Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

Le crédit rural en Espagne du nord-ouest – à l’époque moderne1

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 Abréviations : ahp : Archivo Histórico Provincial suivi du nom abrégé de la ville où il se trouve : (...)

1La nécessité de recourir au crédit pour le paysan a été soulignée par de nombreux auteurs : elle découle du caractère saisonnier des rentrées d'argent (et de denrées), si bien que beaucoup de formes de crédit ne servent qu'à ajuster ces décalages dans le temps entre le moment où l'on a besoin de dépenser et le moment où l'on pourra solder ces dépenses. C'est très clairement le cas des achats anticipés de produits qui ne sont que des avances sur la récolte future. La plupart des crédits à court terme sont payables aussi au 15 août, à Notre-Dame de Septembre ou à la Saint-Michel et sont de même nature : ils anticipent la récolte en même temps qu'ils sont garantis (implicitement dans la plupart des cas) par elle. Lorsque la récolte est insuffisante, le problème de la dette devient aigu : elle peut être prorogée, avec sa suite d'intérêts, elle peut être consolidée, sous forme de rente, elle peut être soldée par la vente d’immeubles ; c'est à ce dernier stade, le transfert de propriété, qu'aboutissent beaucoup de dettes, notamment lors des périodes de crise.

  • 1 Martin Gonzalez de Cellorigo, Memorial de la politica necessaria y util restauracion de la republic (...)

2Toutes les formes du crédit rural n'ont pas attiré l'attention des historiens ; les plus courantes sont souvent signalées en passant, comme si elles allaient de soi, alors que toute l'attention a été réservée aux rentes constituées qui, il est vrai, avaient pour elles une longue tradition historiographique que Ton peut faire remonter à 1600, à la publication de l'ouvrage polémique de Gonzalez de Cellorigo dont les arguments contre les rentes ont été repris par de nombreux historiens de notre siècle1. Nous y reviendrons dans la deuxième partie de ce travail.

  • 2 Sur les différents types d'actes de crédit, on pourra voir, entre autres écrits, J. Ferreiro Porto, (...)
  • 3 Exemples de ces registres : ahp Lo, leg. 473, 705 f. (obligations de 1535 et années suivantes) ou i (...)
  • 4 Voir cependant l'utilisation qu'en a fait Bartolomé Yun à propos de Medina de Ríoseco : B. Yun Casa (...)

3Pour les autres formes de crédit, force nous a été de recourir aux sources originales qui sont surtout les registres notariés. On y trouve à peu près tous les types d'actes concernant le crédit2 : les plus nombreux sont les obligations, c'est-à-dire les reconnaissances de dettes, actes si banaux et courants que les notaires y consacraient des registres spéciaux et que très tôt, dès les années 1520, ils utilisaient des formules imprimées3. Cette documentation présente un énorme intérêt du point de vue de l'histoire économique : elle montre les réseaux de distribution des produits et de l'argent, elle témoigne des relations ville-campagne et de l'emprise géographique de tel centre urbain ou de tel bourg rural sur le plat pays ; on y lit la prospérité et le déclin des foires et des marchés, on y voit l'apparition de nouvelles marchandises, locales ou importées, qui, dans le cas des bourgades les plus humbles, ou même de villes plus importantes, sont mises à la disposition du consommateur final, qu'il soit simple utilisateur de ces biens ou bien qu'il les transforme. En un mot, ce sont là les actes typiques du crédit quotidien, dont la masse et la monotonie ont de quoi décourager les chercheurs (et les ont souvent découragés, en fait)4. Ils méritent pourtant qu'on y attache plus d'importance qu'on ne l'a fait jusqu'à présent.

4Les constitutions de rentes, si elles sont moins nombreuses que les obligations, ne peuvent échapper à l'attention de l'historien, qu'elles figurent dans les protocoles notariaux ou dans les archives des institutions ou des familles qui en étaient les bénéficiaires : ce sont, en effet, des actes qui tranchent par leur longueur et leur solennité avec la banalité des précédents, puisqu'ils arrivent à couvrir, dès la fin du xvie siècle, sept à huit folios, et plus encore au xviie. C'est dire l'importance qu'on y attachait.

  • 5 ahp Lo, leg 482, 283 f. (1554-1562), id., leg. 497, fo 331-353vo (1555) et id., leg. 498, f" 287-33 (...)

5Il ne faudrait pas croire, cependant, que les registres notariés contiennent tous les actes concernant le crédit dont les plus humbles manifestations nous échappent souvent : crédit oral ou griffonné sur une simple papier ou billet que l'on peut retrouver dans les inventaires après-décès, prêt sur gage (sobre prendas), tous actes dont il faut rechercher la trace dans les registres des justices locales. Les archives de ces justices, en particulier celle des corregidores, ont malheureusement souvent disparu ; quelques fragments existent pour Logrono, datant du milieu du xvie siècle5,où l'on peut glaner certaines données d'intérêt sur ces types de crédit, sur lesquels nous ne savons pas grand chose, en l'absence totale de livres de raison ou de comptabilité privée.

6Jusqu'à maintenant, nous n'avons parlé que des principaux types de documents où le crédit est explicite ou qui sont simplement des actes entre créanciers et débiteurs ; mais le crédit, et la dette, sont partout dans les archives notariales. Aussi peut-on et doit-on recourir à d'autres types d'actes, dont je citerai quelques-uns ici. En premier lieu, les inventaires après-décès, que l'on trouve aussi chez les notaires, parfois dans des liasses spéciales (pour éviter de casser la séquence chronologique des actes ordinaires, ces inventaires durant souvent plusieurs jours). Devraient s'y trouver la liste des dettes actives et passives, ou plutôt le résumé des papiers du défunt où elles se trouvaient, quand le notaire prenait soin d'en faire un précis exact. La liste ainsi constituée est surtout intéressante pour nous quand elle concerne des créanciers, dont elle permet de reconstituer les réseaux d'influence, ou les secteurs, économiques et géographiques d'activité. Les testaments, auxquels on peut recourir aussi, sont généralement moins explicites et ne peuvent concerner une grande quantité de dettes ou de créances ; y apparaissent souvent, en revanche, des dettes orales, dont parfois le testateur a peu souvenance et qu'il laisse à la bonne foi du créancier ou du débiteur.

7Le crédit concerne aussi d'autres actes dans lesquels il n'apparaît pas clairement : c'est le cas des achats de biens, dont on nous dit qu'ils ont été entièrement soldés, alors que, bien souvent, un acte postérieur (parfois une simple obligation) nous apprend qu'il n'en est rien et que l'acheteur se libérera de sa dette en un ou plusieurs termes successifs. Dans d'autres cas, la vente n'est rien d'autre que le remboursement d'une ou plusieurs dettes anciennes, qui sont spécifiées dans l'acte et dont nous avons ainsi connaissance. Citons encore, sans y insister, de nombreux contrats de tous types qui mentionnent une créance sur l'une ou l'autre partie, les quittances (cartas de pago) où figure le détail des paiements qui ont été effectués, les procurations pour recouvrer des créances (dont on nous donne parfois la liste), les contrats de mariages où figure l'échelonnement des paiements, etc.

  • 6 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la Franc (...)

8En un mot, pour reprendre l'expression de P. Goubert, la dette rurale est partout dans les registres, « comme le poussière »6. Nous nous intéresserons, en premier lieu, aux dettes ordinaires, simples billets ou obligations, avant de consacrer quelques pages au censo, la rente constituée, sur laquelle quelques études récentes ont apporté un éclairage nouveau.

Dettes orales et billets privés

9Les dettes les plus banales, nous l'avons dit, n'apparaissent guère dans nos registres et c'est ce qui les différencie, outre leur montant qui est souvent peu élevé, des obligations dont la masse permet de faire une étude sérielle comme nous le montrerons plus bas.

  • 7 Pour les noms de lieux cités dans cette étude, voir la carte 1.
  • 8 Voir l'article cité de C. Goicochea, qui comprend le résumé d'un grand nombre de sentences ou d'act (...)

10Ce sont les actes de la justice du corregidor de Logrono7 qui nous permettent d'avoir quelques lueurs sur les dettes orales ou les prêts sur gage. Ce tribunal, tenu par le lieutenant du corrégidor, un lettré (alors que le corrégidor est d'habitude un militaire, surtout dans une place frontière comme Logrono) s'occupe de petites affaires ; d'office, c'est lui qui autorise les ventes de chevaux, les ventes aux enchères, qui saisit les armes (ou les guitares) de ceux qui en possèdent, l'heure du couvre-feu passée, et qui tranche, en première instance, toutes sortes de litiges civils8. C'est là que l'on vient se plaindre des artisans coupables de malfaçon, que les servantes ou domestiques dénoncent les mauvais traitements et surtout les « retenues » sur leurs gages opérées par leur maître, que créanciers et débiteurs présentent leurs arguments contradictoires d'où le juge essaie d'entrevoir la vérité.

11C'est un tribunal peu onéreux puisqu'on peut s'y présenter en personne, sans avoir recours à un représentant (procurador) ; les affaires sont réglées immédiatement ou renvoyées à quelques jours seulement si le lieutenant du corrégidor a besoin d'un complément d'information ; c'est donc un tribunal populaire, accessible à tous : on y voit des veuves ou des servantes, des orphelins, les apprentis, les étrangers, enfin, toutes les personnes sans protection qui ne pensent la trouver qu'auprès du représentant du monarque.

12La dette, ou l'engagement oral, apparaît de temps en temps dans ces sentences, surtout quand il s'agit d'aspects régis par la coutume ; ainsi, les servantes, souvent de très jeunes filles, étaient engagées contre le gîte, le couvert, et les habits « que l'on a coutume de donner à de semblables filles » ; elle acquéraient une créance sur leur maître ou maîtresse qu'ils n'étaient jamais pressés de règler ; comme il n'y avait pas de document écrit, on recourait au serment et aux témoins pour régler ces litiges.

13Mais le plus souvent, quand il s'agissait d'un prêt d'un faible montant, à rembourser rapidement, pour lequel on ne voulait pas recourir au notaire, le gage s'imposait, qu'il soit pris au moment de la remise de la somme ou quand le débiteur ne voulait ou ne pouvait rembourser celle-ci (par autorité de justice parfois). Ces gages (prendas), les hardes chères à Harpagon, étaient le plus souvent des habits (capes, chausses, chapeaux, manteaux), du linge de maison (nappes, couvertures), des armes (arbalètes) ou, pour les prêts les plus élevés, de l'argenterie et des bijoux (qui garantissent parfois des prêts à court terme entre marchands).

14Le débiteur pouvait récupérer son bien en remboursant ou, s'il niait la réalité de la dette devant le tribunal, en payant seulement les frais de justice engagés par le créancier et en intentant une instance contre celui-ci. La vente des gages, avec permission du même tribunal, avait lieu aux enchères ; c'était un acte courant, ce qui montre que souvent, le débiteur ne pouvait s'acquitter de son dû ; on voit aussi, lors de l'adjudication, que les dettes étaient minimes, quelques réaux la plupart du temps, dettes qui ne justifiaient pas le recours au notaire. C'est un système utilisé par le petites gens qui n'ont d'autre garantie à offrir que leur misérable mobilier. Il était assez souple, car les gages les plus importants pouvaient être engagés à leur tour par celui qui voulait récupérer une partie de son argent, ainsi que le montre l'exemple suivant : un habitant de Navarrete avait donné deux vases d'argent en garantie d'un prêt de 18 ducats, le créancier les avait cédés (avec un billet – cédula – cette fois) pour 14 ducats à un tiers ; le juge lui donne trois jours pour les récupérer et les rendre au premier débiteur qui a remis les 18 ducats.

15On ne voit pas apparaître d'intérêts dans ce type d'actes ; il serait quand même étonnant qu'il s'agisse toujours de purs prêts amicaux, quoique cela ne soit pas à écarter ; la vente du gage, qui valait plus que la somme prêtée, permettait sans doute, le cas échéant, de récupérer au-delà de la créance. On peut y voir des prêts de bon voisinage, entre gens du même métier, entre fournisseur et client (nombreuses exemples de litiges au sujet de drap ou de cuir avancé à des tailleurs ou des cordonniers) qui ne méritaient pas un acte écrit.

  • 9 ahp Lo, leg. 504, fo 572.
  • 10 ahp Lo, leg. 506, fo 50.

16Les inventaires de biens mentionnent parfois la présence d'objets gagés ; ils ne sont pas différents de ceux que nous connaissons ; on y voit apparaître aussi les créanciers, amateurs de ce type de prêts, comme dona Mariana de Lara, demeurant à Ojacastro, dans la montagne au sud de Logroño, dont l'inventaire, lors de son remariage, en mars 1572 mentionne 23 créances de ce type, d'un montant moyen de 26 réaux, ce qui n'est pas très élevé, six fois moins que la moyenne des créances sous forme d'obligations que possède la même dona Mariana9. De même, le notaire Rodrigo Alemán conservait, à sa mort, en janvier 1577, de nombreux gages, pris pour des sommes dérisoires (un ou deux réaux) sur des clients ne lui ayant pas payé ses écritures10.

  • 11 Sur l'importance des dettes orales, voir à propos de l'Angleterre rurale du xviisiècle, P. Spuffo (...)

17Le caractère oral de ces transactions ne nous permet pas d'en dire beaucoup plus : elles ne nous sont connues que lorsqu'une des parties ne tient pas ses engagements ou, sans beaucoup de précision, par les inventaires. Cependant, je pense qu'il ne faut pas en sous-estimer l'importance et que ce type de prêts pour les petites gens étaient d'une utilisation courante11.

  • 12 Voir l'inventaire des biens détenus par Pero Martinez de Ronda, de Vitoria, en février 1582 : créan (...)
  • 13 ahp Vi, leg 6294 (c), fo 112, (7-VI-1557).
  • 14 Carte 2.

18Entre l'engagement oral et le document notarié existent les billets privés, cédulas ou conocimientos, qui semblent eux aussi avoir été très utilisés dans les transactions commerciales entre les marchands, grossistes ou détaillants, et leurs clients avec qui ils avaient des relations habituelles : le recours au notaire n'était pas nécessaire dans ce cas, un billet signé du débiteur suffisait ainsi que sans doute l'inscription au livre journal du marchand12. On trouve trace de ces billets dans les inventaires qui détaillent les créances ; c'est ainsi que parmi les cent douze écritures que Andrés López de Zumelzu, petit marchand de ce village situé à deux lieues de Vitoria, donne à son père pour qu'il en recouvre le montant, vingt sont des conocimientos signés des débiteurs (du moins par ceux qui savent écrire) qu'il distingue des obligations signées par un notaire. Il ne semble d'ailleurs pas y avoir de différence entre ces deux types d'actes, ni dans le montant des créances, ni dans le lieu où habitent les débiteurs13. Peut-être est-ce plus une question de relations personnelles : dans la même liste figure un prêt consenti à son beau-frère par A. López qui apparemment n'est garanti par aucune écriture. La simplicité de ce type d'actes n'empêche pas que le rayon d'action de notre marchand n'est pas négligeable : plus de 40 km (à vol d'oiseau) de son lieu de résidence14. Sa zone de prédilection se trouve dans la comté de Trevino, mais, il atteint aussi la Rioja, ce qui témoigne des relations courantes entre les deux provinces. Il est à remarquer que la plupart des débiteurs résident dans de tous petits villages, presque des hameaux, situés dans des zones accidentées, ce qui est un indice de leur modeste condition sociale.

