Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

Crédit juif et solidarité villageoise dans les campagnes barcelonaises au xiiie siècle

Jordi Fernandez Cuadrench

Texte intégral

  • 1 Pour ne citer que les plus représentatives : R.W. Emery, The Jews of Perpignan in the thirteenth ce (...)

1Les études consacrées jusqu'à aujourd'hui au crédit juif sont très remarquables, spécialement dans l'aire catalane1. Leur centre d'intérêt, cependant, a toujours concerné les créanciers, ce qui explique que les questions relatives à la situation socio-économique des débiteurs et celle de leur lien avec leurs garants aient été négligées au profit d'autres telles que l'évolution des communautés juives et de leur rôle économique, ou les mécanismes mêmes du crédit.

  • 2 Malgré l'importance du rôle du crédit chrétien dans le développement économique des xiiie et xive s (...)

2L'objet de cette communication est l'étude de la solidarité villageoise dans le domaine du crédit juif au xiiie siècle2. Nous souhaitons montrer comment les expressions les plus authentiques de cette solidarité, l'endettement collectif et l'assignation de garants, faisaient partie d'une stratégie bien définie grâce à laquelle les hommes des campagnes barcelonaises obtenaient l'argent dont ils avaient besoin.

  • 3 Il s'agit, concrètement, de 47 constitutions de crédit, 19 remboursements de dettes, totaux ou part (...)

3Notre corpus documentaire comporte 75 contrats sur parchemin3 provenant des Archives Capitulaires de Barcelone qui permettent de connaître, totalement ou partiellement, 65 prêts consentis entre 1215 et 1299, et qui tous concernent le Vallès, vaste région s'étendant au Nord-Ouest de Barcelone.

  • 4 Il est très significatif que la monnaie utilisée dans notre documentation est toujours la monnaie d (...)

4Située dans la dépression pré-littorale catalane, entre les chaînes de montagne littorales et pré-littorales, le Vallès est, depuis une époque lointaine, un important nœud de communications. Au Moyen Âge, la fertilité et la variété de ses sols lui ont permis de bénéficier d'une économie agraire florissante, basée sur l'horticulture et la culture de la vigne et des céréales dont les productions étaient commercialisées dans des villes-marchés réputées telles que Sabadell, Terrassa, Granollers ou Sant Celoni, situées entre 20 et 50 km de Barcelone. Cependant, la proximité de la capitale catalane a favorisé le développement, au sein de l'économie du Vallès, de certains traits propres à l'économie urbaine comme, par exemple, une précoce monétarisation4.

Caractéristiques des prêts

  • 5 Archives capitulaires de Barcelone, 1-6-1575, du 17.02.1279.
  • 6 A.C.B., 1-6-2850, du 01.08.1219, et A.C.B., 1-6-1792, du 11.05.1221, respectivement.
  • 7 A.C.B., 1-6-2866, du 15.10.1274.
  • 8 A.C.B., 1-6-46, du 24.08.1290.

5Il n'est donc pas étonnant que dans la grande majorité des contrats de crédit analysés, l'objet du prêt soit une somme d'argent. On ne rencontre qu'un seul exemple de prêt en denrées, des céréales5, et deux cas où le capital versé est mixte, des poules ou du blé et des deniers6. Le montant des crédits est très variable, oscillant entre 9 sous pour le prêt le plus modique7 et 55 livres pour le plus important8, en fonction de la condition sociale et de la situation économique de chaque débiteur. On peut aussi constater que les prêts de petites quantités inférieures à 120 sous – 67,79 % du total des créances-, l'emportent largement sur ceux de montants élevés, supérieurs à 200 sous – les 32,20 % restants.

6Mais la prépondérance logique des prêts modiques dans un milieu rural comme le Vallès ne doit pas nous amener à croire que l'activité économique de tous les débiteurs était faible, dès lors que 81,94 % du capital prêté correspondent à des crédits supérieurs à 200 sous, c'est-à-dire susceptibles d'être investis dans la production. Ce fait met en évidence l'existence dans la région d'un groupe réduit et sélectionné de débiteurs constitué de paysans aisés, de commerçants et de membres de la petite noblesse, économiquement très actifs.

  • 9 Statuim que Jueus no prengan ultra vint sous per cent, e que no mesclen usura ab la sort, e aço axi (...)
  • 10 Par exemple : A.C.B., 1-6-2850, du 01.08.1219, et A.C.B., 1-6-1792, du 11.05.1221.
  • 11 En effet, bien que la loi wisigothique fixât le taux d'intérêt maximum des prêts à 12,5 % par an, o (...)
  • 12 Il s'agit des prêts qu'Ermessenda de Vilardell et ses fils, Guillem et Berenguer, ont obtenus de Bo (...)

7Quant aux taux d'intérêt annuel, les contrats respectent scupuleusement la « constitucion » donnée par Jacques Ier à Tarragone en 1224, qui fixait l'intérêt maximal que les Juifs pouvaient exiger de leurs prêts, avant et après le jour de l'échéance du crédit, à 20 % par an. Par cet acte, il interdisait aussi la pratique des intérêts composés9. En pleine période d'expansion économique, cette « constitucion » visait à abaisser le prix du loyer de l'argent qui, jusqu'alors, pouvait facilement atteindre 50 % par an10, dès lors que la législation wisigothique, qui jusqu'à cette date réglait la pratique du crédit, était restée obsolète et était depuis le xie siècle habituellement transgressée11. Après 1224, le taux d'intérêt de 20 % par an n'est dépassé qu'en trois occasions, variant entre 21,50 et 22,92 %, à cause probablement de la particularité des relations économiques entre les deux parties contractantes, qui est la même dans les trois cas12.

  • 13 A. García, op. cit., p. 251 ; et I. Ollich, op. cit., pp. 14-15.

8Il faut enfin signaler l'existence de neuf contrats qui correspondent à ce que A. García a appelé, non sans ironie des « prêts gratuits », car le capital était fourni par le prêteur « sine omni aliquo lucro ficto vel manifesto », jusqu'au terme du crédit. Mais après l'échéance le débiteur s'engageait à payer 20 % par an pour le retard dans la liquidation de la dette. L'hypothèse la plus plausible est que l'intérêt était dissimulé dans ces contrats, soit en l'ajoutant au capital à rembourser, soit en le déduisant du capital au moment où il était versé au débiteur13.

  • 14 L'explication pourrait être trouvée dans le fait que la liquidation du crédit dans les deux cas s'e (...)

