Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Un usage intensif de l’énergie hydraulique : les moulins mosans du xiiie au xviiie siècle

Marc Suttor

Texte intégral

  • 1 M. Suttor, « La diversité des moulins mosans et l’usage intensif de l’énergie hydraulique », en pré (...)

1Ce que l’on sait des moulins hydrauliques du bassin mosan avant le XIIIe siècle correspond, pour l’essentiel, à ce que l’on observe dans les régions voisines1. C’est à partir de cette époque que l’étude des engins installés sur le fleuve et ses affluents devient plus intéressante.

2Il s’agira tout d’abord de montrer le succès rencontré par ces machines au XIIIe siècle, avant qu’elles ne connaissent une certaine stagnation jusqu’au XVe siècle, et bien plus encore d’illustrer la très grande variété de leurs affectations. Mais c’est surtout au XVIe et au début du XVIIe siècle que les moulins se développent de manière extraordinaire dans le pays mosan. Il conviendra donc de décrire ce phénomène, qui concerne essentiellement la sidérurgie. Enfin, il faudra préciser les caractéristiques de ces engins, exposer les causes qui déterminent celles-ci et provoquent leur succès.

***

  • 2 XIIIe s. : G. Balaes, Recherches sur l’histoire des moulins dans la région mosane au moyen âge, Liè (...)
  • 3 Mézières, début du XIIIe s. : M.-H. Carret, Vie économique à Mézières au Moyen Age (jusqu’en 1521), (...)
  • 4 « Petit torrent » : Suttor, « L’infrastructure fluviale et le développement des villes de la Meuse (...)
  • 5 Balaes, p. 52-69 ainsi que carte et annexes 1 et 4, infra et n. 19, Herbillon et Joris, p. 497, 499 (...)

3Dans la vallée, c’est surtout au XIIIe siècle que le nombre des moulins croît de façon importante. Il semble que, par après, se produit une certaine stagnation, et ce jusqu’au XVe siècle. Cette chronologie correspond, pour l’essentiel, à celle observée dans les régions voisines. Mais à partir de 1400, on constate une augmentation sensible du nombre de machines liées à l’activité sidérurgique : dans le seul comté de Namur, on compte cinq à huit fourneaux et quarante et un à cinquante et un forges ou martinets2. Quant à la localisation de ces engins, on note que, dans les villes, ils sont tous établis sur de petits affluents, tels un ruisseau à l’est de Mézières ou le torrent de Leffe à Dinant, le Houyoux à Namur, le Hoyoux à Huy et la Legia à Liège. On en installe aussi sur des rivières comme la Sambre à Namur, l’Ourthe à Liège et encore le Geer à Maastricht3. D’autres roues occupent des bras du fleuve, tout particulièrement à Liège : ainsi sur le « petit torrent », en aval du pont d’île. Mais on n’établit jamais de moulin à eau « classique » en bordure de la Meuse elle-même, si ce n’est sur un petit canal de dérivation, comme la grosse machine de l’abbaye de Saint-Jacques à Liège4. En milieu rural, presque tous les cours d’eau, très nombreux, alimentent des moulins, aussi bien en Ardenne que dans l’Entre-Sambre-et-Meuse ou en Condroz et dans le pays de Herve. La partie septentrionale du bassin, beaucoup moins étendue, comporte néanmoins deux rivières qui abritent de multiples roues : la Méhaigne et le Geer5.

  • 6 Suttor, « L’usage de l’eau dans les villes mosanes (XVe-XVIIe siècle) », Villes, histoire et cultur (...)
  • 7 Moulin à foulon : Joris, La Ville de Huy, p. 308 et n. 423. Moulin à aiguiser : ibid., p. 299, n. 3 (...)
  • 8 Force hydraulique pour les fourneaux : dès le XIIe s. ; pour les forges : surtout h partir du XVe s (...)
  • 9 Apparition du haut fourneau et du procédé indirect : fait du hasard et grâce au recours à l’énergie (...)

4L’affectation des moulins s’avère fort variée. La meunerie et la brasserie sont attestées, bien sûr, en premier lieu6. Viennent ensuite, à partir du XIIIe siècle, les activités industrielles et, tout d’abord, la draperie. Dès le début du XIIIe siècle peut-être, des engins foulent les draps à Huy. En 1234, des meules y aiguisent les outils des retondeurs. On voit apparaître des moulins à guède dans la vallée de la Méhaigne en 1252 au moins. À la fin du XIIIe siècle, à Liège, les tanneurs emploient des meules pour broyer les écorces et obtenir du tan. Un moulin à papier fonctionne à Huy dès 14367. Bien plus, c’est la sidérurgie qui va connaître, grâce à l’utilisation systématique de la force hydraulique, un essor extraordinaire. Les fourneaux et les premiers « marteaux » d’enclume ou martinets se développent dès le XIIIe siècle de part et d’autre du fleuve, dans l’Entre-Sambre-et-Meuse et en Ardenne. Le premier marteau hydraulique n’est attesté en milieu urbain qu’en 1475, à Huy, mais il ne semble pas invraisemblable que de tels engins existent bien plus tôt en ville8. Dans le dernier tiers du XIVe siècle, on observe une évolution capitale dans la sidérurgie : l’apparition du haut fourneau. Grâce à ces machines, installées sur des ruisseaux rapides, on transforme le minerai en fonte, utilisée pour produire soit des pièces moulées, soit des gueuses de fer9. Ainsi, c’est la très grande variété de leurs affectations qui caractérise les moulins de la vallée, et tout particulièrement celles liées aux activités industrielles les plus importantes, la draperie et la sidérurgie.

  • 10 Liège : moulin mentionné en 1356 (Chartes confisquées aux bonnes villes du pays de Liège et du comt (...)
  • 11 Liège, 1365 et 1393 : De Spiegeler, p. 55-56. XVIe et XVIIe : infra. Maastricht : dix moulins menti (...)
  • 12 De Spiegeler, p. 55-56.

5Parmi ces machines hydrauliques, on distinguera la seule infrastructure qui se trouve vraiment « en rivière », sur le cours principal du fleuve, à savoir des moulins flottants, montés sur barques. Il en existe à Liège dès le début du XIVe siècle et à Maastricht au début du XVe siècle10. Ces engins apparaissent toujours aux mêmes endroits, du XIVe au XVIIe siècle. À Liège, ils se situent soit en amont, soit à l’aval immédiat du pont des Arches. Les premiers sont placés en dehors du chenal navigable, les seconds amarrés juste après les piles de l’ouvrage, dans les deux cas là où se forme un courant très puissant. À Maastricht, ces machines se trouvent peu en aval du pont, sur un bras du cours d’eau non utilisé pour la navigation, qu’elles ne gênent donc en aucune façon11. Leur unique affectation connue consiste à fouler les draps, ce qui explique leur nombre limité12.

