Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

La guerre au quotidien dans les villages du Saint-Empire au xviie siècle

Jean-Michel Boehler

Texte intégral

  • 1 Günther Franz, Der dreissigjährige Krieg und das deutsche Volk. Untersuchung zur Bevölkerung und Ag (...)

1La guerre est, au XVIIe siècle, beaucoup plus présente dans l’Empire germanique que dans le Royaume de France, ne serait-ce qu’en raison de la proximité de la frontière entre l’espace contrôlé par les Habsbourg et l’espace dominé par les Bourbon. Or la guerre du XVIIe siècle a été jusque-là assez mal étudiée. Si de nombreuses monographies locales l’évoquent en termes pathétiques et en teintes sombres, en sacrifiant à l’anecdote et au sensationnel, son analyse scientifique est relativement récente. Ce n’est pas trop solliciter le propos que de rappeler la rencontre significative de l’histoire que l’on vit avec celle que l’on écrit : c’est en effet entre les années 1940 et 1950/1960 que, pour le Saint-Empire, elle entre de façon décisive dans le territoire de l’historien, lorsque Günther Franz du côté allemand et Georges Livet du côté français1 lui consacrent des études à présent incontournables. Ainsi la Seconde Guerre mondiale et la reconstruction qui l’a suivie auront été à l’origine d’une véritable prise de conscience. Il importe de se poser quelques questions préliminaires – quelle guerre avec quels acteurs ? qu’elle approche avec quelles sources ? – de façon à camper le contexte, avant de saisir l’impact que peuvent avoir les guerres du XVIIe siècle sur la vie quotidienne (Alltagsgeschichte) et l’expérience vécue (Erfahrungsgeschichte) des villageois.

APPROCHES ET MÉTHODES D’INVESTIGATION

Quelle guerre avec quels acteurs ?

  • 2 Jean-Michel Boehler, « L’agriculture dans l’Europe médiane du XVIe au XVIIIe siècle » dans A. Antoi (...)

2Que faut-il entendre par « les guerres d’Allemagne » qu’évoque l’intendant d’Alsace de La Grange à la fin du XVIIe siècle dans sa correspondance avec Louvois ? Ce sont des conflits qui s’éternisent, qui touchent de vastes espaces (plusieurs centaines de milliers de kilomètres carrés) et qui, pratiqués à l’ancienne, revêtent l’aspect d’une « guerre totale » avant l’institutionnalisation des conflits et leur prise en charge par l’État2.

3Si la guerre n’en finit plus, c’est qu’elle s’inscrit dans une série d’hostilités à rebondissement. Livrons-nous à l’exercice un peu simpliste en décomptant, sur la période 1661-1715 (soit 54 ans), les phases de guerre et les phases de paix :

Années de guerre

Années de paix

- dans l’Empire

66,7 %

33,3 %

- en France

53,7 %

46,3 %

- dans les Provinces-Unies

51,8 %

48,2 %

4et encore n’avons-nous pas pris en compte la guerre de Trente Ans. Qu’est-ce à dire, sinon que s’engage, entre 1618 et 1715, une « nouvelle guerre de Cent Ans » avec ses trêves et ses rebondissements ?

5La guerre de Trente Ans, localisée en Bohême de 1618 à 1625, s’internationalise en devenant danoise (1625-1631), suédoise (1631-1635), puis européenne (1635-1648), autant dire « mondiale » à l’échelle de l’époque. Le pivot, on le sait, en est le duel franco-espagnol, les Bourbon étant obsédés par le danger habsbourg, qui viendrait d’ailleurs moins de l’Est, comme c’était le cas au XVIe siècle, que du Sud. Or cette obsession est à l’origine d’un véritable enchaînement : la guerre de Dévolution (1667-1668) qui touche essentiellement la Flandre et la Franche-Comté ; puis la guerre de Hollande (1672-1678), aussi appelée « guerre brandebourgeoise », ponctuée par les campagnes de Turenne ; enfin la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), connue en Rhénanie sous le nom de « guerre palatine », tant la dévastation du Palatinat, en 1689, aura marqué la mémoire collective...

  • 3 Arch. dép. Haut-Rhin E dépôt 30 et EE 2/10-35 : requête des habitants de Guémar, s.d., 1673-1674.
  • 4 Ibid., 25 J 165 (Sainte-Croix-en-Plaine).
  • 5 Camille Oberreiner, « Notes et documents. Comment, en 1673, les Cernéens, pris de peur, mirent leur (...)

6Ces guerres en chapelet, qui laissent peu de répit, rendent tout à fait artificielle la double distinction entre guerre et paix, diptyque classique, mais peu conforme à la réalité du fait de l’incessant va-et-vient de l’une à l’autre et entre destruction et reconstruction, deux phénomènes imbriqués l’un dans l’autre qui, selon une requête des habitants de la Hardt colmarienne, en Alsace, ramènent sans cesse le paysan aux « incommodités des guerres précédentes3 », l’obligeant, parfois sous la protection de la garnison4, à reconstruire alors que la guerre continue à sévir : l’exemple alsacien montre que les alertes de 1673/1674 et de 1693 sont prises suffisamment au sérieux pour qu’on craigne « une nouvelle guerre des Suédois » et qu’on se hâte de transporter en Suisse ce que l’église contient de plus précieux5. Et cela peut se reproduire deux, trois, quatre fois, tant la guerre (et plus particulièrement celle de Trente Ans dont les horreurs sont évoquées, de génération en génération, au coin du feu) aura marqué la mémoire collective. On assiste donc à « des » reconstructions successives, souvent provisoires, toujours aléatoires. Il résulte d’une telle situation un processus cumulatif que l’historien aura du mal à attribuer à telle guerre plutôt qu’à telle autre.

7Les armées en marche balayent un vaste espace et touchent essentiellement trois types de régions : celles qui se situent à proximité immédiate de la frontière (essentiellement l’Allemagne rhénane), sur le passage même des armées ; les plaines découvertes, plus que les vallées étroites et les zones forestières, qui possèdent des réserves disponibles mais qui, à leur tour, se trouveront fragilisées par une surcharge de consommateurs inattendus ; enfin certaines régions d’habitat dispersé, difficiles à défendre (comme le Luxembourg).

8En tout état de cause, la géographie des guerres conduit souvent les armées aux mêmes endroits qui deviennent ainsi les abcès de fixation des conflits successifs. Trois parties de l’Allemagne se trouvent plus particulièrement touchées : l’Allemagne du Nord-Est (marche de Brandebourg, Poméranie, Mecklembourg) ; l’Allemagne rhénane (Palatinat, Wurtemberg, électorat de Trèves, auxquels il convient d’ajouter l’Alsace dont le rattachement à la France s’opère de façon très progressive entre 1648 et 1681) ; l’Allemagne moyenne en partie (Basse-Silésie, régions de Magdebourg et de Leipzig, Thuringe, Hesse et Franconie).

  • 6 Voir infra note 29.
  • 7 Raymond Oberlé, La République de Mulhouse pendant la guerre de Trente Ans, Strasbourg, publ. de la (...)

9Y échappent par contre presque complètement : la Prusse (grâce à la neutralité des villes hanséantiques), le Schleswig-Holstein et la Basse-Saxe ; une bonne partie de la Suisse que Grimmelshausen6 juge aussi étrangère à l’Allemagne que le Brésil ou la Chine ( !) et dont il stigmatise la scandaleuse (et enviable) opulence en pleine guerre de Trente Ans... Pas toute la Suisse d’ailleurs : l’évêché de Bâle, qui fait bel et bien partie de l’Empire, se trouve mêlé en 1632 aux opérations guerrières et l’actuel canton du Jura devient à son tour le théâtre des opérations. C’est surtout la partie méridionale qui se trouve protégée, tandis que le nord de la Confédération tire profit de l’endettement de ses voisins, Sundgau (sud de l’Alsace) et pays de Bade7. Les Provinces-Unies enfin, reconnues comme indépendantes ; mais Flandre et Hainaut connaissent la guerre sur leur territoire ; la principauté de Liège, juridiquement indépendante, mais militairement indéfendable, est pillée et rançonnée à plusieurs reprises, de même que les greniers à blé que sont la Hesbaye et le Luxembourg, ce dernier subissant les assauts des mercenaires croates. Des mercenaires croates, nous dit-on, qui tirent comme du gibier les paysans réfugiés dans les bois...

  • 8 André Corvisier, Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1798, Paris, PUF, 1976, Les Hommes, la guer (...)
  • 9 Geoffrey Parker, The Thirty Year’s War, Londres, 1984, trad. franç. Paris, Aubier, coll. « Histoire (...)
  • 10 Franco Cardini, La Culture de la guerre, XIe-XVIIIe siècle, traduit de l’italien, Paris, Gallimard, (...)
  • 11 Volker Press, Kriege und Krisen, Deutschland 1600-1715, Munich, éd. Beck, 1991.
  • 12 Jean-Michel Boehler, Une Société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (16 (...)

