Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Les moulins à papier de la partie occidentale des Pyrénées vers 1770-vers 1815

Jean-Michel Minovez

Texte intégral

  • 1 Armand Sarramon par exemple, dans son étude sur les Quatres-Vallées, avait survolé la papeterie de (...)

1À l’époque moderne et au début de l’époque contemporaine, les provinces des Pyrénées, comme la quasi-totalité de leurs homologues françaises, possèdent des moulins à papier. Le processus d’industrialisation conduira certains d’entre eux à se transformer en usines, alors que le plus grand nombre allait disparaître. Au premier abord, il est difficile de mesurer quelles ont été les raisons qui ont permis à certains établissements de franchir les étapes de la modernisation ; la part de la maîtrise d’un savoir-faire ancien a pu y contribuer, la pratique d’une fabrication exigeante en qualité a peut-être eu aussi son importance, la capacité à innover et à s’adapter aux conditions locales de production et aux marchés y a été aussi probablement pour beaucoup. Si les papeteries ont déjà pu faire l’objet d’études particulières à travers un certain nombre de monographies locales ou régionales et plus rarement été abordées en tant que telles, les recherches menées jusqu’à ce jour ne se sont pas placées dans la problématique de l’analyse des techniques1. La conquête des marchés par l’adaptation de la production à la demande n’a pas fait non plus l’objet d’investigations. S’il n’est pas envisageable dans le cadre d’une communication de couvrir l’ensemble du sujet, il est possible, en s’appuyant sur des sources synthétiques, d’aborder la question d’une manière générale en posant les premiers jalons d’une recherche à venir plus approfondie. Pour cela, on dispose pour le XVIIIe siècle d’une série de rapports dus aux inspecteurs des manufactures. Si le plus grand nombre de ces documents traite des industries textiles, ne laissant que la portion congrue aux autres activités, il existe des mémoires qui concernent spécifiquement des moulins à papier. C’est le cas de celui de Carget, inspecteur des manufactures de Bayonne qui, en onze folios, nous renseigne d’une manière très riche sur les établissements du Béarn, de la Bigorre, de la basse Navarre et de la Soule. En croisant ce rapport aux enquêtes statistiques de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle ainsi qu’aux mémoires des premiers préfets, on se trouve en capacité d’établir avec assez de précision le nombre d’établissements en fonctionnement dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, le système technique mis en œuvre avec ses adaptations, les contraintes particulières liées à l’approvisionnement énergétique en provenance d’une zone de haute montagne, le niveau et la qualité de la production ainsi que les mécanismes de crise et d’adaptation commerciale se traduisant par la conquête de nouveaux marchés.

Les moulins du Béarn, de la Bigorre, de la basse Navarre et de la Soule

  • 2 Les noms d’« Esquille » et de « Bervielle » sont ici reproduits tels qu’ils ont été lus dans les s (...)

2Les moulins de notre zone d’étude se concentrent dans une bande étroite entre la zone axiale des Pyrénées et la plaine. En s’appuyant sur les enquêtes et les rapports de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, on parvient à en identifier 23 dans un espace correspondant aux actuels départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées. Avec treize établissements, la majorité se concentre en Béarn ; on en compte trois sur le Vert à Esquille, Bervielle2 et Lanne, trois sur le Gave de Pau à Maslacq, Mirepeix et Montaut – qui prend aussi l’eau du ruisseau du Mouscle –, trois sur le Gave d’Ossau : un à Arrudy et deux à Oloron avec les papeteries de Campagne et de Cassabé. On trouve ensuite un moulin à Gurmençon sur le Gave d’Aspe, un à Rébénacq sur le Nez, un à Bizanos sur l’Ousse et un à Sarrance alimenté par un petit ruisseau. Ils sont bien représentés aussi en Bigorre et en Soule avec respectivement quatre et trois établissements. En Soule, la totalité des moulins est installée le long du Saison avec les papeteries de Gestas, de Sibas et de Lichans. En Bigorre, ils sont préférentiellement positionnés sur l’Adour à Tarbes, Soues et Bagnères-de-Bigorre, l’Echez n’ayant qu’un établissement à Siarrouy. On n’en compte qu’un seul en basse Navarre, sur la Nive, à Saint-Jean-Pied-de-Port et les Quatre-Vallées n’en ont que deux, à peu de distance l’un de l’autre, à Sarrancolin et à Beyrède sur la Neste d’Aure.

  • 3 A.N. (Archives nationales), F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget sur la demande d’un intendant (...)
  • 4 A.N., F12, 1597, dossier 96 ; Circulaires du 25 novembre 1811 sur la situation des papeteries et d (...)
  • 5 L. André, Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France, 179 (...)
  • 6 A.N., F12, 1475 ; Etat des papeteries du royaume par généralité, 1701-1717.
  • 7 L. André, Machines à papier. Innovation et transformations..., op. cit., p. 40.
  • 8 Bien que cet espace ne fasse pas l’objet de la présente étude, il convient de rappeler, qu’en deho (...)
  • 9 A.N., F12, 1597, dossier 96 ; Réponse du 29 août 1812, f° 3.
  • 10 J.-M. Minovez, « Une évolution technologique inversée : le moulin papetier de Camon (Labarthe-de-R (...)

3Tous ces moulins rappellent ceux de n’importe quelle autre région de France tant d’un point de vue technique que de leur taille. Ils sont tous de petite dimension : sur les 14 recensés en 1771 dans l’inspection des manufactures de Bayonne, 10 d’entre eux ne possèdent qu’une cuve, les quatre autres n’en ayant que deux chacun3. En 1812, on en recense 20 dont 15 à 1 cuve et 5 à 2 cuves4. En cela, le modèle pyrénéen est proche de ce que l’on observe à pareille époque dans le reste de la France où les moulins à une ou deux cuves dominent largement : en 1812, c’est encore 95 % des moulins qui obéissent à cette définition5. Si la structure des moulins des Pyrénées diffère peu de ce que l’on rencontre par ailleurs, en revanche, la faiblesse du nombre d’établissements en fait une des régions les moins bien dotées de France, aussi bien au début du XVIIIe siècle6 qu’au début du XIXe siècle7, malgré la densité constatée en Béarn ou en Couserans8. Enfin, on notera la persistance d’une technologie traditionnelle de trituration des chiffons par des batteries de maillets, avec l’ignorance presque totale des cylindres hollandais. Seule la papeterie de Sarrancolin dans les mains du dynamique Court avait tenté d’adopter le nouveau procédé mais une mauvaise conception avait conduit à son abandon9. Ainsi, les marteaux l’emportaient partout dans les Pyrénées, la seule autre tentative d’innovation ayant elle aussi été abandonnée, en marge de notre zone d’étude, dans le moulin de Camon à la fin du XVIIIe siècle10.

  • 11 L. André, Machines à papier. Innovation et transformations..op. cit., p. 32.
  • 12 J.-L. Boithias et C. Mondin, Les moulins à papier et les anciens papetiers d’Auvergne, Nonette, Ce (...)

4Le plan des papeteries rappelle les formes observables dans les autres régions, même s’il n’existe pas de modèle stéréotypé de moulin à papier du fait de la variété de configuration des lieux et des spécificités régionales. Toutefois, un type courant tend à se dégager ; il comporte le moulin proprement dit ainsi que le dérompoir et la salle de cuve au rez-de-chaussée, les logements, la chambre de colle et la salle d’apprêt au premier étage, la partie supérieure étant occupée par de vastes étendoirs11. Mais il existe aussi des moulins à deux niveaux seulement, d’autres où le dérompoir est au premier étage12. Dans la partie occidentale des Pyrénées, une forme semble l’emporter généralement. L’exiguïté des sites d’implantation fait que tous les moulins sont construits en long. Tous semblent aussi ne comporter qu’un bâtiment organisé sur trois niveaux. Au rez-de-chaussée, on trouve d’abord, à l’amont du moulin, la – ou les – batterie(s) de maillets, afin que les roues puissent bénéficier du maximum de puissance hydraulique. À côté, se situent successivement les chambres de la cuve et de la colle avec leurs presses. Enfin, on rencontre ici le plus souvent réunis dans une même pièce le dérompoir et le pourrissoir. Ce dernier est dans ce cas constitué d’une estrade planchée. Il peut être cependant aussi dans tout « autre lieu commode le moins embarrassant ». Au premier étage, juste au-dessus des batteries de maillets, se situe la salle dans laquelle les sallerans trient, lissent, comptent, mettent en mains puis en rames, battent, pressent les papiers avant de les couvrir puis de les emballer pour les presser une dernière fois. Deux presses y sont installées, l’une pour presser les papiers après qu’ils aient été mis en rames, l’autre pour les balles.

