Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

L'endettement et le crédit dans la campagne anglaise au Moyen Âge1

Phillipp R. Schofield

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements à Christopher Dyer, Barbara Harvey et Nicholas Mayhew qui m'ont fait part de leu (...)
  • 2 E. Clark, « Debt litigation in a late medieval English vill » dans : J.A. Raftis ed., Pathways to (...)
  • 3 Clark, « Debt litigation », p. 271.
  • 4 Clark, « Debt litigation », p. 252. « As a manor of ancient demesne Writtle was exempt from the 40 (...)
  • 5 Clark, « Debt litigation », pp. 247-250 ; K.C. Newton, The Manor of Writtle : The Development of a (...)
  • 6 L.R. Poos, A Rural Society after the Black Death. Essex 1350-1525, Cambridge, 1991.

1Pour un historien anglais travaillant sur la société rurale à la fin du Moyen Âge, le thème et le moment de cette conférence ne pouvaient être mieux choisis. On accorde de plus en plus d'importance au système du crédit dans la campagne anglaise du Moyen Age ; cependant jusqu'à présent très peu de recherches détaillées ont été effectuées. C'est pourquoi, l'historien voulant donner un résumé de l'historiographie du crédit rural dans l'Angleterre du Moyen Âge ne succombe pas sous le poids de la littérature concernant le sujet. La seule publication relative à ce sujet est l'article d'Elaine Clark, paru en 1981, « Debt litigation in a late medieval English vill »2. L'étude d'Elaine Clark sur l'endettement rural se fonde sur les archives de la cour de justice du manoir royal de Writtle dans le comté de l'Essex. Comme l'indique Elaine Clark, Writtle n'était pas, pour bien des raisons, un village typiquement rural3. Premièrement, le manoir appartenait au roi et la cour manoriale était la sienne. Cela explique peut-être pourquoi on y faisait encore au xve siècle plus de procès que dans les cours manoriales non-royales4. Deuxièmement, Writtle était un village très commerçant, situé non loin de la route principale menant à Londres et à quelques kilomètres du chef-lieu, Chelmsford5. Enfin, sa forte population, son haut degré de mobilité et de commercialisation faisaient de l'Essex un comté atypique pour la fin du Moyen Âge6. C'est peut-être la raison pour laquelle les archives de Writtle de cette époque nous donnent plus de renseignements sur les dettes des petits commerçants que sur celles des paysans. Cela dit, dans son examen minutieux des huit cents quatre-vingt-neuf procès pour dette, Elaine Clark nous procure un précieux répertoire des différents types de dette et crédit inscrits dans les archives manoriales. De plus, il offrira un point de départ intéressant pour d'autres études destinées à mettre en évidence la spécificité de Writtle, et aussi pour nous ici.

  • 7 Pour de courts mais importants développements sur les sujets d'endettement et de crédit entre pays (...)
  • 8 R.H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, Cambridge, 1993 ; R.H. Brittne (...)
  • 9 Voir surtout M.M. Postan, « Credit in Medieval Trade », Econ. Hist. Rev., 1er ser., I, 1928, pp. 2 (...)
  • 10 R. H. Britnell, Growth and Decline in Colchester, 1300-1525, Cambridge, 1986 ; M. Kowaleski, Local (...)
  • 11 Pour références, voir plus bas, note 135.

2Bien qu'Elaine Clark soit la seule à se concentrer sur l'endettement, les travaux des étudiants spécialisés dans l'étude de la société paysanne montrent de façon implicite que le crédit jouait un rôle important à cette époque7. De plus, de récentes recherches ont mis l'accent sur la « commercialisation » de la société et la généralisation du crédit8. Le rôle du crédit dans la société médiévale est reconnu depuis longtemps. À la fin des années vingt, M. Postan s'exprimant sur le commerce médiéval et non pas sur la société paysanne, a réfuté la thèse des historiens précédents, notamment Hildebrand, Bücher, et Cunningham, selon laquelle le crédit n'avait peu ou pas d'importance dans le commerce médiéval9. De récents travaux effectués par des historiens spécialisés dans l'étude du commerce et des villes sont venus étayer le point du vue de M. Postan. Des études sur Colchester et Exeter, deux villes parmi d'autres, ont apporté davantage de détails sur la forte influence du crédit dans les commerces locaux et de longue distance10. Les historiens ont également commencé à s'intéresser aux relations entre villes et campagnes et, sans nul doute, les mécanismes de crédit et d'échange entre ces deux entités feront l'objet de recherches futures11.

