Versione classicaVersione mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Le moulin et l’encellulement dans l’Ouest français (xie-xiiie siècle)

Daniel Pichot

Testo integrale

  • 1 Le problème a été posé en ces termes dans un cadre général incorporant Maine et Anjou par R. Fossie (...)

1A priori, le moulin ne présente pas une très grande originalité dans l’Ouest français. Il paraît suivre le mouvement de croissance que connaît l’Occident durant la longue phase qui s’étale du XIe au XIIIe siècle. Comme ailleurs, un effort d’équipement se fait jour, très largement sous l’influence seigneuriale. Plus que le domaine technique, cette relation avec l’exercice de la puissance et du pouvoir retiendra notre attention. Élément fort du système seigneurial, le moulin joue un rôle, mais lequel ? dans l’encadrement des hommes quand il prend, ce qui se révèle fréquent, la forme banale1.

  • 2 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, supplt no 7, de La Mayenne, Ar (...)
  • 3 D. Pichot, « L’habitat dispersé dans l’ouest de la France (Xe-XIIIe siècle) : état de la question » (...)

2Abordée sous cet angle, la question du moulin pourrait bien alors présenter des caractères passablement originaux. La zone d’enquête, centrée principalement sur le bas-Maine en raison d’un travail antérieur, s’élargira aux provinces d’alentour, haut-Maine et haute-Bretagne ainsi que l’Anjou2. Se trouve ainsi découpé un Ouest intérieur qui, au-delà des divisions politiques, présente une réelle homogénéité. Un habitat largement dispersé en hameaux plus ou moins importants mais majoritaires et en habitations ou exploitations isolées ainsi qu’une organisation seigneuriale bien présente mais relativement modérée dans son prélèvement, caractérisent cet univers3. Cette singularité des structures n’a pas toujours été assez soulignée et, dans un tel cadre, la place du moulin banal peut se révéler singulière.

  • 4 Il n’est ni possible ni utile de donner ici la liste de tous ces cartulaires, on la trouvera dans l (...)
  • 5 R. Philippe, L’énergie au Moyen Âge, l’exemple des pays d’entre Seine et Loire de la fin du Xe sièc (...)
  • 6 On peut citer parmi les travaux les plus intéressants, Fr. Attal, L’abbaye Notre-Dame de Beauport, (...)

3L’abondance des sources facilite l’étude. Omniprésent dans les cartulaires, en particulier dans ceux très abondants des abbayes ligériennes ou mancelles, le moulin apparaît comme l’une des manifestations les mieux éclairées du pouvoir seigneurial et, dans ce monde où le contrôle des hommes pose des problèmes particuliers, les centaines de chartes qui le concernent laissent soupçonner son importance4. En règle générale, le moulin comme la seigneurie, n’ont pas fait l’objet d’une attention spéciale. La thèse de R. Philippe, malheureusement non publiée, couvrait un large espace mais ne privilégiait pas cet aspect5. Ces dernières années, des études ont été entreprises favorisant plutôt la technique, les aménage merits hydrauliques ; leurs conclusions apportent, cependant, beaucoup à notre enquête6. Le sujet demeure donc largement ouvert et les réflexions qui suivent ne s’appuient que sur un travail partiel de dépouillement mais suffisamment étendu pour présenter au moins quelques hypothèses. Il s’agira d’abord de vérifier si le moulin se présente comme une machine assez spécifique des seigneurs laïques et ensuite d’examiner quels sont les objectifs seigneuriaux car les revenus, espérés et bien réels, ne semblent pas la seule motivation.

Le moulin : une machine seigneuriale

  • 7 D. Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de l’économie rurale de la Neustrie (VIIe-IXe siècles) (...)
  • 8 R. Fossier, op. cit., p. 235, malheureusement l’enquête s’arrête en 1100, ce qui rend un peu problé (...)
  • 9 N. Y. Tonnerre, Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretag (...)

4Jusqu’au XIIIe siècle, date de la timide apparition du moulin à vent dans l’Ouest, toutes les installations sont hydrauliques uniquement, la seule originalité venant des moulins à marée qui profitent des importants marnages des côtes bretonnes. Le dépouillement des textes conduit à un premier constat, une forte diffusion s’impose avec évidence. Plutôt discret pendant le haut Moyen Âge, mais pas absent, le moulin ne constitue sans doute pas un objet très usuel malgré les recherches actuelles qui tendent à montrer une certaine importance dès les siècles carolingiens7. Dans le Maine, R. Fossier signale une forte diffusion entre 1010 et 1080, mais accusant un retard avec les régions méridionales. Les analyses dans le bas-Maine, confirmées par des sondages dans le haut-Maine, concordent pour affiner cette chronologie et souligner l’importance de la seconde moitié du XIe et plutôt du dernier quart (Fig.1)8. Fortement implantés dans l’Anjou et le Maine, les moulins pénètrent plus lentement en Bretagne, tôt présents dans le Nantais et le Rennais, ils n’investissent le Vannetais que durant le XIIe siècle9. L’expansion, partout très nette dans le courant du XIIe siècle, trouve son apogée au XIIIe. La courbe des mentions établie pour le bas-Maine peut jusqu’à un certain point être considérée comme représentative, tout comme la carte dont elles autorisent la construction (Fig. 1-2). Le nombre de 130 ou 140 pour 245 paroisses bas-mancelles fait du moulin un objet courant, ce qui se confirme ailleurs, au XIIIe, chaque paroisse du Nantais citée dans les textes semble avoir au moins un moulin. Bien sûr, rien ne dit que tous ceux qui sont identifiés travaillaient à la même époque ni que la date des mentions soit celle d’érection, pourtant la généralisation est incontestable.

  • 10 R. Musset, Le Bas-Maine, étude géographique, Paris, 1917, p. 73-75.
  • 11 B. Watkinson, op. cit.

5Une étude de la carte pour le bas-Maine conduit à des conclusions plus élaborées (Fig.2). Certes, il faut prendre en compte les caractères du dossier documentaire. Nous ne connaissons pas toutes les installations et le poids de certains chartriers favorise certaines régions. Incontestablement, le fonds de Savigny met en lumière toute la zone nord-ouest, cela ne suffit pourtant pas à condamner un tel inventaire. L’importance des cours d’eau est mise en lumière, la Mayenne, à la pente rapide à cette époque car elle n’est pas encore canalisée, concentre les implantations, d’autant plus qu’elle accueille les centres des grandes seigneuries comme Laval et Mayenne, générateurs de bien des implantations10. Cependant, de modestes affluents comme le Vicoin ou l’Erve bénéficient d’un aménagement poussé qui découpe leur cours en biefs successifs. Si nécessaire, la création d’un étang autorise une installation sur un simple ruisseau. Il en va de même ailleurs comme le souligne l’exemple précédemment évoqué de Beauport ou celui de la Mayenne angevine qui, vers Thorigné, ne compte pas moins de sept moulins sur dix kilomètres, et cela dès 112011.

