Versione classicaVersione mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Les moulins en Catalogne au Moyen Âge

Jordi Bolòs

Testo integrale

1Les connaissances que nous avons sur les moulins médiévaux de Catalogne se sont fortement accrues au cours des trente dernières années. L’approche du moulin s’est réorganisée essentiellement à partir des perspectives suivantes : comme centre d’activité économique, cause de tensions sociales, édifice pouvant être étudié pour son intérêt architectonique et technique, et comme élément d’un paysage passé.

2Bien sûr, parfois, seule la somme de ces visions diverses peut nous permettre de comprendre, véritablement, les changements survenus et les caractéristiques du moulin médiéval.

  • 1 J.P. Cuvillier, « La propriété de l’eau et l’utilisation des ouvrages hydrauliques dans la Catalog (...)
  • 2 A. Altisent, « Equipament d’un moli hidràulic a Montblanc, el 1686 », Boletín Arqueológico, CXIII- (...)
  • 3 P. Bonnassie, Catalunya mil anys enrera. Creixement econòmic i adveniment del feudalisme a Cataluny (...)

3Les recherches faites sur les moulins, même si elles n’ont qu’un caractère marginal dans l’ensemble de l’historiographie, sont un bon reflet de l’évolution des travaux sur le Moyen Âge catalan réalisés ces dernières années. Le démarrage de l’intérêt pour les moulins médiévaux s’est produit dans les années soixante-dix, quand s’est lentement imposée l’idée que la lecture des documents devait servir à faire une histoire non seulement politique, mais aussi économique et sociale. En 1970, J.P. Cuvillier a édité son travail sur l’utilisation de l’eau et les constructions hydrauliques dans la Catalogne médiévale1. En 1971-1972, A. Altisent a publié un travail sur l’équipement d’un moulin hydraulique au XVIIe siècle et, en 1974, il a consacré plusieurs pages aux moulins dans son Historia de Poblet2. Finalement, P. Bonnassie dans sa thèse fondamentale sur les changements de l’an 1000, signale avec clarté le rôle qu’a eu, en rapport avec les changements de l’an 1000, le moulin, et sa relation avec un espace hydraulique3.

  • 4 J. Bolòs, I. Padilla, « Un Molí d’origen medieval. El Molinet de Navel », Quaderns d’estudis medie (...)
  • 5 J. Bolòs, J. Nuet, Els molins farmers, Barcelone, 1983.
  • 6 S. Palau Rafecas, Els molins farmers hidràulics de Catalunya. 690 molins inventoriais, Santa Coloma (...)

4Avec les années quatre-vingt et le développement des travaux archéologiques en Catalogne, l’intérêt pour les casals des moulins s’est également accru. En 1980, J. Bolos et I. Padilla ont publié l’étude du Molinet de Navel (Berguedà) et F. Espanol a édité une étude sur l’architecture de divers moulins de comarques proches de Tarragona4. En 1983, le livre de J. Bolos et J. Nuet Els molins farmers5 a été publié. L’étude de quelques moulins actuels – qui alors fonctionnaient encore –, a permis d’éclaircir certains aspects des moulins médiévaux. De nombreux travaux sur les moulins construits entre les siècles IXe et XIIIe ont été édités dans les vingt-sept volumes de Catalunya Romànica, œuvre publiée à Barcelone entre les années 1984 et 1998. Et dans ce paragraphe nous ne pouvons pas oublier de mentionner le remarquable recueil de Salvador Palau, qui inclut un inventaire de 690 moulins existant actuellement (dont un pourcentage notable de médiévaux)6.

  • 7 J. Bolòs, « Els molins protomedievals del comtat de Besalú i de les seves rodalies », Actes i comu (...)

5D’un autre côté l’intérêt nouveau pour la cartographie historique a fait qu’ont été publiées les premières cartes où se situaient tous les moulins étudiés à une époque et en rapport avec un territoire. En 1980 j’ai présenté une communication sur les moulins du comté de Besalú et en 1985 ont été éditées les premières pages de l’Atlas Historic de Catalunya (759-992) – dont sont parus récemment les volumes sur les différents comtés de la Catalogne carolingienne –, où sont situés les moulins mentionnés dans les documents de cette époque-là7.

  • 8 R. Martí, « Hacia una arqueología hidráulica : la génesis del molino feudal en Cataluña », dans M. (...)
  • 9 M. A. Carbonero, « Els molins hidràulics a l’ilia de Mallorca : algunes notes sobre la localitzaci (...)

6La diffusion des études archéologiques sur le monde musulman a suscité de nouvelles recherches sur les moulins médiévaux. Les travaux publiés dans le livre coordonné par M. Barceló, Arqueología medieval. En las afueras del « medievalismo », spécialement celui de R. Martí, ont constitué en 1988, un pas en avant important pour la valorisation du moulin à l’intérieur d’un système hydraulique et en rapport avec une société déterminée8. Poursuivant ce travail, R. Martí a fait des études sur le bassin du Riudebitlles et C. Batet sur un secteur du bassin de la rivière du Riu Corb. Quant au reste des pays Catalans, on a publié divers travaux sur les moulins musulmans de Majorque et des pays Valenciens, réalisés par M.A. Carbonero et par S. Selma, qui ont eu une grande importance face aux études sur les moulins de la Nouvelle Catalogne (cat. Catalunya Nova)9. De même le Département d’Histoire de l’Université de Lleida mène des recherches sur le bassin de la rivière Sió, sur le secteur occidental de la rivière Riu Corb et sur les moulins situés aux abords des différents canaux qu’il y avait près de la ville, afin d’établir une étroite relation entre le moulin et l’espace hydraulique où il reste inclus.

  • 10 S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, 1995.

7Pour terminer, le notable apport fait l’année 1995 par S. Caucanas sur les moulins et l’irrigation des comarques catalanes du Roussillon, du Confient et Vallespir10 mérite un paragraphe à part.

Un moulin médiéval

8Comment se présentait un moulin à farine ? Je décrirai par la suite les éléments d’un moulin médiéval, qui permettra de connaître la terminologie et sera un point de départ pour parler des moulins des diverses époques. Il faut dire d’emblée, même si nous le verrons plus en avant, qu’il devait y avoir quelques moulins à roue verticale (cat. roda) mais très peu, aussi je centrerai ma description sur les moulins à roue horizontale (cat. rodet), les plus répandus en Catalogne, à l’époque carolingienne et au Bas Moyen Âge.

9L’élément fondamental de n’importe quel moulin à roue horizontale était la puissance qu’il avait, la hauteur du saut (cat. salt), l’existence d’une forte dénivellation entre la superficie de l’eau qui remplissait le réservoir (cat. bassa) ou le canal (cat. rec o sèquia) et le niveau de la roue horizontale. Certes, il ne faut pas oublier qu’un saut plus réduit pouvait être compensé par le fait d’avoir une quantité d’eau beaucoup plus importante.

  • 11 J. Rius, Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès, vol. II, Barcelone, 1946, doc. 388, p. 37-38.

10Pour obtenir ce saut il fallait, par exemple, dévier l’eau d’une rivière et la faire aboutir par un canal jusqu’au moulin. La longueur du canal dépendait déjà des caractéristiques de la rivière et des besoins du constructeur du moulin. Comme nous verrons plus loin, certains moulins étaient à peu de distance du lit de la rivière, tandis que d’autres pouvaient se trouver bien plus loin. Aussi, il n’est donc pas du tout étonnant que souvent les moulins aient été situés à côté du saltells ou du sallents des cours d’eau ; en 1004, dans le Vallès Oriental, nous trouvons ipso mulnare [...] in locum quem dicunt Saltellos11.

  • 12 M. Llarch, J. Martínez, « Molins del Comte (o de Palomera) », Catalunya Romànica, XXVI, Barcelone, (...)

11L’eau donc, généralement, provenait d’une rivière ou d’un petit cours d’eau. Il faut aussi se rappeler que certains moulins pouvaient prendre l’eau d’un canal très long et de grand débit (tel que nous trouvons au Rec Comtal de Barcelone ou à la Sèquia de Segrià de Lleida). Les dénommés Molins del Comte, proches de Tortosa (Baix Ebre), qui prenaient l’eau de certains canaux, très probablement de tradition islamique, provenant du versant des montagnes de Prades12 sont également très remarquables. Il faut aussi signaler que, parfois, on pouvait prendre l’eau d’une fontaine, ainsi que nous le voyons au Molí del Nin, dans la commune de la Llacuna (Anoia), au-dessous de Torrebusqueta.

