Version classiqueVersion mobile

L’artisan au village

 | 
Mireille Mousnier

Forgerons de village : quelques témoignages béarnais des xive et xve siècles

Catherine Verna

Texte intégral

  • 1 G. Duby, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, tome 1, Paris, rééd. (...)
  • 2 R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris-Louvain, 1969
  • 3 Ph. Wolff, « Montesquieu-Volvestre en 1405, notes de démographie et d'histoire sociale », dans Act (...)
  • 4 Ph. Maurice, « Le milieu social et familial des forgerons du Gévaudan à la fin du Moyen Âge », Méd (...)
  • 5 La distinction entre artisanat et industrie au Moyen Âge a fait l'objet d'une récente mise au poin (...)

1Forges et forgerons, parce qu'ils sont inscrits au cœur du village, de la sociabilité villageoise, des travaux et des jours, suscitent la curiosité croissante des historiens des campagnes. Or, cet intérêt résulte d'une impulsion déjà ancienne. En 1962, Georges Duby appelait de ses vœux « une enquête approfondie qui [...] chercherait à mieux établir l'histoire du forgeron médiéval »1. À une partie des interrogations qu'il avait alors émises répondaient, quelques années plus tard, les pages que consacrait au forgeron Robert Fossier, assurément le premier à mesurer avec autant d'acuité la place de cet artisan dans les campagnes2. La voie était ouverte et balisée pour une histoire sociale de la forge. Pourtant, les études précises sur l'artisan du fer au village, dépassant la seule mention répétitive de son activité, demeurent peu nombreuses. Pour la France méridionale, les travaux de Philippe Wolff et de Pierre Bonnassie sont parmi les rares à s'interroger sur la place du forgeron dans la société rurale3. Plus récemment, l'article de Philippe Maurice sur les forgerons du Gévaudan, qui distingue clairement l'artisan des petites villes de celui des campagnes, témoigne, finalement, de la difficulté à cerner un artisanat spécifiquement villageois4. Ainsi, au terme de ces quelques bornes bibliographiques et même en élargissant l'enquête à d'autres espaces, une constatation s'impose : l'artisan du fer au village demeure mal connu et la perception que nous en avons est inégale en fonction des approches envisagées. Si la place de l'homme et parfois son ascension sociale peuvent être saisies, si l'on voit se dessiner les rapports qu'il entretient avec ses voisins et clients, si exceptionnellement de véritables dynasties émergent, tout un pan de l'histoire de la forge au village demeure en friches. Les gestes de la pratique, la production et les cadres de production, l'histoire du travail au quotidien sont rarement appréhendés. Cette remarque pourrait apparaître en totale contradiction avec la moisson d'études dont on dispose depuis une dizaine d'années sur le travail du fer dans les campagnes, résultat du dynamisme de la recherche en histoire sociale des techniques. Mais, à y bien regarder, l'artisan au village demeure souvent en marge des enquêtes. Dans le domaine de la métallurgie du fer, comme dans d'autres secteurs de production, il est plus aisé d'éclairer des espaces industriels en milieu rural (c'est-à-dire ouverts sur un marché au moins régional et livrant une production en nombre répondant à des critères spécifiques de qualité), que de débusquer un artisanat diffus, au service des besoins locaux d'une paysannerie laborieuse5. Rien d'étonnant à cela : les sources écrites sont infiniment plus dispersées et la forge villageoise est encore rarement un terrain pour l'archéologue.

  • 6 Quelques artisans du fer, a priori plus spécialisés que le forgeron, apparaissent dans le Dénombre (...)
  • 7 C. Verna, Le temps des moulines. Le fer et son exploitation du comté de Poix à la vicomté de Béarn (...)

2À la lumière de ces quelques remarques, la vicomté de Béarn n'est pas simplement un exemple « de plus », un espace « en plus » où l'on constaterait la présence évidente du forgeron au village. Elle s'offre aussi comme un bon territoire pour l'historien désireux d'étudier un artisanat rural dans ses pratiques les plus banales. Le « faur » est, a priori, le moins spécialisé des artisans du fer présents dans les campagnes béarnaises où s'activent aussi des couteliers, serruriers, maréchaux, fabricants de clochettes, armuriers6. En outre, dans une principauté où, ni l'extraction ni la réduction du fer ne sont attestées pour le Moyen Âge, il travaille une matière première qu'il ne réduit pas lui-même et les témoignages sur son activité s'en restreignent d'autant7. C'est aussi un producteur isolé qui ne profite pas des privilèges d'une communauté regroupant des hommes du fer. Toutes ces caractéristiques auraient dû concourir à faire de cet artisan un oublié de l'histoire. Seule l'exceptionnelle qualité des sources écrites que le Béarn a su conserver permet d'éclairer, au moins pour les xive et xve siècles, son activité dispersée de village en village.

  • 8 Nous utiliserons l’édition de P. Raymond, Le Béarn sous Gaston-Phoebus..., op. cit.
  • 9 P. Luc, Vie rurale et pratique juridique en Béarn aux xive et xve siècles, Toulouse, 1943 ; B. Cur (...)
  • 10 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1413 (Lucq), E 1916 (Pardies), E 1923 (Pardies, 1389-1393), E 1 (...)
  • 11 Je tiens à remercier M. P. Dumonteil qui m'a généreusement fait profiter de sa connaissance des re (...)
  • 12 C. Verna, Le temps des moulines..., op. cit., tome 1, p. 190 et 298.
  • 13 Certes, Oloron n'est pas le centre de production de couteaux que l'on a longtemps cru, P. Tucoo-Ch (...)
  • 14 M. Marque, Le cartulaire d'Oloron, Oloron, 1900, p. 15.
  • 15 P. Tucoo-Chala indique que seules dix-sept communautés sur plus de quatre cents que comptait la vi (...)

3Le Dénombrement général des maisons de la vicomté de Béarn, résultat d'un recensement des feux exigé par Gaston Fébus en 1385, est une pièce maîtresse des archives béarnaises8. Ce registre, véritable instantané photographique, source rare où sont reportés les noms des chefs de maison de la vicomté et parfois leur activité professionnelle, mais document souvent délicat à interpréter, est comme encadré, éclairé, porté par la masse des archives notariales : quatre-vingt-dix registres ou cahiers antérieurs au xvie siècle. À partir de ce terreau, les études de Pierre Luc et de Benoît Cursente avaient été solidement bâties : j'en ai extrait les forgerons9. Des sondages ont, par ailleurs, été entrepris dans quatre registres de Lucq et Pardies10. Mais il fallait enrichir cette cueillette d'un dépouillement systématique dont les résultats pouvaient être confrontés aux échantillons rassemblés. Mon choix s'est porté sur les trois registres d'Oloron et de Sainte-Marie11. Trois registres, cela peut paraître dérisoire au regard de l'ensemble du corpus. Il s'agit, bien évidemment, de poser les premiers jalons d'une étude fondée sur une masse documentaire touffue qui impose une lente progression ; de proposer des hypothèses à partir d'un corpus qui, s'il est étroit, dispose d'indéniables qualités. Les trois volumes concernés ont l'avantage d'éclairer une zone rurale sur laquelle on ne disposait, en termes d'artisanat du fer, d'aucune donnée, espace pourtant potentiellement riche d'informations. En effet, Oloron est située au débouché d'un des axes majeurs d'approvisionnement en fer de la vicomté, à partir de la Navarre12. Elle a abrité un artisanat du fer qui, s'il n'a pas l'éclat qu'on lui a longtemps attribué, n'est cependant pas négligeable13. La volonté qu'ont les législateurs de la petite cité de concentrer toutes les forges dans un même quartier en 1325, sans doute pour mieux en assurer la surveillance et éviter les périls, illustre la forte présence du travail du fer dans l'espace urbain14. Tous ces éléments désignent Oloron comme un bon observatoire à partir duquel peuvent être scrutées les campagnes environnantes et conduites d'utiles comparaisons entre les forgerons de la petite ville et ceux des villages. On le sait, Oloron est avec Morlaas et Orthez, une des trois seules localités béarnaises de plus de trois cents feux, isolées dans un maillage de l'habitat constitué pour l'essentiel de villages de moins de cinquante feux15, cadre idéal pour qui veut étudier et dégager la spécificité du forgeron au village.