  • 12 « [...] constituerunt quoddam stagnant cum duobus molendinis ad grangiam de Montorram », G. Sourice (...)
  • 13 Y. Chauvin, op. cit.

6La carte, renforcée par les textes, montre aussi l’importance de bien des unités installées. Il existe de petits moulins mais des aménagements complexes ne sont pas rares. Le cas est patent quand est prévu un étang avec pêcherie et système de biefs et de conduites. Bien plus, les familles de plusieurs moulins ou de plusieurs roues ne sont pas rares, même si les textes demeurent souvent évasifs sur la description de véritables batteries de deux, trois et cinq roues comme cela se repère dans les cartulaires de Saint-Serge. L’abbaye du Loroux nous propose un exemple classique quand, dès 1184, elle s’associe au seigneur Jacquelin de Breil pour ériger un étang avec deux moulins et pêcheries12. La question du coût se pose alors quand on sait qu’une abbaye comme Saint-Serge n’hésite pas à débourser 50 sous et plus pour acquérir un moulin, même en partie13. Une telle entreprise demeure donc l’apanage de bien peu.

Figure 2 : Localisation des mentions de moulins dans le bas-Maine

  • 14 « [...] fluvius...in quo sunt etiam duo molendina que illis simul tribuo jure perpetuo possidenda.. (...)
  • 15 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 304.
  • 16 A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de Saint-Michel de l’Abbayette, Paris, 1894, no 9, (1116). S (...)
  • 17 S’appuyant tant sur les textes que sur le témoignage des cadastres, J.-C. Meuret montre pour l’Anjo (...)
  • 18 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 324. Landivy, dép. Mayenne, canton de. D. Pichot, « Les Deux- (...)

7Il n’est pas toujours aisé d’identifier le maître d’un moulin cité subrepticement dans une charte mais, quand la chose se révèle possible, et cela constitue une majorité des cas, il se présente fréquemment comme un personnage d’importance, surtout au XIe siècle, et l’aristocratie laïque paraît jouer un rôle essentiel. Sans doute la nature de la documentation accentue-t-elle le phénomène. Les chartriers monastiques enregistrent les dons ou ventes de moulins par des laïcs et parlent moins facilement de ceux qui sont érigés par les religieux. Pour autant, les chartes ne créent pas un phénomène illusoire. L’inventaire des possesseurs de moulins le confirme clairement. Très tôt, les grands barons équipent systématiquement leurs domaines et, dès le début du XIe siècle, le duc de Bretagne donne à l’abbaye de Saint-Georges qu’il fonde à Rennes, des droits sur quelques-uns de ses moulins14. Les Laval en possèdent dans chacun de leurs domaines au XIIe siècle ainsi que leurs principaux vassaux, châtelains détenteurs d’une part du ban15. Avec le temps, la diffusion s’accroît et beaucoup de personnages plus modestes apparaissent aussi détenteurs de moulins ; après 1170-1180, les domini, simples seigneurs de village ou modestes titulaires de domaines surtout fonciers ont le leur. Quand Guillaume de Gorron installe son nouveau château sur motte aux limites de la paroisse de Saint-Berthevin, à la Tannière, il érige une chapelle, attire des hôtes et, pour étayer le village qu’il envisage visiblement de construire, il installe des étangs et plusieurs moulins16. Au XIIIe siècle, manoir et moulin s’associent très fréquemment, manifestant la volonté de la petite aristocratie de détenir ces machines, symboles d’un pouvoir seigneurial, même modeste17. En 1279, le moulin de la Motte Taboer, au nom des plus significatifs, est aux mains de la famille du même nom qui joue un rôle près du seigneur de Landivy et un petit village comme celui de Deux-Evailles, compte, au XIVe siècle, deux moulins liés à la famille chevaleresque qui domine la paroisse18.

  • 19 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 358 ; Y. Chauvin, op. cit.
  • 20 A. Dufief, Les Cisterciens en Bretagne (XIIe-XIIIe siècles), Rennes, 1997 ; G. Sourice, Le Loroux, (...)
  • 21 Fr. Attal, op. cit.

8Le monde monastique ne demeure pas absent et les abbayes bénédictines ou cisterciennes mettent un point d’honneur à doter prieurés et granges. Le fait impose son évidence tant pour une abbaye comme Savigny qui, au XIIIe siècle, ne contrôle pas moins de 13 moulins en totalité et 16 pour une part. Saint-Serge d’Angers quant à elle en détient partiellement ou en totalité un nombre impressionnant19. Les Cisterciens ne sont pas en reste, les abbayes bretonnes acquièrent un certain nombre de moulins et l’abbaye angevine du Loroux a déjà quatre moulins en 119020. Les Prémontrés de l’abbaye de Beauport, non loin de Saint-Brieuc, se soucient, de même, de développer un réseau important autour de leur maison21.

  • 22 Les exemples sont nombreux. Au début du XIIe siècle, les religieuses du Ronceray d’Angers passent c (...)
  • 23 Le cartulaire de La Couture du Mans, montre les principaux cas pour une vieille abbaye bénédictine, (...)

9On note cependant que les religieux se font donner volontiers des moulins ou parts de moulins. Si nécessaire, ils achètent et souvent à des prix élevés, à moins qu’ils ne s’associent avec un laïc, solution assez fréquemment retenue et qui donne lieu à de soigneux contrats de partage22. Des dons souvent partiels sont faits à Marmoutier dans le Maine ou à Saint-Serge en Anjou dès la fin du XIe siècle mais avec une certaine retenue. Par contre, vers 1204, Juhel de Mayenne n’hésite pas à combler l’abbaye de Fontaine-Daniel qu’il fonde en lui offrant quatre moulins23. À ce moment, les choses ont changé, les monastères construisent des moulins, ce qui s’avérait plutôt rare dans la seconde moitié du XIe siècle. L’initiative semble donc partir de l’aristocratie laïque et plutôt de niveau élevé, par la suite, les petits seigneurs se montrent désireux de détenir leur moulin et les constructions émanant d’abbayes ou de puissances religieuses demeurent rares avant le XIIe siècle. Bien des raisons peuvent expliquer une telle position mais de nombreux indices plaident pour un rapprochement des domini et des moulins. Les aspects financiers interviennent pour beaucoup mais l’importance du facteur de pouvoir est fortement suggérée, posant la question du ban.

  • 24 « [...] Haimo de Castro que vocatur Vallis donaverit sancto Martino et nobis sui Majoris monasterii (...)
  • 25 « W. de Baillai dedit... prisam aque et athacheiam ad opus molendini de Dompetra... pro qua concess (...)

