Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les villageois

 | 
Christian Desplat

L’impact de la guerre de Cent Ans en France sur le « plat pays » et sur la vie au village

Philippe Contamine

Texte intégral

1Je voudrais de prime abord rendre hommage au questionnaire en six parties et vingt et un points, manifestement rédigé par un historien moderniste qui l’a diffusé il y a quelques mois en vue du présent colloque sous le titre « Le village et la guerre : propositions de recherches ». Du moins pour la période et pour l’espace qui me sont les plus familiers – la France des deux derniers siècles du Moyen Âge – pratiquement aucun aspect qui ait été laissé de côté. Aussi me bornerai-je, dans ce rapport introductif, à suivre pas à pas la grille qui nous a été si judicieusement communiquée : implantation de la morphologie du village et questions de défense et de sécurité ; impact démographique de la guerre sur le village ; fiscalité et prestations villageoises ; militarisation de la population rurale ; économie villageoise ; enfin guerre, conséquences sociales et morales. Assurément, du moins pour la période allant du début du XIVe à la fin du XVIIIe siècle, compte tenu de ce qui s’est réellement passé au témoignage de la documentation disponible, on ne pouvait mieux aborder cette vaste question.

Le cas anglais : esquisse d’une comparaison

  • 1 B. Hanawalt, The Ties that Bound : Peasant Families in Medieval England, New York, 1986.
  • 2 R.H. Hilton et T.H. Aston, éd., The English Rising of 1381, Cambridge, 1984.
  • 3 A.J. Taylor, The King’s Works in Wales 1227-1330, Londres, 1974.
  • 4 R. Maddicott, The English Pesantry and the Demands of the Crown, 1294-1341, Oxford, 1975. R. Kaeup (...)
  • 5 J. Bradbury, The Medieval Archer, Woodbridge, 1985.
  • 6 J.L. Bolton, The Medieval English Economy, Londres, 1980.
  • 7 J.-P. Bardet et J. Dupâquier, éd., Histoire des populations de l’Europe, I, Des origines aux prémi (...)
  • 8 J. Dupâquier, éd., Histoire de la population française, I, Des origines à la Renaissance, Paris, 1 (...)
  • 9 Ed. M. Jones, Cambridge, 2000, p. 82-101 et 913-920. L’auteur de ce chapitre est P. Freeman.
  • 10 Ed. C.T. Allmand, Cambridge, 1998, p. 106-120 et 869-872. L’auteur de ce chapitre est C. Dyer.
  • 11 A. Goodman, The Wars of the Roses. Military Activity and English Society, 1452-97, Londres, 1981.

2Peut-être les choses n’auraient-elles pas été aussi simples si j’avais imprudemment choisi d’évoquer par exemple, toujours dans l’espace français, la période XIe-XIIIe siècles (ainsi la place exacte de la guerre dans le processus de l’« encellulement » féodo-seigneurial des populations rurales, de l’« enchâtellement »), ou encore si j’avais choisi de traiter de l’impact de la guerre sur la vie des villages (vills) et des villageois anglais à telle ou telle période du Moyen Âge1. Et pourtant, dans l’un et l’autre de ces cas aussi, d’approche plus malaisée, une synthèse vaudrait la peine d’être tentée, avec les moyens du bord. Après tout, même si la majeure partie du territoire anglais fut à l’abri des incursions et des invasions étrangères au temps de la guerre de Cent Ans (n’oublions pas cependant les raids côtiers menés à différents moments par les marins français, normands ou bretons, l’insécurité dans les marches galloises et plus encore dans les comtés du nord du royaume menacés à maintes reprises par les Écossais), les villages anglais eurent à payer des impôts pour financer les expéditions continentales des souverains Plantagenêt et Lancastre (les poll-taxes levées en 1377, 1379, 1380 furent, on le sait, une des causes majeures de la révolte des Travailleurs de 1381, entretenue au surplus par la crainte, sans doute très exagérée, d’un débarquement français2) une abondante main-d’œuvre villageoise fut réquisitionnée pour les constructions militaires d’Édouard Ier dans le nord du Pays de Galles3, par le biais des commissions d’array de jeunes ruraux eurent à servir bon gré mal gré dans le cadre des guerres continentales4, l’entraînement au tir à l’arc des yeomen fut systématisé5 (les corps expéditionnaires anglais de la guerre de Cent Ans avaient une origine rurale très marquée), il y eut aussi à cette époque des mouvements de troupes dans le royaume, qui suscitèrent inévitablement désordres et violences. Et puis l’étude du cas anglais, affecté par la stagnation, voire la régression économique6 et surtout par une crise démographique à la fois de grande ampleur et de grande durée7, incite à nuancer et à relativiser le diagnostic que Ton pourrait porter sur le cas français en attribuant trop facilement à la guerre les malheurs de nos campagnes pendant la période allant du milieu du XIVe au milieu du XVe siècle. Le phénomène historique majeur dans l’histoire de ces campagnes me paraît avoir été alors la dépopulation, or cette dépopulation, ainsi précisément que l’atteste en creux l’exemple anglais, fut loin d’être la conséquence directe, voire indirecte de la guerre. La guerre joua certes son rôle mais subsidiairement8. Dans le chapitre « Rural Society » du tome VI, C. 1300-1415, de la New Cambridge Medieval History, la guerre est parfois mentionnée mais en passant9 (elle se fait encore plus discrète à vrai dire dans le chapitre « Rural Europe » du tome VII, C. 1415-1500, de cette même entreprise10) Il serait également intéressant d’évoquer le cas anglais pendant les guerres des Roses, ces guerres ayant été marquées en effet d’un part par un nombre élevé de sanglantes batailles, où périrent des ducs, des comtes, des lords et une foule de leurs retainers, et d’autre part par l’absence de sièges dévastateurs et de ravages systématiques au détriment des campagnes11. Somme toute, les historiens anglais actuels des guerres des Roses, après un examen scrupuleux des faits, souscriraient volontiers à l’appréciation de Philippe de Commynes :

  • 12 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette et G. Durville, t. Il, (1474-1483), Paris, 1925, p (...)

« Selon mon advis, entre toutes les seigneuries du monde dont j’ay congnoissance, ou les choses publicque est myeulx traictee et regne moins de violence sur le peuple et où il n’y a nulz edijfices abbatuz ny desmoliz pour ce, c’est Angleterre et tumbe le sort et le malheur sur ceulx qui font la guerre12. »

3Et encore :

  • 13 Ibid., p. 230.

« Ceste grace a le royaulme d’Angleterre par-dessus les aultres royaulmes que le pays ne le peuple ne se destruyct point ne bruslent ne demolissent les edifices et tumbe la fortune sur les gens de guerre et par especial sur les nobles13. »

Une guerre « propre » était-elle concevable ?

  • 14 Woodbridge, 1998.
  • 15 Ed. E. Nys, Bruxelles, 1883.
  • 16 F.P. Barnard, The Essential Parts of Nicholas Upton’s « De studio military » before 1446, translat (...)
  • 17 T. Twiss, éd., Monumenta juridica. The Black Book of the Admiralty, t. I, Londres, 1871, p. 453-47 (...)
  • 18 B.J.H. Rowe, « Discipline in the Norman Garrisons under Bedford, 1422-1435 », The English Historic (...)
  • 19 « Et estoient tous ses dictes gens d’armes et de trait paiez de gaiges tous les moys, sans ce qu’i (...)
  • 20 Le Jouvencel par Jean de Bueil suivi du commentaire de Guillaume Tringant, éd. C. Favre et L. Lece (...)
  • 21 Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. G.W. Coopland, 2 vol., Cambridge, 1969. Id., (...)