  • 13 S. Palau, Els molins farmers..., p. 31.
  • 14 J. Rius, Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès, vol. I, Barcelone, 1945, doc. 45 (22 août 956).
  • 15 P. Ortí, « L’explotaciό d’una renda reial : els molins del Rec Comtal de Barcelona fins al segle X (...)
  • 16 S. Caucanas, Moulins et irrigation..., p. 125.

12Le barrage (cat. resclosa ou peixera) servait à dévier l’eau. Beaucoup de barrages médiévaux étaient construits avec des poutres clouées verticalement, comme nous le verrons par la suite, en parlant du petit cours d’eau de Merlès. Certains de ces peixeres en bois pouvaient avoir une hauteur considérable. Il pouvait aussi y avoir des barrages faits en pierres de taille bien équarries et échelonnées, qui sûrement copiaient des modèles anciens. Pensons par exemple, sur la rivière Gaià, au barrage de l’Escorxador, d’une hauteur de 4 m, 9 échelons et d’une largeur de 7 m13. De même, il ne faut pas oublier que, parfois, il ne fallait que quatre pierres et des troncs pour construire une petite barrière qui apportait l’eau vers le canal, comme nous le voyons pour certains moulins pyrénéens. En 956, on mentionne des moulins, au Penedès, avec ipsa reclosa et glevar et pedregar et ipsa riera, le barrage, la glèbe ou masses de boue avec des racines et des pierres14. De fait, même, le barrage du Rec Comtal, à Montcada, semble n’avoir été fait qu’avec des bâtons, des pierres et des fagots de branchages15. Un barrage sur l’Aglí, en 1140, était fait surtout avec ligna et petras et arbores16.

Moulins médiévaux en Catalogne

Moulin et barrage de Pont-de-Roma (riera de merlès, Berguedà) : coupe

  • 17 J. Bolòs, J. Nuet, EIs molins... ; J. Bolòs, M. Fàbregas, « Els molins de la conca mitjana del Llo (...)

13En étudiant les moulins modernes des terres pyrénéennes (concrètement d’Andorre), nous avons vu qu’une des manières de profiter du saut et de mouvoir la roue horizontale était de faire un canal en bois, par où glissait l’eau qui tombait avec force au-dessus des ales de cette roue. Cette réalité nous conduit à penser que les moulins du Haut Moyen Age situés dans les Pyrénées et Prépyrénées pouvaient avoir ces caractéristiques17.

  • 18 S. Selma, Els molins d’aigua..., p. 59-63.

14De fait, selon les études de S. Selma, réalisées sur les moulins islamiques du Pays Valencien, il y avait sur les terres de tradition islamique un moulin qu’il appelait à rampa installé surtout sur les canaux, et qui était, d’une certaine manière très semblable à ces moulins pyrénéens18.

15Les cours d’eau méditerranéens étaient irréguliers et n’avaient pas un grand débit. Ce peu de régularité dut amener à faire un réservoir pour emmagasiner l’eau. Souvent le réservoir reste annexé au moulin mais parfois, il peut être un édifice construit derrière la maison du moulin, à un niveau supérieur, comme à l’intéressant Molinot de Pontons (Alt Penedès) ou au moulin du Prat de Penavera (Baixa Ribagorça), tous deux probablement d’origine médiévale.

16A partir d’un certain moment, au XIIe siècle, nous trouvons des documents catalans parlant de l’existence d’un puits (cat. cup o pou). Le puits, qui devait être adossé au moulin, pouvait être soit à côté du réservoir soit loin de celui-ci ; il en est ainsi au Molí del Rei de Tivissa (Ribera d’Ebre). Au fond du puits il y avait un trou en forme d’entonnoir qui communiquait avec la chambre des eaux dans laquelle se trouvait la roue horizontale. Certains puits pouvaient être très profonds, donnant un grand saut et une très forte pression lors de la sortie de l’eau.

  • 19 Un moulin nommé dans un document de 963, était molino cum suum caput aquis et sua resclausa et reg (...)

17Le cacau (ou carcavà) était la chambre des eaux, dans laquelle se trouvait la roue horizontale (cat. rodet). Ce terme cacau (en latin cacauo) est très souvent mentionné dans la documentation médiévale19. A une première époque du moins, la chambre des eaux devait être une des constructions les plus solides du moulin. Elle pouvait être soit une petite chambre soit un tunnel allongé couvert d’une voûte ou une salle plus grande ; elle était très souvent à moitié creusée dans la roche. La roue horizontale était traversée par un axe ou arbre (cat. arbre) qui communiquait son mouvement de rotation à la meule tournante (cat. mola volandera). Dans cette chambre des eaux, le cacau, il y avait aussi une poutre, le banc, où s’appuyait l’axe du moulin ; ce banc pouvait monter et descendre et, donc, faire varier la vitesse de rotation de la roue horizontale (et de la meule). Généralement il y avait aussi un pany, une petite vanne, qui servait à fermer, s’il le fallait, l’accès de l’eau.

  • 20 S. Caucanas, Moulins et irrigation..., p. 148.

18Les deux meules se trouvaient dans la salle de meunerie située au-dessus du cacau. La meule inférieure était fixe. La supérieure, mobile, emboîtait l’anille (cat. nadilla) et à cette pièce s’unissait l’extrémité supérieure de l’arbre (cat. arbre), appelé coll-ferro. La nadilla et le coll-ferro étaient certainement les pièces de plus grande valeur du moulin puisque étant, comme le dit le nom de l’une d’entre elles, de fer. Quand on voulait immobiliser un moulin, il fallait seulement prendre la nadilla, ainsi que le faisait le seigneur, au XIVe siècle, à Castellfollit de la Roca. La taille des meules a varié au long des siècles et dépendait, en grande partie, du saut et de la puissance du moulin. Nous pouvons supposer que les meules de l’époque carolingienne étaient semblables à la meule conservée à Sant Aniol d’Aguja (la Garrotxa), qui n’a qu’un diamètre de 70 cm. À la fin du Moyen Âge, le diamètre normal était d’environ 130 cm20. On extrayait les meules de différents endroits : à Molera (la Garrotxa), à Valldans, près de Ponts (la Noguera), à Vilamolera (Pallars Jussà) ou à la montagne de Montjuïc, de Barcelone. À Valldans, on peut trouver aujourd’hui encore, sur un versant de montagne, des meules abandonnées soit parce qu’elles avaient été cassées durant leur fabrication, soit parce qu’elles étaient défectueuses.

  • 21 Cartulari de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 220.

19Très souvent, lorsque la documentation parle de molins, elle ne fait référence qu’au noyau de l’édifice, aux meules. Par contre, quand on parle du moulin, on utilise le mot casal. En 1181, nous trouvons par exemple près de Lleida, la mention d’unum casal cum duos molinos in illa cequia que decurrit de Albesa21.

20À l’intérieur de ce casal, à part les meules, il devait y avoir la trémie (cat. tremuja) – par où tombaient les céréales –, le riscle – caisse de bois qui fermait les meules –, la huche (cat. farinera) – où tombait la farine – et peut-être la cabra ou un corró – qui servait à mouvoir la meule –, lorsqu’il fallait refaire le piquage et le rhabillage de la pierre.

  • 22 J. Bolòs, « Molí de les Besses », Catalunya Romànica, 24, Barcelone, 1997, p. 261-262.

21Revenant à ce que nous disions au début, nous pouvons assurer que l’importance d’un moulin dépendait en premier lieu de sa puissance, du saut et du débit de l’eau. Le moulin de Besses (les Garrigues) construit vers le XIIIe siècle, avec un saut de 7 m environ, était un moulin important (bien que l’édifice ait été réduit et qu’il n’y ait eu que deux puits)22. Pour les moulins avec un puits, avoir un saut important supposait beaucoup plus de puissance et, donc, pouvoir avoir des meules plus grosses – avec un plus grand diamètre. En second lieu, un casal moliner était notable en fonction du nombre de ses meules. Les moulins pyrénéens souvent n’avaient qu’une meule ; certains moulins situés à côté d’un canal, ou d’un réservoir et de puits pouvaient avoir deux, trois ou même jusqu’à quatre, cinq et six meules. Le remarquable moulin de la Vila de Montblanc en avait quatre. Finalement, nous pouvons estimer l’importance d’un moulin par la richesse des matériaux avec lesquels il fut construit ; les moulins seigneuriaux des derniers siècles médiévaux étaient édifiés par les tailleurs de pierres qui faisaient les châteaux, les églises et les maisons des seigneurs.

