Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Structures rurales et modes d’exploitation dans les villages (Qarya : Qurâ) d’Al-Andalus (xe-xve s)

p. 93-102


Texte intégral

« Il y a en al-Andalus (en 948), plus d’une exploitation (day’a) agricole groupant des milliers de paysans qui ignorent tout de la vie urbaine et sont des Européens (Rûm) de confession chrétienne. » (Ibn Hawqal, Opus Geographicum, p. 111)

1Quand les Arabo-Berbères arrivèrent dans la péninsule Ibérique, la population s’adonnait en grande partie à la culture des terres. L’Espagne musulmane/al-Andalus, ayant été conquise par pacte, ces populations conservèrent en grande partie la propriété de leurs terres moyennant l’adoption du statut de la dhimma, assurant la liberté de pratiquer le culte chrétien, par le paiement d’une capitation (djizya) et d’un impôt foncier (kharadj). Cette situation juridique permit à de nombreuses communautés paysannes libres, propriétaires de leurs terres de développer de nouveaux modes de culture, par l’adoption d’une agriculture irriguée, intensive et spéculative. L’acclimatation de nouvelles variétés d’arbres fruitiers, de cépages de vigne, de céréales, de plantes tinctoriales, de légumineuses, de la culture du coton, du mûrier syrien et de l’élevage du ver à soie, de la canne à sucre, allait transformer ces communautés paysannes en communautés riches, constatations faites par les chroniqueurs et géographes de l’époque.

Structures agraires des Qarya : Qurâ

2La société rurale d’al-Andalus est constituée principalement de communautés rurales libres et propriétaires de la majeure partie des terres, soumises à une organisation étatique qui prélève une part de la production agricole sous la forme d’un impôt dont la nature ne doit pas s’écarter de la norme coranique. Sans doute une partie au moins des domaines fonciers de l’aristocratie liée à l’État pouvait avoir été constituée aux dépens des communautés rurales. Du fait de l’accroissement de la pression fiscale à la fin du califat omeyyade et au cours de la période des Taifas, le Trésor public (Bayt al-mâl) put déposséder la classe paysanne d’une partie de son patrimoine. Cet état de fait favorisait une cohabitation dans un même village (qarya), du Trésor public (Bayt al-mâl) possédant une portion de son terroir et de nombreux autres copropriétaires. S’il advenait que ces mêmes paysans, libres copropriétaires, veuillent partager ce domaine public, le gouverneur de la province déléguait quelqu’un qui venait au partage, du chef de la part appartenant au Trésor public, par procuration établie devant le cadi, après qu’ait été établi devant lui que le village appartenait à ces propriétaires associés en copropriété avec le Trésor public1.

3Le terme qarya employé dans les textes des géographes arabes andalous, les dictionnaires biographiques et les recueils de consultations juridiques, désigne un ensemble relativement homogène de maisons et de terres dépendant de plusieurs propriétaires. Les limites de chaque qarya sont souvent précisées dans les formulaires notariaux d’Ibn al-’Attâr ou d’Ahmad b. Mughith al-Tûlaytulî (m. 1067)2.

4Le terroir de chaque village étant constitué de day’a/diyâ’, unité de production foncière et humaine, « il n’y a pas une ville qui ne soit bien peuplée, qui ne soit entourée d’un vaste district rural ou plutôt de toute une province (kûra) avec de nombreuses métairies (diyâ’) et des laboureurs jouissant de prospérité, possédant du grand et du petit bétail, un bon outillage et des bêtes de charge et des champs. Leurs terres sont ou bien arrosées par la pluie et donnent une belle levée au printemps ou bien par des canalisations admirablement entretenues et d’un réseau parfait. » Cette citation de l’Opus geographicum d’Ibn Hawqal3, définit bien cette day’a comme un domaine foncier, propriété privée (day’a mustakhlasa), propriété aristocratique individuelle ou familiale, propriété communautaire ou parcellisée dans le cadre d’un village (qarya).

