Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Les moulins à eau dans l’iconographie médiévale

Perrine Mane

Texte intégral

  • 1 Juges 16, 21.
  • 2 D’où la représentation d’un moulin, par exemple dans une Bible moralisée parisienne (Vienne, ONB, (...)
  • 3 Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 1, f. 3v.
  • 4 De même saint Louis ressuscite un homme tombé dans la chute d’un moulin dans un manuscrit de Guill (...)

1Les documents iconographiques concernant les moulins hydrauliques sont d’origines diverses ; parmi eux, les images d’inspiration religieuse ne constituent pas l’apport majoritaire. En effet la Bible offre peu d’allusions relatives aux moulins ou à la meunerie. Certes dans Le Livre des Juges1, Samson est condamné dans sa prison à tourner une meule2 et la représentation des fleuves arrosant les territoires de l’Ancien Testament, tel l’Euphrate au pied de Babylone, est parfois agrémentée d’une batterie de moulins à eau3. Si le thème du Moulin mystique, présent dès le début du XIIe siècle sur un chapiteau de Vézelay, évoque bien la fabrication de la farine, ce sont en général des meules à bras qui sont figurées. Cependant les moulins à eau sont souvent le théâtre de miracles : ainsi saint Bernardin redonne la vie à un enfant tombé dans la chute d’un moulin dans une peinture de Matteo di Giovanni datant de la seconde moitié du XVe siècle4.

  • 5 Des moulins sont représentés dans différentes versions : par exemple New York, Pierpont Libr., ms. (...)

2En fait, ce sont essentiellement des ouvrages d’inspiration profane qui représentent des moulins. Par exemple dans le Mortifiement de Vaine Plaisance, René d’Anjou fait le récit d’une « femmelette qui monte sur le pont chargée de son blé sur son col » ; elle est arrêtée par une rivière dont elle ne peut passer le gué. Un voyageur l’aide et lui conseille, entre deux maux, de choisir le moindre. Il vaut mieux tenter de franchir la rivière plutôt que mourir de faim. L’effort persévérant conduit vers la vertu qui est ici symbolisée par la farine5.

  • 6 Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65, BN, Fr 24461, f. 65 et 94.
  • 7 Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v et 89.
  • 8 Par exemple Londres, BL, Harley 4751, f. 25 ou Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44.

3Les recueils de proverbes ou de fables comportent, eux aussi, des images de moulins à eau. Dans les Proverbes en rimes d’Henri Baude, destinés à servir de modèles pour des tapisseries, plusieurs scènes se déroulent autour des moulins6 : par exemple celle mettant en scène un meunier « qui sans cesse labeure à blé moudre » et son âne, « portant le pesant faix qui nuit et jour est donné à la peine ». Dans un autre Recueil de proverbes7 datant du XVe siècle, des machines hydrauliques servent d’illustrations pour plusieurs proverbes : « On ne peut être au four et au moulin » ; « qui ne peut en un moulin moudre s’en doit aller en l’autre. » Le moulin associé à l’âne8 occupe également une place importante dans certains bestiaires, en particulier des exemplaires anglais du XIIIe siècle.

  • 9 Gottingen, Bibl. Univ., Philos 63.
  • 10 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19 ou Paris, BN, Lat 7239, f. 47v.
  • 11 Turin, BN, Salu 33° 148.

4Enfin, aux XVe et XVIe siècles, des traités d’art militaire et des ouvrages d’ingénieurs dans lesquels les dessins très précis ont un but didactique, présentent des enluminures en relation avec les moulins. Ainsi le traité militaire, dit Bellisfortis, écrit vers 1405 par Konrad Keyser9, ou le De machinis bellicis de l’ingénieur siennois Mariano Taccola montrent des moulins au mécanisme complexe10. Ces auteurs, pionniers de la technique, ouvrent la voie aux grands ingénieurs que seront Francesco di Giorgio Martini11 et Léonard de Vinci.

  • 12 Paris, BN, Fr 33, f. 94v, ou encore Mer des Histoires de Giovanni Colonna (Paris, BN, Lat 4915, f. (...)
  • 13 Par exemple Florence, Laurenziana, Plut 15. 17, f. lv ou Modène, Estense, Lat 893.
  • 14 New York, Pierpont Libr., Heures Morgan, f. 40.
  • 15 Paris, Petit Palais, Horae Beatae Virginis.
  • 16 Fresque de l’abbaye d’Abondance.
  • 17 Sienne, Pinacothèque, Giovanni di Paolo, Fuite en Égypte.
  • 18 Bessans, chapelle Saint-Antoine.
  • 19 Bruxelles, Musée Royal des Beaux Arts.
  • 20 Amiens, BM, ms. 107, f. 17.

5Pourtant la plupart des moulins à eau sont figurés à l’arrière-plan des peintures ou des miniatures, qu’elles soient à connotation historique ou biblique : le moulin n’est alors qu’un élément caractéristique du paysage rural. Il est, par exemple, présent dans une des enluminures illustrant les Décades de Tite-Live12, mais aussi dans plusieurs scènes figurant le Roi David en prière13. On le retrouve lors de la Visitation14, de l’Annonce à Marie15 et de l’Adoration des bergers16 ou encore dans la Fuite en Égypte17 et la Tentation de Jésus18. Il orne le fond de la scène du Martyre de saint Sébastien peint par Hans Memling19 ou encore lorsque saint Jean écrit son évangile20.

  • 21 Paris, BN, Smith Lesouëf 42, f. 6.
  • 22 Comme dans les Heures du Duc de Bedford, Londres, BL, Add 18850, f. 6.
  • 23 Paris, BN, Lat 9474, f. 13.

6Parfois le moulin est intégré à des scènes représentant des travaux agricoles, en particulier dans plusieurs calendriers du XVe siècle. Dans les Heures de Catherine de Médicis21, la tonte des moutons se déroule à proximité d’un moulin. Les prés sont souvent situés en bordure de rivière ; c’est pourquoi le moulin joue un rôle prépondérant dans le paysage de la fenaison22. Enfin il marque l’aboutissement des travaux de la céréaliculture quand il est peint à l’arrière-plan d’une scène de semailles et de hersage dans les Heures d’Anne de Bretagne23.

  • 24 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v ou Lat 5286, f. 93.

7Si le moulin fait partie du paysage rural, il appartient aussi à la ville. Dès le XIIIe siècle, l’illustration de la Vie de Monseigneur saint Denis24 témoigne du nombre élevé de moulins à Paris. Par ailleurs, à la fin du Moyen Âge, les représentations réalistes des villes se multiplient ; elles complètent le paysage qui sert de cadre notamment à la visite des Mages dans les peintures d’Hans Leu le Jeune et Hans Leu le Vieux. Elles peuvent aussi s’insérer dans des chroniques, comme celle de Gerold Edlibach.

  • 25 Par exemple il n’est pas figuré dans le Psautier d’Utrecht.

8Si les images des moulins correspondent à des motivations variées, elles n’apportent guère d’arguments dans le débat concernant la diffusion du moulin à eau durant le haut Moyen Âge25, celui-ci étant absent des documents iconographiques jusqu’au XIIe siècle. Le chapiteau de Vézelay et l’Hortus Deliciarum sont en fait les premiers témoins artistiques. Cette lacune n’a rien de surprenant. En effet l’iconographie, essentiellement d’inspiration religieuse durant une grande partie du Moyen Âge, ne trouvait guère dans la Bible de thèmes en relation avec la meunerie. En réalité les témoignages figurés restent rares jusqu’au XIIIe siècle et ce n’est qu’au XIVe siècle, avec le développement de l’iconographie profane et l’émergence du réalisme, que les représentations du moulin à eau se multiplient aussi bien dans la peinture que dans la miniature.

  • 26 Manuscrits conservés à Jérusalem, Musée d’Israël, ms. 180/50, f. 1v, aussi peintures de Cologne, W (...)
  • 27 Retable de sainte Anne et Marie de l’église de Roznava.
  • 28 Tant au XIIIe siècle, Londres, BL, Harley 4751, f. 25, Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44, qu’au XI (...)
  • 29 Dans les enluminures, au XIIIe siècle : Paris, bn, Fr 2173, f. 61v, comme au XVe : Bologne, Bibl. (...)
  • 30 Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28 ou Hans Memling : Martyre de saint Sébastien (Bruxelles, Musée Royal (...)
  • 31 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v, Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 1, f. 3v, Londres, BL, C (...)
  • 32 Paris, BN, Fr 24461, f. 65, f. 94 ou Arsenal, ms. 5066, f. 65.
  • 33 La Haye, Koning. Bibl., ms. 74 G 38, f. 82v, Lyon, BM, ms. 514 (434), f. 23.
  • 34 Paris, BN, Lat 9474, f. 13, Smith Lesouëf 42, f. 6.
  • 35 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v, Fr 5716, f. 288, Lat 10981, f. 2, Londres, BL, Add 18850, f. 6, Vienne (...)
  • 36 New York, Pierpont Libr., Heures Morgan, f. 40.
  • 37 Fresques de l’abbaye d’Abondance ou de la chapelle Saint-Antoine de Bessans.

