Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

La guerre comme facteur d’organisation et de production d’institutions : l’exemple du Boulonnais à l’époque moderne

Alain Joblin

Texte intégral

1En 1634, se réunirent à Boulogne-sur-Mer les « Trois États du Pays et Comté du Boulonois » pour adresser au roi leurs doléances. Ils voulaient rappeler la situation particulière de leur petit pays dans le nord du royaume de France :

  • 1 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 985.

« ... [ledit] Pays étant le plus frontière de France », expliquaient-ils, « et enfermé entre les deux plus puissans voisins et anciens ennemis de la Couronne, sçavoir l’Anglois et l’Espagnol [...] mérite quelques considérations particulières pour être le premier exposez aux ravages et surprises de l’ennemi [...] ledit pays servant comme mur et d’opposition contre leur invasion1. »

2Quelques années plus tard, au lendemain de la révolte boulonnaise dite du « Lustucru », en 1662, l’intendant de Picardie, Louis de Machault, conseillait à Colbert la modération en matière de répression :

  • 2 Cité par P. Sénéchal, L’Autonomie administrative du Boulonnais au XVIIIe siècle, Lille, thèse de d (...)

« Ces peuples sont brutaux » écrivait-il, « et le voisinage qu’ils ont à la main du Roy d’Espagne les porte à de grands extrêmitez qu’on a peine à en répondre2. »

3Il faut préciser que le surintendant des Finances caressait alors le projet, en matière de punition, de supprimer les privilèges fiscaux dont jouissait le Boulonnais, et de l’aligner sur le régime fiscal commun à l’ensemble de la généralité d’Amiens dont il faisait partie.

4Ainsi, en quelques mots, nous est brossé l’essentiel du portrait d’un pays qui fut à l’époque moderne, la « province frontière » du royaume de France dans le nord-ouest européen. Cette province, surtout aux XVIe et XVIIe siècles, était la première à essuyer les attaques des ennemis du roi de France dans cette région. Ces attaques étaient lancées par l’Angleterre, et par l’Espagne qui était alors présente dans les Flandres et en Artois. Cette situation eut un certain nombre d’effets négatifs, mais elle permit aussi l’émergence de privilèges et de nouvelles institutions.

5Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, peut-être n’est-il pas inutile de présenter le Boulonnais aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Un pays et des hommes directement exposés aux malheurs de la guerre3

  • 3 Les études globales portant sur l’histoire du Boulonnais à cette époque sont rares. Retenons P. He (...)

6Le Boulonnais était un petit pays d’environ un millier de km2 qui s’étirait le long de la côte de la « mer Océane » (= la Manche), du cap Blanc-Nez au nord, à la Canche au sud. Au nord, le pays regardait vers le Calaisis et, au-delà, vers les Flandres espagnoles ; au sud, vers le Ponthieu et la Picardie. À l’est, des limites peu précises le séparaient de l’Artois qui, après avoir été « bourguignon » puis « impérial », releva à partir du milieu du XVIe siècle de l’autorité du roi d’Espagne.

7C’était un petit pays au relief accidenté de collines et de bas plateaux qui tranchait sur les larges horizons flamands, artésiens ou picards. La population d’environ 37 000 habitants vers 1700, était à majorité rurale.

8Les villes, rares, étaient peu peuplées : Boulogne-sur-Mer, la première ville du pays, comptait 3 000 habitants vers 1700, alors qu’Arras ou Saint-Omer en avaient chacune près de 20 000. Les Boulonnais étaient donc des paysans exploitant péniblement une terre ingrate. On était loin de la prospère et inventive agriculture flamande... L’activité manufacturière était quasiment inexistante. En fait, nous nous trouvions là dans un monde pauvre environné de terres riches et industrieuses, et il faudra attendre le milieu du XVIIIe siècle pour observer en cet endroit un certain décollage économique.

  • 4 A. Joblin, « Catholiques et protestants boulonnais (XVIe-XVIIe siècles) », Boulogne-sur-Mer, Mémoi (...)

9Administrativement, le Boulonnais avait été organisé en sénéchaussée par Louis XI en 1478. C’est à cette époque que le pays cessa d’être un comté semi-autonome pour être rattaché à la Couronne de France. Le pays fut aussi doté d’un gouverneur (gouvernement de 2e classe) qui, à partir de 1622 et ceci jusqu’à la Révolution française, sortira de la famille des ducs d’Aumont. Au XVIIe siècle, enfin, il fut intégré dans la généralité d’Amiens et, à partir de 1679, s’installa à Boulogne-sur-Mer un subdélégué de l’intendant de Picardie. Terminons ce tour d’horizon en précisant qu’en 1567, Boulogne-sur-Mer devint le siège d’un évêché nouvellement érigé par le pape Pie V4.

10Ce pays devint donc à la fin du XVe siècle le « plus frontière de la France » et c’est cette « frontière » qui, pendant plusieurs décennies (de la fin du XVe siècle au milieu du XVIIe siècle), allait subir de plein fouet les conflits opposant le roi de France aux grandes puissances européennes (surtout Angleterre et Espagne).

11Entre 1560 et 1710, la guerre frappa le Boulonnais en moyenne tous les cinq ans et, dans les décennies 1560-1570, tous les deux ans.

