Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’ordre des campagnes : coutumes collectives dans l’Espagne agraire à l’époque moderne

p. 171-190


Texte intégral

1Les coutumes collectives doivent-elles être placées au cœur des études agraires concernant l’Espagne moderne ou considérées, au contraire, comme un phénomène marginal, d’intérêt au plus anecdotique ? Le débat divise amicalement les membres de la communauté scientifique dont les points de vue opposés rejoignent parfois d’une part ceux des premiers détracteurs de ces coutumes (les agronomes éclairés) et d’autre part ceux des politiciens « régénérationnistes » qui revendiquèrent un héritage vénérable de l’Ancien Régime agraire.

2Qui désire se forger une opinion à ce sujet dispose d’une information foisonnante, mais justement difficile à maîtriser. Celle qui a été ici prise en compte ne pouvait être exhaustive et cependant sa masse même en interdit une utilisation autre que partielle. En outre, son interprétation sera naturellement orientée par une expérience personnelle déterminée : le travail d’un spécialiste de l’ancien royaume de Murcie, certes excentrique dans la péninsule et qui à l’époque moderne perçoit les effets quelque peu assourdis du collectivisme agricole et pastoral castillan mais y ajoute le poids des contraintes hydrauliques ; l’enquête d’un historien doublé par la force des choses d’un anthropologue attentif aux rythmes de la vie quotidienne, aux thèmes de conversation et aux slogans des campagnes électorales qui réveillent des passions ancestrales à propos de la répartition des ressources naturelles comme le bois (Sierra de Segura, Val de Ricote) et surtout cette eau qu’Albacète voit rageusement couler vers Murcie et Alicante... Les pratiques collectives anciennes qui, mythifiées, animent le folklore, alimentent aussi le débat politique.

3Notre regard s’arrêtera successivement sur quatre centres d’intérêt. Il semble nécessaire d’apporter, d’entrée de jeu, quelques précisions quant à l’objectif et au cadre retenus afin de faciliter d’éventuelles comparaisons. Par la suite, seront passées en revue d’abord les pratiques agricoles, puis les coutumes pastorales et prédatrices exercées sur le sol hispanique entre les XVIe et XVIIIe siècles, ce qui permettra d’esquisser un jugement sur le degré d’effectivité de ce « collectivisme agraire » dans le temps et dans l’espace.

Quelques précisions préliminaires

Délimitation du champ d’analyse

4On n’envisagera ici que les coutumes collectives à l’exclusion des coutumes domestiques ou d’ordre purement privé comme les contrats agraires. De cette orientation découle l’accent mis sur le mode d’organisation de l’espace (plus exactement de l’espace-temps) autour des habitats où nous ne pénétrerons guère. Les activités agraires seront entendues dans un sens large (agriculture, élevage, cueillette...), mais seront laissées de côté les activités qui, bien que réalisées en milieu rural, ne s’appliquent pas directement au règne végétal ou animal. L’élaboration et l’échange des produits agraires eux-mêmes ne feront l’objet que de rapides allusions et notre attention se concentrera sur le processus de production détaché de ses aspects rituels et symboliques malgré leur grand intérêt.

5Par commodité, l’Espagne est considérée dans ses frontières actuelles. Mais on sait que les pratiques observées franchissent celles-ci, tant du côté portugais que du côté français : elles dépassent même les limites des comtés catalans annexés en 1659. De même, quoique l’analyse respecte le cadre conventionnel de l’époque moderne, les coutumes décrites ont une origine bien antérieure et la crise de l’Ancien Régime, faut-il le rappeler, ne se produit au sud des Pyrénées que vers le milieu du XIXe siècle : elle les ébranle d’ailleurs sans les éliminer.

6Une dernière remarque s’impose : la richesse du vocabulaire qui désigne ces pratiques dans les différents dialectes de la péninsule a depuis longtemps retenu l’attention des ethnographes, des juristes et des linguistes. Mais il faut prendre garde aux variations locales, aux glissements de sens et à la polysémie de termes aussi courants par exemple que ceux de común ou d’ejido en zone castillane.

Universalité des coutumes collectives. Essais d’interprétation

7Comme les dates mobiles ou fixes (et correspondant alors à des célébrations religieuses telles la Saint Jean, Notre-Dame d’août, la Saint Michel) rythment le calendrier agraire, l’espace péninsulaire est ponctué de signes en creux (sillons) ou en relief (bornes, croix, poteaux, gerbes) qui marquent le champ des usages collectifs. Ces repères ont disparu. Cependant l’omniprésence des anciennes pratiques communautaires et leur vigueur particulière dans certains secteurs ont suscité des comparaisons avec les institutions collectives d’autres paysanneries « périphériques » comme le mir russe et l’ayllu des Andes. De même que dans ces deux cas, toute tentative d’explication du « collectivisme agraire » doit prendre en compte deux particularités du milieu ibérique : un ensemble d’éléments physiques (l’extension des reliefs boisés et des plateaux steppiques, les rigueurs du climat et ici la rareté des ressources hydriques) et un phénomène historique majeur, la Reconquête, que certains médiévistes préfèrent nommer conquête.

8Or celle-ci s’effectue à partir de la frange montagneuse septentrionale et, dans un contexte pastoral et guerrier, perpétue entre les membres des groupes élémentaires de fortes relations d’origine gentilice. Le succès même des armes chrétiennes maintient durablement un faible degré d’occupation humaine de l’espace. Chaque communauté établie sur le sol conquis a donc à gérer et à défendre un énorme patrimoine collectif d’eaux, de terres et de bois. Lorsque enfin se densifie la population avec le progrès de l’agriculture, il devient impératif d’édicter des normes strictes pour assurer l’exercice harmonieux des différentes activités agraires. Similitudes environnementales ? Influences et recouvrements historiques ? Ces règles nous font regarder dans une autre direction. Elles rappellent en effet les pratiques islamiques : le mode de « vivification » des terres mortes, les organisations hydrauliques du Yémen et du Maghreb, les systèmes syriens de redistribution des terres de culture sèche... La terminologie en fait encore foi, surtout dans l’Espagne méditerranéenne.

