Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Moulins et meuniers dans la littérature médiévale

Philippe Ménard

Texte intégral

  • 1 En fait « Daudet n’a jamais été propriétaire du moulin de Fontvieille où l’action est censée se pa (...)
  • 2 Op. cit., p. 20.

1On croit parfois que les moulins et les meuniers sont entrés dans la littérature française avec les Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet, publiées dans la presse de 1866 à 1873. Il est vrai que le style de Daudet a chargé de poésie le moulin prétendument acheté en Provence1. Laissons-lui un instant la parole. Il évoque « un moulin à farine, sis dans la vallée du Rhône, au plein cœur de la Provence, sur une côte boisée de pins et de chênes verts ; étant ledit moulin abandonné depuis plus de vingt années et hors d’état de moudre, comme il appert des vignes sauvages, mousses, romarins et autres verdures parasites qui lui grimpent jusqu’au bout des ailes. Ce nonobstant, tel qu’il est et se comporte, avec sa grande roue cassée, sa plate-forme où l’herbe pousse dans les briques, déclare le sieur Daudet trouver ledit moulin à sa convenance et pouvant servir à ses travaux de poésie, l’accepte à ses risques et périls, et sans aucun recours contre le vendeur, pour cause de réparations qui pourraient y être faites2 ».

  • 3 Pas d’exemples de « moulin mystique » dans Charles-Victor Langlois, La Vie en France au Moyen Age, (...)

2Malgré le charme de cette évocation, les moulins et les meuniers sont entrés dans la littérature dès le XIIe siècle. Certes, ils ne sont pas fréquents dans les textes médiévaux3. Il faut de longues investigations pour en trouver quelques-uns. On en comprend aisément les raisons. La littérature médiévale est surtout destinée à la classe aristocratique. Les romans de chevalerie n’ont cure des meuniers, trop petits personnages pour intéresser auteurs et publics. On découvre quelques meuniers, en revanche, dans d’autres séries de textes, plus proches de la vie quotidienne.

3Comme point de départ de la recherche les grands dictionnaires d’ancien français, celui de Godefroy (t. X, 164, 166, 167), et celui de Tobler-Lommazsch (t. VI, 181, 355, 359), offrent sous les mots moudre, mouture, molin, moulin, mounier, meunier toute une série d’attestations de première valeur à partir desquelles, si l’on se reporte aux textes cités, on pourrait bâtir un exposé. Pour la langue d’oc médiévale on peut citer le Lexique roman de Raynouard (1836-1845) beaucoup plus bref, t. III, p. 244-246 (mola « meule », molar « meulière », molin, molinier ou moliner « meunier », moltura « mouture », moire « moudre », molinar « mouliner », molina « moulin, moulinet »), et surtout le bon dictionnaire d’Émil Levy, Provenzalisches Suplement-Wörterbuch, t. V, Leipzig, 1903, p. 293 (mola), p. 299-302 (molin, molina, molinar, molnar), qui rectifie des erreurs de Raynouard et donne beaucoup d’attestations empruntées à des chartes.

4J’ai ajouté à ces exemples un certain nombre de passages inconnus des lexicographes, provenant de recherches personnelles. À ma connaissance il n’y a pas d’étude spéciale consacrée aux meuniers dans la littérature médiévale. Point de dissertation allemande. Le répertoire bibliographique de Hans Flasche, Die Sprachen und Literaturen der Romanen im Spiegel der deutschen Univeritätsschriften (1885-1950), Eine Bibliographie (Bonn, 1958) ne mentionne rien sous la rubrique Mühler ou Mühle. Les utiles Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France de Gustave Fagniez (Paris, 2 vol., 1898-1900), rapidement dépouillés par mes soins, ne donnent pas, semble-t-il, de précisions sur le travail des meuniers.

5Nous essaierons d’exploiter les textes, de moudre avec soin les informations éparses qu’ils donnent. Le résultat de nos recherches sera organisé en trois parties. Première partie : Évocation des scènes où figurent meuniers et moulins. Deuxième partie : Problèmes lexicologiques. Troisième partie : Observations sur la vie quotidienne et les mentalités. Les proverbes médiévaux évoquant les moulins ne seront pas négligés. La survivance des représentations médiévales dans les textes postérieurs au Moyen Âge et aussi dans le folklore sera exploitée. Un dépouillement complet des proverbes anciens nous instruit sur les représentations du passé. L’étude toujours valable du grand folkloriste Paul Sébillot, Légendes et curiosités des métiers (Paris, 1894, réimpression Laffitte reprints, Marseille, 1981) apporte également sur les meuniers quelques informations utiles. Les croyances médiévales ont duré pendant des siècles.

Les textes relatifs aux moulins et meuniers

6Analysons rapidement en premier lieu les textes qui serviront de base à notre réflexion. Je cite ici seulement les œuvres importantes où apparaissent de véritables scènes avec moulin et meuniers. Je laisse de côté les allusions rapides, qui n’occupent qu’un vers ou deux. Elles peuvent être intéressantes et elles seront exploitées. Mais leur énumération serait inutile.

  • 4 Éd. E. Walberg, Paris, 1936, Champion, CFMA, v. 211-225. Une traduction en français moderne a été (...)

7Si l’on classe par ordre chronologique les textes qui font une place aux meuniers et aux moulins, on arrive à une douzaine. Le premier à conter une mésaventure où il est question de moulin à eau est la Vie de Thomas Becket due à un écrivain français, Guernes de Pont-Sainte-Maxence, texte de la fin du XIIe siècle : le jeune Thomas, encore enfant, tombe à l’eau la tête en avant dans un conduit menant à la roue du moulin : il aurait pu y périr si par chance le meunier n’avait terminé sa mouture et n’avait arrêté le mécanisme en fermant la vanne. Le texte dit et mist la closture atant au vers 224. Dieu l’a préservé, ajoute l’auteur au vers 225, Si guari Deus de mort a cele feiz l’emfant4. Après le meurtre de Thomas Becket le roi Henri II fait pénitence. Il implore le pardon de la sœur de Thomas. En réparation du crime commis, il lui donne un moulin qui produit une rente de dix marcs par an.

8La surur saint Thomas merci quist e cria,
E en adrescement un molin lidona.
Bien valt dis mars par an la rente qu’ele en a (v. 6038-6040).

  • 5 Éd. F. Lecoy, t. II, Paris, 1993, v. 15312 et sqq.

9Deuxième texte où apparaît un meunier : un récit d’anecdotes religieuses assez joliment écrites, de la première moitié du XIIIe siècle, intitulé La Vie des Pères, dont la première rédaction a peut-être été rédigée vers 1230, nous narre dans le conte 35 (De l’ermite qui par s’ivrece fist fornication et homicide : par simplification on appelle parfois ce conte ivresse)5 une histoire terrible où l’on voit un ermite attaqué à plusieurs reprises par le démon. Un jour, cédant aux sollicitations d’un meunier dont le moulin était proche de sa cellule, il va dîner chez lui. Il mange en abondance des anguilles pêchées par le meunier.

A lor mangier anguilles ot,
Au broet, en paste et en rost. (v. 15344-15345).

10Il s’enivre. La femme du meunier le raccompagne car il chancelle. Pendant le trajet il s’empare de la meunière tout endormie et la viole. Le meunier voit de loin la scène, il poursuit le malfaiteur une massue à la main. Dans l’affrontement l’ermite finit par tuer le meunier. Il se repentira longtemps et durement du délit et du crime commis. Laissons le expier sa faute et poursuivons notre chemin.

  • 6 Ph. Ménard, Fabliaux français du Moyen Âge, t. I, Genève, Droz, 1979 (2e éd. revue, corrigée et au (...)
  • 7 Le Romanisches Etymologisches Wörterbuch de Meyer-Lübke, 3e éd., Heidelberg, 1935, p. 170, no 1772 (...)
  • 8 Voir éd. Noomen, op. cit., t. 4, Assen, 1988, p. 281-300.
  • 9 Voir Chaucer, Les Contes de Canterbury, trad, par J.-P. Foucher, Paris, Livre de Poche, 1974, p. 1 (...)
  • 10 Boccace, Décaméron, trad. sous la direction de Christian Bec, Paris, Livre de Poche, 1994, p. 732- (...)

11Deux fabliaux de la première moitié du XIIIe siècle peuvent être cités. Le premier s’intitule Le Meunier et les deux clercs. Je l’ai publié en 1979 chez Droz6. C’est surtout une histoire grivoise de meunier voleur (il dérobe le sac de blé sur la jument des clercs) qui sera puni pendant la nuit : l’un des clercs couche avec sa fille, l’autre avec sa femme. L’essentiel du récit est consacré aux aventures nocturnes des deux clercs. Mais au passage le fabliau nous apporte quelques informations sur le moulin (c’est un moulin à eau, a choisel, comme dit le texte au vers 55, c’est-à-dire à augets7), sur l’habitation et la vie des meuniers, sur l’image que l’on se faisait d’eux. Ce conte se trouve auparavant dans le fabliau de Gombert et les deux clercs composé par le grand écrivain Jean Bodel au tout début du XIIIe siècle. Mais dans le récit de Bodel il n’y a pas de meunier : Gombert est simplement un paysan, un vilain (v. 5)8. Plus tard à la fin du XIVsiècle, entre 1386 et 1390, Chaucer dans les Contes de Canterbury reprend le thème et compose un récit très vivant, de grande classe, chargé de détails pittoresques et de trouvailles d’écriture9. C’est un des grands textes sur les meuniers, adapté aux réalités du temps de Chaucer et réinterprété par ce génial auteur. Le conte semblable du Décaméron (sixième nouvelle de la neuvième journée) est bien plus bref et ne parle plus de meunier, mais d’un aubergiste10. Le décor est donc différent.

  • 11 Éd. W. Noomen, op. cit., t. 9, Assen, 1996, p. 217-236.
  • 12 Le folklore connaît parfois le motif du meunier galant. Voir P Sébillot, op. cit., p. 27. Tandis q (...)

12Un autre fabliau, Le Meunier d’Arleux11, lui aussi du XIIIe siècle, narre une histoire grivoise, comme si les récits mettant en scène un meunier avaient assez souvent une semblable orientation12. Une jeune fille apporte son blé au moulin. C’est aussi un moulin à eau. Le meunier la fait attendre : il y a d’autres personnes avant elle, prétend-il (v. 31). Il offre de l’héberger le soir dans sa maison car son valet lui dit qu’il y a trop peu d’eau el vivier (v. 53), « dans la réserve d’eau » et que le moulin ne peut plus moudre. Le texte nous donne quelques menues précisions sur la vie des meuniers, mais pour notre auteur l’essentiel est de peindre la ruse du meunier qui souhaite jouir de la jeune fille. Il la fait passer pour sa nièce auprès de sa femme. Il la couche près du foyer dans la pièce commune, non loin de la chambre qu’il partage avec son épouse et il espère qu’elle acceptera ses propositions sans que sa femme en soit informée. Le meunier consent, en outre, que son valet possède à son tour la jeune fille, moyennant un versement en nature, à savoir un cochon de cinq mois (un porchiel, v. 196). Mais la jeune fille et l’épouse du meunier réussiront à déjouer ces manœuvres. Je ne raconterai pas ici la ruse des deux dames. Nous ne sommes pas réunis pour nous divertir à des grivoiseries, mais pour réfléchir sur les meuniers et les moulins. Je dirai seulement qu’à la fin du récit, l’épouse prend la place de la jeune fille dans le lit situé près du foyer, la jeune fille s’en va dans le lit conjugal. Il y a donc permutation de places. Le meunier se trouve finalement un mari trompé. Loin de jouir de la jeune fille, il s’unit sans le savoir à sa propre femme, et, malgré lui, il laisse ensuite son épouse à son valet. La substitution opérée à l’intérieur des lits permet de tromper le trompeur.

  • 13 Éd. W. Foerster, Dresden, 1908.

13Un roman de chevalerie de la première moitié du XIIIe siècle, Les Merveilles de Rigomer13, fait une petite place à une mésaventure qui a lieu dans un moulin à eau. Pour échapper à des adversaires sortis d’un château, Gauvain, qui se trouve à l’extérieur, descend de cheval et se réfugie dans l’anfractuosité d’un mur extérieur (dans un arc volu, « dans un arc vouté » nous dit le texte au vers 11922). Le héros ne s’aperçoit pas qu’il met le pied sur la planche d’un moulin à eau. Dès qu’on met le pied sur la planche, le moulin se met à tourner (v. 11939-940). Celui qui se trouve sur la planche est aussitôt précipité dans l’eau qui court sous le château, où la noyade est assurée. Gauvain est sauvé de ce péril par un esquif qui survient opportunément.

  • 14 Voir l’édition de Wendelin Foerster et Johann Trost, Wistasse le Moine, Halle, 1891, p. 11-12, v.  (...)

14Un autre texte narratif du milieu du XIIIe siècle, Eustache le Moine, consacré à un brigand toujours rebelle, dans une scène aussi brève que violente évoque l’action néfaste et provocante du héros qui pour se venger du comte de Boulogne entre dans deux moulins appartenant à son ennemi. Il en chasse le meunier et il y met le feu pour éclairer, dit-il, les noces de Simon de Boulogne qui se célèbrent à ce moment-là14. Les incendies de moulin devaient être fréquents dans les scènes de guerre du Moyen Âge. Nous en avons ici une illustration.

