Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Les moulins carolingiens du Languedoc

fin viiie siècle-début xie siècle

Aline Durand

Texte intégral

  • 1 G. Comet, « Moulins de Provence et d’ailleurs ou Historiographie, méthode et idéologie chez les his (...)
  • 2 Le bilan le plus récent est P. Leveau, « Les moulins de Barbegal, les ponts-aqueducs du vallon des (...)
  • 3 J.-P. Brun et M. Borreani, « Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain en Narbonaise », Galli (...)
  • 4 F. Lombardi, « Moulins à eau fortifiés sur l’Hérault, XIIe-XVe siècles », Arts et traditions rurale (...)
  • 5 C’est le cas notamment des travaux faits par l’association Arts et traditions rurales.
  • 6 A.-M. Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à ve (...)

1L’historiographie récente renouvelle les perspectives des recherches menées sur l’hydraulique agricole. Ainsi pose-t-elle différemment la question de l’apparition du moulin à eau et de sa diffusion entre l’Antiquité et l’an Mil en s’attachant à comprendre l’outil, la technique, dans un contexte régional précis, sans systématiser en recherchant les liens entre l’établissement de la seigneurie banale et la machine agricole1. Dans cette perspective, le Languedoc méditerranéen n’a pas de tradition historique solide pour la meunerie et l’hydraulique : contrairement à la Provence voisine, point de prestigieux vestiges antiques comme Barbegal2 et point de découverte archéologique récente de moulins médiévaux3. Et pourtant, ce ne sont pas les sites et les monuments qui manquent4. Mais ils ont suscité peu d’études de longue haleine ou bien, quand elles existent, ces études sont restées de diffusion confidentielle5. En revanche, la documentation écrite, plus abondante qu’outre-Rhône, permet de poser quelques jalons d’une histoire carolingienne des moulins. Depuis longtemps, les historiens, moyennant une certaine prudence, ont souligné l’intérêt des premières mentions de moulins et d’équipements hydrauliques6, même si l’interprétation de ces documents se révèle difficile et décevante. En effet, les moulins sont souvent cités au sein de formules génériques, exploitables cependant, moyennant des précautions méthodologiques. Le Languedoc méditerranéen n’échappe pas à la règle : 51 textes où apparaissent 44 moulins sont recensés entre 780 et 1020-1030 (tableaux 1, 2, 3). C’est un peu moins, tout en restant comparable, qu’en Roussillon où près de 62 constructions hydrauliques sont citées avant 1031. Le premier travail a consisté à établir la date exacte de ces documents et à en justifier l’utilisation : la querelle opposant les abbayes d’Aniane et de Gellone au XIe siècle a amené les scriptoria monastiques à interpoler, remanier, voire même forger, quelques-uns des diplômes octroyés par les empereurs carolingiens (cf. annexes).

L’impossible description technique

  • 7 B. Phalip, « Le moulin à eau médiéval. Problème et apport de la documentation languedocienne. Bassi (...)
  • 8 S. Caucanas, op. cit.

2Le vocabulaire languedocien désignant le moulin à eau ne présente aucune originalité : la documentation ne connaît que la triade molinum, molendinum et molinarium. Si molendinum est plutôt usité au sein de formules, molinum est plutôt employé pour caractériser et individualiser un moulin particulier, au moins jusqu’au milieu du Xe siècle (tableau 1 et 2 et figure 1). Puis, selon une évolution désormais classique, au XIe siècle, molendinum l’emporte définitivement. La sécheresse du vocabulaire n’offre pas les éléments techniques suffisants pour décrire avec rigueur et netteté le moulin languedocien médiéval. Roue unique ou multiple, roue horizontale ou verticale, arrivée d’eau en dessus ou en dessous, plusieurs meules ou une seule, moulins de bois ou de pierre ? etc. Autant de questions parmi bien d’autres encore qui demeurent sans réponse textuelle. Il faut se tourner vers l’iconographie, ou encore plus, vers l’archéologie pour obtenir une restitution fiable de la construction. Certaines études d’architecture monumentale ont abordé la question. Ainsi, étudiant les moulins des bassins de l’Hérault, Orb et Vidourle encore en élévation et qu’il date des XIIe-XIVe siècles, B. Phalip conclut à l’existence de roues horizontales en montagne et verticales en plaine7. Mais peut-on extrapoler ces résultats concernant des moulins de pierres, solidement bâtis au moment des campagnes de construction de véritables usines de meuneries à partir de 1120-1140, à des périodes antérieures ? Toutes les fouilles archéologiques ayant mis au jour des moulins entre les IVe et XIe siècle font état de constructions moins monumentales, soit entièrement de bois, soit de bois sur un ensemble de pierres. Les roues sont soit horizontales soit verticales. Le moulin fouillé le plus proche du Languedoc est celui de la Calade du Castellet, découvert sur le tracé du gazoduc à Fontvieille et daté des Ve-VIe siècles. C’est un petit moulin rustique à turbine et à roue horizontale. Sans avoir de preuves textuelles contemporaines, S. Caucanas8, se basant sur un faisceau d’indices convergents, pense que les moulins roussillonnais les plus anciens sont à roue horizontale. En Languedoc aussi ? Rien ne permet de conclure de façon assurée. Mais tout laisse supposer que le moulin horizontal existe aussi en Languedoc durant cette période sans que l’on puisse mesurer sa place exacte.

Fig. 1. Les mots pour désigner le moulin

  • 9 P. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), Paris, Académie des (...)