Cadre et sujet des coutumes collectives : le concejo et le vecino

9« La coutume au village » ? Mais peut-on parler de villages pour l’Espagne ? Le terme n’a pas dans les langues péninsulaires d’équivalent exact d’étymologie latine (pueblo, poble, lugar, lloc) ou arabe (aldea, alquería). D’ailleurs on ne rencontre d’habitats ruraux réellement comparables aux villages du centre-nord européen qu’entre la chaîne cantabrique et le Tage. Force est donc de nous rabattre sur des termes relevant du vocabulaire politico-administratif : ceux de concejo, concelho (au nord-ouest) et universitat (dans la zone catalonophone). Généralement traduits par municipe, ils se rapportent à une réalité humaine plus forte que la commune nord-occidentale. Encore modeste au nord quant à ses dimensions (sauf en Galice, aux Asturies et dans plusieurs vallées pyrénéennes), le municipe atteint vers le Sud son maximum d’extension (jadis jusqu’à plus de 2 000 km) tout en conservant longtemps un habitat concentré en agrovilles. Et partout les métropoles sont pourvues d’un alfoz étendu qui les immerge dans le monde agraire. Il n’existe pas de véritable distinction entre municipe urbain et rural sauf peut-être en Catalogne où la réalité est plus nuancée.

10Le sujet des coutumes collectives, c’est l’« habitant » du concejo : le vecino (vein en catalan). La citoyenneté locale, la vecindad, s’obtient par droit de naissance ou par immigration (définitive ou temporaire), mais dans ce cas, le meilleur facteur d’intégration est évidemment le mariage. D’ailleurs le critère essentiel de la vecindad, c’est la disposition d’une maison où réside la famille : la casa abierta con mujer e hijos.

Les ordonnances municipales, principales sources documentaires

11Pour prendre connaissance des coutumes collectives, il est toujours utile de consulter les « écritures de fondation » des différents municipes : « fors » (fueros, furs, usatges) et chartes du peuplement, ainsi que les documents qui les complètent (privilèges royaux et seigneuriaux, sentences judiciaires, transactions, accords intercommunautaires...) ; utile de se référer à la législation royale et aux réglementations édictées par les instances provinciales (Juntes de Galice, des Asturies, d’Alava...), parfois réunies et publiées sous le titre d’ordenanzas ; et, pour mieux en tirer parti, de consulter les travaux des historiens médiévistes et des juristes.

12Mais notre matière première essentielle, ce sont les ordonnances locales (seigneuriales, plus souvent municipales et parfois intercommunautaires) : ordenanzas de Castille et de Navarre, ordinaciones et estatutos d’Aragon qui fixent par écrit des coutumes ancestrales, compilent des décisions prises au jour le jour ou adoptées en bloc, soit sur un thème concret, soit sur les différents aspects de la vie communautaire, formant ainsi de véritables codes agraires. Mutatis mutandi leur élaboration s’apparente au processus de rédaction des coutumes dans la France d’oïl. La simple lecture de ces textes révèle l’orientation majeure des économies locales : agricole, pastorale, mixte, forestière, voire maritime. Et la date de leur publication n’est nullement innocente : il s’agit en général, grâce à elles, de réaffirmer un ordre ancien lors d’un changement de conjoncture (qui, soit dit au passage, correspond souvent à un changement de siècle : 1500, 1600, 1700) tout en procédant aux adaptations indispensables.

13Dans la seconde moitié de l’époque moderne, les ordonnances des principaux municipes sont imprimées dès leur composition. La plupart ont été reproduites dans les vingt dernières années en même temps que parvenait à l’édition une multitude d’ordonnances, soit plus anciennes, soit issues de communautés plus modestes. Mais la grande majorité reste inédite.

14En Galice et aux Asturies ce type de texte paraît moins fréquent. Il devient rare en pays catalan (Catalogne, Baléares, Valence) : plutôt qu’à la pression seigneuriale, cet effacement relatif doit sans doute être attribué à un contexte culturel différent. À défaut d’ordinacions, on s’en remet aux registres de délibérations municipales et aux autres sources documentaires.

15Pour le sujet qui nous occupe, les ouvrages des régénérationnistes de la fin du XIXe siècle et ceux des spécialistes de droit coutumier, comme Joaquín Costa et Rafael Altamira, constituent aussi un apport précieux, complété par de nombreuses monographies, œuvres d’érudits locaux. Enfin nous disposons actuellement des études d’une pléiade d’anthropologues, disciples de J. Caro Baroja et de C. Lisón Tolosana, entre autres, et de géographes (J. Jarcia Fernandez, A. Cabo Alonso...) parmi lesquels figurent des chercheurs étrangers fascinés par le thème. Peut-être faut-il cependant regretter que leurs travaux privilégient la moitié nord de la péninsule ?

16Longtemps hésitants, parce que mus par d’autres préoccupations, les historiens modernistes et économistes se sont également mis à la tâche. La vogue de l’écologie influe aussi. En témoignent nombre de recherches sur l’eau (versant méditerranéen, Canaries) et sur les montes públicos (Galice, Rioja, Valence, Alméria, Cadix). Malgré des initiatives déjà anciennes ou celles-ci, toute récentes, l’espace de référence des historiens du « collectivisme » – quelque peu décalé, notons-le, vers le Sud par rapport à celui des géo-anthropologues – reste cependant la Castille intérieure : de l’ouvrage classique de J. Klein aux travaux, exemplaires, de D.E. Vassberg.

Pratiques agricoles collectives

Les droits fonciers

17Compte tenu des modifications qu’imposent le relief et l’hydrologie, les terroirs s’organisent schématiquement, à partir du noyau du peuplement, en cercles concentriques d’exploitation intensive (et donc d’appropriation individuelle) décroissante et, au contraire, d’emprise collective croissante.