9La durée formelle des contrats révèle une absolue pratique du crédit à court terme, puisque 46,92 % des prêts oscillaient entre deux et dix mois et que 48,97 % étaient négociés pour un an exactement. Le terme stipulé pour le remboursement n'est supérieur à l'année que dans deux prêts : dans un cas, un an et huit mois, et dans l'autre, exceptionnellement, quatre ans, un mois et dix-huit jours14.

10De manière générale, le calendrier agricole qui régissait la vie de la société du Vallès déterminait les moments de l'année d'extrême et moindre besoin d'argent et, par conséquent, les dates de demande et de remboursement des prêts, spécialement pour les plus modiques. En ce sens, il faut signaler que c'était durant les derniers mois de l'hiver – février et mars-, bien avant la récolte, que le besoin d'argent était le plus fort – ces deux mois concentrant 35,7 % des demandes de crédits. Par contre, le remboursement atteignait son point culminant en août, une fois terminé le battage, quand expiraient 17,30 % des contrats – 22,85 % dans les cas de crédits inférieurs à 120 sous.

11Normalement, le remboursement du capital devait être effectué en un seul paiement dont la date, comme c'était habituel au Moyen Âge, était concrètement fixée un jour de l'année qui, dans certains cas, était arrêté à partir de la concession du crédit – six mois ou un an après la rédaction du contrat – et, dans d'autres coïncidait avec un jour du mois – les calendes de mars-, une grande fête liturgique – Noël, Pâques, Toussaint – ou avec une fête de saint liée aux travaux des champs – Saint Jean en juin, Saint Félix en août, Saint Michel en septembre, Saint André en novembre.

  • 15 Par exemple, Ramon de Noguera, Arnau de Tapies et Ramon Duran, de Palautordera, s'engagent à demeur (...)
  • 16 Ainsi, au cas où ils ne rendraient pas 326 sous « de doblenc » au terme prévu, Ermessenda de Vilard (...)

12De la solvabilité et de la réputation du débiteur dépendait que le créancier, au moment de conclure l'accord, se conformait aux garanties habituelles, (le serment de respecter les termes du contrat et l'engagement par le débiteur de tous ses biens, inscrits en marge de l'acte notarié lui-même), ou bien en exigeait de supplémentaires. Dans six cas, ces garanties sont de type personnel : le débiteur promettait de rester comme otage dans la ville où résidait le créancier une fois passée la date d'expiration du prêt et jusqu'à ce que fût effective sa liquidation15. Dans cinq autres documents, les garanties sont réelles : le débiteur engageait de manière spécifique un bien immeuble ou un cens emphythéotique dont il ne pouvait disposer jusqu'au remboursement de la dette et qui, uniquement quand il ne pouvait rembourser, passait aux mains du créancier pour lui permettre de récupérer l'équivalent de la dette16.

  • 17 Ainsi par exemple, le 15.04.1292, le prêtre Jaume de Prat paie à Cresques Zarch 100 sous à titre de (...)
  • 18 Dans un seul cas, un crédit de 40 sous garanti par trois garants, l'un d'entre eux, Pere Llobet, sp (...)
  • 19 Comme l'ont observé S. Sobrequés et M. Rovira, le nombre de garants est toujours très variable et n (...)

13Cependant, la principale garantie des prêts analysés est, sans doute, l'assignation de garants (ou cautions), qui apparaît dans 80,35 % des contrats, accompagnée ou non des garanties mentionnées ci-dessus. Les garants devaient avoir d'étroits liens familiaux, amicaux ou économiques avec le débiteur, vu que chacun d'eux assumait la promesse de rembourser au créancier la totalité du capital et de l'intérêt du prêt, au cas où le débiteur ne pourrait le faire lui-même17, raison pour laquelle il prêtait serment de respecter les clauses du document et obligeait ses biens18. Leur nombre variait en fonction de multiples facteurs : la solvabilité et le nombre de débiteurs, le montant et la durée des prêts, l'apport d'autres garanties ou la condition socio-économique des garants eux-mêmes. En général, on dénombrait entre un et trois garants, mais leur nombre pouvait atteindre six ou sept19.

  • 20 Les cas les plus extrêmes sont celui d'un prêt de 1400 sous « de doblenc » contracté le 30.05.1231 (...)
  • 21 Par exemple, pour un prêt de 400 sous contracté le 13.12.1294 (A.C.B., 1-6-1913), le créancier reco (...)
  • 22 C'est le cas de Jucef, fils de Bojuda Baró, de Gérone, qui le 18.07.1256, livre à Salomó Cabrit tou (...)

14Malgré toutes ces garanties, on peut constater que la liquidation de la dette dépassait dans 18,96 % des cas la date d'échéance d'un à six ans20. Ceci ne pouvait se faire qu'avec l'assentiment du créancier, qui constatait que ce délai supplémentaire accroissait ses gains, raison pour laquelle il n'utilisait pas habituellement les mécanismes légaux dont il disposait pour obliger au remboursement à terme21. D'autre part, ce retard provoquait un nombre notable de transmissions de prêts entre les Juifs dont les gains se dissimulaient sous l'apparence de cessions gratuites22.

Les créanciers

  • 23 On a mention de deux Juifs de Vic, Vidal de Camprodon (A.C.B., 1-6-2866, du 15.10.1274) et Astruc d (...)

15Le poids économique de l'« aljama » de Barcelone, la plus ancienne et la plus importante de Catalogne, apparaît clairement dans le contrôle qu'elle exerçait sur le prêt à intérêt dans le Vallès. Parmi les 44 créanciers mentionnés dans les sources, 29 étaient des Juifs barcelonais — 65,90/o — et ils ont effectué 62,5 % des prêts. Ce qui est plus significatif encore, ils ont fourni 87,04 % du capital prêté. Par contre, les 12 créanciers locaux – 27,27 % du total – ont concédé 32,81 % des prêts, ce qui ne représente qu'une proportion de 10,85 % du capital23.

  • 24 Étaient habitants de Santa Maria de Caldes : Abraham de Caldes (A.C.B., 1-6-2850, du 01.08.1219), V (...)
  • 25 À la communauté de Granollers, déjà étudiée par D. Romano, « Judíos de Granollers (1280-1282) », Se (...)
  • 26 À Sant Celoni vivait Astruc Rabaya (A.C.B., 1-6-191, du 05.07.1284).
  • 27 Ainsi, Astruc Cap de Granollers, accorde cinq prêts à des habitants de la paroisse de Santa Maria d (...)
  • 28 Ainsi, si nous prenons comme référence le montant des derniers prêts, les dix derniers principaux c (...)
  • 29 Par exemple, le barcelonais Nisach Cap accorde, le 05.02.1248, quatre prêts de 50 sous « de doblenc (...)