4Mais après tout, il n’était pas fatal dès le départ que le cas français soit si tragiquement différent du cas anglais à l’époque de la guerre de Cent Ans. Il sera fait un large usage, au cours de cet exposé, du récent travail, utile et bien informé, de Nicholas Wright intitulé Knights and Peasants. The Hundred Years War in the French Countryside14. Or précisément le premier chapitre de ce livre s’intitule « Le juste guerrier », The Just Warrior. En suivant l’Arbre des batailles d’Honoré Bovet (fin du XIVe siècle15), dont il est un spécialiste (une oeuvre reprise d’ailleurs un demi-siècle plus tard par Nicholas Upton dans son De studio militari16,) Wright ne manque pas de souligner que la tradition que l’on dira chrétienne et chevaleresque de la guerre, si elle avait été suivie et appliquée correctement, aurait dû aboutir à ce que, dans la ligne de la paix de Dieu, soient épargnés les non-combattants et leurs biens, meubles et immeubles, vivants et inanimés, parmi lesquels au premier chef les paysans, les « laboureurs ». Une guerre propre, comme nous dirions, avec des « frappes chirurgicales » et le moins possible de « dommages collatéraux ». En toute rigueur, on ne saurait affirmer que de semblables restrictions éthiques et juridiques aient été alors absolument ignorées des pouvoirs en place et rejetées catégoriquement par les gens de guerre eux-mêmes. Il y eut des chefs de guerre qui, pour diverses raisons, s’efforcèrent de contenir les dévastations meurtrières et incendiaires de leurs hommes, Charles V tenta d’instaurer (ou de rétablir) au sein de son armée (l’armée de la reconquête de son royaume) la « discipline de chevalerie », sous ses divers aspects. Les ordonnances militaires de Henri V allaient dans le bon sens17 et il est certain que, ne fût-ce que pour des raisons politiques, son frère Jean, duc de Bedford, entendit faire régner un certain ordre, pour le bien public, au sein du duché de Normandie pendant l’occupation anglaise18. D’autre part, les chroniqueurs français sont unanimes à célébrer le comportement exemplaire des troupes de Charles VII lors de la reconquête de la Normandie en 1449-1450 vis-à-vis des populations civiles, notamment rurales19. À lire le jouvencel de Jean de Bueil, on perçoit sans peine un certain souci de la part des « bonnes et droites gens d’armes » d’épargner les « tributaires » et de faire en sorte que la guerre ne concerne principalement que les gens de guerre20. Sans parler bien sûr des recommandations éloquentes et éplorées de Philippe de Mézières21.

Les « seigneurs de la guerre »

  • 22 Allusion bien sûr à l’histoire de la Chine au XXe siècle.

5Toutefois, Nicholas Wright fait judicieusement suivre son chapitre sur le guerrier juste (menant une juste guerre, une bonne guerre comme on devait le dire au XVIe siècle, envers les militaires comme envers les civils) par un chapitre qui en est l’antithèse intitulé « Les seigneurs de la guerre » (The Warlords22). De fait, la pratique de la guerre, en maintes circonstances et de façon sans doute même prépondérante, voire systématique, n’épargna personne, et cela pour plusieurs raisons :

  1. dans le cas d’envahisseurs se battant chez l’ennemi (ainsi les Anglais en France), il s’agissait de la part des responsables au plus haut niveau d’un dessein tactique et stratégique : ruiner la seigneurie de l’adversaire pour diminuer sa capacité d’action et de réaction et pour démontrer aux populations que l’adversaire était précisément hors d’état de les protéger alors même que c’était là son premier devoir ; il y eut, comme pour le Palatinat à l’époque de Louis XIV, des dévastations (ou des projets de dévastation) programmé(e)s à des fins militaires (ce que proposa par exemple Sir John Fastolf en 143523) ; ajoutons que la tactique de Charles V, dans les années 1370, fut d’abandonner les campagnes de son royaume à leur triste sort en interdisant à ses troupes, sauf supériorité numérique écrasante, l’affrontement en bataille rangée des armées anglaises en marche ;
  2. pour les troupes ennemies (là encore principalement les Anglais en France), il s’agissait de tirer le maximum de profit matériel, en nature et en espèces, puisque la recherche du profit direct et privé était l’une des incitations fondamentales à se battre, la motivation par excellence24 ;
  3. pour les gens de guerre se battant ou vivant sur le territoire appartenant au roi ou au prince au service duquel ils se trouvaient, des habitudes de pillage et de violence s’instaurèrent très rapidement, s’enracinèrent, sans qu’il devînt avant longtemps possible de les contenir, sinon en paroles. Avec cette excuse, vraie ou fausse, répétée à l’envi par les gens de guerre : il faut bien vivre, en dépit de vos engagements vous êtes impuissants, notamment faute d’argent, à nous entretenir correctement, en fonction de nos besoins et de nos appétits. Il est certain par exemple que pendant toute une génération, correspondant à la première partie du règne de Charles VII, le pouvoir royal fut radicalement incapable de solder régulièrement ses troupes, qui durent vivre sur le pays ; ajoutons que le comportement des troupes royales fut d’autant plus déplorable que beaucoup d’entre elles étaient composées de non régnicoles et plus encore d’étrangers à la région concernée, les Bretons de Bertrand du Guesclin et d’Olivier de Clisson, les Écossais du comte Buchan et des Stuarts, les Espagnols de Rodrigue de Villandrando et de Jean de Salazar, les Gascons de La Hire et de Poton de Saintrailles furent d’autant moins étouffés par les scrupules que ce n’était pas des compatriotes qu’ils pillaient, torturaient ou massacraient ;
  4. sans compter le fait qu’à côté des armées censément ou théoriquement régulières proliférèrent à plusieurs reprises des free lances, des aventuriers qui n’émargeaient ni de près ni de loin à aucun budget d’État et qui faisaient la guerre, des années de suite, pour leur propre compte, sans chef officiellement reconnu : telles furent les fameuses Grandes compagnies – ce phénomène monstrueux (qu’on a comparé dès l’époque à l’invasion de sauterelles, à la prolifération de sangsues) qui s’abattit sur une grande partie du royaume de France pendant plusieurs décennies à partir de 1360 et sans doute même plus tôt.
  • 25 Autant d’expressions de l’époque.

6Ainsi le style de guerre qui sévit pendant la guerre de Cent Ans et dans le cadre des nombreux conflits qui s’y rattachèrent fut-il particulièrement âpre : guerre mortelle, guerre à feu et à sang, guerre de larrons25. On ne peut d’ailleurs pas dire que les choses s’améliorèrent franchement lors des guerres de Bourgogne qui lui firent suite.

7Tout le monde bien sûr eut peu ou prou à souffrir dans sa chair et dans ses biens. Soulignons ici l’importance de trois fléaux de nature différente : le feu, le viol, la razzia des troupeaux. Que de destructions, que de ravages matériels mais aussi que de traumatismes chez les victimes, jeunes et vieux, hommes et femmes !

  • 26 Il semble que ce soit dans les années 1360 que la notion de « plat pays » fut appliquée à une caté (...)

8Mais évidemment ce furent les populations et les espaces les plus vulnérables qui furent frappés au premier chef, autrement dit les campagnes, les villes champêtres, les villulae, les villages, les villani, les rustici, les agricole, les villageois, ce qu’on appelait couramment d’une expression qui fit alors florès, le plat pays, autrement dit le pays sans défense (comme on parle alors d’une maison plate, par opposition à la maison forte26) Il est certain qu’au cours de ces dévastations sans frein et sans fin menées par une soldatesque incontrôlable, des villageois, hommes, femmes, enfants, connurent une mort violente, éventuellement après avoir été emprisonnés et torturés : des enquêtes précises le mentionnent et non pas seulement des textes littéraires, des chroniques.