  • 5 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 824(4).
  • 6 A. Lottin, Histoire de Boulogne-sur-Mer, op. cit., p. 133.
  • 7 P. Bougard et A. Nolibos, Le Pas-de-Calais de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Édi (...)

12Dès la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, la guerre opposa la France à l’Angleterre. Calais était alors une tête de pont anglaise sur le continent d’où partaient des raids destructeurs et meurtriers contre le royaume de France. En 1544, Boulogne tomba aux mains d’Henri VIII. Il faudra six ans au roi de France pour reprendre la place et, quelques années plus tard, en 1558, Henri II réussit également à chasser les Anglais de Calais. La seconde moitié du XVIe siècle fut surtout marquée par les guerres de Religion. En 1594, les Espagnols d’Aire-sur-la-Lys, Saint-Omer et autres places artésiennes, aidés de leurs alliés ligueurs, détruisirent la seconde ville du pays, Desvres. À partir de 1635, le conflit opposant la France à la maison de Habsbourg toucha à son tour le Boulonnais. De 1635 à 1642, le sud-ouest du pays fut à maintes reprises ravagé par les Espagnols. De nombreux villages restèrent durablement vidés de toute population (Wicquinghen = 3 ans ; Herly = 15 ans !). Les raids espagnols à travers le pays se poursuivirent jusqu’à la veille de la Paix des Pyrénées (1659). Avec la conquête française de l’Artois (Hesdin en 1639 ; Arras en 1640 ; Saint-Omer en 1677) et des Flandres (Lille, 1667), la pression guerrière sur le Boulonnais s’estompa peu à peu. La violence ne disparut toutefois pas complètement. Ainsi, en octobre 1697, le curé de la paroisse de Leubringhen, située à la limite du Boulonnais et Calaisis, expliqua qu’il hésitait à se déplacer car « les bruits du bombardement de nos villes voysines nous ont toujours arrestez chez nous5 ». En 1708, Boulogne-sur-Mer fut à nouveau menacée par une tentative de débarquement de 6 000 Anglais commandés par l’amiral Byng6. En 1711-1712, les Hollandais occupant le Calaisis, imposèrent au Boulonnais le paiement d’une rançon de 40 000 écus7, etc.

13Tous ces événements eurent bien sûr des conséquences pour le pays : destructions, forte mortalité, dépression économique, misère matérielle et morale. En 1543, par exemple, les Anglais ravagèrent donc une partie du Boulonnais :

  • 8 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 862F.

« C’est grand pittié », lit-on dans un mémoire de l’époque, « de la désolation du propre pays [...] environ la moitié de Boullegnois est bruslé et habandonné, jusques aux portes de Boullongne, du cotté vers Callais et l’autre costé jusques une petitte demilieue de Monstreuil. En plusieurs lieux les povres gens ont esté bruslez en leurs clochiers8. »

  • 9 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 855F.

14Ces violences n’étaient pas seulement le fait de l’ennemi mais également celui des propres soldats du roi de France. Ainsi, en août 1658, le mayeur de Desvres constatait que c’étaient bien les « cavaliers français » qui « moissonnaient eux-mêmes la plus part des terres ». Ces soldats dépouillaient de telle sorte les champs « qu’il n’y [avait] point d’espérance de recueillir les dîmes9… » Quelques années plus tard, en 1710, le curé Boutoille, de la paroisse de Maninghen-au-Mont, dans le sud boulonnais, observait à son tour les horreurs de la guerre au sortir du terrible hiver 1709-1910 :

  • 10 A.D. Pas-de-Calais, Registre de catholicité Maninghen-au-Mont, ms. no 114.

« [...] le Seigneur récompensa son peuple l’année 1710, d’une si abondante moisson de toutes sortes de grains, que de très longtemps on n’en a tant dépouillé ; mais qui n’a servie qu’à enrichir et les ennemis et les troupes de notre armée qui sont venus camper au-delà de la Canche et qui a été jusqu’à Samer fourrager et les grains et les meubles10. »

  • 11 M.L. Siame, Notice sur Saint-Léonard, 1884.
  • 12 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no G22, fol. 66.
  • 13 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 987.

15Boutoille estimait les dégâts pour sa paroisse à 30 000 livres et dénombrait 250 morts. Peut-être exagéra-t-il... Une chose est néanmoins certaine : ces conflits successifs eurent des conséquences économiques durables pour le pays. On relève, par exemple, dans les comptes du marguillier de la paroisse de Saint-Léonard (près de Boulogne), en 1729, une dépense de 77 livres « pour réparations à l’église qui a esté autrefois brûlé par les Anglais11 ». Ponctuellement, les retombées de ces conflits étaient aussi importantes. En 1557, le duc de Guise, alors engagé dans la reconquête du Calaisis, interdit qu’on prenne les chevaux à l’intérieur d’un périmètre de 4 lieues (une quinzaine de kilomètres environ) aux alentours de Boulogne-sur-Mer. Ces chevaux devaient servir au transport du ravitaillement et des munitions pour les troupes royales12. On devine quelles purent être les conséquences de cette mesure sur le travail des paysans et l’économie du pays (l’élevage et l’exportation des chevaux étant la principale richesse de ce petit pays)... Dans le même ordre d’idées, en 1721, les Boulonnais adressèrent un mémoire au roi pour dénoncer un projet d’imposition du paiement des droits de francs-fiefs. On expliqua à cette occasion qu’un certain nombre de chevaux étaient « marquez » et ne pouvaient donc « estre employez au labourage13 ».