16On peut constater la présence de petites communautés juives à Santa Maria de Caldes24, à Granollers25 et à Sant Celoni26, qui ne sont jamais parvenues à se constituer en « aljama », car elles ne rassemblaient pas plus de deux ou trois familles. Leurs membres, étroitement unis entre eux par des liens familiaux et probablement aussi apparentés aux Juifs de Barcelone, s'adonnaient à de petits prêts qu'ils accordaient aux habitants des villages voisins, activité qui leur assurait une certaine prospérité. Concrètement, leur existence s'explique par l'accroissement de la demande en numéraire d'une partie de la population rurale qui, par suite de la modicité du montant des prêts ou de la nécessité impérieuse de les obtenir, ne voulait ou ne pouvait se déplacer à Barcelone pour y chercher du numéraire. Ainsi, 88,23 % de leurs prêts étaient inférieurs à 120 sous, de sorte que le montant global de leur part du marché du crédit ne dépassait pas dans le Vallès 38,46 % des petits prêts27. Les Juifs barcelonais, pour leur part, contrôlaient de manière absolue les prêts supérieurs à 200 sous, avec un total de 84,21 %28 et s'ils étaient dominants dans les prêts inférieurs à 120 sous avec une proportion de 56,41 %, c'était par suite de leurs fréquents déplacements dans des villes comme Sabadell, Terrassa ou Sant Celoni, où ils contrôlaient 36,36 % de ce type de crédit29.

Les débiteurs

  • 30 Il faut noter l'absence de membres de la haute noblesse, laïque et ecclésiastique, dans notre docum (...)
  • 31 Un exemple typique est analysé par R.W. Emery dans son article « Un homme d'affaires au xiiie siècl (...)

17L'analyse de la condition des débiteurs, dans une situation aussi dynamique que celle du Vallès au xiiie siècle, présente de nombreux écueils, à cause de la difficulté d'attribuer à chaque individu une catégorie sociale et économique stable. Foncièrement, la population du Vallès se répartissait entre deux grands groupes socio-économiques30 extrêmement perméables dont les différences étaient déterminées par l'activité économique principale de leurs membres : d'un côté, les paysans qui vivaient du seul travail des champs et de l'autre, ceux que l'on peut désigner par le terme générique d'« hommes d'affaires » ; c'est-à-dire, ceux qui, issus selon toute probabilité des strates les plus aisées de la paysannerie, tiraient profit d'une conjoncture favorable pour se consacrer à tout ce qui pouvait leur rapporter des bénéfices substantiels, comme exploitation de moulins, achat-vente de rentes seigneuriales, etc, sans jamais renoncer cependant à un lien étroit avec la terre31.

  • 32 Ainsi, par exemple, tandis que Pere de Cabanes et sa femme, habitants de Santa Perpètua de Mogoda, (...)

18Les paysans représentaient 44,56 % des débiteurs, recevaient 47,59 % des crédits dont le montant n'atteignait que 19,92 % du capital prêté. Ceci est dû à la modicité des prêts qui leur étaient accordés, avec une moyenne de 80 sous et 5 deniers, 80,46 % d'entre eux étant inférieurs à 120 sous. La documentation, de fait, révèle de fortes disparités économiques entre les paysans qui disposaient de moyens suffisants pour accéder au crédit : tandis que 21,95 % de la paysannerie, les paysans aisés, concentraient 59,76 % du capital, la majorité, les 78,04 % restants, n'arrivaient qu'à 40,23 %32.

  • 33 C'est le cas des commerçants Ramon de Noguera de Palautordera, et Guillem de Ribafort, de Parets, d (...)
  • 34 Dans ces cas, la moyenne s'élève jusqu'à 560 sous et 10 deniers. Les principaux débiteurs à titre i (...)

19Les hommes d'affaires, à l'opposé, formaient un groupe économiquement plus homogène mais d'une plus grande diversité sociale, puisque leurs membres étaient commerçants, chevaliers et gros paysans. Ils n'hésitaient pas à s'endetter à plusieurs pour mener à bien des projets communs33. À cette catégorie appartenaient 55,43 % des débiteurs, qui sollicitaient 52,30 % des prêts et obtenaient 89,07 % du capital prêté. L'usage généralisé à l'époque de diversifier les investissements en des opérations nombreuses et variées, explique qu'ils aient recouru aux prêteurs juifs plus souvent et pour des sommes plus élevées que les paysans, devant la carence en numéraire de l'époque. Ainsi, la moyenne de leurs emprunts était de 294 sous et 8 deniers, ce qui est dû au fait que presque la moitié, 48,48 %, dépassait 200 sous34.

Solidarité villageoise et stratégie de crédit

20Bien qu'ils n'aient pas eu les mêmes besoins en capital ni disposé des mêmes moyens matériels pour les obtenir, les paysans comme les hommes d'affaires, dans leur stratégie d'accès au crédit, se fondaient pour une bonne part sur la solidarité villageoise, exprimée dans l'endettement collectif et l'assignation de garants.

  • 35 Dans certaines circonstances, aussi, le créancier permettait à un des débiteurs de liquider sa part (...)
  • 36 En général, quand c'était le cas pour les garants, il n'y avait pas de lien direct entre le nombre (...)

21La majeure partie des prêts, 69,23 %, ont été demandés à titre individuel, essentiellement par des hommes seuls ou par des couples ; cependant, les 30,76 % restants pèsent d'un poids indéniable et spécifique sur le marché de l'argent du Vallès. Dans ces contrats où différentes personnes décident de demander ensemble un crédit, chacun des débiteurs devait répondre de la totalité du capital et de l'intérêt du prêt, au cas où les autres seraient insolvables35. Le nombre d'emprunteurs oscillait habituellement entre deux et quatre, encore que dans quelques cas exceptionnels, il pouvait atteindre 6,7 et jusqu'à 13 personnes36.

  • 37 Ainsi, le 29.03.1268, Pere de Pinells, son fils Pere et sa fiancée, paysans aisés de Palautordera, (...)
  • 38 Par exemple, Felip de Solà, drapier de Terrassa, et son frère Arnau de Solà, qui avaient de nombreu (...)