18Pour l’Ancien Régime, il convient d’utiliser avec prudence le terme de propriété étant donné la complexité, l’enchevêtrement et la superposition des droits fonciers. Il existe cependant des secteurs où le « détenteur » d’une terre dispose sur elle d’un mode de jouissance qui s’apparente à notre propriété : l’origine de ce droit peut se perdre dans le temps mais se situe souvent dans un acte de donation royale (repartimiento), seigneuriale (charte de peuplement) ou municipale (concession de défrichement). Il s’agit parfois de la quasi-propriété que confère au censitaire l’emphytéose. Les secteurs concernés, en général consacrés aux cultures intensives, entourent ou jouxtent le site d’habitat (ruedo andalou, huerta levantine). Les parcelles sont même situées à proximité de la maison du cultivateur et parfois protégées par des clôtures.

19Le cas de figure opposé est celui où l’ensemble, ou bien une grande partie, des terres de culture ne fait pas l’objet de droits individuels consolidés mais de formules de redistribution à périodicité variable : courte (un à six ans), viagère ou correspondant à la durée d’une plantation (vigne par exemple).

20Le saltus peut être mis en culture soit par un processus sectoriel et collectif (aboutissant en Galice à la constitution de deux terroirs : le manso et le bravo), soit selon des initiatives individuelles de défrichement aux dénominations diverses (celle de presura est la plus connue), progressivement assujetties au contrôle des autorités locales. Dans le premier cas, l’appropriation des lots est temporaire. Dans le second, elle peut être limitée dans le temps ou se prolonger tant que le défricheur manifeste par des signes non équivoques qu’il entend poursuivre la culture.

21De nombreuses ordonnances réservent aux seuls vecinos non seulement les distributions de terres et l’exercice de la presura, mais encore l’acquisition, onéreuse ou non, de biens fonciers et même les tenures en emphytéose, en fermage et en métayage.

La culture

22Si les droits fonciers individuels apparaissent peu affirmés, la liberté du cultivateur s’exerce largement, réserve faite des obligations imposées par les chartes seigneuriales et les baux. La pratique de l’assolement ne semble concerner que les bassins septentrionaux du Douro et de l’Èbre supérieur. Et encore les témoignages à ce sujet sont-ils tardifs (XVe siècle), ponctuels et ne se réfèrent-ils pas forcément à l’ensemble du finage. Les systèmes de rotation, rarement triennale-intensive, au mieux biennale (año y vez), documentés avec fréquence à l’intérieur des exploitations, répondent à des exigences plutôt agronomiques que pastorales, sauf dans les cas nettement circonscrits de défens cultivés (dehesas de pasto y labor), divisés en deux soles.

23Toutefois les nécessités partiellement opposées de l’agriculture et de l’élevage inspirent diverses dispositions. De même que les clôtures protègent les cultures maraîchères, les vignes se regroupent en général en un quartier à des fins de surveillance. À l’inverse, pour assurer la subsistance du bétail, sont édictées des règles de fréquence maximale de culture : il est le plus souvent interdit de semer deux années de suite la même parcelle sauf exceptions (les terres dites précisément cadañeras, les enclos bien sûr et les rizas de réensemencement spontané). Mais sur la majeure partie du sol arable, tout au moins jusqu’au XVIIIe siècle, la culture est loin d’atteindre ce degré d’intensivité.

24Plus que la nature des plantes, les entraves à la libre initiative du cultivateur concernent donc le temps de culture : limitation de fréquence et imposition d’un calendrier de travaux (bans municipaux de vendanges et autorisations de mise à feu des chaumes).

L’hydroagriculture

25Même dans l’Espagne atlantique, la richesse des prairies et le développement de certains cultigènes comme le maïs réclament l’aménagement d’infrastructures hydrauliques. À plus forte raison retrouve-t-on ces derniers dans l’Espagne méditerranéenne et particulièrement dans le quart sud-est semi-aride : les autorités locales y surveillent l’édification du moindre ouvrage, dérivation, puits, citerne... C’est qu’au-delà de ses finalités agricoles, l’eau rare doit pourvoir à de multiples usages concurrents comme alimentation humaine et animale, force motrice et agent chimique. En outre, à partir d’un certain degré de complexité, l’installation, l’utilisation et l’entretien d’un système hydraulique supposent la coopération et réclament donc une réglementation. Même là où les droits d’arrosage sont de propriété particulière (Alicante, Elche), ce sont les autorités locales qui gèrent les principaux périmètres irrigués ; les ordonnances municipales en font foi, de Léon (1669) à Saragosse (1723) et à Xàtiva (1750).

26Cependant le fonctionnement de nombreux systèmes dépasse le cadre local et exige des accords intercommunautaires comme dans la Plana de Castellόn ou dans le Marquisat del Cenete (versant nord de la Sierra Nevada), sautant parfois les limites des « royaumes » comme sur le Queiles (Aragon-Navare) ou le Vinalopό (Castille-Valence). Mais inversement, qu’elles s’intègrent au regadío municipal (Huesca) ou occupent par rapport à celui-ci une situation marginale (haut Ségura), les cellules élémentaires d’irrigation (términos aragonais ou heredamientos murciens) tendent à s’organiser sur la base de leurs propres ordonnances et revendiquent leur autonomie.

27Plus que l’élevage, c’est la répartition des ressources hydriques qui impose des contraintes culturales. Des cultures trop exigeantes en eau peuvent être limitées ou temporairement interdites, d’autres prohibées pour des raisons sanitaires comme le riz à Molina (Murcie) en 1720. Mais surtout le gradient d’irrigation plus sensible dans les grandes huertas y impose de lui-même une rigide zonation d’amont en aval : cultures maraîchères et textiles, puis cultures arbustives et arborées, enfin céréaliculture de périodicité décroissante (Lorca).

Pastoralisme et pratiques prédatrices

28Pratiques agricoles collectives d’une part, pratiques pastorales et prédatrices de l’autre, interfèrent. Malgré l’importance du travail manuel dans les jardins et sur les plantations, la grande culture et les échanges de produits réclament la disposition de bêtes de labour et de transport. Or jusqu’à la mécanisation, les mulets ne remplacent que très lentement les bovins. Sur les mêmes espaces se succèdent donc les cultures et les troupeaux de gros et de petit bétail qui trouvent pourtant l’essentiel de leur nourriture dans le saltus. Mais les économies paysannes tirent aussi de l’inculte des compléments de ressources. Il faut là encore imposer des règles aux activités concurrentes.

