Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Meuniers et moulins du comté de Sancerre à la fin du Moyen Âge

Françoise Michaud-Fréjaville

Texte intégral

  • 1 Louis de Sancerre (1342-1403), fils cadet de Louis II mort à Crécy.
  • 2 Jean de Bueil (1406-1478), après un long intermède judiciaire, hérita le comté de sa mère, fille d (...)
  • 3 Arch. dép. Cher, 6 F 54 : registre de copies d’aveux des XIVe-XVe s.
  • 4 Arch. dép. Cher, 13 H 188, Lièves (censiers) et registre d’actes notariés, 1392-1450.
  • 5 M. Desmarchelier, « Les relations entre les abbayes cisterciennes possessionnées dans le nord-est (...)
  • 6 Le chapitre cathédral avait organisé une de ses « prévôtés » autour de la terre de Beaulieu ; cell (...)

1Il peut paraître assez dérisoire de vouloir s’intéresser, auprès de rapports qui traitent de vastes territoires, à une petite région du centre du royaume de France. A l’époque qui nous occupe (XIVe-XVe siècles), l’intérêt de cette partie nord-est du Berry ne venait pas tant de sa richesse économique, malgré la qualité déjà reconnue de ses vins, que de sa situation stratégique entre domaine royal (ou ducal au temps de Jean de Berry de 1360 à 1416) et Bourgogne, de son rôle dans la circulation interne du pays par la surveillance du cours de la Loire et de la route Paris-Bourges-Montluçon et surtout tout simplement de la place que tinrent ses seigneurs au cours de la guerre de Cent Ans. Fidèles des rois Valois, ils avaient donné leur sang à Crécy, fourni un grand homme de guerre, Louis, maréchal puis connétable de France, jugé digne de reposer à Saint-Denis1 ; ils tinrent bon dans leurs forteresses qui protégeaient la province-refuge de la royauté. Finalement le comté échut à l’amiral de Charles VII, théoricien de la carrière militaire par surcroît, Jean de Bueil2. Si le domaine propre des Sancerre était assez réduit, la « tour des fiefs » de Sancerre recueillait les hommages d’environ une soixantaine de vassaux directs3. Des établissements religieux d’importance moyenne disposaient de seigneuries foncières à leur taille : l’abbaye de chanoines réguliers de Saint-Satur était localement la plus importante, ses biens se répartissaient sur l’ensemble du comté4 ; les Cisterciens de Chalivoy furent sans doute moins médiocrement dotés au sud du comté que le laisse croire leur total oubli aujourd’hui5. Depuis Bourges, le chapitre cathédral, celui de Saint-Pierre-le-Puellier, les abbayes bénédictines de Saint-Laurent (établissement féminin) et de Saint-Sulpice envoyaient de rigoureux receveurs tenir à jour l’état des lieux, malgré les risques des temps et les guerres6. Finalement, la quantité de renseignements apportée par le travail quotidien de clercs souvent plus scrupuleux que novateurs permet de dresser un tableau de l’économie de cette région qui ne soit pas trop simplificateur. On aurait aimé qu’au bout du compte se révèle une originalité que nous n’avons pas rencontrée.

  • 7 Les moulins à vent sont fort rares dans la documentation berrichonne médiévale. Pour la région qui (...)

2Au cours de cet essai, après avoir abordé la distribution spatiale des moulins, liée aux conditions physiques mais aussi géopolitiques, nous verrons l’usage des moulins, et enfin nous examinerons l’histoire de leur exploitation, entre surveillance et liberté, de 1300 à 1500. Faute de documentation, il ne sera pas question des moulins à vent7.

  • 8 R. Dion, Histoire des levées de la Loire, Paris, 1961, p. 28.

3La nature permet de comprendre la répartition des moulins à eau dans le comté, c’est-à-dire en Pays-Fort et en Sancerrois proprement dit. La région appartient géographiquement aux auréoles sédimentaires qui forment le Bassin Parisien : il s’agit ici des plateaux calcaires du crétacé supérieur dont la faible altitude (230-250 m) s’élève peu à peu vers le sud pour dominer les étendues jurassiques de la champagne de Bourges. Le terme plateau peut paraître étrange aux voyageurs qui parcourent un paysage vallonné, où il faut sans cesse descendre pour rejoindre les pontets qui sautent d’infimes ruisseaux, et ensuite remonter afin de parvenir aux villages installés sur les interfluves. De plus, des placages de silex et des marnes où des mares se forment spontanément portent de grandes étendues forestières ; des bois de chênes et de hêtres dessinent une épaisse limite à l’ouest du comté. Vers l’est une petite ligne de côte de moins d’une centaine de mètres de haut marque le passage à la couche géologique antérieure, celle des calcaires jurassiques, qui caractérise l’immédiat arrière pays de Sancerre. Surtout, une série de failles a surélevé ces terrains au dessus de la Loire, créant des abrupts et des suites de collines, favorables aux vignobles, d’où dégringolent les ruissellements qui alimentent la Loire berrichonne. La vallée du fleuve ne se présente plus comme au Moyen Âge. Non seulement les divagations naturelles des divers bras ont créé des îles plus ou moins rattachées à l’une ou l’autre rive, comme celle de Bannay8, mais à partir du XVIIe siècle des aménagements de canaux ont entraîné des modifications dans le rapport des villages riverains au fleuve, aux routes et aux prairies.