  • 12 Voir surtout, Postan, « Credit in medieval trade », pp. 23-24. Voir, par exemple, Chronica Monaste (...)
  • 13 J. R. Maddicott, « The English peasantry and the demands of the crown, 1294-1341 », Past and Prese (...)
  • 14 Birdbrook : le compte de la Saint-Michel 1403 à la Saint-Michel 1404, Et debet xii li xviiid. De q (...)

3Dans ce rapport, je vais parler de l'endettement des paysans les uns envers les autres mais, avant de commencer, j'aimerais également rappeler que les paysans pouvaient aussi avoir contracté des dettes auprès du seigneur sous la forme d'arriérés de loyer, auprès de l'Église sous la forme de dîmes et auprès du roi sous la forme d'impôts. Au niveau du village et de la campagne, l'endettement et le crédit sont les phénomènes bien connus. Nous savons que des marchands, quelques locaux ou des étrangers (par exemple des Italiens) ont acheté de la laine à crédit12 ; de même, des fournisseurs du roi ont échangé des tailles contre des biens13. Les administrateurs de manoir, et plus particulièrement les baillis, reportaient leurs arriérés d'une année sur l'autre. Ils devaient les régler avant de quitter leurs fonctions à moins qu'ils ne bénéficient des faveurs du seigneur, comme par exemple, William Payn, le bailli de Birdbrook, dont les arriérés furent annulés en récompense de ses bons et loyaux services14. Ainsi, le villageois de l'Angleterre médiévale était au courant des systèmes de dette, même s'il n'était pas toujours concerné personnellement. Cette dernière supposition me semble pourtant assez inconcevable, comme j'espère le démontrer.

Sources

  • 15 Postan, « Credit in Medieval Trade », p. 3.

4Ce n'est pas par manque de documentation que peu d'études ont été effectuées sur le crédit rural dans l'Angleterre médiévale. Comme l'écrit M. Postan : « Il y a peu de sujets dans l'histoire économique du Moyen Âge pour lequel il existe autant de sources que pour le crédit »15. Selon lui, la plupart proviennent de documents relatifs aux dettes, tels que les reconnaissances, les documents traitant des dettes, tels que les inventaires, et enfin « les mers encore inexplorées des registres des procès (en anglais, The plea rolls) et des différentes cours locales »

  • 16 Mais pour les discussions précédentes sur le sujet de crédit, voir, par exemple, E. Lipson, An Int (...)
  • 17 J. Kermode, « Money and credit in the fifteenth century : some lessons from Yorkshire », Business (...)

5Ce n'est que récemment que les historiens de l'époque médiévale ont commencé à exploiter les sources décrites par M. Postan, il y a presque soixante-dix ans16. Les plus grandes avancées ont été réalisées par les historiens du commerce dans le domaine des mécanismes du crédit et les coûts de transactions17. On a exploré un grand nombre de registres de procès mais les cours locales, et en particulier les cours manoriales, contiennent toujours des rivages peu côtoyés, malgré des incursions réussies dans de nombreux domaines de leur juridiction.

  • 18 Voir plus haut, note 6. Ces archives, en anglais, manor court rolls, sont souvent désignées par le (...)
  • 19 Voir, par exemple, C.C., « Les cours manoriales », Études rurales 103, 1986, p. 25 ; Z. Razi, Life (...)
  • 20 Pour un résumé utile, voir Dyer, « Les cours manoriales », pp. 19-27 ; voir aussi, Z. Razi et R. S (...)
  • 21 Dyer, « Les cours manoriales », pp. 24-25. Select Pleas in Manorial and other Seignorial Courts, é (...)

6Les historiens de la paysannerie médiévale anglaise ont toujours admis que leurs sources, et plus particulièrement les archives des cours de justice manoriales contiennent un grand nombre d'informations précieuses sur le crédit et l'endettement18. Ces écrits apparaissent pour la première fois au milieu du xiiie siècle et sont très détaillés pour la période allant de c. 1270 à 138019. Ensuite, ils sont moins diversifiés, et la fréquence des séances par an diminue. À la fin du xiiie et au début du xive siècle, les rôles détaillent et protègent les intérêts seigneuriaux, enregistrent les arrêtés pour la communauté, les amendes pour les offenses mineures des villageois et, peut-être le plus important, les changements de tenanciers. De plus, ils enregistrent les plaintes entre villageois20. Les plaintes civiles concernaient toute une série de délits portant sur la détention illégale de biens, les contrats, les violations de propriété, les terres et, bien sûr, les dettes21.