  • 15 Le ms. B porte en marge une note en latin déclarant que le texte a été écrit en 1254 (éd. G.-B. De (...)
  • 16 Le mot de bestens est prononcé (p. 18). Le dictionnaire de Godefroy ne connaît que cet exemple au (...)

15Peu après le milieu du XIIIe siècle15, le Livre des métiers de Paris d’Etienne Boileau donne quelques précisions sur la corporation des meuniers. Il s’agit des meuniers du Grant Pont, c’est-à-dire certainement des moulins dits à nef, flottant sur la Seine et amarrés au Pont-au-Change. En une page et demie il nous est dit qu’il y a deux catégories de moulins, ceux qui sont possédés par les meuniers, et ceux qui sont a ferme (éd. Depping, p. 18). On notera ce terme, longtemps employé. Le texte énumère un certain nombre d’autorisations dont bénéficient les meuniers et d’interdictions qui leur sont faites. Le nombre d’apprentis et de vallés est libre. Interdiction est faite de travailler le dimanche jusqu’à ce que l’on sonne vespres, mais le travail nocturne est permis tous les jours de la semaine (p. 18). Point important. Le tarif normal est d’un boisseau laissé au meunier pour la mouture d’un setier de grain (p. 18). En cas d’intempéries16 le meunier est autorisé à demander en outre quatre ou six deniers par setier moulu. Il est interdit aux meuniers d’avoir des tarifs trop élevés, mais aussi de pratiquer des tarifs trop bas : il ne peuvent pas moudre deux setiers à moins du prix d’un boisseau pour la mouture. Observons que les tarifs peuvent aller du simple au double en cas d’âpre concurrence. Interdiction également est faite de déplacer sur l’eau le moulin d’un autre meunier, sous peine d’amende. On devine que le chapitre de Notre-Dame est propriétaire des moulins. À la différence de ce qui se passe sans doute à la campagne, il existe des blaetiers (p. 20) « marchands de grains en gros » et des mesureurs de blé (p. 21) qui mesurent les grains portés dans des charrettes, sur des animaux bâtés, ou encore qui mesurent des grains dans des greniers ou sur des navires (p. 21-22). Chacun de ces métiers a droit à un chapitre. Le texte d’Étienne Boileau ne donne aucune information technique sur le travail du moulin, mais il apporte une précision intéressante sur le prix autorisé pour la mouture.

  • 17 Éd. A. Salmon, Paris, 1889 (nouv. éd., 1970), t. 2 p. 91-93.
  • 18 Dans son édition des Chansons et dits artésiens (Arras, 1981, p. 234, note au v. 71) Roger Berger (...)

16Un texte juridique, Les Coutumes de Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir17, de la seconde moitié du XIIIe siècle, donne quelques précisions sur les usages du temps. Il dit que celui qui prend un moulin en loyer doit apporter diverses pièces sans que le prix du loyer puisse diminuer (§ 1139) : chevilles, fuseaus (le glossaire du texte, précise que le fusel est « la cheville du pignon d’engrenage d’une roue de moulin » p. 506), aubes (appelées auves) et autres choses. En revanche, les grosses pièces, comme les meules ou les grosse poutres (gros merriens dit le texte), doivent être fournies par le propriétaire18. Il est ajouté par Philippe de Beaumanoir que si le locataire par sa négligence laisse fonctionner son moulin à vide et si les meules s’abîment ou si les poutres se brisent il est tenu de les remplacer (§ 1141) et aucune réduction de loyer ne sera consentie, même si le moulin ne fonctionne pas pour cela (oiseus).

  • 19 Le mot de parçonnier, fréquent pour désigner des co-propriétaires d’un bien (Godefroy, V, 749-750) (...)
  • 20 Voir J. Rouillard, Moulins hydrauliques du Moyen Age, Paris, 1996, p. 56 (avec illustration). Le d (...)

17Dans un autre paragraphe (§ 663) il est dit que si un parçonier d’un moulin, c’est-à-dire l’un des exploitants19, a un conflit avec le seigneur c’est-à-dire le propriétaire, ce propriétaire n’a pas le droit de léser les autres exploitants en faisant enlever les fers du moulin (le fer est une pièce essentielle qui assure le lien entre la lanterne et la paire de meules et qui fait donc tourner le moulin20) car alors le moulin ne peut plus moudre. Ces informations nous instruisent sur les comportements du temps et sur les obligations des propriétaires et des locataires des moulins. On comprend aisément que les puissants (des seigneurs ou des établissements religieux) possédaient les moulins et qu’ils les affermaient à de petites gens.

18Pour la connaissance technique des diverses pièces du moulin une poésie satirique de Picardie mérite d’être connue. Elle date des années qui vont de 1234 à 1240 d’après son dernier éditeur Roger Berger dans son livre Littérature et société arrageoises au XIIIe siècle, Les chansons et dits artésiens (Arras, 1981) C’est la pièce XXII de ce recueil. On l’appelle Le Moulin à vent en raison de son contenu. Elle n’a pas de titre dans le manuscrit qui la contient. L’auteur, un certain Laurent Wagon, feint de vouloir construire un moulin à vent, dont chaque pièce sera constituée par un menteur. Il énumère railleusement les principales parties du moulin et les identifie à un contemporain célèbre par ses mensonges et ses tromperies. Nous examinerons ultérieurement les divers termes mentionnés. Notons seulement l’intérêt de cette pièce pour la connaissance des mécanismes et du vocabulaire des moulins du XIIIe siècle.

  • 21 Éd. J. Alton, Tübingen, 1884, v. 24835-25030.

19Nous ne nous arrêterons guère ici sur l’épisode du moulin hanté par un diable dans le roman de Claris et Laris21, texte du dernier tiers du XIIIe siècle, car le passage ne décrit en rien le moulin. Il est dit seulement que le moulin tourne à une vitesse prodigieuse (v. 24836) et on apprend qu’un diable y réside parce qu’une jeune fille, que son père voulait livrer au meunier contre argent, a vivement protesté et dans son désespoir s’est recommandée au diable (v. 25010), elle ainsi que son père et le meunier. Depuis cette parole malheureuse le diable est devenu le maître du moulin. Il a gardé les trois personnages prisonniers et aussi tous ceux qui sont passés par là. Aucune information ne nous est donnée dans le texte sur la nature et le mécanisme du moulin.

  • 22 Éd. M. Delbouille, Paris, 1936, SATF, v. 6262-6391.
  • 23 Éd. cit., p. LXXIV.

20Le roman du Castelain de Couci et de la Dame de Fayel22, de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle d’après Maurice Delbouille, son dernier éditeur23, narre un rendez-vous galant entre les deux êtres qui s’aiment à l’intérieur d’un moulin. Le texte suggère qu’il s’agit d’un moulin à eau puisqu’il est question d’un gué (v. 6280). La dame de Fayel se laisse délibérément tomber dans l’eau froide (c’est l’hiver). Elle y reste le temps que son mari et que l’écuyer l’en tirent. On la mène toute glacée au moulin proche. Malgré la saison, il n’y a point de feu à l’intérieur, signale l’auteur (v. 6300). Notons ce détail. La dame demande à se dévêtir de ses vêtements trempés et glacés. Le meunier l’installe dans une chambre, dont la porte est fermée par un verrou (v. 6322 et 6371) et où il y a un lit avec des couvertures. Le mari regagne son logis, accompagné de l’écuyer qui viendra rapporter des vêtements secs à la dame. Le châtelain de Couci, caché dans le moulin, profite de l’aubaine. Il serre la dame dans ses bras et la réchauffe tendrement. Ici encore le moulin n’est guère décrit. La scène permet de brèves retrouvailles entre des amants surveillés par un mari jaloux.

21Il ne reste plus que quelques textes de la fin du Moyen Âge ou du début du XVIe siècle à citer. D’une part un récit des Cent Nouvelles Nouvelles, du milieu du XVe siècle, d’autre part deux farces tardives de la fin du XVe ou du premier quart du XVIe siècle. Des datations précises sont impossibles.

  • 24 Éd. P. Jourda, in Conteurs français du XVIe siècle, Paris, 1965, p. 30-36.
  • 25 Le verbe recoigner signifie « rajuster, cogner à nouveau », Godefroy, VI, 672 ; X, 500. C’est un m (...)

22Le texte des Cent Nouvelles Nouvelles, que l’on date des années 1456-1467, se trouve dans la troisième nouvelle24. Il s’agit d’une historiette érotique. Le moulin est situé du long de la riviere. Un chevalier de Bourgogne voit passer une jolie meunière portant deux cruches et revenant de chercher de l’eau à la rivière. Il la persuade qu’elle est malade du devant du corps (« vostre devant est en grant dangier de cheoir » lui dit-il, p. 31) et que pour guérir elle doit accepter une médication assez particulière : le faire recoigner25. Dans sa naïveté elle accepte. Le seigneur s’offre pour cela. Le meunier n’était pas dans son logis. Un retournement de situation se produira. Au retour du meunier l’épouse lui révèle ce qui s’est passé : la maladie dont elle a été guérie par la bienveillance du seigneur qui s’est bien occupé d’elle et qui sua pluseurz foiz (p. 33). Elle donne des précisions sur le nombre de fois où il s’est soucié de son cas. Le meunier dissimule son déplaisir, mais il réussit à se venger. Lorsque le chevalier est obligé de s’absenter pendant un mois, alors que son épouse prend un bain, le meunier s’en va lui offrir un brochet. Elle le reçoit tandis qu’elle se baigne. Le meunier en profite pour s’emparer d’un beau diamant déposé par la dame au bout de la cuve. Une fois lavée, elle le cherche en vain avec ses servantes. Le meunier, convoqué, jure qu’il ignore tout du diamant. Mais il prétend connaître une manière de le retrouver. Il fait croire à la dame que le diamant est tombé à l’eau et ensuite qu’il est entré dans le corps de la baigneuse. Il inspecte la dame nue sur son lit et prétend l’avoir vu en elle. Il s’emploie à le récupérer et à le repêcher du corps la dame en procédant de la même manière que le seigneur pour guérir la meunière. Il lui rend ensuite son diamant. Quand le chevalier revient dans son logis, sa femme lui raconte l’aventure. Cette brève historiette ne nous apprend pas grand-chose sur la meunerie. L’auteur s’intéresse surtout aux ruses et aux aventures sexuelles, les deux réalités étant souvent liées.

23À la fin du Moyen Âge deux farces restent à citer.

  • 26 Éd. A. Tissier, dans Recueil de farces (1450-1550), t. IV, Genève, Droz, 1989, p. 233 et sqq.

24La farce du Meunier de qui le diable emporte l’âme en enfer26 parle de la mort d’un meunier et de la manière originale pour le diable de s’emparer de son âme. Au début du texte le meunier déclare :

Or suis je en piteux desconfort
Par maladie griefve et dure (v. 1-2)

25Allongé sur son lit, il se sent gravement malade des reins (v. 9) et aussi du ventre (v. 19). Sa femme le rudoie. Elle n’est point satisfaite de lui (car nuyt et jour rien ne me faictes, v. 35). Une querelle éclate. Il pleure. Elle le frappe. Le meunier voudrait se confesser. La meunière lui ordonne de se taire (v. 101-102). Survient le curé qui souhaite revoir la dame, qu’il n’a pas vue depuis plusieurs semaines (v. 84-85). Ils manifestent l’un et l’autre leur joie de la disparition prochaine du meunier. La meunière déclare :

Curé, nous vivrons gayement
S’il peult estre en terre perché. (v. 120-121)

  • 27 Le carlin est la monnaie frappée à Naples par Charles VIII pendant l’expédition d’Italie (1494-149 (...)

26Ils imaginent leur nouvelle vie après la mort du meunier, qui écoute sur son lit de douleur les propos des deux galants. Le curé embrasse la meunière (v. 142). Le mari constate tristement sa situation et proteste : Orde vielle, putain, truande (v. 146). La femme invente que le prêtre est son cousin germain (v. 192). Le meunier moribond est bien conscient que le prêtre s’intéresse à sa femme et qu’il est un mari coquu (v. 303). Ensuite a lieu un changement de scène. On se trouve en enfer. Lucifer tempête et réclame des âmes aux diables. L’un d’entre eux lui demande par quelle partie du corps sort d’abord l’âme. Lucifer répond que c’est par le fondement (v. 358) et qu’il faut guetter au trou du cu (v. 359). Le diable part aussitôt avec son sac et se cache sous le lit du meunier pour saisir l’âme au moment de la mort. Le meunier demande à se confesser au prêtre (je crie a Dieu mercy, v. 386). Il déclare qu’il a beaucoup bu de vin (v. 401-408). Il s’accuse ensuite d’avoir trompé maintes personnes : Gautier, Guillaume et Colin, qui portaient des sacs de blé valant plus d’un carlin27 et, comme bien des meuniers, il déclare :

Je pris de soir et de matin
Toujours d’un sac doubles moustures (v. 419-420).

27Le prêtre lui donne l’absolution, mais le meunier le prie de s’écarter car son ventre se relâche (je me conchye, v. 433). La meunière lui conseille de sortir son derrière du lit (v. 442), et elle ajoute : Par là s’en peult vostre atne aller (v. 443). Le diable tend son sac au-dessous tandis que le meunier se soulage. Puis, en hurlant, le diable redescend en enfer, où Lucifer sent l’ordure qui émane du sac (v. 399) et fait battre incontinent le diable. Il ordonne à tous ses suppôts de ne plus aller chercher aucune âme de meunier Car ce n’est que bran et ordure (v. 490). Tel est le dernier vers du texte.