***

6Mais c’est surtout au XVIe et au début du XVIIe siècle que les moulins se développent de manière extraordinaire dans le pays mosan, tout particulièrement dans le domaine de la sidérurgie.

  • 13 En général : Balaes, p. 43 et 45 ; études en cours.
  • 14 Disparition des moulins à guède : Herbillon et Joris, « Les moulins à guède en Hesbaye », p. 502. D (...)
  • 15 Lejeune, p. 47-48, 173, 181-182, 191-194, 283-296, Gaier, L’Industrie et le commerce des armes, p.  (...)
  • 16 Affectations : supra et n. 6-9. Permanence : grand moulin de Sambre à Namur, peut-être dès le XIIIe(...)

7En dehors de cette activité, il semble que le nombre de roues hydrauliques progresse quelque peu13. Si l’on constate, avec le déclin de la draperie traditionnelle, la disparition rapide des moulins à guède de la Méhaigne, on observe toutefois la naissance d’une nouvelle industrie drapière près de Verviers et la construction de « fouleries » hydrauliques sur la Vesdre14. Dans le dernier quart du XVIe siècle, on voit aussi apparaître, à proximité de Liège surtout, de très nombreux moulins à poudre15. On notera encore la diversité remarquable des affectations réservées à ces machines et la permanence de certains sites, comme ceux du grand moulin de Sambre à Namur, d’une petite roue de Saint-Jacques à Liège ou encore des moulins sur barques de Liège et de Maastricht16.

  • 17 Gillard, p. 54-56, 104, Lejeune, p. 144-145 et Suttor, La Meuse entre Mézières et Maastricht. Vers (...)

8La sidérurgie connaît une très grande prospérité dès la première moitié du XVIe siècle. Le nombre de forges et, surtout, de hauts fourneaux augmente de façon extraordinaire. En Namurois, on compte alors près de soixante forges et martinets et plus de trente fourneaux. La localisation de cette activité ne se modifie guère : elle reste concentrée de part et d’autre du fleuve entre Dinant, Namur et Liège ainsi que dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, le long des vallées du Hoyoux, de l’Ourthe et de la Vesdre et dans le pays de Franchimont, c’est-à-dire, pour l’essentiel, en milieu rural, si l’on excepte les usines liégeoises et surtout hutoises, très florissantes17.

  • 18 Huy, 1567 : L. Guicciardini, La Description de tout le Pays-Bas, P. Ciselet et M. Delcourt (éd.), B (...)
  • 19 Gillard, p. 134.
  • 20 Lejeune, p. 144-148, 150, 154-157, 160-162, 165, 173 et 199-200, 243-244, Gaier, p. 206-207, Gillar (...)

9Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, le développement de cette industrie se poursuit de manière soutenue. À Huy et dans le comté de Namur, cette activité atteint alors son apogée. On dénombre plus de soixante fourneaux et plus de cent-dix forges et martinets ainsi que treize vraies petites usines dans le Namurois et dans le pays de Liège, qui constituent ainsi l’un des principaux centres sidérurgiques européens de l’époque18. Il paraît intéressant de noter la disposition particulière des machines sur les ruisseaux : les fourneaux sont situés sur leur cours supérieur, à proximité du minerai et des forêts, c’est-à-dire du combustible ; les forges sont groupées sur leur cours inférieur, au plus près du fleuve, afin d’écouler la production19. Toutefois, la véritable « révolution » dans cette industrie se produit grâce à l’emploi de la houille comme combustible à la place du charbon de bois et se caractérise par une très précoce mécanisation et une certaine concentration. Cela s’opère surtout à proximité de deux villes, là où se marient charbon de terre et énergie hydraulique, houille noire et houille blanche : près de Huy et, tout particulièrement, dans la région liégeoise, sur de puissants affluents, le Hoyoux, l’Ourthe et la Vesdre, mais aussi dans le pays de Franchimont. Près de Liège apparaissent des usines, qui fabriquent des tôles, des clous, de la quincaillerie, des armes20.

  • 21 Seuls quelques moulins, installés sur le cours supérieur de petits ruisseaux à forte pente, sont éq (...)
  • 22 Étang artificiel d’un moulin proche de l’abbaye du Val-Dieu, XIIIe s. : Cartulaire de l’abbaye cist (...)
  • 23 Soit 24 à 27 aubes : J.-P. Ducastelle, « Technologie et usage des moulins à eau et à vent », Moulin (...)

10Il convient à présent d’étudier, de manière très schématique, les caractéristiques et l’équipement de ces engins. La plupart des machines construites dans la vallée disposent de roues à aubes actionnées par l’eau en dessous21. Un petit barrage alimente un bief – et parfois un étang artificiel – qui assure pente et débit suffisants pour entraîner les moulins22. Les usines hydrauliques de la Vesdre sont établies sur la rive convexe d’un méandre, ce qui permet de « gagner de la pente » par rapport à la rivière. La dénivellation du canal de dérivation, faible en amont, devient forte juste avant la roue, pour que l’impact de l’eau sur les palettes soit le plus efficace. A l’aval, la pente reste importante afin d’empêcher que l’eau qui s’échappe ne freine la rotation de l’engin. Ajoutons encore qu’un seul bief actionne plusieurs roues, dont le diamètre moyen varie entre 4 et 4,5 m23.

  • 24 Amouretti et Cornet, p. 154-155, Ducastelle, p. 37 et 41-46, R. Sevrin et G. Bavay, « Les sites des (...)
  • 25 Hauts fourneaux : Amouretti et Cornet, p. 157 et 162, Gaier, p. 189-190 et 196, Joris, « Problème d (...)
  • 26 Ducastelle, p. 41-42, Sevrin et Bavay, p. 102 et 135 ainsi que Guillerme, Les Temps de l’eau, p. 10 (...)

