Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu xive-début xve siècle)

Germain Butaud

Texte intégral

  • 1 Pour cette estimation et celles données par la suite, voir Monique Zerner, Le Cadastre, le pouvoir (...)
  • 2 Les gouvernements villageois sont connus en particulier grâce aux registres de notaires. Voir par e (...)

1Le Comtat Venaissin pontifical comportait près d’une centaine de foyers d’habitations. La capitale, Carpentras, en était la seule véritable ville avec une population qui avoisinait au début du XVe siècle les 700 feux1. En dessous, figurait une poignée de communautés urbaines modestes, très modestes même car, n’atteignant pas même les 300 ménages, un seuil les séparait de la capitale. Il s’agissait de la cité épiscopale de Cavaillon, des deux sièges de judicature de Valréas et l’Isle-sur-la-Sorgue et de l’ancienne capitale, Pernes. Aucune solution de continuité n’existait entre ces localités et l’ensemble des villages qui parsemaient densément les campagnes. De gros bourgs, tels Mazan, Monteux ou Malaucène, avaient des populations qui leur étaient très comparables. À l’inverse, un village comme Vaison (80 maisons en 1414) pouvait assumer les fonctions de siège épiscopal. La transition était donc progressive entre les petites villes et les villages qui partageaient en outre une situation juridique commune. Le Comtat du bas Moyen Âge, comme la Provence, était en effet de façon exclusive un pays de syndicat ; le mot de consul en était pratiquement banni depuis le milieu du XIIIe siècle. Toutes les communautés étaient sous tutelle d’officiers pontificaux ou seigneuriaux. La différenciation se faisait par le degré de permanence et d’organisation des syndicats. La plupart des villages ne disposaient que de représentants occasionnels, appelés procureurs, et dotés souvent d’une mission précise (emprunter de l’argent, vendre un impôt, récupérer des dettes, etc.). Les assemblées d’habitants jouaient un rôle essentiel. Quelques villages avaient des équipes municipales mieux établies avec des conseillers et des syndics2.

  • 3 Mais il ne faut pas négliger naturellement le rayonnement économique des villes sur les campagnes.

2Avignon et Carpentras, et à plus forte raison les villes plus petites, n’exerçaient pas de prérogatives juridiques sur une banlieue comme on peut l’observer dans d’autres régions3. Un village, aussi modeste soit-il, d’une dizaine de maisons comme Saint-Roman-de-Malegarde, constituait une entité juridique à part entière. Toutes les communautés sans exception furent ainsi appelées à participer aux assemblées des États quand celles-ci s’instituèrent. Le Comtat Venaissin était donc un pays où les villages occupaient une place privilégiée tant par leur poids démographique d’ensemble que par leur rôle public.

3À partir du milieu du XIVe siècle, ces communautés villageoises durent affronter un nouveau contexte militaire qui les sollicita de multiples façons. Il fallut se mettre en état de défense et faire face aux gens d’armes. Les habitants participèrent personnellement et financièrement à l’effort de guerre.

Fortification et mise en défense des villages

Le mouvement de fortification

  • 4 Il manque une étude archéologique portant sur l’espace contadin aux XIe-XIIIe siècles, mais on peut (...)
  • 5 Robert André-Michel, « Le développement des villes dans le Comtat Venaissin. Avignon au temps des p (...)

4Au milieu du XIVe siècle, le Comtat Venaissin, à l’instar du Languedoc et de la Provence, était déjà un pays de villages fortifiés. Si le processus d’incastellamento reste à étudier4, il est attesté par la morphologie et le parcellaire de plusieurs localités, par des vestiges, comme ceux que l’on voit à Saint-Saturnin-lès-Apt, Bonnieux ou Châteauneuf-de-Gadagne, et par la documentation ultérieure qui évoque de « vieux murs ». Cependant, au milieu du XIVe siècle, ces barris étaient en plusieurs endroits débordés par les populations des faubourgs. Tel était le cas à Sérignan, au Barroux, à Entraigues par exemple5. La paix et l’essor démographique avaient amoindri la valeur défensive des enceintes primitives.