  • 27 Jean Juvénal des Ursins, Ecrits politiques, éd. P.S. Lewis, t. I, Paris, 1978, p. 58. Peu importe (...)

9Il est certain que la guerre entraîna des déplacements de population, souvent opérées dans les pires conditions, d’où la forte mortalité qui parfois les accompagnait. Et les exemples ne manquent pas de pays ou de villages presque vidés d’hommes en raison de la guerre endémique. Dans les années 1430, Jean Juvénal des Ursins, évêque-comte de Beauvais, expose par exemple que dans sa région il ne reste plus qu’un habitant sur cent et qu’un habitant sur dix pour l’ensemble du royaume27.

Mesure et typologie des dévastations

Trois exemples ici :

  • selon des documents comptables, dans la prévôté de Bar-le-Duc, en 1423, « Nansoy le Savoureux » (Nançois-le-Petit, dans le canton de Lignyen-Barrois) « a esté toute destruite », le duc de Bar y avait trois « conduits » (ou feux) qui demeurent maintenant dans d’autres villes ; de même ont fui dans d’autres villes les hommes du duc qui habitaient Ligny-en-Barrois ; de même Fouchères : à l’occasion des guerres, la ville y a été « toute deserte et destruicte et n’y demeure homme a monseigneur » ; Domremy-aux-Bois et Ernecourt : « Ycelles villes sont destruictes et arses » ; Aulnois-en-Perthois : « Il n’y demeure personne », « ladicte ville et le moustier ont esté ars et destruis » par Perrin de Montdoré et ses complices ; Condé-en-Barrois, « toute destruicte », de même que Behonne et Andreny, Ville-sur-Saulx, Neuville-en-Verdunois (« toute destruite par les guerres »), Rancourt « a esté destruite par ceulx d’Estrepy et autres ennemis de Monseigneur28 ». Véritable martyrologe ;
  • le Pays de Caux souffrit énormément vers 1435 à la suite d’un soulèvement paysan sauvagement réprimé par les troupes anglaises du comte d’Arundel. Selon Thomas Basin, « cette terre jadis riche d’hommes et de biens tourna à l’abandon complet, prit l’aspect d’un désert, des champs immenses vides de toute culture ». Un chiffre est même avancé : « On peut évaluer à plus de deux cent mille âmes le nombre de personnes qui furent emportées par le fer, la faim ou la maladie. » Selon les Chroniques de Normandie, « la malédiction fut si grande en Caux que le pays demeura presque entièrement inhabité. Hommes et femmes fuyaient par terre et par mer, comme en péril de feu29 » ;
  • en Saintonge méridionale, une série de documents datant des années 1460 éclairent le sort de la commanderie du Breuil-du-Pas. Y sont dénoncés les « grans maux, dommages, pilleries et roberies » commis par les « brigans », les gens de guerre vivant sur les champs, amis et ennemis. « Estrades, courses, pilleries, roberies, rançonnemens, marcquez, apatiz. » Le 24 janvier 1442, de Niort, Charles VII délivre des lettres de rémission pour Jacques de Pons, Maurice de Plusquallec et leurs partisans. Ils ont pris des forteresses, les ont pillées, ont rançonné les sujets du roi, leur bétail et autres biens et cela alors même qu’ils vivaient aux dépens de ces mêmes sujets, ils ont brûlé, abattu et démoli des maisons et autres édifices, ils ont appatissé villes, forteresses et villages, dérobé des églises, ravi et violé des femmes, meurtri plusieurs personnes, gâté et dissipé des blés, des vins et autres vivres, guetté les chemins jour et nuit pour détrousser les passants et les marchands, « et fait plusieurs aultres grans maulx, oppressions et inconveniens a noz subgetz en faisant guerre a nosdiz païs et subgetz et tous aultres que ennemis ont acoustumé de faire ». Notons cette dernière formule au terme de ce catalogue quasi complet. « Par eux nozdiz pais sont moult depopulez et noz subgetz destruiz et grandement apouvriz. » Prises, meurtres, boutements de feux.
  • 30 R. Favreau, La Commanderie du Breuil-du-Pas et la guerre de Cent Ans dans ta Saintonge méridionale (...)

« On puyt veoir que deça la riviere de Charante tous les nobles lieux et gros villages ont esté et sont desers, en friche et en ruyne, car la ou souloient estre les beaulx manoirs, dommaynes et heritages sont les grans buissons et aultres desers30 ».

10La Chronique de Tournai évoque en ces termes les simples déplacements d’une armée au début du XVe siècle :

  • 31 Ed. J.-J. De Smet, t. III, Bruxelles, 1856, p. 321, 348, 355.

« Et ainsi retournerent les Flamens en leurs pays, faisant grands domage partout ou ilz passoient aux gens des villages. [...] Toutes lesquelles choses estoient au prejudice des povres paysans et laboureurs comme il est de coustume car la guerre se prend tousjours aux povres laboureurs et aultres dont le pis leur en demeure. [...] C’est coustume de guerre que les povres gens en ont charge31 ».

11En simplifiant, on peut distinguer deux grands types de dévastations :

  1. celles provoquées par une armée, par des gens de guerre passant leur chemin en détruisant ou en pillant le maximum de biens ;
  2. celles provoquées par des gens de guerre, amis ou ennemis, installés durablement dans un secteur qu’ils mettent en coupe réglée, de façon plus ou moins organisée ou rationnelle.

12Cela dit, plusieurs faits méritent ici d’être soulignés :

  1. Les espaces fortifiés, notamment urbains, furent tout autant visés, souvent avec succès, car, s’ils représentaient un obstacle, ils constituaient aussi tout un enjeu militaire et économique.
  2. Les monastères, les domaines seigneuriaux, les commanderies semblent avoir au moins autant souffert que les villages, les maisons et les exploitations paysannes : toujours la recherche du profit maximal.
  3. Il n’en demeure pas moins que la désertion définitive des paroisses rurales proprement dites fut l’exception, même si des écarts, des hameaux, des lieux-dits, des fermes isolées, en nombre appréciable, disparurent pour toujours32.
  4. La désertion d’un village ne signifie pas nécessairement la mort de ses habitants : dès que possible les survivants ayant fui de panique revenaient chez eux après leur exode pour tenter de reprendre, dans le même cadre géographique, sur leurs terres, l’ensemble de leurs activités.
  5. Il importe de ne pas généraliser. Toute la France fut loin de souffrir de façon concomitante et avec la même intensité. L’établissement d’une chronologie et d’une géographie fine est ici indispensable. Le sort du Pays niçois33, de la Provence34, du Lyonnais35, du Bourbonnais36, de la Basse Auvergne37, du Bordelais38, du Quercy39, du Limousin40, de la région parisienne41, du Verdunois42, de l’Anjou43, des marches orientales de la Bretagne44 de la Normandie occidentale45, de la Normandie orientale46, fut très inégalement cruel. Partout il y eut des répits et de toute façon la pacification durable se mit en place tantôt précocement, tantôt tardivement47.
  6. Un point particulièrement intéressant est de savoir comment les campagnes et leurs habitants finirent par se sortir de l’état de victimes : réduction, voire anéantissement des Compagnies ; fin des grandes chevauchées à partir du moment où les Anglais n’osèrent plus les tenter face à la mise en défense en profondeur du pays ; mutation des Écorcheurs, les uns reprenant place (mystérieusement) dans la société civile, les autres intégrant une institution militaire permanente installée normalement en temps de paix dans des villes closes dont les habitants, par définition, étaient beaucoup plus nombreux que les gens de guerre qu’ils logeaient et étaient donc en mesure de limiter leurs violences ; financement mieux assuré par l’État royal.
  7. Cela dit, même après 1450, la tâche était incomplète, la normalisation imparfaite, toujours à reprendre ainsi que le montrerait l’évocation de la vie des campagnes, dans quantité de secteurs géographiques, pendant la seconde moitié du XVe siècle : mêmes maux, mêmes plaintes mais à une moindre échelle.

