Version classiqueVersion mobile

L’habitat dispersé

 | 
Benoît Cursente

Avant-propos

Benoît Cursente

Texte intégral

Le jour même où la poste nous livrait le tapuscrit de sa contribution, nous apprenions la disparition de Jean-Marie Pesez. C’est avec un sentiment où se mêlent le chagrin, l’admiration et la reconnaissance que nous lui dédions cette publication.

1Durant les dernières décennies de ce siècle, la question de la genèse du village européen a fortement retenu l’attention des historiens médiévistes et des archéologues pour donner lieu à des travaux qui ont abouti à des avancées considérables. L’habitat dispersé a alors constitué un aspect subsidiaire des préoccupations de la recherche. Il apparaît à présent nécessaire de le considérer en raison de son intérêt propre et non plus comme une forme d’habitat servant en quelque sorte de faire valoir au « triomphe du village ». C’est à cette préoccupation nouvelle que se sont efforcées de répondre en 1996 les dix-huitièmes journées d’histoire de Flaran, dont ce livre publie l’essentiel des travaux.

  • 1 A. Demangeon, « Une carte de l’habitat », dans Annales de géographie, 1933, t. XLII, p. 225-232.
  • 2 P. Gentelle, « Géographie et archéologie », dans Encyclopédie de la géographie, A. Bailly, R. Ferr (...)

2« Habitat dispersé » : on se trouve au départ en présence d’un sujet emprunté au répertoire des anciens géographes. Il correspond à une phénoménologie des formes d’habitat et à une réflexion sur le mode d’humanisation d’un territoire. Chacun garde en tête le fameux coefficient de dispersion proposé par Albert Demangeon voici plus d’un demi-siècle1. Cependant, un récent aphorisme tel que « l’archéologue n’est autre chose qu’un géographe du passé comme le géographe n’est que l’archéologue présent » donne le faux espoir d’utiliser pour les périodes anciennes la belle ordonnance de la pensée géographique2. En effet, dès que les historiens et les archéologues s’intéressent à l’habitat dispersé, la vision des faits se brouille et il est nécessaire d’élaborer et de déployer un lourd apparat méthodologique pour détecter les biais de raisonnement et pallier les lacunes documentaires. Une méthode commune consiste à procéder de façon régressive à partir de la documentation et des formes les plus récentes. Le principe est sain, à la condition d’impitoyablement traquer les fausses continuités et les apparentes ruptures. Une majorité des sites que fouille l’archéologue sont de petits habitats nous rappelle J.-M. Pesez. Mais il faut tenir compte qu’on ne fouille fréquemment qu’une partie du site, et qu’on ne repère souvent qu’un vestige résiduel (église, nécropole, motte). De préférence à ces chantiers tributaires des grands travaux, les Anglais pratiquement et préconisent la méthode du survey (prospection systématique), qui ne donne pas non plus de résultats absolus, ainsi que le note ici Pierre Sillières en tirant les leçons de son expérience gasconne.

3Enfin et surtout, l’étude de l’habitat dispersé médiéval et moderne prend nécessairement (et avant tout) en compte les données de la documentation écrite. Or, on se trouve d’abord face à un « trou noir » qu’il faut franchir sans dommage avant que l’histoire apporte sa lumière. Il est d’ordre lexical. En effet en général et jusqu’à une date avancée – on en trouvera ci-après de multiples exemples – les textes livrent une profusion de termes à champ sémantique variable ou incertain, tant en latin qu’en langue vernaculaire, qui brouillent le regard des historiens et des archéologues davantage qu’ils ne l’éclairent. D’un siècle à l’autre, des changements sémantiques radicaux peuvent intervenir (cf. par exemple celui qui affecte le mas dans l’étude d’E. Pélaquier). Il n’est que trop rarement possible de mettre à coup sûr en vis à vis un vestige matériel donné et un élément du lexique (par ex. pour le Sud-Ouest de la France : tel vestige d’habitat est-il une borde ? un mas ? un capmas ?). Et le dialogue entre deux historiens parlant du village et du hameau s’avère souvent difficile (utilise-t-on la palette lexicale médiévale ? moderne ? celle de la littérature de manuel ? celle du cru ? celle des géographes ? celle de l’administration ? dans ce cas à quelle date ?).