10Enfin cette guerre est peut-être une guerre « à l’ancienne », mais assurément une guerre « totale » telle qu’elle a été caractérisée par les plus éminents spécialistes, André Corvisier8, Geoffrey Parker9, Franco Cardini10 et Volker Press11. Le modèle de « l’armée-entreprise », auquel la France échappe partiellement, trouve ici sa plus belle illustration. Il repose sur un mercenariat à la discrétion des « seigneurs de la guerre », véritables « souverains d’un État sans territoire » selon la formule d’André Corvisier, dans le contexte de l’absence d’un pouvoir monarchique fort, ce qui leur confère d’importantes responsabilités : lever à leurs frais une armée ; la diriger en sous-traitant à des colonels et des capitaines responsables devant l’entrepreneur ; l’entretenir soit indirectement par des contributions levées sur le pays (y compris, à l’occasion, par le droit de lever des impôts réguliers), soit directement en la faisant vivre sur le pays12 en l’absence de tout soupçon d’intendance officielle. « Bellum se ipsum alet », la guerre nourrit la guerre, déclarait Gustave Adolphe. Le système lui-même n’est guère nouveau, puisqu’il rappelle la condotta qui fonctionne en Italie dès le XVe siècle dans un contexte identique de morcellement politique. Il se généralise à l’intérieur de l’Empire, où Wallenstein est le type même du condottiere pendant la guerre de Trente Ans. En effet, il fait endosser aux populations – forme d’autofinancement de la guerre – la responsabilité du versement de la solde par l’intermédiaire de la Kontributionssteuer, solde qu’il devrait payer, mais qu’il ne paie pas, à des troupes composées non de « soldats » réguliers, mais de « soudards » occasionnels. C’est ce qui l’autorise à afficher une certaine indépendance vis-à-vis du pouvoir central, indépendance accrue par le fait que ses revenus lui permettent parfois de se faire le créancier des souverains qui y trouvent leur compte : car avoir une armée, quitte à l’emprunter, confère prestige et puissance. Wallenstein n’est pas le seul « entrepreneur de guerre » : Frédéric de Brunswick-Lunebourg (mort en 1679) loue ses services à l’Empereur, car il possède une armée et cette propriété est transmissible. Nous nous trouvons donc en présence d’une entreprise privée aux mains d’hommes d’affaires moyennant un véritable contrat (la Kapitulation) qui fixe les conditions de recrutement, le montant de la somme (Wartegeld) pour les préparatifs qu’avance l’entrepreneur de guerre, lui-même dépendant de banquiers (Witte pour Wallenstein), moyennant la mise en gage de terres ou de revenus. La différence avec la situation en France est flagrante. Cette dernière ne s’adresse que rarement à l’entreprise générale et, si elle le fait (tel est le cas en 1635 quand elle fait appel à Bernard de Saxe-Weimar), elle garde la maîtrise de la situation : en payant elle-même, en tant qu’État, l’entrepreneur de guerre, en ne démissionnant pas devant lui et en faisant évoluer cette armée vers « une entreprise nationale » contrôlée par les intendants aux armées. N’a-t-on pas affirmé que la guerre faisait naître l’État en lui conférant une partie de sa légitimité ?

  • 13 Arch. dép. Haut-Rhin E 1144 (Guémar, 1673-1674).
  • 14 Franco Cardini, op. cit., p. 190.

11Rappeler le fonctionnement de ce système nous paraissait nécessaire, car il conditionne l’expérience que font les villageois de la guerre. Une double distinction s’impose en effet. Il importe d’abord de savoir si l’armée ne fait que passer et repasser, par des mouvements de marche et de contremarche, ou si elle s’installe temporairement, voire saisonnièrement. Si la « passade » peut être rendue responsable de la destruction des habitations et de l’outil de production – nous y reviendrons –, les « quartiers d’hiver » sont autrement plus préoccupants. Loger dans des maisonnettes relativement exiguës, comme c’est le cas en Haute-Alsace13 en 1673 et 1674, trois, quatre, cinq, dix hommes avec leurs chevaux pose de sérieux problèmes pour la population en place. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’épuiser méthodiquement la région qui accueille cette armée, de gré ou de force, le pillage systématique devenant une fin en soi et générant très souvent la violence. Car la violence prédatrice est souvent l’unique ressource de ces lansquenets (Landsknechte, littéralement valets du pays) et de ces reîtres (Reiter, cavaliers) qui se battent pour vivre ou survivre et dont l’objectif premier est de durer, quitte à mettre en coupe réglée toute une région. Venus, pour beaucoup d’entre eux, de régions surpeuplées, ils considèrent à juste titre le service ainsi assumé comme une solution à la misère. Ils sont donc tout heureux de pouvoir s’engager auprès d’un entrepreneur de guerre auquel ils vouent un véritable culte et une fidélité qui n’a de limites que la possibilité de subsister, éventuellement de s’enrichir s’ils parviennent à économiser une partie du produit de leur pillage. L’armée, « société protectrice des marginaux » selon la formule de Franco Cardini14, propose un métier périlleux, mais qui peut se révéler lucratif. Le revers de la médaille réside – nous y reviendrons – dans les épreuves que fait subir la soldatesque aux populations villageoises.

  • 15 Voir note 28.
  • 16 Georges Livet, Guerre et paix de Machiavel à Hobbes, Paris, A. Colin, 1972. Lucien Bély et al, Guer (...)

12La deuxième distinction qui s’impose fait la part entre les pressions indirecte et directe exercées sur le pays : débourser d’un côté, loger et nourrir de l’autre. La première consiste à réclamer un paiement en argent destiné à financer le logement et la table. À « l’ustensile » français répond la « Kontribution » allemande, elle-même héritière des « mois romains ». Quant à la réquisition, véritable impôt en nature, elle correspond à une vente forcée à paiement différé, souvent reporté aux calendes grecques, donc à un pillage déguisé. La pression directe découle de l’installation de l’armée, avec les abus qu’elle génère et sur lesquels les officiers ferment les yeux, car il faut bien qu’en l’absence de toute intendance l’armée vive et fasse vivre la population civile qu’elle traîne derrière elle : si les effectifs « militaires » à proprement parler ne sont pas très importants, il arrive souvent que 40 000 soldats soient suivis par 140 000 civils... Or le logement des gens de guerre se fait sans distinction entre « partis » (« Völker ») amis ou ennemis (« Freund und Feind ») comme le montre la chronique de Stausebach15, au mépris du « droit des gens », notion qui n’est compatible qu’avec une « guerre réglée » et qui s’oppose à celle, seule prise en compte, du « droit de la guerre16 ».

13Dans ces conditions, il est vrai que ce n’est pas le combat qui constitue l’essentiel du conflit : les véritables batailles, comme celle que livre Turenne à Turckheim (Alsace) ou à Sasbach (pays de Bade) sont relativement rares, au même titre que les massacres individuels. Tuer n’est pas la finalité première de la guerre. Au moment où le rôle de l’infanterie s’accroît au détriment de celui de la cavalerie, il n’existe guère de conception stratégique d’ensemble, même si Gustave Adolphe introduit davantage de mobilité dans la pratique du combat. Bien plus : la guerre n’est sans doute pas la première cause de mortalité, mais le troisième facteur, facteur aggravant certes, de la trilogie biblique : « a peste, bello et fame »... En effet les épidémies n’ont pas encore acquis leur autonomie et la peste des années 1630 s’explique par les conditions – souvent désastreuses – d’hygiène et d’alimentation (calamités climato-frumentaires), d’autant plus désastreuses qu’elles touchent des organismes préalablement affaiblis par la sous-alimentation et exposés, surtout en ville, à une promiscuité exceptionnelle. On a souvent attribué à la guerre un rôle démographique de première importance. Mais la « guerre » n’est-elle pas un terme commode, utilisé dans la documentation de l’époque, pour désigner un phénomène complexe à variables nombreuses, indissociables et cumulatives ?

Quelle approche avec quelles sources ?

14La distance que l’historiographie, française ou allemande, a prise, depuis un demi-siècle, avec « l’histoire-bataille » est à l’origine de deux voies qui se sont révélées particulièrement fécondes.

  • 17 Ernest Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 18 Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunktur vom 13. Bis zum 19. Jahrhundert, Berlin, éd. Paul Par (...)

15La première consiste à intégrer le processus de guerre dans la longue durée, c’est-à-dire dans une conjoncture multiséculaire faite d’amples fluctuations qui se lisent, de façon quantitative et macro-économique, sur trois plans : effondrement de la production pour des raisons conjoncturelles (la succession des passades et des quartiers d’hiver), climatiques (les effets à long terme du « petit âge glaciaire ») et par conséquent économiques (les déficiences de l’offre) ; dépression des prix qui, au mieux, stagnent, au pire fléchissent de 60 à 70 % dans une conjoncture défavorable (phase B), quelle que soit par ailleurs l’ampleur des pointes annuelles liées aux crises de subsistances, comme l’indiquent, en même temps que les travaux d’Ernest Labrousse en France17, ceux de Günther Franz et de Wilhelm Abel en Allemagne18, ce dernier intégrant sa démonstration dans la « Konjunkturtheorie ». La crise s’explique en grande partie par la baisse de la population dont la succession des fluctuations courtes (pointes de mortalité, fléchissement de la natalité du fait de l’ajournement des mariages et du phénomène bien connu d’aménorrhée) se solde par un essoufflement et un vieillissement démographiques, et qui, corrélée avec celle des prix, révèle une importante chute de la demande. Le problème est de savoir quelle est la part de la guerre dans cette situation qui se reflète dans l’allure des courbes. Les historiens allemands – « Agrarkrisentheorie » et « Katastrophenverfassung » – ont tendance à lui conférer une grande part de responsabilité, sans minimiser pour autant celle de la famine et de l’épidémie. Car le scénario de catastrophe s’est mis en place dès la seconde moitié du XVIe siècle, avant même que la guerre ait pu produire ses effets. Rappelons enfin que ces mouvements longs ne sont guère perceptibles au jour le jour par une population villageoise plus sensible aux crises courtes qu’aux phénomènes de longue durée.