  • 16 Actes cités dans P. Luc, op. cit., p. 132, 211-212, 240 : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1413, (...)
  • 17 Ph. Maurice, à partir du dépouillement de plus de cent cinquante registres du minutier de la Lozèr (...)
  • 18 Trois exceptions : le forgeron d'Ogeu impliqué dans un contrat de gazaille en 1426 et dans un remb (...)

4Trente-cinq actes ont ainsi été rassemblés dont dix livrés par les études de Pierre Luc et de Benoît Cursente et vingt-cinq exhumés des registres d'Oloron et de Sainte-Marie sur un total de cent cinq témoignant de l'activité de tous les artisans du fer, du « faur » au fabricant de sonnailles, à Oloron comme à la campagne16. Les sondages sont demeurés inopérants, cet échec illustrant toutefois l'extrême dispersion des sources et la difficulté à les saisir. Tous ces actes, échelonnés de 1332 à 1498, auxquels il faut ajouter vingt mentions de forgerons dans le Dénombrement de 1385 permettent de croiser au total une cinquantaine de forgerons. Ce résultat n'est pas négligeable quand on sait que l'enquête est exclusivement consacrée aux artisans villageois17. Sans aucun doute, le dépouillement systématique de tous les registres notariés enrichira le corpus disponible et il faudra bien évidemment l'opérer dans le long terme. Cependant, pour m'être livrée à de nombreux parcours à travers les sources notariales, j'ai la conviction que le résultat final de cette enquête se mesurera davantage en termes de quantité d'actes exhumés que de qualité d'information. Il est à craindre que le forgeron des villages béarnais ne reste l'individu furtif qu'il est aujourd'hui pour l'historien. En effet, ce sont des lambeaux de vie qu'offrent les registres notariés, lambeaux dispersés dans le temps et dans l'espace, qu'il faut patiemment juxtaposer les uns aux autres pour leur donner un sens définitivement inachevé. Les forgerons des villages proches d'Oloron, à trois exceptions près, n'apparaissent qu'une fois chez le notaire18. Jamais au fil des minutes, on ne voit s'imposer une famille. En cela, la documentation disponible sur l'artisan villageois se distingue des quelques belles séries d'actes qui peuvent être conservées pour certains forgerons d'Oloron, pourtant bien modeste petite ville. Mais ces témoignages, si brefs soient-ils, sont aussi la pâture de l'historien des campagnes et sans doute restituent-ils, en quelque sorte, la place du forgeron en Béarn : présent, indispensable mais à l'échelle de sa communauté.

Le forgeron : « Indispensable puissance »19

  • 19 Nous faisons référence, bien évidemment, à l'expression forgée par R. Fossier.
  • 20 R. de Saint-Jouan, Le nom de famille en Béarn et ses origines, Pau, 1992, p. 109-112. L'auteur est (...)
  • 21 R. de Saint-Jouan, op. cit., p. 110.
  • 22 Toutes les mentions que j'ai retenues sont extraites de l'édition de P. Raymond : Ramous, « l'osta (...)
  • 23 B. Cursente, « Vie matérielle... », op. cit., p. 43 et 51. De tels bourgs spécialisés émergent par (...)

5Partons de l'« instantané » de 1385. Comme l'a clairement énoncé Régis de Saint-Jouan, le Dénombrement des maisons ne permet pas de localiser tous les forgerons en activité à la fin du xive siècle20. En effet, il serait totalement erroné de considérer comme abritant une forge ou un forgeron toute maison dont le nom, quelle que soit sa forme, est dérivé du terme « faur ». Je n'ai, effectivement, aucune assurance que le nom de la maison ou de celui qui l'habite en 1385 correspond à une pratique, ou s'il enregistre, conserve, fossilise une profession ancienne et disparue. Le Dénombrement fournit d'ailleurs plusieurs exemples de ce décalage21. Ainsi, dans ce document d'une extrême complexité onomastique, seules peuvent être considérées comme lieu d'activité d'un forgeron les maisons pour lesquelles le métier de l'habitant est clairement distingué de ses prénom et patronyme, ou quand la forge est mentionnée en annexe du nom, comme à Béon dans « l'ostau d'Aramon Faur, or es la fargoe ». Au total, dix-neuf localités, gros bourgs, villages et hameaux sur plus de quatre cents profitent assurément du service d'au moins un forgeron en 1385 ; vingt artisans sont dénombrés (fig. 1)22. Il s'agit, bien évidemment, d'un décompte minimal et réducteur, fruit d'une source délicate à interpréter. La preuve en est fournie lorsqu'il est possible de croiser les informations délivrées par le Dénombrement et les registres de notaire. C'est le cas à Audaux où apparaît « l'ostau » d'un Johan « faur », sans autres précisions. Pourtant, l'inventaire de la maison Osserain, daté également de 1385, révèle incontestablement une forge dans ce village dont la spécialité artisanale est, par ailleurs, largement attestée par les actes notariés23.

  • 24 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus..., op. cit., p. 226-229.
  • 25 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 112, 168 v° ; E 1767, fol. 7, 13 v°, 17 v°, 63 v°, 8 (...)
  • 26 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 168 v° ; E 1767, fol. 63 v°.
  • 27 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 7, 85 v° ; Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, (...)
  • 28 Pour Béon, Casteide, Gurmençon, Maspie, voir références note 22. Pour Lurbe, Arch. dép. Pyrénées-A (...)

6Si l'interprétation du document est infiniment complexe, les résultats obtenus n'en sont pas pour autant inintéressants. La répartition des artisans pourrait bien laisser transparaître des zones de plus fort encadrement quand on voit que cinq forgerons sur les vingt dénombrés sont concentrés dans le Vic-Bilh et le Montanérès, une des régions de vignoble parmi les plus importantes du Béarn, contrôlée, en outre, par les notables de Morlaas24. Ils sont hommes à être attentifs à l'acquisition et l'entretien de l'outillage viticole. Ce groupe social jouit, en outre, par le biais de la vente de son vin, de réelles disponibilités monétaires et ne renâcle pas à la dépense. Comme dans d'autres régions de vignoble, les outils nombreux, divers et spécialisés doivent être l'objet de toute l'attention des producteurs. Cette indication sur la présence parfois non négligeable des forgerons est à rapprocher du résultat obtenu à partir du dépouillement des registres d'Oloron. Sur une période de trente-sept ans (1428-1465) donc à la mesure d'une vie et dans un espace englobant les dix-sept villages localisés dans un étroit rayon de huit kilomètres autour d'Oloron, localités les mieux représentées dans les registres notariaux, on comptabilise huit forgerons implantés dans cinq villages25. Dans trois lieux, plusieurs individus ont été repérés. À Sainte-Marie, faubourg d'Oloron il est vrai, on comptabilise deux forgerons respectivement recensés en 1431 et 143926. Mais à Verdets comme à Gurmençon, l'une et l'autre bien modestes localités, deux artisans sont également en activité à quelques années d'intervalle27. Certes, cette région est régulièrement approvisionnée en fer mais ni sa densité, qui n'est pas parmi les plus élevées du Béarn, ni la polyculture à base céréalière qui y est pratiquée ne peuvent motiver une présence exceptionnelle des artisans du fer. On doit donc admettre que la bonne implantation des forgerons dans la région d'Oloron est représentative d'une situation moyenne. Le Dénombrement, comme les registres d'Oloron, attestent également de l'activité de forgerons dans de modestes villages et même des hameaux de quelques feux. C'est le cas à Béon, Casteide, Gurmençon, Lurbe, Maspie, Verdets, tous inférieurs à vingt feux28. Si ces évaluations sont encore imparfaites et livrent simplement une « impression », pour certaines zones, il n'est pas téméraire d'affirmer qu'aux xive et xve siècles le travail du forgeron est bien un service de très grande proximité. À l'opposé, on peut noter les vides que constituent les zones de faible densité des grandes vallées d'élevage, vallée d'Ossau et vallée d'Aspe : il est banal de constater que la présence du « faur » est aussi un indicateur de l'activité pratiquée dans les campagnes, du niveau d'équipement comme du poids de la population.

