Versión clásicaVersión móvil

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Moulins et meuniers

Réflexions historiographiques et méthodologiques

Georges Comet

Texto completo

1S’agissant du Moyen Âge et de l’époque moderne le terme de moulin est relativement ambigu. Il exprime, bien sûr, l’appareil qui permet d’obtenir de la farine, le « farinier », mais aussi tout appareil mécanique utilisant quelque part un mouvement rotatif ; et dès lors, le mot est presque synonyme de machine. Ce qui nous a contraint, de nos jours, à le préciser, soit en indiquant l’énergie utilisée (à eau, à vent, à sang) soit encore le produit qu’il travaille (à grains, à fer, à papier, à huile.)

2L’histoire de ces machines et des hommes qui s’en servent est en pleine évolution depuis quelques années. Elle fut longtemps sous-tendue par une vision hâtive de l’évolution technique qui semblait admettre un progrès objectif lié au quantitatif. Elle a été fortement marquée aussi par une réflexion dans la mouvance marxienne sur la place relative des techniques et de l’organisation sociale (lutte des classes et progrès techniques sont-ils liés ?). Ces questionnements sont actuellement atténués et on a pu renouer avec une méthode plus conforme à la démarche historique stricto sensu.

3Le titre même de notre rencontre « moulins et meuniers » demeure apparemment fort modeste (et par là-même très ambitieux), puisqu’il met en avant l’objet/concept et l’homme-utilisateur. On repérera l’évolution si on évoque la rencontre de 1971 (un peu plus d’un quart de siècle), à Prato, où le moulin fut abordé sous le thème de « productivité et technologie ». Dans l’évolution générale de l’historiographie des moulins la dernière décennie a complètement bouleversé notre vision, à la fois par les trouvailles archéologiques et par une approche épistémologique nouvelle.

4Je voudrais :

  • dans un premier temps rappeler les grands traits de cette évolution historiographique, et je ne m’appuierai là que sur l’exemple des moulins hydrauliques ;

  • ensuite poser quelques questions techniques sur l’évolution du moulin hydraulique en tant que machine ;

  • enfin m’interroger sur les moulins, l’invention et les ingénieurs aux confins chronologiques entre le Moyen Age et l’époque moderne.

Une perspective historiographique

  • 1 Charles Daremberg et Edmond Saglio, (sous la dir. de), Dictionnaire des antiquités grecques et roma (...)

5Au début de notre siècle l’Antiquité était considérée comme la période où l’apparition du moulin représentait une des premières inventions de machine, et Baudrillat dans « le » Daremberg et Saglio pouvait écrire que « les moulins à eau étaient fort employés aussi dans l’Antiquité1 ». Les fouilles de la première moitié du XXe siècle, en Italie (Venafre 1908, Caracalla 1915), en Grèce (Athènes 1935) enfin en France à Barbegal (1936-1939) auraient pu conforter cette analyse.

  • 2 Marc Bloch, « Avènement et conquête du moulin à eau », Annales d’histoire économique et sociale, t. (...)

6Or c’est une approche toute différente que préconise l’article célèbre de Marc Bloch2 dans les Annales en 1935, « L’avènement et les conquêtes du moulin à eau », qui repose essentiellement sur des sources écrites : « Invention antique, le moulin à eau est médiéval par l’époque de sa véritable expansion. » Telle est la phrase qu’on a retenue et très souvent reprise. On a donc cherché à cette époque à expliquer les innovations techniques médiévales, parfois de façon contradictoire, mais avec une assurance sur le fond quant à leur originalité par rapport à l’Antiquité ; celle-ci est alors considérée comme une période incapable de tirer parti de ses innovations techniques.

  • 3 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, tome 1, « Les structures du quot (...)
  • 4 C. L. Sagui, « La meunerie de Barbegal et les roues hydrauliques chez les anciens et au Moyen Âge » (...)

7En résumé, on pensait généralement que le moulin à eau était une invention antique qui ne s’était développée que lentement et essentiellement dans les grandes villes avec des roues à eau verticales qui avaient supplanté les roues horizontales. F. Braudel allait même (en 1979) jusqu’à qualifier de « géniale » l’opération réalisée par les ingénieurs romains du Ier siècle, consistant à « redresser la roue à la verticale3 ». Cette image est alors pratiquement acceptée par tous et on s’intéresse à la productivité de ces monuments industriels exceptionnels ; productivité qui finit par atteindre les sommets assez fantaisistes de 28 tonnes par jour pour Barbegal4.

  • 5 Ludwig-Alfred Moritz, Grain-Mills and Flour in classical Antiquity, Oxford, 1958.
  • 6 Lancée par Wikander.
  • 7 Jean-Pierre Brun, « Um primeiro moinho hidraulico romano na Peninsula lbérica em Conimbriga », Port (...)

8C’est en 1958 qu’avec Moritz5 les antiquistes commencent à poser des questions techniques précises et c’est dans les quinze dernières années qu’ils ont repris la question de la diffusion du moulin antique. Depuis lors on doit constater que la carte archéologique6 est en changement chaque année et que la mise au point de la meule rotative manuelle est, elle aussi, remontée dans le temps. Il faut dire que de nombreux moulins ruraux ont été récemment exhumés ; ainsi, en Provence, a-t-on découvert récemment un site des IIe-IIIe siècles, un autre du Ve (j’y reviendrai) ; ou encore, au Portugal, un site connu depuis plus d’un demi-siècle a été identifié très récemment seulement comme un moulin de l’époque augustéenne7.

9L’idée a longtemps prévalu que le moulin à eau ne s’était pas répandu dans le monde romain parce que l’esclavage le rendait inutile. Pendant tout un temps on a évoqué un « blocage des techniques » qu’on attribuait à l’Antiquité. Cela parce qu’on considérait, entre autres, que le progrès va de pair avec la quantité produite et la productivité et qu’il y a un développement objectif de progrès qui va, par exemple, de la roue horizontale à la verticale, de la moindre quantité traitée à la plus grande quantité. Depuis quelques années, un cadre de pensée historique différent a conduit à revoir totalement les explications et les chronologies anciennes. Les textes ont été regardés plus loin, l’archéologie, antique comme médiévale a patiemment avancé.

Un Moyen Âge longtemps banalisé

  • 8 Charles Parain, « Rapports de production et développement des forces productives : l’exemple du mou (...)

10S’agissant du Moyen Âge, il est évident que la prégnance de Marc Bloch a été importante surtout dans l’historiographie française, où l’article de C. Parain, en 19658, est apparu comme complétant et nuançant celui de M. Bloch. On était là sur une démarche qui cherchait à établir un rapport constant entre les techniques et l’organisation sociale. Marc Bloch pensait que l’esclavage avait empêché la diffusion antique du moulin ; il la faisait apparaître avec la première crise de recrutement d’esclaves au IVe s. et il estimait que la brusque extension du nombre des moulins au XIe et XIIe s. était le fait des féodaux désireux de tirer un meilleur profit de leur seigneurie par le biais des banalités.

  • 9 Pierre Dockès et Bernard Rosier, Questions aux historiens, Cahier de l’Institut d’Études économique (...)

11Pour C. Parain, le système social de l’Antiquité ne stimulait pas l’invention et, les grains cultivés alors étant des grains vêtus, le moulin n’était pas autant nécessaire qu’au Moyen Âge qui a développé ses blés nus. Le seigneur a pu imposer sa banalité parce que les paysans ont accepté de payer une taxe d’usage qui leur fait gagner un temps précieux en période d’expansion. On en oubliait que le temps de mouture domestique était le plus souvent un temps de femme, toujours très dévalué. Plus récemment on a encore affirmé que « le progrès technique est un sous-produit de la lutte des classes9 ». Les deux questions, celle de l’esclavage et des rapports de production se rejoignent : est-ce le combat des opprimés qui les a libérés, ou bien leur libération est-elle une des retombées d’un progrès dans les techniques ? Dans ce contexte de départ on ne s’étonnera guère que pour le monde médiéval de nombreux travaux aient porté sur les dimensions socio-économique et les rapports du moulin et de la banalité.

  • 10 Anne-Marie Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins (...)
  • 11 Robert Fossier, « L’équipement en moulins et l’encadrement des hommes », L’Histoire des sciences et (...)
  • 12 Robert Philippe, L’Énergie au moyen âge, l’exemple des pays entre Seine et Loire, thèse multigraphi (...)