9En revanche, si l’on se réfère aux images, la diffusion géographique du moulin à eau semble très vaste. Les documents figurés sont loin d’être absents des corpus allemand26 et bohémien27 ; ils sont particulièrement abondants en Angleterre28 et en Italie29. Par contre, en Flandre, les moulins hydrauliques30 semblent largement concurrencés par les moulins à vent. En France, les moulins à eau sont présents dans des miniatures produites aussi bien en France septentrionale31, en Bourbonnais32, en Berry33, en Touraine34, en région parisienne35, en Provence36 ou encore en Savoie37.

10L’iconographie médiévale permet de discerner deux types de moulins hydrauliques : ceux à roue horizontale et ceux à roue verticale, ces derniers étant nettement majoritaires. Ils se répartissent eux-mêmes en deux grandes catégories, suivant que l’eau arrive au-dessus de la roue ou encore en dessous.

  • 38 On admet qu’une telle roue court aux deux tiers de la vitesse de l’eau. Pour une efficacité maximu (...)

11Si l’on se fie aux documents iconographiques, la roue verticale la plus répandue est celle qui est alimentée par-dessous. La roue est alors actionnée par la poussée de l’eau sur les aubes ; elle utilise l’énergie cinétique liée à la vitesse de l’eau en mouvement38.

  • 39 Londres, BL, Cotton August A. V, f. 345, comme Paris, Coll. Wildenstein, Terrier de Marcoussis.

12Le moulin à roue en dessous le plus fréquent est le moulin terrier ou moulin de pied ferme, solidement implanté sur la rive du cours d’eau. Il est caractéristique des pays de plaine, comme l’attestent les moulins du Mortifiement de Vaine Plaisance ou du Trésor des Histoires, peint en Flandre par Simon Marmion au début du XVIe siècle39.

  • 40 Tels ceux de Toulouse où les plus gros pieux ou « estans », enfoncés dans le mail, supportent les (...)

13Ces moulins semblent toujours bâtis sur la berge de la rivière. On ne repère pas, dans les documents imagés, de moulins construits sur pilotis40 ou de moulins installés sur des chaussées artificielles qui prennent appui sur les piles aval d’un pont. Pourtant cette situation présente l’avantage d’allier les atouts du moulin à nef amarré en plein courant à la résistance du moulin de pied ferme.

  • 41 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v.

14Parmi les moulins terriers, certains peuvent régler la hauteur de la roue en fonction du niveau de l’eau, évitant ainsi de tourner dans le vide pendant la saison sèche et d’être noyés sous les flots au moment des crues. Ce sont les moulins à roue pendante, dans lesquels la roue à aubes, mais aussi l’arbre, le rouet et la lanterne qui lui sont le plus souvent solidaires, sont montés sur un châssis ; la roue peut aussi monter ou descendre selon les besoins. Dès le XIIIe siècle, sur le Vieil Rentier d’Audenarde41, un cadre composé d’une poutre horizontale actionnée par un levier oblique permet de régler en hauteur l’arbre de la roue. Les roues à aubes avec arrivée de l’eau par-dessous ont été utilisées pour les moulins terriers, mais aussi pour d’autres types de moulins installés sur des ponts ou encore pour les moulins-bateaux.

15Parmi les moulins fixes, plusieurs moulins sont suspendus aux arches d’un pont, en travers du courant. Cet emplacement offre l’intérêt de toujours bénéficier d’un certain flux d’eau. Sur un dessin du XVe siècle, trois moulins s’élèvent sur le pont du Parré franchissant l’Essonne, tout près de Corbeil, un peu en amont du confluent avec la Seine. Une illustration double présente « l’ancienne figure des moulins du temps passé » et, au-dessous, « la nouvelle figure des moulins du temps présent ». Durant les guerres, ces moulins avaient été endommagés ; ils subirent des réparations et même des transformations qui donnèrent lieu à des litiges. D’où le double dessin qui est joint à la sentence rendue par le Châtelet en décembre 1466. Ces moulins sont dotés d’une charpente complexe avec vannes pour le réglage de la hauteur de la roue. En effet, pour ce moulin fixe, le niveau de l’eau qui l’alimente dépend du fleuve dont les rythmes sont saisonniers et parfois imprévisibles. Comme pour les moulins à roue pendante, un système de réglage permet d’abaisser ou de remonter l’arbre de la roue grâce à un cadre charpenté installé verticalement entre le niveau de l’eau et celui du toit.

  • 42 Zurich, Schweizerisches Landesmuseum, Vue de la ville.

16Le système de réglage est semblable dans la vue de Zurich peinte par Hans Leu le Jeune et Hans Leu le Vieux42. Accolé contre une arche maçonnée du pont, un châssis en bois est planté dans la rivière et dépasse la roue ; de solides madriers le rattachent à la petite construction qui abrite les meules sur le pont.

  • 43 H. Amouric, « Les moulins à nefs du Bas-Rhône (XIIe-XIXe siècles) », dans Monde alpin et rhodanien(...)
  • 44 Certains de ces moulins à nefs s’installent sous des ponts ; les piles forment digue et le courant (...)
  • 45 Cologne, Wallraf Richartz Museum, Martyre de sainte Ursule, vers 1410.

17Attestés par les sources écrites, mais aussi iconographiques, les moulins à nef abondent au cours du Moyen Âge sur tous les grands fleuves, la Seine, la Garonne, la Loire, le Rhône43. On en dénombre jusqu’à soixante-huit à Paris au XIVe siècle44. Le moulin flottant est installé sur un bateau plat ou plus souvent sur deux bateaux jumelés, du moins si l’on se fie aux documents iconographiques. Par exemple dans le retable du Martyre de sainte Ursule conservé à Nuremberg, entre deux embarcations parallèles tourne une roue à aubes45 correspondant au type du moulin à simple harnais. Le mécanisme de meunerie, monté à l’intérieur d’une cabane en bois placée sur l’une des barques, est actionné grâce à un arbre dont l’extrémité repose sur l’autre barque, nettement moins large. L’engin ou les engins – puisque deux moulins sont côte à côte à Nuremberg –, ne semblent pas reliés à la rive ; pourtant le plus souvent ce moulin est amarré par des haussières ou de lourdes chaînes enroulées autour de bornes ou d’arbres sur le rivage.

18Ce type de moulin offre l’avantage de s’adapter aux crues des grandes rivières. Il est en effet possible de le déplacer vers le lieu le plus propice, mais aussi suivant les variations du niveau du cours d’eau, de façon à toujours utiliser le courant optimum. Ces moulins présentent, par contre, de nombreux inconvénients : ils sont fragiles ; d’autre part leur manque de stabilité ne favorise pas une bonne mouture et contribue à une usure rapide des meules. Ils risquent aussi d’être endommagés par tout ce que le fleuve charrie. Enfin ils encombrent les rivières dont ils gênent la navigation.

  • 46 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v ou Lat 5286, f. 93, au XIVe siècle.

19Une variante du moulin à nef est repérable sous les arches de certains ponts. Au XIIIe siècle, on la voit représentée, à Paris, dans plusieurs exemplaires de la Vie de Monseigneur saint Denis46. Sur une barque aux extrémités relevées, un échafaudage supporte une plate-forme sur laquelle une construction légère en bois abrite deux meules. La tête de l’arbre de la roue motrice paraît s’encastrer, à l’extérieur, dans une cavité creusée dans la pile du pont. Le meunier, bras tendus en haut de son échelle, s’apprête à recevoir un sac de grains que lui tend un homme, debout dans une barque identique à celle qui comporte les équipements de meunerie. Ces moulins fixes semblent occuper chacun la largeur d’une arche. Au nombre de trois, sur l’enluminure, ils doivent considérablement entraver la circulation fluviale.

20Nombreux sont les moulins à roue en dessous qui ne sont associés à aucun aménagement de la rivière, du moins si l’on en croit les documents iconographiques. Pourtant le moulin s’inscrit dans un environnement qu’il faut le plus souvent modifier. Il est en effet rare qu’un moulin puisse être installé directement sur un cours d’eau. Le plus souvent des structures externes sont nécessaires afin d’augmenter et surtout de régulariser le débit.

