Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

La question du crédit dans les campagnes du Comtat Venaissin au début du xve siècle : enquête dans les registres notariés

Monique Zerner

Texte intégral

  • 1 Fred Menkès, « Une communauté juive en Provence : étude d'un groupe social », Le Moyen Âge, no 2 et (...)
  • 2 John Drendel s'est penché depuis sur les registres notariés de Trets et a cherché notamment à éclai (...)

1Endettement et crédit dans les campagnes provençales est un sujet qui a été peu abordé de front pour lui-même. Le sujet me semble avoir été ouvert par Fred Menkès en 1971, à partir du très riche fonds notarié de la petite ville de Trets dans la vallée de l'Arc entre les deux villes comtales de Brignoles et Aix et à proximité de Saint-Maximin, dans un article pas assez connu qui me paraît pionnier, qui portait sur la communauté juive au xive siècle étudiée en tant que groupe social et pour sa fonction dans la vie économique1. L'article est issu du nouveau courant d'histoire rurale qui amenait les historiens de la Provence à se plonger dans la très riche documentation notariée, encore très peu exploitée, sous l'impulsion de Georges Duby alors professeur à Aix-en-Provence. Après avoir vu l'évolution des familles juives (les vieilles et les nouvelles), leurs habitations qui les mettaient en relation avec les notables, leurs relations extérieures, la quasi-absence de relations avec des juifs d'Aix et de Brignoles et en revanche les liens avec des juifs de Marseille, d'Avignon et du Comtat, et après avoir mené une critique impeccable de la source notariée, Fred Menkès s'était consacré à l'activité de prêt, qui se confondait pour une part assez large avec le commerce des grains, « seul mode d'insertion de la communauté juive dans la vie économique », l'activité qui se prête le moins mal à un essai d'étude quantitative, écrivait-il. Comparant soigneusement prêts juifs et chrétiens, distinguant deux périodes, 1325-1350 où ils rivalisent, et 1350-1385 où les juifs acquièrent le monopole des petites opérations et achètent des terres, il était arrivé à définir leur fonction de « régulateurs économiques de cette partie de la société rurale qui reste en dehors des courants d'échange », dont ils constituent l'élite, et il se demandait si la situation apparemment favorable des juifs à Trets au xive siècle ne traduisait pas simplement un certain archaïsme économique et social. Sa mort prématurée a empêché Fred Menkès de poursuivre ses travaux2.

  • 3 Louis Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, t. 1 et 2, Publications de l'université de Provence, Aix (...)
  • 4 Louis Stouff a par ailleurs publié la statistique générale des actes de crédit (debitum et obligati (...)

2La forte existence de la communauté juive de Trets avait entraîné Fred Menkès à polariser son attention, dans un premier temps, sur le rôle des juifs dans l'activité de crédit. De même, la part des juifs reste Taxe principal des chapitres que Louis Stouff et Noël Coulet – en vérité, les premiers à creuser leur sillage dans la source notariée sous la direction de Georges Duby – ont consacrés au crédit dans leurs thèses sur Arles et sur Aix-en-Provence, deux villes qui entrent dans notre sujet, vu leur approche qui met en valeur les aspects ruraux, Arles « l'agroville », Aix significativement étudiée pour ses relations avec la campagne3. Louis Stouff étudie le crédit à la suite des métiers ; à partir du dépouillement exhaustif de cinq années, élargies à dix pour les propriétaires du terrier, il peut conclure que la quasi-totalité des Arlésiens avaient probablement recours à un moment ou l'autre de leur existence à l'emprunt, que les prêts d'argent étaient majoritaires et les juifs prépondérants en ce domaine4. De même, Noël Coulet distingue soigneusement la part des prêteurs juifs (majoritaires quand les sommes sont petites) de celle des prêteurs chrétiens, qui forment un groupe hétérogène, et montre comment le crédit, auquel tout le monde a recours, est largement dispensé hors de la ville, et en ceci Aix s'oppose à Arles. Il conclut que le crédit est bien avant tout l'affaire des juifs, surtout pour la masse des petits emprunteurs.

  • 5 Les juifs n'étaient peut-être pas aussi nombreux en Comtat qu'en Provence ; au début du xve siècle, (...)

3Importance du crédit dans la production et la commercialisation des grains, ou le prêt d'espèces selon le cas, ceci à tous les niveaux sociaux, et dans un contexte où les juifs jouent un rôle souvent majeur, tels sont les grands acquis des enquêtes les plus minutieuses sur la Provence au bas Moyen Age. C'est dans la suite de ces recherches, qui prennent appui sur la source notariée, que je voudrais situer l'enquête sur le crédit menée sous ma direction en Comtat Venaissin, avec cette singularité qui me paraît méthodologiquement intéressante : le hasard documentaire fait que, dans les lieux que je me suis proposée d'étudier pour bénéficier de la convergence des données notariées et cadastrales comme je m'en expliquerai ci-dessous, le prêt juif joue un rôle très faible à une exception près5.

  • 6 Voir les remarques de Louis Stouff dans l'art, cit. note 4.
  • 7 Christian Castellani, « Le rôle économique de la communauté juive de Carpentras au début du xve siè (...)
  • 8 Michel Lacave, « Crédit à la consommation et conjoncture économique : L'Isle-en-Venaissin (1460-156 (...)

4Le Comtat Venaissin dispose aussi d'une documentation notariée très riche, où le crédit constitue la majorité des actes comme en Provence – j'entends les actes des registres de brèves et non les étendues où ce type d'acte n'était pas recopié6. Deux fonds ont déjà été étudiés du point de vue du crédit. Une thèse de l'École des Chartes a été soutenue sur le crédit juif à Carpentras mais jamais publiée et seulement très partiellement résumée dans un article des Annales7. L'auteur répertorie 3.500 opérations de crédit par les juifs de 1396 à 1418 : prêts d'espèce, ventes et achats de grain et surtout d'huile d'olive, dont le commerce était leur spécialité et même leur quasi-monopole – le seul secteur où les juifs jouaient un rôle prépondérant était donc relativement marginal et concernait surtout les villages du pourtour oriental du bassin de Carpentras où la culture de l'olivier connaissait un premier développement. D'autre part, un important article a paru un peu plus tard dans les mêmes Annales sur le crédit à l'Isle-sur-Sorgue de 1460 à 1560, où les opérations de crédit, regroupées sous l'appellation « reconnaissances de dettes », qui sont autant des prêts à la consommation – grains et draps surtout – que des prêts en espèces, sont étudiées principalement à partir d'un sondage : trois années, 1460,1510 et 1560, étudiées de façon exhaustive, et la vingtaine d'années qui les encadrent chacune survolées8. L'un et l'autre article donnent une idée de la masse d'actes à dépouiller pour mener à bien une enquête sur le crédit, et montrent la difficulté à la mettre en œuvre en entier, même sur un seul site. Mais le premier article souffre de ne concerner qu'une catégorie pré-définie de prêteurs, et le second est très tardif et principalement économique et statistique. L'étude sociale du crédit reste à faire, et c'est en ce sens que l'enquête est menée actuellement.

