Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

Fondations de messes, crédit rural et marché de la terre dans les Pyrénées centrales (xve-xviiie siècle) : les communautés de prêtres du Val d'Aran

Serge Brunet

Texte intégral

  • 1 Voir : L'hostie et le denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen Age à l'époque moderne, La (...)
  • 2 Pour toute précision complémentaire, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre thèse de d (...)

1La dénonciation de l'usure par l'Église est constante. Les réformateurs, particulièrement dans la dynamique post-tridentine, s'attachent à séparer nettement le spirituel du temporel, et à interdire tout usage profane des deniers de l'Église1. Localement, dans les sociétés montagnardes que nous avons étudiées, le rapport des institutions paroissiales (voire inter-paroissiales) avec l'argent constitue un enjeu majeur. À la fin du xiiie siècle, et au début du xive siècle, face à l'offensive de récupération de la grosse dîme par les chapitres et abbayes, comme encore au cours du xvie siècle, les paroisses montagnardes du diocèse de Comminges ont pu conserver le contrôle d'une part importante, voire de la totalité pour le Val d'Aran, des fruits dîmaires2. Fabriques et/ou communautés de prêtres peuvent ainsi jouir de substantielles dîmes, puisque le taux de prélèvement est situé, suivant la nature des produits, entre 1/7e à 1/9e.

  • 3 Les archives paroissiales sont conservées dans la vallée. Nous avons utilisé également les archives (...)

2La question des usages de ces biens et revenus d'Église, et de l'utilité qu'ils revêtent pour les villageois, est centrale pour saisir le statut du prêtre au sein de ces communautés montagnardes. Le Haut-Comminges et le Val d'Aran représentent une de ces zones aux fortes densités cléricales, et cela tout au long de l'Ancien Régime. Nous avons ainsi pu estimer, qu'en Val d'Aran, à la fin du xviie siècle, les clercs constituent près de 12 % de la population ! Cette vallée présente – pour l'historien – l'avantage d'être espagnole, et de relever de l'autorité de l'évêque français de Comminges. Cette situation permet aux habitants de la trentaine de paroisses que comprend l'Aran de maintenir, tardivement des comportements que, dans le reste du diocèse, les réformateurs parviennent à effacer au cours du xviie siècle. Là, les sources paroissiales abondent, d'autant plus que les curés, dans chaque lieu, sont notaires. Croisées avec les archives diocèsaines, mais également militaires et diplomatiques, elles nous permettent de saisir les principes de fonctionnement des paroisses, et le rôle exercé par leurs nombreux prêtres3.

  • 4 N. Lemaître, « Finances des consulats et finances des paroisses dans la France du Sud-Ouest (xive-x (...)
  • 5 A l'issue de dépouillements complémentaires, nous consacrerons une étude plus complète aux confréri (...)
  • 6 Notons également l'attraction homophonique entre les termes misa, mensa, et également mensuale. Tou (...)

3Disposant de la moitié des dîmes, les fabriques constituent des organismes de prêt, particulièrement en faveur des consulats. Cet aspect commence à être mieux connu4. Les multiples confréries paroissiales s'occupent également de prêter5. Les modalités de leurs activités de crédit rejoignent celles proposées par une troisième institution : la communauté de prêtres. Cette dernière existe à deux niveaux : celui de la paroisse, et celui du terçon, dans lequel elle est appelée mesau ou taula. Ces termes, polysémiques, désignent clairement la « table », marquant à la fois l'organisation comptable et la commensalité qui, au moment des célébrations funéraires, demeure essentielle6. Au Moyen Age, le terçon constitue le cadre majeur des communautés de prêtres. Il correspond à un groupement de paroisses, et, partant, à une fraction de la vallée. À l'époque moderne, sans toutefois disparaître, les taulas de terçons s'effacent, en Val d'Aran, au profit des communautés de paroisses. C'est au sein de la paroisse que la moitié des dîmes est répartie et consommée par les prêtres dits « portionnaires » qui, tous, doivent être originaires du lieu, et choisis par l'assemblée des prêtres et des chefs de famille.

4À ces produits de la dîme s'ajoutent, majoritairement dans le cadre du mesau au Moyen Age, puis de plus en plus dans le cadre paroissial, les revenus casuels, parmi lesquels les messes pour les morts, particulièrement celles qui ont fait l'objet d'une fondation, occupent la première place. C'est par l'intermédiaire des fondations obituaires que les prêtres aranais, comme leurs homologues commingeois, entrent dans les circuits du crédit rural. C'est cet aspect, peu connu, et que nous pensons susceptible d'ouvrir de nouvelles pistes à l'histoire du clergé rural, que nous désirons présenter ici.

Les fondations obituaires

  • 7 L'étude que Jean de Viguerie a consacré aux fondations obituaires angevines nous apparaît comme rar (...)

5Celles-ci ont donné lieu à relativement peu d'études7. Elles sont communément relevées à l'occasion de recherches concernant les testaments, au milieu d'autres dispositions. Ces types d'actes ne permettent pas, à eux seuls, de mener une étude sur les fondations de messes, d'abord parce qu'ils sont loin de les rassembler toutes. En effet, nombre d'obits sont fondés en différentes occasions de l'existence, et ils sont l'objet, de la part des héritiers du fondateur, de réaménagements continus. On ne peut donc pas, en ce qui concerne notre terrain, avoir une vue d'ensemble des fondations de messes à partir des seuls testaments.

6Les actes de fondation ont surtout été étudiés dans un souci de perception des sentiments de nos aïeux à l'égard de la mort et des représentations de l'Au-delà. Les aspects plus spécifiquement économiques de ces actes sont moins connus. C'est sûrement une des raisons qui a conduit à les accuser de cacher une coupable forme d'usure.

7Notre corpus est composé de 410 actes de fondation et/ou de prêts à partir de leur capital, datés entre le xive et le xviiie siècle, en Val d'Aran. Il est complété par l'étude de plusieurs cahiers comptables de communautés de prêtres, des xvie, xviie et xviiie siècles. Enfin, nous avons effectué des comparaisons dans les paroisses françaises du Haut-Comminges, grâce à des sondages dans les archives notariales, ainsi que par la lecture de différents documents publiés.

Quels types de services de messes sont demandés, et par qui ?

  • 8 De plus, nombre de « fondations » ajoutent, transforment, remplacent, ou bien se contentent de pour (...)

8Les fondations sont systématiquement perpétuelles. Nous verrons que c'est notamment un gage de stabilité pour les opérations de crédit sur leur capital. Comme en Anjou, les formules sont difficilement classables, parce que trop nombreuses8. La forme des obits est variée, elle résiste à la catégorisation, et l'on peut donc penser qu'elle est très personnalisée. Pourtant, le bénéfice des suffrages s'élargit toujours du fondateur à sa famille, et même au-delà à la communauté de l'ensemble des fidèles. C'est une des ambiguïtés, apparentes, de l'obit. Il faut surtout remarquer là une différence notable de l'obit à l'égard des types de suffrages contenus dans les testaments. Pour ces derniers, il est possible, au contraire, de relever des formules-types, locales et/ou temporelles, qui constituent de véritables modèles. Toujours en opposition aux obits, le bénéfice des suffrages commandés dans les testaments est plus étroitement destiné à l'âme du testateur, qu'ils sont censés accompagner dans son voyage vers l'Au-delà.

