Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

L'endettement paysan et la question du crédit dans les pays d'Empire au Moyen Âge1

Hans-Jörg Gilomen

Texte intégral

  • 1 Le texte français de cet exposé a été corrigé par Isabelle Bissegger et Laurence d'Epagnier. Je le (...)
  • 2 Hermann Heimpel, Die Vener von Gmünd und Strassburg 1162-1447, 3 vols, Gottingen 1982 (Veröffentli (...)
  • 3 Sur cette controverse, voir Hans-Jörg Gilomen, « Kirchliche Theorie und Wirtschaftspraxis. Der Str (...)

1En 1430, le fameux savant Job Vener de Strasbourg rédigeait une expertise demandée par Jean Nider, prieur du couvent dominicain de Bâle, sur la bulle Regimini universalis du pape Martin V publiée cinq ans plus tôt2. Par cette bulle, le pape avait décidé que des rentes constituées sur des biens immobiliers au prix usuel et avec droit de réméré du vendeur n'étaient pas usuraires. Cette bulle est considérée comme décisive dans la controverse concernant le caractère usuraire des rentes rachetables, qui agita les esprits dès la fin du xive siècle3.

  • 4 H. Heimpel, op. cit., note 2, pp. 1368-1371, no 34/II.
  • 5 Ibid., p. 1370 : « Et timendum est, quod in brevi ex hoc strages et commociones in populis orientu (...)

2Dans son expertise, Vener répondait aux questions précises posées par Jean Nider, mais il ajoutait aussi des considérations plus générales4 : « Mais maintenant, puisque le Saint-Siège a décidé en ce sens, cela devrait suffire à ôter ses scrupules à tout chrétien. Mais à supposer que les rentes et les intérêts, aussi ceux qui sont constitués dans des contrats nouveaux avec droit de réméré, ne soient pas suspects, mais plutôt licites, il me semble quand même – sous réserve des décisions et déclarations promulguées ou futures du Saint-Siège – qu'il serait plus utile pour la société (rei publicae) de restreindre la constitution de telles rentes quoique pas entièrement, c'est-à-dire sans discernement, mais quand même d'une certaine façon, et au moins de les interdire généralement aux simples laïcs plébéiens et rustiques (simplicibus laycis plebanis et rusticanis), s'il n'y a pas de raison particulière à l'encontre, car à cause du nombre immense de ces contrats, le commerce s'arrête, l'agriculture est désertée (agricultura deseritur) et c'est l'occasion de négligences, d'oisiveté et d'inertie, et même, si rien n'est entrepris à l'encontre, il pourrait s'ensuivre beaucoup d'inconvénients, comme nous l'avons déjà vu à Mayence et en quelques autres lieux. Et il est à craindre qu'il s'en suive bientôt meurtres et commotions des peuples parce que les terres ne peuvent plus supporter tant de charges de cens et d'intérêts »5.

  • 6 Les problèmes des villes sont soulignés par la mention de Mayence, ville qui était à ce moment là (...)
  • 7 De novorum officiorum divinorum institutione, in : Clarissimi viri Juriumque doctoris Felicis Hemm (...)
  • 8 Gustav Schmoller, « Zur Geschichte der national-ökonomischen Ansichten in Deutschland während der (...)

3Il est à remarquer que dans ce texte le problème de l'endettement par des rentes constituées ne paraît pas limité à la noblesse et à la bourgeoisie des villes6, mais que Job Vener envisageait aussi les charges qui s'en suivaient pour les paysans et pour l'agriculture. Felix Hemmerlin, chanoine zurichois et fort probablement l'homme le plus savant de la Suisse alémanique dans la première moitié du xve siècle, indiquait comme cause primordiale de la destruction du royaume de Bohème par les troubles hussites, la surcharge des terres par des redevances et des pensions, c'est-à-dire des rentes payables au clergé7. Que ce soit à tort ou à raison, n'importe : lui aussi a envisagé au xve siècle l'endettement rural comme facteur décisif d'un mécontentement profond menaçant tout ordre social. En jetant un regard si défavorable sur le crédit, ils suivirent, et dépassèrent peut-être dans l'insistance sur les conséquences néfastes pour l'ensemble social, une tradition du discours des canonistes et théologiens contre l'usure dans laquelle les tirades du réformateur Luther contre tout crédit se situeront encore8.

  • 9 Heide Wunder, « Finance in the « Economy of Old Europe » : The Example of Peasant Credit from the (...)

4La recherche historique moderne en Allemagne ne traite cette question de l'endettement paysan qu'en passant, quand bien même des contemporains aussi avisés et savants que job Vener et Felix Hemmerlin l'avaient jugé d'une telle explosibilité sociale9.

  • 10 Voir par exemple Georges Duby, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval,(...)
  • 11 Voir Hans-Jörg Gilomen, « Stadt-Land-Beziehungen in der Schweiz des Spätmittelalters », dans : Iti (...)
  • 12 De ces travaux je ne mentionne ici que Rolf Kiessling, Die Stadt und ihr Land. Umlandpolitik, Bürg (...)
  • 13 Un bon exemple est Konrad Fritze, Bürger und Bauern zur Hansezeit. Studien zu den Stadt-Land-Bezie (...)
  • 14 Günther Franz, Der deutsche Bauernkrieg, 12e éd., Darmstadt, 1984 ; Elfride Kristek, élève de Günt (...)
  • 15 Willi Alfred Bœlcke, « Entwicklung », op. cit, note 13, pp. 319-358 ; idem, « Der Agrarkredit », o (...)

5Les manuels d'histoire économique et agraire comme les monographies régionales n'abordent le crédit dans le secteur agraire que ponctuellement10. Dans les recherches récentes des historiens allemands, les travaux sur les relations entre villes et campagnes abondent11. Mais le thème des crédits urbains dans l'agriculture n'y est pas traité à fond12. Il est presque de règle que l'investissement du capital urbain dans l'agriculture soit abordé, mais seulement sous l'angle de l'économie urbaine et des intérêts des bourgeois, donc de l'acquisition de revenus, de biens-fonds et de seigneuries par les villes et leurs bourgeois13. Même dans les recherches modernes sur les causes de la Guerre des Paysans, de Günther Franz à Peter Blickle, on ne trouve que des allusions à l'endettement rural, malgré l'opinon déjà formulée en 1895 par Eberhard Gothein, qui pensait que l'endettement des paysans par des rentes constituées serait devenu critique avant cette émeute et que, dans les manifestes des paysans, la vente des rentes aurait joué un rôle beaucoup plus grand que les corvées14. Quelques rares articles spécialisés sur le thème du crédit rural mettent l'accent plutôt sur l'époque post-médiévale15.

6Dans l'Empire, la constitution de rentes a été la forme de crédit la plus importante pour toutes les couches de la société disposant de biens immobiliers. Je reviendrai sur cette forme de crédit dans la dernière partie de mon exposé. À part cette forme principale, il existait d'autres formes de crédit auxquelles les ruraux pouvaient avoir recours. Pour ne pas allonger mon texte outre mesure, je dois me limiter, pour quelques formes, à une mention succincte, pour d'autres, je dois me concentrer sur l'exemple d'une ou de plusieurs régions choisies soit à cause de leurs particularités économiques, soit à cause de l'état actuel de la recherche. Des pays ayant fait partie de l'Empire, j'exclus totalement l'Italie du Nord, traitée par d'autres participants à ce colloque, et la Bourgogne.

Le prêt juif et lombard

  • 16 Guido Kisch, The Jews in Medieval Germany. A Study of their Legal and Social Status. Chicago 1949, (...)
  • 17 Je ne m'occupe pas ici des dettes envers des Juifs que des seigneurs ont transférées sur leurs pay (...)
  • 18 Ordonnances des roys de France de la troisième race, vol. 1, Paris 1723, p. 35 ss. : « Nullus Juda (...)
  • 19 Ordonnances, op. cit., note 18, p. 36 : « Item nullus Judaeus accipiet in vadium ornamentum Eccles (...)
  • 20 Sans faire de différence entre la France et l'Empire, Jacques Heers, Le travail au Moyen Âge, 4e é (...)

7L'affirmation proférée par l'éminent savant Guido Kisch en 1949, selon laquelle il n'existerait pas jusqu'au xve siècle une seule source prouvant, ou même indiquant des dettes paysannes chez des Juifs dans l'Empire16, a de quoi surprendre des lecteurs français17. Le roi Philippe Auguste n'avait-il pas décrété en 1218 déjà : « Que nul Juif... ne pratique des prêts avec un chrétien qui travaille de ses propres mains, comme un paysan, un cordonnier, un charpentier ou autres, qui n'ont pas d'héritages ou de biens mobiliers dont ils peuvent vivre, s'ils ne travaillent pas de leurs propres mains » ?18. Des lois interdisant au Juifs de prendre en gage des socs de charrues, des animaux de labour, du blé non vanné ne furent-elles pas imposées ?19. Les choses auraient-elles été tellement différentes dans l'Empire ?20

  • 21 Stuart Jenks, « Judenverschuldung und Verfolgung von Juden im 14. Jahrhundert », dans : Vierteljah (...)
  • 22 Ibid., p. 329.
  • 23 Ibid., p. 334s.

8Stuart Jenks, en 1978 encore, s'est rallié à peu près à l'affirmation de Kisch dans un article sur les procès intentés par des Juifs contre leurs débiteurs dans les pays du prince-évêque de Würzburg en Franconie. Abstraction faite de la seule ville de Würzburg, l'endettement envers les Juifs était ici, dans la première moitié du xive siècle, un phénomène principalement rural21. D'ailleurs ces sources contredisent aussi, selon Jenks, l'opinion reçue que la plupart des prêteurs juifs de l'Empire auraient habité au xive siècle dans les villes22. La grande majorité des débiteurs impliqués dans ces procès appartenaient à la petite noblesse. Jenks n'a trouvé qu'une seule mention d'une vigneronne. Il concède qu'il faut s'attendre à un chiffre important d'inconnus, mais néanmoins il conclut que de petites gens comme des vignerons ne faisaient pas partie de la clientèle des prêteurs juifs, qui auraient d'ailleurs eu d'autres possibilités plus alléchantes de placer leur argent et qui n'auraient pas pratiqué le très petit prêt sur gage (Bagatellpfandleihgeschäft)23.

  • 24 Le petit crédit sur gage se contracte oralement. À part un mémoire du créditeur rien n'était fixé (...)
  • 25 Hans-Jörg Gilomen, « Wucher und Wirtschaft im Mittelalter », dans : Historische Zeitschrift 250,19 (...)

9J'ai de forts doutes qu'on puisse tirer ces conclusions de dossiers de procès en l'absence d'autres sources, notamment de registres de créances24. Bien entendu, il est absolument probable que de petits nobles ont formé la plus grande partie de la clientèle, et de loin. Cela concorde parfaitement avec d'autres recherches. Mais celles-là ont aussi montré qu'à part quelques financiers juifs de grande envergure qui prêtaient aux grands personnages, Juifs et Lombards pratiquaient aussi le petit prêt sur gages, et qu'à côté d'une masse de petits nobles, la clientèle rurale des prêteurs comprenait aussi des paysans dès le xive siècle au plus tard25.

  • 26 Ibid., pp. 265-301.
  • 27 Isidor Kracauer, Geschichte der Juden in Frankfurt a, M. (115 =-1824), vol. 1, Frankfurt a. M. 192 (...)
  • 28 Jeanne Niquille, « Les prêteurs juifs de Morat », dans : Nouvelles étrennes Fribourgeoises 60, Fri (...)
  • 29 Michael Toch, « Geld und Kredit in einer spätmittelalterlichen Landschaft. Zu einem unbeachteten h (...)
  • 30 Ibid., 508, note 30.
  • 31 Franz Irsigler, « Juden und Lombarden am Niederrhein im 14. Jahrhundert », dans : Zur Geschichte d (...)
  • 32 Michael Toch, Geld, op. cit., note 29, p. 520. Des Juifs, qui habitaient dans des villages et de l (...)
  • 33 L'importance du crédit juif pour les paysans au xve siècle est soulignée par exemple par Clemens B (...)

10Pour de petits crédits à courte échéance, les ruraux pouvaient s'adresser aux Juifs et aux Lombards, dont les opération de crédit ne différaient guère26. Cela était connu avant Kisch déjà. Isidor Kracauer par exemple mentionnait en 1925 les débiteurs paysans des Juifs de Francfort, d'après les listes établies lors de l'amortissement des dettes par le roi Wenceslas IV en 139127. Parmi les clients des prêteurs juifs de Morat en Suisse au xive siècle, les ruraux étaient même en majorité28. Le registre d'un Juif de Straubing, en hébreu, contient un certain nombre de dettes de paysans de la basse Bavière contractées dans les années 1329 à 1332, donc dans la première moitié du xive siècle déjà29. Du même temps datent d'autres sources que je mentionnerai plus tard. À l'opposé de ce qu'on pensait avant les recherches récentes, les Juifs de Ratisbonne subvenaient au xive siècle déjà aussi aux besoins de petits débiteurs dans la campagne30. Les Juifs dans les régions du Rhin inférieur prêtaient souvent aux ruraux. Dans l'inventaire des débiteurs du prêteur juif Simon de Siegburg, dressé en 1377, on a repéré des villageois des environs des villes de Siegburg et de Deutz31. Ces exemples doivent suffire. Il pourrait bien être exact que la diffusion de très petites communautés juives au xiiie et surtout au xive siècle dans le plat pays et dans les petites villes de caractère rural de l'Empire allait de pair avec le rôle croissant des prêts dans une agriculture en difficulté, dont la petite noblesse, après les paysans, était aussi une des victimes32. Au xve siècle, le rôle du crédit juif pour les ruraux a vraisemblablement encore augmenté ; et pour cette période les opinions concordent : les Juifs ont pratiqué de plus en plus le petit prêt sur gage, là où ils n'étaient pas chassés33.

  • 34 Julius Aronius, Regesten zur Geschichte der Juden im fränkischen und deutschen Reiche bis zum Jahr (...)
  • 35 Julius Aronius, Regesten, op. cit., note 34, pp. 260-261, no 618.
  • 36 Philippe Auguste le concéda pour ses domaines dès 1218, voir Ordonnances, op. cit., note 18, pp. 3 (...)
  • 37 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 72 s.
  • 38 Ibid., p. 207, no 171.
  • 39 Franz Theobald von Rizy, Ueber Zinstaxen und Wuchergesetze, Wien 1859, p. 72s.

11Les taux des intérêts de ces prêts étaient élevés. Les maxima furent fixés par les autorités. Un privilège donné par le duc Frédéric II d'Autriche en 1244 contient la première réglementation connue pour une région de l'Empire. D'après ce document, des intérêts de 8 deniers par semaine pour une livre étaient licites, c'est-à-dire un taux de 173 1/3 %34. La confédération des villes rhénanes ne concéda en 1255 que 2 deniers par semaine, donc 43 1/3 % pour des prêts à courte échéance, de 33 1/3 % pour des prêts d'un an et plus35. Le taux de 43 1/3 %, qui suivit peut-être la pratique des Juifs français attestée avant cette date36, devint par la suite presque de règle dans les villes de l'Empire37. D'après une réponse du rabbin Meïr de Rothenburg donnée avant la fin du xiiie siècle, même les communautés juives veillaient à ce que ce taux ne fût pas dépassé38. Dans les régions moins développées de l'Est, en Autriche surtout, des taux plus élevés restaient licites : en 1277, Rodolphe de Habsbourg permit jusqu'à 174 % ; en 1338, le duc Albert II décréta un maximum de 65 %39. Les taux fixés dans les privilèges des villes n'étaient d'ailleurs applicables que pour leurs habitants ; il était tout à fait licite de pratiquer des taux plus élevés dans les affaires avec des étrangers et notamment avec des habitants ruraux.

  • 40 Le duc Albert II. d'Autriche en 1338 concéda pour des prêts d'une livre et plus des intérêts de 3 (...)
  • 41 G. Liebe, « Die rechtliche und wirtschaftliche Stellung der Juden im Mittelalter in Trier », dans  (...)
  • 42 Jeanne Niquille, Les prêteurs, op. cit., note 28, pp. 89-99, surtout p. 96.
  • 43 Voir Hans von Voltelini, « Die ältesten Pfandleihbanken und Lombardprivilegien Tirols ». Dans : Be (...)
  • 44 Aloys Schulte, Geschichte des mittelalterlichen Handels und Verkehrs zwischen Westdeutschland und (...)

12Les réglementations des taux d'intérêt montrent déjà que les sommes prêtées étaient normalement très faibles40. D'autres sources le confirment. La liste des dettes dues aux Juifs d'Oberwesel assassinés en 1338, contient 217 postes débiteurs de 18 sous jusqu'à 15 marcs41. À Morat, en Suisse, les prêts juifs s'élevaient de quelques sous à quelques écus au maximum42. De ce point de vue, comme en ce qui concerne les taux d'intérêt, le crédit lombard était tout à fait comparable43. D'après le registre des années 1356 à 1359 d'un notaire de Fribourg, en Suisse, le montant le plus élevé concédé par les Lombards atteint 144 livres, le plus faible 36 deniers seulement. La plupart des prêts se situaient à la limite inférieure44.

13Quels étaient les motifs des paysans qui s'adressaient aux prêteurs juifs et lombards ? Quelles étaient les affectations des sommes empruntées ? Etaient-elles destinées à la consommation ou à l'amélioration de la production ? Nous n'en savons presque rien. La voie est donc ouverte aux conjectures.

14Le raisonnement économique exclut – à mon sens – le recours au crédit juif ou lombard pour d'importants investissements productifs dans le secteur agraire. Ce serait un contresens économique d'investir des sommes considérables grevées d'intérêts aussi élevés – 45 voire 60 % et plus – dans un secteur d'un si faible rendement. On l'a estimé à environ 5 % en moyenne. Le gain en productivité pouvait peut-être justifier des emprunts auprès de Juifs ou de Lombards pour acquérir un animal de trait ou pour remplacer un vieil araire par une nouvelle charrue. La pure nécessité, l'impossibilité de se tirer autrement d'affaire, pouvait imposer cet expédient pour acheter des semences ou des outils nouveaux. Mais emprunter pour l'achat d'un animal d'élevage déjà, et à plus forte raison pour l'acquisition de terres, ne pouvait être envisagé à de telles conditions, parce que le gain de productivité n'aurait jamais atteint voire dépassé les frais des intérêts. La courte échéance de ces prêts – quelques semaines, presque jamais plus d'une année à ce que nous savons – et leur faible montant moyen sont d'autres traits qui s'opposent à leur emploi dans le but d'améliorer la productivité par des investissements. Il est aussi impossible que cet argent ait été utilisé pour d'autres fins à plus longue échéance : le règlement des problèmes financiers découlant du cycle familial tels des questions de succession, de dotation des filles et des veuves, de la construction de bâtiments et autres.

