Version classiqueVersion mobile

Moulins et meuniers

 | 
Mireille Mousnier

Ouverture

Robert Fossier

Texte intégral

1Si ce serait fausse modestie que de me déclarer incompétent dans le domaine qui va nous occuper ces deux jours, il n’en reste pas moins que le nord de notre pays ou de notre continent m’est beaucoup plus familier que le sud, et que ma science s’arrête avant l’usage de la vapeur. Voici plus de vingt ans que, sous la conduite de Charles Higounet, puis sur les chemins tracés par lui, nos « Journées » ont profondément labouré les campagnes ; nous avons parlé des bois, des vignes, des vergers, des plantes nouvelles ; nous avons évoqué les rendements, les contrats, le ravitaillement, l’argent ou les marchés et les voies de passage ; parlé aussi de la croissance, des coutumes, des moines et de bien d’autres. Et, tout récemment, nous avons approché l’artisanat. Mais nous avions alors décidé d’en retirer l’étude du moulin, parce qu’elle pouvait, à elle seule, fournir le thème d’une session particulière : nous y voici ; et les hommes étant inséparables des machines qu’ils manœuvrent, j’espère que, comme le veut le libellé de notre thème, nous entendrons parler autant des meuniers que des moulins.

2Naturellement, il vient tout de suite à l’idée que le monde savant ou les curieux n’ont pas attendu ces « Journées » pour parler du moulin ou écrire à son propos ; de foudroyantes révélations ne sont donc pas probables au terme de nos travaux. En revanche, au-delà des cas d’espèce qui éclaireraient un pan du chantier, nous pouvons espérer que notre apport à ce sujet, disons « classique », aidera à dissiper nombre d’appréciations traditionnelles mais erronées sur le moulin médiéval ou moderne. En effet, largement alimentée par des documents tant écrits que matériels, notre connaissance de la meunerie ancienne se perd souvent dans des présupposés hâtifs. En voici deux, qui méritent, au moins, un peu plus d’examen. Au XIXe siècle, Karl Marx, conscient du rôle de la machine, avait fait du moulin à eau le socle technique de la société qu’il qualifiait de « féodale » ; et, au début du XXe, Marc Bloch avait magnifié la « principale invention » du Moyen Âge. Ces vues sont, à coup sûr, excessives, puisque l’obligation d’user du moulin du riche ne s’est que lentement et imparfaitement imposée ; et que l’existence et l’importance du moulin dans le monde gréco-romain ont pu être établies. Mais l’idée qu’il y a là une pièce essentielle du monde médiéval conserve sa forte valeur.

3C’est que, en effet, broyeur de grains, d’olives, de noix, d’écorces, de fibres, marteleur d’étoffes ou de métaux, de surcroît créateur, en amont des vannes, de retenues d’eau richement empoissonnées, le moulin, à eau pour le moins, occupe une place éminente dans la transformation des matières premières, vivrières ou non. Peut être, d’ailleurs, son rôle est-il encore plus grand dans le domaine de la société : à défaut d’être le moyen principal de la domination seigneuriale, il est, malgré tout, un élément essentiel du contrôle de la production campagnarde ou urbaine, une pièce de la fiscalité du maître, donc un étalon de la hiérarchie sociale. On peut, d’ailleurs, ajouter que le paysan, qui a besoin de plus de temps que d’argent, trouve dans son emploi de quoi gagner l’un en échange de l’autre ; et qui ne le peut, est marginalisé.

4J’espère donc que nous pourrons mieux cerner ces problèmes, esquisser aussi la figure, bien mal connue, du meunier redoutable et haï, espion du maître et hors de la communauté villageoise. J’espère aussi que nos collègues modernistes pourront atteindre le problème capital de la concurrence entre le moulin mécanique et la machine à vapeur. Mais c’est assez parler, et je laisse parole et place à nos orateurs.

© Presses universitaires du Midi, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search