délégués vers le roi pour se plaindre « des picoreurs et de l’excès des subsides68 ». Leur démarche était logique à cause des images de puissance tutélaire et paternelle accrochées au souverain et parce que les relations verticales de proximité avec leurs seigneurs démontraient leurs insuffisances. Le mouvement n’est pas anti-seigneurial et les paysans proclament en ouverture d’un manifeste de 1594 vouloir « obeyr à Dieu et aussy a leurs seigneurs justiciers et fonciers de lad. terre d’Ayen et pareilhement aulx magistrats de la justice69 », mais ils avaient pris acte des limites de la solution seigneuriale.

  • 70 Abel de Pierrebuffière, baron de Chamberet (1561-7 juin 1595).
  • 71 Il est le dédicataire d’une Remonstrance au peuple champestre, habitans aux Bourgs, Bourgades & Vil (...)

32Henri IV, saisi de cette question, tergiversa et n’eut pas à agir directement. Une troupe de nobles, commandée par le gouverneur du Limousin Chamberet70 secondé des gouverneurs d’Auvergne et de la Marche écrasa le mouvement. La répression, en rupture avec les accords politiques récemment conclus entre seigneurs et villageois et la trêve négociée par le trésorier général Jean Verdier, sieur d’Arfeuille intrigue71. Deux hypothèses visant à élucider les choix des nobles qui, toutes confessions confondues réprimèrent les Croquants, seront avancées.

  • 72 BNF, Périgord, XIV, fo 6 v°.

33La première explication est politique. Elle trouve son fondement dans un article de l’appel à la noblesse périgourdine. Une quarantaine de nobles l’ont paraphé72. Le texte vilipende le soulèvement des « peuples du Limousin, Périgord, Quercy et Agenois ». Ils sont accusés de vouloir renverser la religion, ne payant pas les dixmes, d’être criminels de lèse-majesté pour ne vouloir payer les tailles, de vouloir renverser la monarchie, établir une démocratie à l’exemple des Suisses et d’avoir conspiré contre les signataires du texte. Ceux-ci, au nombre d’une quarantaine, décident d’accompagner leur sénéchal Bourdeille, de taire leurs inimitiés et de monter à cheval contre les Croquants. Dans les motifs de la réaction nobiliaire, l’allusion à la démocratie suisse se nourrit du fait que la révolte a pris naissance dans la vicomté de Turenne. Tous les récits le signalent, or le vicomte est l’une des figures de proue des réformés et ses paysans ont souvent embrassé le calvinisme. Toutefois, l’argument suggère surtout la vigueur et la lisibilité du sentiment communaliste. Les villages ont acquis une réalité politique forte d’autant plus visible que le mouvement de contestation est le fruit de leur confédération. Et évidemment, leur choix du principe électif retenu comme mode d’organisation et de dévolution du pouvoir ne pouvait que révulser les nobles, y compris huguenots si l’on songe aux palinodies et aux résistances de Navarre et de Turenne pour éviter d’avoir à se soumettre aux décisions des Assemblées politiques de leurs coreligionnaires.

34La seconde hypothèse capable d’éclairer la vive réplique nobiliaire est d’ordre fiscal. Dans le texte, les nobles condamnent les refus de paiement de la dîme et de la taille qui a priori ne les affectent pas. Nullement pour la taille souvent présentée comme un impôt concurrent des redevances seigneuriales, fort peu pour la dîme sauf en cas d’inféodation. Mais, ce serait oublier qu’au cours des guerres de Religion, le pouvoir royal a perdu la maîtrise de la levée de l’impôt. Dans les provinces passées sous le contrôle des protestants ou des « Malcontents », les rentrées de la taille sont improbables. Aussi, Henri III – et Henri IV n’a toujours pas rapporté la décision en 1592-1593 – a transféré aux nobles « seconds » qui lui sont fidèles la recette d’une partie de la taille levée dans leurs provinces. La mesure, prise sous la contrainte, offrait quelques avantages à la Couronne. Elle camouflait son incapacité à se faire obéir et à percevoir l’impôt ; elle donnait à ses fidèles le moyen de régler leurs dépenses en se payant sur le trésor royal, ce qui pouvait les retenir dans le giron de l’État. Le risque de voir des nobles changer de camp après avoir levé la taille pour leur compte existait, mais les souverains n’avaient pas les moyens de l’éviter.