21Une prise d’eau est alors effectuée à l’amont du moulin et ce dernier n’est pas construit directement le long de la rivière, mais sur un bief d’amenée ou bief d’amont, sorte de canal de dérivation qui conduit l’eau sous la roue. Les images montrent souvent de tels canaux. Ils serpentent parfois de façon curieuse, comme dans le Terrier de Marcoussis : l’eau entoure le moulin en demi-cercle et actionne deux roues placées sur les deux pignons opposés de l’édifice.

  • 47 On retrouve le même dispositif dans les Heures d’Anne de Bretagne (Paris, BN, Lat 9474, f. 13) ou (...)
  • 48 Londres, Victoria et Albert Mus., T. 205-1957.

22Si la prise d’eau est pourvue de vannes adéquates, la question de la hauteur de l’eau par rapport à la roue est réglée ; on obtient aisément un débit constant au moyen d’un vannage au début de la décharge. Dans une marqueterie de la seconde moitié du XVe siècle, conservée à San Giovanni Evangelista de Parme, les cloisons des vannes sont composées de trois épaisses planches accolées qui glissent dans deux montants de bois implantés dans les berges47. Parfois ces planches amovibles sont percées de nombreux petits trous laissant passer en permanence un mince flux d’eau, par exemple dans une tapisserie de la Chasse au cerf48.

  • 49 Sur la Garonne, ces pieux de chêne de fort diamètre sont renforcés par des entretoises qui sont en (...)
  • 50 Florence, Laurenziana, Plut 15. 17, f. 1v.
  • 51 Zurich, Schweizerisches Landesmuseum.

23L’iconographie montre d’autres dispositifs afin d’élever le niveau de l’eau en amont du moulin et donc de régulariser le débit, en particulier en période d’étiage. Notamment des chaussées sont souvent édifiées sur les cours d’eau actionnant des moulins. Celles-ci sont construites à l’aide de pieux de bois enfoncés dans le fleuve entre lesquels on effectue un remplissage de branchages et de pierres49. Ces aménagements barrent transversalement la rivière, dans une Bible enluminée à Florence à la fin du XVe siècle50. Ils peuvent aussi traverser obliquement le fleuve et ramener le courant vers le moulin. Telle est l’installation sous un pont de la ville de Zurich dans la peinture de Hans Leu le Jeune et Hans Leu le Vieux51. Deux palissades parallèles s’étayent ; entre elles, l’espace est sans doute rempli de bois, de terre et de cailloux qui rendent l’ensemble étanche. Ces digues n’ont pas vocation de barrages au sens strict puisqu’elles sont submersibles. Elles présentent une gêne considérable pour la navigation.

  • 52 Paris, BN, Lat 7239, f. 47v, en 1459, comme sur une peinture de l’église Sainte-Annne et Marie de (...)

24Les moulins à roue en dessus n’apparaissent que dans 15 % environ des documents figurant des moulins. Ils sont caractérisés par une roue à godets ou à auges. L’eau arrive au-dessus de la roue, pèse de son poids sur les pales ou tombe dans les godets dont est pourvu tout le périmètre de la roue, en particulier dans un exemplaire du De machinis bellicis de Taccola52.

  • 53 Comme le rappelle G. Langlois (Moulins, forges et établissements hydrauliques de l’Aude (IXe-XVe s (...)

25La roue en dessus équipe en fait les moulins les plus puissants53, en utilisant l’énergie produite par l’eau et sa force gravitationnelle. L’intérêt d’une telle installation réside surtout dans la régularité de la vitesse de rotation, qui ne dépend plus du courant et évite notamment une vitesse excessive.

  • 54 Par exemple Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.
  • 55 Berlin, Kupferstichkabinett, Kdz 3369. On retrouve une roue en dessus dans un relief montagneux, à (...)
  • 56 Paris, Beaux-Arts, comme dans un Graduel à l’usage de Saint-Dié (Saint-Dié, BM, ms. 74, f. 338) ou (...)

26En pays plat, lorsque les rivières ont un bon débit, il est beaucoup plus simple, voire nécessaire, de recourir à une roue par-dessous, même si le système de la roue en dessus peut être adopté à en juger par certains documents54. À coup sûr cette installation, qui travaille surtout grâce à la pesanteur, est choisie de préférence en région montagneuse. Elle peut d’ailleurs se contenter d’un volume d’eau assez faible si l’on évite les déperditions et si la dénivelée est importante. Elle figure sur une des fresques de la Torre dell’Aquila de Trente, dans une scène d’estive qui se déroule au pied de montagne. Sur l’aquarelle de Dürer, un Moulin à eau dans la montagne55, un mince filet d’eau dégringole d’un escarpement rocheux. C’est dans des conditions comparables que ce système de roue est représenté, à la fin du Moyen Âge, dans nombre de sites miniers, comme sur la Rouge myne de Nicolas de la Croix56, vers 1530.

  • 57 Londres, BL, Add 42130, f. 181v, vers 1340.

27Pour faire fonctionner une roue en dessus, les travaux d’amenée de l’eau sont complexes et nécessitent parfois un barrage de retenue, comme dans le Psautier de Luttrell57 où plusieurs planches accolées retiennent l’eau, avant de la projeter avec puissance sur la roue par un passage rétréci.

  • 58 Gottingen, Bibl. Univ., Philos 63, ou encore Paris, BN, Lat 7239, f. 47v et Dürer : un Moulin il e (...)
  • 59 Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.
  • 60 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19, manuscrit enluminé vers 1427-1433 à Sienne.

28Plus souvent, de longues conduites d’eau aériennes sont construites qui nécessitent un entretien minutieux. Dans le Bellisfortis, traité militaire de Konrad Keyser58, une conduite d’eau, sans doute creusée dans un tronc d’arbre, dirige l’eau vers les pales. Dans La Rouge myne de Nicolas de la Croix, la canalisation a la forme d’un rectangle ouvert et semble faite de planches accolées ; un solide bâti de poutres verticales et horizontales la soutient, alors que, dans des Chroniques d’Angleterre de Jean de Wavrin, enluminées en Flandre vers147059, le coursier s’appuie sur un tréteau. La conduite s’amenuise nettement à son extrémité, afin d’augmenter l’énergie. Dans son De machinis bellicis60, Mariano di Jacopo dit Taccola invente d’ailleurs un système pour améliorer la puissance hydraulique : quatre pistons, actionnés par une manivelle, font monter dans une sorte de citerne l’eau qui, grâce à une conduite en bois, se déverse ensuite sur la roue du moulin.

29Toutes nos images se caractérisent par l’absence de détails techniques : le moulin est réduit, dans la plupart des illustrations, à un bâtiment rectangulaire et à une large roue verticale. Il est vrai que le choix de représenter, en général, le moulin de l’extérieur évite la transcription du mécanisme.

  • 61 Ou encore fresque de la chapelle Saint-Antoine de Bessans et manuscrits conservés à Paris, BN, Fr (...)
  • 62 Londres, Nat. Gall., comme Trente, Torre dell’Aquila, avril ou Paris, BN, Fr 5716, f. 288.

30D’après l’iconographie, la roue est le plus souvent taillée dans un bois blond, comme au Palazzo della Ragione de Padoue61. Cependant certaines roues sont de couleur brune, tel celle d’un triptyque de Memling62. Selon les sources écrites, la roue hydraulique, en bois dur, est le plus souvent en chêne et cerclée de fer.

  • 63 Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v, vers 1485 ; une quinzaine dans le Vieil Rentier d’A (...)
  • 64 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48, vers 1480.
  • 65 G. Sicard, Les Moulins de Toulouse..., p. 46.

31Quand la roue actionne un moulin à roue au-dessous, elle est munie d’aubes plates ; il s’agit de planches rectangulaires fixées entre les deux cercles qui composent l’armature de la roue. Quant aux roues des moulins au-dessus, elles sont garnies d’auges ou de godets. Leur nombre est variable d’une image à l’autre, les artistes ne se souciant guère de réalisme. On ne compte qu’une douzaine de pales dans des Recueil de proverbes lyonnais63, tandis que l’on en dénombre une trentaine dans l’Instruction d’un jeune prince de René d’Anjou64. Ce chiffre se rapproche des vingt-huit pales que l’on recense dans la plupart des moulins toulousains65. Afin de ne pas freiner le mouvement, il convient de n’avoir, si possible, qu’une seule aube dans l’eau, ce que les artistes sont loin de respecter.