3La documentation écrite apporte cependant quelques données fiables sur certains points techniques. D’abord, dès le début du IXe siècle, les moulins sont assez fréquemment construits en batterie : deux moulins sur le Lez, le meilleur moulin, la quatrième part d’un moulin et au même endroit la moitié d’un autre, etc. Il convient de remarquer, sans toutefois y attacher trop de valeur, que, dans les formules, les moulins sont généralement cités au pluriel. Il est donc acquis qu’une même paissière sert parfois à plusieurs bâtiments et/ou à plusieurs roues sous un même toit sans qu’il soit possible de trancher entre les deux solutions. Comme le prestigieux et spectaculaire exemple antique de Barbegal, les médiévaux ont utilisé plusieurs roues sur la même structure de barrage. Si sur le Lez ou le Vidourle, le lit du fleuve est suffisamment large pour que les moulins puissent éventuellement fonctionner en parallèle, en revanche sur le Gassac, la Lergue ou le Gardon, les moulins devaient se positionner en enfilade étant donné l’étroitesse virtuelle du cours d’eau. De telles campagnes de constructions supposent soit un même propriétaire-commanditaire, soit une entente entre différents possesseurs, comme c’est le cas pour les moulins de Madières sur la Vis. Droits et consignes d’utilisation devaient être très minutieusement réglés. Il est aussi possible qu’un même moulin abrite plusieurs meules : dans le diplôme d’immunité accordé par Charles le Simple à Saint-Chinian, les moulins qui sont au bord de l’eau à Vézenobre comprennent une capud molis, ce qui sous-entend l’existence d’autres meules9.

4La construction du barrage est bien sûr l’un des éléments capitaux de l’implantation hydraulique. La première attestation claire remonte à 933 sous la forme resclausa et à 972 sous la forme paxeria qui devient la désignation la plus usitée. La convenientia passé en 1030-1031 entre les abbés d’Aniane et de Gellone en restitue fidèlement la technique de construction. L’accord concerne une paissière qualifiée d’ancienne, paxeria vetula, à la date de l’entente et appelée paissière de Rieucalmès. Elle se situe sur l’Hérault à la hauteur du ruisseau du même nom. Commune à Aniane et Gellone, elle sert à alimenter deux moulins. Les deux monastères s’entendent pour éviter toute nouvelle construction sur le fleuve jusqu’au lieu-dit « Gouffre Noir ». Ils évoquent des constructions bâties à partir de bois, de pieux ou de pierre. Le premier apport de ce texte est d’entériner le sens du mot paissière : il s’agit bien du barrage construit pour dévier les eaux du cours d’eau et non du canal d’amenée d’eau ou de la vanne. Le second enseignement du texte est la description du mode de construction de la digue. Le bois et la pierre en constituent les matériaux de base. Le bois est évoqué sous différents vocables : d’abord les palos, pieux, de belles poutres ou troncs fichés solidement dans le lit du cours d’eau, puis la rama, les branches et branchages, qui garnissent l’armature de base, à la manière du pisé ou du torchis qui reposent sur un treillage de bois. Le terme de bocharia fait allusion à un ouvrage entièrement de bois. Enfin le texte fait état de petra, la pierre : s’agit-il d’ouvrage entièrement de pierre ou, là encore, de la garniture entre les pieux ? La seconde explication paraît la plus plausible dans la mesure où, dans le Roussillon voisin de S. Caucanas, les resclauses sont construites de cette manière au XIe siècle. La provenance des matériaux n’est pas explicitée, mais elle est vraisemblablement locale, comme dans les régions voisines.

La polyvalence des activités

  • 10 Cart. Cell., no 243 p. 205 (1077-1099).

5Le moulin est d’abord et avant tout une machine agricole. Mais son implantation débouche aussi sur d’autres activités que la meunerie : très tôt, des pêcheries sont associées au complexe hydraulique. Même si diplômes et chartes ne font pas état de redevance en poisson ou de droits de pêche avant le milieu du XIe siècle10, il est bien évident qu’une activité piscicole est développée en parallèle avec le moulin. Les diplômes de Charles le Chauve en faveur de Psalmodi en 844 et de l’église d’Agde en 848 font don de droits de pêche tant en mer que sur les eaux vives des fleuves et stagnantes des étangs, ce qui laisse supposer des installations adaptées, et pas seulement dans les vastes étendues en amont des cordons littoraux. En 805, les moulins du fisc de Lédens sont déjà pourvus de nasses. En 933, celui de Saint-Pierre-du-Bosc à Béziers et, en 977, ceux de Lignan aussi. Cependant, ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du Xe siècle que la liaison entre le moulin et la pêcherie commence à prendre un tour plus systématique dans la documentation écrite.

  • 11 A.D. Gard, H 106 f°14r (823).

6L’autre activité liée à l’implantation d’un complexe hydraulique est l’irrigation et le captage des eaux. Dans les actes languedociens, les canaux se repèrent sous la forme aquis aquarumve eductibus, les eaux et les conduites des eaux, accompagnée parfois de reductibus (conduite des eaux que l’on amène et que l’on ramène). Le terme, si répandu en Roussillon, de rech ou ree est inconnu de la documentation carolingienne antérieure à la fin du XIe siècle. La toute première attestation de conduites des eaux concerne plusieurs villae données en 813 par le noble Braidingus à l’abbaye d’Aniane et situées dans le suburbium de Nîmes et dans le pagus d’Uzès. Elle apparaît au sein d’une formule, mais il est à noter qu’au sein même de cette même formule, il est décrit un moulin au singulier sis sur la Pondre entre Caveirac et Milhaud. Les seconds canaux repérés le sont à Beauvoisin11, dans un contexte où le moulin n’apparaît pas. À l’échelle du dépouillement régional, les dénombrements de canaux ne représentent au total qu’une vingtaine de mentions sur plusieurs centaines de chartes. Mais elles prouvent que dès le début du IXe siècle, la maîtrise de l’irrigation est déjà acquise et liée très tôt à un complexe hydraulique puisqu’avant l’an Mil, près de 20 % des canaux d’alimentation en eau sont associés à un moulin. Lorsque les conduites ne sont pas citées, environ 10 % des chartes où les moulins apparaissent font état de sources, de puits ou de fontaines qui laissent supposer un captage des eaux en vue d’accroître la fertilité du sol par arrosage. Si l’on réunit les deux techniques, c’est environ 30 % des moulins qui sont équipés de systèmes destinés à l’irrigation. Pour les débuts de la mécanisation des campagnes, ce pourcentage est fort et éloquent.