Les pratiques pastorales

29Il est inutile de revenir sur un lieu commun : l’importance de l’élevage dans l’Espagne médiévale et moderne. Ne revenons pas sur un autre : celle de la transhumance et de son cadre institutionnel castillan, la Mesta. Mais il convient de signaler certains efforts récents de rééquilibrage historique visant à intégrer dans le panorama national les migrations animales des versants cantabrique et méditerranéen, à réévaluer les flux de transhumance courte et la part de l’élevage sédentaire et à concéder plus d’attention aux caprins, aux porcins, aux bovins et aux équidés.

30L’aire laissée à la dépaissance de ces différentes espèces comprend théoriquement tout l’espace non cultivé et non clos. La vaine pâture domine : hors du cycle cultural, les terres céréalières – chaumes, friches et jachères – font retour à l’exploitation collective et s’ouvrent donc aux troupeaux. Le sort des vignes est identique, des vendanges à la naissance du fruit, ainsi que celui des prés après la fenaison, quoique avec quelques restrictions dans les deux cas. Le cultivateur ne garde la jouissance de ses chaumes que jusqu’à une certaine date, l’Assomption le plus souvent. La partie du finage non cultivée rejoint ainsi le saltus : prairies naturelles et zones humides recherchées par les bovins, bois de chênes pour les porcs, steppe, taillis, forêt.

31Cependant sur cet espace s’exercent des droits superposés qui se manifestent par différentes fiscalités et par la délimitation de défens. Le roi comme tel, fixe le cadre juridique des activités pastorales (par sa législation et la jurisprudence de ses tribunaux) et comme administrateur des Ordres militaires, il dispose des revenus de leurs herbages. Le seigneur peut avoir conservé toutes les herbes de sa juridiction, en partager les revenus avec le municipe ou encore ne garder en propriété qu’un ou plusieurs défens. Pour l’alimentation de son budget le municipe compte également sur la location des dehesas de propios. Quant à la communauté des habitants, elle dispose en général de corrales et d’ejidos (enclos et aires de dépaissance et de repos à proximité de l’agglomération), d’un pâturage pour ses bêtes de labour (dehesa boyal), d’un autre pour les bêtes de boucherie (dehesa carnicera) et parfois d’une dehesa comunal réservée à ses troupeaux à certaines époques de l’année. Mais au lieu d’appartenir à toute la communauté, ces défens peuvent relever de l’un des hameaux du municipe. Enfin, des particuliers ont pu également acquérir des dehesas ou au moins des parts dans le revenu des pâturages (porcioneros d’Extrémadure). Précisons que la titularité d’un tel droit n’est pas liée à la propriété du sol : c’est même plutôt l’exception hors des régions favorisées par la richesse de leur végétation naturelle (Salamanque, Extrémadure, Andalousie).

32Plus encore que l’hydroagriculture, le pastoralisme dépasse le cadre local. La portée des accords intermunicipaux va de la simple compascuité diurne à la totale communauté de territoire entre deux ou plusieurs municipes. On peut cependant distinguer quelques grandes catégories d’institutions communautaires pastorales, généralement étendues à d’autres pratiques, parfois agricoles, mais plus souvent forestières.

33Les communautés de vallées se retrouvent tout au long de l’axe septentrional, des montagnes asturo-léonaises aux Pyrénées catalanes. L’une d’elles n’a-t-elle pas engendré un État, l’Andorre ? Mais les accords entre elles vont jusqu’à gommer les frontières politiques (les lies et passeries). Là où le relief y invite, il existe des versions plus méridionales de ce type.

34Entre Douro et Tage prennent place de très nombreuses communautés de Villa y Tierra (ou Universidades), comme celle de Soria qui regroupe 150 villages et dont on peut rapprocher les Comunidades pastorales du Bas Aragon (Calatayud, Daroca, Teruel et Albarracín).

35Mais dans toute la péninsule, les accords prolifèrent : qu’il s’agisse par exemple de la jouissance indivise d’une montagne ou d’un plateau steppique, telles les Bardenas Reales où accèdent les 22 entités navarraises congozantes, c’est-à-dire coparticipantes (19 municipes, deux vallées et un monastère), ou de compascuité qu’établissent les Mancomunidades de la Manche comme celle du Marquisat de Villena ou celle, plus durable, du Campo de Montiel.

36Au niveau supérieur se situent les grandes institutions pastorales : la Mesta castillane dont les empiétements ont peut-être engendré les mestas locales des provinces médidionales (Andalousie, Murcie) ; la Cabaña Réal de Carreteros dont l’importance croît au XVIIIe siècle avec le développement des transports terrestres ; et en Aragon, d’une part la Casa de Ganaderos de Saragosse et d’autre part la Junta de Ganaderos de la Montagne qui mériteraient des études approfondies.

37Tout en respectant la réglementation supérieure, les ordonnances locales fixent les modalités selon lesquelles les activités pastorales s’exercent à l’intérieur des cellules élémentaires (municipe, vallée). Les mouvements du bétail respectent un calendrier déterminé. Dans le cas le plus simple se forme un troupeau communal (ou des troupeaux distincts selon les espèces animales : bergerie, porcherie, vacherie... et même selon leurs catégories pour les ovins : brebis pleines, moutons...). Le troupeau est confié soit à un personnel rémunéré par chacun au prorata du nombre de bêtes, soit à l’un des éleveurs à tour de rôle, une pratique très répandue dans les hautes terres du Léon jusqu’à une date récente, mais documentée dans presque tout le pays. Lorsque les troupeaux comptent des effectifs importants, ils restent sous la responsabilité des éleveurs et de leur personnel. Le recensement des têtes de bétail se réalise annuellement et en fonction des résultats les secteurs d’estives et d’hivernage sont répartis par négociation ou tirage au sort. Les pâturages restés libres sont attribués, le plus souvent en location, aux transhumants pour des délais précis.

38Les ordonnances comportent aussi des règles spéciales concernant la disposition des glands et des faines et d’autres, particulièrement restrictives, pour la dépaissance des chèvres. Et, à côté de l’élevage, elles accordent une place variable à l’apiculture. La profusion des normes édictées à ce sujet est parfois telle que les ordenanzas de colmeneros font l’objet de publications séparées. Mais au début de l’époque moderne, la récolte du miel et de la cire fait encore largement partie des activités prédatrices.

