Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Au carrefour des disciplines, le moulin et le meunier

Un grand sujet d’anthropologie historique

Claude Rivals

Texte intégral

1La tradition universitaire nous a habitués à distinguer – quand ce n’est pas opposer – les disciplines, même les plus proches. Et ce ne sont pas les discours sur la pluri –, l’inter-ou la trans-disciplinarité qui ont changé fondamentalement les façons d’être et de penser.

2Aussi placerai-je cette « synthèse » sous le patronage de trois grands chercheurs : Marc Bloch qui se classait, dans son Métier d’historien, parmi les « briseurs de barrières » ; Marcel Mauss qui a opéré le glissement de la sociologie vers l’ethnologie ; enfin Jacques Le Goff, l’un des fervents promoteurs de l’anthropologie historique. Ajouterai-je : « Seigneurs, je ne suis pas digne ? »

Une anthropologie préoccupée par l’histoire

3Les contributions de ce colloque montrent cependant tout l’intérêt de la distinction disciplinaire, de la périodisation historique et des découpages géographiques propres aux monographies, des plus petites aux plus prestigieuses.

4Le Moyen Age est évidemment fondateur, mais le terme est large ! Les historiens ont ainsi nommé un millénaire (Ve-XVe s) et que dire du « long Moyen Âge », cher à Jacques Le Goff, qui va s’effilochant au XIXe s ? Neuf contributions sur douze s’inscrivent entre le VIIIe et le XVe... Le Moyen Âge séduit toujours...

5Pour traiter ce sujet – le couple moulin-meunier – dans les pays de France, et, plus largement, de l’Europe, il faut effectivement briser les barrières de l’espace géographique, du temps historique, et des disciplines. C’est alors qu’on retrouve la prétention de la sociologie dont Auguste Comte souhaitait qu’elle devienne la « reine des sciences humaines », et le principe d’Émile Durkheim : « Traiter des faits sociaux comme des choses. » Dans cette perspective le chercheur doit définir son objet – le fait social – « le couple moulin-meunier dans le tissu social », ou encore « la meunerie dans sa fonction économique, technique et sociale ». Ce point de vue objectiviste est indispensable et premier.

6Mais l’enseignement du disciple interfère aussitôt : sans qu’il l’ait exprimé ainsi, Marcel Mauss s’est appliqué à « traiter des choses comme des faits sociaux » et cela selon le principe heuristique exposé dans l’Essai sur le don : un « fait social total » (ou général) met en branle les techniques, l’économie, les pratiques sociales, le droit, l’esthétique, peut-être même le pouvoir et la religion, etc.

7Durkheim et Mauss ne parlaient pas d’imaginaire mais de « représentations collectives » ou de « représentations sociales », terminologie éminemment préférables.

Moyen Âge (et Ancien Régime)

8Évidemment cette problématique traverse l’histoire, et est traversée par elle. Malgré les précautions historiennes (exprimées par Georges Comet dans son intervention du début) qu’il nous soit permis de repérer les « grands commencements » : c’est moins « l’apparition » de la machine-moulin qui nous intéresse que « l’invention » du meunier comme agent social nouveau. C’est ce que j’ai appelé la révolution inaugurale. L’Antiquité n’a pas connu le meunier mais le boulanger. Plus tard il a pu y avoir un moulin dans la villa carolingienne, mais y avait-il un meunier ?

9Le premier texte qui, à ma connaissance, définit le statut du meunier est le Polyptyque d’Irminon en 822, mais c’est au sein d’une importante abbaye. L’important, c’est que, aux IXe-XIe siècles, dans le système féodal en train de s’établir, à chaque moulin soit attaché un meunier. Le meunier est un « homme du seigneur », un « ministérial ».

10Un ministérial :

  • a une fonction, un « ministère » au service de tous et au profit du seigneur dans le cadre de la banalité ;

  • développe une compétence, des savoir-faire constitutifs d’un « métier » qu’il s’efforce de transmettre à sa descendance.