  • 29 Nous avons exclu de cette recension d'autres formes de nom de maison qui pouvaient aussi se rappor (...)
  • 30 À partir du cas du Gévaudan, Ph. Maurice aboutit à une conclusion tout à fait comparable, Ph. Maur (...)

7Si le Dénombrement ne peut fournir qu'une image imparfaite en termes de localisation et de densité, il livre plus clairement la place qu'occupe le forgeron dans la sociabilité villageoise. En effet, si l'on comptabilise tous les bourgs, villages et hameaux comprenant au moins une maison dont le nom dérive du mot « faur », précédé ou non d'une particule, et si l'on compare cette liste à celle établie à partir du terme « tisner », tisserand, et « molier », meunier, artisans également très présents dans les campagnes, une constatation s'impose. On comptabilise plus de cent cinquante localités contre respectivement vingt-six et huit (fig. 2)29. Dans le cas du « faur », la forte empreinte onomastique restitue sans doute la place privilégiée et déjà ancienne accordée au forgeron dans une société dépendante de ses services et dans une région où le fer ne se produit pas30. Ici aussi, le forgeron fait figure « d'indispensable puissance ».

Modestie des biens et diversité des capacités

  • 31 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1595, fol. 6, 38 ; E 1600, fol. 118, cités par B. Cursente, Des (...)
  • 32 B. Cursente, Des maisons,...op. cit., p. 519.
  • 33 B. Cursente, op. cit., p. 521.
  • 34 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 24 et 50 v°.
  • 35 Si P. Luc signale que des troupeaux de plusieurs centaines de têtes possédés par des personnes pri (...)
  • 36 Pour la période 1417-1443, les sommes concédées à des forgerons d'Oloron (11 actes) s'échelonnent (...)
  • 37 Dans les deux cas, les sommes de 5 et 7 florins sont parmi les plus hautes que ces artisans, urbai (...)
  • 38 B. Cursente note « qui tient l'accès au numéraire tient un levier d'ascension sociale », Des maiso (...)
  • 39 C'est le cas, par exemple, de la famille Galhard, originaire du bourg de La Bastide-du-Sérou (dépa (...)

8Mais contrairement à d'autres espaces, cette reconnaissance ne fait pas forcément de lui un notable villageois : on ne dispose d'aucun exemple de forgeron jurat dans les environs d'Oloron et le seul qui soit connu est originaire de Bugnein31. Elle ne coïncide pas non plus avec l'enrichissement de l'artisan et cela est net pour les campagnes autour d'Oloron. Ainsi, les dots de femmes de forgeron sont modestes, de 96 à 192 sous morlaas au début du xve siècle, alors que les plus ordinaires s'échelonnent généralement entre 200 et 300 sous morlaas32. Autre indice de cette médiocrité : la valeur de l'équipement d'un atelier, celui du hameau de Jasses, dont, certes, on ignore l'état. Elle se monte à 144 sous morlaas c'est-à-dire le prix d'une jornade de terre, sur un marché local, il est vrai, particulièrement tendu33. Valeur de la dot, valeur de l'outillage, ces sommes paraissent dérisoires face à celles qu'un forgeron de la cité d'Oloron est capable de débourser en une seule fois pour l'achat de soixante lames d'épée « foelhes d'espades » blanches et affûtées, soit 318 sous morlaas, ou pour acquérir une maison, 185 florins34. Il est plus délicat de tirer des conclusions à partir des contrats de gazaille conclus par des forgerons ou des reconnaissances de dettes qu'ils ont contractées. Signalons néanmoins que les premiers, fort rares, portent sur de modestes troupeaux : deux vaches à Gurmençon, une truie et sept pourceaux à Ogeu35 ; les secondes, sur des sommes comparables à celles qu'empruntent leurs homologues d'Oloron36. Notons, néanmoins que, proportionnellement au nombre d'individus, les reconnaissances de dettes des forgerons ruraux sont plus nombreuses que celles des forgerons urbains. S'ils empruntent davantage, ils prêtent rarement ou, du moins, ils font exceptionnellement enregistrer leurs prêts chez le notaire : de 1417 à 1443, deux actes attestent de prêts concédés par des forgerons de campagne contre dix par ceux d'Oloron37. C'est bien le signe qu'ils ne participent que peu de cette petite notabilité villageoise dont la puissance se juge au nombre des débiteurs38. À Audaux, dans un village d'artisans où les comparaisons peuvent être établies de métier à métier, la maison Osserain, qui abrite le foyer d'un forgeron, est signalée par Benoît Cursente comme parmi les plus pauvres. Certes, il aurait fallu disposer d'un faisceau de documents pour être à même de mesurer le patrimoine de quelques individus. Pour la région d'Oloron, une telle étude est impossible. Mais n'est-ce pas le signe, dans ce cas, de la modestie des biens dont disposent ces artisans ? Incontestablement, la figure du « faur », jurat de Bugnein, est à peine esquissée par les sources béarnaises qui n'ont pas offert ce forgeron, coq de village, que Robert Fossier a campé pour la Picardie médiévale alors que de tels hommes sont repérés dans d'autres espaces pyrénéens39. La force de l'exemple béarnais pourrait résider dans l'illustration de la banalité.

  • 40 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1594, fol. 10, signalé par B. Cursente, « Vie... », op. cit., p (...)
  • 41 P. Benoit, V. Chieze, « Images de la forge dans les manuscrits de la Bibliothèque nationale, xiii-(...)
  • 42 L'atelier de Lagor comprend aussi un « ferre de faur » dont nous ignorons l'utilité. Il est prévu (...)
  • 43 Ainsi, les marteaux à deux mains ne s'imposent qu'au xive siècle dans la documentation écrite et n (...)

9Au travers de cette médiocrité générale, une diversité des situations apparaît en demi-teinte grâce à l'apport des inventaires d'ateliers. On dispose de trois actes de ce type : celui d'Audaux (1384), un village de 84 feux en 1385, de Lagor (1385), chef-lieu de bailliage et de Jasses (1484), modeste hameau. Tous révèlent un matériel bien connu par l'iconographie, parfois découvert en fouille. La similitude est grande entre l'outillage des ateliers d'Audaux et de Jasses : une enclume, un soufflet et trois marteaux dans le premier ; une enclume, un soufflet, deux marteaux et quatre tenailles dans le second40. L'identité des deux inventaires à un siècle d'intervalle pourrait bien laisser supposer un certain immobilisme technique. En fait, de par leur laconisme, ces listes ne permettent aucune appréciation de l'innovation. En effet, le perfectionnement du matériel ne peut être saisi par la seule désignation de l'objet puisqu'il s'applique à la forme et aux conditions d'utilisation de l'outil41 et résulte, le plus souvent, d'ajustements successifs que la documentation écrite restitue rarement. L'inventaire de Lagor propose, au contraire des deux précédents, un matériel étoffé comprenant quatre marteaux dont deux gros, sans doute des marteaux à frapper devant, et deux plus petits qualifiés « d'une main », trois tenailles, une meule à aiguiser, deux enclumes dont une bigorne et deux soufflets ; enclumes et soufflets qui sont les ustensiles les plus onéreux d'une forge42. Cet atelier d'un chef-lieu de bailliage rassemble ainsi l'outillage commun de son temps et offre à l'historien un stade de l'évolution de la forge43. Certes, on le sait, les inventaires répondent à des buts divers et ne livrent pas avec la même exactitude le patrimoine qu'ils ont à enregistrer, patrimoine d'ailleurs plus ou moins obéré. Le soin avec lequel celui de Lagor a été établi pourrait tenir aux conditions tragiques qui président à son élaboration. Johan, « faur » de Lagor « malau dans [son] cors » fait enregistrer son testament et dresse avec soin et pour une dernière fois la liste de ses outils. Néanmoins, cette hiérarchie des équipements du hameau au gros bourg restitue une réalité. Elle témoigne de la diversité des revenus et des biens des forgerons de campagne, ce qui n'a rien de surprenant. Mais, il ne faudrait pas pour autant la généraliser et reconstituer, a priori et systématiquement, une pyramide d'ateliers villageois dominée par ceux des plus gros bourgs, mieux équipés et seuls capables d'honorer des commandes plus lourdes ou à la réalisation plus délicate.