5À côté de cette salle, une pièce permet d’entreposer les chiffons. Le reste de l’étage est réservé au logement et à la cuisine. La partie supérieure de la structure est entièrement occupée par les étendoirs. Ils sont composés de cordes qui courent en travers d’un bout à l’autre du moulin sur plusieurs rangées distantes en largeur de huit à dix pouces (27 cm) l’une de l’autre et dont l’espacement en hauteur varie en fonction de la taille des papiers. La mise en place et la modification du dispositif sont aisées car les cordes sont passées dans des trous pratiqués dans de longues pièces en bois, comme sur un montant d’échelle, de chaque côté du moulin. On actionne l’ensemble par l’intermédiaire de poulies placées en hauteur qui permettent de lever les barres et tout le cordage de chaque rangée à la hauteur souhaitée. L’objectif est dans tous les cas d’empêcher que les papiers ne se touchent et d’assurer une meilleure circulation possible d’air. Pour cela, il n’y a pas de plancher au-dessus des étendoirs qui sont de ce fait en contact direct avec le toit. En outre, des fenêtres sont percées tout autour ; elles ont environ cinq pieds (1,62 m) de haut et trois de large (97,2 cm) et sont distantes l’une de l’autre d’environ six pieds (1,944 m).

Particularité des pratiques et des ustensiles employés

  • 13 Pour ce qui est des gestes de la papeterie traditionnelle, on ne reprendra pas la description déta (...)

6Dans ces moulins, la fabrication du papier s’effectue en grande partie comme partout ailleurs13. Il n’y existe pas moins quelques spécificités ou adaptations techniques locales qui méritent d’être soulignées. Dans un premier temps, les ouvriers doivent sélectionner les chiffons avant de les mettre à pourrir pour faciliter le travail de trituration. Ces derniers, après avoir été dépoussiérés, battus puis triés, sont mis à tremper. À la suite d’un bon lavage, ils sont égouttés et séchés et ne conservent que l’humidité nécessaire au pourrissement. Ils sont placés en grandes piles dans le pourrissoir dont on a pu voir précédemment l’originalité. Pour accélérer leur putréfaction, on les arrose d’eau avec mesure, sans ajout d’un quelconque « corrosif [destiné à les] attendrir ». Le plus délicat consiste à estimer la bonne durée de l’opération qui varie en fonction de la qualité de la peille et de la saison, le pourrissage étant plus rapide par temps chaud. Seul le coup d’œil du gouverneur permettra de juger de l’achèvement de l’opération. La matière sera alors transférée au dérompoir. Ce dernier a, dans la région, une forme qui diffère de celle décrite par les encyclopédistes ou par Jérôme de La Lande : elle se rapproche, en effet, de celle d’un pressoir à vin qui serait d’une plus petite dimension. En revanche, le découpage des chiffons se fait là comme ailleurs à l’aide d’un couteau courbe ressemblant à une faux, fixé verticalement, le tranchant opposé à l’ouvrier ; celui-ci coupe en petits morceaux le chiffon qu’il tient à deux mains en l’attirant vers lui.

  • 14 Il en existe aussi en pierre dans certaines régions.
  • 15 Ce qui n’est pas faible. L’Encyclopédie donne, pour les piles, une hauteur de 26 pouces (70 cm env (...)
  • 16 Le nombre de maillets varie entre trois et quatre par pile.
  • 17 Là où les encyclopédistes indiquent une profondeur de deux pieds et demi (81 cm).

7Le chiffon pourri est ensuite porté au moulin proprement dit qui est représenté, dans une configuration technique traditionnelle, par la salle des piles à maillets. Comme partout ailleurs, les piles sont creusées dans un gros tronc d’arbre14 avec une ouverture de forme ovoïde. Leur profondeur est d’environ trois pieds, soit un peu moins d’un mètre, le diamètre étant légèrement supérieur15. Une des originalités des moulins des Pyrénées occidentales réside dans le nombre de piles et leur disposition. Par unité de production – c’est-à-dire par cuve – on compte en effet douze piles. Bien que le nombre de maillets par pile ne soit ici que de trois16, les petits moulins à une cuve disposent donc de batteries de trente-six marteaux. Les moulins à deux cuves doublent le dispositif et possèdent donc quatre rangs de piles avec soixante-douze marteaux. Le nombre de maillets par batterie doit être regardé comme une généralisation de la part de l’inspecteur et non comme une réalité intangible. Les chiffres donnés par les préfets en 1812 montrent qu’il n’existe aucune batterie de 36 ou 72 maillets ; toutefois, à cette date, le nombre de maillets pour une cuve est encore supérieur à celui donné par l’inspecteur en 1771. La production de pâte est donc importante et nécessite une cuve de grande capacité pour en recevoir la totalité, le produit ne pouvant pas être conservé. On sait que la cuve des moulins de la région est particulièrement grande. Sa profondeur a quatre pieds (1,296 m)17, son diamètre – que l’on ne connaît pas précisément mais que l’inspecteur Carget qualifie de « considérable » – tendent à confirmer l’importance supposée. Cette grande taille impose une forte productivité et une grande rapidité des ouvriers ouvreurs et coucheurs qui doivent utiliser la totalité de la pâte disponible avant qu’elle ne se gâte.

  • 18 L’inspecteur Carget donne ici un chiffre précis alors que l’on sait que cette durée dépend notamme (...)

8En outre, compte tenu de l’étroitesse des bâtiments et surtout de l’impossibilité pour une roue d’actionner un arbre de trop grande dimension pourvu d’un trop grand nombre de cames, la batterie disposée sur deux rangs de six auges chacune est actionnée par deux roues. Parmi ces douze piles, on distingue les attrapoirs plus connus ailleurs sous le nom de piles à défiler ou à effilocher, les retriers généralement nommés piles à raffiner ou à affiner et l’aflurant, appelé aussi pile pour l’affleurage ou à affleurer ou encore affleurante. Chaque batterie est composée de six attrapoirs, de cinq retriers et d’un aflurant. On dispose donc de toute la gamme de piles pour la préparation de la pâte, alors que certains moulins dans d’autres régions n’ont pas de piles à affleurer. La première opération de trituration des chiffons s’effectue dans les attrapoirs ; les tissus y sont défibrés durant douze heures18 par le choc de maillets garnis de gros clous en fer qui viennent heurter une platine en fer placée au fond de la pile. La demi-pâte ainsi obtenue passe alors dans les retriers pour subir la même opération, mais avec des clous d’une moindre grosseur, permettant d’obtenir une pâte plus homogène grâce à une trituration plus fine. Après égouttage, la pâte va dans l’aflurant, sans platine, dans lequel des maillets, sans circulation d’eau et sans clous, lui donnent son dernier degré de finesse. La rapidité des opérations d’affinage – une heure environ – justifie pleinement qu’il n’y ait qu’une auge réservée à cet usage. Cette dernière, comme les retriers, est placée au second rang, dans la partie inférieure du moulin, alors que les attrapons sont disposés au premier rang dans la partie supérieure. Les opérations d’effilochage nécessitant le plus de puissance, la roue actionnant l’arbre des attrapons est placée en tête, au sortir du canal, afin de profiter au maximum de la vitesse acquise par l’eau lors de son acheminement. Cet aspect devient moins déterminant pour le travail d’affinage et d’affleurage durant lequel les maillets peuvent frapper à une cadence plus réduite.