La lutte contre l’insécurité : l’action des pouvoirs publics

13Face à ces menaces multiformes, face à ces ravages récurrents, aurait dû s’élever (et s’éleva dans une certaine mesure) la réponse des autorités légitimes et naturelles, à quelque niveau qu’elles se situent. De même que le monde rural dans sa masse aurait dû être à l’abri de la guerre, de même, selon la vision politique généralement acceptée, il revenait de droit aux seigneurs de défendre leurs sujets, d’assurer leur sauvegarde.

14Et d’abord en mettant à la disposition de ces sujets des lieux où se réfugier. Et de fait, chaque village de France eut en principe son retrait, carrément sur place, dans un voisinage immédiat ou assez proche (parfois une bonne journée de marche, avec un fleuve à franchir, une forêt à traverser) : le château de la châtellenie dont le village en question dépendait, ou encore la ville dans la banlieue de laquelle il se situait. Toutefois, ce service n’était pas gratuit : il impliquait de pénibles tours de garde, surtout la nuit, des corvées de fortification (pour creuser un fossé, transporter de la terre, des pierres ou du bois), la location, pas très légitime, de loges et de maisons à l’intérieur de l’enceinte affectée, le remplacement du guet et garde par une taxe spécifique. Il faut dire que le système n’a jamais très bien fonctionné, il était coûteux en temps, en fatigue, en argent, pas toujours très efficace (car bien des châteaux n’étaient pas réellement en état de défense), il demeurait en place alors même que le calme était à peu près revenu et était dès lors ressenti par les paysans comme une imposition seigneuriale supplémentaire et vexatoire. D’où la multiplicité des différends, qui ont laissé des traces nombreuses dans les fonds judiciaires, notamment au Parlement de Paris.

15Un exemple parmi tant d’autres. Le terrier du château de Vergy en Bourgogne, datant de 1443, renferme une pièce d’archive énumérant

« les villes qui doivent et sont tenues de faire le guet et garde ordinaire et de jour et de nuit sur les murs et portes du chastel dudit Vergy tant en temps de guerre comme en autre temps, et lesquelx ont accoutumé de faire ledit guet et garde ordinaire en la maniere et es jours qui s’ensuivent, c’est assavoir de chaque ville deux ou trois hommes ou plus ou moins se mestier est pour le jour et pour la nuit selon l’ordonnance du capitaine dudit Vergy. »

  • 48 H. Mouillebouche, Les Maisons fortes en Bourgogne du Nord du XIIIe au XVIe siècle, thèse pour le d (...)

16Le dimanche, c’était le tour des habitants du bourg de Vergy, le lundi le tour des habitants d’une autre localité et ainsi de suite pour les autres jours de la semaine, plus 27 communautés qui devaient la garde seulement en cas d’éminent péril48.

  • 49 C’est ce que disent Thomas Basin (Histoire de Charles VII, t. I, 1407-1444, Paris, 1933, p. 196 et (...)

17Les seigneurs pouvaient aussi ordonner à leurs paysans de s’armer, en fonction de leur niveau de fortune, de leurs aptitudes et de leurs traditions militaires. Cet armement des populations rurales, qui représentait à l’évidence un danger pour l’ordre public (les Anglais en firent l’expérience à leurs dépens lorsqu’ils prétendirent dans les années 1434 armer une partie au moins des populations normandes pour lutter contre les « brigands des bois49 »), était destiné tantôt à la défense purement locale, tantôt à l’envoi de combattants, essentiellement des gens de pied, qui devaient être incorporés dans les armées régulières, à raison de deux, trois à six sergents pour cent feux au début du XIVe siècle et encore un peu plus tard. Telles furent les communes, urbaines et surtout rurales, des premières campagnes de la guerre de Cent Ans.

  • 50 E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, t. IX, Paris, 1905, p. 83, n. 2, d (...)
  • 51 Haute-Loire, ar. Brioude, ch.-l. c.
  • 52 A. Chassaing, Spicilegium brivatense. Recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à (...)

18En juin 1357, six valets sont chargés par le bailli d’Auxois de porter aux prévôts et officiers de ce bailliage des lettres contenant un ordre de Geoffroy de Blessey, lieutenant du gouverneur de Bourgogne, « pour faire crier par tous les lieux d’iceli [bailliage] a ce accoustumez de dors a donc en avant pour la sehurté du pais et de tous les subjetz d’iceli chascun fust armez et arnoichiez convenablement selon son estat, lesquelles armeures fuissent sovent visitees par les justiciers des lieux en contraignant ceux qui ne l’estoient50 ». Il faut dire que les documents de l’époque recensant les armes des villageois sont assez exceptionnels : d’où l’intérêt de la montre en juillet 1351 des hommes (hommes) du seigneur de Langeac à Pinols51. 34 individus y sont énumérés. En général une seule arme par homme : une lance (lansa), un épieu (espeut), une épée (espaza), un bâton ferré, une fourche de fer (forcha de ferre), un godendart (l’arme favorite des communes flamandes qu’on s’étonne de trouver en plein cœur de l’Auvergne), un glaive, une masse. Les armes les plus répandues sont l’épieu (12) et la fourche de fer (10). Pratiquement aucune armure sauf trois pourpoints52. Les lettres de rémission accordées par le roi de France et transcrites dans les registres de sa chancellerie montrent que les paysans ne se servaient pas uniquement de haches, de fourches et d’épieux : les épées, les piques (sous des noms variés), les arbalètes et les arcs étaient loin d’être inconnus en milieu rural.

19Toutefois, à partir du milieu du XIVe siècle, sauf dans le cadre de l’autodéfense, ce type de combattants populaires fut jugé par les experts militaires comme plus nuisible qu’utile. On alla donc chercher des gens de pied à l’étranger, ou encore on alla les puiser dans les villes.

20Puis on assista au XVe siècle à la renaissance des milices populaires, donc aussi villageoises. C’est le cas bien connu de la milice des francs-archers, ou francs-arbalétriers, qu’en principe chaque paroisse du royaume devait fournir, à raison d’un pour 50 ou 80 feux, et équiper, en prévoyant un entraînement hebdomadaire à l’arc, à l’arbalète et bientôt à la couleuvrine à main. Dans chaque village du royaume ou presque, il y eut donc, durant le troisième quart du XVe siècle, un franc-archer, qui pouvait être en même temps fermier, maçon ou tavernier (il fallait bien que son exemption fiscale représente quelque chose d’intéressant pour lui).

21Au XVe siècle plus encore qu’au XIVe, on constate dans les villages la levée par les autorités de charretiers (avec leurs chevaux), de pionniers, de terrassiers envoyés au loin pour les besoins de la guerre.

  • 53 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (...)