La mesure du nombre : une question débattue

7L’une des questions fondamentales sur laquelle discutent longuement les historiens est évidemment celle de la diffusion du moulin. La mesure de leur nombre est un sujet particulièrement controversé. Les actes carolingiens, de maniement délicat, ont souvent été laissés de côté sous prétexte que la standardisation de la documentation écrite n’autorise pas de comptage. Leur très petit nombre est encore un frein à l’utilisation statistique des données. En Languedoc méditerranéen, sur les cinquante et un documents où des moulins sont cités, seules neuf références ne sont pas identifiables car incluses au sein d’une formule générique où le scribe, en fin d’acte, récapitule les types de dépendances afférentes à la totalité des biens objets de la transaction. Cependant, plus de la moitié (20) font état de constructions hydrauliques parfaitement individualisées. Les autres mentions appartiennent à l’inventaire des parties constitutives d’un fisc, d’une cella, d’une villa ou d’un manse, lesquels sont parfaitement identifiables (figure 2). Cette longue litanie n’est pas stéréotypée, mais décrit bel et bien une situation réelle. En effet, sur l’ensemble des formules énumérant les dépendances afférentes à un bien, celles où les moulins sont cités ne représentent que 11 à 12 % du total des formules repérables entre 750 et 1030. La précision, loin d’être systématique, est au contraire marginale et révèle donc une construction hydraulique. L’emploi fréquent du singulier pour le pluriel ou d’adjectifs (numéraux, qualificatifs, toponymiques) conforte cette idée. Et surtout, au sein de la formule, l’environnement dans lequel s’insère la citation des moulins varie : si elle comporte presque systématiquement le cours des eaux, s’adjoignent assez fréquemment les pêcheries, puis les paissières ou resclauses, ou encore les rives, puits, îles et palus. Autant de termes qui dépeignent le moulin et son voisinage immédiat, voisinage qui n’est pas identique selon les sites. II convient encore de noter qu’au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, les textes gagnent en précision et les formules génériques vagues, assez caractéristiques des pancartes de donations ou de confirmations royales, disparaissent de la documentation.

fig. 2. Typologie des mentions de moulins

  • 12 H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi-et post-glaciaire de la végétation (...)
  • 13 M.-C. Amouretti et G. Comet, Hommes et techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, A. Colin, (...)

8L’enseignement premier de ces dénombrements est de montrer d’emblée l’importance ancienne du moulin dans les campagnes et villes languedociennes. Le plus ancien moulin carolingien repéré est celui inclus dans le fragment du polyptyque établi par Ansefred, advocatus de l’évêque de Béziers, à la fin du VIIe-début du VIIIe siècle : dans la villa de Valle, l’église Saint-Hippolyte est inventoriée avec ses terres et son moulin. Malgré une dédicace assez peu répandue, plusieurs localisations sont possibles pour cette église (Béziers, Fontès, voire Majan à Florensac ou Mayre à Cazouls-lès-Béziers). Puis les dotations royales et impériales envers les monastères renseignent sur l’équipement hydraulique du premier tiers du IXe siècle. Cependant, il faut bien se rendre à l’évidence, la mesure du taux d’équipement hydraulique de l’Occident, qui a plus retenu l’attention que celle du nombre brut, demeure plus que délicate pour une période aussi haute. L’impression qui se dégage du corpus languedocien est qu’il n’est pas négligeable. Elle est indirectement confirmée par les résultats élaborés par les disciplines paléoécologiques. En effet, les diagrammes polliniques régionaux enregistrent une augmentation nette de la culture des céréales durant les VIIIe-IXe siècles : c’est le cas à Marsillargues, à Canet, dans les diagrammes inédits des lagunes narbonnaises et plus loin dans la plaine rhodanienne12. La diffusion du moulin à eau serait alors plutôt liée à la « céréalisation » de l’alimentation en cours durant les VIIe-VIIIe siècles13 qu’aux transformations sociales comme l’abandon progressif de l’esclavage issu du monde antique.

Implantation

9L’idée qui vient immédiatement à l’esprit est que les bâtisseurs de moulins ont tenu compte de la qualité hydraulique des sites pour y construire un bâtiment d’exploitation. Le débit de l’eau, l’environnement sec ou marécageux, la périodicité des crues, la divagation des cours d’eau doivent avoir influencé le choix du site. Il n’en est rien. En effet, l’examen de l’implantation des sites hydrauliques carolingiens, très précise lorsqu’il ne s’agit pas de moulins apparaissant au sein d’une formule générique, dément cette hypothèse (figure 3). Une première constatation ressort : aucune région, aucun cours d’eau n’apparaît comme privilégié, aucune zone n’est un centre de diffusion du phénomène. Bien au contraire, l’éparpillement extrême des moulins plaide pour une présence importante et ancienne dans le paysage languedocien. La distribution géographique des sites montre qu’aux VIIe-Xe siècles, toutes les eaux courantes, voire même stagnantes, sont utilisées. Qu’y a-t-il de commun entre le moulin sur le rieu de la Pondre en Vaunage, celui de la Porte-de-France dans le fossé de Nîmes, les moulins de l’étang Piperel près du Pouget, et ceux de Saint-Pierre-du-Bosc sur l’Orb ? Fleuves, rivières de moindre importance, simples rieux, fossés en eau, étangs : la richesse typologique des implantations laisse penser que, dans sa phase carolingienne, le phénomène hydraulique ne débouche pas sur des campagnes de constructions rationnelles. Toutes les possibilités ont été apparemment testées, y compris celles qui, vues par nos yeux cartésiens et contemporains, sont inadéquates, défavorables, peu rentables. Toutefois, les grands organismes, l’Orb, l’Hérault, le Vidourle jouissent d’une certaine faveur de la part des constructeurs. Mais les fleuves et rivières de moyenne importance comme le Libron, le Lez ou la Lergue ne sont pas oubliés : ils comptent presque autant d’équipements que les grands cours d’eau. Alors que la fin du XIe siècle marque le début de la construction de véritables usines de meunerie, concentrées, intensives, la période carolingienne représente une phase extensive du phénomène.