  • 28 Éd. A. Tissier, Recueil de farces (1450-1550), t. I, Genève, 1986, p. 312 et sqq. Ce texte est de (...)
  • 29 La construction d’un bâtiment, les roues, engrenages, meules dormantes et tournantes, l’aménagemen (...)

28La seconde farce, Les Deux Gentilhommes et le Meunier28, narre en 732 vers, une historiette grivoise. Deux gentilhommes sont cousins et sont propriétaires d’un moulin (v. 102, 121). Notons au passage cette association, qui est dans les usages du temps en raison du coût élevé de la construction d’un moulin29. Ils voudraient posséder la jolie meunière. Mais ils échoueront. La meunière fait une entrée remarquée en chantant :

« O va la mounyere, o va !
O va la mounyere ! » (v. 50-51)

29Notons sa gaieté, tandis que le meunier est soucieux parce qu’un débiteur ne l’a pas payé et qu’il n’a point les moyens de lui intenter un procès pour recouvrer sa créance (v. 60-70). La meunière se flatte d’avoir rapidement de l’argent (v. 85). Elle estime avoir bientôt plus de cinquante écus (v. 94). Elle explique que :

Les maistres de nostre moulin
Sont fort amoureulx de mon corps. (v. 102-103)

30Elle conseille à son mari de faire semblant de s’éloigner un mois. À son retour il trouvera une somme coquette. Les deux seigneurs pourront faire remise du loyer de moulin, y compris des dettes passées :

De nostre moulin les louages
Avecques tous les arierages
Q’on leur debvons du temps pasé. (v. 113-115).

31Elle ajoute :

Dormés vous, et me laisés faire (v. 118).

  • 30 Dans son livre Le fromage et les vers, Paris, 1980, p. 144 Carlo Ginzburg nous donne un exemple de (...)

32De fait, les deux seigneurs viennent l’un après l’autre. Chacun des propriétaires réclame son dû30. Mais l’argent fait défaut. La meunière affirme qu’on veut leur prendre leur heritage « leur bien » (on notera le mot qui désigne l’emploi de meunier) et qu’ils ont besoin d’argent. Le gentil-homme invite le meunier à se lever : Deboult ! mounyer ! (v. 166). Il lui réclame une fournee d’argent (v. 168) « une somme d’argent », et il ajoute je vous feray quictance (v. 169). Il faudrait au meunier 80 écus pour payer les frais d’un procès (un rival veut leur ravir en justice leur emploi), mais aussi les sommes dues aux propriétaires du moulin (v. 185-199 et v. 244 : ils doivent cent francs en arierage, en retards de paiement). Le meunier fait semblant de dormir. Notons ce détail sans doute révélateur. Le meunier qui dort n’est pas une invention des chansonniers. C’est une situation présentée ici comme vraisemblable. Il est vrai que nous sommes dans une farce.

33Le premier gentilhomme, Monsieur de la Papilonnyere (v. 362) et le second nommé Monsieur de La Hanetonnyere (v. 398) se montrent galants envers la jolie meunière. Elle réussit à leur extorquer de l’argent. Elle ne se montre pas farouche, sans céder aux galants. Elle accorde à l’un et à l’autre un rendez-vous, en début de soirée pour le premier, à la fin du jour pour l’autre, entre six et sept (v. 303). L’arrivée du second gentilhomme empêche les choses d’aller trop loin avec le premier. Le retour du meunier abrège les galanteries du second. Notons que la porte du moulin a été fermée à clé par la meunière. Précision technique qui montre que le moulin n’est donc pas ouvert à tout vent. Tout à tour les deux gaillards seront priés de monter se cacher à l’étage, dans le poulier (v. 386) « le poulailler ». La meunière lance à l’un Hault, au poulier a noz guelines ! (v. 440). Les gélines ont donc un perchoir dans le grenier, à l’intérieur du moulin. Les deux galants s’y retrouvent. Le meunier croque à belles dents les plats préparés (jambons, perdrix, grives, v. 457), puis selon les vœux du mari, la meunière va chercher successivement les deux épouses des gentilhommes, qui acceptent tour à tour de céder aux avances du meunier, sous les yeux dépités des deux maris perchés dans le grenier. Les ébats amoureux se font sans doute dans un réduit où se trouve le lit du meunier. Les deux gentilhommes restent cachés dans le poulailler tout en maugréant de leur infortune. Le meunier entend du bruit dans le poulailler, prend la palete du feu (v. 670) « la petite pelle de l’âtre », monte et menace les intrus. Ils offrent de l’argent en échange de la vie (v. 691-699). La farce s’achève sur une chanson où interviennent le meunier et les deux gentilhommes (v. 716-732). Elle montre la revanche des humbles sur les hobereaux.

34D’un survol de ce textes il ressort que les moulins se prêtent surtout dans la littérature à des scènes de vol et à des aventures galantes. Retenons cette thématique.

Problèmes de lexicologie

35Quelques observations peuvent être présentées au sujet du vocabulaire utilisé par les auteurs pour décrire le moulin et ses éléments.

Le verbe moudre, la meule et la mouture

36La famille du verbe moudre (issu du latin molere, de même sens) ne pose pas de problèmes sémantiques importants. Les mots appartenant à la famille sont assez nombreux : la meule, c’est-à-dire la pierre servant à moudre (issue du latin mola) apparaît normalement sous la forme muele après diphtongaison du o tonique. Mais on trouve parfois aussi la forme non diptonguée mole qui est sans doute un produit semi-savant. Plusieurs exemples sont cités dans le bon dictionnaire Altfranzösisches Wörterbuch de Tobler-Lommatzsch (t. VI, 403). La graphie moele est plus rare. La forme meule aussi, car elle est postérieure au plan phonétique.

37Parfois il est fait allusion à la meule. La mole qui escache froment « qui écrase le blé » est mentionnée dans le premier roman de Chrétien de Troyes, Erec et Enide (v. 3710). On devine qu’à l’intérieur du moulin il y a deux meules : une meule supérieure et une meule inférieure. À preuve l’expression entre dous moeles relevée par le dictionnaire de Tobler-Lommatzsch (VI, 403), d’autre part la question ironique du Rendus de Moliens au XIVe siècle :

  • 31 Le terme signifie « chaussure sans semelle », Voir Godefroy, II, 91 (chaucemente) et 656 (dessolé) (...)
  • 32 Li romans de Carité et Misere du Rendus de Molliens, éd. A.-G. Van Hamel, Paris, 1855, (28, 9).

Que vaut molins a une mole
Ne cauchemente dessolee31 ?
Ne puet faire haute volee
Oisiaus ki a une aile vole32.

  • 33 Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden, 1984, p. 700. Les principaux sens dégagés par (...)

38En ce qui concerne la mouture (latin médiéval molitura33) divers mots existent. Le terme moute, participe passé substantivé, dérivé du verbe moudre, a pris le sens de « mouture, action de moudre » et aussi de « prix à payer pour moudre le blé » (Godefroy, V, 378 ; FEW, VI, 30). Il y en a beaucoup d’exemples dans les textes d’archives. D’autres termes désignent la mouture : le mot manee, monee, mounee (FEW, VI, 41), fait avec le suffixe – ee à partir de la racine mon –, devenue parfois man –, le mot muisnage, monnage (ibid.), mouturance aux XIVe et XVIe siècles (Godefroy, V, 380), surtout le mot mouture qui désigne à la fois l’action de moudre, puis le résultat, c’est-à-dire le blé moulu, et aussi le salaire du meunier comme l’a bien noté Godefroy (X, 167). On notera ces trois valeurs. L’expression tirer deux moutures d’un sac « faire frauduleusement double profit » est justement citée par Godefroy. On remarquera aussi l’expression blé de mouture assez rare (FEW, VI, 43), qui désigne au XIVe siècle un « mélange de froment, d’orge et de seigle », ce que nous appellerions du méteil.

Le moulin

  • 34 On pourra comparer avec les dénominations du moulin en Italie : voir P. Aebischer, « Les dénominat (...)
  • 35 FEW, t. VI, 42.
  • 36 Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden, 1984, p. 700. Le dérivé molendinarius est uti (...)

39Le moulin se rencontre habituellement sous la forme molin, issue du latin molinum34. La forme est d’abord en latin un adjectif, molinus, molina, molinum attesté en latin tardif, par exemple chez Tertullien, comme adjectif au sens de « servant à moudre » dans des locutions comme saxum molinum « pierre servant à moudre35 ». Puis le mot est devenu substantif. En latin tardif et au Moyen Âge le substantif féminin molina et surtout le neutre molinum ont été employés d’après le FEW, et aussi une forme molendinum, connue des textes d’archives36.

  • 37 Levy, Provenzalisches Supplement-Wörterbuch, t. V, p. 299. La date de la charte n’est pas précisée

40En ancien français quelques précisions sont parfois apportées. On dit molin d’aighe (Roman du Castelain de Coucy, v. 6246), en langue du molin d’aiga37. On parle aussi d’un moulin a yaue au XIVe siècle (FEW, LVI 38). Il est précisé dans le roman du Castelain de Couci que le moulin siet enni la voie (v. 6246). Notons le détail. Le moulin est situé sur le bord d’une route, et non dans un lieu écarté. Dans le fabliau du Meunier et les deux clercs, au contraire, le moulin se trouve à deux lieues du village (v. 52).

  • 38 Voir l’édition de Gaston Paris, Paris, 1897, p. L. Il est évident que le texte a été écrit avant l (...)

41Le moulin à eau est évidemment plus ancien en Occident que le moulin à vent. Mais le mot moulin a vent se rencontre pour la première fois dans L’Estoire de la Guerre sainte d’Ambroise, récit de la Troisième Croisade écrit par un jongleur à l’extrême fin du XIIe siècle vers 1195-119638. La première attestation du mot mérite qu’on s’y arrête un instant. Les Croisés voient pour la première fois un moulin à vent, nous dit le texte, pendant le Carême du siège d’Acre en 1190 :

  • 39 La référence donnée par le Tobler-Lommatzsch (t. VI, 182), à savoir le vers 2328 de l’Estoire de l (...)

Et lors firent en cel quaresme, 3225
Si com Ambroise dit et esme,
Li Aleman premierement
Le premerain molin a vent
Que onques fust feiz en Sulie,
Veiant la gent qui Deus maudie, 3230
Que estrangement esgarderent
E grantment s’en espoenterent.
(éd. G. Paris, Paris, 1897)39

42Le texte est révélateur. On attribue la confection (et non l’invention) aux Allemands en Syrie. Les Sarrasins ne le connaissaient pas, à en croire le témoignage d’Ambroise, qui appartenait aux troupes de Richard Cœur de Lion et qui fut un témoin oculaire des événements qu’il raconte.

  • 40 Éd. W. Stubbs, London, 1864, I, XXXIII. G. Paris l’a bien relevé dans son édition, p. LXXX.

43Toutefois il faut noter que la traduction latine du texte en ancien français, l’Itinerarium Ricardi, « Le voyage de Richard Cœur de Lion », écrit par un certain Richard, chanoine de la Sainte-Trinité à Londres, parle d’un moulin mû par des chevaux, et non d’un moulin à vent40. On croit tenir la vérité, et soudain tout s’effondre ou plutôt le doute peut s’insinuer. Malgré tout, il convient de dire que le témoignage d’Ambroise signifie qu’il connaissait l’existence des moulins à vent. Même si le premier moulin à vent n’a pas été inventé devant la ville d’Acre, notre auteur est le premier, semble-t-il, à user de l’expression dans la littérature française.

  • 41 « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent », dans Bul (...)
  • 42 Voir notamment celles du Windmill Psalter, du Vieil Rentier d’Audenarde, du Luttrell Psalter, p. 6 (...)
  • 43 Voir par exemple le ms. d’Oxford, Bodley 264, fol. 49, fol. 81, etc.

44Sur l’histoire du vocabulaire latin relatif aux moulins Anne-Marie Bautier a rassemblé un ensemble de témoignages utiles qui montrent que les moulins à vent sont attestés en Angleterre et en Normandie aux alentours de 118041. Des miniatures médiévales instructives sont reproduites par Claude Rivals dans son livre Le Moulin à vent et le meunier dans la société rurale traditionnelle (Paris, 1987)42. On pourrait en ajouter d’autres43.

  • 44 Pour l’histoire du moulin à vent je renvoie aux remarques précises de Lynn White Jr., Technologie (...)

45En ancien français il y a quelques exemples de l’expression moulin a vent44 On peut en citer un (sous la forme molin de vent) dans la pièce satirique appelée le Moulin a vent par les critiques modernes, due à Laurent Wagon, poète d’Arras de la première moitié du XIIIe siècle, qui écrivit ce texte entre 1234 et 1240 d’après Roger Berger son dernier éditeur.

46Les premiers vers du poème sont les suivants :

Leurens Wagons a en covent
Qu’il fera un molin de vent (v. 1-2).