  • 6 Noël Coulet, « Le livre de raison de Guillaume de Rouffilhac (1354-1364) » dans Genèse et débuts du (...)
  • 7 Ferdinand et Alfred Saurel, Histoire de la ville de Malaucène et de son territoire, Avignon, 1882, (...)
  • 8 Abbé F. Bruyère, Recherches historiques sur Sarrians, Avignon, 1869, p. 21-23, 134-136.
  • 9 ADV : 3 E 38/3, f.lv-2v, 4v-6r, 19r-19v (1370) ; 3 E 38/4, f.l01r-101v, 108r (1374) ; 3 E 38/12, f. (...)

5Le début du mouvement de fortification peut être daté précisément de 1357, quand les troupes de l’Archiprêtre firent leur entrée dans la région. C’est alors que les deux principales villes pontificales, Avignon et Carpentras, commencèrent à ériger leur nouvelle enceinte. Mais cette mise en défense concerna tout autant les villages et en particulier les bourgs. Le recteur, Guillaume de Rouffilhac, assista à la pose de la première pierre des nouveaux remparts de Monteux (2 octobre 1358) et de Mazan (17 mars 1359)6. À Malaucène, le portail inauguré en 1363 fut construit sur l’ordre du recteur Philippe Cabassole et du capitaine général du Comtat7. Le mouvement de fortification concerna sans doute toutes les localités même si la documentation privilégie certains villages. À Sarrians (81 maisons en 1414), le prieur, qui était seigneur du village, s’entendit en 1364 avec les habitants pour fortifier l’église et la maison claustrale, qui devaient servir de forteresse refuge en cas d’alarme. Mais en 1371, cette fortification ne fut plus jugée suffisante et la communauté décida d’entourer le village d’un rempart flanqué de tours et de fossés8. Pour Velleron (40 maisons en 1414), en revanche, les travaux ne consistèrent qu’en une réfection des anciennes défenses : entre 1368 et 1370, on combla une brèche de 12 cannes (24 mètres environ) dans la muraille ; en 1374, deux bretèches de pierre furent construites, puis en 1376, avec le danger des Bretons, une restructuration du village fut entreprise. La communauté se préoccupa de reloger dans la fortia, la partie fortifiée du village, les hommes du faubourg qui n’y avaient pas de maisons ; un nouveau puits fut creusé dans cette zone refuge et on décida de raser les maisons du faubourg9. Par la suite, il ne semble pas y avoir eu de travaux d’ampleur.

  • 10 En 1395, les gens de Robion décidèrent d’agrandir notablement leur enceinte grâce à un prix-fait po (...)
  • 11 Pour un relevé des travaux de fortifications attestés par les sources écrites, je me permets de ren (...)
  • 12 Outre les témoignages monumentaux, on peut noter une allusion à la porte et à la muraille de Buisso (...)

6Même si chaque village avait son propre rythme de fortification10, il est certain que ce fut dans les années 1360-1390 que l’activité constructrice fut la plus vive11, comme dans les régions limitrophes. Cette période fut marquée par une refonte profonde des défenses villageoises. Les remparts furent repris ou construits ex nihilo, à tel point qu’il apparaît qu’au début du XVe siècle, un village ne comportant qu’une vingtaine de maisons pouvait être fortifié, comme Buisson ou même Méthamis12. L’idée d’une autonomie défensive des villages était donc forte. En outre, les fortifications de cette époque paraissent de qualité si l’on en juge aux portailstours, appareillés en pierre de taille, qui subsistent à Aubignan, Sainte-Cécile, Mornas ou Vaison.

  • 13 Il est possible, à partir d’une documentation hétérogène, de relever au moins quinze tournées d’ins (...)
  • 14 Cf. Ibid., p. 478-493.

7Cette transformation du paysage monumental avait été initiée par les autorités pontificales qui faisaient inspecter régulièrement les fortifications13. Mais pour ce qui est du financement des travaux, si l’on excepte le cas de Lapalud dont l’enceinte fut payée en partie par la papauté, et quelques avances d’argent, la quasi-totalité des fonds provenait des impo sitions municipales. Le coût des enceintes incombait aux communautés et les habitants étaient appelés à décider les levées d’impôt adéquates14.

La mise en alerte des villages

  • 15 ADV : Archives communales de (dorénavant AC) Venasque : BB 15, f.16r-16v.
  • 16 AC Bonnieux : BB 1, f.51v-53v (9 septembre 1386).