10Le moulin n’est pas non plus du domaine de la cité : si certains moulins, rares, sont recensés en ville (Nîmes) ou dans son voisinage immédiat (Saint-Pierre-du-Bosc), l’immense majorité voit le jour dans le cadre rural des villae. Leur destination première est bien de transformer grâce à l’énergie hydraulique, les grains produits par les paysans. Devenu un élément à part entière du paysage rural, le moulin est également un instrument de maîtrise des cours d’eau et de colonisation des rives. À Saint-Thibéry, les bâtiments hydrauliques ont été édifiés près du pont sur l’Hérault et d’un ancien lit du fleuve formant une île bien visible sur les clichés aériens. À Saint-Pierre-du-Bosc, près de Béziers, la situation est exactement la même : les moulins jouxtent d’anciens bras morts de l’Orb. À Saint-Bauzille-du-Putois, ils sont dans les graves amoncelées d’un méandre comme le laisse supposer le toponyme Plagias et la carte topographique. À Vauvert, à Mèze ou à Arles, les bâtiments sont implantés en pays de marais et de sansouires. À Saint-Jean-de-Fos, le Gouffre Noir est dompté au sortir des gorges de l’Hérault par une paissière et ses moulins. Et l’Infernet, sur le Lez, est un microtoponyme tout à fait évocateur. Autant de situations diverses où le moulin apparaît jouant un rôle régulateur dans la canalisation des eaux vives ou moins vives. Ainsi, la grande vague conquérante du Moyen Âge central qui intègre à l’agrosystème les nouveaux terroirs de rivages a-t-elle été préparée de longue date par l’implantation du moulin à paissière, premier maillon de la chaîne colonisatrice, durant la période carolingienne.

Les détenteurs de moulins

11Qui sont les hommes qui ont ordonné la construction de complexes hydrauliques ? L’une des réponses souvent avancées et débattues est évidemment les puissants pour asseoir leur pouvoir, en particulier avec l’encellulement des hommes, vers l’an Mil, pour y établir des banalités. Les chartes livrent quelques précisions qui sont les bienvenues sur le sujet.

Les acteurs monastiques

  • 14 Cart. An. dipt no 13, p. 63 (837).
  • 15 Usque ad fiscum Sancti Martini cart. Gell. no 140 p. 120 vers (1070).
  • 16 Cart. An. no 318, p. 436-437 (avril 889-890).

12Les moines d’abord ont très tôt saisi l’importance de la machine : l’un des diplômes de Louis le Pieux précise que les deux moulins que possède l’abbaye d’Aniane sur le Lez à Celleneuve ont été ab eisdem constructa14. Mais une telle mention, directe, demeure exceptionnelle. La plupart, laconiques, ne renseignent pas sur les bâtisseurs. Ainsi, lorsque le comte Guilhem dote sur ses biens propres la nouvelle fondation de Gellone à deux reprises entre 805 et 816, on ignore par qui les moulins qu’il offre au monastère à Ceyras et Lédens ont été construits : par lui ou par autrui ? Or il fait don de moulins dans le fisc de Saint-Geniès-de-Lédens sur la commune de Saint-Jean-de-Fos : s’agit-il de moulins construits par les moines, comme ceux du fisc de Juvignac à Celleneuve, ou sont-ce des constructions comtales ou impériales ? Rien ne permet de trancher. A ce sujet, il est intéressant de souligner la part importante des moulins construits sur des terres publiques dans les premières décennies du IXe siècle : c’est le cas à Celleneuve, à Lédens, à Saint-Martin-de-Caux15. Si Aliardus et son épouse Rametrudis se départissent, en 830-840, de leurs moulins sis dans leur villa de Franconica ou de l’étang Piperel, en ayant soin de souligner cum omni fundo possessions, ils sont toutefois très proches de terres fiscales, en l’occurrence de la terre publique de Molanicum16. Pour les premières années du IXe siècle, cette prééminence n’est pas étonnante : J.-P. Poly en Provence et, plus récemment, A. Parodi et L. Schneider en Languedoc ont déjà maintes fois souligné la confusion entre domaine monastique et domaine fiscal aux VIIIe et IXe siècles et l’importance des transferts de terres impériales dans la formation du temporel monastique. Cette observation est donc très logique : pour favoriser les nouvelles fondations bénédictines, principal soutien aux souverains carolingiens, ces derniers les dotent de terres bien équipées démembrées de leurs fiscs ou refiscalisées. Le flux des aumônes, continu depuis le début du Xe siècle, conjugué à une politique d’achats et d’échanges bien menée fait entrer dans le patrimoine monastique les outils de transformation de la production. Tous les moulins qui apparaissent dans la documentation le sont à cette occasion, si bien que l’on ignore quelle est la part réelle de l’initiative monastique dans le processus de diffusion du moulin. Malgré ce prisme, elle ne peut être inexistante : la convenientia de 1030-1031 passée entre Aniane et Gellone témoigne que les moines ont aussi été des bâtisseurs de moulins. Mais les indications de ce type sont rarissimes et l’absence conjointe dans les confronts, dans les limitationes, de moulins « des moines » comme il est fait état pour les condamines ne plaide pas en faveur d’un dynamisme monastique des plus énergiques sur leurs terres propres.

D’entreprenants alleutiers

13En Languedoc, ce sont les laïcs qui sont visiblement les grands bâtisseurs de moulins. Si l’on excepte les rois et les empereurs, on trouve au premier rang la grande noblesse carolingienne : le comte de Maguelone, le comte et la comtesse de Toulouse, le vicomte de Béziers, etc. font aumône aux monastères ou leur échangent des villae dûment équipées de bâtiments hydrauliques. Mais au total, les actes mettant en scène les grandes familles de la noblesse languedocienne ne représentent que 18 % du total des actes recensant des moulins carolingiens. La maîtrise de l’énergie hydraulique n’est pas entre les mains des comtes et vicomtes, mais bien dans celles de riches alleutiers.

  • 17 C. Duhamel-Amado, La Famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés (...)
  • 18 C. Duhamel-Amado, La famille..., op. cit., t. II, livre 1, p. 127-130.