Les pratiques prédatrices

39Comme le montre l’apiculture (s’agit-il d’une élève des abeilles ou de la « castration » de ruches naturelles ?) les pratiques prédatrices se distinguent malaisément des activités agro-pastorales. Elles se combinent, mais peuvent aussi se porter préjudice les unes aux autres. Aussi, là encore, une réglementation est-elle nécessaire.

40Les ordonnances autorisent dans certaines limites le glanage des épis (espigueo) et celui de fruits comme les raisins et les olives (rebusca), ainsi que la collecte de plantes et d’animaux parasites des cultures : asperges sauvages, garance, escargots... Mais si elles répriment les vols de récoltes et les dégâts causés par les animaux, plus qu’aux terres cultivées, elles s’intéressent à l’inculte et aux activités qui s’y exercent de façon exclusive ou partielle.

41On ne pourra que faire une brève allusion à la chasse et à la pêche. La chasse, en ses différentes modalités, constitue un sport à la fois noble et populaire, complémentaire de l’apprentissage militaire. Elle correspond aussi à un réflexe de défense contre la faune sauvage : ours, loups, sangliers, renards, lynx... Mais c’est aussi l’activité principale d’une fraction de la population : avec le porc et les animaux de basse-cour, le gibier constitue quasiment la seule source de protéines animales pour l’alimentation populaire. L’exercice cynégétique est d’ailleurs assez libéralement réglementé, sous réserve de certaines interdictions concernant des espèces en voie de disparition (oiseaux de volerie notamment), d’un calendrier protecteur des autres espèces et des secteurs de chasse gardée.

42Quant à la pêche en rivière, elle apparaît peu dans les ordonnances consultées, moins en tout cas que la pêche en lagune ou dans la mer. Pour la pêche côtière, sites, dates, formations de compagnies, modalités de commercialisation des prises... font l’objet de réglementation. Les autorités locales organisent aussi minutieusement l’exploitation des côtes et de la plate-forme continentale que celle du territoire municipal.

43De très nombreuses dispositions concernent l’utilisation de la végétation naturelle à d’autres fins que la dépaissance. L’inculte fournit en effet des compléments alimentaires appréciables : une multitude de plantes (cardons, carnillets, champignons, truffes et autres tubercules), de baies et de fruits (fraises, mûres, airelles, prunelles, cerises) ; bien sûr la châtaigne, fondamentale pour assurer la subsistance dans l’Espagne atlantique au moment de la soudure et, dans une moindre mesure, le palmier nain sur le versant méditerranéen. Viendront s’y joindre à l’époque moderne les figues dites de Barbarie. Les concessions de terres municipales et les contrats de location de pâturage en sauvegardent la liberté de cueillette. Ajoutons à cette liste les plantes aromatiques et médicinales, à peine mentionnées pour leur abondance.

44Comme matières premières pour l’artisanat, le saltus offre la soude, les fibres naturelles (alfa et osier), les colorants (le vermillon, parasite du chêne-vert) et les multiples produits tirés des différentes espèces d’arbres : le liège, la cendre pour la lessive et la teinture, le tanin et enfin la poix.

45En outre, les produits du monte sont indispensables à l’exercice des activités agricoles et pastorales. Le bois sert à la confection des outils, à l’édification d’abris provisoires pour les bergers et d’enclos pour le bétail. Avec les roseaux on construit des palissades pour protéger les jardins, des étagères pour les vers à soie dans les magnaneries, on couvre les toits. Joncs, branches et feuilles donnent la litière des bêtes ainsi qu’un fourrage d’appoint pour elles. Leur étalement dans les corrales et dans les rues des agglomérations permet de recueillir fumier et ordures dont on engraisse les champs. Mais c’est plus encore le bois de construction et de chauffage que l’on demande au monte.

46Bien avant que ne se manifestent les velléités de reforestation officielles du début du XVIe siècle, puis la « naissance d’une conscience écologique » avec le XVIIIe et l’intérêt croissant de la Monarchie des Lumières pour les besoins de sa Marine, l’arbre faisait l’objet d’une attention constante de la part des autorités locales. Alors qu’un individu peut effectuer une plantation dans le sol communal sans que l’opération n’entraîne en sa faveur une appropriation privée du fonds concerné, l’auteur d’un défrichement ne dispose pas à son gré des arbres situés dans sa concession : il doit conserver un certain nombre d’entre eux qui restent de propriété collective.

47Les ordonnances prévoient, mais limitent, l’utilisation des branches à des fins agricoles ou pastorales. La coupe n’est consentie aux vecinos, en général moyennant une autorisation formelle, que pour la construction ou la réparation de leurs propres maisons ou la confection d’engins lourds comme les charrettes à leur usage personnel. Bien plus complexes sont les dispositions qui réglementent l’exploitation forestière à des fins commerciales. Des travaux récents s’y sont attachés dans deux secteurs : les Pyrénées navarraises (Sangvësa), desservies par flottage sur l’Erca, l’Aragon et l’Èbre, et les Prébétiques (Sierras de Segura et d’Alcaraz) d’où descendent des billes, d’une part sur le Guadalquivir vers Cordoue et Séville et d’autre part sur le Mundo et le Ségura vers Murcie, Orihuela et l’arsenal de Carthagène.

Le feu

48Parce qu’il se situe au cœur de ces pratiques prédatrices, parce qu’il se met au service des coutumes collectives agricoles et pastorales, parce qu’autant que l’eau il anime l’artisanat, mais aussi parce que sa maîtrise est particulièrement délicate en milieu méditerranéen et qu’il constitue un danger pour toutes ces activités, mention doit être faite du feu. Les épisodes catastrophiques de la dernière décennie y invitent également. L’histoire d’Espagne ne relate guère de grands incendies urbains, autres que comme conséquences de guerres étrangères ou civiles. Ce qui brûle, ce sont plutôt les petites constructions rurales isolées : barracas des huertas, abris des bergers... Mais le feu menace la campagne.