8La mise en alerte des villages est le complément de tous les efforts déployés dans le domaine des fortifications. Les mouvements de troupes étaient signalés de proche en proche, entre les localités, et par les soins de l’administration pontificale. Les lettres de mise en garde étaient sans doute les lettres administratives les plus communes. En période de danger, il en arrivait plusieurs par année15. Ces lettres pouvaient prendre la forme de véritables ordonnances comprenant tout un ensemble de mesures, comme le montre en détail le registre de délibérations de Bonnieux16.

  • 17 ADV, 3 E 38/73, 1395, f.36r-36v ; 3 E 38/73bis, f.lv-2r, 4v-5r,7r, 8r, 16r-16v, 23r (1395-1396, Cau (...)
  • 18 Lucien Gap, « Oppède au Moyen Âge et ses institutions » dans Congrès des Sociétés savantes de Prove (...)
  • 19 ADV : 3 E 38/73, 1395, f.42r (3 décembre 1395).
  • 20 ADV : AC Venasque : BB 15, f.64r (19 février 1393).

9Chaque village se devait d’assurer un guet et une garde résolus pour sa sécurité et celle de tout le pays. Les incursions ennemies étaient signalées aux localités voisines par le son des cloches, par des feux et des fumées. En temps de crise, les villages prenaient même à gages une gacha, qui se postait sur une tour ou un clocher, ou une bayeta, terme employé pour les guetteurs installés dans le territoire communal, sur les hauteurs environnantes17 La nuit, le guet était assuré gratuitement par les villageois. Avec l’alourdissement de ces astreintes, des litiges s’ouvrirent dans quelques localités à ce sujet avec les nobles18. En cas de graves menaces, des gardes stationnaient aux portails comme à Caumont en décembre 1395. Alors que le pays était en proie à des compagnies d’Armagnacs, huit villageois devaient rester au portail pour leur répondre et leur donner des victuailles19. Mais généralement deux hommes suffisaient à garder l’entrée d’un village20.

  • 21 AC Bonnieux : BB 1, f.51v-53v.

10Les habitants devaient aussi se tenir prêts à défendre leur village les armes à la main. Des inspections contrôlaient s’ils avaient l’armement correspondant à leur richesse. Les arbalètes, municipales ou en mains privées, et la maigre artillerie des villages devaient être en état de marche. Sur les coursières des murailles, on rassemblait des pierres de toutes tailles pour les jeter au besoin contre les agresseurs. Enfin, à chaque habitant était attribuée une portion de rempart qu’il avait à défendre en suivant les ordres du dizainier ou du chef de quartier21.

  • 22 Archives nationales : P 1351 no 694, 19 décembre 1393.

11Ainsi, les dispositifs de défenses paraissent cohérents et bien rôdés. S’il pouvait y avoir des résistances, peut-être surtout du relâchement à certains moments, la peur des gens de guerre et les sanctions des officiers se conjuguaient pour rendre la mise en défense efficace. La première bulle de Clément VII qui engageait les procédures d’excommunication contre Raymond de Turenne soulignait d’ailleurs que les villages de Pierrelatte, Visan, Ménerbes et Robion avaient été attaqués mais n’avaient pas été pris grâce à la vigilance de leurs habitants22.

Des villages éprouvés par la guerre

Les villages, cibles des gens d’armes

  • 23 Matteo Villani, Cronica, con la continuazione di Filippo Villani, éd. Porta (Giuseppe), Parme, 1995 (...)
  • 24 AC Carpentras : BB 23, f.21bisr, 50v, 114v, 167v ; BB 24, f.34v, 35r, 85r ; ADV : C 139, f.46v, 57r (...)

12La guerre qui sévit dans la région comtadine était faite de déprédations et de rançons beaucoup plus que d’épisodes sanglants. On ne connaît pas de massacres comme il y en eut au cours de la guerre de Cent Ans dans d’autres régions ou en Comtat pendant les guerres de religion. Si la vie des hommes semble relativement épargnée, les campagnes et les villages n’en étaient pas moins durement éprouvés. Les villages étaient parmi les premières cibles des hommes de guerre, qui ne s’attaquaient qu’exceptionnellement aux villes. Ainsi en 1361, une compagnie espagnole s’empara par surprise de Vaison avant d’en être chassée par les habitants des alentours23. Méthamis, le plus petit village fortifié du Comtat comme nous l’avons vu, fut particulièrement menacé. Entre 1396 et 1407, Carpentras et les États se préoccupèrent à plusieurs reprises de sa garde en y envoyant quelques hommes aux moments d’alerte24. L’inquiétude des autorités était qu’un village devienne un repaire d’ennemis. De fait, à l’époque de Raymond de Turenne, plusieurs centres de razzias, situés en Provence et en Valentinois, tenaient le Comtat sous leur emprise.