11D’autres statuts sont consignés dans Le Livre des Métiers d’Étienne Boileau (1268) concernant les meuniers (sur bateaux) du Grand Pont, attachés au chapitre de Notre-Dame de Paris.

12Désormais – et pour des siècles – l’objet anthropologique est bien le couple moulin-meunier, l’association de l’architecture-machine (moulin à eau, sur bateau, à marée ou à vent) et de l’homme-de-métier au cœur du groupe social (campagne, village, ville).

La Révolution

13À la fin du XVIIIe siècle, le statut de l’homme et de la machine change. Contestée depuis des décennies, la banalité (obligation de moudre et de payer le droit de mouture) est abolie par la Révolution française. D’autre part, nombre de moulins sont pris au clergé et à la noblesse (vente de biens nationaux) et « redistribués » aux membres du tiers-état capables de les acquérir. Le meunier devient alors un libre-entrepreneur qui, s’il veut prospérer, doit conquérir et bien servir sa nouvelle clientèle...

14Il n’est donc pas question d’oublier l’Histoire, ses grands moments, ses fluctuations, ses bouleversements. En voici une dernière illustration.

1850-1950

15Les XIXe-XXe siècles constituent la révolution terminale. Les progrès des techniques, le changement social, transforment la meunerie traditionnelle et la font entrer dans l’ère capitaliste. Les nouveaux minotiers, la minoterie moderne exigent des capitaux ! Le règne des petits moulins s’achève.. À la roue (à eau et à vent) succède la turbine, à l’engrenage la courroie, aux meules les cylindres et aux blutoirs les plansichters... Ainsi se clôt un millénaire de meunerie.

16Cette rupture décisive entraîne la quasi-disparition du meunier des sociétés paysannes traditionnelles. Le minotier-capitaliste qui lui succède n’apparaît d’ailleurs pas sur la scène d’interconnaissance : il (n’) est (qu’) un portefeuille anonyme d’une société anonyme alors que le meunier, connu de tous, était quelqu’un !

LA COMPLEXITÉ DE L’OBJET À LA CONFLUENCE DES DISCIPLINES

17Durant ce « millénaire », le moulin est pluriel. On reconnaît au moins quatre machines – le moulin à eau, le moulin sur bateau(x), le moulin à marée, le moulin à vent – dont les architectures et même les technologies peuvent varier. Ainsi, en combinant structures et fonctions, peut-on se lancer dans d’interminables typologies prenant en considération le moteur (eau ou vent), le récepteur (roues et ailes diverses), la transmission (directe, indirecte, engrenage, courroie, came, manivelle-bielle, etc.), l’opérateur (couple des meules, meules roulantes, pilon/mortier, marteau/enclume, scies, pompes, etc.). Se garder toutefois du « typologisme » qui ferait de ces classements multiples une fin en soi.

18La réflexion topologique présente d’autres intérêts. Le moulin, dans la cité ou à sa périphérie, présente une puissante « centralité » : tous les chemins conduisent au moulin et tout le monde y vient. Cependant, pour bien apprécier ce trait, il est important de le comparer – et de l’opposer – aux autres « lieux » ou « centres » de l’espace social : le château (nobles), l’église (clercs), l’hôtel de ville (pouvoir civil), la halle (échanges économiques) et le foirail, la forge, les autres ateliers, la taverne, le lavoir (seul lieu exclusivement féminin), etc.

19Entre le grain et le pain, le moulin accomplit la mouture, c’est donc un point fort de cet espace social, un nœud de transactions et de rencontres sans distinction d’âge, de sexe ou de classe, sans séparation exclusive. Ici on produit, ou plutôt on transforme (ce qui est bien plus mystérieux).