49Le ramassage du bois de chauffage alimente les foyers domestiques, les fours à pain et de multiples artisanats urbains et villageois. Nettoyant le sous-bois, il diminue le risque d’incendie. Cependant de nombreux foyers sont allumés dans le monte même pour l’obtention de la poix, du plâtre, de la cendre et, plus encore, pour le charbonnage.

50Comme les algues sur la côte et les ordures autour des villes, les cendres servent d’engrais. Mais en outre l’agriculture fait un large usage des techniques du feu. Les défrichements débutent en général par l’incendie de la végétation naturelle qui facilite le travail de l’essarteur et enrichit le sol. Par la suite, à une date donnée de l’automne, les cultivateurs reçoivent l’autorisation de brûler leurs chaumes. Il est toujours à craindre dans les deux cas que les flammes ne dépassent les limites prévues. Les défricheurs sont accusés de manquer volontairement de prudence pour élargir leurs concessions aux dépens des terres communales, pour se débarrasser des grands arbres qui gênent la culture et pour commercialiser le bois endommagé par le feu.

51Mais à la lecture des ordonnances, ce sont bien les bergers les premiers suspects de menacer ainsi Yager et le saltus. Pour s’alimenter et se chauffer n’allument-ils pas des feux en plein air ? À certaines saisons les feux sont interdits hors des maisons, de même que le transport de braises. Le reste de l’année on enjoint aux bergers d’aménager des foyers : de creuser des trous pour contenir la braise ou bien d’utiliser des brasiers métalliques et d’éliminer les broussailles alentour. Mais on les soupçonne, surtout s’ils sont transhumants, d’incendier intentionnellement la végétation à leur départ pour s’assurer l’année suivante de plus riches pâturages.

Effectivité des coutumes collectives

Solidarité et conflictualité

52De maintes autres coutumes on ne pourra guère faire mention ou à peine : notamment des travaux collectifs concernant l’entretien des chemins et canaux et des normes qui s’y rapportent. Des formes d’assistances disons cependant quelques mots : pratiques non institutionnelles mais recueillies par les coutumiers et les enquêtes anthropologiques, l’entraide, par exemple en cas de malheur familial (deuil, perte de récolte et de bétail) ; ou pratiques institutionnalisées comme le fonctionnement de cet extraordinaire réseau de greniers municipaux (pόsitos, alhόndigas...), caractéristique du monde hispanique, et qui se généralise sous Philippe II, particulièrement dans les régions d’accès difficile par mer.

53Tant au village que sur les fronts pionniers, l’assistance mutuelle caractérise les relations de voisinage. Mais aussi la violence. Pour peu que le relief, la sociologie et l’organisation ecclésiastique individualisent des quartiers et des paroisses et que des familles oligarchiques prennent la tête de bandos, les luttes éclatent. Cependant l’unanimité se ressoude face au danger extérieur : insécurité des routes, péril intermittent aux frontières de France et de Portugal mais quasi-permanent sur le littoral... De même les catastrophes agraires mobilisent militairement la population : les invasions de criquets, la rupture de barrage de dérivation...

54L’exercice des pratiques collectives, par leur nature même, est une source perpétuelle de conflits. La distribution de l’eau d’arrosage, des secteurs de pâturage, de coupes du bois et des lots de défrichement déclenche périodiquement des affrontements à l’intérieur des municipes. Quand le litige oppose des communautés voisines, le risque de violences collectives augmente : des bagarres entre jeunes d’aldeas limitrophes à propos de la mise en culture du monte (Galice) aux expéditions armées pour venger la transgression des règles de répartition de l’eau imputée aux irriguants d’amont (Murcie). Et la conflictualité pastorale a fait l’objet de monographies pour les grandes zones d’hivernage (Manche, Extrémadure).

55Afin de permettre l’exercice des pratiques collectives et de résoudre les conflits qu’elles suscitent, les autorités locales, régionales et centrales disposent de personnels et d’institutions ad hoc. Les vecinos eux-mêmes sont invités à la vigilance et à la délation, mais une pléiade de préposés communaux ou seigneuriaux président aux opérations et se chargent de réprimer les fraudes : aiguardiers, messiers, gardes ruraux aux désignations multiples, gardes forestiers (caballeros de sierra)... Les litiges sont soit soumis à un juge spécialisé (alcalde de aguas, alcalde de la mes ta...), soit déférés aux autorités locales en leur qualité de justicias. Les appels sont adressés aux tribunaux supérieurs (Chancelleries, Audiences) ou aux conseils royaux et même la Mesta qui bénéficie d’un système juridictionnel particulier y est soumise. Les juridictions hydrauliques jouissent parfois d’une plus grande autonomie, ainsi les sentences émises par l’ alcalde de aguas de Baza et le Juzgado privilegiado de Grenade sont-elles applicables sans possibilité de recours. Mais à tous points de vue (désignation des juges, rapidité de la procédure, absence d’appel et exécution immédiate des sentences), le Tribunal des Eaux de Valence constitue une exception.

Dérive chronologique, dérive géographique

56En dépit de l’existence d’un appareil de contrôle et de répression, les coutumes agraires collectives subissent une lente dégradation, ce qui n’a pas empêché certaines de résister jusqu’à nos jours. Cette régression est due à de multiples facteurs. Par des méthodes extensives (l’élargissement des surfaces cultivées) ou intensives (accélération des fréquences de culture, développement de l’irrigation et des plantations), la part de l’agriculture dans l’ensemble des activités agraires a constamment augmenté. En relation avec ce phénomène se sont produites une avancée et une consolidation de la propriété privée (mais aussi publique, celle de l’État et surtout celle des municipes) au détriment des communaux et de leurs droits d’usage collectif. Malgré des hésitations, l’administration et la jurisprudence ont favorisé cet individualisme agraire municipal et privé : reconnaissance des usurpations foncières (onéreuse avec les ventes de baldíos), de la soustraction de terres cultivées à la vaine pâture (cerramientos), attaques aux institutions pastorales, le tout conformément à l’esprit des Lumières farouchement opposé aux pratiques collectives. D’ailleurs, ce qu’il en reste, l’État le place sous sa propre autorité : le corrégidor devient juge des eaux, l’Intendant de Marine contrôle l’exploitation forestière...