  • 25 G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (cité note 11), p. 629-633.

13La documentation éclaire la pression que subissaient alors les habitants. Les gens d’armes tendaient des embuscades ou faisaient des raids, s’emparant de bétails et des prisonniers. Les registres de notaires contiennent en assez grand nombre des actes relatifs à des affaires de rançons. Un cas de figure habituel était que l’épouse d’un prisonnier fût contrainte de vendre une terre, une vigne, une maison pour pouvoir obtenir l’argent de la finansa de son mari25. On saisit ainsi comment des foyers pouvaient être ruinés par les gens de guerre.

  • 26 Ibid., p. 633-642.

14De la même façon, villes et villages souffraient des patis et des représailles émanant des troupes installées dans la région. Ces paiements étaient intempestifs et relativement peu négociables. Un prisonnier échappé, un cheval ou un valet de la garnison ennemie pris par les villageois pouvaient donner prétexte à une marque. Même si les communautés étaient dans leur bon droit, ces affaires se concluaient presque toujours par un arrangement financier « pour éviter de plus grands périls26 ». Cette présence des gens de guerre, maîtres des campagnes, frappa durement les localités les plus fragiles.

Guerre et abandons de villages

  • 27 Pour la question des villages abandonnés en Comtat, cf. M. Zerner, Le Cadastre, le pouvoir et la te (...)

15La peste jouait un rôle primordial dans l’affaiblissement démographique des localités. Mais dans la plupart des cas, il semble que la guerre ait été le facteur décisif des abandons de villages27.

  • 28 AC Carpentras : CC 153, f.21v, 40 r ; CC 154, f.93r-97r, 160v-165v.
  • 29 AC Carpentras : BB 22, f.42r-44v.
  • 30 AC Carpentras : BB 22, f.44v, 106r, 128r-129r ; BB 23, f.16v, 16bisv-17r, 19r-v, 21v, 21bisr, 46r-5 (...)
  • 31 AC Carpentras : BB 19, f. 13v, 14r, 58r, 59v ; DD 8, f.5v ; AC Pernes-les-Fontaines : CC 21, 1392-1 (...)

16Quelques communautés firent les frais de la réorganisation défensive. Les autorités supervisèrent ainsi en 1368 la destruction de l’enceinte de Serres, trop proche de Carpentras28. La localité fut lentement délaissée et son territoire fut finalement intégré à celui de la capitale en 1414. De même, Piécard disparut précocement au bénéfice de Sarrians. D’autres lieux-dits, de peu d’importance et non fortifiés, comme les hameaux de Saint-Jean et Saint-Pierre-de-Vassols, furent désertés et servirent dès lors d’étapes pour les troupes de passage. Dans certains cas, un épisode guerrier fut à l’origine de la désertion. C’est ce que l’on peut supposer pour Eyroles, abandonné à l’époque de Raymond de Turenne, sans autres détails. Pour Saint-Saturnin-lès-Avignon, des occupations répétées entre 1383 et 1388 furent à l’origine de l’exil de la population et le village resta inhabité jusqu’aux années 1440. Le sort de Lafare, au nord de Carpentras, est bien documenté. En janvier 1396, cette petite localité tomba aux mains de troupes ennemies29. Les autorités eurent du mal à juguler ce foyer de troubles. Après un siège intermittent, il ne fut récupéré qu’en août 1397 et l’on entreprit aussitôt sa destruction, parachevée en 1402 et 1403 à l’occasion de nouvelles menaces30. Un sort similaire toucha deux villages frontaliers du Comtat, qui restèrent inhabités au lendemain de leur prise par les armées du pape : Mérindol en Provence, assiégé en 1393 et Savasse en Valentinois, recouvré et démantelé l’année suivante31.

17Tout compte fait, une trentaine de localités comtadines furent désertées, de façon définitive ou temporaire, entre 1360 et 1440. Ce chiffre, important, témoigne de l’impact de la guerre sur la déprise rurale mais il doit être relativisé car il ne recouvre que des hameaux et de très petits villages.