11Quant à l’équipement de ces moulins, il ne réserve guère de surprises. La roue entraîne les axes de transmission et des engrenages qui accélèrent le mouvement rotatif. Celui-ci fait fonctionner les meules, ou, transformé par un arbre à cames en mouvement rectiligne alternatif, permet de mouvoir les outils et l’équipement spécifique de chaque unité24. Dans les hauts fourneaux, l’énergie hydraulique actionne des soufflets qui portent le minerai à plus de 1 536° C, c’est-à-dire la température de fusion du fer. Il faut ensuite décarburer la fonte ainsi obtenue dans des forges d’affinage. Le procédé wallon consiste à brûler le carbone par une flamme oxydante produite encore grâce à des soufflets. Puis des martinets viennent cingler les loupes de fer placées sur l’enclume25. Enfin, on constate que le rendement de ces engins à roues verticales entraînées par l’eau en dessous, quoique bien supérieur à celui des roues horizontales, paraît encore faible : les pertes d’énergie sont, en moyenne, de l’ordre de 80 %. Un plus grand nombre d’aubes permet bien d’augmenter la rentabilité, mais ce nombre reste toutefois limité car proportionnel au diamètre de la roue. En fait, on multiplie plus aisément ces dernières : c’est le cas pour le grand moulin de Sambre à Namur, qui compte huit roues au XVIe siècle26.

  • 27 Philippe de Hurges, Voyage, p. 144-145 et 299 ainsi que pl. face aux p. 126, 220 et 304 ; Suttor, « (...)
  • 28 Rendement de moulins munis d’une roue à aubes mue par en dessous (supra, n. 26). Encombrement : Voy (...)
  • 29 Cela les différencie nettement des moulins à eau fixes : Id., p. 145 ; Sevrin et Bavay, p. 134-135.
  • 30 Escaut : ibid., p. 135. Scarpe : Lohrmann, « Entre Arras et Douai », p. 1029-1050. L’installation d (...)
  • 31 Toulouse : ibid., p. 141. Cologne : P. Wolff, « Pouvoir et investissements urbains en Europe occide (...)

12Les moulins sur barques, très caractéristiques, se composent de trois parties distinctes. Une grande embarcation à fond plat, longue de 15 m, large de 9 m et profonde de 0,9 m en constitue le premier élément. Les deux extrémités carrées sont plus étroites et plus élevées que le corps de la barque. Celle-ci comprend en son milieu une petite baraque. Cette embarcation possède ainsi des dimensions et des formes, des caractéristiques tout à fait particulières. La deuxième partie de la machine ressemble à un grand coffre en bois. C’est en appui sur ce dernier et sur le bâtiment principal que repose la roue, mue par en dessous. Selon une estimation assez approximative, celle-ci pourrait avoir une largeur de 9 m et un diamètre de plus de 3 m. Enfin, ces engins sont fixés à l’aide d’une ancre et d’une grosse chaîne de fer27. Bien entendu, le rendement de tels moulins paraît faible. En outre, leur accès, par barque ou grâce à des chevaux, se révèle peu commode28. Par contre, ces machines offrent l’avantage de ne pas souffrir des différences de niveau moyennes. En cas de crue, de débâcle, de gelée, on peut aisément les échouer sur les rives. En fait, elles ne connaissent quasi pas de chômage technique et jouissent d’une grande souplesse d’utilisation, contrairement aux engins fixes29. Il va de soi que cette variété très particulière de moulins ne convient pas du tout à des cours d’eau de plaine, comme l’Escaut ou la Scarpe par exemple30. Mais, bien entendu, ils ne sont pas propres à la Meuse : on en trouve sur d’autres fleuves, dont les caractéristiques hydrologiques ou hydrographiques, telles qu’un courant assez rapide et puissant et une forte pente, permettent l’emploi. Ainsi rencontre-t-on de telles machines, quoique quelque peu différentes, sur la Garonne, à Toulouse, mentionnées dès le XIIe siècle, sur le Rhin à Cologne, attestées dès le milieu du XIIe siècle jusqu’au début du XIXe siècle. Il en existe aussi sur la Seine à Paris, sous les arches du pont au Change au début du XIVe siècle et en aval de cet ouvrage et du pont Neuf au début du XVIIe siècle, ou encore sur la Loire à la même époque31.

  • 32 Gillard, p. 44 ainsi que Hansotte, « La métallurgie wallonne », p. 18-20.

13Arrêtons-nous enfin à la description des usines sidérurgiques qui font la particularité des moulins mosans. « Platineries », laminoirs, « fenderies » et tréfileries apparaissent dans le pays de Liège à la fin du XVe siècle et se développent au XVIe siècle. Dans une platinerie, on rend le fer lisse et brillant grâce à un marteau. Le laminoir réduit l’épaisseur des barres de fer ramollies à la chaleur entre deux cylindres pour en faire des tôles. La fenderie produit des vergettes de fer utilisées dans la fabrication des clous ou de canons de fusils, à l’aide de deux cylindres qui découpent la tôle. Enfin, la tréfilerie confectionne, de la même manière, du fil de fer. Ces machines se complètent donc et sont le plus souvent associées au sein d’une même usine, installée au bord d’un cours d’eau, puisque le tout est mû par des roues32.

  • 33 En Meuse moyenne, de Mézières à Maastricht, se jette la majeure partie des affluents du fleuve : su (...)
  • 34 Supra, n. 5 et 22 ainsi que Suttor, « La diversité des moulins mosans » et Balaes, p. 56-57. Beauco (...)
  • 35 Namur : les moulins installés sur ce petit ruisseau fonctionnent encore lorsque Sambre et Meuse déb (...)
  • 36 Namur : supra, n. 3 et 16 ainsi que Balaes, p. 62-64. Maastricht : supra, n. 3. Liège : ibid. et in (...)
  • 37 Polinard, p. 34-35 ; vues : supra, n. 4 ; plan, fin du XVIIIe s. : Suttor (éd.), « L’usage de l’eau (...)
  • 38 Nécessité d’importants travaux hydrauliques pour installer des moulins sur l’Escaut (C. Dury, « Equ (...)
  • 39 Tournai : Dury, loc. cit., p. 175, G. Delcroix, M. Revelard, C. Turpin et autres, Documents d’archi (...)