9Toutes les opérations dans les attrapons et dans les retriers s’effectuent en présence d’eau ; celle qui entre dans les piles, afin que la pâte soit parfaitement blanche, doit être d’une grande pureté. Or, l’impétuosité des gaves pyrénéens n’est pas sans poser problème et peut nuire à sa qualité. Les fabricants ont su réagir en dotant leurs établissements de reposoirs pour la clarifier lorsque cela s’avère nécessaire. Cette pratique, largement répandue, trouve ici une spécificité dans le fait que certains bassins sont installés à l’intérieur même des moulins. Dans ce cas, la prise d’eau s’effectue d’une manière originale par l’intermédiaire de pelles en bois fixées aux extrémités et autour des roues à augets qui en prennent autant qu’il est nécessaire pour la déverser dans des canaux de bois appelés balons conduisant à des reposoirs. D’autres balons l’emmènent dans de petits baquets au-dessus desquels on attache une petite toile un peu serrée ; ainsi filtrée, l’eau tombe dans la pile des attrapons ou des retriers et permet d’obtenir une pâte la plus blanche possible.

  • 19 « Elle est percée en H h d’un trou circulaire de 10 pouces de diamètre, auquel on adapte en-dedans (...)

10Lorsque la pâte est prête, elle est mise dans la cuve où l’ouvreur confectionnera les feuilles de papier à partir de formes adaptées. Comme le dérompoir, la cuve employée dans la région diffère de celles décrites par les auteurs du XVIIIe siècle comme par les historiens d’aujourd’hui. Nous avons pu voir que la cuve était ici de grande dimension ; mais il n’y a là aucune originalité : on observe ailleurs des exemples où les proportions peuvent varier du simple au double. La particularité réside dans son positionnement et dans son chauffage. En effet, le pistolet, cette espèce de fourneau qui sert à chauffer la pâte pour la maintenir à une température fixe et tiède afin de faciliter le travail de démoulage, est généralement placé à l’intérieur de la cuve, à mi-hauteur, dans un orifice prévu à cet effet, en opposition à l’ouvreur19. Dans les Pyrénées occidentales, le fourneau est construit dans le mur et doté d’une petite cheminée ; l’ensemble est donc extérieur à la cuve. On perce cette dernière – ainsi que le mur – pour la relier au système de chauffage par un gros tuyau en cuivre que la pénètre de deux pieds (65 cm environ). La cuve est placée contre le mur de la chambre afin de perdre le moins possible de chaleur fournie par un feu de bois ou de charbon, constamment entretenu. Le chauffage s’effectue donc par l’air chaud conduit par le tuyau et non par un feu direct. Si ce système doit avoir l’inconvénient d’engendrer une plus forte consommation de combustible, il a l’avantage de réduire sensiblement le risque d’incendie à l’origine de la destruction de nombre de papeteries traditionnelles.

11Lorsque l’ouvreur a confectionné une feuille, il passe la forme au coucheur qui étend le papier sur un feutre afin de pouvoir le manipuler sans le déchirer. Ces feutres, qui ne sont rien d’autre que des bouts de tissus, possèdent ici aussi leur particularité. Mais d’abord, ils sont ici comme ailleurs, réalisés à partir de pièces de drap dans une dimension légèrement supérieure au papier pour lesquels on les emploie comme intercalaires. Ils sont aussi tissés moins serrés que les étoffes destinées à la confection de vêtements. Ils ont généralement une forme carrée et les plus grands permettent de fabriquer des grands raisins qui constituent les formats les plus importants confectionnés dans l’arrondissement des manufactures de Bayonne. L’originalité des feutres locaux réside dans le traitement qu’on leur fait subir depuis la fin des années 1760. Auparavant, comme dans toutes les papeteries, les feutres étaient employés en blanc, ou plutôt « couleur de la bête », sans avoir reçu aucune teinture. Des fabricants se sont aperçus que le fait de les teindre avec la racine, la feuille ou la coque de noyer, jusqu’à ce qu’ils atteignent une couleur tannée, doublait pratiquement leur durée d’utilisation. Par imitation, l’ensemble des fabricants de la région a alors adopté cette méthode.

  • 20 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 8.
  • 21 A.N., F12, 1597, dossier 100 ; Réponse du préfet des Basses-Pyrénées, 5 juillet 1812, f° 6.
  • 22 Ibid., dossier 96 ; Réponse des Hautes-Pyrénées, 29 août 1812, f° 4.

12Après avoir été levés des feutres, les papiers sont mis à sécher avant d’être encollés. D’une manière générale, l’encollage s’effectue sans grande différence avec les autres régions papetières. La colle est préparée dans une chaudière « montée sur un fourneau ». On prend bien soin d’éviter d’effectuer l’opération par des températures excessives, aussi bien l’été que l’hiver, ainsi que par temps de brouillard. Après avoir donc attendu « un temps doux et tranquille », on procède à l’encollage et si le moindre changement climatique intervient, on ferme alors « le nombre de fenettres des endrois » nécessaires. Selon les moulins, en dehors de la nature des matières animales entrant dans la confection de la colle, on ajoute souvent au mélange un ou plusieurs produits destinés à mieux la fixer sur les papiers, à l’image du mordançage des tissus destinés à être teintés. Ce type de produits est utilisé ici, mais il se limite à l’emploi de l’alun, la couperose ou le vitriol n’étant pas employés en 177120. Au début du XIXe siècle, ils restent ignorés dans les moulins des Basses-Pyrénées21, alors qu’il sont employés dans le département voisin des Hautes-Pyrénées22.

Contraintes naturelles et adaptations techniques

  • 23 Dans la typologie des crues des cours d’eau pyrénéens on peut distinguer trois types : la crue océ (...)
  • 24 Selon la classification de Georges Viers.
  • 25 Créant ce que Jean-Marc Antoine, Bertrand Desailly et Jean-Paul Métailié ont identifié comme un gr (...)
  • 26 Laffont (J.-L.), « La ville et la catastrophe au siècle des Lumières : Toulouse et les inondations (...)
  • 27 Jean-Claude Yvard a pu noter que le tapis végétal était plus dense avant 1770 ; les crues étaient (...)