  • 22 Par exemple, les rôles des manoirs de Clehonger, Marden et Eggleton dans le comté d'Herefordshire, (...)
  • 23 Smith et Razi, « Origins of the English manorial court roll ».

7Bien que la plupart des séries de rôles contiennent moins de ces détails à la fin du xive siècle – les cours perdaient alors du terrain face aux cours royales – certaines cours des xiiie et début du xive siècles n'ont jamais possédé beaucoup d'exemples de procès privés22. Cela laisse suggérer que, très tôt, certaines juridictions locales offraient – ou étaient considérées comme susceptibles d'offrir – une plate-forme appropriée pour le règlement des litiges. Ce qui n'était pas le cas pour d'autres23. Il semble raisonnable de penser qu'une cour offrant les structures propres à résoudre un litige était peuplée non seulement par les tenanciers du seigneur mais aussi par les plaignants des environs.

  • 24 J. Williamson, « Dispute settlement in the manorial court : early fourteenth-century Lakenheath »,(...)
  • 25 Pour les modes d'héritage, voir, par exemple, R.J. Faith, « Peasant families and inheritance custo (...)
  • 26 Voir plus bas, p. 31. Le travail des historiens sur les villes et le commerce au Moyen Âge peut no (...)

8Les sources relatives à toutes les formes de plainte civile, et non seulement les dettes, ont été sous-exploitées24. Cependant les rôles se sont montrés riches en information sur les modes d'héritage, l'achat de tenures, les structures familiales, les liens de parenté, etc.25. C'est sûrement la raison pour laquelle le problème de l'endettement, souvent abordé en complément d'un autre sujet, par exemple l'achat de tenure, est traité en termes très vagues. La façon dont les rôles décrivent l'endettement et plus particulièrement les mécanismes légaux mis en jeu méritent une plus grande attention. Une plus grande distinction doit être également faite entre l'enregistrement de la dette et le procès pour dette26.

  • 27 Clark, « Debt litigation », pp. 255, 273, no 32. La procédure dans les cours manoriales se refléta (...)
  • 28 Les formes typiques des procès pour dettes dans les rôles comprennent les exemples suivants :... i (...)
  • 29 Une autorisation de règlement à l'amiable était souvent libellée ainsi :... dat... pro licencia co (...)
  • 30 Clark, « Debt litigation », p. 255 ; Williamson, « Dispute settlement », p. 138.
  • 31 Voir en bas, pp. 30-33. Un point additionel ici : la manière dont les procès privés se sont décidé (...)

9La façon dont les dettes sont consignées dans les rôles reflètent le niveau des transactions de crédit. En général, les cas de dettes apparaissent dans les rôles à un des trois niveaux suivantes : (1) au début, ou très peu de temps après le début de la transaction sous la forme de reconnaissance27, lorsque la transaction a été rompue ils apparaissent alors (2) sous la forme de procès soit pour dette soit pour détention illégale de biens28, ou (3) enfin, sous la forme d'un règlement à l'amiable29. La plupart des cas inscrits dans les rôles ne faisaient jamais l'objet d'un long procès car ils étaient réglés à l'amiable ou bien l'issue du procès était connue à l'avance car le débiteur avait accepté de payer une reconnaissance pour que la transaction soit inscrite dans le rôle. Ces écritures offrent peu ou pas de détails sur la dette30. Cependant, elles fournissent des informations sur les créanciers et les débiteurs, ainsi que sur la fréquence des dettes, comme nous allons le voir par la suite31. De plus, bien sûr, certains cas de dette, peut-être la plupart, n'apparaissaient pas du tout dans les rôles. Les procès donnent donc les indications les plus détaillées sur les dettes des paysans. Ici un exemple :

  • 32 Manorial records of Cuxham, ed. Harvey, p. 640, cour du 27 juillet 1316, Robertus le Deyghere summ (...)