10Le droit de construire un moulin vient obligatoirement des domini qui délivrent une autorisation. Ces derniers contrôlent les eaux et donc le droit de les utiliser en raison du ban qu’ils détiennent. Au XIe siècle, les moulins sont majoritairement entre leurs mains et l’on voit les abbayes demander des autorisations quand elles veulent en ériger un. Quand le prieuré Saint-Martin de Marmoutier à Laval veut se doter d’un moulin vers 1065-1080, il sollicite le seigneur de Laval, Hamon, qui lui donne un emplacement sur le Vicoin mais moyennant la somme de 7 livres et la famille plus le segrayer ainsi que d’autres détenteurs de droits font monter l’autorisation de 30 sous24. Au XIIe siècle, l’abbaye de Savigny doit systématiquement rechercher et acheter l’autorisation de bâtir une dérivation pour alimenter des moulins. Elle paie souvent cher, 10 livres du Mans à Guillaume de Bailleul pour son moulin de Dompierre et doit réitérer sa demande à maintes reprises pour celui de Désertines25.

  • 26 B. Watkinson, op. cit. ; « [...] ut facto intervallo locum prias duobus molendinis aptum jam quinqu (...)
  • 27 « (...) Preterea de nemoribus abbatie ipsa Villana, ad opus molendinorum et excluse, que necessaria (...)

11Les emplacements sont, en conséquence, l’objet d’une vive concurrence qui n’exclut pas d’éventuels conflits. Les moulins sur la Mayenne, près de Thorigné, se font du tort et un grave conflit oppose les abbayes Saint-Aubin et Saint-Serge, la première empêchant la seconde d’ériger un moulin à Thorigné, la même abbaye de Saint-Serge est contrainte à un duel judiciaire par l’héritier d’un donateur qui voit les rives de la Loire transformées par le fleuve au point que là ou étaient établis deux moulins les moines envisageaient d’en mettre cinq, voire six26. L’enjeu n’est pas mince et le contrôle des constructions de moulins est un droit effectif et soigneusement préservé. Par ailleurs, l’entreprise de construction est facilitée par la détention du ban qui autorise la réquisition des hommes pour travailler au chantier par le biais de la corvée. Les travaux d’entretien sont souvent mentionnés mais, à l’occasion, une charte décrit le processus. Pour refaire l’écluse et les moulins d’Epinard sur la Mayenne, une religieuse du Ronceray se voit confier les travaux et la gestion pour quatre ans. Il est précisé qu’elle pourra prendre le bois nécessaire dans les forêts de l’abbaye et le bian ou corvée permettra de le porter sur la rive27.

  • 28 La moltura est citée pour la première fois à Saulges, dans le bas-Maine vers 1050, D. Pichot, « Mou (...)
  • 29 « Dans l’ouest et le centre de la France, Anjou, Poitou, Auvergne, les deux phénomènes d’équipement (...)

12Une telle précision introduit aux applications du ban du moulin qui, au-delà des besoins techniques ou des espérances de revenus, justifie largement les initiatives des domini. Bien sûr, ces moulins remplissent une fonction domaniale en étroite liaison avec la vie des réserves ; c’est indubitablement le cas d’un certain nombre dans les monastères mais aussi de ceux implantés dans les manoirs et autres domaines laïques. Pour autant, cela ne couvre qu’une part et, sans doute, la plus faible du parc. Dès l’apparition des moulins dans la documentation, des indices de statut banal se font jour. La moltura, la taxe banale perçue par l’intermédiaire du meunier, est signalée dans le Maine à plusieurs reprises, à partir de 1050 et il en va de même en Anjou28. Pour bien des moulins le statut demeure obscur mais ceux dont la banalité est attestée laissent à penser que bon nombre, sinon la majorité, se trouvent dans ce cas. Bien des donations des cartulaires de Saint-Serge le laissent supposer en raison de l’importance que prennent certaines dispositions des actes. L’hypothèse se trouve renforcée par le parallélisme entre les mentions de moulins et celles des consuetudines. Pour le bas-Maine les deux courbes connaissent presque les mêmes sommets dans la seconde moitié du XIe siècle et autour de 1200 (Fig. 1). Les moulins accompagnent, semble-t-il, le développpement de la seigneurie banale, d’abord au moment de son renforcement, ensuite lors de la diffusion des petites seigneuries après 1170, le second pic correspondant aussi à de nombreuses contestations parmi lesquelles les moulins occupent une place de choix. On retrouve ainsi l’analyse de R. Fossier qui décelait une coïncidence de date dans le Maine entre les mentions de moulins et le renforcement de la seigneurie, ce qui tendrait à favoriser l’hypothèse que le moulin pourrait se présenter comme un constituant essentiel de la seigneurie29.

  • 30 N. Y. Tonnerre, op. cit., p. 474-475 ; P. André, « Un village médiéval breton du XIe siècle : Lann- (...)
  • 31 A. Chédeville dans sa synthèse sur la Bretagne féodale mentionne un premier texte attestant la bana (...)

13Un problème subsiste pour la Bretagne. N.Y. Tonnerre voit le moulin gagner assez tard la basse-Bretagne et la découverte de débris de meules à bras dans le hameau de Lann-Gouh à Melrand, abandonné en pleine époque féodale, conduit les archéologues à conclure à l’absence ou au retard de la banalité du moulin30. Il importe de demeurer prudent, et des meules à bras n’éliminent pas la présence d’un moulin banal. Un retard n’est pas impossible mais ne peut être retenu pour la haute-Bretagne. Dans le Rennais et le Nantais, la moltura est signalée dès la fin du XIe siècle, guère plus tard que dans les zones voisines31. Tout au plus peut-on conclure à une inégale pénétration des stuctures seigneuriales. Après, au XIIIe siècle, dans tout l’Ouest, la banalité est solidement établie et s’applique à la grande majorité des moulins, villes et villages étant soumis à leur ban. Ce considérable effort d’équipement dont on ne retrouve pas l’équivalent avec le four ou le pressoir correspond sans doute aux besoins de la croissance mais les communautés villageoises paraissent n’y jouer aucun rôle. D’autres intérêts, poussent le monde seigneurial dans cette entreprise.

Le moulin : un instrument de domination

  • 32 « Quod si forte molendinum Radulfi non erit legitimum prefati homines ad aliud molendinum... », Arc (...)

14Les implications du moulin dans la seigneurie et au-delà, dans la vie sociale, se révèlent considérables et dépassent les secteurs les plus prévisibles. L’intérêt plus que soutenu manifesté par ses détenteurs dit assez l’instrument de domination et de contrôle qu’il peut représenter. Le ban se place donc en première place aux yeux des seigneurs car tout le reste en découle, ceci explique l’abondance de renseignements fournis par les textes. Il importait au plus haut point de définir avec soin l’extension des droits et taxes qu’il entraînait. Encore fallait-il au préalable se soucier de la légalité du moulin et les moines de Savigny évoquent la nécessité de prouver que le moulin de Raoul le Porc auquel leurs hommes d’Ernée doivent moudre est bien legitimum32.