  • 9 Monique Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre, collection de l'École française de Rome, 174,1 (...)

5Le point de départ de l'enquête que je présente ici s'ancre dans l'histoire rurale. Elle part en effet d'une confrontation de cadastres aux sources notariées, à la recherche d'actes de vente et de baux permettant de mettre en relation possession et exploitation de la terre, et de la question fort simple mais essentielle et en fin de compte rarement posée, à savoir dans quelle mesure les propriétaires n'exploitant pas eux-mêmes leurs terres dominaient d'autant mieux les paysans qu'ils faisaient travailler qu'ils leur prêtaient de l'argent ou des grains, et, plus généralement, à quel point les paysans étaient asservis sous le poids de leurs dettes. L'étude des rapports sociaux du point de vue du système foncier avait mis en évidence une certaine indépendance des cultivateurs, il fallait poursuivre l'analyse du point de vue du système financier, en analysant selon la même méthode la source notariée, en raisonnant sur les acteurs sociaux dans une démarche de type prosopographique9.

  • 10 La base de données est une application du logiciel 4D. Je remercie Jeanne Zerner qui a su comprendr (...)
  • 11 Dans l'ordre de leur parution, Emmanuel Delansay, Les juifs de Malaucène au Bas Moyen Age : aspects (...)
  • 12 Gaëlle Le Dantec, thèse en cours sur le crédit et l'endettement à Cavaillon aux xive et xve siècles

6C'est ainsi qu'a été lancée dans le cadre du Centre d'études médiévales de Nice une enquête collective sur l'ensemble des actes notariés de crédit dans les fonds où un rapport pouvait être établi avec la propriété grâce au cadastre de 1414 – en effet, le Comtat Venaissin bénéficie d'une vaste opération d'estime lancée par les trois États dans toutes les localités, dont une partie (une cinquantaine) nous est parvenue intacte. Mais seuls quelques lieux se prêtent au croisement des deux sources : Carpentras la capitale du Comtat, siège du recteur, Cavaillon une minuscule cité épiscopale, et deux bourgades très différentes, Malaucène au pied du Mont Ventoux, Valréas siège de la judicature du nord du Comtat, enfin quelques villages. Pour un travail collectif, il fallait mettre au point une grille d'interrogation permettant de systématiser l'enquête en rendant comparables les divers résultats, il fallait des bonnes volontés compétentes, et il fallait du temps. La première étape a été résolue : nous avons progressivement conçu une banque de données informatisées, telle que puissent figurer à la fois tous les éléments clefs d'un acte de crédit (date, termes, objet de l'acte, nature juridique, nom des parties et des témoins, etc.), et une analyse rédigée qui permette d'en saisir d'emblée la logique10. Les étapes suivantes sont une autre affaire, vu l'énorme investissement en travail que représente le dépouillement des séries notariées. Plusieurs travaux de maîtrise n'ont pas donné lieu à une suite, ou pas encore, mais ont débroussaillé le terrain11. Un travail de maîtrise sur le très beau fonds de Cavaillon a été poursuivi et fait l'objet maintenant d'une recherche en vue de l'obtention d'une thèse (Gaëlle Le Dantec)12.

  • 13 Journées d'étude sur crédit et notariat I, organisées les 4-5 octobre 1996 à Nice et Bordighera par (...)

7Ces travaux et particulièrement la thèse de Gaëlle Le Dantec s'inscrivent maintenant dans l'enquête comparée sur le crédit dans les régions méditerranéennes, depuis le royaume de Valence en Espagne jusqu'à l'Italie du Nord et du Centre, dont le projet s'est esquissé à l'issue des journées de Flaran entre François Menant, Jean-Louis Gaulin, Antoni Furio et moi-même, avec un premier volet sur le crédit à travers l'acte notarié qui a déjà donné lieu à deux rencontres13.

8L'enquête sur le crédit et l'endettement menée à Nice a avancé depuis la tenue du colloque de Flaran. Je ne voudrais pas déflorer des résultats qui ne m'appartiennent plus, c'est pourquoi je me contente ici de refaire le point d'une manière que je voudrais efficace sur le problème du rapport entre endettement et exploitation de la terre, tel qu'il ressort de mon étude sur la propriété en Comtat, problème qui est loin d'épuiser tous les aspects de l'endettement rural mais qui est certes au centre du sujet.

Le crédit sur les grains dans le petit village de Velleron Crédit interne au village et crédit étranger

  • 14 Voir Monique Zerner, Le cadastre... op. cit., chap. 10.

9Le modeste village de Velleron (une cinquantaine de ménages au début du xve siècle) montre l'intérêt de prolonger l'étude des rapports entre propriété et faire-valoir déduits de la confrontation des données cadastrales aux données notariés par une enquête sur le crédit : à l'automne 1408, presque la moitié des ménages du cadastre se firent prêter du grain à rendre à la fête de Marie-Madeleine, le 22 juillet, par Pons Astoaud, propriétaire sur place de labours étendus, qui était l'un des seigneurs de Velleron et le chef de l'un des plus importants lignages vassaliques du Comtat14. Fallait-il interpréter le fait comme exemplaire, typique de la domination exercée par un seigneur féodal et ses abus, signe d'un endettement généralisé ?

10Notre connaissance de Velleron est favorisée par une assez belle série de registres notariés qui couvrent la période 1370-1420, avec certes nombre de lacunes, mais avec l'avantage de nous donner pour les années où ils sont conservés tous les actes conclus sur place car le village ne comptait qu'un seul notaire – deux notaires se succédèrent pendant la période et on peut même s'en étonner pour un si petit village et y voir un signe de dynamisme. J'avais analysé les trois registres qui encadrent l'opération d'estime, et comparé ce qui se passait cet automne-là avec trois autres automnes. Depuis, une enquête générale sur Velleron a été entreprise pour une thèse sur l'ensemble du réseau relationnel au village, y compris bien entendu les liens en rapport avec le crédit (Isabelle Akoka). Le registre où se trouvent les stipulations du seigneur de Velleron à l'automne 1408 comprend une centaine d'actes pour l'année 1408 (exactement 97), 43 % sont des actes de crédit, 37 % des actes de crédit sur les grains. Les premiers résultats du dépouillement par Isabelle Akoka de l'ensemble des registres de Velleron montrent que le nombre total d'actes enregistrés en 1408 est standard, que la proportion des actes de crédit cette année-là compte parmi les plus élevées mais n'est pas unique en son genre, que cependant la proportion d'actes de crédit touchant aux grains n'est en aucune autre année aussi élevé.