4Pour finir, se pose pour l’habitat dispersé la même question épistémologique que pour la village. Un débat qui divise historiens et archéologues. Faut-il considérer que la diversité et la ductilité des formes d’habitat constituent une donnée de départ qui conditionne tout raisonnement ? Faut-il au contraire – et c’est la parti défendu ici par J.-M. Pesez – définir des catégories bien caractérisées, forcément simplificatrices, qui s’avèrent manifestement opératoires ? C’est considérer l’habitat dispersé comme un négatif du village défini, nous rappelle-t-il, comme un habitat groupé autour d’un pôle structurant, dominant un terroir organisé, et constituant une entité morale institutionnellement reconnue.

5Nous sommes parti de l’habitat dispersé comme d’une bonasse et consensuelle catégorie descriptive. Nous voici déjà dans le débat. C’est délibérément le parti que prend David Austin, dans un discours qui tranche quelque peu avec le discours académique habituel. Toute vérité historique, nous rappelle-t-il, se trouve là ou se situe le coeur du politique. Aucun discours sur l’habitat en général, et sur l’habitat dispersé en particulier, n’est neutre : il peut refléter une idéologie dominante (le village comme « source et idéal du mode de vie anglais »), ou au contraire – il en fait une démonstration – un engagement militant. Il est intéressant de comparer les termes du débat quelque peu « franco-français » sommairement évoqué plus haut avec la double appréhension de la question de l’habitat dispersé qui a cours dans le Royaume-Uni. D’une part l’habitat dispersé, considéré comme forme « naturelle » et immémoriale du peuplement, qui se développe comme une création continue (steady state) malgré l’aberration que constitue dans la longue durée la présence du village. D’une autre part l’habitat nucléarisé considéré, dans une perspective évolutionniste, comme la forme normale que prend l’habitat dans un processus de centralisation, et à partir duquel se développent des formes de dispersion secondaires...

6Entre une quête qui se propose de restituer la matérialité de l’habitat dispersé et une spéculation de nature « méta-historique », se situe le travail ordinaire de l’historien, qui est un travail de recherche de sens et de mise en perspective. Plusieurs angles d’observation sont à envisager, souvent simultanément.

