Desktop versionMobile Version

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Meuniers et moulins au xviie siècle en Espagne d’après le vocabulario de refranes de Gonzalo Correas (1627)1

José Forné und Maïté Mir-Andreu

Volltext

  • 1 Voir p. 270.
  • 1 Gonzalo Correas, Arte de la lengua española castellana. Edición y prólogo de Emilio Alarcos García, (...)
  • 2 Pedro Vallés, Libro de refranes, Zaragoza, 1549 ; Juan de Mal Lara (1527-1571), Filosophia vulgar, (...)
  • 3 Soit directement auprès des paysans à qui il « achetait » des proverbes qu’il ignorait, soit dans d (...)

1Dans son Arte de la lengua española castellana1 Gonzalo Correas définit ainsi la « paroimia » ou « refrán » : « Dicho conocido y vulgar acomodado a varios propôsitos en tiempo y ocasión, las más veces alegorico y sentencioso. » Quelques lignes plus loin il annonce : « Muy cumplidos y declarados [refranes] se verán en nuestro Vocabulario de refranes castellanos, el mas copioso que ha salido. » Correas disait vrai. Il va réunir, en effet, dans son Vocabulario, composé entre 1608 et 1625, quelques 25 000 proverbes et phrases proverbiales, assez souvent accompagnés de gloses explicatives, et empruntés pour un certain nombre à ses illustres prédécesseurs parémiologues du XVIe siècle (Pedro Vallés, Juan de Mal Lara, Hernán Nünez « El Comendador2 ») ou recueillis par lui3.

  • 4 Voir Louis Combet, Recherches..., op. cit., p. 182-184.

2Bien que comportant un certain nombre de proverbes non castillans (catalans, portugais, galiciens, andalous, italiens...) on peut admettre, avec Louis Combet, que ce recueil est « le reflet d’une réalité espagnole [...] correspondant à une période qui va du XIVe siècle à l’époque de sa compilation4 » et concernant essentiellement la société rurale et les activités artisanales développées dans les villages.

3À côté des autres artisans évoqués dans les proverbes – forgeron, tisserand, tailleur, barbier, savetier, boulanger (ou plutôt boulangère) – et qui apparaissent tous comme autant d’éléments indispensables à la communauté, le meunier, et le moulin, occupent une place de choix.

Le moulin

  • 5 Les chiffres entre parenthèses renvoient à la numérotation des proverbes dans la nouvelle édition d (...)
  • 6 On faisait des farines de fèves, de seigle, d’orge, d’avoine, de lentillon, de lupin. Il existait d (...)

4Qu’il soit à vent ou à eau, le moulin est clairement présenté comme un lieu de vie très fréquenté, un symbole de richesse, un instrument de pouvoir et, bien que la désignation « acena » (moulin à eau) apparaisse fréquemment, le terme « molino », dans les proverbes, s’applique aussi bien à l’un ou à l’autre type de moulin. L’un, le moulin à vent, est simplement défini comme exigeant moins de travail et moins de frais que le moulin à eau (Molinero de viento, poco trabajo y mucho dinero [Los molinos de viento no son tan trabajosos y de costa como los de agua]) (M 1075 r)5. De même « molino » et « acena » broient indifférement du blé (Mayo frío, mucho trigo. Mayo frío, muelo de trigo) (M 748 r) et aucune indication ne nous est donnée sur les autres céréales ou plantes qui produisaient aussi des farines destinées à la nourriture des hommes, des animaux ou qui servaient à la fabrication de médicaments6.

  • 7 Un texte que nous devons à l’obligeance de Robert Jammes donne une idée précise des matériaux néces (...)
  • 8 Muelo ici ne signifie pas « molienda », mais « montón de trigo », [et métaphoriquement] sustancia d (...)
  • 9 Ainsi que l’écrit par ailleurs Bertran Carbonel (1252-1265), troubadour marseillais : « c’om non a (...)

5Le moulin est décrit comme une mécanique d’horlogerie de précision, solide7 mais complexe, sur laquelle on doit veiller avec soin (El molino y el castillo, quien lo quiere, vélelo contino) (E 852 r), exigeant un abondant approvisionnement de qualité (La espiga de hebrero no va con su madre al muelo8) (L 202 r) pour produire une mouture parfaite (Es negocio corriente y moliente)9 (E 2182 r). C’est l’image du travail bien fait, achevé. C’est en quelque sorte le miroir de la maison et de l’individu.

Espace communautaire

  • 10 Dans sa glose, Correas précise : « Cumplióse a la letra el ano 1623, que fue muy seco por estremo, (...)
  • 11 « En los días que no se puede arar se ha de considerar que [...] hay muchas haciendas caseras en qu (...)
  • 12 Molinillo : « El instrumente pequeno para moler. Dícese de cualquier molino... » (Dicc. de Autorida (...)
  • 13 L’explication de Correas, dans la glose du proverbe, précise davantage le devoir du travail : Que t (...)
  • 14 . Voir Noël Salomon, La Campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle d’après les « relacio (...)

6Et si le moulin apparaît parfois comme une image du profit personnel (Traer el agua a su molino [Encaminar las cosas a su provecho]) (T 593 r) ou de l’argent facilement gagné, il est surtout considéré comme un pivot essentiel de l’économie du village : le moulin qui cesse de fonctionner, c’est le pain qui vient à manquer et la vie du village qui s’arrête (A gran seca, gran mojada10) (A 244 r). Courroie de transmission du circuit économique, il renvoie à chacun l’image de sa richesse ou de sa pauvreté. Dans la nomenclature des composantes de la richesse – et donc du pouvoir – de la communauté paysanne (activités agricoles et pastorales), le moulin est l’égal des abeilles et des brebis. Les réflexions populaires qui associent le moulin et le château renvoient à l’image des biens précieux à défendre : les grains, fruits du labeur, et la farine, l’or blanc. C’est un lieu très fréquenté et même encombré certains jours. Il exige ordre et discipline, chacun passant à son tour (Quien primero viene, primero tiene. Quien primero viene, primero muele) (Q 610 r) ce qui n’empêche pas le favoritisme, comme nous le verrons plus loin. Il se peut qu’on n’aille au moulin que lorsque les travaux des champs le permettent (Quien puede, al molino va y muele)11 (Q 615 r), mais il est sûr que c’est un lieu où peuvent se rencontrer les composants les plus divers de la communauté : tout le monde a besoin du moulin, et doit passer par lui, malgré les petits moulins (« molinillos12 ») individuels qui existaient dans certaines maisons (Haz molinillo en tu corral, y no te dirân « no hay pan13 ») (H 306 r). Les moulins individuels apportaient une sécurité supplémentaire en permettant sûrement aux paysans de fabriquer du pain qu’ils pouvaient aller vendre au bourg voisin14. Le moulin n’est pourtant pas un endroit où s’exerce l’esprit communautaire, car dans la file des clients qui attendent leur tour les jours d’affluence, on ne pratique pas la solidarité mais l’individualisme (El que está en la aceña, muele ; que el otro va y viene) (E 1120 r). Mais c’est aussi un espace niveleur qui abolit les différences qui pourraient s’insinuer virtuellement entre les habitants d’un village pour ne laisser le champ libre qu’aux capacités personnelles. Le dicton, Cuando vos íbades ayer, ya venía yo de moler (C 1484 r), exprime la jactance et la satisfaction de celui qui a réussi à moudre son blé avant les autres. Mais le moulin est sûrement un lieu convivial et peut-être un peu plus que cela. Ne le considère-t-on pas comme un lieu de débordements où les jeunes et jolies filles jouissent de favoritisme ? Nous y reviendrons.

  • 15 L’importance socio-économique du moulin est attestée dans de nombreux textes antérieurs au Vocabula (...)
  • 16 Comme le commente Corrreas dans sa glose : « Tarabilla » La del molino. Y ansí llaman al que mucho (...)