47Un exemple de molin a vent se trouve dans les Trois dits (pièce III, v. 67), texte de datation incertaine. Un autre exemple dans Le Jeu de Robin et de Marion d’Adam de la Halle écrit entre 1276 et 1282. Un des personnages se flatte de pouvoir hériter de sa mère, quand elle mourra, d’une rente de grain seur un molin a vent (éd. P. Y. Badel, Paris, 1995, v. 646). La plupart du temps la nature du moulin n’est pas précisée. Mais les textes les plus anciens montrent bien qu’il s’agit de moulin à eau.

  • 45 Secretain Moine, éd. TB.W. Reid, Twelve Fabliaux, Manchester, 1958, p. 35, v. 62 (Seignor ; g’ai e (...)
  • 46 Je remercie Jacqueline Cerquiglini-Toulet d’avoir bien voulu me communiquer cette référence.

48Les moulins sont qualifiés parfois de molant (Thomas Becket, v. 221). Cela marque que les moulins sont en activité. Habituellement ils meulent du froment45. L’expression revient assez souvent. À l’opposé on dit qu’un moulin est oiseus « inactif ». Une expression proverbiale déclare qu’un moulin inactif est sans valeur. Guillaume de Machaut rappelle un proverbe46 :

Moulins oiseus, fours qui ne cuit,
Il ne valent gueres, ce cuit. (Voir Dit, éd. P. Imbs, v. 5344-5345)

49Parmi les dérivés de molin notons molinel (Tobler-Lommatzsch, VI, 183) qui ne signifie pas toujours « petit moulin », mais simplement « moulin » : un exemple est attesté dans la chanson de geste d’Ogier le Danois (éd. M. Eusebi, v. 6673). La valeur des suffixes dits diminutifs a vite disparu.

50En langue d’oc diverses précisions sont apportées dans les chartes sur l’activité du moulin. Le dictionnaire de Levy (IV, 299-300) les a soigneusement relevées : molin d’aiga « moulin à eau » molin batant « moulin à foulon », molin bladier « moulin à céréales », molin de bratz « moulin mu à bras », molin brusquier « moulin à seigle », molin drapier « moulin à foulon », molin malharetz « moulin à foulon », lift. « moulin qui martèle », molin olier « moulin à huile », molin parador « moulin à foulon », lift. « qui apprête l’étoffe », molin pastelier « moulin à pastel », molin de resec « moulin de scierie », molin rodier « moulin à roue », molin de sanc « moulin mu à force de bras par des hommes ou par des animaux », molin tanier « moulin à tan ». Aucun exemple de molin de vent ou de molin d’aura n’a été relevé par le grand lexicographe. Pour le nom même du moulin en langue d’oc, outre molin, moli, Levy a noté les formes molina, molinal et molinar (IV, 301).

Le nom du meunier

  • 47 Raynouard, op. cit., t. III, p. 245 (molinier). La forme mounier est également connue en langue d’ (...)
  • 48 Voir FEW, VI, 37.
  • 49 Plusieurs exemples de cette forme mannier dans Tobler-Lommatzsch, VI, 359.

51Le mot molinier se rencontre parfois (Godefroy, V, 375), forme non syncopée à la différence de mounier. Le mot est attesté en langue d’oïl dans des textes d’archives au XIVe et au XVe siècle au sens de « meunier ». Il existe plus tôt en langue d’oc47. La forme la plus répandue en langue d’oïl est la forme syncopée mounier par influence du mot molin48 (issu du latin molinarius), avec des graphies différentes monnier, mannier49, mosnier, mausnier, meunier, munier, etc. (Godefroy, V, 166 ; Tobler-Lommatzsch, VI, 359). La valeur est celle d’exploitant d’un moulin (habituellement à céréales), d’employé payant une redevance, et non de propriétaire d’un moulin. Les textes nous montrent qu’il faut distinguer le propriétaire qui appartient normalement à la classe aristocratique ou au monde de l’Église et l’exploitant qui est un artisan sorti du peuple.

Le mécanisme du moulin

52Il est parfois question de l’arrêt de l’eau. Le mot closture qui signifie « barrière, fermeture, arrêt » se rencontre dans la Vie de saint Thomas Becket quand le meunier arrête la roue de son moulin. Le texte dit mist la closture atant (v. 221). Le jeune Thomas tombé à l’eau allait être précipité, la tête en avant, sur la roue du moulin. Les traducteurs modernes comprennent « ferma la vanne ». Le meunier doit quitter son moulin et rabattre la planche pour arrêter l’arrivée de l’eau. Le barrage (la vanne) doit être rabattu. Ainsi l’eau cesse de frapper la roue, et celle-ci ne tourne plus.

53Des pièces du mécanisme du moulin sont signalées.

  • 50 Le texte dit en parlant des clercs : Après ont mis en un prael / La jumant joste le choisel (v. 63 (...)

54Le molin a choisel est cité dans le fabliau du Meunier et des deux clercs (v. 55). Un bon article de L. Carolus-Barré dans les Mélanges Mario Roques (t. 4, Paris, 1952, p. 14-20) explique que ce terme médiéval désigne les augets disposés sur la roue du moulin à eau pour recevoir l’eau tombant d’un réservoir supérieur. Le mot de choisel au v. 64 du même texte doit prendre le sens de « retenue d’eau50 ». Dans le fabliau du Meunier d’Arleux la retenue d’eau nécessaire à la mise en marche de la roue est appelée le vivier (v. 53).

55L’arbre du moulin, c’est-à-dire l’axe de la roue, est cité dans Le Voyage de Charlemagne à Jérusalem (v. 372), chanson de geste vénérable, à laquelle on a attribué parfois comme date le milieu du XIIe siècle.

  • 51 On verra une représentation figurée des fuseaux et des fers dans le livre de Joséphine Rouillard, (...)
  • 52 Il n’y a pas d’édition moderne. On peut voir le ms. Nouv. acq. f. 20023 de la BNF et l’édition de (...)

56Les textes juridiques utilisent certains termes techniques du mécanisme du moulin. Philippe de Beaumanoir cite les fuseaus, pièce de l’engrenage ou encore les fers qui ne sont pas éloignés des fuseaux51. La Somme rural, compilation de droit coutumier du Nord de la France, écrite par Jean Boutillier de Tournai entre 1393 et 1396, distingue avec soin diverses parties du moulin, dont est responsable celui qui a affermé le moulin, et le gros œuvre que doit entretenir le propriétaire52. Elle énumère des pièces du mécanisme comme le rouet, le ferrage ou le trieule :

  • 53 Voir J. Brouillard, op. cit., p. 55.
  • 54 Le mot est absent des dictionnaires. On trouve dans Godefroy (VIII, 82) troille « pressoir » (il s (...)
  • 55 Voir Godefroy, X, 619 s. v. salt. Plusieurs des exemples cités parlent de saut a molin a eve (char (...)
  • 56 Le mot est cité par Godefroy, III, 518. Un exemple d’une charte au sens de « écluse », un autre de (...)

57Du moulin a eaue peus et dois savoir que tout ce qui se tourne et qui se meut, si comme la grant roe, l’arbre de la roe, le rouet, le ferrage a ce appartenant, les meules et le trieulle sont meuble ; et tout le demourant est heritage, si comme le sault du moulin, l’estanchement qui porte le moulage, soit de bois soit de pierre (Godefroy, V, 369). Le rouet est une des pièces essentielles de l’engrenage du moulin. Cette pièce mobile transforme le mouvement vertical de la roue en mouvement horizontal des meules53. Le ferrage désigne la pièce en fer qui y est associée. Le trieulle désigne certainement le treuil qui sert à lever les meules54. Ce texte oppose les parties du moulin appelées meuble (latin mobilia), éléments qui peuvent s’user et qui sont à la charge du meunier, et les parties dites d’heritage, qui constituent le fonds, dont l’entretien relève du propriétaire. Le mot de sault s’applique à la « chute d’eau55 ». Quant à l’estanchement, c’est sans doute les grosses poutres qui soutiennent tout le mécanisme56. Le mot de moulage est enregistré dans le dictionnaire de Godefroy (t. V, 369) au sens de « partie du moulin qui sert à faire tourner les meules ».

  • 57 Le mot attache est mentionné dans le livre de Jean Bruggeman, Moulins, maîtres des eaux, maîtres d (...)
  • 58 J. Bruggeman, op. cit., p. 116.
  • 59 J. Bruggeman, op. cit., p. 113 ; J. Rouilalrd, op. cit., p. 61.

58C’est surtout dans le Moulin à vent de Laurent Wagon que l’on trouve le plus grand nombre de termes techniques. Le texte mentionne successivement le mairien (v. 212), « bois d’œuvre » dit J. Rouillard (p. 93). Il faut comprendre, sans doute, « poutres maîtresses ». Puis en partant du soubassement du moulin il énumère l’atake (v. 19), « l’attache » le piédestal qui supporte l’ensemble du moulin57, la suele (v. 29), c’est-à-dire la sole qui porte la meule désignant « chacune des deux poutres de la croisée du moulin sur pivot58 », ensuite la muele (v. 30), la meule, et l’arçure (v. 37), l’archure, coffre de bois entourant les meules59, les dents (v. 46), permettant à la roue intérieure (la ruee, v. 47) de tourner en s’accrochant aux fuseaux de la lanterne, la clapete (v. 53), qui désigne le « cliquet », sans doute le taquet mobile autour de l’axe ou bien la lanterne elle-même, car le mot lanterne n’apparaît pas dans le texte.

  • 60 Voir J. Rouillard, op. cit., p. 57 (avec dessin).
  • 61 Il ne s’agit naturellement pas de la saillie du pubis couverte de poils (Godefroy, VI, 81). R. Ber (...)
  • 62 C’est la forme originale, issue du latin trimodia « récipient contenant trois muids ».
  • 63 J. Bruggeman, op. cit., p. 116.
  • 64 Des illustrations se voient dans le livre de J. Bruggeman, op. cit., p. 69 (élément 74 du schéma), (...)
  • 65 Voir Rouillard, op. cit., p. 61. Ce coffre de bois s’appelle maie ou huche en français moderne. La (...)
  • 66 R. Berger, op. cit., p. 235. Godefroy semble se tromper en interprétant rastiere au sens de « vann (...)

59Viennent après les tourtres (v. 66), entendons les « tourtes », mot technique désignant les deux plateaux circulaires de la lanterne, le fusel (v. 70) désignant le « fuseau », singulier collectif s’appliquant aux tiges cylindriques en bois disposées sur la lanterne60, le poiniles (v. 71), terme absent des dictionnaires61, l’arbre (v. 73), axe en bois reliant la roue au rouet et transmettant le mouvement au moulin, ensuite le tremuie (v. 80)62, « la trémie », bac pyramidal renversé où l’on verse le grain63, la puelie (v. 84), la poulie placée au-dessus de la porte pour monter le blé64, les eles (v. 99), les quatre ailes du moulin, le vent qui souffle toujours (v. 105), ensuite la mait (v. 111)65, huche destinée à recevoir la farine, la rastiere (v. 113), mot absent des traités modernes, sans doute une sorte de racloire pour enlever la farine des parois de la huche66, Paleron (v. 125), terme absent également des traités actuels, peut-être une sorte de balai avec lequel on ramasse la farine (c’est l’interprétation de l’éditeur), la maison (v. 144) de quoi li molins ert covers, désignant apparemment la toiture du moulin, la queue (v. 147), qui sauvera le moulin de la violence du vent soufflant en tempête, nous dit le texte (il s’agit d’une longue poutre permettant d’orienter la cage du moulin à vent).

  • 67 J. Bruggeman, op. cit., p. 116.
  • 68 Voir R. Berger, op. cit., p. 205. On pourrait se demander s’il n’y avait pas sur le moulin un embl (...)

60A la fin de l’œuvre sont mentionnés le meunier (v. 159) et l’asnier (v. 160) du moulin (notons ce détail : un conducteur d’âne semble attaché au moulin pour faire les transports de blé et de farine), la plumete (v. 163), ki le molin au droit vent mete, sans doute la girouette qui sert à faire tourner la machine dans la bonne direction, l’atemproire (v. 183), désignant ce qu’on appelle la temprure un « système de leviers permettant de régler la distance entre les deux meules67 ». Le texte mentionne à la fin le carpentier (v. 185), charpentier capable de reconstruire le moulin quand le vent l’aura abattu (notons ce détail intéressant et réaliste), puis l’estendart (v. 205), mot absent des traités techniques modernes, dont le sens échappe également à l’éditeur68. Les ultimes précisions apportées sont les suivantes : le cheval du meunier, l’homme qui sera le porteur de blé, enfin celui qui ira au marché et s’occupera du transport. Il y a là comme une réduplication des tâches du conducteur d’âne. Ces derniers recevront pour leur travail la meuture (v. 215), la mouture.

61Comme on voit, ce texte court de 216 octosyllabes ne manque pas d’intérêt pour les spécialistes de la meunerie ancienne. La consultation d’ouvrages spécialisés montre que la plupart de ces noms survivent encore dans le vocabulaire moderne. Ils ont vécu des siècles. Les traditions ont survécu dans le langage comme dans les techniques héritées du passé. Si l’on prenait dans l’Encyclopédie de Diderot une représentation de moulin à vent, on y retrouverait la plupart des termes médiévaux.

Réalisme et mentalités

62Commençons par le réalisme matériel.

Pluralité de moulins

  • 69 J. Morawski, Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris, 1925.