13Dans les particularités des pratiques des papetiers pyrénéens, on a pu voir qu’un certain nombre étaient dictées par des contraintes naturelles. Celles-ci sont en effet importantes et nécessitent la mise en place d’adaptations techniques, en particulier dans la gestion de l’eau soit pour la préparation de la pâte soit pour la force motrice fournie par les roues hydrauliques. Ces dernières sont dans la région des roues à augets, l’eau étant acheminée par un canal pour tomber « par-dessus ». Cette technique est incontestablement ici la plus adaptée aux conditions naturelles rencontrées ; en montagne, elle permet d’exploiter au mieux la pente et de disposer d’une hauteur de chute suffisante au bas du massif. Mais, le régime nival ou nivo-pluvial des gaves pyrénéens interdit la construction sur le cours d’eau lui-même en raison des crues dévastatrices ; aussi, presque tous les moulins ont leur prise d’eau la plus éloignée possible, afin de limiter les risques. Tous les cours d’eau pyrénéens ont en effet un régime très irrégulier et l’étiage, toujours très bas, ralentit la production papetière parfois jusqu’en novembre, lorsque les pluies d’automne se font attendre. Ces dernières, suivies des précipitations d’hiver, permettent aux gaves de retrouver un débit suffisant au bon fonctionnement des moulins, les crues étant à cette époque généralement peu nombreuses et faiblement dévastatrices. Cela n’est pas le cas des crues de printemps marquées par la soudaineté et la violence. Le débit assez régulier et soutenu que l’on observe entre avril et juillet a essentiellement pour origine la fonte des neiges car, si le coefficient de nivosité semble assez important dans les Pyrénées centrales et occidentales, la valeur de rétention nivale est faible en raison de l’alternance des flux et des types de temps à des altitudes moyennes. Les augmentations du débit sont donc liées à une accélération de la fonte faisant suite à une hausse des températures sur les versants d’altitude moyenne. Mais elles le sont aussi par l’augmentation des précipitations de printemps23, typiques du climat « danubien » qui domine dans l’ensemble de la chaîne étudiée, le climat « breton », plus marqué par les pluies océaniques, ne concernant que la basse Navarre24. Lorsqu’il y a conjonction d’une élévation des températures et d’une perturbation nettement creusée donnant lieu à de fortes précipitations, l’addition de l’eau issue des pluies et de la fonte des neiges entraîne une brusque montée du débit. Le lit du fleuve est rapidement saturé car, la pente étant forte, l’afflux d’eau et la vitesse d’écoulement sont importants et la crue prend un caractère destructeur par l’effet dynamique ainsi créé25. Il semblerait qu’au cours du XVIIIe siècle, la fréquence des crues et leur pouvoir dévastateur aient atteint leur paroxysme, comme le prouverait la succession d’inondations catastrophiques à Toulouse au Siècle des lumières26. Toutefois, si nous ne disconvenons pas de l’existence d’une élévation de la pluviométrie, en revanche, nous n’attribuerons pas la totalité de la responsabilité des inondations et leur caractère catastrophique à la seule variation du volume des pluies tant la modification de la dynamique de l’écoulement des eaux est déterminante pour comprendre le processus. On peut penser que l’accroissement des inondations est aussi lié à la vitesse d’écoulement et à l’augmentation brusque, inattendue et hors normes du débit pour une période brève. Ce processus est indissociable de la dégradation du couvert végétal des vallées et des versants : on a pu montrer combien les hommes de l’Ancien Régime l’avaient dégradé au point d’aggraver les effets des crues27.

14Quelle que soit l’origine des crues et de leurs facteurs aggravants, ces phénomènes climatiques représentent un obstacle important à l’exploitation des papeteries. Un compromis est alors recherché entre nécessité de disposer de suffisamment de force motrice et effet destructeur des crues aggravé par la forte pente. Aussi, la presque totalité des moulins est localisée en dehors de la chaîne proprement dite à de faibles altitudes. Sur les 23 moulins étudiés, 16 sont à des hauteurs inférieures à 300 mètres avec 3 d’entre eux situés à moins de 200 mètres. On ne compte que 7 établissements entre 300 et 620 mètres dont 4 entre 300 et 400, les trois plus élevés se plaçant un à 500 mètres, deux à 620 mètres d’altitude. La majorité des moulins a été installée dans des zones où la pente s’adoucit, au pied même de la zone axiale mais surtout à quelques kilomètres d’elle. Ainsi, le moulin de Saint-Jean-Pied-de-Port est implanté au bord de la Nive qui coule dans une plaine dont la pente s’est adoucie depuis 4 à 5 km. On retrouve le même phénomène à Gurmençon où le Gave d’Aspe est moins impétueux depuis 6 km, à Oloron où le Gave d’Ossau s’écoule moins vite depuis 10 km, à Tarbes, à Soues ou à Mirepeix où le Gave de Pau et l’Adour offrent la même image. Le dénivelé peut même être faible comme sur le Saison à Gestas, sur le Gave de Pau à Maslacq et à Mirepeix, sur l’Echez à Siarrouy, sur l’Ousse à Bizanos. Rares, au total, sont les moulins situés au pied même de la chaîne, comme à Bagnères-de-Bigorre ou à Arrudy, dans la montagne même comme à Sarrance ou dans la vallée d’Aure. Cette situation permet de fournir presque partout l’énergie nécessaire et suffisante pour battre les chiffons ; il n’y a guère que le moulin de Bizanos qui manque d’un peu de puissance ce qui impose de laisser battre la pâte plus longtemps que dans les autres établissements.

  • 28 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 2 et 3.

15En revanche, le positionnement en basse altitude des papeteries n’empêche pas les problèmes liés aux afflux d’eau. En 1771, la presque totalité des moulins est concernée par les inondations. Lors des grandes crues, les eaux refluent par les parties inférieures des moulins et la production doit cesser parfois pendant plusieurs semaines. Les papetiers ont su cependant s’adapter à ces variations de conditions en modulant leur fabrication en fonction de la qualité des eaux. Comme dans toutes les Pyrénées, l’eau est propre au blanchiment de la pâte, avec quelques restrictions pour les rivières coulant à proximité d’exploitations minières qui viennent les troubler. Mais, durant la fonte des neiges et surtout lors des pluies de printemps, l’eau qui a perdu de sa limpidité ne permet plus d’obtenir une pâte blanche. La majorité des papetiers ne produit alors que du papier trace de basse qualité. Cependant, on trouve aussi des établissements qui poursuivent leur production normalement grâce à des conditions naturelles particulières. Certains moulins ont été installés le long de ruisseaux, comme Sarrance ou Rébénacq dans lesquels les crues ne sont jamais très importantes et, surtout, ne durent pas longtemps. Il existe en outre d’autres papeteries qui n’utilisent les gaves que pour leur puissance motrice ; ils recourent à l’eau des ruisseaux ou des sources pour la fabrication de la pâte ; ainsi, le moulin de Bagnères-de-Bigorre « prend l’eau d’une fontaine toujours claire pour l’intérieur de la papeterie », les roues étant actionnées par l’Adour, celui de Montaut bénéficie de la pureté du ruisseau du Mouscle et de la puissance du Gave de Pau. Les papetiers ne disposant pas de ces opportunités ne sont pas pour autant restés sans réaction face à la situation. D’une manière générale, ils ont tous éloigné au maximum la prise d’eau du moulin « afin que la vase, les vegetaux et autre saletés qu’elle charrie ayent le temps de se deposer dans le canal qui la conduit au moulin ». Ils ont ensuite fait construire des bassins ou reposoirs, à l’intérieur ou à l’extérieur des moulins, afin de pouvoir clarifier l’eau avant son utilisation pour la fabrication de la pâte28.

La production papetière et son développement

  • 29 Voir les mémoires du Général Serviez, publié en l’an X et celui de P. Laboulinière, publié en 1807 (...)
  • 30 J.-M. Minovez, « Le papier et les hommes au pied des Pyrénées centrales. Innovation et adaptation (...)

16Les papeteries des Pyrénées ont été très peu nombreuses jusqu’au XVIIIe siècle. Les premiers moulins devaient leur existence plus aux difficultés des transports qui empêchaient l’acheminement d’une production lointaine qu’à leur vigueur et à la qualité de leurs produits. Au cours du XVIIIe siècle, il semblerait que la production et le nombre de moulins augmentent ; mais, mettre en évidence le développement de la papeterie de la région est d’autant plus difficile qu’il est malaisé de bien identifier la totalité des moulins en activité à chacune des périodes étudiées comme de trouver la date, même approximative, de leur création. Le croisement des informations fournies par Carget avec celles des premiers préfets du Consulat29 puis de l’Empire lors de l’enquête de 1812 montre que des moulins échappent au recensement et que les dates de création sont souvent très vagues. Ainsi, Carget recense 14 moulins dans son inspection, nombre auquel il convient d’ajouter un établissement en reconstruction à la suite d’un incendie et celui de Sarrancolin qui est extérieur à la circonscription. En 1812, les préfets nous donnent 20 papeteries pour le même espace d’étude. Ils ne mentionnent plus ni celle de Saint-Jean-Pied-de-Port qui a probablement disparu, ni celles de Sibas et de Bervielle qui ont, soit disparu, soit été confondues avec d’autres établissements, soit enfin tout simplement été oubliées. C’est probablement cette dernière cause qui explique que les préfets parlent des papeteries de Lichans, d’Esquille et de Lanne alors que Carget les omet puisqu’elles existent depuis plusieurs siècles. Ces incertitudes rendent difficile l’approche d’une croissance de la production papetière à travers l’étude de l’augmentation du nombre de moulins, le passage de 15 à 20 entre 1771 et 1812 apparaissant peu significatif au vu des limites que nous venons de souligner. Toutefois, on peut penser qu’un développement de la fabrication a bien eu lieu au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. En effet, sur les 23 moulins recensés, on dispose d’une date de création, au moins approchée, pour 18 d’entre eux. Pour 7 papeteries, la construction remonte à plusieurs siècles, avec un moment fort autour de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Pour les 11 papeteries restantes, elle a eu lieu vers 1700 pour Rénénacq et Gestas, vers 1730 pour Tarbes et vers 1760 pour Bizanos et Maslacq. Les 6 dernières ont été réalisées à des dates qui sont précisées : 1768 pour Sarrancolin, 1773 pour Sarrance, 1776 pour Beyrède, 1781 pour Montaut, 1808 pour Siarrouy et 1811 pour Arrudy. Les risques d’erreurs et les approximations des informations n’empêchent pas d’avancer que plus de la moitié des créations de papeteries de la région est effectuée au XVIIIe et au début du XIXsiècle. On a donc bien un accroissement des capacités de production papetière au cours de cette période qui s’accompagne d’une élévation de la production dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme l’inspecteur Carget a pu le souligner. On ne retrouve le même phénomène de poussée de la fabrication que dans le Couserans et le Comminges entre 1770 et 181230.