  • 15 ahp Lo, leg. 467, fo 336 (7-V-1555) : un billet pour vente de drap est tranformé en obligation par (...)

19Il est difficile d'en dire plus sur ces billets, d'un usage courant semble-t-il, si ce n'est qu'ils peuvent se transformer en obligations notariées quand le débiteur ne s'acquitte pas au terme prévu : plusieurs de ces tranformations figurent dans les registres d'obligations, parfois sur décision de justice15. En fait, il ne semble pas qu'il existe une grande différence d'utilisation entre ces deux types de dettes.

Les obligations

20L'obligation est un engagement à payer une somme d'argent, à livrer un produit, à effectuer un travail, dans un délai fixé par l'acte qui n'excède généralement pas une année, les dates rituelles des paiements étant de règle (15 août, 8 septembre, Saint-Michel). Quand la dette est plus importante, ou concerne une transaction commerciale, des délais plus longs peuvent être accordés : plusieurs années, par exemple (ou paiements en foire). Formellement, les formules notariées, imprimées très tôt comme nous l'avons dit, distinguent les obligations avec un seul débiteur, avec deux ou plus, avec mari et femme, avec un débiteur et sa caution, mais cela ne change pas le type de l'acte. Elles sont toujours extrêmement précises quant à l'identité et à la résidence des parties et à l'objet de l'acte : description des animaux vendus à crédit, des produits cédés (nombre, qualité, prix unitaire), circonstances diverses, ce qui les rend très précieuses, quoique fastidieuses à dépouiller.

21L'obligation est d'une utilisation constante : elle peut concerner quelques maravédis comme plusieurs milliers de ducats ; elle est utilisée pour l'achat de bottes d'oignons comme pour les grandes transactions commerciales. Tous les groupes sociaux y ont recours, de l'évêque au paysan, de l'artisan au comptable des deniers royaux, des chapitres cathédraux aux conseils des villes et des villages. En un mot, elle est aussi universelle que le crédit.

22L'obligation recouvre divers actes différents, même s'ils se présentent tous sous la même apparence formelle. Le plus courant est sans doute l'achat à crédit ; il concerne l'achat entre particuliers (achats aux foires et marchés d'animaux de trait, par exemple) ou entre professionnels : de détaillants villageois aux grossistes urbains, d'artisans urbains ou ruraux à leur fournisseur ; ce sont les tailleurs ou chaussetiers qui ont besoin de pièces de drap ou de toiles (ou simplement de quelques varas d'un tissu plus précieux, velours, damas), c'est le marchand drapier qui recherche du pastel ou de l'indigo, le cordonnier les badanes et cordouans par douzaines, etc. Il ne s'agit donc pas, dans ce cas, ni dans celui du paysan achetant ses bœufs, d'un crédit à la consommation, mais plutôt d'un investissement. Ce type d'obligations est très précieux, car elles nous permettent de reconstituer les circuits de commercialisation des produits.

  • 16 ahp Lo, leg. 500, fo 210-242vo, 248-287vo, 320-334 (octobre 1567).
  • 17 Prêt de 2 ducats « para remedio de las necesidades » de l'emprunteur (ahp Lo, leg. 500, fo 190, 26- (...)

23L'obligation est également utilisée pour le crédit immobilier : on s'engage à payer le solde d'un achat en une ou plusieurs échéances ; cet acte complète donc l'acte d'achat dans lequel il est presque toujours spécifié que le montant de l'achat a été réglé entièrement, ce qui est rarement vrai. Les prêts (d'argent ou de denrées) figurent aussi dans les registres d'obligations : leur nombre varie considérablement selon que l'année est « bonne » ou non, que les récoltes ont été abondantes ou l'année disetteuse ; on y trouve à l'automne les prêts de semences comme en 1567 où à Logrono, les paysans des alentours s'engagent à rembourser au trésorier de l'évêque et à d'autres institutions, le blé et l'orge qu'ils viennent d'emprunter : 171 d'entre eux apparaissent dans les registres d'une seul notaire, Bernardino Rodriguez, auxquels l'on avance entre un et 4 hl de grain pour les semailles qui sont en cours16. Les prêts d'argent peuvent concerner des sommes dérisoires, « pour remédier aux besoins » de l'emprunteur17, ou des quantités considérables, des milliers de ducats quand il s'agit d'actes entre marchands : simples prêts en capital, soldes de comptes ou engagements à payer suite à des protêts de lettres de change.

  • 18 Sur cette pratique, voir F. Brumont, « La laine dans la région de Nájera (deuxième moitié du xvis (...)

24Ces derniers actes, on s'en doute, concernent peu de villageois, bien qu'y figurent des marchands ruraux ; ce n'est pas le cas de l'achat anticipé de récoltes ou de produits de l'artisanat et de l'élevage. C’est une pratique universelle qui permet au producteur d'obtenir une avance sur le produit à venir ; c'est cet acte qui est utilisé dans le grand commerce de la laine par les marchands de Burgos ou d'ailleurs pour retenir (señalar) les toisons aux grands éleveurs, moyennant le paiement de fortes sommes d'argent qui servent à solder les frais de la transhumance. Mais les petits paysans sont concernés également, soit pour la laine de leurs troupeaux sédentaires (laine churra)18, quelques arrobes le plus souvent, soit pour le vin (très courant à Logrono), pour les grains, ou la soie grège produite à Logrono ou dans les villages alentour. Pour les vendeurs, c'est la nécessité qui les pousse à aliéner à l'avance tout ou partie de leur production ; pour l'acheteur, c'est le fait que le produit soit généralement payé moins cher (pour le vin, par exemple, quelques maravédis au-dessous du prix officiel – postura – fixé à l'automne par les autorités municipales). Pour la laine, c'est le souci de ne pas manquer d'un produit fort convoité ou de s'assurer les meilleures qualités.

  • 19 ahp Lo, leg. 473, fo 7-366 (mars 1535-décembre 1536).

25L'obligation est donc un instrument de crédit polyvalent ainsi que le montrent les données suivantes tirées du registre du notaire Cristobal Rodriguez, de Logrono, qui couvre les années 1535 et 153619 : 688 obligations y figurent parmi lesquelles 125 stipulent un dû à payer en nature dont seulement 26 sont des dettes (en blé) et le reste des achats anticipés, de laine (67, dont 38 de laine churra achetées à des paysans des villages voisins), chanvre (11), vin (10) et de produits artisanaux (briques, draps, chaux). Le reste des obligations, soit 563 actes, mentionne des paiements en espèces : 92 d'entre eux sont des prêts en argent, mais, c'est un ensemble très hétérogène, car à côté de prêts de peu d'importance, une bonne partie de ces dettes sont des prêts entre marchands concernant des sommes importantes, plusieurs centaines de ducats ou plus qui n'ont pas grand-chose à voir avec la dette rurale (40 % des prêts ont un montant compris entre 100 et 1 500 ducats). En revanche, les actes les plus nombreux sont des crédits à la consommation : 220 pour les seuls draps au détail, 35 pour du grain, 14 pour du vin et autant pour de l'épicerie (souvent achetée par des détaillants de village). Pour le reste, on pourrait parler plutôt d'investissement : 70 pour des achats d'animaux (de trait ou autres), 67 pour du cuir acquis par des cordonniers, et 16 pour de la laine que se procurent les tisserands de la Sierra située au sud de Logrono.

26Le crédit, tel qu'il ressort de cette analyse rapide, peut être donc considéré ici comme un facteur positif pour l'économie, car il s'agit d'un crédit d'investissement, achat de matière première ou de moyens de production, meilleure répartition des revenus saisonniers pour le paysan, avance de liquidités pour les marchands ; même ce que nous avons qualifié de crédit à la consommation, pour les draps notamment, cache en réalité souvent des achats par des artisans de la confection ou par des détaillants de village. Il s'agit d'un crédit qui dynamise l'économie en suppléant le manque de liquidités momentané des paysans, artisans ou marchands. Il ne s'agit en rien d'un crédit de la misère, d'une dette que l'on traîne comme un boulet, mais d'un crédit productif, porteur de gains futurs.

  • 20 ahp Lo, leg 7221, 7182, 7183 (années 1552-1586).
  • 21 Nous n'avons conservé, généralement que la documentation d'un seul notaire (sur trois), mais le nom (...)

27Cette impression est confirmée par l'étude des obligations de quelques centres plus ou moins importants situés dans la même région ; certes, les objets du crédit varient en fonction des structures économiques de chacun d'eux : à Nieva, centre textile situé dans la Sierra de Cameros, à quelques lieues au sud de Logrono, les obligations portent sur la laine, les moutons, les colorants (indigo) et surtout sur des pièces de draps fabriquées dans le village20. Même structure dans un des deux grands centres de draperie de la région, Torrecilla en Cameros, où ce qui frappe, à côté du crédit pour de la laine, des moutons et des draps, c'est la présence, par dizaines, d'obligations pour de l'indigo, qui indiquent la présence d'autant de marchands drapiers dans ce petit bourg de 400 feux21.

  • 22 Les plus anciens notaires de Nájera sont conservés à l'AHN, section Clero, avec les documents du mo (...)
  • 23 ahp Lo, leg. 3265 et 3338 (1544-1568).

28Si nous revenons dans la plaine, nous retrouvons une structure plus semblable à celle de Logrono, avec cependant quelques particularités : tissus, vin, laine et animaux de trait à Nájera, centre d'un fertile canton viticole et où des foires très importantes permettaient de relier la Sierra et la vallée22, draps au détail, animaux et céréales à Santo Domingo de la Calzada23.

  • 24 ahp Vi, leg.5513, 4716, 6292, 6293, 5445, 5035, 4760, 6646 (années 1545-1564).

29Vitoria, centre d'une riche région agricole, la llanada alavesa, et pôle de redistribution des produits débarqués sur la côte basque, joue un rôle semblable à celui de Logrono, mais les obligations permettent de déceler quelques différences intéressantes24. Sur 387 contrats, 30 seulement sont à payer en nature, dont 23 pour du blé prêté, 7 seulement concernent des achats anticipés (5 pour des tuiles et de briques, un pour du drap, un pour de la laine). Sur les 357 contrats restants, 39 concernent des prêts d'argent (c'est beaucoup moins qu'à Logrono) ; les crédits les plus nombreux (112) ont été octroyés pour l'achat d'animaux (dont 52 bœufs et 37 mules de trait et de bât), 81 pour des tissus et 34 pour du cuir ; c'est dans les autres actes que se manifeste l'originalité de Vitoria et ses liens avec les provinces maritimes basques : 34 obligations pour du fer, 30 pour de la cire plus quelques-unes pour du cuivre, du poisson et du poivre. Vitoria est bien la première étape pour les produits venus par voie maritime et destinés à être redistribués en Castille.

  • 25 Carte 3.
  • 26 Au milieu du siècle, Logroño a quelques 2 000 feux, Nájera, 800 et Santo Domingo, 600.
  • 27 Sur le commerce de la laine à Nájera, voir F. Brumont et S. Ibáñez Rodriguez, in Historia de la ciu (...)

30La cartographie des lieux d'origine des débiteurs montre l'aire d'influence de chaque cité et permet de préciser encore le rôle économique de chacune, rôle dans lequel le crédit, nous l'avons vu, a une place déterminante25. Dans la partie centrale et occidentale de la Rioja, les aires d'influence des trois villes principales, Logrono, Nájera et Santo Domingo de la Calzada, sont clairement délimitées26 : il n'y a pratiquement pas de village qui appartienne à deux d'entre elles. Nájera et Santo Domingo sont des capitales de vallée, mettant en relation l'amont montagnard, textile et pastoral, avec l'aval agricole. Nájera est, de plus, un des centres principaux du commerce international de la laine et ses marchands sont des importateurs qui fournissent, entre autres, des matières premières aux draperies de la Sierra (colorants, cardes, etc.)27. Santo Domingo est plutôt un centre agricole, dominant la vallée de l'Oja et la reliant avec les petits villages de la province de Burgos toute proche.

  • 28 Sur l'activité commerciale de cette ville, voir F. Brumont et S. Ibáñez Rodríguez, in Historia de l (...)

31La zone de Logrono28 est beaucoup plus étendue, car notre ville est en relation avec l'ensemble des villes de la vallée de l'Ebre jusqu'à Calahorra tout en reliant, comme les précédentes cette vallée aux zones de montagne par l'intermédiaire des vallées des nos Iregua ou Leza. On peut distinguer cependant les deux zones : pour les villages et la vallée de l'Ebre, Logrono joue le rôle de redistributeur des produits importés vers les détaillants de village ou vers les consommateurs eux-mêmes ; pour la Sierra, les produits sont surtout des matières premières, locales (laine) ou importées (colorants, cardes), pour l'industrie drapière.

  • 29 ahp Lo, leg. 548, F 260 (26 avril 1599).
  • 30 F. Brumont, in Historia de Logroño, op. cit., p. 136.
  • 31 La même remarque a été faite par B. Yun au sujet des relations entre commerce international et écon (...)

32Le rôle de cette ville est très clair en ce qui concerne la laine du pays (laine churra), provenant des moutons sédentaires, que les marchands de Logrono achètent aux paysans de la basse Rioja ou de Navarre et qu'ils revendent aux tisserands de la zone des Cameros et de la Demanda, du moins ceux qui produisent les draps de la qualité la plus médiocre, les autres (surtout ceux de Torrecilla et d'Ezcaray), utilisant la laine fine des mérinos transhumants. Ainsi, ces marchands avancent l'argent aux éleveurs en leur retenant les toisons et avancent la laine aux producteurs qui ne pourront solder ces achats qu'avec leur production de draps. L'inventaire de l'un d'entre eux, Francisco Martinez, mort en pleine activité, en 1599, est significatif à cet égard29 : parmi ses créances figurent, d'un côté, 1 400 ducats environ correspondant à la fourniture en 1597 et 1598 de 1 600 arrobas de laine du pays (18 tonnes) dues par une quarantaine de drapiers de la petite ville de Soto de Cameros, dont il était peut être originaire, et de l'autre, des achats anticipés de laine à Jubera, un village situé à une trentaine de kilomètres de Soto. Les achats se font à 9 réaux l'arrobe et les ventes à 14 réaux, mais il est probable qu'entre temps la laine était lavée, ce qui lui faisait perdre de son poids. Comme il avait donné à vendre une douzaine de pièces de draps à un autre marchand, on peut supposer que les tisserands lui payaient la laine avec une partie de leur production. Nous ne sommes pas loin dans ce cas d'un véritable Verlagssystem dont nous avons d'autres exemples à Logrono pour la production de toile à matelas, de fourreaux d'épées ou de draps30. L'intérêt du crédit comme générateur d'activité est ici manifeste31.

