Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

Le crédit et la reconstruction des campagnes béarnaises à la suite de l'épizootie de 1774-1776

Christian Desplat

Texte intégral

1L'histoire de l'endettement et du crédit rural serait-elle celle « d'un long fleuve tranquille » ? celle de l'inexorable et lente dépossession des uns, conséquence de la patiente et parfois sordide avidité des autres. Tous les historiens ont dans leurs cartons quelques portraits de ces usuriers des champs ou des villes, qui ne disaient pas leur nom, casuistes orfèvres capables de transformer le bail à cheptel le plus innocent en un piège usuraire. La masse, sérielle et quantitative, des archives notariales impose l'image d'un fait ordinaire qui cache ses suites tragiques sous les dehors d'une banalité quotidienne. Or, il arrive, ici aussi, que l'histoire s'accélère, que l'événement devienne brutal, que la menace, qui semblait réservée aux plus faibles, se fasse universelle. Il y avait des « clochers » de l'endettement, comme il y avait des clochers de la mortalité ; le crédit a ses propres crises.

  • 1 Sur le coût économique et social des épidémies, voir par exemple : P. Deyon, Amiens capitale provi (...)

2Parmi les causes de l'endettement, de nombreux travaux signalent le poids des dettes publiques à la suite des grandes épidémies ; pour soigner les malades, inhumer les morts, alimenter les survivants, villes et villages devaient consentir de lourds emprunts. Les crises de subsistances avaient des effets comparables ; dans tous les cas, cet endettement spécifique s'accompagnait de transferts de fortune et parfois de conflits sociaux1. Aux crises démographiques ou alimentaires, il faudrait ajouter les conséquences des accidents naturels et climatiques et, bien entendu, ceux de la guerre sous toutes ses formes.

3Le concept de « crédit de crise » aurait pu être abordé de bien des manières ; les communautés rurales et les assemblées d'États pyrénéens ont laissé un immense gisement archivistique sur l'endettement public lors des crises de subsistances. Nous nous sommes plutôt tournés vers ce qui fut sans doute la plus brutale des catastrophes qu'eurent à affronter les paysans de l'Aquitaine méridionale au xviiie siècle : l'épizootie de 1774-1776. Par sa gravité et sa durée, celle-ci impliquait non seulement des secours d'urgence mais aussi une véritable reconstruction économique et donc un financement externe. Les progrès de l'administration centrale et locale, l'avènement des premières statistiques au xviiie siècle, permettent de s'interroger sur l'importance du crédit de crise.

4La première étape de l'entreprise consiste à évaluer le coût de l'épizootie ; les pertes nettes, le nombre de têtes de bétail perdues et leur évaluation peuvent être mesurées avec une précision satisfaisante. Le poids des pertes induites se laisse en revanche mal saisir ; ce que coûta le fléau au négoce et aux transports, ce qu'il représenta en travaux de substitution faute de traction animale transparaît sans doute dans l'endettement. Mais il sera difficile de dire dans quelle proportion. Les effets directs de l'épizootie sur le crédit et l'endettement des particuliers se trouvent naturellement dans les sources notariales. Mais, celles-ci dévoilent en partie seulement les moyens mis en œuvre pour reconstruire le cheptel. Elles illustrent également la sociologie des acteurs de la reconstruction et sa durée. Parce que nous sommes au siècle de la philanthropie, se pose enfin la question de l'organisation publique du crédit en temps de crise : quelle part revient à l'État et aux institutions locales, parlement et États surtout, quelle part relève d'organismes privés ? D'accord avec F. Braudel, la plupart des historiens médiévistes et modernistes concluent à une exceptionnelle capacité des sociétés rurales à se relever des catastrophes qui les frappaient ; c'est aussi cette aptitude que nous souhaitons tester ici.

« Dieu nous visite aujourd’huy par la calamité »2

  • 2 Lettre pastorale de Mgr. Marc Antoine de Noé, évêque de Lescar, Paris, Simon, 1776, 26 p.

5« Un fléau destructeur se répand sur nos campagnes et porte la désolation, l'inclémence du ciel se joint à la mortalité ». Quinze ans après l'événement, en 1789, dans un Discours au roi présenté par les États de Béarn, c'est en ces termes que l'évêque de Lescar rappelait l'ampleur exceptionnelle de l'épizootie de 1774.

  • 3 adpa B 4957 fo 50.
  • 4 Voir C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle, Biarritz, 1992, tome 1, p. 215.
  • 5 Voir C. Desplat, The Climate in Eighteenth Century Bearn, French History, vol. 1, 1987, pp. 27-48.

6La catastrophe qui s'abattit sur l'Aquitaine en général et sur le Béarn en particulier n'était évidemment pas la première du genre. Irrégulière mais fréquente, locale ou générale, la maladie avait déjà frappé en 1721, 1723, 1771 et surtout en juillet 1772 ; elle avait alors touché l'ensemble du cheptel et « notamment les bœufs où elle fait un ravage aussi prompt qu'étendu »3. La terrible crise de 1774 s'inscrivit ainsi dans un véritable cycle ; dés 1771, les paysans béarnais avaient dû faire face à une première épizootie accompagnée d'une très mauvaise récolte céréalière. Le mouvement du prix des céréales qui connaissait une hausse lente et continue depuis 1730 environ, fut dés lors affecté d'oscillations brutales jusqu'à la veille de la Révolution4. La décennie 1770-1780 fut par ailleurs celle d'un renversement de la conjoncture climatique séculaire ; après avoir connu une embellie entre 1725 et 1765, les saisons se « dérèglent » à nouveau : des étés pourris succèdent à des hivers trop doux, des gelées et des brouillards de printemps, des orages achèvent de détruire les récoltes5.