63La pluralité de moulins médiévaux est suggérée par des proverbes : Qui ne puet a un moulin voige a un autre (Morawski69, 1037) « Si l’on ne peut se faire moudre son blé à un moulin, que l’on aille à un autre. » Un autre proverbe dit la même chose : Moulin de ça, moulin de la. Si l’un ne meult, l’autre meuldra (Morawski, 1306). « Un moulin est ici, un autre par là. Si l’un ne moud pas, l’autre moudra. »

  • 70 J. Bruggeman, op. cit., p. 25.
  • 71 Sur les réparations faites aux moulins voir J. Rouillard, op. cit., p. 53-61.

64Il est vrai que ces remarques suggèrent la liberté de choix, alors que les gens étaient liés par la contrainte d’utiliser le moulin banal70. Mais il peut se faire que le moulin banal soit en état de réfection (telle ou telle pièce, par exemple la roue, ayant besoin d’être consolidée par des charpentiers, ou bien le rouet, soumis à de violents efforts de rotation devant être remis en état ou encore les fuseaux en bois indispensables à l’engrenage devant être changés, ou le fer, soumis au frottement devant être entretenu par des serruriers)71 et qu’il se trouve immobilisé. En pareil cas, le paysan est contraint d’aller vers un autre moulin.

Le bruit des moulins

65Lorsque les moulins fonctionnent, ils font du bruit. Il n’en est pas souvent question. Toutefois dans les énumérations de bruit des villes il en est fait mention. La chanson de geste de Doon de Maience (éd. Pey, Paris, 1869) note parmi d’autres que l’on entend bruire chez moulins (v. 2789). Un dit du XIIIe siècle le note aussi. La présence sonore des moulins qui constitue une des constantes du paysage médiéval se trouve absente des textes. Les auteurs n’ont pas le temps d’être attentifs à tous les aspects de la vie quotidienne. Ils ne s’intéressent qu’à ce qui peut être en rapport avec l’action.

Le moulin lieu de rencontre

  • 72 Moulins et meuniers carolingiens, Paris, 1996, p. 70.
  • 73 Op. cit., p. 18 (« Le moulin partageait autrefois avec le lavoir et le four le privilège d’être un (...)

66Le moulin était aussi jadis un lieu où les clients causaient. Étienne Champion l’a noté72. P. Sébillot évoque ce moment de la conversation73. Un proverbe médiéval le rappelle : Au four et au moulin oyt l’en les nouvelles (Morawski, 179). « Au four et au moulin on apprend (littéralement "on entend") les nouvelles. »

67Un autre proverbe rappelle que le premier venu à un moulin bénéficie d’une priorité. Qui ainçois vient a un molin, ainçois doit moldre (Morawski, 1796).

Le moulin et l’eau

  • 74 Voir les expressions recueillies dans le dictionnaire de Trévoux à ce sujet.

68Un proverbe médiéval dit Chascuns moulins trait a lui yaue (Morawski, 352). Cela veut dire que les conduits d’eau ou les rivières aboutissent souvent à des moulins et que les meuniers prennent beaucoup d’eau pour leur travail. Parfois l’expression est plus précise et indique que l’on prend l’eau à son voisin pour alimenter son propre moulin74.

  • 75 Étienne Champion évoque les pêcheries et les anguilles dans son livre Moulins et meuniers caroling (...)

69La pièce d’eau servant de réservoir au moulin est évoquée dans le fabliau du Meunier d’Arleux sous le nom de vivier (v. 53). On devine que des poissons y ont été mis. Nul hasard si dans le repas du meunier, brièvement évoqué ensuite, figure du poisson (v. 77). Le meunier du conte de la Vie des Pères ne mange que du poisson qu’il a pêché (v. 15328) : ce sont des anguilles (v. 15344) qu’il a dû attraper dans son propre vivier75. La retenue n’a pas assez d’eau dans le récit du Meunier d’Arleux en fin de journée. Le valet du meunier déclare à son maître :

Il a molt poi d’iaue el vivier
Il vous covient ouvre laissier.
Nos molins ne puet morre tor. (v. 53-55).

  • 76 Il existe pourtant au Moyen Âge. Plusieurs des exemples cités par Godefroy (VIII, 324) en témoigne (...)

70Le mot tor désigne un tour de meule et l’expression morre tor signifie « tourner, fonctionner » en parlant d’un moulin. On notera que le mot de bief désignant le canal de dérivation ou bien la retenue d’eau conduisant les eaux vers la roue du moulin ne se rencontre pas dans les textes dépouillés76.

La tenue du meunier

  • 77 Blanc est qui se frotte au meunier, / Et cil devient un noir vassaulx / Qui s’approce du Carbonnie (...)
  • 78 Miniature reproduite dans Le prince et le peuple, Images de la société du temps des ducs de Bourgo (...)
  • 79 Le Fromage et les vers, L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, 1980, p. 33. Le costume trad (...)

71L’aspect physique du meunier n’est jamais évoqué par les textes. Seule une locution plaisante attestée au milieu du XVe siècle nous dit Blanc est qui se frotte au meunier77. Plusieurs miniatures nous font entrevoir que le personnage est vêtu tout de blanc (Il est de la couleur de la farine : ainsi il n’est jamais sali par elle) et qu’il porte sur la tête un bonnet blanc. On le voit ainsi dans la miniature du Mortifiement de Vaine Plaisance du ms. 1486 de la Bibliothèque municipale de Metz (planche I) Il se tient à la fenêtre et regarde venir la cliente. Même scène dans une illustration du Trésor des histoires (planche II), faite en Flandre par Simon Marmion vers 1470-1480 (ms. Londres, B. L., Cotton, Aug. AV, fol. 345 v°)78. C’est là un détail réaliste. Carlo Ginzburg a relevé dans l’Italie du XVIe siècle, à Montereale dans le Frioul qu’un meunier traduit devant le tribunal de l’Inquisition se présente devant ses juges dans la tenue traditionnelle des meuniers : veste, manteau et bonnet de laine blanche79. Le meunier est donc une sorte de paysan vêtu de blanc. Il ne doit avoir qu’une seule tenue, toujours de couleur blanche. Ainsi sa condition éclate aux yeux.

  • 80 « Lecture de Chaucer, Une symbolique sociale, Le moulin et le meunier dans le Conte de l’Intendant(...)
  • 81 Cette idée a été soutenue par Cl. Rivals qui déclare : « Ces clercs, enfants du peuple des campagn (...)

72En revanche, dans le texte des Contes de Canterbury le meunier, nommé Simon le Dédaigneux, qui porte une longue dague à sa ceinture, qui tient caché en outre un poignard dans son escarcelle et un couteau de Sheffield dans ses chausses (p. 133-134) paraît peu vraisemblable. « Le meunier est riche et puissant » note Claude Rivals dans son étude sur le conte80. Il semble que la peinture soit plus caricaturale que réaliste. Chaucer veut faire rire du personnage. D’où la brève description faite : « Ce meunier avait la face ronde, un nez camus, un crâne pelé tout comme un singe. » (p. 134) Le prologue du conte insiste sur l’aspect noueux de son corps. 11 est « carré d’épaules », et il a des traits grossiers : une verrue sur le nez avec une touffe de poils roux, une énorme bouche grande comme un four, une voix retentissante. En plus il a « un pouce doré ». Nous reviendrons sur cette notation présente dans le monde anglo-saxon et absente du domaine français. Marié à une femme de la petite noblesse, il tient son rang de yeoman (p. 134), condition inférieure au squire, mais malgré tout assez importante. Sa femme est fille de prêtre, nous dit le texte. Elle apporte au riche meunier considération et rang supérieur. Mais il ne faut pas voir dans l’aventure des clercs, comme on l’a dit, un récit de lutte des classes81.

  • 82 L’image est reproduite dans le livre de Roger Sherman Loomis, A Mirror of Chaucer’s World, Princet (...)

73La représentation du personnage dans un manuscrit enluminé de Chaucer mérite un instant d’attention. C’est une carcasse de muscles et d’os, On le voit juché sur une rossinante rétive, jouant de la cornemuse pendant le voyage. Il a au côté l’épée et le bouclier, et aussi le fameux pouce en or – en fait deux pouces dorés82. Allusion à la richesse proverbiale du meunier qui vole ses clients.

Le travail du meunier

74Le travail à l’intérieur du moulin est rarement évoqué.

  • 83 Voir une image de la scène dans Christian Cussoneau, « Vocabulaire de la meunerie en Anjou à trave (...)
  • 84 Voir Christian Cussoneau, op. cit., p. 37.

75Des mots techniques batre et lever le moulin sont employés dans le fabliau du Meunier d’Arleux (v. 85). Que veut dire batre ? Il ne faut pas comprendre que le blé a besoin encore d’être battu. C’est le moulin qui doit être battu. Le mot molin est complément direct de batre à deux reprises (v. 85 et 118). Le mot batre est bien compris par le dernier éditeur qui traduit « marteler la meule pour en garnir la surface de rainures afin de la mettre en état de moudre ». Il s’agit de raviver les rainures de la meule à l’aide d’un marteau pointu83. Aujourd’hui le travail qui doit être fait de temps en temps sur la meule se dit, non pas batre, mais rhabiller84.

76Quant à lever, traduit par Noomen « manier le levier qui permet de régler la distance entre les deux meules » (op. cit., p. 307), il faudrait être plus précis. En fait le meunier doit à l’aide d’un levier ou d’un treuil écarter les roues et les redresser pour procéder à l’opération désignée par batre. Les deux termes sont solidaires. Il faut lever avant de batre. L’ordre des deux verbes ne convient pas à la suite des opérations, mais la place de lever tient ici aux nécessités de la rime. Il est évident que le levage des meules précède leur rhabillage, comme me l’ont confirmé d’anciens meuniers, membres de la société des Amis des moulins, eux-mêmes habitués à cette opération.

  • 85 Tolt si com cil qui prent un crible, / U tamis un buletiel, / Quant faire violt blanc pain e biel, (...)
  • 86 Jubinal, jongleurs et trouvères, p. 139.
  • 87 J. Bruggeman, op. cit., p. 98.

77Un problème concerne la farine. Le tamisage fait au blutoir, qui avait pour but de faire apparaître une farine plus pure, appelée au Moyen Âge la fleur de farine, s’opérait-il au moulin ? Nous sommes renseignés sur l’opération par un passage intéressant du Roman de Silence85 et aussi par un développement du dit des Boulangers. Il faut répondre non à cette question. Le dit des boulangers montre clairement que cela se faisait chez le boulanger. Il est question, en effet, dans ce texte de saachier et de beluter, deux termes techniques de l’opération de tamisage86. Le grain était donc moulu une seule fois chez le meunier et le blutage se faisait chez le boulanger. Aucun blutoir n’apparaît chez le meunier. On devait faire au moulin une mouture, dite aujourd’hui « à la grosse », en serrant fortement les meules87. La farine qui en sortait n’était pas blanche. Si le meunier avait pratiqué plusieurs moutures pour séparer le gruau du son et pour en retirer le maximum de farine cela se verrait dans les textes. Or il n’en est rien. J’en conclus que la farine habituelle du Moyen Âge devait contenir fatalement une certaine quantité de son. La farine du pain complet que nous mangeons aujourd’hui en est proche.

  • 88 J. Bruggeman, op. cit., p. 114. Le mot manee « mouture, quantité de grains à moudre » est bien rel (...)

78Rien n’est dit sur le travail exact des employés du meunier. Un mot picard cache matinée existe88 « chasse mouture » pour désigner celui qui va chercher le grain et le ramène moulu aux clients. On devine dans le Meunier d’Arleux que le valet du meunier surveille lui-même le mécanisme du moulin et l’eau du réservoir. Nous avons vu à la fin du dit du Moulin à vent que certains employés vont vers les clients soit chercher le grain, soit rapporter la farine. Cela suffit à faire entrevoir quelque chose des pratiques anciennes, du moins pour les moulins importants.

Le logement du meunier

  • 89 Il n’ot ilueques environ / Borde ne vile ne maison / Fors sol la maison au munier (v. 56-58).

79Le logis du meunier ne se trouve pas à l’intérieur du moulin. Dans le fabliau du Meunier d’Arleux le moulin est situé à Aleus (v. 10), comprenons Arleux, à dix kilomètres au sud de Cambrai. Il habite à quelque distance de là à Paluiel (v. 37), à Palluel sis à deux kilomètres d’Arleux. Dans le fabliau du Meunier et les deux clercs le moulin est isolé89. La maison du meunier est distincte du moulin. Le logis est situé à quelque distance (v. 97-98). C’est dans sa maison, et non dans le moulin, qu’il cache le sac de blé volé aux pauvres clercs et qu’il le transporte avec l’aide de sa femme (v. 95-96). Le logis du meunier est également situé à quelque distance du moulin dans le conte de Chaucer (éd. cit., p. 138-139). « Ma maison est petite » répond le meunier aux clercs qui lui demandent l’hospitalité (éd. cit., p. 140). Tout le monde dort dans une pièce unique.

  • 90 W. Noomen, op. cit., t. 8, Assen, 1994, v. 56-60.