  • 44 Casteide, 20 novembre 1396, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 1926, fol. 19 v°, cité par P. Luc, o (...)
  • 45 Les deux métaux, fer et acier, ne se soudent pas à la même température, il faut donc les amener à (...)
  • 46 Dans les deux cas béarnais, nous ignorons la destination des outils fabriqués. On sait qu'il exist (...)

10En effet, dans de modestes hameaux, des « faurs » sont aptes à répondre à une sollicitation exceptionnelle du marché. Ainsi, aussi bien à Gan, gros bourg (175 feux en 1385) qu'à Casteide, hameau au nord de Lescar (13 feux en 1385), les forgerons peuvent produire pour une seule commande une belle quantité de lames, lames de scie pour scieur de long, lames de faux44. Ils maîtrisent l'un et l'autre la délicate soudure feracier45 et, l'un comme l'autre, ne travaillent pas, dans ce cas, uniquement pour leur village ou leur hameau mais incontestablement pour un marché extérieur46. Le forgeron de Gan doit livrer quatre-vingt-dix lames pour scieur de long, celui de Casteide quatre-vingt-seize lames de faux. Il est même prévu que ce dernier soit astreint à une amende si la commande n'était pas honorée. Aucun autre témoignage n'a été conservé sur l'activité des deux hommes. On peut supposer que l'écrit ne restitue qu'une partie de leur activité, la mieux payée, quand la valeur et l'origine de la commande imposent la rédaction d'un acte, sans doute la moins courante. De fait, ces deux cas renvoient à la distinction entre artisanat et industrie. Les forgerons de Gan et de Casteide paraissent déployer leur activité dans chacun de ces secteurs de production, à la fois fournir leur village, mais aussi proposer une production sophistiquée et en quantité importante à un marché extérieur, participant ainsi ponctuellement à une organisation industrielle de la production. Aussi, force est de constater que la production du forgeron villageois est d'autant mieux connue qu'elle se détourne du village et se détache momentanément de l'artisanat. L'activité quotidienne des artisans du fer, la plus banale et la plus courante, sans doute composée de travaux plus ordinaires auxquels les moins doués d'entre eux se limitent, laisse moins de traces dans les sources écrites. Pourtant, les registres notariés la restituent, parfois, par le biais du travail paysan.

Le forgeron : « Mécanicien du village »

  • 47 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1598, fol. 151 v°, cité par P. Luc, op. cit., p. 240.
  • 48 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.
  • 49 G. Sicard, Le métayage dans le Midi toulousain à la fin du Moyen Âge, Toulouse, 1956, p. 42. Des e (...)
  • 50 Un exemple est conservé pour Alès dont un chapitre de la législation urbaine est consacré aux cond (...)
  • 51 S. Mondon, « Coutumes de Montsaunès (5 avril 1288) », Revue de Comminges, 1910-1911, p. 168-169.

11En 1406, un bail de métayage conclu à Ossenx prévoit la répartition des frais entre bailleur et preneur. La « cossure deu faur », c'est-à-dire l'abonnement au forgeron, est partagée entre l'un et l'autre47. Une telle pratique n'est pas exceptionnelle et n'est en rien une originalité béarnaise. Dans la vallée de Vicdessos, un paragraphe de la charte de franchises de la fin du xiiie siècle réglemente son application. Ainsi, la possibilité de faire librement réparer ses outils auprès de n'importe quel forgeron de la vallée est reconnue à tout membre de la communauté, indépendamment des accords qui auraient pu être conclus48. Cette précision répond assurément aux fréquents cas de rupture de contrat dans le cadre d'une association qui semble tout à fait banalisée dans le haut comté de Foix. Dans le Midi toulousain, cette forme d'abonnement est également attestée à la fin du Moyen Âge49. Mais, dans la majorité des cas, si les modalités juridiques du contrat, répartition des frais, rétribution de l'artisan, émergent de façon laconique de la documentation50, il est rare que les sources délivrent une information précise sur ce que la conclusion de l'acte suppose en termes de pratique artisanale. Il en est ainsi du bail de métayage de 1406 dont le sens peut, néanmoins, être éclairé à la lumière d'autres sources. En effet, de par l'attention qu'elles accordent à la forge, deux chartes de franchises, dont celle de Vicdessos à laquelle il a déjà été fait allusion et celle de Montsaunès en Comminges, répondent à cette attente51. Ici aussi s'impose la figure du forgeron « mécanicien du village », selon l'expression consacrée par Robert Fossier.

  • 52 Pour tous les termes techniques relatifs au travail de la forge, nous renvoyons à l'ouvrage collec (...)
  • 53 C'est le cas d'une faucille du lac Paladru, Les habitats du lac Paladru (Isère) dans leur environn (...)
  • 54 Le soc qui a été retrouvé sur le site de Cabaret (Aude) porte d'ailleurs sur la partie active de s (...)

12Dans le cas commingeois, le forgeron n'est pas lié à un individu comme cela semble le cas à Ossenx ou à Vicdessos mais à la communauté villageoise. Il est littéralement soumis à un contrat collectif qui lui dicte un lourd service et prévoit, en outre, qu'il répare le dommage causé aux paysans si le suivi du matériel agricole n'était pas correctement assuré. Comme à Vicdessos, il doit donc entretenir les outils. Dans le haut comté de Foix, il est prévu qu'il aiguise. Sans doute cette opération est-elle communément exigée des forgerons villageois. À Montsaunès, la rigidité du contrat impose que les travaux à opérer soient décrits plus précisément. Là aussi le forgeron doit « enputar », c'est-à-dire faire la pointe. Cette opération semble associée à un traitement thermique puisque le texte établit une étroite relation entre sa réalisation et une consommation spécifique de charbon. Ceci suppose la pratique de la cémentation, de la trempe et (ou) celle du revenu52 que les analyses de laboratoire ont révélée à partir de l'étude de certains instruments agricoles53. Dans ce cas précis, il semblerait qu'au moins la réalisation d'une partie de ce travail soit exécutée sur des socs et des coutres. Ainsi, « faire la pointe » consiste sans doute, le plus communément, à effiler et fortifier les parties tranchantes de l'outil54.

  • 55 Voir, par exemple, la grossière réparation effectuée sur une faucille du site de Rougiers, G. Demi (...)

13Dans la charte de Vicdessos, le forgeron doit, dans le cadre de l'entretien, réparer l'outillage. L'état du matériel métallique retrouvé sur des fouilles récentes, mais en dehors du Languedoc et de la Gascogne, permet d'ailleurs d'apprécier la qualité de cette intervention, somme toute banale, du forgeron55. À ces travaux s'ajoute, à Montsaunès comme à Vicdessos, la production d'outils. Les chartes citent le soc, le coutre mais également la houe dans la haute montagne ariégeoise, l'outil de labour tracté, l'outil de labour à la main, l'un et l'autre objet d'une attention toute particulière à la mesure de leur place majeure dans l'outillage paysan.

  • 56 13 mars 1473, registre d'Arthez, acte cité par P. Luc, op. cit., p. 144. La livre équivaut à 412 g (...)
  • 57 Des socs de la fin du Moyen Âge, d'origine finlandaise, qualifiés de massifs pèsent de 2 à 3,5 kg, (...)
  • 58 Les socs sont rares sur les sites médiévaux français et leur poids n'est pas systématiquement ment (...)
  • 59 Ph. Fluzin, « Il processo siderurgico : evoluzione storica e indizi archeometrici », dans La minie (...)
  • 60 Dans le cas de la forge de village, cet apport est encore rare. Nous renvoyons, dans ce présent vo (...)
  • 61 On sait de mieux en mieux distinguer, à partir des déchets d'exploitation, les différentes étapes (...)