5Abû-l-Walîd b. Rushd (m. 1126) fut consulté par Ibn Zuhr au sujet d’un homme ayant en sa possession une métairie (day’a) dans la campagne de Séville. Il en a hérité de son aïeul depuis soixante-dix ans, au cours desquels il n’a pas cessé lui-même et son père avant lui d’agir à son gré dans la day’a mentionnée, comme pouvait agir le propriétaire d’un bien, sur sa propriété, en la cultivant, en y édifiant des constructions, en en tirant profit jusqu’à ce que se manifeste un homme prétendant que la day’a lui revient par nantissement exécuté au profit de son aïeul avant lui4.

6Ce terme day’a est donc utilisé pour désigner une exploitation agraire dont les revenus peuvent approcher les 250 mithqâl-s, ou être déficitaire, cultivée par son propriétaire ou un paysan locataire du sol, ou être la propriété des membres d’une même famille, soit en indivision soit par héritage depuis plusieurs générations, telles ces diyâ’ de Coria, dans la province de Caceres, qualifiées d’un bon rapport5.

Les terres communes

7Demeure le problème des terres communes (musharaka) définies comme terres sans maître, incultes et grevées de servitudes déterminées en faveur des habitants du village (qarya) voisin. Sur ces terres non appropriées s’exercent les droits d’usage, notamment les droits de pacage et d’affouage des habitants d’une localité voisine6.

8Si des juristes malikites reconnaissent à l’imâm la faculté de concéder à un particulier une concession (iqtâ’) prélevée sur le harim d’un village, c’est sous condition qu’il ne soit causé aucun dommage à personne. Le juriste Ibn Lubb (m. 1381) de Grenade, eut à traiter ce genre de problème concernant de nombreuses bourgades de la province de Grenade, situées au nord d’une montagne leur faisant face et dont elles sont séparées par une vallée dont elles parsèment les bords. Leurs habitants excipent d’un acte (‘aqd) ancien accordant à chacune d’elle la mise en valeur de la portion montagneuse lui faisant face, sans appropriation confirmée (wa lam yuthbat). Tel d’entre eux a la propriété confirmée de certaines parties de la montagne faisant valoir que son père et ses aïeux y avaient des cultivateurs (‘âmirûn) en qualité de fermiers locataires (bi-l-kirâ’) percevant une part de la récolte. Tel autre a confirmé ses droits sur des parcelles délimitées (ahwâz mahdûda) cultivées par les gens de sa localité sans intrusion d’étranger à cette localité et sans appropriation individuelle (min ghayr tamlîk li-ahd). Quelques-uns de ces villageois se sont emparés de certaines parcelles cultivées par eux et chaque clan a confirmé la possession de la parcelle dont il a pris possession. Ce juriste propose que chacun conserve ce qu’il a en sa possession (hiyâza) depuis longtemps et prête serment en cas de contestation à moins que la possession ne soit dûment établie. Si la possession ne remonte qu’à une dizaine d’années environ, il n’y sera mis fin que sur preuve de ses revendications, fournie par le contestataire qui devra, en outre, prêter serment, à moins que, par renommée ancienne (alsamâ’al-qadîm) remontant à l’époque où il n’y avait pas de témoin pour régulariser les transactions, il ne soit établi qu’il y a eu achat. Quiconque détient un bien dont il ne revendique pas la possession, ne le possède pas du seul fait de cette détention. La possession en revient à celui qui établit qu’elle est fondée7.

9Il en découle que l’unique critère véritablement définissant la « terre commune » est la coutume, la référence à la tradition (sunna) et à l’usage (‘urf). Ainsi les terres situées autour des villages et des hameaux ou localités habitées (balda) et attachées (masâfiq) à l’usage de leurs habitants qui peuvent y faire du bois et paître leurs troupeaux, ne sont pas des terres mortes, étant donné que ce qui est affecté (marfûq) aux habitants d’une localité (qarya) leur appartient.

10C’est ainsi que statuera le Grand Cadi Abû-l-Walîd b. Rushd (m. 1126), au cours d’une période de morcellement et d’appropriation de terres collectives qui marquera les XIe et XIIe siècles, en al-Andalus.