  • 33 Anciens évêchés de Bretagne, livre 4, St Jacut, no 27, St Magloire de Lehon, no 47 ; Arch, dép. Ill (...)
  • 34 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, t (...)

15L’organisation coutumière se distingue assez bien dès le XIIe siècle et semble, dans ses grandes lignes, se retrouver dans toute la région considérée. Le droit du moulin s’étend sur un territoire bien défini mais pas obligatoirement continu, le souci d’accessibilité demeure cependant primordial. Des actes bretons parlent de districtum, terme éminemment significatif mais, si cela peut correspondre éventuellement à la paroisse, un acte de Marmoutier cite la molta totius parrochiae Calviniaci, souvent c’est une liste de terres plus ou moins jointives ou de tenanciers qui décrit le détroit du moulin33. La très ancienne coutume de Bretagne donne une description théorique mais assez plausible en définissant une circonférence d’une lieue de rayon autour du moulin. Plus concrètement, un règlement de 1209 énumère les fiefs et les hommes qui dépendent du moulin de la Bignette près de Fougères, à la limite du Maine et de la Bretagne. Le seigneur de Fougères concède alors sur ce moulin une rente, ce qui nécessite la rédaction d’une liste des assujettis. 31 fiefs, 19 individus, sans doute chefs de feu, et quelques groupes difficiles à apprécier représentent une population qui doit osciller entre 3 et 400 personnes disséminées sur un espace très discontinu mais les points identifiables se répartissent dans un rayon de 7 kilomètres autour du moulin dans la seigneurie de Fougères34. Plus communément, les chartes précisent le droit de mouture qui pèse sur une terre mais les accords, échanges divers et partages peuvent aboutir à des enchevêtrements de droits et de territoires favorables à l’éclosion de contestations sans fin.

  • 35 C. Cornet, op. cit., p. 393.
  • 36 Cartulaire de La Couture, no 159.
  • 37 R. Charles et S. Menjot d’Elbenne, Le Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, no 403-409, Arc (...)

16Dans l’espace ainsi défini, les droits du moulin s’étendent à des domaines très divers. En premier lieu, les hommes sont soumis au droit de moltura, la taxe se définissant plutôt par le terme molta. Le montant n’en est jamais indiqué, peut-on considérer qu’il s’inscrit dans la fourchette de 5 à 10 % relevée ailleurs35 ? Pour ceux qui ne viennent pas au moulin, une moûte sèche est éventuellement prévue36. Quels que soient les taux, ce type de prélèvement impose une forte présence seigneuriale dans le processus de production. Bien plus, dans des limites évidemment difficiles à préciser, par le biais de ce droit, l’autorité se trouve renseignée sur la production de chacun, malgré la dispersion des hommes. Un indice vient confirmer l’intérêt d’une telle redevance : la mise à part de la moltura dans certaines opérations foncières. Soit elle fait l’objet d’un don à part pour une terre, soit elle est réservée mais dans les deux cas elle est découplée du moulin37.

17Au-delà de la redevance, le seigneur étend son exigence au servicium, terme des plus vagues mais qui, en raison de cela, peut se prêter à bien des interprétations et des exigences légitimées par la coutume, d’ailleurs fréquemment invoquée. En fait, derrière le mot s’abritent toutes les obligations relatives aux travaux nécessaires pour l’entretien du moulin. Quelques rares textes les détaillent et l’on voit apparaître de véritables corvées. À la fin du XIIe siècle, le seigneur de Mayenne, faisant don de plusieurs de ses moulins, précise le servicium.

  • 38 « Dedi molendina mea de Corputragio cum pertinentiis... et juribus... et cum usagio quod habeo in f (...)

Je donne mes moulins de Couptrain avec leurs dépendances et droits... et l’usage que j’ai en forêt de Pail pour ces dits moulins et aussi pour d’autres s’il s’en fait dans la dite châtellenie avec le bian et la corvée de mes hommes pour réparer et faire les fossés, écluses, chaussées et amener les bois et meules et autres choses nécessaires aux moulins38.

18En 1232, non loin de là, les moines de Savigny, détaillent ce qu’ils demandent pour leur moulin de Jarzé :

  • 39 Arch. dép. Mayenne, ms 35, no 353. Voir note 50.

Ces hommes étaient tenus de moudre au moulin susdit... et ceux-ci selon la coutume du lieu étaient tenus d’entretenir le conduit ? du moulin, faire le bian et réparer le moulin et porter la meule.39

  • 40 Mentions de moulins détruits : Treilles, en Anjou, Cartulaires de Saint-Serge, I.348, A. Bertrand d (...)
  • 41 A. Chédeville, Liber controversiarum Sancti Vincentii cenomannensis, no 53.

19Ces textes de la baronnie de Mayenne donnent une version parfaitement classique et l’on retrouve dans diverses chartes de l’Ouest ces mêmes exigences non négligeables. Mis à part l’entretien des biefs qui exige un travail annuel mais peut-être pas pour tout le monde, les interventions peuvent n’être exigées qu’occasionellement et se révéler d’un poids fort variable. La différence est grande entre de petites réparations fréquentes et de gros travaux beaucoup plus rares comme la reconstruction d’un ouvrage détruit, ce qui peut arriver40. Une opération mentionnée à plusieurs reprises demande un effort long et soutenu : le transport des meules. Les deux textes cités plus haut le mentionnent et ils ne sont pas les seuls. Dans ces deux cas, nous savons que les carrières se trouvaient dans la forêt de Pail, en terrain difficile et à plusieurs dizaines de kilomètres au moins pour Jarzé41. Même si le remplacement des meules n’intervient que rarement, en gros tous les dix ans, ce n’était pas une mince affaire. Sans être excessives, ces demandes représentent donc de véritables corvées dans un monde de l’Ouest où elles apparaissent peu.

  • 42 Cartulaire de La Couture, no 159 ; En 1252, Guillaume de L’Ecluse donne une terre « suivis meis mol (...)

20Enfin, l’autorité seigneuriale entraîne évidemment l’exercice de la justice pour les délits liés au non-respect des exigences. Les textes envisagent clairement une fraude qui en tentait plus d’un. La sanction peut aller jusqu’à la confiscation pour ceux qui brisent le ban du moulin mais les amendes, sans doute plus courantes, représentent un surplus et encore plus une affirmation de pouvoir suffisante pour que certains retiennent, lors de leur don, cette justice42. Sans être exceptionnelle, cette puissance banale qui s’exprime par le biais du moulin prend un relief certain dans l’Ouest. Dans cette zone où la seigneurie est bien implantée mais plutôt modérée dans ses contraintes et son prélèvement, le moulin occupe une place privilégiée dans l’encadrement. Il contrôle, exige plus que d’autres éléments du ban. Il se place au cœur du système de pouvoir dont il constitue un élément visible et majeur, justifiant pleinement l’intérêt qui lui est porté, intérêt que peut accentuer la perspective de revenus d’importance.