14On constate ensuite que les engins de la vallée, malgré leur faible rendement, constituent, par leur nombre, une source d’énergie disponible à volonté pour les nombreuses activités qui se développent dans cette région, et ce grâce à un système hydrographique très riche. En effet, on compte au sud du sillon formé par la Sambre et la Meuse quarante-cinq rivières et gros ruisseaux au débit assez puissant pour entraîner de multiples roues. En outre, ces cours d’eau ne souffrent que de rares périodes de chômage dues au gel, à la sécheresse ou aux inondations, car la plupart d’entre eux disposent d’une pente relativement forte et bénéficient du rôle joué par les Fagnes, véritable château d’eau et formidable régulateur naturel des précipitations, assez abondantes d’ailleurs33. Bien plus, il faut prendre en considération d’innombrables petits ruisseaux sur lesquels on installe aussi des moulins, munis parfois de plusieurs paires de meules34. Enfin, les villes de la vallée qui, pour la plupart, se développent sur un site de confluent, en tirent le meilleur parti. Ainsi, assez tôt, le Houyoux à Namur, le Floyoux à Fluy ou la Legia à Liège se voient divisés en de nombreux bras naturels ou artificiels, au débit réglé par des barrages et des vannes, et font tourner plusieurs roues35. On installe aussi de multiples engins sur des rivières au courant assez puissant, comme la Sambre à Namur, le Geer à Maastricht ou l’Ourthe à Liège. En fait, le système hydrographique de cette cité apparaît exceptionnellement dense et complexe. Le véritable delta formé par le confluent de la Meuse et de l’Ourthe permet l’implantation d’innombrables moulins36. Mais ce sont surtout les bras de l’Ourthe qui se voient équipés de multiples machines. Au milieu du XVe siècle, on compte sur cette rivière, en 5 km, 34 engins, qui comprennent pour la plupart plusieurs roues. Certains de ces moulins sont emportés par une crue en 1455. On les reconstruit et il en existe toujours 32 à la fin du XVIIIe siècle37. Ainsi, dans le bassin mosan, grâce à un système hydrographique très riche qui offre de l’énergie presque en permanence et à volonté, l’installation d’un grand nombre d’engins hydrauliques ne pose guère de problème, contrairement à ce que l’on observe dans les régions de plaine38. Ceci explique le caractère quasi exclusif des moulins à eau dans la vallée. On notera enfin qu’il existe bien quelques conflits d’intérêts, surtout avec les bateliers, mais ils se limitent aux petites rivières à la navigabilité médiocre, telle la Vesdre. En aucun cas, on ne doit opérer un choix entre énergie hydraulique et navigation, comme cela se produit par exemple dans le bassin de l’Escaut39.

  • 40 Guède : production estimée à environ 116 t pour les seuls moulins namurois de la Méhaigne en 1294 ( (...)
  • 41 Commerce et débouchés de cette teinture : Joris, op. cit., p. 230-235 et Suttor, La Meuse entre Méz (...)
  • 42 On extrait des pierres meulières à Gesves, près de Namur : Joris, La Ville de Huy, p. 298, n. 366. (...)

15D’autre part, la vallée recèle des richesses naturelles dont ces machines favorisent la transformation. Ainsi, la culture de la guède nécessite un terroir fertile et les sols limoneux de Hesbaye répondent à cette exigence. Ensuite, l’on trouve d’importants gisements de fer de part et d’autre de la Meuse, entre Dinant et Liège40. Bien plus, le fleuve facilite les échanges par le transport commode des matières premières et l’écoulement des produits semi-finis ou finis. La guède gagne les villes drapantes de Huy, Liège et Maastricht par bateau, les drapiers exportent en partie leur production par la rivière. Les marchands liégeois de la fin du XVIe siècle importent du minerai de fer et des gueuses depuis le comté de Namur ou la haute Meuse puis convoient les cargaisons d’armes et de munitions, de divers objets manufacturés, tôles, clous et quincaillerie, entre autres à destination des Provinces Unies. À cette époque, c’est encore le fleuve qui permet le transport du soufre, du salpêtre puis de la poudre41. On notera enfin que l’un des éléments les plus coûteux des engins hydrauliques, les meules, parviennent à destination très aisément et à faible prix par bateau. Elles proviennent soit de la vallée, soit de carrières situées à proximité de Reims, pierres blanches de silex, ou encore d’Andernach, en aval de Coblence, meules noires de basalte. Ces pierres meulières transitent par Mézières ou par Maastricht, d’où elles sont ensuite transportées sur la rivière jusqu’aux moulins42.

  • 43 Situation politique : Suttor, « Les principautés mosanes au sein des Pays-Bas, du XVe au XVIIe sièc (...)
  • 44 Consommation de charbon de bois et déforestation : Suttor, « Les ressources forestières et le dével (...)
  • 45 Gillard, p. 56, 234-238, Lejeune, p. 150-157, 231-232, 243-249, 251-255 et 262-263, supra, n. 41.

16Dans la seconde moitié du XVIe siècle, ces raisons d’ordre géographique et technique se voient renforcées par des considérations politiques et économiques. D’un côté, de 1566 à 1609, les Pays-Bas sont troublés par la question religieuse et par la fronde des États Généraux contre l’Espagne. La principauté de Liège adopte dès 1577 une attitude de neutralité vis-à-vis de ses voisins en guerre, ce qui permet à ses marchands de leur vendre armes, munitions et poudre. Cette situation semble pour beaucoup dans le « boom » que connaissent alors la sidérurgie, l’armurerie et les poudreries43. D’un autre côté, la déforestation que provoque la consommation incroyable de charbon de bois par les fourneaux et l’utilisation de la houille comme combustible dans les forges et les usines entraînent une certaine concentration de l’industrie du fer à proximité de Liège et de Huy44. En outre, les maîtres de forges se voient de plus en plus contraints de recourir aux services de marchands aussi bien pour se procurer les matières premières et écouler les produits finis que lorsqu’il s’agit de réunir des fonds pour construire de coûteuses usines. Tout cela nécessite d’importants capitaux, que Ton trouve plus aisément dans la capitale de la Principauté, ce qui contribue à renforcer la concentration de cette activité non loin de Liège45.

***

17À partir du XIIIe siècle, les moulins mosans connaissent un gros succès, avant de rencontrer une certaine stagnation jusqu’au XVe siècle. Ce qui les caractérise surtout, c’est la très grande variété de leurs affectations, qui révèlent aussi les activités industrielles les plus importantes de la région, draperie et sidérurgie, et ce tant en milieu urbain que dans les campagnes. Dès le XVe siècle, l’énergie hydraulique appliquée à l’industrie du fer entraîne une révolution technologique avec l’apparition des premiers hauts fourneaux.

18Mais c’est surtout au XVIe et au début du XVIIe siècle que ces engins se développent de manière extraordinaire dans la vallée, essentiellement au profit de la sidérurgie. Dans la seconde moitié du siècle, la rencontre de la houille blanche et de la houille noire provoque une deuxième révolution technologique qui voit la construction de petites usines très spécialisées et à la production déjà fortement mécanisée. Ces nouvelles machines se concentrent à proximité de Liège et de Huy, mais aussi dans une région rurale, le pays de Franchimont, alors que le nombre de fourneaux et de forges continue à progresser dans les campagnes.