14Pour toutes ces interventions, une répartition de l'approvisionnement en charbon de bois est prévue entre la communauté et le forgeron à Montsaunès, mais rien n'est dit du métal. En Béarn, comme dans le Midi toulousain, les contrats de métayage mentionnent parfois l'approvisionnement en fer, mais il est très rare que soit précisée la quantité de fer nécessaire à la fabrication d'un soc. C'est pourtant ce qu'indique un acte de 1473, extrait d'un registre d'Arthez, soit 12 livres « per far un borne », c'est-à-dire un peu moins de cinq kilos56. Le poids de la matière première disponible, en présumant qu'il s'agisse de fer livré en barre ou en lingot, confronté à ce que l'on sait de sa perte au forgeage, permet de restituer un outil massif pesant en moyenne quatre kilos57. Il se distinguerait alors des socs d'araire médiévaux qui ont été retrouvés sur les chantiers méridionaux et dont le poids est nettement inférieur, entre 1 000 et 1 500 grammes58. Faut-il supposer que le fer livré par le bailleur l'ait été sous forme de loupe dont il a été prouvé que la perte à l'affinage est de l'ordre de 50 % mais peut atteindre 80 % quand le métal, au sortir du fourneau, est associé à une grande proportion de scories ? Ceci renverrait à un outil proche de ceux livrés par l'archéologie puisque son poids oscillerait autour d'un kilo59. Cependant, les données actuellement disponibles sur la nature du produit semi-fini acheminé communément à la forge ne permettent pas de l'envisager. La qualité des sols de la région d'Arthez et même plus spécifiquement des terres qu'il est prévu de labourer impose-t-elle un outil plus lourd ? La quantité de métal exigée inclut-elle le prix de la mise en forme, le salaire du forgeron ? À ce stade de l'enquête, l'historien butte incontestablement sur les limites de la documentation écrite en termes d'histoire des pratiques et des gestes. Pour saisir davantage l'homme au travail et connaître les techniques de forge effectivement pratiquées, il faut absolument compléter l'apport des textes par celui du terrain60. En Béarn, cet axe de la recherche est à présent encouragé, prenant appui sur des expériences conduites en Aquitaine. Je ne doute pas que de prochains résultats viendront compléter notre connaissance du travail dans la forge béarnaise61.

  • 62 Les pointes des deux socs d'araire de Cabaret et Corné sont signalées comme fortement émoussées. O (...)
  • 63 Cette particularité est signalée par P. Luc, op. cit., p. 129.
  • 64 1467, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 2129, fol. 21 v°, cité par P. Luc, op. cit., p. 144.

15Ainsi, la nécessité d'un abonnement à ces services de base, qui en abaissait assurément le coût, constitue un indice supplémentaire du fréquent et régulier recours au forgeron. Elle pourrait être également une preuve de la mauvaise qualité du fer ouvré. La mention, dans la charte de Montsaunès, de la livraison par l'artisan de deux socs et d'un coutre par an et par famille, qui apparaît, à la première lecture, comme une exigence abusive, correspondrait au besoin pressant de renouveler un matériel dont l'usure est rapide62. Enfin, elle est assurément le signe du soin que l'on apporte à l'entretien du matériel, soin d'autant plus attentif dans une principauté qui n'abrite aucune métallurgie de base. Rappelons qu'aux xive et xve siècles, le fer est encore suffisamment précieux pour que les contrats de métayage béarnais prévoient qu'à l'expiration du bail soit énuméré le nombre des dents en fer dont disposent les herses63 et que l'on vérifie le poids des outils métalliques64.

  • 65 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 42 et 173 v°.
  • 66 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 30, 50 v°, 162.
  • 67 Pour son arsenal, le comte de Foix a recours à des spécialistes de Bordeaux, Toulouse, Bayonne et (...)

16Ainsi, le forgeron des villages béarnais est lui aussi cet artisan indispensable que l'historien a restitué dans d'autres campagnes, présent aux côtés du paysan, même s'il peut, quelquefois, répondre à un marché extérieur au village. Bien évidemment, le métier regroupe des hommes aux capacités inégales, dans des ateliers aux équipements inégaux sans pour autant qu'émerge une petite notabilité de clocher qui est perceptible ailleurs. Finalement, et à ce stade de la recherche, l'individu apparaît modeste et les produits qu'il livre, parfois d'élaboration délicate, sont exclusivement destinés aux travaux de la terre : houes, socs, lames de scie, faux. L'homme est bien au service des campagnes. De fait, aucun des forgerons de village n'a l'éclat de certains artisans des petites villes béarnaises qui, eux aussi désignés comme « faur », sont des individus à l'activité souvent très spécialisée et que les sources éclairent généreusement. Les mêmes registres notariés d'Oloron livrent avec peine la silhouette des artisans villageois alors qu'ils s'attardent sur le forgeron urbain. Ainsi, émerge le cas de Begunh de Binhes auquel huit actes sont consacrés. On voit arriver dans son atelier des jeunes des campagnes environnantes qui viennent s'y former au métier de forgeron65. Si ce « faur » fabrique exclusivement des épées, une des pièces d'armement les plus délicates à élaborer, et en achète également66, on ne le voit pas approvisionner l'arsenal comtal, ni répondre à des commandes lointaines comme d'autres forgerons et armuriers des Pyrénées67. Sans doute, simple artisan urbain, équipe-t-il les hommes de sa cité et des proches environs. Néanmoins, face à un tel individu, le « faur » de village demeure en retrait. Moins bien connu, il apparaît aussi comme différent. Déployant leurs activités à quelques kilomètres les uns des autres, ces forgerons n'évoluent pas exactement dans les mêmes espaces, ni dans les mêmes milieux, ne répondent pas à la même clientèle, n'ont pas une pratique absolument interchangeable de la forge. Ils occupent des places spécifiques dans un paysage économique où se distinguent, et cela malgré la faiblesse du phénomène urbain, forgeron de la ville et forgeron de village.

Figure 1. Villages et hameaux abritant des forgerons (Dénombrement de 1385)

Figure 2. Villages et hameaux comprenant au moins un nom de maison dérivé du terme « faur » (Dénombrement de 1385)

Notes

1 G. Duby, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, tome 1, Paris, rééd. 1977, p. 203-204.

2 R. Fossier, La terre et les hommes en Picardie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris-Louvain, 1969.

3 Ph. Wolff, « Montesquieu-Volvestre en 1405, notes de démographie et d'histoire sociale », dans Actes du 18e Congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Saint-Gaudens et le Comminges, Tarbes, 1963, p. 325-332. P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, croissance et mutations d'une société, tome 1, Toulouse, 1976, p. 472-475.

4 Ph. Maurice, « Le milieu social et familial des forgerons du Gévaudan à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 1998, p. 127-142.

5 La distinction entre artisanat et industrie au Moyen Âge a fait l'objet d'une récente mise au point, Ph. Braunstein, « L'industrie à la fin du Moyen Âge : un objet historique nouveau ? », dans L. Bergeron et P. Bourdelais (dir.), La France n'est-elle pas douée pour l'industrie ?, Paris, 1998, p. 25-40. La diversité des conditions de production du fer tant techniques, qu'économiques, sociales et politiques est bien illustrée par une série de colloques internationaux auxquels je renvoie pour une meilleure mise en perspective du cas béarnais : Paléométallurgie du fer et cultures, symposium international pour la sidérurgie ancienne, P. Benoit, Ph. Fluzin (éd.), Belfort-Sévenans, 1990, Belfort, 1995 ; La farga catalana en el marc de l'arqueologia siderurgica. Simposi international sobre la Farga Catalana, E. Tomas i Morera (éd.), Ripoll, 1993, Andorra, 1995 ; The importance of ironmaking. Technical innovation and social change, papers presented at the Norberg conference, G. Magnusson (éd.), Norberg, 1995, Stockholm, 1995. Pour l'Espagne toute proche, quelques données supplémentaires et très inégales en qualité dans Actas de la 1 jornadas sobre mineria y tecnologia en la edad media peninsulare, Léon, 1995, Léon, 1996.