  • 31 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, 10 et 11.
  • 32 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie des Sourds-Muet (...)
  • 33 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 11.
  • 34 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 82.
  • 35 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 9.
  • 36 P. Minard, La fortune du colbertisme. Etat et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard (...)
  • 37 « Le papier brouillard ou papier gris, est un papier qui n’a pas été collé, & sur lequel par consé (...)
  • 38 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 10.
  • 39 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 82.
  • 40 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Imprimerie de F. (...)
  • 41 La famille Court se distingue en effet par des qualités particulières d’entrepreneur ; dans le der (...)
  • 42 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 587.
  • 43 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 85. Ces statistiques (...)
  • 44 A.N., F12, 1597, dossier 100 ; Réponse du préfet des Basses-Pyrénées, 5 juillet 1812, f° 6. Ibid., (...)

17La vigueur productive de la deuxième moitié du XVIIIe siècle ne doit pas faire oublier pour autant les difficultés de la période précédente. Avant 1750, la fabrication était très faible en quantité et en qualité, les papiers n’étant « ny bon ny beaux ». Les débouchés étaient aussi limités, aucune exportation n’était alors réalisée, malgré la proximité des marchés ibériques. Vers 1760, l’appel du marché espagnol eut pour effet de provoquer une mutation dans la nature des débouchés et dans la quantité de papier produite. Les fabricants, exploitant un marché jusque là négligé, voulurent profiter au maximum de la conjoncture. Ils fabriquèrent vite et beaucoup au détriment de la qualité31. Ils subirent aussi la concurrence des Génois, qui proposèrent des papiers plus adaptés au marché espagnol32. Ces deux causes eurent pour effet de provoquer la chute de la demande espagnole, entraînant une crise de sept à huit ans. Les fabricants portèrent alors leur attention sur la qualité au point qu’au début des années 1770 « touts se piqu[aient] de bien travailler »33. Ils imitèrent aussi la production génoise, en particulier les trois Ô façon de Gênes34 qui représentaient une production dix fois supérieure à tous les autres papiers. La première sorte, ou papier fleuret, était expédiée aux Indes par Cadix et servait « a faire des pipes pour fumer qu’on nomme sygarres », la seconde « pour écrire ou autres usages », était réservée au marché espagnol35. A ces deux catégories de papier, conformes aux règlements, s’ajoutait une troisième d’un poids par rame supérieur d’environ quatre livres à ce que le tarif ou l’ordonnance permettaient. Quatre à cinq moulins s’adonnaient à cette fabrication débutée vers 1769, afin de répondre à la forte demande portugaise dans ce domaine. La contravention aux règlements, bien que relevée par l’inspecteur, n’était pas pour autant réprimée. Carget s’était en effet précisément informé de la réalité de la nature de la demande portugaise grâce à un ami qui avait pris ses informations sur place auprès d’un de ses oncles négociant au Portugal. Les ministres et les intendants étaient d’ailleurs au fait de la situation. Mais à cette époque, un certain libéralisme avait pris le pas sur le réglementarisme rigoureux, abandonné vers le milieu du XVIIIe siècle36. Même si le souci de faire respecter la loi demeurait, une certaine souplesse était admise en fonction de conditions particulières telles que l’adaptation à une demande d’un marché particulier et de plus porteur de grandes espérances. Bien que les façons de Gènes dominent largement la fabrication, on trouvait aussi des papiers trace aux trois Ô, en contravention aux règlements, dont le poids était adapté en fonction de la demande. Il y avait aussi du cornet simple employé comme papier de poste et du cartier grand format pour faire des cartes à jouer. Ces trois sortes étaient, elles aussi, destinées au marché espagnol. Toutes ensemble, elles représentaient les deux tiers des papiers vendus et s’y écoulaient soit par Bayonne soit par les cols pyrénéens à partir d’Oloron. À côté des productions à destination des marchés ibériques, on poursuivait une fabrication minoritaire pour le marché français. Le papier Grand raisin, qui était destiné majoritairement au marché intérieur, servait à l’impression de grands livres alors que leurs couvertures étaient faites en Trace grand raisin. Ce dernier était aussi utilisé pour « trousser » des bas par douzaines et faire des cartons pour presser les étoffes. On trouvait ensuite une série de papiers destinés à l’écriture. La moins bonne qualité était faite des papiers dits à la main et petit nom de Jesus employés comme papier brouillard37 ou par les écoliers. Ces derniers disposaient encore du longuet qui était utilisé aussi par les adultes. La meilleure qualité était le Grand cornet double qui, employé entier, était nommé à la ministre et coupé en deux, servait de papier à lettre. On trouvait ensuite du Trace cartiere pour faire des cartes à jouer. Les moins bonnes qualités comme le gros bon fabriqué sur la forme aux trois Ô ou la petite trace étaient utilisées pour les emballages, la première pour empaqueter du tabac, du café et d’autres produits, la seconde pour « faire des bources pour serrer les drogues »38. La structure de la production et la nature des débouchés semblent se maintenir durant le dernier tiers du XVIIIe et au début du XIXe siècle. En Béarn, en basse Navarre et en Soule en l’an X39, en Bigorre en 180740, on fabrique encore les mêmes qualités de papier, le trois Ô occupe toujours une place prépondérante et l’Espagne et le Portugal continuent d’en absorber la plus grande partie. Toutefois, certaines mutations apparaissent et portent sur la qualité et la nature des débouchés. Si la majorité de la production reste commune, des entrepreneurs particulièrement dynamiques comme Court tentent d’améliorer leur production41. Dans son moulin de Sarrancolin qu’il tient à ferme, il produit de beaux papiers blancs, dont le secrétaire général de préfecture espère qu’ils pourront rivaliser bientôt avec la production angoumoise, et expérimente la fabrication de très beaux papiers bleus42. Pour le département des Basses-Pyrénées, si le débouché des produits reste toute la Péninsule ibérique, c’est l’Espagne qui demeure le principal marché, voire l’unique, avec 400 000 francs de papiers exportés, le Portugal quant à lui ne représentant plus un marché de choix, à part pour les pelleteries43. Toutefois, la guerre provoque la diminution de la consommation espagnole et les papeteries sont contraintes, durant l’Empire, de se rabattre largement sur le marché français44.

Une production commune

  • 45 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget…, 30 juin 1771, f° 4.
  • 46 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 388.