  • 45 Michael Toch, Geld, op. cit., note 29, p. 524 croit avoir détecté des traces indiquant que les pay (...)
  • 46 « De même il est usuel que les non-juifs empruntent de l'argent chez les Juifs pour du blé qu'ils (...)
  • 47 Bischoff, Das Pettauer Stadtrecht von 1376. Dans : Sitzungsberichte der kaiserlichen Akademie der (...)
  • 48 « Il est usuel que des non-juifs habitants dans des villages prennent de l'argent des non-juifs et (...)
  • 49 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 207, no 173, p. 236 no 245 ; voir aussi p. 1 (...)
  • 50 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 66 d'après Stobbe, Geschichte der Juden Deut (...)
  • 51 Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, p. 107. Ils furent exclus du commerce du vin par le roi (...)
  • 52 Franz Irsigler, Juden, op. cit., note 31, p. 124s. Josef Kulischer, « Warenhändler und Geldausleih (...)

15Beaucoup de ces prêts, notamment ceux qui n'étaient pas contractés au moment difficile de la soudure, mais après la récolte, ne servaient peut-être qu'à se procurer de l'argent comptant pour payer les redevances ou pour effectuer d'autres dépenses qu'on ne pouvait pas différer45. Il reste que d'autres prêts sont très probablement issus d'une impasse financière ou de l'indigence causée par la surcharge des terres ou par des événements imprévisibles, comme la faiblesse d'une récolte, des dégâts dûs à la guerre ou à d'autres sinistres. Que les Juifs aient prêté sur du blé à livrer plus tard, donc qu'ils aient pratiqué – comme d'ailleurs aussi des chrétiens – l'emptio rei speratae, est attesté par une réponse du rabbin Isaak ben Moses Or Sarua de Vienne déjà au milieu du xiiie siècle46. Dans le droit urbain de Pettau de 1376, par exemple, il fut interdit aux Juifs de prêter sur la récolte sur pied47. La vente du blé avec livraison différée est une forme de crédit auquel ont eu recours surtout des paysans en difficulté. La même réponse nous informe d'ailleurs que les intérêts de prêts des campagnards chez des Juifs et des chrétiens étaient quelquefois dissimulés par des livraisons de légumes48. Les Juifs étaient d'ailleurs engagés dans le commerce des grains, dont une part au moins leur venait de leurs débiteurs, comme le montrent d'autres réponses rabbiniques de Meïr de Rothenburg avant 1293 et d'Alexandre Süsslein Kohen, qui vécut à Erfurt, Francfort et Cologne jusqu'en 134949. S'il leur était interdit de prêter sur du froment, de l'orge, de l'avoine à Nuremberg, s'ils furent exclus du commerce des grains au Steyrmark par le duc Albert II en 1371, c'est vraisemblablement bien en relation avec cette liaison entre crédit et commerce50. La même liaison se repère en ce qui concerne le vin. En quelques régions, dans la Carinthie et au Steyrmark par exemple, on a remarqué que les Juifs ont souvent prêté sur des vignes, gages qui échouèrent entre leurs mains, et qu'ils jouèrent un rôle non négligeable dans le commerce du vin51. Dans ce commerce, on les trouve au xive siècle aussi à Augsbourg, Munich, Trèves et Francfort52.

  • 53 Bericht des Ephraim bar Jacob. Dans : Hebräische Berichte über die Judenverfolgungen wahrend der K (...)
  • 54 Julius Aronius, Regesten, op. cit., note 34, p. 65 no 154. Pour des textes du dernier quart du xie(...)
  • 55 Hermanni opusculum de sua conversione, in : Patrologia Latina 170, col. 805 et 807.
  • 56 Ces réponses furent publiées par Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, pp. 124-236. V (...)
  • 57 Voir les remarques pertinentes de Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, p. 78 s.
  • 58 Michael Toch, Geld, op. cit., note 29, p. 519. Il se réfère à Rolf Sprandel, Das mittelalterliche (...)
  • 59 Ils sont mentionnés par exemple dans Le Judenbuch du monastère de Rein en Carinthie, voir David He (...)

16Pour répondre à la question de l'affectation des sommes prêtées à des fins de consommation ou de production, il importe aussi de savoir si les crédits juifs ont été concédés sur gage, sur caution ou sur titre d'obligation ou encore sur simple inscription dans un livre de dettes. Ephraim bar Jacob de Bonn a attribué la perte des créances juives de France sous Louis VII (1137-1180) à l'usage de les concéder sans gages53. Il traitait cet usage comme une singularité des Juifs français, ce qui indique que le prêt sur gages était déjà la forme habituelle du crédit des Juifs de l'Empire. Ce prêt sur gages est d'ailleurs attesté dans l'Empire déjà dans la première moitié du xie siècle54 et il est qualifié de Judaeorum mos dans l'opuscule sur sa conversion rédigé par le convers juif Hermannus dans les années vingt du xiie siècle55. Les réponses des rabbins concernant les activités économiques des Juifs allemands des origines jusqu'en 1350 montrent à l'évidence que le crédit sur gages était d'une prédominance écrasante pas seulement entre Juifs et chrétiens, mais même entre coréligionnaires juifs56. Les règlements du crédit juif dans les droits urbains se préoccupent surtout du crédit sur gages57. À mon avis, c'est à tort que Michael Toch a qualifié d'erronée l'opinion reçue que le prêt sur gages aurait été la forme prédominante du crédit juif au xive siècle. D'après lui, cette erreur serait due au fait que cette forme avait dominé les crédits dans les relations plutôt anonymes des grandes villes et qu'elle aurait gagné du terrain à mesure qu'avançait le xve siècle58. Quoique les sources écrites sur le crédit juif n'aient pas eu de grandes chances de survie et qu'elles n'abondent donc pas, on ne doit cependant pas chercher trop loin pour trouver des évidences sûres pour des gages fournis par des paysans eux-mêmes59.

  • 60 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, pp. 5, 82, 98. Là ou l'acquisition leur était i (...)

17Bien que les possibilités pour les Juifs de l'Empire d'acquérir des biens immobiliers fussent de plus en plus restreintes, il ne fait pas de doute, que pendant tout le bas Moyen Âge ils ont pris aussi en gage des terres, des vignes et même des villages et des villes entiers, des seigneuries, des châteaux un peu partout, comme il est attesté dans les régions rhénanes, en Autriche, en Silésie, etc.60. Les dettes des paysans ont aussi fait échouer des fermes entre les mains des créanciers juifs. Dans la seule seigneurie de Piber au Steyrmark, où ils n'avaient pourtant pas le droit d'acquérir des biens-fonds, les Juifs de Voitsberg et de Graz ont ainsi obtenu au milieu du xive siècle une vingtaine de fermes, dont trois estimées à une valeur totale de 300 livres. Les abbés de St-Lambrecht réglèrent des dettes de leurs sujets pour que les biens ne tombent pas dans d'autres mains. Gerald Ganser estime que l'endettement grave explique la diminution du nombre de petites exploitations paysannes au Steyrmark. Le crédit juif, ou plutôt ses conséquences néfastes pour les débiteurs, n'ont donc ici pas eu la fonction d'aider les unités domestiques et économiques à se maintenir en place. Ce crédit a plutôt contribué à l'élimination d'exploitations trop petites et à la concentration des biens-fonds.

  • 61 Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, pp. 63 ss. et 130.
  • 62 David Herzog, Das Juden-Puech, op. cit., note 33, pp. 79-146.
  • 63 Gerald Gänser, « Strukturveränderungen im agrarischen Bereich während des 15. Jahrhunderts », dans (...)

18Des lois contre l'endettement paysan à la suite de prêts consentis par des Juifs répondaient aussi à l'intérêt des seigneurs fonciers qui craignaient de perdre le contrôle des mutations de leurs biens. Le droit du pays de Carinthie interdit en 1444 aux paysans d'engager leurs terres ou de donner des lettres d'obligation à des Juifs sans information préalable de leurs seigneurs. Pour éviter l'endettement des terres paysannes à l'insu des seigneurs, les États du Steyrmark comme ceux de la Carinthie ont créé dans la deuxième moitié du xve siècle des registres nommés Judenbuch, dans lesquels toutes les dettes entre chrétiens et Juifs devaient être enregistrées pour être valides. Ces registres sont perdus61. Mais celui d'un seigneur foncier s'est conservé. Le Judenbuch du monastère de Rein en Carinthie contient les dettes que ses paysans ont contractées auprès des Juifs62. Le fait qu'en 1494/96 les États du Steyrmark offrirent au roi Maximilien la somme de 36 000 florins pour obtenir l'expulsion des Juifs, est à voir dans la même perspective63.

  • 64 Markus J. Wenninger, Man bedarf keiner Juden mehr, Wien 1981, p. 236. Frantisek Graus, Pest - Geis (...)
  • 65 Fritsche Closeners Chronik, dans : Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhund (...)
  • 66 Albrecht Eckhardt, Die Bechtheimer Dorfordnung, op. cit., note 59, pp. 55-85. Voir aussi les docum (...)
  • 67 Günther Franz, Neue Akten, op. cit., note 66, p. 50.
  • 68 Günther Franz, Der deutsche Bauernkrieg, 12e éd., Darmstadt 1984, p. 60.

19Au bas Moyen Âge, les plaintes contre l'usure juive devenaient de plus en plus acerbes. À partir de la deuxième moitié du xive siècle, ces accusations d'usure furent souvent invoquées dans l'Empire pour justifier les expulsions des Juifs64 ; le chroniqueur Fritsche Closener de Strasbourg écrivit, à propos du pogrom de l'an 1349 dans sa ville, que ce fut leur argent qui avait tué les Juifs65. Dans la région palatine de Worms, une révolte des paysans endettés éclata en 1431, quand le roi Sigismond de Luxembourg révoqua la rémission des dettes juives qu'il avait annoncée, afin d'extorquer une somme d'argent aux Juifs pour son projet d'intervention en Italie66. Ceux qui avaient mené les ruraux près de Worms sous une bannière de guerre et qui avaient réclamé l'extradition des Juifs, justifiaient leur action par l'endettement des paysans : « Si sien gar viel und gross under den juden schuldig... »67. On ne saura jamais si cette motivation était vraie ou seulement prétendue. Peut-être les meneurs des paysans eux-mêmes ne le savaient-ils pas vraiment. Chasser les usuriers juifs du pays fut aussi une des trois revendications des paysans des environs de Schlettstatt soulevés en 1493, sous le signe de ralliement du Bundschuh ; revendication tout à fait paysanne celle-là, parce que les Juifs avaient déjà été chassés des villes d'Alsace dans les années 70 du xve siècle68.

  • 69 Stuart Jenks, Judenverschuldung, op. cit., note 21, 319.
  • 70 Ibid., pp. 320 s.

20Stuart Jenks a essayé d'aborder de plus près le problème des relations entre endettement et persécution des Juifs. Il n'a pas pu trouver, dans la Franconie de la première moitié du xive siècle, de corrélation entre le nombre de procès entre Juifs et chrétiens et les années difficiles à cause de récoltes plus ou moins manquées qui auraient aggravé l'endettement des paysans ou, par l'augmentation des prix des vivres, celui des consommateurs69. Les pogroms de 1336-1337 ne peuvent pas non plus être mis en relation avec ces affaires, car les lieux d'habitation des demandeurs juifs, donc des créanciers, et des défendeurs chrétiens, c'est-à-dire des débiteurs et des cautions, impliqués dans les 33 procès instruits pendants ces années, ne coincident pas dans une proportion significative70. Les débiteurs habitants sur les sites des pogroms étaient rares.

L'emptio rei speratae

  • 71 MG LL Capit. 1, pp. 147-149, no 61 Capitulare Aquisgranense, 809, c. 12.
  • 72 « Item praecipimus ne en intentione mutuent pecuniam suant nnte messem vel vindemias recepturi in (...)
  • 73 Voir Hans Gerd von Rundstedt, Die Regelung des Getreidehandels in den Städten Südwestdeutschlands (...)
  • 74 Bruno Kuske, Die Entstehung, op. cit., note 27, pp. 25-27
  • 75 Franz Irsigler, « Die Auflösung der Villikationsverfassung und der Uebergang zum Zeitpachtsystem i (...)
  • 76 Marian Malowist, Merchant Credit and the Putting-Out System : Rural Production During the Middle A (...)

21L'opération de crédit qui comporte à première vue la plus probable présomption de besoins urgents du débiteur est la vente à terme (emptio rei speratae) de blé, c'est-à-dire contre payement immédiat mais avec livraison différée. Elle fut interdite comme usuraire sans grand succès par des lois réitérées dès les temps carolingiens71. Je l'ai déjà évoquée à cause de la participation des Juifs à cette forme de crédit née dans le milieu agraire et pratiquée d'ailleurs plutôt par des prêteurs chrétiens. Le synode de Trèves en 1227 a décrit ce procédé jugé illicite : « Nous avons prescrit qu'ils ne doivent pas prêter leur argent avant la récolte ou avant les vendanges dans l'intention de recevoir à la récolte ou aux vendanges le blé et le vin à un prix beaucoup plus bas »72. Pour empêcher la spéculation et favoriser un ravitaillement suffisant et bon marché, la vente à terme ou plus exactement, du point de vue du prêteur, l'achat à terme (fürkouff en allemand), fut prohibée et punie sévèrement un peu partout dans l'Empire, par les autorités urbaines surtout73. Au bas Moyen Âge des artisans urbains ont pratiqué ce financement d'avance de la production également pour des produits d'élevage : ils prêtaient sur des bêtes à abattre, sur leur peau, sur la laine pas encore tondue74. Ceci se rencontre également pour des cash crops. En 1372 le conseil de Cologne interdit d'acheter du pastel sur les champs et de spéculer sur son rendement75. L'importance des contrats de livraisons de grains et d'autres produits agricoles avec payement en avance, conclus par des commerçants de Danzig et des villes de la Poméranie, fut démontrée surtout pour des régions exportatrices en dehors de l'Empire au Nord-Est, c'est-à-dire de la Pologne jusqu'aux pays Baltes et à la Biélorussie76. Le crédit ici a facilité la spécialisation régionale et la liaison économique de ces régions avec les régions plus dynamiques, entre autres aussi de l'Empire.

Le bail à cheptel

  • 77 Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung. Eine Sonderbildung der spätmittelalterlichen Gesellschaft, (...)
  • 78 Max Neumann, Geschichte des Wuchers, op. cit., note 34, p. 450.
  • 79 Pierre Masson, « Le bail à cheptel d'après les actes notariés bourguignons du xive siècle jusqu'à (...)

22Une autre forme de crédit agraire très ancienne est le bail à cheptel, qu'on trouve déjà dans le droit romain classique. Sous des formes variées les bénéfices sur des bêtes étaient partagés entre paysan et bailleur77. Au bas Moyen Âge c'étaient surtout des créditeurs urbains qui achetaient des moutons et des vaches et les laissaient comme bailleurs aux paysans preneurs contre une part du bénéfice78. Ceci n'était pas jugé usuraire si les bailleurs prenaient aussi une part du risque dans le cas où l'élevage échouait ou les bêtes mouraient. On n'a jusqu'à présent pas pu trouver dans l'Empire de régions où le bail à cheptel aurait joué un rôle d'instrument de crédit comparable à ce qu'on voit en France par exemple dans le Toulousain ou en Bourgogne79.

  • 80 Voir Wilhelm Abel, Stufen der Ernährung, Göttingen 1981.
  • 81 « Acta Murensia oder Acta Fudationis ». Dans : Das Kloster Muri irn Kanton Aargau, éd. de Martin K (...)
  • 82 Roger Sablonier, « Innerschweizer Gesellschaft im 14. Jahrhundert. Sozialstruktur und Wirtschaft » (...)
  • 83 Exemple de Fribourg en Suisse chez Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 2 (...)
  • 84 Zeitschrift für Schweizerisches Recht 6, p. 128, cité par Daniel Rogger, Obwaldner Landwirtschaft (...)
  • 85 Roger Sablonier, Innerschweizer Gesellschaft, op. cit., note 82, pp. 5-233 ; voir aussi Jacob Wack (...)
  • 86 « Landbuch von Schwyz », éd. Kothing, Zürich-Frauenfeld 1850, p. 55, cité par Jacob Wackernagel, D (...)

23Au bas Moyen Âge, la consommation croissante de viande et de produits laitiers surtout dans les villes donnait des perspectives nouvelles à l'élevage80. Cette chance fut comprise par exemple par les paysans des régions alpines de la Suisse qui, en ce temps-là, se sont spécialisées dans l'élevage bovin et, à un moindre degré, chevalin. Sans qu'on puisse le chiffrer exactement, le bail à cheptel, qui est d'ailleurs attesté ici au xiie siècle déjà81, a gagné en importance surtout dès le xive siècle. Les capitaux qui venaient, en dernière analyse, en grande partie des villes, ont facilité la spécialisation économique régionale grâce à la commercialisation des produits de l'élevage. À partir de 1350, des contrats de livraison de bêtes vers Milan et l'Italie se multiplièrent. Par le bail à cheptel les paysans moins aisés avaient une chance de participer à cette évolution économique82. Les paysans plus aisés qui avaient trop de bêtes par rapport à leurs parts d'alpages pouvaient les donner à bail à des collègues qui n'avaient pas épuisé leur quota. Ceux qui manquaient de fourrage pouvaient donner des bêtes à bail pour l'hivernage seulement83. La communauté des campagnards de Nidwald (Landsgemeinde), craignant l'usage trop intense des pâtures et aussi, en ce qui concerne les paysans aisés, la concurrence directe des bailleurs urbains, essaya en 1374 d'interdire de prendre les bêtes d'étrangers en bail84. On interdit à plusieurs reprises de faire pâturer en alpage plus de bêtes en bail à cheptel qu'un paysan ne pouvait en hiverner dans la vallée85. Dans la campagne de Schwyz, le bail à cheptel fut frappé d'un interdit absolu en 151886. Ces interdits furent aussi dictés par une volonté d'indépendance économique et politique vis-à-vis des villes.

  • 87 Exemple pour cette combinaison de bail à cheptel et commerce de bétail de Fribourg en Brisgau chez (...)
  • 88 Stefan Sonderegger et Matthias Weishaupt, « Spätmittelalterliche Landwirtschaft in der Nordostschw (...)

24Des conflits à cause de contrats de bail à cheptel éclatèrent en 1404 entre la ville de Saint-Gall et la campagne d'Appenzell ; en 1428, il est mentionné que beaucoup de gens de Saint-Gall (viel lüt) avaient des bêtes en bail chez les paysans. On sait par d'autres sources que bon nombre de bailleurs étaient, ici comme ailleurs, des bouchers et des marchands de bétail qui ne pouvaient pas se charger de la détention de leurs animaux87. L'hôpital de la ville investit lui aussi beaucoup dans cette forme de crédit88.

  • 89 « Hans Conrad Peyer, Wollgewerbe, Viehzucht, Solddienst und Bevölkerungsentwicklung in Stadt und L (...)
  • 90 Nicolas Morard, « Le témoignage d'un notaire : achats, ventes et production à Fribourg au milieu d (...)
  • 91 Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, pp. 27 s. et les documents pp. 129-133.