7Tous les témoignages s'accordent sur la gravité de la dégradation de la situation économique et sociale. L'évêque de Lescar ne se trompait pas lorsqu'il en désignait les causes, climatiques et épizootiques. Les historiens ont sans doute jusqu'ici sous estimés l'importance de ces dernières ; menacées par les intempéries, les récoltes l'étaient tout autant par la privation d'engrais et de force de travail. L'économie d'échange, fondée sur le bétail surtout, sur laquelle vivait une province comme le Béarn qui ne produisait pas plus des deux tiers des céréales qu'elle consommait, était menacée à court terme. La violence du choc de 1774 atteignit des trésoreries paysannes qui se trouvaient déjà en mauvaise posture et elle renvoie à la question principale : comment assurer le relèvement, financer la reconstruction ?

  • 6 adpa C 1316.
  • 7 A.C. Louvie Juzon BB. 13 fo 43.

8Sans doute débarqué à Bayonne dans des cuirs venus de Hollande au mois d'août 1774, le fléau progressa très rapidement vers l'est, pénétrant en Béarn par Navarrenx et Sauveterre. La région du Vic-Bilh, la sénéchaussée de Morlàas, fut la dernière atteinte entre janvier et novembre 1775. Sans jamais rien perdre de sa virulence, la contagion allait de marché en marché, suivant les grands axes routiers et les chemins de la transhumance. Une seule communauté béarnaise fut épargnée, Issor en Barétous ; partout ailleurs, « la maladie cessa n'ayant plus où entreprendre »6. À l'automne 1775, l'intendance et les autorités locales, parlement et États, considérèrent que l'épizootie avait cessée ses ravages. Mais à Louvie-Juzon, en vallée d'Ossau, le 22 mars 1777, les jurats nommaient encore une commission pour procéder à l'examen de « las fosses deus bestias enterrats de la maladie épizootique »7.

  • 8 adpa C 1329.

9En réalité, la crise ouverte en 1774 ne s'acheva qu'à l'été 1779, avec une exceptionnelle bonne récolte ; en janvier, les États sollicitaient encore un secours du roi à l'occasion : « De la dizette des grains et des ravages causés précédemment par l'épizootie »8. Si l'on en croit les députés de la province, le cheptel se reconstituait très lentement ; une partie des terres avait été abandonnée et la population partait chercher fortune en Espagne. Riches et pauvres, tous étaient couverts de dettes : « La noblesse et la plupart des propriétaires, privés de leurs revenus n'ont pu se dispenser de recourir aux emprunts ». Les jurats de Cadillon prévenaient les États que leur communauté toute entière était menacée de la prison pour dettes ; après l'épizootie, on n'y récoltait plus que quatre mois de subsistances : « Il n'y resta presque pas une tête de bétailh et à l'exception de deux particuliers, aucun n'a été en état d'en acheter ». Les États, gagnés par la panique, mettaient en garde le gouvernement royal, « contre les désordres qui pourraient résulter d'une pareille situation. Les accidents ordinaires détruisent une partie des récoltes, l'épizootie a détruit non seulement le revenu de plusieurs années, mais un capital immense, une portion du patrimoine des particuliers, le numéraire est épuisé ».

  • 9 Nous avons travaillé sur les données brutes de chaque communauté et non pas, comme A.J. Bourde, Ag (...)
  • 10 D'après cette évaluation, le prix moyen d'une vache aurait été de 43 livres ; il s'agit là d'une e (...)

10La catastrophe était bien, il est vrai, sans précédent et les états détaillés fournis par les communautés en donnent la terrible mesure9. À la veille de la contagion, on dénombrait 126 862 « bêtes à cornes » (bœufs, vaches et génisses) ; 110 966 périrent, soit 87,46 % du troupeau béarnais et la perte totale fut estimée à 4 826 445 livres10. En dépit des apparences, le plus grand troupeau de la province n'était pas celui des montagnes, mais celui de la sénéchaussée de Morlàas, 60 928 têtes, soit 48,02 % du total. Cet abondant cheptel, composé pour moitié de bœufs, était l'auxiliaire indispensable de la viticulture du Vic-Bilh. Dispersé entre les mains de très petits propriétaires, il fut presque complètement décimé, 93,7 % de perte, soit prés de 45 % du total béarnais. Le troupeau aspois et ossalois, spéculatif, composé de vaches, avait été un peu moins atteint. Mais au total, tous les secteurs de l'économie béarnaise étaient cruellement touchés : l'agriculture était privée de force de travail et d'engrais, le commerce avait perdu son principal objet et ses moyens de transport.

Le crédit et la reconstruction

  • 11 Seuls les États généraux de Béarn avaient parfois recours à des emprunts auprès de « capitalistes  (...)
  • 12 Voir C. Desplat, Pau et le Béarn, op. cit., tome 1, pp. 498-499. « Le grand classique du xviiie si (...)
  • 13 adpa. Bergeret (Pau) : III. E. 3029 à 3033 (1760-1765) et III. E. 3041 à 3046 (1774-1778) ; Blandi (...)