  • 43 Cartulaire de Fontaine-Daniel, no 139.
  • 44 Arch. dép. Mayenne, ms 33, no 355, Geslin de Bourgogne et A. Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagn (...)

21Les visées économiques ne prédominent sans doute pas aux yeux des maîtres, tout au moins dans un premier temps mais ces derniers se montrent sensibles, et de plus en plus, aux profits qu’ils peuvent tirer de ces moulins. Il faut amortir les coûts de la construction et d’entretien (encore que la corvée en réduise le montant) mais la moltura doit assurer des prélèvements en céréales très intéressants. Les moulins foulerets qui ne tardent pas à s’installer dans les villes d’abord mais aussi en milieu rural, beaucoup moins nombreux que les moulins à farine, semblent encore plus rémunérateurs. Aucun compte ne nous renseigne mais une approche indirecte n’est pas impossible. Sans doute le cas peut-il être exceptionnel et sa portée pas totalement économique mais le seigneur de Mayenne, en 1231, éteint une dette de 1000 Lt en donnant son moulin et l’eau de la Haie de Colmont à l’abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel43. Les contrats passés avec les meuniers disent suffisamment les gains envisagés. Au XIIIe siècle, un moulin manceau suscite deux versements de 4 L 15 st. par an, soit la ferme d’un très beau domaine et beaucoup plus qu’une métairie. Un peu plus tard, en 1302, un moulin breton est affermé 52 L44.

  • 45 40 L., Cartulaire de La Couture, no 415 ; 15 L de mansais, 8 Lt., 40 Lt., A. Bertrand de Broussillo (...)
  • 46 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 373.

22Encore plus clairement, les nombreuses et souvent lourdes rentes assises sur les moulins viennent confirmer leur bon rapport. Elles croissent très rapidement, car les seigneurs préfèrent distraire ainsi une part de leur revenu pour leurs aumônes en conservant la source de ce même revenu. Au XIIIe siècle, la pratique devient courante et les rentes atteignent éventuellement des sommes élevées, souvent décomptées en livres : 8,10, 4045. Les chiffres s’envolent si l’on considère les moulins foulerets qui participent à l’essor du textile dans les villes. Certes, leur rôle diffère assez nettement de celui des moulins à blé ruraux mais ils supportent des rentes considérables, ceux de Laval, 100 Lavant 1290. Dès 1215, la veuve du seigneur de cette même ville reçoit pour le partage des biens une rente de 11 000 st. soit 275 L., ce qui représente peut-être la totalité des revenus46. L’intérêt économique se montre incontestable. Sans doute, les moulins favorisent-ils la production mais surtout ils s’affichent comme l’un des piliers de la fortune seigneuriale. Par leur intermédiaire, la seigneurie prélève une part de la production en pleine croissance et s’assure ainsi une certaine prospérité qui conforte son assise. L’aristocratie n’est donc pas insensible à la croissance économique mais le moulin met bien en évidence son aptitude à en exploiter les fruits plus qu’à l’initier, au moins dans un premier temps. On comprend d’autant mieux le contrôle de la construction, la vigueur de certains affrontements, pouvoir et revenus pèsent lourd pour l’encadrement de la société.

  • 47 Fr. Attal, op. cit.

23Les implications dans la vie sociale et la domination des hommes ne sont pas toujours faciles à identifier mais divers aspects se laissent approcher sans trop de difficulté. En premier lieu, le moulin contribue grandement à l’aménagement de l’espace et à l’organisation du paysage. L’aménagement des rives, des cours d’eau modifie profondément l’environnement et c’est à une véritable réorganisation que se livrent les Prémontrés de Beauport en mettant sur pied aux alentours de leur abbaye, un véritable réseau intégré de biefs, de conduites, de barrages et de moulins, en ce domaine l’étude du terrain et l’archéologie deviennent de précieux secours47. Les moulins s’installent, si possible, sur les sites les plus proches des terres productives et l’on en voit certains accompagner les défricheurs. Le seigneur de Mayenne organise au début du XIIIe siècle la mise en culture de la forêt de Fosse-Louvain, aux limites de la Normandie ; aussitôt il installe un moulin.

  • 48 Elargissement du chemin du moulin, Cartulaire de Saint-Aubin, no 176, droit de passage, A. Grosse-D (...)
  • 49 Cf., note 16.
  • 50 Arch, dép., Maine-et-Loire, 3P4/118, Cadastre napoléonien, cant. Montreuil-Bellay.

24Le finage villageois, lui-même s’organise, en partie, en fonction de ses moulins. Même si le ban ne couvre pas un territoire homogène, il influence largement la vie d’un espace qui peut s’élargir à la paroisse et, en particulier, génère le réseau de circulation indispensable. Pour favoriser son accessibilité, les textes ne manquent pas de mentionner les chemins soit pour autoriser le passage, soit pour les améliorer48. A ce titre, les moulins deviennent des éléments structurants du paysage, de véritables références. Par contre, leur influence sur l’habitat demeure marginale dans cette zone où domine la dispersion. Pour d’évidentes raisons techniques, le moulin ne s’installe qu’assez rarement dans le bourg mais, quand un puissant veut renforcer un habitat ou créer un centre nouveau, il fait partie des éléments indispensables. Quand Guillaume de Gorron tente de développer un village neuf à la Tannière, les moulins accompagnent aussitôt le château et la chapelle49. Si ces installations ne créent qu’assez peu l’habitat, néanmoins à Courchamp, fondation de Saint-Aubin d’Angers, dans une zone d’habitat groupé, le cadastre ancien ne montre qu’un seul hameau en dehors du bourg, celui du moulin50.

  • 51 Encore en 1257, les meuniers de Saint-Gildas de Rhuys (Morbihan) sont dits feodati, A. La Borderie,(...)
  • 52 A. De La Borderie, op. cit., no 126, Arch ; dép. Mayenne, ms 35, no 355.

25Isolé ou non, le moulin est la base d’un personnage à l’influence incontestable sur le village. Le meunier le prend en charge suivant des modalités mal connues au XIe siècle, mais les termes feodum et feodatus fréquemment employés montrent qu’il s’agit d’un fief de ministérial tenu à titre héréditaire51. Non moins souvent, il est dit firmarius. Le moulin est tenu à ferme et le meunier peut retenir en général un tiers des revenus52. Celui de Jarzé est mis en arrentement perpétuel, moyennant des versements élevés et le serment de respecter toutes les stipulations du contrat, le meunier jouit d’une large autonomie d’action qui lui permet de faire fortune parfois sans scrupule comme le dit l’opinion villageoise.

  • 53 Jugon, Geslin de Bourgogne..., op. cit., Jugon 1, Deux-Evailles, E. Laurain, « Inventaire des titre (...)