4La géographie a donné au comté de Sancerre un réseau hydrographique qui suit deux directions différentes. La partie occidentale, le Pays-Fort, est le bassin de la grande Sauldre, avec ses affluents la Salereine, la Balance, l’Ionne, grossièrement de direction sud-est-nord-ouest. Ces rivières ont une très faible pente, de petits affluents très courts et peu abondants, parfois non pérennes. Elles présentent des zones marécageuses sur les marnes et actuellement des divagations dont certaines sont la trace d’anciens canaux de dérivation désormais abandonnés. Au contraire, les eaux de la partie orientale courent vers l’est alimenter directement la Loire. À l’exception de la Vauvise qui dispose d’un véritable petit bassin (la Benelle, le Rognon), et reste longtemps dans la vallée parallèle à la Loire, il s’agit de ruisseaux (Les Planche-Godard, La Belaine, la Judelle, la Balance, Les Trappes) qui ont profité des fractures pour dévaler des collines sur quelques kilomètres et dont la pente est relativement rapide. De Santrange à Maimbré le ruisseau de l’Avenelle a une dénivellation de 46 m sur 6,5 km et il portait au moins neuf moulins au XVe siècle, tandis que la grande Sauldre ne descend en 20 km que de 44 m entre SensBeaujeu et Barlieu, le débit de la seconde remplaçait la vitesse de la première et permettait de faire tourner au moins treize roues. Dans ce pays où les deux systèmes hydrographiques se tournaient le dos et se présentaient de façon radicalement diverse, ils permettaient pour chacun, dans les conditions techniques de l’époque, un équipement en moulins tout à fait comparable.

5En parcourant divers types de documents laïcs et ecclésiastiques, aveux, comptabilités, liasses de baux, j’ai pu repérer environ quatre-vingt moulins avec des localisations à peu près précises et des recoupements sûrs qui ont évité les doublons. Tous ces moulins se retrouvent, avec parfois des modifications de nom sur la carte de Cassini, laquelle en ajoute environ une trentaine supplémentaire, dont rien ne dit qu’ils existaient à la fin du Moyen Âge. Un bon nombre de tous ceux-là figurent encore dans la toponymie contemporaine alors qu’ils ont perdu tout mécanisme et agencement particuliers.

  • 9 Charnes, bois, com. de Bannay et de Saint-Satur, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher.
  • 10 Charpignon, ham. (seigneurie donnée à Louis de Sancerre dans son héritage), com. Sury-es-Bois, can (...)
  • 11 Buranlure, château, com. Boulleret, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher.
  • 12 Pesselière, château, com. Jalognes, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher (cf. A. Buhot de Kersers, Hi (...)

6Ces moulins étaient pour la plupart liés à un système d’étangs, facilité par la présence des argiles à silex et des marnes. C’est le cas des étangs et moulins de Charnes et de Vilatte appartenant au comte, réservoirs soigneusement entretenus en raison de la faiblesse du bassin de réception des eaux d’une colline de 10 km2 aux portes de la capitale du comté9, comme des moulins de Bannay dont l’altitude était à peu de chose près celle du confluent avec la Loire, ou de Charpignon sur la Salereine10. Beaucoup de ces étangs rassemblaient en fait les eaux des petits affluents de la Sauldre (comme La Balance qui passe au Noyer et à Jars) afin d’accroître le débit d’une rivière permanente mais paresseuse. Les étangs, restés au XVe siècle le plus souvent en gestion directe permettaient aussi de fructueuses pêches, outre qu’ils offrirent aux petites maisons fortes la possibilité de s’entourer de fossés vifs comme à Buranlure11 ou Pesselière12. Cette situation peut expliquer la permanence d’occupation d’un certain nombre d’établissements tout au long de notre période. Par ailleurs, la nécessité de trouver à la fois le point d’ancrage du barrage, les espaces de la retenue d’eau et des biefs, permet de constater que les moulins qui sont désignés par le nom des villages ne sont pas en général situés à proximité immédiate de celui-ci. Les implantations d’habitat groupé se trouvent, surtout en Pays-Fort, éloignées des risques d’inondation, loin des bas-fonds et des zones brumeuses hivernales. Barlieu, Thou, Sury-es-Bois, Assigny en sont des exemples. C’est également, au sud du comté, le cas des moulins « de Groises », l’un sur la Chantereine (éponyme), l’autre sur le Forbois (Les Bordes), sis à près d’une lieue du village.

7Le grand nombre de moulins amène à se demander quel fut leur statut juridique dans cette région largement régie, en théorie, par la coutume de Lorris. Les moulins que j’ai repérés pour la période 1300-1500) peuvent se rattacher pour 60 % à la fortune laïque. La récapitulation suivante, grossière, montre que l’église et la famille comtale considéraient bien que la maîtrise de la production d’énergie demeurait une des prérogatives seigneuriales :

Les Moulins du comté de Sancerre (1300-1500)

  • 13 Coutume de Lorris, Titre X : Des servitudes réelles, art. 8.
  • 14 Coutume de Lorris, Titre V : Épaves et confiscations, art. 2.
  • 15 Arch. dép. Cher, 6 F 10 (8 juin 1540).
  • 16 Coutume de Lorris, Titre XV : Du droit de succession, art. 16 : « Moulins ou moulins tenus en fief (...)
  • 17 L’Étang ham, com. Beaulieu, can. Châtillon-sur-Loire, arr. Montargis, Loiret. Arch, dép. Cher, 8 G (...)