18Toutefois, quelle que soit la période ou la conjoncture, les papetiers de la région restent fidèles à une production commune, de faible valeur. Cette dernière tient d’abord à la domination de la fabrication de papiers trois Ô et autres qualités de faible prix. Elle résulte aussi de certains défauts dans la maîtrise de la fabrication, de négligences dans la préparation des matières ; tel est le cas, en amont, du tri des chiffons. Pour des raisons de coût de transport, ils sont ramassés au plus près. Mais, les besoins étant importants, l’approvisionnement provient surtout des provinces des alentours. La plus grande partie est tirée de la Chalosse voisine, en particulier de Saint-Sever. La collecte est effectuée généralement par des pauvres transformés en petits trafiquants et colporteurs qui, en échange de quelques épingles, aiguilles et « autres minuties dont les paysannes ont besoin », recueillent les chiffons des campagnes mais aussi des villes. C’est là qu’ils les cèdent aux marchands locaux qui les concentrent. Quand les quantités accumulées leur paraissent suffisantes, ils les négocient aux marchands des régions papetières qui les vendent ensuite aux fabricants. Les chiffons étant achetés en vrac, les différentes qualités s’en trouvent mêlées. Les délisseurs des moulins doivent alors procéder à leur tri et à leur préparation. Au fur et à mesure que les étoffes passent dans les mains des ouvriers, elles sont secouées pour en ôter une partie de la poussière puis battues avec une baguette sur une claie pour parachever le travail. Les chiffons sont alors séparés en trois catégories : le fin destiné à la production des meilleurs papiers, le moyen pour le gros bon et le grossier pour la trace45. Cette opération capitale semble être négligée en Bigorre où « les fabricans mêlent trop de chiffon commun avec le chiffon fin »46.

  • 47 Ibid.
  • 48 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 7.

19Le secrétaire général de préfecture Laboulinière ajoutait que la mauvaise qualité des papiers des Hautes-Pyrénées était due aussi à la médiocrité des feutres qui étaient à la fois trop grossiers et trop peu renouvelés47. L’inspecteur Carget faisait remarquer qu’ils étaient pourtant tissés à base de « bonnes laines » de haute Navarre. On notera que les meilleures laines de cette région d’Espagne représentent une des plus basses qualités des fibres exportées vers la France, ne servant le plus souvent qu’à tisser au mieux des draps de qualité moyenne. Or, on sait que la bonne qualité des papiers dépend de l’absence de tout grain que la corde du drap pourrait produire, ce défaut ne pouvant être évité que par l’emploi des meilleures fibres. Quoi qu’il en soit, la trop grande usure des feutres est tout aussi préjudiciable : elle ne dépend pas de la qualité initiale du produit, qu’il ait été tissé à base de bonne laine ou de médiocre. Or, on sait que les feutres de la région ont une durée de vie importante du fait de la conservation assurée par les tannins du noyer. Le fait de les décrasser de temps en temps par trempage dans de l’eau savonneuse avant de les battre et de les laver jusqu’à l’obtention d’une bonne netteté48 n’empêche pas la corde d’apparaître à l’usage, la teinture de noyer ne faisant que retarder le pourrissement des feutres, sans en limiter l’usure.

  • 49 Ibid., f° 8.
  • 50 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 388.
  • 51 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 7.
  • 52 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 388.

20La médiocrité des papiers de la région tient aussi à l’absence ou à la mauvaise qualité du relevage. Lorsque l’ouvreur et le coucheur ont confectionné un nombre de feuilles suffisantes dont ils ont constitué une pile – la porse – ils passent l’ensemble une première fois à la presse pour en exprimer la plus grande partie de l’eau. De la même manière, lors du collage, après que le salleran ait trempé demi-rame par demi-rame le papier dans le mouilloir, ce gros chaudron de cuivre comportant la colle, les feuilles sont empilées sur une petite presse pour en enlever l’excès de colle. Ces deux opérations réalisées, les papiers sont étendus : après avoir « été pressés a la chambre de la cuve, levés d’entre les feutres, on les porte aux etendoirs, on les etend de dix en dix feuilles sur les cordes pour les faire secher », comme après le collage où « on les raporte aux etendoirs, et on les etend de nouveau sur les cordes feuille par feuille, et on les laisse jusqu’à ce qu’ils sont suffisament secs »49. Dans les deux cas, il est nécessaire de procéder à un second pressage : le relevage. Dans la chambre de la cuve, après pressage des porses, le leveur et un apprenti décollent les feuilles des feutres et constituent une nouvelle pile de papiers : la porse blanche. Cette dernière est mise sous presse pour éliminer l’excédent d’eau qui demeure – que la première opération n’a pu éliminer du fait de la présence des feutres – et pour rendre le grain du papier plus uniforme. De la même manière, après encollage et passage aux étendoirs, le papier doit être de nouveau pressé pour éliminer les plis qu’il pourrait avoir contractés au séchage. Ces opérations fondamentales ne sont pas décrites par l’inspecteur Carget. Étaient-elles pratiquées vers 1770 dans l’inspection des manufactures de Bayonne ? Dans tous les cas, pourquoi omet-il d’en parler ? Au début du XIXe siècle, Laboulinière, se fait écho de cette pratique pour en dénoncer « le défaut ». Il rappelle qu’il faut relever le papier « à la cuve après la première pressée des feutres et à la colle, à moitié sec, entre les ais de noyer bien unis ou de laiton, ou enfin, avec des cartons expressément préparés pour cela »50. Mais cette opération ne peut être convenablement réalisée qu’à condition de disposer de presses adaptées, ce qui ne semble pas être le cas dans la région. L’inspecteur Carget précise lui-même leur caractère banal et simple ; elles sont constituées de deux jambettes de bois, en haut desquelles un écrou leur est totalement assujetti et à l’intérieur duquel tourne une vis en bois. En dessous, sur le sol, une souche d’arbre reçoit les porses pour la pressée. Pour effectuer cette dernière, on place sur la pile une pièce en bois et l’on presse en faisant tourner la vis grâce à une forte barre toujours en bois introduite dans une lumière pratiquée dans la vis51. C’est ce dispositif totalement en bois que le secrétaire général de préfecture dénonce ; pour lui, les vis devraient être en fer et leurs écrous en cuivre fort. Il précise aussi qu’il faudrait « qu’elles fussent coupées dans un plan moins incliné à l’horizon » et recommande de s’inspirer, pour tout, des modèles de la fabrique Lacourade appartenant à Henri Villemain à Angoulême52.

  • 53 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 387-388.
  • 54 Marie-Hélène Reynaud, Les moulins à papier d’Annonay à l’ère pré-industrielle : les Montgolfier et (...)
  • 55 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 8.
  • 56 Ibid.
  • 57 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 82.

21Enfin, parmi les causes d’une médiocre fabrication, l’emploi de colles de mauvaise qualité jouait beaucoup. En cela, Laboulinière reproche aux fabricants d’utiliser majoritairement de la colle de bœuf et de vache qui donne au papier un teint terne et contribue en grande partie à sa rudesse. Il recommande d’abandonner son usage pour ne recourir qu’à celle de veau, de mouton, de chamois ou de daim, « ces deux dernières qualités [étant] les meilleures »53. Si l’on peut penser que peu de papeteries devaient avoir recours aux produits issus des deux derniers animaux cités, compte tenu de la difficulté d’en obtenir un nombre suffisant pour assurer une production importante, on ne peut nier la différence de qualité relevée par le fonctionnaire. On notera toutefois que les auteurs du XVIIIe siècle, même les plus importants, n’opèrent pas de classification significative entre les diverses origines du produit : les encyclopédistes ne font pas la différence entre les colles d’origine animale, quant à Jérôme de La Lande il considère que « toutes les sortes de bêtes à quatre pieds conviennent, excepté [le] cochon ». Il est quand même des papetiers pour reconnaître la supériorité de certaines origines, en particulier celles de jeunes animaux : chevreaux, moutons ou veaux54. Les fabricants des Pyrénées ne l’ignorent pas non plus, ils distinguent d’ailleurs la colle fine qu’ils emploient pour leurs meilleurs papiers, de la commune et grossière réservée au papier trace55. Le choix des différentes qualités de colle ne pouvait être qu’aisé, l’approvisionnement étant rendu particulièrement facile « attendu que les tanneurs et corroyeurs sont en nombre de touts cottés »56. Ce phénomène est d’ailleurs continu tout au long de la période et, au début du XIXe siècle, on compte toujours de très nombreuses tanneries en Béarn, principalement à Pau, Orthez et Nay, et encore plus à Hasparren, en Pays basque57, qui peuvent ainsi fournir toutes les rognures de cuir d’animaux, jeunes ou vieux, bovins ou ovins, que l’on souhaite.