  • 19 Jean-Michel Boehler, « Les conséquences à long terme des guerres du XVIIe siècle en Alsace : pour l (...)

16Cette observation vaut également dans la mise en perspective de la guerre par ses effets à très long terme, à l’échelle de plusieurs générations, à laquelle nous avons nous même sacrifié19 et qui nous a permis de dégager quatre série de répercussions :

  • la mise en place d’un modèle démographique particulièrement dynamique. En Alsace, une croissance de l’ordre de 100 à 200 % au XVIIIe siècle (contre 28 à 32 % en France) et des densités de 50 à 60 habitants au Km2 reflètent un fort dynamisme démographique, même si ce dernier est en partie trompeur : car la population était tombée à un niveau si bas que les chiffres incluent une part de rattrapage sans fonder une supériorité réelle sur d’autres régions. Il en résulte cependant l’extraordinaire jeunesse de la population – composée de reproducteurs et de producteurs potentiels

  • qui se lit dans une pyramide des âges à base très étalée et à effilement progressif vers le sommet ;

  • les faux semblants d’un dynamisme économique, dans la mesure où la production agricole était tombée à un niveau si bas qu’il ne peut y avoir que croissance. Alors qu’une « phase A » se met en place dès 1630/1640 en « vieille France » (elle est plus prononcée dans la France méditerranéenne), la progression, dans l’espace germanique, a été « cassée » par la guerre de Trente Ans. Comme pour la population, le phénomène de rattrapage dissimule donc une croissance non authentique, les pays germaniques abordant le « prospère XVIIIe siècle » avec un sensible retard. Ces deux facteurs réunis – dynamisme démographique et économique du moins en apparence – tendent à relativiser ce qu’on a coutume d’appeler la « reconstruction » qui, non seulement s’étale dans le temps (des années 1650 aux années 1725/1730), mais apparaît comme un retour à la normalité du XVIe siècle ;

    • 20 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 308-334.
    • 21 Jean Jacquart, La Crise rurale de l’Ile de France, Paris, A. Colin, 1974.
    • 22 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 290-307 et 339-340.

    la consolidation, à terme, de la possession paysanne – propriété ou emphytéose – est une des caractéristiques de « l’après-reconstruction ». Contrairement à ceux d’autre régions françaises, les paysans alsaciens ont résisté à la fois aux assauts (assez tardifs, car impossibles à réaliser dans une période de pénurie) de réaction seigneuriale et aux tentatives d’appropriation citadine du sol à la faveur de la guerre20. Pas d’éviction systématique des ruraux par les non ruraux, fermiers à grosses bottes ayant partie liée à ceux que nous décrit Jean Jacquart21 lors de la crise rurale de l’Île-de-France (1550-1670) et qui se rendent responsables d’expropriations massives et de concentration de terres mises en réserve et en exploitation directe. Cependant, tranchant avec la situation de l’Allemagne rhénane, celle qui se profile à l’est de l’Elbe (Mecklembourg, Porémanie, Silésie, Bohême) accorde une grande place, dans le cadre de la Gutsherrschaft22, aux expropriations (Bauernlegen) assorties d’une aggravation du servage ;

  • enfin la confirmation de la féodalité et le renforcement du pouvoir princier, processus engagés par la guerre des Paysans en 1525 (qui relève davantage de la révolte que de la guerre), se trouvent consacrés par la guerre de Trente Ans qui se solde par la victoire des princes sur l’Empereur. La « Kleinstaaterei » – avec distinction entre le Landesherr, souverain territorial, et le Grundherr, propriétaire foncier éminent – constituera, des siècles durant, l’une des spécificités de l’Empire (Alsace comprise), tranchant avec la conception centralisatrice et uniformisatrice d’un État moderne à la française.

17Mais si, pour rester fidèle aux préoccupations de nos paysans, nous abandonnons le long terme pour le court terme, se pose la question des sources : peut-on savoir comment les villageois ont vécu la guerre au jour le jour ? Trois pistes s’offrent à nous.

  • 23 Hans Schulz, Der dreissigjährige Krieg, Leipzig et Berlin, éd. Teubner, 1917, t.I, p. 38-41 et 85-1 (...)
  • 24 Ingomar Bog, Die bauerliche Wirtschaft im Zeitalter des dreissigjährigen Krieges. Die Bewegungsvorg (...)

18L’historien ruraliste prendra ses distances par rapport à une documentation de nature réglementaire (déclarations impériales, contrats entre souverains et chefs de guerre, correspondance au sommet – par exemple entre Tilly et Wallenstein en 1631–, comptes rendus de campagnes ou de batailles) telle qu’elle lui est parvenue23, pour s’attacher à une documentation plus concrète, plus proche de la paysannerie : fournie par le seigneur justicier et percepteur de droits, avec une préoccupation à objectif fiscal, elle vise à reconstituer les titres oubliés et les droits perdus du fait de guerres par le double dénombrement des hommes et des biens – terriers et enquêtes de reconstruction –, moyennant parfois d’utiles comparaisons entre la situation « d’avant » et « d’après » la guerre et des annotations intéressantes sur l’impact à court terme de cette dernière. Il n’y a qu’en Allemagne orientale que les grandes fermes, comme celle qui appartient au couvent de Heilsbronn entre 1642 et 168124, nous ont laissée des comptabilités dignes de ce nom. L’utilisation de ces sources se heurte néanmoins à une double limite : celle de la césure documentaire que constitue la guerre de Trente Ans, rien ne fonctionnant plus normalement (tel est le cas, en particulier pour les archives judiciaires et les comptes des fabriques d’église) ; celle de l’insuffisante structure administrative qui caractérise l’ensemble du XVIIe siècle et prive le pouvoir de moyens de contrôle efficaces.

  • 25 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. III, p. 2015-2016 (liste non exhaustive).
  • 26 Chronique de Jebsheim 1633-1705 (Arch. dép. Haut-Rhin, registres paroissiaux et A. Birkel, dactyl.) (...)
  • 27 Rodolphe Reuss, éd. et trad., La Chronique strasbourgeoise du peintre Jean-Jacques Walter pour les (...)
  • 28 Wilhelm A. Eckhardt/Helmut Klingelhöfer, éd., Bauernleben im Zeitalter des dreissigjahrigen Krieges (...)

19Par ailleurs, les multiples annotations des curés et pasteurs25 en marge des registres paroissiaux – « notanda digna », « Annalen et contingentia » – prennent un certain relief dès lors qu’elles se trouvent regroupées en chroniques paroissiales comme celle qui concerne ce village de Haute-Alsace, entre 1633 et 1705, sous la plume de trois pasteurs successifs26. Si la guerre fait irruption dans toutes les chroniques de l’époque, dans lesquelles elle constitue une part non négligeable du texte27, elle fait l’objet même du récit dans certaines d’entre elles : la « Stausebacher Chronik » de Caspar Preis, qui vient d’être publiée28, porte le nom d’une localité de Hesse et couvre une période d’une trentaine d’années (1636-1667) sous la forme d’une centaine de feuillets manuscrits recto verso, rédigés en allemand et reliés de parchemin. Elle dépasse largement la conjoncture de guerre elle-même pour en décrire le contexte quotidien, y compris pendant les périodes de répit : par exemple, en 1661, le séchage, fort risqué, du lin a proximité immédiate du poêle ou encore la noce du fils de l’auteur qui rassemble, en 1653,13 tablées de convives absorbant, quatre jours durant, 22 mesures de bière, 12 1/2 de schnaps et 800 livres de viande. Rédigée dans les années 1650, la « Stausebacher Chronik » est donc un essai relevant de la vie quotidienne (Alltagsgeschichte) et de l’expérience des gens ayant vécu la guerre (Erfahrungsgeschichte). Mais, quoique venue de l’intérieur de la société rurale, une telle source n’est pas à l’abri de la critique : elle est en effet un essai d’égohistoire déformé à travers le prisme d’un grand exploitant placé à la tête du Michaelshof de Stausenbach qu’il transmettra à ses héritiers comme s’il s’agissait d’une véritable propriété, occupant les fonctions officielles de Kastenmeister (1644-1659) et de Bürgermeister (en 1652) qui le situent au-dessus du commun, même s’il est issu d’une famille peu aisée de « manants » : il apporte donc un certain regard qui n’est pas celui de l’homme du peuple ; il écrit d’ailleurs un allemand trop impeccable pour être considéré comme tel. Mais, ce qui est néanmoins rassurant, c’est que ces chroniques, qu’elles soient paroissiales ou privées, recoupent très largement les informations que l’historien peut glaner dans les archives officielles.