25Dans les actes notariés de Fribourg en Suisse, ville située à proximité des Préalpes et dépendante de l'élevage ovin pour la fabrication de draps en laine89 et les métiers du cuir, très développés90, on trouve à la fin du xive siècle des gens d'extraction variée pratiquant le bail à cheptel, dont par exemple un ancien curé de Moutier-Grandval, bailleur de quatre vaches, la béguine Ytha, bailleuse de cent vingt moutons, et, à maintes reprises, Wilhelmus Mosse et son gendre Henricus Moschillis, probablement des Juifs, peut-être actifs dans le commerce de bétail91.

  • 92 Ibid., pp. 5 ss.
  • 93 Schwarzacher Salbuch no 1, fol. 218, sans date, cité par Franz Joseph Mone, « Zur Geschichte der V (...)

26Dans l'Empire, le bail à cheptel est aussi fréquemment attesté au bas Moyen Âge en l'Allemagne du Sud, en Autriche et au Tyrol92. Un peu partout les seigneurs fonciers baillaient des bêtes à leurs tenanciers. Mais de petits paysans ont également utilisé cette possibilité de faire fructifier leurs capitaux en bétail. Par exemple le paysan Conrad, serf du monastère de Schwarzach, qui avait en bail à cheptel quatre vaches, deux chevaux et un cochon sur le Rinthof, deux chèvres chez une nommée Speckeweldin, quatre chèvres chez Hans Billemann, deux demi-vaches chez Rübin Bon, une demi-vache chez Eckehart in der Owen, trois demivaches chez sa soeur Gerhusen à Vintbuoch, une demi-vache chez Rüfelin Peyger à Mülnbach et deux veaux chez Hans Bon à Ueberbrüch93.

  • 94 Un tel contrat chez Stefan Sonderegger et Matthias Weishaupt, Spätmittelalterliche Landwirtschaft, (...)
  • 95 Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 46.
  • 96 Ibid., pp. 44.
  • 97 Stefan Sonderegger et Matthias Weishaupt, Spätmittelalterliche Landwirtschaft, op. cit., note 88, (...)
  • 98 Pierre Masson, « Le bail à cheptel d'après les actes notariés bourguignons du xive siècle jusqu'à (...)

27Investissement spéculatif pour le bailleur, le bail à cheptel représentait dans le meilleur cas pour le preneur une possibilité d'augmenter sa production grâce au capital étranger, ou de l'améliorer par la location d'une bête de trait, mais aussi, dans des cas plus durs, une possibilité de se procurer de l'argent comptant en vendant ses propres bêtes et en les reprenant en bail94. À Fribourg en Suisse, les bailleurs payaient régulièrement les deux parts des bêtes ; la part du preneur était traitée comme crédit accordé par le bailleur95. Il arrivait même au notaire Richardus de Fülistorf d'appeler le capital du bailleur mutuum, terme désignant le prêt qui n'était licite que s'il était accordé sans intérêts96. En Appenzell, on a pu calculer que les vaches des paysans étaient en moyenne grevées de capitaux étrangers jusqu'au triple de leur valeur97. Dans ce cas, la rentabilité de l'élevage s'amenuisait pour le paysan. L'instrument de crédit pouvait se révéler être un procédé pour déposséder les paysans.98

  • 99 « The Mishnah », translated from the Hebrew by Herbert Danby, 17e éd., Oxford 1989, p. 356 : « Bab (...)

28Cette fonction de prêt à intérêt est très claire dans la forme usuraire du bail de bêtes en fer, forme très ancienne si la supposition qui la ramène à des textes rabbiniques des premiers siècles de notre ère contenus dans la Mishnah est correcte99.

Le métayage

  • 100 Henri Beaune, Droit coutumier français, vol. 4, Paris-Lyon 1889, p. 602.
  • 101 Des exemples sont donnés par Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, pp. 19-21.
  • 102 « The Mishnah », op. cit., note 99, p. 356 : Baba Metzia 5, 4, est ainsi interprété par Jacob Wack (...)

29On a suggéré que le bail à cheptel avait peut-être débuté en rapport avec le métayage100. En Italie, en France, en Espagne et aussi dans l'Empire, le bail à cheptel se rencontre fréquemment conjoint avec le métayage101. Il était presque dans la logique des choses de bailler aussi les bêtes à mi-croît aux paysans qui prenaient des terres en métayage. Cette combinaison se repère déjà dans le Talmud102.

  • 103 Duby Georges, op. cit., note 10, p. 592. Barthel Huppertz, Räume und Schichten bduerlicher Kulturf (...)

30C'est un fait acquis que le métayage s'est répandu beaucoup plus au Sud de l'Europe qu'au Nord. Georges Duby a pensé qu'il faudrait peut-être rendre responsable de ce contraste l'inégale pénétration de l'économie urbaine. Le métayage aurait d'après lui tenté davantage les hommes d'affaires intéressés à des investissements comportant des risques mais aussi prometteurs de profits103.

  • 104 Voir des exemples chez Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft des Busier Cluniazenser-Priorates St (...)
  • 105 Werner Rösener, Zur sozialokonomischen Lage, op. cit., note 14, pp. 9-47, ici pp. 19 s. et surtout (...)

31Dans l'Empire, le métayage a joué un rôle dans la dissolution du système des villications. Au xiiie siècle, les seigneurs hésitant à abandonner le faire-valoir direct et à démembrer leurs réserves ont d'abord donné ces terres et surtout les cours domaniales en location à vie ou pour quelques années seulement, de préférence pour trois années ou un multiple de ce nombre à cause de la rotation triennale104. Ces locations étaient parfois conclues sous forme de métayages, et les seigneurs contribuaient au frais des travaux lourds des récoltes, des transports, du battage, etc., ils payait le grain de semence et autres dépenses matérielles105.

  • 106 Clemens Bauer, Probleme, op. cit., note 33, pp. 247 s.
  • 107 Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschafl, op. cit., note 104, pp. 207 s. : « Sint aber durch die sel (...)

32Dans les régions de viticulture de l'Empire, par exemple en Alsace, le métayage prit une certaine importance, parce que les apports de capitaux étaient considérables. Les seigneurs fonciers prenaient en charge une part des coûts de production et contribuaient aux investissements106. Mais le métayage comportait des inconvénients : il fallait surveiller la production et surtout les vendanges pour éviter des négligences et des fraudes. Il semble que l'assiduité des vignerons était plus grande s'ils cultivaient leurs vignes en tenure héréditaire. Dans la seigneurie du prieuré de Saint-Alban de Bâle qui possédait des vignes très étendues en Alsace et dans le Brisgau, on essaya d'introduire le métayage au xive siècle. Mais les résultats furent décevants. Le procureur du monastère notait dans le livre de cens vers la fin du xve siècle que des vignes baillées en métayage avaient été négligées et même abandonnées par les tenanciers et avaient finalement dû être données en censive107.

Le mort-gage108

  • 108 Il est à savoir que le mort-gage (mortum vadium des sources) dans la terminologie française corres (...)
  • 109 E. Alix et Robert Génestal, « Les opérations financières de l'abbaye de Troarn en Normandie du xii(...)
  • 110 Robert Génestal, Rôle des monastères comme établissements de crédit, étudié en Normandie du xie à (...)
  • 111 Corpus Iuris Canonici X, 5,19, 2 : Quoniam non solum viris. Voir Mansi 21, col. 1176, § 2.
  • 112 Berthold von Regensburg, Predigten, op. cit., note 72, pp. 438s.
  • 113 Welcher ligende verpfendte güter nutzet, der soll die nutzung an der houptsum abziehen. Item, wer (...)
  • 114 Pour le Würtemberg, Willi Alfred Boelcke, Entwicklung, op. cit., note 13, pp. 319-358, p. 330 a so (...)

33Avant que la rente constituée ne prenne la relève, le mort-gage était l'instrument de crédit auquel toutes les couches de la société disposant de biens-fonds ont eu recours le plus fréquemment109. On a même parlé d'une démocratisation du crédit par ce procédé110. Contre une somme prêtée, le débiteur concédait des biens-fonds au prêteur qui percevait les fruits jusqu'au remboursement de la dette. En 1163, le pape Alexandre III interdit le mort-gage en décrétant que les fruits des biens engagés devraient être déduits de la somme prêtée, ce qui équivalait à transformer le mort-gage en vif-gage111. Cette interdiction a profité à d'autres formes de crédit comme la rente constituée et la vente à réméré, sans pour autant pouvoir réprimer tout à fait le mort-gage. Dans l'Empire, le fameux prédicateur Berthold de Ratisbonne inculqua au xiiie siècle à ses ouailles que ceux qui prêtaient sur des biens-fonds mis en gage devraient déduire tous les ans les fruits perçus jusqu'à l'extinction de la dette : « Wolte er danne varn gegen gote der drûffe lîhet, der solte alsô drûf lîhen, daz er im alliu jâr abe slüege waz daz guot gülte unz daz ez sich erlôste »112. Des statuts l'interdisant encore au xvie siècle prouvent que cette forme de crédit fut pratiquée par les paysans allemands pendant tout le bas Moyen Âge. Je citerai seulement ceux de Rheinfelden en Suisse qui reprennent d'ailleurs ceux de Fribourg en Brisgau : « Si quelqu'un donne à un autre des biens immobiliers comme gage et les lui transmet en mains avec permission d'en jouir jusqu'au payement de la dette, nous décrétons et voulons que tous les fruits que le créditeur en a perçus, après déduction des dépenses, soient mis au compte de la somme principale du débiteur, et qu'il soit déduit de cette somme principale autant que cette jouissance et ces fruits valent »113. Interdit par le droit canon et des droits particuliers, pratiqué plutôt dans une certaine clandestinité, sans laisser de traces écrites après clôture de la transaction, l'ampleur du crédit sous forme de mort-gage ne se laisse pas deviner114.

La vente à réméré

  • 115 Il manque une étude moderne et approfondie de la vente à réméré dans l'Empire au Moyen Âge. Très v (...)
  • 116 Parce que la vente à réméré est encore plus sûre pour les créditeurs, elle a servi comme substitut (...)
  • 117 Platner, Der Wiederkauf, op. cit., note 115, pp. 130 s.
  • 118 J. Bart, La vente à réméré en Mâconnais (1450-1560 env.), dans : Mémoires de la société pour l'his (...)

34Le procédé le plus direct pour se procurer des liquidités a toujours été – et il ne faut quand même pas oublier ce constat banal – la vente de biens-fonds et de droits. Lorsqu'il devint de plus en plus habituel que des vendeurs se réservent le droit de racheter les biens vendus dans un délai stipulé ou même sans restrictions de temps, la vente à réméré était née115. Contournant l'interdiction de l'usure par l'Église ce procédé se prêtait fort bien à des opérations de crédit116. On a même parfois vendu des biens sans les mettre à la disposition de l'acheteur, mais en payant entre temps une certaine somme au lieu des fruits qui lui échappaient117. Dans ces cas là, il est évident que la vente à réméré servait d'opération de crédit. Mais nous ne saurons jamais combien de ces opérations, dont les cartulaires abondent, ont été conclues dans cette intention. Beaucoup de vendeurs comptaient certainement pouvoir racheter leurs biens dans un bref délai, mais l'aliénation risquait de s'avérer définitive. J. Bart l'a fort bien exprimé : « Le réméré tendait à une double fin : c'était un instrument de crédit ; c'était aussi un instrument de conquête du sol »118.

Le financement d'avance de « l'industrie à domicile » (Verlag)

  • 119 Pour la plupart des chercheurs ce financement est le noyau du système. Voir par exemple Wolfgang v (...)
  • 120 Sur le travail de petits paysans dans « l'industrie à domicile » de lin et de futaine, voir H. Gre (...)
  • 121 Pour la région du lac de Constance, voir Friedrich Wielandt, Das Konstanzer Leinengewerbe, op. cit (...)
  • 122 Hans Conrad Peyer, Wollgewerbe, op. cit., note 89.
  • 123 Pour Augsbourg, voir Wolfgang von Stromer, Baumwollindustrie, op. cit., note 119, p. 31.
  • 124 Ibid., p. 8. Voir aussi la carte « Europäische Wirtschaft um 1500 », dans Grosser Historischer Wel (...)
  • 125 Voir les cartes chez Wolfgang von Stromer, Baumwollindustrie, op. cit., note 119, pp. 12 et 56.

35Une autre forme de crédit qui a réussi à transformer l'agriculture fut le system du putting out, du Verlag, pour lequel – à ma connaissance – il n'existe pas de mot français. Dans la forme la plus évoluée de ce système, des marchands-drapiers achetaient la matière première (laine, lin, coton), la donnaient aux campagnards pour le filage et le tissage, puis aux artisans de la ville pour les différents travaux de finissage et se chargeaient de l'écoulement des produits sur les marchés plus ou moins lointains. La production était donc financée d'avance par les drapiers119. En ce sens, on pourrait classer ce système parmi les instruments de crédit. La région de l'Empire la plus touchée par ce système fut certainement celle des environs du lac de Constance au Sud-Ouest entre Ulm, Augsbourg, Constance et Saint-Gall, centre de production tout d'abord de draps de lin dès le début du xiiie siècle, puis de tissus mixtes de lin et coton (futaines), dès la deuxième moitié du xive siècle. La fameuse Compagnie marchande de Ravensbourg contrôlait le travail de nombreux fileurs, fileuses, tisserands et tisserandes des petites villes et des villages120. Si le coton était importé d'Orient par Venise, la culture du lin et du chanvre était depuis longtemps indigène dans les régions alpines de l'Europe121. À l'évolution de cette « industrie à domicile » dans les campagnes était liée l'expansion de ces cash crops. Non seulement la population des campagnes fut attelée à cette production textile dirigée par les drapiers des villes et leurs capitaux, mais l'agriculture même fut transformée. Les salaires beaucoup plus bas des campagnards et des habitants des très petites villes n'étaient pas pour rien dans la tendance au déplacement de l'industrie textile vers les campagnes qui s'accentuait au Sud de l'Empire au xve siècle122. Les résistances des corporations urbaines de tisserands, par exemple à Augsbourg dès le commencement du xve siècle, montrent comment cette évolution préoccupait les artisans des villes123. Dans l'Empire, à part cette région du Rhin supérieur, trois autres régions exportatrices de tissus de lin se sont formées au bas Moyen Âge : une en Westphalie, avec les villes de Münster et de Bielefeld comme centres, une autre au Vogtland avec Chemnitz, Plauen et Hof, une troisième dans la Lausitz et dans la basse Silésie avec Bautzen et Zittau124. Pour les tissus mixtes, la région du lac de Constance s'étendait, bien que dans une moindre densité, vers la Bavière et l'Autriche jusqu'à Passau, Salzbourg et Steyr et une nouvelle petite région prit naissance dans la Franconie supérieure avec Bayreuth et Kulmbach125. Le crédit urbain a aidé là aussi à la transformation de ces campagnes, à la spécialisation économique régionale et à la division internationale du travail.

La rente constituée

  • 126 Il manque une monographie moderne sur la rente constituée dans l'Empire. La thèse de Benedictus vo (...)
  • 127 Peter Blickle, « Bäuerliches Eigen im Allgäu ». Dans : Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarso (...)
  • 128 Siegfried Rietschel, « Die Entstehung der freien Erbleihe », dans : Zeitschrift der Savigny-Stiftu (...)
  • 129 Peter Liver, Zur Entstehung des freien bäuerlichen Grundeigentums, Separatdruck aus Zeitschrift fü (...)

36L'instrument de crédit le plus important dans l'Empire du bas Moyen Âge était la rente constituée126. Ce n'est pas pour rien qu'à part le prêt juif, cette forme de crédit était au centre des préoccupations de tous ceux qui ont réfléchi à l'endettement paysan au xve siècle. Parce que les rentes devaient être constituées sur des biens immobiliers, cet instrument n'était à portée que de ceux qui avaient le droit de grever leurs biens-fonds. Ce droit revint d'abord aux paysans qui cultivaient leurs alleux. Dans certaines régions de l'Empire les paysans alleutiers n'étaient pas du tout rares. Dans l'Allgàu, par exemple jusqu'à 70 % des biens-fonds agraires et des fermes étaient, au xve siècle, des alleux sans liens féodaux et sans charges seigneuriales127 Dans d'autres régions la censive perpétuelle ou héréditaire (Erbzinsleihe) s'était généralisée dès le xiie siècle128. Au bas Moyen Âge les paysans étaient devenus les vrais propriétaires des biens-fonds tenus en censive : leurs droits incluaient tous les éléments de la propriété. Le cens dû au concédant, au seigneur direct d'après la terminologie des juristes, n'était que recognitif. Cens, autres redevances et prestations de travail étaient fixés une fois pour toutes. Le paysan conquit le droit de vendre, de commuter, de léguer, et aussi d'engager et de grever les terres avec des rentes, sans que le seigneur direct eût la possibilité d'intervenir129.

  • 130 Franz Irsigler, Die Auflösung, op. cit., note 75.
  • 131 Werner Rösener, Agrarwirtschaft, op. cit., note 10, pp. 36-40.
  • 132 Evamaria Engel, Benedykt Zientara, Feudalstruktur, Lehnbürgertum und Fernhandel im spätmittelalter (...)
  • 133 Gero Kirchner, « Probleme der spätmittelalterlichen Klostergrundherrschaft in Bayern. Landflucht u (...)
  • 134 Ingomar Bog, Dorfgemeinde, Freiheit und Unfreiheit in Franken, 1956 (Quellen und Forschungen zur A (...)
  • 135 Wilfried Beimrohr, « Bäuerliche Besitzrechte im südöstlichen Tirol », dans : Tiroler Heimat 50, 19 (...)
  • 136 Ibid., p. 176. : « Quod domestici ecclesie Novecellensis [Kloster Neustift], viri et femine, sibi (...)
  • 137 Ibid., p. 181.
  • 138 Ibid., p. 208.
  • 139 Gerald Gänser, Strukturveranderungen, op. cit., note 63, p. 24.
  • 140 Ibid., p. 28.

37Au bas Moyen Âge, la censive perpétuelle dominait dans l'Empire au Sud-Ouest et au Sud. Au Nord, dans les régions du Rhin inférieur voisines de la Flandre et des Pays-Bas, le métayage à temps se diffusait130. En Hesse, le fermage à temps limité céda la place à la tenure à cens héréditaire. Dans le Nord-Ouest (Ostfalen) les seigneurs concédaient les grandes fermes en « Meierrecht » à des paysans, c'est-à-dire en fermage pour un certain temps. Mais ce fermage à temps évolua bientôt là aussi en fermage héréditaire131. Les paysans de l'Allemagne moyenne (Thuringe, la Saxe) et au Brandebourg possédaient leurs tenures en censive132. Au Sud-Est en Bavière, le « Freistift », la « simplex locatio », c'est-à-dire un fermage d'année en année, était encore très répandu, mais la censive héréditaire se propagea vite133. En Franconie la censive triompha134. Même au Tyrol, région classique du « Freistift », la censive héréditaire a gagné du terrain dès le xiie siècle135. Le renouvellement annuel du « Freistift » sous des conditions identiques devint à tel point la règle que les paysans le revendiquaient comme leur droit, ce dont une charte de l'évêque de Brixen se plaignit déjà en 1278136. En 1498, le roi Maximilien I essaya, pour ses propres terres, de retourner en arrière. Il s'adressa à ses baillis, qui avaient permis aux paysans de vendre, d'engager, de diviser, de laisser par testament, de commuter des terres tenues en Freistift, et aussi de les grever avec des dettes et des rentes : de telles permissions ne devaient plus être accordées. Tous ceux qui réclamaient des droits héréditaires devraient les prouver par des documents écrits. Ce mandat, comme aussi d'autres sources, montrent à l'évidence que des rentes furent constituées même sur des terres en Freistift. Et cette évolution ne pouvait plus être arrêtée. En 1502, Maximilien se résigna à approuver la conversion des terre tenues en Freistift en censives héréditaires137. Au commencement du xvie siècle, la censive avait écarté le Freistift au Tyrol138. Pour le Steyrmark aussi on a constaté que les terres formellement tenues en Freistift étaient devenues héréditaires139. Entre 1390 et 1494, environ 60 % des terres paysannes en Freistift furent converties en tenures en « Kaufrecht », d'après lequel les terres pouvaient être vendues et données en héritage, et grevées par des rentes140.