26Sa fonction l’enrichit suffisamment pour en faire l’une des grosses fortunes du village et l’un des notables. Il témoigne dans les actes, acquiert suffisamment de biens pour faire des dons. Celui de Jugon donne une part de son jardin pour agrandir l’écluse et celui de Deux-Evailles peut se permettre, au XIIIe siècle, de racheter une part de son moulin et des terres attenantes, moyennant des opérations financières compliquées. Il a aussi épousé la nourrice de l’héritier seigneurial qui lègue d’ailleurs des biens à l’enfant qu’elle a élevé, signifiant ainsi les rapports étroits que la famille du meunier entretenait avec la famille du maître53. Le meunier ne se présente pas seulement comme un technicien ou un simple domestique, mais bien plutôt comme un élément fondamental des cadres de la seigneuries, ministérial de premier plan, il occupe une place charnière entre puissants et dominés qui lui assure fortune, pouvoir, influence et crainte respectueuse.

  • 54 « [...] defunctus Gaufridus de Mongiroul miles dederat et concesserat eisdem monachis in puram et p (...)

27Cette ambivalence du meunier traduit bien celle du moulin à l’égard de la communauté villageoise. Pour tous ses membres, ce dernier est un pôle de la vie économique mais aussi sociale : lieu de passage indispensable et instrument obligatoire, certes, mais bien utile, lieu de sociabilité par excellence mais aussi poste de contrôle de la production paysanne et d’exploitation seigneuriale. Le moulin devient vite un pôle majeur du village mais cela n’exclut par pour autant méfiance, réticence, voire refus. La fraude mal connue pour cette époque se soupçonne pourtant largement dans les précautions et règlements que distillent des textes nombreux. Il est vrai qu’un meunier particulièrement féroce, un moulin trop éloigné ou en chômage, pour ne pas parler de certaines incohérences de la carte du ban compliquaient singulièrement la vie et que les tentations étaient grandes. Parfois, l’on peut même saisir sur le vif une véritable opposition qui laisse une trace dans les documents de la justice. Le cas de Jarzé nous est relativement bien connu en raison d’un procès que l’abbaye de Savigny intenta à ses hommes en pleine révolte. En 1232, l’official du Mans rend une sentence dont le développement laisse entrevoir une vive résistance à une tentative seigneuriale. Le moulin avait été donné avec le domaine, la mouture et pertinentiis suis par un miles. Or les moines semblent avoir tenté de donner un sens précis et contraignant à ces vagues pertinentiae. Ils imposent de moudre au moulin, mais, invoquant la consuetudo patriae, ils ajoutent les corvées évoquées précédemment. Il y a donc essai de renforcement de l’exploitation seigneuriale qui entraîne une réaction des hommes, quatre seulement sont cités mais ce pourrait bien être les meneurs. En effet, le refus a été violent, le pré du moulin a été saccagé et le foin fauché, ce qui n’est quand même pas extrême. Le jugement rétablit bien sûr l’ordre seigneurial mais ne calma sans doute pas la tension54.

28La large généralisation du moulin à eau à travers tout l’ouest de la France pendant la grande croissance de l’Occident mais aussi son indéniable contrôle par les seigneurs laïques aboutissent à la mise en place d’un remarquable élément de l’encadrement des hommes. Même si des enquêtes sont à mener ou à compléter, sur le terrain, car l’archéologie peut beaucoup apporter mais aussi dans les fonds documentaires abondants et encore sous-exploités, un certain nombre de faits semblent avérés. L’Ouest ne demeure pas étranger à l’essor technique et le moulin banal connaît le début d’une longue carrière, au moins dans la seconde moitié du XIe siècle. Le cas n’attirerait guère l’attention si ce développement ne se produisait dans un contexte assez particulier. La grande dispersion des hommes rendait la mainmise seigneuriale difficile et les créations de bourgs ou de prieurés n’offraient que des solutions très partielles à la question. Aussi, la banalité du moulin présentait-elle une solution intéressante qui explique l’attachement des domini.

29Dans une seigneurie dont l’emprise se caractérisait par une certaine souplesse et un prélèvement plutôt moins pesant que dans bien des régions, le moulin devenait un instrument de choix. Il offrait toute une gamme de revenus dont l’évolution était directement en prise avec la croissance économique assurant ainsi à la seigneurie un confort évident mais bien plus, dans une population largement disséminée, cet instrument présent un peu partout devenait le symbole majeur de la puissance seigneuriale mais aussi l’un de ses agents les plus efficaces. Tous les dépendants devaient passer par lui et le contrôle, y compris sur la production, devenait possible. Le moulin de l’Ouest se présente comme l’un des facteurs majeurs de l’encellulement, il contribuait profondément à l’encadrement des hommes dans un contexte difficile, en ce sens ce fut bien l’un des piliers du système seigneurial.

Note

1 Le problème a été posé en ces termes dans un cadre général incorporant Maine et Anjou par R. Fossier, « L’apparition des moulins et l’encadrement des hommes », L’histoire des sciences et des techniques doit-elle intéresser les historiens ? Colloque d’histoire des Sciences et des techniques sur le moulin, Paris, 1982, p. 230-248. Pour une étude technique globale, G. Cornet, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, IXe-XIIIe siècle), Rome, Paris, Ecole française de Rome, 1992.

2 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, supplt no 7, de La Mayenne, Archéologie, Histoire, Laval, 1995 ; idem, « Moulins et société dans le Bas-Maine (XIe-XIIIe siècle) », La Mayenne, Archéologie, Histoire, t. 19, 1996, p. 39-53.

3 D. Pichot, « L’habitat dispersé dans l’ouest de la France (Xe-XIIIe siècle) : état de la question », Flaran XVIII, 1999, p. 65-95 ; Le village éclaté, villages, paroisses, seigneuries dans l’Ouest français (Xe-XIIIe siècle), à paraître. A. Chédeville et N.Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, XIe-XIIIe siècle, Rennes, 1987.

4 Il n’est ni possible ni utile de donner ici la liste de tous ces cartulaires, on la trouvera dans les ouvrages cités précédemment. Ont été surtout utilisés, les cartulaire de Saint-Vincent, La Couture et Marmoutier pour le Maine, ceux de Saint-Aubin, Saint-Serge et le Ronceray pour l’Anjou, et les recueils publiés pour la Bretagne : A. de La Borderie, Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (XIe-XIIe-XIIIe siècles), extrait de Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, Rennes, 1888, Nouveau recueil d’actes inédits des ducs de Bretagne et de leur gouvernement (XIIIe-XVe siècle), Rennes, 1902 ; Geslin de Bourgogne et A. de Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne, diocèse de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc-Paris, 1855-1879, 6 vol.

5 R. Philippe, L’énergie au Moyen Âge, l’exemple des pays d’entre Seine et Loire de la fin du Xe siècle à la fin du XVe siècle, Thèse dactylographiée, Paris, 1980 ; « L’Église et l’énergie pendant le XIe siècle dans les pays d’entre Seine et Loire », Cahiers de Civilisation médiévale, no 1-2, janvier-juin 1984. Ce dernier article envisage d’abord la question sous son aspect technique.