  • 73 BNF, ms fr. 6917, pièce 164.

35Dans le bas Limousin, Henri de Noailles est l’un des rares nobles influents, resté fidèle au souverain, capable de contenir les assauts des vicomtes de Turenne et de Pompadour. Il a engagé son crédit et de l’argent pour servir le roi et cherche à obtenir le droit de percevoir des tailles à son profit. Sa mère, Jeanne de Gontaut-Biron, dame d’honneur de la reine de Navarre est intervenue le 19 avril 1592 afin de hâter la décision royale. Noailles récidive le 2 août 1593 en adressant une requête aux Trésoriers généraux de France à Limoges et il obtient satisfaction. Une ordonnance du 9 novembre 1593 l’autorise à lever 2270 écus 50 sols sur les villages de ses seigneuries. L’articulation entre l’État et les grands seigneurs proches du pouvoir est explicite et favorable à ces derniers. À condition qu’ils parviennent à lever les sommes abandonnées par le roi. Or, l’entreprise est des plus laborieuses et en 1593, Noailles affirme n’avoir reçu que 300 écus, malgré l’emploi de soldats qui lui coûtent 80 écus73 Le soulèvement des Croquants est insupportable à Noailles et aux autres nobles. Leurs rentrées d’argent sont amputées et leur autorité bafouée. La défense de leurs positions en province et dans l’État exige une réponse spectaculaire et soudaine : l’anéantissement du soulèvement, synonyme de retour au calme et du rétablissement progressif de la fiscalité royale dont ils sont bénéficiaires.

36À la fin des guerres de Religion, les villages révoltés enregistrent une sévère défaite militaire. Plusieurs centaines de paysans sont tués. Leurs seigneurs ont posé brutalement des limites à la reconnaissance politique des villageois. Ils ne les acceptent comme interlocuteurs ou partenaires que dans des configurations particulières d’extrêmes difficultés et selon des modalités qu’ils entendent contrôler. L’entière autonomie politique des villages est récusée.

  • 74 Idem, pièce 3. Arrêt du parlement de Bordeaux du premier mars 1539 qui confirme le droit de Jean Go (...)
  • 75 Ibidem, 10 septembre 1585, pièce 17. Le sieur Lafont remet un texte à François de Noailles où il me (...)

37À moyen terme, l’issue est moins négative pour les villageois. Les circonstances exceptionnelles leur ont permis de réaliser deux gains. Ils ont poursuivi et approfondi leur apprentissage des pratiques politiques ; ils ont obtenu la mise en extinction des droits de guet et de garde nocturne ou diurne des châteaux et des maisons fortes seigneuriales. En temps de guerre, ces obligations d’une brûlante actualité étaient à la charge des paysans. En fait, les capitaines et leurs soldats remplirent ces tâches contre lesquelles renâclaient les villageois au début du xvie siècle. Les archives des Noailles conservent trace des contestations paysannes de ces droits, ainsi qu’un arrêt du parlement de Bordeaux du premier mars 1539 rappelant leur validité74. De manière paradoxale, ce sont les guerres de Religion qui permirent l’évanouissement de ces corvées militaires. Les seigneurs confièrent la défense du plat pays à des hommes stipendiés ; les villageois furent dispensés de guet et de garde ou simples supplétifs des capitaines. Ils obtenaient la suppression, depuis longtemps souhaitée, d’une redevance seigneuriale. Des accommodements fondés sur son rem placement par une taxe éteignirent un rapport conflictuel récurrent encore attesté en 158575.

***

  • 76 René Souriac, « Mouvements paysans en Comminges au xvie siècle », dans Jean Nicolas, sd., Mouvement (...)
  • 77 A. Sabarthès, « La Ligue au diocèse d’Alet et Limoux (1579-1583), Documents inédits », Bulletin phi (...)
  • 78 Llewain Scot Van Doren, « Villes et villages du Dauphiné face aux Guerres d’Italie 1494-1559 », dan (...)
  • 79 Christian Desplat, « La société pyrénéenne moderne entre autonomie et dissidence (Pays d’États des (...)