  1. On ne peut apprécier le caractère dispersé d’une forme d’habitat que par rapport à la texture générale de l’habitat du pays dans lequel elle se situe. La dispersion est bien évidemment une notion relative, qui ne prend de sens que par rapport à une échelle qui va du groupement total à la dispersion absolue. Un village fouillé par un archéologue devient – trop – rapidement un paradigme (par ex. Rougiers). Un petit habitat ne peut prendre de sens que par rapport à un ensemble. D’où la difficulté d’appréhender l’habitat dispersé pour les périodes les plus anciennes.
  2. On se situe, en gros, dans trois cas de figure possibles. Dans le premier cas (qui est logiquement peu envisagé ici), l’habitat est massivement groupé, et la dispersion constitue une forme d’habitat minoritaire. Dans le second cas, l’habitat est très majoritairement dispersé, et ce sont les noyaux villageois (les « bourgs ») qui constituent l’exception (Bretagne, Limousin, Galice...). Enfin existe entre ces deux premiers cas de figure, toute en gradation, une large palette de secteurs hybrides.
  3. Il importe de distinguer les formes et les degrés de la dispersion. De même qu’on ne peut raisonner sainement sur l’espace sans préciser l’échelle d’observation adoptée, on ne peut discourir correctement sur la dispersion sans clarifier quelques définitions. Dans le cas contraire, le risque serait que certains discours sur la dispersion, mutatis mutandis, sonnent aussi faux que les commentaires des journalistes parisiens de cette fin de siècle qualifiant sans sourciller de « village » une agglomération provinciale de plus de 10 000 habitants. Car il faut bien prendre en compte que ce qui est perçu comme dispersion depuis les murailles d’un bourg (lieu où sont généralement produits les documents écrits), peut être considéré comme groupement depuis une cour de ferme isolée. Tout simplement, d’abord, il y a la maison isolée et le hameau. Le hameau, ainsi que Marc Bloch l’avait parfaitement observé, correspond bel et bien à une première forme de groupement, en sorte que la transformation de la ferme mono-cellulaire en hameau correspond à une mutation structurelle3. A l’autre extrémité, il est des hameaux bien plus étoffés que les agglomérations ayant institutionnellement rang de villages. Groupement ou dispersion ? E. Pélaquier propose pour ses masages la qualification d’habitat « groupé-aéré ». Hameau ou village ? Une analyse approfondie des limites et des variations de ces discriminations et de leurs fondements institutionnels, économiques, sociologiques, constitue un sujet d’étude en soi.
  4. On ne peut concevoir la dispersion comme un phénomène statique, mais comme un système doté d’une dynamique propre. Le hameau constitue une admirable structure-édredon, susceptible d’absorber, sans que la texture générale du peuplement change de nature, des phases de croissance et de crise démographique et capable aussi de recouvrir des changements sociaux considérables. C’est ce que montre ici de façon limpide, pour la Galice moderne, Pegerto Saavedra. Voilà qui pose les limites du regard des médiévistes. Ceux-ci sont capables dans le meilleur des cas de proposer une vision géographique en continu des nuances de la dispersion à un moment donné (ainsi Daniel Mouthon dans le Bordelais), mais leurs sources ne leur permettent guère de restituer les oscillations considérables – lourdes d’implications – d’une structure de dispersion.
  5. Un habitat dispersé correspond à une unité dotée d’un degré d’autonomie très variable. Il peut n’être qu’une unité subordonnée à une autre unité, qui est la véritable organisatrice de l’espace social. Il peut au contraire constituer la cellule organisatrice d’un espace agraire ou agropastoral. Pour qui étudie une structure d’habitat en coupe synchronique, ce distinguo me semble infiniment plus utile que celui qui oppose dispersion primaire et secondaire. L’autonomie de l’unité d’habitat dispersé se joue principalement sur trois critères (qui peuvent se combiner) : a) la fonctionnalité : l’habitat dispersé peut n’être que le bâtiment d’exploitation d’une maison de bourg ; b) la place dans le système familial (par ex. dans les Pyrénées une borde peut correspondre à la maison d’un cadet, subordonné à celle du chef de famille ou au contraire en révolte contre lui) ; c) la place dans le système social : une exploitation isolée peut être tenue en faire valoir direct par un paysan, ou bien constituer une métairie possédée par un bourgeois. Au bout du compte, c’est la capacité de reproduction de l’unité d’habitat considérée qui est en cause et donc sa capacité à perdurer et à évoluer : cellule vivante ou réceptacle ? On trouvera ci-après de significatives contributions à ce thème. Jean Tricard souligne que le mas du Limousin de la fin du Moyen Âge est indissociable de la famille élargie et de pratiques communautaires. C’est qu’on a là le prototype de l’habitat dispersé autonome. En contrepoint, Marie-Claude Marandet oppose les campmas de la campagne de Castelnaudary, métairies possédées par des bourgeois qui s’opposent à tout morcellement, et ceux des villages, fermes paysannes qu’on voit aux xvie et xviie siècles bourgeonner en hameaux.
  6. Dans cette problématique de la plus ou moins grande autonomie d’un habitat dispersé, l’association organique, dans la longue durée, entre une maison de bourg et un habitat de hameau constitue un cas de figure qui mérite d’être distingué. Il est plus fréquent qu’on ne le pense souligne ici J.-M. Pesez. Et Elie Pélaquier nous offre, étudié au microscope, un case study exemplaire, celui du village bas-rhodanien de Saint-Victor-de-La-Coste, où le mas isolé de la plaine a depuis le xiiie siècle constitué l’annexe agricole de la demeure serrée dans le castrum (le « Lieu »), avant le basculement qui s’amorce à la fin du xvie siècle, et qui arrive à son terme deux siècles plus tard avec la désertion du Lieu. A un habitat socialement mélangé, mais topographiquement écartelé, succède un habitat socialement différencié mais topographiquement rassemblé au sein des « masages ».