22La famille jouait un rôle décisif dans ce type de dettes. La moitié correspondait à des emprunts faits par des pères et leurs fils, 10 % par de frères et 10 % par des grands-pères et leurs petits-fils. Ainsi pouvons-nous rencontrer des cas de figure très divers, depuis des pères et fils qui demandaient ensemble un prêt modeste destiné à réaliser quelque petite amélioration au sein de l'entreprise familiale ou à surmonter une période critique37, jusqu'à des frères qui s'endettaient afin d'obtenir en commun le capital nécessaire pour leurs opérations commerciales38.

  • 39 Ainsi, le 01.09.1248, Pere de Pradell et sa femme, de Lliçà de Vall, et Pere de Gorgues et sa femme (...)
  • 40 Par exemple, le 13.03.1245, les commerçants Ramon de Noguera, de Palautordera, et Guillem de Ribafo (...)
  • 41 A.C.B., 1-6-2091, du 06.06.1263 ; A.C.B., 1-6-1310, du 12.08.1270 ; et A.C.B., 1-6-146, du 12.06.12 (...)
  • 42 A.C.B., 1-6-1397 et A.C.B., 1-6-2420, du 02.03.1255 ; et A.C.B., 1-6-114, du 12.10.1263.

23D'autre part, les cas d'hommes d'une même paroisse ou de paroisses voisines qui s'unissaient pour obtenir un crédit, encore que minoritaires – 30 % des endettements collectifs-, sont très significatifs, puisqu'ils mettent en évidence les liens économiques étroits qui existaient entre les membres d'une ou de plusieurs communautés villageoises et qui découlaient souvent de relations d'amitié. Les paysans, par exemple, avaient l'habitude de demander de petites sommes qui étaient ensuite réparties en parts égales entre les débiteurs39. Les hommes d'affaires, de leur côté, cherchaient à obtenir conjointement des sommes considérables destinées, très probablement, à des opérations communes40. Pourtant, c'est dans l'assignation des cautions que l'importance de la solidarité villageoise comme voie d'accès au crédit en milieu rural est la plus patente. En effet, la caution, comme nous l'avons vu, était la principale garantie apportée par les débiteurs aux prêteurs juifs, de sorte qu'elle apparaît dans huit contrats sur dix, qu'il s'agisse de crédits individuels ou collectifs, de sommes modiques ou élevées, comme garantie unique ou accompagnée d'autres comme l'otage41 ou l'obligation spéciale de biens42, etc.

  • 43 Par exemple, le 11.11.1293, Guillema Cellera, de Sant Cugat del Vallès, présente comme garants, son (...)
  • 44 V. supra note 17.
  • 45 La solidité de ces liens apparaît dans la fréquence avec laquelle les débiteurs utilisaient les mêm (...)
  • 46 Ainsi, entre 1274 et 1285, Arnau de Vall, de Santa Maria de Palau-solità, garantit jusqu'à huit det (...)
  • 47 C'est le cas d'un prêt de 50 sous demandé le 12.08.1270 par Pere de Pinells, son fils Pere et sa fi (...)
  • 48 Ainsi, le 20.01.1279, dans un prêt de 840 sous, Pere de Cabanes et sa femme, de Santa Perpètua de M (...)
  • 49 Par exemple, parmi les trois garants que Felip de Solà, drapier de Terrassa, présente le 06.06.1263 (...)

24Contrairement à ce qui se produit dans les endettements collectifs, les endettements familiaux, majoritairement ceux de frères, occupent une place secondaire chez les garants et n'apparaissent que dans 9,09 % des cautions43 et souvent aux côtés d'autres personnes44. Les débiteurs recherchaient donc, parmi les membres de leur propre communauté ou de communautés voisines ceux qui, par affinités familiales ou économiques, allaient leur fournir les garanties exigées par les créanciers45. Les garants présentés par les paysans étaient habituellement d'autres paysans de niveau économique équivalent, avec lesquels assurément, ils avaient établi des relations de réciprocité46. Quelques paysans aisés, cependant, assignaient comme garants des paysans qui étaient leurs dépendants47, ou, à l'opposé, leurs propres seigneurs48. Les hommes d'affaires, quant à eux, entretenaient souvent avec leurs garants des liens économiques étroits dérivés d'opérations commerciales réalisées en commun49. On peut donc affirmer que, malgré de notables exceptions, les débiteurs recouraient généralement à des hommes de leur propre catégorie socio-économique pour garantir les prêts qu'ils demandaient.

  • 50 C'est le cas de Guillem d'Olleta, Jaume Fabre, Ferrer de Ribalta et Joan de Riba, de Palautordera, (...)
  • 51 Ainsi, Ramon de Noguera, de Palautordera, le 25.08.1253, assigne comme garants d'un prêt de 400 sou (...)

25Il faut cependant remarquer que, en quelques occasions précises, la garantie pouvait se substituer à l'endettement collectif dans l'accomplissement de ses objectifs. Dans ces cas-là, afin de pouvoir obtenir un crédit, chacun des membres d'un groupe d'hommes, aux mêmes intérêts économiques, contractait individuellement une dette d'un montant équivalent à celui que chacun de ses partenaires garantissait, au lieu de s'endetter en commun et de répartir entre eux le capital à parts égales50. Dans d'autres documents, cependant, on a l'impression que l'endettement collectif n'est autre chose que le moyen d'obtenir une responsabilité maximale des garants de la dette en cours, sans qu'ils soient formellement aux-mêmes débiteurs51.

  • 52 C'est seulement dans trois des crédits étudiés que l'on ne rencontre aucune de ces deux circonstanc (...)

26Un seul fait, finalement, met en évidence la transcendance du rôle joué par la solidarité villageoise dans l'accès au marché de l'argent du Vallès : 94,91 % des prêts accordés par des Juifs correspondent à des endettements collectifs ou sont garantis par des cautions et, parfois, par les deux52.

Conclusion

27L'analyse des documents nous montre le dynamisme de la société vallésienne, engagée totalement dans l'expansion économique qui caractérise le xiiie siècle. Étant donnée l'insuffisance de la masse monétaire en circulation, paysans et hommes d'affaires se voyaient contraints de recourir fréquemment au prêt à intérêt pratiqué par les Juifs, spécialement les membres de la riche et prospère « aljama » de Barcelone qui véritablement lubrifiaient les rouages de l'économie. Des membres d'une paysannerie nettement stratifiée agissaient de même, soit pour surmonter des situations critiques résultant de récoltes insuffisantes, soit pour consolider et améliorer leurs exploitations agricoles ; les hommes d'affaires, en revanche, cherchaient à tirer profit d'une conjoncture économique qui était favorable à ceux qui, malgré les risques, savaient sélectionner leurs investissements. Les uns et les autres, cependant, avaient besoin de la communauté pour atteindre leurs objectifs car c'était la solidarité villageoise représentée par l'endettement collectif, et particulièrement par l'assignation de garants, qui leur permettait d'obtenir le crédit.