38À l’évidence, au-delà de calendriers provinciaux particuliers, les guerres de Religion ont durement affecté les villages et les villageois. Dans l’épreuve, obligés de faire face à des demandes fiscales réitérées, à des exigences militaires quotidiennes, les villageois ont développé des pratiques politiques et fait un apprentissage approfondi du politique. Le cas limousin, le Comminges avec la Ligue campanère76, les communautés des diocèses d’Alet et de Mirepoix77 au moment de la Ligue suggèrent une probable généralisation de cette conclusion. Le temps des guerres de Religion serait alors marqué par une réactivation du communalisme, à comparer au mouvement sensible dans les villages dauphinois lors des guerres d’Italie78. La guerre civile, synonyme d’affaissement du pouvoir central serait propice à l’affirmation des pouvoirs locaux, tant seigneuriaux que villageois. La guerre guerroyeuse aurait facilité l’affirmation d’un communalisme encore balbutiant au regard des pratiques forales des zones pyrénéennes79. Toutefois, l’inspiration serait comparable et signalerait des communautés villageoises soucieuses d’accroître ou de garantir leurs droits politiques dans des situations conflictuelles redoutées et a priori défavorables.

Notes

1 Philippe Contamine, sd., Guerre et concurrence entre les États européens du xive au xviiie siècle, Paris, PUF, 1998, 415 pages.

2 Peter Blicke, sd, Résistance, représentation et communauté, Paris, PUF, 1998, 514 pages. Du même auteur, « Les communautés villageoises en Allemagne », p. 19-142 dans Les Communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps modernes, Quatrièmes Journées internationales d’histoire. Abbaye de Flaran, 1982, Auch, 1984, 269 pages.

3 Bernard Peschot, « La guérilla à l’époque moderne », Revue historique des armées, 1998, vol. 1, p. 3-12.

4 Jean Tricard, Les Campagnes limousines du xive au xvie siècle, Paris, PUPS, 1996, 285 pages, et Renaissance d’un pauvre pays, Tours, 1998, 359 pages.

5 Sur cet aspect de la question, on peut se reporter à Michel Cassan, Le Temps des guerres de religion, le cas du Limousin, vers 1530-vers 1630, Paris, Publisud, 1996, p. 128-140 et à Nicole Lemaître, Le Rouergue flamboyant, Paris, Cerf, 1988, p. 282-288.

6 Nicole Lemaitre consacre quelques lignes denses à cette question dans Le Scribe et le Mage, Notaires et société rurale en bas-Limousin aux xvie et xviie siècles, Ussel, 2000, p. 28. Voir également les remarques de Pierre Charbonnier, « Les communautés à plusieurs étages en Auvergne et Bas-Limousin » dans Les Communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps modernes, Quatrièmes Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 1982, Auch, 1984, p. 209-214.

7 La coutume du Poitou, appliquée dans la basse Marche, est modifiée en 1514 dans un sens favorable au droit d’aînesse afin de limiter les effets des dispositions antérieures à forte tendance égalitaire. L’aîné a droit au préciput et à la part avantageuse, c’est-à-dire le principal hôtel noble avec ses dépendances, vergers et clotures y attenant. Il est même prévu que l’aîné puisse revendiquer des dépendances non contiguës au manoir. Dans la pratique, ces règles qui heurtaient les habitudes d’égalité des nobles furent mal acceptées et mal appliquées. Sur cette question, Paulette Portejoie, Le Régime des fiefs d’après la coutume de Poitou, thèse de droit, 2e édition, Poitiers, 1959,218 pages. La mesure de l’émiettement des seigneuries est perceptible au travers des roles de ban et arrière-ban. En 1577, de nombreux écuyers de la basse Marche déclarent des revenus très faibles, de l’ordre de 6-7 livres par an qui limitent leurs possibilités de service. Des listes ont été publiées par Armand de La Porte, Les Gens de qualité en BasseMarche, sl., 1889, 54 pages.

8 Amanieu de Comborn teste en faveur d’Antoine, vicomte de Pompadour le 22 mars 1508. Un procès s’en suit, entre les maisons Pompadour et Pierrebuffière porté devant le Parlement de Paris. Un partage solde le différend et est entériné le 25 mai 1560 mais des contestations récurrentes ont lieu, notamment le 19 mars 1561. Le contentieux fut l’un des motifs de l’assassinat de François de Pierrebuffière par son compétiteur Jean de Pompadour qui obtint des lettres de rémission en juillet 1565. Sur ce dossier récemment réouvert, Arch. dép. Corrèze, 6F 487.