La mobilisation des sociétés villageoises

18Pour l’administration pontificale, les habitants devaient, comme nous l’avons vu, d’abord se mobiliser dans la mise en défense de leur village. Mais l’effort de guerre était bien plus pesant, pour les hommes et les structures administratives.

Les réquisitions d’hommes : les contingents communaux

  • 32 Il y eut ensuite entre 1414 et 1443 sept ou huit convocations. Voir la catalogue des mobilisations (...)
  • 33 ADV : AC Entraigues : BB 1, f.llr-17v.
  • 34 Précisons qu’Entraigues était taxé pour dix hommes, mais qu’un des soldats choisis fit défaut, en n (...)
  • 35 Ils avaient tous un gippon, une cotte de mailles et une cervelière, puis leur arme spécifique, arba (...)
  • 36 ADV : 3 E 38/12, f.72r-77r.
  • 37 ADV : 3 E 38/19, f.39v-40r (1389).

19À partir des années 1370, la papauté sollicita les contingents communaux du Comtat avec une fréquence inédite, puisque vingt réquisitions sont attestées entre 1375 et 1411, le plus souvent pour mener des sièges de garnisons hostiles32 En règle générale, les effectifs oscillaient entre cent et trois cents hommes, mais il est remarquable qu’à trois reprises (en 1384, 1391 et 1394) mille piétons environ furent levés dans un pays qui ne devait pas compter plus de 25 000 âmes. C’est dire que nombreux furent les villageois de cette époque à se faire soldats, l’espace de quelques jours ou quelques semaines, en servant comme lanciers, arbalétriers ou pavesiers, très exceptionnellement comme cavaliers. Chacun devait se rendre correctement équipé à la montre générale, sous peine d’amendes. Un compte rendu précis, conservé pour Entraigues en 1384, permet de constater que les ordres étaient appliqués scrupuleusement33. Ainsi, après la venue d’un commissaire pontifical, les villageois surent se mobiliser en cinq jours et choisir en leur sein, équiper (en se prêtant des armes et en en achetant à Avignon) et solder neuf piétons qui rejoignirent Cavaillon où s’assemblait l’armée destinée au siège de Lançon en Provence34. Ces hommes disposaient d’un armement très convenable35, bien loin de la mauvaise image attachée traditionnellement aux contingents communaux. Les inventaires après décès confirment cette impression d’une population couramment armée, parfois même « suréquipée ». Tel habitant de Velleron, Pierre Maenque, laissait en 1390 un armement complet : un gippon appelé « jaque », une épée, un pavois, une arbalète, un demi-glaive (lance courte), un bouclier36. Bertrand Bertolomieu, un notable de Maubec, village n’ayant pourtant pas plus d’une trentaine de maisons, disposait de tout un arsenal : deux cervelières, un bouclier, une bonne cotte de mailles, un bon gippon, une bonne jaque, une arbalète avec treize viretons, un baudrier, un gorgerin de mailles, un pavois, une chavarina (une arme d’hast)37.

La mobilisation fiscale et administrative

20Les dépenses engagées par les communautés pour leurs contingents (achats d’armes, avances de soldes) ne constituaient qu’une infime partie d’un effort financier de grande ampleur. En effet, en Comtat comme dans bien des régions, la guerre suscita une fiscalité nouvelle tant au niveau des localités que du pays. Le financement des fortifications joua un rôle moteur dans cet essor des impôts municipaux. Ensuite, les tailles générales pesèrent de plus en plus. Celles-ci étaient octroyées à l’issue de la réunion des Trois États, dont les attributions connurent leur apogée durant le Schisme. Les recettes servaient à subventionner l’effort de guerre, à payer les armées de défense, à monnayer le départ des ennemis.

  • 38 ADV : 3 E 38/13, f.86v-87r (20 janvier 1396).

21À l’échelle de chaque village se mit donc en place un système fiscal, reposant sur des tailles mais aussi sur une gamme d’impositions très présentes en Comtat, qui portaient sur le revenu des habitants et l’activité économique, les vingtains et leurs dérivés (dizains, quinzains, trentains, quarantains). Le petit village des Taillades emprunta ainsi à Cavaillon ses chapitres du vingtain38. Les communautés les plus modestes apprirent à désigner des collecteurs d’impôt, des auditeurs de comptes, des trésoriers. De façon fréquente, elles nommaient des procureurs pour garantir envers les autorités le paiement des cotes fiscales, en se constituant otage, ou pour emprunter de l’argent à Avignon. À l’inverse, les acheteurs des vingtains pouvaient être des marchands de la cité des papes.