80Il n’y a qu’une pièce unique dans le fabliau français pour le meunier et sa famille. Tout le monde couche dans cette pièce. C’est là aussi que les clercs dormiront, tous deux dans le même lit. Un détail remarquable : le meunier fait dormir sa fille dans une huche fermée à clé (v. 163). Il donne la clé de la huche à la jeune fille après l’avoir enfermée à l’intérieur. Le fait de coucher dans une huche n’est pas une affabulation littéraire. M. Paoli, maître assistant honoraire à l’université d’Avignon, m’a signalé que Ton a couché autrefois ainsi dans le Queyras. D’autre part, dans le fabliau De l’oue au chapelain un prêtre met son amie dans une huche afin qu’un importun ne la trouve pas90.

81Chez Chaucer aussi tout le monde couche dans la même pièce appelée « chambre ». Les deux clercs couchent dans le même lit, éloigné de dix ou douze pieds (environ deux mètres) du lit du meunier. La jeune fille ne couche pas dans un coffre, mais dans un lit dans la même pièce. Le texte dit : « Sa fille avait aussi son lit dans cette chambre. »

82Dans le conte du Meunier d’Arleux le logis du meunier est plus spacieux, puisqu’il y a une chambre à part pour le couple (v. 164). Le meunier fait coucher la jeune fille près du feu (li lis du fais dales le fu, v. 110), c’est-à-dire dans la salle commune. On ne nous dit pas où couche le valet du meunier, peut-être dans un appentis à l’extérieur. Dans le roman du Castelain de Couci l’épouse accidentée dispose dans le moulin d’une chambre pour se dévêtir (v. 6312 et 6322).

  • 91 Le mot poulier est enregistré dans le dictionnaire de Godefroy, VI, 349. Il est vraisemblable que (...)

83Dans la farce des Deux gentilshommes et du meunier une pièce spéciale existe nommé poulier, où la meunière cache les deux galants. On peut comprendre que ce poulailler est un grenier à l’étage supérieur91. La mise en scène exige aussi une pièce jouant le rôle de chambre. Cela semble un réduit dans un coin de la salle commune, séparée par un rideau (éd. citée, p. 328). Dans les autres textes on ne nous donne pas d’information sur la disposition intérieure de la maison du meunier.

L’alimentation du meunier

  • 92 Au XVIe siècle Menocchio le meunier hétérodoxe du Frioul dont Carlo Ginzburg étudie le cas s’alime (...)

84La nourriture du meunier est précisée dans le fabliau du Meunier et les deux clercs. Il nous est dit que le soir on mange pain et lait et oeufs et fromage (v. 171). L’auteur ajoute : c’est la viande del boschage (v. 172) « C’est la nourriture de cet endroit boisé. » Voilà une information intéressante. À l’écart du village, dans le lieu isolé où vit le meunier la nourriture est simple. On mange des produits laitiers et des œufs92. On trouverait des passages semblables dans d’autres fabliaux où il est question de l’alimentation des paysans. Ces autres textes parlent de bouillie.

  • 93 Le texte dit « Le meunier a lampé la bière à si longs traits qu’il ronfle comme un cheval et pète (...)

85Chez Chaucer le meunier envoie sa fille au village acheter pain et bière. Il n’a donc pas de quoi nourrir deux personnes de plus. En outre, il fait rôtir une oie (trad. cit., p. 140). On mange et on boit à cœur joie. Le meunier qui a trop bu de bière se met au lit à minuit et dort comme une souche93.

Les rapports avec la clientèle

  • 94 Op. cit., p. 23 (« Jadis... on voyait les meuniers venir dans les villes chercher le blé des parti (...)

86Le poème du Moulin à vent suggère à la fin du texte que le meunier dispose de garçons meuniers pour aller au contact de la clientèle et transporter du blé à l’aller et de la farine moulue au retour (v. 212-214). Sébillot note la même chose94. C’est là une notation unique.

87Partout ailleurs ce sont les clients qui portent eux-mêmes leur sac de blé au moulin. Dans le fabliau du Meunier et des deux clercs les clercs ont mis leur sac de blé sur une jument et le portent ainsi au moulin (v. 92-93). Chez Chaucer c’est sur le dos d’un cheval que les clercs de Cambridge chargent le sac de blé (éd. cit., p. 136). Les illustrations qui ornent certains manuscrits montrent parfois le sac sur le dos d’un humain. Le Mortifiement de Vaine Plaisance de René d’Anjou (vers 1470), traité de morale religieuse où le prince exprime par des allégories le cheminement de l’âme qui quitte les vains plaisirs du monde (vaine plaisance) pour se tourner vers Dieu, nous en offre une illustration. L’âme dévote pour gagner son salut doit affronter des épreuves. Une comparaison est faite avec la femme portant sur son dos un sac de blé au moulin. La miniature du Mortifiement conservé à la Bibliothèque municipale de Metz (ms. 1486) montre éloquemment une pauvre femme portant sur son dos un lourd sac de blé et s’approchant du moulin. La roue du moulin à godets se trouve au premier plan. On pourrait citer d’autres illustrations où l’on voit un homme ou une femme porter un sac de blé au moulin. Ainsi dans le livre de Lilian M.-C. Randall, Images in the Margins of Gothic Manuscripts (Berkeley, 1966) : images 696, 697, 699.

Les mentalités : le thème du meunier voleur

  • 95 Modem Language Quarterly, t. 16, 1955, p. 3-15.
  • 96 Il cite un chant populaire toscan disant « Je suis allé en enfer et j’ai vu l’Antéchrist » et il a (...)

88La représentation en stéréotype du meunier malin et voleur est répandue dans l’Europe entière. L’hostilité envers les meuniers a été bien mise en lumière par G. Fenwick Jones dans son étude sur le conte de Chaucer « Chaucer and the Medieval Miller95 ». Il en va de même dans la France du XIIIe siècle. Dans son étude intitulée Le fromage et les vers, L’univers d’un meunier du XVIe siècle (Paris, 1980) Carlo Ginzburg l’a bien noté pour l’Italie du XVIe siècle96. « L’hostilité séculaire des paysans et des meuniers » évoquée par Ginzburg (p. 169) est en fait une opposition de toutes les classes de la société contre les meuniers. Ginzburg note qu’ils étaient isolés de la communauté dans laquelle ils vivaient par l’implantation de leur moulin à l’écart et par leurs idées souvent hérétiques. L’isolement n’est pas la raison principale de la représentation péjorative qui les concerne.

  • 97 P. Sébillot, op. ci., p. 3.
  • 98 Godefroy X, 362 (poche, avec des exemples de pouche).
  • 99 Éd. de 1732, t. IV, p. 922. Un proverbe médiéval déclare Autant tient poche comme sas (Morawski, 2 (...)

89Un proverbe dit Quant sac vient au moulin, pouche en aungle (Morawski, 1759). Malgré les apparences, il ne faut pas comprendre « le pouce du meunier est caché dans un coin ». Certes, P. Sébillot cite un dicton anglais disant que tout honnête meunier a un pouce en or (Every honnest miller has a thumb of gold)97. Le pouce de meunier est célèbre car c’est lui qui saisit immédiatement le sac du client. Mais ici le mot pouche désigne un sac ou une besace98. Le proverbe signifie que le meunier a toujours un sac dans un coin pour dérober une partie de ce qui se trouve dans le sac du client. Je rappellerai le proverbe cité par le FEW de von Wartburg Va bien au moulin qui y envoie sa poche ou son âne (VI, 38). Le dictionnaire de Trévoux connaît encore l’emploi de poche au sens de « sac » et précise même « sac de meunier où il met un septier de grain99 ».

  • 100 Éd. Jubinal, Jongleurs et trouvères, Paris, 1835, p. 139.

90Lorsque le sac reste entreposé un certain temps au moulin en l’absence du client, le vol est facile. Le dit des boulangers évoque plaisamment les disparitions du grain laissé à moudre sous l’action des rats qui feraient nuitamment un trou dans le sac de blé et aussi des poules qui dans la journée iraient picorer le grain100.

91Il parle en ces termes du blé et des meuniers :

  • 101 Le mot signifie « descendus du perchoir ».

Li mosniers la meuture en a
Et si vous di, ne vous anuit,
Que s’au moulin gist une nuit
Et soris i puet aprochier, Ele set bien le sac percier.
Et quant li ras perçoit le blé
Et li poussin sont assamblé,
Coc et gelines desjouchié101,
Moult tost ont le trou aprochié...

92On pourrait se demander s’il n’y a pas là une plaisanterie pour faire allusion aux vols nocturnes des meuniers.

  • 102 Französisches Etymologisches Wörterbuch, t. VI, 38.

93Un autre proverbe plus tardif (il est attesté aux XVIe et XVIIe siècles d’après le FEW102) parle de faire venir l’eau au moulin, faire venir l’eau à son moulin au sens de « se procurer du profit ».

  • 103 P. Sébillot, op. cit., p. 2.
  • 104 E. Champion fait remarquer que les redevances des moulins sont dues normalement en céréales non mo (...)
  • 105 E. Champion, op. cit., p. 78-79 ; J. Rouillard, op. cit., p. 23.

94Pourquoi le meunier est-il jugé un voleur ? D’abord parce qu’il prenait son salaire en nature en faisant un prélèvement sur la mouture. Il était impossible aux clients de mesurer exactement le prélèvement opéré. D’où des sentiments profonds de ressentiment tout au long des siècles et l’idée que le meunier était un voleur fieffé. P. Sébillot indique que des ordonnances (postérieures certainement au Moyen Âge : il ne donne pas de date) recommandaient aux meuniers de rendre la farine au même poids que le blé, « à deux livres près pour le déchet103 ». Si le client pouvait payer en argent, il devait donner au meunier douze deniers par setier (sans doute de grain). Si le client n’avait pas d’argent liquide, le droit de mouture du meunier était fixé à un boisseau par setier. On aimerait savoir à quel moment exact de l’histoire ces tarifs ont été fixés104. En tout cas c’est ce que dit le texte d’Étienne Boileau au milieu du XIIIe siècle. Sur les redevances dues par les meuniers aux propriétaires des moulins des précisions sont apportées par les recherches récentes105. Nous avons vu que dans le fabliau du Meunier et des deux clercs le meunier vole le sac entier de blé porté par les clercs, sans en éprouver la moindre gêne.

  • 106 La quantité est minuscule puisqu’un boisseau équivaut à 10 litres. Le meunier dérobe seulement 2,5 (...)

95Dans le conte de Chaucer (récit de l’Intendant dans les Contes de Canterbury) le meunier indélicat se contente de voler un demi-boisseau de la farine106, une fois la mouture faite lorsque les deux clercs sont partis à la recherche de leur cheval (Livre de Poche, trad. J. P. Foucher, 1974, p. 139). Il est vrai qu’auparavant ils déchargent avec soin le sac et le remettent entre les mains du meunier. L’un surveille le grain mis dans la trémie, l’autre regarde en bas la farine qui descend dans le bac (ibid. p. 137). Toutes ces précautions empêchent le meunier de faire le moindre prélèvement sur le grain ou sur la farine avant sa mise en sac. Il agit donc, une fois la farine dans le sac et le sac refermé. Dans le texte français le meunier dérobe d’entrée de jeu le sac entier de grain. Dans le texte en moyen anglais il vole après la mouture. Chaque fois la disparition du cheval, détaché par le meunier, lui permet d’agir. Notons que le vol est minuscule dans le texte anglais, considérable dans l’œuvre française. Toutefois le texte anglais ne cache pas que le meunier est un expert dans le domaine du vol. Il a notamment pour client le collège de Cambridge nommé Solar Hall. Quand le maître du collège tombe malade et doit s’aliter, le meunier « vola cent fois plus qu’auparavant, nous dit le texte ». Il devient « voleur fieffé » (éd. cit., p. 136).

  • 107 Le Roux de Lincy, Le Livre des proverbes français, t. 2, Paris, 1859, p. 141.

96Maintes expressions traditionnelles reviennent sur le sujet. Un proverbe cité par Le Roux de Lincy déclare plaisamment : Il n’y a rien de si hardi que la chemise d’un meunier107. L’explication de l’énigme est la suivante ; parce qu’elle prend tous les matins un voleur à la gorge. Ce proverbe n’est pas attesté, semble-t-il, au Moyen Âge, mais il correspond tout à fait à l’esprit du temps. L’idée selon laquelle tout meunier est un voleur est constante dans les textes du Moyen Âge. On le voit clairement dans le fabliau du Meunier et des deux clercs. Le meunier vole le sac entier de blé porté par les deux pauvres hères sans être le moins du monde apitoyé par eux (93-96).

  • 108 Jame Woodrow Hassell, Jr., Middle French Provebs, Sentences and Proverbial Phrases, Toronto, 1982, (...)
  • 109 Au XVe siècle une expression proverbiale de Jean Miélot rappelle que le meunier prend double moutu (...)