  • 141 Wilfried Beimrohr, Bäuerliche Besitzrechte, op. cit., note 135, p. 209.
  • 142 Konrad Fritze, « Soziale Aspekte der Stadt-Land-Beziehungen im Bereich der wendischen Hansestädte (...)
  • 143 H. Helbig, Gesellschaft und Wirtschaft der Mark Brandenburg im Mittelalter, Berlin 1973 (Veröffent (...)

38Dans quelques régions seulement, des droits de tenure plus défavorables aux paysans furent maintenus. En Carinthie, le droit du Freistift très rigide restait dominant141. Au Nord, dans les environs des villes hanséatiques wendes, on a même constaté qu'à côté d'une majorité de paysans tenant leurs terres en droit héréditaire, les tenures en fermage à temps gagnaient en importance aux xive et xve siècles142. Surtout au Brandebourg les droits de possession des paysans s'accroissent au xve siècle143.

  • 144 Statutum in favorem principum, MGH Const. 2, 211-213 Nr. 171 : « Item census vint, pecunie, frumen (...)
  • 145 Voir par exemple pour l'Alsace le rôle de Ranspach-le-bas de 1449, dans Ludwig August Burckhardt, (...)

39Mais ces quelques exceptions n'empêchent pas le constat général, qu'au bas Moyen Âge, les paysans dans l'Empire avaient la capacité d'engager les terres de leurs tenures comme sûreté pour des crédits contractés. Ce fut une lente évolution. Au xiiie siècle déjà les rentes constituées par les paysans préoccupaient les seigneurs jusqu'à l'empereur. En 1232, l'empereur Frédéric II interdit aux bourgeois des villes de recevoir dorénavant les rentes en vin, en argent ou en blé que les paysans avaient constituées et promises de payer. L'empereur leur ordonna d'y renoncer144. Dans les rôles des collonges et des villages du bas Moyen Âge au contraire, le droit des paysans d'engager leurs terres est souvent stipulé expressément145.

  • 146 Ruggiero Romano, « Versuch einer ökonomischen Typologie », dans : Die Gleichzeitigkeit des Ungleic (...)
  • 147 Sur le poids des différentes charges des paysans, voir Wilhelm Abel, « Die Lasten der Bauern im Ze (...)

40Les conditions économiques de base pour les ventes de rentes par les paysans étaient les suivantes : une production nettement supérieure à leurs besoins de subsistance et donc destinée partiellement au moins au marché, des prix en hausse pour les produits agraires, une productivité en augmentation quoique partant d'un niveau très bas et une forte inégalité de la production d'année en année. Cette inégalité des récoltes était la cause principale entraînant la naissance de besoms de crédit dans le milieu paysan. Si la productivité est basse, la production est presque absorbée par la consommation146. Il est donc exclu d'amasser des économies en prévision des années mauvaises. On maîtrisait ces dernières à l'aide de crédits. Les ventes de rentes capitalisaient la plus-value réalisée une fois payés les coûts de production et de subsistance, pour autant que seigneurs, autorités ou l'Église ne se la soient pas appropriée147. Comme beaucoup de ces rentes étaient payables en nature, la quote-part de production que le paysan pouvait écouler au marché s'amenuisait. La demande du marché diminuait aussi parce que les rentiers bourgeois recevaient des produits agricoles en guise de rentes. Si les prix ou la productivité sont en baisse, de telles ventes de rentes par les paysans conduisent fatalement à l'endettement des terres.

  • 148 Voir par exemple pour la Flandre, le Holland, la région de la Moselle : Productivity of Land and A (...)
  • 149 Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft, op. cit., note 104, pp. 229-264.
  • 150 Le modèle classique de la crise du xive siècle à cause de la « Preisschere » (écart entre la stagn (...)
  • 151 J'ai décrit cette évolution dans la seigneurie foncière du prieuré clunisien de Bâle. Voir Hans-Jö (...)

41On sait que les rendements s'améliorent jusqu'au commencement du xive siècles, voire même jusqu'en 1350 dans quelques régions de l'Empire, et que la deuxième moitié de ce siècle est caractérisée par une stagnation de la productivité148. Dans quelques régions, comme le Sud de l'Alsace, les années difficiles pour la culture des céréales semblent déjà passées dans le dernier quart du xive siècle, si l'on peut se fier aux courbes des rendements des dîmes149. On doit donc s'attendre à de grandes différences régionales, mais en général le xive siècle ne fut pas propice à la productivité de la culture des blés. On sait aussi que les prix des céréales à long terme n'augmentaient pas150. Si l'appropriation du produit paysan par les redevances foncières s'amoindrissait, les impôts et d'autres prestations pour l'état territorial naissant augmentaient. Tous les éléments étaient donc défavorables à une charge supplémentaire des terres par des rentes nouvellement constituées. Par ces rentes, une portion toujours plus grande du produit agricole était accapparée par les seigneurs fonciers, les bourgeois et les ecclésiastiques investissant leurs capitaux dans le marché des rentes151.

  • 152 Jürgen Ellermeyer, Stade 1300-1399 - Liegenschaften und Renten in Stadt und Land. Untersuchungen z (...)
  • 153 Christiane Geissert, « Les rentes consituées de l'œuvre Saint-Georges Haguenau (xive-xviie siècles (...)
  • 154 Voir par exemple Konrad Fritze, Bürger und Bauern, op. cit., note 13, p. 61.
  • 155 Bruno Meier, Dominik Sauerländer, Das Surbtal im Spätmittelalter. Kulurlandschaft und Gesellschaft (...)

42Les chiffres élaborés par quelques travaux récents confirment que l'endettement des paysans, surtout par la constitution de rentes, a augmenté pendant tout le bas Moyen Âge. Un tiers à la moitié de toutes les rentes achetées par les bourgeois de Stade entre 1360 et 1399 étaient constituées sur des terres paysannes152. En Alsace, après une montée brusque dans les années 70 du xive siècle, on a repéré une augmentation continuelle de l'endettement paysan jusqu'à des proportions alarmantes dans la seconde moitié du xve siècle153. Ces résultats contrastent avec l'opinion reçue que l'endettement paysan ne devint grave qu'au xvie siècle154, sans qu'on puisse contester d'ailleurs qu'il s'est encore aggravé. Au Surbtal, en Suisse, par exemple, les constitutions de rentes se multiplièrent une première fois dans la crise des années 30 du xve siècle, mais leur prolifération au tournant du siècle et après surpassa de loin ce premier bond en avant155.

  • 156 Friedrich Ott, « Rechtsquellen des Cantons Zürich », dans : Zeitschrift für schweizerisches Recht (...)
  • 157 Quelques exemples chez Karl Siegfried Bader, Dorfgenossenschaft und Dorfgemeinde, Köln-Graz 1962, (...)
  • 158 On pourrait multiplier les preuves pour cette forme de crédit. Il est rare, que cet aspect soit tr (...)
  • 159 Le monastère de Saint-Alban de Bâle a concédé ainsi le rachat d'une rente perpétuelle par un paysa (...)
  • 160 Richard C. Hoffmann, Land, op. cit., note 17, p. 295, parle de « traces of an emerging landlord mo (...)
  • 161 Voir surtout Willi Alfred Bœlcke, Entwicklung, op. cit., note 13, pp. 319-358, surtout 326-330. D' (...)
  • 162 Ceci est évident aussi pour les exemples que Bœlcke a allégués ; Willi Alfred Bœlcke, Entwicklung, (...)

43Au xve siècle déjà, la charge était devenue tellement lourde que beaucoup de paysans abandonnèrent leurs terres. Dans le pays zurichois, où les choses étaient encore aggravées par les troubles de la guerre, les autorités décrétèrent en 1446 que les cens et rentes des terres grevées de deux, trois, quatre, voire davantage encore de rentes et délaissées par les paysans ne seraient dus qu'après une nouvelle mise en culture156. Les seigneurs fonciers, craignant l'abandon des terres et donc la perte de leurs redevances se résignèrent à accorder eux-mêmes des crédits à leurs paysans157, surtout sous forme de délai de payement des redevances158. D'autres seigneurs leur concédèrent le droit de racheter des rentes perpétuelles afin d'alléger la charge des terres159. Une étude récente sur Wroclav en Silésie a démontré que les seigneurs craignant l'emprise des capitalistes urbains qui achetaient des rentes de leurs paysans, s'efforcèrent, dans la première moitié du xve siècle, de créer par des interdits une sorte de monopole pour l'octroi de crédits160. On sait que les communautés villageoises ont vendu aussi des rentes dès le xiiie siècle, mais les affirmations de quelques chercheurs selon lesquels les fonds ainsi acquis auraient été utilisés pour aider des paysans en détresse financière ne sont – à ma connaissance – nulle part prouvées pour le bas Moyen Âge161. Si les affectations de ces fonds sont mentionnées, il s'agit toujours des nécessités et de l'utilité de la communauté162.

  • 163 W.A. Boelcke, Entwicklung, op. cil., note 13, pp. 319-358, ici p. 330 : « Die grundherrlichen Lehn (...)
  • 164 Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, Solothurn, Band 1, Aarau 1949, p. 326, no 331 : « Welher i (...)

44Une preuve que l'endettement paysan par la vente de rentes s'avérait de plus en plus préoccupant au bas Moyen Âge nous est donnée par de nombreuses mesures prises à son encontre. Les seigneurs commencèrent à introduire dans les contrats de bail des clauses interdisant la constitution de rentes sur les terres concédées163. Les nouvelles charges risquaient de mettre en danger non seulement les redevances des seigneurs fonciers mais aussi les prestations dues aux autorités de l'état territorial naissant. C'est pourquoi les seigneurs trouvaient l'appui de ces dernières dans leurs efforts pour empêcher le crédit paysan. Ainsi par exemple, en 1416, un certain Peter Harnesch se plaignit devant le conseil de Soleure en Suisse du fait qu'un paysan avait, à son insu, constitué une rente sur les terres à lui concédées en censive. Le conseil décréta alors que quiconque, dans la campagne sous la domination de la ville de Soleure, oserait grever les tenures avec des rentes ou des surcens, ou oserait vendre ou aliéner des parts de ces biens-fonds, devait perdre ses droits de tenancier, et que les terres concédées devaient alors faire retour au seigneur164.

  • 165 Fritz Glauser, Frühe Landeshoheit und Landvogteigrenzen im Kanton Luzern, dans : Die Luzerner Pfar (...)
  • 166 Voir par exemple la clause typique contenue dans un contrat de bail héréditaire conçu par le monas (...)

45La préoccupation primordiale des autorités portait sur l'entrave à la capacité contributive qui pouvait résulter des ventes de rentes. C'est pourquoi la vente non seulement de biens-fonds mais aussi de rentes à des étrangers fut interdite, car des terres surchargées pouvaient tomber dans les mains des créditeurs. C'était pour la même raison qu'on craignait un peu partout en ville et dans les campagnes au bas Moyen Age l'accumulation de biens-fonds et de rentes dans les mains de l'Église exempte d'impôts. Pour la région de Lucerne, l'interdit de donations de rentes avec sûreté immobilière à des personnes et institutions ecclésiastiques de 1413 se fondait sur la crainte que la ville ne devienne la propriété des clercs : « [...] umbe unser stat nit guot eigen der pfaffen werde »165. Si leurs propres terres étaient visées, les seigneurs ecclésiastiques ont interdit eux aussi aux paysans de charger les tenures avec des rentes destinées à la commémoration des morts166. Par ces interdits, le marché des crédits fut sérieusement entravé.

  • 167 Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, Zug 1, Aarau 1971, p. 230, 12. mars 1412 : Ammann, conseil (...)
  • 168 Th. Graf, « Das Nidwaldner Landesgesetz von 1363 gegen die Tote Hand », dans : Beiträge zur Geschi (...)
  • 169 Bruno Meyer, « Die ältesten Bünde, 66 ; Hans Conrad Peyer, Die Entstehung der Eidgenossenschaft », (...)
  • 170 J. J. Blumer, Staats-und Rechtsgeschichte der schweizerischen Demokratien oder der Kantone Uri, Sc (...)

46Je donne d'abord quelques exemples de la Suisse centrale, où les droits n'étaient pas octroyés par des seigneurs féodaux ou des villes, mais par les campagnards eux-mêmes. Dans le pays de Zoug, l'interdiction des ventes de rentes à des étrangers fut déjà décrétée en 1412167. La communauté de Nidwald, où la vente de terres à des ecclésiastiques avait été interdite en 1363168, décréta en 1432 que toutes les rentes, y compris celles consenties à perpétuité, devaient être rachetées dans l'espace de huit ans. La constitution de nouvelles rentes sur des biens-fonds fut interdite. Dans le pays de Schwyz, où la vente de biens-fonds à des monastères avait été déclarée illicite en 1294 déjà169, la vente et l'engagement de terres à des étrangers fut interdite en 1454 de même que, en 1502, la constitution de rentes perpétuelles170.

  • 171 Die Chroniken der deutschen Städte 5, p. 231 et p. 328s.
  • 172 Eduard Hanslik, « Die "freien" Bauern zu Pfronten », dans : Zeitschrift für bayerische Landesgesch (...)
  • 173 Lettre adressée au bailli dans la vallée de la Simme, Archives de l'Etat de Berne, Missiven E, fol (...)
  • 174 Christian Friderich Sattler, Geschichte des Herzogthums Würtenberg unter der Regierung der Graven,(...)

47Quelques exemples doivent suffire à illustrer les mesures prises par les seigneurs terrioriaux. Louis duc de Bavière interdit dans les années 50 du xve siècle le payement des rentes aux bourgeois d'Augsbourg171. D'après leur rôle de 1459 même les fameux hommes libres de Pfronten en Allgäu n'avaient pas le droit de vendre leurs alleux ou de les engager à des étrangers172. En 1488, le conseil de Berne ordonnait à ses sujets dans la vallée de la Simme de racheter les rentes payables aux bourgeois de Lucerne et autres, avec lesquelles ils avaient grevé leurs terres173. Eberhard I, duc de Wurtemberg, par son règlement de 1495 pour son pays, cherchait à installer un contrôle rigide des ventes de rentes de ses sujets. Toute vente devait être concédée par les cours de justice auquelles il incombait aussi de fixer un terme pour le rachat et de surveiller son observation. Toutes les communautés villageoises et tous les particuliers furent astreints à racheter les rentes vendues avant la date du nouveau règlement174.

  • 175 Voir Hans-Jörg Gilomen, Motiv, op. cit., note 14 ; Benedictus von Stempell, Die ewigen Renten und (...)
  • 176 Par exemple dans les articles des paysans de Rapperwil, v. Wilhelm Stolze, Zur Vorgeschichte des B (...)
  • 177 Bundschuh de Lehen, Albert Rosenkranz, Der Bundschuh. Die Erhebungen des südwestdeutschen Bauernst (...)
  • 178 Ibid., pp. 308s, no 48 : « Item das renten, zins und gulten tod und abe sein solten ».

48Au commencement du xvie siècle, les paysans eux-mêmes commencèrent à réclamer le droit de rachat des rentes contractées à perpétuité. Lors des émeutes du Bundschuh, cette revendication venait en tête des demandes175. Elle fut renouvelée dans la Guerre des Paysans en 1525176. Ceci pourrait être la conséquence d'une conjoncture plus favorable pour l'agriculture, avec une hausse sensible des prix dès le dernier quart du xve siècle, donnant aux campagnards la possibilité de gagner les moyens nécessaires au rachat. Les revendication des paysans révoltés de Lehen (en 1513) et de Bühl (en 1514) furent plus radicales encore : toutes les rentes dont la somme des cens déjà payés équivalait à celle de la vente seraient à casser sans autre177. En 1517, des paysans en émeute demandèrent enfin l'abolition de tous les cens et rentes178.

  • 179 Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, II. Abteilung : Die Rechtsquellen des Kantons Bern, vol. 7 (...)

49Mais si cette revendication avait été accordée, ceci aurait privé les paysans de l'instrument de crédit le plus répandu et le plus avantageux, vu les taux d'intérêt de 5 % seulement en moyenne. Les paysans eux-mêmes ne voulaient pas vraiment se passer de cette possibilité de se procurer des liquidités. En 1530, le conseil de Berne avait interdit la vente de rentes en nature en considérant que – vu les prix changeants des produits agricoles-, les paysans pourraient être surchargés de manière injuste. Mais les paysans protestèrent, alléguant que la prohibition des rentes en nature les priverait de toute possibilité d'avoir recours au crédit par la vente de rentes179. Ce crédit était devenu, aux yeux des paysans, un élément indispensable dans le secteur agraire.

  • 180 « ... alles das, das usswendig der muren was, das was vient und hasseten die von Strassburg, darum (...)
  • 181 Konrad Fritze, Soziale Aspekte, op. cit., note 142, p. 29.
  • 182 Pour les impôts ceci est décrit par Karlheinz Blaschke, « Steuer, Geldwirtschaft und Staat in vori (...)

50Les revendications des paysans montrent une tendance anticléricale nourrie par la dépendance financière des créanciers ecclésiastiques. Mais les rapports entre villes et campagnes se dégradèrent aussi à cause des ressentiments conçus par nobles des campagnes et paysans débiteurs contre leurs créanciers urbains. La continuation de la chronique de Königshoffen l'a fort bien dit à propos des troubles guerriers de 1392 : « Tout les gens en dehors des murs furent des ennemis de la ville de Strasbourg et la haïrent parce ce qu'ils étaient endettés chez les bourgeois et que leurs terres étaient engagées envers lesdits bourgeois ; et ils crurent pouvoir se débarrasser des dettes et intérêts par cette guerre ; et ils voulurent asservir et ruiner la ville, mais ils se ruinèrent eux-mêmes, parce qu'ils doivent de jour en jour plus et ils ont moins qu'auparavant »180. Konrad Fritze a formulé l'opinion que pour la situation sociale des paysans la diffusion des capitaux bourgeois dans la sphère de la production agraire féodale aurait eu sans aucun doute les conséquences les plus néfastes181. Il est certain que l'endettement a accentué les différences sociales entre les paysans. Comme les impôts, les rentes payables en argent contraignirent les paysans à gagner cet argent par l'augmentation de la production destinée au marché182.