14En effet, avant Tan Mil, presque un moulin sur deux (45 %) appartient à des laïcs qui, sous réserve de recherches anthroponymiques plus fines, ne se rattachent pas directement à une souche comtale ou vicomtale. Toutefois, ces laïcs ne sont pas pour autant de pauvres rustici. Le testament de Dadila à Psalmodi en 814 et l’aumône de son épouse Ermenegundis en 816, les dons de Braidingus et Rotrudis à Aniane en 813 ou de Rainald et son épouse à Saint-Théodorit en 824 révèlent un patrimoine d’ampleur. Plus éclairés par la documentation, certains se laissent mieux approcher. C’est le cas, en 829-830, d’Aliardus et de son épouse Rametrudis qui font don à l’abbaye d’Aniane de biens situés sur le cours moyen de l’Hérault, près de la villa Franconica et de l’étang Piperel. Ce couple fait visiblement partie des alleutiers gravitant autour des Amalric, maîtres de Saint-Amans et de Teulet, futurs bâtisseurs de la tour éponyme. Possessionnés dans le terroir, ce qu’ils soulignent dans la donation par l’expression de fundus possessionis, ils sont représentatifs de ces grands laïcs septimaniens : d’ailleurs Amelias, l’évêque d’Uzès, est le frère du donateur. Au tournant du Xe siècle, le groupe des riches alleutiers dans lequel les futurs lignages castraux s’enracinent occupe une place prépondérante dans la détention des moulins. Ingilrada Aurucia dont C. Duhamel-Amado fait l’épouse de Guido, ancêtre de la lignée des Guilhem de Montpellier17, et mère d’Engelen, fondateur de la lignée castrale du Pouget est un premier exemple tout à fait représentatif : riche alleutière de la viguerie d’Agonès, elle possède un manse à Caunas comprenant des moulins. De même Ansemundus, son épouse Columba, et Giscalfredus vendent à l’église de Béziers la cinquième part des revenus qu’ils ont aux terroirs de la villa de Cumiurano, en particulier sur les eaux et leurs conduites, les sources et les moulins. Là encore les analyses de C. Duhamel-Amado placent ces personnages dans un environnement de grands pouvoirs : implantation vicomtale narbonaise, biterroise et rouergate18. Ces alleutiers sont puissants : ne détiennent-ils pas des revenus fonciers, miniers et commerciaux ?

Une politique de construction dynamique

15La documentation insiste à l’envi sur l’origine privée et foncière des terres sur lesquelles sont édifiés les moulins. En 804, Guilhem dote Gellone de ses biens propres hoc est res meas. L’origine des moulins appartenant à Braidingus n’est pas explicitée, mais son patrimoine a été largement constitué par des achats. Dadila et son épouse Ermenegundis précisent aliquid de rebus nostris (814 et 816), Rainald et Agilburgis, aliquid de proprietate mea qui michi Rainaldo partibus genitore meo vel genitrice mea legibus advenerunt (824) et enfin Aliardus et Rametrudis, de fundus possessionis (830-840). Cette dernière expression est particulièrement significative. C’est également la plus usitée. Même le prêtre Milon la reprend clairement lors de son aumône à Notre-Dame de Nîmes (925). En 938, Bernard dit Flavard, feu Ariberga et Adalinnes donnent à l’église de Quilhan aliquid de alodem nostrum : c’est la première mention véritable d’alleu pour des moulins. Au total, c’est 45 % des actes recensant des moulins qui en précisent l’origine foncière et alleutière, pour seulement 9 % l’origine fiscale et publique. Pour les autres bâtiments, l’origine est inconnue, mais ils sont tout de même entre les mains de laïcs fortunés.

16Les actes attestent également la pratique de l’indivision. En 816, Ermengundis offre à Psalmodi in molino uno totam quartern partem et in alio molino medietatem. Altegernus et Tutbertus possèdent un moulin en commun à Quilhan sur le Vidourle (938). Le moulin d’Avairano à Ceyras est lui aussi divisé en part (999-1027). Trois mentions seulement, c’est bien peu. Certes, mais il s’agit de moulins laïcs nommément individualisés à l’exclusion de ceux inclus dans des formules, ce qui représente tout de même 15 % environ. Il faut souligner que ce pourcentage ne prend pas en compte les donateurs de parts de villa ou d’alleu. Et puis l’association se marque encore par d’autres indices : la construction de moulins en batterie ou en enfilade suppose évidemment soit un même propriétaire-commanditaire, soit une entente entre divers parsonniers comme on dira au XIIe siècle. Auquel cas, le pourcentage remonte à près de 35 %. Ce résultat n’est pas nouveau : la possession en commun est une pratique fréquemment attestée en Languedoc, mais pas aussi anciennement. L’une des explications de cet usage réside vraisemblablement dans les partages successoraux. Une autre est aussi l’importance des investissements consentis pour bâtir la machine : on s’associe pour gérer ensemble et faire fructifier un capital. L’achat d’éléments de bois et de fer, l’embauche d’un artisan compétent, la construction proprement dite constituent autant de dépenses importantes.

17Très tôt, le moulin est perçu comme un élément de richesse et de pouvoir qu’il faut détenir. Lorsqu’en 938 Bernard dit Flavard fait l’aumône de son moulin sur le Vidourle à Saint-Firmin de Quilhan, il précise qu’il l’a acheté à Altegernus et Tutbertus et qu’il le possède de fundis possessionis. De la même manière qu’il y a un marché de la terre, il y a aussi un marché des moulins : Bernard achète le moulin pour lui-même, non parce qu’il est intégré aux dépendances d’un manse ou d’une terre. C’est là un signe de dynamisme. C’est aussi le signe que la machine a une valeur intrinsèque, stratégique.

***

  • 19 P. Rohmer, « Le moulin carolingien d’Audun-le-Tiche », L’Archéologue, t. 22,1996, p. 6-8.
  • 20 V. Bernard, « Autour du moulin carolingien de Belle-Eglise (Oise) : éléments de techniques de charp (...)
  • 21 E. Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, AEDE (...)