97La farce du Meunier de qui le diable emporte l’âme en enfer nous fait entendre la confession du meunier à son heure dernière. Il nomme plusieurs de ses dupes. Il reconnaît qu’il a pris toujours d’un sac doubles moustures (v. 420). Le meunier voleur est devenu un sujet classique de contes. Le Motif Index of Folk Literature de Stith Thompson enregistre le motif Millers as Thieves (X, 211). Une énigme du Moyen Âge pose la question suivante : Qui est le plus privé laron que il soit ? La réponse est la suivante : C’est ung monnier car il ne prent fors que ce qu’on laisse en ses mains108. L’observation est piquante. Le client doit s’en prendre à lui-même. Le livre de P. Sébillot Légendes et curiosités des métiers, consacré de fait aux traditions folkloriques, fait une place capitale au thème du vol des meuniers (p. 1-12). On pourrait ajouter d’autres exemples de la fin du Moyen Âge ou du XVIe siècle109. Dans son intéressante étude Folie, mariage et mort (Paris, 1997, p. 225-226) Giordanna Charuty apporte des précisions sur les techniques diverses utilisées par les meuniers voleurs : par exemple user de boisseaux à double fond, faire tomber du grain en dehors de la trémie, conserver de la farine dans les coins de la meule, laisser tomber de la farine en dehors de la huche. Le savoir-faire des larrons est infini.

Le meunier et les femmes

  • 110 Op. cit., p. 15.

98La réputation grivoise des meuniers est moins importante que l’idée de leur malhonnêteté. Elle apparaît parfois. Il en va ainsi dans le fabliau du Meunier d’Arleux. À peine a-t-il vu la jeune fille venu porter son blé à moudre qu’il a envie d’elle (v. 29-39). Même attitude chez le valet (43-47). Sur ce point il ressemble tout à fait à son maître. Les garçons meuniers, nous apprend P. Sébillot, n’ont pas bonne réputation110. Une expression imagée employée pour désigner un enfant illégitime dit en molin né (FEW, VI, 38). L’expression naistre en four ou en molin, attestée dans le Tobler-Lommatzsch (VI, 182) suggère une origine de bas étage et illégitime.

Le motif du meunier

99Le motif du meunier qui dort dans la journée au lieu de travailler ou bien pendant que son moulin fonctionne est très rare. On ne le voit apparaître que dans la farce des Deux gentilshommes et le meunier. Et encore s’agit-il d’une ruse de la meunière.

  • 111 D’après le TLF, X, 984 le sens de « pignons d’un engrenage » existe depuis 1611.
  • 112 Le mot apparaît dans une charte citée par R. Berger, comme il a été dit plus haut, bien que le sen (...)

100En conclusion, les meuniers occupent une place infime dans la littérature médiévale. On ne sait pas tout d’eux ni de leur moulin. Quand on compare le vocabulaire utilisé dans une pièce hors du commun, Le Moulin à vent de Laurent Wagon et les termes techniques cités dans les travaux des spécialistes de la meunerie, on constate que quelques mots courants sont absents du texte médiéval. Ainsi alluchon « dents en bois du rouet », anille « pièce de métal mise au centre de la meule courante », braie nom de la poutre qui soutient la meule, lanterne, engrenage de bois composé de deux disques circulaires reliés entre eux par les tiges de bois appelés fuseaux111, rouet112, engrenage qui sert de lien entre l’arbre et la lanterne et qui est composé de dents de bois entraînant les dents (les fuseaux) de la lanterne. Toutefois les parties essentielles du moulin sont citées : l’attache, la sole, les fuseaux, la trémie, la huche, la poulie, les ailes, la queue, le levier permettant de régler la distance entre les meules. Il est fait mention des auxiliaires du meunier. Ces notations et d’autres encore nous instruisent sur les techniques et le vocabulaire de la meunerie en plein milieu du XIIIe siècle.

  • 113 Di Stefano, op. cit., p. 566. 113.
  • 114 Di Stefano, op. cit., p. 566. Les ânes, comme on sait, portaient habituellement les sacs de blé au (...)
  • 115 Di Stefano, op. cit., p. 566.
  • 116 Di Stefano, op. cit., p. 544.
  • 117 Voir le dictionnaire de Trévoux, t. III, 1732, c. 2138. L’expression jeter son bonnet par dessus l (...)

101Si rapides que soient les évocations littéraires, elles nous apportent des informations précieuses sur les métiers du passé. Elles ont, en outre, une valeur esthétique. Elles donnent lieu à des scènes plaisantes. Il n’était guère possible ici de les étudier. La composition et l’écriture des textes témoignent d’un indéniable talent. Des tours pittoresques apparaissent. Des expressions grivoises sont inventées comme mouldre au moulin d’une femme113. Des formules piquantes font référence aux habitudes anciennes. On déclare être autant accoustumé que un asne a aler au moulin114. À propos d’une personne inconstante et volage on dit que c’est un moulin qui tourne a tous vents115. Par raillerie on s’engage à être loyal ou fidèle comme un meunier116. Les conteurs font jouer aux meuniers les rôles de voleurs ou d’hommes concupiscents. Ces conduites sont punies, même dans les contes à rire. La morale est finalement sauve. Dès lors il est permis au critique moderne de jeter son bonnet par-dessus les moulins117.

Notes

1 En fait « Daudet n’a jamais été propriétaire du moulin de Fontvieille où l’action est censée se passer » remarque justement Louis Forestier dans son excellente édition des Lettres de mon moulin, Paris, Livre de Poche, 1994, p. 19, no 2.

2 Op. cit., p. 20.

3 Pas d’exemples de « moulin mystique » dans Charles-Victor Langlois, La Vie en France au Moyen Age, t. IV, La Vie spirituelle, Paris, 1928. Sur l’iconographie du pressoir mystique voir Le Pressoir mystique, colloque organisé par D. Alexandre-Bidon, Paris, Cerf, 1990.

4 Éd. E. Walberg, Paris, 1936, Champion, CFMA, v. 211-225. Une traduction en français moderne a été faite par J.-G. Gouttebroze et A. Queffelec, Paris, Champion, 1990. Voir la traduction p. 16.

5 Éd. F. Lecoy, t. II, Paris, 1993, v. 15312 et sqq.

6 Ph. Ménard, Fabliaux français du Moyen Âge, t. I, Genève, Droz, 1979 (2e éd. revue, corrigée et augmentée, Genève, 1998), p. 73-82, p. 147-151 et p. 207. Une édition des diverses versions a été faite par W. Noomen, Nouveau recueil complet des fabliaux, t. 7, Assen, 1993, p. 273-305.

7 Le Romanisches Etymologisches Wörterbuch de Meyer-Lübke, 3e éd., Heidelberg, 1935, p. 170, no 1772 enregistre le mot sous le latin caucellus qu’il traduit « Becher », c’est-à-dire « gobelet, godet ».

8 Voir éd. Noomen, op. cit., t. 4, Assen, 1988, p. 281-300.

9 Voir Chaucer, Les Contes de Canterbury, trad, par J.-P. Foucher, Paris, Livre de Poche, 1974, p. 131-146 (conte de l’Intendant).

10 Boccace, Décaméron, trad. sous la direction de Christian Bec, Paris, Livre de Poche, 1994, p. 732-737 (histoire de Nicolossa et de Pinuccio).

11 Éd. W. Noomen, op. cit., t. 9, Assen, 1996, p. 217-236.

12 Le folklore connaît parfois le motif du meunier galant. Voir P Sébillot, op. cit., p. 27. Tandis que le meunier caresse Marion, un loup mange l’âne laissé à la porte du moulin. D’autre part, existe le motif de la belle meunière qui n’est pas farouche. Ibid., p. 27-28.

13 Éd. W. Foerster, Dresden, 1908.

14 Voir l’édition de Wendelin Foerster et Johann Trost, Wistasse le Moine, Halle, 1891, p. 11-12, v. 399-413. Édition et traduction récentes, mais peu scientifiques d’E. Mousseigne, Lille, 1996, v. 399-413.

15 Le ms. B porte en marge une note en latin déclarant que le texte a été écrit en 1254 (éd. G.-B. Depping, Paris, 1837, p. 1, note 1). L’édition de R. de Lespinasse et de Fr. Bonnardot, Paris, 1879, donne le même texte.

16 Le mot de bestens est prononcé (p. 18). Le dictionnaire de Godefroy ne connaît que cet exemple au sens de « mauvais temps, intempérie » (t. I, p. 637).

17 Éd. A. Salmon, Paris, 1889 (nouv. éd., 1970), t. 2 p. 91-93.

18 Dans son édition des Chansons et dits artésiens (Arras, 1981, p. 234, note au v. 71) Roger Berger cite en note une charte arrageoise du XIIIe siècle relative à un moulin qui dit à peu près les mêmes choses. Le meunier doit fournir le van (serait-ce un tamis ? Ce sens est attesté dans le TLF, t. 16, 912, mais ce serait surprenant), le poinile (mot inconnu des dictionnaires et de l’éditeur en un sens technique), le fusel et le siu au pié del fer (le mot siu ne se rencontre pas dans les dictionnaires. Au bas du fer se trouve, en fait, la meule), tandis que l’abbaye de Saint-Vaast doit livrer la meuele, l’arbre, le roet et le cerne (ce dernier mot signifiant « cercle » doit désigner sans doute la roue du moulin).

19 Le mot de parçonnier, fréquent pour désigner des co-propriétaires d’un bien (Godefroy, V, 749-750), peut s’appliquer aussi, comme on le voit ici, à des associés pour l’exploitation physique d’un moulin. Mais la pluralité de meuniers devait être rare. On n’en voit pas dans les textes littéraires. Il est toujours question d’un seul meunier.

20 Voir J. Rouillard, Moulins hydrauliques du Moyen Age, Paris, 1996, p. 56 (avec illustration). Le dit anonyme des Fevres du XIIIe siècle, évoquant le travail des forgerons, déclare Fevre font les fers a molin / De quoi la farine est molue (éd. A. Jubinal, Jongleurs et trouvères, Paris, 1835, p. 133).

21 Éd. J. Alton, Tübingen, 1884, v. 24835-25030.

22 Éd. M. Delbouille, Paris, 1936, SATF, v. 6262-6391.

23 Éd. cit., p. LXXIV.

24 Éd. P. Jourda, in Conteurs français du XVIe siècle, Paris, 1965, p. 30-36.

25 Le verbe recoigner signifie « rajuster, cogner à nouveau », Godefroy, VI, 672 ; X, 500. C’est un mot du vocabulaire des charpentiers. Plus loin dans le texte il est uni à cheviller (p. 32) et recheviller (p. 33).

26 Éd. A. Tissier, dans Recueil de farces (1450-1550), t. IV, Genève, Droz, 1989, p. 233 et sqq.

27 Le carlin est la monnaie frappée à Naples par Charles VIII pendant l’expédition d’Italie (1494-1495). La référence permet de dater le texte.

28 Éd. A. Tissier, Recueil de farces (1450-1550), t. I, Genève, 1986, p. 312 et sqq. Ce texte est de la fin du XVe siècle ou du premier tiers du XVIe siècle.

29 La construction d’un bâtiment, les roues, engrenages, meules dormantes et tournantes, l’aménagement d’un déversoir et d’un bief nécessitent un investissement important.

30 Dans son livre Le fromage et les vers, Paris, 1980, p. 144 Carlo Ginzburg nous donne un exemple des redevances annuelles payées par un meunier en 1595 au propriétaire du moulin (il s’agit d’un moulin à foulon) : quatre boisseaux de froment, deux d’avoine, deux de millet, deux de sarrasin, plus un porc de cent cinquante livres.

31 Le terme signifie « chaussure sans semelle », Voir Godefroy, II, 91 (chaucemente) et 656 (dessolé) fait sur sole « semelle ».

32 Li romans de Carité et Misere du Rendus de Molliens, éd. A.-G. Van Hamel, Paris, 1855, (28, 9).

33 Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden, 1984, p. 700. Les principaux sens dégagés par Niermeyer sont : 1. recette d’un moulin à farine, 2. droit banal de moulin, 3. blé qui vient au moulin, 4. redevance de moulinage. L’ordre des sens est inexact. La valeur première est l’action de moudre et ensuite le résultat, à savoir le blé moulu.

34 On pourra comparer avec les dénominations du moulin en Italie : voir P. Aebischer, « Les dénominations du moulin dans les chartes italiennes du Moyen Âge », ALMA, t. 7, 1932, p. 49-63.

35 FEW, t. VI, 42.

36 Niermeyer, Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden, 1984, p. 700. Le dérivé molendinarius est utilisé aussi au sens de « meunier », op. cit., p. 700.

37 Levy, Provenzalisches Supplement-Wörterbuch, t. V, p. 299. La date de la charte n’est pas précisée.

38 Voir l’édition de Gaston Paris, Paris, 1897, p. L. Il est évident que le texte a été écrit avant la mort de Richart Coeur de Lion le 6 avril 1199.

39 La référence donnée par le Tobler-Lommatzsch (t. VI, 182), à savoir le vers 2328 de l’Estoire de la guerre sainte, est erronée.

40 Éd. W. Stubbs, London, 1864, I, XXXIII. G. Paris l’a bien relevé dans son édition, p. LXXX.

41 « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent », dans Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1960, p. 567-626, voir notamment p. 610-612.

42 Voir notamment celles du Windmill Psalter, du Vieil Rentier d’Audenarde, du Luttrell Psalter, p. 60.

43 Voir par exemple le ms. d’Oxford, Bodley 264, fol. 49, fol. 81, etc.

44 Pour l’histoire du moulin à vent je renvoie aux remarques précises de Lynn White Jr., Technologie médiévale et transformations sociales, Paris, 1969, p. 107-109.

45 Secretain Moine, éd. TB.W. Reid, Twelve Fabliaux, Manchester, 1958, p. 35, v. 62 (Seignor ; g’ai encor trois molins, / Molanz farine...)