  • 183 Karl Theodor von Inama-Sternegg, Deutsche Wirtschaftsgeschichte, III, 2, Leipzig, 1901, pp. 466-47 (...)
  • 184 Richard C. Hoffmann, Land, op. cit., note 17, p. 296 : « ... sales of census now served emergency (...)
  • 185 Pour l'Empire du bas Moyen Âge des recherches sur les investissements dans l'agriculture manquent. (...)
  • 186 Voir par exemple Ruth Vögeli, Das Leibding. Erscheinungs-und Entwicklungsformen nach thurgauischen (...)
  • 187 Voir par exemple Walter L. Raum, Untersuchungen zur Entwicklung der Flurformen im südlichen Oberrh (...)
  • 188 Voir Hans Lentze, Leibrentenvertrage im mittelalterlichen Wilten. Dans : Carinthia 2, Mitteilungen (...)
  • 189 Richard C. Hoffmann, Land, op. cit., note 17, p. 268.

51À quelles fins servaient les crédits ? Quelles étaient les affectations des sommes empruntées à l'aide de la vente de rentes ? À vrai dire, nous n'en savons presque rien. Je partage l'opinion déjà exprimée par Inama-Sternegg, en 1901, selon laquelle, avant le xiie siècle, le crédit ne servait qu'à se tirer d'une situation grave sans autre issue183. À mon avis, pour les paysans ceci restait le motif primordial. Pour la Silésie, on a recemment constaté que les ventes de rentes des paysans dans la première moitié du xve siècle servaient à des besoins urgents et se rapprochaient donc du crédit de subsistance184. Bien que les ventes de rentes, dont les intérêts diminuèrent jusqu'à 5 % au bas Moyen Âge, eussent été aptes à procurer les capitaux pour des investissements dans le secteur agraire, dont la productivité moyenne se situait à peu près au même niveau, de nouvelles recherches soulignent que même les seigneurs fonciers n'ont que rarement investi dans l'amélioration de la production par la modernisation de l'outillage, des bâtiments, des voies de transport, par le drainage ou l'engraissement185. L'argent disponible fut investi dans l'achat de nouvelles terres et de revenus. Pour les paysans, agrandir les terres pouvait signifier une amélioration de la production. Mais les possibilités pour eux étaient limitées parce que l'unité de production restait la famille. D'autres fins ont certainement aussi parfois été visées. Les sources nous informent un peu partout sur les règlements de succession et de dotation des filles et des veuves par la constitution – gratuite la plupart du temps – de rentes à vie et à perpétuité186, ce qui aggravait encore les charges des terres sans profiter vraiment aux paysans actifs. Dans les régions avec droit de succession individuelle ceci ne pouvait même pas empêcher un lotissement énorme des terres187. Si par exemple l'on voit des paysans acheter des rentes à vie du monastère de Wilten, on peut déduire qu'eux-mêmes, s'ils avaient épargné quelque argent, préférèrent cette forme d'investissement188. On trouve parfois aussi dans les sources des paysans jouissant des revenus de rentes vendues par leurs collègues ou par leurs seigneurs189.

En guise de conclusion

52Je ne terminerai pas ce survol des problèmes du crédit paysan dans l'Empire au bas Moyen Âge par un pointillisme d'observations très différenciées, mais par quelques traits peut-être trop hardis. Une première constatation est banale mais – à mon sens – fondamentale. Nous ne saurons jamais quelque chose de bien précis sur l'ampleur et donc sur la signification réelle du crédit dans le secteur agraire dans les régions étudiées ici. Ceci à cause de la déficience d'actes notariés à part quelques débris, le notariat ne s'étant pas répandu dans l'Empire. Mises à part quelques rares exception, il faut avouer la même ignorance en ce qui concerne l'affectation des sommes prêtées.

  • 190 Sur ce point, voir Ulrich Pfister, « Le petit crédit rural en Suisse aux xvie - xviiie siècles », (...)

53À plusieurs reprises j'ai mentionné dans mon exposé le rôle du crédit – et pas seulement celui à base de rentes – dans la spécialisation économique des régions et donc dans une modernisation du secteur agraire, c'est-à-dire dans un des développements les plus significatifs de l'économie du bas Moyen Âge. Le crédit a contribué à l'évolution de cette division internationale du travail par la commercialisation des produits agricoles et donc à des changements profonds dans le secteur agraire des régions exportatrices et importatrices. Mais il faut se demander pour chaque région séparément, dans quelle mesure les profits des exportations servaient à payer des importations ou étaient mis au service des dettes contractées190.

  • 191 J'ai illustré ceci par l'exemple de l'avouerie des terres du monastère de Saint-Alban de Bâle à Ge (...)
  • 192 En ce sens je ne suis pas de l'avis d'Evamaria Engel que les investissements urbains dans l'agricu (...)

54Mais il me semble que la conséquence la plus significative du crédit à base de rentes dans le secteur agraire n'est pas à chercher dans son rôle en faveur de la production des paysans mais dans sa part dans la dissolution des liens féodaux. C'est un aspect de ce qu'on a appelé la monétisation de toutes les sphères de vie, d'un renversement lent mais profond des bases de la société et de l'économie. Tout devenait achetable : seigneurie, état social, salut de l'âme. La mobilité des terres par achat et vente ainsi que la possibilité de les hypothéquer ont contribué à cette dissolution. Comme la puissance de travail du paysan fut au moins partiellement changée par la rente en un valeur de commerce, d'autres prestations à base de liens personnels et féodaux le furent elles aussi. Les seigneurs faisaient le commerce de leurs prestations et de leurs droits en les grevant de rentes eux-aussi. La rente commercialisée et interchangeable desserrait l'ancrage de ces prestations dans des liens de dépendance personnels et les transformait en de simples charges des terres191. Ceci a accéléré la transformation des seigneurs en rentiers et aussi, en maints endroits, leur dépossession par les bourgeois des villes. À l'exploitation des paysans par les seigneurs se substitua leur exploitation par les bourgeois et, de seigneuriale, celle-ci devint de plus en plus financière192.

Notes

1 Le texte français de cet exposé a été corrigé par Isabelle Bissegger et Laurence d'Epagnier. Je les en remercie vivement, ainsi que Willi Schoch pour son aide sur des problèmes bibliographiques.

2 Hermann Heimpel, Die Vener von Gmünd und Strassburg 1162-1447, 3 vols, Gottingen 1982 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte 52), p. 1367 s, no 34/1. Le texte de la bulle est aussi dans le Corpus Iuris Canonici, Extravagantes communes, lib. 3, tit. 5 De emptione et venditione, c. 1. Ibid. c. 2 ; renouvellement de la bulle par Calixte III.

3 Sur cette controverse, voir Hans-Jörg Gilomen, « Kirchliche Theorie und Wirtschaftspraxis. Der Streit um die Basler Wucherpredigt des Johannes Mulberg », dans : Itinera 4,1986, pp. 34-62.

4 H. Heimpel, op. cit., note 2, pp. 1368-1371, no 34/II.

5 Ibid., p. 1370 : « Et timendum est, quod in brevi ex hoc strages et commociones in populis orientur, quia territoria non sufficiunt ammodo tot gravamina censuum et reddituum supportare ».

6 Les problèmes des villes sont soulignés par la mention de Mayence, ville qui était à ce moment là déjà insolvable. Une crise financière a été suivie ici par un renversement politique en 1428/1429. Voir Joachim Fischer, Frankfurt und die Bürgerunruhen in Mainz (1332-1462), Mainz 1958 (Beiträge zur Geschichte der Stadt Mainz 15), pp. 18-30.

7 De novorum officiorum divinorum institutione, in : Clarissimi viri Juriumque doctoris Felicis Hemmerlin cantons quondam Thuricensis varie oblectationis opuscula et tractatus. Ex Basilea Jdibus Augusti M ccccxcvij [1497], fol. 61v-73v, surtout fol. 73r : « Et hec indubitanter fuit primordialiter regni Bohemorum destructionis causa, quia multum impatienter videbatur laicis, immo terrarum particulas nimium gravatas per pensiones clero censuales. Nam vix fuit pedis passus per omnes regni districtus ubi clerus non habuerit tributorum vel aliarum pensionum fructus ». V. Hans-Jörg Gilomen, Der Traktat, « De emptione et venditione unius pro viginti » des Magisters Felix Hemmerlin, dans : Studien zum 15. Jahrhundert. Festschrift Erich Meuthen, éd. Johannes Helmrath und Heribert Müller, München 1994, pp. 583-605.

8 Gustav Schmoller, « Zur Geschichte der national-ökonomischen Ansichten in Deutschland während der Reformations-Periode », dans : Zeitschrift für die gesammte Staatswissenschaft 16,1860, pp. 461-716, surtout pp. 554-571.

9 Heide Wunder, « Finance in the « Economy of Old Europe » : The Example of Peasant Credit from the Late Middle Ages to the Thirty Years War », dans : Wealth and Taxation in Central Europe : The History and Sociology of Public Finance, hg. von Peter-Christian Witt, Leamington Spa 1987, 19-47, p. 24 : « According to conventional categories, the history of rural credit begins only in the nineteenth century with the agrarian reforms ».

10 Voir par exemple Georges Duby, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, Paris, 1962, pp. 491-500. Le paragraphe « L'endettement paysan et ses effets » ne comprend que quelques pages. D'après lui les besoins en crédit des paysans surgirent au début du xiiie siècle. Werner Rösener, « Agrarwirtschaft, Agrarverfassung und làndliche Gesellschaft im Mittelalter », München 1992 (Enzyklopädie deutscher Geschichte 13), n'a pas des mots comme « Kredit, Satzung, Viehverstellung, Verschuldung » dans le registre. Même constatation pour Werner Rösener, Grundherrschaft im Wandel. Untersuchungen zur Entwicklung geistlicher Grundherrschaften im südwestdeutschen Raum vom 9. bis 14. Jahrhundert, Göttingen 1991 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte 102).

11 Voir Hans-Jörg Gilomen, « Stadt-Land-Beziehungen in der Schweiz des Spätmittelalters », dans : Itinera 18, sous presse.

12 De ces travaux je ne mentionne ici que Rolf Kiessling, Die Stadt und ihr Land. Umlandpolitik, Bürgerbesitz und Wirtschaftsgefüge in Ostschwaben vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, Köln - Wien 1989 (Städteforschung A 29) et Dorothee Rippmann, Bauern und Städter : Stadt-Land-Beziehungen im 15. Jahrhundert. Das Beispiel Basel, unter besonderer Berücksichtigung der Nahmarktbeziehungen und der sozialen Verhältnisse im Umland, Basel 1990 (Basler Beiträge zur Geschichtswissenschaft 159). Rippmann a écrit de belles pages sur le bail à cheptel pratiqué par Ulrich Meltinger, un commerçant bâlois. Mais les deux travaux ne s'occupent pas de la rente constituée, la forme de crédit la plus importante du bas Moyen Âge. Kissling p. 20 invoque comme cause de cette omission surprenante « die Notwendigkeit der Beschränkung aus arbeitsökonomischen Gründen ».

13 Un bon exemple est Konrad Fritze, Bürger und Bauern zur Hansezeit. Studien zu den Stadt-Land-Beziehungen an der südwestlichen Ostseeküste vom 13. bis zum 16. jahrhundert, Weimar 1976 (Abhandlungen zur Handels-und Sozialgeschichte 16), qui traite pp. 57 ss. les « Funktionen des städtischen und einzelbürgerlichen Besitzes auf dem Lande », mentionnant p. 61 aussi les ventes de rentes par les paysans qu'il considère d'ailleurs comme rares jusqu'à la fin du xve siècle, impression résultant peut-être du fait que les contrats de rentes échus n'avaient pas de bonnes chances d'être transmis jusqu'à nous. Selon lui le placement du capital bourgeois dans le secteur agraire, c'est-à-dire pour l'acquisition de biens-fonds et de rentes dans les villages, était la forme la plus intensive de la prédominance économique de la ville sur la campagne :« Die intensivste Form der ôkonomischen Vorherrschaft der Stadt über das flache Land ». Willi Alfred Boelcke, Zur Entwicklung des bauerlichen Kreditwesens in Württemberg vom späten Mittelalter bis Anfang des 17. Jahrhunderts, dans : Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik 176, 1964, pp. 319-358 et idem, « Der Agrarkredit in deutschen Territorialstaaten vom Mittelalter bis Anfang des 18. Jahrhunderts », dans : Kredit im spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Europa, éd. Michael North, Köln-Wien 1991 (Quellen und Darstellungen zur Hansischen Geschichte NF 37), pp. 193-213, s'occupe plutôt du temps post-médiéval. Les changements causés par les investissements urbains dans la production paysanne sont traités par Evamaria Engel, « Zu einigen Aspekten spätmittelalterlicher Stadt-Land-Beziehungen vornehmlich im Bereich von Hansestadten », dans : Jahrbuch für Geschichte des Feudalismus 4,1980, pp. 151-172.

14 Günther Franz, Der deutsche Bauernkrieg, 12e éd., Darmstadt, 1984 ; Elfride Kristek, élève de Günther Franz, consacre deux pages à l'endettement des paysans par des rentes constituées dans sa thèse : Bauernlage und Bauernnot in der Grafschaft Leiningen 1400-1525, Kaiserslautern 1941, p. 53 s. Sur l'orientation politique de l'interprétation de la Guerre des paysans par Günther Franz et ses élèves v. Werner Rösener, « Zur sozialökonomischen Lage der bäuerlichen Bevölkerung im Spätmittelalter », dans : Bauerliche Sachkultut des Spatmittelalters, Wien, 1984 (Oesterreichische Akademie der Wissenschaften, Phil.-hist. Klasse, Sitzungsberichte Band 439 = Veröffentlichungen des Instituts für mittelalterliche Realienkunde 7), pp. 9-47, surtout p. 13. La recherche plus ancienne avait du moins abordé en passant le problème de l'endettement, voir Eberhard Gothein, « Die Lage des Bauernstandes am Ende des Mittelalters, vornehmlich in Südwestdeutschland », dans : Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst 4, 1885, pp. 1-22, surtout p. 6 ; quelques bonnes remarques aussi chez Adolf Bruder, Studien über die Finanzpolitik Herzog Rudolfs IV. von Oesterreich, Innsbruck, 1886, p. 100 s. ; Fritz Kiener, « Zur Vorgeschichte des Bauernkriegs am Oberrhein, » dans : Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins 58, 1904, pp. 479-507, surtout pp. 488, 497s. Et il faut mentionner Francis Rapp, « Die soziale und wirtschaftliche Vorgeschichte des Bauernkrieges im Unterelsass », dans : Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte 189, Jahrrgang 82, 1975, pp. 29-45, p. 41, qui a souligné que des centaines de contrats de rentes du xve siècle concernant des paysans sont enregistrés dans le cartulaires. Heide Wunder, « Peasant communities in medieval and early modern Germany », dans : Communautés rurales V, Paris 1987 (Publications de la société Jean Bodin pour l'histoire comparatives des institutions 44), pp. 9-52, p. 24, a écrit : « However, the intense debate about the reasons for the participation of many prosperous peasants in the Peasant'War shows that indebtedness was not a vital factor in determining the peasants positions ». Cette affirmation, se référant à Günther Franz, « Die Führer im Bauernkrieg », dans : idem, Bauernschaft und Bauernstand 1500-1970, Limburg an der Lahn 1975, pp. 1-15, serait au moins à discuter. La situation financière des meneurs d'une révolte voire d'une révolution tout comme leur appartenance à un certain état ne déterminent en rien le caractère social du mouvement. D'après ce raisonnement on pourrait se creuser la tête sur l'état de petite noblesse de Lénine et le caractère social de la révolution russe ! Sur le problème de l'endettement paysan dans les émeutes paysannes v. Hans-Jörg Gilomen, « Das Motiv der bäuerlichen Verschuldung in den Bauernunruhen an der Wende zur Neuzeit », dans : Spannungen und Widersprüche. Gedenkschrift für Frantisek Graus. Ed. Susanna Burgharts, Hans-Jörg Gilomen, Guy P. Marchai, Rainer C. Schwinges, Katharina Simon Muscheid, Sigmaringen 1992, pp. 173-189.

15 Willi Alfred Bœlcke, « Entwicklung », op. cit, note 13, pp. 319-358 ; idem, « Der Agrarkredit », op. cit., note 13. Heide Wunder, « Finance », op. cit., note 9, pp. 19-47.

16 Guido Kisch, The Jews in Medieval Germany. A Study of their Legal and Social Status. Chicago 1949, p. 225 : « ... that in the entire source material under consideration, reaching up to the 15th century, there is not even a single instance proving or even indicating indebtedness of peasants to Jews ».

17 Je ne m'occupe pas ici des dettes envers des Juifs que des seigneurs ont transférées sur leurs paysans. Voir par exemple Richard C. Hoffmann, Land, Liberties and Lordship in a Late Medieval Countryside. Agrarian Structure and Change in the Duchy of Wroclaw, Philadelphia 1989, pp. 264 et 266.

18 Ordonnances des roys de France de la troisième race, vol. 1, Paris 1723, p. 35 ss. : « Nullus Judaeus, ab octavis Purificationis beatae Mariae inantea, mutuo tradet alicui Christiano, qui propriis manibus laboret, sicuti agricola, sutor, carpentarius, et huiusmodi, qui non habent hereditates, vel mobilia, unde possint sustentari, nisi laborant propriis manibus » ;« ... seuls les marchands et les nobles avaient le droit de contracter des emprunts chez les Juifs », en a déduit Gérard Nahon, « Le crédit et les Juifs dans la France du xiiie siècle », dans : Annales ESC 24, 1969, 1121-1148, 1126. Mais des artisans et des paysans ne cessent de figurer parmi les débiteurs des Juifs.

19 Ordonnances, op. cit., note 18, p. 36 : « Item nullus Judaeus accipiet in vadium ornamentum Ecclesiae aut vestimentum sanguinolentum, aut madidum, aut ferrum carrucae, aut animalia carrucae, aut bladum non ventilatum ».

20 Sans faire de différence entre la France et l'Empire, Jacques Heers, Le travail au Moyen Âge, 4e éd. Paris, 1982 (Que sais-je ? 1186), p. 86, remarque à propos des xive et xve siècles : « Les prêteurs sur gages, Juifs, Lombards, Toscans, accueillent maintenant une clientèle paysanne nombreuse ».

21 Stuart Jenks, « Judenverschuldung und Verfolgung von Juden im 14. Jahrhundert », dans : Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte 65, 1978, pp. 309-356, p. 326s.

22 Ibid., p. 329.

23 Ibid., p. 334s.

24 Le petit crédit sur gage se contracte oralement. À part un mémoire du créditeur rien n'était fixé par écrit. Le gage lui-même était la preuve de l'existence de la dette. Voir Wilhelm Wadl, Geschichte der Juden in Karnten im Mittelalter, Klagenfurt 1981 (Das Kärntner Landesarchiv 9), pp. 78, 81.