12Un certain nombre d’historiens ont cependant apporté progressivement des touches ou des nuances. A.-M. Bautier10, R. Fossier11, ont commencé à repérer les moulins, et R. Fossier a tenté de différencier entre le nord et le sud de la France dans la liaison intrinsèque qu’il pense exister entre seigneurie et moulin. Son questionnement vise à savoir quand le nombre de moulins permet de dire que l’essor médiéval démarre, et s’il y a là une cause ou un effet de l’encadrement des hommes. C’est l’histoire des rapports sociaux et de la date du décollage économique qui priment. Robert Philippe12, dans une thèse sur la Normandie, a montré que le moulin est bien antérieur aux carolingiens, mais continue d’affirmer que la période essentielle de développement se situe aux Xe-XIe siècles. Dans tous ces travaux les aspects proprement techniques demeurent au second plan sinon négligés.

Un Moyen Âge qui évolue

  • 13 Öjran Wikander, « Archeological evidence for early water-mills. An interim report », History of tec (...)
  • 14 John Muendel, « The horizontal mills of medieval Pistoia », Technology and Culture, january 1974, v (...)
  • 15 Dietrich Lohrmann, « Travail manuel et machines hydrauliques avant Tan Mil », Le Travail au Moyen  (...)
  • 16 John Reynolds, Windmills and Watermills, Praeger Publishers, New-York, 1970, 2e éd. 1975 ; Terry S. (...)
  • 17 Berthold Moog, The Horizontal Watermill, History and Technique of the First Prime Mover, The Intern (...)
  • 18 Georges Comet, Le Paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France VIIIe-XVe si (...)
  • 19 Henri Amouric, Moulins et meunerie en Basse-Provence occidentale du Moyen Âge à l’ère industrielle.(...)
  • 20 Sylvie Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon, du IXe au XVe siècle, Paris, CNRS, 1995.
  • 21 Étienne Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, (...)
  • 22 Joséphine Rouillard, Moulins hydrauliques du Moyen Âge. L’apport des comptes des chanoines de Sens, (...)
  • 23 Catherine Verna, Le Temps des moulines. Le fer et son exploitation du comté de Foix il la vicomté d (...)
  • 24 Ainsi par exemple chez Aline Durand, Les Paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulous (...)

13La question a été abordée un peu différemment par Wikander13, Muendel14, Lohrmann15, ainsi que, à un moindre degré par Reynolds16 et Moog17 ou moi-même dans ma thèse18. Durant les toutes dernières années une série de monographies régionales ont essayé de mettre en place la technique, l’organisation sociale, l’économie dans un contexte chronologique et régional précis : H. Amouric en Provence19, S. Caucanas en Roussillon20, E. Champion pour la région entre Loire et Rhin21, J. Rouillard pour le Sénonais22, C. Verna en Champagne et Pyrénées pour les moulins à fer23. Là encore, on peut constater que se sont succédé deux grandes directions de travail et d’approche. L’une est davantage de type économico-social, elle vise à apporter des documents tout en demeurant dans la piste ouverte par M. Bloch. L’autre, moins axée sur le lien entre la féodalité et le moulin, cherche à comprendre l’outil et la technique en premier, en se défiant d’une systématisation générale trop vaste et préfère aborder la question de façon régionale24.

14Cette direction est ouverte en 1974, quand J. Muendel étudiant les moulins de la Pistoia médiévale avait expliqué que la prédominance des moulins à roue horizontale ne signifiait nullement une quelconque « régression technique ». Le travail d’Amouric en 1984 (encore malheureusement inédit) a bien montré que la Provence médiévale était adonnée au moulin à roue horizontale. Son étude historique systématique d’une région dans le détail différencie les réalités et ne s’en tient pas à une vision synthétique ou à une notion d’unité artificielle. Il nuance fortement la question de la banalité, accepte de ne pas pouvoir expliquer le choix provençal de la technique de la roue horizontale et déclare que « la révolution hydraulique du Moyen Âge n’est en définitive que l’utilisation massive de solutions anciennement mises au point ».

15S. Caucanas est dans la même lignée : son Roussillon médiéval semble bien être adonné, lui aussi, à la roue horizontale (comme on le voit en Catalogne) ; elle insiste sur une liaison importante entre l’utilisation du moulin et l’aménagement hydraulique général. Quant à la fameuse place de la banalité, son étude de l’institution par le détail du fonctionnement au jour le jour amène à ne pouvoir trancher entre l’hypothèse d’une installation des banalités par la violence ou par un contrat librement consenti. Et au total les communautés ne cherchent pas spécialement à faire disparaître cette banalité qui n’est peut-être pas si pesante.

... et qui fouille...

  • 25 Bruno Phalip, « Le moulin à eau médiéval. Problème et apport de la documentation languedocienne (ba (...)

16Il faut insister sur des découvertes archéologiques récentes. Là encore deux directions existent : certains repèrent, relatent, cherchent à expliquer en mettant en avant le fonctionnement des appareils et leur fonctionnalité. D’autres, plus ambitieux, tentent déjà des synthèses régionales comme le fait Phalip pour le Languedoc25. Je ne citerai que deux exemples français médiévaux et un antique.

  • 26 Pascal Rohmer, « Le moulin carolingien d’Audun-le-Tiche », L’Archéologue, 22, juin 1996, p. 6-8.
  • 27 Gilles Rollier, « Aménagements hydrauliques : le cas de Cluny », Innovation technique au Moyen Age (...)
  • 28 Paul Benoit et Karine Berthier, « L’innovation dans l’exploitation de l’énergie hydraulique d’après (...)
  • 29 Raoul Guichané, « Les moulins hydrauliques en Touraine », Innovation technique au Moyen Âge (L’), a (...)
  • 30 Vincent Bernard, « Autour du moulin carolingien de Belle-Église (Oise) : éléments de techniques de (...)

17À Audun-le-Tiche, sur l’Alzette, à 50 km au nord de Metz, des fouilles de sauvetage en octobre 1995 mettent à jour un moulin carolingien26. Il est bâti en bois sur des pieux, comporte un barrage ou écluse à hauteur de la roue verticale en hêtre, dont le diamètre est de 1,80 m et qui compte vingt-quatre aubes. L’alimentation se fait par dessous, on a aussi quatre meules en basalte de l’Eifel d’un diamètre de 66 à 80 cm. Il y a sur place une grande quantité d’objets en bois : aubes, alluchons, coins, chevilles. Il est possible qu’on y ait aussi battu du chanvre à l’aide de maillets trouvés sur le site. L’installation est construite, sans le moindre clou, vers 840 et le bief est refait en 851. Des études ont aussi été menées sur des sites précis et limités et viennent d’être publiées : sur Cluny27, sur les monastères cisterciens de Bourgogne, Champagne, Franche-Comté28, en Touraine29, à Belle-Église dans l’Oise30.

  • 31 Henri Amouric, Mireille Goutouli, Robert Ternot, « Un moulin à turbine de la fin de l’Antiquité, La (...)

18Le chantier d’un gazoduc près de l’abbaye de Montmajour en Provence a fait repérer en 1996 un moulin à roue horizontale, bâti sur un ensemble en pierre31. S’agissant de la datation, après l’avoir prudemment proposée comme simplement antérieure à l’an mil, elle a été peu à peu remontée. Actuellement il semble que l’on puisse assurer une construction à la fin du Ve siècle. Cela en fait ainsi le plus ancien moulin horizontal trouvé pour l’instant en Provence, ce qui remet en cause certaines visions classiques. Pour la période romaine on ne connaît en Provence que la roue verticale. Aurait-on changé de type de moulin dans cette région et serait-on passé de la verticale à l’horizontale, et quand ? Ou alors, y avait-il, comme cela est vraisemblable, des moulins à roue horizontale antiques en Provence que l’on n’a pas encore trouvés pour l’instant ?

  • 32 Daniel Castella, « Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches “En Chaplix” », Cahiers d’Archéolo (...)
  • 33 Jean-Pierre Brun et Marc Borreani, « Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain en Narbonnaise (...)

19Enfin, pour l’archéologie antique, après les découvertes d’Avenches qui ont mis à jour un moulin rural du Ier siècle32, il faut signaler le moulin de la Crau, dans le Var33. Repéré en 1995, fouillé en 1996, il est situé dans une villa rurale viticole et oléicole dans laquelle un aqueduc amène de l’eau par dessus sur une roue verticale avec une dénivellation de 4 m qui actionne des meules dont le diamètre varie entre 70 et 80 cm. Le tout est daté du IIe s. et de la première partie du IIIe.