20Les quatre formes de moulins sont des créations superbes, œuvres d’artisans : charpentiers, charpentiers de bateaux, meuliers, etc. Ils ne sont ni paysans ni architectes (et l’ingénieur ne s’intéressera au moulin qu’avec l’Encyclopédie). Ils forment des corps de métiers, confréries, compagnonnages, guildes, etc. Ce millénaire s’exprime dans une véritable « culture du travail et de l’œuvre » qui marie l’esprit et la main dans les « arts mécaniques » et fait des artisans des manières de héros, agents techniques et sociaux qui créent les moyens d’une économie de production et de transformation. Le Moyen Âge est l’âge de la prolifération des machines et des « usines » (au vieux sens) qui deviennent omniprésentes et polyvalentes, douées d’une étonnante plasticité (aptitude aux modifications structurelles et fonctionnelles).

21Dans ce monde surtout paysan, encadré et dominé par les nobles et les clercs mais aussi par les notables du tiers-état (notaires, hommes de loi, bourgeois, etc.), « les gens de métiers » – au premier rang desquels les meuniers – produisent l’essentiel de la vie technique, économique et sociale. Il existe bien sûr, entre ces métiers, une hiérarchie (ordre de succession dans les fêtes) explicite ou implicite : un charpentier n’est pas un cordonnier, un forgeron n’est pas un sabotier, etc.

Et le meunier ?

22Le moulin est une œuvre collective qui devient, une fois terminée – allant et moulant – un moyen de production privé. L’« aura » des créateurs de machine semble s’arrêter à la remise des clés, et celle du meunier commence avec la première mouture... mais comment l’apprécier ? en historien ? en sociologue ? en anthropologue ?

L’anthropologue saisi par la fièvre de l’exhaustivité

23Qu’il soit proche ou éloigné de l’Histoire, l’anthropologue aimerait tout connaître du moulin et du meunier. Mais il s’agit d’une exhaustivité particulière doublée d’un souci d’exemplarité et d’un désir de totalisation. Il s’agit de rechercher l’unité de sens (ou du moins la cohérence) sous la pluralité des témoignages.

24À la différence du sociologue qui tente de construire des échantillons selon des critères ordonnés de représentativité, l’anthropologue doit se contenter d’opérer des « prélèvements » (choisis) qui, s’ils ne peuvent être représentatifs au sens strict, devront au moins être significatifs. (En réaffirmant cela, je suis à la fois fidèle à l’enseignement de Raymond Ledrut et à celui de Marcel Mauss qui n’estimait pas nécessaire d’avoir tout vu pour commencer à construire une analyse-synthèse. Cf. Les variations saisonnières des sociétés eskimos.)

25C’est la position proclamée de Carlo Ginzburg qui s’oppose à Furet lorsque celui-ci estimait que « le peuple » n’apparaissait dans l’histoire que sous les espèces du nombre et de l’anonymat. Son livre magistral, Le fromage et les vers, qui restitue l’univers mental d’un meunier du Frioul, Ménocchio (1532-1600), est une illustration éclatante d’étude d’un cas, et de la fécondité de l’approche anthropologique-historique.

Peut-on parler de méthode(s) ?

26Il s’agit de rechercher, dans la complexité, l’unité de l’objet. Il s’agit en fait d’un travail de fouille (méthodique), d’une curiosité sans censure : collecter des textes, des objets, des images, explorer une multiplicité de terrains divers. Tout classer sans rien évacuer (ni le grivois, ni l’insolite, ni l’incompréhensible : un jour viendra où le sens surgira !)

27La méthode c’est l’affût, la chasse, la collecte, la dissection... Pour Marc Bloch « tout est document ». À condition de traiter chaque « chose » comme document. (On entend déjà les réserves des puristes et des méthodologues : « L’anthropologue fait flèche de tout bois ! » Certainement, mais l’important c’est la cible et la justesse de la visée...). Effectivement, la diversité et l’hétérogénéité des documents ont quelque chose d’effrayant.