19Les caractéristiques et l’équipement de la plupart de ces engins ne réservent guère de surprises. Par contre, l’aspect particulier des moulins sur barques, les seuls à être installés sur le fleuve, retient quelque peu l’attention. Il importe aussi d’insister sur l’originalité des usines sidérurgiques de la fin du XVIe siècle, dont la mécanisation précoce paraît tout à fait remarquable.

20Il convient de mettre encore en relief la richesse du système hydrographique mosan. En effet, le fleuve lui-même, mais aussi plusieurs rivières et de multiples ruisseaux, permettent un usage intensif, presque illimité, d’une énergie hydraulique aisée à capter, par la construction de très nombreux moulins. Ce n’est qu’au XIXe siècle que les autorités des agglomérations de la vallée commenceront à faire combler les multiples bras du cours d’eau et de ses affluents. En outre, le bassin de la Meuse recèle de nombreuses richesses naturelles dont ces engins favorisent la transformation. Bien plus, le fleuve facilite les échanges par le transport commode des matières premières et l’écoulement des produits finis. Dans la seconde moitié du XVIe siècle s’ajoutent encore à tout ceci des considérations politiques et économiques. Le « boom » des industries du fer, des armes et de la poudre dans le pays de Liège, la déforestation et le recours à la houille comme combustible dans des usines dont la construction très coûteuse réclame des capitaux de plus en plus considérables, tout cela entraîne la multiplication et la concentration de ces machines aux abords de Liège surtout et de Huy.

  • 46 Importance dans le développement économique : Wolff, « Pouvoir et investissements urbains », p. 290 (...)

21Notons enfin que ces engins témoignent par leur nombre du développement des campagnes ou des villes et constituent par leur permanence des facteurs de continuité topographique intéressants46.

22C’est bien dans l’usage intensif de l’énergie hydraulique que réside la particularité de la vallée mosane. Ce sont ces très nombreux moulins qui vont favoriser non seulement l’essor de la sidérurgie, de l’armurerie et des houillères, mais aussi leur permanence. Puis, au début du XIXe siècle, l’apparition d’une autre source d’énergie : la vapeur, assurera l’âge d’or de ces industries le long du fleuve presque jusqu’à nos jours, alors que l’eau elle-même reste à présent la seule richesse naturelle de cette région.

Notes

1 M. Suttor, « La diversité des moulins mosans et l’usage intensif de l’énergie hydraulique », en préparation.

2 XIIIe s. : G. Balaes, Recherches sur l’histoire des moulins dans la région mosane au moyen âge, Liège, 1979, p. 42-43. XIVe s. : expansion des moulins à guède en Hesbaye, sur la Méhaigne (J. Herbillon et A. Joris, « Les moulins à guède en Hesbaye au Moyen Âge », Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 42, 1964, p. 501). XVe s. : augmentation du nombre de moulins sidérurgiques (A. Gillard, L’Industrie du fer dans les localités du comté de Namur et de l’Entre-Sambre-et-Meuse de 1345 à 1600, Bruxelles, 1971, p. 41, 54-55, 70 et 89). Les autres activités paraissent alors en déclin : Balaes, p. 43 ; Herbillon et Joris, p. 501. En milieu urbain, démolition de nombreux moulins à cette époque : A. Guillerme Les Temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin XIIIe début XIXe siècle, Seyssel, 1983, p. 52.

3 Mézières, début du XIIIe s. : M.-H. Carret, Vie économique à Mézières au Moyen Age (jusqu’en 1521), Reims, 1987, p. 99 et 146. Dinant, XIIIe s. : J. Gaier-Lhoest, L’Évolution topographique de la ville de Dinant au moyen âge, Bruxelles, 1964, p. 61-62. Namur, « grand moulin » de Sambre, peut-être dès le XIIIe s., en tout cas à partir de 1383 (L. Génicot et L. Balon, Coutumes de Namur, t. 3, Formulaire namurois du XIVe siècle, Bruxelles, 1955, no 171, p. 221). Huy : Joris, La Ville de Huy au Moyen Âge. Des origines à la fin du XIVe siècle, Paris, 1959, p. 89 et 297-299. L’Ourthe à Liège : J. Polinard, Recherches sur la tannerie dans le pays mosan du XIIIe au XVe siècle, Liège, 1976-1977, p. 33-34 et infra. Maastricht, août-décembre 1096 : M. Gijsseling et A.C.F. Koch, Diplomata Belgica ante annum millesimum centesimum scripta, t. 1, Bruxelles, 1950, no 236, p. 393-394.

4 « Petit torrent » : Suttor, « L’infrastructure fluviale et le développement des villes de la Meuse des origines à 1400 », Les Petites Villes en Lotharingie, Luxembourg, 1993, p. 109. Grand moulin de Saint-Jacques, dès le milieu du XIVe s. : T. Gobert, Liège à travers les âges, rééd., t. 6, Liège, 1976, p. 289-290 ; vues de Merian en 1646 et 1650 (Topographia Germaniae. Westfalen, Cassel-Bâle, 1961) ou de Hollar en 1649 (Liège dans la gravure ancienne et moderne, E. Wahle (éd.), Liège, 1974, p. 28-29).

5 Balaes, p. 52-69 ainsi que carte et annexes 1 et 4, infra et n. 19, Herbillon et Joris, p. 497, 499-500 et carte p. 504. À la fin du XIIIe s., il existe au moins vingt-quatre moulins sur la Méhaigne en dix km : Joris, « La guède en Hesbaye au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles) », Le Moyen Âge, t. 69, 1963, p. 780.

6 Suttor, « L’usage de l’eau dans les villes mosanes (XVe-XVIIe siècle) », Villes, histoire et culture. Cahiers du Centre de Recherches historiques sur la Ville, t. 1, 1994, no 25, p. 35.

7 Moulin à foulon : Joris, La Ville de Huy, p. 308 et n. 423. Moulin à aiguiser : ibid., p. 299, n. 374. Moulins à guède : Id., « La guède en Hesbaye », p. 778. Moulins à tan, peut-être dès 1288, certainement en 1301 : Polinard, Recherches sur la tannerie, p. 31 et 33. Moulin à papier : E. Jopken, « Les vieux moulins de Huy », Annales du Cercle hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. 13, 1901, p. 138. Ces diverses affectations s’avèrent plus précoce ailleurs : S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, 1995, p. 19, D. Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de l’économie rurale de la Neustrie (VIIe-IXe siècles) », La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, 1989, p. 397 et « Travail manuel et machines hydrauliques avant l’an mil », Le Travail au Moyen Âge. Une approche interdisciplinaire, Turnhout, 1990, p. 37.