10Robert le Deyghere doit répondre à Adam le Meunier d'une dette de dix boisseaux de grain et un demi boisseau d'avoine. Chaque boisseau vaut 2 s 3 d et l'avoine 18 d. Robert reconnaît qu'il doit payer la dette. Adam récupérera donc les dix boisseaux de grain et un demi boisseau d'avoine plus un dédommagement de 13 s 4 d...32.

11De tels cas nous permettent, avec circonspection, de discuter des différents types de dettes et mécanismes de crédit parmi la paysannerie anglaise à l'époque médiévale.

Les différents mécanismes de crédit

  • 33 Clark, « Debt litigation », p. 253.
  • 34 Postan, « Credit in medieval trade », pp. 5-21.

12Comme le montre l'étude d'Elaine Clark, les rôles font apparaître plusieurs sortes de crédit33. Les deux principales transactions de crédit, déjà connues pour le commerce médiéval et décrites plus tôt par M. Postan34, sont les ventes à crédit et les emprunts. Cependant, il n'est pas toujours aisé de distinguer la nuance entre les deux. De l'exemple ci-dessus, doit-on considérer une vente à crédit simple, un achat à crédit ou un emprunt des céréales ?

  • 35 Clark, « Debt litigation », pp. 255-258 ; N.J. Mayhew, « Money and prices in England from Henry II (...)
  • 36 Cf. Britnell, Growth and Decline in Colchester, p. 103.
  • 37 Court Rolls of the Manor of Wakefield. Volume 1. 1274 to 1297, éd. W.P. Baildon, Yorkshire Archaeo (...)

13La vente à crédit, pour laquelle le paiement des biens et des services était repoussé à une date ultérieure était sans doute la forme de crédit la plus courante dans la société paysanne de l'Angleterre médiévale. Les rôles regorgent d'exemples à ce sujet35. Dans les villages, les marchands locaux acceptaient de repousser le paiement des marchandises à une période agricole plus propice pour le débiteur36. Ainsi, comme je l'ai déjà mentionné, ce n'est que lorsque l'accord était rompu, soit de la faute de débiteur soit par la nécessité pour le créancier d'être remboursé immédiatement, que la transaction de crédit était inscrite dans les rôles. Par exemple, en 1296, à Stanley dans le comté du Yorkshire, Robert Brown a gagné son procès contre Roger Bele et sa femme, Mariota, qui, selon lui, lui devaient trois shillings pour une vache qu'il leur avait vendu37.

  • 38 Postan, « Credit in medieval trade », pp. 10-11, 23-25.
  • 39 Pour des exemples à Writtle, voir Clark, « Debt litigation », p. 259.
  • 40 Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages, pp. 179-180. On trouve un exemple possible à H (...)

14Dans une vente à crédit, le crédit n'allait pas obligatoirement du vendeur à l'acheteur. Les acheteurs faisaient aussi crédit aux vendeurs. Bien que cette pratique soit courante dans le commerce38, seuls les villageois les plus riches pouvaient verser un acompte sur le prix d'achat avant la livraison des marchandises39. Cette méthode leur permettait, par exemple, de spéculer sur le prix local des céréales. Selon M. Dyer, cette anticipation sur les futures récoltes était davantage pratiquée en dehors de la communauté paysanne soit par des membres du clergé soit par des marchands de céréales ou de laine40. Dans les rôles, il est difficile de distinguer ces paiements des emprunts.

  • 41 Voir, par exemple, Court Rolls of Chalgrave Manor, 1278-1313, éd. M.K. Dale, Bedfordshire Historic (...)
  • 42 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, Cambridge, 1988, pp. 335, 382-385.
  • 43 Court Rolls of the Manor of Wakefield. Volume II. 1297 to 1309, éd. W.P. Baildon, Yorkshire Archae (...)
  • 44 McIntosh, Autonomy and Community, p. 169.
  • 45 Spufford, Money and its Use, p. 382 ; Clark, « Debt litigation », pp. 267, 278, no 76. On trouve, (...)