  • 29 ... « allemand, c’est-à-dire Melchior Sternfels de Fuchstein, où il est dit de quelle manière il es (...)
  • 30 Ibid. p. 8 (préface de Pascal Quignard).
  • 31 Paulette Choné, « Les Misères de Jacques Callot ou le témoin théoricien » dans G. Livet/J-P. Kintz,(...)

20Un troisième type de source réside dans le roman autobiographique de Grimmelshausen intitulé Les Aventures de Simplicius Simplicissimus29, qui présente néanmoins deux inconvénients majeurs, invitant l’historien à la méfiance. Le premier est celui que nous avons déjà évoqué à propos de la chronique de Caspar Preis. On connaît mal la personnalité de Grimmelshausen (1620-1676), tantôt désigné comme viticulteur ou aubergiste, tantôt qualifié de maquignon, et qui occupe, au service de l’évêque de Strasbourg, le poste fort enviable de « maire » de Renchen, à la fois notaire, percepteur et juge de paix : son témoignage trahit l’inspiration d’une certaine culture « savante ». On sait par ailleurs qu’il est orphelin de guerre (ses parents auraient été massacrés par les soldats) et qu’il a lui-même combattu dans les troupes impériales. C’est donc un authentique témoin oculaire mais, comme il l’affirme lui-même, « la guerre l’a pris et l’a façonné », ce qui confère à son témoignage quelque subjectivité dans la mesure où s’y mêle une forte part de fantaisie et d’imaginaire. En effet, c’est un roman composé sur le mode picaresque, donc inspiré du roman de mœurs espagnol en vogue aux XVIe et XVIIe siècles, faisant se côtoyer, dans le monde interlope des « picaros », les mendiants, les gueux, les repris de justice. Le « Simplicius » nous renvoie une image qui est l’image inversée du monde baroque : c’est « un roman de chevalerie la tête en bas30 ». Le héros parcourt, au milieu d’aventures qui se succèdent, diverses classes de la société (ce qui ne manque pas d’intérêt pour l’historien), mais laisse libre cours à son imagination et à son goût pour le fantastique (cf. l’arbre de guerre dont les branches se transforment en personnages), avec d’ailleurs un arrière-plan philosophique (vanité du monde, inconstance du destin). On aurait tendance à rejeter un tel ouvrage s’il ne restituait pas l’ambiance d’une époque troublée et celle d’un milieu difficile, celui des bords du Rhin avec ses frimas et ses sombres forêts... Il a donc une puissance évocatrice analogue à celle des gravures que Jacques Callot (1592-1635) consacre à la Lorraine lors de son invasion par la France31, en particulier dans « les misères et malheurs de la guerre » (1633) ou encore dans « les supplices » (1634)... À défaut de vérité historique, Grimmelshausen reconstitue une atmosphère indispensable à la compréhension de la guerre au XVIIe siècle, que nous essaierons à présent de reconstituer.

Les informations recueillies sur le vif

21Elles sont, grosso modo, au nombre de quatre : la violence guerrière qui se solde par des destructions et des pillages ; l’amputation du potentiel humain ; la mise hors service des terres cultivées, ce qui ne manque pas d’avoir un impact presque immédiat sur la production ; enfin une accumulation d’angoisse et de psychose et – parade à cette angoisse – la recherche de secours qu’elle suscite. Un rapide tour d’horizon nous conduira du matériel au mental et au spirituel.

La folie destructrice et prédatrice

  • 32 Yves Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, éd. H (...)

22Elle est à mettre avant tout au compte d’un phénomène de masse : on évalue à plus d’un million le nombre de personnes que la guerre de Trente Ans aurait déplacées dans les limites de l’Empire, soit entre 10 et 15 % de la population que comptait ce dernier. Elle ressort de toutes les sources, relevant à la fois de la politique de la « terre brûlée » et de la propension au défoulement qui accompagne tout acte de violence32.

23On en connaît les acteurs, désignés par le terme allemand de Schnapphahnen (ce qui a donné en français « chenapans »), littéralement « attrape-coqs », qui désigne ces aventuriers brutaux et sadiques, haves et barbus, avec leur chemise en lambeaux. C’est le « simplex » de Grimmelshausen, c’est-à-dire le semel plex, l’être brut fait d’une seule pièce, qui affronte la faim, la soif, le froid et s’abandonne volontiers aux beuveries comme aux maraudes.

24L’occasion lui en est fournie d’une part par la « passade » (Jebsheim, en Haute-Alsace, est ainsi dévasté par les Français le 2 septembre 1676, puis par les Impériaux en juillet 1677), d’autre part par les « quartiers d’hiver », les « étapes » pouvant être soit occasionnelles, soit saisonnières, le temps de l’hiver.

  • 33 Les Aventures de Simplicissimus...., op. cit., livre premier, chap. IV, p. 26-28.
  • 34 Voir supra note 26.
  • 35 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 168-176 et Willi A. Boelcke, Wirtsch (...)
  • 36 Les Aventures de Simplicissimus..., op. cit., livre premier, chapitre IV, p. 27.
  • 37 Ingomar Bog, op. cit., p. 109-119.

25L’illustration en est le pillage du Château-Simplex par les reîtres33 qui se comportent en « animaux dépourvus de raison ». Les reîtres en effet ne font pas dans la dentelle : on les voit faire ripaille, casser tout ce qui leur tombe sous la main – les fenêtres, le fourneau, la vaisselle–, livrer au feu tout ce qui est inflammable, les draps et le mobilier... On n’hésite pas à brûler les poutres pour se chauffer : c’est ce que font les troupes impériales à Jebsheim en 1677, imitées en 1678 par l’armée du maréchal de Créqui car, nous dit-on, « il faisait très froid34 »... Des enquêtes seigneuriales assez fines, concernant l’espace rhénan à la fin du XVIIe siècle, révèlent que 30 à 60 % des fermes se trouvent hors d’usage en Alsace, c’est-à-dire qu’elles sont totalement ou partiellement détruites soit par un incendie, soit par un abandon progressif, mais 20 % seulement des habitations y ont totalement disparu contre 43 % en pays de Bade35. Enfin, à l’impulsivité s’ajoutant l’aiguillon du profit, les reîtres volent, « mettant la maison de haut en bas comme s’ils étaient à la recherche de la Toison d’Or », ou encore « comme s’ils voulaient aller au marché aux puces36 » : rien de plus normal que cette Etappenplünderung qu’évoque Ingomar Bog37. Or les vols commis par la soldatesque se révèlent être d’une grande banalité quant à leurs résultats :

  • des chemises d’hommes et des chaussures : à Stausebach, on va jusqu’à déchausser les paysans ; de Guémar à Sélestat, on assiste en 1675 au passage de curieux convois de tonneaux remplis de bottes et de souliers... ;

  • des effets de femme, du tissu, de la literie, des moules de pains d’épice enfermés dans des sacs que Ton jette dans les buissons, dans la région colmarienne, à l’approche de l’armée de Turenne, dans l’espoir de les récupérer une fois la tourmente passée... ;

    • 38 Arch. dép. Haut-Rhin E 1454 (Jebsheim, mai 1674).

    de la viande séchée et du lard dissimulés dans les plumons (nous sommes dans la « civilisation de la couette ») qu’on n’hésite pas à éventrer à cet effet38. ;

    • 39 Arch. mun. Strasbourg VI 182/1 (octobre 1677) et Louis Klock, Marlenheim. Historische Skizze, Colma (...)
    • 40 Raymond Oberlé, « Étude sur l’histoire de Mulhouse à l’époque de Louis XIV », Bulletin du Musée his (...)

    du bétail sur pied, objet de réquisition tout comme les denrées alimentaires qui manquent au point d’encourager le recours à des produits de substitution – herbe et son, glands grillés et escargots, chats et vaches crevés39 – ou la « visite » des paniers des pauvres paysannes allant au marché dans l’espoir d’y trouver « des œufs, du beurre et autres denrées40 ».

  • 41 Pierre Edgar Maurer, « Les vicissitudes de la guerre de Trente Ans à Horbourg », Archivw 3, 1977, p (...)

26Au total, comme le dit un texte d’Ernest de Mansfeld au début de la guerre de Trente Ans, « ils prennent tout, ils forcent tout..., ils cassent tout »... Un document déchiffré par Ellerbach indique que les soldats de Mansfeld emportent tout sauf les meules à grains des moulins et le fer à forger porté au rouge41, ce qui suscite deux réactions opposées :

  • celle de Mansfeld lui-même qui justifie de tels actes par la « loi de la guerre » : le non-paiement de la solde rend en effet toute discipline impossible en mettant en lumière l’incompatibilité entre une morale « militaire » et une morale « guerrière ». Eux et leurs chevaux, déclare Mansfeld, « ne peuvent pas vivre d’air pur » et la dévastation du Palatinat en 1689 pourrait être le fait d’une armée mal payée se dédommageant sur la population ;

    • 42 Rodolphe Reuss, La Chronique strasbourgeoise..., op. cit., p. 162-163 et 174-175 et, pour la Haute- (...)

    celle de Grimmelshausen qui déplore de telles pratiques et invoque l’antipathia opposant soldats et paysans. Derrière cette terminologie savante se dissimulent les réactions viscérales des villageois à l’égard de ces « diables vivants », de ces « fils de Satan », de cette « maudite engeance42 »... Car que faire quand un essaim de 1 000 Croates fond sur un village ?