18La documentation languedocienne concernant la meunerie carolingienne montre que le moulin n’est pas un élément rare des campagnes carolingiennes : déjà aux VIIIe et IXe siècles, il est implanté et bien présent. Ce résultat concorde avec l’évolution historiographique actuelle. Celle-ci ne fait plus des XIe-XIIe siècles le siècle d’or de la diffusion de la meunerie. D’abord parce que dans toute la France, les découvertes de moulins carolingiens se multiplient : l’archéologie de l’urgence y contribue au premier chef et les archéologues, plus avertis, plus sensibilisés, sont aussi mieux à même de caractériser ce type de structures sur le terrain, notamment les petits moulins ruraux de bois. Ces données nouvelles font évoluer nos connaissances à pas de géants. D’Audun-le-Tiche19 à Belle-Église20 en passant par La Calade du Castellet, etc., la liste des moulins antérieurs à l’an Mil ne fera que s’allonger à l’avenir. La relecture des sources écrites, et plus particulièrement des polyptyques carolingiens, amène ensuite à nuancer le point de vue traditionnel : Étienne Champion a bien montré que l’équipement des campagnes entre Loire et Rhin était déjà fort conséquent dès la fin du VIIIe siècle21. Si bien que les questionnements de l’historien ont changé. L’apport de la documentation languedocienne souligne aussi que le moulin carolingien est perçu très tôt comme un élément de puissance : ceux qui détiennent des machines hydrauliques avant l’an Mil appartiennent au petit groupe d’alleutiers dynamiques situés dans la nébuleuse des familles dirigeantes de Carcassonne, Narbonne, Béziers, Lodève, et Nîmes, groupe dont C. Duhamel-Amado a cerné le contour et l’importance. Placés dans un environnement de grands pouvoirs, ces puissants alleutiers seront au premier plan du processus d’encellulement et de castralisation de la société languedocienne.

Annexes

Annexes

Datation des documents

– J.-P. Poly pense que le bref rédigé par Ansefredus, advocatus de l’évêque de Béziers, c’est-à-dire le représentant de l’évêque en justice plutôt que l’évêque lui-même avant sa consécration, date de 693-788 ou 788-875 d’après les vacances dans la liste épiscopale « Régime domanial et rapports de productions “féodalistes” dans le Midi de la France (XIIIe-Xe siècles) », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), Paris-Rome, École française de Rome, 1980, note 7 p. 58.

– Depuis les analyses diplomatiques fines de P. Tisset, L’abbaye de Gellone au diocèse de Lodève des origines au XIIIe siècle, Paris, Siret, 1933, notamment le chapitre II, il est établi que la donation du comte Guilhem en date du 14 décembre 804 (no 160 p. 144-146) et le testament de Juliofred vers 807 (no4 p. 5-6), copiés dans le cartulaire de Gellone sont des textes interpolés, remaniés voire inventés. P. Tisset concède que le texte de Juliofred présente plus de garanties d’authenticité malgré les remaniements. C. Duhamel-Amado, La famille..., op. cit. t. II livre 1 p. 342-346 adopte un point de vue plus nuancé et utilise ces documents comme révélateurs d’un patrimoine guilhelmide. J’ajouterai aussi : le testament de Guilhem est donné nono decimo kalendas januarii feria prima anno quarto et tricesimo regnante nostro Charolo rege Francorum et Langobardorum ac patricio Romanorum soit le dimanche 14 décembre 804. En 804, le 14 décembre tombe un samedi, ce qui, pour P. Tisset, est un argument diplomatique supplémentaire en faveur d’un texte peu sûr. Cependant, l’année suivante, en 805, le 14 décembre est bien un dimanche.

– D’après P. Tisset, L’abbaye... op. cit., les préceptes de Louis le Pieux pour Aniane no 9 p. 54 (813) et no 10 p. 55 (822) sont des faux forgés ou remaniés durant la querelle entre Gellone et Aniane au XIe siècle. Or, ces diplômes ne comportent que des mentions génériques de moulins qui ne sont pas au cœur du conflit entre Aniane et Gellone, utilisées comme révélateurs de la situation carolingienne.

– Les éditeurs du cartulaire de Gellone datent la charte no 279 p. 230 de juin 824 d’après Facta carta ista in mense junto, anno decimo regnante Ludoico imperatore. Ce document a été redaté par J.-P. Poly de 910 La Provence et la société féodale 879-1166, Paris, Bordas, 1976, p. 19, 33. C. Duhamel-Amado, La famille... op. cit., t. 1 Du groupe aristocratique au lignage, Thèse d’état, Université de Paris IV, 1995, livre 2 annexes p. 23-27 et 104-106 revoit l’ensemble du dossier et ne trouve pas de preuves solides pour rattacher Rainald et son épouse Agilburge, les donateurs, au réseau de parenté provençal via l’Uzège. En l’absence d’élément nouveau, elle conserve la date de 824 assignée par les éditeurs. Je suis très perplexe par rapport à ce document. En effet, les clauses comminatoires de la charte no 281 p. 232-234 datée de 954-986 (en fait 967 grâce à la mention de la treizième année du règne de Lothaire) sont exactement les mêmes au mot près que celles de cette fameuse charte rapportée à 824. En 967, c’est Amelius, évêque d’Uzès jusqu’en 971, qui fait don de ses biens propres situés à Caux à l’église Saint-Teuderit. En 824, Amelius, qualifié d’évêque et frère du donateur Rainald décédé à la date du document, est mentionné comme ayant détenu la villa de Caux. Or au IXe siècle, les listes épiscopales languedociennes ne font pas état d’un Amelius, notamment sur le siège d’Uzès. À plus d’un siècle d’écart, la filiation diplomatique entre les deux actes est manifeste, l’un ayant probablement servi de modèle à l’autre. Mes recherches sur l’évêque Amelius du IXe siècle étant pour le moment restées infructueuses, j’ai tendance à penser que l’acte de 967, où le contexte anthroponymique et historique est plus solide, a joué ce rôle ; mais l’inverse est tout aussi vraisemblable. Cette situation ne remet pas fondamentalement en cause mon propos : les moulins de Saint-Martin-de-Caux, cités à plusieurs reprises, existent bien aux IXe-Xe siècles.