16Les conséquences de la guerre ne furent cependant pas toujours aussi négatives. En effet, le fait d’être une « province frontière » pouvait aussi procurer des avantages institutionnels.

La milice ou « troupes boulonnaises »

  • 14 J. Gebelin, Histoire des milices provinciales (1688-1791), Paris, Hachette, 1882, 295 p.
  • 15 Des cas particuliers pouvaient, cependant, exister : en Artois, par exemple, on se basait sur le n (...)
  • 16 J. Gebelin, op. cit., p. 65.
  • 17 Ibid., p. 19.
  • 18 Ibid., p. 66.

17« La proximité des pays de domination étrangère », lit-on dans le Mémoire de 1721 précédemment évoqué, « rend le Boulonnais fort exposé aux hostilitez et incursions, et nécessite tous les habitants à se tenir perpétuellement armez pour en défendre l’entrée... ». Les Boulonnais étaient donc chargés de défendre personnellement la « province frontière ». Cette défense s’exerçait dans le cadre d’une « milice » ce qui, en soi, n’avait rien d’exceptionnel, car, en effet, on leva à maintes reprises des milices à travers tout le royaume. Il s’agissait alors de mobiliser temporairement dans chaque paroisse rurale, des hommes célibataires âgés de 20 à 40 ans. Ces troupes furent officialisées par l’Ordonnance royale du 29 novembre 1688 sous le nom de « milices provinciales14 ». Le pouvoir royal leva ainsi en 1688, plus de 25 000 hommes devant servir dans une trentaine de régiments d’infanterie. Ces hommes étaient levés dans les paroisses selon le montant de taille payé par la paroisse15. Puis très rapidement fut institué un système de recrutement par tirage au sort. Ces milices servaient en temps de guerre comme auxiliaires de l’armée réglée et pouvaient être, à l’occasion, engagées dans des opérations ponctuelles. Ainsi, la généralité d’Amiens fournit 4 régiments de miliciens pour la défense de la Somme en 1706, 1710 et 171116. Cette institution des « milices provinciales » n’était cependant pas une nouveauté car on procéda avant l’ordonnance de 1688, à des levées de civils, en 1636, 1643, 1644, etc. En 1640, par exemple, les Élections de Compiègne, Senlis, Clermont et Beauvais fournirent 400 hommes17. Et puis, surtout, il existait depuis longtemps des milices locales qui avaient la réputation d’être bien organisées, disciplinées et aguerries : les « petites milices » du Dauphiné, les « arquebousiers de montagne » ou « mignelets » du Roussillon, les « troupes béarnaises », et les « troupes boulonnaises18 ».

  • 19 Ibid., p. 68.
  • 20 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 1752.

18Les « troupes boulonnaises » qui eurent la réputation d’être parmi « les meilleures de toutes les milices locales19 », se distinguaient par leur mode de recrutement. Ainsi, lorsqu’en 1786 les échevins de la ville de Cherbourg demandèrent à leurs collègues boulonnais quels étaient les usages touchant au tirage au sort de la milice chez eux, il leur fut répondu qu’en Boulonnais tous les habitants « naissaient soldats pour servir le Roi20 ». Alors que les ordonnances royales de 1688 et de 1726 fixaient le recrutement des « milices provinciales » sur la charge fiscale et le tirage au sort (instauré à partir de 1691), la levée en Boulonnais se fit en effet, sur les biens :

  • 21 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372, fol. 1.

« Tout homme dans le Boulonnais qui a une habitation quelconque, soit à titre de propriétaire, soit à titre de fermier, tenue en fief ou en roture, est marqué pour être soldat, cavalier ou dragon, reconnaît un capitaine et doit en paix comme en guerre, se tenir toujours armé et équipé pour marcher au premier commandement. Celui qui a seulement le labour d’une charrue et demi ou plus, fournit en entier un cavalier ou un dragon monté, armé, haillé et équipé suivant l’uniforme boulonnais, et l’on donne à celui qui n’a qu’une charrue une ayde proportionnée21. »

  • 22 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 987.

19Tout paysan, propriétaire ou locataire d’une terre, devait donc servir dans la milice comme soldat ou cavalier et s’équiper à ses frais. Cependant, si cet homme ne disposait pas d’un bien suffisant (une terre inférieure à une charrue = soit 42 ares environ), il n’était pas obligé de servir personnellement mais devait participer à l’équipement d’un soldat ou d’un cavalier. Des aides pouvaient être envisagées pour les plus démunis. Cette particularité dans le recrutement offrit aux Boulonnais l’opportunité de prétendre à la noblesse ; d’ailleurs, le Roi ne les honorait-il pas du titre de « Nobles Sujets22 » ? Un tel système de recrutement permettait de lever, bien sûr, beaucoup d’hommes :

  • 23 J. Gebelin, op. cit., p. 67-68.

« Sa Majesté », nous dit-on, « [pouvait] tirer des 140 paroisses qui composent le gouvernement du Boulonnais plus de troupes qu’elle n’en tire de 3 grandes provinces de son royaume23. »

  • 24 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 850F, fol. 26.
  • 25 Il faut tenir compte aussi des nombreux cas d’exemptions : petite taille, infirmités diverses, exe (...)