22Disons, pour terminer, que nous pouvons distinguer différents types de moulins à farine : -avec une roue horizontale et une canal inclinée. Entre le canal et la canal il y avait une vanne (cat. estolledor ou todella). Il ne fallait guère de saut, mais par contre beaucoup d’eau. De fait, on en aurait trouvé sur les terres pyrénéennes et aussi probablement, en rapport avec les canaux, sur les terres d’al-Andalus. Dans les sources documentaires, ils reçoivent – dès le XIIe siècle – le nom de molins toddlers, en rapport avec la petite porte qu’il y avait au début de la canal ;

  • avec roue horizontale et puits. Ils pouvaient être situés dans des endroits avec peu d’eau. Le manque d’eau était compensé par un saut plus grand. Ils recevaient dans la documentation le nom de molins cupers ;
  • avec roue verticale. Ils ont été plus rares. On en aurait trouvé en rapport avec les cours d’eau importants et surtout en rapport avec les grands canaux. Ils recevaient le nom de molins roders ;
  • moulins à nef. Il n’y en avait que sur les cours les plus importants. Ils étaient appelés molins de nau ;
  • moulins à vent. Ils se sont surtout répandus aux derniers siècles médiévaux. Ils reçoivent en catalan le nom de molins de vent.

Les moulins du Haut Moyen Âge

  • 23 J. Bolòs, V. Hurtado, Atles del comtat de Besalú..., p. 32.
  • 24 En ce qui concerne les Palaus et Palots nommés, comme toponyme, dans la documentation d’époque car (...)
  • 25 C. Baraut, « Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles IX-XII) », Urgelli (...)

23N’importe quelle affirmation sur l’époque wisigothique se base sur des suppositions. Sur cet aspect et sur d’autres, le peu de documentation écrite fait que les progrès, sur cette époque, ne peuvent se produire qu’au travers de méthodes archéologiques. Nous pouvons supposer qu’aux VIe et VIIe siècles, en rapport avec certaines rivières importantes, il y avait déjà des moulins à farine ; bien sûr, s’il n’en était pas ainsi, nous pourrions difficilement comprendre le grand nombre de moulins que nous trouvons aux IXe et Xe siècles, après la conquête franque. Faisons deux hypothèses. A la rivière Fluvià, à côté de Palau de Fluvià et de Montagut, à l’époque carolingienne, on mentionne un molino vetere, nom qui est resté fossilisé dans le toponyme Molivedre23. La proximité d’une rivière importante et d’une exploitation probablement fiscale (quelle que soit l’époque) fait penser qu’il pouvait y avoir eu un moulin avant l’époque carolingienne24. Nous trouvons un cas similaire dans la vallée de Lillet, où en 833, on parle déjà de molinarem anticum ; près de celui-ci il y avait l’église de Santa Maria et le château de la vallée25. Les vestiges des constructions devaient être au moins du VIIIe siècle (et peut-être qu’au IXe siècle celles-ci n’étaient déjà plus utilisées).

  • 26 J. Bolòs, V. Hurtado, Atles del comtat de Besalú..., p. 44-45.

24À l’époque carolingienne, la situation est totalement différente. Des centaines de documents nous parlent de moulins. Chaque noyau de peuplement avait son moulin. En transférant l’information des documents sur une carte actuelle, par exemple celle du territoire occupé par l’ancien comté de Besalú, on voit que les moulins s’étendaient les uns derrières les autres le long des principales rivières et même le long des petits cours d’eau. Si nous suivons la rivière Fluvià, depuis sa naissance jusqu’à la frontière du comté de Besalú, le long d’environ 50 km, nous trouvons des moulins documentés, avant l’an 1000, à Terruç (Sant Esteve d’en Bas), les Preses, Olot, Sant Joan les Fonts (où l’on faisait des meules), Montagut, Sant Jaume de Llierca (ou Palau), Planeses, Besalú, Fares, Dosquers, Espinavessa, Canelles, Orfes, Parets et Bàscara26. Si nous suivons la rivière Llierca, pendant 10 km environ, nous trouvons des mentions de moulins dans presque tous les endroits de peuplement que nous avons étudiés (Escales, Hortmoier, Corner, Monars et Salarsa). On a l’impression que d’avoir, ou pas, une mention de moulins dépend surtout de la conservation de la documentation sur un lieu.

25Il est difficile de savoir comment étaient ces moulins. Nous pouvons supposer, cependant, qu’ils étaient comme ceux qui ont subsisté au petit cours d’eau de Merlès, que je décrirai plus en avant. Ce devait être de petits moulins où, d’abord, la nadilla et le coll-ferro étaient les plus importants (la ferramenta) ; ensuite la meule ; l’édifice, par contre, devait être très fragile et pouvait être refait facilement.

  • 27 P. Bonnassie, Catalunya mil anys..., p. 401-403.
  • 28 P. Puig, El monestir de Sant Llorenç del Munt sobre Terrassa. Diplomatari dels segles X i XI, vol. (...)
  • 29 P. Puig, El monestir de Sant Llorenç..., doc. 180.

26Un aspect également notable, qui a déjà été plusieurs fois signalé, est le fait que nous rencontrons parfois la possession de certains moulins de cette époque-là en indivis par plusieurs habitants d’un lieu27. En 1003, une veuve et ses trois fils, un d’entre eux prêtre, vendirent les droits de l’usage sur trois jours et trois nuits d’un moulin (vindimus tibi in ipso molino dies III et nodes III ab ipsas molas, cum sua aqua et suo caput aquis, ab ipsa estrumenta que a mulinus pertinet)28. En 1019, Ovasi et sa femme Síndul vendirent, forcés par les dettes, l’emploi d’un moulin, une semaine sur trois (infra tres septimanas VII dies et VII nodes), tout au long de l’année ; ce moulin avait suis ferramentis et usibiliis29. Cette répartition du temps d’emploi du mou lin pouvait être la conséquence d’un contrat entre plusieurs paysans ou du partage d’un héritage.

  • 30 E. Junyent, Diplomatari de la Catedral de Vic, Vic, 1980, doc. 107 (6 février 924).

27La proximité entre les différents moulins qui semblent être situés les uns derrière les autres, formant une chaîne échelonnée, attire aussi l’attention. Le moulin nommé plus haut, bornait et la rivière Ripoll et la chambre des eaux du moulin d’une femme (in ipso cacauaro de Enguncia femina uel suos eres), qui, donc, ne pouvait pas être très loin. Ainsi, déjà avant l’an 1000, il y avait des groupements de meules : en une seule vente, faite à la commune de Taradell (Osona), en 924, se vendirent mulinos tres molentes cum illorum quarnimento30.

28Cependant, nous ne comprendrions pas l’emplacement des différents moulins si nous oublions l’existence d’un système hydraulique. Dans des pays peu pluvieux, une eau unique devait être mise à profit le long du cours pour faire tourner les moulins ou pour arroser. Les études sur l’hydraulique islamique ont supposé un pas en avant pour comprendre pourquoi chaque moulin était situé à l’endroit où il était situé.

Le petit cours d’eau de Merlès

29Sur les rives pierreuses du petit cours d’eau de Merlès, appelé Adest au Haut Moyen Age, nous trouvons le témoignage fossilisé de beaucoup de barrages de moulins faits au long des siècles.

  • 31 J. Bolòs, M. Fàbregas, « Els molins de la conca... », p. 563-565.