20Ainsi, en cette fin de siècle, on pose différemment les questions de l’apparition du moulin à eau et de sa diffusion au cours de la longue période de l’Antiquité au Moyen Âge.

  • 34 Innovation technique au Moyen Âge (L’), actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (...)

21Introduisant les travaux du congrès d’archéologie médiévale de Dijon, récemment publié34, le regretté Jean-Marie Pesez déclarait que l’opinion commune tend à dénier au Moyen Âge à peu près toute innovation technique, sauf à diffuser ce qui avait été trouvé auparavant. Il montrait ensuite combien les récents travaux remontent de plus en plus dans le temps la diffusion de notre cher moulin. Mais, surtout, il posait la question de la place des techniques dans le « continuum culturel ». Où se situent-elles ? L’innovation technique se répercute-t-elle sur le changement social, en est-elle le moteur ? Il déclarait alors d’une part que « accorder ou non un impact du fait technique sur le fait social relève largement de l’idéologie » et par ailleurs que « nos fait techniques ont encore besoin d’être mieux assurés, mieux appréciés, mieux compris ».

Des moulins, pourquoi faire ?

22Nous avons volontiers tendance à penser farinier quand nous parlons moulin, mais il y a quantité d’autres emplois de cette machine et cela dès l’Antiquité.

À quoi sert un moulin ?

23Moudre les céréales est rendu nécessaire par la structure du grain et les formes que revêt en Occident sa consommation. Si le moulin moud des grains, il fait bien d’autres choses... il broie les olives et toutes sortes d’autres plantes à huile, les plantes tinctoriales (garance, pastel), les minerais, et nous allons y revenir, fabrique le tan, aiguise des lames, actionne des tours à bois, peut élever l’eau, sert à fabriquer le plâtre, etc.

24Toutefois, tant que le moulin ne procurait qu’un mouvement circulaire, son utilité se trouvait limitée (si l’on peut dire) aux activités citées. Aller plus loin vers d’autres applications mécaniques, requerrait le mouvement alternatif. Notre mécanique actuelle connaît deux solutions à ce problème : la came et la bielle/manivelle. Les deux systèmes apparaissent au cours du Moyen Âge à des époques différentes.

Le moulin rotatif à huile

  • 35 Jean-Pierre Brun, « L’introduction des moulins dans les huileries antiques », Techniques et économi (...)

25J’espère qu’on pardonnera au méditerranéen que je suis de commencer par quelques mots concernant le moulin à huile. Il ne faudrait pas oublier que si moulin évoque immédiatement blé, dans certaines régions, en Méditerranée, le mot évoque avec autant de vigueur l’huile ; la différence dans le vocabulaire étant que de nos jours on parlera alors de mouliniers et non de meuniers. Dès les origines du moulin et des meules, l’huile est présente. l’Antiquité diffuse le moulin rotatif dans les huileries et cela très tôt. On manque encore de précision sur ces questions car nombre de moulins à huile ont été démontés et l’archéologie rurale antique méditerranéenne reste encore sous-développée (J.-P. Brun)35. Toutefois, les fouilles en ont dégagé qui remontent à la première moitié du IVe siècle avant J.-C. sinon au Ve, et Caton au IIe s. av. J.-C. montre un état de développement avancé de cette technique.

  • 36 J.-P. Brun, cf. note 35.

26Cet usage serait lié à un accroissement de la production qui utiliserait le moulin dès lors que l’huile n’est plus destinée seulement à un usage personnel mais à une commercialisation. On peut s’interroger sur le fait que l’utilisation de l’hydraulique dans ces moulins à huile n’a pas eu lieu à l’époque romaine et qu’« on ne trouve nulle part dans la littérature ou l’iconographie antiques ni dans les vestiges archéologiques de mention de force hydraulique employée pour actionner des meules à huile36 ». Toutes les huileries antiques actuellement connues semblent bien avoir été des moulins « à sang » actionnés par l’homme, probablement par l’esclave.

Moulins dans les mines

  • 37 C. Domergue, D. Beziat, B. Cauuet, C. Jarrier, Chr. Landes, J.-G. Morasz, P. Oliva, R. Pulou, F. To (...)

27Le moulin rotatif est utilisé dans les mines antiques et Ton en connaît déjà divers modèles. Ces moulins sont similaires a ceux utilisés dans le domaine alimentaire. L’introduction de tels moulins rotatifs dans les mines (IIIe s. av. J.-C. en occident ; IVe s. av. J.-C. en orient) a visé à améliorer la qualité de l’enrichissement des minerais en perfectionnant le broyage et en accroissant le volume des matériaux que Ton arrivait à traiter37. Il s’agit cependant d’un moulin à bras, ou à sang, mais pas hydraulique.

  • 38 Paul Benoît, Marie-Christine Bailly-Maître, Claude Dubois, « Les meules rotatives médiévales pour l (...)

28À l’époque médiévale, le moulin est important dans le traitement des minerais38 et cette fois l’hydraulique y tient une belle place. Toutefois il faut nuancer : l’archéologie montre dans de nombreux sites médiévaux des mortiers, des bocards (à partir du XVIe s.) et relativement peu de meules rotatives. Certaines toutefois ont été récemment étudiées à Brandes (Isère), où l’on en a identifié une douzaine, Castel Minier (Ariège) avec plusieurs meules du XIVe s. ; Peyrusse le Roc (Aveyron), une vingtaine, Pampailly (Rhône) où elles sont remployées dans le bâtiment de la forge daté de 1457.

29Les textes par contre sont bien plus discrets. Certes à Pampailly les archives de Jacques Coeur font connaître trois moulins de mine ; ailleurs c’est maigre, sauf à Orzals (Aveyron fin XIIIe/déb. XIVe s.). On sait là qu’en 1267, pour accroître la production de métal argentifère, Alphonse de Poitiers fait construire plusieurs moulins, à eau, à chevaux, à vent ou même à bras. La réalisation est inconnue, mais du moins est-on assuré que ces moulins sont alors considérés comme un moyen efficace d’accroître la production.

30Quant à l’iconographie, elle est très limitée et bien tardive : on songe bien sûr à Agricola. L’archéologie a trouvé là des meules qui différent nettement des meules à blé. Ainsi, à Brandes, elles ont un diamètre de 0,95 m et une épaisseur de 0,15 et comportent des rainures rayonnantes. Il semble qu’on les chargeait par le centre, comme pour le blé. Dans certains cas la meule n’est pas indispensable, mais dans d’autres ce procédé est considéré comme de première importance ; cela dépend de la dureté de la gangue dans laquelle est compris le métal et les meules étaient réservées aux gangues très dures, quartzeuses.

31Les conclusions actuelles sur ces meules minières indiquent qu’on les trouve dans les mines d’argent ; aucune n’a été trouvée dans les mines de fer. La majeure partie de ces meules est mue par l’hydraulique, et on a affaire à une adaptation du moulin à blé à un matériau bien plus dur que la céréale, ce qui se traduit par une meule plus petite. Mais il est encore impossible (selon P. Benoît) de dire quoi que ce soit sur les changements éventuels entraînés dans les conditions de la production.

32Venons-en à une question plus délicate, celle de la came.

La came

33C’est l’un des deux moyens mécaniques pour passer du mouvement rotatif à l’alternatif. C’est celui le plus anciennement connu en Occident et dont ce dernier s’est essentiellement servi. Ici, l’énergie fournie ne sert que dans l’un des deux sens du mouvement alternatif, pour procéder à l’action motrice ; le retour, lui, est obtenu par la pesanteur ou par un ressort (constitué généralement d’une perche de bois souple).

34Quand donc apparaît la came ?

  • 39 Dietrich Lohrmann, « Frühe Nutzung von Wasserkraft im mittelalterlichen Eisengewerbe », Technikgesc (...)

35On manque encore désagréablement d’une chronologie quelque peu sûre sur les extensions mécaniques et non plus agricoles des moulins. Des premiers moulins datés en occident (fin Ier s. av. J.-C./déb. Ier s. apr. J.-C.) au XIe s., les indications sur les moulins affectés à d’autres activités que la mouture des céréales sont très rares et les indications difficiles à interpréter (et D. Lohrmann en sait quelque chose39). Si les indications techniques font presque toujours défaut, on sait néanmoins qu’il n’est de scierie, moulin à foulon (paroir ou paradou), martinet hydraulique qu’avec un système de cames.