57Malgré ce processus de détérioration générale de la fin du XVe siècle au début du XIXe, de forts contrastes sectoriels se maintiennent en ce qui concerne l’objet et la prégnance des coutumes agraires collectives. Quant à leur portée, il est certain que, dans le nord et le nord-ouest de la péninsule, ces pratiques affectent fortement à la fois les activités agricoles de secano (qu’il s’agisse des répartitions périodiques de terres de culture en Galice et dans le Léon ou des assolements castillans), le pastoralisme et l’exploitation des forêts (dans l’axe montagneux septentrional). Les contraintes pastorales se maintiennent, quoique de signe opposé, au centre de la péninsule : au centre-nord dans les communautés de Villa y Tierra et leurs homologues aragonaises ; au centre-sud dans les dehesas extrémègnes et manchoises. À mesure que l’on s’approche de la Méditerranée, les ordonnances de monte s’appliquent à un milieu plus steppique que forestier et les coutumes collectives concernent plutôt l’usage de l’eau. En schématisant à peine, on pourrait opposer, à propos du champ des usages communautaires, un nord-ouest des emblavures de l’arbre et des estives et un sud-est de l’eau, de la steppe et des pâturages d’hiver.

58Les différences de portée de ces pratiques expliquent leur degré inégal de prégnance selon les régions. L’espace péninsulaire est pour ainsi dire aimanté. Le pôle des coutumes collectives, c’est l’équerre nord-ouest : la frange septentrionale du territoire complétée sur son revers occidental par la Galice et le Léon. Où trouver des communautés pastorales aussi fortement structurées que dans les vallées pyrénéennes et cantabriques ? des pratiques de redistribution des terres aussi radicales que dans les Tierras d’Aliste et de Sayago (Zamora) ? une gamme aussi large de coutumes collectives que dans la montagne galicienne et aux Asturies ? L’équerre symétrique constitue le pôle négatif : de la Catalogne centrale à l’Andalousie bétique. Les ressources forestières y sont moins abondantes ; l’élevage y compte moins dans l’ensemble des activités agro-pastorales et la Reconquête plus tardive n’y a apporté qu’un écho affaibli des coutumes du nord. Les contraintes collectives se renforcent seulement dans la zone aride, pour la répartition d’une eau rare.

59Les conditions naturelles et le type d’économie agraire dont elles favorisent le développement ne sont pas seuls en cause dans cette zonation, mais aussi les structures foncières. Or si le caserío basque et la dehesa salmantine forment des îlots dans la zone de haute pression communautaire, la bande des basses pressions relie la Catalogne des mas à l’Andalousie des latifundios dont les propriétaires rejettent les pratiques collectives, de droit ou de fait, hors des limites de leurs domaines. Entre deux, dans l’Espagne des huertas s’est également fortifiée la propriété privée en fonction de l’intensification culturale et des investissements que celle-ci exige. À la fin de l’Ancien Régime, les grands regadíos se sont à leur tour pratiquement libérés des servitudes pastorales.

60En attendant un complément d’information, le dilemme introductif serait-il en voie de résolution ? La réponse ne saurait être univoque : l’intensité des pratiques collectives varie selon le milieu. Il est certain qu’elles comptent moins dans l’organisation de la vie agraire à l’intérieur des zones anciennement et densément colonisées, comme la meseta et le centre des bassins fluviaux (Vielle-Castille, Andalousie bétique), que sur la périphérie atlantique, dans les pénéplaines occidentales et les massifs intérieurs. Dans la Galice continentale, en Cantabrie et dans le Rioja où vers 1800 le monte occupe encore 50 à 80 % de l’espace, mais aussi sur les chaînes et les plateaux de l’Espagne aride du sud-est, des ultimes crises du XVIIIe siècle à l’après-guerre civile, la cueillette de produits naturels variés a fourni aux économies des ménages ruraux un volant de sécurité. Les témoignages concordent à ce sujet. Et s’il en fallait un a contrario, ce serait la violence des protestations populaires contre la législation libérale « anti-collectiviste » qui nourrit le carlisme, le banditisme puis l’anarchisme.

61Si les usages collectifs freinent la croissance de la production agricole, selon la thèse des agronomes éclairés reprise par les libéraux, précisons que leur réglementation semble avoir assuré une certaine protection de la végétation naturelle, victime par la suite des désamortissements et de la révolution industrielle comme l’atteste le degré de déforestation atteint au début du XXe siècle. Mais on ne saurait rester non plus sur une image trop positive des coutumes collectives, aisément mythifiées. Elles ne sont pas également favorables à tous. La redistribution des terres ne gomme pas plus les différences sociales dans la Terre de Sayago que la répartition des pâturages dans le Val de Baztán. Elles les accentuent au contraire. D’ailleurs, les grandes communautés pastorales de Castille et d’Aragon servent principalement les intérêts de qui domine le chef-lieu (Soria par exemple) ou les municipes les plus prospères (Albacète dans le Marquisat de Villena, Infantes dans le Común de Montiel). Il en est de même dans les grands regadίos qui loin de constituer des sociétés démocratiques sont en fait gérés par les oligarchies laïques et ecclésiastiques du municipe leader : Huesca, Lérida, Manresa, Valence, Alzira, Grenade...

62Cependant si les coutumes collectives résistent au temps, c’est justement parce que tout en avantageant les puissants elles garantissent aux petits un minimum de ressources. Ni les détenteurs du pouvoir, ni la majorité des petits bénéficiaires n’en désirent la disparition... jusqu’à une époque récente où la décongestion des campagnes, le recul des activités agraires et l’élévation des niveaux de vie ôtent à la plupart d’entre elles leur intérêt. Mais certaines se maintiennent avec force. Il ne s’agit pas seulement des communautés hydrauliques des petites huertas (les grandes disparaissant sous une urbanisation galopante). Parmi les nombreuses institutions intermunicipales léguées par l’Ancien Régime ou reconstituées depuis lors dans la région de Nouvelle-Castille-Manche, on trouve des mancomunidades de la taille de celle de Molina de Aragon (Guadalajara), forestière et composée de 72 agglomérations ou celle de Cuenca, à vocation pastorale et qui en réunit encore 108.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Orientation bibliographique

A l’exception (aujourd’hui en voie de correction) de la Catalogne et des Baléares, toutes les grandes recherches d’histoire agraire mentionnent les pratiques collectives. Cette liste ne peut les inclure. Elle présente quelques textes classiques et donne certaines références en français et en anglais, mais privilégie les études spécifiques et notamment les enquêtes collectives les plus récemment publiées dans la péninsule.