32Les deux cercles qui tiennent les pales, mais aussi les auges sont constitués de pièces de bois cintré naturellement ou artificiellement, appelées courbes ou courbettes. Elles s’adaptent à la forme circulaire de la roue et résistent donc mieux.

  • 66 Chapelle Saint-Antoine, Tentation de Jésus.
  • 67 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19, ou encore Paris, BN, Lat 7239, f. 47v, Baltimore, Walters Art Ga (...)
  • 68 Comme à Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v. On compte huit doubles rayons, reliés en leur m (...)
  • 69 Florence, Laurenziana, Plut 15.17, f. 1v, vers 1490.

33À l’intérieur de ces différentes roues se placent les bras, c’est-à-dire les rayons, qui sont également en nombre variable, si l’on se réfère à l’iconographie : seulement deux pour la roue de Bessans66, mais quatre dans un Taccola67, six à la Torre dell’Aquila de Trente68, dix dans le Terrier de Marcoussis et même une trentaine, dans la Bible florentine de Matthias Corvin69 ; on dirait une roue de charrette. On ne discerne, à travers les documents, aucun renforcement aux points de contact des rayons avec les courbes, alors que les comptes de réparations mentionnent souvent de petites pièces de bois, appelées templeaux, tappereaux et courbettes, voire des liens de fer fabriqués et posés par un serrurier.

  • 70 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.
  • 71 Une immersion prolongée dans l’eau permet d’augmenter sa dureté (cf. C. Ferrandiz, L’Industrie hyd (...)
  • 72 Cf., par exemple, G. Sicard, Les Moulins de Toulouse..., p. 46 ou J. Rouillard, Moulins hydrauliqu (...)

34L’arbre moteur qui transmet le mouvement au mécanisme qui broie le grain est parfois visible. C’est le plus souvent une solide poutre de bois, soigneusement équarrie. Plus rarement, comme dans la Vie de Monseigneur saint Denis, l’arbre adopte la forme d’un fuseau70 ; il semble que l’arbre soit taillé dans un tronc entier, mais les images ne permettent pas de préciser l’essence : pin, sapin, chêne, d’après les sources écrites ou ethnographiques71. Dans les enluminures, l’arbre n’est jamais renforcé de cercles de fer qui l’empêchent de se fissurer ou d’éclater72.

  • 73 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19 ou Paris, BN, Lat 7239, f. 47v ou encore Turin, BN, Salu 33° 148.
  • 74 Metz, BM, ms. 1486, f. 1, aussi Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65, Paris, Coll. Wildenstein, Terrier (...)
  • 75 Paris, BN, Lat 7239, f. 47v ou Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19.

35À l’extrémité, un tourrillon métallique supporte le poids de l’arbre et le mouvement de rotation ; il apparaît nettement sur plusieurs enluminures, en particulier dans certaines versions du Taccola73. Le tourillon repose lui-même sur une solide pièce en bois ou chèveceau, qu’on aperçoit notamment dans un Mortifiement de Vaine Plaisance74. Le bois, matière plus tendre que le métal du tourillon, permet une rotation sans heurts de l’arbre, mais il s’use rapidement. Exceptionnellement, c’est sur un mur maçonné que repose l’extrémité de l’arbre dans un Traité des machines de guerre75.

  • 76 Sous la forme unique de frettes et non de simples cercles.

36La transmission du mouvement vertical de la roue au mouvement horizontal des meules s’effectue par l’intermédiaire d’un engrenage à angle droit composé de deux pièces tournantes : le rouet et la lanterne qui sont rarement visibles, car situés à l’intérieur du moulin. Le rouet est un disque de bois sur lequel sont plantées perpendiculairement des chevilles de bois ou alluchons disposées en couronne. La lanterne a elle-même la forme d’une cage : une série de tiges cylindriques, les fuseaux, relie deux plateaux circulaires, dénommés tourtes ou tourteaux. Ces derniers semblent toujours en bois et ne sont jamais renforcés de métal76.

  • 77 Turin, BN, Salu 33° 148.

37Un tel mécanisme est visible dès le XIIe siècle sur le chapiteau du Moulin mystique de Vézelay et, quelques décennies plus tard, dans l’Hortus Deliciarum. Les dents de bois du rouet transmettent le mouvement de la roue en accrochant un à un les fuseaux de la lanterne qui est fixée sur l’axe de la meule dormante. À travers les documents iconographiques, rouet et lanterne n’ont jamais le même nombre de dents, donc une vitesse angulaire identique. Le rapport de la vitesse du rouet et de la lanterne est l’inverse du nombre de leurs dents : le système rouet/lanterne permet d’ajuster la vitesse de la meule en accélérant le mouvement donné par l’eau. Dans l’Hortus Deliciarum, on dénombre quarante dents sur le rouet, mais les fuseaux de la lanterne sont bien moins nombreux. Nous retrouvons une telle disparité sur le moulin figuré à la fin du XVe siècle par Francesco di Giorgio Martino77 : une trentaine d’alluchons sont plantés dans le rouet, alors que la lanterne ne comporte qu’une quinzaine de fuseaux.

38Ce mouvement est transmis aux meules directement par l’axe de la lanterne dit « grand fer » ou « fer du moulin ». La forte tige verticale, qui traverse la meule immobile percée à cet effet d’un trou, n’est jamais visible dans les documents figurés.

  • 78 Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44, ou encore Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.

39Les meules elles-mêmes sont rarement apparentes ; elles sont généralement enserrées dans un coffrage de bois ou archure. Cette enveloppe est composée de planches de bois accolées et adopte approximativement la forme d’un vaste tonneau, en particulier dans un Bestiaire anglais du deuxième quart du XIIIe siècle78.

  • 79 Pourtant il est fréquent que les deux pierres soient d’origines différentes : il est en effet préf (...)
  • 80 Impossible de discerner s’il existe une petite courbure des surfaces travaillantes. En effet la me (...)
  • 81 Id., ibid., p. 419.

40Quand on peut apercevoir les meules dormante et courante, par exemple dans un Recueil de proverbes enluminé à Lyon à la fin du XVe siècle, elles semblent toutes deux taillées dans la même pierre79 et sont de forme identique : un cylindre aux sections planes80. Elles mesurent environ soixante centimètres de diamètre : dimension très éloignée de celle indiquée par les sources écrites du XVe siècle, qui peuvent atteindre un mètre quarante de diamètre81 ; l’échelle est souvent maladroitement respectée dans ces représentations.

41Par ailleurs, à partir des documents iconographiques, il est impossible de préciser si la surface des meules est creusée de rainures qui augmentent la puissance du broyage et facilitent la sortie du grain moulu, tout en aidant à son aérage. Ces images ne nous renseignent pas davantage sur l’entretien et le rhabillage régulier qu’exigent ces meules.

  • 82 Paris, BN, Fr 2092, f.37v.
  • 83 Turin, BN, Salu 33° 148.

42La force centrifuge chasse le blé vers le bord de l’archure et la farine et le son sont recueillis par un bec verseur, par exemple dans les moulins parisiens de la Vie de Monseigneur saint Denis82. Le dispositif est différent dans le traité militaire de Francesco di Giorgio Martino83 : les meules reposent sur une grande caisse de bois qui empêche la dispersion de la farine et permet de la recueillir facilement.

  • 84 Turin, BN, Salu 33° 148.
  • 85 Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44 ou Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.

43Au départ de l’opération, le meunier monte sur l’archure et verse le contenu du sac de blé dans la trémie qui est figurée avec netteté sur plusieurs manuscrits. Celle-ci est composée de planches accolées, parfois clouées sur un bandeau de bois situé aux extrémités supérieure et inférieure du récipient, comme dans l’Hortus Deliciarum. Sa forme rappelle une pyramide tronquée84, quand elle n’est pas tronconique85.

  • 86 Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v.
  • 87 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.
  • 88 Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44.

44Dans un Recueil de proverbes86, la trémie semble directement posée sur les meules ; le plus souvent elle est maintenue au-dessus des meules grâce à différents systèmes. Dans l’Hortus Deliciarum, un cadre, le trémillon, placé sur l’archure, supporte la trémie. Ailleurs, comme dans la Vie de Monseigneur saint Denis87, la trémie est maintenue en place à l’aide de deux poutres parallèles, tandis que, dans un Bestiaire anglais88, deux oreilles latérales prolongent l’archure et permettent d’enfiler une barre horizontale qui soutient la trémie. Dans l’Hortus Deliciarum, un morceau de bois assure l’agitation de la trémie par la rotation de la meule et donc une descente du grain proportionnelle à la vitesse de la meule.