  • 40 P. Malanima, I piedii di legno. Una macchina alle origini dell’industria médievale, Milan, 1988,158 (...)
  • 41 Thérèse Sclafert, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, 1926.

36Le premier moulin à foulon attesté pourrait être italien : on en connaît au Xe s. dans les Abruzzes en 96240, en Italie du nord, dans le Milanais... Des battoirs à chanvre sont présents en Dauphiné vers 104041. On repère des paroirs en Normandie au XIe (1086), en Bourgogne au XIIe (1133).

37Mais si on tente de remonter dans le temps, la perplexité arrive. En effet, Héron d’Alexandrie (Ier siècle apr. J.-C.) en connaît le principe qu’il n’emploie que dans la construction des automates, et l’on n’a aucune trace d’une application industrielle antique. Aucune, sauf toutefois une mention par Ausone d’une scierie de marbre hydraulique sur la Moselle au IVe siècle après J.-C. ainsi qu’un texte à peu près contemporain de Grégoire de Nysse :

38« Le Gelbris (– la rivière –) doit sa célébrité à ses poissons ; quant à l’autre fleuve, il fait tourner d’un mouvement rapide les meules de pierre qui écrasent les grains, il tire les scies au bruit strident sur les blocs de marbre aux parois lisses, faisant entendre sur les deux rives un vacarme continu. » (Ausone, Mosella, V, 63)

39« Que dire des inventions si nombreuses dans les arts mécaniques ? Les uns recourant à l’eau et au fer, fendent des pièces de bois... » (Grégoire de Nysse)

40Comme la scie circulaire n’est connue qu’à partir du XIXe siècle, il faut en conclure que l’on avait, au moins une fois, expérimenté un système de came (car on n’ose penser à une bielle/manivelle). A moins de considérer que le texte d’Ausone n’a aucune valeur... On ne peut évidemment rien restituer comme machine, mais on peut supposer l’existence au IVe s. de scieries hydrauliques en Rhénanie comme en Asie Mineure, sans qu’on ait la moindre confirmation archéologique à ce propos.

  • 42 Jean-Pierre Adam et Pierre Varene, « La scie hydraulique de Villard de Honnecourt et sa place dans (...)

41De cette scierie, aucune trace ensuite jusqu’au XIIIe siècle. Les textes sont peu nombreux avant le XIVe, mais un dessin très connu a été établi par Villard de Honnecourt au milieu du XIIIe siècle. On y voit un arbre à came abaisser une scie à bois placée verticalement ; ses quatre cames font donc abaisser la scie quatre fois par tour de l’axe. La scie est relevée par le ressort constitué d’une perche de bois recourbée. Un système plus complexe permet aussi de faire avancer automatiquement la bille de bois à chaque coup de scie42.

42Quant à l’importance quantitative de ces moulins de type industriel, elle est impossible à déterminer. On a tenté de les compter dans le monde cistercien champenois, pour les XIe-XIIe siècles. On pourrait tabler sur un total de 90 % des moulins à céréales, 9 % de foulons et 1 % serait un moulin à guède ; mais les associations de « tournants » à vocation différente dans un même ensemble appelé moulin amènent à redoubler de prudence face à ces calculs.

43Là où la came a probablement eu une action économique importante c’est dans la métallurgie avec le martinet qui apparaît dans les forges. C’est que le martinet est intimement lié au système de production du fer qu’on appelle le procédé direct. Rappelons que le minerai réduit par l’oxyde de carbone issu de la combustion du charbon de bois à une température inférieure à celle de la fusion du fer (1530°) est réduit à l’état pâteux et forme alors une loupe qui comprend métal et scories. Il convient de le retraiter à la forge et le marteler à chaud. Cela s’est fait à bras avant qu’on ait mis au point le martinet. Conséquences : un coût élevé, une capacité de transformation bien faible car on estime qu’il est difficile d’ainsi forger à plus de quatre centimètres d’épaisseur.

  • 43 Maria Elena Cortese, L’acqua, il grano, il ferro. Opifici idraulici medievali nel bacino FarmaMerse (...)
  • 44 J.-F. Belhoste, « The origin of direct reduction water-powered ironworks : reflexions based on the (...)

44Dès lors, le martinet a véritablement bouleversé les conditions de la production en permettant l’accroissement des quantités forgées et donc en facilitant l’extension de l’emploi du fer. En Bourgogne ce serait en 1135 qu’on trouverait le premier martinet. Cette technique est maîtrisée par les cisterciens aux XIIe et XIIIe s. en Bourgogne et Franche-Comté, au XIIIe aussi en pays siennois43. Les ateliers de sidérurgie directe auraient connu dans un second temps un fort mouvement d’équipement en machines hydrauliques au cours du XIVe siècle pour actionner la ventilation des fourneaux44. Il semble que l’on ne connaît au cours de ces siècles qu’un seul type de marteau, celui où la came abaisse la queue du marteau dont le centre de pivotement est placé entre elle et le marteau lui-même.

45On ne peut préciser quand est apparue l’utilisation du moulin pour actionner les soufflets de forge. Ce dernier emploi multiplie la force et la régularité de l’air injecté dans l’enveloppe des fourneaux ; il est attesté à la fin du XIIIe siècle en Styrie, plus à l’ouest au XIVe siècle : on est arrivé ainsi à augmenter la température du fourneau et à obtenir par la suite des coulées de fonte par le procédé indirect. Enfin, la fabrication du papier nécessitait de triturer des chiffons pour les réduire en pâte. On a appliqué au papier le système qui avait bien fonctionné pour les draps. Au XIIIe siècle des papeteries d’Espagne sont hydrauliques ; d’autres en Italie à la fin du siècle. En France, on ne cite de tels moulins qu’à partir du XIVe siècle.

46Avec l’arbre à cames, l’hydraulique a étendu son domaine d’intervention : pratiquement toutes les activités mécaniques peuvent désormais utiliser la force de l’eau.

Quelques échardes techniques

Roue horizontale/roue verticale

  • 45 R. Guichané, cf. note 29.
  • 46 Le moulin du Castellet près de Montmajour. Cf. aussi Henri Amouric, « De la roue horizontale à la r (...)

47La roue verticale et la roue horizontale sont apparues pratiquement à la même époque de l’Antiquité. Leur répartition, c’est-à-dire surtout les raisons du choix entre ces deux procédés techniques demeurent encore mal précisées. Durant longtemps on a affublé la roue horizontale de noms exotiques ou destinés à la dénigrer : moulin grec, Scandinave, et M. Bloch la qualifiait de rudimentaire et primitive. Récemment on affirmait que la France était « de ce point de vue divisée en deux par une ligne La Rochelle / Lyon ; en très grande majorité roues horizontales au sud, verticales au nord45 ». La question parait plus complexe car les évolutions sont loin d’aller toujours de l’horizontal au vertical. Rappelons les exemples cités ci-dessus et fournis par l’archéologie antique et médiévale46, ou encore l’évolution dans un pays comme l’Irlande.

  • 47 T.E. Powell, « The disappearence of horizontal watermills from medieval Ireland », Transactions – N (...)

48Il paraît ainsi difficile de ne considérer que des variables régionales, il est probable que des données économiques et sociales ont aussi joué, car le moulin à roue horizontale est un instrument facile à construire, sans engrenage. La succession éventuelle de l’un à l’autre peut varier selon les périodes et les régions. Il se pourrait qu’en Provence l’horizontal succède au vertical pendant le Bas-Empire ou le haut Moyen Âge (en l’absence de documents, cette hypothèse permet de relier les diverses occurrences). En Angleterre, par contre, le vertical succède à l’horizontal vers le Xe-XIe siècles et des régions comme l’Irlande47 demeurent fidèles à l’horizontal, mais cependant un horizontal de type différent.

  • 48 Jean-Antoine Fabre (abbé), Essai sur la manière la plus avantageuse de construire les machines hydr (...)

49Je rappellerai, car sa subtilité me plaît bien, la distinction faite par l’abbé Fabre en 1783 : il parle pour le moulin horizontal de moulin « simple », par opposition au nom de « composé » dont il qualifie les moulins à roue verticale48.