6 On peut citer parmi les travaux les plus intéressants, Fr. Attal, L’abbaye Notre-Dame de Beauport, une abbaye de Prémontrés en Goëlo, Paimpol, 1997, largement consacré à l’étude des aménagements hydrauliques. Deux articles concernent les moulins angevins dans les actes d’une table ronde tenue à Angers, D. Prigent et N.Y. Tonnerre, dir., La construction en Anjou au Moyen Âge, Actes de la table ronde d’Angers des 29 et 30 mars 1996, Angers, 1998, Y. Chauvin, « À propos des moulins du temporel de Saint-Serge d’Angers aux XIe et XIIe siècles », p. 217-231, B. Watkinson, « Saint-Martin de Thorigné, étude sur un édifice médiéval et son environnement », p. 233-243.

7 D. Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de l’économie rurale de la Neustrie (VIIe-IXe siècles) », dans H. Atsma, dir., La Neustrie, les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, 1989, t. 1, p. 367-404 ; E. Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, 1996.

8 R. Fossier, op. cit., p. 235, malheureusement l’enquête s’arrête en 1100, ce qui rend un peu problématique la deuxième étape qu’il voit débuter après 1090. Les sources du bas-Maine montreraient plutôt l’apogée d’une première étape suivie d’une seconde beaucoup plus tardive à partir de 1170-80 et culminant au début du XIIIe, D. Pichot, Le Bas-Maine, p. 359.

9 N. Y. Tonnerre, Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, Angers, 1994, p. 474-475.

10 R. Musset, Le Bas-Maine, étude géographique, Paris, 1917, p. 73-75.

11 B. Watkinson, op. cit.

12 « [...] constituerunt quoddam stagnant cum duobus molendinis ad grangiam de Montorram », G. Sourice, Le Loroux, une abbaye cistercienne dans le Baugeois, essai de reconstitution du patrimoine (1121-vers 1350) : formation et gestion, Les cahiers du Baugeois 1998, p. 317.

13 Y. Chauvin, op. cit.

14 « [...] fluvius...in quo sunt etiam duo molendina que illis simul tribuo jure perpetuo possidenda... Dono quoque illis quatuor molendina a muro prefate civitatis quasi cubitis sex distancia, in ripa muro proximo duo, in alia vero rippa altera duo collocata », P. de Labigne-Villeneuve, Cartulaire de l’abbaye Saint-Georges de Rennes, Rennes, 1876, no 1.

15 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 304.

16 A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de Saint-Michel de l’Abbayette, Paris, 1894, no 9, (1116). St-Berthevin-la-Tannière, dép. Mayenne, canton Landivy.

17 S’appuyant tant sur les textes que sur le témoignage des cadastres, J.-C. Meuret montre pour l’Anjou et le Maine la très fréquente association du manoir et du moulin, J.-C. Meuret, « Construction et habitat aux confins Anjou-Bretagne du XIe au XVe siècle, des textes au terrain », dans D. Prigent et N.Y. Tonnerre, La Construction en Anjou, op. cit., p. 141-176.

18 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 324. Landivy, dép. Mayenne, canton de. D. Pichot, « Les Deux-Evailles, une famille de la petite aristocratie du Bas-Maine (1211-1358) », dans E. Mornet, dir., Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à R. Bossier, 1995, p. 473-486. Deux-Evailles, dép. Mayenne, cant. Montsûrs.

19 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 358 ; Y. Chauvin, op. cit.

20 A. Dufief, Les Cisterciens en Bretagne (XIIe-XIIIe siècles), Rennes, 1997 ; G. Sourice, Le Loroux, op. cit.

21 Fr. Attal, op. cit.

22 Les exemples sont nombreux. Au début du XIIe siècle, les religieuses du Ronceray d’Angers passent contrat avec Geoffrooy Haslé. Il construira un moulin sur l’écluse qu’elles lui donnent puis, quand le moulin travaillera, chaque partie achètera une meule et le moulin sera commun. « [...] tali pacto quod faceret ibi molendinum et reficeret exclusam ; et quando molendinum moleret, abbatissa emeret unam molam et ipse alteram, et deinde molendinum et exclusa es sent communia », P. Marchegay, Cartularium monasterii Beatae Marine Caritatis andegavensis, Recueil de documents inédits sur cette province, Archives d’Anjou, t. 3, Angers, 1854, no 268. Autre exemple, Bénédictins de Solesmes, Cartulaire des abbayes de Saint-Pierre de La Couture et de Saint-Pierre de Solesmes, Le Mans, 1881, no 159.

23 Le cartulaire de La Couture du Mans, montre les principaux cas pour une vieille abbaye bénédictine, vers 1050. Guillaume de Doucelle donne la moitié d’un moulin à Auvers-le Hamon mais à la même époque, l’abbaye obtient le droit de construire un moulin à Saulges, entreprise assez rare, Cartulaire de La Couture, no 10-13. Saint-Serge d’Angers reçoit un moulin sur la Cantache en Bretagne, Cartulaires de Saint-Serge, no 122, mais l’abbaye est en association pour le moulin de Treilles, moyennant un versement de 60 sous plus un prêt de 40 autres, no 259. Pour le don de Juhel de Mayenne, E. Gouvrion et A. Grosse-Duperon, Cartulaire de l’abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel, Mayenne, 1896, no8.

24 « [...] Haimo de Castro que vocatur Vallis donaverit sancto Martino et nobis sui Majoris monasterii monachis aream ad faciendos molendinos in fluvio Wulcono in bosco Conciso, quod donum fecit pariter cum ipso filius ejus Guido, annuente quoque Hersende ipsius uxore. Accepit tamen pro eadem donatione pater VII libras nummorum et filius solidos V. Guarnerius de sancto Bertevino quicquid de hoc quod donatum est ad ipsum pertinebat, donavit et ipse. Gualdinus qui erat segregarius forestis, accepit V solidos et annuit donationi. Hujus filius Silvester ut et ipse annueret XV solidos accepit, amplius quam pater, hoc est simul XX sed et Guido de Ruxiaco V solidos accepit... », E. Laurain, Cartulaire manceau de Marmoutier, Laval, 1911-1945, Laval, no 11.

25 « W. de Baillai dedit... prisam aque et athacheiam ad opus molendini de Dompetra... pro qua concessione habuit X libras cenomannensium », la somme est importante mais il est possible que dans ce cas avec l’autorisation soit donnés des aménagement déjà réalisés, Arch. dép. Mayenne, ms 33, no 101 (1169-1220). « Guillelmus filius viarii de Desertinis concessit prisam aquae de Colmont in terra sua ad piscariam et ad molendinum ubicumque voluerimus ea facere in terra nostra ex altera ripa. » Il s’agit en fait de la confirmation de la donation antérieure par le père de Guillaume, lequel reçoit quand même 5 sous du Mans et quelque temps plus tard, quand les moines veulent effectivement construire un moulin, il élève une calupmnia à laquelle il renonce pour 7 sous, Arch. dép. Mayenne, ms 35, no 214 (1153-1161). Dompierre, en Mantilly, dép. Orne, cant. Passais, Desertines, dép. Mayenne, cant. Landivy.