6 Quelques artisans du fer, a priori plus spécialisés que le forgeron, apparaissent dans le Dénombrement des maisons de la vicomté de Béarn : couteliers à Sauveterre, « l'ostau deu Pocher en que demore un coterer », Lagor, « ostau de la coterere » ; fabricant de clochettes à Arthez, « l'ostau de l'esquier », P. Raymond, Le Béarn sous Gaston-Phoebus. Dénombrement général des maisons de la vicomté de Béarn en 1385, Pau, 1873, p. 21, 66, 86. De même, les registres des notaires d'Oloron et de Sainte-Marie restituent pour le village de Sainte-Marie, certes faubourg de la petite cité d'Oloron, deux maréchaux, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 14 v°, 18,19 r° et v° et 20, E 1768, fol. 147 ; un coutelier, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 174 v°, 175 v°. A Mourmour, on note, en 1466, deux serruriers membres de la même famille, Peyrolet et Augeret d'Artes, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1768, fol. 88 et 99. Assurément, la désignation d'une production spécialisée illustre un développement des services, une plus grande exigence des ruraux mais, au quotidien, l'éventail des travaux est d'autant plus large que la clientèle est souvent trop étroite pour que l'artisan limite ses activités. Ainsi, la spécialisation, si elle est désignée par l'écrit, est, dans la pratique, toute relative.

7 C. Verna, Le temps des moulines. Le fer et son exploitation du comté de Poix à la vicomté de Béarn, fin du xiie-fin du xve siècle, thèse de l'université de Paris I, 1994, tome 1, p. 128-130.

8 Nous utiliserons l’édition de P. Raymond, Le Béarn sous Gaston-Phoebus..., op. cit.

9 P. Luc, Vie rurale et pratique juridique en Béarn aux xive et xve siècles, Toulouse, 1943 ; B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale ( xie- xve siècle), Toulouse, 1998.

10 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1413 (Lucq), E 1916 (Pardies), E 1923 (Pardies, 1389-1393), E 1926 (Pardies, 1396-1434). Mon choix s'est porté sur ces deux localités où P. Luc mentionnait des forgerons.

11 Je tiens à remercier M. P. Dumonteil qui m'a généreusement fait profiter de sa connaissance des registres notariés d'Oloron.

12 C. Verna, Le temps des moulines..., op. cit., tome 1, p. 190 et 298.

13 Certes, Oloron n'est pas le centre de production de couteaux que l'on a longtemps cru, P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn (1343-1391), Pau, 1981, p. 245 et P. Dumonteil, « Une "charte de paix" à Oloron (17 mai 1346) », Revue de Pau et du Béarn, 1983, p. 100-102. Mais les artisans du fer y sont néanmoins bien présents. Les deux registres d'Oloron permettent d'appréhender vingt forgerons de 1418 à 1431, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 1766, fol. 10, 22 v°, 24, 30, 47, 49 v°, 52, 54, 55 v°, 70 v°, 72 v°, 74 v°, 76, 89, 91 v°, 106,110 v°, 113, 131 v°, 160 v°, 162, 170, 171, 173 v°, 176 v°, 177 r° et v°, 178 ; huit de 1433 à 1443, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 2, 7 v°, 15, 53 v°, 91 v°, 100 v°, 122 v°, 140. Durant les deux mêmes périodes, on note aussi la présence d'au moins cinq maréchaux, E 1766, fol. 16 r° et v°, 19, 20, 22 v°, 24, 29 v°, 41 v°, 54 v°, 75, 97 v°, 115, 124, 135, 138, 151 v°, 173 v°, 183, E 1767, fol. 6, 66 v°, 88 v°, 122 v°, 123,127 ; d'au moins trois couteliers, E 1766, fol. 44 v°, 75 v°, 76, 78 v°, 175 v°, E 1767, fol. 23 v°, 87 v° auxquels s'ajoute celui dénombré en 1385, « l'ostau de Berdolet de Berges en que demore un coterer », P. Raymond, op. cit., p. 33 ; d'un fabricant de sonnailles, E 1766, fol. 150 v° et d'un armurier, E 1768, fol. 113. Des familles d'artisans émergent ; des artisans étrangers à la région s'installent dans la petite cité béarnaise comme Berdolet de Poey, désigné comme maréchal de Pamiers et qui est très présent dans la documentation, E 1766, fol. 16,18, 20, 22 v°, 24, 29 v°.

14 M. Marque, Le cartulaire d'Oloron, Oloron, 1900, p. 15.

15 P. Tucoo-Chala indique que seules dix-sept communautés sur plus de quatre cents que comptait la vicomté en 1385 (dont Orthez, Oloron et Morlaas) comptabilisaient plus de cent feux, op. cit., p. 239-240 ; trois cent cinquante et une ont moins de cinquante feux, op. cit., p. 215.

16 Actes cités dans P. Luc, op. cit., p. 132, 211-212, 240 : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1413, fol. 111, E 1598, fol. 151, E 1604, E 1916, fol. 2 v°, E 1920, fol. 36 r° et v°, E 1926, fol. 19 v°. Actes cités dans B. Cursente, Des maisons et des hommes..., op. cit., p. 527 et « Vie matérielle et société dans le Béarn médiéval d'après quelques inventaires de maisons », Revue de Pau et du Béarn, 1996, p. 46 : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1594, fol. 10, E 1595, fol. 6 et 28, E 1600, fol. 118.

17 Ph. Maurice, à partir du dépouillement de plus de cent cinquante registres du minutier de la Lozère (xve siècle), a exhumé cent seize forgerons, mais leur implantation est majoritairement urbaine, Ph. Maurice, « Le milieu social... », op. cit., p. 127.

18 Trois exceptions : le forgeron d'Ogeu impliqué dans un contrat de gazaille en 1426 et dans un remboursement de dette en 1428, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 77 v° et 105 ; celui de Gurmençon, témoin d'une reconnaissance de dette (1434), créditeur d'une autre (1441), et partie dans un contrat de gazaille (1441), Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 17 v°, 104 v° et 115 v° ; enfin celui d'un des quartiers de Monein qui reconnaît avoir contracté deux dettes en 1440 et 1441, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 86 v° et 103 v°.

19 Nous faisons référence, bien évidemment, à l'expression forgée par R. Fossier.

20 R. de Saint-Jouan, Le nom de famille en Béarn et ses origines, Pau, 1992, p. 109-112. L'auteur est en désaccord avec l'interprétation de P. Raymond auquel il reproche d'avoir « considéré en général les noms [de maison type nom de métier] comme des noms communs et de les [avoir] écrits avec une minuscule », op. cit., p. 109. C'est ainsi que P. Raymond dénombre soixante-deux forgerons.

21 R. de Saint-Jouan, op. cit., p. 110.

22 Toutes les mentions que j'ai retenues sont extraites de l'édition de P. Raymond : Ramous, « l'ostau de Monic de Sent-Johan, faur », p. 18 ; Gurmençon, « l'ostau or la fargoe es », p. 39 ; Araujuzon, « l'ostau d'Arnaut-Guilhem deu Vic, faur », p. 59 ; Gurs, « l'ostau deu Lau en que demore lo faur de la viele », p. 61 ; Lagor, « l'ostau or es la fargoe fo diit que ere de P. Faur », p. 67 ; Bourg-neuf (quartier de Monein), « l'ostau de Berdolet de Bernat, faur », p. 77 ; Arthez, « la borde de Guilhemo de Guilhem, faur », p. 87 ; Arance, « l'ostau de Sent-Sever en que demore lo faur », p. 89 ; Lescar, « l'establerie de l'abesque en que esta un faur », p. 92 ; Nousty, « l'ostau d'Arnaut de la Masoo, faur », p. 111 ; Casteide-Cami, « l'ostau de Berdolet de l'Abadie, faur », p. 126 ; Maspie, « l'ostau de Guilhemo de Sent-Martii, faur », p. 132 ; Lembeye, « l'ostau de Berdot de Berduc, faur » et « l'ostau de Johanet de Berduc, faur », p. 133 ; Juillac, « l'ostau deu faur or la fargoe es », p. 137 ; Conchez, « l'ostau de Johanet deu Clos, faur », p. 138 ; Pontac, « l'ostau qui fo de Guilhem lo faur », p. 147 ; Garos, « l'ostau de Bernat de Bugue, faur », p. 153 ; Nay, « l'ostau de Johant de Pe, faur », p. 157 ; Beon, « l'ostau d'Aramon Faur or es la fargoe », p. 165. Nous avons volontairement exclu de cette recension le terme « ferredor » qui, selon le dictionnaire de V. Lespy et P. Raymond, désigne très généralement celui qui travaille le fer. Signalons que P. Tucoo-Chala attribue le même sens aux termes « faur », « feredor », « ferrador/ferador » dans son édition des Cartulaires de la vallée d’Ossau, Saragosse, 1970, p. 81-88. Cependant, quand à Oloron, les rédacteurs du Dénombrement distinguent le « faur » du « ferredor », on ne peut que conclure à la diversité de leur activité ou de leur statut, sans pour autant parvenir à les distinguer clairement.