Lanterne et rouet

50On pose toujours la question de savoir comment étaient composés les engrenages rouet / lanterne les plus anciens et quand ils ont évolué. L’absence de textes (hormis Vitruve) amène à se fonder pour l’essentiel sur l’iconographie : c’est maigre et sujet à caution. Rappelons la question :

  • pour Vitruve, le rouet est de dimension modeste par rapport à une lanterne imposante, ce qui a pour résultat de donner une faible vitesse de rotation ;

  • l’image célèbre de Herrade de Landsberg montre l’inverse, sans qu’on puisse préciser les moments du changement...

  • 49 Vitruve (Arch. X, 5, 2) : Secundum id, tympanum maius item dentatum planum est conlocatum quo conti (...)
  • 50 R. Philippe, cf. note 12.

51Il semble bien que le moulin de Vitruve tournait fort lentement et que le diamètre de la lanterne était proche de celui du rouet et que donc les meules tournaient à la vitesse de la grande roue49. Mais, a contrario, des vitesses de rotation élevées sont attestées par la découverte de la lanterne en bois du début du IIIe s. dans le camp de Zugmantel à Saalburg. On admet aussi une vitesse rapide à l’agora d’Athènes, peut-être les fameux 60 t/mn. L’Antiquité connaissait la lanterne permettant une vitesse de rotation rapide mais ne l’a pas adoptée partout. Au Moyen Age, selon R. Philippe il y aurait eu recherche systématique d’un accroissement de la vitesse jusqu’à obtenir fréquemment du 60 à 100 t/mn50. Et cela aurait nécessité des régulateurs qu’on ne rencontre qu’à partir du XVe s. dans les dessins d’ingénieurs et surtout dans les moulins à vent.

52Si l’on admet une vitesse de rotation de la grande roue de 3 à 4 t/mn (minimum) à une douzaine de tours (roue de 6 m de diamètre et chute de 0,75 à 1 m), si l’on admet une accélération de 5/1, on peut compter sur une vitesse moyenne de rotation avec une démultiplication de 5 de la vingtaine à la soixantaine de tours par minute. Mais, en fait, rien de bien certain ne semble indiquer un accroissement de la vitesse de rotation entre le haut et le bas Moyen Âge.

La bielle-manivelle

53Nous avons davantage l’habitude de la bielle/manivelle dans le sens inverse : transformer un mouvement alternatif en rotatif, comme dans la machine à vapeur ou le moteur à pistons. Mais ce système de la bielle/manivelle, l’Occident médiéval ne le connaît pas : les premières mentions ne sont que de l’extrême-fin du XIVe siècle. Notons que la Chine de la même époque connaît ce système et l’emploie dans ses moulins pour transformer en alternatif le mouvement circulaire.

  • 51 Taccola, L’Art de la guerre, machines et stratagèmes de Taccola, ingénieur de la Renaissance, prése (...)
  • 52 Francesco Di Giorgio Martini, Trattati di architettura ingegneria e arte militare, a cura di Corrad (...)
  • 53 De frucare, remuer, fouiller.

54Dès que le système de la bielle-manivelle apparaît en occident au début du XVe siècle il est très utilisé par les ingénieurs. Ceux-ci l’utilisent même parfois à contretemps, séduits qu’ils sont par la nouveauté. Pourtant, les Italiens Francesco di Giorgio comme Taccola indiquent des noms vernaculaires qui sont donnés à ces moulins, ce qui atteste bien qu’ils ne sont pas seulement des visions d’ingénieurs mais des pratiques attestées. Ainsi Taccola51 déclare au milieu du XVe siècle pour un tel engin : « Ce petit moulin est utile dans les forteresses et citadelles. Il est actionné par un soldat à pied au moyen d’une manivelle avec une tête de fer. Ce travail est pénible pour celui qui tourne. Il moud peu et on l’appelle communément moulin à manche de papillon. » Et di Giorgio52 appelle ces nouveaux types de moulins a frucatoio53.

55Cela permet de donner un mouvement rotatif à de larges meules grâce à un geste alternatif. On peut ainsi agrandir le diamètre des meules mises en action sans que l’utilisateur ne soit obligé de tourner avec la meule. Dans le cas d’un seul utilisateur la taille maximum des meules est déterminée par l’envergure du bras de l’homme tendu ; désormais on peut aller plus loin, mais la pénibilité du travail semble accrue, si l’on en croit Taccola, et on peut s’interroger sur l’intérêt du procédé. Les images qui montrent un utilisateur en action présentent le travail accompli par un homme. N’y aurait-il pas un lien à faire avec la traditionnelle féminisation de la mouture et donc la dévalorisation de la tâche qui s’ensuit ? La bielle-manivelle nécessitant un plus gros effort physique revaloriserait-elle ce travail en le confiant à des hommes ? Il est probable qu’il y ait certains avantages techniques à ce procédé, ainsi la bielle-manivelle permet-elle d’accélérer la rotation de la meule courante, moyennant une pénibilité accrue.

  • 54 C. Piccolpasso (1524-1579), I tre libri dell’arte del vasaio, reprint par Ronald Lightbown et Alan (...)
  • 55 Musée de Lyngby.
  • 56 Husum (Schleswig-Holstein) Musée de Berlin. Cf. : Adam Maurizio, Histoire de l’alimentation végétal (...)
  • 57 XVIIe s. Lüneburger Heide (landes de Lunebourg) pour la fabrication du gruau de sarrasin. Munich, D (...)
  • 58 Chine, Dazu (Sichuan), enquête G. Comet, 1987.
  • 59 Vietnam, pays Moï. Enquête G. Cornet, janvier 1998.

56Dès les origines le moulin à bielle-manivelle a été nanti dans certains cas d’un volant d’inertie constitué par un disque, une roue ou même des boules préfigurant les régulateurs à boules bien postérieurs. Le volant d’inertie à boules que propose Francesco di Giorgio Martini atteint une fois déployé environ 4,5 m de diamètre et comporte quatre boules de 15 kg chacune. De tels moulins s’emploient aussi pour broyer des couleurs54. Des moulins de ce type ont fonctionné dans divers secteurs d’Europe et on en retrouve des exemplaires modernes conservés dans divers musées : à Copenhague55, à Berlin56. Au XVIIe s. dans les landes de Lunebourg le gruau de sarrasin est fabriqué avec un tel appareil57. Il n’est pas jusqu’en Chine où l’on utilise encore dans la seconde moitié du XXe siècle une technique similaire58, ou encore au Vietnam avec un balancier59.

  • 60 (Pologne, Lituanie) Moulin à bras sans pièce de fer, manche long fixé (?) en hauteur. Musée d’ethno (...)
  • 61 Munich, Deutsche Museum.
  • 62 Munich, Deutsche Museum.

57Dans une perspective de technologie historique il apparaît nécessaire de rapprocher ces systèmes à bielle-manivelle des système à manche long et fixé en hauteur. Dans ce dernier outil il n’y a ni bielle ni manivelle à proprement parler, mais le manche de la meule courante est très allongé et fixé dans sa partie supérieure, de façon souple, à un point fixe situé dans le prolongement du centre de la meule. Le mouvement qu’il décrit pendant son action est celui de la génératrice d’un cône de révolution dont le plan serait la meule. Des exemples ethnographiques de ces moulins se rencontrent dans le monde slave60, germanique aussi : à Munich61, en Prusse chez les Kachoubes au XVIII s.62.

  • 63 Tacuinum sanitatis, Liège, fin XIVe. Cf. : Carmelia Opsomer, L’Art de vivre en santé, Liège, 1991.
  • 64 Moulin à main, manche fixé en hauteur. Manuscrit allemand, XIVe s., d’après Richard Bennet et John (...)
  • 65 Plaute écrit et tourne le moulin. Cod. hist. 2°411, Historische Sammel-handschrift, Zwiefalten, 116 (...)
  • 66 Voir nos précédentes réflexions sur ce sujet et une mise en perspective : G. Cornet, note 18. Cf. a (...)