26 B. Watkinson, op. cit. ; « [...] ut facto intervallo locum prias duobus molendinis aptum jam quinque satis sufficienter efficeret. » Cartulaires de Saint-Serge, I, 244. Thorigné, dép. Maine-et-Loire, cant. Châteauneuf-sur Sarthe.

27 « (...) Preterea de nemoribus abbatie ipsa Villana, ad opus molendinorum et excluse, que necessaria fuerint accipiet, et abbatia cum biano suo usque ad ripam adducet », Cartulaire du Ronceray, no 292. Epinard, Cantenay-Epinard, dép. Maine-et-Loire, canton Angers.

28 La moltura est citée pour la première fois à Saulges, dans le bas-Maine vers 1050, D. Pichot, « Moulins et société... », op. cit., p. 47-48. En Anjou, les cartulaires de Saint-Serge donnent des mentions de la seconde moitié du XIe, Cartulaires de Saint-Serge, I, 259.

29 « Dans l’ouest et le centre de la France, Anjou, Poitou, Auvergne, les deux phénomènes d’équipement sont synchroniques des deux phases de dévolution successives du pouvoir », R. Fossier, op. cit., p. 234.

30 N. Y. Tonnerre, op. cit., p. 474-475 ; P. André, « Un village médiéval breton du XIe siècle : Lann-Gouh en Melrand (Morbihan) », Archéologie médiévale, t. 12, 1982, p. 155-174.

31 A. Chédeville dans sa synthèse sur la Bretagne féodale mentionne un premier texte attestant la banalité d’un moulin seulement en 1180, tout en laissant entendre qu’il ne faut peut-être pas conclure trop hâtivement (A. Chédeville et N.Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, op. cit., p. 337-338). En effet, une charte de Marmoutier datée de 1040-1070, évoque une molta au nord de Rennes, Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 6H 33.

32 « Quod si forte molendinum Radulfi non erit legitimum prefati homines ad aliud molendinum... », Arch. dép. Mayenne, ms, 33, no 51 (1180). Ernée, dep. Mayenne, canton de.

33 Anciens évêchés de Bretagne, livre 4, St Jacut, no 27, St Magloire de Lehon, no 47 ; Arch, dép. Ille-et-Vilaine, 6H 33. Chauvigné, dép. Ille-et-Vilaine, canton Antrain.

34 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, t. 1, col. 813-814.

35 C. Cornet, op. cit., p. 393.

36 Cartulaire de La Couture, no 159.

37 R. Charles et S. Menjot d’Elbenne, Le Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, no 403-409, Arch. dép. Mayenne, ms, 33, no 81.

38 « Dedi molendina mea de Corputragio cum pertinentiis... et juribus... et cum usagio quod habeo in foresta de Pail ad opus dictorum molendinorum et eciam ad opus aliorum molendinorum si fierent in dicta castellania et cum biannio et corvea hominum meorum ad reparandum et faciendum fossata et exclusas et calciatas et ad ducendum ligna et molas et alia necessaria molendinis... », E. Laurain, Cartulaire de Montguyon, tiré à part du Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, Laval, 1904, no 4.

39 Arch. dép. Mayenne, ms 35, no 353. Voir note 50.

40 Mentions de moulins détruits : Treilles, en Anjou, Cartulaires de Saint-Serge, I.348, A. Bertrand de Broussillon, Cartulaire de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers, no 632.

41 A. Chédeville, Liber controversiarum Sancti Vincentii cenomannensis, no 53.

42 Cartulaire de La Couture, no 159 ; En 1252, Guillaume de L’Ecluse donne une terre « suivis meis molturis et emendis », Arch. dép. Mayenne, ms 33, no 51.

43 Cartulaire de Fontaine-Daniel, no 139.

44 Arch. dép. Mayenne, ms 33, no 355, Geslin de Bourgogne et A. Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne, op. cit., livre 4, Saint-Jacut, no 27.

45 40 L., Cartulaire de La Couture, no 415 ; 15 L de mansais, 8 Lt., 40 Lt., A. Bertrand de Broussillon, La Maison de Laval (1020-1605), Paris, 1903, no 324, 465, 482.

46 D. Pichot, Le Bas-Maine, op. cit., p. 373.

47 Fr. Attal, op. cit.

48 Elargissement du chemin du moulin, Cartulaire de Saint-Aubin, no 176, droit de passage, A. Grosse-Dupéron, Le prieuré de Berne, Mayenne, 1904, no 4.

49 Cf., note 16.

50 Arch, dép., Maine-et-Loire, 3P4/118, Cadastre napoléonien, cant. Montreuil-Bellay.

51 Encore en 1257, les meuniers de Saint-Gildas de Rhuys (Morbihan) sont dits feodati, A. La Borderie, op. cit., no 130, Cartulaire de l’Abbayette, no 29, Cartulaire de La Couture, no 300, Cartulaire de Montguyon, no 4, meunier hereditarius, Cartulaires de Saint-Serge, I.321.

52 A. De La Borderie, op. cit., no 126, Arch ; dép. Mayenne, ms 35, no 355.

53 Jugon, Geslin de Bourgogne..., op. cit., Jugon 1, Deux-Evailles, E. Laurain, « Inventaire des titres de la Beschère », Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, t. 26 à 29, no 11-14-19, D. Pichot, op. cit, p. 482.

54 « [...] defunctus Gaufridus de Mongiroul miles dederat et concesserat eisdem monachis in puram et perpetuam elemosinam... totam terrain suam dominicam de Jarzeio cum molendino et molta eipertinente et stagno et omnibus pertinentiis suis... proponerent insuper dicti abbas et conventus quod dicti hommes molere ad molendinum supra dictum tenebantur et quod ipsi per consuetudinem patriae et mondare alveolum molendini supradicti et biagium facere et in ? ad reparationem molendini supradicti et molam portare tenebantur. Et cum dicti homines proedicta facere antedictis monachis minus juste recusarent, petebant dicti abbas et conventus a praedictis hominibus quod facerent eisdem omnia supradicta ad molendinum supradictum, petebant insuper abbas et conventus restitutionem cujusdam prati pertinentis ad memoratum molendinum cum foeno prati memorati de quo spoliaverant abbatum et monachos ut dicebant », Arch. dep. Mayenne, ms 35, no 353.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 1
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24416/img-1.jpg
File image/jpeg, 316k
Legenda Figure 2 : Localisation des mentions de moulins dans le bas-Maine
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24416/img-2.jpg
File image/jpeg, 171k

© Presses universitaires du Midi, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search