9Dans ces contrées de familles-souches, organisées en « maisons » ou casas, chaque chef de maison paie des fondations de messes, qui bénéficient à toute la maisonnée. Comme dans l'Anjou rural, fonder n'est pas là une marque de distinction sociale. Cela est d'autant plus marqué que les petites fondations dominent. Comme le montre le graphique joint, 55 % des obits ne concernent qu'un seul service chanté annuel. Le contexte de la démarche qui consiste à fonder peut être, quant à lui, classé en deux types. On établit des suffrages perpétuels pour son âme, ou celle d'un parent, par donation entre vifs (le fondateur/la communauté de prêtres), ou bien par testament. Ce dernier peut être passé dans les temps qui précédent la mort, mais aussi bien après la mort, puisqu'en Val d'Aran les testaments loco defuncti, déclarés par les « parents et amis » du défunt, sont courants. Le second moment privilégié pour fonder correspond à l'entrée dans une confrérie. En versant annuellement une cotisation le fondateur est assuré de bénéficier des suffrages des confrères pendant son existence, ainsi que d'un service spécifique et de prières perpétuelles après sa mort. Ainsi, aux xviie et xviiie siècles, chaque casa paie en moyenne 0,5 à 3 livres par an, correspondant à l'acquittement des rentes d'un certain nombre de fondations.

Comment « rémunérer » ce service ?

10L'utilisation de ce verbe demeure assez impropre. En effet, même si la valeur de la pension est le plus souvent exprimée en monnaie, en réalité, il s'agit d'un repas qui est offert aux clercs qui participent aux cérémonies. Ainsi, les prêtres sont véritablement des « nourris » (dans le sens médiéval donné au lat. nutritus), tant de leur famille respective, que de leur communauté d'habitants, paroissiale et de terçon. Dès le xvie siècle, l'official de Comminges intervient pour transformer la rémunération de ce service en un paiement en argent, mais cette pratique persiste.

11Le versement de la pension annuelle est perpétuel, puisque il en va de même du service fondé. Le fondateur pourrait s'en décharger en abandonnant, à la commande, le montant du capital, en argent ou en bienfonds, mais le cas reste très rare. Ce qui importe donc, c'est de pouvoir garantir un versement régulier de la pension. Pour cela, la casa hypothèque un bien foncier, censé représenter le capital de la pension, qui, ainsi, demeure dans le patrimoine de la casa. Décelable dès 1319, cette manière de fonder des services de messes est toujours la plus répandue aux xvie et xviie siècles.

12L'obit est aussi l'occasion de faire payer ses débiteurs. Cet expédient est surtout utilisé par les prêtres, qui, détenteurs de numéraire, sont des prêteurs en herbe. C'est souvent à la fin de leur existence qu'on les voit dresser la liste de leurs débiteurs, les regroupant en une fondation pour assurer tel ou tel service, au bénéfice de leur communauté de prêtres, de paroisse ou de terçon. Le fondateur est ainsi certain que cette dernière saura contraindre d'éventuels débirentiers récalcitrants. Dans certains cas, nous avons pu voir des prêtres anticiper sur leur décision de fonder. C'est lorsqu'un laïc demande un prêt à leur communauté de prêtres, et qu'elle se trouve en manque de liquidités. Alors, des prêtres sont amenés à fonder un service de messes, dégageant ainsi un capital immédiatement prêté au solliciteur. Ce dernier, en guise de remboursement de son emprunt, versera la pension annuelle à la place du fondateur.

13Enfin, les confréries sont très nombreuses en Val d'Aran. Bien qu'exprimant des dévotions particulières, toutes conservent une dimension funéraire importante. De plus, dans chaque terçon, l'une d'entre elles est appelée « confrérie de l'obit ». Chaque chef de maison doit y tenir sa place. L'entrée dans une confrérie s'effectue en s'engageant à verser une pension annuelle. Le capital de la rente, qui s'élève communément à 26 livres dans la seconde moitié du xviie siècle, ne doit être versé qu'à la mort du confrère, et donc par ses héritiers. Cette Iluicio met fin au versement de la pension annuelle, et ouvre à l'âme du défunt le bénéfice des honneurs funèbres, et des prières perpétuelles de la confrérie. Immédiatement, le nouvel hereu (héritier, chef de maison) doit occuper la place laissée vacante dans la confrérie de l'obit, en contractant, en son nom, une obligation similaire. Chaque décès de confrère fait ainsi rentrer de l'argent frais dans les caisses, susceptible d'être prêté.

Fonder pour l'éternité

14Comment être assuré, pour l'éternité, d'un service religieux ? L'inflation, donc le renchérissement du prix des services, la transformation de ces derniers par les héritiers successifs, etc., plusieurs paramètres concourent à la modification, à la nécessaire réactualisation des fondations. Il convient alors d'être très prudent quand on souhaite élaborer des statistiques, qui veulent prendre en compte la date de création du service obituaire. Pour les plus anciens, l'acte détenu n'est pratiquement jamais l'original ; l'usage de la perception annuelle de la pension tient très souvent lieu de titre, et, enfin, les obituaires mentionnent rarement la date d'origine. Bien souvent, la date connue n'est donc que celle de la dernière mutation de la fondation.

15Le paiement en nature de la pension ne présente pas que des avantages. Si le repas servi à titre de pension est toujours qualifié d'esplandid ou de a pan, vin y carn (« à pain, vin et viande »), le menu n'est pas toujours précisé. Surtout, il n'est pas établi de numerus clausus pour les convives. Ainsi, le nombre de clercs augmentant au cours du xviie siècle, la valeur effective de la pension se trouve automatiquement renchérie.

16Dès le xvie siècle, le montant de la rente annuelle est donné en monnaie courante. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, cette mesure n'est pas une panacée. Si, désormais, le service se trouve plus précisément estimé, son prix reste altéré par l'inflation. L'official de Comminges, ou, dans la vallée, le « procurateur des âmes », sont habilités à regrouper ceux qui sont devenus, avec les ans, de trop « petits services », afin de respecter les nouvelles taxations. Conscients du danger de voir diminuer les suffrages, qu'ils veulent identiques pour l'éternité, les fondateurs en viennent à préciser que, dans l'éventualité d'une réduction des services, envisagée pour maintenir la valeur de la rémunération des desservants, les héritiers devront au contraire ajouter à la valeur du capital (c'est-à-dire de la parcelle de terre hypothéquée), pour augmenter la rente. Pour une part, qu'il est difficile d'apprécier, le prix de la rente ne demeure qu'une référence, puisqu'elle continue à être versée en nature, sous forme de repas.

  • 9 B. Schnapper, Les rentes au xvie siècle, Paris, 1957. N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant. Clergé e (...)
  • 10 Juan Francisco de Gracia, Ordinaciones. Pragmática ; y Edictos Reales del valle de Arán ; hecho en (...)

17Les actes mentionnant désormais, de plus en plus souvent, le « prix » (capital) de la fondation et le montant de la rente, nous pouvons en connaître le taux. Aux xive et xve siècles, il est de 8,33 % (au denier 12). Au xvie siècle, il descend à 5 % (au denier 20). Ce dernier taux semble alors faible, par rapport à ceux qui sont pratiqués à Paris ou bien en Rouergue9. Mais, là encore, il faut être prudent car il peut y avoir un écart entre les déclarations officielles, contenues dans les actes, et les modalités réelles des paiements. Au tout début du xviie siècle, un commissaire royal dénonce cette pratique des Aranais qui consiste à payer les rentes en nature pour les 2/3 du prix, en fraudant sur l'estimation des marchandises10. Depuis la seconde moitié du xvie siècle et jusqu'en 1662, le montant de la rente revient à 8,33 % (fl real per ducat). Là, il paraît désormais élevé, par rapport aux 5 à 6 % pratiqués à Paris ou en Languedoc, et aux 5 % que l'on trouve en Suisse ou en Oisans. Nous avons affaire à un taux qualifié d'usuraire par les réformateurs. Qu'en est-il réellement ?