8 Force hydraulique pour les fourneaux : dès le XIIe s. ; pour les forges : surtout h partir du XVe s. (Gillard, L’Industrie du fer, p. 40-41). Localisation : Suttor, « L’usage de l’eau », p. 35, n. 26 et G. Hansotte, « Des forges au bord du Hoyoux », Hommes de fer et de fonte, Huy, 1994, p. 16-17. Huy : acte du 13 juin 1475 (R. Van Der Made, « Les chartes des Cours de tenants hutoises conservées aux Archives de l’Etat à Liège », Annuaire d’Histoire liégeoise, t. 61,1958, no 167, p. 315). Travail du métal au moulin beaucoup plus précoce (Grenoble, 738 : Lohrmann, « Frühe Nutzung von Wasserkraft im mittelalterlichen Eisengewerbe », Technikgeschichte, t. 621, 1995, p. 29-30) ; existence de martinets dès le XIe s. : M.-C. Amouretti et G. Cornet, Hommes et techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 1993, p. 154.

9 Apparition du haut fourneau et du procédé indirect : fait du hasard et grâce au recours à l’énergie hydraulique (augmentation de la t° de fusion en élevant la hauteur du fourneau) ; probablement près de Liège, dernier tiers du XIVe s. (Hansotte, p. 15-16 et Gillard, p. 42-43). Développement et localisation : infra et n. 20 ; C. Gaier, L’Industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges du XIIIe à la fin du XVe siècle, Paris, 1973, p. 189-190 et 196, Joris, « Probleme der mittelalterlichen Metallindustrie im Maasgebiet », Hansische Geschichtsblatter, t. 87, 1969, p. 64 et 74-75, Gillard, p. 40-44 et 60-133, Hansotte, « La métallurgie wallonne au XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe siècle. Essai de synthèse », Bull, de l’inst. archéol. liégeois, t. 84, 1972, p. 25-29 et 36-37 ainsi que Suttor, La Meuse entre Mézières et Maastricht des origines à 1600. Trafic fluvial, pouvoir et société, à paraître en 2001. Rapport entre développement des moulins et essor de la métallurgie : G. Fourquin, « Le temps de la croissance », Histoire de la France rurale, t. 1, Paris, 1975, p. 405.

10 Liège : moulin mentionné en 1356 (Chartes confisquées aux bonnes villes du pays de Liège et du comté de Looz après la bataille d’Othée [1408], E. Fairon [éd.], Bruxelles, 1937, p. 136-137), peut-être construit au début du XIVe s. (P. De Spiegeler, « La draperie de la cité de Liège des origines à 1468 », Le Moyen Âge, t. 85, 1979, p. 55-56). Maastricht, 1403 : cinq unités citées dans les comptes de la ville en 1403 (J.G.J. Koreman, « Aspecten van de Maastrichtse lakennijverheid en-handel, in hoofdzaak gedurende de late middeleeuwen », Miscellanea Trajectensia, Maastricht, 1962, p. 206).

11 Liège, 1365 et 1393 : De Spiegeler, p. 55-56. XVIe et XVIIe : infra. Maastricht : dix moulins mentionnés dans les comptes urbains en 1439, au même endroit (J.G.J. Koreman, p. 206).

12 De Spiegeler, p. 55-56.

13 En général : Balaes, p. 43 et 45 ; études en cours.

14 Disparition des moulins à guède : Herbillon et Joris, « Les moulins à guède en Hesbaye », p. 502. Draperie verviétoise et fouleries : J. Lejeune, La Formation du capitalisme moderne dans la Principauté de Liège au XVIe siècle, Liège, 1939, p. 232-233 et J.-N. Schmitz, La Vesdre : la navigation et les venues de 1475 à 1800. Étude de géographie historique, Liège, 1998-1999, p. 36-37.

15 Lejeune, p. 47-48, 173, 181-182, 191-194, 283-296, Gaier, L’Industrie et le commerce des armes, p. 150-152.

16 Affectations : supra et n. 6-9. Permanence : grand moulin de Sambre à Namur, peut-être dès le XIIIe s. (supra, n. 3) et jusqu’en 1750 au moins (Balaes, p. 57 et 63-64) ; petit moulin de Saint-Jacques à Liège, de la seconde moitié du XIIe s. jusqu’à la fin du XVIIIe s. (T. Gobert, Liège à travers les âges, p. 289-290) ; moulins sur barques à Liège, mentionnés encore en 1566 (Inventaire analytique des chartes de la collégiale Saint-Pierre à Liège, E. Poncelet (éd.), Bruxelles, 1906, no 969, p. 330) et en 1615 (Voyage de Philippe de Hurges à Liège et à Maastricht en 1615, H. Michelant (éd.), Liège, 1872, p. 144-145, p. 299 et pl. face aux p. 220 et 304) ; à Maastricht, en 1514 (« Erard de la Marck, prince-évêque de Liège. Extrait de la chronique de Jean de Brusthem (1506-1538) », E. Reusens (éd.), Bull, de l’Inst. archéol. liégeois, t. 8, 1866, p. 49-50), en 1579 (Braun et Hogenberg, W.H. Schukking (éd.), « Het beleg van Maastricht door Parma in 1579 », Publ. de la Soc. historique et archéol. du Limbourg, t. 88-89, 1952-1953, fig. 2).

17 Gillard, p. 54-56, 104, Lejeune, p. 144-145 et Suttor, La Meuse entre Mézières et Maastricht. Vers 1500 : 17 moulins dans le Franchimont, 12 sur l’Ourthe dans le comté de Durbuy, 9 près de Huy. En 1550 :19 moulins sidérurgiques à Huy (Hansotte, p. 18-19).

18 Huy, 1567 : L. Guicciardini, La Description de tout le Pays-Bas, P. Ciselet et M. Delcourt (éd.), Bruxelles, 1943, p. 77 ; vers 1570 : 23 moulins près de Huy, 34 dans le comté de Durbuy, 26 dans le Franchimont (Hansotte, « Des forges au bord du Hoyoux », p. 18, Gillard, p. 54-57 et 134, Lejeune, carte p. 146-147).