  • 43 Georges Livet, L’Intendance d’Alsace, op. cit., p. 537, note 4 (lettre du 22 janvier 1675 déposée a (...)

27Mais tout n’est pas, tant s’en faut, à mettre au compte des soudards : nombreuses sont en effet les spoliations dont se rendent coupables, à la faveur des troubles, maraudeurs ou habitants eux-mêmes : l’intendant de La Grange ne dénonce-t-il pas à Louvois « le peu de répugnance que le voisin a eu de prendre ce qui ne lui appartenoit pas43 » ?

  • 44 Voir note 23.
  • 45 Les Aventures de Simplicissimus..., op. cit., livre premier, chapitre IV, p. 27-28 et chapitre XIV, (...)

28Il existe souvent un lien entre le vol et le vandalisme : car c’est par dépit de ne pas avoir trouvé ce qu’ils cherchent et par rage que les soldats se mettent à casser. Sont visés en premier lieu les biens particuliers, mais aussi le bien public : on relève fréquemment le fait que l’église n’est pas épargnée et, avec l’enlèvement des cloches, on s’attaque à un symbole. Celles de Stausebach sont enlevées pendant la guerre de Trente Ans tout comme celles de Guémar en 1676 (il s’agit de la cloche de l’église qui pèse 400 livres et de deux autres de 100 livres, celle de la « maison de ville » et celle de la porte), tandis qu’à la même époque celles de Jebsheim trouvent refuge dans le château des Ribeaupierre à Ribeauvillé... Mais sont en première ligne les hommes, puisque « le droit de la guerre » s’oppose au « droit des gens ». On ne respecte rien, ni vivants, ni morts (allusion à la profanation des tombes et aux cas de nécrophagie relevés par la chronique de Jebsheim entre 1634 et 1641), ni états, ni honneurs – « noch Stande noch Würde » – comme l’indiquent les documents très officiels de l’époque44. Le pillage du château de Simplex, relaté par Grimmelshausen45, révèle les pires atrocités. Rien ne nous est épargné : ni la servante violée, ni les paysans ligotés, bâillonnés, battus, enfermés dans un tonneau ou au four et torturés avec un raffinement sadique (le pouce vissé dans le pistolet, soumis à la « potion suédoise » ou au supplice de la chèvre)...

Ampleur et limites du dépeuplement

  • 46 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 234-236.

29Dans de telles conditions, il n’est pas étonnant que des régions entières se dépeuplent, car les parades face à l’incursion d’une armée ne sont pas très nombreuses puisqu’elles se limitent à deux types de mesures d’autoprotection. La première tient dans l’octroi d’une « sauvegarde » délivrée par exemple par les autorités de la ville de Strasbourg pour ses bailliages ruraux, souvent mal respectée en période de désordre extrême46. La deuxième réside dans la défense du sol par la militarisation du territoire : les habitants de Stausebach creusent des fossés autour du village, élèvent des clôtures en bois et se relaient à l’église pour le tour de garde. En Alsace, on n’a pas attendu les mesures de Louvois pour ériger une milice territoriale et c’est une sorte de patriotisme local qui pousse les villageois à défendre leur terre, celle qui les nourrit et a nourri leurs ancêtres. Jusqu’à la Révolution française, on montera la garde sur les rives du Rhin.

  • 47 Alfred Straub, Das badische Oberland im 18. Jahrhundert. Die Transformation einer bauerlichen Gesel (...)
  • 48 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 297-299.

30Il n’en reste pas moins que l’ampleur de la dépopulation a été exagérée. Elle est sans commune mesure avec les désertifications de la fin du Moyen Âge, que les historiens médiévistes allemands appellent les Wüstungen et qui auraient touché le quart environ des localités de l’Empire (15 à 20 % en Alsace et dans le Wurtemberg, 40 % en Hesse), ce qui fait tomber le nombre de villages de 171 000 vers 1300/1350 à 131 000 vers 1500. Au XVIIe siècle par contre, le taux de désertification ne dépasse pas les 10 % : dans l’Oberland badois, seules 23 localités sur 256, soit 9 %, auraient été « rayées de la carte » pour reprendre l’expression consacrée47. Dans le Brandebourg, ce sont 40 sur 647, soit 6,2 % et le record est battu par la vallée de la Sarre où subsistent en 1650, 269 villages sur les 1 121 de 1620, soit seulement 24 %48. Le mythe de la furie dévastatrice de la guerre a donc donné naissance au mythe du « désert ». Or il importe de faire la distinction entre la disparition des habitats (Ortswüstungen), spectaculaire et saisissable, et celle des habitants, plus difficile à appréhender du fait de l’insuffisante fiabilité des dénombrements. « Il n’y a plus âme qui vive » ? Cette formule catastrophiste, qu’on retrouve fréquemment dans les chroniques de l’époque, semble largement exagérée. Encore faut-il préciser que la guerre n’a souvent fait que donner le coup de grâce à une communauté fragilisée préalablement par l’exode des jeunes et le vieillissement d’une population vivant dans une période de léthargie sur un arrière-plan de circonstances défavorables (d’ordre économique ou fiscal). Entre le tiers et la moitié de la population aurait été ainsi perdue an Alsace, rarement plus de 60 %, jusqu’à 70, voire 90 % dans certaines contrées du duché du Wurtemberg et du Palatinat.

  • 49 D’après Helmut Jäger, « Der dreissigjährige Krieg und die deutsche Kulturlandschaft » dans H.K. Hau (...)
  • 50 Arch. dép. Bas-Rhin 3 E 213/1 (registres paroissiaux de Hurtigheim, 1643).
  • 51 Jean-Marie Quelqueger, « Les réfugiés à Saverne lors du siège de Mansfeld en 1622 », Pays d’Alsace, (...)
  • 52 Günther Franz, Der dreissigjahrige Krieg..., op. cit., p. 5-51.
  • 53 André Corvisier, Essais historiques..., op. cit., p. 153.
  • 54 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 299.
  • 55 Arch. mun. Strasbourg, Chambre des Contrats, passim et Arch. dép. Bas-Rhin 6 E, passim (inventaires (...)

31Mais une telle dépopulation est souvent provisoire. Les « refuges » (qu’offrent les régions forestières, les châteaux et les villes fortifiées) peuvent en effet accueillir la population pendant quelques semaines, quelques mois, exceptionnellement quelques années : peu de Dauenvünstungen49, mais des déplacements à rayon réduit, plus fictifs que réels, propres à fausser toutes les statistiques. Se pose en particulier le problème du refuge en ville des populations rurales « propter tumultum bellicum50 » dont les exemples de Gottingen (en 1627, les paysans des environs fuient les troupes de Tilly), de Bâle et de Strasbourg pendant la guerre de Trente Ans fournissent l’illustration. Strasbourg peut d’ailleurs compter sur les relais constitués par les petites villes dépendant directement ou indirectement de sa juridiction (Barr, Saverne) pour servir à leur tour d’asiles temporaires. Ces dernières voient affluer une population de réfugiés ruraux « mit Sack und Pack », « avec armes et bagages », les bagages étant constitués de sacs de grains, de victuailles diverses, de bétail et de rations de fourrage transportées sur des charrettes. On imagine la surcharge, la gêne et le désordre qu’a pu générer un tel afflux : le siège de Saverne par Mansfeld, en 1622, a drainé, sur 25 kilomètres à la ronde, des villageois de 33 localités différentes, soit environ 1 600 personnes, si l’on en croit les récapitulations nominatives heureusement conservées, ce qui double en peu de temps la population de la petite ville51. Et c’est à quatre reprises, dans la seconde moitié du XVIIe siècle – en 1649, 1652, 1654 et 1677 – que, dans des conditions analogues, les habitants de Jebsheim se réfugient à Colmar. Il ne nous appartient pas ici de comparer la dépopulation de la ville avec celle du plat pays – de 25 à 30 % pour la première, de 35 à 40 % pour le second, avec des pointes de 65 à 70 % selon les travaux de Günther Franz52–, ni de juger de l’apparente « quiétude des villes53 » où la promiscuité confère pourtant à l’épidémie – en particulier à la dysenterie qui y fait des ravages – une place plus importante. Mais la ville est capable de se rétablir assez rapidement par immigration, comme le montre l’exemple du bailliage de Schwerin (duché de Magdebourg) en 165254. Si, sur un séjour relativement court, l’intégration n’est guère possible, l’installation à Strasbourg des paysans les plus cossus du Kochersberg n’est pas sans lendemain, puisque certains d’entre eux y gardent un pied-à-terre, sous forme d’immeubles ou de parts d’immeubles, qui leur servira tout au long du XVIIIe siècle, de garde-meubles et de garde-réserves55.