20Le Boulonnais devait ainsi fournir plus d’hommes qu’on n’en levait ailleurs dans le royaume, soit en moyenne 12 hommes par paroisse. La paroisse de Leubringhen (150 habitants environ) dut, par exemple fournir 7 hommes en 1743. Ces hommes étaient propriétaires comme Antoine Queval, ou locataire d’une terre (ou d’un moulin24. Douze hommes en moyenne par paroisse donc, alors qu’en Artois la charge en 1726 variait de 0,24 à 0,40 par paroisse (Pernes = 1 ou 2 soldats par levée) et, en Picardie, elle était de 1 ou 2 hommes. Pour l’ensemble du royaume au XVIIIe siècle, cette charge variait annuellement entre 0,3 et 1,65 à 2 hommes par paroisse25.

  • 26 Les habitants de la ville n’étaient pas mobilisables. Ils supportaient cependant le logement des t (...)
  • 27 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372, fol. 1 et 2.

21Cette milice boulonnaise, dont la tradition faisait remonter l’origine à l’ancienne milice féodale des comtes de Boulogne, avait été officiellement créée en 1635 et son organisation définitivement fixée en 1672. Le territoire boulonnais fut divisé en six secteurs ayant une ville ou un gros bourg pour centre : Boulogne-sur-Mer26 Marquise, Wissant, Samer, Etaples et Desvres. Chacune de ces sections avait à peu près le même poids démographique, soit environ 1 300 feux, et devait fournir un régiment d’infanterie de 10 compagnies constituées chacune de 80 à 100 hommes. À cela s’ajoutaient 5 escadrons de cavalerie et, à partir de 1688, une compagnie de carabiniers et 2 compagnies de dragons. Au total, plus de 5 000 hommes et 600 chevaux étaient donc mobilisables. Les officiers étaient issus de la noblesse locale27. Ce système de recrutement faisait donc que chaque régiment avait un enracinement local fort. Ces troupes furent, en totalité ou partiellement, engagées dans les grands conflits qui marquèrent le nord-ouest du royaume jusqu’à la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714). Puis, elles servirent surtout en garnison à Calais, Gravelines ou Dunkerque.

  • 28 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 987.

22Cette milice avait un coût : « Tous [= les mobilisables] s’arment et s’équipent à leurs dépens », expliquait-on en 172128. Or, les archives conservent bon nombre de pièces qui révèlent que les « Trésoriers Généraux de l’Extraordinaire des Guerres », donc le gouvernement royal, versait une masse pour l’équipement et l’entretien de ces troupes. Nous savons, en effet, qu’après 1726, le Roi prit en charge les frais d’armement (fusils et baïonnettes) de l’infanterie, alors que tout ce qui était petit équipement et habillement était à la charge des paroisses qui payaient ainsi les sabres (en 1748, 1 sabre coûtait 8 livres 10 sous), les ceinturons, gibernes, chapeaux (3 livres 5 sous pièce), le tissu pour confectionner les uniformes (environ 3 livres l’aune), etc. Ces dépenses n’étaient pas négligeables. En février 1758, le sieur Houbronne d’Auvringhen, « Commissaire de la levée et police des troupes boulonnaises » rappelait ainsi :

« La constitution des régiments d’infanterie des troupes boulonnaises ne permettant pas de prolonger la durée de leur service au-delà des mois de campagne et différentes considérations ayant nécessité à renouveler leur habillement à chaque levée, on a toujours été obligé d’avoir recours à des moyens extraordinaires. »

  • 29 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F.
  • 30 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 581F.
  • 31 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372.
  • 32 D. Haignère, Dictionnaire historique et archéologique du département du Pas-de-Calais. Arrondissem (...)
  • 33 B.N. Fonds Colbert 500, fol. 261.
  • 34 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372.

23Il faut, expliquait-il, renouveler à chaque levée l’habillement des hommes, un habillement « réduit au plus simple et au plus léger » qui était laissé aux miliciens après leur licenciement. Or, précisait Houbronne d’Auvringhen, il fallait toujours avoir recours à des moyens extraordinaires pour faire face à cette dépense car les masses attribuées étaient parfois insuffisantes29, ce qui ne permettait pas, nous dit-on, d’attirer la confiance des marchands qui refusaient de faire des avances30. On peut donc supposer qu’avec l’aide financière ou non de l’État, une partie des dépenses liées à la levée de milice reposait sur les épaules des populations boulonnaises. Prenons l’exemple des dépenses engagées pour l’habillement de 2 régiments levés en 1756, soit 1 130 hommes. Ces dépenses s’élevèrent à 18 683 livres 11 sols 6 deniers, soit une charge par foyer dans les paroisses concernées de 7 à 8 livres31. À titre de comparaisons, remarquons que dans ces paroisses le poids de la dîme s’élevait de 10 à 13 livres par foyer32 et, d’autre part, lorsque Colbert essaya sans succès d’introduire la taille en Boulonnais dans les années 1670, c’est une charge de 7 à 8 livres qui aurait dû peser sur chaque foyer33. Charge exorbitante jugea-t-on à l’époque... Une levée de milice pouvait donc obérer de façon non négligeable le budget d’une famille. On pourrait aussi s’interroger sur les éventuelles retombées de cette levée pour l’économie du pays. Des retombées positives ne sont pas évidentes car, si nous connaissons un certain Capet, marchand d’origine boulonnaise semble-t-il, qui fournit des armes et de l’habillement à la milice en 1742, nous voyons surtout des étrangers répondre aux appels d’offre. Ainsi, le sieur Devin qui livra à plusieurs reprises des équipements à la milice (350 sabres en 1746, du tissu en 1752, etc.), était, lui, un marchand vivant à Paris34.