9 Les études sont innombrables. Pour une synthèse cartographiée, voir Bernadette Barrière, « Les grandes seigneuries au xve siècle », planche n° 11 dans Atlas du Limousin, sd. Philippe Bernard-Allée, Marie-Françoise André, Ginette Pailler, Limoges, Pulim, 1994. Également, Patrice Marcilloux, Géographie féodale du Limousin aux xive-xve siècles, thèse de l’École des Chartes, inédite, 1991.

10 Au cours du xvie siècle, les vicomtes de Limoges ont procédé à plusieurs engagements et ventes sous faculté de rachat de seigneuries et de droits. La possession des fiefs était donc très mouvante. Deux exemples extraits du fonds de la vicomté suffiront à le démontrer. Le 4 avril 1576, Henri de Navarre aliène le revenu de la châtellenie de Larche et Terrasson au profit du sieur de Noailles pour la somme de 6 000 livres payées comptant. La vente est conclue avec possibilité de rachat pendant six ans et le 30 juin 1581, le roi fait jouer cette clause. Arch. dép. Haute-Vienne, 5F G11, pièce 4. Toutefois, les Noailles réussirent des acquisitions importantes et durables dans les années 1580-1600. Octave Lacombe, « Déclaration des hommages dus à cause des fiefs et maisons nobles relevant du comté d’Ayen 1609 », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, t. 2, 1880, p. 307-313. François de Noailles avait obtenu la châtellenie d’Ayen par achat auprès d’Henri de Navarre en 1581.

11 Arch, nat., Q1139, Érection de la châtellenie d’Ayen en comté en mars 1591.

12 Respectivement 8, 12 et 17 châtellenies pour les vicomtés de Ventadour, Turenne et Limoges au xvie siècle.

13 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 667, état de la chastellenie de Masseret, vicomté de Limoges.

14 BNF, ms fr. 6917, fo 12, afferme de la capitainerie de Cervières membre dépendant de Turenne à Messire Jean Audubert prestre par Jehan Prohet élu, pour un an à compter de la Saint-Jean Baptiste dernière moyennant la somme de 120 livres, 7 juillet 1539.

15 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1862. Les comptes-rendus annuels (1574-1576) à la Chambre des comptes de Nérac donnent des listes d’officiers seigneuriaux.

16 Michel Cassan, « État, seigneurs et communautés urbaines en Limousin au xvie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 39-2, avril-juin 1992, p. 282-302.

17 C’est le cas des commandements de paiements rédigés par les officiers de l’élection de Brive. BNF, ms fr. 6917, pièces 161, 163, 166 de l’année 1593.

18 Arch. nat., R2 488, fonds Bouillon, A côté de la mention des consuls et syndics des villes, l’on relève des syndics à Servières le 10 mars 1579 lors d’une assemblée de la vicomté de Turenne, partie Limousin et à Ganhac [Gagnac-sur-Cère] pour une assemblée du 22 mai 1614.

19 Pour une lecture proche de ces médiateurs entre communauté et seigneurie, voir Hugues Neveux, Les Révoltes paysannes en Europe, xive-xviie siècle, Paris, Hachette, 1997, p. 54.

20 Les chefs de la maison de Noailles durant les guerres de Religion sont Antoine (1504-1563), son frère François (1519-1585) Jeanne de Gontault-Biron veuve d’Antoine décédée en 1596 et leur fils Henri (1554-+1623 ?). Sur Jeanne de Gontaut-Biron, voir Robert J. Kalas, « The Noble Widow’s Place in the Patriarcha Household : The Life and Career of Jeanne de Gontault », The Sixteenth Century Journal, vol. XXIV, no 3, Fall 1993, p. 519-540. Pour cette intéressante étude, l’auteur semble pas avoir utilisé les mansucrits français 6908, 6917, 6918.

21 La correspondance des Noailles a été très partiellement publiée par Louis Paris, Les Papiers de Noailles de la Bibliothèque du Louvre, Paris, 1875, 323 pages. Ce recueil, présenté comme un état des pièces qui brûlèrent lors de la Commune de Paris ne livre qu’une infime partie des papiers Noailles. D’épais registres existent à la BNF et ils ont été utilisés.