  • 89 Munich, Bay. Staat. Bibl., Clm 197.

45La roue verticale est largement majoritaire dans l’iconographie ; elle apparaît même comme le signe distinctif du moulin. Mais elle ne représente que l’un des deux types des moulins existants. On peut en effet capter l’énergie de l’eau par une roue horizontale. Les images de moulins à roue horizontale sont, à vrai dire, rares et il faut attendre 1430, pour en trouver un exemple dans la Guerre hussite89 : par l’intermédiaire d’un arbre vertical, la roue horizontale actionne une meule courante, dont l’extrémité aboutit à un anneau logé dans une encoche de la meule dormante.

46En fait, la roue horizontale se prête peu à la représentation, étant cachée par le bâtiment abritant les meules. Pour la figurer dans ses parties travaillantes, il faut donc faire mentalement abstraction des ouvrages maçonnés qui l’enserrent. C’est à l’essor de l’abstraction technique, au XVe siècle, que nous en devons les premières esquisses.

  • 90 Les moulins à turbine enferment la roue ou turbine dans un coffre en maçonnerie ajustée. Le couran (...)

47Il faut distinguer deux grands types de roues horizontales : les rodets volants et les turbines90 qui correspondent à des utilisations différentes de la force de l’eau. Dans le rodet volant, la roue est libre de toute maçonnerie qui pourrait l’entourer. Un canal, parfois terminé par un « canon », conduit un jet d’eau sur les pales plus ou moins inclinées de la roue. C’est le dispositif que montre la Guerre hussite.

  • 91 G. Langlois, Moulins, forges et établissements hydrauliques de l’Aude..., p. 10 : la zone d’expans (...)

48Les représentations sont trop peu nombreuses pour tenter de dresser une carte de répartition de ce type de moulin à partir de la seule iconographie : c’est grâce aux sources écrites qu’on peut estimer qu’ils sont caractéristiques des régions méridionales, notamment là où le relief est accidenté91.

  • 92 Son rendement est comparable à celui fourni par des meules tractées par un bœuf ou un cheval. Cet (...)

49Un des avantages principaux de ce type d’installation est sa simplicité de construction et d’entretien. En effet il ne nécessite pas d’engrenage à angle droit ; le plus souvent même, il se passe totalement d’engrenage, ce qui en fait un moulin adapté aux régions rurales, parfois même aux communautés familiales. D’autre part, il peut se contenter d’un débit d’eau très faible et irrégulier, s’il est compensé par une chute importante. En revanche, les moulins à roue horizontale présentent les inconvénients d’être peu rentables, irréguliers et de faible puissance92.

  • 93 Bologne, Bibl. Univ., ms. 2197, Jérusalem, Musée d’Israël, ms. 180/50, f. 1v, Modène, Estense, Lat (...)
  • 94 Paris, BN, Fr 24461, f. 94.

50Le bâtiment qui abrite le mécanisme des différents moulins présente certains caractères récurrents. Tout d’abord il est systématiquement pourvu d’une ouverture de grande dimension. Le plus souvent cintrée93, parfois rectangulaire94, munie ou non d’un encadrement de pierre taillée, la porte permet de laisser entrer des animaux de bât, mais aussi des chariots ou des charrettes, bien que ces véhicules n’apparaissent pas aux abords des moulins dans l’iconographie médiévale.

  • 95 Aussi bien en Touraine : Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v, Lyon, BM, ms. 514 (434), f. 238 (...)
  • 96 Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.
  • 97 Metz, BM, ms. 1486, f. 1 ; une partie du bâtiment est en planches, l’autre en briques dans une aut (...)
  • 98 New York, Pierpont Libr., ms. 705, f. 38v, Lyon, BM, ms. 514 (434), f. 238 ou Bessans, chapelle Sa (...)
  • 99 Metz, BM, ms. 1486, f. 1.
  • 100 Modène, Estense, Lat 893 ou Paris, Petit-Palais, Horae Beatae Virginis.

51Par ailleurs, le bâtiment adopte les caractéristiques architecturales régionales. Il est construit tantôt en pierres taillées95, tantôt en planches96, ou encore il superpose, suivant les niveaux, briques et pierres97. La toiture peut être en tuile98, en ardoise99 ou encore en chaume100.

  • 101 Paris, BN, Fr 24461, f. 94 ou Gottingen, Bibl. Univ., Philos 63, Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.
  • 102 Chantilly, Condé, ms. 1477, Londres, BL, Cotton August A. V, f. 345, Paris, Coll. Widenstein, Terr (...)
  • 103 Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v.
  • 104 Metz, BM, ms. 1486, f. 1.
  • 105 Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v, Paris, BN, Smith Lesouëf 42, f. 6.
  • 106 Paris, Petit Palais, Horae Beatae Virginis.
  • 107 Metz, BM, ms. 1486, f. 1.

52Plusieurs de ces moulins ne sont destinés qu’aux seules activités de meunerie ; ils sont de dimensions relativement modestes, comme celui des Proverbes en rimes enluminés en Bourbonnais101. Mais le plus souvent le bâtiment s’élève sur deux niveaux. Le premier semble réservé aux mécanismes, il ne comprend aucune ouverture en hauteur102, ou bien une simple lucarne103 ; le second niveau compte plusieurs fenêtres. On y aperçoit parfois le meunier104. Sans doute est-ce là son habitation, comme le confirme la présence d’une105 ou de deux cheminées106. Parfois même, un jardin potager est planté dans une courette adjacente au bâtiment, par exemple dans un Mortifiement de Vaine Plaisance enluminé en Provence107.

  • 108 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48.
  • 109 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48 ou Paris, Coll. Wildenstein, Terrier de Marcoussis.

53Quelquefois un troisième niveau abrite un grenier, qui peut être doté d’un pignon à claire-voie108. Il permet d’entasser le grain à moudre, la mouture à livrer au client et la part prélevée par les meuniers à titre de rétribution109. Il faut en outre disposer d’une écurie et remiser le foin destiné aux bêtes de somme. Ces bâtiments annexes n’apparaissent que rarement sur nos documents.

  • 110 Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65.

54En amont du moulin, un pont est souvent construit qui permet le transport des grains et de la farine. Son importance pour l’approvisionnement est attestée par la place qu’il joue dans la parabole de la pauvresse du Mortifiement de Vaine Plaisance. Quand la rivière est aisément franchissable, comme dans l’illustration de Proverbes en rimes110, une simple planche de bois, coincée par deux grandes chevilles latérales, permet de traverser la rivière.

  • 111 Le prix du transport peut être compris dans celui de la mouture, mais le plus souvent il vient en (...)

55Les meuniers ne sont pratiquement jamais représentés dans leurs activités. Quand on les aperçoit, ils sont à la fenêtre pour regarder les clients qui arrivent. En fait, la seule action figurée en relation avec le moulin est le transport des grains. Si, dans les plus grands moulins, un ou deux « garçons » sont chargés de quérir le grain chez les clients et de leur rapporter la farine111, c’est le plus souvent le paysan ou la paysanne qui se chargent eux-mêmes du transport.

  • 112 Également dans des Chroniques d’Angleterre, enluminées en Flandre vers 1470 (Vienne, ONB, ms. 2534 (...)
  • 113 Par exemple dans le Terrier de Marcoussis (Paris, Coll. Wildenstein), un paysan dirige vers le mou (...)
  • 114 Vienne, ONB, Sn 13237, f. 7v et ms. 2534, f. 28, Bologne, Bibl. Univ., ms. 2197, Jérusalem, Musée (...)
  • 115 Paris, BN, Velins 518.
  • 116 Deux sacs sont portés par un âne, sans le secours d’un bât, dans la Fuite en Egypte de Giovanni di (...)
  • 117 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48.

56Quand la quantité est faible, le charroi des grains s’effectue directement sur le dos, comme pour la pauvresse des différentes versions du Mortifiement de Vaine Plaisance112. Beaucoup plus fréquemment, le transport se fait à l’aide d’un, plus rarement de deux ânes113. Le sac de grains est posé directement en travers du dos de l’animal114, à moins qu’un bât115 ne permette d’installer une plus lourde charge, deux sacs par exemple dans le Miracle de saint Bernardin ressuscitant un enfant de Matteo di Giovanni116. Le cheval est rarement utilisé pour cette tâche ; il est un signe social distinctif, en particulier dans l’Instruction d’un jeune prince où il est mis en opposition avec le transport à bras imposé à la pauvresse117.