30L’analyse de la distribution de ces trous nous montre l’importance qu’ont certains endroits concrets pour y construire des moulins. Parfois, à un même endroit – endroit qui au Moyen Âge recevait le nom de molnar –, nous pouvons trouver trois rangées de trous, qui correspondent à trois barrages, de diverses époques. Il peut y avoir des trous faits au XVIIe ou XVIIIe siècle, grands et quadrangulaires ; il peut y en avoir de médiévaux, plus petits. En ce qui concerne les plus petits, nous pouvons aussi différencier les trous ronds, plus anciens, de ceux qui sont carrés, plus modernes. Nous ne savons pas s’il faut mettre en rapport ces derniers avec la diffusion des scieries et, donc, avec les derniers siècles médiévaux. Il y a longtemps déjà, je suis arrivé à la conclusion que les trous ronds et petits devaient correspondre aux barrages de moulins d’époque carolingienne ou du Moyen Âge Central (IXe-XIIIe siècles)31. En rapport avec le cours de ce petit cours d’eau, nous pouvons commenter deux exemples qui je crois sont très représentatifs de comment pouvaient être les moulins à cette époque-là, sûrement antérieure au XIIIe siècle.

  • 32 J. Bolòs, « Resclosa propera a la casa del Pont de Roma », Catalunya Romànica, 12, Barcelone, 1985 (...)

31Près de la maison appelée El Pont de Roma, nous trouvons les trous d’un barrage qui traversait d’un bout à l’autre le lit pierreux de la rivière. La première chose qui nous surprend est qu’il est situé un peu avant une chute d’eau. Les témoins du parcours du barrage sont au moins de 53 trous, tous ronds, situés en deux rangs, séparés entre eux de 50 cm environ, et avec un diamètre d’environ 25 cm. Dans ce cas, nous voyons, cependant, que sur la rive gauche, le barrage terminait avec une canalisation, qui en partie était en bois et en partie utilisait la roche en place (taillée verticalement). Ce canal s’achevait avec un saut d’environ 1,20 m. Bien sûr le grand débit d’eau compensait un saut pas très haut. Dans la roche au-dessous de ce petit saut naturel, on trouve six trous. A cause du relief du lieu et du fait que, environ 50 m plus bas il y avait un autre barrage, nous pensons qu’il est très probable qu’à cet endroit, où il y a ces six trous, il y ait eu le petit casal del Molí . C’était sûrement un moulin pas très grand, construit en partie en bois et qui pouvait être fait et refait – après une crue –, avec facilité par quelques paysans. L’ensemble, la dénivellation du lieu, le petit saut d’eau au-dessus d’un gouffre, et la situation marginale de ce casal moliner en rapport avec le cours de la rivière, faisaient qu’il pouvait être épargné par la plupart des crues32.

  • 33 Je ne sais pas si la mention molins roquers quelquefois citée dans les documents fait référence pr (...)
  • 34 J. Bolòs, « Molí de les Goles de les Heures », Catalunya Romànica, 12, Barcelone, 1985, p. 419-420

32Un peu plus au sud, en aval de la rivière, nous trouvons l’endroit où il y avait le Molí de les Goles de les Heures. À cet endroit, nous voyons aussi comment pouvait être un moulin du Haut Moyen Âge, avec un barrage, bien entendu, un peu différent du précédent. Nous y voyons clairement les trous qu’il a fallu faire pour supporter le barrage, l’endroit par où se déviait l’eau et le lieu où il devait y avoir le casal del Molí . Dans ce cas, le barrage n’était pas basé sur des poutres clouées verticalement, mais sur des poutres placées horizontalement, pour profiter des murs verticaux d’un passage engorgé de la rivière, où nous voyons encore les trous de part et d’autre. Le barrage devait avoir une largeur d’environ 6,50 m et une profondeur d’environ 10 m (bien que la base ait pu être remplie de terre). Sur la rive gauche, la roche a été taillée et l’eau était déviée à travers une canalisation, creusée dans la roche, avec une largeur d’environ 2,50 m, à l’entrée. Le moulin devait être à 15 m environ plus en avant33. Le casal moliner était situé, comme dans le cas précédent, précisément où il y avait la chute d’eau ; dans ce cas, cependant, il était beaucoup plus éloigné du cours de la rivière. Il faut signaler, quand même, qu’à cet endroit, il y a eu à environ 30 m plus bas un second moulin34.

Moulin et barrage de Pont-de-Roma (riera de Merlès, Berguedà)

Les terres islamiques

  • 35 A. Altisent, Diplomatari de Santa Maria de Poblet. I. Anys 960-1177, Barcelone, 1993, doc. 119.
  • 36 X. Eritja, « Les comunitats pageses i els grans espais irrigats de l’àrea de Lleida durant el peri (...)

33La documentation écrite démontre l’existence de moulins antérieurs à la conquête chrétienne, situés en Nouvelle Catalogne (cat. Catalunya Nova). Le 13 août 1149, donc avant que ne survienne la conquête de Lleida, pendant que se faisait le siège de cette ville, le comte donna déjà la tour d’Avincidel, avec dix parellades de francs-alleux, située dans le « Segrià », avec les moulins qu’il y avait au terme de cette tour, appartenant jusqu’alors à un homme appelé Mocudriina35. Ces moulins, comme il s’est produit par rapport avec certaines almuniae ou burg (s), ont souffert avant la conquête une certaine « privatisation », peut-être aux mains de membres de l’oligarchie urbaine36.

  • 37 A. Attisent, Diplomatari..., doc. 151.

34Il s’était passé trois années de la conquête à l’an 1152, quand Ramon Berenguer IV, comte de Barcelone, donna à Garcia Liniz deux casals de molins au Segrià, dont un avait appartenu au sarrasin appelé Fresca (qui fuit de illo mauro nomine Frezcha). Comme le dit le document, ce moulin était à côté d’un canal qui servait surtout à arroser (cequia supra molinum de Frezcha) et qui était assez grand pour être traversé par un pont fait avec une arcade (pont arcemvoltum qui est in cequia)37.

  • 38 A. Altisent, Diplomatari..., docs. 265, 294.

35En 1164, à Pardinyes, il y avait un molnar ou endroit où il y avait des moulins, mentionné dans un document de l’année 1166 (cum molas que ibi sunt, et sicut acaptavimus a comité Raimundi) ; dans ce molnar il y avait déjà des moulins avant l’an 114938.

  • 39 Cartulari de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 18.

36Un dernier exemple. L’an 1175, les templiers concédèrent à Guillem Berenguer de Riudovelles et aux siens ainsi qu’à Ramon de Coscoll et aux siens un endroit pour qu’ils y fassent un moulin (ou plusieurs moulins) où il y avait eu les vieux moulins, sans aucun doute d’époque islamique (in illa cequia super illos molinos vetulos d’Alcanicia)39.

  • 40 Cartulari de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 151.

37Beaucoup de ces moulins étaient situés à côté des grands canaux qui apportaient l’eau à la horta (jardin et verger) de Lleida ou bien qui servaient à irriguer les terres des divers burgs(s) ou des villages fortifiés qu’il y avait autour de la ville. Beaucoup de ces moulins devaient être cupers ou toddlers. Un, cependant, était un Molí roder, un moulin à roue verticale. Un document très intéressant fait peu après la conquête, en 1153, nous parle d’un Molí roder (ipso molendino rodero de Lorenz), qui fut donné aux templiers ; logiquement il faut penser qu’il devait déjà exister avant l’an 114940.

  • 41 R. Sarobe, Els molins dels templers al Segrià al segle XII, Lleida (sous presse).

38Après la conquête chrétienne, beaucoup de moulins qui existaient avant l’an 1149 devaient avoir été détruits ; peut-être, cependant, quelques-uns encore pouvaient-ils être utilisés et furent-ils mis à profit. Ainsi que cela a été étudié dans divers endroits, des conflits entre les nouveaux seigneurs commencèrent très vite au sujet de l’utilisation de l’eau des canaux, ou, même, entre les nouveaux possesseurs des moulins. En 1173, un accord fut nécessaire entre Bernat de Vallseguer, d’une part, et Ramon Garber et Guillem de Parets Altes, de l’autre, au sujet de l’eau que devaient avoir trois moulins situés dans le domaine que les templiers avaient dans la Segrià et qui prenaient l’eau du même canal de Segrià ; de fait, il fut établi que le moulin supérieur avait préférence sur les inférieurs41.

Les moulins du Bas Moyen Âge

  • 42 J. Bolòs, « Molí de Castellnou d’Ossó », Catalunya Romànica, 24, Barcelone, 1997, p. 549-550.