58Le principe du mouvement est certes différent de celui de la bielle-manivelle, mais il est bien possible cependant que l’on ait eu là une étape technique dans la mise au point en Occident de la bielle-manivelle car ce système de manche fixé en hauteur bien attesté du XVIIIe au XXe siècle, est déjà présent dans les manuscrits médiévaux. Ainsi au XIVe siècle dans l’Italie du Nord c’est à l’aide d’un tel moulin que l’on moud la farine de fèves63, et qu’en Allemagne on broie des céréales64. Mais plus avant dans le temps, c’est un tel moulin qu’est censé avoir tourné l’écrivain Plaute selon un manuscrit du XIIe siècle65. Et déjà au XIe s. un manuscrit anglais figurait un tel moulin à main66.

59Un tel principe remonterait donc au moins au XIIe siècle, c’est-à-dire plus de deux siècles avant la bielle-manivelle. Il n’est pas impossible que l’un de ses objectifs ait été de régulariser le mouvement et de faciliter la manœuvre par la présence de deux points d’appui : sur la meule et en hauteur.

Les ingénieurs et le sub-actuel

60Nous venons d’évoquer les ingénieurs de la Renaissance : ils inaugurent une nouvelle source écrite et dessinée qui s’est poursuivie à l’époque moderne. Nous ne ferons qu’aborder ce thème qui nous est pourtant très cher.

61D’abord il convient de poser une question épistémologique générale : quelle confiance accorder à ces ingénieurs ? Ces machines proposées ont-elles été construites, ou sont-elles des rêves ou plus précisément des propositions que les ingénieurs présentaient aux puissants pour tenter de les convaincre de leurs capacités ? Nos ingénieurs présentent des machines qui sont parfois pertinentes, parfois inutiles, d’autres qu’un charpentier de village refuserait de tenter de construire. Pourtant ce sont des sources importantes. Si nos hommes déclarent volontiers qu’il suffit de lire le dessin pour comprendre, c’est parfois pour conserver un secret de fabrication, car ces dessins ne sont pas des dessins de chantier. Mais souvent aussi ils expliquent, non pas tant la manière de construire que le but recherché.

  • 67 L. Reti, « Francesco di Giorgio Martini’s Treatise on Engineering and its Plagiarists, » Technology (...)

62L’étude de quelques images des divers traités émanant de ceux que l’on nomme des « ingénieurs » entre les XIVe et XVIe siècles montre bien que ces gens, d’une part, se copient. Ainsi en 1617 est publié un ouvrage de Strada de Rosberg mort en 1588 et qui avait acheté des dessins à Serlio. Dans cet ouvrage on retrouve des dessins d’auteurs anonymes et plus encore un dessin typique de Francesco di Giorgio. L’ensemble paraît irréaliste, mais en 1870, Théodore Beck a vu fonctionner un engin de type identique aux Pays-Bas67.

63Nos hommes, d’autre part, cherchent à multiplier les sources d’énergie, voire à trouver le mouvement perpétuel. Strada de Rosberg propose une machine qui combine théoriquement énergie animale et énergie hydraulique. Il s’explique : « Un moulin à cheval qui fait aussi monter de l’eau, laquelle en retombant soulage ledit cheval. » En fait une telle construction n’aurait comme seul résultat que de diminuer le rendement du cheval puisque l’animal élève de l’eau et que celle-ci fait tourner le moulin en retombant. Mais ces dessins montrent bien comment aux XVe-XVIe s., un gros problème est présent : celui de l’exhaure de l’eau des mines. L’essor de l’industrie métallurgique et minière conduit à des besoins considérables dans ce domaine : songeons aux dessins d’Agricola et à ses pompes. Mais à d’autres aussi : Francesco di Giorgio, Strada... Il y a chez tous ces hommes une recherche de puissance mécanique : ils essaient de multiplier les sources d’énergie, d’utiliser de nouvelles approches (la bielle-manivelle), la solution n’est arrivée qu’avec la vapeur.

  • 68 Francisco Lobato Del Campo, Cronica. Ed. José Antonio Garcia-Diego et Nicolas Garcia Tapia, dans : (...)

64Ils nous font connaître aussi par leurs dessins des machines que les textes signalent, mais peu : ainsi les moulins à marée (Taccola, Lobato68). N’oublions pas qu’ils attestent aussi des nombreuses roues à marcher où travaillent des hommes mais aussi toutes sortes de bêtes et même des ours...

  • 69 Françoise Ferracci, Henri Amouric, « Un engin unique en France, le moulin à vent à turbine du Jas d (...)

65Je n’ai pas parlé jusque-là du vent. Nos ingénieurs cherchent aussi dans le vent une solution à leur besoin de puissance. Les ailes du moulin d’occident sont situées dans un plan vertical et l’axe est pratiquement horizontal. Mais certains explorent alors le moulin à axe vertical ; Francesco di Giorgio, Lobato s’y essaient. Ce moulin n’a pas eu de succès dans notre Europe où l’on compte ses réalisations sur les doigts de la main. L’une d’entre elles date du début du XIXe siècle. C’est une pompe à eau dans le quartier du Jas de Bouffan à Aix-en-Provence69. Ce bâtiment est unique en France, il semblerait qu’il puisse être restauré prochainement par suite de l’intervention de l’Association Régionale des Amis des Moulins.

66Ce retour au contemporain et à la dimension patrimoniale de notre machine médiévale nous conduit à conclure.

Et pour conclure ?

67Ne regrettons pas que tout un temps l’histoire autour des moulins ait buté sur la question des rapports entre technique et rapports de production pour les médiévistes, sur la question du blocage des techniques pour l’Antiquité. Il convient d’avoir toujours présent à l’esprit qu’il n’y a pas une autonomie de la sphère des techniques : elles sont des moyens utilisés par des hommes qui vivent dans une certaine organisation sociale institutionnelle et mentale. On ne peut décrire différemment technique et société car une société ne peut pas être considérée indépendamment de ses techniques.

68Mais il est maintenant nécessaire de se dégager de ce qui était systématique dans cette vision. Toute une dimension a été apportée par l’ethno-histoire et elle doit entrer dans les préoccupations de l’historien : il convient de connaître la technique au plus près et donc :

  • de s’intéresser à la forme de l’objet, son mécanisme, son processus de fonctionnement, sa construction, sa réparation ;

  • de mettre l’objet en lien avec la chaîne opératoire chère aux anthropologues ; il faut le rattacher au long processus qui va de la production à la consommation et dans lequel il s’insère comme un maillon ;

  • dans le cas du moulin à grains, que je connais le moins mal, il faut le lier à l’alimentation d’un côté, à la céréaliculture de l’autre.

69Enfin il faut s’interroger sur le rôle que joue la demande. Prenons le cas du moulin à grains.

  • 70 Robert Cresswell, « Of mills and waterwheels. The hidden Parameters of technological choice », Tech (...)

70Dans l’étude technique de l’instrument/moulin, il faut s’interroger sur le type de céréale traitée, la suite du processus, la qualité du grain demandé par la société du lieu précis. Souvent on constate qu’à quelques dizaines de kilomètres de distance des moulins utilisent des techniques différentes. C’est la destinée culinaire finale qui détermine le souhait de tel type de gruau ou de farine, d’une mouture à la grosse ou économique. Ces qualités sont en partie liées à la rapidité du tournage et à la multiplication des tamis. La seule référence quantitative de la production et la description de l’instrument en fonction de cet objectif70 ne suffisent donc pas à expliquer les choix techniques médiévaux. En Italie les moulins à sang se sont maintenus longtemps tandis que se répandaient les moulins à eau et que se perpétuaient les moulins manuels. L’intérêt qualitatif des uns et des autres n’est pas le même.

  • 71 A. Maurizio, cf. note 56.

71Le blutage aussi pose question : les moulins antiques moulaient-ils « à la grosse » avec une seule mouture, le blutage se faisant en boulangerie, ou avec plusieurs blutages et passages à la meule. On a déclaré qu’il n’y avait forcément qu’un seul passage71. Cela n’est pas si évident qu’il y paraît. La Provence médiévale, elle, moud à la grosse en un seul passage à la meule, ce qui Signifie que les tamisages ont lieu éventuellement chez les particuliers ou les boulangers.

  • 72 Marceau Gast, Alimentation des populations de l’Ahaggar. Étude ethnographique, Paris, 1968.
  • 73 José Luis Mingote Calderon, « La necesidad de una vision etnologica en los estudios arqueologicos. (...)