  • 118 Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65 ou BN, Fr 24461, f. 65.
  • 119 Paris, BN, Lat 5286, f. 93 ou Fr 2092, f. 37v.

57Quand le cours d’eau le permet, le transport des grains peut s’effectuer par voie fluviale. À la campagne, dans des Proverbes en rime s118, trois sacs sont apportés en barque vers le moulin ; à la ville, dans la Vie de Monseigneur saint Denis119, deux hommes sont à bord d’un bateau, l’un rame, l’autre s’apprête à décharger le sac posé sur sa tête dans l’un des nombreux moulins situés sous les ponts de la Seine. À partir de ces différentes représentations, il est malheureusement impossible de connaître la nature des grains que l’on apporte au moulin, pas plus que le genre de mouture qui leur sera appliquée.

  • 120 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. IV. 1024, f. 159 ou encore Vienne, ONB, ms. 2396, f. 30.
  • 121 Waddesdon, Coll. J. A. Rothschild, ms. 16, f. 2.
  • 122 La même technique est utilisée pour le pastel.

58Si les moulins bladiers sont assurément majoritaires dans l’iconographie, d’autres utilisations du moulin sont perceptibles à travers les images. Il est à noter que le mécanisme hydraulique n’est jamais associé à la fabrication de l’huile, du moins dans nos documents. En effet les rares enluminures relatives au pressage des olives montrent toujours le recours à l’énergie animale : ainsi dans un Thomas de Cantimpré du XVe siècle120, c’est un cheval qui entraîne la grosse meule ronde roulant sur le chant pour écraser les fruits, tandis que, dans des Heures florentines121, c’est un bœuf qui est requis122.

  • 123 Saint Dié, BM, ms. 74, f. 338.

59Ce n’est qu’aux XVe et XVIe siècles que se multiplient les représentations de moulins associés aux mines et aux travaux de forge, alors que, les textes apportent la preuve, dès la fin du Xe siècle, des premières applications industrielles du moulin à eau, par l’intermédiaire de l’arbre à cames. Une fois extrait de la mine, le minerai de fer est broyé, lavé, trié et mélangé avec du bois, avant d’être chauffé dans des fours actionnés par des soufflets auxquels l’énergie hydraulique donne plus d’efficacité. Dans certaines figurations maladroites, aucun mécanisme ne semble relier la roue et les soufflets ; toutefois sur d’autres images plus descriptives, tel le Graduel à l’usage de Saint-Dié123 du début du XVIe siècle, un système de manivelles entraîne les soufflets de la forge.

  • 124 Paris, Sainte-Geneviève, Olaus Magnus, Histoire des pays septentrionaux, gravé en 1555.
  • 125 Nuremberg, Stadtbibl., Amb 317 2°.
  • 126 Berlin, Kupferstichkabinett, Kdz 4.

60L’énergie hydraulique peut également servir à actionner des marteaux124 ou encore aider à polir des couteaux, comme dans le livre de la confrérie Mendel125. Une meule dressée contre un bâtiment situé en bordure de rivière pourrait laisser également supposer que c’est grâce à un système hydraulique qu’est actionnée la tréfilerie peinte par Dürer126.

  • 127 On trouve une mention écrite de cet instrument dès le début du XIIIe siècle en Normandie.
  • 128 Un autre système, maladroitement représenté, paraît destiné à faire avancer le madrier à scier : c (...)

61Par ailleurs nous possédons la représentation par Villard de Honnecourt d’une scie hydraulique qui remonte à 1230127. L’arbre moteur de la roue comporte quatre leviers qui appuient sur un bâti mobile en bois auquel est fixée la scie. L’autre extrémité de la scie est attachée à une perche qui forme ressort et ploie quand la came entraîne la scie128.

  • 129 Paris, Arch. Nat., AE II. 2481, vers 1475.

62L’utilisation des moulins à eau pour la fabrication du papier n’est qu’exceptionnellement évoquée par les images. Ainsi ce n’est qu’en déchiffrant les explications écrites de la transformation des moulins de Corbeil129 que l’on saisit qu’un des trois moulins à blé a été transformé en moulin à papier. Si la maçonnerie de ce nouveau moulin apparaît, après sa modernisation, plus longue et plus large que celle des moulins bladiers, le moulin à papier ne semble différer du moulin à blé que par des mécanismes intérieurs, la roue restant la même.

  • 130 Dits aussi draperets ou batifols. On remplace les pieds des fouleurs par des maillets de bois mus (...)

63Des images fort tardives montrent encore l’utilisation du moulin hydraulique pour des travaux textiles. En réalité, le foulage des draps130 n’est jamais décrit dans l’iconographie et ce n’est qu’au XVIe siècle que les moulins à soie exploitent ce type d’énergie.

  • 131 Londres, BL, Add 42130, f. 181v.
  • 132 Paris, BN, Velins 518 ou Vienne, ONB, Sn 13237, f. 7v.
  • 133 Cologne, Wallraf Richartz Museum.

64En revanche, une utilisation indirecte des moulins est maintes fois mise en évidence par les documents iconographiques : la construction de chaussées, en liaison avec l’établissement de moulins au bord des cours d’eau, crée des réserves particulièrement propices pour installer des filets de pêche. Cette pratique procure des revenus supplémentaires non négligeables dont il est fait mention dans de nombreuses sources écrites, par exemple lors de la vente d’un moulin ; le droit de pêche est le plus souvent cédé en même temps que la propriété du moulin. Ainsi dans le Psautier de Luttrell131, datant des années 1340, deux nasses sont disposées en amont du moulin à roue en dessus. Encore au XVe siècle, dans plusieurs manuscrits, un ou deux pêcheurs remontent, à bord de leur barque, un filet qui avait été tendu au-dessus d’un moulin132. Dans un Martyre de sainte Ursule133, vers 1410, deux hommes, chacun dans une embarcation, unissent leurs efforts pour sortir un filet lourdement chargé qu’ils ont lancé dans le courant créé par deux moulins à nef.

65Ainsi il apparaît que, dès le XIIe siècle, la force de l’homme est avantageusement remplacée par celle de l’eau pour certains travaux répétitifs, si bien qu’au milieu du XIVe siècle, l’Occident possède un nombre de moulins qui ne sera jamais dépassé. Pourtant, même si l’énergie hydraulique est appliquée à d’autres activités que la meunerie, d’après les documents figurés, le moulin à blé domine numériquement. Enfin si l’iconographie est souvent décevante en raison de l’absence de précision technique, elle nous restitue un peu de la présence familière de ces moulins hydrauliques dans les paysages de l’Occident médiéval.

Paris, BN, Fr 2092, f. 37v : Yves de Saint-Denis,
Vie et martyre de saint Denis et de ses compagnons, enluminé en 1317, à Paris.

Cologne, Wallraf Richartz Museum : Martyre de sainte Ursule (provenant de Saint-Séverin de Cologne), peint vers 1410.

Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28 : Jean de Wavrin, Chroniques d’Angleterre, enluminé vers 1470, en Flandre.

Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19 : Mariano di Jacopo dit Taccola, De machinis bellicis, enluminé entre 1427 et 1433, à Sienne.

Paris, BN, Fr 24461, f. 65 : Recueil de poèmes et dessins variés, enluminé vers 1500, en Bourbonnais, par Jean Hey.

Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44 : Bestiaire, enluminé vers 1240-1250, en Angleterre.

Berlin, Kupferstichkabinett, Kdz 3369 : Dürer, Moulin à eau dans la montagne, 1495.

Zurich, Schweizerisches Landesmuseum : Hans Leu le Jeune et Hans Leu le Vieux, Vue de la ville de Zurich, XVe siècle

Notes

1 Juges 16, 21.

2 D’où la représentation d’un moulin, par exemple dans une Bible moralisée parisienne (Vienne, ONB, ms. 2554, f. 64v).

3 Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 1, f. 3v.

4 De même saint Louis ressuscite un homme tombé dans la chute d’un moulin dans un manuscrit de Guillaume de Saint Pathus, enluminé à Paris durant le second quart du XIVe siècle (Paris, BN, Fr 5716, f. 288).

5 Des moulins sont représentés dans différentes versions : par exemple New York, Pierpont Libr., ms. 705, f. 38v, Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v, Metz, BM, ms. 1486, f. 1, Chantilly, Condé, ms. 1477 ou encore Paris, BN, Fr 19039, f. 247v.

6 Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65, BN, Fr 24461, f. 65 et 94.

7 Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v et 89.

8 Par exemple Londres, BL, Harley 4751, f. 25 ou Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44.

9 Gottingen, Bibl. Univ., Philos 63.

10 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19 ou Paris, BN, Lat 7239, f. 47v.