11Tous les témoins s'accordent sur le poids de la dette que suscita l'épizootie ; tous soulignent également combien l'endettement fut universel. Faut-il les croire et, si tous les Béarnais eurent recours au crédit, qui purent bien être leurs créanciers ? Le cloisonnement économique de la France d'Ancien Régime, l'absence d'organismes locaux de crédit ne permettent guère d'imaginer une aide massive venue de l'extérieur. Dans l'épreuve, la province dut surtout compter sur ses propres ressources et sur des allégements fiscaux qui tardèrent à produire leurs effets11. Le crédit privé, de particulier à particulier, restait ainsi le seul véritable recours et le notariat représente la principale source susceptible de révéler les mouvements de fonds qui se produisirent alors. Encore ne peut-on espérer tout y trouver, les prêts en nature, les créances les plus modestes ne passaient pas tous par les mains d'un tabellion. L'instabilité professionnelle du notariat béarnais au xviiie siècle ne facilite par ailleurs pas l'entreprise ; il est difficile de trouver des études qui couvrent une période assez longue pour se prêter à des comparaisons et apprécier, dans le moyen terme, les fluctuations du crédit. Il fallait enfin retenir un type d'acte significatif ; j'ai montré ailleurs comment les Béarnais du xviiie siècle ignoraient la lettre de change, combien seule une minorité d'entre eux usait des rentes constituées12. En contrepartie, nos fonds abondent, comme ailleurs, en actes d'obligation ; ce sont donc eux que nous avons retenu pour deux études. La première, celle de Jean Bergeret de Pau, couvre parfaitement le siècle ; elle fut sûrement la plus importante des officines béarnaises au xviiie siècle et c'est devant Maître Bergeret que les évêques de Lescar et de Tarbes engagèrent leurs revenus au bénéfice des sinistrés. Parmi les études des bourgs ruraux, nous avons sélectionné celle de Blandin, à Lembeye ; elle se trouvait au cœur des communautés du pays du Vic-Bilh, le plus durement frappé par la catastrophe13.

  • 14 adpa III. E. 3043. Son mari avait refusé de donner son autorisation.

12Dans leur immense majorité, nous y reviendrons, les actes notariés ne donnent pas d'indication précise sur la destination des sommes empruntées. Avant de solliciter le témoignage des chiffres, il n'est sans doute pas inutile d'entendre une voix particulière nous parler d'une détresse générale. Marie de Bellocq, dame d'Espéchède résidant à Audiracq, est une assez bonne représentante de la petite noblesse qui pullulait en Vic-Bilh. Cette aînée, alliée à une famille paloise de robe, avait épousé un petit gentilhomme basque, procureur au parsan de Lembeye. Ces minces nobliaux furent frappés de plein fouet par une crise qui détruisit un équilibre économique déjà précaire. Le 22 janvier 1776, Marie de Bellocq : « A dit qu'affligée de la perte de ses bestiaux, tous enlevés par la maladie épizootique, ayant d'ailleurs des dettes particulières, pressée encore par des créanciers de sa maison et par ses légitimaires, n'ayant pour s'acquitter et remplacer son bétail d'autres ressources que celle de recourir à la vente ou à l'engagement de partie de son bien »14.

13Dans un premier temps, Marie avait engagé un des biens les plus précieux de son patrimoine, le moulin d'Espéchède ; J.B. de Bellocq, parent et conseiller au Parlement de Navarre, en avait offert 12 000 livres « qui n'ont pas suffi de beaucoup pour le remplacement du bétail et le payement des deptes et des légitimaires ». Il avait donc fallu rechercher d'autres créanciers ou acheteurs pour quelque autre bien : « Mais inutilement à moins de donner pour beaucoup moins de la moitié de son prix, ce qui vient de la rareté du bétail, n'en ayant pas à peine demeuré en province et chacun étant très embarassé pour la culture ». Marie de Bellocq obtint finalement d'une veuve charitable, Françoise de Laussat, un prêt de 1 500 livres au denier vingt pour un an ; 1 000 livres furent aussitôt englouties par les receveurs des États au titre « d'arrérages d'impositions ». Ce qui restait servit à calmer le plus pressant des créanciers, le conseiller au Parlement Courrèges d'Agnos.

14Cet acte isolé dévoile les effets cumulatifs de la crise sur le train ordinaire de l'endettement de la petite noblesse rurale. Parmi les dettes courantes, on notera le poids des dettes dotales, les légitimes des cadets. On retiendra ensuite l'importance de la tutelle parlementaire ; les magistrats palois étaient les seuls créanciers potentiels de la province. Enfin, cet acte permet d'observer le tarissement du crédit du fait de l'ampleur de la crise, sans que l'on sache si le crédit était mort faute de ressources réelles ou bien du fait de la méfiance des créanciers.

15En dépit, ou peut-être à cause de son abondance, la source notariale invite à la prudence ; ses limites méritent en effet d'être rappelées. Nous supposons que le recours au notariat était à peu prés universel et la minceur de certaines obligations le laisse croire ; mais il ne manque pas d'actes qui laissent entrevoir des engagements verbaux. Les obligations dévoilent une partie du crédit, sans doute pas sa totalité. Bailleurs et preneurs font par ailleurs preuve d'une grande discrétion quand à la destination du prêt consenti. En période normale, chez Bergeret à Pau, on ne la connaît que dans 17,9 % des cas, chez Blandin à Lembeye dans 13,5 %. Entre 1760-1765, l'endettement identifié correspond pour la moitié à des besoins dotaux : règlements de dots, de tournedots et surtout de légitimes. Les prêts pour acheter du bétail sont très rares, même à Lembeye. La situation en temps de crise évolue sensiblement ; 35,5 % des preneurs palois précisent la destination de leur emprunt, 13 % de ceux de Lembeye. À Pau, l'achat de bétail représente 30 % de la totalité des obligations et 83 % de celles dont on connaît l'objet ; la proportion dans ce dernier cas est de 55 % à Lembeye.