11Lors du partage d’une forêt communale de résineux, propriété commune d’un village (qarya) du district de Silvés, il proposa d’en effectuer le partage, non pas en proportion de la quantité de terre que chacun des habitants du village possédait à ce jour, mais en tenant compte des modalités de partage du terroir agraire du village pratiqué autrefois (‘alâ’asl sihâm al-qarya fîl-qadîm). Seuls les propriétaires d’exploitations agricoles situées sur le territoire du village étaient censés pouvoir bénéficier de ce partage. Il y eut donc huit candidats. Le premier en revendiquait les trois quarts ; le second, le tiers ; le troisième, la moitié ; le quatrième, les trois huitièmes ; le cinquième, le tiers ; le sixième, le quart ; le septième, le sixième et le huitième, un huitième. Cette terre commune boisée fut divisée en 76 parts (sahm). Le premier mandant reçut 18 parts, le deuxième 16 parts, le troisième 12 parts, le quatrième 9 parts, le cinquième 8 parts, le sixième 6 parts, le septième 4 parts et le huitième 3 parts8.

12À l’époque almoravide, l’émir Abû Muhammad Sîr al-Lamtûnî, « l’un des meilleurs conseillers de la dynastie et des plus valeureux capitaines de la guerre sainte » et ses gouverneurs (‘ummâl) vendirent les biens du Trésor public (Bayt al-mâl)9. Ces ventes furent faites dans l’intérêt du Bayt al-mâl et sur ordre de l’émir des Musulmans Yûsuf b. Tâshfîn ; les juristes les considérèrent comme régulières. Il en avait été de même des ventes de biens appartenant au Trésor public, ordonnées par les Banû’Abbâd de Séville. Ces ventes conclues depuis longtemps furent remises en cause par certains juristes de cette époque, mais ne purent être annulées. Certains de ces biens avaient servi d’apports du mari dans de nombreux contrats de mariage et avaient fait l’objet de bien des transactions.

13Abû-l-Walîd b. Rushd, Grand Cadi de Cordoue, avait traité dans son opuscule intitulé kitâb al-kafâra, du caractère licite ou illicite de l’acquisition des biens, du statut des biens indûment acquis et des diverses fraudes et spoliations rencontrées dans ce genre de transaction. Les nombreuses interrogations des jurisconsultes de cette époque corroborent la remise en cause de la nouvelle répartition de ces biens d’État. Telle cette fatwâ du juriste cordouan Ibn al-Hâdjdj (m. 1135) : « Ceux qu’Allâh a placés à la tête des Musulmans doivent être vigilants et défendre scrupuleusement le Trésor public (Bayt al-mâl). On doit aucunement réprouver les attributions du gouverneur placé par l’émir des Musulmans à la tête d’un district et toute vente conclue par lui est valable, surtout s’il est avéré qu’il se conduit bien et gouverne comme il faut en étant très ferme en général10. »

Systèmes d’exploitation des terres

14Les modes d’exploitation des terres et les contrats de fermage nous sont révélés par les recueils de consultations juridiques11.

15L’exploitant du sol qu’il soit le propriétaire ou seulement le fermier de celui-ci, s’appelait ‘âmir, c’est-à-dire « colon partiaire » et se disait également munâsif ou métayer au sens propre du terme, et shank ou associé (d’où la forme latinisée, exaricus qui apparaîtra dans certaines chartes aragonaises à partir du début du XIIe siècle).

16Ces contrats types visent en général le mode d’association que le droit musulman appelle muzâra’a. Société pour le labour, société pour l’ensemencement, la nature de la muzâra’a est d’être une société contractée pour la culture d’une terre, établie pour une période de plusieurs années.