72Ici, les réflexions des ethnologues sont précieuses. Si l’on suit les meules manuelles du Sahara (où, certes, le moulin à eau est absent) on voit comment la vitesse de rotation varie en fonction du produit attendu ; la forme même de la meule (rotative plutôt qu’alternative), est fonction de la céréale moulue, blé ou mil72. Lors du congrès d’archéologie médiévale de 1993, J.-L. Mingote Calderon soulignait l’intérêt d’un couplage archéologie et ethnologie afin de tenir compte de la complexité culturelle73. Il définissait une attitude face à l’information scientifique qui vise à mettre en relation la forme et la fonction, l’usage et l’utilisateur, qui inclut non seulement les aspects matériels, mais aussi les fonctions symboliques comme le signes de statut social.

73On a probablement demandé pendant un temps aux historiens plus qu’ils ne pouvaient donner. L’historien qui s’intéresse aux techniques, et le moulin en est une, a besoin actuellement de préciser ses méthodes. La technique n’est pas un absolu se déroulant hors de la société, elle n’est pas non plus, avant tout, un partenaire de la lutte des classes. Sans renier le lien à la société, il faut préciser la réalité concrète de la technique et dans notre cas de celles (au pluriel) des divers moulins ainsi que son lien avec le besoin social. Il semble que c’est ce que tente de faire la recherche actuelle en tenant grand compte des approches archéologiques et ethnologiques.

Notas

1 Charles Daremberg et Edmond Saglio, (sous la dir. de), Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, Hachette, 1877-1919.

2 Marc Bloch, « Avènement et conquête du moulin à eau », Annales d’histoire économique et sociale, t. - VII, 1935, p. 538-563.

3 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, tome 1, « Les structures du quotidien », Paris, A. Colin, 1979. Cette idée est encore gardée par Marcel Nordon, Histoire de l’hydraulique, 1. L’eau conquise : les origines et le monde antique, Paris, Masson, 1991, p. 103, bien qu’il ne croie pas au blocage des techniques.

4 C. L. Sagui, « La meunerie de Barbegal et les roues hydrauliques chez les anciens et au Moyen Âge », Isis, 1948, vol. 38, no 113/114, p. 225-231.

5 Ludwig-Alfred Moritz, Grain-Mills and Flour in classical Antiquity, Oxford, 1958.

6 Lancée par Wikander.

7 Jean-Pierre Brun, « Um primeiro moinho hidraulico romano na Peninsula lbérica em Conimbriga », Portugal romano, exploracao dos Recursos Natura, p. 30-31. 1997. Avec une roue verticale de 3 m. de diamètre.

8 Charles Parain, « Rapports de production et développement des forces productives : l’exemple du moulin à eau », La Pensée, no 119, févr. 1965. p. 55-70.

9 Pierre Dockès et Bernard Rosier, Questions aux historiens, Cahier de l’Institut d’Études économiques de l’université de Lyon II, sept. 1977, no 11.

10 Anne-Marie Bautier, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent », Bulletin philologique et historique, 1960, vol. II, p. 567-626.

11 Robert Fossier, « L’équipement en moulins et l’encadrement des hommes », L’Histoire des sciences et des techniques doit-elle intéresser les historiens ?, Colloque de la Société française d’histoire des sciences et des techniques, Paris, Ronéoté, 1981.

12 Robert Philippe, L’Énergie au moyen âge, l’exemple des pays entre Seine et Loire, thèse multigraphiée, 1980, chez l’auteur.

13 Öjran Wikander, « Archeological evidence for early water-mills. An interim report », History of technology, 1985, p. 171-179 ; Öjran Wikander, « Exploitation of water-power or technological stagnation ? A reappraisal of the productive forces in the roman empire », Scripta miniora regiae Societatis Humanorum mitterarum lundensis (Lund) 1984, 3 ; Öjran Wikander, Vattenmollor och mollare i det romerska riket, Lund, 1980 ; Öjran Wikander, « The use of water-power in classical antiquity », Opuscula romana, Stockholm, 1981, 13, p. 91-104. (résumé de la thèse)

14 John Muendel, « The horizontal mills of medieval Pistoia », Technology and Culture, january 1974, vol. 15, number 1, p. 194-225.

15 Dietrich Lohrmann, « Travail manuel et machines hydrauliques avant Tan Mil », Le Travail au Moyen Âge (éd. Jacqueline Hamesse et Colette Muraille-Samaran), Louvain la Neuve, 1990 ; Dietrich Lohrmann, « L’histoire du moulin à eau avant et après Marc Bloch », Marc Bloch aujourd’hui. Histoire comparée et sciences sociales. Paris, Ed. de l’EHESS, 1990, p. 339-347 ; Dietrich Lohrmann, « Le moulin à eau dans le cadre de l’économie de la Neustrie (VIIe-IXe s) », La Neustrie. Les Pays du nord de la Loire de 650 à 850. Colloque international, Rouen 6-10 oct. 1985, éd. Hatmut Atsma, dans Beheifte der Francia (Sigmaringen), 16 (1/2), 1989, p. 367-404. ; Dietrich Lohrmann, « Barrages et moulins sur la Somme au temps des chanoines réguliers (XIIe-XIIIe siècles) », L’Hydraulique monastique, (Léon Pressouyre et Paul Benoît, dir.), Rencontres à Royaumont, Grâne, Ed. Créaphis, 1996, p. 337-347.

16 John Reynolds, Windmills and Watermills, Praeger Publishers, New-York, 1970, 2e éd. 1975 ; Terry S. Reynolds, Stronger than a Hundred Men. A History of the Vertical Water Wheel, Baltimore-Londres, 1983, John Hopkins studies in the history of technology, n.s. 7.

17 Berthold Moog, The Horizontal Watermill, History and Technique of the First Prime Mover, The International Molinological Society (TIMS), 1994.

18 Georges Comet, Le Paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France VIIIe-XVe siècle), Rome, École française de Rome, coll. de l’EFR, no 165, 1992, 711 p.

19 Henri Amouric, Moulins et meunerie en Basse-Provence occidentale du Moyen Âge à l’ère industrielle. Thèse de 3e cycle, Université de Provence, Aix-en-Provence, multigraphié, 1984.

20 Sylvie Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon, du IXe au XVe siècle, Paris, CNRS, 1995.

21 Étienne Champion, Moulins et meuniers carolingiens dans les polyptyques entre Loire et Rhin, Paris, Vulcain, AEDEH, 1996.

22 Joséphine Rouillard, Moulins hydrauliques du Moyen Âge. L’apport des comptes des chanoines de Sens, XVe s., Paris, Vulcain, AEDEH, 1996.

23 Catherine Verna, Le Temps des moulines. Le fer et son exploitation du comté de Foix il la vicomté de Béarn (fin du XIIe siècle-fin du XVe siècle), Thèse, décembre 1994, Paris-I, multigraphié ; Catherine Verna, Les Mines et les forges des cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord au XIIe-XVIe s., Paris, 1996, AEDEH/Vulcain.

24 Ainsi par exemple chez Aline Durand, Les Paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998, qui prend le moulin en décrivant son emprise sur le paysage, les cours d’eau... (cf. p. 251-9).

25 Bruno Phalip, « Le moulin à eau médiéval. Problème et apport de la documentation languedocienne (bassins de l’Hérault, Orb et Vidourle) », Archéologie du Midi médiéval, tome X, 1992, p. 63-96.

26 Pascal Rohmer, « Le moulin carolingien d’Audun-le-Tiche », L’Archéologue, 22, juin 1996, p. 6-8.

27 Gilles Rollier, « Aménagements hydrauliques : le cas de Cluny », Innovation technique au Moyen Age (L’), actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (sous la dir. de P. Beck), Paris, Errance, 1998, p. 67-70.

28 Paul Benoit et Karine Berthier, « L’innovation dans l’exploitation de l’énergie hydraulique d’après le cas des monastères cisterciens de Bourgogne, Champagne et Franche-Comté », Innovation technique au Moyen Âge (L’), actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (sous la dir. de P. Beck), Paris, Errance, 1998, p. 58-65.

29 Raoul Guichané, « Les moulins hydrauliques en Touraine », Innovation technique au Moyen Âge (L’), actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (sous la dir. de P. Beck), Paris, Errance, 1998. p. 73-76.

30 Vincent Bernard, « Autour du moulin carolingien de Belle-Église (Oise) : éléments de techniques de charpenterie hydraulique », Innovation technique au Moyen Âge (L’), actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (sous la dir. de P. Beck), Paris, Errance, 1998, p. 77-80.