25 Hans-Jörg Gilomen, « Wucher und Wirtschaft im Mittelalter », dans : Historische Zeitschrift 250,1990, pp. 265-301, surtout 291.

26 Ibid., pp. 265-301.

27 Isidor Kracauer, Geschichte der Juden in Frankfurt a, M. (115 =-1824), vol. 1, Frankfurt a. M. 1925, pp. 70 s. Est-ce en corrigeant Kracauer que Toch affirme l'absence de paysans dans ces registres ? Voir Michael Toch, « Der jüdische Geldhandel in der Wirtschaft des deutschen Spätmittelalters » : Nürnberg 1350-1499, dans : Blätter für deutsche Landesgeschichte 117, 1981, pp. 283-310, ici p. 294. Dans les listes de Nuremberg les paysans manquent. Voir aussi Bruno Kuske, « Die Entstehung der Kreditwirtschaft und des Kapitalverkehrs », dans : Die Kreditwirtschaft, Leipzig 1927 (Kölner Vortrage 1), pp. 1-79, ici p. 17.

28 Jeanne Niquille, « Les prêteurs juifs de Morat », dans : Nouvelles étrennes Fribourgeoises 60, Fribourg, 1927, pp. 89-99, surtout p. 95.

29 Michael Toch, « Geld und Kredit in einer spätmittelalterlichen Landschaft. Zu einem unbeachteten hebräischen Schuldenregister aus Niederbayern (1329-1332) », dans : Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 38, 1982, pp. 499-550, surtout p. 512 et passim. En p. 512, note 54, Toch affirme, que la vue de Kisch est, avec ce registre de Straubing « endgültig entkräftet ».

30 Ibid., 508, note 30.

31 Franz Irsigler, « Juden und Lombarden am Niederrhein im 14. Jahrhundert », dans : Zur Geschichte der Juden im Deutschland des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit, éd. Alfred Heit, Stuttgart 1981 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters 24), pp. 122-139, ici pp. 125 et 130.

32 Michael Toch, Geld, op. cit., note 29, p. 520. Des Juifs, qui habitaient dans des villages et de là effectuaient leurs opération de crédit dans le pays et dans les villes, sont déjà mentionnés dans la deuxième moitié du xiiie siècle dans une réponse du rabbin Chajim Or Sarua, fils d'Isak O Sarua de Vienne, voir Moses Hoffmann, Der Geldhandel der deutschen Juden wahrend des Mittelalters bis zum Jahre 1350, Leipzig 1910, p. 220 no 202.

33 L'importance du crédit juif pour les paysans au xve siècle est soulignée par exemple par Clemens Bauer, « Probleme der mittelalterlichen Agrargeschichte im Elsass ». Dans : Alemannisches Jahrbuch 1, Lahr 1953, pp. 238-251, ici p. 240. Dans le « Judenbuch » du monastère de Rein au Steyrmark, écrit de 1489 à 1490, les dettes de 110 paysans envers des Juifs sont enregistrées. Voir l'édition de David Herzog, « Das Juden-Puech des Stiftes Rein », dans : Zeitschrift des Historischen Vereins für Steiermark 28,1934, pp. 79-146.

34 Julius Aronius, Regesten zur Geschichte der Juden im fränkischen und deutschen Reiche bis zum Jahre 1273, Berlin 1902, pp. 233-237, no 547 ; voir J. E. Scherer, Die Rechtsverhältnisse der Juden in den deutsch-österreichischen Ländern, Leipzig 1901, pp. 184 ss. ; voir aussi Max Neumann, Geschichte des Wuchers in Deutschland bis zur Begründung der heutigen Zinsengesetze (1654), Halle 1864, surtout pp. 319-327 : « Höhe der Judenzinsen, und Ursache dieser Höhe ».

35 Julius Aronius, Regesten, op. cit., note 34, pp. 260-261, no 618.

36 Philippe Auguste le concéda pour ses domaines dès 1218, voir Ordonnances, op. cit., note 18, pp. 35-37.

37 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 72 s.

38 Ibid., p. 207, no 171.

39 Franz Theobald von Rizy, Ueber Zinstaxen und Wuchergesetze, Wien 1859, p. 72s.

40 Le duc Albert II. d'Autriche en 1338 concéda pour des prêts d'une livre et plus des intérêts de 3 sous par semaine pour une livre, pour des prêts encore plus faibles le taux était fixé selon la proportion d'un denier par semaine pour 60 deniers ; Rizy, Zinstaxen, cit. supra note 39, p. 72 s. À Zurich, on a réglé les taux d'intérêt dans le Richtebrief V, § 104 und 105 au début du xive siècle comme suit : « Swele der iuden ald der Caurtschin dien burgern ein Mark silbers zer wuchon türo liet danne umbe sechs pfenninge und ein pfunt umb zwene und zehen schillinge umb ein pfenning und fünf schilling umb ein helbeling, als dicke ers tuot gegen dien burgern und gegen dien, die ir getwinge sint, als dikke git er ein halbe Mark ». La proportion est toujours telle qu'il en résulte un taux de 43 1/3 %. Qu'on se soit donné la peine d'énumérer plusieurs exemples de prêts d'un marc jusqu'à de petites sommes de 5 sous seulement, montre bien que ces prêts très petits ont dû être fréquents. Voir « Der Richtebrief der Burger von Zürich, mitgetheilt von Friedrich Ott », dans : Archiv für Schweizerische Geschichte 5, 1847, pp. 149-291 ; voir aussi Hans-Jörg Gilomen, « Innere Verhältnisse der Stadt Zürich 1300-1500 », dans : Geschichte des Kantons Zürich, Band 1 : Frühzeit bis Spätmittelalter, Zürich 1995, 336-389, surtout p. 350. Il faut bien sûr s'entendre : à mon avis, des crédits qui ne dépassent que rarement un montant de 10 florins ne peuvent pas être considérés comme importants vu que dans les comptes urbains de la ville de Bâle au xive et xve siècles par exemple ne sont presque jamais enregistrées des rentes au dessous d'un montant de 100 florins ! Voir l'avis contraire de Gerd Mentgen, Studien zur Geschichte der Juden im mittelalterlichen Elsass, Hannover 1995 (Forschungen zur Geschichte der Juden, Abt. A : Abhandlungen, Bd. 2), 503.

41 G. Liebe, « Die rechtliche und wirtschaftliche Stellung der Juden im Mittelalter in Trier », dans : Westdeutsche Zeitschrift für Geschichte und Kunst 12, 1893, pp. 311-371, surtout 343. Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 152.

42 Jeanne Niquille, Les prêteurs, op. cit., note 28, pp. 89-99, surtout p. 96.

43 Voir Hans von Voltelini, « Die ältesten Pfandleihbanken und Lombardprivilegien Tirols ». Dans : Beiträge zur Rechtsgeschichte Tirols, Innsbruck 1904,1-69.

44 Aloys Schulte, Geschichte des mittelalterlichen Handels und Verkehrs zwischen Westdeutschland und Italien mit Ausschluss von Venedig, I : Darstellung, Leipzig, 1900, p. 315 s.

45 Michael Toch, Geld, op. cit., note 29, p. 524 croit avoir détecté des traces indiquant que les paysans de la Basse Bavière ont contracté des prêts pour payer les redevances en argent. Il se réfère à Georges Duby, op. cit., note 10, pp. 252, 360.

46 « De même il est usuel que les non-juifs empruntent de l'argent chez les Juifs pour du blé qu'ils leur apportent plus tard ». Traduit d'après le texte allemand publié par Moses Hoffmann, Der Getdhandel, op. cit., note 32, p. 177.

47 Bischoff, Das Pettauer Stadtrecht von 1376. Dans : Sitzungsberichte der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften Wien, Phil.-hist. Klasse 113, 1886, pp. 717 et 726, cité par Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, p. 80.

48 « Il est usuel que des non-juifs habitants dans des villages prennent de l'argent des non-juifs et des Juifs qui tiennent boutiques, pour lequel ils leur apportent après un ou deux jours des légumes en ville ». Traduit d'après le texte allemand publié par Moses Hoffmann, Der Getdhandel, op. cit., note 32, p. 177. Le droit juif distinguait boutiquiers et particuliers, ibid. p. 228, no 218.

49 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 207, no 173, p. 236 no 245 ; voir aussi p. 154, no 35, réponse d'Elieser ben Nathan dit Raben, de Mayence, première moitié du xiie siècle.

50 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, p. 66 d'après Stobbe, Geschichte der Juden Deutschlands wahrend des Mittelalters, Braunschweig 1866, p. 127 ; Eugen Nübling, Die Judengemeinden des Mittelalters, insbesondere die Judengemeinde der Reichsstadt Ulm, Ulm 1896, p. 238. Une liaison entre le prêt juif sur la récolte sur pied et le commerce juif des grains est supposée aussi pour les régions du Rhin inférieur par Franz Irsigler, Juden, op. cit., note 31, p. 125.

51 Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, p. 107. Ils furent exclus du commerce du vin par le roi Frédéric III en 1445. Ibid., p. 129. Je ne suis pas tout à fait convaincu du modèle d'endettement vigneron construit par Heide Wunder, Finance, op. cit., note 9, pp. 19-47, p. 34 s.

52 Franz Irsigler, Juden, op. cit., note 31, p. 124s. Josef Kulischer, « Warenhändler und Geldausleiher im Mittelalter », dans : Zeitschrift für Volkswirtschaft, Sozialpolitik und Venvaltung 17,1908, p. 230.

53 Bericht des Ephraim bar Jacob. Dans : Hebräische Berichte über die Judenverfolgungen wahrend der Kreuzzüge, éd. Adolf Neubauer et Moritz Stern, trad. par S. Baer, Berlin, 1892 (Quellen zur Geschichte der Juden in Deutschland 2), pp. 187-213, surtout p. 196 : « Was die übrigen Gemeinden Frankreichs betrifft, so haben wir nicht gehort, dass jemand von ihnen umgebracht oder zur Taufe gezwungen worden ist ; aber sehr viele derselben sind um ihr Vermögen gekommen. Denn der König von Frankreich hatte einen Befehl ergehen lassen, dass einem Jeden, der sich zum Kreuzzuge nach Jerusalem entschliesse, seine Schulden, die er den Juden schuldig sei, erlassen sein sollten. Die meisten Darlehen der französischen Juden aber geschahen auf blossen Credit ; dadurch verloren sie ihr Vermögen ». Voir aussi The Jews and the Crusaders. The Hebrew Chronicles of the First and Second Crusades, translated and edited by Shlomo Eidelberg, Madison (Wisc.) 1977, p. 131.

54 Julius Aronius, Regesten, op. cit., note 34, p. 65 no 154. Pour des textes du dernier quart du xie siècle concernant des gages pour des prêts juifs, voir Hans-Georg von Mutius, Rechtsentscheide rheinischer Rabbinen vor dem ersten Kreuzzug, Frankfurt am Main 1985 (Judentum und Umwelt 13/11), surtout pp. 102, 113 s, 116 ss.

55 Hermanni opusculum de sua conversione, in : Patrologia Latina 170, col. 805 et 807.

56 Ces réponses furent publiées par Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, pp. 124-236. Voir aussi Hans-Georg von Mutius, Rechtsentscheide rheinischer Rabbinen, op. cit. note 54, surtout pp. 1 ss. et 59 ss. Jehuda ha-Kohen et David ha-Levi sur des gages entre Juifs. Voir aussi note 54.

57 Voir les remarques pertinentes de Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, p. 78 s.

58 Michael Toch, Geld, op. cit., note 29, p. 519. Il se réfère à Rolf Sprandel, Das mittelalterliche Zahlungssystem nach hansisch-norddeutschen Quellen des 13. - 15. Jahrhunderts, Stuttgart, 1975 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters 10), p. 60 : « Man wird grundsätzlich sagen können, dass überall, wo Juden bezeugt sind, diese als Pfandleiher tätig waren ».

59 Ils sont mentionnés par exemple dans Le Judenbuch du monastère de Rein en Carinthie, voir David Herzog, Das Juden-Puech, op. cit., note 33 ; dans les actes notariés de Morat en Suisse au xive siècle, voir Jeanne Niquille, Les prêteurs, op. cit., note 28, pp. 89-99 ; dans les sources concernant une émeute de paysans des environs de Worms, voir Albrecht Eckhardt, « Die Bechtheimer Dorfordnung aus dem Jahr 1432 und der Bauernaufstand von Worms 1431/32 », dans : Archiv für hessische Geschichte und Altertumskunde, NF 33, 1975, pp. 55-85, surtout p. 74, où la restitution des gages est mentionnée.

60 Moses Hoffmann, Der Geldhandel, op. cit., note 32, pp. 5, 82, 98. Là ou l'acquisition leur était interdite, les Juifs devaient vendre dans le délai d'une année les biens échoués entre leurs mains.

61 Wilhelm Wadl, Kärnten, op. cit., note 24, pp. 63 ss. et 130.

62 David Herzog, Das Juden-Puech, op. cit., note 33, pp. 79-146.

63 Gerald Gänser, « Strukturveränderungen im agrarischen Bereich während des 15. Jahrhunderts », dans : Zeitschrift des historischen Vereins für Steiermark 75, 1984, pp. 23-30, surtout p. 24s. Des interdits d'engager des terres pour des prêts juifs se trouvent aussi dans les rôles des villages, voir par exemple le Banntaiding de Metzleinsdorf en Autriche : « ... daz ein jeglich man mag sin erbgut verseczen oder verchaufen, wann in das not geschiecht, daran sol in die herschft ân erlich sach nicht irren, ausgenomen daz behauszt gut den juden nicht versetzt werde » Siehe Karl Schalk, « Die niederösterreichischen weltlichen Stände des 15. Jahrhunderts nach ihren spezifischen Eigentumsformen », dans : Mitteilungen des Instituts für Oesterreichische Geschichtsschreibung, 2. Ergänzungsband (1888), pp. 421-454, 438. Les droits des villages de Owingen et de Stetten près de Haigerloch en Bade-Wurtemberg sanctionnent des prêts contractés par les paysans chez des Juifs par une amende de 10 livres ; voir Casimir Bumiller, Studien zur Sozialgeschichte der Grafschaft Zollern im Spätmittelalter, Sigmaringen 1990 (Arbeiten zur Landeskunde Hohenzollerns 14), p. 182.

64 Markus J. Wenninger, Man bedarf keiner Juden mehr, Wien 1981, p. 236. Frantisek Graus, Pest - Geissler - Judenmorde. Das 14. Jahrhundert als Krisenzeit, Gottingen 1987 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte 86), p. 362.

65 Fritsche Closeners Chronik, dans : Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, Bd. 8, Leipzig 1870, p. 130 : « ... daz was ouch die vergift, die die Juden dote ».

66 Albrecht Eckhardt, Die Bechtheimer Dorfordnung, op. cit., note 59, pp. 55-85. Voir aussi les documents chez Günther Franz, « Neue Akten zur Geschichte des Bauernaufstandes urn Worms im Jahre 1431/32 », dans : Zeitschrift fiir die Geschichte des Oberrheins 83, 1931, pp. 47-54, surtout p. 50. L'opinion de Günther Franz, que sauf quelques actes contre des Juifs isolés et abstraction faite de l'Alsace dans la Guerre des Paysans, la « question juive » n'aurait pas joué un rôle majeur, fut contredite par Ernst Kelter, « Die wirtschaftlichen Ursachen des Bauernkrieges », dans : Schmollers Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reiche 65, 1941, pp. 641-682, surtout pp. 653 s. Mais Kelter pensait surtout à des débiteurs urbains des Juifs.

67 Günther Franz, Neue Akten, op. cit., note 66, p. 50.

68 Günther Franz, Der deutsche Bauernkrieg, 12e éd., Darmstadt 1984, p. 60.

69 Stuart Jenks, Judenverschuldung, op. cit., note 21, 319.

70 Ibid., pp. 320 s.

71 MG LL Capit. 1, pp. 147-149, no 61 Capitulare Aquisgranense, 809, c. 12.

72 « Item praecipimus ne en intentione mutuent pecuniam suant nnte messem vel vindemias recepturi in messe vel vindemiis bladum vel vinum pro multo minori pretio quant valent in tempore. » Max Neumann, Geschichte des Wuchers, op. cit., note 34, p. 106 ; Franz Schaub, Der Kampf gegen den Zinswucher, ungerechten Preis und unlauteren Handel im Mittelalter : Von Karl dem Grossen bis Papst Alexander III, Freiburg i. Br. 1905, p. 58. Une autre description de ces affaires chez Berthold von Regensburg, Vollständige Ausgabe seiner Predigten, hg. von Franz Pfeiffer, Bd. 1, Wien 1862, pp. 438 s.

73 Voir Hans Gerd von Rundstedt, Die Regelung des Getreidehandels in den Städten Südwestdeutschlands und der deutschen Schweiz im späteren Mittelalter und im Beginn der Neuzeit, Stuttgart, 1930 (Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 19), qui mentionne pp. 110 s. aussi quelques exceptions.

74 Bruno Kuske, Die Entstehung, op. cit., note 27, pp. 25-27

75 Franz Irsigler, « Die Auflösung der Villikationsverfassung und der Uebergang zum Zeitpachtsystem im Nahbereich niederrheinischer Städte während des 13./14. Jahrhunderts », dans : Die Grundherrschaft im späten Mittelalter, 2 vols, éd. Hans Patze, Sigmaringen 1983 (Vorträge und Forschungen 27), vol. 1, pp. 295-311, ici p. 309.

76 Marian Malowist, Merchant Credit and the Putting-Out System : Rural Production During the Middle Ages, dans : Review : A Journal of the Fernand Braudel Center for the Study of Economies 4, 1981, pp. 667-681

77 Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung. Eine Sonderbildung der spätmittelalterlichen Gesellschaft, dargestellt auf Grund italienischer, franzosischer und deutscher Quellen, Weimar 1923 pour l'exemple des bails à cheptel du marchand bâlois Ludmann Meltinger, voir Dorothée Rippmann, op. cit., note 12, pp. 204-230.

78 Max Neumann, Geschichte des Wuchers, op. cit., note 34, p. 450.

79 Pierre Masson, « Le bail à cheptel d'après les actes notariés bourguignons du xive siècle jusqu'à la première moitié du xve siècle », dans : Mémoires de la société pour l'histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 2 (1935), pp. 77-140, est excellent.

80 Voir Wilhelm Abel, Stufen der Ernährung, Göttingen 1981.

81 « Acta Murensia oder Acta Fudationis ». Dans : Das Kloster Muri irn Kanton Aargau, éd. de Martin Kiem, Basel 1883 (Quellen zur Schweizer Geschichte 3/3), pp. 3-106, ici p. 83. Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 7, a cru qu'une décision du pape Alexandre IV pour le monastère d'Eussertal dans le Palatinat de 1256 serait une des plus anciennes mentions dans les régions alémaniques.

82 Roger Sablonier, « Innerschweizer Gesellschaft im 14. Jahrhundert. Sozialstruktur und Wirtschaft », dans : Innerschweiz und frühe Eidgenossenschaft. Jubiläumsschrift 700 Jahre Eidgenossenschaft, vol. 2 : Gesellschaft - Alltag - Geschichtsbild, Olten, 1990, pp. 5-233, surtout 143,152 s., 158 et 226 ss.