  • 35 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 983.
  • 36 Ibid.
  • 37 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 847F. Précisons que le milicien en service percevait une solde qui po (...)

24La milice avait donc un coût financier. Elle avait également un coût humain. Le temps de service dû par le milicien était, en moyenne, de 6 mois (évaluation sur la période courant de juin 1734 à juin 1748) et, dans la plupart des cas au XVIIIe siècle, ce service s’effectuait en garnison dans les places de Dunkerque, Calais ou Gravelines. Ce service pouvait donc poser des problèmes. En 1741, les autorités boulonnaises en signalèrent ainsi les inconvénients pour « la culture des terres et la conservation des familles », des familles qui, expliquait-on, en étaient réduite « à la mendicité [et] à la charge des autres habitants35 ». Un certain nombre d’individus s’efforçaient ainsi de se faire remplacer « afin de ne point abandonner leur famille et leurs travaux36 ». Le 23 juillet 1694, par exemple, Antoine du Rieu et J. de Vismes, habitant la paroisse de Beuvrequen, passèrent un accord notarié avec Noël Same, maître boutonnier à Boulogne. Noël Same devait remplacer un des deux hommes dans la cavalerie des troupes boulonnaises durant la campagne qui allait s’ouvrir. Le remplacé et son ami s’engagèrent à fournir un cheval, « les choses accoutumées pour son équipage », et 15 livres pour chaque mois de service37.

  • 38 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 983.
  • 39 A.M. Pas-de-Calais, ms no C225.
  • 40 C. Lemagnent, Le Recrutement de la milice à Bergues et Dunkerque de 1688 à 1792, mémoire de maîtri (...)
  • 41 J.-P. Jessenne et D. Rosselle, Florilèges des cahiers de doléances du Pas-de-Calais, Lille, Centre (...)
  • 42 États Généraux de 1789. Assemblées du Boulonnais. Cahiers de remontrances et doléances des Trois O (...)

25La milice coûtait cher et pourtant il ne vint à l’idée de personne de dénoncer cette institution. Nous avons évoqué la tentative de Colbert pour introduire dans le pays le paiement de la taille or cette politique provoqua une levée de boucliers. Les frais induits par les levées de milice ne provoquèrent jamais de telles réactions... On supportait donc mieux cette charge militaire qu’une charge fiscale ! En 1742, par exemple, les responsables du Boulonnais insistèrent sur ce paradoxe. Ils expliquèrent qu’à l’origine, les « troupes boulonnaises » servaient surtout à l’intérieur du pays, ou étaient employées pour mener des expéditions « de peu de durée sur les frontières ». Mais à partir de 1688, remarquaient-ils, ces troupes furent envoyées « à la garde des places voisines pendant les mois de campagne ». Cet éloignement de la milice eut alors des conséquences économiques humaines et économiques néfastes pour le pays. On calcula ainsi, que la levée de 1 575 hommes (soit 3 régiments) au début des années 1740, correspondait à une charge financière mensuelle de 11 025 livres et, comme ces troupes servirent durant 14 mois et demi (du début du mois de septembre 1741 à la fin de novembre 1742), la charge totale s’éleva à 159 862 livres 10 deniers. Ainsi, conclurent ces responsables boulonnais, une levée de milice coûtait plus cher au pays que son abonnement au dixième (= 44 266 livres 3 sols 3 deniers). Mais, malgré tout, précisèrent-ils, on ne voulait pas remettre en cause ces levées en Boulonnais38. Ce qui ne fut pas le cas ailleurs en France. Il est, en effet, remarquable de voir s’élever à travers tout le royaume de très nombreuses critiques pour dénoncer cette institution. À Ardres (à l’est du Calaisis), par exemple, le maire et les échevins demandèrent vers 1750 à l’intendant de Picardie d’être déchargés de « contribuer à la milice de terre ». Cette contribution, expliquaient-ils, entraînait le dépeuplement du pays et était incomprise par la population39. En 1771, l’intendant des Flandres se heurta à la mauvaise volonté des autorités locales de la région de Dunkerque pour lever la milice40. En 1789, les cahiers de doléances du Tiers-État de Calaisis, des Flandres et de l’Artois multiplièrent les critiques à ce sujet41. Or, on ne trouve pas l’équivalent de telles critiques dans les cahiers du Boulonnais. Il n’est d’ailleurs jamais question de la milice dans ces cahiers, à deux exceptions près. Le cahier de la noblesse se félicitait de l’existence des « troupes boulonnaises » et de leurs exploits. Celui de la paroisse d’Echinghen (près de Boulogne) insistait « sur le privilège [qu’avait] la Province de se défendre elle-même en faisant le service militaire et de continuer d’être exempte de tirer au billet42 ».