Contrats de muzâra’a12

17Pour qu’un contrat d’ensemencement en commun (muzâra’a) soit licite, il importe que la plus parfaite équité préside au contrat. L’égalité dans les apports et le partage est la formule la plus simple et la plus commode pour réaliser cette condition. Le contrat de muzâra’a est aux yeux des jurisconsultes musulmans le contrat où chacun des associés fournit la même part des prestations nécessaires (terre, semence et travail) et perçoit la même part de la récolte.

18Un exemple : à Cordoue, le juriste Ibn Lubâba (m. 926) devait déclarer illicite l’association agricole (muzâra’a) d’un propriétaire qui, engageant un ouvrier, lui fournit une paire de bœufs et une terre déjà labourée, lui impose un labourage à effectuer à la saison propice (en compensation du labourage initial) et la moitié du travail nécessaire à la moisson et au dépiquage de toute la récolte dont il ne lui donnera que le sixième. Si elle est réalisée, cette association ne peut être validée que si l’on détermine la valeur de la contribution de chacune des parties.

Contrats de shirka13

19Si les parties expriment formellement leur intention de s’associer en se servant de l’expression skirka, l’un des associés apporte à la fois : terre, semences, outils, cheptel, en un mot tout ce qui est nécessaire à la culture ; l’autre fournit le travail moyennant une part variable de la récolte.

20Un exemple : dans une association agricole examinée par Abû-l-Walîd b. Rushd (m. 1126) de Cordoue, l’une des parties fournit la terre, la semence et les bœufs et reçoit les trois quarts de la récolte, l’autre fournissant le travail contre le quart de la récolte. Notre juriste statuera : « Si les contractants emploient le mot association (shirka), le contrat est valable ; il ne l’est pas s’ils parlent de louage (idjâra). S’ils ne spécifient qu’il s’agit ni d’une association ni d’un louage, que le propriétaire dise : “je te remets ma terre, mes bœufs et ma semence et tu fourniras le travail contre le quart ou le cinquième de la récolte”. »

Contrats de khammâs ou de khimâsa. Le quintenier14

21Ce contrat de khimâsa, introduit en al-Andalus par les premiers conquérants Berbères, est étranger par son origine et par sa nature au droit musulman. Si l’on tient compte que le khammâs n’apporte que son travail, on décidera qu’il est un simple salarié, un ouvrier à gages (adjîr), et l’on se référera à son sujet aux règles qui régissent le louage de service (idjâra). C’est un contrat dans lequel l’apport de l’un des associés consiste uniquement en main-d’œuvre moyennant une quote-part de la récolte, le cinquième des récoltes provenant des cultures d’automne et le quart des récoltes provenant des cultures de printemps.

22Exemple : à Cordoue, selon le juriste Ibn Lubâba (m. 926), un quintenier (khammâs) qui n’a pas fourni sa part de semence, en stipulant que le propriétaire la retiendrait sur la rémunération de son travail ne voit pas son contrat validé. Il n’a pas droit à une part de la récolte mais uniquement à la rémunération de son travail, sans le léser ni lui causer de tort.

Le contrat de métayage (munâsafaf)15

23Le contrat de métayage (munâsafa) lie généralement un propriétaire qui fournit la terre, la moitié de la semence et le travail à un associé, métayer, apportant la deuxième moitié de la semence et les bœufs. La récolte se partage également, ainsi que les grains et la paille.

Le contrat de bail partiaire pour les terres irriguées (musâqât) et le bail à comptant (mughârasa)16

24Le contrat de musâqât concerne les cultures irriguées. Le fermier ne bénéficie plus en général que du tiers des produits récoltés, parfois des deux tiers ou de la moitié.

25Un autre type de contrat intéresse plus spécialement l’arboriculture, celui de la mughârasa ou bail à complant. Par ce contrat, un propriétaire livre son terrain à un associé qui s’engage à le planter d’arbres fruitiers, à condition qu’au bout d’un certain temps la propriété des arbres et du terrain soit partagée entre eux dans une proportion déterminée.