19 Gillard, p. 134.

20 Lejeune, p. 144-148, 150, 154-157, 160-162, 165, 173 et 199-200, 243-244, Gaier, p. 206-207, Gillard, p. 43-44, 134 et 243-244, Hansotte, « La métallurgie wallonne », p. 25-29 et 36-37, Joris, Huy ville médiévale, Bruxelles, 1965, p. 177, F. Discry, L’Ancien Bassin sidérurgique du Hoyoux, Heule, 1970, p. 221-405, E. Fairon, « L’industrie du fer dans le marquisat de Franchimont », Chronique de la Soe. verviétoise d’Archéol. et d’Histoire, 1908-1909, p. 15, P. Harsin, « Études sur l’histoire économique de la principauté de Liège particulièrement au XVIIe siècle », Bull, de l’Inst. archéol. liégeois, t. 52, 1928, p. 71-72, Schmitz, La Vesdre, p. 3-5 et cartes ainsi que infra.

21 Seuls quelques moulins, installés sur le cours supérieur de petits ruisseaux à forte pente, sont équipés d’une roue à augets mue par l’eau venant au-dessus : Suttor, « La diversité des moulins mosans ».

22 Étang artificiel d’un moulin proche de l’abbaye du Val-Dieu, XIIIe s. : Cartulaire de l’abbaye cistercienne du Val-Dieu (XIIe-XIVe siècle), J. Ruwet (éd.), Bruxelles, 1955, p. 156-157. Une petite dérivation de la Meuse amène l’eau au moulin de Saint-Jacques à Liège, mais elle semble dépourvue de vanne (supra, n. 4 et Suttor, « La diversité des moulins mosans »).

23 Soit 24 à 27 aubes : J.-P. Ducastelle, « Technologie et usage des moulins à eau et à vent », Moulins en Hainaut, Bruxelles, 1987, p. 41-42 et Schmitz, p. 41-63 ainsi que cartes et plans. Ce n’est qu’au XIXe s. que les chiffres seront suffisants pour tenter de calculer la puissance mécanique de la roue (D. Lohrmann, « Entre Arras et Douai : les moulins de la Scarpe au XIe siècle et les détournements de la Satis », Revue du Nord, t. 66, 1984, p. 1050).

24 Amouretti et Cornet, p. 154-155, Ducastelle, p. 37 et 41-46, R. Sevrin et G. Bavay, « Les sites des moulins », Moulins en Hainaut, p. 137-138 et 147-148 ainsi que Balaes, p. 5-34. Le principe de la came serait appliqué depuis l’Antiquité : Lohrmann, « Travail manuel et machines hydrauliques », p. 37. Moulins à foulon, à guède, à tan, à papier sont bien connus : Amouretti et Cornet, Hommes et techniques, p. 156-157.

25 Hauts fourneaux : Amouretti et Cornet, p. 157 et 162, Gaier, p. 189-190 et 196, Joris, « Problème der Metallindustrie », p. 64 et 74-75 ainsi que Hansotte, « Des forges au bord du Hoyoux », p. 15. Description du haut fourneau : Gillard, p. 43. On peut produire aussi de grosses pièces en fonte moulées, comme des canons, des boulets, des cylindres (ibid., p. 40-44, 55 ainsi que infra).

26 Ducastelle, p. 41-42, Sevrin et Bavay, p. 102 et 135 ainsi que Guillerme, Les Temps de l’eau, p. 101-102. Moulin de Sambre : Paul de Croonendael, Cronicque du pays et conté de Namur, Comte de Limminghe (éd.), t. 1, Bruxelles, 1878, p. 45. Le grand moulin de Sambre et le grand moulin de Saint-Jacques sont des engins suspendus, dont on peut peut-être régler la hauteur en fonction du niveau des eaux (Suttor, « La diversité des moulins mosans »).

27 Philippe de Hurges, Voyage, p. 144-145 et 299 ainsi que pl. face aux p. 126, 220 et 304 ; Suttor, « L’infrastructure fluviale », p. 110, n. 99.

28 Rendement de moulins munis d’une roue à aubes mue par en dessous (supra, n. 26). Encombrement : Voyage de Pierre Bergeron ès Ardennes, Liège et Pays-Bas en 1619, H. Michelant (éd.), Liège, 1875, p. 241 (1619). Accessibilité : Philippe de Hurges, p. 145.

29 Cela les différencie nettement des moulins à eau fixes : Id., p. 145 ; Sevrin et Bavay, p. 134-135.

30 Escaut : ibid., p. 135. Scarpe : Lohrmann, « Entre Arras et Douai », p. 1029-1050. L’installation de telles machines s’avère impossible dans des régions comme le Roussillon : Caucanas, p. 145.

31 Toulouse : ibid., p. 141. Cologne : P. Wolff, « Pouvoir et investissements urbains en Europe occidentale et centrale du XIIIe au XVIIe siècle », Revue historique, t.2572, 1977, p. 291. Étude récente, minutieuse et très complète : H. Kranz, Die Kölner Rheinmühlen. Untersuchungen zum Mühlenschrein, zu den Eigentümern und zur Technik der Schiffsmühlen, Aix-la-Chapelle, 1991, p. 291-334. Paris, 1317 : enluminure de la Vie de Monseigneur Saint-Denis, (Paris, B.N., FR 2092, f° 37 v° ; note très aimablement complétée par Perrine Mane) ; 1618 : gravure de Visscher, 1618 (Cartes anciennes de l’Inst. géogr. national, Paris, 1970, couv.). Loire : F. Billacois, « La batellerie de la Loire au XVIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. 11,1964, p. 169. Moulins sur barques dès le VIe s. sur le Tibre à Rome : Lohrmann, « Schiffsmühlen auf dem Tiber in Rom nach Papsturkunden des 10.-11. Jahrhunderts », Ex Ipsis Rerum Documentis. Beiträge zur Mediävistik, Sigmaringen, 1991, p. 277.

32 Gillard, p. 44 ainsi que Hansotte, « La métallurgie wallonne », p. 18-20.

33 En Meuse moyenne, de Mézières à Maastricht, se jette la majeure partie des affluents du fleuve : sur 236 km, les débits moyens se voient plus que doublés (J. Vereerstraeten, Le Bassin de la Meuse. Etude de géographie hydrologique, Bruxelles, 1972, p. 30-109 ainsi que Suttor, La Navigation sur la Meuse moyenne des origines à 1650, Liège-Louvain, 1986, p. 34-37, 42-43, 47 et annexe 1). Variations moyennes des affluents et crues ordinaires restent, le plus souvent, modérées (Vereerstraeten, p. 111-165 et surtout 164-165) ; leur impact sur le fonctionnement des moulins reste limité (Gillard, p. 47-48). Par contre, les inondations les plus fortes, particulièrement celles du Hoyoux, peuvent emporter certains moulins (Suttor, p. 42-43 et « L’usage de l’eau », p. 29-30).