L’indispensable recours à l’histoire classique

28Importance des documents d’archives : baux à besogne, arrentements, devis divers, inventaires après décès, contrats de mariages, testaments, livres de comptes, etc. Chercher le moulin, les meules, le meunier, la meunière, l’âne, la clientèle, etc.

29Importance de la prise en compte des travaux d’historiens. Intérêt des petites et grandes monographies à analyser avec un esprit libre et critique (« l’historien d’archives » ne connaît pas toujours l’objet réel qu’évoquent les textes...). Intérêt des réflexions théoriques sur société médiévale et féodalisme (Duby, Le Goff, Boutruche, mais aussi Gimpel, Philippe, et Alain Guerreau...). On n’oubliera pas les prudences de Georges Cornet.

30Importance de la collecte iconographique pour peu qu’on s’initie à l’analyse des images. Faut-il privilégier la continuité-devenir au risque de ne pas apercevoir ou de sous-estimer les changements-ruptures (notion de ré-volution) ? Ou le contraire ? En cas de travail exemplaire (Ginzburg et ses deux meuniers) il est intéressant de se livrer à une « analyse secondaire » recentrée sur moulin-meunier-mouture...

L’indispensable ouverture aux « cultures »

31Littérature écrite et littérature orale en France et dans les pays environnants : « grandes » et « petites » œuvres.

32Les fabliaux des XIIIe-XIVe s. – le troisième conte de Canterbury de Chaucer – La Dispute du temps qu’il fait de J. Heywood – les procès d’inquisition de Ménocchio, les cahiers de doléances...

33Proverbes et dictons, chansons du folklore : une extraordinaire diversité de « représentations sociales » où traditions populaires et traditions lettrées s’entremêlent.

34Cervantès : Don Quichotte – l’anecdote d’Andrieux, Le Meunier Sans-Souci – Georges Sand : François le Champi et Le Meunier d’Angibault – E. Leroy : Le Moulin du Frau – Schubert/Pagnol : La Belle Meunière – G. Bordes : Le Roi en son moulin – Günter Grass : Les Années de chien – Bacchelli/Lattuada : Le Moulin du Pô – Herta Muller : L’Homme est un grand faisan sur terre – etc.

35Quels portraits ? quels rôles ? quel(s) statut(s) ? Artisan et/ou commerçant ?

La nécessaire confrontation avec la réalité récente : l’enquête ethnographique

36Évidemment les quatre machines autorisent à parler de 4 métiers réunis cependant en un métier commun. (Naître, vivre et mourir en meunerie : généalogies et parentèles).

37Ethnographie d’urgence : peut-on remonter jusqu’à 1900 grâce à la mémoire ? Pour cela il faut préparer des questionnaires ou guides d’entretiens « totaux » (technique, économie, société, culture) afin d’obtenir des « tranches de vie » ou des « histoires de vies » :

  • Marcel Barbier, meunier beauceron (Le vent du Ch’min)

  • Pierre Roullet, meunier angevin (C. Rivals)

  • Mathilde Tortu-Beilloire, fille de meuniers angevins (S. Estrade et C. Rivals)

38Quelles grandes idées émergent de cette exploration ? Peut-on confronter « images », représentations sociales, témoignages littéraires et oraux ? Concordent-ils avec l’enquête de terrain ?

Le meunier à son moulin : un métier pas comme les autres ?

39Cet agent de transformation et ce lieu de médiation sociale autorisent à parler d’une « culture du moulin ». Le meunier est un cas particulier d’intermédiaire social et culturel.

  • Homme du seigneur, il est un « petit seigneur », à sa manière, sur son « fief de mouture » (G. Duby). Parfois, d’ailleurs, il doit assister le seigneur dans l’application des peines liée à son pouvoir de justice.

  • Un peu clerc par ses savoirs techniques, ses liens avec toutes les couches sociales, il est (considéré comme) un peu magicien, plutôt bénéfique que maléfique ; il a une certaine sagesse proche de la nature et plutôt rationnelle (cf. Ménocchio) forgée par l’expérience du travail.