23 B. Cursente, « Vie matérielle... », op. cit., p. 43 et 51. De tels bourgs spécialisés émergent parfois de la documentation. Ph. Wolff a présenté celui de Montequieu-Volvestre, « Montesquieu-Volvestre en 1405... », op. cit. Dans le comté de Foix, La Bastide-du-Sérou est aussi un « village d'artisans » et même un « village de forgerons », C. Verna, Le temps des moulines..., op. cit., p. 397-400.

24 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus..., op. cit., p. 226-229.

25 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 112, 168 v° ; E 1767, fol. 7, 13 v°, 17 v°, 63 v°, 85 v°, 104 v°, 115 v° ; E 1768, fol. 81.

26 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 168 v° ; E 1767, fol. 63 v°.

27 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 7, 85 v° ; Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 112, E 1767, 17 v°, 104 v° et 115 v°. Rappelons qu'un forgeron est attesté à Gurmençon en 1385 qui, à cette date, comptabilisait quatorze feux. Verdets en comptait quinze, P. Raymond, op. cit., p. 39 et 48.

28 Pour Béon, Casteide, Gurmençon, Maspie, voir références note 22. Pour Lurbe, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 29 v° ; pour Verdets, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1767, fol. 7 et 85 v°.

29 Nous avons exclu de cette recension d'autres formes de nom de maison qui pouvaient aussi se rapporter au travail de la forge (de Faurie, de Lafaurie, de la Faurie, de la Fargoe, de Lafargoe, de la Fargoete, de Fargoes, Laforgue, de Forgue, la Herrere) ou au forgeron (Ferredor, Fargoer) ce qui réduit d'autant l'empreinte onomastique. Les individus concernés sont mentionnés p. 2, 6-11,14-19, 21, 25, 26, 28, 29, 35, 37-39, 42-53, 56-60, 62, 66, 68-72, 74-75, 82-84, 87-89, 91-92, 95-98, 100-103, 105-107, 110-111, 112-113, 115-119, 122-125, 127-133, 135-146, 148, 152-159, 162, 164-165, 167, 172-173 ; pour les patronymes dérivés du terme « tisner » se reporter p. 5, 25, 43, 49, 69, 73, 84, 94, 100, 102-104, 107, 112, 114, 121, 124, 141, 152, 156-159, 166, 169 ; pour ceux dérivés du terme « molier » p. 19,22, 36, 57, 60, 90, 115, 160.

30 À partir du cas du Gévaudan, Ph. Maurice aboutit à une conclusion tout à fait comparable, Ph. Maurice, op. cit., p. 128.

31 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1595, fol. 6, 38 ; E 1600, fol. 118, cités par B. Cursente, Des maisons..., op. cit., p. 527 qui note que dans le petit pays autour de Navarrenx, les artisans, toutes spécialités confondues, sont bien représentés parmi les jurats.

32 B. Cursente, Des maisons,...op. cit., p. 519.

33 B. Cursente, op. cit., p. 521.

34 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 24 et 50 v°.

35 Si P. Luc signale que des troupeaux de plusieurs centaines de têtes possédés par des personnes privées ne sont pas rares, c'est plutôt la pauvreté du cheptel que relève B. Cursente à partir des exemples d'Audaux, Bugnein et Geup, tout à fait comparables aux cas des forgerons concernés. Signalons que pour le gros bétail, le nombre moyen de têtes par contrat de gazaille oscille entre deux et quatre, B. Cursente, op. cit., p. 522-523.

36 Pour la période 1417-1443, les sommes concédées à des forgerons d'Oloron (11 actes) s'échelonnent de 27 sous à 18 florins, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 70 v°, 76, 91 v°, 106 v°, 113, 131 v°, 160 v° ; E 1767, 7 v°, 15, 53 v°, 140 ; celles à des forgerons des villages environnants (8 actes) de 36 sous à 26 florins, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 1766, fol. 55 v°, 105 ; E 1767, 60 v°, 63 v°, 77, 86 v°, 103 v°.

37 Dans les deux cas, les sommes de 5 et 7 florins sont parmi les plus hautes que ces artisans, urbains ou ruraux, sont capables d'avancer, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 49 v°, 52, 54, 72 v°, 74 v°, 170, 171, 177 r° et v°, 178 ; E 1767, fol. 85 v°, 104 v° et 122 v°.

38 B. Cursente note « qui tient l'accès au numéraire tient un levier d'ascension sociale », Des maisons..., op. cit., p. 525.

39 C'est le cas, par exemple, de la famille Galhard, originaire du bourg de La Bastide-du-Sérou (département de l'Ariège), C. Verna, Le temps..., op. cit., p. 397-398. En Béarn, cette notabilité semble davantage l'apanage d'artisans spécialisés. P. Tucoo-Chala cite le cas des chaudronniers de Navarrenx, op. cit., p. 245. Précisons que les forgerons ayant accédé à une forme de reconnaissance sociale en Gévaudan sont tous repérés en ville, Ph. Maurice, op. cit.

40 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1594, fol. 10, signalé par B. Cursente, « Vie... », op. cit., p. 51. Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1604, signalé par P. Luc, op. cit., p. 211. Ces outils, peu nombreux, sont ceux que l'on voit régulièrement cités dans les inventaires béarnais, peu diserts. Quand, en 1422, Pierre de Lafaurie achète à Oloron le matériel de forge qui lui est nécessaire pour s'installer, l'acte énumère l'enclume, le soufflet et des « ostilhes de fargoe », Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 22 v°.

41 P. Benoit, V. Chieze, « Images de la forge dans les manuscrits de la Bibliothèque nationale, xiii-xvie siècles », Pierres et terre, 1990, p. 11-18.

42 L'atelier de Lagor comprend aussi un « ferre de faur » dont nous ignorons l'utilité. Il est prévu qu'il puisse « tourner » au même titre que la meule, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1920, fol. 36, signalé par P. Luc, op. cil., p. 211. Une autre meule à aiguiser « fer he asser » fonctionnant grâce à la force hydraulique est citée dans un acte qui en prévoit la construction en 1332, dans le village de Bourgaber, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1916, fol. 2 v°, signalé par P. Luc, op. cit., p. 211.

43 Ainsi, les marteaux à deux mains ne s'imposent qu'au xive siècle dans la documentation écrite et ne deviennent fréquents dans les miniatures qu'à partir du xvie. La mention d'une bigorne correspond à la diversité des enclumes de la fin du Moyen Âge et la meule à aiguiser est utilisée couramment au même moment, P. Benoit, V. Chieze, op. cit. ; P. Benoit, I. Guillot et A. Ploquin, « Les forges minières au Moyen Âge et à la Renaissance, approche archéologique et paléométallurgique », dans Compagnes médiévales, l'homme et son espace, études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 639-652. Il ne s'agit en aucun cas d'un matériel rudimentaire pour l'époque, contrairement à ce que note P. Tucoo-Chala, op. cit., p. 245.

44 Casteide, 20 novembre 1396, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 1926, fol. 19 v°, cité par P. Luc, op. cit., p. 132. Gan, 10 juillet 1424, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 43 v°.

45 Les deux métaux, fer et acier, ne se soudent pas à la même température, il faut donc les amener à leur palier respectif de fusibilité. En outre, l'élaboration d'une faux est complexe : plus de vingt opérations différentes sont nécessaires pour réaliser l'objet.