22 Les lettres retrouvées et ne concernant que la correspondance entre les Noailles et leurs serviteurs ou officiers sont à l’heure actuelle au nombre de 52 avec des maxima en 1577 et 1585 (12 et 14 missives) qui correspondent à des moments de grande tension dans la contrée. Le rythme des échanges épistolaires paraît soutenu. Pour les six premiers mois de 1577, Madame de Noailles ou son fils reçoivent au moins une missive toutes les deux semaines ; de juin à novembre 1585, la fréquence est comparable.

23 Georges Mathieu éd., « Chronique 1560-1585 » [Ayen, Corrèze], Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, t. 31, 1909, p. 139-176.

24 M. H.B. de Montégut, éd., « Journal historique de Pierre de Jarrige (1560-1574) continué par Pardoux de Jarrige (1574-1591) », Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, t. V, 1867, p. 167-279.

25 L’expédition a été étudiée par Antje Klingbeil, Le Périple du duc de Deux-Ponts et de ses cendres (1569-1571), Édition critique de sources contemporaines, mémoire de maîtrise d’histoire de l’Université de Limoges, 1995, 214 pages.

26 L’effectif devait être inférieur, après trois mois de marche et quelques accrochages mais restait très important. Les auteurs du temps avancent des chiffres compris entre 15 000 et 16 000 hommes. Cette question est bien analysée par Franck Delage, La Troisième Guerre de religion en Limousin. Combat de La Roche-L’Abeille 1569, slnd, p. 75.

27 James B. Wood, The King’s Army. Warfare, soldiers, and society during the Wars of Religion in France, 1562-1576, Cambridge University Press, 1996, 347 pages. L’évaluation des différentes composantes militaires est à la page 71.

28 Louis Duval, « Le passage de l’armée allemande du duc de Deux-Ponts dans la Marche et dans le Limousin en 1569 », Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, t. IV, 1871, p. 279-295.

29 Franck Delage, La Troisième guerre de religion en Limousin. Combat de La Roche-L’Abeille 1569, slnd, 163 pages. Egalement S.-C. Gigon, La Troisième Guerre de religion. Jarnac, Moncontour 1568-1569, Paris, 1909, 409 pages.

30 BNF, ms fr. 32 867, f°s 1194-1195. François Lambertye, seigneur chatelain du lieu et autres places à son château brûlé par les protestants en 1569. Pompadour ou Lambertie, sont des catholiques déclarés. Leurs possessions sont attaquées par les troupes protestantes, nécessairement renseignées par la population agissant de gré ou sous la contrainte.

31 Les distances ont été établies en se fondant sur la relation du périple de l’armée du duc des Deux-Ponts.

32 Si les villageois pourchassaient des soldats égarés, des représailles pouvaient avoir lieu. Lors de la campagne de 1569, Coligny donna ordre d’attaquer le village périgourdin de La Chapelle Faucher pour venger des soldats mortellement blessés par des paysans alors qu’ils franchissaient la Dordogne.

33 Prieurés de L’Artige d’après une enquête du 16 septembre 1578 : Arch. dép ; Haute-Vienne, D pièce 985 ; d’Aureil, D 765, du Chatenet, H, 543 ; de l’ababye des Allois, Bulletin de la Société historique et archéologique du Limousin, t. X, ; de l’ababye de Solignac, etc.

34 Arch. dép. Corrèze, E supp.4, fo 215 : « Le 24e jour d’octobre 1577 est decede Anthoine Chassaignac barbier quy avait este blesse devant sa porte... par les gens d’armes de Monsieur de Poussy ou y estait en garnison a Alassac ». BNF ms lat. 17117, « Liste des maisons des getizhommmes du [bas] Limouin qui ont esté volées par les reistres » [1580]. Arch. dép. Corrèze, 6F 175 : août 1585 : Plainte des habitants de Treignac (Corrèze) « d’une compagnie de soldats logés au bourg des Eglises près de leur ville lesquels soldats faisaient journellement la guerre aux habitans de la ville, à quoy lesdits habitans pourtaient ordinairement leurs espees ». Mention de Yrieis Poulroy, Barthelemy Beschameil et Jacques Corrieu mortellement blessés en juillet.