22Les critiques de Laboulinière vont à l’encontre des appréciation positives de Carget qui estimait convenable la production de 1771, les papiers respectant dans l’ensemble les règlements et paraissant bien collés. L’incertitude de nos sources ne nous permet pas de trancher et de mesurer si l’on a affaire à deux appréciations différentes sur des produits de qualité semblable ou bien si la fabrication s’est dégradée au cours du temps. Toutefois, force est de constater le peu de valeur des papiers produits dans la région du fait de la domination des trois Ô. Cette presque mono production fragilise l’ensemble des moulins, de la basse Navarre à la Vallée d’Aure, du fait du marché captif auquel elle est destinée. En revanche, la basse qualité de la production n’est pas encore un obstacle à la croissance, pas plus que la prédominance du bois dans les mécanismes des moulins. En cela, les établissements de la zone d’étude ne diffèrent guère de ceux des Pyrénées centrales et orientales, en particulier du Couserans, qui n’en connaîtront pas moins l’industrialisation aux XIXe et XXe siècles.

Fig 1 : Les moulins à papier de la partie occidentale des Pyrénées en 1771.

Fig 2 : Les moulins à papier de la partie occidentale des Pyrénées en 1812.

Tableau : Les moulins à papier de la partie occidentale des Pyrénées en 1771 et en 1812.

Fig 3 : Essai de schématisation d’un moulin à une cuve dans les Pyrénées occidentales vers 1770

Fig. 4 : Le canal, les reposoirs extérieurs et la roue du moulin (d’après J. de La Lande)

Fig. 5 : La batterie de maillets du moulin (d’après Diderot et d’Alembert)

Notes

1 Armand Sarramon par exemple, dans son étude sur les Quatres-Vallées, avait survolé la papeterie de la vallée d’Aure en deux pages, cf. A. Sarramon, Les Quatre-Vallées : Aure, Barousse, Neste, Magnoac. Essai historique, Tarbes, Imp. Saint-Joseph, 1966, p. 421-422. Différente était l’approche d’Alexandre Nicolaï qui envisageait une approche spécifique de la question, cf. A. Nicolaï, Histoire des moulins à papier du sud-ouest de la France, 1300-1800 : Périgord, Agenais, Angoumois, Soule, Béarn, Bordeaux, G. Delmas, 1935.

2 Les noms d’« Esquille » et de « Bervielle » sont ici reproduits tels qu’ils ont été lus dans les sources. Leur localisation précise n’a pu être trouvée, mais il est certain que ces deux moulins étaient bien sur le Gave du Vert.

3 A.N. (Archives nationales), F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget sur la demande d’un intendant du commerce, concernant les papeteries établies dans le département des manufactures de Bayonne, 30 juin 1771.

4 A.N., F12, 1597, dossier 96 ; Circulaires du 25 novembre 1811 sur la situation des papeteries et des tanneries. Réponse du doyen du conseil de préfecture des Hautes-Pyrénées, 29 août 1812 et A.N., F12, 1597, dossier 100 ; Circulaires du 25 novembre 1811 sur la situation des papeteries et des tanneries. Réponse du préfet des Basses-Pyrénées, 5 juillet 1812.

5 L. André, Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France, 1798-1860, Paris, Editions de l’EHESS, 1996, p. 34-35.

6 A.N., F12, 1475 ; Etat des papeteries du royaume par généralité, 1701-1717.

7 L. André, Machines à papier. Innovation et transformations..., op. cit., p. 40.

8 Bien que cet espace ne fasse pas l’objet de la présente étude, il convient de rappeler, qu’en dehors du Béarn, la plus forte concentration de moulins papetiers se situait autour de Saint-Girons où l’on comptait 9 moulins à la fin du XVIIIe siècle et treize au début du XIXe siècle, cf. J.-M. Minovez, « Le papier et les hommes au pied des Pyrénées centrales. Innovation et adaptation dans la papeterie, xviie-milieu du xxe siècle », in Le papier, le livre et le commerce culturel dans l’Europe méditerranéenne et ses périphéries, XVIe-XXe siècles, Actes des 21e Journées scientifiques du Pôle universitaire Européen de Montpellier et du Languedoc-Roussillon des 26 et 27 mars 1999, Université Paul Valéry-Montpellier III, Montpellier, Centre d’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, (à paraître).

9 A.N., F12, 1597, dossier 96 ; Réponse du 29 août 1812, f° 3.

10 J.-M. Minovez, « Une évolution technologique inversée : le moulin papetier de Camon (Labarthe-de-Rivière, Haute-Garonne), vers 1788-vers 1830 », in Terres et Hommes du Sud, Actes du 126e congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, Université de Toulouse II-Le Mirail, 9 au 14 avril 2001, Paris, CTHS, (à paraître).

11 L. André, Machines à papier. Innovation et transformations..op. cit., p. 32.

12 J.-L. Boithias et C. Mondin, Les moulins à papier et les anciens papetiers d’Auvergne, Nonette, Centre de réalisations d’études et d’éditions régionales, 1981.

13 Pour ce qui est des gestes de la papeterie traditionnelle, on ne reprendra pas la description détaillée de l’ensemble des opérations au demeurant fort connues. On pourra se reporter aux sources imprimées du XVIIIe siècle : pour une approche rapide on pourra utiliser le dictionnaire des frères Savary (J. Savary des Bruslons et P.-L. Savary, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers [...], Copenhague, les frères C. et A. Philibert, 1759-1765), pour une étude à la fois plus détaillée et accessible, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert à l’avantage d’entrer dans les détails et de fournir une visualisation des descriptions à travers 13 planches. Mais c’est l’ouvrage de Jérôme de La Lande qui paraît les plus intéressant et le plus complet, en particulier pour la description de la variété des pratiques rencontrées dans les provinces (J. de La Lande, Art de faire le papier, Paris, Saillant et Nyon, 1761). On pourra ensuite se reporter aux ouvrages du XIXe siècle notamment à ceux de Louis Piette et de Louis Sébastien Lenormand qui font la synthèse des écrits passés tout en précisant les découvertes récentes dans le domaine (L. Piette, Traité de la fabrication du papier, Paris, Mathias, 1830 ; L. S. Lenormand, Manuel de fabricant de papier ou l’Art de la papeterie, Paris, Roret, 1833). Il en est de même des écrits de Louis Figuier qui fut un grand vulgarisateur de la production scientifique de son époque et qui est revenu largement sur les techniques les plus anciennes de la papeterie (L. Figuier, Les merveilles de l’industrie ou description des principales industries modernes, [2], Industries chimiques. Le sucre, le papier, les papiers peints, Paris, Furne/Jouvet, 1873).

14 Il en existe aussi en pierre dans certaines régions.

15 Ce qui n’est pas faible. L’Encyclopédie donne, pour les piles, une hauteur de 26 pouces (70 cm environ) pour 24 de large (65 cm environ).

16 Le nombre de maillets varie entre trois et quatre par pile.

17 Là où les encyclopédistes indiquent une profondeur de deux pieds et demi (81 cm).

18 L’inspecteur Carget donne ici un chiffre précis alors que l’on sait que cette durée dépend notamment de la qualité des chiffons à triturer et donc ne peut être que variable. Selon les auteurs, cette durée peut varier considérablement entre six et douze heures et entre douze et dix-huit heures.