34 Supra, n. 5 et 22 ainsi que Suttor, « La diversité des moulins mosans » et Balaes, p. 56-57. Beaucoup de cours d’eau modestes actionnent de nombreuses roues : Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de la Neustrie », p. 375-376.

35 Namur : les moulins installés sur ce petit ruisseau fonctionnent encore lorsque Sambre et Meuse débordent (Balaes, p. 63-64 et Polinard, Recherches sur la tannerie, p. 36-37). Huy : Joris, La Ville de Huy, p. 298. Liège : trois moulins au moins sont installés sur les bras de la modeste Legia (Balaes, p. 61 et Suttor, « L’usage de l’eau », p. 28-29).

36 Namur : supra, n. 3 et 16 ainsi que Balaes, p. 62-64. Maastricht : supra, n. 3. Liège : ibid. et infra. Hydrographie : Suttor, « L’intérêt des recherches en « géographie historique appliquée ». Une étude d’hydrographie fluviale : la Meuse », Fleuves, rivières et canaux dans l’Europe occidentale et médiane, Nancy, 1997, p. 155-156 et cartes p. 169-170.

37 Polinard, p. 34-35 ; vues : supra, n. 4 ; plan, fin du XVIIIe s. : Suttor (éd.), « L’usage de l’eau », p. 31.

38 Nécessité d’importants travaux hydrauliques pour installer des moulins sur l’Escaut (C. Dury, « Equipement et environnement urbain : les moulins de Tournai », Moulins en Hainaut, p. 165), la Scarpe et la Somme (Lohrmann, « Entre Arras et Douai », p. 1025-1028, 1041-1042, 1045-1046, « Le moulin à eau dans le cadre de la Neustrie », p. 386 et 389, « Barrages et moulins sur la Somme au temps des chanoines réguliers (XIIe-XIIIe siècles) », L’Hydraulique monastique, milieux, réseaux, usages, Grâne, 1996, p. 338) ou en Roussillon (Caucanas, Moulins et irrigation, p. 18, 141, 145, 151-153). En certains endroits de la France du Nord : impossibilité d’installer des roues supplémentaires dès le XIe s. (Lohrmann, « Le moulin à eau », p. 367).

39 Tournai : Dury, loc. cit., p. 175, G. Delcroix, M. Revelard, C. Turpin et autres, Documents d’archives relatifs au Tournaisis, Bruxelles, 1982, IV, 4. Arras : Lohrmann, « Entre Arras et Douai », p. 1045-1046.

40 Guède : production estimée à environ 116 t pour les seuls moulins namurois de la Méhaigne en 1294 (Joris, « La guède en Hesbaye », p. 774-776 et La Ville de Huy, p. 226-228). Minerai de fer : Suttor, La Meuse entre Mézières et Maastricht et « L’usage de l’eau », p. 26.

41 Commerce et débouchés de cette teinture : Joris, op. cit., p. 230-235 et Suttor, La Meuse entre Mézières et Maastricht. Trafic des draps, du minerai de fer, des gueuses, des produits de la sidérurgie, des armes, de la poudre, etc. : ibid, ainsi que « Un « scandale géographique » : le pays mosan au Moyen Âge », Cahiers de Clio, fasc. 105,1991, p. 41-42, 45-46 et 48-50. Intervention de marchands liégeois : Gillard, p. 243-244.

42 On extrait des pierres meulières à Gesves, près de Namur : Joris, La Ville de Huy, p. 298, n. 366. Les meules s’usent assez vite (Archives générales du Royaume à Bruxelles, Chambre des comptes, 10573, f° 51 v°, 1541-1542 ; 11019, f° 3 v°, 1548-1549, etc.) et doivent être remplacées tous les dix à quinze ans (Caucanas, p. 149). Ce gisement est loin de suffire : la plupart des pierres proviennent de la région de Reims ou d’Andernach (Suttor, La Meuse entre Mézières et Maastricht et A.G.R., loc. cit., passim), ces dernières déjà mentionnées au IIIe s. (R de Izarra, Hommes et fleuves en Gaule romaine, Paris, 1993, p. 139).

43 Situation politique : Suttor, « Les principautés mosanes au sein des Pays-Bas, du XVe au XVIIe siècle », Société et religion en France et aux Pays-Bas, XVe-XIXe siècle, Arras, 2000, p. 69, Lejeune, La Formation du capitalisme, p. 47-48, 173, 181, 191-193 et « Introduction historique », Le Siècle de Louis XIV au pays de Liège (1580-1723), Liège, 1975, p. XXXVI-XXXVII. Ventes aux deux belligérants : Id., La Formation du capitalisme, p. 48 et 193-194.

44 Consommation de charbon de bois et déforestation : Suttor, « Les ressources forestières et le développement économique de la vallée mosane du XIe au XVIIe siècle d’après l’étude du trafic fluvial », Forest History : International Studies on Socio-economic and Forest Ecosystem Change, Oxon – New York – Vienne, 2000, p. 27. Houille comme combustible pour les travaux de forge : Gillard, p. 21-52, Lejeune, op. cit., p. 160-162 et Gaier, p. 206-207. Concentration de la sidérurgie : Lejeune, p. 262-263.

45 Gillard, p. 56, 234-238, Lejeune, p. 150-157, 231-232, 243-249, 251-255 et 262-263, supra, n. 41.

46 Importance dans le développement économique : Wolff, « Pouvoir et investissements urbains », p. 290. Permanence : supra, n. 16. Facteurs de continuité : Joris, « La notion de “Ville” », Les Catégories en histoire, Bruxelles, 1969, p. 101 ainsi que Suttor, « L’infrastructure fluviale », p. 87-88 et p. 111, n. 102. Il convient d’intégrer cette infrastructure au « faisceau de critères » utilisé aujourd’hui pour définir et classifier les villes. Une typologie adéquate à décrire le phénomène urbain devrait tenir compte de l’accès à l’eau : agglomérations situées dans des régions où l’eau est rare ou abondante, où l’on dispose d’une énergie hydraulique commode ou difficile à exploiter, où les diverses activités liées à la rivière apparaissent concurrentes ou non.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search