  • 39 Ainsi le parlement public du petit village du Barroux fut convoqué par le baile par ordre du régent (...)
  • 40 ADV : 3 E 38/73bis, f.2r-v. (8 janvier 1396, Caumont).

22Les communautés villageoises, acclimatées à l’impôt, étaient des acteurs à part entière de la vie publique locale. À chaque convocation des États, les bailes des localités sans institutions permanentes recevaient Tordre de réunir les habitants afin qu’ils désignent leurs représentants39. Ceux-ci étaient aussi présents lorsque Ton examinait les comptes des collecteurs des tailles générales40.

  • 41 ADV : 3 E 38/73, 1395, f.36r-45r ; 3 E 38/73bis, f.lv-19v.
  • 42 F. et A. Saurel, Histoire de la ville de Malaucène (cité note 7), t. I, p. 119-120 ; t. II, p. XXXV (...)
  • 43 AC Bonnieux : BB 1, f.lv-2r (lettre du 27 juin 1384).

23Ces temps de guerre furent donc propices au développement administratif des villages. De plus, le danger induisait directement la réunion des assemblées d’habitants. Grâce à un notaire instrumentant pour un coseigneur de Caumont, on sait que les habitants de ce village furent convoqués au moins à vingt-trois reprises entre novembre 1395 et avril 1396, soit une moyenne de près de quatre assemblées par mois. Il avait fallu faire face au danger imminent des compagnies et participer à la vie politique et fiscale du pays41. D’autres villages gagnèrent des institutions plus stables à cette époque, des syndics permanents au lieu de procureurs. Ainsi, Malaucène reçut en 1365, juste avant l’arrivée de Compagnies, l’autorisation d’élire deux syndics et huit conseillers, ce qui fut renouvelé en 1376, au temps des Bretons42. Bonnieux attendit 1384 pour être doté d’un conseil, grâce à des lettres du recteur43. L’écart institutionnel entre les villages et les villes se réduisit ainsi progressivement.

24Une conséquence importante du climat de guerre fut enfin la formation, au sein des villages, d’un groupe d’« administrateurs », habitués aux charges publiques et militaires. Pour les offices de capitaines, les nobles étaient en général choisis, ce que l’on remarque à Velleron, Bonnieux ou Venasque, par exemple. Assumer au jour le jour la responsabilité de la sécurité du village était sans doute un moyen pour eux de préserver leur capital social. À leurs côtés, une élite villageoise se mit en valeur. Des notaires, des artisans (forgerons, fustiers, lapicides), de riches paysans consacrèrent une part de leur temps à gérer les finances communales, à participer aux États et assumer de nombreuses missions pour la communauté. Le développement de la vie publique, attisée par les impératifs de la guerre, participa ainsi à la genèse d’un milieu de notables.

***

25À l’issue de ce rapide tour d’horizon, il apparaît que la période de guerre qui sévit entre le milieu du XIVe siècle et le début du XVe siècle fut une épreuve redoutable pour les villages comtadins. Les communautés les plus réduites furent sur le fil du rasoir : certaines disparurent temporairement ou définitivement, d’autres purent se maintenir de justesse. Mais dans l’ensemble, les villages dès qu’ils étaient d’une certaine taille (peut-être une cinquantaine de maisons avant la crise) avaient toutes les chances de subsister et l’armature de l’habitat résista aux troubles. Ce résultat fut obtenu grâce à une reprise en main de tout le système défensif du pays, sous l’effet des injonctions des autorités et de la mobilisation des habitants. Les fortifications connurent une rénovation décisive et de longue portée ; les astreintes du guet et de la garde furent réactualisées comme jamais. Les villages se configurèrent donc à nouveau comme des places fortes, pour supporter une activité guerrière plus intense que celle qui régnait lors de leur fondation, au temps de l’incastellamento.