– Les éditeurs du cartulaire d’Aniane donnent un arc de temps de 814-840 le 18 mars pour l’acte no 306 p. 426-427 se basant sur Facta cartula donacionis XV kalendas aprilis, imperii magni nostri Hlodovicus imperatoris. Cependant H. Vidal propose de resserrer cette fourchette et de dater ce texte de 830-840 en se référant à l’activité du scribe Ingila dans « Aux origines de Montpellier : la donation de 985. Annexe I : La donation des sœurs de Saint-Fulcran. Annexe II : La charte de donation de 985 », Bulletin historique de la Ville de Montpellier, 1985, no 5, note 54 p. 31. En la confortant par l’onomastique C. Duhamel-Amado, La famille..., op. cit., t. 1, livre 2 annexes p. 209 suit cette datation. Les autres actes du cartulaire d’Aniane élaborés par Ingila, indignus diaconus ou presbyter, sont no 123 p. 266 (13 février 829-840), no 313 p. 432 (21 décembre 829) et no 319 p. 438 (12 janvier 831). Après avoir revu le dossier, j’y souscris également voir A. Durand, Les Paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulouse, PUM 1998, p. 88 (il s’agit bien de la no 306 et non de la no 316 comme le porte l’édition.

– Je n’ai pas tenu compte de l’acte faux et corrompu de 936 concernant le monastère de Saint-Pons-de-Thomières H.G.L. t. V, no 67 col. 173 et B.N. Fonds des Bénédictins, vol. 40 f°171 r qui fait effectivement état de moulins et surtout de paissières, sous une forme générique cependant. Il est inclus dans le tableau simplement pour mémoire.

– La publication du cartulaire d’Aniane place la donation d’Ingilrada no 268 p. 394 vers l’an Mil. Or la donation a été mise en forme par Harnaldus, indignus monacus dans lequel par une erreur de graphie et de lecture je propose de voir Faraldus, indignus monacus, qui officie au même moment pour l’abbaye. D’abord notarius de 972 à 978 (cart. An. no 275 p. 402 et no 253 p. 379), Farald n’est plus qu’indignus monacus de 978 à Tan Mil, date de sa dernière rédaction (cart. An. no 299 p. 422, no 292 p. 416, no 272 p. 399, no 248 p. 375). J’avais proposé de resserrer la datation de la charte entre 978 et 1000 dans A. Durand, « Propositions de datation pour quelques documents du cartulaire d’Aniane », Etudes sur l’Hérault, 1986-1987, n.s. 2-3, p. 35-36. Elle était également confortée par d’autres éléments. En effet, deux des témoins, Ildinon et Garnier souscrivent un document daté de 990 (cart. An. no 292 p. 416) pour Teulet. C. Duhamel-Amado, La famille... op. cit., livre 2 annexes, p. 206 et 210 a montré qu’Ingilrada est dans le réseau d’alliance des maîtres de la tour de Teulet. Enfin, le 4 juin 986, Archimberta fait don de la villa de Caunas à Aniane, villa dans laquelle se trouve le manse appartenant à Ingilrada (no 262 p. 388). Les nouveaux éléments du dossier anthroponymique étudié par C. Duhamel-Amado qui admet la fourchette que j’avais proposée confortent et resserrent l’arc de temps proposé. Ainsi le faisceau d’indices concordants réunis incitent à placer la rédaction du document entre 986 et Tan Mil.

– La charte no 13 p. 16 du cartulaire de Gellone est rapportée par les éditeurs à la période des environs de 1005. Précisons. L’abbé Gérald y reçoit la donation pro anima d’une certaine Dida, épouse de Bernard et mère de Frédelon. L’acte a été rédigé Facta carta donationis istius feria septima, secundo idus octobris, luna prima, regnante Rothberto rege soit un samedi 14 octobre pendant le règne du roi Robert (996-1031). D’après les tableaux dressés par A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894, seules les années 999, 1004, 1010, 1021 et 1027 peuvent correspondre au samedi 14 octobre. L’abbé Gérald apparaît dans plusieurs autres documents du cartulaire, mais qui ne sont datés que par la fourchette de temps du souverain régnant. Cependant, il procède à un échange le samedi 11 novembre 1004 (no 37 p. 38). C’est sur cet acte confectionné pendant le règne de Robert le Pieux que se sont basés les éditeurs pour attribuer l’ensemble des autres chartes où Gérald est mentionné « des environs de 1005 ». Enfin, Gérald reçoit aussi une donation pro anima de Bernard Niger secundo idus octobris, anno tertio, regnante Rotberto rege soit le 14 octobre 999, c’est-à-dire justement un samedi. Or Dida, notre première donatrice, était marié à un certain Bernard. L’identité parfaite des deux dates pour les donations de Dida et Bernard conduit à affirmer qu’il s’agit bien des deux époux faisant chacun une double donation pro anima le même jour au monastère de Gellone de biens situés dans le même secteur géographique. Par conséquent, la charte no 13 p. 16 doit être datée du samedi 14 octobre 999. Ce résultat est en accord avec l’étude menée, notamment sur le plan chronologique, par P. Tisset sur l’abbaye et les abbés de Gellone P. Tisset, L’abbaye..., op. cit., surtout p.96.

– La donation de Bernard et Frudles en faveur de Gellone (no 39 p. 40) se passe tertio nouas mardi, feria prima, regnante Rothberto rege, soit un dimanche 5 mars sous le règne du roi Robert (996-1031). D’après A. Giry, Manuel... op. cit., le premier dimanche 5 mars entre 996 et 1031 est celui de l’année 999 et le dernier celui de l’année 1027. Je propose donc de resserrer la datation du document à 999-1027.