15Le remboursement du prix d'achat pouvait être fait par un versement total ou un paiement par traites41. Il est probable que la majorité des ventes à crédit étaient à court terme ou même saisonnières42. Au mois d'avril 1307, à Wakefield, John Dade a intenté un procès contre John With the Hounds afin de recouvrer 15 s, c'est-à-dire le prix du cheval qu'il lui avait vendu à la Toussaint de Tan 1306. Cependant, l'accord entre les deux hommes prévoyait le remboursement à la Saint Gilles [+ un dédommagement de 6 s 8 d]. L'échéance n'était pas encore atteinte, John Dade a perdu son procès43. Les paysans pouvaient ne rien payer pendant des années et rembourser la totalité de leurs dettes en un seul versement44. Cependant il était implicite que les villageois remboursent une grande partie de leurs dettes au début de l'automne, après la récolte, lorsqu'ils pouvaient vendre leurs excédents45. Quelquefois les conditions de paiement étaient déterminées à l'avance. Cela était nécessaire pour les contrats de dettes importantes, surtout les emprunts et les hypothèques.

  • 46 Postan, « Credit in medieval trade », p. 11 ; Clark, « Debt litigation », p. 253. Sur la distincti (...)
  • 47 Pollock and Maitland, History of English Law, ii., pp. 173-174.
  • 48 Clark, « Debt litigation », p. 253 ; pour une référence à moneta prestita, voir Hilton, English Pe (...)
  • 49 On peut trouver des exemples dans les rôles, par exemple, à Hinderclay, cour du 28 novembre 1301, (...)

16Les emprunts apparaissent également dans les rôles, quoique moins fréquemment. Les rôles de l'époque médiévale mentionnent deux sortes d'emprunts : le commodatum, par lequel le villageois emprunte un objet précis qu'il rend une fois qu'il n'en a plus besoin et le mutuum, destiné à la consommation d'un objet ou d'un service, que le débiteur rembourse à la même valeur46. L'appellation commodatum ou mutuum dépend de l'objet emprunté47 : s'il s'agissait d'un bien de consommation, tel que des céréales, on parlait alors de mutuum ; s'il s'agissait d'un investissement, tel qu'une charrue ou des terres, on parlait de commodatum. Les deux pouvaient être nommés prestitum48. Cependant, il est très rare que ces termes soient employés dans les rôles pour décrire une dette. En général, seul le contexte permet d'identifier le type d'emprunt49.

  • 50 S.F.C. Milsom, Historical Foundations of the Common Law (2e éd., London, 1981), pp. 258-259 ; pour (...)
  • 51 Pour une discussion des gages ou « God's Penny » ou « earnest money », voir Henry, Contracts in th (...)
  • 52 Milsom, Historical Foundations of the Common Law, p. 250.
  • 53 Postan, « Private financial instruments in medieval England », pp. 32-40.
  • 54 Carte Nativorum. A Peterborough Abbey cartulary of the fourteenth century, éds. C.N.L. Brooke et M (...)
  • 55 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 4, p. 78. Peut-être une forme de « bill obligatory », (...)
  • 56 Court Rolls of Chalgrave Manor, 1278-1313, éd. M.K. Dale, Bedfordshire Record Society, xxviii, 194 (...)
  • 57 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 1, éd. Baildon, pp. 228, 232. L'exemple suivant, tiré (...)
  • 58 Par exemple, Postan, « Private financial instruments in medieval England », pp. 40-54 ; J.H. Munro (...)
  • 59 Moore, The Fairs of Medieval England, pp. 91-2, 117 ; pour un exemple, tiré de la cour de la foire (...)

17La plupart des paysans contractaient des dettes oralement50 ; comme on l'a déjà mentionné, ces dettes n'apparaissaient dans les rôles que lorsque le créancier voulait recouvrer son argent. Un acte physique, tel que le paiement d'une somme symbolique en présence de témoins [en anglais, God’s Penny ou earnest money], scellait souvent une transaction de crédit51. Néanmoins, pour gagner un procès, il ne fallait pas uniquement prouver qu'un contrat avait été passé, mais surtout que la somme était toujours dûe52. Au Moyen Âge, on développa donc des documents financiers destinés à prouver une dette53. Comme l'ont montré les chartes des serfs (carte nativorum) de l'Abbaye de Peterborough, à la fin du xiiie siècle, les villageois anglais utilisaient des documents validés par des sceaux, en particulier pour l'achat de terres54. Certaines indications dans les rôles montrent que les paysans utilisaient également des documents financiers privés, tels que des titres ou d'autres formes d'obligations écrites. Ainsi, lors d'un procès pour dette à Thornes en 1316, un effet de dettes [ou une traite] a été ajouté au rôle55. Il y a également des références à la taille – c’est-à-dire une pièce de bois sur laquelle on a inscrit la somme dûe56. D'autres annotations dans les rôles de Wakefield indiquent que les débiteurs avaient l'obligation de rembourser leurs créanciers [en anglais, they were bound to their creditors] ce qui laisse penser que des documents financiers étaient utilisés57. L'utilisation de documents financiers permettait donc de consigner la dette par écrit. Cependant, les exemples sont peu nombreux au niveau des paysans, contrairement à celui des commerçants58. Dans le monde plus cosmopolite des foires, par exemple, où des sommes plus importantes étaient mises en jeu et les accords étaient passés entre personnes étrangères, les documents financiers sont beaucoup plus nombreux59.