8La coutume de Lorris se contente de déclarer qu’on ne peut retenir l’eau d’une rivière perpétuelle pour faire tourner un moulin « sauf aux moulins qui ne peuvent autrement mouldre sans escluser13 », de même elle dit qu’il est loisible à chacun de faire un étang dans son héritage, s’il ne prend ni sur un chemin ni sur le bien d’autrui14. En 1540, lors des remarques sur la coutume faites en public, il fut réaffirmé que « chacun peut en son héritage par lequel passe un fleuve non navigable ni public, faire édifier moulin, pourveu que ce soit dans les fins et limites d’aucune terre et limites de seigneurs ayant moulin bannier et que le lieu soit disposé pour ce faire, à savoir qu’il y ait sault » ; le comte de Sancerre s’opposa en vain à cette opinion15. La même coutume n’imposait d’ailleurs pas de conserver un moulin banal et ses revenus à l’héritier aîné d’un fief noble16. La mention de moulin banal, de fait, est fort rare dans les textes de cette région. La seule que j’ai trouvée qui soit parfaitement claire concerne le moulin « bannier » du village de l’Étang-le-comte17, lequel en 1446 était, comme nous allons le voir plus loin, en si « petit point » qu’il fallait en réduire le fermage.

9De fait, il semble qu’à la fin du Moyen Âge, la liberté soit grande d’établir des moulins en Sancerrois et que les limites aux installations aient été essentiellement financières plus que techniques. C’est ce qui peut expliquer que dès le XVIe siècle et la fin de la reconstruction furent en place la majorité des moulins répertoriés sur les cartes de l’Ancien Régime.

***

  • 18 Des mises au point générales et particulières et une bibliographie sur les étangs, biefs et moulin (...)
  • 19 Arch. dép. Cher, 4 H 506, no 3. Cf. F. Michaud-Fréjaville, « Eaux, moulins, usages et paysages à I (...)

10Nous ne savons par nos textes presque rien des techniques propres de ces moulins18. Les baux et les réparations ne sont pas très prolixes sur la position des installations par rapport aux chutes d’eau. La représentation la plus réaliste qui existe pour le Berry date du début du XVIe siècle et est malheureusement un peu extérieure au comté de Sancerre. Elle concerne la vallée de la petite Sauldre, dans la partie directement rattachée au duché19. Néanmoins les trois constructions qui sont représentées sur cette peinture permettent de se faire une idée des paysages des vallées de l’est berrichon et de leur équipement. Sur les trois moulins deux ont un système d’arrivée de l’eau sur la roue dit « par en dessous » et un « de poitrine », ces points d’attaque, tous deux caractéristiques des chutes de faible hauteur plus que de médiocre débit, ne rendent pas très performante l’énergie transmise par la roue.

  • 20 Thou, com, can Vailly-sur-Sauldre, arr. Bourges, Cher.
  • 21 Récy, ham., com. Vinon, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher.
  • 22 Arch. dép. Cher, 13 H 188, 1453.
  • 23 C. Toulier, Canton d’Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), Orléans, 1994 (Images du patrimoine, 145), p (...)

11La façon précise dont ces moulins étaient agencés et exploités reste problématique. On nous précise que certains exerçaient une double action, meule et battoir, à farine et à foulon (Moulin de Thou sur la Sauldre20, et de Ménétréol-sous-Sancerre sur la Vauvise) ou seulement à battoir (Moulin Bodet à Récy21, désigné également comme le « Moulin d’amour », peut-être en raison de son cœur battant), mais à tan ou « escorsses » et à foulon. Les chanoines de Saint-Satur ont à Fontenay, aux portes de leur village, « une place ou souloit estre trois molins » sur laquelle le preneur « pourra faire ce que bon lui semblera avec le danger de l’eaue, et il n’empechera l’eaue de fluer... mais ne pourra faire en la dite muraille molin a ble, a drap, a escorsses22 » ; s’il restait au nouvel arrivant l’activité de la forge on s’interroge sur la triple installation antérieure. On peut d’abord imaginer une alternance des actions exercées par la roue plutôt qu’un partage de l’énergie. On peut également penser à des moulins en amont desquels les eaux se divisaient pour animer deux chutes et de part et d’autre du bâtiment et faire tourner deux roues, le tout sis donc sur une île artificielle, ainsi que se présentent le moulin Perré a Azay-le-Rideau depuis le XVIe siècle23 et ceux, plus célèbres, de Pont-Aven, édifiés au XIXe siècle.

  • 24 Arch. Dép. Cher, 6 f 125, 1er janvier 1489 (n. st.).
  • 25 Ce n’était pas le cas dans une structure similaire que j’avais rencontrée à Ivoy-le-Pré où le pren (...)
  • 26 Arch. dép. Cher, 3 H 188, fol 30 v. et 13 H 145, no 1, fol. 2.