  • Ni noble ni clerc, il est objectivement roturier, « du peuple », mais différent du commun. Il est possible d’organiser la diversité des textes qui mettent le meunier en rapport avec ses partenaires :

  • Avec le peuple des campagnes ou de la ville de Paris : l’épisode tragicomique « À l’anneau, meunier ! » ; les allusions nombreuses au caractère entreprenant du meunier courtisant filles et femmes...

  • Avec le curé : dans les fabliaux et dans les farces où le meunier est trompé par le curé. Mais le meunier peut se montrer plus « intelligent », en particulier dans un conte où Henri IV arbitre ! (« de meunier évêque »). Pourquoi un tel rapport de concurrence qui rend les meuniers du Frau si anticléricaux ?

  • Avec le châtelain : dans une farce bourguignonne celui-ci se propose de « soigner » la meunière... si bien que lorsque le seigneur s’absente, le meunier s’arrange pour repêcher le diamant perdu dans le corps de la châtelaine !

40Plus politique est l’opposition du meunier-citoyen de Sans-Souci à Frédéric le Grand, prince des Lumières du XVIIIe s.

41Telles sont quelques-unes des facettes de ce personnage au statut ambigu que l’Église, dès les débuts, juge inclassable. D’ailleurs, comme le renard, les meuniers sont roux (cf. Chaucer) ; le meunier, c’est le diable !

En résumé...

42C’est auprès des meules qu’on voit le meunier. Pour gouverner sa machine, il a acquis une fine connaissance de la nature, ses prévisions météorologiques sont fiables, il maîtrise les éléments (eau, vent) et la technique. Savoirs et pouvoirs qui font de lui un personnage peu commun, tantôt admiré, tantôt craint. Ce rationaliste soucieux d’instruction fait bien partie du peuple mais il s’en distingue par son aspiration au progrès et à l’ascension sociale. Cet artisan ne fait pas d’œuvre ; il ne produit rien que de la mouture, il transforme. Les paysans peuvent dire de lui qu’il ne fait rien et pourtant il produit la substance indispensable à la vie. La farine pour le pain. C’est le paradoxe du meunier. Rôle à la fois ordinaire et extraordinaire dont le meunier – toujours présent dans la vie quotidienne et dans l’imaginaire occidental – tire un étonnant profit réel et symbolique.

Un « coq de village » ?

43La photographie est arrivée juste assez tôt pour fixer les images des diverses formes de moulins et pour mettre en scène le travail du meunier et sa place dans l’environnement naturel et social. C’est dire que les cartes postales photographiques sont d’incomparables documents, qu’il faut justement traiter pour leur valeur documentaire et pas seulement illustrative.

44L’analyse de ces réalités et de ces représentations sociales a pour « matières premières » les objets, les gestes, les mots du travail de meunerie, les rôles divers des divers agents, ainsi que leurs images de toutes natures... Peut-on mettre en ordre (ou en « système ») leurs significations réelles ou symboliques ?

45Liées comme les quatre ailes des moulins ou les quatre rayons de la roue : quatre grandes directions symboliques, ancrées dans les réalités du travail et dans les productions culturelles, peuvent être mises au jour.

461. Le moulin est une machine à moudre pour la subsistance, le meunier est son servant : il reçoit le grain, conduit les meules, rend la mouture qui, tamisée, permet la cuisson du pain quotidien. À eau ou à vent, il incarne le travail nourricier inséparable du travail de tous, du cycle des saisons, des semailles aux moissons et au battage, de la paix des champs. Moulin et meunier produisent la substance de vie dans notre civilisation du pain. Cet enchaînement est capital : travail, paix, vie. C’est surtout cet aspect-là que les peintres ont exprimé. Les chansons illustrent cela par la joie et le bonheur au moulin.