7Au total, avec ses multiples variables en incessante interférence, l’étude de l’habitat dispersé se prête manifestement à une démarche systémique. En présentant les choses autrement, toute recherche étiologique revient à mettre au jour un faisceau multicausal. La réévaluation des explications de type social ne doit en aucune manière occulter la pesanteur des contraintes géographiques. Il est ici noté que les hautes terres ingrates (Aubrac) ou les plaines marécageuses (landes de Gascogne), tardivement occupées, sont incontestablement des terres de prédilection de l’habitat dispersé. Cependant, dès que l’observation se fait plus fine, les limites des facteurs naturels se font jour. On trouve une semblable dispersion dans des secteurs aux aptitudes inégales comme le note Lluis To Figueras pour l’Espagne du Nord, et à l’inverse un milieu géographique homogène peut porter un tissu d’habitat contrasté.

  • 4 Je me permets de rappeler le rôle de jalon historiographique qu’ont joué en 1988 les Dixièmes jour (...)

8Du reste, si on entreprend de descendre le fil de l’histoire à partir de l’Antiquité tardive, ainsi qu’on Ta fait dans ce colloque, on ne signale pas au départ d’opposition entre zones de nucléarisation et zones de dispersion puisque partout, avec certes des contrastes de densité régionaux et micro-régionaux, prévaut un tissu d’habitats dispersés de nature diverse (cf. ici l’étude de Pierre Sillières). Les siècles du haut Moyen Âge se placent à la fois en continuité et en rupture avec l’héritage antique. Continuité, puisque la texture demeure massivement dispersée. Rupture, car pour autant la continuité des sites fut loin de constituer la règle. Incontestablement, une modification majeure, dont on s’agace à ne pas discerner clairement les clés, s’est produite durant les siècles du haut Moyen Âge. On a pu à son sujet commettre des contresens, ainsi à propos de la région du Duero que Ton crut désertée sous l’effet des raids musulmans. Jorge Quiroga et Monica Lovelle apportent leur contribution à la révision – déjà largement avancée – de ce schéma. Il y eut selon eux non pas abandon mais réorganisation de l’habitat. Je m’étonne que dans ce colloque on n’ait pas davantage évoqué les effets de la vigoureuse croissance agraire qui s’amorce à partir du ixe siècle, et dont nul ne conteste plus l’existence4. En bien des endroits, cette croissance marque une rupture dans l’ancienne occupation de l’espace tout en créant une multitude d’unités d’habitat dispersé.

9C’est aux xie et xiie siècles que les historiens placent l’avènement massif des villages. Ce phénomène, on le sait, a reçu des noms génériques qui sont passés dans la littérature de manuel : encellulement, incastellamento. Traduction matérielle la plus visible et la plus durable de l’avènement de la féodalité, la concentration de l’habitat constitue un processus d’une puissante cohérence politique, sociale, économique. Il s’agit on le sait de rassembler les hommes pour mieux les dominer, il s’agit aussi ce faisant de favoriser la croissance pour mieux en capter les fruits. Plusieurs des contributions rassemblées ici illustrent ce phénomène. L’habitat en villages l’emporte là où la « modernité féodale » s’impose. Par contre, l’habitat dispersé perdure là où la puissance publique « à l’ancienne » parvient à se maintenir, dans des interstices (le Lochois), ou plus largement dans les secteurs périphériques de l’espace social féodal. Ici, la faiblesse de la seigneurie banale a parfois pour corollaire la force d’une paysannerie plus longtemps restée libre et armée. En quelque sorte, ainsi que l’avance J.-M. Pesez comme hypothèse, la dispersion serait « la contre-épreuve de l’incastellamento ». Or, là encore, les choses sont, à l’examen, beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît au premier abord. La contribution de Lluis To Figueras est à cet égard essentielle. Ayant la chance de pouvoir s’appuyer sur la très riche documentation catalane, il démontre que, pour s’enraciner dans la longue durée, Tordre féodal avait en somme deux fers au feu. Il pouvait, certes, pousser à la nucléarisation de l’habitat. Mais il pouvait aussi favoriser l’implantation des cellules paysannes sur une poussière de mas étroitement soumis au contrôle seigneurial. Voilà donc ouverte une nouvelle piste de recherche. En attendant une vague de nouveaux travaux sur ce thème, les différentes analyses ne paraissent pas inconciliables. L’émiettement et la faiblesse de la seigneurie banale aux xie et xiie siècles semblent malgré tout avoir constitué un facteur favorable au triomphe de la dispersion. C’est ce que suggère notamment Daniel Pichot pour les pays de l’Ouest.