7Sans aller jusqu’à en faire des géants économiques – et encore moins des géants tout court, comme don Quichotte – on peut considérer le moulin comme un lieu important par son rôle économique et social15, et par sa situation de monopole. L’image du moulin n’est pourtant pas toujours aussi avantageuse. Un certain nombre de proverbes décrivent l’édifice et son environnement comme particulièrement bruyants : le bruit répétitif et monotone de la « tarabilla16 » (le traquet), celui de la « cítola » (le claquet) et encore celui assourdissant du « raudal » (le torrent) (Parece raudal de molino) (P 72 f), la comparaison avec le cochon (Quien quisiere ruido, compre un cochino. Quien quisiere ruido váyase al molino (Q 676 r) ; Guarte de molino por confín, y de puerco por vecín) (G 152 r), animal bruyant s’il en est. Tout cet environnement sonore réduit le moulin à une mécanique importune et génante !

Le meunier

  • 17 Comme par exemple celles provenant des « archures » octogonales (coffres en bois qui entouraient le (...)
  • 18 Maquila : « La medida que el molinero defalca y saca para sí, del grano que se muele en su molino ; (...)
  • 19 N’oublions pas les premières lignes du Lazarillo : « Mi padre [...] tenía cargo de proveer una moli (...)

8Le personnage qui est au centre de ce dispositif est bien entendu le meunier, dont la personnalité apparaît comme assez controversée. D’une part on lui reconnaît une caractéristique évidente : il est tout le temps indispensable (A buen ano y malo, molinero u hortelano) (A 24 r) ce qui lui confère prestige, puissance et pouvoir. Le travail du meunier atteint une dimension presque symbolique qui dépasse largement le cadre du moulin. Il est inséré dans le cycle de la nature (dont il figure l’éternel recommencement) et des saisons car la farine, au même titre que les légumes du jardin, permet de parer aux difficultés de l’hiver : A buen ano y malo,... On accorde au meunier des qualités dont les plus manifestes sont la robustesse et une grande force physique (Espaldas de molinero y puercos de panadera, no se hallan dondequiera) (E 2331 r) ; Tiene espaldas de molinero [Por : grandes y fuertes espaldas] (T 158 f) ; on reconnaît aussi que c’est un rude travailleur, infatigable (El molinero andando gana, que no estándose en la cama ; o velando gana...) (E 848 r). Par contre, son comportement humain est critiqué : on lui reproche une tendance à l’avidité, un goût exagéré pour le profit personnel, (Talego de lino, pero no en mi molino [Porque se sale la harina] (T 56 r) ; Costal sacudido no entre en mi molino) (C 1105 r) car, d’après ce dernier dicton, même les quelques infimes quantités de farine provenant d’une mouture antérieure sont bonnes à prendre17. Homme plein de sagacité, le meunier est prêt à utiliser de nombreux subterfuges pour s’enrichir sur le dos des autres. Une chansonnette l’illustre parfaitement : Bendígote, saco, y un celemín te saco ; vuélvote a bendecir, y sácote otro celemín ; cuando te molieres, pagarás lo que debieres (B 102 r). Correas l’explicite : Con esta chanzoneta maquilan tres veces los molineros ; da a lo menos a entender que algunos son largos en maquilar, y más fuera si no hubiera peso. C’est l’opération de remplir le sac qui se prête le mieux à la subtilisation infime certes, mais répétée, de la farine des paysans et on accuse même formellement le meunier d’être un voleur ; plusieurs proverbes insistent sur sa malhonnêteté (Ni fíes en maquila de molinero, ni en ración de despensero (N 181 r) ; Hacerse de maquilas. Hecho de maquilas) (H 206 f). La « maquila18, » qui était la seule source de revenus du meunier, est en fait pour lui le moyen d’escroquer ses clients. En multipliant les « maquilas », en « saignant » (Sangrar [Por : hurtar parte de algo, sisar, aplícase a los molineros que sangran los costales]) (S 112 f) les sacs de grains ou de farine il s’enrichit aux dépens des paysans. Ce procédé était très courant et durement puni par la loi19. Le premier niveau du profit concerne le fils du meunier : Dinero tenía el niño cuando molía el molino (D 334 r). Le commentaire est en apparence arbitraire mais fort significatif : Había en que sisar, autrement dit, il était riche parce qu’il pratiquait des détournements de farine. Le meunier, parce qu’il abuse de son droit à la « maquila », est assimilé au « despensero » qui abuse de son droit à la « radon » (No fies en maquila de molinero, ni en ration de despensero) et on le compare à d’autres corps de métiers dont la prospérité était suspecte aux yeux de la communauté (Cien sastres, y cien molineros, y cien tejedores, son trecientos ladrones) (C 507 r).

  • 20 . Pie de altar : « Emolumentos que se dan a los curas y otros ministros eclesiásticos por las funci (...)

9Le meunier est, de toutes façons, un personnage important qui appartient à la même texture sociale que la boulangère, l’éleveur de brebis ou l’apiculteur ; dans la conscience collective de ses concitoyens il est assimilé aux ecclésiastiques (Quien tiene molino y pie del altar, no te sientes con él a solejar20) (Q 797 r), personnages éminents qui n’ont pas de temps à perdre et dont les revenus étaient, on le sait, réguliers et souvent considérables.

  • 21 Moler. Voir, par exemple, cette seguidilla « Cuando vuelve los ojos – la mi morena/es serial que el (...)

10Voleur, exploiteur, le meunier se laissait-il, en plus, parfois aller à des écarts de conduite ? Alors qu’il n’est certes l’ami de personne et qu’il ne semble pas y avoir de sympathie particulière à son égard de la part des villageois, qu’il maintient fermement ordre et discipline dans la file des clients sans faire, en principe, de favoritisme, lorsqu’il s’agit de jolies jeunes filles celles-ci seront servies les premières mais non sans contreparties : Las dos hermanas que al molino van, como son bonitas luego las molerán (L 1066 r) ; de même on « moudra » et on « prélèvera sa part » à la jeune filleule alors que sa (vieille ?) marraine échappera à la « maquila » (comme la vieille du proverbe Fue la vieja al molino : tal vengais cual ella vino (F 79 r) qui repartira du moulin comme elle y était arrivée, sans avoir été touchée) : (A la ahijada, molérselo, y maquilalla ; y a la madrina, sin maquila [En lugar de « hacérselo » se puso « molérselo », porque sonaba deshonesto]) (A 270 r). Le verbe « moler » est ici, incontestablement, chargé d’une connotation sexuelle21, mais cela ne suffit pas, pour autant, à faire du meunier un débauché...

  • 22 « Nunca más perro al molino. Dicen esto las gentes escarmentadas de lo que mal les sucedió ; semeja (...)

11Les villageois ne sont, d’ailleurs, pas les seuls à fréquenter le moulin et le meunier. Autour de ceux-ci la sociabilité englobe aussi les animaux parmi lesquels il existe également une hiérarchie : comme nous l’avons déjà vu l’abeille et la brebis sont symboles de richesse, ainsi que le porc, bruyant, mais gras et bien nourri ; le poux – parasite vaniteux – se prend pour le meunier, personnage important (El piojo enharinado piensa que es molinero) (E 1038 r). Quant au chien, vagabond en quête de nourriture, pauvre hère, il est la victime désignée de la communauté tout entière : mal nourri, maltraité, chassé du moulin (toutes ses tentatives pour s’en approcher sont vouées à l’échec et mettent sa vie en danger), image de « la gente escarmentada », comme le précise Correas dans une glose22, il est « le pauvre » et n’a donc rien à faire dans ce lieu emblématique de la richesse : Muchos perros van al molino, y ¡guay del que toman ! (M 1267 r), ou Muchos perros lamen el molino... (M 1265 r) ; No busques pan en el molino del can... (N 428 r) ; Nunca más perro al molino (N 1420 r) ; Si el perro tres veces va al molino (ou a la aceña), la tercera queda cautivo (ou por la pena) (S 376 r ; S 377 r).

Travail et modernité : un mouvement créateur

12Le moulin reflète une éthique du travail. Il permet d’introduire trois idées : l’autonomie de l’individu, si chère à la modernité économique qui a tant de mal à s’implanter en Castille ; le fait que le travail est associé au mérite et enfin qu’il dépend d’un savoir-faire technique. La richesse et la respectabilité sociale en sont la récompense.