31 Henri Amouric, Mireille Goutouli, Robert Ternot, « Un moulin à turbine de la fin de l’Antiquité, La Calade du Castelet », Milieu et sociétés dans la vallée des Baux, suppl. no 31 à Revue archéologique de Narbonnaise, 2000, p. 261-273.

32 Daniel Castella, « Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches “En Chaplix” », Cahiers d’Archéologie Romande, Lausanne, 62, 1994.

33 Jean-Pierre Brun et Marc Borreani, « Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain en Narbonnaise », Gallia, 55, 1998, p. 279-326.

34 Innovation technique au Moyen Âge (L’), actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, (sous la dir. de P. Beck), Paris, Errance, 1998.

35 Jean-Pierre Brun, « L’introduction des moulins dans les huileries antiques », Techniques et économie antiques et médiévales. Le temps de l’innovation, colloque d’Aix-en-Provence (éd. Dimitri Meeks et Dominique Garcia), Paris, Errance, 1997, p. 69-78.

36 J.-P. Brun, cf. note 35.

37 C. Domergue, D. Beziat, B. Cauuet, C. Jarrier, Chr. Landes, J.-G. Morasz, P. Oliva, R. Pulou, F. Tollon, « Les moulins rotatifs dans les mines et les centres métallurgiques antiques », Techniques et économie antiques et médiévales. Le temps de l’innovation, colloque d’Aix-en-Provence (éd. Dimitri Meeks, et Dominique Garcia), Paris, Errance, 1997, p. 48-61.

38 Paul Benoît, Marie-Christine Bailly-Maître, Claude Dubois, « Les meules rotatives médiévales pour le broyage des minerais », Techniques et économie antiques et médiévales. Le temps de l’innovation, colloque d’Aix-en-Provence (éd. Dimitri Meeks et Dominique Garcia), Paris, Errance, 1997, p. 62-68.

39 Dietrich Lohrmann, « Frühe Nutzung von Wasserkraft im mittelalterlichen Eisengewerbe », Technikgeschichte, 62/1, 1995, p. 27-47.

40 P. Malanima, I piedii di legno. Una macchina alle origini dell’industria médievale, Milan, 1988,158 p.

41 Thérèse Sclafert, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, 1926.

42 Jean-Pierre Adam et Pierre Varene, « La scie hydraulique de Villard de Honnecourt et sa place dans l’histoire des techniques », Bulletin Monumental, 1985, tome 143, IV, p. 317-332.

43 Maria Elena Cortese, L’acqua, il grano, il ferro. Opifici idraulici medievali nel bacino FarmaMerse. Florence, edizioni all’insegna del giglio, 1997, 318 p.

44 J.-F. Belhoste, « The origin of direct reduction water-powered ironworks : reflexions based on the evolution of terminology », La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderurgica. Simposi internacional sobra la Farga Catalane, Ripoll, sept. 1993, Covern d’Andorra, Ministeri d’Afers Socials i Cultura, p. 385-398. ; Catherine Verna, « Aux origines de la forge catalane : les moulines du comté de Foix (vers 1300-1349) », La farga catalane en el marc de l’arqueologia siderurgica. Simposi internacional sobra la Farga Catalane, Ripoll, sept. 1993, Govern d’Andorra, Ministeri d’Afers Socials i Cultura, p. 51-59.

45 R. Guichané, cf. note 29.

46 Le moulin du Castellet près de Montmajour. Cf. aussi Henri Amouric, « De la roue horizontale à la roue verticale dans les moulins à eau. Une révolution technologique en Provence ? », Provence Historique, 134, 1983, p. 157-169.

47 T.E. Powell, « The disappearence of horizontal watermills from medieval Ireland », Transactions – Newcomen Society for the Study of the History of Engineering, 1994, no 66, p. 219-224.

48 Jean-Antoine Fabre (abbé), Essai sur la manière la plus avantageuse de construire les machines hydrauliques et en particulier les moulins à blé, Paris, 1783.

49 Vitruve (Arch. X, 5, 2) : Secundum id, tympanum maius item dentatum planum est conlocatum quo continetur. Callebat et Fleury 1986, p. 149 ont indiqué que la correction maius en minus traditionnelle n’avait pas lieu d’être. Il en découle que le type de moulin décrit par Vitruve tournait à une vitesse relativement lente, à peu près celle de la roue motrice. Louis Callebat, (éd.) Philippe Fleury (collab.), Vitruve, De l’architecture, Livre X, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1986, XLII, 304 p.

50 R. Philippe, cf. note 12.

51 Taccola, L’Art de la guerre, machines et stratagèmes de Taccola, ingénieur de la Renaissance, présenté par Eberhard Knobloch, Paris, Gallimard, 1992, Découvertes Gallimard albums.

52 Francesco Di Giorgio Martini, Trattati di architettura ingegneria e arte militare, a cura di Corrado Maltese, Transcrizione di Livia Maltese Degrassi. Milano, Edizioni il Polifilo, 1967.

53 De frucare, remuer, fouiller.

54 C. Piccolpasso (1524-1579), I tre libri dell’arte del vasaio, reprint par Ronald Lightbown et Alan Caiger-Smith, Londres, 1980.

55 Musée de Lyngby.

56 Husum (Schleswig-Holstein) Musée de Berlin. Cf. : Adam Maurizio, Histoire de l’alimentation végétale depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, Paris, 1932.

57 XVIIe s. Lüneburger Heide (landes de Lunebourg) pour la fabrication du gruau de sarrasin. Munich, Deutsche Museum.

58 Chine, Dazu (Sichuan), enquête G. Comet, 1987.

59 Vietnam, pays Moï. Enquête G. Cornet, janvier 1998.

60 (Pologne, Lituanie) Moulin à bras sans pièce de fer, manche long fixé (?) en hauteur. Musée d’ethnographie slave de Prague. Cf. Maurizio (1932).

61 Munich, Deutsche Museum.

62 Munich, Deutsche Museum.

63 Tacuinum sanitatis, Liège, fin XIVe. Cf. : Carmelia Opsomer, L’Art de vivre en santé, Liège, 1991.

64 Moulin à main, manche fixé en hauteur. Manuscrit allemand, XIVe s., d’après Richard Bennet et John Elton, The History of Corn-Milling, Londres, 1898, 4 vol. p. 164. Cf. Jean Orsatelli, Les Moulins, Marseille, Jeanne Laffitte, 1979.

65 Plaute écrit et tourne le moulin. Cod. hist. 2°411, Historische Sammel-handschrift, Zwiefalten, 1160-1170, De Sibyllis. MGH Scriptores, 6, 83, 27-32. Cf. : Die illuminierten Handschriften des wuttembergischen Landesbibliothek Stuttgart, band 2, teil 1, Sigrid von Borries-Schulten, Stuttgart, 1987 (no 266).

66 Voir nos précédentes réflexions sur ce sujet et une mise en perspective : G. Cornet, note 18. Cf. aussi : Georges Comet, « Moulins de Provence et d’ailleurs, ou Historiographie, méthode et idéologie chez les historiens », Provence Historique, XLIX, 195-196, janv.-juin 1999, p. 159-168. De Provence et d’ailleurs, mélanges offerts à Noël Coulet.

67 L. Reti, « Francesco di Giorgio Martini’s Treatise on Engineering and its Plagiarists, » Technology and Culture, IV, 3, 1963, p. 287-298.

68 Francisco Lobato Del Campo, Cronica. Ed. José Antonio Garcia-Diego et Nicolas Garcia Tapia, dans : Vida y técnica en el Renacimiento, Univ. de Valladolid, Valladolid, 1987.

69 Françoise Ferracci, Henri Amouric, « Un engin unique en France, le moulin à vent à turbine du Jas de Bouffan », Marseille, 1979, p. 143-146.

70 Robert Cresswell, « Of mills and waterwheels. The hidden Parameters of technological choice », Technological Choices. Transformation in Material Cultures since the Neolithic, edited by Pierre Lemonnier, London & New York, Routledge,1993, p. 181-213.

71 A. Maurizio, cf. note 56.

72 Marceau Gast, Alimentation des populations de l’Ahaggar. Étude ethnographique, Paris, 1968.

73 José Luis Mingote Calderon, « La necesidad de una vision etnologica en los estudios arqueologicos. El mundo agricola », IV Congreso de Arqueologia Medieval Espanola, Alicante, 1993, p. 57-84.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search