18Ce taux doit, en effet, être interprété. Rappelons que le fondateur ne verse pas le capital, qui reste un bien hypothéqué. Pour lui, comme pour ses héritiers, il vaut donc mieux un taux élevé, car le bien hypothéqué est moindre et il permet de se débarrasser plus facilement du versement de la pension, en « remboursant » le capital, et en se libérant ainsi de l'hypothèque. Ce qui importe, c'est le montant de la somme nécessaire pour cela. Un taux à 8,33 % correspond à un capital douze fois supérieur au montant annuel de la rente. Un taux à 5 % nécessite de payer, en une seule échéance, vingt fois cette valeur !

  • 11 J. Poumarède, « Associations de prêtres et sociétés de crédit dans le diocèse de Tarbes (xve-xviiie(...)

19Pour l'emprunteur, qui va se faire prêter la somme ainsi libérée, il vaut mieux, bien sûr, un taux bas. Mais la dynamique du système vient du caractère attractif des fondations, et de leur souplesse. Pas de fondations, pas de prêts possibles. Il faut alors être attentif, discerner l'identité des contractants, et ne pas reprendre simplement l'accusation d'usure. Ainsi, on peut saisir des comportements apparemment illogiques, comme celui de ces Lavedanais, dans le diocèse de Tarbes, qui, du xvie et jusqu'au xviiie siècle, conservent, sans aucune contestation, des rentes obituaires à un taux de 10 % ! Les communautés sacerdotales, appelées là « fadernes », jouent en fait un rôle identique à celui des communautés sacerdotales d'Aran11.

  • 12 P. Goubert, « Le tragique xviie siècle », dans Histoire économique et sociale de la France, t. 2 : (...)

20On comprend alors également que l'abaissement du taux à 5 % par l'évêque de Comminges janséniste, Gilbert de Choiseul, représente un sérieux coup porté aux fondations de messes. En rendant plus difficile le remboursement, cette mesure contribue à fossiliser les fondations. Loin donc de les encourager, elle ne les empêche pas, cependant, de continuer. Pour les prêtres c'est aussi, à terme, une diminution de leurs revenus et donc de leur activité « bancaire ». Mais, tout de même, à 5 %, le taux demeure relativement attractif, il est supérieur au revenu de la plupart des offices, comme de celui des terres et des maisons12.

Les opérations de prêt

  • 13 Parmi les travaux récents, on se reportera, pour la Catalogne, au numéro spécial de la revue : Rece (...)

21L'endettement récurrent des ruraux, tant des familles que des communautés villageoises, a souvent été relevé13. Il faudrait pouvoir, par une étude fine, évaluer le taux réél d'endettement des montagnards, mais aussi rester très prudent quant à son interprétation. En effet, l'emprunt est une pratique fort courante dans ces sociétés pauvres en numéraire, et n'est pas systématiquement justifié par une pénurie. De plus, il faut bien prendre en compte que le prêt n'est qu'un des outils utilisés, et qu'il s'intégre dans des stratégies familiales complexes.

Les voies de l'endettement

  • 14 Au sujet de l'organisation des communautés d'habitants du Val d'Aran, voir : M.A. Sanllehy i Sabi, (...)
  • 15 L. Fontaine, « Le marché contraint, la terre et la révocation de l'Édit de Nantes dans une vallée a (...)
  • 16 Ce droit, qui protège les débiteurs, se trouve dans le recueil des privilèges d'Aran, appelé Querim (...)

22Les contraintes de la vie en montagne nécessitent, pour chaque casa, de disposer de multiples terrains dans des terroirs complémentaires du finage, comme sont les jardins, les champs de soulane, ou les prés de fauche d'ombré. D'autre part, globalement, cet espace d'appropriation privée des maisons demeure restreint. Pour l'ensemble de la vallée, il dépasse faiblement les 5 %, alors que tout le reste est constitué d'espaces d'appropriation collective (forêts, estives, mais aussi rochers et terres incultes). Chaque « voisin », par son appartenance à la communauté d'habitants, peut jouir des profits du « commun »14. Toute perspective d'amputation du patrimoine de casa est alors difficilement supportable. La conséquence en est que, selon la belle expression employée par Laurence Fontaine, pour un autre pays de montagne, l'Oisans, nous avons affaire à un « marché contraint »15. Des obstacles sont dressés devant les acquisitions par des « étrangers », tant de la part des communautés d'habitants que des familles. En Val d'Aran, on utilise par exemple le retrait lignager (tornaria), inscrit dans les privilèges. Mais la plupart des filtres sont plus subtils, et relèvent plutôt de pratiques taisibles que du droit déclaré. Il faut enfin préciser que, dans ces vallées, seuls les biens immeubles peuvent être saisis, et sont donc hypothéqués. Les privilèges médiévaux garantissent aux insolvables la conservation de leurs biens meubles, qui comprennent aussi les troupeaux16. Donc, si la terre est souvent gagée, ce n'est que progressivement qu'elle peut en venir à se détacher du patrimoine de casa. L'amputation se fait par étapes.

23Le premier pas est fait avec le debitori, qui est une reconnaissance de dettes. Le plus souvent sans l'intermédiaire d'un notaire, et sans hypothèque, le debitori est simplement griffonné sur un bout de papier. Il est détruit quand il cesse d'agir. Ainsi, pour l'historien, sa conservation reste malheureusement fort aléatoire.

24Le censal, ou rente constituée, est en quelque sorte l'étape suivante. Il correspond à la reconnaissance par le débirentier du versement d'une pension au crédirentier, sans limitation dans le temps, garantie par l'hypothèque d'un bien-fonds, qui correspond à la valeur du prêt. Fort répandus, les censals jouent également le rôle d'une véritable monnaie de substitution, à usage interne. On se les transmet, par « transport », un peu à la manière des lettres de change au sein des sociétés marchandes.

  • 17 « Parce qu'ils sont propres et natifs du lieu ». Cette expression est habituelle, pour justifier le (...)

25S'ils aboutissent souvent dans l'escarcelle des communautés de prêtres, c'est d'abord parce que ces dernières apprécient ces rentes constituées, qui viennent compléter leurs revenus. De leur côté, les crédirentiers préfèrent souvent « transporter » des censals en faveur des prêtres de leur paroisse, ou de leur terçon, qui, en échange, leur fournissent du numéraire. Cependant, le censal n'a de valeur que si le crédirentier, dans le cas d'une interruption de paiement, est assuré de pouvoir saisir son débirentier. Cela lui est quasiment impossible s'il est étranger à la communauté d'habitants, et devient totalement irréalisable s'il est extérieur à la vallée. Ainsi, on constate que les dettes contractées à l'extérieur de la paroisse font souvent retour, le crédirentier « étranger » venant les proposer aux prêtres de la paroisse du débirentier. On assiste même à de véritables opérations de clearing entre les communautés de prêtres de la vallée, chacune s'ingéniant à garder les censals de ses paroissiens, per ser propis y fills del loch17. Ainsi la perception des pensions, comme l'éventuelle saisie des hypothèques sont facilitées. De plus, par leur rôle de notaire et grâce à la tenue des registres de catholicité, les prêtres connaissent au mieux les « capacités » des uns et des autres, ainsi que les stratégies des casas. Ils maîtrisent alors cette toile d'araignée du crédit, sans cesse remise sur l'ouvrage.