13Mais le travail du moulin est un travail qui anoblit en quelque sorte. 11 est significatif que le moulin et le fait de moudre ne soient pas uniquement spécifiques au meunier mais qu’elles concernent le paysan qui amène son grain au moulin. Moudre le grain, comme tout travail agricole, exige une énorme dose de sérieux et une consécration exclusive : Con quien tiene molino que andar, no te pongas a solejar (C 965 r). L’explication fait apparaître un double sens. Premièrement, il souligne que le travail n’admet pas de frivolité (Que el que vive de su trabajo no se ponga a perder el dia con el ocioso que tiene renta...) mais aussi que le puissant est propriétaire ou fermier d’un moulin (... ni se meta con el poderoso en barajas.). On peut donc considérer que le moulin est une sorte d’image de la réussite.

  • 23 On ne peut pas préciser cette éthique. En effet, en Espagne, à cette époque, circule autant la logi (...)

14Consécration exclusive à un travail considéré, à l’instar de la roue ou des ailes du moulin, comme un mouvement perpétuel. Le mouvement est donc productif : Alguacil en andar y molino en moler, ganan de corner (A 1558 r). Une courte série de dictons renforce progressivement cette idée : Andando gana la aceña, que no estandose queda (A 1805 r) ; El molinero andando gana, que no estandose en la cama ; o velando gana... (E 848 r) El molino andando gana, que no estando la rueda parada (E 849 r) ; El molino, mientras anda, gana (E 850 r). Ces dictons, par leur insistance sur le mouvement pourraient induire l’existence d’une corrélation magique entre « mouvement » et « gain ». Mais heureusement d’autres dictons introduisent une autre notion : le mérite. Dans, En cuanto la piedra va y vien, Dios dar del su bien (E 1555 r), il n’y a pas de doute que de sains efforts ne manqueront pas d’être couronnés par un succès « labélisé » pour ainsi dire, par Dieu qui récompense ainsi la probité du sujet. La précision, en apparence anodine, renforce l’image de mouvement, tout en l’élargissant vers un autre corps de métiers, le barbier par exemple, comme l’indique la glose : La rueda del molino y la del barbero ; que mientras hay salud, y se trabaja al oficio, hay provecho. Ce dicton illustre l’idéologie de la Contre Réforme axée sur le mérite. Si les « bonnes » actions religieuses sont couronnées par le salut, les « bonnes » actions découlant d’une éthique du travail23, ne peuvent qu’être couronnées par la richesse ou, à défaut, par un certain bien être économique. Cependant si le travail conduit inévitablement à la richesse, toute richesse n’est pas légitime. Dans la pensée populaire, la rente, assimilée à une usure déguisée, est condamnée. Dans le cas du moulin, le rentier et tout ce qui peut avoir l’apparence de rentier, représente la richesse illicite.

15Normativité sociale certes mais aussi paradoxalement individualisation des rapports sociaux. Nous avons déjà mentionné que le moulin est lieu d’affluence et de rencontre mais cela ne veut pas dire gestion communautaire. Le travail est isolé du contexte social et cela s’applique aussi par conséquent au bénéfice obtenu : Ciberuela, ciberuela, a quien le toca, ése te muela. Ciberuela, ciberuela, quien le duele, que te muela. Ciberuela, ciberuela, quien te gana, ése te muela (C 497 r). Il est hors de question de partager la richesse obtenue individuellement car il serait absurde d’aider quelqu’un à devenir riche. L’explication fournie ne laisse aucune place au doute : Que el dueño, y quien lleva el provecho, lleve el trabajo.

16Le mouvement sert aussi de « marqueur » symbolique du non travail et d’outil de stigmatisation de la paresse. On peut construire une gradation. Le dicton, Molino que no anda, no gana (M 1079 r) se suffit à lui-même et c’est l’inversion de El molino, mientras anda, gana. Un autre, No busques pan en el molino del can (N 428 r), stigmatise directement la pauvreté représentée par le chien, qui comme on l’a vu précédemment, symbolise aussi le vagabond que la faim pousse au vol. Mais il ne suffit pas de manifester de la bonne volonté, il faut disposer de qualités spécifiques. La femme par exemple, n’est pas adaptée au travail du moulin. Un des obstacles objectifs étant l’absence de capacités physiques (pensons aux Espaldas de molinero...). Même jeune et intégrée dans la famille, la femme n’est pas un maillon fiable : Asna con pollino, no va derecha al molino (A 2255 r). Ce dicton indique que la femme, abaissée ici au rang d’un animal, certes vaillant, est prête à se laisser distraire des tâches vitales pour la maison. Celui de, Vino, marido, que no molino (V 296 r) indique un degré supplémentaire dans la dévalorisation. La femme préfère se prélasser en goûtant aux plaisirs (ici, le vin) au lieu de travailler. La jeunesse non plus n’est pas très disposée au travail. Le dicton, Molinillo ¿ por qué no mueles ?Porque me beben el agua los bueyes (M 1078 r), souligne l’agitation inhérente à la jeunesse mais aussi le manque de discernement dans les prétextes des jeunes. Le terme molinillo, utilisé dans la lyrique populaire, n’est pas attribué sans raison : il faut que le mouvement ne soit pas désordonné pour qu’il donne les fruits escomptés. Les deux dictons suivants, Molinillo, casado te veas, que ansí rabeas (M 1077 r), et Casado te veas, molino (C 372 r), nuance le sens. Correas souligne pour le second proverbe qu’il s’agit bien d’une alegoría para mozo inquieto, un jeune qui ne pense qu’à s’amuser alors que le premier « molinillo » est pris au sens pastoral ou rustique. On peut aussi se permettre de penser que se marier équivaut à faire rentrer les choses dans l’ordre.

Qualités morales et savoir technique

17Bien entendu, la pierre angulaire du succès est tout simplement l’envie de travailler : A molino picado (A 544 r). Cette expression signifie corner mais aussi hacer algo con aliento y ganas. Il faut donc une certaine force de caractère. Les qualités personnelles peuvent être représentées par la prévoyance et l’autonomie personnelles. Le dicton déjà cité, Haz molinillo en tu corral..., conseille qu’il faut se prendre en charge et ne pas s’attendre à ce que la solution des problèmes vienne de l’extérieur. Un autre dicton semble réduire la prévoyance au fait de surmonter la paresse et se lever tôt : Quien va al molino y no madruga, los otros muelen y él se espulga (Q 874 r). Il peut être mis en corrélation avec d’autres dictons actuels (p. e. : A quien madruga, Dios le ayuda) qui insistent sur la promptitude. Deux autres dictons insistent de manière on ne peut plus explicite sur le fait que la prévoyance inclut la débrouillardise : El que esta en la aceña, muele ; que el otro va y viene (E 1120 r) Quien primero viene, primero muele (dont une variante est Quien primero viene, primero tiene) (Q 610 r). Ce dernier confirme ce que nous avions déjà exposé précédemment, c’est-à-dire que si le moulin est un espace collectif c’est l’utilisation extrêmement individuelle qui prime sur le reste : pas d’ordre de préséance ni d’ordre institué par un rang, c’est chacun pour soi. On peut ajouter comme qualité personnelle subsidiaire la patience et la persévérance qui exigent à leur tour une vision à long terme représentée par l’expression, Hacerse de maquilas. Hecho de maquilas. Correas fournit une longue explication : Cuando el molinero de muchas maquilas hace sus hanegas y caudal, ansi el que hace sus cosas de diversas ayudas y pedazos ; y ddnselo en baldôn que « se hizo (o medró) de maquilas », que es : de lo que hubo de otros, de cada parte un poco (H 206 f). Si dans ce commentaire on insiste sur le terme « medrar » (s’élever) c’est pour souligner que le gain est le résultat de l’accumulation de petits gestes et de petits efforts.

18Le moulin est un espace où les utilisateurs sont non seulement en concurrence entre eux, mais où ils doivent aussi prévenir les agissements du meunier. Le dicton suivant, Quilma de lino, no la lleves a tu molino (Q 909 r), décrit un comportement préventif de la part de l’utilisateur : il doit porter des sacs en cuir car les sacs de lin laissent s’échapper cette denrée vitale. Notons que tu molino, indique l’appropriation individuelle symbolique d’un espace collectif.