Arguedas, José Marίa. Las comunidades de España y Perú, 2e éd., Madrid, Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1987.

Assier-Andrieu, Louis. Coutume et rapports sociaux. Étude anthropologique des communautés du Capcir, Paris, CNRS, 1981.

Barciela López, Carlos ; Melgarejo Moreno, Joaquín (éd.), El agua en la historia de Espana, Universidad de Alicante, 2000.

Behar, Ruth. Santa Marίa del Monte. The presence of the past in a Spanish village, Princeton University Press, 1985.

Bernardo Ares, José Manuel de. El poder municipal y la organización político de la sociedad, Universidad de Cordoba, 1998.

Busqueta, Joan J. ; Vicedo, Enric (éd.), Béns comunals als Països Catalans i a l’Europa contemporània, Lérida, Institut d’Estudis Ilerdencs, 1996.

Cabo Alonso, Angel. « El colectivismo agrario en Tierra de Sayago », Estudios Geográficos, 65, 1956, p. 593-658.

La chasse au Moyen Âge, Faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, Les Belles Lettres, 1980.

Congreso de Historia Rural. Siglos XV al XIX, Madrid, Universidad Complutense et Casa de Velázquez, 1994.

Costa, Joaquín. Colectivismo agrario en España (1898), rééd. Saragosse, Guara, 1983 (introduction de Carlos Serrano).

Costa, Joaquín. Derecho consuetudinario y economía popular en España (1902), rééd. ibidem, 1981.

Diarte Lorente, Pascual. La comunidad de Daroca. Plenitud y crisis (1500-1837), Daroca, Centro de Estudios Darocenses et Instituto Fernando el Católico, 1993.

Díez Sánchez, Enrique. La tierra de Soria. Un universo campesino en la Castilla oriental del siglo XVI, Madrid, Siglo XXI, 1995.

Estatuto y ordinaciones de las huertas y montes de la Ciudad de Zaragoza (1723), texte communiqué par Gregorio Colas Latorre.

Fernández Gómez, Marcos. Alcalá de los Gazules en las ordenanzas del Marqués de Tarifa, Universidad de Cadiz, 1997.

García de Cortázar, José Angel et al. Organización social del espacio en la España medieval, Barcelone, Ariel, 1985.

García Fernández, Jesús. « Champs ouverts et champs clôturés en Vieille Castille », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 20, n. 4, 1965, p. 692-718.

García Fernández, Jesús. Organización social del espacio y economía rural en la España atlántica, Madrid, Siglo XXI, 1975.

Imízcoz Beunza, José María. « Tierra y sociedad en la montaña de Navarra : los comunes y los usos comunitarios del Antiguo al Nuevo Régimen. Siglos XVIII-XIX », Principe de Viana, anejo 16, 1992, p. 175-189.

Informe : La propiedad colectiva en la España moderna, Historia Moderna, 16, Salamanque, 1997.

10.4159/harvard.9780674337206 :

Klein, Julius. The Mesta. A Study in Spanish Economic History, 1273-1836, (1920), 3e éd. esp., La Mesta, Madrid, Alianza, 1981, (introduction de Angel García Sanz).

10.3406/hsr.1994.884 :

Lemeunier, Guy. « Les ordonnances locales, source d’histoire rurale dans la couronne de Castille. Une huerta en 1515 », Histoire et Sociétés Rurales,2, 1994, p. 181-189.

Mangas Navas, José M. El régimen comunal agrario de los concejos de Castilla, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1981.

Ordenanzas para el gobierno desta muy noble y muy mas leal ciudad de León, su tierra y jurisdición, (1669), éd. facsimil, Universidad de León, 1996 (introduction de Laureano M. Rubio Pérez)

Ordenanzas y privilegios de la muy noble y muy leal ciudad de Lorca, (1713), éd. facsimil, Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 1983 (introduction de Guy Lemeunier).

10.3406/casa.1993.2657 :

Pérez García, José María. « Colectivismo Agrario y desigualdad social en la vega baja del Esla en el siglo XVIII », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXIX, 1994, p. 178 et s.

Pérez Romero, Emilio. Patrimonios comunales, ganadería trashumante y sociedad en la Tierra de Soria, siglos XVIII-XIX, Salamanque, Junta de Castilla y León, 1995.

Rey Castelao, Ofelia. Montes y político forestal en la Galicia del Antiguo Régimen, Universidad de Santiago de Compostela, 1995.

Ruiz Martín, Felipe ; García Sanz, Angel (éd.). Mesta, trashumancia y lana en la España moderna, Barcelone, Crítica, 1998.

Sánchez Domingo, Rafael. El aforamiento de enclaves Castellanos al fuero de Vizcaya. Organización jurídica de los valles de Tobalina, Mena, Valdegobia y Valderejo, Universidad de Burgos, 2001.

Sánchez Picón, Andrés (éd.). Historia y medio ambiente en el territorio almeriense, Universidad de Almería, 1996.

Tuero Bertrand, Francisco (éd.). Ordenanzas generales del Principado de Asturias (1494-1805), Luarca, Bibliófilos Asturianos, 1974.

Uso y disputa de recursos comunales (dossier), Historia Social, 38, 2000, p. 73-140 (pour suivre la question jusqu’au milieu du xxe siècle).

Vassberg, David E. La venta de tierras baldías. El comunitarismo agrario y la corona de Castilla durante el siglo XVI, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1983.

Vassberg, David E. Land and Society in Golden Age Castile, Cambridge University Press, 1984.

Vicedo Rius, Enric (éd.), Terra, aigua, societat i conflicte a la Catalunya occidental, Lérida, Pagès, 2000.

Vilá Valentí, Joan. El mon rural a Catalunya, Barcelone, Curial, 1973.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.