12La question est d’autant moins simple, et j’avoue ne pas avoir là-dessus beaucoup de renseignements, que les deux activités étaient menées parfois par deux maîtres meuniers distincts. On doit supposer pour Jacquet Gaultier, foulon, qui doit s’installer au moulin à blé de Saint-Bouise tenu par Jean Gamyot et Robin Blanchard et y construire dans les trois mois un moulin à drap24, un arrangement horaire, des tours de garde en cas de danger des eaux ou menace des hommes. Le comte donnait à bail à rente en argent, au titre des rentes muables, le moulin à drap de Ménétréol tandis que le moulin à blé était donné en nature, en général par tiers froment, seigle et mouture, et ce à deux preneurs différents, chacun pour « le » moulin de Ménétréol25. Saint-Satur, en outre, avait un emplacement contre ce double moulin de Ménétréol où en 1402 le maréchal du lieu s’engageait à bâtir une forge26 ! Nous devons penser à une véritable mise en commun de l’emploi du temps avec rotation des trois utilisateurs, et si l’on peut imaginer deux roues, on ne saurait en admettre difficilement plus.

  • 27 Arch. dép. Cher, 6 F 113, fol. 5.
  • 28 Arch. dép. Cher, 6 F 125, fol. 13 : bail perpétuel.

13La question des responsabilités des dysfonctionnements et des dégâts n’est pas abordée dans nos sources, ni sous forme théorique – dans la coutume de Lorris par exemple-, ni de façon pragmatique à l’occasion d’un procès opposant les deux usagers. En revanche, il est évident que, longtemps, les réparations de ces types d’équipement ont été aux frais des seigneurs : en 1396 le moulin de Ménétréol a été réparé « tout à neuf » et a chômé du 23 juillet au 23 septembre, les neuf semaines ont été décomptées des redevances des fermiers et les ouvriers furent payés par la caisse du receveur seigneurial27. La présence proche du maître permettait peut-être en ces temps encore assez patriarcaux de résoudre des heurts qui nous paraissent inévitables. Nous savons que les habitations des meuniers ne faisaient pas corps avec les bâtiments abritant les mécanismes, et faisaient parfois l’objet de baux séparés ou de mentions particulières dans ces contrats comme pour Simon Thiault au moulin de la Roche (actuellement la Rèche) à Recy28.

  • 29 Arch. dép. Cher, 6 F 129, fol. 83v.

14Les cohabitations techniques, financières et humaines paraissent d’ailleurs de plus en plus difficiles à assumer au fur et à mesure que le temps passe. En 1471 le divorce est accompli à Ménétréol : Jean Regnard, foulon, prend à sa charge la moitié des réparation du bief du moulin, mais il est défrayé par 115 sous tournois du « remuage du molin a drap, lequel a esté mis hors des molins a ble dudit Menestreol... ». Le meunier des grains, Jehan Bardon, est, de son côté, indemnisé de soixante sous pour avoir « refait faire la roe du moulin de dessous et le chemin d’icelui parce que la dite roe et le chemin estaient rompus29... »

***

  • 30 Arch. dép. Cher, 6 F 102, 1336 : 140 charrettes de pierres et de sablon pour le moulin de Thou, se (...)
  • 31 Arch. dép. Cher, 6 F 103, rôle 10 : on ne trouve à qui les donner.
  • 32 Arch. dép. Cher, 6 F 104, rôle 15 : « Des molins de Groises qui doivent chascun an IIII septiers [ (...)

15La succession des heurs et malheurs des moulins de cette région n’a rien que de fort ordinaire : les comptabilités seigneuriales montrent que dans les premières décennies du XIVe siècle les receveurs assumaient une surveillance efficace et un bon entretien, en particulier grâce à l’utilisation encore possible de charrois de corvées pour les réparations et les installations de barrage et de biefs, considérées d’intérêt collectif partout où ne s’exerçait pas la coutume de Lorris30. Les premiers signes de crise apparaissent vers 1349-1350 : on commença à trouver avec difficulté des preneurs aux taux exigés antérieurement et surtout la désertion des zones proches de la Loire entraîna un premier arrêt des moulins, par exemple ceux de Récy31. Une génération plus tard ceux de Groises se révélèrent à leur tour sans profit quand, en 1375, le receveur ne réussit pas à se faire payer sur les biens propres des tenanciers32.

  • 33 Arch. dép. Cher, 6 F 111, fol. 14 : « Du molin batoer de Saint Boise qui estait baillé a XVI l. t. (...)
  • 34 Arch. dép. Cher, 6 F 104 (1375), rôle 34.
  • 35 Arch. dép. Cher, 6 F 112, fol. 5v.
  • 36 Sagonne, com., can. Sancoins, arr. Saint-Amand-Montrond, Cher. La seigneurie relevait du Bourbonna (...)
  • 37 Arch. dép. Cher, 6 F 113.
  • 38 Ibid., fol. 16 v. : « Molages prisés par Gaugy, le meusnier de Turmeau, le meusnier de Galenton, J (...)