11 Turin, BN, Salu 33° 148.

12 Paris, BN, Fr 33, f. 94v, ou encore Mer des Histoires de Giovanni Colonna (Paris, BN, Lat 4915, f. 266).

13 Par exemple Florence, Laurenziana, Plut 15. 17, f. lv ou Modène, Estense, Lat 893.

14 New York, Pierpont Libr., Heures Morgan, f. 40.

15 Paris, Petit Palais, Horae Beatae Virginis.

16 Fresque de l’abbaye d’Abondance.

17 Sienne, Pinacothèque, Giovanni di Paolo, Fuite en Égypte.

18 Bessans, chapelle Saint-Antoine.

19 Bruxelles, Musée Royal des Beaux Arts.

20 Amiens, BM, ms. 107, f. 17.

21 Paris, BN, Smith Lesouëf 42, f. 6.

22 Comme dans les Heures du Duc de Bedford, Londres, BL, Add 18850, f. 6.

23 Paris, BN, Lat 9474, f. 13.

24 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v ou Lat 5286, f. 93.

25 Par exemple il n’est pas figuré dans le Psautier d’Utrecht.

26 Manuscrits conservés à Jérusalem, Musée d’Israël, ms. 180/50, f. 1v, aussi peintures de Cologne, Wallraf Richartz Museum, Martyre de sainte Ursule (provenance : Saint-Séverin de Cologne), Nuremberg, Saint-Laurent, Rois Mages (provenance : Domininikaner Kirche de Nuremberg) ou encore Moulins de Dürer (Berlin, Kupferstichkabinett, Kdz 4 et Kdz 3369).

27 Retable de sainte Anne et Marie de l’église de Roznava.

28 Tant au XIIIe siècle, Londres, BL, Harley 4751, f. 25, Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44, qu’au XIVe, Londres, BL, Add 42130, f. 181v.

29 Dans les enluminures, au XIIIe siècle : Paris, bn, Fr 2173, f. 61v, comme au XVe : Bologne, Bibl. Univ., ms. 2197, Londres, Victoria et Albert Mus., L. 1504-1896, livre 33, Florence, bn, Pal 766, f. 18v-19, Laurenziana, Plut 15.17, f. lv, Paris, bn, Lat 7239, f. 47v, ou dans les peintures : Padoue, Palazzo della Ragione, Sienne, Pinacothèque, Giovanni di Paolo : Fuite en Égypte...

30 Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28 ou Hans Memling : Martyre de saint Sébastien (Bruxelles, Musée Royal de Beaux Arts) et Triptyque de saint John Donne (Londres, Nat. Gall.).

31 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v, Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 1, f. 3v, Londres, BL, Cotton August A. V, f. 345.

32 Paris, BN, Fr 24461, f. 65, f. 94 ou Arsenal, ms. 5066, f. 65.

33 La Haye, Koning. Bibl., ms. 74 G 38, f. 82v, Lyon, BM, ms. 514 (434), f. 23.

34 Paris, BN, Lat 9474, f. 13, Smith Lesouëf 42, f. 6.

35 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v, Fr 5716, f. 288, Lat 10981, f. 2, Londres, BL, Add 18850, f. 6, Vienne, ONB, Sn 13237, f. 7v.

36 New York, Pierpont Libr., Heures Morgan, f. 40.

37 Fresques de l’abbaye d’Abondance ou de la chapelle Saint-Antoine de Bessans.

38 On admet qu’une telle roue court aux deux tiers de la vitesse de l’eau. Pour une efficacité maximum, il est important que l’eau arrive assez vite et de façon régulière sur les aubes.

39 Londres, BL, Cotton August A. V, f. 345, comme Paris, Coll. Wildenstein, Terrier de Marcoussis.

40 Tels ceux de Toulouse où les plus gros pieux ou « estans », enfoncés dans le mail, supportent les poutres sur lesquelles s’appuient les constructions ; un solide plancher couvre l’ensemble (G. Sicard, Les Moulins de Toulouse au Moyen Âge, Paris, 1953, p. 45).

41 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v.

42 Zurich, Schweizerisches Landesmuseum, Vue de la ville.

43 H. Amouric, « Les moulins à nefs du Bas-Rhône (XIIe-XIXe siècles) », dans Monde alpin et rhodanien, 1985, p. 55-64.

44 Certains de ces moulins à nefs s’installent sous des ponts ; les piles forment digue et le courant se trouve ainsi renforcé. On en compte treize sous le Pont au change à Paris en 1323.

45 Cologne, Wallraf Richartz Museum, Martyre de sainte Ursule, vers 1410.

46 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v ou Lat 5286, f. 93, au XIVe siècle.

47 On retrouve le même dispositif dans les Heures d’Anne de Bretagne (Paris, BN, Lat 9474, f. 13) ou dans une tapisserie de la Chasse au cerf, conservée à Londres (Victoria et Albert Mus., T. 205-1957).

48 Londres, Victoria et Albert Mus., T. 205-1957.

49 Sur la Garonne, ces pieux de chêne de fort diamètre sont renforcés par des entretoises qui sont en outre reliés par de nombreuses pièces en bois. L’ensemble forme une ligne continue. Les documents mentionnent également des « clausones », probablement des palissades de bois, et des « arches » qui les consolident. Il s’agit sans doute d’un système de pieux servant de contreforts, dans une direction perpendiculaire à celle des digues pour briser le courant et arrêter les débris transportés par le fleuve (G. Sicard, Les Moulins de Toulouse..., p. 44).

50 Florence, Laurenziana, Plut 15. 17, f. 1v.

51 Zurich, Schweizerisches Landesmuseum.

52 Paris, BN, Lat 7239, f. 47v, en 1459, comme sur une peinture de l’église Sainte-Annne et Marie de Roznava en Bohême, vers 1510 ou encore dans l’aquarelle de Dürer : un Moulin à eau dans la montagne, en 1495.

53 Comme le rappelle G. Langlois (Moulins, forges et établissements hydrauliques de l’Aude (IXe-XVe siècle), DEA de l’Université Paris I (dactylographié), Paris, 1989, p. 11) : « Si l’on considère le rendement des trois types de moteurs hydrauliques, viennent en tête les roues par en dessus qui ont en moyenne un rendement de 60 % de l’énergie potentielle de la chute, suivies par les roues en dessous avec un rendement de 30 % et les roues horizontales avec un rendement de 20 à 25 %. »

54 Par exemple Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.

55 Berlin, Kupferstichkabinett, Kdz 3369. On retrouve une roue en dessus dans un relief montagneux, à l’arrière-plan d’une enluminure d’une Histoire d’Alexandre (Paris, BN, Fr 6440, f. 62v).

56 Paris, Beaux-Arts, comme dans un Graduel à l’usage de Saint-Dié (Saint-Dié, BM, ms. 74, f. 338) ou en Bohême sur une peinture de l’église Sainte-Anne et Marie de Roznava, tous deux du début du XVIe siècle.

57 Londres, BL, Add 42130, f. 181v, vers 1340.

58 Gottingen, Bibl. Univ., Philos 63, ou encore Paris, BN, Lat 7239, f. 47v et Dürer : un Moulin il eau dans la montagne.

59 Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.

60 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19, manuscrit enluminé vers 1427-1433 à Sienne.

61 Ou encore fresque de la chapelle Saint-Antoine de Bessans et manuscrits conservés à Paris, BN, Fr 2092, f. 37v, Fr 2173, f. 61v, Fr 33, f. 94v, Lat 7239, f. 47v ou Vélins 518, Bologne, Bibl. Univ., ms. 2197, Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48, Londres, BL, Add 18850, f. 6 ou Add 42130, f. 181v, Metz, BM, ms. 1486, f. 1.

62 Londres, Nat. Gall., comme Trente, Torre dell’Aquila, avril ou Paris, BN, Fr 5716, f. 288.

63 Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v, vers 1485 ; une quinzaine dans le Vieil Rentier d’Audenarde (Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v), à la fin du XIIIe siècle.

64 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48, vers 1480.

65 G. Sicard, Les Moulins de Toulouse..., p. 46.

66 Chapelle Saint-Antoine, Tentation de Jésus.

67 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19, ou encore Paris, BN, Lat 7239, f. 47v, Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v, Londres, BL, Harley 4751, f. 25, Turin, BN, Salu 33° 148. Ces rayons sont parfois doubles, comme dans l’Hortus Deliciarum ou à Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48.