10Au-delà du xiie siècle, les modifications qui interviennent sont souvent mieux documentées et partant – en principe – plus faciles à interpréter. Là où le village s’est imposé, on peut désormais parler d’habitat intercalaire. Et l’achèvement du tissu d’habitat correspondant au premier monde plein de l’histoire de l’Europe passe par une densification du semis de la dispersion. Un peu partout bourgeonnent les maisons fortes ou les grosses fermes fossoyées. Un peu partout, aussi, existent des dossiers textuels permettant d’assister sur le vif ou presque à la naissance d’un finage de dispersion par défrichement et/ou allotissement d’un domaine seigneurial.

11Quel fut l’effet de la période des crises des xive et xve siècles sur le tissu d’habitat dispersé ? De façon sans doute significative, aucune contribution n’envisage ici directement cette question. Il est évident que les ondes pesteuses entraînèrent une multitude d’abandons, et que les épisodes guerriers ne furent pas sans conséquence (encore que l’existence d’un double habitat, intra-muros et en plein champ, ait en bien des endroits, jusqu’au xvie siècle, constitué un palliatif à l’insécurité). Les effets des crises sur la dispersion furent parfois indirects, ainsi dans l’Aubrac la progression de l’élevage en estives provoqua-t-elle la désertion d’habitats liés à des activités polyculturales. Cependant l’impression qui domine, pour le Midi de la France, est que dans une proportion qui peut être massive, les abandons furent temporaires. Dès les beaux jours revenus, les réacensements inaugurent pour les mas un nouveau cycle de vie, parfois sous un nouveau nom et généralement avec une belle vigueur démographique.

  • 5 Villages désertés et histoire économique, xie-xviiie siècle, Paris, sevpen, 1965.

12L’étude du devenir de l’habitat dispersé durant les siècles de l’époque moderne constitue un des aspects les plus intéressants de ce recueil. Dès 1965, l’histoire des villages était envisagée dans le large compas de temps qui, ignorant les césures académiques de l’histoire, conduit du xie au xviiie siècle5. Depuis lors, les historiens modernistes se sont à vrai dire fort peu préoccupés de l’histoire de l’habitat. Quant aux médiévistes, ils ont eu une justifiable mais fâcheuse tendance à se cantonner à leur millénaire. Ce n’est pas qu’ils ignorent la documentation moderne puisque, en règle générale, ils s’appuient sur elle pour parvenir jusqu’aux réalités médiévales par une démarche régressive. Le problème est qu’ils ne prennent guère en compte l’intérêt intrinsèque des siècles post-médiévaux. S’il était nécessaire de prouver l’importance de l’époque moderne pour notre sujet, il suffirait de renvoyer à la contribution de Pegerto Saavedra qui démontre que l’histoire de l’habitat pulvérisé qui caractérise le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique est celle d’un remodelage continu qui a commencé dès le Moyen Âge pour se poursuivre jusqu’au xxe siècle : la texture reste bien celle qui a été mise en place au xiiie siècle, mais cette permanence cache de multiples et profondes modifications. Les médiévistes ont une autre bonne raison de s’intéresser aux travaux de leurs collègues modernistes : ceux-ci se fondent sur une documentation autrement abondante et riche d’informations que la leur, qui leur permet de faire la lumière sur des aspects qui leurs sont difficilement accessibles. J’entends par là l’immense question de la sociabilité liée à la dispersion de l’habitat, que Daniel Pichot commence à entrevoir dès le Moyen Âge classique.