16Les difficultés dues à la dépopulation ont été sans doute aggravées par une nouvelle pratique seigneuriale qui consistait à demander aux preneurs de prendre une part des travaux à leur charge. Parfois l’opération réussit : ainsi le moulin battoir (à foulon) de Saint-Bouise en 1392, qui était tombé, fut redonné avec une clause de réfection et repartit pour un demi siècle33. Mais en 1395, à l’étang de Bannay dont les derniers travaux sur les meules dataient de vingt ans et avaient représenté le tiers des dépenses en denier affectées à la graineterie34, « Guillaume le meunier qui l’avoit pris à faire tout à neuf est mort » et ce fut aussi la mort médiévale de l’installation35. Une autre solution, si l’on peut dire, avait consisté pour le seigneur à se décharger des poids morts en cadeau à un vassal ou un parent. L’opération fut parfois aventurée : si les moulins de Récy qui avaient repris leur fonction furent mis dans le lot de Louis de Sancerre nous ne les retrouvons pas dans sa comptabilité sancerroise ; trop excentriques ils devaient avoir été rattachés aux revenus de sa terre de Sagonne36, en revanche les livres rendus au maréchal gardent trace d’un entretien soigneux des moulins propres de l’héritage de Louis, ceux de Badineau (Barlieu) de Thou et de Vailly. Mais quand en 1396-1397 tous les moulins comtaux furent repris en main, donnés à bail, révisés, voire refaits, ceux de Récy durent subir une complète réfection entre le 5 juin et le 16 août, période de l’étiage et des moissons, ce qui trahit un évident état d’abandon37. A l’occasion de cette remise a plat nous avons la trace des visites des experts locaux. Ainsi, des meuniers des alentours, non dépendants du comte, furent-ils appelés pour évaluer le capital que représentaient les moulins de Ménétréol-sous-Sancerre. Ils chiffrèrent à 86 l.t. ce qui n’avait été prisé « que LXXVII l.t. quand Jean Mereau prit les dits molins et depuis est au chef de ses années et de son terme... et depuis ont esté prisees les aises dudit molin par lesdits meusniers sur Thierry des Molins à la somme de IIIIXXXVI l.t ; et ainsi est deu à Mereau ix l.t.38 ».

  • 39 Arch. dép. Cher, 13 H 188, fol. 40 : (10 avril 1425), bail à 29 ans du moulin Gillard de Thirepoig (...)
  • 40 Arch. dép. Cher, 6 F 111 (1423-1424), fol. 4v., 15v.
  • 41 Arch. dép. Cher, 8 G 1086, cahier de 18 folios en français. Les moulins de l’Avenelle occupent les (...)
  • 42 Le Grand étang, com. Savigny-en-Sancerre, can Vailly-sur-Sauldre, arr. Bourges, Cher.

17Les années 1412-1445 ont été les plus troublées de la fin du Moyen Âge dans cette région, les baux sont inexistants ou presque. On ne relève guère que le bail des moulins de Subligny par Saint-Satur en 1425, le meunier s’y engage à fournir les meules et la charpente39. Le registre du receveur du Dauphin d’Auvergne à Sancerre en 1423-1424 semble montrer que ne tournaient plus que les moulins à drap de Ménétréol, de Saint-Bouise et de Thou40. Pourtant il semble alors que l’initiative d’entrepreneurs particuliers ait permis de maintenir une activité qui ne faisait que de très loin l’objet de la surveillance seigneuriale. Nous en avons un exemple dans la terre de Beaulieu dépendant du chapitre de Saint-Étienne de Bourges. En 1446 deux commissaires, les chanoines Genfroi Dauly et Philippe Chastelain, procédèrent à une visite minutieuse de cette prévôté de Beaulieu ravagée par des années d’incursions d’écorcheurs, de troupes régulières royale et de Bourguignons41. Une séquence est consacrée au parcours effectué en remontant l’Avenelle, rivière sur laquelle, je l’ai dit, ne s’échelonnaient pas moins de neuf moulins distants les uns des autres de moins d’un kilomètre. Un très vaste étang tout en amont, dont subsiste le toponyme42, et de nombreuses mares alimentant une pente rapide expliquent l’utilisation de ce petit ruisseau. La visite fut à la fois désolante dans l’immédiat, et pleine d’espoir pour le futur. Six installations sur les neuf se révélèrent inactives. Les raisons invoquées offrent un résumé des malheurs des temps : les meuniers ont été rançonnés « tant de fois par gens d’armes » (L’Étang-le-comte), les moulins ont « été pieça brules » (Chavenèche). Le résultat est clair : les bois ont envahi les lieux et on ne retrouve plus rien (dessus Mainbray), à peine a-t-on pu repérer le moulin, il n’y a plus de meule ni de moulage (La Ronde), à Chavenêche on ne « sait rien voir ni estimer ». Les biefs sont rompus (La Ronde) ; aux Guédons, le chaillo n’est pas tout à fait « chu en bas » mais le bief est crevé. Au mieux, on a déménagé les équipements pour les sauver : la roue du vieux moulin Pelisson a été ôtée et menée à Beaulieu « afin qu’elle ne soit perdue ou rompue » ; au pire on les a emportées, mais perdues (!) comme celles de Chavenèche. Les tenanciers sont partis, les héritiers de Pelisson ont renoncé, les habitants de Flory s’en sont allés çà et là.

  • 43 Le bail à Geoffroi Tramblay est mentionné dans le compte de Beaulieu de 1381 : Pro tercia porte mo (...)
  • 44 Arch. dép. Cher, 8 H 1086, fol 7v. : Le moulin Ferrant alias Bardin « ne doit à mesdits seigneurs (...)
  • 45 P. Cravayat, « La guerre de Cent ans et le dépeuplement de la terre de Beaulieu-sur-Loire », Mémoi (...)