  • 15 Pour plus de détails, ibid., pp. 426-429.

11Il faut savoir que les actes notariés touchant aux grains relèvent de deux grands types, des ventes de grains à crédit (où la stipulation indique la somme à payer au terme fixé), et des prêts de grains (où la stipulation indique la quantité de grains à rendre au terme fixé, causa veri et amicabilis mutui). C'est sous cette deuxième forme que Pons Astoaud avança du grain en cet automne 1408, et c'est la forme la plus fréquente à Velleron au temps des semailles. En quatre jours, les 2 et surtout 3 novembre, et les 21 et 27 novembre, il prêta du grain en quantité telle qu'il devait toucher à la Sainte-Marie-Madeleine 559 émines de froment (72 saumées 3 émines, imaginer 72 gros sacs), 44 émines de seigle et 40 émines de blés. Quinze jours plus tôt (le 18 octobre) un marchand d'Avignon était venu et avait vendu à prix fort 6 saumées de froment, soit 6 sous l'émine, à deux hommes de Velleron qui devaient les payer aux prochaines moissons. À cette occasion, une fois et une seule, Pons Astoaud vendit lui-même à crédit 2 saumées de froment, le 21 novembre, au prix très inférieur de 3,75 sous l'émine. Pons Astoaud tirait certainement les grains de sa production sur place. L'hiver précédent en effet, le même registre notarié nous apprend qu'il avait cédé à quart de fruit et pour onze ans tous ses labours du lieu à deux associés habitants du village, et leur avait avancé 228,5 émines de froment, 67 émines de seigle et 83 émines d'avoine à rendre à la mi-août. Il avait donc engrangé l'équivalent de ces grains ainsi que le quart des fruits récoltés, conformément aux termes du bail. Il n'est pas impossible qu'il ait vidé sa grange à l'automne, lui-même ne résidant pas à Velleron – du moins si l'on admet que les grains avancés aux associés un an plus tôt correspondaient à la semence et que le rendement fut faible (mettons 5 pour 1)15.

12Par le nombre des emprunts faits à l'automne, la saison 1408 se distingue fortement des autres années que le notaire permet de saisir. Cette fois, un seul marchand intervint, et peu. La récolte avait été évidemment mauvaise, mais l'occasion ne fut pas saisie par des courtiers pour profiter d'une situation de faiblesse. Malgré les premières apparences, on ne peut pas déduire de cet épisode un accablement de la population de Velleron sous le poids des dettes et sous la pression seigneuriale, mais plutôt une confirmation de la fragilité de l'économie céréalière, et peut-être l'existence d'une certaine solidarité ; il est possible en effet que la grange seigneuriale relativement bien remplie ait permis aux petits propriétaires de Velleron de se sortir sans trop de mal d'une très mauvaise année, sans faire appel au crédit étranger.

13La suite des registres notariés nous laisse entrevoir d'autres situations, peut-être plus rudes du point de vue des conditions du crédit, bien que la crise frumentaire ne paraisse pas aussi vive. Au début du printemps 1410 et au début du printemps 1411 (mais non à l'automne 1410, la saison des semailles), il y eut des distributions de grains prises en main par le parlement général de la communauté, qui se fit entre autre l'intermédiaire d'un marchand d'Avignon. De 1411 à 1416 la série des registres s'interrompt, elle reprend en 1417. À l'automne 1417 et au début de l'automne 1418, les stipulations pour des grains furent de nouveau nombreuses. Cette fois ce sont deux étrangers qui prêtent, le marchand d'Avignon et Bon Juas Tamot de Salon, juif habitant le Thor le village d'à côté, et on note des différences dans les formules notariées : les créanciers font systématiquement garantir leurs prêts, non sur l'ensemble des fruits de la prochaine récolte, mais sur la récolte spécifique de telle terre en culture (par exemple une obligation de 4 saumées de froment sur 1 gaudite specialiter et expresse cuius terre de 1 saumée). Variante : la récolte provenant de la semence avancée est partagée en trois parts, l'une allant au prêteur (il s'agit du prêteur juif du Thor). Des terres semblent visées, peut-être en présomption d'hypothèques.

14Mais, autre logique, en décembre 1410, un notable de Velleron emprunte 19 florins auprès du marchand d'Avignon et s'engage à les restituer avant les moissons, sinon à donner le blé, coupé et lié en gerbe à ses frais, provenant d'une certaine terre de 20 éminées, étant dit qu'il ajoutera ce qui manquerait en argent, ou au contraire retranchera ce qui serait en trop, autrement dit en prenant toute précaution pour empêcher une spéculation sur le cours du grain.

  • 16 Ibid., pp. 434-437 (nb : la « facherie » (affacharia) est le nom du bail à part de fruit et à court (...)

15Je serais encline à distinguer deux types de crédit sur les grains, un crédit qu'on pourrait qualifier de fonctionnel lié aux semailles, plus évident quand la récolte est mauvaise, et un crédit étranger lié aux spéculations sur le cours des grains, peut-être péniblement introduit. Le processus qui conduisait des semailles aux marchands en faisant intervenir le jeu des emprunts demande à être encore étudié ; il ne paraît pas rigide. D'une façon générale, ce village de plaine au pied du Vaucluse, entre Carpentras et L'Isle-sur-Sorgues, était rien moins qu'un village fermé. C'était le lieu de résidence d'un petit groupe aristocratique. Il avait à sa tête un parlement public qui se réunissait fréquemment et faisait enregistrer sa séance par le notaire. La communauté villageoise était endettée auprès d'une dénommée Philippa Astoaude qui habitait sur place, elle-même coseigneur et parente de Pons, épouse d'un propriétaire terrien qui baillait ses labours à très court terme. Elle prêtait des sommes d'argent importantes à un notable du village, son fermier si l'on peut s'exprimer ainsi : celui-ci et ses frères étaient assez forts pour avoir fait transformer leur « ferme » à mi-fruit en « facherie » à quart de fruit, tandis que lui-même donnait à facherie ses parcelles à deux associés nouveaux-venus au village et leur avançait le grain – c'est le même qui avait été capable de négocier l'avance faite par le marchand d'Avignon citée ci-dessus16.

16Dans les années étudiées, le notaire est sollicité pour mettre par écrit la moindre stipulation mais aussi des obligations importantes. Dans ce village où le recours au crédit paraît répandu, la source notariée nous met en face d'un écheveau complexe de relations où le crédit joue peut-être un rôle-clef – seulement peut-être-, que l'étude d'ensemble du réseau relationnel projeté par Isabelle Akoka pourrait peut-être désembrouiller.