19Le moulin est un mouvement ordonné (y compris dans le tour de chacun) qui n’admet pas de pause ni d’interruptions et qui exige une logique précise. Il apparaît comme un mécanisme d’horlogerie savamment ordonné qui fait qu’un biscayen s’écrie d’émerveillement : Piedra sauta, piedra santa, que de suyo se anda ; no, juras a Dios : por arte del diablo andar vos (P 489 r). En laissant de côté l’interrogation du pourquoi un biscayen, représentant d’une communauté particulièrement industrieuse, ce qui doit être souligné c’est que gérer un moulin, tout comme gérer un ménage, exige non seulement une force de caractère certaine mais aussi un savoir technique éprouvé. La situation idéale serait que même le climat participe à ce long processus qui va du semis jusqu’à la fabrication du pain : La espiga de hebrero no va con su madre al muelo (E 202 r) ; Mayo frio, mucho trigo. Mayo frio, muelo de trigo (M 748 r). Plus concrétement, le processus technique commence par la maitrise de l’eau. Les dictons suivants : El molino va al agua (E 851 r) ; Sabe traer el agua a su molino (S 15 r) et Traer el agua a su molino (T 593 r), de par leur évidence même se passent de toute explication technique mais l’utilisation métaphorique souligne, pour le premier, un savoir déductif, tandis que les deux autres indiquent la capacité à organiser une situation à son avantage. Celui, No va por ahí el agua al molino (N 1307 r), indique, inversement, un raisonnement erroné. L’eau, allégorie par antonomase du mouvement, représente donc un pari pour le meunier qui doit déployer toute sa science pour la maîtriser ; le meunier doit prévoir d’avance et maîtriser une situation difficile dès les débuts. Il est hautement significatif que la corrélation eau-moulin soit celle qui, dans le thème analysé, ait un contenu hautement métaphorique ou allégorique. Car l’eau, comme le temps, est un élément volage, insaisissable, futur et passé, mais jamais présent, qui se prête parfaitement aux significations multiples : Agua que pasô, molino no muele. Agua pasada no muele molino (A 1030 r) ; Con agua que pasô, molino no muele ; Con agua pasada no muele molino (C 842 r). Elle symbolise l’éphémère et souligne la vanité des efforts humains : Lo que el agua trae, el agua lo lleva (L 1300 r). L’eau, à défaut de pouvoir être dominée peut être apprivoisée, avec de la sagacité et de la patience. Il faut donc s’adapter à elle : Ya que el agua no va al molino, vaya el molino al agua (Y 52 r), l’approcher là où elle présente le moins de danger : Heredad por heredad, molino de pan ; en arroyo que no en caudal (H 351 r). Correas précise qu’une rivière est sujette à des débordements tandis que le ruisseau est naturellement déjà canalisé.

20L’eau même apprivoisée peut devenir menaçante : Guay de la molinera que al molinero el agua le lleva ! (G 158 r). Ce dicton qui s’apitoie sur le sort de la meunière dont le mari a été emporté par les flots indique la fragilité de la femme au moulin car, si même le mari, censé être fort et intelligent a été emporté, quel sera son propre sort à elle ? D’autres fois l’eau peut se montrer tout aussi dangereuse par ses sautes d’humeur imprévisibles que par son absence : No venga a la vega lo que desea la rueda (N 1317 r). Quand l’eau se fait rare, tout le système économique du village se trouve bouleversé. Correas précise :...la rueda del molino que quiere el agua para andar, y no la vega. Autrement dit, il pourrait apparaître une confrontation aveugle et sans issue entre le potager et le champ (dans la mesure où le blé est amené au moulin). Mais le dicton suivant, A gran seca, gran mojada(A 244 r), trascende les contingences matérielles : « Aux grands maux, les grands remèdes ».

  • 24 Cervantes, Don Quichotte de la Mancha, ed. et notes de F. Rodriguez Marin, Madrid, Espasa-Calpe, 19 (...)

21La maîtrise de l’eau n’est pas le seul souci du meunier. Le moulin exige de la propreté et de l’ordre tel que l’indique l’expression, Parece molino. Parece aceña (P 68 f), au sujet d’une maison bien tenue ou d’une femme bien mise. Les matériaux doivent être de bonne facture pour éviter les pannes : El penazo y la lanterna, de acebuche sera buena (E 990 r). Le peñazo (sorte de roue crantée) et la lanterna (roue en bois) doivent être en bois d’olivier, très difficile à façonner mais d’une grande solidité et d’une grande résistance à l’usure. Mais malgré tous les soins il faut s’attendre à l’imprévu : Por demás es la cítola del molino, cuando el molinero es sordo (P 688 r). La ci tola, est une tablette en bois qui annonce par son bruit que la roue tourne au rythme convenu. Ce dicton stigmatise le comportement obtus et borné se refusant à voir la réalité ou à écouter les conseils et les avertissements. Avec le moulin, mécanisme fragile et exigeant, il faut être sur le qui vive et deux dictons établissent une comparaison avec la femme, être capricieux (Al molino y a la esposa, siempre falta alguna cosa) (A 1327 r), et dont il faut se méfier (Al molino y a la mujer, andar sobre él) (A 1328 r). Par contraste avec le moulin à eau – dont la force mécanique est évoquée par Cervantes et de laquelle Don Quichotte fait l’expérience au cours de l’épisode de la barque « enchantée », mise en morceaux par les roues des « aceñas24 » –, le moulin à vent (c’est le seul dicton – M 1075 r-) caractérisant ce type de moulin), apparaît comme une sinécure. Peut être, dans ce cas, le meunier est-il imaginé plus comme un rentier que comme un vrai meunier. Enfin, étant donné ce que nous avons décrit, nous terminons cette partie avec un dicton, en apparence, surprenant : Es negocio corriente y moliente (E 2182 r). Il nous semble qu’il symbolise la récompense aux valeurs morales (envie de travailler et capacité de discernement) et des capacités techniques : une fois toutes les dispositions prises le résultat est à l’image d’une horloge bien entretenue et marquant le temps avec exactitude. L’explication donnée semble nous le confirmer : Díce se de lo fácil y hacedero, con semejanza del molino que bien anda y muele.

Un terme écrasant : moudre

22Deux connotations découlent de ce terme. La première, positive, est liée au travail et aux dispositions morales. Le dicton déjà cité, A molino picado (A 544 r), induit l’envie de travailler mais aussi de bien faire les choses. L’explication donnée à Corriente y moliente : De lo hacedero ordinario y aderezado (C 291 f), ajoute que le travail doit être quotidien mais qu’il doit être aussi bien fait (aderezado). Moudre, à l’instar de la roue du moulin, signifie aussi mouvement productif. Il ne faut donc jamais s’arrêter de travailler comme si l’arrêt signifiait une porte ouverte par où s’infiltreraient tous les vices. Sans doute pour ajouter une dimension plus agréable au devoir, la sagesse populaire identifie aussi la mouture au fait de manger. Une série de dictons et leurs explications respectives nous l’évoquent. Au premier, Tener picado el molino (T 106 f), correspond l’explication, buena gana de comer, avoir envie de manger. Au deuxième, Picado está el molino (P 166 f), on ajoute une gradation supplémentaire : Al comer con gana, manger avec plaisir. Les dictons, Tras molino picado (T 631 r) et, Estar picado el molino (E 651 f), sont des transpositions plus larges car Correas ajoute pour le premier :... trasládase a otras cosas que se hacen con gana et le deuxième s’applique à ceux qui están bien dispuestos y ganosos de hacer algo, bien disposés à travailler.

  • 25 Sur le cycle lyrique du moulin et du meunier et en particulier sur le thème du « moulin d’amour », (...)
  • 26 Correas relève aussi : « Otra vez a doce. [Cuando se repite alguna importunación]. »
  • 27 « Echarlo a doce y nunca se muela », « Échese a doce y nunca se venda », « Echémoslo a doce, mas qu (...)