  • 43 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms, no 168A, Mémoire historique touchant la ville de Boulogne sur la mer et (...)

26Comment pourrait-on expliquer cet attachement des Boulonnais à une institution qui fut partout ailleurs, très décriée ? Il faut, tout d’abord, rappeler que ce service fut certes organisé officiellement vers le milieu du XVIIe siècle, mais qu’il existait déjà en Boulonnais depuis fort longtemps. Les chroniqueurs du pays ne se lassaient pas de vanter les mérites et l’excellence du service rendu par la population aux comtes de Boulogne. Charles Regnard, par exemple, rapporte dans son Mémoire composé vers 1650, les propos d’Henri IV qui célébrait les « vertus héréditaires » des Boulonnais, à commencer par leur ardeur militaire43. Des habitudes avaient donc été prises de longue date... L’omniprésence d’un ennemi jamais bien loin avait, par ailleurs, très probablement forgé chez l’Homme boulonnais des réflexes d’autodéfense efficaces. Et puis, on savait où était son intérêt : mieux valait servir périodiquement dans la milice plutôt que de supporter une charge fiscale permanente !

27Ainsi, la guerre fit naître en Boulonnais une institution militaire assez bien tolérée par la population du pays. La guerre fut également à l’origine d’une création institutionnelle assez originale.

Le boulonnais : un pays d’états ?

28Le Boulonnais fut un pays doté de privilèges. Ces privilèges furent, pour l’essentiel, des privilèges fiscaux accordés en 1551 par Henri II. Quelques années plus tard, Henri III rappela précisément ce qu’étaient ces privilèges et pourquoi ils avaient été accordés :

  • 44 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 974.

« Nos prédécesseurs Roys, considérons que notre ville de Bologne et pays Boulenois, font frontière au pays d’Artois et d’Angleterre, et que les habitons de notre ditte ville et pays et sont jour et nuict subjectz et faire guet et garde à leurs despens, les auroient successivement déclairez francs et exemptz de toute contribution à noz tailles et taillon, aides, gabelles et autres impositions... par ce mesmement qu’ils sont contrainctz à toutes heures qu’il leur est commandé, et l’occasion se présentant, pour notre service, principalement dès qu’il y a doubte de quelque descente, se tenir sur leurs gardes, armer et soudoier à leurs despens tel nombre de gens de guerre qu’il est requis pour la conservation dudit pays et des portz et havres d’iceluy44. »

29Ces privilèges qui furent de tout temps réaffirmés par les rois de France (Louis XIV le fit à quatre reprises), résument bien la particularité du Boulonnais : une province frontière assurant sa propre défense et donc, bénéficiant par là même d’un régime fiscal particulier. Le lien unissant la guerre au service militaire et aux privilèges fiscaux était clair et net, et les Boulonnais eurent toujours à cœur de rappeler l’existence de ce lien pour expliquer le pourquoi de leurs privilèges. Mais, quand à partir du milieu du XVIIe siècle, la pression militaire commença à se faire moins forte et que la monarchie voulut aligner le pays sur le régime fiscal commun (entre autres, celui de la Picardie), ils multiplièrent par la voix d’« Assemblées des 3 États du Pays », les doléances pour assurer la défense de leurs privilèges menacés. Et, peu à peu, le discours s’enrichit d’un thème qui devint récurrent : on revendiqua un statut administratif particulier.

  • 45 Notre article : A. Joblin, « Une province française en quête d’autonomie administrative : le Boulo (...)
  • 46 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 962.

30Les Boulonnais souhaitèrent qu’on leur reconnaisse un statut de « Pays d’États45 ». On se voyait « Pays d’États » car comme toutes les régions du royaume qui jouissaient de ce statut, le Boulonnais payait les nouveaux impôts institués sous Louis XIV (Dixième et Vingtième) par abonnement et régulièrement se réunissaient dans le pays des assemblées rassemblant les représentants des trois Ordres. Cette revendication n’était cependant pas fondée. En effet, un arrêt du Conseil d’État de 1755 mit les choses au point en précisant que ces assemblées ne pouvaient être qualifiées « d’États provinciaux » mais simplement « d’assemblées des principaux habitants du pays [se réunissant] dans la distinction de leurs différents États pour délibérer sur des intérêts communs dans les occasions qui [l’exigeaient]... » Il fallait en fait parler, précisait-on, de « conférences46 ». Malgré cette réserve, les Boulonnais persévérèrent dans leurs prétentions et, en 1790, les députés du pays à l’Assemblée Nationale affirmaient encore :

  • 47 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 169A (325).

« Le Boulonnais a des intérêts qui exigent un régime toujours actif et qui n’ont rien de commun avec ceux des provinces voisines... il est le premier (= des Pays d’État), qui ait obtenu une administration provinciale [d’où] la nécessité de [maintenir son administration] dans son intégrité et indépendance reconnues et jugées en 178747. »

31Ces députés, qui avaient pris soin de rappeler que les Boulonnais servaient dans leur propre milice, évoquaient ici une situation qui renvoyait aux années 1770-1780 quand on chercha à réformer l’organisation administrative du royaume de France. Après des années, voir des décennies, de démarches juridiques, les Boulonnais se virent enfin reconnaître, à l’occasion de ces réformes, le statut qui leur accorda une certaine autonomie administrative.