68 Comme à Bruxelles, Bibl. Royale, ms. 1175, f. 15v. On compte huit doubles rayons, reliés en leur milieu par une série de deux barres, dans un Mortifiement de Vaine Plaisance (Metz, BM, ms. 1486, f. 1).

69 Florence, Laurenziana, Plut 15.17, f. 1v, vers 1490.

70 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.

71 Une immersion prolongée dans l’eau permet d’augmenter sa dureté (cf. C. Ferrandiz, L’Industrie hydraulique médiévale en Bas-Languedoc. Du moulin à blé au moulin à soie, DEA de l’EHESS (dactylographié), Paris, 1997, p. 20).

72 Cf., par exemple, G. Sicard, Les Moulins de Toulouse..., p. 46 ou J. Rouillard, Moulins hydrauliques du Moyen Âge. L’apport des comptes des chanoines de Sens (XVe siècle), Paris, 1996, p. 54.

73 Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19 ou Paris, BN, Lat 7239, f. 47v ou encore Turin, BN, Salu 33° 148.

74 Metz, BM, ms. 1486, f. 1, aussi Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65, Paris, Coll. Wildenstein, Terrier de Marcoussis ou encore Bessans, chapelle Saint-Antoine, Tentation de Jésus.

75 Paris, BN, Lat 7239, f. 47v ou Florence, BN, Pal 766, f. 18v-19.

76 Sous la forme unique de frettes et non de simples cercles.

77 Turin, BN, Salu 33° 148.

78 Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44, ou encore Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.

79 Pourtant il est fréquent que les deux pierres soient d’origines différentes : il est en effet préférable d’employer pour la meule fixe une pierre moins dure que pour la meule courante : « La meule gisante ne doit pas être aussi ardente que la courante » (G. Cornet, Le Paysan et son outil : essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe-XVe siècles), Rome, 1992, p. 419).

80 Impossible de discerner s’il existe une petite courbure des surfaces travaillantes. En effet la meule courante est en général légèrement concave, la gisante légèrement convexe ; moins convexe toutefois que la courante n’est concave (G. Cornet, Le Paysan et son outil..., p. 420).

81 Id., ibid., p. 419.

82 Paris, BN, Fr 2092, f.37v.

83 Turin, BN, Salu 33° 148.

84 Turin, BN, Salu 33° 148.

85 Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44 ou Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.

86 Baltimore, Walters Art Gall., ms. 313, f. 15v.

87 Paris, BN, Fr 2092, f. 37v.

88 Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44.

89 Munich, Bay. Staat. Bibl., Clm 197.

90 Les moulins à turbine enferment la roue ou turbine dans un coffre en maçonnerie ajustée. Le courant d’eau ainsi guidé accompagne la roue pendant un certain temps de rotation (souvent un demi-tour), ce qui permet d’utiliser au maximum la force hydraulique.

91 G. Langlois, Moulins, forges et établissements hydrauliques de l’Aude..., p. 10 : la zone d’expansion de la roue horizontale recoupe la frontière linguistique de l’occitan. D’une manière générale, les moulins équipés de ces roues dominent dans tout le bassin méditerranéen.

92 Son rendement est comparable à celui fourni par des meules tractées par un bœuf ou un cheval. Cet inconvénient s’explique par l’absence d’engrenage : il faut donc faire tourner la roue très vite pour que la meule prenne une certaine vitesse. Cet handicap est compensé par l’installation d’une roue d’un diamètre à peu près égal à celui de la meule, ce qui ne permet d’obtenir qu’une puissance bien faible. De plus, ces rodets sont très sensibles au gaffage, c’est-à-dire au surcroît d’eau (C. Ferrandiz, L’Industrie hydraulique médiévale en Bas-Languedoc..., p. 11 ou C. Parain, « Rapports de production et développement des forces productives : l’exemple du moulin à eau », dans La Pensée, 119 (1965), p. 55-70).

93 Bologne, Bibl. Univ., ms. 2197, Jérusalem, Musée d’Israël, ms. 180/50, f. 1v, Modène, Estense, Lat 893, Paris, Coll. Wildenstein, Terrier de Marcoussis, Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28 ou encore fresque de Bessans, chapelle Saint-Antoine.

94 Paris, BN, Fr 24461, f. 94.

95 Aussi bien en Touraine : Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v, Lyon, BM, ms. 514 (434), f. 238, Paris, BN, Smith Lesouëf 42, f. 6, qu’en Savoie : Bessans, chapelle Saint-Antoine ou encore dans le nord de la France : Londres, BL, Cotton August A. V, f. 345, en Hollande : Chantilly, Condé, ms. 1477 ou en Italie : Bologne, Bibl. Univ., ms. 219.

96 Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.

97 Metz, BM, ms. 1486, f. 1 ; une partie du bâtiment est en planches, l’autre en briques dans une autre version de René d’Anjou : Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48.

98 New York, Pierpont Libr., ms. 705, f. 38v, Lyon, BM, ms. 514 (434), f. 238 ou Bessans, chapelle Saint-Antoine.

99 Metz, BM, ms. 1486, f. 1.

100 Modène, Estense, Lat 893 ou Paris, Petit-Palais, Horae Beatae Virginis.

101 Paris, BN, Fr 24461, f. 94 ou Gottingen, Bibl. Univ., Philos 63, Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28.

102 Chantilly, Condé, ms. 1477, Londres, BL, Cotton August A. V, f. 345, Paris, Coll. Widenstein, Terrier de Marcoussis ou Bessans, chapelle Saint-Antoine.

103 Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v.

104 Metz, BM, ms. 1486, f. 1.

105 Berlin, Staat. Bibl., ms. 78 C 5, f. 22v, Paris, BN, Smith Lesouëf 42, f. 6.

106 Paris, Petit Palais, Horae Beatae Virginis.

107 Metz, BM, ms. 1486, f. 1.

108 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48.

109 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48 ou Paris, Coll. Wildenstein, Terrier de Marcoussis.

110 Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65.

111 Le prix du transport peut être compris dans celui de la mouture, mais le plus souvent il vient en supplément.

112 Également dans des Chroniques d’Angleterre, enluminées en Flandre vers 1470 (Vienne, ONB, ms. 2534, f. 28) ou sur la fresque de la Nativité de l’abbaye d’Abondance.

113 Par exemple dans le Terrier de Marcoussis (Paris, Coll. Wildenstein), un paysan dirige vers le moulin deux ânes chargés de sacs.

114 Vienne, ONB, Sn 13237, f. 7v et ms. 2534, f. 28, Bologne, Bibl. Univ., ms. 2197, Jérusalem, Musée d’Israël, ms. 180/50, f. lv, Londres, BL, Harley 4751, f. 25 ou Cotton August A. V, f. 345, Oxford, Bodleian, Bodl 764, f. 44, Paris, BN, Fr 24461, f. 94.

115 Paris, BN, Velins 518.

116 Deux sacs sont portés par un âne, sans le secours d’un bât, dans la Fuite en Egypte de Giovanni di Paolo (Sienne, Pinacothèque).

117 Cambridge, Fitzwilliam Mus., ms. 165, f. 48.

118 Paris, Arsenal, ms. 5066, f. 65 ou BN, Fr 24461, f. 65.

119 Paris, BN, Lat 5286, f. 93 ou Fr 2092, f. 37v.

120 Bruxelles, Bibl. Royale, ms. IV. 1024, f. 159 ou encore Vienne, ONB, ms. 2396, f. 30.

121 Waddesdon, Coll. J. A. Rothschild, ms. 16, f. 2.

122 La même technique est utilisée pour le pastel.

123 Saint Dié, BM, ms. 74, f. 338.

124 Paris, Sainte-Geneviève, Olaus Magnus, Histoire des pays septentrionaux, gravé en 1555.

125 Nuremberg, Stadtbibl., Amb 317 2°.

126 Berlin, Kupferstichkabinett, Kdz 4.

127 On trouve une mention écrite de cet instrument dès le début du XIIIe siècle en Normandie.

128 Un autre système, maladroitement représenté, paraît destiné à faire avancer le madrier à scier : cf. R. Bechmann, Villard de Honnecourt. La pensée technique au XIIIe siècle et sa communication, Paris, 1991, p. 278-286.

129 Paris, Arch. Nat., AE II. 2481, vers 1475.

130 Dits aussi draperets ou batifols. On remplace les pieds des fouleurs par des maillets de bois mus par des cames actionnées par l’énerge hydraulique.

131 Londres, BL, Add 42130, f. 181v.

132 Paris, BN, Velins 518 ou Vienne, ONB, Sn 13237, f. 7v.

133 Cologne, Wallraf Richartz Museum.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search