23Une formule, A todo moler (A 157 f), sert de transition à la deuxième connotation, négative, du terme « moudre » : No ha de ir, o llevarse « a todo moler », autrement dit, tout ne doit pas être fait de la même façon et le travail exige discernement parce que tout ne passe pas par le même tamis. Cela introduit au fait que « moudre » est aussi synonyme d’écrasement, de manque de délicatesse, d’absence de tact. Le dicton, Molido como cibera (M 182 f), concerne la fatigue corporelle, voire la douleur physique, de même que les expressions, utilisées hier comme aujourd’hui, Moler los hígados. Muele los hígados. Molióme los hígados (M 181 f) : le foie en tant que viscère est, dans l’imaginaire populaire un organe interne extrêmement sensible. Mais les formules populaires donnent à ce terme une signification figurée : Tiéneme molido. Tiéneme molidas las entrañas... los hígados (T 184 f). L’explication est autant laconique qu’expressive : del cansativo, celui qui nous fatigue. Une autre formule, Molinero sois, amor, y sois moledor25 (M 1066 r) nous fait imaginer une jeune femme courtisée par un prétendant particulièrement pressant. Un autre dicton introduit une connotation de bruit lancinant : El mucho hablar muele, y el mucho rascar escuece (E 878 r). Le quémandeur est aussi un autre personnage fatigant : A los importunos pedidores, dallos de mano como a moledores (A 469 r). Donc, il est impératif d’éconduire ce type de personnage. Une méthode consiste à utiliser (positivement ?) le terme « moudre » comme appât, comme mensonge destiné à éloigner un importun et qui nous donne le temps de nous mettre à l’abri : Harre allá, que a doce muelen26 (H 201 r). L’importun est censé partir à la recherche d’une richesse au superlatif, car si la farine est la concrétisation d’un gain, moudre à douze laisse imaginer l’abondance. Dernière gradation dans le sens métaphorique, le dicton, Unos nacieron para moler y otros para ser molidos (U 143 r), résume l’aspect concret et allégorique contenu dans ce terme. Moudre est sinonyme de richesse et d’autonomie tandis qu’« être moulu » signifie pauvreté et dépendance. Enfin, un dicton isolé, mais étroitement lié à l’individualisme pratiqué dans le moulin, nous précise que moudre son grain est une activité individuelle qui exige le plus grand sérieux : Echarlo a doce y nunca se muela27 (E 71 r). Si les travaux des champs dans le plateau castillan septentrional (comme au Pays basque, d’ailleurs) donnaient lieu à l’entraide, moudre la farine à douze signifie quelque chose qui n’a pas été fait ou un travail bâclé.

Richesse méritée

24Une série de dictons déjà cités, et leurs variantes, renouent avec le mouvement comme synonyme de richesse : El molinero, andando gana... (E 848 r) ; El molino, mientras anda, gana... (E 850 r) ; etc. Un refrain, Solía que andaba el mi molino, más agora no (S 868 r) et le dicton Para todos se vuelve la rueda, para mi solo se esta queda (P 220 r), soulignent de manière plaintive et allégorique que « mouvement » signifie ordre et richesse et que la roue arrêtée signifie malheur et pauvreté. La roue de la Fortune, change pour les autres (du mal au bien) et pas pour le meunier. Cependant le mouvement comme facteur de richesse ne saurait se limiter au seul meunier. Nous avions déjà rencontré l’alguacil et l’hortelano, mais d’autres corps de métier sont présents. Ce sont des métiers qui impliquent un savoir faire technique tel que la boulangère : Espaldas de molinero y puercos de panadera, no se hallan dondequiera (E 2331 r) et le barbier : En cuanto la piedra va y vieil, Dios dará del su bien (E 1555 r). Correas nous précise qu’il s’agit de la pierre à affûter : La rueda del molino y la del barbero ; que mientras hay salud, y se trabaja al oficio, hay provecho.

25L’abeille concentre l’image du mouvement et du savoir : Quien tiene abeja y oveja y muela que trebeja, con el rey puede entrar en conseja (Q 749 r). Ce dicton représente le maximum de pouvoir : des troupeaux, des ruches et un moulin. Un pouvoir qui peut mener très loin, jusqu’à la Cour, par exemple. De manière moins hyperbolique, d’autres dictons suggèrent que celui qui possède un moulin est quelqu’un de puissant. Le dicton, Con quien tiene molino que andar, no te pongas a solejar (C 965 r) vu de manière différente par rapport à la première fois, conseille de ne pas déranger le puissant qui peut devenir menaçant comme l’indique la fin de l’explication (... ni se meta con el poderoso en barajas). Le moulin donc est signe de richesse (El molino y el castillo...), un héritage de rêve (heredad por heredad...) et la possibilité d’être en quelque sorte, le roitelet du village : Sea yo merino, siquiera de un molino (S 216 r). Le meunier est assimilé aux puissants, même si nous savons maintenant que dans beaucoup de cas ils n’étaient que des fermiers de riches propriétaires. Être ami d’un meunier est quelque chose d’utile mais pour être ami d’un puissant il faut être dans les normes ; assumer une relation de soumission. A piedra queda, amigo molinero (A 610 r), indique que quand le meunier n’a pas de travail, il fait ami-ami avec tout le monde (il perd de sa morgue). Correas appuie ce constat en soulignant : Que enfonces hace amistad.

  • 28 bodigo : pain de luxe qu’on offre au curé.

26Le moulin, en dehors de son propriétaire, représente aussi la richesse pour ses utilisateurs. Le sac plein qu’on y amène est, une fois de plus, la figure métonymique d’une richesse, relative, certes, mais bien réelle à l’échelle de l’humble paysan, une sorte de coussin financier qui permet de parer aux mauvaises passes ou d’élaborer des projets : Costal sacudido no da bodigo28 (C 1104 r). Un bref récit illustre de manière amusante la fierté, l’entrain et la joie d’une femme complétement sourde dont le mari a bien travaillé et a rapporté beaucoup de farine du moulin : Como estáis, casada ?Barriendo y regando cada mañana.Como estáis, os digo ? – A la aceña fue mi marido.Vos trasoídes ?Una hanega y dos celemines.Sois sorda ? – Buena y gorda. ! Válate el diablo con la mujer !Dios vaya con él (C 723 r). Ici on trouve tout un inventaire de la normalité sociale : la femme entretient la maison, son mari est un bon travailleur, il a rapporté beaucoup de farine, elle jouit d’une bonne santé parce qu’elle mange a sa faim.

Conclusion

27Le recueil de Correas n’échappe pas à la règle concernant les dictons : ce ne sont pas des formules figées une fois pour toutes. Les dictons échappent à toute tentative de formalisation. Ils sont « propriété », pour ainsi dire, de celui qui les utilise et qui peut, à sa convenance, créer des variantes et leur donner une signification qui échappe à leur sens littéral. Parfois, selon le lieu géographique, le métier, etc., le dicton peut se transformer de telle manière qu’on a du mal à en trouver la signification originelle. C’est ici que ce recueil donne des renseignements que les textes strictement littéraires et les sources historiques ne peuvent pas fournir. En effet, les proverbes nous renseignent sur les mentalités de l’époque et nous donnent des images de chaque élément de la réalité sociale, économique et culturelle.

28On pourra nous objecter que l’interprétation des proverbes en général, souvent commandée par les circonstances, est dans bien des cas arbitraire. Correas, lui-même, hésite souvent, proposant des exégèses variées et même contradictoires dans ses gloses. L’ensemble des dictons concernant le moulin et le meunier présentés ici, sont une construction parmi d’autres et c’est ce qui confère à ce sujet tout son intérêt et toute sa richesse car les constructions ne constituent pas, loin de là, des ensembles fermés et définitivement figés.

29Mais le rapprochement des proverbes concernant un thème précis finit par constituer une sorte de contexte qui les éclaire l’un par l’autre. Nous espérons que c’est l’impression que le lecteur retirera de cet ensemble de proverbes que nous lui avons présenté, et que les lignes directrices que nous lui avons tracées lui paraîtront plausibles.

Traduction des proverbes utilisés dans le texte

A 24 r- Que l’année soit bonne ou mauvaise, il y aura toujours un meunier ou un jardinier.

A 157 f- Moudre à tout venant [n’importe comment].

A 244 r- À grande sècheresse, grandes pluies.