19 « Elle est percée en H h d’un trou circulaire de 10 pouces de diamètre, auquel on adapte en-dedans de la cuve une espece de chauderon de cuivre rouge, dont les rebords sont cloués en-dehors d’environ 20 ou 24 pouces de longueur, sur 15 ou 18 de diamètre vers la culasse X : dans le chauderon qui sert de fourneau, & où on fait un feu de charbon suffisant ; on fait entrer une grille de fer H h, fig. 6., sur laquelle on fait le feu. Le dessous de cette grille sert de cendrier ; ainsi cette sorte de fourneau que les ouvriers nomment pistolet, est entierement submergé par l’eau que la cuve contient, & qu’il échauffe au point convenable. La partie de la grille qui déborde hors la cuve, est soutenue par une barre de fer K, comme on voit dans la vignette. On voit aussi auprès de la cuve la pelle arrondie qui sert à dégager le cendrier, & à porter le charbon dans le fourneau ; on voit aussi à côté un crochet ou fourgon servant au même usage »., tiré de l’article « Papeterie », in L’Encyclopédie, op. cit.

20 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 8.

21 A.N., F12, 1597, dossier 100 ; Réponse du préfet des Basses-Pyrénées, 5 juillet 1812, f° 6.

22 Ibid., dossier 96 ; Réponse des Hautes-Pyrénées, 29 août 1812, f° 4.

23 Dans la typologie des crues des cours d’eau pyrénéens on peut distinguer trois types : la crue océanique classique ou crue d’hiver, la crue océanique pyrénéenne ou crue de printemps et la crue méditerranéenne ou crue d’automne. Le second type est de loin le plus nombreux et le plus destructeur. Pour plus de détails sur les aspects hydrologiques des crues à travers l’exemple de la Garonne, voir R. Lambert, « Les crues de la Garonne », in Une histoire de la Garonne, J. Garrisson-Estèbe et M. Ferro (dir.), Paris, Ramsay, 1982, p. 42 et sq. et Syndicat Mixte d’Etude et de Programmation pour l’Aménagement de la Garonne, Monographie des crues de la Garonne (du pont du Roi au Bec d’Ambès), Tome I, Tarbes, 1989, p. 45. Pour l’ensemble de la chaîne, voir J.-M. Antoine, B. Desailly, J.-P. Métailié, infra cit.

24 Selon la classification de Georges Viers.

25 Créant ce que Jean-Marc Antoine, Bertrand Desailly et Jean-Paul Métailié ont identifié comme un grand classique pyrénéen du XVIIIe siècle : l’année « pourrie », cf. J.-M. Antoine, B. Desailly, J.-P. Métailié, « Les grands aygats du XVIIIe siècle dans les Pyrénées », in Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, actes des XVe Journées internationales de l’Abbaye de Flaran, 10,11 et 12 septembre 1993, Bartolomé Bennassar (éd.), Toulouse, PUM, 1996, p. 248-250.

26 Laffont (J.-L.), « La ville et la catastrophe au siècle des Lumières : Toulouse et les inondations de la Garonne », in Météorologie et catastrophes naturelles dans la France méridionale à l’époque moderne, Actes du colloque du Centre d’histoire moderne de l’Université Paul Valéry, 20-21 mars 1992, Montpellier, Presses de l’Université Paul Valéry, 1993, p. 129-158. Pour une synthèse plus récente et une bibliographie sur la question, cf. J.-L. Laffont, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, thèse de doctorat (N.R.), Toulouse, UTM, 1997, chapitre XIV, § 2.

27 Jean-Claude Yvard a pu noter que le tapis végétal était plus dense avant 1770 ; les crues étaient moins dévastatrices car l’écoulement des eaux pluviales était retardé. La dégradation du couvert végétal a accru les dégâts provoqués par les inondations qui ont été plus considérables sur la haute et moyenne Garonne qu’aux abords de l’estuaire, cf. J.-C. Yvard, « Les inondations à Bordeaux », in Annales du Midi, 1996, p. 224. Pour la partie amont, voir J.-M. Minovez, « La fin de la navigation fluviale en Haute-Garonne », in Le Canal du Midi et les voies navigables dans le Midi de la France, Actes du Congrès des Fédérations historiques languedociennes, Castelnaudary les 27, 28 et 29 juin 1997, Carcassonne, Société des études scientifiques de l’Aude, 1998, p. 195-197.

28 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 2 et 3.

29 Voir les mémoires du Général Serviez, publié en l’an X et celui de P. Laboulinière, publié en 1807 mais rédigé en l’an IX, infra cit.

30 J.-M. Minovez, « Le papier et les hommes au pied des Pyrénées centrales. Innovation et adaptation dans la papeterie, XVIIe-milieu du XXe siècle », in Le papier, le livre et le commerce culturel dans l’Europe méditerranéenne et ses périphéries, XVIe-XXe siècles, loc. cit.

31 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, 10 et 11.

32 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie des Sourds-Muets, an X, p. 82.

33 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 11.

34 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 82.

35 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 9.

36 P. Minard, La fortune du colbertisme. Etat et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.

37 « Le papier brouillard ou papier gris, est un papier qui n’a pas été collé, & sur lequel par conséquent l’encre flue & s’étend ; on s’en sert dans les livres de compte, au lieu de sable, pour empêcher l’encre de gâter la feuille opposée ; ce même papier est aussi d’usage chez les Droguistes & Apoticaires pour filtrer les liqueurs, auxquelles la chausse d’Hypocras n’est pas si propre. (D. J.) », Article « Papier brouillard, (Papeterie) », in L’Encyclopédie, op. cit.

38 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 10.

39 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 82.

40 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Imprimerie de F. Lavigne, an 1807, p. 587.

41 La famille Court se distingue en effet par des qualités particulières d’entrepreneur ; dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, Louis Court qui contrôle à lui seul 4 papeteries, 1 à Mazères et 3 dans la région de Saint-Girons, emploie plus de 70 ouvriers (A.N., F12, 1478B ; Rapport au Conseil de Duhamel suite à la demande de Louis Court pour la création d’une papeterie à Mazères, 11 mai 1786). Bien que cette famille n’ait pas toujours été à l’origine de tous les établissements, Germain Court, fils de Louis, revendique la fondation par les Court de 4 papeteries à Saint-Girons, Saint-Lizier (Ariège), Miramont (Haute-Garonne) et Sarrancolin (Archives départementales de la Haute-Garonne, 3S, 65 ; Demande d’autorisation de construction d’un moulin à papier à Mazères par le Sieur Court, 24 septembre 1810).

42 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 587.

43 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 85. Ces statistiques sont confirmées, treize ans plus tard, dans une publication critique de la statistique de 1802, cf. Observations sur la statistique du département des Basses-Pyrénées qui parut en l’année 1802 et projets d’améliorations concernant l’agriculture, les contributions directes et quelques branches du commerce, Pau, Tonnet, 1815, p. 37.

44 A.N., F12, 1597, dossier 100 ; Réponse du préfet des Basses-Pyrénées, 5 juillet 1812, f° 6. Ibid., dossier 96 ; Réponse des Hautes-Pyrénées, 29 août 1812, f° 4.

45 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget…, 30 juin 1771, f° 4.

46 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 388.

47 Ibid.

48 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 7.

49 Ibid., f° 8.

50 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 388.

51 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 7.

52 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 388.

53 P. Laboulinière, Annuaire statistique du département des Hautes-Pyrénées, op. cit., p. 387-388.

54 Marie-Hélène Reynaud, Les moulins à papier d’Annonay à l’ère pré-industrielle : les Montgolfier et Vidalon, Annonay, Editions du Vivarais, 1981 ; M.-A. Doisy et P. Fulacher, Papiers et moulins des origines à nos jours, Paris, Art et métiers du livre éditions, 1997, p. 76.

55 A.N., F12, 2281, dossier I ; Mémoire de Carget..., 30 juin 1771, f° 8.

56 Ibid.

57 Général Serviez, Statistique du département des Basses-Pyrénées, op. cit., p. 82.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search