22C’est dans le même contexte que se situe l’ordonnance de Jean V, par la grâce de Dieu duc de Bretagne, datée de Nantes le 20 mars 1425. Il y est dit que chaque prince ou seigneur doit être attentif à la garde et défense de la seigneurie que Dieu lui a confiée : simple rappel d’un lieu commun de la pensée politique. Aussi, pour dissuader ou repousser d’éventuels ennemis, le duc, par délibération de son conseil, a ordonné que des « gens de commun » (donc pas seulement des ruraux) de son duché, outre les nobles, se mettent en appareil promptement et sans délai : dans chaque paroisse, 3, 4, 5, 6 ou plus, selon son importance (cela donne quelque peu le vertige si Ton rapporte ce chiffre au nombre des paroisses dans les neuf diocèses bretons). Lesquels, ainsi choisis, seront pourvus des armes et des habillements qui s’ensuivent et que les fabriques des paroisses seront tenues de faire quérir à leurs dépens. Ceux qui sauront tirer de l’arc auront un arc, une trousse, une capeline (c’est-à-dire une armure de tête, un casque), une coustille (sorte de guisarme ou de vouge), une hache ou un maillet de plomb (bizarrement, pas question d’épée) ; ils seront protégés par un fort jaque avec une protection souple pour les bras ; quant à ceux qui ne sauront tirer à l’arc, ils auront un jaque, une capeline, une coustille, une hache ou un vouge. D’amples paniers de tremble (donc d’un bois assez léger) leur serviront de bouclier. Des commissaires appartenant à la haute noblesse ou à la noblesse reconnue (on a leur nom) sont chargés de faire appliquer cette ordonnance. Ces mêmes commissaires ordonneront des guets ainsi que des falots sur les « coustieres » du duché de Bretagne et « es marches » des ennemis53. L’ordonnance était très ambitieuse et l’on peut douter qu’elle ait été rigoureusement suivie d’effet.

La lutte contre l’insécurité : l’autodéfense

23Toutefois, l’expérience démontre qu’à l’époque envisagée et quels que fussent leur bonne volonté, leur zèle, les pouvoirs publics furent très souvent incapables d’assurer la sécurité de leurs villages et de leur population, de leur plat-pays. Force fut donc aux rustres de prendre en main leur sort, non point contre mais en marge des pouvoirs reconnus, pour s’efforcer de s’en tirer au mieux.

24Et cela de deux façons :

  1. en négociant avec l’ennemi, quel qu’il soit, ponctuellement ou régulièrement, en vue d’acheter leur tranquillité par le versement de rançons ou de patis en espèces, en nature, en travail ; en principe une semblable négociation était d’ailleurs illégale54 ;
  2. en pratiquant d’eux-mêmes l’autodéfense. Les sources signalent l’existence de refuges individuels ou collectifs, dans des grottes, cavernes et carrières, des zones inaccessibles, sur des îles, sur des bateaux au milieu de la rivière. Cergy était le siège d’une prévôté ou châtellenie de l’abbaye de Saint-Denis, d’un millier d’habitants vers 1332 : en 1359, les habitants, sous la direction du capitaine et garde de la justice de Saint-Denis, un certain Thévenin Manessier, fortifièrent l’île voisine du bourg, à leurs frais et avec la peine de leur corps, « afin de pouvoir demeurer sur place et labourer leurs héritages55 ».
  • 56 M. Bur, Le Château, Turnhout, 1999.

25Certes, il ne semble pas qu’il y ait eu beaucoup de transferts d’implantation de villages dans des zones plus faciles à protéger, par exemple sur une hauteur, selon un processus rappelant l’incastellamento italien des IXe-XIe siècles, mais on ne peut exclure formellement des pratiques de regroupements des populations, plus ou moins forcés ou spontanés, afin de favoriser une mise à l’abri même approximative56.

  • 57 L. Caillet, « Projet de construction d’une enceinte fortifiée à Saint-Genis-Laval (1447) », Revue (...)
  • 58 C. Billot dans Histoire de Chartres, éd. A. Chédeville, Toulouse, 1983, p. 143.

26Nombre de villages, ou de petits bourgs57, à leurs frais, purent se pourvoir d’une enceinte en bois, en terre, en pierre. Même les cimetières furent mis en défense, pour compléter un ensemble fortifié58.

  • 59 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale. Essai de sociologie monumentale, Paris, 1978, p. (...)
  • 60 A. Girardot, op. cit.

27Le cas de La Couvertoirade est bien connu. En 1439, la communauté des hommes et des habitants obtint de son seigneur, le grand prieur de Saint-Gilles, la permission de construire une enceinte : le seigneur prenait sa part financière, les habitants s’engageaient à achever l’entreprise dans les trois ans, des commissaires étaient chargés de répartir les frais entre les habitants, de gérer les fonds, de surveiller les travaux, d’allotir le terrain à l’intérieur des remparts en tenant compte de la fortune et des pertes de chacun. Aux habitants il revenait de continuer à assurer le guet et les réparations au château seigneurial59. Il n’est pas impossible que des villageois soient devenus pratiquement maîtres de maisons fortes plus ou moins abandonnées qu’ils refortifièrent à leur profit, avec le consentement implicite ou explicite des pouvoirs60.

  • 61 G. Fournier, Le Château, cit., p. 357-358.

28Des villageois s’arrangèrent avec le clergé régulier pour utiliser à leur profit un monastère voisin. Témoin l’accord de 1364 au sujet d’Orcet en Auvergne. Tous les habitants du village sont tenus de fortifier, de réparer et d’entretenir le fort du prieuré d’Orcet, aussi longtemps que les guerres dureront dans le diocèse de Clermont, à leurs frais en ce qui concerne les fossés, les palissades, les bretèches et les retranchements mais à l’exclusion de la construction de tout nouveau mur. Ils pourront y mettre à l’abri librement leurs personnes, leurs biens meubles, leurs vivres, construire des maisons où ils se logeront. Pour la première porte du fort, il y aura deux clés : le prieur ou son représentant en aura une, l’autre sera remise à un des consuls ou à un prudhomme du village choisi par le prieur. Les habitants effectueront le guet et la garde au fort61. On est bien en présence de l’établissement, sous la pression des événements, d’une variété de condominium.

  • 62 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique d (...)
  • 63 Archives nationales, Paris, S 5056 A, signalé dans le catalogue de l’exposition La guerre au Moyen (...)

29Et surtout, massivement, un peu partout en France, les villageois obtinrent sans trop de problème la responsabilité de l’église paroissiale (en tout ou en partie) en vue de la transformer, là encore à leurs dépens, en une véritable forteresse (avec fossés, barbacanes, archères...). Cette omniprésence des églises fortifiées a suscité, comme on sait, une énorme historiographie. La chronique dite de Jean de Venette offre ici un exemple classique. L’église et le clocher du village d’Orly étaient gardés par 200 habitants, munis d’arbalètes, de bons engins de défense et de vivres, mais tout cela se révéla insuffisant lors d’un assaut mené par les « Anglais62 ». Un document de 1455 évoque la fortification de l’église de Villedieu-les-Poëles, dans le bailliage de Cotentin : cette fortification a été entreprise « pour les perils et dangiers des guerres des ennemis qui avoient eu cours ou pais ». Mais voici que la paix est revenue et les habitants demandent à Arthur de Richemont, connétable de France, l’autorisation de combler les fossés entourant l’édifice63.

  • 64 N. Wright, op. cit., d’après Arch, départ.de l’Yonne, E 548.

30Situé dans une zone viticole à l’est d’Auxerre, le village de Chitry comptait dans les années 1360 au moins 64 adultes mâles. Dans un premier temps, face aux menaces, les habitants achetèrent aux « ennemis » un semblant de paix. Puis ils en eurent assez. Suite à une pétition, la permission de fortifier l’église paroissiale leur fut accordée en août 1364 par le comte d’Auxerre, alors capitaine général pour le roi Charles V dans le diocèse d’Auxerre. La fortification de l’église se fit sous le contrôle militaire et politique de Guillaume d’Orgelot, capitaine d’Auxerre. Mais tous les frais furent pour la communauté des habitants, assemblés périodiquement à son de cloches pour suivre la progression des travaux et décider des levées d’argent. Afin de calmer les prétentions de la dame du lieu et du bailli de Sens, des indemnités leur furent versées. Au bout du compte, les habitants purent choisir à peu près librement leur capitaine (et bien sûr le rémunérer), obtenant même une charte leur garantissant ce droit64.