13Ce n’est que bien plus tard que toute la complexité des cadres d’appartenance et de solidarité peut être véritablement mise au jour, ainsi que le fait Anne Zink pour la sénéchaussée des Landes au xviiie siècle. S’éclaire notamment alors véritablement la structure du quartier (ou « cornau »), aperçue au Moyen Âge par Fabrice Mouthon, qui s’emboîte ou s’imbrique dans les différentes circonscriptions religieuses ou administratives. De façon plus générale, l’habitat dispersé correspond souvent à un voisinage de dimension « naturelle » (aux limites de la voix humaine), collectivement propriétaire de communaux, et qui organise puissamment l’aide mutuelle (travaux agricoles, veillées funèbres...). Dans cette structure émiettée et cohérente, s’enracine une culture purement paysanne, rustique, qui au fil des siècles diverge de celle des bourgs, de plus en plus policée. D’où l’inquiétude des puissants (qui pourtant, à l’origine, ont peut-être favorisé sa mise en place, on l’a vu). Pegerto Saavedra rappelle l’effroi de l’évêque de Tuy, au xvie siècle, devant la « barbarie » de l’insaisissable paysannerie qui s’égaye dans la multitude pulvérisée des hameaux galiciens. Les « masages » furent longtemps des ferments de révoltes avant de se reconvertir dans la chicane constate de son côté Guy Astoul à propos du Quercy moderne. Et ici encore la force des solidarités va de pair avec un archaïsme certain que révèle le retard de ces populations dans le processus d’alphabétisation.

14Au bout du compte, il me semble que les apports de ce volume sont de deux ordres. D’abord s’en dégage un plaidoyer pour la longue durée comme compas d’observation de l’habitat dispersé. L’histoire de l’habitat dispersé est faite de permanences multiséculaires sous lesquelles il faut déchiffrer, parfois quelques grands cycles, et souvent de profondes modifications. Elle ne peut se comprendre qu’en étalant un faisceau causal complexe où interviennent de multiples temporalités. C’est le parti qu’adopte résolument ici David Austin, qui nous propose de partir de la vie de ses propres voisins pour aboutir à une analyse totalisante du phénomène de dispersion qui caractérise sa paroisse du Pays de Galles. Pour comprendre intimement ce paysage humanisé il faut, à la fois, analyser correctement la localisation de l’habitat (entre la zone de cultures et celle des pâturages) ; tenir compte de la présence, sur cet itinéraire, des points d’ancrage constitués par trois enceintes protohistoriques ; prendre en considération la tradition de résistance culturelle aux conquérants anglais remontant au xiiie siècle ; enfin et surtout raisonner à partir du fonctionnement d’un système de parentèle immémorial et encore bien vivant.

15En second lieu, ainsi que le souligne le regretté Jean-Marie Pesez, pionnier et infatigable praticien de l’archéologie médiévale en France, il se confirme que la question de l’habitat dispersé est une question historique. En effet, les « petits habitats » exhumés par les archéologues ne peuvent généralement prendre de sens qu’à l’aide des éclairages fournis par les historiens. Il ne faudrait donc pas que la croissance du nombre des sites fouillés, parfaitement prévisible, se double d’une stagnation des études historiques. Hors d’une bonne histoire économique et sociale, point de salut pour mieux comprendre l’habitat dispersé. Il est à souhaiter que présent recueil, en montrant la fécondité de certaines pistes, contribue à relancer l’intérêt des historiens de toutes les périodes pour cette question.

Notes

1 A. Demangeon, « Une carte de l’habitat », dans Annales de géographie, 1933, t. XLII, p. 225-232.

2 P. Gentelle, « Géographie et archéologie », dans Encyclopédie de la géographie, A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain (dir.), Paris, 1995, p. 203-215.

3 Marc Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1976 (6e éd.), p. 11-12 : « Faisons-y bien attention, cependant : qui dit hameau dit encore habitat groupé, si restreint que soit le groupe. La maison isolée est toute autre chose ; elle suppose un autre régime social et d’autres habitudes ; la possibilité et le goût d’échapper à la vie collective, au coude à coude. »

4 Je me permets de rappeler le rôle de jalon historiographique qu’ont joué en 1988 les Dixièmes journées intrenationales d’histoire de Flaran, La croissance agricole du haut Moyen Age. Chronologie, modalités, géographie (publ. Auch, 1990).

5 Villages désertés et histoire économique, xie-xviiie siècle, Paris, sevpen, 1965.

© Presses universitaires du Midi, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search