32Quelle que soit son ampleur, la dépopulation aura deux séries de conséquences :

    • 56 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 271-289.

    un phénomène d’appel d’air explique l’afflux d’immigrants à partir de régions relativement épargnées mais confrontées à un surpeuplement relatif et des difficultés économiques (manque de terres et de travail), même si une telle immigration, jamais massive, se fait de façon individuelle ou familiale. C’est ainsi que, face à des pôles répulsifs, l’Alsace fait figure de zone attractive pour de nombreux Suisses, Autrichiens, Tyroliens et Vorarlbergeois, dans la mesure où, au moment de la reconstruction, elle leur offre du travail et des terres à des conditions fort avantageuses56 ;

  • une pénurie de main-d’œuvre oblige les laboureurs alsaciens, affirme l’intendant de La Grange, à faire pousser la charrue aux femmes et aux jeunes filles plutôt qu’aux domestiques devenus rares et dont, malgré les tarifications seigneuriales, les exigences augmentent et les salaires flambent. Cette période de plein emploi autorise une certaine désinvolture de la part des salariés à l’égard des employeurs qui se plaignent au contraire du coût élevé du travail agricole, du manque à gagner sur le prix du blé et de la rigidité des fermages. C’est le monde à l’envers, les seconds se trouvant pris dans un étau entre des charges incompressibles et une main-d’œuvre trop coûteuse.

  • 57 Ibid., t. I, p. 233.

33En moyenne, le déficit masculin peut être estimé entre 15 et 25 %, jusqu’à 28 % dans l’évêché de Bâle. Les causes en sont la chute de la population et la réquisition répétée d’hommes dans la force de l’âge appelés, parfois en pleine saison agricole, à fournir les corvées pour la construction et la défense, dans le cas de l’Alsace, des lignes du Rhin fort exigeantes en bras57 : les charrois, le travail à la pelle ou à la pioche se font par roulement, des semaines entières, lors de la construction du fort de Huningue en 1679. Et lors du siège de Philippsbourg, pendant la guerre de Hollande, 1 000 paysans alentour sont réquisitionnés, tandis qu’entre 1700 et 1708, pendant la guerre de Succession d’Espagne, ils sont constamment 5 000 à renforcer les lignes de la Lauter au nord de l’Alsace. La lourdeur des sacrifices consentis est à la hauteur de l’impopularité de ces mobilisations humaines qui constitueront un sérieux handicap pour la mise en valeur des terres.

L’abandon des terres cultivées

  • 58 Ibid., t. I, p. 338.

34En dehors des blés en herbe qui sont inévitablement piétinés par une armée en marche qui passe et qui repasse, en dehors des blés coupés avant maturation et des gerbes battues par les soldats eux-mêmes qui ne laissent que peu de grains dans la paille, on déplore l’étendue des « terres mortes » (Flurwüstung), soumises à la double offensive de la forêt et des ronces (Verwilderung), exposées à l’érosion des sols en Hesse, menacées en Alsace par suite de l’abandon des fascines du Rhin. Or longtemps ces terres ne peuvent pas être défrichées – il faudrait pour cela des bras, du bétail, de l’argent – pour trois raisons : parce qu’on manque de main-d’œuvre certes, parce que l’outil de production est cassé, enfin parce que la motivation fait défaut. On a incriminé à juste titre, les facteurs psychologiques s’ajoutant aux contraintes conjoncturelles, un certain « malthusianisme agraire » qui pousse les paysans à ne produire que le strict nécessaire à partir du moment où tout excédent, par le jeu des réquisitions et fourragements, risque d’être confisqué par l’armée : les charrois de grains, de paille ou de foin qui s’acheminent vers les magasins et les dépôts de villes fortifiées, telles que Brisach, sont perdus pour la consommation des hommes et des bêtes des communautés rurales58. C’est ainsi que le tiers des superficies cultivables est en friche en Allemagne orientale, entre le quart et le tiers de l’espace utilisable en Brisgau, ce qui neutralise le gain de terres cultivables obtenu depuis la fin du XVe siècle, tandis que 25 à 50 jusqu’à 70 à 90 % des sols du duché de Weimar sont hors d’usage.

  • 59 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 296.

35Cette réduction des surfaces cultivées ne conduit pas forcément à l’extensification culturale : on pourrait imaginer en effet que les terres réellement mises en culture soient exploitées de façon intensive. On y produit essentiellement des grains – ces « chers blés » et ce « très cher pain » évoqués par les textes –, car les ressources emblavées ou engrangées n’offrent pas, dans la mesure où il faut compter avec l’armée, la marge de sécurité nécessaire à la survie. Entre 1550 et 1650, on estime la chute de la production à 50-60 %. Aussi, dans le duché de Brandebourg, lors des mauvaises récoltes de 1622-1624, les exportations sont-elles interdites et les importations en provenance de Bohême encouragées. Inversement la Porémanie interdit jusqu’en 1670 l’entrée des céréales polonaises pour protéger la production nationale et les ports de la Baltique, comme Thorn, Koenigsberg ou Dantzig (qui exporte quelque 200 000 tonnes par an), connaissent un réel essor, en particulier lors de la fermeture, entre 1627 et 1630, de l’estuaire de la Vistule par les Suédois59. Dans ces conditions, produit-on autre chose que des grains ? Des légumes assurément, des pois, des fèves et des lentilles, à condition que de telles denrées soient destinées à la subsistance de la population : en Alsace, on boude les carottes et les panais dont l’armée voudrait développer la culture pour répondre à ses propres besoins, tandis que commence à se développer la pomme de terre, substitut du pain, qui résiste bien, par ailleurs, au passage des armées et le maïs, seule céréale panifiable non réquisitionnable. Enfin, curieusement les cultures que nous qualifions, à tort ou à raison, d’« industrielles » – pastel et safran en Alsace, chanvre et lin en Palatinat, garance dans la région de Spire – peuvent certes être considérées comme des plantes spéculatives, mais elles produisent surtout, à condition qu’il subsiste un minimum de commerce, de petits bénéfices sous forme d’argent frais.

  • 60 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 338-340.
  • 61 Ibid. On se reportera à l’étude, ancienne mais primordiale, de François Jacques Himly, « Les conséq (...)
  • 62 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 300.

36La production des denrées comestibles ou immédiatement négociables se fait au détriment de la vigne, qui, en Alsace, en Wurtemberg ou en Hesse, est mal soignée à la suite de la pénurie de main-d’œuvre et de la paralysie des transports60. Quant à l’élevage, il est le parent pauvre de l’économie agraire, puisque les régions touchées par la guerre voient fondre de 10 à 25 % les effectifs des chevaux et des bovins par rapport à l’avant-guerre. Quant aux moutons, ils deviennent les victimes du loup, ce prédateur polyphage qui progresse, en même temps que la forêt, sur l’espace habité. Mais c’est la pénurie des chevaux et des bovins qui est la plus préoccupante : les réquisitions et les fourragements y sont pour beaucoup ; la dépécoration consécutive à l’abandon des pâturages fait le reste. À Jebsheim, en 1674, la crise du fourrage est telle qu’il faut nourrir le bétail à partir de chaume dont on dégarnit les toits. Cercle vicieux : le manque de bétail entraîne la sous-exploitation des terres, privées de labour et de fumure, ce qui limite à son tour le nombre de bêtes nécessaires... Reste à savoir si l’on prend vraiment conscience de la valeur de l’élevage : le pouvoir, soucieux de fournir l’armée en chevaux, pousse au développement des haras, mais le paysan, en période de difficultés, n’a-t-il pas tendance à négliger le bétail61 ? En Frise, entre 1637 et 1648, on affirme préférer la culture à l’élevage parce que les contributions de guerre se mesurent au nombre de têtes de bétail62.

  • 63 Jean Jacquart, « L’endettement paysan et le crédit dans les campagnes de la France moderne » dans E (...)
  • 64 François-Joseph Fuchs, « Bourgeois de Strasbourg, propriétaires ruraux au XVIIe siècle » dans Paysa (...)
  • 65 De Boug, Ordonnances d’Alsace, t. I, p. 187-188 (arrêt du 24 novembre 1690). Voir Georges Livet, L’ (...)
  • 66 Helmut Jäger, op. cit., p. 135-138.

37Car entretenir un cheptel revient cher. Or l’endettement, fort répandu en période normale63, est la plaie des campagnes en temps de guerre. Le paysan se trouve à la fois endetté et dépossédé de sa terre, les deux phénomènes étant liés par le jeu des hypothèques : si ce n’est pas le fond lui-même, c’est le produit des moissons ou des vendanges qui constitue la contrepartie du prêt consenti. Malgré la déclaration impériale de 1654, le montant de l’endettement peut représenter entre deux et dix fois la valeur du patrimoine. Or, après la période de billonnage (« Kipper-und Wipperzeit ») des années 1620, il n’y a plus guère d’érosion monétaire susceptible d’alléger les dettes. Un capital emprunté au début du XVIIe siècle garde donc sa valeur vers 166064, ce qui rend l’amortissement très difficile au moment où le prix de la terre hypothéquée s’effondre : c’est pour une bouchée de pain qu’il faut se défaire de sa terre (« Klossäcker », « Schmergründe », « Brodwiesen »). Comme les particuliers, les communautés se ruinent à rembourser l’équivalent de deux fois la somme empruntée. Lorsqu’une miche de pain vaut le prix d’un arpent de vigne, lorsqu’on tire d’un bassin de cuivre de quoi acheter une vache, lorsqu’on loue une paire de bœufs pour 14 à 15 sacs de grains, ce qui porte le remboursement au-delà de la valeur des bœufs eux-mêmes, la situation devient catastrophique... Il existe bien entendu des prêteurs d’argent, toujours disposés à profiter de la situation : entre 1679 et 1689, les Busier Geldherren prêtent à 5 %, mais les bourgeois de Strasbourg – c’est ce qu’écrit Louvois à l’intendant en 1682 et ce que confirme en 1690 un arrêt du Conseil souverain – avancent de l’argent à un taux de 30, 50, voire 80 %, compte tenu de la mainmise sur le produit des moissons et des vendanges65. Il en résulte l’extension de certaines propriétés par un phénomène, généralement provisoire sauf en Allemagne orientale, de concentration et de transferts fonciers au profit des non ruraux66. Un hectare de bonne terre vaut en Alsace, pendant la guerre de Trente Ans, entre 100 et 200 livres tournois ; à la fin du XVIIe siècle, il vaut le double et rapporte de 20 à 30 livres par an. On aurait tort de ne pas en profiter. Encore faut-il pouvoir l’acheter au bon moment et avoir les moyens de le mettre en culture.