31L’exemple classique de Guillaume l’Aloue montre une population rurale pleine de zèle et de vaillance mais aussi d’humilité dans son action. Guillaume l’Aloue, capitaine élu par la communauté des paysans, a pris la précaution de demander – et d’obtenir – la permission de prendre les armes, lui et ses hommes, à la fois auprès du régent Charles et auprès de l’abbé de Saint-Corneille de Compiègne qui était le seigneur du prieuré qu’il s’agissait de défendre contre les Anglais (1358).

Soulèvements paysans contre les gens de guerre

32En poursuivant le questionnaire, on arrive enfin à la formule suivante : de l’initiative incontrôlée à la révolte. Ce qui correspond au chapitre de Nicholas Wright intitulé « Peasant Resistance : Rebels and Brigands. » On pourrait parler ici des Jacques, des Tuchins, des « galants de la feuillée ». Deux exemples seulement.

  • 65 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, éd. Ch. de Robillard de Beaurepa (...)

33À propos de l’invasion du Pays de Caux par Jean, duc de Lancastre, en 1369 la Chronique de Pierre Cochon rapporte que lui et ses hommes s’étaient du même coup enfoncés dans une sorte de nasse (« la tonnelle as pertrix ») dont ils ne pouvaient pas sortir, ils pillaient tout, embarquaient leur butin sur les bateaux qui les accompagnaient, le long de la mer ; les paysans cauchois firent ce qu’ils purent mais ils étaient trop peu nombreux et la consigne (royale) était de ne pas affronter directement l’envahisseur, car « valloit miex pais essillié que terre perdue65 ».

  • 66 Si le mot n’est pas trop fort pour désigner des compagnies de gens de guerre très difficilement co (...)

34Ne quittons pas cette province et revenons à l’insurrection des paysans du Bessin, du Val de Vire, du Pays de Caux et d’ailleurs contre l’occupant anglais, alors que les troupes « régulières66 » et nobiliaires de Charles VII demeuraient l’arme au pied, refusant de donner la main à ces rustres, dont elles se méfiaient, ou qu’elles jalousaient, ou qu’elles méprisaient. Selon les chroniqueurs Enguerran de Monstrelet et Jean de Wavrin, en 1434 (donc avant le traité d’Arras, qui toutefois s’annonçait) les paysans, communes gens, communautés, surtout ceux du Pays de Caux, allèrent combattre des gens de guerre anglais qui, au mépris des ordonnances, étaient venus les piller. Or, ces mêmes communes avaient reçu des baillis anglais l’ordre de s’armer selon leur état pour courir contre les larrons et les brigands des bois. Ces communes massacrèrent quelques Anglais.

35Dans un premier temps, les capitaines de ces Anglais ne réagirent pas, un accord fut même conclu pour ramener la paix, et les communes commencèrent à se disperser. Alors les Anglais se ruèrent sur elles et les massacrèrent (1200 morts, les autres se sauvèrent dans les bois), à Saint-Pierre-sur-Dive, près de Tancarville. Il y eut d’ailleurs plainte à Rouen auprès des officiers du roi-duc à ce sujet. Deuxième insurrection des communes, à l’instigation cette fois, d’un noble, le seigneur de Merville, et de quelques gentilshommes. Ils se trouvèrent bientôt 12 000 dans le Vexin, ils voulurent prendre Caen mais la ville fut défendue à la fois par la garnison anglaise et par les bourgeois. Ils gagnèrent Carentan (ou Avranches), dans l’espoir que le duc d’Alençon allait les secourir. En vain. Les Anglais rassemblèrent une grande force, les communes s’enfuirent vers la Bretagne et Fougères. « Pour laquelle meutination et assemblee perdirent leurs tenemens et furent bannis du pays avec tous leurs complices mais depuis y eut absollution pour aulcuns desdits communes. » Cela fait un peu penser aux guerres de Vendée. La version fournie par Thomas Basin n’est pas tout à fait identique. Il commence par mentionner la liberté donnée par l’autorité d’occupation de s’armer et de s’assembler pour s’opposer aux gens de guerre anglais pillards. Mais cette liberté déplaisait fort à ces derniers. Il y eut un rassemblement dans un village près du monastère de Saint-Pierre-sur-Dives. Ce rassemblement fut surpris par un capitaine nommé Venables : 12 ou 14 Anglais s’employèrent à tuer deux ou trois rustici de cette localité. Indignation des villages voisins. Rassemblement au son des cloches en vue de s’emparer de ces meurtriers et de les conduire à la justice. Mais les insurgés tombèrent dans une embuscade tendue par des Anglais à cheval. Massacre de ces pauperes rustici pedites. Le massacre eut lieu assez loin de là, à Vicques, près de Falaise.

***

36Deux remarques pour conclure.

  1. On aurait pu imaginer qu’à la faveur de cette crise politico-militaire d’exceptionnelle durée et d’une intensité remarquable se mette en place une autre géographie ou une autre topographie des villages. Disons moins de paroisses, davantage d’habitat concentré, le transfert des villages sur des hauteurs, en fonction des possibilités. Or, il semble que la continuité l’ait de loin emporté, encore que des études de détail seraient susceptibles de nuancer semblable affirmation.
  2. On aurait pu concevoir qu’à la faveur de cette même crise les paysans de France, les communautés villageoises ou rurales, aient été en mesure d’affirmer leur autonomie, comme purent le faire alors les bonnes villes67. Or, en simplifiant outrageusement, on peut dire que tel ne fut pas le cas. Certes, il est probable que l’autorité seigneuriale traditionnelle, sans disparaître, loin de là, eut tendance à décliner, au moins dans certaines régions68. Certes encore, les fabriques paroissiales affirmèrent leur rôle (pas seulement dans le domaine religieux), de même que les « collecteurs » qui se chargeaient de répartir l’impôt d’État dont le montant global était fixé par les gens de finances du roi ou du prince. Certes, on rencontre plus que jamais des communautés rurales actives, avec leur cohérence, leurs revendications, leurs « records de droits ». Mais, face à l’effacement relatif des seigneurs locaux, il y eut en contrepartie la croissance des pouvoirs (et des interventions) de l’État monarchique ou princier, dans les domaines militaire, fiscal, judiciaire et politique. De plus, on peut admettre que surtout après la guerre de Cent Ans le pouvoir des villes sur leur environnement rural eut tendance à augmenter. Au XVe siècle, le roi dialoguait avec son Église, sa noblesse, ses bonnes villes, mais très peu avec ses paysans en tant que corps. Il y avait en France trois états, et non quatre comme au Tirol. Sir John Fortescue raillait la docilité, la passivité, la misère aussi des paysans français, auxquels il opposait les vigoureux et agressifs yeomen anglais69. Gilles le Bouvier le rejoint à sa manière quand il écrit :
  • 70 Le Livre de la description des pays de Gilles le Bouvier, dit Berry, éd. E.-T. Hamy, Paris, 1908, (...)

« Le peuple de ce royaulme sont simples gens et ne sont point gens de guerre comme aultres gens car leurs seigneurs ne les mettent point a la guerre qu’ilz puissent. Ilz sont gens de grant peine, de mestier et grans laboureurs et paisibles gens et de bonne foy70. »

  • 71 En raison là encore de la force de l’État, d’autres rapports socio-économiques avec la noblesse se (...)

37Et de fait, à l’issue du grand conflit franco-anglais, beaucoup de paroisses rurales étaient exsangues, démographiquement, économiquement. Tout cela débouche sur la constatation banale qu’en France, la guerre des paysans, la guerre des rustauds n’eut pas lieu et qu’elle s’arrêta aux marches orientales du royaume71.