26Une particularité : la culture de la canne à sucre. Dans les régions de Salobrena et d’Almunecar, la coutume est de louer la terre pour la culture de la canne à sucre pendant huit ans. Certains bailleurs stipulent aux locataires de laisser en place, à l’expiration du bail, les souches de canne à sucre. D’autres stipulent aux locataires que ces souches seront leur propriété et qu’au terme du bail de location, ils les vendront soit aux propriétaires de la terre, soit aux locataires de ces derniers.

27Exemple de contrat de mughârasa : ce contrat de mughârasa de Saltés, cité par Abû-l-Walîd b. Rushd dans le kitâb al-Fatâwâ (p. 1135 no 351) : « On lui écrivit – Dieu soit satisfait de lui – de la ville (madîna) de Saltés (Shaltîsh) au sujet de la transcription d’un acte qui avait été conclu entre deux personnes lors d’une vente viciée et au-dessus duquel était transcrit une question dans laquelle on le consultait au sujet des contractants de cet acte. L’un des deux désirait dissoudre cette convention et percevoir le salaire (‘udjra) de son travail. Voici le texte de cet acte : Muhammad b. Khalaf et ’Alî b. Muhammad témoignent par eux-mêmes, en témoins véridiques, de la validité de cet acte et de la licéité de leur affaire et qu’ils se sont accordés, au moment où cela était nécessaire, de dissoudre la convention d’un contrat à complant (mughârasa) qui avait été établie entre eux deux, mais viciée, au sujet d’un jardin (djinân) situé dans tel village (qarya), de tel district (iqlîm), de telle province (‘amal), de telles dimensions. Ils annulèrent ce contrat pour vice de forme et le jardin (djanna) mentionné revint dans sa totalité à son propriétaire Muhammad cité plus haut. ‘Alî b. Muhammad rompit tous les liens avec ce jardin. Chacun d’entre eux deux s’affranchit de son compagnon. Ils abandonnèrent les suites de l’ensemble des obligations de ce contrat à complant (mughârasa). Par la suite, quelqu’un désirant faire œuvre pie, demanda à ce Muhammad de céder à’All b. Muhammad la moitié du jardin délimité et précisé pour une valeur que’Alî s’obligerait à payer lui-même et sur ses biens à Muhammad, suite à la vente de la moitié du jardin (djinân) en indivision (mushâ’an), soit une somme de six mithqâl-s d’or’abbâdiya dont la frappe était stable dans sa garantie. ‘Alî fut chargé dans cet accord, de travailler la deuxième partie indivise pour son propriétaire Muhammad durant sept ans. La première année correspondant à la date de cette lettre, fut exécuté un travail déterminé sur cette terre acquise en indivision, non partagée. Il labourait l’ensemble du jardin par quatre labours exécutés dans les meilleures conditions de labourage qu’il avait choisies et selon l’engagement pris. Il le protégea contre les friches et il mentionna le tout durant la durée mentionnée. Chaque fois que s’achevait une année, il terminait son travail. Lorsque une autre année se levait, il était chargé du travail continuel, selon ce qui a été expliqué, jusqu’au terme des années. La dette de ’Alî, en or, s’achevait lorsque Muhammad avait jugé de payer le montant de ce qui était mentionné et en ce qui était précisé. Le jardin mentionné devenait entre eux une copropriété, à égalité et équité avec l’ensemble de ses profits et de ses arbres (ashdjâr). ‘Alî b. Muhammad s’était engagé à respecter cet engagement à une autre condition : lorsqu’il demanderait le partage de ce jardin et l’attribution de sa part, dans le temps requis, sa part de jardin serait donnée en aumône aux pauvres sans qu’il n’en perçoive rien avec eux... ».

Contrats de fermage d’une terre haboussée (qabâla)

28Ce contrat d’association concernait la mise en valeur du sol cultivable des domaines haboussés et des biens-fonds constitués en waqfs, au bénéfice du Bayt al-mâl des mosquées17.

Le louage de service (idjâra)

29Tout propriétaire de terre ou agriculteur pouvait louer les services d’un tâcheron à gages (musta’djarûn), soit pour une période donnée, soit pour un contrat de travail18.