47Le moulin c’est la vie. Le meunier est un joyeux travailleur. Bien sûr, il prélève son dû, qui est travail de la machine et du temps. Il peut donc être voleur et fripon... Il sait prendre le temps, surmonter les difficultés... son intelligence est souvent empreinte de ruse, de malice, voire de roublardise. Mais lui en veut-on vraiment ? Le meunier est « bon diable ».

48Chez Bruegel, pas de moulin sans environnement humain, sans le sac qui monte et les ailes qui tournent.

492. Ce travail qui est production, transformation, se fait entre deux meules : le couple des meules moud dans la chambre des meules, dans une atmosphère claire-obscure – quelque peu mystérieuse – dans un ronronnement doux scandé par les chocs réguliers de l’auget contre l’axe moteur : c’est le tic-tac, le cœur battant du moulin.

50Le couple suppose des meules différenciées : la supérieure est le volant (ou courante, ou travaillante...), il doit être dur, ardent, mordant, chaud (masculin) ; l’inférieure est dite dormante, gisante, la gîte c’est aussi le lit, elle doit être plus tendre, plus froide, elle est dite humide... (féminine).

51Ce travail du volant sur le lit donne une mouture blanchâtre, tiède qui sort des archures souvent par saccades. Bref, le moulin est une machine sexuée. Le moulin sert à dire le rapprochement, la sexualité, l’amour, le « travail de vie », l’acte de vie.

52Tout y concourt, et le meunier, gai-luron, le sait : le sassement du grain, le va-et-vient, le frottement des courroies, le rythme qui endort les filles, etc.

53Une profusion de chansons dit cela : le thème de Marion sur son âne (pendant que les meules moulent et que le meunier « s’occupe » de Marion, le loup mange l’âne = l’innocence) : dans le thème du chasseur et de la meunière-gibier-d’amour, soit la meunière reste fidèle à son garde-moulin et à sa classe (elle parle breton ou occitan, alors que Monsieur parle français : il est chasseur, bourgeois ou seigneur), soit elle suit le séducteur.

54Au XIVe siècle, Chaucer a déjà presque tout dit. En Espagne (et au Portugal) les « chansons à moudre » ont d’évidentes connotations sexuelles...

55Bruegel n’a-t-il pas exprimé cela dans le Cortège de Noce rustique en mettant en relation le moulin (à vent) et le mariage ? Pagnol, reprenant l’œuvre de Schubert, amplifie dans La Belle Meunière le thème de la meunière et du seigneur.

563. Revenons aux commencements : les clercs connaissent évidemment le moulin. Il n’y a pas de monastère sans moulin(s). Comment enseigner les symboles religieux avec des moyens simples compréhensibles aussi bien par les vrais rustres (paysans) que par les seigneurs souvent analphabètes et peu dégrossis ?

57L’abbé Suger voit dans le moulin la machine propre à symboliser la messe. Ce sera l’allégorie du moulin mystique : l’utilisation d’une image pour transmettre une idée abstraite. Un vitrail de St-Denis perdu. Reste : le Chapiteau de Vézelay : Moïse renverse le sac de grain dans la trémie d’un moulin, c’est le message difficile, in-humain, de l’Ancien Testament. Le moulin se résume au rouet (où Ton peut voir une simplification du chrisme) et à la lanterne. St Paul recueille la mouture, fine farine assimilable qui donnera l’hostie, c’est le Nouveau Testament. Allégorie de la Concordance qui évolue dans les siècles suivants vers le Moulin du Sacrement ou moulin aux hosties. Dieu le Père est le Meunier, les Évangélistes, les Apôtres, la mouture d’hosties, l’enfant Jésus, les Pères de l’Église aboutissent à la communion. Allégorie de la Transsubstantiation.

  • Art « sacré » : vitraux et retables.

  • Bruegel : Le Portement de Croix. Pourquoi ce moulin ?

584. Version profane !

59On serait tenté de constituer des généalogies : on connaît la fontaine de jouvence, le four et la forge de jouvence (cf. Lustucru, opérateur céphalique !) Pourquoi pas le moulin ?