26La venta a carta de gràcia, vente avec pacte de réméré, suit naturellement le censal dans l'aggravation de l'endettement. Les débirentiers ont souvent contracté plusieurs censals. On constate qu'ils ont tendance à concentrer les diverses hypothèques sur une même terre, plutôt que de les répartir sur l'ensemble de leurs biens. Ainsi, quand la pression de l'endettement les contraint à la vente, c'est cette terre-là qui est cédée. Le prix d'une vente à réméré est inférieur d'1/3 à la valeur réelle du bien. Le vendeur et ses ayants droit conservent perpétuellement le droit de rachat. Nous n'avons jamais trouvé dans ces types d'actes de clause limitant dans le temps la possibilité de rachat. Ainsi, pour l'acheteur, la détention de tels biens demeure fort précaire. À tout moment, le vendeur ou ses héritiers peuvent racheter le bien en remboursant la valeur inscrite dans l'acte de cession. On consent seulement à ajouter éventuellement une majoration dans le cas d'une bonification patente du bien-fonds. Enfin, si le bien cédé était grevé de pensions, sauf mention contraire, elles restent, et elles sont à la charge du vendeur. Si ce dernier n'honore plus ses créances, le bien pourra être saisi, quel que soit son détenteur.

  • 18 S. Brunet, « Lies et passeries en vallée d'Aran, aux xviie et xviiie siècles », Revue de Comminges,(...)

27Il faut comprendre la démarche de la venta a carta de gracia plutôt comme une « mise en gage » que comme une vente. Elle correspond à la pratique que les montagnards ont de la pignore. C'est la raison pour laquelle la venta a carta de gràcia est également appelée empenyament. Ces peuples pastoraux ont, en effet, l'habitude de « pignorer » les bêtes trouvées sur des pâtures défendues. Ils agissent de même dans le droit des lies et passeries, qui régit les contestations entre vallées, particulièrement de part et d'autre de la frontière18. Leurs privilèges permettent même aux Aranais de « pignorer » la personne de leur débiteur. Enlèvements et représailles permettent aux adversaires de détenir des gages équivalents, propices à l'ouverture d'un arbitrage.

28Le stade ultime de la spirale de l'endettement, celui que l'on aura à tout prix cherché à éviter, est la venta pura. Les documents aranais emploient également les expressions : de vente du droit de llohir y redimir, ou encore de vente du jus luendi. En effet, la cession, en une seule fois, de tous les droits que le propriétaire détient sur sa terre est rare. La venta pura n'est que le complément de la venta a carta de gràcia. En ajoutant 1/3 du prix payé lors de cette dernière vente, l'acquéreur devient enfin le détenteur à part entière du bien cédé. Comme pour le réméré, il arrive couramment que la venta pura advienne plusieurs générations après l'acte de cession a carta de gràcia.

29Ces remarques concernant les modalités de l'endettement démontrent les limites, pour notre sujet, d'une étude de l'activité notariale qui procèderait uniquement par sondage, et par classement des types d'actes. Malgré les difficultés d'une telle opération, il faut donc s'attacher à compléter cette vision synchronique par une analyse diachronique des actes, afin de percevoir la mutation des biens fonciers par gradation, d'identifier les différents acteurs, et, particulièrement ici, de saisir le rôle des prêtres.

  • 19 En 1716, cette paroisse est composée de 36 feux, rassemblant 134 habitants.
  • 20 Respectivement : deux individus, trois fois la communauté sacerdotale de Tredòs, deux fois la taula(...)

30Nous pouvons citer en exemple l'activité notariale de Mn. Phelip Daunes, curé de la petite paroisse de Tredòs-Cap d'Aran19. Son cahier, rédigé entre 1710 et 1735, rassemble 302 actes. Le graphique joint rend compte d'une diminution continue de son activité. Elle s'explique, notamment, par la guerre de Succession d'Espagne, ainsi que par les freins mis désormais à l'exercice du notariat par les prêtres. Un classement des actes fait apparaître que 40 % d'entre eux sont directement liés à la cura animarum, comme le sont, par exemple les contrats de mariage ou les testaments. Il reste alors 173 actes plus spécifiquement « économiques ». Nous distinguons 13 censals, 76 empenyaments, 67 ventas puras, 3 retraits lignagers et 3 échanges. En ce qui concerne les censals, pas moins de 10 des crédirentiers sont des prêtres, agissant à titre personnel ou représentant une communauté20. Tous les débirentiers sont des laïcs. L'aire d'activité du curé-notaire est sa paroisse, très rarement Salardù ou Bagergue, paroisses voisines, mais situées dans le même terçon, et avec lesquelles les liens sont étroits.

  • 21 Il s'agit généralement de legs universels. Des Aranais déclarent alors faire hereba la sua anima(...)

31Des prêtres, quand ils agissent en tant qu'individus, peuvent être amenés à faire l'acquisition de biens fonciers. Mais si les communautés de prêtres placent leur argent en rentes constituées, elles n'achètent jamais, quant à elles, sur le marché foncier, du moins de leur propre initiative. On constate, parfois, qu'elles vendent des terres. C'est systématiquement pour se débarrasser de biens immobiliers qu'elles ont acquis, soit par legs, soit par une saisie à l'encontre d'un débirentier récalcitrant21. Les communautés de prêtres ne cherchent pas à conserver ces biens pour les faire fructifier, mais elles les réintroduisent sur le marché, plutôt d'ailleurs au profit d'une rente constituée, que d'un paiement au comptant.

L'offre de crédit par les communautés sacerdotales

32Celle-ci est nécessaire, pour faire vivre les fondations, et, partant, les communautés de prêtres. Quand un héritier de fondateur rembourse le capital, les prêtres placent immédiatement cet argent, et la fondation se perpétue. Dès qu'un cap de casa meurt, et que ses successeurs s'acquittent du paiement du capital de la fondation de la confrérie, la somme est prêtée par les prêtres. Le mécanisme est simple, et Ton voudrait pouvoir estimer la valeur totale de ces capitaux qui circulent. Pour cela, nous disposons de deux types de sources. D'abord, il y a les actes eux-mêmes. Mais leur conservation est aléatoire, et ils ne rendent compte que d'opérations de prêt récentes, ou d'opérations de « transport » de créance, mais ils ne permettent pas d'estimer la masse totale des finances des communautés de prêtres. Pour cela, nous avons les livrets comptables, tenus annuellement par le capiller, ou prêtre économe, de chaque communauté.

  • 22 À l'instar de la dîme, les pensions des censals sont portables en Val d'Aran.

33Essentiellement au moment de la Saint-Michel de septembre, le capiller encaisse le montant des pensions que l'on vient lui régler22. La conservation et la précision de ces livrets sont inégales, mais ils ont l'avantage de rassembler la totalité des paiements de rente. Les listes ne distinguent pas toujours, pour chaque casa, les pensions des différents censals ; elles se contentent souvent d'en mentionner la somme globale. Enfin, il est impossible d'isoler, dans ces rentes, celles qui sont acquittées en vertu d'un prêt d'argent. Malgré toutes ces réserves, nous pouvons tenter d'estimer, pour quelques communautés, et à certaines dates, le revenu de tous les censals.