33Les obligations, forme de crédit dont nous avons vu l'universalité, sont donc, au xvie siècle, des facteurs de dynamisation de l'économie dans l'agriculture et l'artisanat. Cette situation de départ est somme toute favorable, (sans exagérer, toutefois, car les années de crise son rôle de « dépanneur » est manifeste) : si le crédit est investissement, il doit être facile à rembourser.

  • 32 L.M. Rubio Pérez, La Bañeza y su tierra, op. cit., pp. 366-371.
  • 33 L.M. Rubio Pérez, Astorga. Un enclave señorial en los sighs XVII y XVIII, s. 1., 1990, pp. 110-118.
  • 34 Ibid., p. 113.

34Quelques études nous permettent de connaître l'évolution de ce système dans certaines zones du nord du royaume. Pour la région de La Bañeza, zone agricole située au sud de Léon, pour la période 1650-1800, ce type de crédit est jugé de façon négative par L. Rubio Pérez, car il entraîne les paysans dans une spirale d'endettement systématique, aggravant encore la précarité des économies paysannes32. Le même auteur apporte des précisions qui vont dans le même sens au sujet d'une autre petite ville de la même province, Astorga33. Il a constitué un corpus impressionnant de 1 990 contrats pour la période 1620-1800 dont 1 145 correspondent à la ville et 845 aux campagnes environnantes ; les ventes à crédit constituent les deux-tiers des obligations (65 % exactement), sans qu'il y ait de grandes différences entre la ville (66,5 %) et les villages (62 %). Ce fait pourrait sembler positif, mais il faut noter que les prêts et achats de grain constituent les deux-tiers des ces crédits, nous ne sommes plus dans le domaine de l'investissement, mais bien dans celui de la simple consommation. En outre, la part des prêts et achats de grain ne fait que croître au cours de la période : ils représentent 30 % du total des obligations durant la période 1620-1680, 42 % entre 1680 et 1750 et 58 % dans les années 1750-1800. En même temps, la part des prêts d'argent ne fait que diminuer : de 31 % des obligations dans la première moitié du xviie siècle, elle tombe à 10 % entre 1750 et 1800. Comme le signale l'auteur, il y a là une évolution vers des « formes archaïques » du système de crédit et le retour à un système économique et commercial « presque médiéval »34.

  • 35 U. Gómez Alvárez, « Obligaciones y censos... », art. cil., pp. 385-386. Du même, voir aussi, « La o (...)

35C'est une évolution semblable que reflète l'étude d'Ubaldo Gómez sur les Asturies35 : à Oviedo, ville pour laquelle les données sont les plus complètes, le pourcentage des ventes à crédit ne fait que diminuer depuis le début du xviie siècle (61 %) pour tomber à 27 % au début du xviiie ; malgré une légère reprise vers 1750 (44 %), on retrouve ce niveau (28 %) dans les années 1790-1800. En revanche, les arriérés de paiements ne font que croître : de 14 % au début du xviie siècle à 40 % vers 1700 (38 % vers 1800).

36Il est difficile de connaître la représentativité de ces trois exemples, qui portent sur des régions assez différentes de celles que nous avons étudiées et pour lesquelles nous n'avons pas de données pour le xvie siècle. Prenons acte toutefois de l'évolution qu'elles indiquent : l'étude des rentes constituées nous permettra d'y voir plus clair.

Les rentes constituées (censos)

  • 36 Pour un résumé de l'attitude de l'Église vis-à-vis des censos, on pourra voir, entre autres, J.A. A (...)

37La constitution d'une rente, c'est la vente par un individu appelé débirentier (censatario) d'une quantité payée annuellement (rente) à un autre individu (ou une institution) appelé crédirentier (censualista), moyennant le paiement par ce dernier d'une somme servant de prix d'achat de la rente, certains biens immeubles du vendeur étant hypothéqués pour garantir le paiement de cette rente. Comme il s'agit d'une opération d'achat, il ne peut être question d'usure et c'est un contrat tout à fait licite, dans la mesure où le juste prix a été payé au vendeur36 et où son utilité publique ne fait pas de doute.

Au XVIe siècle

  • 37 Novísima Récopilación de las Leyes de Espana, édition de 1805, t. V, p. 77.
  • 38 Ibid., pp. 77-79. En Navarre, la baisse des taux au xvisiècle est antérieure : 6 % en 1551, mais (...)

38L'évolution vers le système qui eut cours durant tout l'Ancien Régime se fit très rapidement dans le premier tiers du xvie siècle : de perpétuelles, les rentes devinrent rachetables ; les rentes en nature furent interdites par une loi de 1534 à la demande des Cortés ; cette interdiction fut réitérée en 1573 à l'intention des régions nord de la péninsule (Galice, Léon, Asturies)37. Les lois fixèrent également le taux d'intérêt selon une formulation qui montre bien que la constitution de rente est un acte d'achat : le taux de 14 000 le 1000 (catorce mill maravedís el millar), stipulé dans la loi de 1534, signifie que pour acquérir 1 000 maravédis de rente, il faut en payer 14 000 (soit un taux de 7,14 %) ; en 1608, le taux passa à 20 000/1000 (5 %), puis à 3 % en 170538.

  • 39 B. Schnapper, Les rentes au xvisiècle. Histoire d'un instrument de crédit, Paris, 1957, pp. 100-1 (...)
  • 40 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis...,op. cit., p. 538.
  • 41 L. Faccini, La Lombardia fra'600 e ´700. Riconversione economica e mutamenti sociali, Milan, 1988, (...)
  • 42 W.G. Gramp, « The controversy over usury in the seventeenth century », The Journal of European Econ (...)
  • 43 Remarque faite par F. Ruiz Martin, « Crédita y banca, comercio y transportes en la etapa del capita (...)
  • 44 P. Goubert, op. cit., p. 538 : durant certaines périodes, le taux fut d'ailleurs identique ou infér (...)
  • 45 Voir au sujet de la baisse des taux de 1651 en Angleterre, la remarque de J. Habakkuk : « The reduc (...)

39Remarquons que ces taux sont inférieurs à ce qui se pratiquait aux mêmes époques en France : le denier 12 (8,33 %) succède au denier 10 en 1512 et reste en vigueur durant tout le xvie siècle, avant d'être remplacé par le denier 16 par un édit de juillet 160139. Le taux passa ensuite au denier 18 en 1634, puis à 5 % à partir de 1665 jusqu'à la fin de l'Ancien Régime (avec un épisode troublé entre 1720 et 1725)40. En Lombardie, les taux qui tournaient autour de 7-8 % au début du xviie siècle, connaissent une baisse suite à la crise générale de l'économie du duché, mais ils sont toutefois plus élevés qu'en Castille : ils se situent à 6,5 % environ au milieu du siècle, autour de 5 % vers 1700 pour tomber à 4 % vers 1730-1740, certains crédits sur des débiteurs sûrs (il s'agit ici toujours de taux du marché) se négociant à 3 %41. En Angleterre, les taux sont encore plus élevés : ils sont fixés à 10 % en 1572, 8 % en 1623, 6 % en 1651 pour atteindre 5 % en 171 442. Nous nous bornerons ici à constater ces différences, sans pouvoir les expliquer43 et nous noterons que l'accès au crédit à long terme est moins onéreux en Espagne que dans les autres pays européens (sauf les Pays-Bas)44. Ajoutons aussi que partout, c'est l'intérêt des monarques, les plus gros débiteurs de leur époque, qui fit baisser les taux, mais que souvent, comme on peut le voir en Castille, le marché suivit, et parfois précéda, l'évolution des taux, ce qui montre que l'offre de crédit sous cette forme parvenait facilement à couvrir la demande45.

  • 46 B. Bennassar, Valladolid au siècle d'or. Une ville de Castille et sa campagne au xvisiècle, Paris (...)
  • 47 ahp Lo, leg. 471, 472, 476, 477 ; les années 1529-1531 manquent.
  • 48 Il est curieux que dans cette zone où l'importance de la viticulture est manifeste, nous n'ayons pa (...)

40L'étude de quelques cas réels nous permet de voir que, dans l'ensemble, les lois édictées par la monarchie castillane ont été respectées ; c'est ainsi que pour Valladolid, Bartolomé Bennassar indique que, vers 1535, les rentes deviennent rachetables et que, si jusqu'alors elles étaient presque constamment sipulées en nature (blé), elles deviennent payables en argent au même moment46. L'exemple de Logrono confirme tout à fait les affirmations de B. Bennassar : sur les 197 constitutions de rentes qui sont conservées dans les registres du seul notaire subsistant pour la période 1525-153547, 15 stipulent une rente en argent, les autres prévoyant une rente en blé, sauf trois qui demandent de l'orge, trois, blé et orge, une des fèves et une autre du bois de chauffage48. Le taux de ces rares rentes en argent est assez variable, mais curieusement peu élevé (4 ou 5 %) ; le taux légal de 1534 (7,14 %) apparaît dès 1535 et devient systématique (sauf très rares exceptions : 10 cas sur 250 environ) à partir de cette date.

  • 49 ahp Lo, leg. 483, fo 212 (16-III-1557) et 520 fo 91vo (21-X-1566) : comme dans ce dernier cas, la r (...)
  • 50 ahp Pa, leg. 8433 : le taux est de 6 000 mrs pour une charge de blé (4 fanègues) et 2 poules par an (...)
  • 51 ahn Clero, leg. 937 et 938 : rentes du monastère Santa Clara de Briviesca : 1 500 mrs par fanègue d (...)
  • 52 On obtient un taux semblable (10,5 %) en utilisant les prix de la charge de blé à Valladolid (B. Be (...)

41Quelques cas de rentes en nature peuvent encore se rencontrer après 1534, surtout avant 1540 et avec des débiteurs navarrais, les derniers se produisant en 1557 (entre deux paysans de Lardero) et en 1566 (entre deux paysans d'Alberite)49. L'intérêt (pour le prêteur) des rentes stipulées en blé n'est pas à démontrer ; le prix est de 1 500 mrs pour une fanègue de blé autour de 1525, aussi bien à Logrono qu'à Torremormojón (en Tierra de Campos)50 ou à Briviesca, au nord-ouest de Burgos51, et ce taux demeure en vigueur pendant une vingtaine d'années jusqu'à l'extinction des rentes en denrées (et même un peu après). Le prix moyen du blé (selon Hamilton) est alors en Vieille-Castille et Léon de 160 mrs par fanègue (moyenne 1525-1535) : le taux de la rente est donc d environ 10,7 %52. La rente en denrée, comme toute rente en nature, se révèle donc plus lourde pour le paysan que la rente en argent, ce poids se serait encore aggravé si ces rentes n'avaient été converties en 1534.

42Ne quittons pas ces rentes en nature de la période 1525-1535 ; elles ont, en effet, des caractéristiques bien précises que nous ne retrouvons pas par la suite. Ce sont des rentes dont le principal est relativement faible : 23 ducats pour les 48 contrats des années 1525-1528, 26 pour les 147 rentes des années 1532-1535. Les premières années, les débiteurs sont originaires des villages proches de Logrono, surtout des trois de sa juridiction (Lardero, Villamediana, Alberite), puis, après la coupure documentaire des années 1529-1531, due peut-être à la peste, le rayon d action des prêteurs s'élargit de manière considérable à toute la vallée de l'Ebre de Laguardia en Alava à Alfaro en Basse Rioja en passant par quelques villages navarrais ; les habitants de Logrono, même si leur nombre n'est pas négligeable, sont nettement minoritaires : 78 sur 195. Le métier ou la condition de la plupart des débiteurs ne sont pas précisés, ce qui nous fait supposer qu'ils sont paysans (et pour certains, nous le savons formellement par d'autres actes) ; signalons aussi quelques notables ruraux, tels trois curés de Lardero (dont l'un Francisco Pascual apparaît deux fois) ou un notaire de Laguardia. Parmi les Logrognais, l'éventail social est plus ouvert : des paysans encore, des artisans ou d'autres représentants des couches moyennes telles le libraire Beltrán Cornellet, ou l'apothicaire Cristobal Montemayor, un ou deux curés, deux barbiers, etc.

  • 53 Son inventaire après-décès, daté de décembre 1528, mentionne 14 rentes payables en blé ou orge (ahp(...)

43Les bailleurs de fonds sont tous originaires de Logroño ; beaucoup d'entre eux sont des marchands et pratiquement tous ceux qui apparaissent plusieurs fois comme Juan Ruiz de Gaona (11 rentes)53, Diego de Ribera (15), Hernando de Soria (23) et d'autres encore. Signalons cependant que les marchands n'ont pas le monopole de l'offre des rentes, quelques personnages de moindre envergure montrant aussi leur goût pour ce placement : voilà le barbier Provencio de Jubera (4 rentes en 1532-1533) et son homonyme (et parent ?) Juan de Jubera, fabricant d'épées, (6 rentes lui assurant le pain quotidien : 19 hl de blé par an) ; ajoutons-y quelques membres du clergé, quelques veuves et nous aurons épuisé la nomenclature des situations des créanciers.

  • 54 B. Schnapper, Les rentes au xvisiècle..., op. cit., pp. 79-97.

44En ce qui concerne la cause de la constitution de ces rentes, elle n'a rien de mystérieux : c'est la nécessité due aux calamités de cette décennie (disette et peste) qui contraint les paysans à imposer des rentes sur leur patrimoine. Nous sommes devant une situation tout à fait semblable à celle qui a été décrite par Bernard Schnapper pour la région parisienne durant les mêmes années : même prédominance des paysans parmi les débiteurs et des marchands parmi les créanciers et même cause, les crises de subsistances54. Coïncidence remarquable.

  • 55 D'autant plus que le but de mes recherches dans ces registres notariés n'était pas une étude sur le (...)
  • 56 Pour l'ensemble de la période ont été dépouillés les registres suivants : 471 à 498, 500 à 527, 538 (...)

45Dans les décennies suivantes, la situation se normalise et les rentes apparaissent beaucoup moins souvent dans nos registres. Les chiffres ci-dessous sont à prendre comme de simples indicateurs, car la cohésion de la source (notariale) est loin d'être parfaite : le nombre des notaires dont les registres ont été conservés croît après 1550, et surtout après 1570 ; il aurait fallu rapporter les nombre de rentes au nombre d'actes existants, tâche fastidieuse et fort exigeante en temps, que je n'ai pas faite55. En outre, je n'ai pas dépouillé tous les registres : ce dépouillement a été exhaustif pour les protocoles antérieurs à 1575, mais plus lacunaire pour le dernier quart du siècle où j'ai privilégié les notaires officiant durant de nombreuses années tel Bernardino Rodriguez (1560-1602)56. Si le nombre des rentes est donc sujet à caution, leur montant moyen ne doit pas s'éloigner trop de la réalité, la plupart de ces moyennes ayant été calculées sur un nombre suffisant de contrats.