28Cette communication n'a pas d'autre objectif que de proposer une première contribution à un sujet jusqu'à présent laissé de côté par l'historiographie catalane. Les conclusions en sont donc forcément provisoires dans l'attente des études plus vastes et exhaustives qui prendraient en compte non seulement le prêt à intérêt des Juifs mais encore les diverses formes de crédit chrétien, et qui incluraient la demande de numéraire dans la conjoncture économique qui la sécrétait.

Figure 1 : carte de stituation

Notes

1 Pour ne citer que les plus représentatives : R.W. Emery, The Jews of Perpignan in the thirteenth century, an economic study based on notarial records ; New York, 1959 ; M. Delcor, « Les Juifs de Puigcerdá au xiiie siècle », Sefarad, XXVI (1996), pp. 17-46 ; G. Nahon, « Le crédit et les Juifs dans la France du xiiie siècle », Annales ESC, XXIV (1969), no 5, pp. 1121-1148 ; I. Ollich, « Aspectes economics de l'activitat dels Jueus de Vic, segons els "Libri Iudeorum" (1266-1278) », Miscellània de Textos Medievals, 3 (1985), pp. 1-118 ; i M. Casas, « El « Liber ludeorum » de Cardona (1330-1334). Edicio i estudi », ibid., pp. 119-345.

2 Malgré l'importance du rôle du crédit chrétien dans le développement économique des xiiie et xive siècles, que mettent en évidence les travaux de J.-L. Biget, « Aspects du crédit dans l'Albigeois à la fin du xiiie siècle », Castres et Pays tarnais. Actes du XXVIe Congrès d'études régionales de la Fédération des sociétés académiques et savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Castres, 1972, pp. 1-50, et Ch. Guilleré, « Le crédit à Gérone au début du xive siècle (1321-1330) », Actas del II Coloquio de Metodología Histórica Aplicada. La documentacion Notarial y la Historia, II. Santiago de Compostela, 1984, pp. 363-379. La complexité de son analyse et l'extension limitée de la présente communication nous ont obligé à nous limiter au prêt juif, tout en sachant que les stratégies d'emprunt des débiteurs sont parfaitement applicables aux ventes à crédit et aux prêts « amicaux » pratiqués par les chrétiens.

3 Il s'agit, concrètement, de 47 constitutions de crédit, 19 remboursements de dettes, totaux ou partiels, 5 promesses d'indemnité pour garantie, 2 donations de prêts et 1 constitution de garant.

4 Il est très significatif que la monnaie utilisée dans notre documentation est toujours la monnaie de billon de Barcelone, connue successivement comme monnaie « de quatern », « de doblenc », ou « doblenca » et de « tern », en fonction de son aloi. En effet, la monnaie de Barcelone « de quatern », de 4 deniers sur 12 d'aloi (33 % d'argent), fut dévaluée en 1222 par le roi Jacques Ier, créant ainsi celle « de doblenc », de 2 deniers d'aloi (16,66 % d'argent), dont la mauvaise qualité obligea le monarque, en 1258, à la remplacer par celle, définitive, « de tern », de 3 deniers d'aloi (25 % d'argent). Étant donné que dans cette étude nous avons toujours utilisé la monnaie « de tern » comme monnaie de référence, spécialement dans le calcul des pourcentages, il faudra supposer qu'il est fait allusion à cette monnaie quand il n'y a pas de référence indiquant le contraire.

5 Archives capitulaires de Barcelone, 1-6-1575, du 17.02.1279.

6 A.C.B., 1-6-2850, du 01.08.1219, et A.C.B., 1-6-1792, du 11.05.1221, respectivement.

7 A.C.B., 1-6-2866, du 15.10.1274.

8 A.C.B., 1-6-46, du 24.08.1290.

9 Statuim que Jueus no prengan ultra vint sous per cent, e que no mesclen usura ab la sort, e aço axi en Cathalunya manam esser observat », Constitutions de Catalunya, vol. III : « De las constitucions de Catalunya superfluas etc. », « Llibre IV ; Titol VI : « De usuras e baratas », núm. 1. Sur cette question, on peut consulter A. Garcia : « Los intereseses en los préstamos de los Judios de Vich durante la primera mitad del siglo XIV », Ausa, IV (1961-1963), pp. 247-255.

10 Par exemple : A.C.B., 1-6-2850, du 01.08.1219, et A.C.B., 1-6-1792, du 11.05.1221.

11 En effet, bien que la loi wisigothique fixât le taux d'intérêt maximum des prêts à 12,5 % par an, on acceptait comme normal un taux de 25 %, atteignant dans quelques cas 50 %, comme l'a démontré P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d'une société, vol. I. Toulouse, 1975, pp. 408-409. De même, malgré sa stricte interdiction, on a des indices de la pratique de l'intérêt composé, selon G. Feliu i Montfort, « Interès compost en un document barceloni de l'any 1011 », Estudios historicos y documentas de los archivos de protocolos, VI (1978), pp. 75-83.

12 Il s'agit des prêts qu'Ermessenda de Vilardell et ses fils, Guillem et Berenguer, ont obtenus de Bonjuda et de celui que leur accorde Esther, veuve de Bonastruc Cap. L'intérêt annuel est dans le premier cas de 22,92 % (A.C.B., 1-6-3213, du 04.10.1251) ; dans le second cas de 22,34 % (A.C.B., 1-6-3043, du 02.02.1252) ; et dans le troisième cas de 21,50 % (A.C.B., 1-6-1791, du 12.02.1253). Il convient d'observer la diminution progressive de l'intérêt entre le premier contrat et le dernier.

13 A. García, op. cit., p. 251 ; et I. Ollich, op. cit., pp. 14-15.

14 L'explication pourrait être trouvée dans le fait que la liquidation du crédit dans les deux cas s'est faite de manière fractionnée : en deux paiements pour le premier (A.C.B., 1-6-1397, du 22.03.1255) et en quatre pour le second (A.C.B., 1-6-114, du 12.10.1263). Dans les deux cas, cependant, le premier paiement devait être effectué dans le courant de l'année qui suivait la rédaction des documents - 8 mois et 1 an, respectivement.