  • 15 adpa III. E. 6140, février 1775.
  • 16 adpa III. E. 3044-3045.

16Aucun doute n'est donc permis, une part considérable du crédit s'est mobilisée au service des victimes de l'épizootie et l'évidence du besoin était telle que beaucoup ne songèrent même pas à donner de précision. Les actes très explicites sont aussi les plus rares ; ainsi celui de J. Pœy de Vialer qui empruntait 600 livres au conseiller de Montaut « a déclaré que la contagion qui a enlevé les bestiaux l'ayant totalement privé des siens, se trouvant dans l'impossibilité de faire cultiver ses biens, il a pris la résolution pour y parvenir de faire l'achat d'une paire de mulets, mais la ressource lui manquant, il a prié Mr de Montaut de lui prêter la somme de 600 livres »15. Rares sont ceux qui évoquent l'épizootie, empruntant 320 livres pour l'achat de « deux mules pour le mettre à la portée de faire travailler ses biens, la maladie épizootique l'ayant privé de son bétail », ou encore, 161 livres « employées à rétablir le bétail que la maladie épizootique leur a enlevé »16. Tous les autres stipulent simplement : « Achat d'une mule et d'un mulet pour être employé à la culture et l'ensemencement ».

Figures 1 et 2. Mouvement saisonnier
Nombre d'obligations

17Dans le cas de l'achat d'une mule ou d'un bœuf, les origines sociales du preneur ne font aucun doute ; la liste des personnes secourues par l'évêque de Lescar en donnera confirmation : les premiers bénéficiaires du crédit furent bien les laboureurs. Furent-ils les seuls ? il est difficile de répondre à la question. Quelques nobliaux, comme Marie Bellocq, apparaissent dans les actes ; quelques subalternes de la justice également. Leur nombre n'est pas significatif. En fait, les contrats n'éclairent convenablement qu'une seule catégorie sociale : la noblesse dans le rôle du bailleur.

18Ce qui précède répond déjà en partie à la question que nous posions : le crédit a-t-il été la réponse à la crise épizootique, a-t-il eu part à la reconstruction des campagnes béarnaises ? Il convient maintenant de confirmer l'hypothèse initiale en donnant quelques éléments de mesure. Au cours de la période 1760-1765, l'étude paloise de Bergeret conclut en moyenne 14,8 contrats d'obligation par an pour une valeur moyenne de 18 412 livres. Entre 1774 et 1779, le nombre contrats passe à 36,6 et leur valeur à 49 977 livres. À Lembeye aussi, le volume du crédit s'accroît ; de 19 contrats par an entre 1760-1764 à 24 entre 1774-1776 et de 2 386 livres à 4 865. La tendance générale, entre le doublement et le triplement, est donc très nette : la reconstruction passait par l'endettement. On notera toutefois une nuance entre l'étude paloise, urbaine, et celle de Lembeye, rurale ; la seconde a répondu immédiatement à la crise, dans l'urgence absolue. La première agit plutôt sur le long terme ; le nombre des obligations paloises chute même en 1775, l'ampleur du désastre tarit la confiance des bailleurs, avant de croître en doublant d'année en année entre 1776 et 1778. Dans le malheur, le monde rural devait d'abord compter sur ses propres ressources. Le mouvement saisonnier confirme ce constat (figures 1 et 2) ; en période normale, à Pau comme à Lembeye, les contrats d'obligations étaient conclus, comme partout ailleurs, en fin et en début d'année ; de nombreux actes stipulent un remboursement à Noël. Au cours de la crise, la courbe paloise ne change guère de profil sauf en juillet et août où une pointe très aiguë correspond à la période de fonctionnement des caisses de secours de l'évêque de Lescar. À Lembeye, en revanche, le mouvement saisonnier est complètement perturbé par la crise ; les prêts, « pour la culture et l'ensemencement », furent conclus entre mars et mai, ultimes limites du calendrier des travaux agraires. Les obligations ont été signées dans l'urgence, sous la menace d'une récolte réduite à néant. La survie s'organise à la campagne, la reconstruction se parachève à la ville.

19À s'en tenir aux obligations, la crise n'eût pas d'effet sur le taux d'intérêt, toujours fixé au denier vingt (5 %) ; mais il existait d'autres formes de crédit, comme les contrats de gasailhe, qui laissaient le champ libre à l'usure. L'épizootie, en revanche, eût des conséquences perceptibles sur la durée des prêts ; entre 1760 et 1765 à Pau, 11,2 % des obligations étaient remboursables en moins d'un an, certaines « de jour en jour », d'autres « incessamment » ; 76 % l'étaient en un an et 12,3 % entre trois et six ans. Le crédit palois en période normale était un crédit à court et même à très court terme. La crise changea ces données ; les prêts de moins d'un an tombent à 4,9 %, ceux d'un an à 60,6 % et ceux de deux à six ans (avec une prédilection pour les prêts à quatre ans) s'élèvent à 34,4 %. Les intentions charitables des bailleurs n'étant pas mesurables, il est probable qu'ils durent tenir compte des délais de reconstruction de l'économie rurale ; le crédit fait ici la preuve de sa plasticité, de ses capacités d'adaptation à une situation exceptionnelle.