32Tout commença en 1729 par la construction d’une route Paris-Calais via Boulogne-sur-Mer. Le Roi autorisa l’instauration d’un « Syndicat du Boulonnais » formé de quatre députés responsables de la gestion des fonds nécessaires à cette construction. Ainsi, dans les années 1730-1740, le pays se retrouvait donc avec à sa tête une institution permanente qui était censée défendre les intérêts locaux face à l’administration centrale. L’expérience prit cependant fin vers 1750. Puis, en 1766, on la renouvela à l’occasion de la réforme lancée par le Contrôleur général Laverdy : on créa un « Corps d’Administration pour la régie de l’octroi et des autres affaires communes du Comté et du Gouvernement du Boulonnais ». Il s’agissait d’une assemblée de 19 députés élus (4 pour le clergé, 4 la noblesse, 5 les villes et 6 les campagnes) qui désignaient à leur tour, 12 conseillers et administrateurs (4 par Ordre) qui formaient le « Corps d’Administration ». Ce « Corps » désignait à son tour 8 administrateurs qui devaient gérer les affaires courantes et présenter au Roi 3 candidats à la Présidence. Les mandats électifs étaient renouvelables tous les deux ou trois ans. Ce « Corps », qui disposait de fonds propres, allait multiplier les initiatives en matière d’urbanisme, d’hygiène publique, d’affaires sociales, etc.

33Certes, cette expérience ne fut pas unique (on la retrouve en Berry par exemple) mais, alors qu’ailleurs elle fit long feu, l’expérience boulonnaise devait perdurer et, quand en 1787 Necker tenta d’engager une énième réforme administrative, les Boulonnais refusèrent de se joindre, comme on leur demandait de faire, à leurs condisciples picards en prétextant qu’ils n’avaient rien à voir avec la réorganisation en cours.

  • 48 A. Lottin, Boulonnais, Noble et Révolutionnaire. Le journal de Gabriel Abot de Bazinghen (1779-179 (...)

« Nous prîmes à l’Administration », écrit ainsi en août 1787, le noble « éclairé » Abot de Bazinghen, « les mesures les mieux concertées pour être distraits de l’Administration provinciale de la Picardie, et conserver par ce moyen notre constitution légale et nos franchises et privilèges48. »

  • 49 Arrêt du Conseil d’État du Roi qui ordonne que le Comté et gouvernement du Boulonnais sera désuni (...)
  • 50 États Généraux de 1789, op. cit. Citons les exemples des paroisses d’Attin, Beutin, Maries, Inxent (...)

34Le 9 octobre 1787, le Roi leur donna raison, sans qu’il y ait pour autant reconnaissance d’un statut de « Pays d’États49 ». Un statut administratif particulier était tout de même ainsi reconnu au Boulonnais à la fin du XVIIIe siècle, et la population du pays eut conscience de cette particularité. Nous retrouvons, en effet, dans les cahiers de doléances de 1789, de nombreuses paroisses boulonnaises, le souhait de conserver ce statut et même celui de le voir élargit à l’ensemble des provinces françaises50 !

***

  • 51 M. Bordes, L’Administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 19 (...)

35L’exemple boulonnais illustre bien, nous semble-t-il, le fait que la guerre pouvait être productrice d’institutions sous l’Ancien Régime. Une institution militaire d’abord : les « troupes boulonnaises » eurent un recrutement original et jouèrent un rôle de premier plan dans la France du nord-ouest. Le fait de vivre dans « une province frontière » régulièrement soumise aux attaques ennemies, permit ensuite aux Boulonnais de jouir de privilèges fiscaux. La défense de ces privilèges favorisa l’émergence d’une institution qui allait permettre au pays de s’administrer lui-même à la fin du XVIIIe siècle et de se distinguer des provinces voisines. Ces initiatives institutionnelles n’étaient cependant pas gratuites et neutres. Grâce au « Syndicat du Boulonnais » par exemple, l’intendant de Picardie put faire accepter par les habitants du pays la mise en place de nouvelles taxes comme, par exemple, une taxe sur le commerce de l’eau de vie. On connaît, par ailleurs, le sens des réformes (ou tentatives de réformes) administratives de la seconde moitié du XVIIIe siècle : il s’agissait de réduire le poids d’une administration centrale représentée en province par l’intendant51. L’État favorisa donc la mise en place d’une nouvelle structure administrative qui le servait. Quant à la milice, n’était-ce pas, au-delà de la force d’appoint venant seconder les troupes régulières, une structure permettant de canaliser la violence anarchique d’une population à qui on a reconnu pendant longtemps le droit de posséder des armes ?

36Quoi qu’il en soit, avec la Révolution, ce genre de particularismes disparut.

Notes

1 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 985.

2 Cité par P. Sénéchal, L’Autonomie administrative du Boulonnais au XVIIIe siècle, Lille, thèse de doctorat, dactylo., 1949, p. 53.

3 Les études globales portant sur l’histoire du Boulonnais à cette époque sont rares. Retenons P. Heliot, Histoire de Boulogne et du Boulonnais, Lille, 1937 (réed. Laffitte Reprints, Marseille, 1980), 261 p. A. Lottin (sous la direction de), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Lille, PUL, 1983 (réed. 1998), 452 p.