83 Exemple de Fribourg en Suisse chez Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 23.

84 Zeitschrift für Schweizerisches Recht 6, p. 128, cité par Daniel Rogger, Obwaldner Landwirtschaft im Spätmittelalter, Sarnen 1989 (Obwaldner Geschichtsblätter 18), p. 242.

85 Roger Sablonier, Innerschweizer Gesellschaft, op. cit., note 82, pp. 5-233 ; voir aussi Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 32, exemple de Werdern en Autriche, de Württemberg.

86 « Landbuch von Schwyz », éd. Kothing, Zürich-Frauenfeld 1850, p. 55, cité par Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 33 note no 1.

87 Exemple pour cette combinaison de bail à cheptel et commerce de bétail de Fribourg en Brisgau chez Eberhard Gothein, Wirtschaftsgeschichte des Schwarzwaldes und der angrenzenden Landschaften, vol. 1, Strassburg 1892, pp. 475-477.

88 Stefan Sonderegger et Matthias Weishaupt, « Spätmittelalterliche Landwirtschaft in der Nordostschweiz », in : Appenzellische Jahrbücher 115, 1987, 29-71, tiré à part, pp. 25-30.

89 « Hans Conrad Peyer, Wollgewerbe, Viehzucht, Solddienst und Bevölkerungsentwicklung in Stadt und Landschaft Freiburg i.ue. vom 14. - 16. Jahrhundert ». Dans : Freiburger Geschichtsblätter 61 (1977), pp. 17-41. Aussi dans : Agrarisches Nebengewerbe und Formen der Reagrarisierung im Spätmittelalter und 19./20. Jahrhundert. Ed. Hermann Kellenbenz, Stuttgart, 1975 (Forschungen zur Sozial-und Wirtschaftsgeschichte 21), pp. 79-95.

90 Nicolas Morard, « Le témoignage d'un notaire : achats, ventes et production à Fribourg au milieu du xive siècle », dans : Schweizerische Zeitschrift für Geschichte 35, 1985, pp. 121-141.

91 Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, pp. 27 s. et les documents pp. 129-133.

92 Ibid., pp. 5 ss.

93 Schwarzacher Salbuch no 1, fol. 218, sans date, cité par Franz Joseph Mone, « Zur Geschichte der Viehzucht ». Dans : Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins 3, 1852, 398-414, ici p. 407. Peut-être le texte est-il du xvie siècle.

94 Un tel contrat chez Stefan Sonderegger et Matthias Weishaupt, Spätmittelalterliche Landwirtschaft, op. cit., note 88, pp. 28 s.

95 Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 46.

96 Ibid., pp. 44.

97 Stefan Sonderegger et Matthias Weishaupt, Spätmittelalterliche Landwirtschaft, op. cit., note 88, p. 36.

98 Pierre Masson, « Le bail à cheptel d'après les actes notariés bourguignons du xive siècle jusqu'à la première moitié du xve siècle », dans : Mémoires de la société pour l'histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 2 (1935), pp. 77-140, ici p. 118 : « Après l'engagement et la vente de rentes, le bail à cheptel fut, en effet, un merveilleux instrument de prêt à intérêt tournant la prohibition canonique, et dont les circonstances favorisèrent le succès », ibid., p. 130 : « En Franche-Comté ce contrat fut aussi, durant le xvie siècle, un important moyen de crédit et un excellent procédé pour déposséder les paysans », ibid., p. XXX.

99 « The Mishnah », translated from the Hebrew by Herbert Danby, 17e éd., Oxford 1989, p. 356 : « Baba Metzia » 5, 5 und 6. Voir Marjorie Grice-Hutchinson, Early Economic Thought in Spain 1177-1740, London 1978, p. 18.

100 Henri Beaune, Droit coutumier français, vol. 4, Paris-Lyon 1889, p. 602.

101 Des exemples sont donnés par Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, pp. 19-21.

102 « The Mishnah », op. cit., note 99, p. 356 : Baba Metzia 5, 4, est ainsi interprété par Jacob Wackernagel, Die Viehverstellung, op. cit., note 77, p. 19.

103 Duby Georges, op. cit., note 10, p. 592. Barthel Huppertz, Räume und Schichten bduerlicher Kulturformen in Deutschland, 1939, a souligné le rôle de l'économie urbaine dans la diffusion du métayage dans les régions du Bas Rhin, mais Franz Irsigler, Die Auflosung, op. cit., note 75, pp. 305 s., sans contester cette opinion a cependant attiré l'attention sur le fait que les preuves de son affirmation manquent.

104 Voir des exemples chez Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft des Busier Cluniazenser-Priorates St. Alban im Mittelalter. Ein Beitrag zur Wirtschaftsgeschichte am Oberrhein, Basel 1977 (Quellen und Forschungen zur Basler Geschichte 9), pp. 206 s.

105 Werner Rösener, Zur sozialokonomischen Lage, op. cit., note 14, pp. 9-47, ici pp. 19 s. et surtout 22 s. Pour le métayage à temps dans les régions du Rhin inférieur, voir Franz Irsigler, Die Auflosung, op. cit., note 75, pp. 299 et 303.

106 Clemens Bauer, Probleme, op. cit., note 33, pp. 247 s.

107 Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschafl, op. cit., note 104, pp. 207 s. : « Sint aber durch die selben zinslût nit in eren gehalten, sunder wuest worden zuom teil, vnd dar vmm vs notturft vmm ein jerlichen zins ettliche stuck dar vsz den personen hie nachgeschriben verlihen ». D'après le livre de cens Staatsarchiv Basel-Stadt, Klosterarchiv St. Alban J, pp. 180 und 525.

108 Il est à savoir que le mort-gage (mortum vadium des sources) dans la terminologie française correspond à « Zinssatzung » en allemand, le vif-gage à « Totsatzung » !

109 E. Alix et Robert Génestal, « Les opérations financières de l'abbaye de Troarn en Normandie du xiie au xive siècle », dans : VSWG 2,1904, 616-640., 624-626 ; Hans Van Werveke, « Le mort-gage et son rôle économique en Flandre et en Lotharingie », dans : Revue belge de philologie et d'histoire 8,1929, pp. 53-91, surtout pp. 65-74.

110 Robert Génestal, Rôle des monastères comme établissements de crédit, étudié en Normandie du xie à la fin du xiiie siècle, Paris, 1901, pp. 188ss.

111 Corpus Iuris Canonici X, 5,19, 2 : Quoniam non solum viris. Voir Mansi 21, col. 1176, § 2.

112 Berthold von Regensburg, Predigten, op. cit., note 72, pp. 438s.

113 Welcher ligende verpfendte güter nutzet, der soll die nutzung an der houptsum abziehen. Item, wer ouch das einer dem andern ligende güter zu pfand insatzte vnd im die zu handen stallte mit zulass die zu nutzen biss die gelôst wurden, setzen vnd wôllen wir, alle die nutz vnd frucht, so der schuldher dauon nach abgerechnetem costen empfangen hett, die soll er dem schuldner an die houptsum rechnen vnd im souil dagegen an der houptsum abziehen, souil sich dieselben nutz vnd frucht betreffen. Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, XVI. Abteilung, 1. Teil. Stadtrechte, Bd. 7 : Das Stadtrecht von Rheinfelden, éd. Friedrich Emil Welti, Aarau 1917, p. 243.

114 Pour le Würtemberg, Willi Alfred Boelcke, Entwicklung, op. cit., note 13, pp. 319-358, p. 330 a souligné l'importance du mort-gage, sans toutefois reconnaître les problèmes causés par son caractère usuraire.

115 Il manque une étude moderne et approfondie de la vente à réméré dans l'Empire au Moyen Âge. Très vieilli est Platner, Der Wiederkauf. Dans : Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte 4, 1864, pp. 123-167. Pour une région française, voir J. Bart, La vente à réméré en Mâconnais (1450 - 1560 env.), dans : Mémoires de la société pour l'histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 23,1962, pp. 137-161.

116 Parce que la vente à réméré est encore plus sûre pour les créditeurs, elle a servi comme substitut de la rente dans des situations exceptionnelles encore au xvie siècle. Voir Fritz Kiener, « Zur Vorgeschichte des Bauernkriegs am Oberrhein », dans : Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins 58,1904, pp. 479-507, surtout p. 498.

117 Platner, Der Wiederkauf, op. cit., note 115, pp. 130 s.

118 J. Bart, La vente à réméré en Mâconnais (1450-1560 env.), dans : Mémoires de la société pour l'histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 23, 1962, pp. 137-161, ici p. 143. Voir aussi p. 152 : « L'acquisition à faculté de rachat fut une des armes les plus efficaces et les plus redoutables utilisées pour mettre la main sur la propriété rurale par la classe des prêteurs du xve et du xvie siècle ».

119 Pour la plupart des chercheurs ce financement est le noyau du système. Voir par exemple Wolfgang von Stromer, Die Gründung der Baumwollindustrie in Mitteleuropa, Stuttgart 1978, pp. 87 s. Pour d'autres, c'est l'écoulement par le marchand-drapier qui est le critère distinctif du système. Voir Friedrich-Wilhelm Henning, Handbuch der Wirtschafts - und Sozialgeschichte Deutschlands, vol. 1 : Deutsche Wirtschafts - und Sozialgeschichte im Mittelalter und in der frühen Neuzeit, Paderborn 1991, pp. 247-253. Voir aussi Rudolf Holbach, Frühformen von Verlag und Grossbetrieb in der gewerblichen Produktion (13.-16. Jahrhundert), Stuttgart 1993 (Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft 110). Pour Constance v. Friedrich Wielandt, Das Konstanzer Leinengewerbe. 1. Geschichte und Organisation, Konstanz 1950 (Konstanzer Stadtrechtsquellen 2) ; pour Saint-Gall v. Hans Conrad Peyer, Leinwandgewerbe und Fernhandel der Stadt St. Galien von den Anfdngen bis 1520, 2 vols, St. Galien 1960 (St. Galler Wirtschaftswissenschaftliche Forschungen 16).

120 Sur le travail de petits paysans dans « l'industrie à domicile » de lin et de futaine, voir H. Grees, « Ländliche Unterschichten und ländliche Siedlung in Ostschwaben », Tübingen, 1975 (Tübinger geographische Studien 58), pp. 130 s.

121 Pour la région du lac de Constance, voir Friedrich Wielandt, Das Konstanzer Leinengewerbe, op. cit., note 119, pp. 99s.

122 Hans Conrad Peyer, Wollgewerbe, op. cit., note 89.

123 Pour Augsbourg, voir Wolfgang von Stromer, Baumwollindustrie, op. cit., note 119, p. 31.

124 Ibid., p. 8. Voir aussi la carte « Europäische Wirtschaft um 1500 », dans Grosser Historischer Weltatlas, éd. par le Bayerischer Schulbuch-Verlag, München, 1970, pp. 124s. En France, des régions du lin se sont formées en Bretagne et en Anjou, de fûtaines autours de Lyon.

125 Voir les cartes chez Wolfgang von Stromer, Baumwollindustrie, op. cit., note 119, pp. 12 et 56.

126 Il manque une monographie moderne sur la rente constituée dans l'Empire. La thèse de Benedictus von Stempell, Die ewigen Renten und ihre Ablösung, Leipzig 1910, a vieilli. Pour les rentes viagères, dont je ne traiterai pas ici, voir Werner Ogris, Der mittelalterliche Leibrentenvertrag, Wien-München 1961 (Wiener rechtsgeschichtliche Arbeiten 6). Voir Hans-Jörg Gilomen, « Rente,-nkauf,-nmarkt », dans : Lexikon des Mittelalters, vol. 7, München-Zürich 1995, col. 735-738.

127 Peter Blickle, « Bäuerliches Eigen im Allgäu ». Dans : Zeitschrift für Agrargeschichte und Agrarsozilogie 17, pp. 57 ss., ici pp. 65, 78 ; Eduard Hanslik, « Die "freien" Bauern zu Pfronten », dans : Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte 46,1983, pp. 391-396.

128 Siegfried Rietschel, « Die Entstehung der freien Erbleihe », dans : Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung 22, 1901, pp. 181-244, 455-456, surtout p. 212 ; Charles-Edmond Perrin, « Le grand domaine en Allemagne », dans : Recueils de la société Jean Bodin 4 : Le domaine, Wetteren 1949, pp. 115-147, surtout p. 137 ; Werner Rösener, Zur sozialökonomischen Lage, op. cit., note 14, pp. 9-47, surtout p. 22 avec d'autres titres en note.

129 Peter Liver, Zur Entstehung des freien bäuerlichen Grundeigentums, Separatdruck aus Zeitschrift für Schweizerisches Recht, NF 65, Basel 1946, p. 3 : Le paysan était « Eigentümer des von ihm bebauten Bodens geworden, und sein Recht am Boden schloss auch alle Grundelemente des freien Eigentums in sich ; es war lediglich beschränkt durch die zu Grundlasten gewordenen sogenannten Feudalrechte... »

130 Franz Irsigler, Die Auflösung, op. cit., note 75.

131 Werner Rösener, Agrarwirtschaft, op. cit., note 10, pp. 36-40.

132 Evamaria Engel, Benedykt Zientara, Feudalstruktur, Lehnbürgertum und Fernhandel im spätmittelalterlichen Brandenburg, Weimar 1967 (Abhandlungen zur Handels-und Sozialgeschichte 7), Einleitung von Eckhard Müller-Mertens, p. 25.

133 Gero Kirchner, « Probleme der spätmittelalterlichen Klostergrundherrschaft in Bayern. Landflucht und bäuerliches Erbrecht », dans : Zeitschrift für Bayrische Landesgeschichte 19, 1956, pp. 1-94, surtout p. 6. Kirchner généralise la situation bavaroise, ce qui est certainement faux. En Oberschwaben le « Fallehen », un fermage à vie ou à plusieurs vies était, à côté de la censive héréditaire, assez répandue aux xive et xve siècle. Voir David Warren Sabean, Landbesitz und Gesellschaft am Vorabend des Bauernkriegs, Stuttgart 1972 (Quellen und Forschungen zur Agrargeschichte 26), pp. 21ss.

134 Ingomar Bog, Dorfgemeinde, Freiheit und Unfreiheit in Franken, 1956 (Quellen und Forschungen zur Agrargeschichte 3), pp. 48ss.

135 Wilfried Beimrohr, « Bäuerliche Besitzrechte im südöstlichen Tirol », dans : Tiroler Heimat 50, 1986, pp. 175-218, surtout 207 s. : « Bereits im 12. und 13. Jahrhundert beginnt sich in Tirol eine ganz bestimmte Form grundherrlicher Leihe auszubreiten : das Erbbaurecht, auch Baurecht und ius coloni genannt. [...] Bereits zu Ausgang des Mittelalters wächst sich das tirolische Erbbaurecht - zwar nicht seiner Rechtsform nach, wohl aber seiner tatsächlichen Gestaltung nach - zum Eigentum des Erbbaumannes aus, während das grundherrliche Recht zu einem Rentenbezugsrecht und zu einem Anspruch auf bestimmte ausserordentliche Abgaben herabsank, deren Ausmass im Landrecht festgelegt war. Zu Beginn des 16. Jahrhunderts hatte das Erbbaurecht in der Grafschaft Tirol (mit Ausnahme der neu erworbenen Gebiete) Leiheformen wie das Freistiftrecht verdrängt ».

136 Ibid., p. 176. : « Quod domestici ecclesie Novecellensis [Kloster Neustift], viri et femine, sibi et suis heredibus in nllodiis, curtibus, areis, hortis, agris, domibus, decimis et in villicara, dicta maierhof... ius hereditarie successionis... vendicare presumunt ».

137 Ibid., p. 181.

138 Ibid., p. 208.

139 Gerald Gänser, Strukturveranderungen, op. cit., note 63, p. 24.

140 Ibid., p. 28.

141 Wilfried Beimrohr, Bäuerliche Besitzrechte, op. cit., note 135, p. 209.

142 Konrad Fritze, « Soziale Aspekte der Stadt-Land-Beziehungen im Bereich der wendischen Hansestädte (13. bis 16. Jahrhundert) », dans : Städtisches Um-und Hinterland in vorindustrieller Zeit, éd. Hans K. Schulze, Köln-Wien 1985 (Städteforschung A 22), pp. 21-32, surtout p. 28.

143 H. Helbig, Gesellschaft und Wirtschaft der Mark Brandenburg im Mittelalter, Berlin 1973 (Veröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin 41).

144 Statutum in favorem principum, MGH Const. 2, 211-213 Nr. 171 : « Item census vint, pecunie, frumenti vel alii, quos rustici constituerunt hactenus se solituros, relaxentur et ulterius non recipiantur ». Un bon exemple pour un tel contrat est la vente de rente par les frères Jean et Nicolas Cerner de Muespach-le-Bas en Alsace à Catherine de Dethwilr de Bâle en 1245. Les frères vendaient une rente anuelle de 3 verdencellae d'épeautre sur les terres qu'ils tenaient en censive héréditaire du monastère clunisien de Feldbach, sur laquelle le prieur Richard de Gliers donne son accord. Urkundenbuch der Stadt Basel, vol. 1, Basel 1890, p. 130, no 186, 1245.

145 Voir par exemple pour l'Alsace le rôle de Ranspach-le-bas de 1449, dans Ludwig August Burckhardt, Die Hofrödel von Dinghöfen Baselischer Gotteshauser und Anderer am Ober-Rhein, Basel 1860, p. 165 no 18 : « Item welcher aber sin Gut das in den Dinghoff gehôrt Yemant were der wer versezen verendern oder verkouffen welt, der mag das thun... ». Un exemple typique pour l'Autriche est le Banntaiding de Metzleinsdorf du xve siècle : « ... daz ein jeglich man mag sin erbgut verseczen oder verchaufen, wann in das not geschiecht, daran sol in die herschft ân erlich sach nicht irren, ausgenomen daz behauszt gut den juden nicht versetzt werde ». Siehe Karl Schalk, « Die niederôsterreichischen weltlichen Stânde des 15. Jahrhunderts nach ihren spezifischen Eigentumsformen », dans : Mitteilungen des Instituts für Oesterreichische Geschichtsschreibung, 2. Ergânzungsband, 1888, pp. 421-454, ici p. 438.

146 Ruggiero Romano, « Versuch einer ökonomischen Typologie », dans : Die Gleichzeitigkeit des Ungleichzeitigen, Frankfurt, 1980 (Edition Suhrkamp 991), pp. 22-75, ici p. 59.

147 Sur le poids des différentes charges des paysans, voir Wilhelm Abel, « Die Lasten der Bauern im Zeitalter des Feudalismus », dans : Bauer, Reich und Reformation, Festschrift für Günther Franz, éd. Peter Blickle, 1982, pp. 9-17. Une vue très sombre chez Werner Rösener, Zur sozialökonomischen huge, op. cit., note 14, pp. 9-47, surtout p. 27.