39Le moulin de Castellnou d’Ossó (Urgell) peut être considéré comme un modèle de moulin du Bas Moyen Âge. C’est un moulin avec deux meules. Derrière le moulin, il y a un grand réservoir, avec deux puits. Le réservoir a une longueur totale de 68 m et une largeur maximale de 16 m. Chaque puits est fait en pierres bien équarries sur un plan circulaire. Le saut devait être de 4 m environ. Bien qu’aujourd’hui il soit impossible d’entrer aux cacaus, il est probable qu’ils sont couverts de dalles plates, ainsi que nous pouvons les trouver au moulin suivant de la Sinoga, dans la vallée de la rivière Riu Corb. La salle des meules, avec un plan presque rectangulaire (faisant, à l’intérieur, environ 4,7 m sur 6,3 m), est voûtée en berceau légèrement brisé. Dans ce moulin, on a déjà construit au-dessus de la salle des meules un édifice, où probablement vivaient les meuniers. Il a un accès direct à l’extérieur, avec une porte en pierre travaillée. Ce logement comprenait une salle principale et un grenier au-dessus. Il faut signaler que les murs de cette construction supérieure étaient de pisé (cat. tàpia), bien que les deux chambres fussent supportées par chacun des arcs légèrement ogivaux42.

40Quelles étaient les différences les plus importantes entre ce moulin et les moulins du Haut Moyen Âge ? Quoique nous ne sachions pas s’il en était toujours ainsi, nous pouvons signaler que les moulins des derniers siècles médiévaux étaient plus éloignés du cours de la rivière, généralement beaucoup plus stables, faits avec un appareil régulier soigné. Composés de plusieurs meules, ils pouvaient avoir le logement du meunier au-dessus, etc. De plus, comme nous l’avons déjà dit plus haut, ils avaient un puits et généralement un grand réservoir tout près.

41La liste de moulins conservés, existants en Catalogne à la fin de l’époque romane et surtout à l’époque gothique, est déjà importante. Tous avaient plusieurs caractéristiques semblables, quoiqu’il puisse y avoir certaines différences. Ainsi, par exemple, bien que dans la plupart on trouve la salle des meules couverte d’une voûte de pierres de taille, elle pouvait parfois être couverte de poutres en bois supportées par plusieurs arcades, comme, par exemple, au moulin de la Granja de Santes Creus dans le Codony (Tarragonès).

42Tous les moulins de cette époque-là étaient des moulins seigneuriaux, du comte ou, parfois, d’une ville ou d’un bourg. Actuellement nous pouvons citer plusieurs douzaines de moulins qui peuvent être datés de l’époque médiévale (voyez la carte jointe) ; une étude soigneuse et systématique permettrait sûrement d’accroître cette liste. Nous pouvons faire une brève mention d’une manière plus détaillée de quelques-uns, peut-être les plus importants (ou les plus connus).

  • 43 J. Bolòs, I. Padilla, « Un Molí d’origen medieval : el Molinet de Navel », Quaderns d’estudis medi (...)

43Molinet de Navel (Viver i Serrateix, Berguedà) a été un des premiers moulins médiévaux bien étudié. Il a beaucoup d’éléments caractéristiques de ces constructions-là : un grand réservoir, une salle des meules terminée par une voûte ogivale en pierres de taille, où nous pouvons encore voir les marques du tailleur de pierres, deux cacaus, auxquels s’ajoute un troisième. C’était un moulin fait par un seigneur ecclésiastique, le monastère de Serrateix43.

  • 44 F. Español, « Els casals de molins medievals a les comarques tarragonines. Contribuciό a l’estudi (...)

44Molí de l’Albiό (Llorac, Conca de Barberà). C’est un moulin impressionnant, sûrement fait par les templiers. La salle des meules avait un plan rectangulaire et était couverte d’une voûte en berceau brisé ; on peut le dater du XIIIe siècle. Au-dessus, il y a eu une extension à la fin de ce siècle-là ou au XIVe siècle, avec deux nouveaux étages, où vivaient peut-être les meuniers, le premier supporté par un arc et le deuxième (maintenant divisé) supporté par deux arcades ogivales44.

  • 45 F. Español, « Els casals de molins... », p. 245-248.46. J. Bolòs, J. Torres, « Molí de la Sinoga » (...)

45Molí de la Vila de Montblanc (Conca de Barberà). Moulin avec quatre meules et quatre puits, séparés par trois éperons. Il a été daté du XIIIe siècle ou du XIVe siècle. Dans la salle des meules, couverte d’une voûte ogivale, s’ouvrent quatre meurtrières45.

46Molí de la Sinoga (Sant Marti de Maldà, Urgell). Moulin de deux meules, avec deux puits. La salle des meules est terminée avec une voûte ogivale ; la salle des eaux est couverte d’une dalle. Au-dessus, la maison du meunier est répartie en deux étages. Il a été très restauré. Il semble cependant qu’il a été fortifié ; sur les vieilles photographies nous voyons des créneaux46 au sommet du mur

  • 46 J. Bolòs, A. Martinez, « El molí medieval de la Torre Baldovina de Santa Coloma de Gramenet », Act (...)

47Molí d’en Riber (Santa Coloma de Gramenet, Barcelonès). Il a été un des rares moulins fouillé ces dernières années. C’était un moulin avec quatre meules et quatre cacaus indépendants, qui ensuite a été agrandi de deux cacaus supplémentaires, déjà à l’époque moderne. On a calculé que le saut était de 8,5 m. Il peut être daté du XIIIe ou XIVe siècle46.

  • 47 J. Bolòs, J. Camps, « Molí de Buida-sacs », Catalunya Romànica, 13, Barcelone, 1987, p. 92.

48Molí de Buida-sacs (Solsonès). Édifice très remarquable, maintenant détruit. Sa salle des meules, très spacieuse, faisait à l’intérieur 8,4 m sur 6,3 et était terminée par une voûte légèrement ogivale. Elle contenait trois meules ; derrière l’édifice il y avait les trois puits. Le saut était de plus de 6 m. L’édifice a dû être construit au XIIIe siècle, avec un ajout au-dessus à une date un peu plus postérieure47.

49À ces moulins, il faudrait ajouter, par exemple, le grand moulin des Monjos (Santa Margarida i els Monjos, Alt Penedès), celui de la Riera de Gaià (Tarragonès), le moulin des Cups (Solsonès), le moulin de la Cadena (Vallfogona de Riucorb, Conca de Barberà), le moulin des Omellons (les Garrigues), le Molinot des Oluges (Segarra), le Molí de Fals (Fonollosa, Bages), le Molí del Caixes de Solivella (Conca de Barberà), et tant d’autres.

50Il faut dire, pour terminer cette partie, que, au Bas Moyen Âge, on aurait trouvé aussi des moulins à farine à vent et des moulins à nef. Nous ne connaissons pas encore grande chose sur les moulins à vent, bien que l’on puisse différencier trois moments, en ce qui concerne leur diffusion.

  • 48 J. R. González, D. Rubio, J.I. Rodríguez, « Un aspecte gairebé desconegut del patrimoni monumental (...)

51On a parlé d’une première étape, à l’époque musulmane, pendant laquelle il y avait déjà des moulins à vent, par exemple, dans la région de Tarragona. Le moment de diffusion semble, cependant, être survenu surtout à partir du XIIIe siècle. Selon les dernières études, un nouveau moment de croissance du nombre de moulins s’est produit au XVe siècle et surtout au XVIe siècle, par exemple sur les terres venteuses et avec peu de rivières de la Segarra. Beaucoup de ces moulins à vent avaient été confondus avec des tours de vigie ou avec des tours de château48.

52Nous trouvons attestée, au XVe siècle, l’existence de moulins à nef par exemple en rapport avec une peixera ou un barrage situé devant Lleida. Je ne sais pas du tout si nous pouvons parler d’une continuité entre ces moulins à roue verticale, situés au-dessus d’une barge, qu’il y avait à la fin du Moyen Âge sur le Segre et les moulins à nef qu’il y avait, selon les sources musulmanes, sur l’Ebre et ses affluents principaux à l’époque islamique.

Les moulins de paysans et les moulins de seigneurs

  • 49 M. Sánchez, « Violencia señorial en la Cataluña Vieja : la práctica del ius maledractandi en el té (...)