20L'évolution du montant des obligations confirme cette évolution : le crédit s'est mobilisé en faveur de la classe des laboureurs, au détriment des plus pauvres et des aisés. À Lembeye, entre 1760 et 1764, les débiteurs les plus nombreux empruntaient moins de cent livres, une somme inférieure au prix d'un attelage ; entre 1774 et 1776, 60 % empruntèrent entre cent et cinq cent livres, le prix déclaré d'une paire de mules. Ici encore, le crédit rural a paré au plus pressé, au bénéfice de la classe dominante en Béarn : celle des petits propriétaires. L'étude paloise qui traite davantage le long terme et la répartition en valeur des prêts semble bien confirmer le témoignage des contemporains : toutes les fortunes furent affectées par le fléau. La comparaison des études Bergeret et Blandin atteste bien l'existence d'un crédit du temps de crise ; elle souligne aussi que ville et campagne s'opposent moins, dans ce domaine, qu'elles ne se complètent. Le rôle de la ville, toujours supposée prédatrice, mérite sans doute d'être reconsidéré. L'étude de Bergeret étendait certes son influence géographique à la quasi-totalité du Béarn (figure 3), et 79,2 % des créanciers étaient des Palois. Mais on comptait aussi 28 % de Palois parmi les débiteurs qui se rassemblaient en majorité dans un rayon de quinze à vingt kilomètres autour de la capitale provinciale. Pour apprécier avec exactitude le poids du monde urbain, son véritable rôle dans la reconstruction rurale, il faudrait pouvoir comparer le notariat urbain et le notariat rural : entre 1774 et 1776, nous avons pu identifier 48 études en Béarn, la plupart rurales. Il est vrai qu'en valeur, les obligations de l'étude Bergeret de Pau représentaient dix fois celles de l'étude Blandin de Lembeye ; mais, cumulé, le potentiel du crédit rural n'était peut-être pas aussi éloigné qu'on le pense de celui de la ville. La vraie question était ailleurs : le crédit était-il suffisant pour assurer la reconstruction ? À court terme, la réponse ne fait aucun doute : sur la base de l'étude Blandin, parfaitement arbitraire il est vrai, les 48 études béarnaises pouvaient mobiliser 233 520 livres de crédit annuel ; sur la base de celle de Bergeret, 2 398 895 livres. Dans les deux cas, on restait loin du bilan des pertes : 4 826 645 livres.

21La difficulté qu'éprouvaient les Béarnais à mobiliser le crédit tenaient à leurs mœurs économiques en général et à l'étroitesse sociale du groupe des bailleurs en particulier. En temps normal, la noblesse, parlementaire surtout, assurait 44,2 % en valeurs des prêts consentis ; pendant la crise épizootique, on parvient à 66,1 % des créances ; on notera toutefois que par le nombre des contrats, la place de la noblesse est moins prépondérante : 12,4 % entre 1760-1765 et 23,7 % entre 1774-1779 (graphiques 7 et 8). La conclusion est claire : les nobles étaient ceux qui prêtaient les sommes les plus considérables et la noblesse était donc sa propre première débitrice. Mais un examen attentif prouve que, pendant la crise, les nobles créanciers se mobilisèrent autant en leur propre faveur qu'au service des laboureurs ; la proportion des prêts supérieurs ou égaux à 100-500 livres passe ainsi de 34,7 % à 41,6 %. En revanche, pendant la crise, les nobles prêtèrent très peu aux plus humbles ; insolvables probables, ceux-ci étaient aussi ceux qui participaient le moins à la reconstruction économique. La noblesse avait fait son choix : elle prêtait utile ; à Lembeye en 1775, deux créanciers, nobles, totalisent 62,4 % du nombre des obligations et 84,7 % de leur valeur. À lui seul, Mr de Montaut, seigneur de Saint-Jean-Poudge et conseiller au Parlement de Navarre, consentit 53,1 % des obligations représentant en valeur 77,2 % du total. Compte tenu de la modicité générale des fortunes nobiliaires, du goût prononcé des nobles béarnais pour les terres nobles et les offices anoblissants, le bilan de leur participation au crédit est en fin de compte très remarquable. Il confirme par ailleurs la quasi nullité des bourgeoisies dans la province. La paysannerie pouvait compter sur les puissances tutélaires traditionnelles et surtout sur ses propres capacités à survivre. La situation la plus catastrophique était celle des plus petits, sans réserve propre, qui faisaient fuir les créanciers en période de crise. C'est en leur faveur que joua la première esquisse locale de crédit « public ».

« C'est donc pour notre amendement... »

  • 17 Fr. de Révol, Ordonnances synodales du diocèse d'Oleron, Pau, 1753, tome 2. p. 252.
  • 18 adp A B. 4568 fo 96 à 99. Les baux de cheptel ou chetel sont ici qualifiés de gasailhe ou boriage.