  • 23 En 1716, cette paroisse est composée de 43 feux et de 162 habitants. Tous ces censals sont contract (...)
  • 24 En 1716, Arties a 63 feux, correspondant à 282 habitants.

34Ainsi, en 1657, le capiller de la communauté sacerdotale de Salardú gère 158 censals sur ses paroissiens23. Chaque contribuable paie en moyenne 1 livre, et le total des pensions s'élève à 139 livres 10 sols de revenu. Si l'on extrapolait à partir d'un taux, alors habituel, de 8,33 %, on arriverait à un capital d'un montant de 1676 livres. À Arties, paroisse plus importante, ce ne sont pas moins de 441 censals qui sont gérés par le capiller, en 171924. Les paroissiens ou l'universitat (la communauté d'habitants) en ont 70 % ; le reste provient du terçon, et d'abord de Garòs (15 %), paroisse très liée à Arties. La valeur moyenne de paiement par censal est de 1 livre 5 sols. Chaque contribuable, toujours en moyenne, est le débirentier de 3 censals différents, et donc pour un montant de 3 livres 10 sols. Ces rentes rapportent annuellement 276 livres (pour 180 censals) à la communauté sacerdotale, et 170 livres (pour 96 censals) au titre de la germandat, ou confrérie obituaire. Si l'on tentait d'estimer la valeur totale du capital, à partir, désormais, d'un taux de 5 %, nous parviendrions à près de 10 900 livres. Dernier exemple, plus tardif : en 1756, la communauté sacerdotale de Vielha, capitale de la vallée, perçoit pour 514 livres de rentes, sur un capital que l'on pourrait évaluer à 15 000 livres.

  • 25 J.-F. Soulet, « A propos de l'endettement rural au xviiie s. : deux communautés du piémont pyrénéen (...)
  • 26 E. Claverie et P. Lamaison, L'impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie et (...)
  • 27 La communauté sacerdotale de la paroisse de Bagergue (31 feux en 1716), en 1694, ne reçoit que 62 p (...)

35Ces quelques estimations de capitaux correspondent assez à la valeur que peut placer un prêtre titulaire d'une bonne cure. Dans le diocèse voisin de Tarbes, dans les années 1740-1774, le curé de Castelbajac et de Burg prête ainsi 14 000 livres, essentiellement à ses paroissiens25. En Gévaudan, le curé de Saint-Hilaire d'Estables a placé, quant à lui, 10 000 livres en 171626. Dans les petits villages aranais les opérations sont plus modestes, mais il faut ajouter aux opérations réalisées par les communautés de prêtres de chaque paroisse, celles des taulas de terçon, comme celle de Pujòlo qui, en 1664, comme encore dans les années 1678-1683, gère 200 censals, ainsi que les activités de crédit des multiples confréries27.

36Les opérations de crédit à partir des fondations de messes ont également une incidence sur le marché de la terre.

Marché financier et marché foncier

37L'absence d'échéance, tant pour le remboursement du capital de ces rentes constituées que pour le réméré des ventes de terres, permet une certaine souplesse dans l'utilisation de ces valeurs. L'inconvénient est que lorsque le créditeur désire, pour une raison quelconque, récupérer son capital, il doit « transporter » la rente. Les communautés de prêtres, qui disposent de certaines liquidités, et qui sont toujours friandes de censals, sont là pour escompter ces créances. Elles ne prennent pas de retenue pour cette opération, qui n'est envisagée que comme un simple transport de créance. Ce « service » est rendu dans chaque paroisse, autant aux individus qu'aux universitats.

38L'incidence des activités financières des communautés de prêtres sur le marché de la terre est plus subtil. Ce n'est guère qu'à partir du xvie siècle, moment où les documents commencent à être plus abondants, que l'on peut comprendre le mécanisme, en Val d'Aran. Il nous est apparu semblable dans les vallées voisines.

  • 28 Mathieu Tajan nous offre un bon exemple de ces stratégies de pouvoir des maisons, dans la vallée vo (...)
  • 29 N. Lemaître, « Les communautés de "prêtres-filleuls" dans le Rouergue d'Ancien Régime », Ricerche d (...)

39Les valeurs immobilières constituant la garantie de toutes ces opérations, nous avons vu qu'il advenait, régulièrement, que les communautés de prêtres obtiennent des biens-fonds, par saisie d'hypothèques ou par legs. Il arrive cependant, bien que cela soit rare, que les communautés sacerdotales fassent l'acquisition de biens-fonds, toujours à la sollicitation de casas. Ces dernières décident parfois de se débarrasser d'un bien grevé de censals. Elles préfèrent alors la vente a carta de gràcia, accompagnée de la diminution, voire de l'annulation, du poids de la rente, plutôt que la venta para. Dans d'autres cas, après un décès, des exécuteurs testamentaires peuvent également décider de vendre une partie des biens du défunt, afin de pouvoir boucler les comptes des dépenses pour funérailles et succession. Dans l'une comme dans l'autre de ces éventualités, la vente à la communauté de prêtres représente une sécurité. Outre la garantie d'un paiement rapide, le vendeur a ainsi la possibilité de se mettre à distance des stratégies de pouvoir des autres casas de la paroisse28. Le « transport » du bien-fonds peut être limité, et le vendeur sait que la communauté de prêtres n'est pas intéressée par une éventuelle transformation de la venta a carta de gràcia en venta pura. On doit pouvoir expliquer ainsi la raison pour laquelle la vente à réméré reste en quelque sorte la spécialité des communautés de prêtres, jusque dans le Rouergue du xvie siècle, où l'on parle de vente « en recobre »29.

40Quoi qu'il en soit, on constate que les communautés de prêtres ne gardent pas ces biens-fonds pour se constituer un hypothétique patrimoine communautaire ou bien des sortes de prébendes, comme le feraient des collégiales, mais qu'elles les rétrocèdent immédiatement. Elles les revendent, contre le paiement d'une rente constituée. Dans certains cas, rares, elles peuvent les affermer. Mais les baux sont toujours emphytéotiques et l'on constate, en suivant les actes, que, très rapidement, le fermage se transforme en propriété et le loyer en rente constituée. Il faudrait chercher, par une analyse plus minutieuse encore, quels pouvaient être les arguments retenus dans le choix des acquéreurs. En effet, les prêtres ne cherchent pas des acheteurs au comptant, mais plutôt des personnes qui peuvent reprendre le bien, en ajoutant simplement aux censals qui peuvent déjà le grever, un autre qui correspond à l'emprunt du montant de la vente. On peut donc acheter des biens immobiliers aux prêtres, à crédit, sans aucun apport personnel.

41Il apparaît alors que les prêtres peuvent faciliter l'acquisition de terres et que, d'une manière générale, leurs activités financières tendent à fluidifier un marché de la terre que nous avons jugé très « contraint ». Mais, tout en le fluidifiant, ils ont aussi tendance à le verrouiller sur leurs paroissiens. Les prêtres ont d'autant plus intérêt à réserver la propriété des fonds à leurs paroissiens, qu'en Aran, la dîme est portable et que les décimables ont conscience de rémunérer par cette taxe un service rendu. Ainsi, au grand dam de certaines communautés de prêtres, quand des Aranais sont propriétaires dans une autre paroisse que celle de leur résidence, ils rapportent la dîme de ces fonds aux prêtres et à la fabrique de leur village, au lieu de la laisser sur place.

  • 30 Voir la synthèse de Maurice Bordes : « Les communautés villageoises des provinces méridionales à l' (...)
  • 31 S. Brunet, « Prêtres, familles et communautés montagnardes : le cas du Val d'Aran (xvie-xviiie s.)  (...)