15 Par exemple, Ramon de Noguera, Arnau de Tapies et Ramon Duran, de Palautordera, s'engagent à demeurer comme otages dans Sant-Celoni, jusqu'au remboursement d'une dette de 100 sous « de doblenc »(A.C.B., 1-6-41, du 19.04.1255). Les membres de la petite noblesse, quelques gros paysans et commerçants réputés, éludaient cette obligation personnelle en se faisant remplacer comme otages. C'est le cas de Felip de Solà, drapier de Terrassa, qui s'engagea à « tenir ostatge » à Barcelone au cas où il ne rendrait pas ses 200 sous de dette (A.C.B., 1-6-2091, du 06.06.1263).

16 Ainsi, au cas où ils ne rendraient pas 326 sous « de doblenc » au terme prévu, Ermessenda de Vilardell et ses fils, Guillem et Berenguer, permettaient à Esther, veuve de Bonastruc Cap, de percevoir les cens qu'ils recevaient tous les ans sur cinq « mas », jusqu'à ce qu'elle ait touché tout le capital et l'intérêt correspondant (A.C.B., 1-6-1791, du 12.02.1253).

17 Ainsi par exemple, le 15.04.1292, le prêtre Jaume de Prat paie à Cresques Zarch 100 sous à titre de capital et 30 sous à titre de lucre, pour un prêt contracté le 27.09.1286 par Guillem de Prat, son frère, et l'épouse de celui-ci, habitants de Santa Maria de Caldes, prêt dans lequel il s'était porté garant en même temps que six autres personnes (A.C.B., 1-6-2301).

18 Dans un seul cas, un crédit de 40 sous garanti par trois garants, l'un d'entre eux, Pere Llobet, spécifie qu'il répondra seulement du paiement du tiers du capital prêté et de son intérêt (A.C.B., 1-6-3849, du 04.02.1299).

19 Comme l'ont observé S. Sobrequés et M. Rovira, le nombre de garants est toujours très variable et n'est en aucun cas en rapport arithmétique avec le montant du prêt, « Préstecs jueus a la ciutat de Barcelona en el segle XIII (1274-1294) », Miscel.lània d'homenatge a Miquel Coll i Alentorn. Barcelona, 1984, p. 278. Ainsi, tandis que Guilllem de Prat et sa femme, de Santa Maria de Caldes, ont dû présenter jusqu'à sept garants pour un prêt de 100 sous (A.C.B., 1-6-2301, du 27.09.1286), Felip de Solà, drapier de Terrassa, n'a eu besoin que d'un seul pour obtenir 590 sous (A.C.B., 1-6-146, du 12.06.1274).

20 Les cas les plus extrêmes sont celui d'un prêt de 1400 sous « de doblenc » contracté le 30.05.1231 (A.C.B., 1-6-266), qui ne fut pas liquidé avant près de quatorze ans, le 14.03.1245 (A.C.B., 1-6-1989), et celui d'un autre prêt de 1350 sous « de doblenc » du 27.02.1245, pour lequel, trente-deux ans après, le 30.06.1277, on remboursa 660 sous et l'intérêt correspondant (A.C.B., 1-6-3727).

21 Par exemple, pour un prêt de 400 sous contracté le 13.12.1294 (A.C.B., 1-6-1913), le créancier reconnaît avoir perçu l'intérêt annuel correspondant en plusieurs versements, le 11.12.1297 (A.C.B., 1-6-2704) et le 16.12.1298 (A.C.B., 1-6-2991).

22 C'est le cas de Jucef, fils de Bojuda Baró, de Gérone, qui le 18.07.1256, livre à Salomó Cabrit toutes ses parts d'une dette de 323 sous « de doblenc » (A.C.B., 1-6-3251), contractée le 02.03.1255 (A.C.B., 1-6-1397).

23 On a mention de deux Juifs de Vic, Vidal de Camprodon (A.C.B., 1-6-2866, du 15.10.1274) et Astruc de Camprodon (A.C.B., 1-6-324, du 09.07.1285) et d un Juif de Gérone, Jucef, fils de Bonjuda Baró (A.C.B., 1-6-1397, du 02.03.1255) qui opèrent une seule fois dans le Vallès.

24 Étaient habitants de Santa Maria de Caldes : Abraham de Caldes (A.C.B., 1-6-2850, du 01.08.1219), Vidal Jucef de Caldes (A.C.B., 1-6-394, du 01.09.1248), Vidal de Caldes (A.C.B., 1-6-271, du 21.08.1279 ; et A.C.B., 1-6-2378, du 21.08.1284) et Jacob de Caldes (A.C.B., 1-6-1800, du 01.03.1283).

25 À la communauté de Granollers, déjà étudiée par D. Romano, « Judíos de Granollers (1280-1282) », Sefarad, XLIII (1983), pp. 135-138, appartenaient Bonjuda Cap, fils du défunt Bonastruc Cap (A.C.B., 1-6-3213, du 04.10.1251 ; A.C.B., 1-6-3043, du 02.02.1252 ; et A.C.B., 1-6-3054, du 23.08.1256), sa mère Esther (A.C.B., 1-6-1791, du 12.02.1253), son fils Astruc Cap (A.C.B., 1-6-700, du 23.04.1263 ; A.C.B., 1-6-114, du 12.10.1263 ; A.C.B., 4-102-118, du 29.03.1268 ; A.C.B., 1-6-2770, du 22.02.1270 ; et A.C.B., 1-6-13100, du 12.08 ;1270), Isaac Cap, fils de Gracia Cap (A.C.B., 1-6-114, du 12.10.1263 ; et A.C.B., 1-6-2788, du 02.07.1282), Mosseres Cap (A.C.B., 1-6-1550, du 11.12.1292 ; et A.C.B., 1-6-2154, du 27.05.1294) et Lobell Provençal (A.C.B., 1-6-2969, du 25.06.1282).

26 À Sant Celoni vivait Astruc Rabaya (A.C.B., 1-6-191, du 05.07.1284).

27 Ainsi, Astruc Cap de Granollers, accorde cinq prêts à des habitants de la paroisse de Santa Maria de Palautordera d'une valeur de 50 et 60 sous, atteignant en une seule fois les 200 sous (V. supra, note 25).