Tableau 1. Nombre et montant moyen des rentes constituées (Logrono : 1525-1600)

Tableau 1. Nombre et montant moyen des rentes constituées (Logrono : 1525-1600)
  • 57 Pour la période 1532-1539, j'ai omis d'inclure une rente de 4 667 ducats qui aurait faussé la moyen (...)

Note 5757
* Montant moyen du capital des rentes (en ducats).

  • 58 F. Brumont, « Le mariage, passeport pour l'ascension sociale : à Logroño au xvisiècle », Pouvoirs (...)

46Il apparaît clairement, malgré l'hérérogénéité de la source et des dépouillements, que le nombre de rentes imposées sur les biens des habitants de Logrono et de ses campagnes connaît après 1570 une forte hausse par rapport aux décennies précédentes, passé l'épisode de la crise des années 1525-1535 qui avait vu se multiplier les rentes en nature sur lesquelles nous ne reviendrons pas. Cette multiplication des rentes est corroborée par un indice qui n'est pas tributaire du nombre des actes dépouillés : il s'agit de la part des rentes dans le montant des dots58. Elle varie de 0 à 6 % en moyenne entre 1525 et 1567 ; à partir de 1570, changement spectaculaire : les censos représentent 41 % du montant des dots entre 1570 et 1579, 62 % en 1580 et 1585 et encore 35 % dans la dernière décennie du siècle. Cette coupure brutale ne peut s'expliquer que par la multiplication des rentes dans les patrimoines ; à Logrono donc, les trois tiers du xvie siècle peuvent être caractérisés ainsi : le premier tiers serait celui des rentes en denrées, le deuxième celui des rentes rares et le dernier celui de l'explosion de ces contrats.

47En même temps d'ailleurs que le nombre des rentes se multiplie leur montant évolue selon le même schéma tripartite : entre le premier tiers et le second le principal des rentes est multiplié par 4 ou 5, puis il augmente encore, mais de manière beaucoup plus lente. Ce brusque saut quantitatif entre les rentes en denrées et les rentes en argent des années 1540-1570 est aussi un changement qualitatif : les preneurs ne sont plus les mêmes et le but de la constitution non plus.

  • 59 ahp Lo, leg. 501, fo 673-728.

48Un premier indice, le rapport entre les urbains et les ruraux dans les débiteurs : les ruraux formaient 72 % des emprunteurs pour les rentes en denrées des années 1525-1535 ; or, pour la période 1540-1560, ils ne sont plus que 22 % des débiteurs, la plupart originaires des trois villages de la juridiction ; après 1560, leur présence est un peu plus forte (un tiers des emprunteurs). Ainsi les débiteurs ne sont plus majoritairement des paysans ; cela est surtout clair dans les années 1540-1560, lorsque les habitants de la ville sont les plus nombreux : voici des marchands, notaires, quelques curés et artisans, dont les deux sculpteurs Juan de Lorena et Arnao de Bruselas. La sociologie est la même dans les années suivantes, on peut y ajouter la présence assez régulière de letrados (avocats, notaires), d'administrateurs des douanes, de regidores ; quelques paysans réapparaissent les années de difficultés, comme en 1569 où 7 d'entre eux, tous de Lardero, empruntent de petites sommes (moins de 50 ducats) à un habitant du même village59 ou de temps à autre dans les années 1580 ou 1590 (toujours pour des sommes semblables), sans que leur nombre d'ailleurs se multiplie durant la dernière décennie, pourtant fertile en crises. Quelques villages ou villes empruntent aussi dans le dernier quart du siècle, pour implanter un grenier municipal (pósito), solder quelques dettes, s'exempter de la juridiction seigneuriale ou, dans le cas de Logroño, pour financer l'approvisionnement de sa boucherie.

  • 60 B. Bennassar, Valladolid..., op. cit., pp. 260-264.

49Notons que pour la même période, l'étude de B. Bennassar sur Valladolid et ses campagnes montre une évolution semblable : avant 1550, les paysans forment les trois-quarts des emprunteurs, leur part se situant ensuite entre le tiers et la moitié ; ils réaparaissent aussi lors des crises, tout comme les conseils des villages60.

  • 61 Il en va de même à Valladolid (ibid.) et en Extrémadure à la même époque (J.-P. Pereira Iglesias, E (...)
  • 62 ahp Lo, leg. 513, fo 181 (accord entre Pedro et le collège des Jésuites) et 182 (censo).

50Mais nous en sommes déjà à invoquer les causes des constitutions des rentes ; or, à ce sujet, notre documentation est assez bavarde, à partir des années 1540. Dans 88 cas, nous connaissons les raisons de l'emprunt ; outre les emprunts des villes et villages dont nous venons de parler (et qui sont au nombre de 14), nous comptons 5 achats d'offices de notaire, 5 achats de marchandises pour se lancer dans le commerce et surtout de nombreuses constitutions pour des achats immobiliers : 12 maisons, 10 pièces de vigne, 5 pièces de terre, un jardin, quelques oliveraies, un moulin ont été acquis grâce à l'imposition d'une rente sur ces biens (et sur d'autres du débiteur)61. Le censo joue dans ces cas un rôle positif, c'est un investissement, car il est clair que ces acquisitions n'auraient pu se faire sans le constitution d'une rente, les sommes étant souvent importantes : plusieurs centaines de ducats dans la plupart des cas, 1 600 pour la maison que le capitaine Pedro Enciso Anuncibay, régidor perpétuel, rachète aux Jésuites à qui sa cousine l'avait léguée62.

  • 63 Sur ces baux à rente, voir B. Schnapper, Les rentes..., op. cit., pp. 50 et suiv.
  • 64 ahp Lo, leg. 471, F 2 : Alberto de Salcedo donne pour 2 ducats et 2 chapons par an un bout de terre (...)
  • 65 Entre autres exemples, ibid., fo22vo, 45vo, 126vo, 156, 197, 219 (tous 1525). Dans d'autres cas, il (...)
  • 66 Bartolomé de Poza, marchand, confirme un encense de 2 ducats par an à la confrérie de San Pablo pou (...)
  • 67 Ibid., fo 331 (9-XII-1525).
  • 68 ahp Lo, leg. 472, F 672 (5-VIII-1533).
  • 69 Historia de la ciudad de Logroño, op. cit., tome III, p. 108.

51Le censo joue alors le même rôle que dans le première moitié du siècle (et même quelquefois ensuite) avait joué un autre type de cession dont je n'ai pas encore parlé, que les documents nomment encense, et qui est ce que le droit français appelle le bail à rente d'héritage, dans lequel le bailleur cède un immeuble moyennant le paiement d'une rente qui, dans les cas que j'ai rencontrés à Logrono, est perpétuelle63. La différence réside donc dans le fait que dans le censo, l'immeuble sur lequel la rente est constituée appartient au preneur, alors que dans le bail à rente, le bailleur se dessaisit d'un bien lui appartenant au profit du preneur. Pourquoi ce dessaisissement ? Parce que souvent il s'agit de biens incultes ou ne rapportant presque rien que le preneur va améliorer et qui, de ce fait, vont rapporter un revenu à l'ancien propriétaire64 ; dans d'autres cas, le bailleur donne une vigne ou une maison contre une loyer perpétuel65, mais il est clair que le preneur acquiert la propriété du bien ainsi accensé, car il peut le vendre ou en hériter66. Par accord entre les parties, ces rentes perpétuelles peuvent être déclarées rachetables et l'on s'aperçoit alors que le taux en est extrêmement bas : 4 %67 dans un cas et 3 % dans un autre68. Il s'agit donc d'actes typiques des périodes de reprise économique, assez semblables aux réaccensements seigneuriaux que l'on rencontre un peu partout à la fin du xve et au début du xvie siècle. Ils permettent aussi de construire certains quartiers ou rues qui portent significativement le nom du bailleur : calle de Terrazas, de Fakes ou de Pedro Enciso69.

  • 70 Elle apparaît dans 14 contrats entre 1581 et 1601, pour un montant de 3 400 ducats de principal (ma (...)
  • 71 Selon l'inventaire de ses biens, effectué en mars 1596, les principaux des rentes qu'elle possède à (...)
  • 72 ahp Lo, leg. 513, f’401 ; elle donne aussi deux rentes en blé (constituées en 1553 et 1554, très ta (...)

52Paysans, artisans, lettrés, officiers royaux ou municipaux, quelques nobles, deux ou trois curés, tels sont les amteurs de rentes de Logrono et de ses villages au cours du xvie siècle ; le profil des bailleurs n'est guère différent : certes, les paysans n'apparaissent pas (sauf un ou deux laboureurs des villages), mais voici quelques artisans (charpentier, cordier, tailleur, sellier, forgeron), la cohorte habituelle des officiers, notaires, avocats, les marchands, majoritaires dans la première moitié du siècle, quelques veuves, appartenant aux meilleures familles la plupart du temps et dont certaines sont fort friandes de ce type d'investissement, telle Beatriz de Soria, d'une famille d'officiers royaux70, dona Isabel de Porres, issue d'une vieille famillle noble, veuve de Diego Jiménez d'Enciso (dont la noblesse est plus sujette à caution)71 ou encore Casilda Romero de Rivamartín, vivant dans la petite ville de Navarrete, qui, en 1591, fait donation de ses biens à son fils, parmi lesquels figurent 18 rentes, constituées de 1550 à 1583, pour un principal de 2 110 ducats72. Quelques institutions ecclésiastiques apparaissent aussi, comme le collège des Jésuites à partir de 1582 ; elles sont cependant peu nombreuses.

53L'examen des quelques 200 inventaires après-décès que nous avons dépouillés et qui couvrent la seconde moitié du xvie siècle confirme les principales caractéristiques que nous venons de décrire ; il nous servira donc de résumé commode. C'est à partir de 1570 que les rentes se font plus nombreuses dans nos inventaires : sur les 97 qui ont été dressés avant 1570, une dizaine seulement en mentionne alors qu'ils figurent dans 37 des 100 derniers ; même si l'on ne peut être sûr que la composition sociale des deux échantillons soit identique, la tendance est claire : l'accélération de la constitution des rentes, que nous avions décelée à travers les dots et les actes de fondation, est manifeste.

54La condition sociale des crédirentiers est assez variée, ainsi qu'il apparaît dans le tableau ci-dessous, composé à partir des inventaires pour lesquels leur statut est connu :

  • 73 En fait, comme nous l'avons dit, seuls deux inventaires sont antérieurs à 1550. Parmi les lettrés ( (...)

Tableau II. Possesseurs de rentes (Logrono, 1528-1601)73

Statut

Nombre d'inventaires

Avec rentes

Moyenne*

Paysans

58

2

Artisans

29

1

Lettrés

29

10

705

Marchands

19

12

2 993

Élite

17

13

4 601

Veuves

17

4

Clergé

12

2

*Moyenne des principaux des rentes (en ducats).

  • 74 ahp Lo, leg. 513, fo 445 (7-VI-1991).

55Parmi les membres de l'oligarchie locale qui sont les titulaires habituels des rentes, deux catégories se détachent, les marchands et ce que j'ai appelé l'élite, groupe composite où figurent des rentiers du sol ou surtout leurs veuves, souvent descendants d'officiers ou de marchands ; ils possèdent aussi assez souvent des rentes d'état, les juros. En ce qui concerne les « lettrés », leurs capitaux sont moins importants, souvent assez proches du millier de ducats. Ne nous attardons pas sur sur ces possesseurs de rentes, sinon pour faire remarquer que le clergé y est bien minoritaire ; les Jésuites, qui avaient été tentés au début de leur installation par ce type de placement, ne sont plus si enthousiastes au début des années 1590 lorsque, ayant reçu de don Juan Ramirez de Arellano, seigneur de Alcanadre et autres villes voisines, 3 500 ducats en remboursement du principal d'une rente, ils décident de ne pas les replacer en rentes « car il en a résulté plusieurs inconvénients et, entre autres, ne pas y trouver la sécurité » et de les employer en achats de terres : « Il a semblé être plus utile et profitable d'employer lesdits trois mille cinq cents ducats en achat de terres qui restent la propriété dudit collège avec leurs fruits et leurs rentes à perpétuité, sans procès pour les recouvrements, ni saisies d'hypothèques74 ».

  • 75 Ibid., fo 401 (18-II-1591).

56C'est que les paiements des intérêts étaient loin d'être réguliers, surtout en période de crise, mais pas seulement : parmi les biens que Casilda Romero cède à son fils, en cette même année 1591, au terme d'une décennie plutôt calme sur le plan économique, outre les 2 110 ducats de rentes, elle lui donne 500 ducats d'arrérages, soit l'équivalent de plus de trois années de revenu de ces rentes75. Faute de paiement, c'est la saisie des garanties apportées par le débirentier, mais pour le moment, avant 1600, il n'en est guère question : ce n'est qu'au siècle suivant qu'elles deviennent monnaie courante et que, par ce biais, s'opère un vaste transfert de propriété au profit des possesseurs des rentes.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles

  • 76 A. Marcos Martín, « En torno al significado del crédita privado en Castilla durante el Antiguo Regi (...)

57Il importe de savoir qui sont ces possesseurs : une source exhaustive permet de le préciser pour le milieu du xviiie siècle ; c'est le Cadastre du marquis de la Ensenada, étudié par Alberto Marcos Martin : il nous révèle qu'en 1752, dans l'ensemble de la couronne de Castille (mais avec assez peu de variations régionales), l'Église perçoit 70 % des revenus des rentes contre 27 % pour les laïcs (et 3 % pour les membres du clergé)76. La situation est donc radicalement différente de celle que nous avons décrite pour le xvie siècle ; ce sont les institutions ecclésiastiques qui sont les principaux percepteurs des rentes et donc le principal bailleur de fonds.

  • 77 U. Gómez Alvarez, « El censo redimible y al quitar : un mecanismo real de transferencia de la propi (...)
  • 78 A. Marcos Martin, Economía, sociedad, pobreza en Castilla : Palencia, 1500-1814, Palencia, 1985, pp (...)