42Ce « système » fonctionne assurément tout au long des xvie, xviie et du début du xviiie siècle ; il est en harmonie tant avec les principes d'organisation de la famille-souche, qu'avec cette propension à la fermeture, à l'exclusivisme, manifestée par ces communautés montagnardes30. Dans les actes privés, les Aranais emploient alors couramment l'expression capellan de casa, pour désigner les prêtres de leur famille. Celle-ci marque bien que le prêtre est investi d'un rôle spécifique à l'égard de sa maison. Il en va de même à l'égard de sa communauté de prêtres, tant de la paroisse que du terçon, ainsi que de sa communauté d'habitants31. Lors de sa première messe, l'impétrant jure de respecter leurs règles de fonctionnement et de ne jamais agir contre elles, avant de les festiner copieusement. C'est dès le milieu du xviie siècle, sur le versant français, et presque un siècle plus tard en Aran, que le statut du prêtre rural est brutalement modifié. La cause immédiate en est la réforme du clergé, mais celle-ci accompagne un ensemble de mutations sociales, culturelles, et trouve un appui dans la pression accrue de l'État, tant fiscale que réglementaire. Contentons-nous, ici, de marquer l'obsolescence soudaine de l'organisation de prêts à partir des fondations de messes.

La crise du système

Les attaques contre les rentes constituées

43Toute une littérature arbitriste, depuis plus d'un siècle, accusait de tous les maux les censos al quitar, équivalents des censals. Elle les rendait responsables de l'endettement paysan, et même de la ruine du royaume et de la destabilisation de la société espagnole. Le 4 août 1750, Ferdinand VI ramène tous les paiements de rente à 3 %. La conséquence de cette mesure est immédiate en Val d'Aran où les communautés de prêtres, pour maintenir leur revenu, renoncent désormais aux rentes constituées et leur substituent des ventes à réméré. Par l'afferme des terres ainsi obtenue, généralement au vendeur lui-même, elles peuvent maintenir une rémunération à un taux de 5 %. L'analyse des livrets comptables, comme celle des actes postérieurs à l'ordonnance, rend compte de la brutalité de cette rupture. Les rentes chutent au profit des loyers. Les fermages ne sont plus emphytéotiques mais d'une durée de 3 ou 4 ans, ce qui rend impossible le glissement insensible de l'afferme au censal, que nous avions précédemment remarqué. De plus, le fermage a également la faveur des évêques et des réformateurs. Il a, en effet, la réputation de ne pas cacher l'usure, et il permet de détacher le clerc des affaires d'argent. Le contrôle des prêtres aranais est d'ailleurs plus étroit depuis la fin de la guerre de Succession d'Espagne, qui correspond aussi à la date à partir de laquelle les postulants au sacerdoce ont l'obligation d'aller se former au nouveau séminaire de Comminges.

44C'est surtout psychologiquement que les conséquences de cette mutation sur les paroissiens apparaissent graves. Désormais, les communautés sacerdotales se constituent un patrimoine foncier, et elles évoluent donc vers un système de type bénéficiai. Les prêtres abandonnent leur activité de crédit et s'érigent en concurrents sur le marché de la terre. Ces nouvelles contraintes sont durement ressenties par les paroissiens. Alors que l'hypothèque pour un censal demeurait seulement virtuelle sur le patrimoine de casa, les portions de terres qui sont hypothéquées, et a fortiori vendues, aux prêtres sont maintenant bornées, et ces amputations doivent être enregistrées sur le nouveau registre des hypothèques de Vielha.

La fin des obits

45Le passage de 5 % à 3 % du taux des rentes constituées porte un coup fatal aux fondations de messes. Le bien hypothéqué doit être plus important que par le passé pour un même service. Ainsi, un casa qui versait 1 livre par an pour ses censals, devait payer 20 livres pour s'en décharger. Elle doit désormais verser 33 livres 6 sous, soit 13 annuités supplémentaires. Les casas préfèrent conserver ces paiements, et les fondations obituaires ont tendance à se fossiliser. Cette mesure de diminution du taux des rentes n'incite pas, bien sûr, à fonder. Pour un même service, le capital nécessaire doit être plus important. Désormais le fondateur doit se résoudre à abandonner une terre, ou bien à verser le capital en argent, ce qui reste bien rare. D'un autre côté, l'ordinaire fixe une nouvelle taxation du casuel, et les prêtres obtiennent de leur évêque la réduction des services de messes anciennement commandés, afin qu'ils correspondent aux nouveaux tarifs, réévalués. Nous constatons que les Aranais restent très attachés aux services religieux pour leurs morts. Le livret de comptes de la communauté des prêtres de Vielha témoigne de leur refus de voir diminuer les services. Ils acceptent de payer plus, afin de conserver un niveau égal de messes pour les morts. Désormais, les Aranais se distinguent en cela très nettement de leurs voisins des vallées françaises du Haut-Comminges, où les mesaus se sont éteints. Les Luchonnais, les Larboustois ou les habitants de la vallée d'Oueil ont cessé de fonder des messes perpétuelles depuis près d'un siècle.

La rétraction des opérations de crédit proposées par les institutions ecclésiastiques

46Il n'y a pas que les communautés de prêtres qui se retirent des activités de crédit. Par l'effort conjugué de la législation royale et des commandements épiscopaux, les autres institutions d'Église, qui maniaient de l'argent dans la paroisse, sont contraintes de mettre également fin à leurs services financiers. C'est le cas des fabriques. Sur le versant français, les réformateurs se sont efforcés d'installer, dans chaque paroisse, une confrérie du Saint-Sacrement, qui a absorbé les anciennes sodalités. Elle joue le rôle d'un véritable tribunal des mœurs, ainsi que d'organisme de contrôle de la gestion municipale.

  • 32 F. Ané et S. Brunet, « Us et coutumes céréalières en Larboust au XIXos. : Era confraria, era mòla p (...)

47Les anciennes confréries, soumises à l'approbation de leurs statuts par l'ordinaire, se voient contraintes de réduire leurs activités, puis de disparaître, ou donc de se fondre dans les confréries du Saint-Sacrement. Malgré cela, dans les paroisses de la haute vallée de Larboust, on constate que era confraria (« la confrérie ») subsiste jusqu'à la fin du xixe siècle. Il s'agit là de l'ancienne « confrérie des Sept-Douleurs », qui, vidée de sa dimension dévotionnelle, a pu conserver l'essentiel pour les paroissiens : sa caisse de secours mutuel de blés32. Il semble bien, d'ailleurs, que le prêt de grains constituait, dans toutes ces vallées, une des activités majeures de nombre de ces sodalités.

  • 33 « Estado de los cofradias, congregaciones y hermandades de la villa de Viella en el partido à Princ (...)

48Les confréries demeurent longtemps fort nombreuses dans le Val d'Aran. En 1770, on n'en recense pas moins de 72, pour une population totale qui dépasse à peine les 5 000 habitants, répartis sur 27 paroisses. Sans chercher à distinguer les adhésions multiples, le nombre de confrères s'élève alors à 3 708 ! Cet inventaire n'est pas fortuit, le ministre Aranda entend fiscaliser ces organismes, tout en réduisant leurs dépenses « profanes ». Dans toute l'Espagne, le nombre de fêtes est jugé « inconsidéré » et les dépenses qui s'y font, « excessives »33. Deux ans plus tard, toutes les fondations qui sont destinées aux confréries sont suspendues. Malgré l'interdiction, on constate que les Aranais continuent à verser leurs pensions, mais, forts de l'appui de la législation royale, des résistances se font jour. Certains s'opposent notamment à l'inscription systématique de tous les caps de casa dans les confréries obituaires.