46 Dans les deux cas béarnais, nous ignorons la destination des outils fabriqués. On sait qu'il existe au Moyen Âge une circulation et un marché des outils agricoles qui dépassent largement le milieu local, C. Verna, Le temps..., op. cit., p. 198-199. À une autre échelle, rappelons que les faux de Styrie sont l'objet d'un commerce international. Leur qualité tient, entre autres, à l'acier naturel riche en manganèse à partir duquel elles sont élaborées. Il est regrettable que nous ignorions tout de l'origine de l'approvisionnement des forgerons des villages béarnais car la production d’acier naturel est aussi la spécialité du comté de Foix qui alimente à cette date une grande partie du Languedoc. Un fer de qualité, fortement carburé, est également produit dans les provinces basques qui exportent vers le Béarn. Sur les faux, consulter, F. Sigaut, « Le fer dans l'agriculture », dans Le village médiéval et son environnement, études offertes à J.-M. Pesez, L. Feller, P. Mane et F. Piponnier (dir.), Paris, 1998, p. 413-426. En Béarn, on ne peut que constater l'extrême capillarité du marché du fer : de petites quantités de métal s'échangent et passent de mains en mains, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1768, fol. 99 et 131.

47 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1598, fol. 151 v°, cité par P. Luc, op. cit., p. 240.

48 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

49 G. Sicard, Le métayage dans le Midi toulousain à la fin du Moyen Âge, Toulouse, 1956, p. 42. Des exemples sont également connus pour la Provence, M.-Th. Lorcin, « L'artisan dans le village médiéval : du chantier de fouilles à la mythologie », Bulletin du centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1984, p. 14-15.

50 Un exemple est conservé pour Alès dont un chapitre de la législation urbaine est consacré aux conditions de renouvellement de l'abonnement, A. Bardon, Histoire de la ville d'Alès, 1250-1340, Nîmes, 1896, p. 132-133.

51 S. Mondon, « Coutumes de Montsaunès (5 avril 1288) », Revue de Comminges, 1910-1911, p. 168-169.

52 Pour tous les termes techniques relatifs au travail de la forge, nous renvoyons à l'ouvrage collectif de nos collègues suisses, Techniques des fouilles, minerai, scorie, fer. Cours d'initiation à l'étude de la métallurgie du fer ancienne et à l'identification des déchets de cette industrie, gsaf/sagea, Bâle, 1997.

53 C'est le cas d'une faucille du lac Paladru, Les habitats du lac Paladru (Isère) dans leur environnement. La formation d'un terroir au xie siècle, M. Colardelle, H. Verdel (dir.), daf no 40, Paris, 1993, p. 234-235.

54 Le soc qui a été retrouvé sur le site de Cabaret (Aude) porte d'ailleurs sur la partie active de sa face inférieure un renfort qui pourrait bien être mis en rapport avec de telles pratiques, M. Barrere, « Les objets en métal », dans Cabaret, histoire et archéologie d'un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours, Aude, M.-E. Gardel (dir.), Carcassonne, 1999, p. 834 et 847. J.-M. Lassure signale également que la pointe d'un des socs d'araire de Corné (Gers) est bombée et épaissie, J.-M. Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne aux xiie et xiiie siècles. Le mobilier du site archéologique de Corné a l'Isle-Bouzon (Gers), Toulouse, 1998, p. 308.

55 Voir, par exemple, la grossière réparation effectuée sur une faucille du site de Rougiers, G. Demians d'Archimbaud, Les fouilles de Rougiers. Contribution à l’archéologie de l'habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris, 1980, figure no 435.

56 13 mars 1473, registre d'Arthez, acte cité par P. Luc, op. cit., p. 144. La livre équivaut à 412 grammes selon S. Palay, Dictionnaire du béarnais et du gascon modernes, Pau, 1932, rééd. cnrs, 1961, p. 621.

57 Des socs de la fin du Moyen Âge, d'origine finlandaise, qualifiés de massifs pèsent de 2 à 3,5 kg, cité dans G. Cornet, Le paysan et son outil, essai d'histoire technique des céréales, (France, viii - xve siècle), Rome, 1992, p. 70.

58 Les socs sont rares sur les sites médiévaux français et leur poids n'est pas systématiquement mentionné dans les publications. Nous disposons, néanmoins, de trois socs d'araire retrouvés dans leur intégralité en Languedoc et en Gascogne, à Bétance (Haute-Garonne), Cabaret (Aude) et Corné (Gers), fouilles récentes dont les résultats sont publiés ou en cours de publication. Le soc de Cabaret, en bon état de conservation, pèse 1050,3 grammes, poids à partir duquel on peut restituer, en tenant compte de la corrosion, un outil de 1 300 grammes. De même, le soc d'araire le mieux conservé sur le site de Corné pèse 1 400 grammes auxquels il faut ajouter, pour reconstituer son poids originel selon J.-M. Lassure, environ 200 grammes, l'outil corrodé ayant effectivement perdu une partie de sa pointe, fortement émoussée. Les poids des socs de Cabaret et de Corné m'ont été aimablement communiqués par M.-E. Gardel et J.-M. Lassure.

59 Ph. Fluzin, « Il processo siderurgico : evoluzione storica e indizi archeometrici », dans La miniera perduta, cinque anni di ricerche archeometallurgiche nel territorio di Bienno, C. Cucini Tizzoni et M. Tizzoni (éd.), Breno, 1999, p. 67.

60 Dans le cas de la forge de village, cet apport est encore rare. Nous renvoyons, dans ce présent volume, à l'article de M.-C. Bailly-Maitre.

61 On sait de mieux en mieux distinguer, à partir des déchets d'exploitation, les différentes étapes du travail de la forge. Rappelons l'article pionnier en ce domaine, P. Benoit, I. Guillot, « Scories de réduction, scories de forge : approche analytique et archéologique », dans Archaeometallurgy of Iron, 1967-1987, Liblice, 1987, Prague, 1989, p. 53-64, suivi de P. Benoit, I. Guillot et A. Ploquin, « Les forges minières au Moyen Âge et à la Renaissance... », op. cit. Une identification et classification des déchets de forge en rapport avec les pratiques dont ils témoignent et une bibliographie récente sont proposées dans Techniques des fouilles…, op. cit., p. 29-37. Pour l'application de cette recherche à l'archéologie en région Aquitaine, nous renvoyons aux travaux de J.-C. Leblanc. Dans l'attente de sa thèse, les résultats qu'il a obtenus sont énoncés dans J.-C. Leblanc, « Caractérisation d'une activité spécialisée : des forgerons-charrons au premier siècle après J.-C. (cité judiciaire, Bordeaux), premiers résultats », dans Mélanges Claude Domergue, Pallas, 1997, p. 251-257.

62 Les pointes des deux socs d'araire de Cabaret et Corné sont signalées comme fortement émoussées. Outre la qualité du métal, la conduite même des labours, telle que l'on peut la reconstituer, pourrait expliquer cette usure rapide. Rappelons que les expériences d'archéologie expérimentale menées par G. Lerche au Danemark ont prouvé, entre autres, la dégradation des pièces métalliques ; trois socs ont été nécessaires pour labourer un champs de deux hectares et demi, G. Lerche, « Ridged fields and profiles of plough-furrows, ploughing practices in medieval and post medieval times. A study in experimental archaeology », Tools and tillage, 1986, p. 131-156.

63 Cette particularité est signalée par P. Luc, op. cit., p. 129.

64 1467, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 2129, fol. 21 v°, cité par P. Luc, op. cit., p. 144.

65 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 42 et 173 v°.

66 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1766, fol. 30, 50 v°, 162.

67 Pour son arsenal, le comte de Foix a recours à des spécialistes de Bordeaux, Toulouse, Bayonne et de Liège. Sans doute, les armuriers de Morlaas sont aussi sollicités, P. Tucoo-Chala, op. cit., p. 246 ; C. Verna, op. cit., tome 1, p. 457-463. Par ailleurs, on sait que des forgerons de petites villes des Pyrénées centrales ont pu répondre à des commandes royales quand il a fallu équiper l'armée de Philippe le Bel, Ph. Wolff, « Achat d'armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine », Annales du Midi, 1949, p. 84-91.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Villages et hameaux abritant des forgerons (Dénombrement de 1385)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Figure 2. Villages et hameaux comprenant au moins un nom de maison dérivé du terme « faur » (Dénombrement de 1385)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/24131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search