58Les quelques études locales effectuées ici ou là confirment tout à fait l'impression globale donnée par le Cadastre ; nous en citerons seulement quelques-unes : dans les Asturies (période 1680-1715), l'Église occupe tout le terrain de l'offre des capitaux puisqu'elle achète 93 % des censos qui sont fondés durant cette période77. Pour Palencia, petite capitale d'une riche région agricole, la Tierra de Campos, le Cadastre permet d'entrer un peu plus dans les détails : l'Église et le clergé y perçoivent 90 % des revenus des censos ; mais, il faut noter que parmi ces titulaires de rentes, ce sont les institutions que l'on pourrait appeler para-ecclésiastiques, comme les confréries qui arrivent en tête (37 % des rentes), puis les couvents (25 %) et loin derrière, le chapitre (7 %). Dans les villages voisins, la situation peut varier, en fonction de circonstances locales, mais l'Église est encore très présente : si elle ne possède qu'un tiers des rentes à Fuentes de Valdepero et 60 % à Pedraza, elle dépasse les 90 % à Grijota et Villamuriel78. À Astorga, exemple sur lequel nous reviendrons plus bas, c'est une situation semblable qui prévaut :

  • 79 L.M. Rubio Pérez, Astorga..., op. cit., pp. 105-106.

Tableau III. Les crédirentiers « ecclésiastiques » à Astorga (1752)79

Prêteurs

Nombre de rentes ( %)

Principaux ( %)

Chapitre cathédral

11,2

27,5

Paroisses

9,4

5,8

Confréries

41,2

19,9

Couvents

24,7

30

Clergé séculier

13,5

17,1

  • 80 L.M. Rubio Pérez, La Bañeza..., op. cit., p. 375.

59Ici aussi ce sont les institutions « para-ecclésiastiques » qui fournissent une bonne part du crédit rentier ; il s'agit d'ailleurs d'un crédit populaire, le principal moyen de ces rentes s'élevant à 658 réaux contre 1 651 réaux pour celles fournies par les couvents et 3 305 pour celles dont le chapitre est bénéficiaire. Pour les villages voisins la situation est semblable : l'Église possède 97 % des rentes, la majorité étant aux mains des couvents (41 %) et des confréries (33 %). À La Baneza, même constat : pour la période 1745-1760, 96 % des rentes sont fondées grâce à des capitaux avancées par l'Église (dont 47 % par les confréries et 27 % par les couvents)80.

60Nous ne multiplierons pas les exemples : les chiffres globaux donnés par A. Marcos à partir du Cadastre de La Ensenada montrent que la situation est universelle, mais comment en est-on arrivé à cette situation ? Comment est-on passé de la situation du xvie siècle où les prêteurs sont d'origine variée, laïcs dans leur grande majorité, à celle qui prévaut au milieu du xviiie siècle où l'Église a presque le monopole de l'offre d'argent ?

  • 81 L.M. Rubio Pérez, Astorga..., op. cit., pp. 104-105.

61Il importe, en premier lieu, de fixer la chronologie de cette évolution ; quelques rares (et méritoires) études nous le permettent ; retournons à Astorga avec Laureano Rubio qui a dépouillé exhaustivement les notaires de cette petite ville (et de quelques villages voisins) pour les xviie et xviiie siècles81 ; pour l'ensemble de la période, 1 197 rentes ont ainsi été localisée, plus nombreuses au xviie siècle (971).

  • 82 Ibid., p. 103. Il y a, en plus, une rente fournie par une communauté que je n'ai pas fait figurer. (...)

Tableau IV. Les crédirentiers à Astorga (1620-1810)82 (pourcentage)

Tableau IV. Les crédirentiers à Astorga (1620-1810)82 (pourcentage)

62La première moitié du xviie siècle montre une situation où l'Église domine certes, mais où les laïcs arrivent tout de même à tirer leur épingle du jeu aux côtés du clergé séculier ; les institutions ecclésiastiques sont alors peu présentes ; nous ne connaissons pas ici la situation du xvie siècle, mais si elle est semblable à celle que nous avons décrite pour Logrono ou Valladolid, la première moitié du xviie marquerait une sorte de transition entre une époque dominée par les laïcs et une autre où les institutions ecclésiastiques n'auraient pas de rival, cette transition étant marquée par l'irruption du clergé régulier, urbain dans notre cas (surtout des chanoines) La deuxième moitié de ce même siècle est marquée par l'entrée des couvents et l'effacement du clergé séculier tandis que les laïcs continuent d'occuper le terrain (plus d'un tiers des contrats). Ils l'abandonnent presque totalement au cours du siècle suivant, laissant le champ libre aux couvents et aux confréries (après 1750, pour ces dernières).

  • 83 Ibid., pp. 104-105.

63Dans les campagnes proches, les laïcs (nobles, notaires) n'ont jamais joué un grand rôle (moins de 20 % en 1620-1650) et disparaissent totalement après 1700 ; la différence avec la ville, mais elle n'a rien d'étonnant, c'est la bonne présence du clergé rural qui fournit entre un quart et un tiers de rentes, confréries et couvents étant toujours aussi présents qu'en ville83.

  • 84 L.M. Rubio Pérez, La Bañeza..., op. cit., p. 375.

64Ne quittons pas le Léon sans citer de nouveau les travaux du même L. Rubio sur La Baneza où nous rencontrerons une situation tout à fait comparable à celle d'Astorga ; il y compare deux périodes, 1650-1665 et 1745-1760 ; l'influence ecclésiastique est déjà prédominante au milieu du xviie siècle (83 % des impositions de rentes) et devient écrasante au milieu du suivant (96 %). Mais, au sein même de l'Église, des changements notables de produisent : le clergé séculier, en tête en 1650-1665 (33 %) s'efface à la période suivante (3 %) au profit des monastères (de 12 à 27 %) et, bien entendu, des confréries (de 25 à 47 %)84.

  • 85 J.L. Pereira Iglesias, El préstamo hipotecario..., op. cit., pp. 179-182.

65L'Extrémadure nous fournira un autre exemple ; l'étude de J.L. Pereira porte sur 1794 contrats de rentes : 93 pour le xvie siècle, 673 pour le xviie et 1 028 pour le xviiie : elle est donc tout à fait digne de foi pour ces deux derniers siècles, mais l'auteur l'estime représentative également pour le précédent85.

Tableau V. Crédirentiers en Extrémadure (xvie-xviiie siècles) (pourcentage)

Tableau V. Crédirentiers en Extrémadure (xvie-xviiie siècles) (pourcentage)

66L'évolution est semblable à celle que nous avons constatée dans le Léon : les laïcs fournissent les trois-quarts des capitaux placés sous forme de rente au xvie siècle ; ils sont encore bien présents au xviie, surtout parce qu'ils sont capables de fournir de grosses sommes (moyenne 143 000 maravédis, soit 380 ducats), l'Église devenant alors le « banquier populaire » (moyenne : 29 500 maravédis) ; au xviiie, comme à La Bañeza ou à Astorga, les laïcs s'effacent. Ce sont encore les institutions ecclésiastiques qui, comme ailleurs, dominent : fabriques, confréries, chapellenies, couvents sont encore très présents, les curés n'apportant guère que 3 % des capitaux engagés.

  • 86 J. L. Pereira, El préstamo hipotecario, op. cit., pp. 184-188.

67Nous pouvons, avec J.L. Pereira, aborder le problème d'un autre point de vue, que l'on pourrait appeler micro-économique : c'est de suivre, dans les archives des institutions citées plus haut, la constitution de rentes, ce qui nous permet d'affiner notre chronologie de ces changements. José-Luis Pereira s'appuie sur les 143 contrats passés par les clarisses du monastère Santa Ana, de Valencia de Alcantara ; le graphique ci-dessous, élaboré avec les données fournies par cet auteur, reflète la chronologie de la constitution de ces rentes86.

Monastère de Santa Ana de Valencia de Alcantara : constitutions de rentes (1576-1767)

Monastère de Santa Ana de Valencia de Alcantara : constitutions de rentes (1576-1767)

*Montant : en milliers de maravédis.

  • 87 ahn, Clero, libro 1055 : ce livre recense les rentes en faveur du monastère jusqu'à 1663 ; l'une d' (...)

68Dans ce cas, il apparaît que la fin du xviie siècle et le début du xviiie est le moment où la constitution des rentes est le plus rapide : 40 % des contrats passés par le monastère entre 1576 et 1767 l'ont été en 15 ans, entre 1690 et 1704. L'activité est également forte au milieu du xviiie siècle, à ce moment-là, le montant moyen est plus élévé que 50 ans auparavant. Cependant, il est toujours difficile de tirer des conclusions générales à partir d'un seul exemple, car la chronologie des impositions de rentes peut obéir à un tempo propre au monastère (notamment à l'absence ou à l'abondance de liquidités dans ses coffres) plus qu'à des causes générales auxquelles on pense bien évidemment, comme le fait que les constitutions soient plus nombreuses en temps de crise. Cela pourrait être le cas ici comme dans cet autre exemple, celui de la chartreuse de Miraflores, située aux environs immédiats de Burgos87.

Tableau VI. Miraflores : impositions de rentes (1594-1663)

Tableau VI. Miraflores : impositions de rentes (1594-1663)

*ducats

69Ce qui est intéressant ici, ce sont les brusques poussées lors de certaines décennies, en même temps que les différences entre le montant des rentes ainsi constituées : c'est qu'à certaines périodes, de grosses rentes sont imposées sur les communautés villageoises endettées, les particuliers n'accédant pas à de si gros crédits.

  • 88 Les comptes existent seulement pour les années 1590 et 1650-1700 si bien que nous ne pouvons connaî (...)
  • 89 Une évolution semblable se produit dans la région de Ciudad-Real, en Nouvelle-Castille : les laïcs (...)

70Il faut noter d'ailleurs que tous les monastères ne sont pas intéressés par ce type de placement : les plus anciens, bénédictins et cisterciens, amplement pourvus de domaines et dont les revenus provenaient en grande partie de la terre (rentes et dîmes) ne se sont pas lancés dans cette spéculation nouvelle ; on peut seulement citer le cas du monastère cistercien de Ríoseco, sis à une quarantaine de kilomètres au nord de Burgos qui ne possédait aucune rente à la fin du xvie siècle, mais qui au milieu du xviie encaisse plus de 2 000 réaux annuellement ; les années 1650 sont marquées par une croissance vertigineuse de ses revenus tirés des censos qui approchent les 6 000 réaux vers 1660 ; ils se maintiennent entre 5 000 et 6 000 réaux jusque vers 1680, date à partir de laquelle s'amorce une baisse (3 400 réaux vers 1700)88 Les changements constatés sont donc bien établis : le censo qui, au xvie siècle, était un placement intéressant surtout les laïcs, et parmi eux, les groupes socialement les mieux placés, est peu à peu abandonné à l'Église qui devient au cours des xviie et xviiie siècles (avec des variations chronologiques selon les lieux), par le biais de ses institutions plus que de ses membres, la grande, et parfois l'unique, bailleuse de crédit sous cette forme89.

  • 90 F. Brumont, Paysans de Vieille-Castille aux xvie et xviisiècles, Madrid, 1993, p. 284 d'après ahn(...)
  • 91 ahn Clero, livre 1211

71Les chiffres que nous venons de citer correspondent à la fondation de nouvelles rentes, mais il faut avoir présent à l'esprit que l'Église recueille également d'autres titres de rentes par d'autre biais, l'héritage et les dots versées aux religieuses étant les plus courantes. Il y a là un mécanisme de transfert de revenus des membres de la société laïque que l'on ne saurait négliger : la lecture de la documentation laissée par les couvents féminins ne laisse aucun doute à ce sujet. Qu'on me permette de reprendre ici quelques exemples déjà cités dans ma thèse90 et qui concernent quelques monastères féminins de la région de Burgos ; commençons par les clarisses de Briviesca qui reçoivent dans leur cloître en 1638 deux sœurs dona Maria et dona Andrea Baraona de Soto, filles du licencié Diego Baraona de Soto ; leur dot qui est fixée à 900 ducats est composée de 18 titres de rentes que leur père avait imposées sur des habitants de Briviesca et des villages voisins entre 1592 et 1636. Doiïa Maria de Frías, fille de don Gerónimo de Frías Miranda, un hidalgo de cette ville (qui en comptait beaucoup), apporte 750 ducats en 9 censos et quelques années plus tard, vers 1680, c'est 1 200 ducats que doit fournir doña Catalina Josepha de Salazar ; son père, le notaire Gaspar de Salazar, n'a rien à débourser : il se contente de donner aux clarisses 12 écritures de rentes qu'il avait imposées entre 1652 et 1676. C'est encore 1 200 ducats que les deux soeurs doña Maria et doiïa Ana de Soto Aguilar, de Poza, apportent en mars 1624 au monastère de Medina de Pomar, dont 1 000 sont les princi paux de douze rentes constituées par leur grand-père, Juan Fernandez de la Pena, administrateur des salines de Vieille-Castille, par leur père et par elles-mêmes (une de 1619)91.

72À partir de ces cas individuels, le mécanisme de transfert des rentes du monde des laïcs (et en particulier des groupes sociaux qui étaient, au xvie siècle, amateurs de ce type de placement) vers l'Église se concrétise ; il est assez curieux de constater que ce sont les voies de l'ascension sociale – dont un des passages « obligés » est le placement d'une ou plusieurs des filles dans des monastères renommés – qui conduisent les lettrés, les marchands... à se défaire des rentes alors que le sommet de l'ascension sociale est de vivre noblement, c'est-à-dire de ses rentes.

  • 92 ahn, Clero, leg. 938.

73Aux dots des religieuses, il faut ajouter les rentes dont héritent les monastères (et autres institutions), soit de particuliers, soit des religeuses elles-mêmes, dont les mêmes clarisses de Briviesca pourraient nous fournir quelques exemples, telle cette rente constituée en 1623 par doña Ana de la Hoz ou cette autre fondée pour dona Ana et dona Luisa de Chaves Banuelos, en 1619, alors qu'il y a longtemps qu'elles sont au couvent (dona Luisa signe un acte en qualité d'abbesse en 1609)92. Dans les papiers de ce couvent figurent aussi des écritures dont les titulaires sont des veuves, souvent nobles (doña Dionisia de Carranza y Salazar, doña Ana de Murga, veuve du docteur Gil de Quintana) ou des curés dont on peut soupçonner, puisque ces contrats ont abouti au monastère, qu'ils lui ont été légués ; Cela n'empêchait pas d'ailleurs les clarisses d'acheter des rentes déjà existantes comme ce censo de 50 ducats, datant de 1613 que Andrés Martinez de Soto, commissaire du Saint-Office de Briviesca, avait acheté à son premier titulaire en 1622 et qu'il revend au couvent en 1626 ou cet autre de 400 réaux que Bartolomé Pérez, bénéficier de l'église Saint-Martin de cette ville, qui l'avait lui-même acquis en 1607, leur vend en 161293.

  • 93 Ibid.
  • 94 U. Gómez, La sociedad..., op. cit., pp. 232-236.