60On retrouve le moulin des amours sur le mode burlesque.

61La première mention semble être une pièce de théâtre populaire du Tyrol autrichien liée au cycle carnavalesque mêlant le thème du monde à l’envers et celui du rajeunissement. Mais le contexte « humaniste » de la Renaissance se prête à l’espoir d’un avenir meilleur marqué déjà par les découvertes et les inventions, les progrès de la médecine, l’espérance accrue d’une plus grande longévité...

62Un moulin apparemment itinérant se déplace de village en village. Le meunier dresse sa machine sur la place et, avec son aide, hèle la population masculine. Chaque habitant est invité à conduire au moulin sa vieille femme tordue et acariâtre : pour quelques écus elle sera passée au moulin et le meunier vous la rendra parfaite et rajeunie. Ce thème est aussi développé en Hollande. Bientôt la plupart des pays d’Europe ont leur iconographie. La France n’y échappe pas avec au moins une image d’Épinal : « Le moulin merveilleux ».

63Ce travail d’analyse n’est évidemment pas interdit à l’historien – il n’y a pas ou ne devrait pas y avoir de chasse gardée – néanmoins c’est plutôt l’anthropologue qui est à la fois formé à l’analyse symbolique et orienté vers la collecte des textes et des images, collecte qui fait parfois bon marché de la localisation spatiale des œuvres et de leur datation chronologique. C’est pourtant à ce prix que ce type de recherche est possible et fécond. Mais il faut y intégrer aussi la comparaison.

64La plus fructueuse est l’opposition meunier/forgeron. Le forgeron Scandinave et le forgeron africain apportent la dimension mythologique. Le forgeron antique puis médiéval occidental a affaire avec les métaux, le feu, la fusion, les outils et les armes, le sang, la colère et la guerre : il est le héros des sociétés guerrières jusqu’au Moyen Âge, jusqu’à la diffusion par certains ordres monastiques des moulins à fer, à martinets. Désormais, le fer n’est plus rare, alors le successeur de Vulcain se met à forger les outils de l’agriculture, et à ferrer les chevaux et les bœufs de travail. Son aura se dissipe. Alors que le meunier, tout au contraire, travaille dans la paix et pour « la vie », une « culture de paix » se substitue lentement à la « culture de guerre »...

65Mais il est une autre dimension, un prolongement à prendre en compte. Dans la perspective d’une étude vraiment totale, on devine qu’il faudrait poursuivre la recherche et prolonger la réflexion sur la suite de la transformation : la mouture n’est pas une fin, la meunerie conduit à la boulangerie...

66Le processus de mouture s’épanouit et s’achève dans la préparation (avec eau, sel et levain) de la pâte qui doit être cuite au four par le paysan, ou le fournier du village ou, en ville, par le boulanger, pour donner la première substance : le pain.

67Deux métiers voisins, successifs plutôt, dont les histoires s’entremêlent, de l’antiquité à nos jours. Il serait passionnant de mettre en parallèle leurs « représentations sociales », leurs folklores...

68Du pain sur la planche !

69Il n’est nullement étonnant que ces substances vitales, les machines qui servent à les traiter, et les gens de métier qui accomplissent les transformations, aient si fortement inspiré nos civilisations et nos cultures, tant elles sont – selon l’heureuse expression de Claude Lévi-Strauss – « bonnes à penser ».

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Outre les articles de Marc Bloch et Charles Parain connus de tous :

Ginzburg, Carlo. 1980. Le Fromage et les vers, l’univers d’un meunier du XVIe s., Paris, Flammarion.

Rivals, Claude. 2000. Le Moulin et le meunier. Mille ans de meunerie en France et en Europe. TechniqueSociétéCulturePatrimoine, Portet-sur-Garonne, Éd. Empreinte. 2 vol. : 1. Une technique et un métier ; 2. Une symbolique sociale, 480 p. (Thèse d’État remaniée et actualisée.)

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search