  • 60 Ce ne s'applique pas à la taille qui n'était pas un contrat formel : Postan, « Private Financial I (...)
  • 61 Beckerman, « Procedural Innovation and Institutional Change », pp. 208-209 ; T.F.T. Plucknett, The (...)
  • 62 Kowaleski, Medieval Exeter, p. 217 ; à Littleport, dans la cour de l’Évêque d'Ely, les gens ont mo (...)

18Peu de références concernant les actes financiers – les specialties ou contrats formels sous seing privé – apparaissent dans les rôles manoriaux. En théorie, au moins, la cour manoriale n'avait pas la compétence pour juger leur validité60. D'autre part, étant donné que, pour utiliser la terminologie en vigueur, « une specialty supplante tout témoignage de probité » [specialty bars compurgation], nous avons toutes les raisons de penser qu'un acte financier ne pouvait être utilisé au début du contrat de dette61. Cependant cela ne signifie pas que le fait qu'un procès soit réglé par l'enquête du jury plutôt que par un témoignage de probité est la preuve qu'un acte financier ait été utilisé62. Ceci devra faire l'objet de plus amples recherches et ne peut retenir davantage notre attention ici.

  • 63 Par exemple, B.A. Holderness, « Widows in pre-industrial society : an essay upon their economic fu (...)
  • 64 De plus, les exécuteurs testamentaires ont dû produire des documents, comme des testaments, pour p (...)

19Enfin, comme le montrent de nombreux exemples du début de l'époque moderne63, le montant du prêt accordé par un créancier pouvait être recouvré à la mort de ce dernier par ses exécuteurs testamentaires. Dans le cas du décès du débiteur, le créancier pouvait aussi exiger des exécuteurs testamentaires le remboursement du montant de la dette. Dans les deux cas, il est fort probable que des documents financiers ont été utilisés afin de prouver l'existence de la dette64. Cela dit, seules quelques rares références dans les rôles permettent de prouver la présence de testaments dans la campagne anglaise à la fin de l'époque médiévale. De plus, nous n'avons pratiquement aucune information quant aux testaments des paysans eux-mêmes.

  • 65 Sur des biens comme mesures de garantie, voir Clark, « Debt litigation », pp. 266-267.
  • 66 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 2, éd. Baildon, pp. 69, 71.
  • 67 Il y a eu beaucoup d'études sur les liens sociaux qui ont constitué le système de garanties dans l (...)
  • 68 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 2, éd. Baildon, p. 121. ; voir aussi, Postan, « Privat (...)
  • 69 P.R. Hyams, « What did Edwardian villagers mean by "law" ? » dans : Smith et Razi éds., Medieval S (...)

20Si le paysan n'avait pas toujours la protection des documents financiers, dans certains cas, des biens et des garants pouvaient servir de mesures de garantie65. Ainsi, lorsque Roger le Bele et sa femme Mariota se sont trouvés dans l'impossibilité de rembourser leur livre d'avoine d'une valeur de 2 s, leur garants ont dû rembourser William66. Des particuliers, souvent les villageois les plus riches, se constituaient souvent garants du créancier67. À Wakefield, au début du xive siècle, Adam Gerbot a souvent joué le rôle de garant et il a dû régler plus d'une fois les obligations que les débiteurs n'avaient pu honorer68. Cela dit, la majorité des dettes, particulièrement les ventes à crédit et les emprunts ordinaires, ne semblent pas être sous garantie. À l'échelon local, quand un villageois prêtait à un autre villageois, la crédibilité du débiteur était connue ainsi que les biens qui pouvaient éventuellement être saisis69.