L’angoisse et le recours

  • 67 Jacques de L’Hermine, Mémoires de deux séjours en Alsace 1674-1676 et 1681, éd. Mulhouse, 1886, p.  (...)

38La situation est telle qu’il n’y a guère de remède en ce bas monde, semble-t-il, à l’angoisse qui tenaille le villageois. Que l’on imagine la ruée de plusieurs milliers de Croates ou, comme à Jebsheim en 1678 (et ce n’est guère mieux), l’incursion des 40 000 hommes du maréchal de Créqui : c’est la panique, alimentée par ailleurs par la mémoire collective, toujours prête à faire remonter en surface les horreurs du passé. « On saute du lit », nous dit-on à Stausebach, à la moindre alerte. C’est dans « la crainte » et les « tremblements » (« mit Furcht und Zittern ») que les semailles sont faites et la moisson rentrée à Jebsheim en 1652... Et L’Hermine, fonctionnaire royal de passage en Alsace, nous décrit les habitants d’Altkirch en 1675 : ils « tremblent comme des lièvres » à l’annonce du détachement le plus inoffensif et s’empressent d’enfermer « toutes leurs volailles et autre chose de facile prise67 ». Cette angoisse n’a de comparable que celle de l’exode (que l’Alsace a une nouvelle fois connue en 1940) : être contraint à quitter sa maison et son contenu laissés sans défense, abandonner sa terre que des générations ont arrosée de leur sueur ou un cheptel auquel on est attaché, sont des démarches qui ne peuvent se faire qu’au prix d’un véritable déchirement et qui laissent de profondes traces psychologiques. Cette angoisse donne lieu à trois types de manifestations :

  • la quête de tout signe prémonitoire : un orage particulièrement violent, une sonnerie de cloches qui s’emballe, le passage d’une comète (en 1652, 1680, 1682) n’augurent rien de bon, peut-être une famine, une nouvelle guerre, mais Dieu est seul à connaître la signification de tels signes ;

  • un sentiment aigu de culpabilisation : l’occupation de Stausebach par les Suédois, en 1632, nous dit Caspar Preis, est un châtiment en réponse aux péchés accumulés ; on fait donc repentance et, en 1654, pour exorciser le malheur, on brûle trois sorcières... Instaurés entre 1634 et 1640 à Oberammergau en Bavière, suite à un vœu collectif, les jeux de la Passion s’inscrivent dans ce contexte à forte connotation doloriste... ;

    • 68 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 347.

    enfin le recours au divin par une démarche tantôt propitiatoire, tantôt expiatoire, tantôt gratulatoire, s’exprime dans cette inscription gravée au-dessus du bénitier de l’église de Turckheim en Alsace (« Le Suédois est venu, il a tout emporté. Que Dieu ait pitié, quelle misère ! ») ou dans le discours religieux68 du tout proche pasteur de Jebsheim (« Fasse Dieu que tout reste ici », « Dieu, préserve nous et ne considère pas nos péchés », « Que Dieu ne nous punisse pas dans sa fureur », « La paix est revenue grâce à la miséricorde de Dieu »...). Il faut bien reconnaître que les réactions de l’Église ne vont guère au-delà de telles déclarations. Que fait-elle pour défendre le « droit des gens » contre le « droit de la guerre » ? Rien, pas davantage que l’État qui cherche, au contraire, à tirer prestige et profit de la guerre...

***

39Quand les églises se reconstruisent, quand les autels se relèvent, quand les cloches retrouvent leur place, la « reconstruction » est en marche. Le retour à la paix s’accompagnera certes d’un relèvement de longue durée, inégal dans ses effets, que les économistes auraient tendance à considérer comme un simple rééquilibrage, comme un retour du balancier et souvent comme un retour à l’âge d’or des temps anciens, grâce à des phénomènes compensateurs qui agissent en sens inverse des précédents. Certes, mais n’est-ce pas oublier l’homme, cet être en chair et en os qui a traversé de telles épreuves, parfois sur plusieurs générations ? Et c’est encore l’homme qui procédera à la reconstruction, même si cette dernière s’inscrit dans des mesures officielles particulièrement incitatives : après quoi, il faudra retrousser les manches pour rebâtir, piocher et planter (« bauen, graben, pflanzen », selon l’expression de Maurice de Nassau-Siegen, le gouverneur prussien du duché de Clèves). Concrètement, Caspar Preis achète son premier cheval en 1651, construit un nouveau bâtiment d’exploitation en 1657...

40La guerre, loin d’être un accident de la conjoncture ou un épiphénomène, s’inscrit dans la longue durée et modifie, à long terme, les structures de la propriété, de la société, de l’économie. Elle est d’autant plus durement ressentie au quotidien par la population qu’elle n’agit pas seule ni de façon autonome : relevée par la litanie des saints, la trilogie guerre-peste-famine n’est pas un mythe. Il ne faut donc pas hésiter, par une authentique recherche croisée, à relever, de façon quelque peu artisanale, toutes les informations possibles, y compris dans les chroniques ou les romans, et à les confronter entre elles.

41Il n’en reste pas moins que l’espace germanique offre l’exemple extrême de l’impact que peut avoir une « guerre totale » : débourser, travailler, loger et nourrir, tel est le lot des villageois qui la vivent au quotidien. On rappellera, pour finir, la parole désabusée, presque désespérée, de ce paysan wallon de la région de Liège qui déclarait en 1636, après avoir assisté à l’incendie de sa ferme, au viol puis à l’assassinat de sa femme : « La moelle me sort des os... »

Notes

1 Günther Franz, Der dreissigjährige Krieg und das deutsche Volk. Untersuchung zur Bevölkerung und Agrargeschichte, Stuttgart, éd. G. Fischer, 1943, rééd. Iena, 1979. Georges Livet, L’Intendance d’Alsace sous Louis XIV (1648-1715), Strasbourg-Paris, éd. Le Roux, 1956, rééd. Strasbourg, Presses universitaires, 1999, et La guerre de Trente Ans, PUF, Que sais-je ?, 1963, dern. éd., 1994.

2 Jean-Michel Boehler, « L’agriculture dans l’Europe médiane du XVIe au XVIIIe siècle » dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, L’Agriculture en Europe occidentale à l’époque moderne, Paris, Belin-Sup, 2000, p. 257-409.

3 Arch. dép. Haut-Rhin E dépôt 30 et EE 2/10-35 : requête des habitants de Guémar, s.d., 1673-1674.

4 Ibid., 25 J 165 (Sainte-Croix-en-Plaine).

5 Camille Oberreiner, « Notes et documents. Comment, en 1673, les Cernéens, pris de peur, mirent leurs trésors à l’abri en Suisse », Revue d’Alsace, 1929, p. 711-712.

6 Voir infra note 29.

7 Raymond Oberlé, La République de Mulhouse pendant la guerre de Trente Ans, Strasbourg, publ. de la Faculté des lettres, 1965.

8 André Corvisier, Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1798, Paris, PUF, 1976, Les Hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985 et La guerre. Essais historiques, Paris, PUF, coll. « histoires », 1995. Voir également, sous la direction d’André Corvisier, Histoire militaire de la France, t. I, Paris, PUF, 1992.

9 Geoffrey Parker, The Thirty Year’s War, Londres, 1984, trad. franç. Paris, Aubier, coll. « Histoire », 1987.

10 Franco Cardini, La Culture de la guerre, XIe-XVIIIe siècle, traduit de l’italien, Paris, Gallimard, 1992.

11 Volker Press, Kriege und Krisen, Deutschland 1600-1715, Munich, éd. Beck, 1991.

12 Jean-Michel Boehler, Une Société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, Presses universitaires, 1994-1995, t. I, p. 224-232.

13 Arch. dép. Haut-Rhin E 1144 (Guémar, 1673-1674).

14 Franco Cardini, op. cit., p. 190.

15 Voir note 28.

16 Georges Livet, Guerre et paix de Machiavel à Hobbes, Paris, A. Colin, 1972. Lucien Bély et al, Guerre et paix dans l’Europe du XVIIe siècle, Paris, SEDES, coll. « Regards sur l’histoire », 2 vol., 1991.