49Le contexte du xviiie siècle est bien celui d'une mutation du statut du clerc rural. Même si son niveau d'instruction s'améliore, il ne bénéficie plus de l'aura de sa situation sans partage de lettré. Éduqué, alors que son frère aîné restait illettré, il était le conseiller écouté de l'hereu de casa (« l'héritier de la maison »). À la mort de ce dernier, il en était l'exécuteur testamentaire. Son rôle était de même nature à l'égard des communautés d'habitants. Par sa connaissance des pratiques comptables, comme des rudiments du droit, il était le secrétaire des assemblées, le syndic, le témoin et l'arbitre privilégié. Au cours du xviiie siècle, le prêtre de village s'efface de la pratique notariale, ne conservant guère que la levée des testaments. Les secrétaires des diverses assemblées de la vallée deviennent des laïcs. Il en va de même des arbitres et des témoins des actes. Ainsi, on assiste à une distanciation entre la gestion des communautés d'habitants et celle des communautés de prêtres. Il faut sûrement aussi tenir compte d'une circulation plus intense du numéraire, en particulier du fait des cadets migrants, et donc de nouvelles possibilités d'obtenir du crédit.

  • 34 Le curé bigourdan Pierre Clarens, qui dispose de revenus confortables, et en particulier de substan (...)
  • 35 En Rouergue, c'est dès le xvie siècle que les prêtres-filleuls abandonnent la rente constituée au p (...)

50Au terme de cette étude, nous pouvons dégager un certain nombre d'enseignements. Retenons tout d'abord une confirmation du rôle des communautés de prêtres dans le crédit rural, déjà mis en évidence en Lavedan comme en Rouergue. Elles n'agissent pas comme des banques, mais plutôt comme des mutuelles, en rendant à leurs paroissiens un service qui leur permet également d'assurer leur existence. Le cas aranais, comme souvent, est très achevé, mais des parcours individuels de curés montagnards, témoignent, ailleurs, de comportements proches. Ainsi, analysant les activités de prêt du curé de Castelbajac en faveur de ses paroissiens, Jean-François Soulet découvre un curieux philanthrope34. Au-delà de leurs fonctions spirituelles, ces prêtres ont une utilité économique et sociale pour leurs familles et pour leurs communautés d'habitants. Ainsi, par exemple, nous constatons que ces communautés de prêtres évitent de se constituer en chapellenies ou en collégiales. Les Aranais, qui conservent le patronage actif et passif, y perdraient le contrôle de leur clergé. Il semble bien en aller de même pour les communautés de prêtres du Lavedan, du Rouergue ou du Limousin35. Comme le proposait Timothy Tackett, l'étude des systèmes bénéficiaux locaux permet donc de saisir le prêtre rural dans son environnement, et d'approcher les raisons de la pléthore cléricale de certaines régions.

51Deuxième conclusion : si les fondations de messes et le prêt à intérêt réalisé sur leur capital sont différents, loin d'être antagonistes, ils se confortent. Le cas aranais démontre même que c'est le prêt à intérêt qui soutient, et justifie donc, économiquement, les fondations de messes perpétuelles.

52Notre dernière remarque concerne la brutale décrue des fondations de messes, au cours du xviiie siècle, et vise à conforter celle déjà faite par Jean de Viguerie pour l'Anjou rural. On peut alors élargir cette réflexion à l'ensemble du territoire, et proposer l'hypothèse que le mouvement de réduction des fondations perpétuelles, décelable sur toute la France, à la fin du xviie siècle et surtout dans le premier tiers du xviiie siècle, ne s'explique pas seulement par une simple désaffection de la part des fidèles pour ce genre de suffrage. En Anjou comme en Aran, les attaques conjuguées de la monarchie administrative et des règlements ecclésiastiques retirent tout attrait à la fondation. En Anjou, c'est d'abord la création d'une insinuation onéreuse, à partir de 1703. Ensuite, c'est surtout l'Édit de décembre 1708 qui, obligeant à la perception désormais régulière et immédiate d'un droit d'amortissement, sonne le glas des fondations. Enfin, nous pouvons supposer que les offres de prêt de la part des communautés de prêtres, encore précieuses au cours du xviie siècle, sont rendues moins attractives ensuite, du fait d'une modification des conditions locales du crédit.

1. Frontière politique (depuis 1657)
2. Limites linguistiques
3. Chef-lieu et limites de diocèses (jusqu'en 1790-1805)

Notes

1 Voir : L'hostie et le denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen Age à l'époque moderne, Labor et Fides, Genève, 1991.

2 Pour toute précision complémentaire, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre thèse de doctorat : S. Brunet, Les prêtres des montagnes : Val d'Aran et diocèse de Comminges (vers 1550-vers 1750), ehess, Paris, 1997, 4 t., à paraître.

3 Les archives paroissiales sont conservées dans la vallée. Nous avons utilisé également les archives militaires du château de Vincennes (Service Historique de l'Armée de Terre), ainsi que les fonds diplomatiques français (Archives diplomatiques du Quai d'Orsay), et espagnols (Archives de Simancas).

4 N. Lemaître, « Finances des consulats et finances des paroisses dans la France du Sud-Ouest (xive-xvie s.) », L'hostie et le denier, op. cit., pp. 101-117. S. Brunet, « Gestion de fabriques et communautés montagnardes : le cas du Val d'Aran, milieu xviie-début xviiie siècle », De la charité à l'action sociale : religion et société, 118e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, 1993, Editions du cths, Paris, 1995, pp. 93-105.

5 A l'issue de dépouillements complémentaires, nous consacrerons une étude plus complète aux confréries des Pyrénées centrales.

6 Notons également l'attraction homophonique entre les termes misa, mensa, et également mensuale. Tous contribuent à la définition de l'institution, et enrichissent l'étymologie populaire, au cours du xviie siècle. C’est cependant le terme catalan taula qui s'impose dans l'Aran, alors que le mot occitan mesal, avec sa forme gasconne en mesau, caractérise le versant français des Pyrénées centrales.

7 L'étude que Jean de Viguerie a consacré aux fondations obituaires angevines nous apparaît comme rare et fondamentale (J. de Viguerie, « Les fondations et la foi du peuple chrétien. Les fondations de messes en Anjou aux xviie et xviiie siècles », Revue Historique, no 520,1976, pp. 289-320.

8 De plus, nombre de « fondations » ajoutent, transforment, remplacent, ou bien se contentent de poursuivre des services créés précédemment.

9 B. Schnapper, Les rentes au xvie siècle, Paris, 1957. N. Lemaître, Le Rouergue flamboyant. Clergé et paroisses du diocèse de Rodez (1417-1563), Cerf, Paris, 1988, pp. 282-295.

10 Juan Francisco de Gracia, Ordinaciones. Pragmática ; y Edictos Reales del valle de Arán ; hecho en el año de mil seiscientos diez y seis [...], rééd., Francisco Surià, Barcelona, 1752. Cet usage est d'ailleurs commun en ce qui concerne le paiement des dots. Seulement 1/3 est payé en monnaie. Très souvent, c'est seulement à sa mort que le bénéficiaire reçoit la somme. C'est peut-être là qu'est l'origine de la tersera part, 1/3 de la dot, qu'au début du xviiie siècle, les cadets se voient communément reconnaître, comme la part incontournable de la légitime que leur hereu de casa (héritier de la maison) doit laisser pour leurs honneurs funèbres.