Notes de bas de page

1 Al-Wansharîsî, Al-Mi’yâr al-mughrib wa-l-djâmi’al-mu’rib’an fatawâ ahl Ifrîqiya wa-l-Andalus wa-l-Maghrib, Rabat, 1981-1983, 13 vols ; VIII, p. 33, 65, 72, 75,123,166, 330, 383, 394.

2 Ahmad b. Mughîth al-Tûlaytulî (m. 1067), Al-Muqni’fi ‘ilm al-shurût, éd. F.J. Aguirre Sa’daba, CSIC, Madrid, 1994 ; Ibn al-’Attâr, Formulario notarial hispano-arabe, éd. P. Chalmeta et F. Corriente, Madrid, 1983.

3 Ibn Hawqal, Opus Geographicum, éd. J.H. Kramers, Brill, Leyden, 1967, p. 116/115.

4 Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-Fatâwâ Ibn Rushd, Beyrouth, 1987, 3 vols ; I, p. 345 no 82.

5 Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-Fatâwâ, I, p. 333 no 76 ; II, p. 812 no 192 ;’Iyâd, Madhâhib alhukkâm fi nawâzil al-ahkâm, Beyrouth, 1990, p. 134.

6 V. Lagardère, « Terres communes et droits d’usage en al-Andalus (Xe-XVe siècles) », Biens communs patrimoines collectifs et gestion communautaire dans les sociétés musulmanes, REMMM, 79-80, Aix-en-Provence, 1996, 1-2, p. 43-54.

7 Al-Wansharîsî, Mi’yâr, V, p. 228-229.

8 Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-Fatâwâ, p. 833 no 197, 839-840.

9 Al-Wansharîsî, Mi’yâr, IX, p. 613 ; VI, p. 97-98.

10 Al-Wansharîsî, Mi’yâr, VI, p. 97-98 ; IX, p. 613 ; VIII, p. 119 ; V. Lagardère, Histoire et société en Occident musulman au Moyen-Âge, analyse du Mi’yâr d’al-Wansharîsî, Casa de Velazquez, 53, Madrid, 1995, p. 182 no 316 ; 420 no 202-203 ; 360 no 303.

11 V. Lagardère, Campagnes et paysans d’al-Andalus (VIIIe-XVe s.), éd. Maisonneuve et Larose, Paris, 1993, p. 125-174.

12 Ibn al-’Attâr, Fonnulario, p. 58-72 ; Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-Fatâwâ, I, p. 1366 no 485 ; p. 1367 no 486 ; al-Wansharîsî, Mi’yâr, VIII, p. 119-120, 142-143,143-144, 158-159,161.

13 Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-Fatâwâ, I, p. 191 no 23 ; 833 no 198,1011 no 292,294 ; al-Wansharîsî, Mi’yâr, VIII, p. 101-102,137-138,150-151,152-153,181, 234.

14 Ibn al-’Attâr, Formulario, p. 68 ; Al-Wansharîsî, Mi’yâr, VIII, p. 144, 145-146, 149-150, 152-153, 153-154, 158, 160, 161, 164.

15 Ibn al-’Attâr, Formulario, p. 63-65 ; al-Wansharîsî, Mi’yâr, VIII, p. 92, 154, 162-163, 174, 175-176, 176-177, 183, 235.

16 Ibn al-’Attâr, Formulario, p. 83-91 ; Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-bayân wal-tahsîl, XII, p. 139-182 ; Kitâb al-Fatâwâ, I, p. 332 no 75 ; 1360 no 482 ; al-Wansharîsî, Mi’yâr, VIII, p. 168 ; IX, p. 84-85 ; VIII, p. 172-173, 173-174, 174, 175, 177.

17 Abû-l-Walîd b. Rushd, Kitâb al-Fatâwâ, I, p. 290 no 55, 345 no 82, 621 no 147, 1569 no 580 ; al-Wansharîsî, Mi’yâr, VII, p. 446-451.

18 Al-Wansharîsî, Mi’yâr, VIII, p. 161, 165, 265-266, 266, 266-267.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.