74Cette attitude semble beaucoup plus répandue dans les Asturies : U. Gómez qui a étudié pour la période 1680-1715 plus de 2 400 constitutions de rentes, constate que 80 % des crédirentiers recourent à la vente de leurs titres quand ils se trouvent en difficulté ; or, tous ces vendeurs (99,75 %) sont des laïcs alors que la quasi-totalité des acheteurs des titres mis sur le marché93 ( %) sont des ecclésiastiques. Certes, ces rentes ne sont pas les plus importantes puisqu'elles ne représentent que 32 % des capitaux totaux imposés durant ces trente-cinq années, mais au bout du compte, la position de l'Église sort singulièrement renforcée de ces transactions : en 1715, elle est maîtresse des trois-quarts (76 %) des rentes imposées dans le Principat94.

75N'insistons pas plus, la mutation est claire : l'Église devient au cours du xviie siècle, en particulier par le biais de ses institutions séculières ou régulières le fournisseur de rentes le plus important avant d'en avoir, au xviiie, le quasi-monopole. À cette mutation correspond un autre changement, c'est celui qui se produit dans l'identité sociale des débirentiers et, sans doute aussi, dans le rôle joué par le prêt d'argent sous forme de rentes constituées.

  • 95 Voir les nombreux exemples de l'endettement de la haute noblesse fournis par B. Bennassar, (Vallado (...)

76Si les exemples de Logrono et de Valladolid ne nous abusent pas, il me semble possible d'affirmer qu'au xvie siècle, les rentes intéressent un éventail social assez varié, des paysans (majoritaires dans les crises des années 1530) aux artisans, aux lettrés, aux marchands ou aux nobles ; pendant une bonne partie de siècle, la rente a servi à l'investissement, à l'achat de terres, de marchandises ou d'offices, à la plantation de vignes ou à l'édification de maisons. Elle a permis aussi, bien entendu, lors des périodes de crise, à plus d'un de se tirer d'un mauvais pas sans céder l'essentiel, c'est-à-dire sans être obligé de vendre les biens que l'on hypothèque pour la sécurité de la rente. C'est là d'ailleurs le principal mérite de ce type d'emprunt : il permet de conserver son capital, la terre la plupart du temps, en attendant des jours meilleurs où l'on pourra rembourser. Pour d'autres, les nobles en particulier, la constitution de rentes permet de faire face à des débours forcés où le niveau de la dépense engage l'honneur du lignage (dots, par exemple) ; en fait, dans ce cas, plus clairement que dans celui de simples particuliers, c'est le revenu qui garantit la rente, puisque l'hypothèque, le majorat, est inaliénable95.

77Pour les xviie et xviiie siècles, la situation est plus variée : un peu partout, les paysans font irruption sur le marché des rentes, en tant que débiteurs, bien entendu, mais les autres groupes sociaux ne sont jamais totalement absents et, même, font un retour en force à première vue étonnant au xviiie siècle, dans certaines zones. J'ai réuni dans le tableau ci-dessous les données disponibles.

  • 96 Sources : J.L. Pereira, op. cit., p. 116 (Extrémadure) ; L. Rubio, Astorga..., op. cit., pp. 108-10 (...)

Tableau VII. Statut socio-professionel des débirentiers (xviie-xviiie siècles)96 (pourcentage)

Tableau VII. Statut socio-professionel des débirentiers (xviie-xviiie siècles)96 (pourcentage)

78La variété des situations rend difficile toute remarque d'ordre général ; nous pouvons noter cependant la part très faible prise par le clergé (il s'agit surtout d'ailleurs de curés) parmi les emprunteurs ; l'importance des paysans ne doit pas étonner au vu de leur nombre et de leur participation à la propriété de la terre ; signalons aussi la présence des communautés, surtout visible au xviie siècle quand elles doivent faire face aux crises et à l'endettement qui en découle ; bourgeois et « lettrés » sont surtout nombreux, comme il est logique dans les villes (La Baneza, Astorga), même si elles ne sont pas très peuplées ; quant aux nobles ils apparaissent notamment en Extrémadure, ce qui n'étonnera pas non plus, puisque cette région en abrite un bon nombre ; leur richesse et la relative régularité de leurs revenus, provenant notamment de la location de vastes pâturages (dehesas) leur permet d'imposer de fortes sommes sur leur patrimoine.

  • 97 J.L. Pereira Iglesias, op. cit., p. 116.
  • 98 M.A. Melón Jimenez, Extremadura en et Antiguo Régimen. Economie y sociedad en tierras de Cáceres, 1 (...)
  • 99 J.L. Pereira Iglesias, op. cit., pp. 180-181.

79Au xviie siècle, le principal moyen des rentes qu'ils constituent sur leur patrimoine s'élève à plus de 700 ducats, soit treize fois plus que la moyenne de celles qui grèvent les domaines paysans ; au xviiie, en revanche, cette moyenne baisse (375 ducats), en même temps que le nombre des emprunteurs nobles augmente notablement (de 14 à 65)97. Il est possible que ce ne soit pas tout à fait le même groupe social qui soit emprunteur à ce moment-là, la hausse continue (à partir de des années 1720) de la rente des dehesas ayant assaini les économies des grands domaines nobiliaires98. Nous constatons d'ailleurs qu'à ce moment-là, les nobles d'Extrémadure, ou du moins certains d'entre eux, apparaissent de plus en plus en tant que prêteurs : ils avaient constitué 7 rentes pour un montant de 1 680 ducats au xviie siècle et en constituent 29 pour 18 800 ducats au xviiie99 ; cette forte hausse dans la moyenne des rentes imposées peut indiquer qu'à l'intérieur de ce groupe social, la haute noblesse apparaît de plus en plus. Cependant, le cas de cette province ne peut être généralisé au reste de la région que nous étudions ici.

  • 100 Outre Astorga... et La Bañeza... déjà cités, signalons encore La burguesía maragata. Dimension soci (...)

80Les études de Laureano Rubio sur le Léon, et en particulier sur la Maragatería, zone située autour de La Baneza et d'Astorga qui se caractérise par l'importance qui y acquièrent les activités commerciales, ont beaucoup apporté à nos connaissances sur les censos100. Dans ces deux petites villes, comme nous l'avons vu plus haut, les laïcs se désintéressent des rentes au xviiie siècle alors que certains d'entre eux, en petit nombre il est vrai, avaient ainsi placé leur argent au siècle précédent ; alors, même, ils sont de plus en plus nombreux à emprunter sous cette forme et ce mouvement ne fait que s'accentuer dans la seconde moitié du xviiie siècle : à Astorga, les élites urbaines laïques (lettrés, marchands, hidalgos) forment le quart des emprunteurs entre 1700 et 1750 et plus de la moitié (56 %) entre 1750 et 1800 et à La Baneza, les quatre-cinquièmes des débiteurs proviennent de ce groupe.

  • 101 L. Rubio, La Bañeza..., op. cit., pp. 374-382.
  • 102 L. Rubio montre bien que même les paysans (qui forment 13 % des emprunteurs) sont à ce moment-là de (...)

81Pour Laureano Rubio, ce double mouvement s'explique parfaitement si nous pensons qu'il s'agit là de groupes dont le moteur est, plus ou moins exclusivement, la recherche du placement le plus profitable pour leurs avoirs. Au xviie siècle, dans une ambiance économique morose, où les crises succèdent aux crises, au moins durant une bonne partie de ce siècle, ce placement de « père de famille » peut paraître intéressant. Mais, à partir de 1700, la baisse du taux des rentes de 5 à 3 %, la reprise de l'activité économique, la hausse de la rente de la terre et des prix des produits agricoles, orientent les groupes dominants à saisir cette forme commode et bon marché de se procurer des capitaux pour les placer dans d'autres activités plus rentables : commerce, agriculture, usure101. Au milieu du siècle donc, les institutions ecclésiastiques se retrouvent seules sur le terrain de la fourniture des capitaux sous forme de rente, mais, même si le taux en est alors très bas, ce ne sont pas les pauvres qui en bénéficient102 ; au contraire, ces derniers sont obligés de recourir à des formes plus onéreuses de crédit, les obligations ou les billets privés, auprès de ceux qui, grâce aux rentes, peuvent disposer de capitaux bon marché.

  • 103 Il est quand même possible de trouver encore des cas où, même au xviisiècle, la rente sert à l'in (...)
  • 104 Ces deux monastères sont situées en Bureba, à une cinquantaire de kilomètres au nord-est de Burgos  (...)

82Hormis ce cas, que l'on ne peut généraliser, me semble-t-il, il est plus courant, aux xviie et xviiie siècles, que les débirentiers empruntent pour se tirer d'un mauvais pas, pour ne pas vendre leurs biens, comme nous l'avons dit plus haut103 ; ce n'était souvent que reculer les échéances, notamment lors des crises à répétition du xviie siècle : lorsqu'on ne pouvait plus payer les intérêts, les arrérages s'accumulaient et la saisie (ejecución) devenait inévitable. Les archives des clarisses de Briviesca et de Castil de Lences abondent en exemples de ces saisies dont quelques-unes apparaissent résumées dans le tableau ci-dessous104.

Tableau VIII. Saisies d'hypothèques en Bureba (xviie-xviiie s.)

Tableau VIII. Saisies d'hypothèques en Bureba (xviie-xviiie s.)

83Ces quelques exemples, qui ne sauraient avoir de valeur statistique, montrent toutefois que les arrérages étaient monnaie courante ; les débiteurs omettaient de payer durant des années : ils équivalent à 14 années d'intérêts pour Francisco de Tolosa, à 24 années pour Joseph Réal et à 25 ans pour Juan Prieto ; dans ce cas, il faut le dire, les clarisses s'étaient méfiées et avaient exigé une caution, en la personne de Francisco Serrano, familier du Saint-Office.

84Si on y ajoute les frais judiciaires de la saisie, c'est bien souvent la totalité des biens du débiteur qui passaient aux mains du créancier ; en effet, la pratique montre que ce ne sont pas seulement les hypothèques qui sont saisies, mais la totalité des biens. Assez souvent, les religieuses attendaient la mort du débiteur pour se présenter pour la saisie et ne laissaient rien aux héritiers ; certains, prudents, comme Diego de Soto, héritier de son homonyme, prennent soin de répudier leur héritage ; on lui saisit tout de même quelques meubles et les biens du codébiteur, son oncle, Pedro, qui a disparu depuis quatre ans, quand la saisie s'opère à la mort de Diego. Tous les débirentiers ne connaissent pas ce sort et il n'est pas rare, toujours dans ces mêmes archives, de voir signalé que les biens sont inscrits au registre des hypothèques en 1779, voire en 1852.

  • 105 U. Gómez, La sociedad..., op. cit., pp. 193 et 229.

85Quoi qu'il en soit, ces saisies existent et transforment l'imposition de rente, « crédit hypothécaire » en « mécanisme réel de transfert de la propriété », pour reprendre les expressions utilisées par Ubaldo Gômez105, mécanisme qui, étant donné sa position de quasi-monopole dans la fourniture de capitaux, que nous avons largement éclairée dans les pages précédentes, ne peut que se produire en faveur de l'Église et au détriment des laïcs. Cet auteur signale que, dans les Asturies, entre 1680 et 1715, 87 % des saisies se firent au profit de l'Église et que le montant de celles-ci représente le cinquième du total des capitaux des rentes imposées durant cette période.

Conclusion

  • 106 M. Gonzalez de Cellorigo, Memorial de la politica..., op. cit, p. 29. Sur cet auteur et d'autres pe (...)

86La rente constituée a souvent été décriée et ce, dès le xvie siècle, où son contempteur le plus acharné est le lettré de Valladolid, Martin Gonzalez de Cellorigo, qui la place parmi les fausses richesses qui ont appauvri le pays alors qu'elles auraient dû l'enrichir : « La fortune, dit-il, a volé et vole dans les airs, en papiers, en contrats, rentes et lettres de change, en monnaie, en argent, en or, et non en biens qui fructifient et attirent à eux les richesses du dehors... Et ainsi, s'il n'y a pas d'argent, ni d'or en Espagne, c'est parce qu'il y en a, et si elle n'est pas riche, c'est parce qu'elle l'est »106.

  • 107 M. González de Cellorigo, Memorial de la politica..., op. cit., p. 1
  • 108 Ibid., p. 4.

87Si l'on laisse de côté la réthorique que Cellorigo manie avec adresse, ce qu'il fustige, c'est le mauvais usage que l'on a fait des richesses venues d'Amérique qui ont fait oublier que la véritable richesse « procède de l'industrie naturelle et artificielle »107 et que l'on se soit laisser aller aux délices de la rente : « Ce qui fait que le marchand ne commerce plus, le laboureur ne laboure plus et qu'il y a beaucoup d'oisifs, d'où proviennent les maux qui nous assaillent tant »108. Les idées de Cellorigo ont connu une fortune extraordinaire, tant à son époque qu'à la nôtre, et la rente est apparue comme la cause principale des maux de l'Espagne et de son retard économique.

  • 109 J. López-Salazar Pérez, Estructuras agrarias..., op. cit., pp. 609-617, voir aussi l'étude sur les (...)
  • 110 B. Bennassar, « De nuevo sobre censos... », art. cit., pp. 81-85.

88Ce n'est que depuis quelques années que certains auteurs ont commencé à examiner les rentes sous un angle plus favorable, le premier d'entre eux ayant été sans doute Jerónimo López-Salazar qui, dans son étude sur la Manche aux xvie et xviie siècles, en montre les avantages (taux d'intérêt modéré, remboursement à la volonté de l'emprunteur) tout en soulignant qu'il s'agissait là du meilleur moyen pour pallier le manque de liquidités des paysans109. D'autres auteurs, dont Bartolomé Bennassar, qui, dans un premier temps, s'était montré fort critique vis-à-vis de cet instrument de crédit, lui ont emboîté le pas110 et il est possible, à l'heure actuelle, de proposer une estimation plus sereine de ce contrat.

  • 111 B. Bennassar, Valladolid..., op. cit., p. 569. L'aspect social (vivre de ses rentes) n'est pas à né (...)

89Si nous nous plaçons du point de vue du créancier, la rente est un placement, et en tant que tel, il entre en concurrence avec d'autres possibilités d'investissement, plus ou moins rentables selon les époques. Au xvie siècle, à 7,14 % par an, les rentes constituées peuvent tenter les investisseurs, mais nous remarquerons qu'elles ne se développent qu'après 1570, c'est-à-dire à un moment où l'activité commerciale connaît de sérieuses difficultés (révolte des Flandres, crise des foires de Castille, faillites, banqueroute de la monarchie). La rente constitue alors un placement alternatif, d'un rapport facile, sûr et suffisamment élevé pour tenter des marchands qui découvrent alors les délices de la rente et qui sont tentés par « un genre de vie seigneurial »111. C'est le schéma classique de la trahison de la bourgeoisie.

  • 112 F. Brumont, « Le mariage, passeport pour l'ascension sociale... », art. cit., pp. 97-98 : entre les (...)