  • 70 La mise en gage de terre est bien connue dans la société paysanne au début de l'époque moderne : v (...)
  • 71 Le travail de M.M. Postan a exercé une influence considérable sur la discussion du marché des terr (...)
  • 72 Schofield, Dearth, « debt and the local land market ».
  • 73 Razi, Life, marriage and death, p. 37.
  • 74 J. Ravensdale, « Population changes and the transfer of customary land on a Cambridgeshire manor i (...)

21La forme la plus importante de garantie, vraisemblablement utilisée pour les emprunts plus importants, était la mise en gage de terres70. La plupart des études sur le marché des baux entre les paysans de l'Angleterre médiévale n'ont pas accordé une grande importance aux mises en gage et ont plutôt considéré le bail comme une solution temporaire pour ajuster la taille des tenures71. Il est probable qu'un grand nombre de baux, dont les concessions étaient parfois consignées dans les rôles, devraient être considérés comme des mises en gage. Une étude approfondie des rôles du manoir d'Hinderclay à la fin du xiiie siècle a montré que les villageois qui se portaient créanciers apparaissent aussi en tant que tenanciers ou acheteurs de terrain, alors que les débiteurs étaient presque uniquement des bailleurs ou vendeurs72. On remarque la même situation à Halesowen où, pendant les années de disette de la fin du xiiie siècle et du début du xive siècle, les petits propriétaires « durent sous-louer leurs terres... afin d'honorer leurs dettes... »73, La forte augmentation de l'activité du marché foncier pendant les années de pénurie par exemple, s'explique en partie par la saisie sur hypothèque ou par la transformation de la mise en gage en un bien héréditaire si le débiteur ne pouvait plus payer74.

  • 75 Voir, par exemple, Williamson, « Norfolk : thirteenth century », pp. 54, 77 ; Faith, « Berkshire : (...)
  • 76 Hinderclay, cour du 17 février 1297,...et concessa est... eo quod idem Nicolaus solvit pro eodem H (...)

22Les rôles des cours manoriales laissent apparaître d'autres références significatives de la relation entre le crédit bail et l'endettement. Le grand nombre d'amendes pour des baux sans licence seigneuriale, les années de mauvaise récolte, sont un des exemples les plus caractéristiques75. L'apparition dans les rôles des villageois en tant que bailleurs illégaux et débiteurs est tout à fait significative de l'utilisation de la terre comme garantie. Les rôles d'Hinderclay en fournissent de nombreux exemples. Les preuves que je viens de mentionner sont plus implicites qu'explicites. Cependant, de temps à autre apparaît une indication montrant clairement qu'une terre avait été louée par bail afin de régler des dettes. Ainsi, au mois de février 1297, Henry Crane s'est rendu à la cour d'Hinderclay pour accorder un bail d'un demi acre à Nicholas le Reve pour une durée de huit ans. Nicholas a obtenu le bail à la condition de rembourser à un certain Bartholomew of Coney Weston les 5 s 8 d qu'Henry lui devait76.

  • 77 Hyams, « Origins of a peasant land market », p. 20 ; voir aussi M. Spufford, « Peasant inheritance (...)
  • 78 Postan, « Medieval agrarian society in its prime : England », pp. 626-628.
  • 79 Postan, « Credit in medieval trade », pp. 72 sq. ; aussi Holderness « Widows in pre-industrial soc (...)

23Comme le déclarait déjà M. Hyams, il y a vingt-cinq ans, la prise de conscience de l'importance des emprunts comme éléments essentiels du marché foncier modifie inévitablement notre conception de ce marché77. Les indications d'une utilisation agressive du crédit semblent indiquer que les transferts entre vifs de tenures ne constituaient pas seulement un moyen pour les villageois d'échanger des lopins de terre selon leurs besoins, mais également un véritable marché plus commercialisé qu'on l'a toujours affirmé78. De plus, il est possible d'affirmer que la prédominance, ou simplement l'augmentation d'une forme de crédit aux dépens d'une autre, donne des informations sur l'activité économique du village79. Les années de disette, lorsque le crédit était plus restreint, il est possible de noter une augmentation des procès pour recouvrer une dette résultant d'une vente à crédit. Mais là où on peut aussi encore observer la propagation de crédit dans les années de disette, on observe une augmentation des emprunts sur gages, particulièrement la mise en gage de terres.