A 270 r- À la filleule lui moudre ça et la faire payer ; et à la marraine, sans la faire payer. (Au lieu de « lui faire ça », on a mis « lui moudre ça », parce que c’était malsonnant.)

A 469 r- Les quémandeurs importuns, renvoie-les comme s’ils voulaient te moudre.

A 544 r- À meule piquée de frais. (Manger, ou faire quelque chose avec entrain et envie.)

A 610 r- Pierre immobile rend le meunier aimable.

A 1030 r- Eau qui est passée ne fait pas tourner le moulin.

A 1327 r- Au moulin et à l’épouse, il manque toujours quelque chose.

A 1328 r- Le moulin et la femme, ne pas les quitter des yeux.

A 1558 r- L’alguacil, en marchant, et le moulin en tournant, gagnent de quoi manger.

A 1805 r- C’est en tournant que le moulin rapporte, et non en étant au repos.

A 2255 r- L’ânesse qui a un ânon ne va pas droit au moulin.

B 102 r-Je te bénis, sac, et te prends un boisseau. Je te rebénis et te prends encore un boisseau : quand tu seras moulu, tu me paieras ce que tu dois. (Avec cette chansonnette les meuniers prennent trois fois leur part ; elle laisse du moins entendre que certains se servent largement, et se serviraient davantage s’il n’y avait pas de balance).

C 291 f- Courant et facile à moudre.

C 372 r- Petit moulin, puisses-tu te voir marié toi qui ne cesses de remuer.

C 497 r- Petit grain, petit grain, que te porte au moulin qui doit le faire. Petit grain, petit grain, que te porte au moulin qui a fait le travail. Petit grain, petit grain, que te porte au moulin qui te gagne. (Que le maître et celui qui retire du profit, fasse le travail.)

C 507 r- Cent tailleurs et cent meuniers, et cent tisserands font trois cents voleurs.

C 723 r- Comment allez-vous, femme ? – Je balaie et j’arrose tous les matins – Comment allez-vous, vous dis-je ? – Mon mari est allé au moulin – Vous avez mal compris ? – Une hémine et deux boisseaux. – Vous êtes sourde ? – Grosse et bien portante. – Que le diable emporte cette femme. – Que Dieu vous accompagne.

C 842 r : Voir A 1030 r.

C 965 r- Ne te mets pas à bavarder avec celui qui a un moulin qui tourne. (Car celui qui vit de son travail ne doit pas perdre son temps avec l’oisif qui vit d’une rente, ni se frotter aux puissants.) (N.B. : l’oisif c’est celui qui a le moulin loué à un meunier).

C 1104 r- De panetière vide, jamais bonne brioche.

C 1105 r- Sac secoué n’entrera pas dans mon moulin.

C 1484 r- Quand hier vous alliez moudre, moi je m’en retournais.

D 334 r- Quand le moulin tournait, le petit avait de l’argent. (Il y avait de quoi « chiper ».)

E 71 r- Mettons-le à vil prix et si on ne le vend pas, tant pis. (Faire les choses sans tenir compte des conséquences.)

E 651 f : Voir T 106 f.

E 848 r- C’est en s’activant (ou en veillant) et non pas en restant au lit que le meunier gagne sa vie.

E 849 r- Le moulin gagne en tournant, et non avec la roue au repos.

E 850 r- Moulin qui tourne, rapporte.

E 851 r- Le moulin va à l’eau.

E 852 r- Le moulin et le château, qui le veut doit y veiller sans cesse.

E 878 r- Trop parler nuit, trop gratter cuit.

E 990 r- La lanterne et son engrenage, en bois d’olivier.

E 1038 r- Le pou enfariné se prend pour le meunier.

E 1120 r- Qui est au moulin, moud ; l’autre va et vient.

E 1555 r- Tant que la pierre va et vient, Dieu donnera du bien. (La meule du moulin et celle du barbier ; car tant qu’il y a la santé et du travail, il y a du profit.)

E 2182 r- C’est une affaire courante et facile à moudre. (Se dit de ce qui est facilement faisable, à l’image du moulin qui tourne et moud bien).

E 2331 r- Épaules de meunier et cochons de boulangère ne se trouvent pas n’importe où.

F 79 r- La vieille s’en fut au moulin : puissiez vous venir comme elle en revint.

G 152 r- Garde toi d’un moulin à proximité, et d’un cochon comme voisin. G 158 r-Pauvre de la meunière, dont l’eau emporte le mari.

H 201 r- Va te faire moudre ailleurs.

H 206 f- Être fait de poignées de farine. Fait de poignées de farine.

H 306 r-Fais-toi un petit moulin dans ta cour et on ne te dira pas : « Il n’y a pas de pain ». (Prends tes affaires en main, et travaille pour avoir de l’argent.)

H 351 r- Héritage pour héritage, moulin à blé ; sur un ruisseau, non sur une rivière.

L 202 r- L’épi de février ne va pas avec sa mère [enveloppe] à la meule.

L 1066 r- Les deux sœurs qui vont au moulin, comme elles sont jolies, seront vite servies.

L 1300 r- Ce que l’eau apporte, l’eau l’emporte.

M 181 f- Moulu jusqu’au foie ; jusqu’aux entrailles.

M 182 f- Moulu comme du grain.

M 748 r- Froid de mai, beaucoup de blé. Froid de mai, meule de blé.

M 1075 r- Moulin à vent : peu de travail, beaucoup d’argent. (Les moulins à vent n’exigent pas autant de travail, ni de frais que les moulins à eau.)

M 1076 r- Vous êtes meunier, amour, et nous sommes moulus.

M 1077 r- Puisses-tu te voir marié, petit moulin !

M 1078 r- Petit moulin, pourquoi ne mouds-tu pas ? – Parce que les bœufs me boivent l’eau.

M 1079 r- Moulin qui ne tourne pas, ne rapporte rien.

M 1265 r- Beaucoup de chiens vont lécher au moulin...

M 1267 r- Beaucoup de chiens vont au moulin, et malheur à celui qu’on attrape !

N 181 r- N’aie confiance ni dans la mesure du meunier, ni dans la portion de l’intendant.

N 428 r- Ne cherche pas de pain au moulin du chien.

N 1307 r- Par là, l’eau n’ira pas au moulin.

N 1317 r- Ce que la roue désire, ne le souhaitons pas à la vallée. (... la roue du moulin qui a besoin d’eau pour tourner et non la vallée.)

N 1420 r- Plus jamais chien au moulin.

P 68 f- On dirait un moulin [à vent ; à eau].

P 72 r- On dirait débit de moulin.

P 166 f : Voir T 106 f.

P 220 r- La roue tourne pour tout le monde, pour moi seul elle est immobile.

P 489 r- Pierre sainte, pierre sainte, qui tourne toute seule ; non, par Dieu ! c’est le diable qui la fait tourner.

P 688 r- Le cliquet est de trop au moulin quand le meunier est sourd.

Q 610 r- Premier arrivé, premier servi. Qui arrive le premier, moud le premier.

Q 615 r- Celui qui peut va au moulin et moud.

Q 676 r- Qui veut du bruit, qu’il achète un cochon. Qui veut du bruit, qu’il aille au moulin.

Q 749 r- Qui possède abeille, et brebis et meule qui tourne, peut traiter avec le roi.

Q 797 r- Ne t’assieds pas, pour passer le temps, avec qui a un moulin et des rentes d’Eglise.

Q 874 f- Qui va au moulin et ne se lève tôt, les autres moulent et lui, il s’épouille.

Q 909 r- Sac de lin, ne l’apporte pas à ton moulin.

S 15 r : Voir T 593 r.

S 112 f- Saigner. (Pour : voler une partie de quelque chose, « chiper » ; s’applique aux meuniers qui font des saignées dans les sacs.)

S 216 r- Puissé-je commander, au moins dans un moulin.

S 376 r- Si le chien va trois fois au moulin, la troisième on l’attrape.

S 377 r : Voir S 376 r

S 868 r- Avant, mon moulin tournait, mais plus maintenant.

T 56 r- Sac en lin, mais pas dans mon moulin. (Parce que la farine s’en échappe).

T 106 f- Avoir la meule piquée de frais.

T 158 f- Il a des épaules de meunier. (Pour : de grandes et fortes épaules.) T 184 f : Voir M 181 f.