Notes

1 B. Hanawalt, The Ties that Bound : Peasant Families in Medieval England, New York, 1986.

2 R.H. Hilton et T.H. Aston, éd., The English Rising of 1381, Cambridge, 1984.

3 A.J. Taylor, The King’s Works in Wales 1227-1330, Londres, 1974.

4 R. Maddicott, The English Pesantry and the Demands of the Crown, 1294-1341, Oxford, 1975. R. Kaeuper, War, Justice and Public Order. England and France in the Later Middle Ages, Oxford, 1988.

5 J. Bradbury, The Medieval Archer, Woodbridge, 1985.

6 J.L. Bolton, The Medieval English Economy, Londres, 1980.

7 J.-P. Bardet et J. Dupâquier, éd., Histoire des populations de l’Europe, I, Des origines aux prémices de la révolution démographique, Paris, 1997.

8 J. Dupâquier, éd., Histoire de la population française, I, Des origines à la Renaissance, Paris, 1988.

9 Ed. M. Jones, Cambridge, 2000, p. 82-101 et 913-920. L’auteur de ce chapitre est P. Freeman.

10 Ed. C.T. Allmand, Cambridge, 1998, p. 106-120 et 869-872. L’auteur de ce chapitre est C. Dyer.

11 A. Goodman, The Wars of the Roses. Military Activity and English Society, 1452-97, Londres, 1981.

12 Philippe de Commynes, Mémoires, éd. J. Calmette et G. Durville, t. Il, (1474-1483), Paris, 1925, p. 218.

13 Ibid., p. 230.

14 Woodbridge, 1998.

15 Ed. E. Nys, Bruxelles, 1883.

16 F.P. Barnard, The Essential Parts of Nicholas Upton’s « De studio military » before 1446, translated by John Blount, Fellow of All Souls (c. 1500), Oxford, 1931. Voir aussi Christine de Pisan, The Book of Fayttes of Armes and of Chyualrye, éd. atp Byles, Londres, 1937, p. 224-225.

17 T. Twiss, éd., Monumenta juridica. The Black Book of the Admiralty, t. I, Londres, 1871, p. 453-472.

18 B.J.H. Rowe, « Discipline in the Norman Garrisons under Bedford, 1422-1435 », The English Historical Review, 46 (1931). C.T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The History of a Medieval Occupation, Oxford, 1983.

19 « Et estoient tous ses dictes gens d’armes et de trait paiez de gaiges tous les moys, sans ce qu’ilz ayent esté si hardiz de prandre, la dicte guerre de Normandie durant, nulles gens prisonniers ne rançonner chevaulx, beufs ne autres bestes, quelles qu’ilz feussent, posé ores que les gens feussent en l’obeissance des Englois, ne aussi prandre les vivres sans payer, se non seulement sur les diz Englois et gens tenans leur parti qui estaient trouvez faisans guerre et en armes, lesquieulx ilz povoient prendre licitement et leur estait parmis et non autrement » (Les chroniques du roi Charles VU par Gilles le Bouvier dit le Héraut Berry, éd. H. Courteault, L. Celier et M.-H. Jullien de Pommerol, Paris, 1979, p. 354).

20 Le Jouvencel par Jean de Bueil suivi du commentaire de Guillaume Tringant, éd. C. Favre et L. Lecestre, 2 vol., Paris, 1887 et 1889.

21 Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. G.W. Coopland, 2 vol., Cambridge, 1969. Id., Letter to King Richard II. A Plea Made in 1395 for Peace between England and France, éd. G.W. Coopland, Liverpool, 1975.

22 Allusion bien sûr à l’histoire de la Chine au XXe siècle.

23 M.G.A. Vale, « Sir John Fastolf’s Report of 1435 : a New Interpretation Reconsidered », Nottingham Medieval Studies, 17 (1973).

24 C.T. Allmand, The Hundred Years War. England and France at War, c.-1300-c. 1450, Cambridge, 1988, p. 128 et suiv.

25 Autant d’expressions de l’époque.

26 Il semble que ce soit dans les années 1360 que la notion de « plat pays » fut appliquée à une catégorie fiscale : Charles V décida que chaque feu de plat pays payerait en moyenne un fouage de deux francs contre six francs pour chaque feu urbain ou de ville close. Dès 1360, Massot d’Avrilli est dit « impositeur fermier du plat païz et des villages de la chastellerie de Paci » (Le compte des recettes et des dépenses du roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à 1370, éd. E. Izarn et G.-A. Prevost, Paris, 1885, p. 400). A partir de la fin du XIVe siècle, l’expression « plat pays » se retrouve fréquemment chez les écrivains. Jean Froissart (« Si avoient retrait li pious du peuple lors biens ens es fortereces et lor bestail cachiet devant eulx bien avant en Artois et en Vermendois car ce qui estoit trouvé sur le plat païs estoit perdu » ; les Anglais « ne faisoient autre esploit que ardoir le plat païs ») ; Eustache Deschamps (« le plat païs s’en sent ja bien/Car on n’y ose pillier rien ») ; Honoré Bouvet (« Vivent soudoyers de leurs gaiges ? / J’ay veü que plus grans dommaiges / En pays plat font qu’annemis ») ; Christine de Pizan (« Entendez, simpletes femmes qui demourez es villages et plat païs ») ; Philippe de Mézières (« Et en la route de la partie senestre estaient tous les honorables bourgois de la ville de Paris et certains esleus en honneurs des bonnes villes et du plat pays du royaume de France ») ; Jean Juvénal des Ursins (« Prez que toutes les esglises es marches ou les guerres ont esté fortes et aspres sont destruites, et mesmement les terres et seignouries estant au plat païs ») ; Mathieu d’Escouchy (« Et pareillement laboureurs et aultres gens du plat pays qui avoient esté de long temps en grant desolacion s’efforçoient de tout leur pooir a labourer et reediffier leurs maisons, ediffices et habitacions et avec ce a desfrichier et dessarter leurs terres, vignes et jardinages tres diligemment »). L’expression faisait partie du vocabulaire courant : on la trouve dans les lettres de rémission des registres de la chancellerie royale (« Ses hostelz, manoirs et autres edifices qu’il avoit au plat pays lui ont esté et sont destruiz et desers par les dis ennemis » ; « Et pour ce il s’est habandonné legierement a vivre extraordinairement en plusieurs contrees de nostre dit royaume sur les champs ou plat païs, sur nostre peuple et subgiez » ; « Et en eulx retournant, les Bretons qui estaient assemblez de soixante a quatre vins, qui estoient gens de plat pays, les rencontrerent et les assaillirent environ jour couchié, et pour les enclourre fermerent les chemins de barrieres de grans perches »). Le plat pays est exposé à être gâté, incendié, mangé, « esillié ». Tous ces exemples m’ont été aimablement fournis par M. Robert Martin, professeur émérite à l’université de Paris-Sorbonne, responsable du Dictionnaire du moyen français.

27 Jean Juvénal des Ursins, Ecrits politiques, éd. P.S. Lewis, t. I, Paris, 1978, p. 58. Peu importe la rigueur de la statistique, c’est l’impression ressentie qui compte ici.

28 S. Luce, Jeanne d’Arc à Domremy. Recherches critiques sur les origines de la mission de la Pucelle accompagnées de pièces justificatives, Paris, 1886, p. 84-86.

29 Ph. Contamine, « Krieg, Siedlung und Bevölkerung in Frankreich während des Hundertjahrigen Krieges », dans Die Bevölkerungsentwicklung des europäischen Mittelalters. Das wirtschaftsgeographische und kulturelle Umfeld, éd. B. Herrmann et R. Sprandel, Saeculum, 39 (1988), 2e cahier, p. 200-206.