18Cependant on voit à travers les descriptions d’autres moulins que toute vie n’est pas absente : le moulin de Maimbray « est de présent en bon état et bien molent », le Moulin du chapitre et le moulin Tremblay sont en marche. Une famille de meunier a persisté à travailler, ce sont les Tramblays : Geoffroy a tenu le moulin Flory et l’avait fait « refaire et soutenir » avant qu’il ne soit finalement abandonné ; Pierre avait hérité de son père un autre moulin que ce dernier avait fait « au tout » – et il en porte d’ailleurs aujourd’hui encore le nom de Tremblay43. Le moulin Ferrant alias Bardin (actuel Moulin du Chapitre) était également à des héritiers Tramblay, mais ceux de Géraud, lequel l’avait fait faire « tout à neuf et les bief avec ». Les trois moulins occupés par les meuniers Tramblays avaient été baillés (quand ?) avec des charges très allégées, en raison des travaux que les tenanciers avaient assumés44. Ils continuaient en 1446 à tourner et à satisfaire apparemment les besoins des habitants de la vallée de Santrange. On doit se demander si l’abandon des autres ne correspondait pas à un suréquipement parfaitement inutile à une population diminuée, elle aussi, au moins des deux tiers depuis la fin des années 139045.

Les moulins de la terre de Beaulieu au XVe siècle

  • 46 Arch. dép. Cher, 8 H 1086, fol. 8 : en bas de page, copie du bail du 28 juillet 1466 à Pierre Rola (...)

19Le retour à une situation politique meilleure mais également le retournement démographique amenèrent la réouverture d’anciens moulins de l’Avenelle : le moulin aux Guédon fut baillé à nouveau en 1466 à une famille de meuniers de Ménétreau (Boulleret), à charge de refaire le moulin de bois, de meule, de fer, dans et hors l’eau et d’édifier une maison au dessus du moulin de trois toises sur quatre de bon bois équarri (5,50 m x 7,79 m), couverte de chaume. En compensation le moulin recevrait la meule qui était autrefois à Pelisson, estimée valoir cent sous. Néanmoins, le toit de chaume devrait faire place à un toit de tuile dans les quatre ans. On considérait donc que ce laps de temps aurait suffit pour avoir des bénéfices permettant un tel investissement, d’autant que la redevance de vingt sous annuels ne courrait qu’à partir de la troisième année. De fait, au bout de sept ans les chanoines n’auraient encore récupéré que la seule valeur de la meule46.

  • 47 BNF, ms. fr. 3198 : État des feux de 1565 qui conforte, pourtant après les troubles de 1562, les d (...)
  • 48 Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre, s l. [Genève], 1574, cf. G. Nakam, Au lende (...)

20Le retour des autres moulins à leur activité ne nous est pas connu, le témoignage des cartes permet d’assurer que tous furent remis en état sous l’ancien régime ; on peut supposer que ce fut avant la fin du XVIe siècle, période paradoxale de pic démographique en Berry47 car on sait que les guerres de religion y ont été meurtrières et cruelles avant même le siège de Sancerre de157348.

  • 49 Arch. dép. Cher, 6 F 118, fol. 1 (1450) : Simon Vincent dit François n’a pas pu verser les quatre (...)
  • 50 Arch. dép. Cher, 6 F 130, no 1 : 25 février 1457 (no st.), Bail à Jean Morin de Savigny-en-Sancerr (...)
  • 51 Arch. dép. Cher, 6 F 178, bail perpétuel à Antoine Joly du moulin de Pertrin pour 60 s. 6 d.t.
  • 52 Arch. dép. Cher, 6 F 36, bail du 10 février 1481 (no st.), moyennant 10 s. t. de rente et 2 d. t. (...)

21Cet exemple privilégié par la documentation de la terre de Beaulieu peut être repris dans un schéma presque tel quel pour les moulins comtaux : la désertification et le recul des activité ont été suivis d’une reprise parfois difficile. On connut de folles enchères49, des meuniers s’éclipsant nuitamment. On remplaça des baux à court terme par des baux perpétuels accompagnés de remise en état comme au Moulin de l’Orme en 1457 : il était depuis longtemps en buisson il faudrait le remonter en trois mois50 ; de même à Thou en 145951. Pour Récy, en 1481 il est question d’un moulin « a escorce et maison, four, pillon, et autres choses convenables ; et mettront la fust et ramée à fleur de terre et ne feront retenue d’eaues en manière que les autres molins a blé de Monseigneur en vaille pire52 ». On assiste au passage systématique des paiements en nature à des paiements en argent, bien inférieurs à la valeur moyenne des blés exigés autrefois. À la fin du XVe siècle, seuls les moulins de Ménétréol étaient encore régulièrement remis aux enchères tous les deux ans.

22Le regard d’ensemble sur les moulins du comté de Sancerre permet, me semble-t-il, de rappeler qu’il faut considérer, ici comme bien souvent, les choses à la fois dans le détail et dans la généralité de la longue durée. Si des moulins allèrent à vau-l’eau pendant la longue génération du XVe siècle durant laquelle la population a diminué des deux tiers (1412-1440), ce fut une conséquence normale d’un provisoire suréquipement. Ceux qui ont résisté étaient les mieux placés (à l’abri des incursions plus que sur les meilleurs chutes) ou les mieux gérés. En revanche il m’apparaît qu’ici la reconstruction fut plus qu’une simple restauration des lieux, elle s’accompagna d’une reconnaissance de la spécificité familiale des travailleurs des différents types de moulins et d’une nouvelle considération des impératifs de l’offre et de la demande.