4 A. Joblin, « Catholiques et protestants boulonnais (XVIe-XVIIe siècles) », Boulogne-sur-Mer, Mémoires de la Société académique du Boulonnais, tome XV, 1994, 347 p.

5 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 824(4).

6 A. Lottin, Histoire de Boulogne-sur-Mer, op. cit., p. 133.

7 P. Bougard et A. Nolibos, Le Pas-de-Calais de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Éditions Bordessoules, 1988, p. 193.

8 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 862F.

9 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 855F.

10 A.D. Pas-de-Calais, Registre de catholicité Maninghen-au-Mont, ms. no 114.

11 M.L. Siame, Notice sur Saint-Léonard, 1884.

12 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no G22, fol. 66.

13 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 987.

14 J. Gebelin, Histoire des milices provinciales (1688-1791), Paris, Hachette, 1882, 295 p.

15 Des cas particuliers pouvaient, cependant, exister : en Artois, par exemple, on se basait sur le nombre de « charrues » (= unité d’imposition) et sur la taille des exploitations (D. Rosselle, « La milice provinciale d’Artois au XVIIIe siècle », Arras, Mémoires de la Commission d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, tome XXV, 1987, p. 221-229). En Auvergne, la levée de 1688 se fit selon la base d’un homme par tranche de 2 000 livres payée par la paroisse (P. Laporte, La Milice d’Auvergne, thèse pour le doctorat de droit, Université de Paris, juin 1954, Clermont-Ferrand, G. de Bussac éd., 1956, 186 p.).

16 J. Gebelin, op. cit., p. 65.

17 Ibid., p. 19.

18 Ibid., p. 66.

19 Ibid., p. 68.

20 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 1752.

21 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372, fol. 1.

22 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 987.

23 J. Gebelin, op. cit., p. 67-68.

24 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 850F, fol. 26.

25 Il faut tenir compte aussi des nombreux cas d’exemptions : petite taille, infirmités diverses, exercice de métiers de justice, domestiques d’ecclésiastiques, etc.

26 Les habitants de la ville n’étaient pas mobilisables. Ils supportaient cependant le logement des troupes réglées qui passaient dans le pays. D’autre part, c’est dans la forteresse de Boulogne qu’on stockait les armes et les munitions de la milice. Les autorités municipales participaient également à la gestion des masses destinées à la milice.

27 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372, fol. 1 et 2.

28 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 987.

29 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F.

30 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 581F.

31 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372.

32 D. Haignère, Dictionnaire historique et archéologique du département du Pas-de-Calais. Arrondissement de Boulogne-sur-Mer, Bruxelles, 1978, tome II, 445 p.

33 B.N. Fonds Colbert 500, fol. 261.

34 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms. no 863F, dossier no 372.

35 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 983.

36 Ibid.

37 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 847F. Précisons que le milicien en service percevait une solde qui pouvait dépasser la centaine de livres par mois pour les officiers et s’élevait à une dizaine de livres environ par mois pour le simple soldat.

38 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 983.

39 A.M. Pas-de-Calais, ms no C225.

40 C. Lemagnent, Le Recrutement de la milice à Bergues et Dunkerque de 1688 à 1792, mémoire de maîtrise sous la direction du professeur C. Engrand, Université Lille III-Charles de Gaulle, octobre 1999, 112 p.

41 J.-P. Jessenne et D. Rosselle, Florilèges des cahiers de doléances du Pas-de-Calais, Lille, Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, Université Lille III-Charles de Gaulle, coll. « Histoire et littérature régionale », 1989, 285 p.

42 États Généraux de 1789. Assemblées du Boulonnais. Cahiers de remontrances et doléances des Trois Ordres. Cahiers de doléances des paroisses et communautés, Boulogne-sur-Mer, 1889, 629 p.

43 B.M. Boulogne-sur-Mer, ms, no 168A, Mémoire historique touchant la ville de Boulogne sur la mer et pays du comté de Boulonois, 14 p.

44 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 974.

45 Notre article : A. Joblin, « Une province française en quête d’autonomie administrative : le Boulonnais à l’époque moderne », Lille, Revue du Nord, tome 82, no 334, janvier-mars 2000, p. 73-90.

46 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 962.

47 A.M. Boulogne-sur-Mer, ms no 169A (325).

48 A. Lottin, Boulonnais, Noble et Révolutionnaire. Le journal de Gabriel Abot de Bazinghen (1779-1798), Arras, Artois Presses Université, 1995, 333 p.

49 Arrêt du Conseil d’État du Roi qui ordonne que le Comté et gouvernement du Boulonnais sera désuni de l’Assemblée provinciale de la généralité d’Amiens, Versailles, 9 octobre 1787, 4 p.

50 États Généraux de 1789, op. cit. Citons les exemples des paroisses d’Attin, Beutin, Maries, Inxent, Clenleu, Brexent, etc.

51 M. Bordes, L’Administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1972, 378 p. M.-L. Legay, L’État royal et les provinces septentrionales : le pouvoir administratif et politique des États provinciaux de Louis XIV à la Révolution (Artois, Cambrésis, Flandre wallonne), 1660-1790, thèse de doctorat, Lille 3, 1998, 4 vol.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.