T 593 r- Amener l’eau à son moulin. (Acheminer les choses à son avantage.)

T 631 r : Voir T 106 f.

U 143 r- Certains sont nés pour moudre, d’autres pour être moulus.

V 296 r- Du vin, mari, pas le moulin ; ou pas de lin [à tisser].

Y 52 r- Puisque l’eau ne va pas au moulin, que le moulin aille à l’eau.

30Gonzalo Correas (1571 ?-1631) fut professeur de grec et d’hébreu à l’Université de Salamanque. De son vivant il fit publier plusieurs traités de grammaire et exposa dans Ortografía castellana (1630) ses théories originales (radicalement phonétistes) sur l’orthographe. L’Arte de la lengua española castellana, préparé pour l’édition en 1625, ne sera édité pour la 1ère fois qu’en 1903 par le Comte de la Viñaza. Quant au Vocabulario de refranes y frases proverbiales (dont le titre exact est Vokabulario de Rrefranes i Frases proverbiales, i otras Fórmulas komunes de la lengua kastellana, en ke van todos los inpresos antes, i otra gran kopia ke xuntó el Maestro Gonzalo Korreas, Katredátiko de Griego i Hebreo en la Universidad de Salamanka. Van añedidas las deklaraziones i aplikazión adonde parezió ser nezesaria. Al kabo se ponen las frases más llenas i kopiosas), son manuscrit, légué par Correas au Collège Trilingue de Salamanque, restera oublié pendant plus d’un siècle. Une copie incomplète et fautive en sera réalisée en 1780 à la demande de la Real Academia Espanola, et c’est celle qui sera utilisée beaucoup plus tard, pour les deux éditions académiques (forcément fautives et incomplètes elles aussi), celle de Miguel Mir en 1906, et celle de 1924. Il faudra attendre Tannée 1967 pour voir enfin paraître, préparée par Louis Combet, l’édition du ms. original, disparu de Salamanque vers 1835 et retrouvé en 1960 par Robert Jammes sur les rayons de la Bibliothèque Nationale de Madrid. C’est ce travail, remarquable en tous points, qui sert de base à une nouvelle édition, réalisée sous la direction de Robert Jammes, qui propose un texte à l’orthographe modernisée, présenté selon Tordre alphabétique normal et d’où sont extraits les proverbes utilisés dans la présente étude. (Pour plus de détails sur les différentes éditions et leurs caractéristiques voir Gonzalo Correas, Vocabulario de refranes ... Texte établi, annoté et présenté par Louis Combet, Bordeaux, Institut d’Études Ibériques et Ibéro-Américaines de l’université de Bordeaux, 1967, XXV-797 p., ainsi que Louis Combet, Recherches sur le « refranero » castillan, Paris, « Les Belles Lettres », 1971, 501 p.)

Anmerkungen

1 Gonzalo Correas, Arte de la lengua española castellana. Edición y prólogo de Emilio Alarcos García, Madrid, CSIC-RFE, 1954, p. 398-399.

2 Pedro Vallés, Libro de refranes, Zaragoza, 1549 ; Juan de Mal Lara (1527-1571), Filosophia vulgar, Sevilla, 1568 ; Hernán Núñez (1475 ?-1553), surnommé « El Comendador griego » par ses contemporains), Refranes o proverbios en romance que nuevamente coligió y glosó el Comendador, Salamanca, 1555.

3 Soit directement auprès des paysans à qui il « achetait » des proverbes qu’il ignorait, soit dans des œuvres littéraires (les romances viejos, la Célestine, le Lazarillo ou dans les poésies de Góngora. Sur ce point précis voir Robert Jammes, L’anticléricalisme des proverbes espagnols, in Les Lettres modernes [Paris], 5, nov. 1958, p. 365-383).

4 Voir Louis Combet, Recherches..., op. cit., p. 182-184.

5 Les chiffres entre parenthèses renvoient à la numérotation des proverbes dans la nouvelle édition du Vocabulario de refranes y frases proverbiales (1627). Edición de Louis Combet, revisada por Robert Jammes y Maïté Mir-Andreu, Madrid, Editorial Castalia, 2000, XXIII-1180 p. Nueva biblioteca de erudición y critica) et à leur traduction en annexe à cette étude (r = refrán ; f = frases).

6 On faisait des farines de fèves, de seigle, d’orge, d’avoine, de lentillon, de lupin. Il existait des moulins à lin, considérés comme peu efficaces : « ... Unos lo sacuden sobre sábanas, y esto me parece mejor que lo que vi hacer en Arroyo, molinos que con un peine de madera tan estrecho de poa, que la cabezuela dónde está la simiente no se pudiese pasar [...] y de aquelle manera mucha simiente se pierde. » Et bien sûr des moulins à huile qui devaient être « bien cerrados que haya calor dentro y haya mucha lumbre ». La farine d’avoine et de lentillon servaient à faire des emplâtres et celle de lupin aidait à lutter contre les parasites intestinaux. Voir Alonso de Herrera, Agricultura general..., Madrid, Por la viuda de Alonso Martin, 1620, Lib. I°, cap. XIII, fol. 13 ; cap. XVI, fol. 13 ; cap. XX, fol. 19 ; cap. XXI, fol. 19 ; XXIII, fol. 18 ; cap. XXVI, fol. 21 ; cap. XXXV, fol. 92.

7 Un texte que nous devons à l’obligeance de Robert Jammes donne une idée précise des matériaux nécessaires à l’édification ou à la consolidation d’un moulin. Il s’agit de relevés notariaux de biens appartenant à Don Gonzalo de Saavedra y Torreblanca, conseiller municipal à Cordoue, poète et beau-frère de Góngora ; biens incluant, entre autres, des moulins sur le fleuve Guadajoz. Voir Rafael Ramírez de Arellano, Ensayo de un catálogo biográfico de escritores de la provincia y diócesis de Córdoba, Madrid, Biblioteca Nacional, 1921, p. 579-584. Ce texte donne également des précisions intéressantes sur les fermages et les rentes (cf. note 23).

8 Muelo ici ne signifie pas « molienda », mais « montón de trigo », [et métaphoriquement] sustancia de hacienda, fuerza y cuidado », comme l’explique Correas au proverbe « Tu duelo, de muelo ; el ajeno, de pelo. »

9 Ainsi que l’écrit par ailleurs Bertran Carbonel (1252-1265), troubadour marseillais : « c’om non a gaug pas del moli, mas per la moutura que’n tra... » (pues nadie disfruta del molino sino por la molienda que saca de él). Voir Martin de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, III, Barcelona, Editorial Ariel, 1983, p. 1402.

10 Dans sa glose, Correas précise : « Cumplióse a la letra el ano 1623, que fue muy seco por estremo, tanto que se secaron las fuentes de muchos lugares en el verano ; Tormes casi no corna, y no molían las acenas, y hubo carestía de pan cocido, y entré el invierno muy mojado por otubre. »

11 « En los días que no se puede arar se ha de considerar que [...] hay muchas haciendas caseras en que ocuparse entonces enderezadas todas a las labranzas : [...] hácense valladares, sogas, orejeras, quítanse arroyos, friéganse tinajas, trasiégase el vino, ahechan, van al molino... » Lope de Deza, Gobierno politico de agricultura, contiene tres partes principales..., Madrid, Por la viuda de Alonso Martin de Balboa, ano de 1618, 2a parte, fol. 37.

12 Molinillo : « El instrumente pequeno para moler. Dícese de cualquier molino... » (Dicc. de Autoridades).

13 L’explication de Correas, dans la glose du proverbe, précise davantage le devoir du travail : Que tengas de tuyo, y que trabajes por tener,

14 . Voir Noël Salomon, La Campagne de Nouvelle Castille à la fin du XVIe siècle d’après les « relaciones topográficas », p. 279-280.