Dans la petite cité épiscopale de Cavaillon l'emprunt chez les gros et les petits exploitants

  • 17 Ibid., chap. 9.

17Comme le terroir de Velleron, celui de la toute petite cité épiscopale de Cavaillon est tourné vers la production des grains. Avec cette grosse différence qu'ici, les bailleurs ne confient à peu près jamais toutes leurs parcelles au même cultivateur, tandis que les preneurs tiennent souvent des parcelles de différents propriétaires et se trouvent donc dans une relative indépendance, d'autant plus qu'ils possèdent généralement des biens en propre repérables au cadastre, si infimes soient-ils, qui garantissent leurs baux17. Cette indépendance du point de vue foncier n'est-elle pas contrebalancée ou atténuée par des liens d'endettement ? Plus encore qu'à propos de Velleron, dans le cas de Cavaillon, mon analyse des rapports sociaux noués autour de la propriété terrienne et son exploitation m'ont convaincue de l'intérêt d'une enquête générale sur le crédit, rendue possible grâce à la richesse du fonds notarial et au grand nombre de stipulations et d'obligations. Cette enquête, en projet en 1995, fait maintenant l'objet de la thèse de Gaëlle Le Dantec, comme je l'ai écrit plus haut. Je me bornerai donc aux cultivateurs contractant des dettes à une date assez proche du cadastre de 1414, pour questionner le rôle des emprunts dans quelques destins de cultivateurs typiques.

18Il faut signaler tout d'abord que les clauses des contrats agraires concernant la terre labourable, quand celle-ci est d'une superficie importante, impliquent en général un crédit : d'habitude en effet, à Cavaillon, le preneur achète à crédit les bêtes de labour que lui vend le donneur, qu'il remboursera en plusieurs termes échelonnés jusqu'à la dernière année du bail, et emprunte la semence de la première année. Cependant, il ne s'agit pas du crédit auquel nous nous intéressons ici, enregistré comme tel sous forme de stipulation ou d'obligation ; retenons seulement pour notre propos que des cultivateurs au statut juridique indéfinissable -les qualifier de propriétaires parce qu'ils ont des biens au cadastre n'est pas satisfaisant mais en faire des tenanciers parce que la majorité de leurs parcelles sont soumises à des cens l'est encore moins-, dans une démarche de croissance, acquièrent la propriété de leurs nouveaux moyens de production en jouant sur le crédit. Mais que signifie en revanche les stipulations et obligations qu'ils s'engagent à rembourser ?

  • 18 Ibid., pp. 380 et 394-395 : il s'agit d'Isnard Carbonelli.
  • 19 Le bail à accapte est un bail perpétuel où l'accapte représente le droit d'entrée – en ce cas 1 flo (...)

191. À propos des gros exploitants : j'attire l'attention sur des pratiques qui évoquent la vente à réméré et entraînent la diminution de propriétés dans le cadre d'une exploitation agricole. L'exemple le plus extrême : on découvre un relativement important propriétaire de Cavaillon, cultivateur ou du moins « entrepreneur de culture » car il prenait des terres en bail, vendre au prix très élevé de 120 florins l'un de ses prés et le reprendre aussitôt en location pour douze ans au prix de 12 florins par an – pour bien mesurer l'enjeu de cette affaire, il faut savoir : a) que les bons prés, tous situés dans une zone d'irrigation, étaient des parcelles de très grande valeur à Cavaillon ; b) que les labours d'une certaine importance étaient assez systématiquement donnés en facherie avec un pré du quartier irrigué, lequel était généralement cédé à mi-fruit ou éventuellement loué très cher, quelle que soit la part de fruit prélevée sur le labour18. Ou bien cet acte est maladroitement rédigé et, en fait, comme dans la vente à réméré classique, le cultivateur emprunte à un taux assez bas – 2 florins par an pour un pré de 10 éminées comme celui-ci n'est pas un prix élevé -et récupérera son pré. Ou bien les conditions nous paraissent particulièrement drastiques. Aussi bien, l'acheteur est le plus important notaire de la ville, possède beaucoup de terres, prête souvent des grains ou de l'argent et s'intéresse aussi à la rente : ainsi, on le voit acheter un cens de 8 émines de froment sur une terre au prix de 35 florins – qu'on peut considérer comme une rente constituée, bien que l'acte se présente comme une concession de terre en accapte19.

  • 20 Ibid., pp. 381 et 395-397 : il s'agit de Siffrein Peyronelli.

20Le vendeur de ce cens nous est bien connu lui aussi20. Propriétaire d'une superficie non négligeable mais avec quelques parcelles lourdement chargées de cens, peut-être aussi récemment institués que pour la terre évoquée ci-dessus, inscrite au cadastre avec le cens, preneur d'une terre labourable pour une saison dans de mauvaises conditions (il se fait avancer la semence pour cette terre et quatre autres terres qui lui sont propres, contre le tiers des fruits de l'ensemble de la récolte), il est en difficulté pour une somme importante qu'il doit aux frères mineurs de Saint-Louis de Marseille en tant que légataire universel d'un parent mort là-bas, il est aussi en litige pour un arrachage de souches d'oliviers et de vigne qu'il n'avait pas fait, et il est obligé de vendre des parcelles. On le voit vendre une terre très précisément à réméré – 10 florins à condition de pouvoir la racheter, ce qu'il fait deux ans plus tard au prix de 11 florins (il aura donc perdu deux années de récolte et 1 florin). Grâce aux informations fournies par Gaëlle Le Dantec à partir de sa banque de données sur le crédit fondée sur l'analyse systématique de tous les registres, je peux ajouter qu'il emprunte à plusieurs reprises du froment ou de l'avoine à rembourser en espèces aux moissons.

21De telles difficultés financières « d'entreprises agricoles » d'une certaine importance, dans le contexte déprimé du début du xve siècle, au moins démographiquement parlant, posent un problème auquel l'enquête générale sur le crédit permettra d'apporter peut-être quelques éléments de réponse.

  • 21 Ibid., pp. 406-408 : il s'agit de Jean de Bonovallonis.