30 R. Favreau, La Commanderie du Breuil-du-Pas et la guerre de Cent Ans dans ta Saintonge méridionale, Jonzac, 1986.

31 Ed. J.-J. De Smet, t. III, Bruxelles, 1856, p. 321, 348, 355.

32 Villages désertés et histoire économique, XIe-XVIIIe siècle, Paris, 1965.

33 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du Haut Pays niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècles), Nice, 1990.

34 E. Baratier, La Démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961. L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Aix-en-Provence, 1986. N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu XIVe-milieu XVe siècle), Aix-en-Provence, 1988.

35 M.-Th. Lorcin, Les Campagnes de la région lyonnaise aux XIVe et XVe siècles, Lyon, 1974.

36 R. Germain, Les Campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge (1370-1530), Clermont-Ferrand, 1987.

37 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse Auvergne du XIVe au XVIe siècle, Clermont-Ferrand, 1980.

38 R. Boutruche, La Crise d’une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, nouveau tirage, Paris, 1963.

39 J. Lartigaut, Les Campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (vers 1440-vers 1500), Toulouse, 1978.

40 J. Tricard, Les Campagnes limousines du XIVe au XVIe siècle : originalité et limites d’une reconstruction rurale, Paris, 1994.

41 G. Fourquin, Les Campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Âge du milieu du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, 1964.

42 A. Girardot, Le Droit et la terre. Le Verdunois à la fin du Moyen Âge, Nancy, 1992.

43 M. Le Mené, Les Campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (1350-1530), Nantes, 1982.

44 R. Cintré, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Pornichet, 1992.

45 D. Angers, La Vicomté de Bayeux à la fin du Moyen Âge. Essai d’histoire quantitative et sociale à l’aide des rôles de monnéage (1389-1500), 1976.

46 G. Bois, The Crisis of Feudalism. Economy and Society in Eastern Normandy, c. 1300-1550, Cambridge, 1984.

47 Mise au point nuancée dans E. Carpentier et M. Le Mené, La France du XIe au XVe siècle. Population, société, économie, Paris, 1996, p. 361-369. Voir aussi l’article très dense de J.L. Goldsmith, « The crisis of the later Middle Ages : the case of France », French History, 9 (1995).

48 H. Mouillebouche, Les Maisons fortes en Bourgogne du Nord du XIIIe au XVIe siècle, thèse pour le doctorat en histoire, Université de Nancy II, 2000.

49 C’est ce que disent Thomas Basin (Histoire de Charles VII, t. I, 1407-1444, Paris, 1933, p. 196 et suiv.), Enguerran de Monstrelet (Chronique, éd. L. Douët-d’Arcq, t. V, Paris, 1861, p. 104-105), Jean de Wavrin (Recueil des croniques et anchiennes istories de la Grant Bretaigne, a present nommé Engleterre, From A.D. 1431 to A.D. 1447, éd. W. Hardy et E. L.C.P. Hardy, Londres, 1884, p. 50-56). Voir aussi la Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), éd. S. Luce, t. II, Paris, 1883, p. 35-36, n° CL : allusion à un certain Thomas Banoise, simple homme de labour, 24 ans environ, chargé de femme et de plusieurs petits enfants, de la paroisse de Besneville, dans la vicomté d’Avranches ; un certain dimanche (jour de repos), en avril 1434, avec plusieurs paroissiens de la dite paroisse, conformément à l’ordonnance de justice prescrivant aux populations côtières de se mettre en état de défense pour faire guet et garde contre les ennemis venus de la mer (de fait, cette paroisse est à une lieue de la mer), il se rendit à l’église paroissiale, fit ses dévotions puis, en attendant la grand-messe, gagna le lieu où l’assemblée devait être faite « pour essaier son arc et toujours apprendre à traire de l’arc ». Il y avait là deux buttes de terre mais la flèche passa par-dessus et blessa mortellement un jeune homme de 17 ans, originaire d’une paroisse voisine. Selon Thomas Basin : pour lutter contre les Français, les brigands et les Anglais pillards, il y avait dans chaque localité (villas et vicos) des dizeniers, des cinquanteniers, des centeniers, des milleniers autour desquels tout le monde devait se rassembler au son des cloches de l’église (paroissiale). L’auteur parle à ce propos de libertas populorum et patriae. Jean Bréhal fait allusion à la révolte des paysans normands dans sa Recollectio. M.-J. Belon et F. Balme, Jean Bréhal grand inquisiteur de France et la réhabilitation de Jeanne d’Arc, Paris, 1893.

50 E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, t. IX, Paris, 1905, p. 83, n. 2, d’après Archives départementales de la Côte-d’Or, B 2747.

51 Haute-Loire, ar. Brioude, ch.-l. c.

52 A. Chassaing, Spicilegium brivatense. Recueil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l’Auvergne, Paris, 1886, p. 330-331. Pour un autre espace et une période plus tardive, voir P. Pégeot, « L’armement des ruraux et des bourgeois à la fin du Moyen Age. L’exemple de la région de Montbéliard », dans Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne XIVe-XVe siècle, éd. Ph. Contamine, Ch. Giry-Deloison et M.H. Keen, Lille, 1991, p. 237-260.

53 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. II, Paris, 1744, col. 1166-1167.

54 Ph. Contamine, Lever l’impôt en terre de guerre : rançons, appatis, souffrances de guerre dans la France des XIVe et XVe siècles, à paraître.

55 G. Fourquin, op. cit., p. 252.

56 M. Bur, Le Château, Turnhout, 1999.

57 L. Caillet, « Projet de construction d’une enceinte fortifiée à Saint-Genis-Laval (1447) », Revue d’histoire de Lyon, X (1911), p. 313-320.

58 C. Billot dans Histoire de Chartres, éd. A. Chédeville, Toulouse, 1983, p. 143.

59 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale. Essai de sociologie monumentale, Paris, 1978, p. 362-364. Voir aussi du même auteur « La défense des populations rurales pendant la guerre de Cent Ans en Basse Auvergne », dans Actes du 90e congrès national des Sociétés savantes, section d’archéologie, congrès de Nice, 1965, p. 157-199.

60 A. Girardot, op. cit.

61 G. Fournier, Le Château, cit., p. 357-358.

62 Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, éd. H. Géraud, t. II, Paris, 1843, p. 302-303.

63 Archives nationales, Paris, S 5056 A, signalé dans le catalogue de l’exposition La guerre au Moyen Âge, château de Pons, juillet-août 1976, p. 25. Autre exemple : E. Bondurand, « L’église fortifiée de Langlade au XVe siècle », Mémoires de l’Académie de Nîmes, VIIe série, XXXI (1908), p. 121-124.

64 N. Wright, op. cit., d’après Arch, départ.de l’Yonne, E 548.

65 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, éd. Ch. de Robillard de Beaurepaire, Rouen, 1870, p. 123-124.

66 Si le mot n’est pas trop fort pour désigner des compagnies de gens de guerre très difficilement contrôlables par quelque autorité que ce fût.

67 B. Chevalier, Les Bonnes Villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982.

68 Seigneurs et seigneuries du Moyen Âge. Actes du 117e congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992. Section d’histoire médiévale et de philologie, Paris, 1993.

69 Sir John Fortescue, De laudibus legum Anglie, éd. S.B. Chrimes, Cambridge, 1942. Id., The Governance of England, éd. C. Plummer, Oxford, 1882.

70 Le Livre de la description des pays de Gilles le Bouvier, dit Berry, éd. E.-T. Hamy, Paris, 1908, p. 51-52.

71 En raison là encore de la force de l’État, d’autres rapports socio-économiques avec la noblesse seigneuriale et avec les villes.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.