11 J. Poumarède, « Associations de prêtres et sociétés de crédit dans le diocèse de Tarbes (xve-xviiie s.) », Mélanges offerts à Jean Dauvillier, Centre d'histoire juridique méridionale, Toulouse, 1979, pp. 677-694.

12 P. Goubert, « Le tragique xviie siècle », dans Histoire économique et sociale de la France, t. 2 : Des derniers temps de l'âge seigneurial aux préludes de l'âge industriel (1660-1789), sous la dir. de F. Braudel et E. Labrousse, puf, Paris, 1970, p. 344.

13 Parmi les travaux récents, on se reportera, pour la Catalogne, au numéro spécial de la revue : Recerques. Història, economia, culture, Curial Edicions Catalanes, Barcelona, no 33, s.d., « Comunitat pagesa i endeutament », ainsi qu'à l'article de Laurence Fontaine : « Espaces, usages et dynamiques de la dette dans les hautes vallées dauphinoises (xviie-xviiie s.) », Annales – Histoire, Sciences sociales, 49e année, no 6, 1994, pp. 1375-1391.

14 Au sujet de l'organisation des communautés d'habitants du Val d'Aran, voir : M.A. Sanllehy i Sabi, Comunitats, veins i arrendataris a la Val d'Aran (s. xvii-xviii) : dels usos comunals a la dependència economica, thèse de doctorat, université de Barcelone, 1996.

15 L. Fontaine, « Le marché contraint, la terre et la révocation de l'Édit de Nantes dans une vallée alpine », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. 38,1991, pp. 275-293.

16 Ce droit, qui protège les débiteurs, se trouve dans le recueil des privilèges d'Aran, appelé Querimonia (1313), comme aussi bien dans la charte accordée aux habitants de la vallée d'Aure, en France (1300). Ainsi, ces biens ne sont ni gagés, ni saisis.

17 « Parce qu'ils sont propres et natifs du lieu ». Cette expression est habituelle, pour justifier les accords de compensation.

18 S. Brunet, « Lies et passeries en vallée d'Aran, aux xviie et xviiie siècles », Revue de Comminges, t. 103, 1990, pp. 243-260 et 351-373.

19 En 1716, cette paroisse est composée de 36 feux, rassemblant 134 habitants.

20 Respectivement : deux individus, trois fois la communauté sacerdotale de Tredòs, deux fois la taula de Pujòlo et trois fois la chapelle de Montgarri.

21 Il s'agit généralement de legs universels. Des Aranais déclarent alors faire hereba la sua anima (« son âme héritière universelle »), léguant, en fait, tous leurs biens à la communauté de prêtres, afin de les transformer en obits.

22 À l'instar de la dîme, les pensions des censals sont portables en Val d'Aran.

23 En 1716, cette paroisse est composée de 43 feux et de 162 habitants. Tous ces censals sont contractés par des paroissiens, sauf 6 par l'universitat (ou communauté d'habitants), 3 par des habitants de Tredòs et 3 par des habitants de Unha, dans le même terçon.

24 En 1716, Arties a 63 feux, correspondant à 282 habitants.

25 J.-F. Soulet, « A propos de l'endettement rural au xviiie s. : deux communautés du piémont pyrénéen », Annales du Midi, no 111, 1973, pp. 29-50.

26 E. Claverie et P. Lamaison, L'impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie et xixe siècles, Hachette, Paris, 1982, pp. 114 et suiv.

27 La communauté sacerdotale de la paroisse de Bagergue (31 feux en 1716), en 1694, ne reçoit que 62 paiements, de 34 contribuables différents, soit une moyenne de 4 livres 17 sols et 5 deniers par feu. A Casau (20 feux environ), en 1751, il s'agit de 118 paiements, pour un capital de 3 400 livres. Enfin, à Vilamòs (129 habitants en 1787), 85 paiements assurent un revenu de 218 livres 17 sols, en 1798.

28 Mathieu Tajan nous offre un bon exemple de ces stratégies de pouvoir des maisons, dans la vallée voisine de Larboust, et au xviiie siècle : M. Tajan, « Vivre en montagne », dans La montagne vue par les montagnards. Haut-Comminges et Val d'Aran (fin xviie-xxe siècle), compte rendu de recherche effectuée avec le soutien de la Mission du patrimoine ethnologique, sous la direction de S. Brunet, cnrs – umr 5591, Toulouse, 1997, pp. 19-72.

29 N. Lemaître, « Les communautés de "prêtres-filleuls" dans le Rouergue d'Ancien Régime », Ricerche di storia sociale e religiosa, A. XVII, no 34, nouv. série, 1988.

30 Voir la synthèse de Maurice Bordes : « Les communautés villageoises des provinces méridionales à l'époque moderne », Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Age aux Temps modernes, 4o Journées internationales d'histoire de Flaran, Auch, 1984, pp. 143-164.

31 S. Brunet, « Prêtres, familles et communautés montagnardes : le cas du Val d'Aran (xvie-xviiie s.) », Solidaritats pageses, sindicalisme i cooperativisme, Segones Jornades sobre Sistemes agraris, organització social i poder local als Països Catalans, Alguaire, 13, 14 i 15 març 1997, Institut d'Estudis Ilerdencs, Lleida (à paraître).

32 F. Ané et S. Brunet, « Us et coutumes céréalières en Larboust au XIXos. : Era confraria, era mòla particuliera », Revue de Comminges, t. 94, 1981, pp. 635-645.

33 « Estado de los cofradias, congregaciones y hermandades de la villa de Viella en el partido à Principado de Cataluña », 4 janvier 1771 (Archivo Historico Nacional, Leg. 7106. 65).

34 Le curé bigourdan Pierre Clarens, qui dispose de revenus confortables, et en particulier de substantielles parts de dîme, prête du blé et de l'argent pour de modestes profits, voire pour aucun. De 1740 à 1774, le montant prêté à ses paroissiens et à leurs voisins s'élève à 14 000 livres (J.-F. Soulet, op. cit.) Elisabeth Claverie et Pierre Lamaison sont plus sévères à l'égard de l'activité de prêteur du prieur curé de St-Hilaire

35 En Rouergue, c'est dès le xvie siècle que les prêtres-filleuls abandonnent la rente constituée au profit de la vente à réméré. Cette dernière n'est pas perpétuelle, mais fixée à trois ans. Cependant, au lieu de l'utiliser pour capter des biens-fonds, les prêtres assouplissent sa pratique afin de garder les pensions, et de laisser la terre aux paysans. Quand le rachat est impossible, l'acte est reconduit tacitement ; les prêtres vont même jusqu'à accepter des diminutions de prix lors de rachats (N. Lemaître, op. cit.). Au sujet des prêtres « communalistes » du Limousin, voir : M. Cassan, Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530 – vers 1630), Publisud, Paris, 1996. d'Estables, en Gévaudan. Il n'hésite pas à assigner et à saisir ses débiteurs récalcitrants, mais l'intérêt qu'il exige tourne autour de 5 %, ce qui ne constitue pas de l'usure (E. CLaverie et P. Lamaison, op. cit.).

Table des illustrations

Légende 1. Frontière politique (depuis 1657)2. Limites linguistiques3. Chef-lieu et limites de diocèses (jusqu'en 1790-1805)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site