222. À propos des petits cultivateurs. Ils appartiennent à la masse des petits propriétaires, et comme tels, ils sollicitent moins le notaire que ceux qui brassent beaucoup d'affaires. Et pourtant, certains apparaissent fréquemment. J'en sélectionne ici un seul, que le hasard de la source notariée éclaire particulièrement bien21. Au cadastre, il est inscrit pour huit petites parcelles, toutes chargées de cens, en émines de froment, en sous, ou en parts de fruits (le tiers des fruits pour son pré). Dans les registres de différents notaires, il est noté comme preneur de baux en acccapte (deux terres acquises ainsi contre un cens respectivement de 4 et de 2,5 émines de froment), comme preneur de baux à facherie (en une année il prend ainsi de trois propriétaires différents des terres labourables au tiers et au quart des fruits, et doit peu après emprunter la semence pour le plus gros labour contre la moitié de la future récolte), et comme travailleur à la tâche (il paye des achats – un fût, un cheval, du vin – en s'engageant à certains travaux dans les vignes). Comme à l'époque des trois baux en facherie il vient de marier sa fille (1415), on peut supposer qu'il dispose d'une famille et de jeunes bras vigoureux. Quel rôle joue le crédit dans la gestion de ses affaires ?

  • 22 Ibid., voir pp. 364-372, Antoine Ruffi et ses partenaires.

23Gaëlle Le Dantec a retrouvé pas moins de vingt-sept stipulations où il est l'emprunteur, de 1401 à 1419, auprès d'une vingtaine de personnes, toujours pour des achats à crédit à l'exception d'un emprunt de 3 florins (1419), dont quinze pour des achats de grains, majoritairement aux semailles, tantôt à rendre également en grains à la moisson, plus généralement à rendre en espèces aussi à la moisson. La plus grosse somme (5 florins 10 sous 6 deniers), il la doit à première réquisition pour prix de 14 émines de froment et d'arrérages impayés au notable qui a conclu l'un des contrats de facherie avec lui et lui a concédé les deux parcelles en accapte ; mais ce même notable a aussi apporté un augment de dot à sa fille, très modeste il faut le dire (2 florins), d'ailleurs pris sur un legs du père pour les filles pauvres à marier22. Multiples sont les propriétaires pour lesquels il travaille ou dont il tient des terres, multiples et différents sont ceux qui lui font crédit, même si l'un a peut-être plus de moyens de pression. Certainement a-t-il encore beaucoup plus souvent recours au crédit qu'il n'apparaît dans les registres conservés, qui ne représentent pas plus du quart des registres réellement tenus. Mieux éclairé que bien d'autres, c'est pourquoi mon choix s'est porté sur lui, le personnage est néanmoins typique. Ce cultivateur est-il en train de s'endetter ? Au contraire est-il en train d'investir ? Comment répondre ? Sans une enquête prolongée en amont et en aval, une réponse peut-elle même être donnée avec la seule source notariée ?

24L'existence du cadastre de 1414 – où les micro-propriétaires sont massivement majoritaires – et la possibilité d'y repérer la population des registres notariés, disons en gros dans la décennie 1410-1420, est un atout précieux pour une enquête sur le crédit. Mes premiers sondages montrent une grande cohérence entre les deux sources, dans la mesure où les achats-ventes, les baux en accapte, les pactes de facherie, les locations mettent en jeu des biens et des parties (ou acteurs) qui se repèrent presque toujours au cadastre. La question, à laquelle Gaëlle Le Dantec répondra sans doute, est de savoir si dans ce type de milieu rural, les stipulations et obligations font surgir la même population que le cadastre. Si oui, ces actes pourraient impliquer en fin de compte la possibilité d'une croissance, qui serait justement marquée par l'accès à l'instrument notarié. Si non, ils feraient au contraire surgir une autre couche de la population accablée par l'endettement.

Dans la grosse bourgade de Valréas, siège de la judicature du nord du Comtat Les pratiques du crédit paraissent différentes

25La bourgade de Valréas, siège de la judicature du nord du Comtat, a laissé un fonds assez important de registres notariés aux deux derniers siècles du Moyen Age, parmi lesquels un registre remarquable pour notre sujet, un livre au format de brèves qui est en fait le livre de comptes tenu de 1401 à 1405 par l'un des notaires de la ville.

  • 23 Ibid., chap. 12.
  • 24 Monique Zerner, « Une crise de mortalité au xve siècle à travers les testaments et les rôles d'impo (...)

26Valréas, et plus généralement les villages alentour, présentent des structures agraires différentes de celles qu'on trouve au sud du Comtat au début du xve siècle. Moins de propriétés minuscules et une proportion forte de chefs de ménage installés, cotisants, mais sans terre et sans fortune (20 %). Pas de contrat de facherie, mais quelques engagements pour le labourage de telle terre en remboursement de l'achat d'un bœuf ou d'une mule, en forme d'obligation ou de pacte, conclus par des nouveaux venus dans la ville, sans terre au cadastre sauf un. Dans les années 1400-1420, il n'y avait que deux notaires en pleine activité, dont nous avons gardé une partie des registres ; l'un était un important notable, clavaire de la Chambre Apostolique (six registres, 614 actes au total), l'autre, de fortune plus modeste, a laissé neuf registres (956 actes au total), et le livre de comptes auquel je viens de faire allusion grâce auquel on sait qu'il avait à son service un clerc23. Les actes sont ici moins nombreux, l'activité des deux notaires semble assez irrégulière et leurs registres sont d'inégale épaisseur selon les années ; leur activité fut particulièrement forte en 1419-1420, année de crise, où environ soixante-dix hommes et femmes firent leur testament24.

  • 25 Muriel Picquet, Le crédit à Valréas..., cité n. 8.

271. L'ensemble des actes de crédit des vingt premières années du xve siècle (précisément 1399-1423) a été analysé dans un excellent mémoire de maîtrise25. Ils forment 25 % des actes du premier notaire, 31 % du deuxième, un tiers des actes sont des obligations, les autres sont des mandements (soit des ordres de paiement), selon une terminologie différente de celle employée par les notaires qui nous ont servi ci-dessus. Leur nombre est irrégulier, et ils sont particulièrement nombreux dans l'année de crise. De l'étude fine qui en a été faite, je retiendrai ici les conclusions sur les causes du crédit :

  • la moitié sont des prêts en espèces ;

  • l'autre moitié correspond à des achats à crédit. Les achats de grain occupent la première place (17 % des actes + 4 % formulés comme des emprunts), mais cela tient aux très nombreux achats de blé en avril et mai 1419, qui en font presque la moitié. Ce sont rarement des avances de grain, sauf en 1419 ; les acheteurs viennent des villages montagneux du pourtour, les vendeurs ou créanciers sont de Valréas. Le terme est plus souvent la Saint-Michel le 30 septembre, donc déterminé par la fin de la saison et la date des foires aux bestiaux plutôt que par la date des moissons ;

  • trois autres grands types d'achats à crédit font chacun entre 12 et 14 % des actes, les achats immobiliers et fonciers, les achats de bétail très régulièrement conclus de septembre à janvier, les achats de « produits bruts » (laine, peau, cuir, amandes, huile et toiles).