35 Blond et Compreignac, Haute-Vienne.

36 Comte de Beauchesne, « L’église de Blond », Bulletin de la Société historique et archéologique du Limousin, t. 40-II, 1893, p. 671-683. L’article d’Albert de Laborderie, « Les églises fortifiées du département de la Haute-Vienne », Bulletin de la Société historique et archéologique du Limousin, t. LXXXII, 1948, p. 354-367 recense une vingtaine d’édifices mais il laisse la part belle à l’approximation.

37 Christian Corvisier, « L’architecture et l’âge des églises fortifiées. L’exemple de l’Est de la Picardie », dans 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens 1994, Paris 1996, De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée. Les malheurs de la guerre I, p. 77-98.

38 Ce n’est probablement pas le fait du hasard si les édifices les mieux fortifiées se trouvent là où les bandes armées telles les Mille Diables infestaient encore la province dans les années 1520. Bonaventure de Saint-Amable, op. cit., p. 755. Les Mille diables signalés au Dorat, puis à Limoges en 1522. Réapparition d’une bande de « gascouns » en 1544, Annales de 1638, p. 329.

39 Peyrat-le Château, Haute-Vienne.

40 BNF, ms fr. 6917, pièce 74, mémoire du 27 septembre 1587. Douze soldats aux ordres du capitaine Lymoges dans le château de Coly.

41 BNF ms fr. 6917, pièce 32, janvier 1577 : 20 livres pour quatre soldats à Teyssieu (Lot).

42 La rétribution des soldats engagés dans des régiments est largement supérieure. À Limoges, en 1569, un soldat de la compagnie de Philippe Strozzi (1541-1582) doit recevoir « chaque jour deux pains d’une livre chacun, deux pintes de vin bon, 2 sols 6 deniers pour acheter de la chair et aultres choses nécessaires ». BNF ms fr. 23 914, fo 38.

43 Pour une autre analyse des capitaines, Sylvie Desachy, « Les élites militaires en Rouergue au xvie siècle », Ananles du Midi, t.108, no 213, janv.-mars 1996, p. 9-28. Du même auteur, « Du capitaine au soldat : comportements guerriers en Rouergue pendant les guerres de religion », dans 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens 1994, De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée, Les malheurs de la guerre II, Paris 1996, p. 27-38. Véronique Larcade, Les Capitaines gascons à l’époque des guerres de Religion, Paris, Christian, 148 pages.

44 Pazayac, Dordogne, canton Terrasson.

45 BNF, ms fr 6917 pièce 106. Une trentaine de cotisés refusent de payer.

46 BNF, ms fr 6917, pièce 155. Un état des frais indique des capitaines aux ordres de Noailles rémunérés en 1589 à hauteur de 72 livres, 100 livres, (2 fois) et 120 livres par an. À cela s’ajoutent « trois carteyrons d’huille pour faire la garde [d’un château] du dit Coly ».

47 BNF, ms fr 6917, 28 janvier 1593 : lettre du capitaine Laquant [serviteur des Noailles pendant plus de 20 ans] à Lymoges, un serviteur de la même maison. Il demande l’envoi de « deux ou trois soldats que vous connoistrez estre gens de bien et honestes pour servir Mgr d’Acqs. Je vouldrois bien qu’ils fussent des sujets de mond. sgr ».

48 BNF, ms fr. 6917, pièce 28, février 1576, Le procureur d’office de Pegnières écrit à M. de Noailles et annonce qu’il redoute qu’on « ne suborne quelque sentinelle pour consentir à une surprise & trahison ».

49 En 1593, les paroisses des seigneuries de Noailles reçoivent des ordres de paiement exceptionnels en août, novembre et décembre 1593.

50 Un exemple parmi tant d’autres. BNF ms fr. 6917, pièce 42, 7 mai 1577. Le capitaine Lanteuil rapporte à Madame de Noailles qu’il est toujours « a l’entour de vostre domaine de Malesse pour empescher que la garnison de Merle ne vienne enlever les bestiaux de vostre terre ».

51 Idem, pièce 34, février 1577. Les paysans de Pegnières refusent de contribuer au financement des garnisons « disant que leurs reconnaissances ne les obligent pas à faire sentinelle la nuit ny le jour ».

52 Ibidem, pièce 37, mars 1577.

53 Ibidem, pièce 38, mars 1577.

54 Pleaux, Cantal.

55 BNF, ms fr. 6917, pièce 36, février 1577.

56 Idem, pièce 40, 2 mars 1577, rapport de l’assemblée générale tenue par les officiers de Noailles avec les habitants de Chambres et Anglars.