53La « féodalisation » de la société a fait qu’il y eut un changement dans la situation des moulins. Ce changement, nous le voyons reflété par divers faits. D’une part, à travers la pression que firent les seigneurs du ban pour que leurs paysans utilisent les moulins banaux. Peut-être aussi en faisant payer une quantité aux paysans qui avaient déjà des moulins, sûrement depuis avant l’an 1000. De plus, parfois, les seigneurs s’attachèrent, d’une manière systématique, à acheter les moulins ou à réussir à se les faire céder par les paysans. Le processus fut, pourtant, lent : nous pouvons nous rappeler d’une étude faite récemment sur les violences dans la seigneurie de Castellfollit de la Roca, à une époque déjà tardive (années 1331-1335), contre des paysans qui ne voulaient pas payer la molitja ou droit dérivé du ban seigneurial49.

54Il convient de distinguer donc diverses possibilités, en ce qui concerne la forme de possession des moulins :

  • moulin paysan. Généralement nous connaissons ces moulins lors de leur cession à un seigneur. Quelques exemples. En 988, Segfred et sa femme Ígilo permutèrent avec l’abbé du monastère de San Cugat del Vallès molinum nostrum proprium, la terre qu’il y avait aux alentours, un pré, deux saules et un casal, en échange de seulement une terre et un sou50. L’intérêt du monastère pour le contrôle de tous les moulins – ou toute l’énergie hydraulique – de ce secteur de la rivière Ripoll est bien évident. En 1019, At vendit à Reinard, abbé du monastère de Serrateix, la moitié du moulin (cum suo solo et cum suo cacauo et cum sua aqua et cum sua gleva et cum omnia sua strumenta) qu’il avait à la rivière Navel, à l’intérieur du terroir de Serrateix, pour 3 sous51. Le monastère de Serrateix eut une politique semblable de contrôle de l’eau, en rapport avec la rivière Navel où, au XIIIe siècle, ils construisirent des grands moulins seigneuriaux. Il faut supposer que ce At n’était pas un seigneur mais un paysan. Cette même année 1019, Ovasi et sa femme Sίndul se virent obliger de donner à Udalguer, seigneur du château de Pera, dans le Vallès, pour payer une dette de 9 mancusos et demi, une exploitation qu’ils avaient en propriété, formée d’une maison, une terre, des vignes et le droit d’usage du moulin, une semaine sur trois52. Dans ce cas, il semble assez évident que ce ménage donna tout ce qu’il possédait ;
  • moulin seigneurial banal. À Salient (la Garrotxa) il y avait le moulin banal de Rocafort, tenu directement par le seigneur – l’abbaye de Sant Esteve de Banyoles –, où certains des habitants des mas de la paroisse de Salient et presque tous ceux de la paroisse voisine de Mieres devaient apporter les céréales pour les moudre.53 Nous trouvons paradoxalement que plusieurs paysans qui vivaient très proches du moulin de Rocafort – et qui dépendaient du même seigneur – ne devaient pas y aller forcément, et par contre, d’autres paysans qui avaient le mas à plus de 5 km, devaient y apporter les céréales pour les moudre. C’était donc le moulin où devaient aller tous les paysans soumis au destret ou monopole du moulin. Si nous nous en allons en Nouvelle Catalogne, conquise après l’an 1000, nous voyons que, dans beaucoup de villages, tous les paysans restaient soumis au destret du moulin, d’une manière tout aussi ou plus stricte qu’en Vieille Catalogne (cat. Catalunya Vella). Ainsi, par exemple, en 1163, Ermengol VII d’Urgell, dans la charte de peuplement de Menàrguens, détint les moulins et le droit de les user (retinemus molinos). De même, le roi Alfons I, comte de Barcelone, en 1180, détint le droit sur molendinos et furnos et fabricam54. Dans beaucoup de cas, ce moulin seigneurial était arrenté ou établi à un paysan ou à un meunier ;
  • par contre, en Vieille Catalogne, nous trouvons que, même au Bas Moyen Age, certains paysans détenteurs faisaient usage de leur propre moulin, pour lequel, certainement, ils devaient payer une quantité au seigneur du lieu. Ainsi, à la paroisse de Salient, au début du XIVe siècle, il y avait les moulins des mas Menter, Serradell, Badia, etc. Les paysans de ces mas ne devaient pas moudre au moulin seigneurial de Rocafort – et remettre le seizième de la mouture –, ils ne devaient payer qu’une quantité fixe en produits ou en argent55. Si nous nous en allons au Collsacabra (Osona), nous trouvons que, en 1291-1292, le seigneur de Tavertet établit un mas avec ses terres et le moulin qu’il avait, ou qu’en 1347 Bernat Clota donna à sa fille une masoveria de laquelle dépendait un moulin56. Dans cette zone, un important pourcentage de mas étaient des exploitations qui avaient leur propre moulin ; à Rupit (Osona), selon un terrier (cat. capbreu), on nomme 65 mas et 19 moulins qui en dépendent57. Ceci montre donc parfois, malgré ce qui a toujours été affirmé, que sous certains aspects, la situation des paysans de la Vieille Catalogne pouvait être meilleure que celle des paysans de la Nouvelle Catalogne.
  • 58 J. Bolòs, El mas, el pages..., p. 176, 207.

55Dans l’ensemble, on a l’impression que, en général, en Vieille Catalogne, la crise des derniers siècles médiévaux fit augmenter plus tôt l’importance du moulin banal. À Salient, par exemple, aux derniers siècles médiévaux, la plupart des moulins tenus par un paysan disparurent et ne se maintint que le moulin tenu directement par l’abbé58. À Castellfollit de la Roca, nous avons déjà vu que, au XIVe siècle, le seigneur prenait, avec violence, des nadilles aux paysans ; il faut supposer que ces objets provenaient des moulins qu’avaient ces paysans.

56Il ne faut pas oublier que, à part les moulins tenus par les seigneurs laïcs ou ecclésiastiques (l’évêque, un monastère, un ordre militaire), il y avait également les moulins du comte ou du roi, (par exemple au Rec Comtal de Barcelone) ; de même, il pouvait aussi y avoir des moulins d’une ville ou d’un bourg (par exemple ceux du bourg de Montblanc, près du confluent de la rivière Anguera avec le Francolí).

Les moulins à l’intérieur d’un paysage

57L’étude du système hydraulique des diverses rivières et l’analyse du fonctionnement de l’espace irrigué permet non seulement de voir la relation des moulins avec les autres éléments du paysage (jardins potagers, villages et autres établissements de population, voies, etc.), mais aussi la relation qu’ils avaient avec le type de société de chaque moment. Nous pouvons signaler deux aspects :

  • le fait qu’il n’y avait qu’un débit d’eau. Cette eau unique pouvait être déviée et retournée dans la rivière le nombre de fois nécessaire. Dans beaucoup de petites rivières, très souvent, il ne pouvait pas y avoir un nouveau barrage avant que ne soit retournée à la rivière l’eau qui avait été déviée par le barrage précédent ;
  • si nous étudions chacun des espaces hydrauliques, nous pouvons signaler une priorité différente quant à l’utilisation de l’eau : pour les jardins potagers, les champs de céréales, les moulins à farine ou à foulon, etc. L’analyse de la parcellisation et de la manière dont se distribuent les différents braçals du canal peut nous apporter beaucoup d’informations sur l’évolution de cet espace.

58Actuellement diverses études ont été réalisées, sur différentes rivières : Riudebitlles, Riu Corb, Siό, Ripoll, etc. Dans le Roussillon, on a aussi étudié les rivières Tech, Têt et Aglí.

59La rivière Sió, qui est actuellement en cours d’étude par une équipe du Département d’histoire de Lleida, fournit un bon exemple de la relation entre les canaux et les moulins. Nous pouvons prendre comme échantillon le secteur de la rivière situé à l’est d’Agramunt (Urgell). A Ossó de Sió, on a construit un moulin moderne – nous ne savons pas s’il avait un précédent médiéval – qui prenait l’eau à 1 km du village. Un peu plus en bas de ce village naissait un canal, lui aussi d’une longueur de 1 km, qui portait l’eau jusqu’au moulin de Castellnou d’Ossó fait, comme nous l’avons vu plus haut, au Moyen Âge. À côté du village même de Castellnou, il y avait le barrage du canal qui apportait l’eau au moulin médiéval de Puigverd. À nouveau, au pied de ce village se trouve le début de la dérivation du canal de l’ample verger d’Agramunt où il y avait aussi des moulins. C’est une série de canaux : quand un se termine l’autre commence, et chacun est en rapport avec un village. Chacun avait comme fonction de mouvoir l’eau du moulin, mais aussi d’arroser les jardins potagers du village. Nous voyons un exemple très intéressant à Puigverd où en bas du village, à la fin du canal, il y avait le moulin ; avant, cependant, l’eau avait servi à arroser tout d’abord les terres seigneuriales (les Domenges, toponyme toujours en usage) et aussi les jardins potagers des habitants du village.