Notes

1 Louis de Sancerre (1342-1403), fils cadet de Louis II mort à Crécy.

2 Jean de Bueil (1406-1478), après un long intermède judiciaire, hérita le comté de sa mère, fille de Marguerite dernière comtesse de la branche des comtes de Champagne et de Beraud Dauphin, et il en a joui après 1450.

3 Arch. dép. Cher, 6 F 54 : registre de copies d’aveux des XIVe-XVe s.

4 Arch. dép. Cher, 13 H 188, Lièves (censiers) et registre d’actes notariés, 1392-1450.

5 M. Desmarchelier, « Les relations entre les abbayes cisterciennes possessionnées dans le nord-est du Berry », L’Ordre cistercien et le Berry, Actes du colloque de Bourges, 15-16 mai 1998, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire du Berry, no 136 (1998), p. 107-126.

6 Le chapitre cathédral avait organisé une de ses « prévôtés » autour de la terre de Beaulieu ; celle-ci regroupait entre autres les revenus de Chavignol et de Bué dans le vignoble sancerrois (cf. G. Boutault, Les Domaines du chapitre de Bourges au début du XIIIe siècle, Paris, 1942 (Thèse de droit).

7 Les moulins à vent sont fort rares dans la documentation berrichonne médiévale. Pour la région qui nous occupe j’en ai repérés seulement deux : un à Savigny-en-San-cerre dans un dénombrement de 1325 (Arch. dép. Cher, 6 F 54, fol. 17) et l’autre à Herry en 1336 (BNF, ms fr. 14683, aveux de la terre de la Roche). Ces mentions semblent relativement précoces pour le centre du royaume si l’on en croit le travail, déjà bien ancien il est vrai, d’A.-M. Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques et de moulins à vent », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1960, Paris, 1961, t. II, p. 618 : la première mention en Poitou serait de 1327.

8 R. Dion, Histoire des levées de la Loire, Paris, 1961, p. 28.

9 Charnes, bois, com. de Bannay et de Saint-Satur, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher.

10 Charpignon, ham. (seigneurie donnée à Louis de Sancerre dans son héritage), com. Sury-es-Bois, can. Vailly, arr. Bourges, Cher.

11 Buranlure, château, com. Boulleret, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher.

12 Pesselière, château, com. Jalognes, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher (cf. A. Buhot de Kersers, Histoire et statistique monumentales du département du Cher, Bourges, 1895, t. VII, p. 22).

13 Coutume de Lorris, Titre X : Des servitudes réelles, art. 8.

14 Coutume de Lorris, Titre V : Épaves et confiscations, art. 2.

15 Arch. dép. Cher, 6 F 10 (8 juin 1540).

16 Coutume de Lorris, Titre XV : Du droit de succession, art. 16 : « Moulins ou moulins tenus en fiefs ne se pourront prendre pour Manoir, ni comprendre au vol du chapon, mais se partiront seulement comme le reste du fief » in G. Thaumas de la Thaumassière, Les Anciennes et Nouvelles Coutumes locales de Berry et celles de Lorris commentées, Bourges, 1679, p. 608.

17 L’Étang ham, com. Beaulieu, can. Châtillon-sur-Loire, arr. Montargis, Loiret. Arch, dép. Cher, 8 G 1087 : à la suite de l’édification de la Villeneuve de l’Étang-le-Comte par Étienne de Sancerre sans l’autorisation du chapitre de Saint-Étienne (cela avant 1152) un accord en forme de pariage fut conclu en 1174 entre les deux seigneurs : le comte qui avait fait construire le moulin fut chargé des réparations, les chanoines toucheraient la moitié des revenus banniers. Le pape Alexandre III a confirmé l’accord (27 avril 1174).

18 Des mises au point générales et particulières et une bibliographie sur les étangs, biefs et moulins dans L. Pressouyre et P. Benoît, L’Hydraulique monastique, milieux, réseaux, usages. Rencontre de Royaumont, 1992, Grâne, 1996,

19 Arch. dép. Cher, 4 H 506, no 3. Cf. F. Michaud-Fréjaville, « Eaux, moulins, usages et paysages à Ivoy-le-pré en Berry (XVe-XVIe siècles) », L’Eau au Moyen Âge, symboles et usages, colloque d’Orléans, mai 1994, Caen, 1996, p. 61-78.

20 Thou, com, can Vailly-sur-Sauldre, arr. Bourges, Cher.

21 Récy, ham., com. Vinon, can. Sancerre, arr. Bourges, Cher.

22 Arch. dép. Cher, 13 H 188, 1453.

23 C. Toulier, Canton d’Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), Orléans, 1994 (Images du patrimoine, 145), p. 19. L’Indre, il est vrai, est en ces lieux beaucoup plus large que les ruisseaux sancerrois.