57 Ibidem., pièce 49.

58 Ibidem, pièce 30.

59 Ibidem, pièce 123.

60 Ibidem, pièce 147.

61 Yves-Marie Bercé, Histoire des Croquants. Étude des soulèvements populaires au xviie siècle dans le sud-ouest de la France, Paris-Genève, 1974, 2 tomes, en particulier, t. 1, p. 257-293.

62 On se dispense d’évoquer le débat sur l’interprétation des mouvements qui opposa Boris Porchnev et Roland Mousnier.

63 Y.-M. Bercé, op. cit., t.1, p. 291-293 ; P. Blicke, op. cit., p. 43-44.

64 BNF, Clairambault 309, folios 86-88. « Supplique des pauvres et miserables peuples des communautes de vostre province et pays du hault et bas Limosin adressée au roi ».

65 Y.-M. Bercé, op. cit., t. 1, p. 262 et ss.

66 BNF, ms fr 6917, pièce 164.

67 Alfred Leroux, éd., « Chronique de ce qui s’est passé en Limousin, Marche et pays circonvoisins par un homme curieux, dit l’Anonyme de Saint-Léonard 1548-1604 », dans Chartes, chroniques et mémoriaux pour servir à l’histoire de la Marche et du Limousin, Tulle-Limoges, 1886, p. 272.

68 Arch. dép. Haute-Vienne, I Sem 13, « Histoire de la defaite des Crocans par le Sr de Chambaret gouverneur au Haut-Bas Limousin par M. Villejourde, curé de Pierrebuffière ». Cette source contemporaine des événements, connue grâce à la copie effectuée par l’abbé Legros à la fin du xviiie siècle est une des plus précises.

69 BNF, Clairambault 354, f° 93.

70 Abel de Pierrebuffière, baron de Chamberet (1561-7 juin 1595).

71 Il est le dédicataire d’une Remonstrance au peuple champestre, habitans aux Bourgs, Bourgades & Villages du haut & bas Limosin, pour les oster de l’erreur qu’ilz hont : de ne point payer de Tailles, disans que les Esleuz, recepveurs, & aultres Officiers les imposent de leurs propres motifs, & en font leur proffit particulier, Et de plusieurs aultres opinions alienés de toute raison, tant sur les Estats, que Surcharges de Tailles, qu’ilz disent leur estre imposées, A Lymoges, par Hugues Barbou, 1596, 91 pages. L’auteur, Louis Guyon est un élu du bas Limousin, au siège de Brive.

72 BNF, Périgord, XIV, fo 6 v°.

73 BNF, ms fr. 6917, pièce 164.

74 Idem, pièce 3. Arrêt du parlement de Bordeaux du premier mars 1539 qui confirme le droit de Jean Gontault à prendre 5 deniers par habitant en temps de guerre et 3 en temps de paix.

75 Ibidem, 10 septembre 1585, pièce 17. Le sieur Lafont remet un texte à François de Noailles où il mentionne que les habitants de La Roque Roffiac sont bien contribuables à l’imposition pour le guet.

76 René Souriac, « Mouvements paysans en Comminges au xvie siècle », dans Jean Nicolas, sd., Mouvements populaires et conscience sociale. Colloque de l’Université Paris VII-CNRS, Paris 24-26 mai 1984, Paris, Maloine, 1985, p. 273-286. Du même auteur, Décentralisation administrative dans l’ancienne France. Autonomie commingeoise et pouvoir d’État, 1540-1630, Toulouse, Ass. Les Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1992, 2 vol.

77 A. Sabarthès, « La Ligue au diocèse d’Alet et Limoux (1579-1583), Documents inédits », Bulletin philologique et historique, 1932-33, Paris, 1935, p. 67-115.

78 Llewain Scot Van Doren, « Villes et villages du Dauphiné face aux Guerres d’Italie 1494-1559 », dans Alain Belmont sd., La Pierre et l’écrit, Evocations, P. U. Grenoble, 1995-1996, p. 61-95.

79 Christian Desplat, « La société pyrénéenne moderne entre autonomie et dissidence (Pays d’États des Pyrénées Occidentales) », dans La Montagne à l’époque moderne, Actes du colloque de l’Association des historiens modernistes, Paris, 1998, p. 7-46.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.