148 Voir par exemple pour la Flandre, le Holland, la région de la Moselle : Productivity of Land and Agricultural Innovation in the Low Countries (1250-1800), éd. Hermann Van der Wee und Eddy van Cauwenberghe, Leuven 1978, pp. 2-4.

149 Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft, op. cit., note 104, pp. 229-264.

150 Le modèle classique de la crise du xive siècle à cause de la « Preisschere » (écart entre la stagnation ou même l'abaissement des prix des céréales et l'augmentation des prix des produits artisanaux et des salaires) est celui de Wilhelm Abel, Agrarkrisen und Agrarkonjunktur im Mitteleuropa vom 13. bis zum 19. Jahrhundert, Berlin 1935. Pour une discussion de ce modèle et d'autres, voir Peter Kriedte, « Spätmittelalterliche Agrarkrise oder Krise des Feudalismus ? », dans : Ceschichte und Gesellschaft 7, 1981, pp. 42-68.

151 J'ai décrit cette évolution dans la seigneurie foncière du prieuré clunisien de Bâle. Voir Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft, op. cit., note 104, pp. 194-212.

152 Jürgen Ellermeyer, Stade 1300-1399 - Liegenschaften und Renten in Stadt und Land. Untersuchungen zur Wirtschafts-und Sozialstruktur einer Hansischen Landstadt im Spätmittelalter, Stade 1975 (Einzelschriften des Stader Geschichts-und Heimatvereins 25), p. 132.

153 Christiane Geissert, « Les rentes consituées de l'œuvre Saint-Georges Haguenau (xive-xviie siècles) », dans : Archives de l’Eglise d'Alsace 41, 1982, pp. 1-43, ici p. 32f. : « L'endettement des campagnes prend, dans la seconde moitié du xve s., des proportions alarmantes ». Voir aussi Francis Rapp, Vorgeschichte, op. cit., note 14, p. 41, qui parle de centaines de pages de cartulaires contenant des contrats de rentes avec des paysans.

154 Voir par exemple Konrad Fritze, Bürger und Bauern, op. cit., note 13, p. 61.

155 Bruno Meier, Dominik Sauerländer, Das Surbtal im Spätmittelalter. Kulurlandschaft und Gesellschaft einer ländlichen Region (1250 bis 1550), Aarau 1995 (Beiträge zur Aargauer Geschichte 6), pp. 176s. D'après les exemples donnés par Juliane Kümmell, Bauerliche Gesellschaft und städtische Herrschaft im Spätmittelalter. Zum Verhältnis von Stadt und Land im Falle Basel/Waldenburg 1300-1535, Konstanz, 1983, pp. 150s, les ventes de rentes par les paysans ici ne commencèrent que dans la deuxième moitié du xve siècle. Mais ce constat pourrait résulter de la déficience des sources.

156 Friedrich Ott, « Rechtsquellen des Cantons Zürich », dans : Zeitschrift für schweizerisches Recht 3, 1854, pp. 61-130, et 4, 1855, pp. 1-198, ici 4, pp. 40-43, surtout p. 42.

157 Quelques exemples chez Karl Siegfried Bader, Dorfgenossenschaft und Dorfgemeinde, Köln-Graz 1962, p. 453.

158 On pourrait multiplier les preuves pour cette forme de crédit. Il est rare, que cet aspect soit traité de façon systématique dans les monographies sur des seigneuries foncières. Voir par exemple Christa Köppel, Von der Aebtissin zu den gnadigen Herren. Untersuchungen zu Wirtschaft und Verwaltung der Fraumünsterabtei und des Fraumünsteramts in Zürich 1418-1549, Zürich 1991, surtout le chapitre 2.4 : « Die Restanzeneinnahmen », pp. 237-253. Je ne voudrais d'ailleurs qu'indiquer ici le cas fort intéressant de l'hôpital de Saint-Gall, qui, par d'innombrables petits crédits surtout en nature, mais aussi en argent, a facilité la spécialisation complémentaire en viticulture et en culture de céréales de petites régions dans le Nord-Est de la Suisse. Voir Stefan Sonderegger, Landwirtschaftliche Entwicklung in der Nordostschweiz. Eine Untersuchung ausgehend von den wirtschaftlichen Aktivitaten des Heiliggeist-Spitals St. Galien, St. Galien 1994 (St. Galler Kultur und Geschichte 22), pp. 363-393.

159 Le monastère de Saint-Alban de Bâle a concédé ainsi le rachat d'une rente perpétuelle par un paysan afin d'éviter l'abandon des terres : « [...] vmb das die guotter nit ungebuwen beliben », Staatsarchiv Basel-Stadt, Klosterarchiv, St. Alban J, pp. 472ss.

160 Richard C. Hoffmann, Land, op. cit., note 17, p. 295, parle de « traces of an emerging landlord monopoly over provision of credit to villagers ». Pour des achats de rentes des bourgeois, voir ibid., pp. 265s.

161 Voir surtout Willi Alfred Bœlcke, Entwicklung, op. cit., note 13, pp. 319-358, surtout 326-330. D'après lui, dès le xiiie siècle, les communautés villageoises auraient eu recours au crédit (ce qui est prouvé) et aussi concédé des crédits à leur seigneur (ce qui est prouvé aussi) et à des paysans en détresse financière (ce qui ne l'est pas). C'est sans fondements dans les sources qu'il affirme p. 329 : « Insgesamt gesehen, hat es sich bei den kreditären Operationen der Dorfgemeinden hauptsächlich um Finanzhilfe im weitesten Sinne von und für Gemeindegenossen gehandelt. Unsere Urkundensammlungen teilen darüber allerdings kaum etwas mit.... Während des Mittelalters entwickelten sich wohl in allen württembergischen Dörfern die Gemeinden zu einer Art bäuerlicher "Genossenschaftskassen"... ». Karl Siegfried Bader, Dorfgenossenschaft, op. cit., note 157, p. 454, avait, lui-aussi, quoique sans se laisser emporter jusqu'à des conclusions tellement exagérées, mentionné l'aide de paysans en difficultés par des crédits concédés des communautés. Mais toutes les sources alléguées datent des xvie et xviie siècles !

162 Ceci est évident aussi pour les exemples que Bœlcke a allégués ; Willi Alfred Bœlcke, Entwicklung, op. cit., note 13, p. 327 d'après Freiburger Urkundenbuch, t. II, no 196, 1296, la communauté vend une rente « mit gemeinem rate und willen durch unseres dorfes notdurft und nutz ». Le même exemple déjà chez Karl Siegfried Bader, Dorfgenossenschaft, op. cit., note 157, p. 455. Voir aussi les exemples donnés par Harm Wiemann, Der Heimbürge in Thüringen und Sachsen, Köln-Graz 1962 (Mitteldeutsche Forschungen 23), p. 74 s ; Francis Rapp, Vorgeschichte, op. cit., note 14, p. 41.

163 W.A. Boelcke, Entwicklung, op. cil., note 13, pp. 319-358, ici p. 330 : « Die grundherrlichen Lehnbriefe des 15. Jhs. enthielten durchweg die Bestimmung, dass der verliehene Hof nicht weiter beliehen werden dürfe und » auch nicht weiter Gült daraus zu machen « sei ».

164 Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, Solothurn, Band 1, Aarau 1949, p. 326, no 331 : « Welher in allen der Statt von Solotern landen und gebietten dhein guott von jemant zu leachen heatti und das der dhein zinse daruf oder dhein guott davon verkoufte und entpfroemdetti oder uberzins daruf schluegi, aune des lechenherren wuissen und willen, das denn der ze stund umb sine rechtung der lenschaft komen und das guott dem lechenherren lidiggevallen soellte sin, an alle gnad ».

165 Fritz Glauser, Frühe Landeshoheit und Landvogteigrenzen im Kanton Luzern, dans : Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, Luzern-München 1977 (Luzerner Historische Veröffentlichungen 7), pp. 1-114, ici p. 32, note no 129. Le décret fut réitéré en 1426.

166 Voir par exemple la clause typique contenue dans un contrat de bail héréditaire conçu par le monastère d'Engelberg en 1406 pour sa cour viticole à Twann : « Ouch ist mit rechten Gedingen berett, das si noch ir Erben die vorgenanten Reben und Stugke nieman furor lichen, verseczen noch verkoeffen soellen, noch enkein lipding, zins, Jarzit noch Selgerete daruff seczen noch slachen, noch in enhein andern Weg verkumern ». Quellen zur Geschichte des deutschen Bauernstandes im Mittelalter, hg. von Günther Franz, Darmstadt 1974 (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters. Freiherr vom Stein-Gedächtnisausgabe 31), pp. 509-516, ici p. 513. Voir aussi Hans-Jörg Gilomen, « Renten und Grundbesitz in der toten Hand. Realwirtschaftliche Probleme der Jenseitsökonomie », dans : Himmel, Hölle, Fegefeuer. Das Jenseits im Mittelalter. Katalog zur Ausstellung des Schweizerischen Landesmuseums in Zürich und des Schnütgen-Museums in Köln 1994, éd. Peter Jezler, Zürich 1994, pp. 135-148.

167 Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, Zug 1, Aarau 1971, p. 230, 12. mars 1412 : Ammann, conseillers et bourgeois de la ville de Zoug et les campagnards des communautés d'Aegeri, am Berg et de Baar consentent, « das nieman under uns kein ligend guot, erb noch eygen, holtz noch veld, matten wisen Oder weide, phenninggelt, korngelt, kernengelt, habergult oder guldin geltz, noch kein gult, kein guot, wie daz genant, geheissen ist, huser, hofstette, daz in unserm ampt Zug gelegen und begriffen ist, nit verkoffen, versetzen, verphenden sol in kein leyg wis und das nieman geben sol, der nit in unserm ampt Zug gesessen ist... ».

168 Th. Graf, « Das Nidwaldner Landesgesetz von 1363 gegen die Tote Hand », dans : Beiträge zur Geschichte Nidwaldens 17, Stans 1944, pp. 7-19.

169 Bruno Meyer, « Die ältesten Bünde, 66 ; Hans Conrad Peyer, Die Entstehung der Eidgenossenschaft », dans : Handbuch der Schweizer Geschichte, vol. 1, Zürich 1972, pp. 161-238, ici p. 185.

170 J. J. Blumer, Staats-und Rechtsgeschichte der schweizerischen Demokratien oder der Kantone Uri, Schwyz, Unterwalden, Glarus, Zug und Appenzell, Bd. 1 : Das Mittelalter, St. Galien 1850, pp. 457s.

171 Die Chroniken der deutschen Städte 5, p. 231 et p. 328s.

172 Eduard Hanslik, « Die "freien" Bauern zu Pfronten », dans : Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte 46,1983, pp. 391-396, ici p. 392.

173 Lettre adressée au bailli dans la vallée de la Simme, Archives de l'Etat de Berne, Missiven E, fol. 324r : « Lieber getruwer, wiewol wir dir vormolen ernstlich beuolchen vnnd gantzen gewalt habenn geben, mitt den vnnsern bi dir, so merclich summen gelts zü Lutzern vnd anderswo vff järlige verzinsung genommen haben, zu verschaffenn, die selben zü ledigen, so verstan wir doch, wie seligs nitt beschechen vnd das sich etlich dem widerwertig erzöugen, das vnns vast missvallet. Vnd also vss grund des, so beuelchend wir dir ernstlichen, nochmalen mitt allen denen, so vsserthab vnnsern landenn vnd gebiete gelt vff gebrochen vnd dadurch ihre güter beladen haben, zueuerschaffen vnd si an die heiligen tün schweren, solig zinss vnd houbtgüt zü den zilen vnd tagen, wie die an dem bescheiden sind, abzülosenn, ir güter zü ledigen und darinn dehein verzug noch widerred zübruchen ».

174 Christian Friderich Sattler, Geschichte des Herzogthums Würtenberg unter der Regierung der Graven, vol. 5, Ulm 1768, Urkundbeilage pp. 59-69, no 16, surtout p. 65.

175 Voir Hans-Jörg Gilomen, Motiv, op. cit., note 14 ; Benedictus von Stempell, Die ewigen Renten und ihre Ablösung, Leipzig, 1910, p. 73.

176 Par exemple dans les articles des paysans de Rapperwil, v. Wilhelm Stolze, Zur Vorgeschichte des Bauernkrieges, Leipzig 1900 (Staats-und sozialwissenschaftliche Forschungen 18, Heft 4), p. 50, note 1 : « Dass hinfüro kain zins mer gegeben werden soll anderst dann von zwaintzigen ain, auch darmit ablösen ». Les paysans dans la vallée de l'Etsch demandèrent en 1525 que les cens payés devraient être déduits du capital prêté (c'est-à-dire du prix d'achat de la rente), voir Adolf Bruder, Studien über die Finanzpolitik Herzog Rudolfs IV. von Oesterreich, Innsbruck 1886, pp. 100 s. Dans la rédaction bäloise du pamphlet « Handlung und Artickel so fürgenommen worden auff Afftermentag nach Invocavit von allen retten und heüffen », à part des « Douze articles » le seul programme politique imprimé des paysans, on lit : « Es sollen auch hinfur keyn zinss mer ewig oder unablosig sin ». Voir Peter Blickle, « Nochmals zur Entstehung der Zwölf Artikel im Bauernkrieg », dans : Bauer, Reich und Reformation, Festschrift Günther Franz, Stuttgart 1982, pp. 286-308, surtout 291.

177 Bundschuh de Lehen, Albert Rosenkranz, Der Bundschuh. Die Erhebungen des südwestdeutschen Bauernstandes in den Jahren 1493-1517, 2 vols., Heidelberg 1927 (Schriften des Wissenschaftlichen Instituts der Elsass-Lothringer im Reich), t. 2, pp. 125-128, no 1 : « Zum dritten alle zins, die Solange genossen weren, das es sich dem hoptgut verglichen mochte, die solten ab sin und die briefe gerusgäben werden ». Ibid., pp. 186-188, no 66 : « Und an welchem zins das hoptgutt einest oder mer verzinst wer, der selbig zins sölt tod und absin und nit mer geben werden... ». Ibid., pp. 190-197, no 69 : « Zum fünften daz all zins, die so lang werent geben, daz die sich dem houptgut hetten verglicht, so wolltent si gemacht und geordnet haben, daz die personen, so solich zins geben hetten, darnach fri gewesen und furer von solichen houptgut ze zinsen dheins wegs schuldig noch pflichtig... Zum dritten, das alle zins, die so lang genossen weren, das si sich dem houptgut verglichen möchtent, solltent absin und die brief harusgegeben werden ». Armer Konrad de Bühl ibid., pp. 243-246, no 10 : « Zum siebenden : die gultbrief beruren wer ir meinung : so ein brief so lang gestanden, das hauptgut abgenutzt, soit derselb brief tot und absin ».

178 Ibid., pp. 308s, no 48 : « Item das renten, zins und gulten tod und abe sein solten ».

179 Sammlung Schweizerischer Rechtsquellen, II. Abteilung : Die Rechtsquellen des Kantons Bern, vol. 7/1 : Das Stadtrecht von Bern VII : Zivil-, Straf-und Prozessrecht, éd. Hermann Rennefahrt, Aarau 1967, pp. 273-284 no 24.

180 « ... alles das, das usswendig der muren was, das was vient und hasseten die von Strassburg, darumb das die den burgern vil schuldig worent und ir lant den burgern versetzt sint, und wondent mit disem krieg die schuld und zinse wett machen und die stat twingen und verderben, und verderbten sich selbs, das si eins tags me schuldig sint denn des andern und mynre hant dan vor>>. Die Atteste Teutsche so wol Allgemeine Als insonderheit Elsassische und Strassburgische Chronicke von Jacob von Königshoven..., éd. Johann Schiltern, Strassburg 1698, p. 761 ; voir aussi p. 756.

181 Konrad Fritze, Soziale Aspekte, op. cit., note 142, p. 29.

182 Pour les impôts ceci est décrit par Karlheinz Blaschke, « Steuer, Geldwirtschaft und Staat in vorindustrieller Zeit », dans : Wirtschaftskrafte und Wirtschaftswege I : Mittelmeer und Kontinent, Mélanges Hermann Kellenbenz, 1978, pp. 31-42.

183 Karl Theodor von Inama-Sternegg, Deutsche Wirtschaftsgeschichte, III, 2, Leipzig, 1901, pp. 466-471.

184 Richard C. Hoffmann, Land, op. cit., note 17, p. 296 : « ... sales of census now served emergency needs for resources and thus at leat bordered upon genuine subsistence loans... ».

185 Pour l'Empire du bas Moyen Âge des recherches sur les investissements dans l'agriculture manquent. David Knowles, The Religious Orders in England, vol 1, chapitres 4-7, a recalculé les données qui ont induit Rodney Howard Hilton, « Rent and Capital Formation in Feudal Society », dans : Deuxième Conférence internationale d’histoire économique, Aix-en-Provence 1962, Bd. 2, Paris-La Haye 1965 (Ecole pratique des hautes études, Sixième section, congrès et colloques 8), pp. 35-68, ici pp. 43-45, à souligner l'importance des investissements effectués par les institutions ecclésiastiques. D'après ce nouveau calcul des investissements de l'abbaye de Peterborough moins de 5 % des revenus furent réinvestis. Il est aussi à remarquer que les traités sur l'administration des biens (husbandry) s'occupent de l'agrandissement des biens-fonds mais pas de celle de la productivité par des investissements. Voir Hilton, ibid., pp. 36-38.

186 Voir par exemple Ruth Vögeli, Das Leibding. Erscheinungs-und Entwicklungsformen nach thurgauischen und zürcherischen Quellen von den Anfangen bis um die Mitte des 14. Jahrhunderts, Frauenfeld 1949. Pour la différence entre Leibrente et Leibding v. Werner Ogris, Der mittelalterliche Leibrentenvertrag, Wien-München, 1961 (Wiener rechtsgeschichtliche Arbeiten 6), pp. 269 ss.

187 Voir par exemple Walter L. Raum, Untersuchungen zur Entwicklung der Flurformen im südlichen Oberrheingebiet, Berlin, 1982 (Berliner Gergraphische Studien 11), surtout pp. 88-91 et 126.

188 Voir Hans Lentze, Leibrentenvertrage im mittelalterlichen Wilten. Dans : Carinthia 2, Mitteilungen des Geschichtsvereins für Kärnten 146, Klagenfurt 1956, pp. 536-548, ici p. 548.

189 Richard C. Hoffmann, Land, op. cit., note 17, p. 268.

190 Sur ce point, voir Ulrich Pfister, « Le petit crédit rural en Suisse aux xvie - xviiie siècles », dans Annales ESC 1994, pp. 1339-1357, surtout 1344.

191 J'ai illustré ceci par l'exemple de l'avouerie des terres du monastère de Saint-Alban de Bâle à Gelterkinden. Voir Hans-Jörg Gilomen, Die Grundherrschaft, op. cit., note 105, pp. 172 s. Voir aussi pp. 269-271.

192 En ce sens je ne suis pas de l'avis d'Evamaria Engel que les investissements urbains dans l'agriculture n’auraient pas eu des effets dissolvants sur le mode féodal de la production. Voir Engel Evamaria, Zu einigen Aspekten, op. cit., note 13, p. 171.

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540