  • 59 J. Bolòs, J. Nuet, La sèquia Monar i els molins del riu Ripoll (Sabadell, Vallès Occidental), Saba (...)

60Sur la rivière Ripoll, dans le secteur qui actuellement correspond à la commune de Sabadell (Vallès Occidental), nous voyons l’existence à l’époque médiévale d’une série de courts canaux, alimentant chacun un ou plusieurs moulins mais aussi un secteur de vergers. Sur le plus long, plus de 6 km, à l’époque médiévale sont attestés huit moulins, sûrement en rapport avec six barrages différents. De plus, il y avait aussi des vergers, comme ceux du bas de la ville de Sabadell, qui acquirent beaucoup d’importance59. Bien qu’il y ait eu sur cette rivière différents barrages qui alimentaient les moulins d’une rive à l’autre, l’unité de l’ensemble du système hydraulique a conduit récemment à penser qu’il y avait un canal unique, la Sèquia Monar, de 20 km de long. Il faut aussi signaler le rôle des moulins aux abords des grands canaux, comme le Rec Comtal de Barcelone ou, par exemple les canaux de Segrià ou de Fontanet de Lleida.

  • 60 P. Ortí, « L’explotaciό d’una renda reial : els molins del Rec Comtal de Barcelona fins al segle X (...)

61Au Rec Comtal, à la fin du XIIIe siècle, il y avait plus ou moins treize casals de moulins, qui incluaient plus de 40 meules (ou molins). Les premiers casals, faits au XIe siècle et surtout au XIIe, étaient grands ; aux XIIe et XIIIe siècles, ils arrivèrent à être formés de six meules. Par contre, dès le XIIIe s., les nouveaux moulins qui se firent étaient déjà des moulins cupers, plus petits, avec seulement deux puits (et des meules)60.

  • 61 Cartoral de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 174.
  • 62 J. Bolòs, « Paisatge i societat al “Segrià” al segle XIII », dans J. Bolòs (ed.), Paisatge i socie (...)

62À la Sèquia de Segrià (l’actuel canal de Pinyana), située au nord de Lleida et qui prenait l’eau de la Noguera Ribagorçana, dans le secteur qui correspond aux communes actuelles de Torrefarrera, Rosselló et Vilanova de Segrià, il y avait à la fin du XIIe siècle dix-neuf moulins à farine et trois moulins à foulon. Parfois, le casal était d’une seule meule (ou molí), parfois il y avait deux meules et, dans un cas, il y en avait quatre61. Comme nous l’avons vu, certains de ces moulins existaient déjà avant la conquête chrétienne. Un peu après, au XIIIe siècle, il y avait déjà à peu près 30 meules (molendinis bladeriis). Les seigneurs non seulement avaient utilisé les anciens moulins d’époque islamique, mais encore en avaient fait de nouveaux62.

Conclusions

63Ces pages sont le fruit d’études faites ces trente dernières années, à partir de la lecture de documents écrits et des premiers travaux de terrain. Cet ensemble de recherches nous permet de souligner certains aspects :

  • à l’époque carolingienne, il y avait un grand nombre de petits moulins, sûrement toddlers et très probablement avec une seule meule. Dans un même endroit, un même molnar, on pouvait certainement en faire plusieurs, à la chaîne. Ils avaient besoin d’un bon débit, cependant ils avaient un saut très réduit. Bien que beaucoup de ces moulins aient été aux mains de paysans, il faudrait éclaircir l’importance que pouvaient avoir les moulins du comte ou des seigneurs et savoir s’ils étaient identiques ou différents des moulins paysans ;
  • dans al-Andalus, il y avait probablement une grande diversité de moulins : cupers, roders, todellers, et même des moulins à nef, adaptés au besoin du lieu. Par ailleurs, comme il a été affirmé plusieurs fois, dans les espaces hydrauliques andalous, les vergers avaient une situation prééminente, au moment de répartir l’eau. Il faudra cependant approfondir l’étude des espaces hydrauliques en Nouvelle Catalogne, tant dans la région de Lleida que dans celle de Tortosa ;
  • les moulins seigneuriaux du Bas Moyen Age étaient surtout des moulins cupers, même ceux qui sont situés à côté des rivières importantes63. En étudiant ces moulins nous devons souligner l’importance de la rente touchée par les seigneurs, mais aussi la diversité des situations qui motivèrent, par exemple, au XIVe siècle le vol des nadilles aux paysans qui ne voulaient pas payer le droit de molitja, droit sûrement nouveau à ce moment-là. A la fin des siècles médiévaux, il faut aussi tenir compte du poids que prirent les moulins en rapport avec les villes et les bourgs.

64Comme nous l’avons dit au début, l’étude des moulins peut nous permettre de comprendre beaucoup d’aspects de la société, de l’économie et du paysage médiévaux et bien des changements qui se sont produits au long des siècles du Moyen Âge.

Note

1 J.P. Cuvillier, « La propriété de l’eau et l’utilisation des ouvrages hydrauliques dans la Catalogne médiévale (XIIIe et XIVe siècles) : essai d’histoire économique et sociale », Scriptorium Populeti, III (1970), p. 243-257.

2 A. Altisent, « Equipament d’un moli hidràulic a Montblanc, el 1686 », Boletín Arqueológico, CXIII-CXX (1971-1972), p. 357-365 ; A. Altisent, Història de Poblet, Abbaye de Poblet, 1974.

3 P. Bonnassie, Catalunya mil anys enrera. Creixement econòmic i adveniment del feudalisme a Catalunya de mitjan segle X al final del segle XI, I, Barcelone, 1979, p. 401-404.

4 J. Bolòs, I. Padilla, « Un Molí d’origen medieval. El Molinet de Navel », Quaderns d’estudis medievals, 1 (1980), p. 49-55 ; F. Español, « Els casals de molins medievals a les comarques tarragonines. Contribució a l’estudi de la seva tipologia arquitectònica », Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 1 (1980), p. 231-254.

5 J. Bolòs, J. Nuet, Els molins farmers, Barcelone, 1983.

6 S. Palau Rafecas, Els molins farmers hidràulics de Catalunya. 690 molins inventoriais, Santa Coloma de Queralt, 1992.

7 J. Bolòs, « Els molins protomedievals del comtat de Besalú i de les seves rodalies », Actes i comunicacions de In IV Assemblea d’Estudis del comtat de Besalú, Olot, 1983, p. 195-207. Dans la collection Atles dels comtats de la Catalunya carolingia se sont publiés : J. Bolós, V. Hurtado, Atles del comtat de Besalú (785-988), Barcelone 1998 ; J. Bolòs, V. Hurtado, Atles dels comtats d’Empúries i Peralada (780-991), Barcelone, 1999.

8 R. Martí, « Hacia una arqueología hidráulica : la génesis del molino feudal en Cataluña », dans M. Barcelό (ed.), Arqueología medieval. En las afueras del « medievalismo », Barcelone, 1988, p. 165-195.

9 M. A. Carbonero, « Els molins hidràulics a l’ilia de Mallorca : algunes notes sobre la localitzaciό de molins d’origen medieval », Quinze anys dels premis d’investigaciό « Ciutat de Palma », Palma de Majorque, 1986, p. 137-155 ; S. Selma Castell, Els molins d’aigua medievals a Sharq al-Andalus. Aproximaciό a través de la documentació escrita dels segles X-XIII (IV-VII H.), Onda, 1994.

10 S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, 1995.

11 J. Rius, Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès, vol. II, Barcelone, 1946, doc. 388, p. 37-38.

12 M. Llarch, J. Martínez, « Molins del Comte (o de Palomera) », Catalunya Romànica, XXVI, Barcelone, 1997, p. 165-166.

13 S. Palau, Els molins farmers..., p. 31.

14 J. Rius, Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès, vol. I, Barcelone, 1945, doc. 45 (22 août 956).

15 P. Ortí, « L’explotaciό d’una renda reial : els molins del Rec Comtal de Barcelona fins al segle XIII », dans M. Sánchez (ed.), Etudios sobre renta, fiscalidad y finanzas en la Cataluña bajomedieval, Barcelone, 1993, p. 255.