– La donation de Troitramnus et de ses fils à Gellone (no 121 p. 105) a lieu feria septima, tertio kalendas mai, luna vicesima, regnante Rodberto rege soit un samedi 29 avril sous le règne de Robert (996-1031). D’après A. Giry, Manuel... op. cit., le premier samedi 29 avril entre 996 et 1031 est celui de Tannée 999 et le dernier celui de Tannée 1027. Comme l’acte précédent, je propose donc de resserrer la datation du document à 999-1027.

Identification toponymique

– Après étude du dossier anthroponymique de Faugères, C. Duhamel-Amado, propose avec des arguments convaincant d’identifier la villa de Cumiurano non pas avec Combejean, près de Saint-Chinian ou vers Sérignan, mais près de Lunas C. Duhamel-Amado, La famille... op. cit., T. II, livre 1, p. 128-129, notamment la note 4. Je suis cette nouvelle identification.

Tableau 1. Les mentions de moulins (750-1030)

Tableau 1. Les mentions de moulins (750-1030)

Tableau 2. Les mentions de moulins (1750-1030)

Tableau 2. Les mentions de moulins (1750-1030)

Tableau 3. Les rédites de mentions de moulins (750-1030)

Tableau 3. Les rédites de mentions de moulins (750-1030)

Notes

1 G. Comet, « Moulins de Provence et d’ailleurs ou Historiographie, méthode et idéologie chez les historiens », De Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à N. Coulet, Provence historique, t. XLIX, fasc. 195-196, 1999, p. 159-168.

2 Le bilan le plus récent est P. Leveau, « Les moulins de Barbegal, les ponts-aqueducs du vallon des Arcs et l’histoire naturelle de la vallée des Baux (Bilan de six années de fouilles programmées) », Compte rendu à l’académie des inscriptions et Belles-Lettres, 1995, p. 115-144.

3 J.-P. Brun et M. Borreani, « Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain en Narbonaise », Gallia, t. 55, 1998, p. 279-326. H Amouric, R. Thermot, M. Vacca-Goutouli avec la collaboration d’H. Bruneton, « Un moulin à turbine de la fin de l’Antiquité : la Calade du Castellet (Fontvielle, Bouches-du-Rhône) », P. Leveau et J.-P. Saquet, Milieux et sociétés dans la vallée des Baux, Études présentées nu colloque de Mouriès, Revue archéologique de Narhonnaise, supplément 31, Montpellier, 2000, p. 261-274. Sur le tracé de l’autoroute A75 à la hauteur de Paulhan, S. Mauné et l’équipe de l’AFAN viennent de mettre au jour un grand moulin recoupant deux autres constructions hydrauliques ; l’ensemble, dont l’étude technique et architecturale reste à mener, est rapporté au Ier siècle apr. J.-C. (S. Mauné et H. Amouric, communications orales).

4 F. Lombardi, « Moulins à eau fortifiés sur l’Hérault, XIIe-XVe siècles », Arts et traditions rurales no 5, 1986, p. 60 et 67 et mémoire de maîtrise correspondant, Université de Montpellier III, 1985.

5 C’est le cas notamment des travaux faits par l’association Arts et traditions rurales.

6 A.-M. Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, vol. II, 1960, p. 527-626. S. Caucanas, « Les premières mentions de moulins en Roussillon », Études roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich. Mélanges d’archéologie, d’histoire et d’histoire de l’art du Roussillon et de la Cerdagne, Perpignan, Le Publicateur, 1987, p. 167-174.

7 B. Phalip, « Le moulin à eau médiéval. Problème et apport de la documentation languedocienne. Bassins de l’Hérault, Orb et Vidourle », Archéologie du Midi médiéval, t.10, 1992, p. 63-96.

8 S. Caucanas, op. cit.

9 P. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1949, no 25, p. 52 (899).

10 Cart. Cell., no 243 p. 205 (1077-1099).

11 A.D. Gard, H 106 f°14r (823).

12 H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi-et post-glaciaire de la végétation de la Basse Vallée du Rhône, Thèse État, Université d’Aix-Marseille III, 1978. N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évolution anthropique », Pollen et spores, vol. 24, no 1, 1982, p. 93-118 et « Analyses polliniques du remplissage holocène de la lagune de Canet (plaine du Roussillon, département des Pyrénées orientales) », Ecologia mediterranea, t. 11, fasc. 1, 1985, p. 117-127. J. Guilaine (dir.), Temps et espace dans le bassin de l’Aude du Néolithique à l’âge du Per, Toulouse, Centre d’anthropologie des sociétés rurales, 1995. V. Andrieu-Ponel, P. Ponel, A.-J.-T. Jull, J.-L. de Beaulieu, H. Bruneton, P. Leveau, « 10 000 years of vegetation history in Lower Provence revealed by the pollen analysis of two new sediment profiles from Marais des Baux », Vegetation History and Archeobotany, t. 9, 2000, p. 71-84.

13 M.-C. Amouretti et G. Comet, Hommes et techniques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, A. Colin, 1993, p. 128-130.

14 Cart. An. dipt no 13, p. 63 (837).

15 Usque ad fiscum Sancti Martini cart. Gell. no 140 p. 120 vers (1070).

16 Cart. An. no 318, p. 436-437 (avril 889-890).

17 C. Duhamel-Amado, La Famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), t. II Portraits de familles, livre 1 Lignage et castrum, Thèse d’état, Université de Paris IV, 1995, p. 270-271, 289 notamment note 18 et livre 2 annexes p. 186-194 et 199-200 et antérieures.

18 C. Duhamel-Amado, La famille..., op. cit., t. II, livre 1, p. 127-130.

19 P. Rohmer, « Le moulin carolingien d’Audun-le-Tiche », L’Archéologue, t. 22,1996, p. 6-8.

20 V. Bernard, « Autour du moulin carolingien de Belle-Eglise (Oise) : éléments de techniques de charpenterie hydraulique », L’innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale tenu à Dijon du 1-5 octobre 1996, Paris, Errance, 1998, p. 77-80.

21 E. Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, AEDEH-Vulcian, Collection Histoire et Patrimoine, 1996.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search