28Muriel Picquet confirme le dynamisme économique de Valréas, que j'avais cru remarquer, où le crédit est lié à l'investissement plutôt qu'à la consommation, où les créanciers sont des notables propriétaires et marchands, les débiteurs sont de toute catégorie sociale. Mais on peut se demander si la source notariée, dans le contexte de Valréas, est pertinente pour traiter de la question de l'endettement agraire. En ce qui concerne les produits agricoles et en particulier les grains, il est remarquable que les clients proviennent plutôt des villages. En ce cas en effet, la prudence commandait d'exiger de faire les frais d'un notaire, qu'en d'autres conditions peut-être on évitait.

  • 26 Monique Zerner, Le cadastre... op. cit., pp. 504-505, et L. Giansily, Le livre de comptes d'un nota (...)

292. Le livre de comptes d'Henri Balenti va dans ce sens. Il nous montre en effet des dettes qui échappent à l'enregistrement notarié. Il ne reste pas de registre de la période couverte par le livre de comptes, qui va du 1er juillet 1401 à 1405, la série des registres s'interrompt en 1399 et reprend irrégulièrement ensuite. Le livre, de même format que ses brèves, est le résultat d'une quadruple démarche de la part du notaire : a) au1er juillet 1401, il fait le compte de ce qui lui restait dû pour le prix d'environ cent cinquante instruments et quelques créances qui lui étaient propres, en tout 203 florins ; b) de cette date à l'année 1405, il note les remboursements dans la marge : 128 florins sont ainsi recouverts ; c) pendant cette même période, à la suite du compte, dans l'ordre chronologique, il note une cinquantaine d'actes environ, comme si son livre était un banal registre notarié – on pourrait en déduire que pendant ces cinq années le notaire n'a pas tenu d'autres registres ; d) mais dans le même temps, lui-même principalement, exceptionnellement des collaborateurs et en particulier son clerc, notent un peu plus d'une cinquantaine d'actes personnels en les mélangeant à ces instruments publics, dans l'ordre chronologique (prêts, pactes pour l'exploitation de ses terres, des actes très personnels comme l'engagement du maître d'école pour sa femme et ses enfants, la note encadrée de la naissance de sa fille, le licenciement de la nourrice) : bref, il esquisse un livre de raison26. Le résultat est un livre divisé en deux parties bien distinctes : a) le compte établi en juillet 1401 et des additions en marge ; b) des actes enregistrés au fur et à mesure qu'ils étaient conclus de 1401 à 1405. Le livre de compte appelle une édition critique, qui est en projet. On peut déjà faire trois constatations :

  • l'existence-même du compte prouve que le notaire faisait souvent crédit pour le travail qu'il fournissait lui-même, dans l'exercice de son « art », mais s'il tenait ses comptes, du moins n'éprouvait-il pas le besoin de se protéger en rédigeant un acte. À Valréas, le petit crédit n'entraînait donc pas forcément un enregistrement.

  • il n'y a pour ainsi dire pas d'acte de crédit parmi les instruments notariés dont le prix n'a pas été acquitté par le client de la première partie du livre : n'en déduisons pas leur inexistence, mais seulement que les obligations et les mandements étaient apparemment payés comptant – on peut supposer que « l'obligé » en faisait les frais et que la nature même de l'acte ne lui permettait pas de passer outre.

    • 27 Voir Monique Zerner, Le cadastre... op. cit., pp. 505 et 517.
    • 28 Arch. dép. de Vaucluse, 3E71/216, fo 3 : debet michi Anthonius Mirapedis tam emptionis unius saumat (...)
    • 29 Ibid., fo 11, 20 octobre 1402 : emi a Petro Batherii de Alausono duas saumatas annone..., pro quibu (...)

    le notaire pratiquait lui-même le prêt sur gage, le livre de comptes en donne deux exemples27, d'autant plus précieux que ce genre d'informations est rarissime. Les deux exemples sont complémentaires. En effet, dans un cas, il a vendu à crédit du blé en prenant en gage une marmite de cuivre en attendant le prix dû (quand il dresse ses comptes, la marmite est encore chez lui)28. Dans l'autre cas, il a avancé le prix du blé et, en attendant la marchandise, il a gardé en gage un échantillon dans une coiffe de lin fermée par trois anneaux d'argent, avec une image en argent de sainte Marie et saint Christophe – cela se passait un 20 octobre, le paysan qui venait d'un village de la montagne promettait d'apporter le blé dans les huit jours, faute de quoi il payerait les frais de transport, et le notaire ajouta une première fois que le paysan n'apporta pas toute la quantité prévue et devait donc le port, puis il rajouta le 17 mars suivant qu'il avait restitué le gage mais que le paysan lui devait encore 3 gros29.

  • 30 Henri Ballenti intitule ainsi son livre : Repertorium instrumentorum que ego Henricus Balenti notar (...)

30S'il est vrai que le notaire a noté systématiquement tous ses comptes entre 1401 et 1405, cela veut dire qu'il ne se livra à ce genre d'opération sur gage qu'une seule fois pendant ces cinq années, mais peut-être l'avait-il pratiquée un certain nombre de fois auparavant. Le prêt sur gage est-il la cause d'un certain sentiment de culpabilité, qui se dégage de l'exergue mise au début du livre de compte, écrit « au péril de son âme », dit-il30 ? De fait, la question de la place du prêt sur gage, qui par principe ne donne pas lieu à un acte notarié, reste opaque, et, de ce point de vue, la documentation de Valréas montre les limites d'une enquête sur l'endettement rural à partir de la source notariée. Mais son caractère original empêche de généraliser le cas de Valréas.

Questions

  • 31 Emmanuel Delansay, voir note 11.
  • 32 À l'époque du cadastre, il ne reste qu'une famille juive, qui gère les affaires du seigneur Eudes d (...)
  • 33 Frédéric Chartrain : « Neuf cents créances des Juifs du Buis (1327-1344). Première approche : les c (...)

31Notre source principale oriente l'enquête vers une analyse anthropologique plutôt qu'économique. L'enquête a trois défauts qu'il ne faudra pas oublier à l'heure des conclusions : elle ne permet pas d'analyse quantitative du mouvement des prêts vu la conservation aléatoire de la source, elle ne donne pas accès aux plus pauvres semble-t-il (du moins si l'on considère comme tels ceux qui laissent des gages), enfin, faute de moyens en rapport avec la masse d'archives à traiter, elle laisse de côté pour le moment des fonds notariés où peuvent se présenter des cas très différents, par exemple quand on y trouve ceux qui sont réputés spécialistes des prêts, les juifs et les lombards. On peut seulement évoquer ici un très bon mémoire de maîtrise à propos d'un épais registre datant de 1362-1363, de Malaucène, malheureusement isolé : 49 % des actes représentent des créances, les trois quarts sont au nom de juifs (Macip d'Argentières, Crescon de Rodez et sa mère) et la moitié concerne le commerce des grains31. Rien de tel dans les années 1410, ni au milieu du xve siècle32. Les actes de ce registre doivent être mis en relation avec les créances des juifs et des lombards étudiées par Frédéric Chartrain en Dauphiné pour la période qui précède, avant qu'ils ne soient chassés, en particulier celles de Buis-les-Baronnies aux limites du Comtat, non loin de Malaucène33.