28 Ainsi, si nous prenons comme référence le montant des derniers prêts, les dix derniers principaux créanciers sont de Barcelone :

Image 10000000000001E2000000CBE414F2C5EBC8A962.jpg

29 Par exemple, le barcelonais Nisach Cap accorde, le 05.02.1248, quatre prêts de 50 sous « de doblenc » chacun à la ville de Sant Celoni (A.C.B., 1-6-2922 ; A.C.B., 1-6-2922 ; A.C.B., 1-6-3117 ; et A.C.B., 1-6-591)

30 Il faut noter l'absence de membres de la haute noblesse, laïque et ecclésiastique, dans notre documentation. Un plus large échantillon documentaire aurait sans doute permis d'en repérer, mais il est certain aussi qu'ils recouraient au crédit juif moins que les autres groupes sociaux, probablement parce qu'ils pouvaient obtenir de l'argent liquide par d'autres moyens, comme parfois la vente temporaire de leurs rentes seigneuriales. La quasi absence de la haute noblesse se vérifie aussi dans la clientèle des créanciers juifs dans le recueil de documents de M.C. Mañé, The Jews in Barcelona 1213-1291. Regesta of Documents from the Archivo Capitular, Jerusalem, 1988.

31 Un exemple typique est analysé par R.W. Emery dans son article « Un homme d'affaires au xiiie siècle : Arnaud de Codalet, de Rivesaltes »,CERCA, 34 (Noël 1966), pp. 250-270. On rencontre au moins deux exemples nets de ce type d'hommes d'affaires dans les contrats étudiés : le premier est Ramon de Noguera, de Santa Maria de Palautordera qui possédait le mas Noguera et exploitait deux moulins dans ladite paroisse pour le monastère de San Cugat (A.C.B.,4-102-18, du 03.07.1265), alors qu'il participait activement au commerce méditerranéen, et dont la présence est attestée à Tunis au printemps 1261, concédant des prêts (A.C.B., 1-6-172, du 13.04.1261) et acceptant des commandes (A.C.B., 1-6-2612, du 16.05.1261) ; le second est le drapier Felip de Solà, de Terrassa, qui se consacrait à la ferme, généralement pour un an, des rentes de châteaux comme Eramprunyà (A.C.B., 1-6-13, du 27.05.1265), Vacarisses (A.C.B., 1-6-4303, du 27.03.1265), Rubí (A.C.B., 1-6-686, du 30.07.1267) et Montcada (A.C.B., 1-6-977, du 27.05.1270), et de villes comme Terrassa (A.C.B., 1-6-2200, du 02.05.1256, et A.C.B., 1-6-2945, du 25.06.1263) et Sabadell (A.C.B., 1-6-2123, du 07.11.1257), en même temps qu’il plaçait ses fonds dans des commandes maritimes (A.C.B., 1-6-4275, du 06.081257).

32 Ainsi, par exemple, tandis que Pere de Cabanes et sa femme, habitants de Santa Perpètua de Mogoda, obtenaient en un seul prêt 840 sous (A.C.B., 1-6-2482, du 20.01.1279), 61,53 % des prêts octroyés aux paysans étaient inférieurs à 50 sous, avec une moyenne de 29 sous et 10 deniers par prêt.

33 C'est le cas des commerçants Ramon de Noguera de Palautordera, et Guillem de Ribafort, de Parets, du chevalier Berenguer de Bell.lloc, de Cardedeu, et des paysans Vidal Venrell et Pere d'Avellanet, de Lliçà, et Guillem d'Escola, de Parets qui, ensemble avec leurs femmes et la mère du second, ont obtenu collectivement un prêt de 1350 sous « de doblenc », le 27.02.1245 (A.C.B., 1-6-2299).

34 Dans ces cas, la moyenne s'élève jusqu'à 560 sous et 10 deniers. Les principaux débiteurs à titre individuel sont :

Image 10000000000001D3000000DA444BAF57DF887EA6.jpg

35 Dans certaines circonstances, aussi, le créancier permettait à un des débiteurs de liquider sa part du prêt séparément ; c'est le cas de Llorenç de Fenosa, de Sant Julià d'Altura, qui, le 13.02.1219, rembourse à Bonastruc de Nasmia le capital et l'intérêt correspondant pour une dette de 33 sous « de quatern » qu'il avait contractée en même temps que Arnau de Rovira-Amada et Bernat de Serra (A.C.B., 1-6-2877).

36 En général, quand c'était le cas pour les garants, il n'y avait pas de lien direct entre le nombre de débiteurs et le montant des prêts. Ainsi, Bernat de Fontanet et son petit-fils Bernadó, de Polinyà, ont obtenu un crédit de 430 sous (A.C.B., 1-6-1345, du 24.04.1299), tandis que Ramon de Noguera, Arnau de Tapies Ramon Duran et leurs femmes, de Palautordera, n'ont reçu que 100 sous « de doblenc « (A.C.B., 1-6-41, du 19.04.1255). Seul le cas exceptionnel d'un groupe de 13 débiteurs pourrait avoir un rapport direct avec l'importance du prêt consenti : 1350 sous « de doblenc » (v. supra, note 33).

37 Ainsi, le 29.03.1268, Pere de Pinells, son fils Pere et sa fiancée, paysans aisés de Palautordera, ont reçu un crédit de 60 sous (A.C.B., 1-6-1310). De la même manière, le 26.01.1297, Bernat Casabó, son fils Pere et sa fiancée, de Santa Perpétua de Mogoda, ont obtenu un crédit de 30 sous (A.C.B., 1-6-1817).

38 Par exemple, Felip de Solà, drapier de Terrassa, et son frère Arnau de Solà, qui avaient de nombreux négoces en commun, avaient obtenu, avant le 26.07.1257, un crédit de 500 sous « de doblenc », sur lesquels, à cette date, ils liquidaient 100 sous de capital et 120 sous d'intérêts.

39 Ainsi, le 01.09.1248, Pere de Pradell et sa femme, de Lliçà de Vall, et Pere de Gorgues et sa femme, de Parets, ont reçu un prêt de 20 sous « de doblenc » dont un an plus tard, le 11.09.1251, les premiers ont liquidé la moitié de ce qui leur revenait (A.C.B., 1-6-394).

40 Par exemple, le 13.03.1245, les commerçants Ramon de Noguera, de Palautordera, et Guillem de Ribafort, de Parets, le chevalier Ferrer de Pertegàs, leurs femmes et la mère du second ont obtenu ensemble un crédit de 400 sous « de doblenc » (A.C.B., 1-6-2235). Dans le même sens, v. supra, note 33.