22Aux conséquences économiques de l'épizootie ne tardèrent pas à s'ajouter des difficultés sociales et une crise morale. Parmi les instruments de la reconstruction du troupeau figuraient naturellement les baux à cheptel ou gasailhes qui mériteraient à eux seuls un examen attentif. La lecture de ces actes révèle souvent une usure cachée qui n'avait pas échappé à la vigilance des théologiens locaux. Ainsi, Mgr. de Révol, évêque d'Oloron, dénonçait dans ses ordonnances synodales de 1753 toutes les formes de « sociétés » et en particulier les gasailhes, cas réservé à l'évêque, « parce que les lois d'égalité n'y sont pas exactement observées »17. La crise épizootique aviva les tensions entre bailleurs et preneurs et entre 1775 et 1777 de nombreuses procédures furent examinées par le Parlement de Navarre : « Les preneurs soutenant que les bailleurs seuls doivent supporter la perte survenue à l'occasion de l'épizootie »18. Les magistrats palois constatèrent qu'il n'existait aucune jurisprudence locale à ce sujet, ce qui tendrait à confirmer le caractère exceptionnel de l'épizootie de 1774. La Cour désigna une commission « pour fixer à cet égard un point fixe ». Les juges, qui étaient de puissants bailleurs, prirent une décision en apparence équitable : « Les preneurs doivent supporter la moitié de la perte ». À court terme, il ne semble pas que les baux à cheptel se soient multipliés à la suite de la crise et ces quelques notes ne permettent pas de conclure sur la place qu'ils tinrent dans le crédit ; à plus long terme, il faudra examiner les clauses et déterminer leur caractère usuraire.

  • 19 Mercure de France, janvier 1777, pp. 136-142.

23Les négociations entre les États de Béarn et le roi pour établir des soulagements fiscaux menaçaient d'être longue, le potentiel limité du crédit et surtout l'extrême détresse d'une partie des ruraux déterminèrent l'épiscopat pyrénéen à intervenir. L'action des évêques de Tarbes et de Lescar, de l'archevêque de Toulouse, fut interprétée par l'opinion éclairée comme une démonstration de bienfaisance et de philanthropie. C'est dans cette perspective que le Mercure de France de janvier 1777 rendit compte de la lettre pastorale de Mgr. M.A. de Noé, évêque de Lescar, publiée à Paris en 1776 : « À l'occasion des ravages causés dans son diocèse par la mortalité des bestiaux »19. Les beaux esprits de la capitale avaient sans doute lu Mgr. de Noé un peu vite lorsqu'ils lui attribuaient des vues conformes à celles des Lumières. L'évêque de Lescar était en effet un doloriste pour qui la cause finale du désastre ne faisait aucun doute : « C'est donc pour notre amendement et notre plus grand bien que Dieu nous visite aujourd'hui par la calamité. Il a vu un luxe étranger à ces contrées se répandre dans nos villes et nos campagnes. Il était temps qu'une providence attentive vint nous ôter des mains un funeste poison ».

  • 20 adpa III. E. 3043 fo 34, 9 mars 1776.

24Doloriste, sans doute, M.A. de Noé était aussi parfaitement informé de la gravité du désastre ; président des États de Béarn, il avait eu le premier en main les états détaillés des pertes. Son confrère de Tarbes, auxiliaire zélé de l'intendance, se trouvait dans une position analogue. À cet égard, pour le Béarn en particulier, la crise donne la mesure des capacités administratives locales, celles des États surtout, qui furent tout à fait remarquables. La première initiative parait avoir été celle de Mgr Couet Duvivier, évêque de Tarbes : « Désirant soulager autant qu'il est en luy les habitants de son diocèse qui sont dans la plus grande désolation et réduits à une extrême misère à l'occasion de la mortalité du bétail qui a été si grande qu'ils n'ont pu cultiver ni ensemencer qu'une partie de leurs terres... »20.

25Les maigres ressources des évêchés pyrénéens avaient été rapidement épuisées et il leur fallut avoir recours à l'emprunt ; mais pour cela une autorisation royale était nécessaire. Le 8 septembre 1775, un arrêt du Conseil du roi et des lettres patentes enregistrées au Parlement de Toulouse le 16 novembre, autorisèrent Mgr. Couet Duvivier à emprunter 40 000 livres sur le revenu temporel de son diocèse, somme remboursable en dix ans. Un autre arrêt du 26 avril 1776, enregistré à Pau le 9 janvier, permettait à Mgr. de Noé d'emprunter à son tour 45 000 livres. « Désirant donner quelques secours aux cultivateurs de son diocèse qui ont perdu leur bétail par la maladie épizootique qui fait périr presque tout celui de la province », l'évêque de Lescar prévoyait la constitution de deux caisses de secours établies à Pau. Trente mille livres seraient affectées à la première, « pour des dons en faveur des plus nécessiteux » ; les quinze mille livres restantes iraient à ceux qui étaient hors d'état de travailler leur bien mais qui seraient « à portée de rendre un jour la somme qui leur serait prêtée ». Réaliste, l'évêque prévoyait des cas d'insolvabilité amortis sur les 15 000 livres. Il ne restait plus qu'à trouver des créanciers ; la chose fut, semble-t-il, difficile.

  • 21 La seigneurie de Hours se trouvait au cœur du « pays » de Rivière-Ousse, portion du Béarn qui dépe (...)
  • 22 adpa III. E. 3045 fo 127. Toutes les sommes étaient versées en espèces. L'acte le plus détaillé ét (...)