32Mais rassemblons les questions qu'on peut poser à cette enquête en bonne rigueur sur l'endettement et le crédit dans les campagnes. La première question concerne le rôle joué par le notaire et ses registres. Dans quelle mesure sa présence et sa pratique, son savoir-faire, déterminent le caractère du crédit, en l'absence de spécialistes juifs ou lombards ? La manière dont varie la proportion des actes de crédit (enregistrés comme tels sous le titre de stipulations, obligations, mandements, au nom du titulaire de la créance, qu'il s'agisse de vente à crédit ou de prêt d'espèces), est à voir de près pour arriver à distinguer effets de la pratique et effets de la conjoncture. Pourra-t-on aller jusqu'à opposer Valréas à Cavaillon, le Nord du Comtat au Sud, et, plus largement, le Dauphiné à la Provence, sinon même le Nord au Midi ?

  • 34 Voir Arch. Dép. de Vaucluse, 3E38/104 et Monique Zerner, « Un notable dans un village : Maître Etie (...)
  • 35 Voir les remarques de Joseph Shatzmiller, pour une date antérieure de un siècle, et en ville : Shyl (...)

33À cette question est liée celle de l'appartenance sociale de ceux qui faisaient crédit. Il est certain que le contexte local jouait un rôle important. À Velleron le seigneur ancestral. À Cavaillon de multiples personnes du lieu et quelques-unes qui dominent (je laisse à Gaëlle Le Dantec le soin de donner les résultats de ses recherches le moment venu). À Lagnes, un village non loin de Cavaillon, d'après un registre isolé, un nouveau coseigneur, médecin et fils d'apothicaire de Carpentras qui venait d'acheter le château et la co-seigneurie, et un marchand de chevaux venu de Salon34. Ils ne sont pas forcément tous des créanciers ou « usuriers » impitoyables, mais éventuellement des prêteurs bien utiles et appréciés35. Faudra-t-il conclure à une souplesse des structures éventuellement tout à l'avantage d'acteurs sociaux tels notre Jean de Bonovallonis, ou à une difficulté paralysante pour le mouvement économique ?

34La troisième question concerne ceux qui demandent un crédit. Leur nombre n'est pas en lien direct avec le nombre d'actes et seule une analyse prosopographique rigoureuse comme celle que mène Gaëlle Le Dantec permet de poser le problème de la fréquence des recours au crédit, approcher le problème de l'endettement et de tracer les contours sociaux de la catégorie « emprunteurs ». La place importante jouée par les grains dans le crédit dénote une société agricole ; mais en l'état actuel de l'enquête, cette place n'est pas claire, elle est à la croisée de plusieurs chemins, en fonction d'histoires individuelles ou plutôt familiales dans un contexte démographique difficile, en fonction de la nécessité collective d'assurer la prochaine récolte, en fonction de spéculations marchandes.

Notes

1 Fred Menkès, « Une communauté juive en Provence : étude d'un groupe social », Le Moyen Âge, no 2 et 3-4, 1971, pp. 277-303 et 417-450. Fred Menkès est décédé le 27 décembre 1971.

2 John Drendel s'est penché depuis sur les registres notariés de Trets et a cherché notamment à éclaircir le rôle des clercs dans le crédit dans « Gens d'église et crédit dans la vallée de Trets au xive siècle », Provence historique, fasc. 175, 1994, pp. 77-88. Voir les quelques clercs prêteurs étrangers (issus de la cour comtale d'Aix ou de l'abbaye marseillaise de Saint-Victor) du début du siècle ; les clercs locaux prêteraient par l'intermédiaire des juifs, mais Fred Menkès montre bien que le prêt juif est très généralement direct.

3 Louis Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, t. 1 et 2, Publications de l'université de Provence, Aix-en-Provence, 1986 : au chapitre IV de la première partie, intitulé « Un rayonnement limité, métiers et crédit », 41 pages sur les métiers, 16 pages sur le crédit. Noël Coulet, Aix-en-Provence, espace et relations d'une capitale (milieu xive – milieu xve s.), t. 1 et 2, Publications de l'université de Provence, Aix-en-Provence, 1988 : chapitre 5 du livre II, intitulé « Un centre économique régional : 2. la diffusion du crédit », 36 pages. Les deux thèses ont été soutenues en 1979.

4 Louis Stouff a par ailleurs publié la statistique générale des actes de crédit (debitum et obligatio) dans les protocoles de onze notaires arlésiens de 1401 à 1450 : presque 9 000 actes (8 838) sur presque 30 000 (29 205), soit 30 % (de 11 % à 56 % selon les notaires), dans « Les registres des notaires d'Arles (début xive-1450), quelques problèmes posés par l'utilisation des archives notariales », Provence historique, fasc. 100, 1975, pp. 305-324.

5 Les juifs n'étaient peut-être pas aussi nombreux en Comtat qu'en Provence ; au début du xve siècle, sauf à Carpentras, ils semblent avoir été isolés – leur nombre augmente plus tard, après leur expulsion de Provence.

6 Voir les remarques de Louis Stouff dans l'art, cit. note 4.

7 Christian Castellani, « Le rôle économique de la communauté juive de Carpentras au début du xve siècle », Annales, économies, sociétés, civilisations, mai-juin 1972, pp. 583-611.

8 Michel Lacave, « Crédit à la consommation et conjoncture économique : L'Isle-en-Venaissin (1460-1560) », Annales, économies, sociétés, civilisations, novembre-décembre 1977, pp. 1128-1153.

9 Monique Zerner, Le cadastre, le pouvoir et la terre, collection de l'École française de Rome, 174,1993, 3e partie, « Derrière le texte, des pratiques ».