41 A.C.B., 1-6-2091, du 06.06.1263 ; A.C.B., 1-6-1310, du 12.08.1270 ; et A.C.B., 1-6-146, du 12.06.1274.

42 A.C.B., 1-6-1397 et A.C.B., 1-6-2420, du 02.03.1255 ; et A.C.B., 1-6-114, du 12.10.1263.

43 Par exemple, le 11.11.1293, Guillema Cellera, de Sant Cugat del Vallès, présente comme garants, son frère Bernat Coscoll et son neveu Pere Coscoll, tous deux tisserands et habitants de Barcelone, dans un crédit de 320 sous (A.C.B., 1-6-2523).

44 V. supra note 17.

45 La solidité de ces liens apparaît dans la fréquence avec laquelle les débiteurs utilisaient les mêmes garants dans différents prêts. C'est le cas de Bernat Ferrer de Fontanet, d'abord de Sabadell et ensuite de Polinyà, qui, entre 1292 et 1299, assigne comme garant Pere de Figueroles, tourneur de Sabadell, dans diverses dettes allant de 400 à 430 sous(A.C.B., 1-6-121, du 13.08.1292 ; A.C.B., 1-6-1913, du 13.12.1294 ; A.C.B., 1-6-2186, du 12.02.1299 ; et A.C.B., 1-6-1345, du 24.04.1299).

46 Ainsi, entre 1274 et 1285, Arnau de Vall, de Santa Maria de Palau-solità, garantit jusqu'à huit dettes de 9 à 100 sous avec le même groupe de garants, majoritairement de la même paroisse que lui : dans cinq prêts participe comme garant Guillem de Costa, dans trois Pere d'Olivera et Guillem d'Alzina, celui-ci de Santa Perpètua de Mogoda, et dans deux Pere de Ventallol, Andreu de Riera, Elisenda, veuve de Bernat de Parets et son fils Guillem (A.C.B.,1-6-2866, du 15.10.1274 ; A.C.B., 1-6-271, du 21.08.1279 ; A.C.B., 1-6-1800, du 01.03.1283 ; A.C.B., 1-6-2632, du 31.03.1283 ; A.C.B., 1-6-223, du 28.02.1284 ; A.C.B., 1-6-2378, du 21.08.1284 ; A.C.B., 1-6-350, du 28.02.1285 ; et A.C.B., 1-6.324, du 09.07.1285).

47 C'est le cas d'un prêt de 50 sous demandé le 12.08.1270 par Pere de Pinells, son fils Pere et sa fiancée, de Palautordera, qui présentèrent comme garants des paysans entretenant avec eux des relations de dépendance plus ou moins étroites : Bernat Carbonell, Arnau Gener de Pinells et sa femme, et Pere Augustí, tous de la même paroisse (A.C.B., 1-6-1310). En effet, Bernat Carbonell tenait de Pere de Pinells le mas Carbonell (A.C.B., 4-102-150, du 25.03.1297) ; Arnau Gener de Pinells et sa femme se déclaraient hommes propres de Pere de Pinelle pour le mas Belditi (A.C.B.,A.C.B., 4-102-65, du 29.11.1251) ; et Pere Augustí avait reçu en emphytéose de Pere de Pinells une terrasse de terre à Palautordera (A.C.B., 4-102-150, du 03.07.1265).

48 Ainsi, le 20.01.1279, dans un prêt de 840 sous, Pere de Cabanes et sa femme, de Santa Perpètua de Mogoda, présentèrent comme garant le chevalier Bernat de Sant Vicenç, leur seigneur, qui reçut comme garantie deux pièces de terre que les débiteurs tenaient en franc-alleu, l'une à Santa Perpètua de Mogoda et l'autre à Sant Pere de Reixac, qu'il pourrait vendre au cas où la dette ne serait pas remboursée au terme fixé et où il faudrait procéder à son paiement (A.C.B., 1-6-2482).

49 Par exemple, parmi les trois garants que Felip de Solà, drapier de Terrassa, présente le 06.06.1263, pour avaliser une dette de 200 sous (A.C.B., 1-6-2091), se trouvait Bernat de Fabrega de Terrassa, avec lequel, peu de de jours après, le 25.06.1263, il achète les rentes du château de Terrassa et de son territoire à Bernat de Provençana, bayle et procureur de Guillem de Cabrera, le tout pour une durée d'un an et un montant de 1 700 sous (A.C.B., 1-6-2945).

50 C'est le cas de Guillem d'Olleta, Jaume Fabre, Ferrer de Ribalta et Joan de Riba, de Palautordera, dont chacun, avec son épouse, contracta le 05.02.1248 auprès du prêteur Nisach Cap une dette de 50 sous « de doblenc »pour laquelle les trois autres étaient garants (v. supra, note 29).

51 Ainsi, Ramon de Noguera, de Palautordera, le 25.08.1253, assigne comme garants d'un prêt de 400 sous « de doblenc » Arnau de Tapies et Ramon Duran, de la même paroisse (A.C.B., 1-6-2238) ; deux ans plus tard, le 02.03.1255, les mêmes cautions lui garantissent une dette de 325 sous « de doblenc » (A.C.B., 1-6-1397) ; en échange, le mois suivant, le 19.04.1255, tous trois demandent ensemble un crédit de 100 sous « de doblenc » sans fournir de garant (A.C.B., 1-6-41) ; enfin, le 23.08.1256, les deux derniers interviennent à nouveau comme garants dans une dette du premier, dette s'élevant cette fois à 50 sous « de doblenc » (A.C.B., 1-6-3054).

52 C'est seulement dans trois des crédits étudiés que l'on ne rencontre aucune de ces deux circonstances. Dans un cas, la dette de 50 sous que, le 23.04.1263 Ramon de Noguera, de Palautordera, va contracter auprès d'Astruc, fils de Bonjuda Cap, la garantie réelle apportée par le débiteur, un « censal » qu'il recevait de la ville de Sant Celoni, semble être la cause (A.C.B., 1-6-700). De la même façon, les autres deux documents, un crédit de 10 sous concédé à Arnau de vall, de Palau-solità, par Cresques Zarch, le 19.01.1283 (A.C.B., 1-6-1958), et le prêt de 23 sous obtenu de Saltell Gracia par Berenguer Riba et sa femme, de Santa Perpètua de Mogoda, le 20.10.1289 (A.C.B., 1-6-68), ne présentent aucune garantie spéciale.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : carte de stituation
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.