26Les réquisitions de l’État pesèrent aussi sur les communautés villageoises de façon inédite. Les demandes en hommes et en argent pour assurer la défense locale se répétèrent à tel point qu’elles engendrèrent une vie publique beaucoup plus active, illustrée par de nouveaux impôts, des armées communales et par l’essor des Trois États. Le Comtat Venais sin présente dans ce domaine une originalité certaine car sa petite taille et l’absence de banlieue juridique autour des villes permirent que l’on y applique strictement le principe du Quod omnibus tangit. Enfin, la conjonction des exigences militaires et des besoins financiers eut pour résultante le développement des institutions et des élites villageoises. Les villages, composantes reconnues de la « patrie » comtadine, se rapprochèrent plus encore du modèle urbain.

Notes

1 Pour cette estimation et celles données par la suite, voir Monique Zerner, Le Cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du XVe siècle, Rome, 1993, p. 630-631.

2 Les gouvernements villageois sont connus en particulier grâce aux registres de notaires. Voir par exemple pour Cairanne : Archives départementales de Vaucluse (dorénavant ADV) : 3 E 45/1359,17 novembre 1408 ; 3 E 45/1361, 15 mars 1420 ; pour Maubec : 3 E 38/24, f.77v (1396) ; 3 E 38/40, f.7v-8r, 19v-20r (1417) ; pour Oppède : 3 E 38/30, f.48v-49r (1405) ; 3 E 38/38, f.45v-46r (1417) ; 3 E 38/39, f.11v (1418) ; pour Rochegude : 3 E 45/1360, 8 mai 1414 ; pour Sainte-Cécile : 3 E 45/1360, 24 novembre 1414 ; 3 E 45/1361, 25 janvier 1419, etc.

3 Mais il ne faut pas négliger naturellement le rayonnement économique des villes sur les campagnes.

4 Il manque une étude archéologique portant sur l’espace contadin aux XIe-XIIIe siècles, mais on peut se référer à la Provence voisine. Cf. Gabrielle Demians d’Archimbaud, Michel Fixot, « L’organisation de la campagne en Provence occidentale : indices archéologiques et aspects démographiques (XIe-XVe siècles) », Provence historique, 27 (1977), p. 3-23.

5 Robert André-Michel, « Le développement des villes dans le Comtat Venaissin. Avignon au temps des premiers papes », Revue historique, 118 (1915), p. 303 ; ADV, Annexe de Carpentras : 3 E 26/2406, f.l7v, 18r, 22r, 36v, 37r, 37v (le Barroux) ; Archives vaticanes : Collectoriae 264, f,174v (Entraigues).

6 Noël Coulet, « Le livre de raison de Guillaume de Rouffilhac (1354-1364) » dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident (1362-1394), Avignon, septembre 1978, Paris, 1980, p. 87, n. 22ter.

7 Ferdinand et Alfred Saurel, Histoire de la ville de Malaucène et de son territoire, Avignon, 1882, t. I, p. 227.

8 Abbé F. Bruyère, Recherches historiques sur Sarrians, Avignon, 1869, p. 21-23, 134-136.

9 ADV : 3 E 38/3, f.lv-2v, 4v-6r, 19r-19v (1370) ; 3 E 38/4, f.l01r-101v, 108r (1374) ; 3 E 38/12, f.21r-21v, 26r-27r, 30r, 32v-33r (1376).

10 En 1395, les gens de Robion décidèrent d’agrandir notablement leur enceinte grâce à un prix-fait portant sur 105 cannes [linéaires ?] de muraille, cf. André Dumoulin, Robion. Monographie, Cavaillon, 1976, p. 57. De même, en mai 1416, le seigneur et les habitants de Camaret passèrent contrat avec un maître-maçon pour d’importants travaux, Constant Latour, Camaret en Comtat, Villedieu-Vaison, 1914, p. 24-27.

11 Pour un relevé des travaux de fortifications attestés par les sources écrites, je me permets de renvoyer à ma thèse, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350 - vers 1450), Université de Nice-Sophia Antipolis, 2001, p. 440-441.

12 Outre les témoignages monumentaux, on peut noter une allusion à la porte et à la muraille de Buisson, ADV : 3 E 45/1363, 12 juin 1433.

13 Il est possible, à partir d’une documentation hétérogène, de relever au moins quinze tournées d’inspection entre 1355 et 1410, G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (cité note 11), p. 454-456.