90La rente devient alors un effet négociable et est utilisée pour solder des dépenses importantes, telles les dots : il est significatif qu'à Logrono la forte hausse des dots, vers 1570, coïncide avec celle de la part des rentes dans leur montant112 ; ainsi, la possession des rentes facilite l'ascension sociale, qui passe souvent par le mariage. L'avantage ici est que l'on peut donner de fortes sommes en capital, en se privant seulement d'un revenu équivalent au 14e, puis au 20e de cette somme ; il en va de même, bien entendu, en ce qui concerne les dots des religeuses. Mais, ces cas ne sont pas exclusifs : l'exemple des Asturies le montre bien ; la rente joue un rôle semblable aux espèces thésaurisées ou à l'argenterie, celui de garantir contre les difficultés imprévues ou d'autoriser des investissements inespéres ; elle permet aussi de pallier l'absence momentanée de monnaie en circulation.

91Avec un taux à 5 %, puis à 3 %, la rente devient un placement moins intéressant ; dans la mesure où d'autres possibilités se font jour (reprise économique des dernières décennies du xviie siècle et « prospérité » du xviiie), les laïcs s'en détournent peu à peu et même, comme le montre l'exemple de La Bañeza, se convertissent en emprunteurs pour bénéficier de cette source d'argent à bon marché, qu'ils réinvestissent dans des activités plus lucratives. Seules les institutions dont les activités économiques et les possibilités de placement sont limitées, qui cherchent la sécurité et la tranquillité du placement, qui travaillent dans la longue durée et visent peut-être en priorité la réalisation des hypothèques continuent alors à fournir des capitaux sous cette forme.

  • 113 B. Bennassar, Valladolid..., op. cil., pp. 267-269.

92En ce qui concerne l'emprunteur, il est souvent, surtout au xvie siècle, incité à imposer une rente sur ses biens pour poursuivre ou développer ses activités ou agrandir son patrimoine ; même à 7,14 %, dans un contexte inflationniste et dans un climat de relative euphorie économique, l'investissement est attirant, ce que démontre le maintien de ce taux jusqu'à la fin du siècle ; mais, à ce moment-là, quelques grosses rentes (pour des nobles, par exemple, ou des communautés villageoises) se négocient à un taux inférieur113. Cela signifie-t-il que le marché commence à être saturé et que la demande d'investissement est en perte de vitesse ? C'est bien possible, d'autant plus que la passage aux 5 % ne diminue pas l'offre, au contraire.

  • 114 Plusieurs exemples dans les archives des clarisses de Briviesca, datant du milieu du xviisiècle p (...)
  • 115 AHP Pa, liasse 4545, registre de 1604, fo160 (avril 1604).

93Le xviie siècle a couramment été présenté, et ici même dans les pages précédentes, comme une époque où l'imposition de rentes est due à la misère et aux crises, où l'on cherche avant tout à préserver le patrimoine et, où bien souvent, l'on ne fait que reculer les échéances, les hypothèques venant alors engraisser le patrimoines des principaux prêteurs, à savoir l'Église et les institutions ecclésiastiques. Certes, cela est vrai et ne saurait être nié : il ne faudrait toutefois pas ignorer un mouvement inverse qui pousse ces institutions, devant la baisse de la rente de la terre et la difficulté à trouver des fermiers solvables, à céder certains de leurs biens contre l'imposition d'un censo, correspondant au montant du prix de la terre114 ; de même, certains ne s'emparent pas des hypothèques, préférant les céder à un nouveau rentier. Dès 1604, l'hôpital San Antolín, de Palencia, en donne clairement les raisons : ayant reçu, suite à la saisie des biens du curé Juan Lázaro, de Fuentes de Nava, 4 terres et un jardin, ses administrateurs décident de les vendre : « Parce que si on les louait, le fermage en vaudrait beaucoup moins que l'argent de la vente placé en rentes »115.

94Comprendre le phénomène des rentes exige qu'on les replace dans l'évolution économique générale ; leur signification change au cours des siècles et selon les groupes sociaux concernés. Et pour terminer en revenant au problème qui préoccupait Cellorigo et les autres arbitristes, nous pourrions dire que les rentes ne sont pas une des causes de la « décadence » du royaume, mais bien une conséquence de la paralysie de l'économie et du modèle social dominant.

Carte 1. Situation générale

Carte 2. Géographie des débiteurs d'Andrés López de Zunelzu (Alava)

Carte 3. Lieux d'origine des débiteurs

Notes

1 Martin Gonzalez de Cellorigo, Memorial de la politica necessaria y util restauracion de la republica de España, y estados de ella, y del desempeno universal de estos Reynos, Valladolid, 1600.

2 Sur les différents types d'actes de crédit, on pourra voir, entre autres écrits, J. Ferreiro Porto, « Fuentes para el estudio de las formas del "crédito popular" en el Antiguo Régimen : obligaciones-préstamo, ventas de renta y ventas de censos », Actas de las I Jornadas de Metodología Aplicada de las Ciencias Históricas, Saint-Jacques de Compostelle, 1975, tome III, pp. 763-780 et V. Vázquez de Prada, « Protocolos notariales e historia economica : crédito, comercio, industria », La documentation notarial y la historic, Saint-Jacques de Compostelle, 1984, tome II, pp. 189-218.

3 Exemples de ces registres : ahp Lo, leg. 473, 705 f. (obligations de 1535 et années suivantes) ou id., leg. 500, 537 f. (obligations 1560-1572) ; formules imprimées : à partir de 1522 à Torremormojón, en Tierra de Campos (ahp Pa, leg. 9293). Sur cette documentation, voir U. Gômez Alvarez, « Obligaciones y censos : dos instrumentas de endeudamiento popular en el Principado de Asturias. Siglos XVII y XVIII », La documentation notarial y la historia, Saint-Jacques de Compostelle, 1984, tome II, pp. 381-393.

4 Voir cependant l'utilisation qu'en a fait Bartolomé Yun à propos de Medina de Ríoseco : B. Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economie y sociedad en Tierra de Campos (1500-1830), s. 1., 1987, pp. 182-200, 408-418, 524-541 ; pour les foires de Medina del Campo, F.H. Abed al-Hussein, in E. Lorenzo Sanz (dir.) Historia de Medina del Campo y su tierra. Auge de las ferias. Decadencia de Medina, Valladolid, 1986, t. Il, pp. 13-66 ; voir aussi L.M. Rubio Pérez, La Baneza y su tierra, 1650-1850. Un modelo de sociedad rural leonesa. (Los hombres, los recursos y los comportamientos sociales), Léon, 1987, pp. 366-371.

5 ahp Lo, leg 482, 283 f. (1554-1562), id., leg. 497, fo 331-353vo (1555) et id., leg. 498, f" 287-332 (1556). Sur le premier registre, voir l'étude de C. Goicochea, Aspectos de la vida logronesa en el siglo xvi, Berceo, no 64, 1962, pp. 265-293 qui insiste sur l'aspect populaire de la clientèle de ce tribunal.

6 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la France au xviie siècle, Paris, 1960, p. 183.

7 Pour les noms de lieux cités dans cette étude, voir la carte 1.

8 Voir l'article cité de C. Goicochea, qui comprend le résumé d'un grand nombre de sentences ou d'actes de ce tribunal ; j'ai dépouillé en outre, les documents concernant l'année 1555 (ahp Lo, leg 467, f’332-353vo).

9 ahp Lo, leg. 504, fo 572.

10 ahp Lo, leg. 506, fo 50.

11 Sur l'importance des dettes orales, voir à propos de l'Angleterre rurale du xviisiècle, P. Spufford, « Les liens du crédit au village dans l'Angleterre du xviisiècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, no 6, 1994, pp. 1359-1373. Voir aussi les dettes « à la main » (« promesse orale renforcée par une poignée de main ») courantes en Suisse pour des dettes des paysans envers les artisans, ou envers leurs domestiques (U. Pfister, Le petit crédit rural en Suisse aux xvie-xviiisiècles, ibid., p. 1342).

12 Voir l'inventaire des biens détenus par Pero Martinez de Ronda, de Vitoria, en février 1582 : créance de « 28 réaux comme il paraît par son conocimiento et par mon livre » (ahp Vi, leg. 4954, f" 140vo et suiv. : liste de 35 créances).

13 ahp Vi, leg 6294 (c), fo 112, (7-VI-1557).

14 Carte 2.

15 ahp Lo, leg. 467, fo 336 (7-V-1555) : un billet pour vente de drap est tranformé en obligation par décision du corrégidor.

16 ahp Lo, leg. 500, fo 210-242vo, 248-287vo, 320-334 (octobre 1567).

17 Prêt de 2 ducats « para remedio de las necesidades » de l'emprunteur (ahp Lo, leg. 500, fo 190, 26-III-1567o.

18 Sur cette pratique, voir F. Brumont, « La laine dans la région de Nájera (deuxième moitié du xvisiècle) », La documentation notarial y la historia, Saint-Jacques de Compostelle, 1984, II, pp. 317-332 et F. Brumont et S. Ibáñez Rodriguez, « Una economía diversificada y en expansion », in J.A. Sesma Muñoz (éd.), Historia de la ciudad de Logroño, Logroño, 1994, tome III, pp. 138-139.

19 ahp Lo, leg. 473, fo 7-366 (mars 1535-décembre 1536).

20 ahp Lo, leg 7221, 7182, 7183 (années 1552-1586).

21 Nous n'avons conservé, généralement que la documentation d'un seul notaire (sur trois), mais le nombre de ces achats d'indigo n'en est pas moins impressionnant : 57 en 1603, (ahp Lo, leg. 7236), 75 en 1614 (id., leg. 7279) ou 64 en 1618 (2 notaires, id. leg. 7237 et 7247). Sur l'activité textile de cette région, voir F. Brumont, « La Rioja en el siglo xvi », Segundo Coloquio sobre Historia de In Rioja, Logroño, 1986, tome II, pp. 50-60 et Paysans de Vieille-Castille aux xvie et xviisiècles, Madrid, 1993, pp. 133-142.

22 Les plus anciens notaires de Nájera sont conservés à l'AHN, section Clero, avec les documents du monastère Santa Maria la Real de cette ville. Pour les références exactes, voir F. Brumont, « La laine dans la région de Nájera », art. cit., p. 317, n. 2.

23 ahp Lo, leg. 3265 et 3338 (1544-1568).

24 ahp Vi, leg.5513, 4716, 6292, 6293, 5445, 5035, 4760, 6646 (années 1545-1564).

25 Carte 3.

26 Au milieu du siècle, Logroño a quelques 2 000 feux, Nájera, 800 et Santo Domingo, 600.

27 Sur le commerce de la laine à Nájera, voir F. Brumont et S. Ibáñez Rodriguez, in Historia de la ciudad de Logroño, op. cit., p. 141 (où l'on trouvera une comparaison avec les principaux centres de la région) et F. Brumont, « La laine dans la région de Nájera », art. cit.

28 Sur l'activité commerciale de cette ville, voir F. Brumont et S. Ibáñez Rodríguez, in Historia de la ciudad de Logroño, op. cit., pp. 137-142.

29 ahp Lo, leg. 548, F 260 (26 avril 1599).

30 F. Brumont, in Historia de Logroño, op. cit., p. 136.

31 La même remarque a été faite par B. Yun au sujet des relations entre commerce international et économie locale en signalant que, au milieu du xvisiècle, « celle-ci est dynamisée par celui-là » (op. cit., pp. 188-189). Cependant, le même auteur n'a trouvé aucune trace de Verlagssystem (p. 207).

32 L.M. Rubio Pérez, La Bañeza y su tierra, op. cit., pp. 366-371.

33 L.M. Rubio Pérez, Astorga. Un enclave señorial en los sighs XVII y XVIII, s. 1., 1990, pp. 110-118.

34 Ibid., p. 113.

35 U. Gómez Alvárez, « Obligaciones y censos... », art. cil., pp. 385-386. Du même, voir aussi, « La obligación : un instrumenta de crédito del comercio marítimo-terrestre en el Principado de Asturias », in La sociedad tradicional asturiana, Oviedo, 1993, pp. 171-172.

36 Pour un résumé de l'attitude de l'Église vis-à-vis des censos, on pourra voir, entre autres, J.A. Alvarez Vázquez, Rentas, precios y crédito en Zamora en el Antiguo Régimen, Zamora, 1987, pp. 221-226 ; J.L. Pereira Iglesias, El préstamo hipotecario en el Antiguo Régimen. Los censos al quitar, Cadix, 1995, pp. 22-30 et 37-64 (pensée des économistes) ou B. Escandell Bonet, « La investigaciôn de los contratos de préstamo hipotecario ("censos"). Aportaciôn a la metodología de series documentales uniformes », Actas de las I Jornadas de Metodologia Aplicada de la Ciencias Históricas, Saint-Jacques de Compostelle, 1975, tome III, pp. 751-762.

37 Novísima Récopilación de las Leyes de Espana, édition de 1805, t. V, p. 77.

38 Ibid., pp. 77-79. En Navarre, la baisse des taux au xvisiècle est antérieure : 6 % en 1551, mais le 5 % n'est accordé qu'en 1617 et le 3 % jamais légalisé. Dans la réalité les taux furent au xviiisiècle inférieurs au taux légal (qui comme ailleurs était un maximum) (A. Floristán Imizcoz, « Crédita rural en Navarra : los censos al quitar », La documentation notarial..., op. cit., t. II, pp. 399400). -

39 B. Schnapper, Les rentes au xvisiècle. Histoire d'un instrument de crédit, Paris, 1957, pp. 100-102,111-112, 292-293.

40 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis...,op. cit., p. 538.

41 L. Faccini, La Lombardia fra'600 e ´700. Riconversione economica e mutamenti sociali, Milan, 1988, pp. 41-68 ; également, A. de Maddalena, « Debiti monetari e tassi di interesse a Milano (1620-1720) », La documentation notarial..., op. cit., t. II, pp. 219-234 qui présente des conclusions un peu différentes.

42 W.G. Gramp, « The controversy over usury in the seventeenth century », The Journal of European Economic History, no 3,1981, pp. 672-673.

43 Remarque faite par F. Ruiz Martin, « Crédita y banca, comercio y transportes en la etapa del capitalismo mercantil », Actas de las I Jornadas de metodología..., op. cit., t. III, p. 727.

44 P. Goubert, op. cit., p. 538 : durant certaines périodes, le taux fut d'ailleurs identique ou inférieur en Espagne à celui des Pays-Bas (1609-1620, après 1746).

45 Voir au sujet de la baisse des taux de 1651 en Angleterre, la remarque de J. Habakkuk : « The reduction in the legal maximum was designed in the interests of government finance » (« Landowners and civil war », Economic History Review, vol. 18, 1965, p. 137). En Espagne, c'est le souci d'alléger les dettes de la noblesse qui a poussé la monarchie à baisser les taux (B. Bennassar, « De nuevo sobre censos e inversiones en la Espana de los siglos XVI y XVII », Estado, hacienda y sociedad en la historia de España, Valladolid, 1989, p. 85).