46 Je remercie Jacqueline Cerquiglini-Toulet d’avoir bien voulu me communiquer cette référence.

47 Raynouard, op. cit., t. III, p. 245 (molinier). La forme mounier est également connue en langue d’oc : ibid., p. 245.

48 Voir FEW, VI, 37.

49 Plusieurs exemples de cette forme mannier dans Tobler-Lommatzsch, VI, 359.

50 Le texte dit en parlant des clercs : Après ont mis en un prael / La jumant joste le choisel (v. 63-64).

51 On verra une représentation figurée des fuseaux et des fers dans le livre de Joséphine Rouillard, Moulins hydrauliques du Moyen Âge, Paris, 1996, p. 57.

52 Il n’y a pas d’édition moderne. On peut voir le ms. Nouv. acq. f. 20023 de la BNF et l’édition de L. Charondas le Caron, Paris, 1603.

53 Voir J. Brouillard, op. cit., p. 55.

54 Le mot est absent des dictionnaires. On trouve dans Godefroy (VIII, 82) troille « pressoir » (il s’agit d’un pressoir à corde s’enroulant sur un cylindre). Mais ce sens ne convient pas. Le mot treuil au sens de « machine à élever des fardeaux » est attesté (TLF, XVI, 595) en 1376 dans le Livre du roi Modus. Les experts de l’Association des Amis des moulins consultés par mes soins m’ont tous donné le même avis. Le trieule, à leur avis, ne peut être que le treuil.

55 Voir Godefroy, X, 619 s. v. salt. Plusieurs des exemples cités parlent de saut a molin a eve (chartes des XIVe et XVe siècles).

56 Le mot est cité par Godefroy, III, 518. Un exemple d’une charte au sens de « écluse », un autre de Boutillier dans la Somme rurale au sens de « pilotis » pour Godefroy (l’estanchement qui porte le moulage (=les meules) soit de bois ou de pierre) C’est au sens de poutre supportant des meules qu’il faut l’entendre dans notre texte.

57 Le mot attache est mentionné dans le livre de Jean Bruggeman, Moulins, maîtres des eaux, maîtres des vents, Paris, Desclès, 1997, p. 67 (sous la forme picarde estake) et p. 113.

58 J. Bruggeman, op. cit., p. 116.

59 J. Bruggeman, op. cit., p. 113 ; J. Rouilalrd, op. cit., p. 61.

60 Voir J. Rouillard, op. cit., p. 57 (avec dessin).

61 Il ne s’agit naturellement pas de la saillie du pubis couverte de poils (Godefroy, VI, 81). R. Berger dans son édition, p. 234, note au v. 71 dit qu’il ignore le sens du terme.

62 C’est la forme originale, issue du latin trimodia « récipient contenant trois muids ».

63 J. Bruggeman, op. cit., p. 116.

64 Des illustrations se voient dans le livre de J. Bruggeman, op. cit., p. 69 (élément 74 du schéma), p. 80 (élément 16 du schéma), p. 94 (élément S).

65 Voir Rouillard, op. cit., p. 61. Ce coffre de bois s’appelle maie ou huche en français moderne. La forme première est mait avec un -t final, le mot étant issu du latin magis, magidis « récipient, pétrin ». La forme moderne maie est une altération de mait.

66 R. Berger, op. cit., p. 235. Godefroy semble se tromper en interprétant rastiere au sens de « vanne « (VI, 614).

67 J. Bruggeman, op. cit., p. 116.

68 Voir R. Berger, op. cit., p. 205. On pourrait se demander s’il n’y avait pas sur le moulin un emblème indiquant ce que l’on y faisait, une enseigne de meunier.

69 J. Morawski, Proverbes français antérieurs au XVe siècle, Paris, 1925.

70 J. Bruggeman, op. cit., p. 25.

71 Sur les réparations faites aux moulins voir J. Rouillard, op. cit., p. 53-61.

72 Moulins et meuniers carolingiens, Paris, 1996, p. 70.

73 Op. cit., p. 18 (« Le moulin partageait autrefois avec le lavoir et le four le privilège d’être un des endroits où les femmes bavardaient le plus volontiers »).

74 Voir les expressions recueillies dans le dictionnaire de Trévoux à ce sujet.

75 Étienne Champion évoque les pêcheries et les anguilles dans son livre Moulins et meuniers carolingiens, Paris, 1996, p. 26.

76 Il existe pourtant au Moyen Âge. Plusieurs des exemples cités par Godefroy (VIII, 324) en témoignent. Ce mot d’origine gauloise désignant le canal amenant l’eau à un moulin a cette valeur dans des chartes (bié du moulin). Les exemples cités dans des textes littéraires du XIIe siècle comme le Rou de Wace, la Prise d’Orange, le roman d’Alexandre (Godefroy, VIII, 324) semblent avoir seulement la valeur de « fossé » sans la moindre référence à un moulin.

77 Blanc est qui se frotte au meunier, / Et cil devient un noir vassaulx / Qui s’approce du Carbonnier (Molinet, Faites et Dicts, II, 661, 132), cité par G. Di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, 1991, p. 544.

78 Miniature reproduite dans Le prince et le peuple, Images de la société du temps des ducs de Bourgogne (1384-1530) sous la direction de Walter Prevenier, Anvers, 1998, p. 38.

79 Le Fromage et les vers, L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, 1980, p. 33. Le costume traditionnel des meuniers est évoqué en ces lignes : indutus vestena quadam et desuper tabaro ac pileo aliisque vestimentis de lana omnibus albo colore.

80 « Lecture de Chaucer, Une symbolique sociale, Le moulin et le meunier dans le Conte de l’Intendant (1385) », in Ethnologie française, t. 9, 1979, p. 341.

81 Cette idée a été soutenue par Cl. Rivals qui déclare : « Ces clercs, enfants du peuple des campagnes lointaines, sont le Peuple » (op. cit., p. 342). Mais les jeunes intellectuels du Moyen Âge n’appartiennent plus au peuple, quelle que soit leur origine. L’idée que le conte exprimerait la revanche des dominés sur les dominants, des exploités sur les exploitants (op. cit., p. 343) ne s’accorde pas avec les mentalités médiévales. C’est un anachronisme. Une semblable interprétation déforme les conditions médiévales. De même, on ne saurait prétendre que s’exprime dans le texte une « culture populaire » (p. 348). Les comparaisons, images, jurons, le style enfin de Chaucer (op. cit., p. 347-348) n’ont rien de populaire. Ce sont les créations d’un grand artiste.

82 L’image est reproduite dans le livre de Roger Sherman Loomis, A Mirror of Chaucer’s World, Princeton, 1965, p. 97, planche 96.

83 Voir une image de la scène dans Christian Cussoneau, « Vocabulaire de la meunerie en Anjou à travers les sources d’archives (XIIe-XIVe siècle) », in Les Cahiers de l’AMA, no 5, avril 1999, p. 37.

84 Voir Christian Cussoneau, op. cit., p. 37.

85 Tolt si com cil qui prent un crible, / U tamis un buletiel, / Quant faire violt blanc pain e biel, / Et quant la farine i a mise, / Dunt crible u bulette u tamise, / Et torne le flor d’une part et le gros terchuel en depart, / Et fait adonc un entreclos / Entre le fleur blance et le gros, / Si qu’o le fleur n’a nule palle, ne busce nule ne escalle, / Ne entre tolt l’autre monciel / De fleur valiant un botonciel. / Et de la fleur fait ses gastials / Et del tercuel torte a porcials (éd. L. Thorpe, Cambridge, 1972, v. 1808-1822). On prend soin de faire un tamisage très soigneux qui met à part la farine blanche et le son (terchuel). Au sein de la farine aucun détritus ni paille ni fragment de paille ni balle du grain. À l’intérieur du son aucun élément de farine blanche. Avec la farine on fait des gâteaux, le son devient de la nourriture pour les porcs. Je remercie Jacqueline Cerquiglini d’avoir bien voulu me signaler ce passage.

86 Jubinal, jongleurs et trouvères, p. 139.

87 J. Bruggeman, op. cit., p. 98.

88 J. Bruggeman, op. cit., p. 114. Le mot manee « mouture, quantité de grains à moudre » est bien relevé par le FEW, VI, 41.

89 Il n’ot ilueques environ / Borde ne vile ne maison / Fors sol la maison au munier (v. 56-58).

90 W. Noomen, op. cit., t. 8, Assen, 1994, v. 56-60.

91 Le mot poulier est enregistré dans le dictionnaire de Godefroy, VI, 349. Il est vraisemblable que l’abri des poules était un perchoir élevé pour soustraire les volatiles aux mammifères carnassiers. D’où l’emploi du mot ici pour désigner un grenier à l’étage supérieur.

92 Au XVIe siècle Menocchio le meunier hétérodoxe du Frioul dont Carlo Ginzburg étudie le cas s’alimente avec du lait, du fromage et des œufs. Voir Le fromage et les vers, Paris, 1980, p. 56.

93 Le texte dit « Le meunier a lampé la bière à si longs traits qu’il ronfle comme un cheval et pète tant qu’il peut » (op. cit., p. 141).

94 Op. cit., p. 23 (« Jadis... on voyait les meuniers venir dans les villes chercher le blé des particuliers et leur rapporter la farine »). De fait, dans Les Cris de Paris du XIIIe siècle deux cris peuvent être attribués aux meuniers : d’une part « farine pilee, farine ! » et « Qui a a moudre ? », in Alfred Franklin, L’Annonce et la réclame, Les cris de Paris, Paris, 1887, p. 136 et p. 142).

95 Modem Language Quarterly, t. 16, 1955, p. 3-15.

96 Il cite un chant populaire toscan disant « Je suis allé en enfer et j’ai vu l’Antéchrist » et il ajoutait « Et par la barbe il tenait un meunier ». À la question de savoir qui est le plus mauvais de tous les hommes la réponse est la suivante : « Regarde bien qui a les mains crochues : / C’est le meunier à la blanche farine. /Regarde bien qui a les mains grippeuses : / C’est le meunier à la blanche farine. » La conclusion est « Le plus voleur de tous, c’est le meunier » (op. cit., p. 169).

97 P. Sébillot, op. ci., p. 3.

98 Godefroy X, 362 (poche, avec des exemples de pouche).

99 Éd. de 1732, t. IV, p. 922. Un proverbe médiéval déclare Autant tient poche comme sas (Morawski, 208). Le setier est une mesure de capacité importante qui contient de 150 à 300 litres. Le setier de Paris équivalait à douze boisseaux et faisait 240 livres. Le dictionnaire de Trévoux cite aussi un vieux proverbe Il ne faut point acheter chat en poche « dans un sac ».

100 Éd. Jubinal, Jongleurs et trouvères, Paris, 1835, p. 139.

101 Le mot signifie « descendus du perchoir ».

102 Französisches Etymologisches Wörterbuch, t. VI, 38.

103 P. Sébillot, op. cit., p. 2.

104 E. Champion fait remarquer que les redevances des moulins sont dues normalement en céréales non moulues, op. cit., p. 61.

105 E. Champion, op. cit., p. 78-79 ; J. Rouillard, op. cit., p. 23.

106 La quantité est minuscule puisqu’un boisseau équivaut à 10 litres. Le meunier dérobe seulement 2,5 kilos.

107 Le Roux de Lincy, Le Livre des proverbes français, t. 2, Paris, 1859, p. 141.

108 Jame Woodrow Hassell, Jr., Middle French Provebs, Sentences and Proverbial Phrases, Toronto, 1982, p. 164, M 142.

109 Au XVe siècle une expression proverbiale de Jean Miélot rappelle que le meunier prend double mouture (Le Roux de Lincy, t. 2, Paris, 1859, p. 264). Au XVIe siècle Rabelais considère toujours les meuniers comme des larrons (Tiers Livre, chapitre 2). Un écrivain français du XVIe siècle, Nicolas de Montand, dans le Miroir des Français publié en 1582 apporte des précisions sur les tromperies des meuniers : ils ajoutent du son à la farine ou encore ils mettent du gravier dans les sacs (livre III, p. 45). Je remercie Mme Nicole Cazauran de m’avoir signalé cet exemple.

110 Op. cit., p. 15.

111 D’après le TLF, X, 984 le sens de « pignons d’un engrenage » existe depuis 1611.

112 Le mot apparaît dans une charte citée par R. Berger, comme il a été dit plus haut, bien que le sens de « roue dentée d’un mécanisme » ne soit pas relevé dans les dictionnaires d’ancien français.

113 Di Stefano, op. cit., p. 566. 113.

114 Di Stefano, op. cit., p. 566. Les ânes, comme on sait, portaient habituellement les sacs de blé au moulin : une fable de La Fontaine le rappelle. Des miniatures médiévales le montrent : voit Lilian M.-C. Randall, op. cit., p. 66 et images 696 et 699.

115 Di Stefano, op. cit., p. 566.

116 Di Stefano, op. cit., p. 544.

117 Voir le dictionnaire de Trévoux, t. III, 1732, c. 2138. L’expression jeter son bonnet par dessus les moulins, usitée au XVIIe et au XVIIIe siècle, a eu, entre autres, le sens de : « ne pas en dire plus, cesser de parler », et aussi « braver les bienséances, l’opinion publique » (FEW, VI, 38).

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search