17 Ernest Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, Paris, Dalloz, 1933, 2 vol., rééd. Montreux, éd. Des Archives contemporaines, 1984.

18 Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunktur vom 13. Bis zum 19. Jahrhundert, Berlin, éd. Paul Parey, 1935 et Crises agraires en Europe (XIIIe-XIXe siècle), Paris, éd. Paul Parey, 1973. Id. Massenarmut und Hungerkrisen im vorindustriellen Deutschland, Gottingen, éd. Vandenbroecke/Ruprecht, 1972 et Hambourg, éd. Paul Parey, 1974. Günther Franz, Geschichte des deutschen Bauernstandes dans G. Franz (dir.), Agrargeschichte, Stuttgart, éd. E. Olmer, t. IV, 1970.

19 Jean-Michel Boehler, « Les conséquences à long terme des guerres du XVIIe siècle en Alsace : pour l’élaboration d’un modèle rhénan » dans A. Corvisier/J. Jacquart (dir.), Les Malheurs de la guerre, Paris, éd. du CTHS, 1996, p. 201-217. Id., « La reconstruction agraire en Europe (1648-1725). Concept et réalité » dans G. Livet/J-P. Kintz (dir.), 350e Anniversaire des traités de Westphalie (1648-1998). Une genèse de l’Europe, une société à reconstruire, Strasbourg, Presses universitaires, 1999, p. 289-298. Id., « La reconstruction agraire au lendemain des guerres du XVIIe siècle. L’exemple de la campagne alsacienne (1648-1725) », Enquêtes rurales, Cahiers de la recherche en sciences humaines de Caen, 7, 2000, p. 7-34.

20 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 308-334.

21 Jean Jacquart, La Crise rurale de l’Ile de France, Paris, A. Colin, 1974.

22 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 290-307 et 339-340.

23 Hans Schulz, Der dreissigjährige Krieg, Leipzig et Berlin, éd. Teubner, 1917, t.I, p. 38-41 et 85-115.

24 Ingomar Bog, Die bauerliche Wirtschaft im Zeitalter des dreissigjährigen Krieges. Die Bewegungsvorgänge in der Kriegswirtschaft nach den Quellen des Klosterverwaltamtes Heilsbronn, Schriften des Instituts für fränkische Landesforschung an der Universitat Erlangen. Historische Reihe, Bd. 4, Erlangen, éd. Veste, 1952.

25 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. III, p. 2015-2016 (liste non exhaustive).

26 Chronique de Jebsheim 1633-1705 (Arch. dép. Haut-Rhin, registres paroissiaux et A. Birkel, dactyl.). Les passages les plus intéressants sont de la plume des pasteurs Ecard (à partir de 1633) et Nardin (à partir de 1673).

27 Rodolphe Reuss, éd. et trad., La Chronique strasbourgeoise du peintre Jean-Jacques Walter pour les années 1672-1676, Paris-Nancy, éd. Berger-Levrault, 1898.

28 Wilhelm A. Eckhardt/Helmut Klingelhöfer, éd., Bauernleben im Zeitalter des dreissigjahrigen Krieges. Die Stausacher Chronik des Caspar Preis, 1636-1667, Marburg an der Lahn, éd. Trautvetter/Fischer, 1998.

29 ... « allemand, c’est-à-dire Melchior Sternfels de Fuchstein, où il est dit de quelle manière il est venu au monde, ce qu’il a vu, appris, expérimenté, souffert et pourquoi il a volontairement quitté ce monde... ». Voir Grimmelshausen. Les Aventures de Simplicissimus, traduit de l’allemand par Jean Amsler, Paris, Fayard, 1990.

30 Ibid. p. 8 (préface de Pascal Quignard).

31 Paulette Choné, « Les Misères de Jacques Callot ou le témoin théoricien » dans G. Livet/J-P. Kintz, 350e Anniversaire des traités de Westphalie..., op. cit., p. 311-321.

32 Yves Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, éd. Hachette, 1976.

33 Les Aventures de Simplicissimus...., op. cit., livre premier, chap. IV, p. 26-28.

34 Voir supra note 26.

35 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 168-176 et Willi A. Boelcke, Wirtschaftsgeschichte Baden-Württembergs von den Romern bis heute, Stuttgart, éd. Konrad Theiss, 1987.

36 Les Aventures de Simplicissimus..., op. cit., livre premier, chapitre IV, p. 27.

37 Ingomar Bog, op. cit., p. 109-119.

38 Arch. dép. Haut-Rhin E 1454 (Jebsheim, mai 1674).

39 Arch. mun. Strasbourg VI 182/1 (octobre 1677) et Louis Klock, Marlenheim. Historische Skizze, Colmar, 1948, p. 42 (Marlenheim, 1677).

40 Raymond Oberlé, « Étude sur l’histoire de Mulhouse à l’époque de Louis XIV », Bulletin du Musée historique de Mulhouse, 1963, p. 115 (rapport du Magistrat de Mulhouse à l’intendant de La Grange, novembre 1690).

41 Pierre Edgar Maurer, « Les vicissitudes de la guerre de Trente Ans à Horbourg », Archivw 3, 1977, p. 93. Voir Jean-Baptiste Ellerbach, Der dreissigjahrige Krieg im Elsass (1618-1648) nach archivalischen Quellen dargestellt und mit zahlreichen zeitgenossischen Abbildungen versehen, Carspach, éd. Bethsaida, 3 vol., 1912, 1925 et 1928.

42 Rodolphe Reuss, La Chronique strasbourgeoise..., op. cit., p. 162-163 et 174-175 et, pour la Haute-Alsace, Arch. dép. Haut-Rhin E 1454.

43 Georges Livet, L’Intendance d’Alsace, op. cit., p. 537, note 4 (lettre du 22 janvier 1675 déposée aux archives de la Guerre à Vincennes).

44 Voir note 23.

45 Les Aventures de Simplicissimus..., op. cit., livre premier, chapitre IV, p. 27-28 et chapitre XIV, p. 46-49.

46 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 234-236.

47 Alfred Straub, Das badische Oberland im 18. Jahrhundert. Die Transformation einer bauerlichen Gesellschaft vor der Industrialisierung, Husum, éd. Mathiesen, 1977. Voir également Wilhelm Abel, Wüstungen in Deutschland. Ein Sammelbericht herausgegeben von Wilhelm Abel, Iéna, éd. G. Fischer, 1943, rééd. Francfort/Main, 1967.

48 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 297-299.

49 D’après Helmut Jäger, « Der dreissigjährige Krieg und die deutsche Kulturlandschaft » dans H.K. Haushofer/W.A. Boelcke, Wege und Forschungen der Agrargeschichte, Francfort/Main, éd. DLG, 1967, p. 130-145.

50 Arch. dép. Bas-Rhin 3 E 213/1 (registres paroissiaux de Hurtigheim, 1643).

51 Jean-Marie Quelqueger, « Les réfugiés à Saverne lors du siège de Mansfeld en 1622 », Pays d’Alsace, Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, 1986/1, p. 1-10.

52 Günther Franz, Der dreissigjahrige Krieg..., op. cit., p. 5-51.

53 André Corvisier, Essais historiques..., op. cit., p. 153.

54 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 299.

55 Arch. mun. Strasbourg, Chambre des Contrats, passim et Arch. dép. Bas-Rhin 6 E, passim (inventaires après décès).

56 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 271-289.

57 Ibid., t. I, p. 233.

58 Ibid., t. I, p. 338.

59 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 296.

60 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 338-340.

61 Ibid. On se reportera à l’étude, ancienne mais primordiale, de François Jacques Himly, « Les conséquences de la guerre de Trente Ans dans les campagnes alsaciennes » dans Deux siècles d’Alsace française, 1648-1848, Strasbourg-Paris, éd. Le Roux, 1948, p. 15-52.

62 Jean-Michel Boehler dans A. Antoine/J-M. Boehler/Fr. Brumont, op. cit., p. 300.

63 Jean Jacquart, « L’endettement paysan et le crédit dans les campagnes de la France moderne » dans Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XVIIe journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, septembre 1995, Presses universitaires de Toulouse-Le Mirail, 1998, p. 283-297 et Antoine Follain, (dir.), L’Argent des villages du XVIIe au XVIIIIe siècle, Actes du colloque d’Angers, octobre 1998, éd. Association d’histoire des sociétés rurales, coll. Bibl. d’histoire rurale, 4, Rennes, 2000.

64 François-Joseph Fuchs, « Bourgeois de Strasbourg, propriétaires ruraux au XVIIe siècle » dans Paysans d’Alsace, Strasbourg, éd. Le Roux, 1959, p. 99-119.

65 De Boug, Ordonnances d’Alsace, t. I, p. 187-188 (arrêt du 24 novembre 1690). Voir Georges Livet, L’Intendance d’Alsace..., op. cit., p. 832-833.

66 Helmut Jäger, op. cit., p. 135-138.

67 Jacques de L’Hermine, Mémoires de deux séjours en Alsace 1674-1676 et 1681, éd. Mulhouse, 1886, p. 108 et 172.

68 Jean-Michel Boehler, Une société rurale..., op. cit., t. I, p. 347.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.