16 S. Caucanas, Moulins et irrigation..., p. 125.

17 J. Bolòs, J. Nuet, EIs molins... ; J. Bolòs, M. Fàbregas, « Els molins de la conca mitjana del Llobregat durant l’alta edat mitjana. I.-Introducciό », Quaderns d’estudis medievals, 9 (1982), p. 556-568.

18 S. Selma, Els molins d’aigua..., p. 59-63.

19 Un moulin nommé dans un document de 963, était molino cum suum caput aquis et sua resclausa et regum et subtus regum et solo et superposito et suas molas et suos ferros limité, à l’est, avec la rivière, et au sud et à l’ouest in cacauo de molino de Sancta Maria. J. Rius, Cartulario de « San Cugat »..., doc. 67.

20 S. Caucanas, Moulins et irrigation..., p. 148.

21 Cartulari de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 220.

22 J. Bolòs, « Molí de les Besses », Catalunya Romànica, 24, Barcelone, 1997, p. 261-262.

23 J. Bolòs, V. Hurtado, Atles del comtat de Besalú..., p. 32.

24 En ce qui concerne les Palaus et Palots nommés, comme toponyme, dans la documentation d’époque carolingienne, voyez : R. Marti, « Palaus o almúnies fiscals a Catalunya i al-Andalus », Les Sociétés méridionales à l’âge féodal. Hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse, 1999, p. 63-70.

25 C. Baraut, « Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles IX-XII) », Urgellia, 1 (1978), p. 49.

26 J. Bolòs, V. Hurtado, Atles del comtat de Besalú..., p. 44-45.

27 P. Bonnassie, Catalunya mil anys..., p. 401-403.

28 P. Puig, El monestir de Sant Llorenç del Munt sobre Terrassa. Diplomatari dels segles X i XI, vol. II, Barcelone, 1995, doc. 109.

29 P. Puig, El monestir de Sant Llorenç..., doc. 180.

30 E. Junyent, Diplomatari de la Catedral de Vic, Vic, 1980, doc. 107 (6 février 924).

31 J. Bolòs, M. Fàbregas, « Els molins de la conca... », p. 563-565.

32 J. Bolòs, « Resclosa propera a la casa del Pont de Roma », Catalunya Romànica, 12, Barcelone, 1985, p. 145.

33 Je ne sais pas si la mention molins roquers quelquefois citée dans les documents fait référence précisément au fait d’avoir été construits profitant des roches, qui servaient de base et de protection. Certes, nous ne pouvons pas non plus rejeter la possibilité qu’ils se réfèrent au fait qu’ils étaient fortifiés. En 992, on mentionne, ipso mulnare qui est rochero, qui est in Riopullo. J. Rius, Cartulario de « Sant Cugat »..., doc. 282.

34 J. Bolòs, « Molí de les Goles de les Heures », Catalunya Romànica, 12, Barcelone, 1985, p. 419-420.

35 A. Altisent, Diplomatari de Santa Maria de Poblet. I. Anys 960-1177, Barcelone, 1993, doc. 119.

36 X. Eritja, « Les comunitats pageses i els grans espais irrigats de l’àrea de Lleida durant el periode andalusí (s. IX-XII) », dans Solidaritats pageses, sindicalisme i cooperativisme. Segones Jornades sobre sistemes agraris, organitzaciό social i poder local als Països Catalans, Lleida, 1998, p. 169-184.

37 A. Attisent, Diplomatari..., doc. 151.

38 A. Altisent, Diplomatari..., docs. 265, 294.

39 Cartulari de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 18.

40 Cartulari de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 151.

41 R. Sarobe, Els molins dels templers al Segrià al segle XII, Lleida (sous presse).

42 J. Bolòs, « Molí de Castellnou d’Ossó », Catalunya Romànica, 24, Barcelone, 1997, p. 549-550.

43 J. Bolòs, I. Padilla, « Un Molí d’origen medieval : el Molinet de Navel », Quaderns d’estudis medievals, 1 (1980), p. 49-55.

44 F. Español, « Els casals de molins medievals a les comarques tarragonines. Contribuciό a l’estudi de la seva tipologia arquitectònica », Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 1 (1980), p. 240-245.

45 F. Español, « Els casals de molins... », p. 245-248.46. J. Bolòs, J. Torres, « Molí de la Sinoga », Catalunya Romànica, 24, Barcelone, 1997, p. 555.

46 J. Bolòs, A. Martinez, « El molí medieval de la Torre Baldovina de Santa Coloma de Gramenet », Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 7-8 (1986-1987), p. 421-435 ; A. Rigo, E. Gili, El Molí d’en Ribé. Un molί fariner baix-medieval. Santa Coloma de Gramenet, Barcelonès, Barcelone, 1992.

47 J. Bolòs, J. Camps, « Molí de Buida-sacs », Catalunya Romànica, 13, Barcelone, 1987, p. 92.

48 J. R. González, D. Rubio, J.I. Rodríguez, « Un aspecte gairebé desconegut del patrimoni monumental de TUrgell : els molins de vent », Urtx. Revista cultural de l’Urgell, 10(1998), p. 94-106.

49 M. Sánchez, « Violencia señorial en la Cataluña Vieja : la práctica del ius maledractandi en el término de Castellfollit (primer tercio del s. XIV) », Miscel-lània de Textos Medievals (en cours de publication).

50 J. Rius, Cartulario de « Sant Cugat »..., doc. 220.

51 J. Bolòs, Els Monestirs del cointnt de Berga des de llurs orίgens fins a l’any 1400. El monestir de Santa Maria de Serrateix, Université de Barcelone, 1983 (thèse de doctorat inédite), doc. 64.

52 P. Puig, El monestir de Sant Llorenç..., doc. 180.

53 J. Bolòs, El mas, el pagès i el senyor. Paisatge i societat en una parròquia de la Garrotxa a l’edat mitjana, Barcelone, 1995, p. 175-179.

54 J. M. Font Rius, Cartas de poblaciόn y franquicia de Cataluña, Madrid-Barcelone, 1969, docs. 123, 160.

55 J. Bolòs, El mas, el pages..., p. 175-179.

56 Une masoveria est une explotation sous-établie par un paysan – qui tient les terres pour un seigneur – à un autre paysan. Les masoveries, qui se séparent d’un mas, n’apparaissent pas jusqu’au XIIIe siècle ou au XIVe siècle.

57 A. Serra, ha comunitat rural a la Catalunya Medieval : Collsacabra (s. XIII-XVI), Vic, 1990, p. 54-55.

58 J. Bolòs, El mas, el pages..., p. 176, 207.

59 J. Bolòs, J. Nuet, La sèquia Monar i els molins del riu Ripoll (Sabadell, Vallès Occidental), Sabadell, 1998.

60 P. Ortí, « L’explotaciό d’una renda reial : els molins del Rec Comtal de Barcelona fins al segle XIII », dans M. Sánchez (ed.), Estudios sobre renta, fiscalidad y finanzas en la Cataluña bajomedieval, Barcelone, 1993, p. 243-275.

61 Cartoral de Gardeny, conservé à l’ACA, doc. 174.

62 J. Bolòs, « Paisatge i societat al “Segrià” al segle XIII », dans J. Bolòs (ed.), Paisatge i societat a la Plana de Lleida a l’Edat Mitjana, Lleida, 1993, p. 66-67.

63 Il est vrai qu’il y avait quelques exceptions : les moulins roders du Segrià, ceux du Tarragonès, ceux du Roussillon ou ceux que, en 1258, il y avait au Rec Comtal de Barcelone. J. M. Madurell, « Els molins a Catalunya en temps de Jaume I (Notes documentais) », X Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Saragosse, 1976, p. 167.

Indice delle illustrazioni

Legenda Moulins médiévaux en Catalogne
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24396/img-1.jpg
File image/jpeg, 256k
Legenda Moulin et barrage de Pont-de-Roma (riera de merlès, Berguedà) : coupe
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24396/img-2.jpg
File image/jpeg, 75k
Legenda Moulin et barrage de Pont-de-Roma (riera de Merlès, Berguedà)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24396/img-3.jpg
File image/jpeg, 81k

© Presses universitaires du Midi, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search