14 Cf. Ibid., p. 478-493.

15 ADV : Archives communales de (dorénavant AC) Venasque : BB 15, f.16r-16v.

16 AC Bonnieux : BB 1, f.51v-53v (9 septembre 1386).

17 ADV, 3 E 38/73, 1395, f.36r-36v ; 3 E 38/73bis, f.lv-2r, 4v-5r,7r, 8r, 16r-16v, 23r (1395-1396, Caumont) ; 3 E 38/13, f.82v-83v, 86v-87r (20 janvier 1396, Les Taillades).

18 Lucien Gap, « Oppède au Moyen Âge et ses institutions » dans Congrès des Sociétés savantes de Provence. Marseille (31 juillet-2 août 1906), Aix-en-Provence, 1907, p. 328-329 (1383) ; ADV : 3 E 38/10, f.8v-10v (Velleron, 1383) ; B 7, f.108r (Ménerbes, 1409).

19 ADV : 3 E 38/73, 1395, f.42r (3 décembre 1395).

20 ADV : AC Venasque : BB 15, f.64r (19 février 1393).

21 AC Bonnieux : BB 1, f.51v-53v.

22 Archives nationales : P 1351 no 694, 19 décembre 1393.

23 Matteo Villani, Cronica, con la continuazione di Filippo Villani, éd. Porta (Giuseppe), Parme, 1995, t. II, p. 546-547 (liv. X, chap. 73).

24 AC Carpentras : BB 23, f.21bisr, 50v, 114v, 167v ; BB 24, f.34v, 35r, 85r ; ADV : C 139, f.46v, 57r ; C 145, f.26v.

25 G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (cité note 11), p. 629-633.

26 Ibid., p. 633-642.

27 Pour la question des villages abandonnés en Comtat, cf. M. Zerner, Le Cadastre, le pouvoir et la terre (cité note 1), p. 200-205, et G. Butaud, Guerre et vie publique..., p. 657-670.

28 AC Carpentras : CC 153, f.21v, 40 r ; CC 154, f.93r-97r, 160v-165v.

29 AC Carpentras : BB 22, f.42r-44v.

30 AC Carpentras : BB 22, f.44v, 106r, 128r-129r ; BB 23, f.16v, 16bisv-17r, 19r-v, 21v, 21bisr, 46r-51r, 55v, 56v, 117r-108v, 136v, 138r-137r, 166v, 165v ; BB 24, f.11r, 12r, 14r-22v, 32r, 46r-50r ; ADV : C 139, f.55v-56r.

31 AC Carpentras : BB 19, f. 13v, 14r, 58r, 59v ; DD 8, f.5v ; AC Pernes-les-Fontaines : CC 21, 1392-1393, f.35v, 46v ; B. Peyre, Histoire de Mérindol en Provence, Avignon, 1939, p. 28-29 ; Archives nationales : J 288B no 18, f.23v, 46r, 73v, 112r-113r.

32 Il y eut ensuite entre 1414 et 1443 sept ou huit convocations. Voir la catalogue des mobilisations dans G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon, p. 562-572.

33 ADV : AC Entraigues : BB 1, f.llr-17v.

34 Précisons qu’Entraigues était taxé pour dix hommes, mais qu’un des soldats choisis fit défaut, en ne se présentant pas à la montre.

35 Ils avaient tous un gippon, une cotte de mailles et une cervelière, puis leur arme spécifique, arbalète ou pavois, avec quelquefois en plus une épée ou une lance (glaive).

36 ADV : 3 E 38/12, f.72r-77r.

37 ADV : 3 E 38/19, f.39v-40r (1389).

38 ADV : 3 E 38/13, f.86v-87r (20 janvier 1396).

39 Ainsi le parlement public du petit village du Barroux fut convoqué par le baile par ordre du régent ou du recteur du Comtat les 6 août 1375, 26 avril 1376 et 2 février 1377 afin de désigner deux représentants pour comparaître à Carpentras ; ADV, Annexe de Carpentras : 3 E 26/2406, f.l7v-18v, 38r, 71v.

40 ADV : 3 E 38/73bis, f.2r-v. (8 janvier 1396, Caumont).

41 ADV : 3 E 38/73, 1395, f.36r-45r ; 3 E 38/73bis, f.lv-19v.

42 F. et A. Saurel, Histoire de la ville de Malaucène (cité note 7), t. I, p. 119-120 ; t. II, p. XXXVII-XL.

43 AC Bonnieux : BB 1, f.lv-2r (lettre du 27 juin 1384).

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.