26En dépit de l'urgence évidente, le premier emprunt ne fut signé, par l'évêque de Tarbes, que le 9 mars 1775 ; Mgr. de Noé de son côté, n'obtint du crédit qu'entre août 1777 et février 1778. Bien connues, les difficultés locales à mobiliser le capital trouvent là une éclatante confirmation. Le chevalier de Béla, colonel à la retraite et philanthrope, prêta 20 000 livres, en espèces, à Mgr. Couet Duvivier. La somme fut avancée par un officier de finances palois, V. Bourdier de Beauregard ; elle était remboursable en dix ans, au denier vingt, « en un payement ». Une hypothèque sur « tous les biens et revenus » de l'évêché servait de garantie21. Mgr. de Noé trouva quatre créanciers : Françoise de Laussat, veuve d'un directeur des domaines, pour 9 000 livres ; Antoine de Nolivos de Saint Cyr, capitaine d'infanterie à la retraite pour 10 000 livres ; le comte Joseph d'Arboré, Oloronais résidant à Paris, pour 20 000 livres ; nobles demoiselles Marie et Marie de Mauco, leur tante Dagoux, pour 6 000 livres. L'assurance de Mgr. de Noé consistait : en la dîme de Gan, les autres revenus de l'évêché, « ensemble ses biens particuliers présents et à venir »22. Compte tenu de la minceur des revenus de l'évêché de Lescar, les créanciers prenaient un risque réel et leur geste relevait de la philanthropie, à coup sûr dans le cas de Béla, et de la charité, dans celui des dames de Mauco. Quoiqu'il en soit, la noblesse demeurait bien l'unique bailleuse de fonds de la province ; la seule capable de mener à bien une entreprise qui échappe à la médiocrité générale du crédit local.

  • 23 La première bénéficiaire fut Jeanne Bayrou de Lescar ; il y eut 24 bénéficiaires à Saint Faust, 16 (...)

27Les caisses de secours de Mgr. de Noé n'ont laissé aucune trace archivistique et seul le notariat éclaire quelque peu leur fonctionnement. Une première remarque s'impose : si l'on s'en tient au bilan des pertes en valeur dressé par les États, la somme dont disposa l'évêque représentait entre 1 et 2 % du total ! Nous ne connaissons qu'une partie des obligations consenties par l'évêque entre le 26 août 1777 et le 11 mars 1778 : 77, représentant 9 610 livres, réparties très inégalement entre 17 communautés23. La quasi-totalité des bénéficiaires des caisses épiscopales, 89,6 %, se recrutait, c'est bien naturel, parmi les laboureurs ; mais on trouve aussi parmi eux : trois nobles, deux bourgeois, un médecin, un apothicaire et un militaire. Compte tenu du prix du bétail après la crise, les secours allèrent à de très modestes producteurs, propriétaires d'un seul et donc vital attelage. Un tableau de répartition le confirme : les caisses soulagèrent ceux qui n'avaient trouvé aucun crédit ailleurs.

Moins 50 livres

15,5 %

150-250 livres

5,1 %

50-100 livres

48 %

250-300 livres

12,9 %

100-150 livres

16,8 %

300-400 livres

1 %

  • 24 adpa III. E. 3046 fo 98, février 1781.

28Certes limité, le secours épiscopal vint à point pour les plus misérables, ceux que leur insolvabilité certaine écartait du circuit normal. Mais il révèle aussi toutes les déficiences locales du crédit : incapacité à se mobiliser rapidement, étroitesse du groupe des créanciers réduit à la seule noblesse. L'entreprise de l'évêque de Lescar est enfin une invitation à se tourner vers l'étude du crédit « public ». Entre 1774 et 1777, le syndic des « pauvres honteux » de Pau souscrivit quelques obligations en faveur de laboureurs palois ; le rôle des communautés rurales reste lui aussi à explorer. Celle de Billère avait offert des repas gratuits aux plus démunis ; en mars 1781, elle était encore en procès avec la veuve Loustau, cabaretière du lieu, qui avait fourni entre le 12 mars 1774 et le 15 mai 1776 une « dépense en alimens à l'occasion de la maladie épizootique qui s'élève à 194 livres et un sol »24. Pris séparément, tous ces secours représentent peu de chose ; cumulés, leur part dans la reconstruction rurale n'était sans doute pas négligeable. Avec moins de cent livres, un paysan reconstituait sa force de travail, ensemençait ses champs et retrouvait, en peu de temps, sa capacité de production. Pour juger du rôle du crédit en temps de crise, il faut donc surtout tenir compte de sa très grande diversité.

29À la première question : la crise épizootique suscita-t-elle un crédit spécifique ? La réponse est à coup sûr positive. Les obligations échangent le court terme contre le moyen terme et les opérations se focalisent sur la classe des laboureurs, principale victime désastre. En valeur, les prêts insignifiants des temps ordinaires se tarissent au profit de prêts qui concernent les propriétaires, petits et grands. La noblesse est ainsi à la fois sa propre créancière et celle de ses censitaires.

30Le fléau a déterminé une véritable complémentarité du crédit entre les campagnes et la ville. Le monde rural a su et pu réagir dans des délais très brefs, apportant une réponse à des besoins d'extrême urgence ; le crédit urbain, plus lent à se mobiliser, assura la consolidation de la reconstruction.