24 Arch. Dép. Cher, 6 f 125, 1er janvier 1489 (n. st.).

25 Ce n’était pas le cas dans une structure similaire que j’avais rencontrée à Ivoy-le-Pré où le preneur des deux moulins était le même homme (Arch. dép. Cher, 4 H 506, no 1, (1498) : (Ledit molin [de la Planche] tant a seigle que a drap »).

26 Arch. dép. Cher, 3 H 188, fol 30 v. et 13 H 145, no 1, fol. 2.

27 Arch. dép. Cher, 6 F 113, fol. 5.

28 Arch. dép. Cher, 6 F 125, fol. 13 : bail perpétuel.

29 Arch. dép. Cher, 6 F 129, fol. 83v.

30 Arch. dép. Cher, 6 F 102, 1336 : 140 charrettes de pierres et de sablon pour le moulin de Thou, seigneurie qui suivait la coutume de Berry.

31 Arch. dép. Cher, 6 F 103, rôle 10 : on ne trouve à qui les donner.

32 Arch. dép. Cher, 6 F 104, rôle 15 : « Des molins de Groises qui doivent chascun an IIII septiers [de seigle], rien car je ne trouve de quoy executer ceux a qui ils sont, pour ce... nihil ».

33 Arch. dép. Cher, 6 F 111, fol. 14 : « Du molin batoer de Saint Boise qui estait baillé a XVI l. t., il a cheu et est baillé a refaire... ».

34 Arch. dép. Cher, 6 F 104 (1375), rôle 34.

35 Arch. dép. Cher, 6 F 112, fol. 5v.

36 Sagonne, com., can. Sancoins, arr. Saint-Amand-Montrond, Cher. La seigneurie relevait du Bourbonnais. Louis aurait racheté cette terre à son frère Thibaut en 1374.

37 Arch. dép. Cher, 6 F 113.

38 Ibid., fol. 16 v. : « Molages prisés par Gaugy, le meusnier de Turmeau, le meusnier de Galenton, Jehan de Lorme et Jehan, le meusnier de Vinon ».

39 Arch. dép. Cher, 13 H 188, fol. 40 : (10 avril 1425), bail à 29 ans du moulin Gillard de Thirepoigne à Jean Gonthier, meunier de la paroisse de Jars. Tirepeine, moulin, com, de Subligny, can. Vailly-sur-Sauldre, arr. Bourges.

40 Arch. dép. Cher, 6 F 111 (1423-1424), fol. 4v., 15v.

41 Arch. dép. Cher, 8 G 1086, cahier de 18 folios en français. Les moulins de l’Avenelle occupent les fol. 7-8.

42 Le Grand étang, com. Savigny-en-Sancerre, can Vailly-sur-Sauldre, arr. Bourges, Cher.

43 Le bail à Geoffroi Tramblay est mentionné dans le compte de Beaulieu de 1381 : Pro tercia porte molendini Flory quod est capituli, ab antiquo destructo, adcensato Gauffrido du Tramblay et heredibus suis ex proprio corpore descendentis et debet illud edifficare, per litteram capituli (Arch. dép. Cher, 8 G 830, fol. 19 v.).

44 Arch. dép. Cher, 8 H 1086, fol 7v. : Le moulin Ferrant alias Bardin « ne doit à mesdits seigneurs chascun an que x s. t de rante pource que ledit deffunt [Géraud Tremblay] le fit faire tout neuf et les biez avec ». Ce moulin était hors d’usage en 1408.

45 P. Cravayat, « La guerre de Cent ans et le dépeuplement de la terre de Beaulieu-sur-Loire », Mémoires de l’union des sociétés savantes de Bourges, t. V, 1955-1956, p. 13-24.

46 Arch. dép. Cher, 8 H 1086, fol. 8 : en bas de page, copie du bail du 28 juillet 1466 à Pierre Rolant et son gendre (dont le nom est laissé en blanc)... et eorum filiis et filiabus ex corporibus propriis et corporibus genitis et pereatis, seu generandis et procreandis...

47 BNF, ms. fr. 3198 : État des feux de 1565 qui conforte, pourtant après les troubles de 1562, les descriptions tranquilles, voire idylliques, de Jean Chaumeau, Histoire de Berry, Lyon, 1566 et de Nicolas de Nicolaï, Description du Berry et diocèse de Bourges (1567), Paris, 1865.

48 Jean de Léry, Histoire mémorable du siège de Sancerre, s l. [Genève], 1574, cf. G. Nakam, Au lendemain de la Saint-Barthélemy, Guerre civile et famine, Paris, 1975.

49 Arch. dép. Cher, 6 F 118, fol. 1 (1450) : Simon Vincent dit François n’a pas pu verser les quatre muids de blé des moulins de Récy et de Saint-Bouise.

50 Arch. dép. Cher, 6 F 130, no 1 : 25 février 1457 (no st.), Bail à Jean Morin de Savigny-en-Sancerre, contre trois setiers de seigle. Le bois de construction sera fourni par le comte et pris dans le « bois Sevestre ».

51 Arch. dép. Cher, 6 F 178, bail perpétuel à Antoine Joly du moulin de Pertrin pour 60 s. 6 d.t.

52 Arch. dép. Cher, 6 F 36, bail du 10 février 1481 (no st.), moyennant 10 s. t. de rente et 2 d. t. de cens, ce qui est une très faible redevance, peut-être appelée à révision.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search