15 L’importance socio-économique du moulin est attestée dans de nombreux textes antérieurs au Vocabulario de refranes, comme, par exemple, les romances :... mil y quinientos molinos / que dél muelen noche y día : / quinientos muelen canela / y quinientos perla fina / y quinientos muelen trigo/para sustentar la vida/todos eran del gran rey » (« romance de Paris del juicio que dio cuando las tres deesas le hallaron durmiendo » dans Cancionero de Romances en que están recopilados la mayor parte de los romances Castellanos que hasta ahora se an compuesto, Enveres, impreso por Martin Nucio, s.a. ca. 1547) ; « ...a los campos de Alcalá / donde irían hacer presa / alla la van a hacer/a esos molinos de Huelma / derrocaban los molinos/derramaban la cibera / prendían los molineros/cuantos hay en la ribera » (romance « Caballeros de Moclín » dans Cancionero de romances... Nuevamente corregido emendado y anadido en muchas partes, En Enveres, impreso por Martin Nucio, 1550) ; « ... Váyase para Molina, / do dan parias Moros flacos : / o para el no de Hormeña,/donde el es heredado : / a adobar los sus molinos / para ser alimentado » (« romance del Cid », dans Romances nuevamente sacados de historias antiguas de la crônica de Es pana compuestos por Lorenço de Sepulveda. Impreso por Juan Steelfio, 1551.

16 Comme le commente Corrreas dans sa glose : « Tarabilla » La del molino. Y ansí llaman al que mucho parla. « ¡Qué tarabilla tiene ! » « ¡Qué tarabilla mete ! ».

17 Comme par exemple celles provenant des « archures » octogonales (coffres en bois qui entouraient les meules et dans lesquelles arrivait la farine) car les meuniers pouvaient ainsi s’approprier la farine qui s’accumulait dans les coins. Seules, en principe, les « archures » cylindriques étaient autorisées.

18 Maquila : « La medida que el molinero defalca y saca para sí, del grano que se muele en su molino ; Guevara, Epístola al obispo de Badajoz : Asimismo dice el fuero, que si el tal molinero cohechare algo a los que van a moler, más de la maquila acostumbrada, que le echen preso en el cepo del Concejo » (Dicc. de Autoridades) ; « prender maquilas », « cobrar maquilas » : Maquila es la cantidad de grano o de harina que se paga al molinero como precio de la molienda. [...] El molino era, desde los tiempos romanos, anejo a las grandes heredades. En la edad media, por lo general, pertenecía a los senores, los cuales frecuentemente obligaban a los villanos a servirse del molino, del homo y del lagar senorial, cobrando ese uso en especie... El Fuero viejo 1°, 6°, 1a, habla del molino como de una de las heredades de los infanzones. El mismo rey cobraba maquilas, maquilas regis, Fuero de León del ano 1020 (Muñoz, Colec. de Fueros, p. 69) ». Voir Poema de Mio Cid, ed. y notas de Ramón Menéndez Pidal, Madrid, Espasa-Calpe, 1960., p. 282 (Clásicos castellanos).

19 N’oublions pas les premières lignes du Lazarillo : « Mi padre [...] tenía cargo de proveer una molienda de una aceña que está ribera de aquel río [el Tormes], en la cual fue molinero más de quince años... [...] achacaron a mi padre ciertas sangrias mal hechas en los costales de los que allí a moler venían, por lo cual fue preso, y confesó y no negó, y padeció persecución por justicia. » Voir La vida de Lararillo de Tormes y de sus fortunas y adversidades, ed., intr. y notas de Alberto Blecua, Madrid, Editorial Castalia, 1982, p. 91-92 (Clásicos Castalia, 58). Voir aussi Diego Sánchez de Badajoz, Farsa del molinero : « ¿Reysos de verme ansina ? / Ya dirán algún adevino » : / « De hurtar vien del molino » (vv.1-5) et « ¡Dios qué molido me siento ! / más que un asno de recuero ; / en fiesta ni festigero / nunca al hombre ha de parar : / si no fuese el maquilar / ya tuviera dado el cuero » (vv. 35-40). (Farsa del molinero, dans Recopilación en metro (Sevilla, 1554), ed. de Frida Weber de Kurlat, Instituto de Filología y Literatura Hispánica « Dr. Amado Alonso », Fac. De Filosofía y Letras, Univ. De Buenos Aires, 1968, p. 403-411).

20 . Pie de altar : « Emolumentos que se dan a los curas y otros ministros eclesiásticos por las funciones que ejercen, además de la congrua o renta que tienen por sus prebendas o beneficios » (Dic. Academia).

21 Moler. Voir, par exemple, cette seguidilla « Cuando vuelve los ojos – la mi morena/es serial que el culito – no muele arena » (ou « es señal que no muele – el molino arena ») (Floresta de poesias eróticas del siglo de oro con su vocabulario al cabo por orden del a.b.c., recopiladas por P. Alzieu, R. Jammes, Y. Lissorgues, Toulouse, France-Ibérie Recherche, 1975, XXIV+ 363 p., no 133-19 et 133-25). Cf. aussi les proverbes suivants : « El abad y su vecino, todos muelen en un molino », « El abad y su vecino, el cura y el sacristan, todos muelen en un molino ; jqué buena harina harán ! » « El cura y el sacristan, el barbero y su vecino, todos muelen en un molino ; ¡ y que buena harina harán ! »

22 « Nunca más perro al molino. Dicen esto las gentes escarmentadas de lo que mal les sucedió ; semejanza de un perro que fue a lamer al molino, y le apalearon ».

23 On ne peut pas préciser cette éthique. En effet, en Espagne, à cette époque, circule autant la logique nominaliste (véhiculée par les Jésuites), que les vieilles théories économiques issues d’un thomisme éteint partout ailleurs. Les arbitristas (comme Martín de Azpilcueta, 1493-1586, Luis Ortiz (XVIe s.), Pedro de Valencia, 1555-1620, Miguel Caja de Leruela, 1570 ?-1631, Martin González de Cellorigo, 1565 ?-1630 ?), que nous pourrions appeler maintenant des économistes, analysèrent la désastreuse situation économique de l’Espagne de la fin du XVIe s. et du début du XVIIe. Ils insistèrent en particulier sur les méfaits du système de la renta qui se répandait chez tous ceux qui avaient un peu d’argent, au détriment des activités productives comme l’agriculture ou le commerce. (La renta était constitutée par le censo, prêt hypothèque sur un bien, généralement la terre, et par le juro qui était une sorte de pension annuelle, accordée par le roi sur les rentes de l’État). Cette politique amenait l’appauvrissement des campagnes, l’exode rural vers les villes et le renforcement d’une population de parasites et de mendiants. Voir M. Gonzalez de Cellorigo, Memorial de la política necesaria, y útil restauración a la república de España, y estados de ella, y del desempeño universal de estos reinos..., Valladolid, 1600. Sur les conséquences de la renta sur la vie des paysans, voir Lope de Deza, op. cit., 2a parte, fols. 28, 32, 33.

24 Cervantes, Don Quichotte de la Mancha, ed. et notes de F. Rodriguez Marin, Madrid, Espasa-Calpe, 1957. Voir IIe partie, chap. XXIX, p. 214-219.

25 Sur le cycle lyrique du moulin et du meunier et en particulier sur le thème du « moulin d’amour », voir Noël Salomon, Recherches sur le thème paysan dans la « comedia » au temps de Lope de Vega, Bordeaux, Institut d’Études Ibériques et Ibéro-américaines, p. 580-588. Voir aussi Margit Frenk, Corpus de la antigua lírica popular hispánica (siglos XV-XVIII), Madrid, Castalia, 1987. (Nueva Biblioteca de erudición y crítica), no 1676-1681 et no 1161, 1162, 1777, 1848.

26 Correas relève aussi : « Otra vez a doce. [Cuando se repite alguna importunación]. »

27 « Echarlo a doce y nunca se muela », « Échese a doce y nunca se venda », « Echémoslo a doce, mas que nunca se venda » : « Echarlo todo a doce, o a trece, aunque nunca se venda, frase figurada que recuerda las antiguas posturas de los abastos públicos, y significa romper por todo, sin tomar en cuenta las consecuencias que de ello puedan venir » (Rinconete y Cortadillo, ed. y notas de Fr. Rodríguez Marín, Madrid, Espasa-Calpe, 1957, p. 196, n. 10).

28 bodigo : pain de luxe qu’on offre au curé.

Endnoten

1 Voir p. 270.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search