10 La base de données est une application du logiciel 4D. Je remercie Jeanne Zerner qui a su comprendre nos questions d'historiens pour mettre au point à notre usage, il y a trois ans, un système de saisie clair et souple, susceptible d'aménagements, qui continue à fonctionner parfaitement. Cf M. Zerner, I. Akoka, R. Michelis et J. Zerner, « Les sources notariées en Provence et dans le Comtat Venaissin aux xive et xve siècles : création d'une banque de données (problématique générale, critères de conception, modèles et évolution vers un paradigme de traitement des sources notariées) », Cahiers de la Méditerranée, histoire et informatique, Actes du iie Colloque national de l'Association française pour l'histoire et l'informatique, Nice, 12-13 juin 1995, no 53, décembre 1996, pp. 75-88.

11 Dans l'ordre de leur parution, Emmanuel Delansay, Les juifs de Malaucène au Bas Moyen Age : aspects socio-économiques, Mémoire de maîtrise, Nice, 1990. Magali Chauvin, Oppède, la société, l'économie, les hommes au tournant du xve siècle, Mémoire de maîtrise, Nice, 1991. Loïc Giansily, Le livre de comptes d'un notaire médiéval : étude du livre de comptes de maître Henri Baient de Valréas en Comtat Venaissin (1401-1405), Mémoire de maîtrise, Nice, 1991. Muriel Picquet, Le crédit à Valréas en Comtat Venaissin au début du xve siècle, étude des actes de crédit présents dans les registres de brèves de deux notaires : maître Henri Balenti et maître Guillaume de Pomeriis, 1399-1423, Mémoire de maîtrise, Nice, 1994.

12 Gaëlle Le Dantec, thèse en cours sur le crédit et l'endettement à Cavaillon aux xive et xve siècles.

13 Journées d'étude sur crédit et notariat I, organisées les 4-5 octobre 1996 à Nice et Bordighera par l'umr 9967 de l'Université Louis Lumière-Lyon II et l'ura 1561 du Centre d'études médiévales de Nice, sous la direction de J.-L. Gaulin, Fr. Menant et M. Zerner. Journées d’étude sur crédit et notariat II, organisées à Lyon les 4-5 décembre 1997 par les universités de Turin (Renato Bordone) et Lyon II (J.-L. Gaulin, Fr. Menant, J.-L. Gaulin, programme « Galilée »).

14 Voir Monique Zerner, Le cadastre... op. cit., chap. 10.

15 Pour plus de détails, ibid., pp. 426-429.

16 Ibid., pp. 434-437 (nb : la « facherie » (affacharia) est le nom du bail à part de fruit et à court ou moyen terme en Provence et en Comtat).

17 Ibid., chap. 9.

18 Ibid., pp. 380 et 394-395 : il s'agit d'Isnard Carbonelli.

19 Le bail à accapte est un bail perpétuel où l'accapte représente le droit d'entrée – en ce cas 1 florin.

20 Ibid., pp. 381 et 395-397 : il s'agit de Siffrein Peyronelli.

21 Ibid., pp. 406-408 : il s'agit de Jean de Bonovallonis.

22 Ibid., voir pp. 364-372, Antoine Ruffi et ses partenaires.

23 Ibid., chap. 12.

24 Monique Zerner, « Une crise de mortalité au xve siècle à travers les testaments et les rôles d'imposition », Annales, économies, sociétés, civilisations, mai-juin 1979, pp. 566-589.

25 Muriel Picquet, Le crédit à Valréas..., cité n. 8.

26 Monique Zerner, Le cadastre... op. cit., pp. 504-505, et L. Giansily, Le livre de comptes d'un notaire..., cité n. 8.

27 Voir Monique Zerner, Le cadastre... op. cit., pp. 505 et 517.

28 Arch. dép. de Vaucluse, 3E71/216, fo 3 : debet michi Anthonius Mirapedis tam emptionis unius saumate bladi viginti grossos, habeo in pignore unam ollam cupri.

29 Ibid., fo 11, 20 octobre 1402 : emi a Petro Batherii de Alausono duas saumatas annone..., pro quibus realiter sibi solvi tres florinos et quatuor grossos et ipse promisit et juravit easdem michi solvere a die crastina in octo diebus in loco Valreaci et si eas mittam quesitum, ipse debet michi solvere portum et laborem, que Petrus tradidit michi mostram in una calota linea ligatam unacum tribus annulis argenti et una ymagia Beate Marie et Sancti Christofori de argento. Au pied de la note : habui XVII eminatas quas misi quesitum, debet portum. À la ligne d'en-dessous : die XVII mardi restitui sibi pignora, restat michi debens III grossos solvendis ab hodie in octo diebus. Il faut savoir que la saumée était comptée à onze émines à la mesure de Valréas (et non huit selon l'usage général), autrement dit que le paysan n'avait pas fourni tout le blé vendu, mais seulement 17 émines sur 22, d'où probablement un remboursement en argent.

30 Henri Ballenti intitule ainsi son livre : Repertorium instrumentorum que ego Henricus Balenti notarius habitator Valreaci, tant de notis meis propriis quant michi collatis, habeo grossatoram, et de quibus periculo anime mee pecunia seu salaria michi debentur per illos quorum sunt, et quod solverunt est scriptum in pede nominum ipsorum, anno 1401 et de mense jullii, et alia debita que michi debentur.

31 Emmanuel Delansay, voir note 11.

32 À l'époque du cadastre, il ne reste qu'une famille juive, qui gère les affaires du seigneur Eudes de Villars (voir M. Zerner, op. cit., chap. 11, p. 471), perpétuant une tradition représentée en 1363 par une famille juive qui ne se mêlait pas de crédit.

33 Frédéric Chartrain : « Neuf cents créances des Juifs du Buis (1327-1344). Première approche : les créanciers », Les Juifs dans la Méditerranée médiévale et moderne, Actes des journées d'étude de Nice, 25-26 mai 1983, Nice, 1986, pp. 11-24. Le Dauphiné était alors marqué par la présence de communautés juives et lombardes ; voir aussi du même auteur, « Le point de non-retour. L'endettement de deux communautés rurales dauphinoises envers les prêteurs lombards et juifs et l'intervention delphinale (1342) », Cahiers d'histoire, t. XXXIV, 1989, no 1, pp. 3-27.

34 Voir Arch. Dép. de Vaucluse, 3E38/104 et Monique Zerner, « Un notable dans un village : Maître Etienne Bruni à Lagnes (Vaucluse) 1404-1416 », Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, 102, no 189-190, 1990, pp. 187-195.

35 Voir les remarques de Joseph Shatzmiller, pour une date antérieure de un siècle, et en ville : Shylock reconsidered, jews, moneylending, and medieval society, University of Califorma Press, Berkeley, Los Angeles, Oxford, 1990 : ou comment Bondavid juif de Marseille, accusé par un débiteur de mauvaise foi soutenant qu'il lui réclame une somme déjà payée, peut produire quatorze témoins chrétiens en sa faveur, ceci, il est vrai, un siècle plus tôt.

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.