46 B. Bennassar, Valladolid au siècle d'or. Une ville de Castille et sa campagne au xvisiècle, Paris-La Haye, 1967, p. 259 ; du même, « Ventes de rentes en Vieille-Castille dans la première moitié du xvisiècle », Annales (ESC), 1960, pp. 1115-1126 et « De nuevo sobre censo... », art. cit.

47 ahp Lo, leg. 471, 472, 476, 477 ; les années 1529-1531 manquent.

48 Il est curieux que dans cette zone où l'importance de la viticulture est manifeste, nous n'ayons pas rencontré de rentes payables en vin comme, par exemple, dans les environs de Strasbourg dans la seconde moitié du xvisiècle où elles sont aussi nombreuses que les rentes en grain dans l'échantillon étudié par J. Vogt, (Remarques sur les rentes en nature rachetables payées par les campagnards aux prêteurs strasbourgeois (deuxième moitié du xvisiècle) ; Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, t. XV, 1968, pp. 662-671).

49 ahp Lo, leg. 483, fo 212 (16-III-1557) et 520 fo 91vo (21-X-1566) : comme dans ce dernier cas, la rente est perpétuelle et non rachetable, il s'agit sans doute d'un contrat plus ancien ; voir cependant des cas plus tardifs à Briviesca, infra n. 51.

50 ahp Pa, leg. 8433 : le taux est de 6 000 mrs pour une charge de blé (4 fanègues) et 2 poules par an (1526).

51 ahn Clero, leg. 937 et 938 : rentes du monastère Santa Clara de Briviesca : 1 500 mrs par fanègue de blé de 1523 à 1541 ; au début du xvisiècle (1500-1505), le prix est de 1 000 mrs par fanègue ; dans une rente très tardive, de 1576, l'on donne 5 000 mrs par fanègue et 3 372 en 1559.

52 On obtient un taux semblable (10,5 %) en utilisant les prix de la charge de blé à Valladolid (B. Bennassar, Valladolid..., op. cit., p. 279). Ajoutons que les années de haut prix (et elles furent nombreuses dans ces années 1525-1535), le gain est encore plus élevé.

53 Son inventaire après-décès, daté de décembre 1528, mentionne 14 rentes payables en blé ou orge (ahp Lo, leg. 485, fo16).

54 B. Schnapper, Les rentes au xvisiècle..., op. cit., pp. 79-97.

55 D'autant plus que le but de mes recherches dans ces registres notariés n'était pas une étude sur les rentes, mais sur l'ensemble de l'économie et la société de Logroño et des villages environnants (dont on trouvera un aperçu dans ma contribution à l'Historia de la ciudad de Logroño, op. cit., t. III, pp. 129-215).

56 Pour l'ensemble de la période ont été dépouillés les registres suivants : 471 à 498, 500 à 527, 538 à 540, 548, 8047.

57 Pour la période 1532-1539, j'ai omis d'inclure une rente de 4 667 ducats qui aurait faussé la moyenne ; de même en 1580-1589) une rente de 10 400 ducats pour la même raison.

58 F. Brumont, « Le mariage, passeport pour l'ascension sociale : à Logroño au xvisiècle », Pouvoirs et société dans l’Espagne moderne. Hommage à Bartolomé Bennassar, Toulouse, 1993, p. 98.

59 ahp Lo, leg. 501, fo 673-728.

60 B. Bennassar, Valladolid..., op. cit., pp. 260-264.

61 Il en va de même à Valladolid (ibid.) et en Extrémadure à la même époque (J.-P. Pereira Iglesias, El préstamo hipotecario..., op. cit., pp. 117-119).

62 ahp Lo, leg. 513, fo 181 (accord entre Pedro et le collège des Jésuites) et 182 (censo).

63 Sur ces baux à rente, voir B. Schnapper, Les rentes..., op. cit., pp. 50 et suiv.

64 ahp Lo, leg. 471, F 2 : Alberto de Salcedo donne pour 2 ducats et 2 chapons par an un bout de terre au potier Alvaro de Lezama pour qu'il y édifie une maison. (11-I-1525).

65 Entre autres exemples, ibid., fo22vo, 45vo, 126vo, 156, 197, 219 (tous 1525). Dans d'autres cas, il s'agit de jardins, donc toujours de biens qui nécessitent beaucoup de travail et dont le preneur ne pourrait s'occuper : ahp Lo, leg. 472, F 61, 64, 66vo, 69vo : un curé donne 9 jardins sans doute incultes (solares de huerta) à 4 preneurs différents dont deux marchands et un apothicaire (5-III-1532).

66 Bartolomé de Poza, marchand, confirme un encense de 2 ducats par an à la confrérie de San Pablo pour une terre (qui a été plantée en vigne) qu'il a achetée au curé Alvar Sanchez, fils d'Aldonza Sanchez, à qui la confrérie l'avait baillée à l'origine. Dans ce cas, nous avons tous les traits caractéristiques de ce type d'actes : le bien a été amélioré, obtenu par héritage, puis vendu (ahp Lo, leg. 471, F 310 vo, 20-XI-1525).

67 Ibid., fo 331 (9-XII-1525).

68 ahp Lo, leg. 472, F 672 (5-VIII-1533).

69 Historia de la ciudad de Logroño, op. cit., tome III, p. 108.

70 Elle apparaît dans 14 contrats entre 1581 et 1601, pour un montant de 3 400 ducats de principal (mais rappelons que pour cette période, nous n'avons pas dépouillé tous les registres conservés).

71 Selon l'inventaire de ses biens, effectué en mars 1596, les principaux des rentes qu'elle possède à sa mort s'élève à plus de 21 500 ducats (ahp Lo, leg. 515, fo 100).

72 ahp Lo, leg. 513, f’401 ; elle donne aussi deux rentes en blé (constituées en 1553 et 1554, très tardivement donc).

73 En fait, comme nous l'avons dit, seuls deux inventaires sont antérieurs à 1550. Parmi les lettrés (letrados), figurent les officiers royaux et municipaux (regidores), les praticiens du droit (notaires, avocats) ; les veuves de marchands, de lettrés, de l'élite... figurent dans la catégorie de leur ancien mari ; dans la catégorie veuves, figurent donc les veuves les plus pauvres.

74 ahp Lo, leg. 513, fo 445 (7-VI-1991).

75 Ibid., fo 401 (18-II-1591).

76 A. Marcos Martín, « En torno al significado del crédita privado en Castilla durante el Antiguo Regimen : los censos consignativos del hospital de San Antolín de Palencia », El pasado histórico de Castilla y León, Burgos, 1983, tome II, p. 519.

77 U. Gómez Alvarez, « El censo redimible y al quitar : un mecanismo real de transferencia de la propiedad », in La sociedad rural asturiana, op. cit., pp. 233-235.

78 A. Marcos Martin, Economía, sociedad, pobreza en Castilla : Palencia, 1500-1814, Palencia, 1985, pp. 305-311.

79 L.M. Rubio Pérez, Astorga..., op. cit., pp. 105-106.

80 L.M. Rubio Pérez, La Bañeza..., op. cit., p. 375.

81 L.M. Rubio Pérez, Astorga..., op. cit., pp. 104-105.

82 Ibid., p. 103. Il y a, en plus, une rente fournie par une communauté que je n'ai pas fait figurer. Les laïcs avec Don sont ceux dont le prénom est précédé de cette particule, qui signifie qu'ils sont sans doute nobles au début du xviisiècle, et peuvent être des notables au xviii; les « professions libérales », selon la terminologie de L. Rubio, correspondent en gros aux « lettrés » de Logroño.

83 Ibid., pp. 104-105.

84 L.M. Rubio Pérez, La Bañeza..., op. cit., p. 375.

85 J.L. Pereira Iglesias, El préstamo hipotecario..., op. cit., pp. 179-182.

86 J. L. Pereira, El préstamo hipotecario, op. cit., pp. 184-188.

87 ahn, Clero, libro 1055 : ce livre recense les rentes en faveur du monastère jusqu'à 1663 ; l'une d'entre elles date de 1556, je ne l'ai pas fait figurer dans le tableau.

88 Les comptes existent seulement pour les années 1590 et 1650-1700 si bien que nous ne pouvons connaître le début de cet engouement du monastère pour les rentes, cf F. Brumont, « Les finances du monastère de Ríoseco, en Vieille-Castille (1650-1700) », Flaran 3. L'économie cistercienne. Géographie. Mutations, Auch, 1983, pp. 219-226.

89 Une évolution semblable se produit dans la région de Ciudad-Real, en Nouvelle-Castille : les laïcs prêtent entre 75 % et 80 % des sommes imposées entre 1560 et 1600 et 3 % entre 1680 et 1700, la baisse étant assez régulière tout au long du xviisiècle ; là aussi chapellenies et couvents sont les principaux prêteurs (J. López-Salazar Pérez, Estructuras agrarias y sociedad rural en la Mancha (ss. XVI-XVII), Ciudad-Real, 1986, p. 623).

90 F. Brumont, Paysans de Vieille-Castille aux xvie et xviisiècles, Madrid, 1993, p. 284 d'après ahn Clero, leg. 938 (censos du monastère Santa Clara de Briviesca)

91 ahn Clero, livre 1211

92 ahn, Clero, leg. 938.

93 Ibid.

94 U. Gómez, La sociedad..., op. cit., pp. 232-236.

95 Voir les nombreux exemples de l'endettement de la haute noblesse fournis par B. Bennassar, (Valladolid.... op. cit., pp. 265-272).

96 Sources : J.L. Pereira, op. cit., p. 116 (Extrémadure) ; L. Rubio, Astorga..., op. cit., pp. 108-109 ; L. Rubio, La Bañeza..., op. cit., p. 376 ; A. Floristán Imizcoz, « Crédito rural... », art. cit, p. 405 (Estella, Navarre), ahn, Clero, livre 1055 (Miraflores, zone rurale des environs de Burgos). J'ai essayé d'harmoniser la terminologie utilisée par les différents auteurs ; par « villages », il faut entendre les conseils des communautés rurales (concejos).

97 J.L. Pereira Iglesias, op. cit., p. 116.

98 M.A. Melón Jimenez, Extremadura en et Antiguo Régimen. Economie y sociedad en tierras de Cáceres, 1700-1814, Mérida, 1989, pp. 313-315 ; ce même auteur note de nombreux contrastes à l'intérieur de la noblesse d'Extrémadure (pp. 370-388).

99 J.L. Pereira Iglesias, op. cit., pp. 180-181.

100 Outre Astorga... et La Bañeza... déjà cités, signalons encore La burguesía maragata. Dimension social, comercio y capital en la Corona de Castilla durante la Edad Moderna, Léon, 1995, 413 p.

101 L. Rubio, La Bañeza..., op. cit., pp. 374-382.

102 L. Rubio montre bien que même les paysans (qui forment 13 % des emprunteurs) sont à ce moment-là des laboureurs (La Bañeza..., op. cit., pp. 377-379).

103 Il est quand même possible de trouver encore des cas où, même au xviisiècle, la rente sert à l'investissement ; c'est ce que signale L. Rubio à propos des artisans de La Bañeza (La Bañeza..., op. cit., p. 379). De même, quelques exemples d'achats de vignes grâce à l'imposition d'une rente sur les biens achetés se trouvent dans les archives de monastère Santa Clara de Briviesca ; de même, lors des saisies de mauvais payeurs, il est fréquent de voir des particuliers racheter la rente pour s'approprier des hypothèques, ce qui revient à un achat (ahn, Clero, liasse 938).

104 Ces deux monastères sont situées en Bureba, à une cinquantaire de kilomètres au nord-est de Burgos ; sources : ahn, Clero, liasse 938 (Briviesca) et 1043 (Castil de Lences). J'indique pour chaque saisie le nom du débiteur, sa profession, le village où il réside, la date de la constitution de la rente, le montant du principal, le montant des arrérages, les frais de la saisie (le tout en réaux). Tous les villages sont situés en Bureba.

105 U. Gómez, La sociedad..., op. cit., pp. 193 et 229.

106 M. Gonzalez de Cellorigo, Memorial de la politica..., op. cit, p. 29. Sur cet auteur et d'autres penseurs de la même époque, on pourra lire l'importante étude d'ignacio Gutiérrez Nieto, « De la expansion a la decadencia económica de Castilla y León. Manifestaciones. El arbitrismo agrarista », El pasado histórico de Castilla y León, Burgos, 1983, vol. 2, pp. 11-95.

107 M. González de Cellorigo, Memorial de la politica..., op. cit., p. 1

108 Ibid., p. 4.

109 J. López-Salazar Pérez, Estructuras agrarias..., op. cit., pp. 609-617, voir aussi l'étude sur les rentes dans la région de Ciudad Real (pp. 617-658).

110 B. Bennassar, « De nuevo sobre censos... », art. cit., pp. 81-85.

111 B. Bennassar, Valladolid..., op. cit., p. 569. L'aspect social (vivre de ses rentes) n'est pas à négliger.

112 F. Brumont, « Le mariage, passeport pour l'ascension sociale... », art. cit., pp. 97-98 : entre les années 1560 et les années 1570, le montant moyen des dots est multiplié par 2,5 et la part des rentes passe de 5 à 41 %, puis à 62 % dans les années 1580.

113 B. Bennassar, Valladolid..., op. cil., pp. 267-269.

114 Plusieurs exemples dans les archives des clarisses de Briviesca, datant du milieu du xviisiècle pour la plupart (AHN, Clero, liasse 938) ; même remarque de la part de J. López-Salazar, Estructuras agrarias..., op. cit., pp. 622-625.

115 AHP Pa, liasse 4545, registre de 1604, fo160 (avril 1604).

Notes de fin

1 Abréviations : ahp : Archivo Histórico Provincial suivi du nom abrégé de la ville où il se trouve : Lo (Logrono), Vi (Vitoria), Pa (Palencia) ; leg. : legajo (liasse), ahn : Archivo Histórico Nacional (Madrid).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Nombre et montant moyen des rentes constituées (Logrono : 1525-1600)
Légende Note 5757* Montant moyen du capital des rentes (en ducats).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau IV. Les crédirentiers à Astorga (1620-1810)82 (pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau V. Crédirentiers en Extrémadure (xvie-xviiie siècles) (pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Monastère de Santa Ana de Valencia de Alcantara : constitutions de rentes (1576-1767)
Légende *Montant : en milliers de maravédis.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau VI. Miraflores : impositions de rentes (1594-1663)
Légende *ducats
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau VII. Statut socio-professionel des débirentiers (xviie-xviiie siècles)96 (pourcentage)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau VIII. Saisies d'hypothèques en Bureba (xviie-xviiie s.)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Carte 1. Situation générale
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Carte 2. Géographie des débiteurs d'Andrés López de Zunelzu (Alava)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Carte 3. Lieux d'origine des débiteurs
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23826/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 310k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site