31On peut enfin se demander si le crédit, sous la forme traditionnelle de l'obligation fut suffisant pour effacer les traces de la crise. Dans le court terme, sûrement pas ; le monde rural dut d'abord compter sur ses propres ressources, insuffisantes en pareil cas et causes de la crise sociale. Dans le moyen terme, quatre à cinq ans, il est plus difficile de répondre ; le crédit potentiel existait, mais l'exemple de la caisse de Mgr. de Lescar souligne sa lenteur à se mettre en œuvre. La capacité de reconstruction existait donc bien, dans des délais somme toute rapides. Pour en rendre compte avec plus de précision il faudrait se pencher sur d'autres formes du crédit que les obligations : toutes celles qui de prés ou de loin, comme les gasailhes, touchaient à l'usure, mais aussi celles qui préfiguraient le crédit public, assistance des communautés, soulagements fiscaux consentis par la monarchie.

Notes

1 Sur le coût économique et social des épidémies, voir par exemple : P. Deyon, Amiens capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au xviie siècle, Paris, 1967 ou Fr. Lebrun, La vie et la mort en Anjou. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris, 1971. Sur l'évolution générale du crédit en temps de crise, R. Squarzoni, « Marseille et l'Europe en 1729-1731 : une crise du commerce et du crédit dans une dépression générale », dans Typologie des crises dans les pays méditerranéens, Journées d'études de Bendor, 1977, pp. 17-44.

2 Lettre pastorale de Mgr. Marc Antoine de Noé, évêque de Lescar, Paris, Simon, 1776, 26 p.

3 adpa B 4957 fo 50.

4 Voir C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle, Biarritz, 1992, tome 1, p. 215.

5 Voir C. Desplat, The Climate in Eighteenth Century Bearn, French History, vol. 1, 1987, pp. 27-48.

6 adpa C 1316.

7 A.C. Louvie Juzon BB. 13 fo 43.

8 adpa C 1329.

9 Nous avons travaillé sur les données brutes de chaque communauté et non pas, comme A.J. Bourde, Agronomie et agronomes en France au xviiie siècle, Paris, tome 2, p. 889, sur le « Mémoire sur la naissance, les progrès et la fin de la maladie épizootique en Languedoc », Arch. Nat. H. 913, qui dresse un bilan très optimiste.

10 D'après cette évaluation, le prix moyen d'une vache aurait été de 43 livres ; il s'agit là d'une estimation qui ne tient pas compte des effets de la crise. Entre 1775 et 1777, le prix moyen d'un cheval s'établit entre 90 et 150 livres, celui d'une paire de mules entre 320 et 400 livres, celui d'une paire de bœufs monte jusqu'à 750 livres.

11 Seuls les États généraux de Béarn avaient parfois recours à des emprunts auprès de « capitalistes » bordelais.

12 Voir C. Desplat, Pau et le Béarn, op. cit., tome 1, pp. 498-499. « Le grand classique du xviiie siècle », le Traité de la circulation et du crédit de Isaac de Pinto, Paris 1771, ne figure dans aucun inventaire de bibliothèque basco-béarnaise du Siècle des Lumières.

13 adpa. Bergeret (Pau) : III. E. 3029 à 3033 (1760-1765) et III. E. 3041 à 3046 (1774-1778) ; Blandin (Lembeye) : III. E. 6127 à 6132 (1760-1765) et III. E. 6139 à 6140 (1774-1777). L'enquête exhaustive était naturellement impraticable dans le cadre de cette approche ; voir l'article de A. Contis, « Méthode des archives notariales ; le vertige de l'exhaustivité », dans J. Laffont et R. Souriac, Histoire sociale et actes notariés : problèmes de méthode, Toulouse, 1989, p. 113.

14 adpa III. E. 3043. Son mari avait refusé de donner son autorisation.

15 adpa III. E. 6140, février 1775.

16 adpa III. E. 3044-3045.

17 Fr. de Révol, Ordonnances synodales du diocèse d'Oleron, Pau, 1753, tome 2. p. 252.

18 adp A B. 4568 fo 96 à 99. Les baux de cheptel ou chetel sont ici qualifiés de gasailhe ou boriage.

19 Mercure de France, janvier 1777, pp. 136-142.

20 adpa III. E. 3043 fo 34, 9 mars 1776.

21 La seigneurie de Hours se trouvait au cœur du « pays » de Rivière-Ousse, portion du Béarn qui dépendait du diocèse de Tarbes. Le chevalier de Béla jouait ici, une fois de plus, le rôle du seigneur de village. Voir C. Desplat, « Le chevalier de Béla, seigneur de village et philanthrope », Bull. SSLA Bayonne, 1973.

22 adpa III. E. 3045 fo 127. Toutes les sommes étaient versées en espèces. L'acte le plus détaillé était celui passé avec Mme de Laussat qui fixait un échéancier : remboursement de 3 000 livres le 8 janvier 1781, autant le 8 janvier 1782 et le 8 janvier 1783, « et à mesure qu'il sera fait des paiements l'intérêt diminuera à proportion ».

23 La première bénéficiaire fut Jeanne Bayrou de Lescar ; il y eut 24 bénéficiaires à Saint Faust, 16 à Gan, 14 à Laroin, 6 à Lescar, 4 à Igon, 1 dans les autres communautés.

24 adpa III. E. 3046 fo 98, février 1781.

Table des illustrations

Légende Figures 1 et 2. Mouvement saisonnierNombre d'obligations
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 3
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.