L'utilisation du crédit

  • 80 Hilton, English Peasantry, p. 46 ; C. Dyer, « The consumer and the market in the later middle ages (...)
  • 81 R. Firth, « Capital, saving and credit in peasant societies : a viewpoint from economic anthropolo (...)
  • 82 Holderness, « Credit in English rural society », p. 98.
  • 83 Court Rolls of Chalgrave Manor, ed. Dale, p. 27, court of 21 May 1293, Lucia filia Ricardi Picot p (...)
  • 84 Pour un exemple d'une vente à crédit de terre, voir Clark, « Debt litigation », p. 275, n. 43.
  • 85 Cour du 20 décembre 1391, Lex. Thomas Turnecourt habet diem ad faciendum legem suam versus Johanne (...)

24À l'instar des formes de crédit, l'analyse de la diversité des biens et services auxquels le crédit pouvait être étendu donne un aperçu de la vitalité des villages à l'époque médiévale80. Pour reprendre la distinction faite par les anthropologues spécialisés dans l'économie, le crédit était utilisé soit pour la consommation soit pour l'investissement81. L'utilisation répétée et variée du crédit pouvait être significative d'une certaine assurance commerciale de la part de la communauté. De la même façon un fort endettement pouvait révéler le contraire82. L'historien se doit donc de déterminer le contexte de l'endettement. Les personnes contractent-elles une dette volontairement, afin de profiter de nouvelles opportunités telles que la location d'une charrue83, l'achat d'un lopin de terre84 ou le paiement des frais de mariage85 ? Ou bien y sont-elles forcées par la nécessité, tel l'achat à crédit de céréales, ou bien le paiement de leurs arriérés de loyer, auquel cas un petit versement soit de céréales, soit d'argent concrétisent l'emprunt ?

  • 86 Clark, « Debt litigation », passim ; voir aussi McIntosh, Autonomy and Community, p. 194, « The nu (...)
  • 87 Clark, « Debt litigation », p. 254, tableaux 8.5 et 8.6.
  • 88 Clark, « Debt litigation », p. 263 ; McIntosh, Autonomy and Community, p. 194 ; voir aussi, Britne (...)
  • 89 Hilton, English peasantry, p. 47
  • 90 Principalement, orge ; voir aussi M. Bailey, A Marginal Economy ? East Anglian Breckland in the La (...)

25Elaine Clark a découvert qu'à Writtle, au xve siècle, une variété considérable de biens et services qui pouvaient faire l'objet d'un paiement à une date ultérieure d'un emprunt86. Cependant, la vente à crédit généralement d'animaux ou de céréales, constitue environ 50 % de toutes les catégories de dettes ; la reconduction du paiement des services, environ 20 %, les baux, le plus souvent pour des animaux ou des terres, également 20 % ; enfin, les emprunts d'argent ou de biens représentent les 10 % restants87. La majorité des crédits contractés par les paysans n'étaient pas très importants. Même les dettes des manoirs royaux, pourtant non restreints aux 40 s, ne dépassaient que rarement cette somme, et y étaient bien souvent inférieure88. Ailleurs, dans les manoirs qui n'étaient pas d'anciens domaines, le montant du crédit était largement au dessous de la barre des 40 s89. À Hinderclay, à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, alors que la population était à son maximum pour l'époque médiévale et que la plupart des villageois ne possédaient que de petites parcelles, la majorité des dettes concernait de l'argent ou des céréales d'une valeur inférieure à 5 s90, [voir tableaux la et 1b]

Table 1a. Hinderclay : type de dette

Table 1a. Hinderclay : type de dette

Table 1b. Hinderclay : taille de dette

l-3d

4d-1s

1s-2s

2s ld-5s

>5s

3

7

6

2

3

Source : Bacon Mss 114-117

  • 91 Hinderclay, court of 15 oct. 1296, [preceptum est] distringere Cristinam Wysman pro iiid debito do (...)
  • 92 Dyer, « The consumer and the market », p. 276 ; Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 203-204, 286-288.
  • 93 Un examen récent, fondé sur les archives de la ville d'Exeter, suggère une relation entre les form (...)

26La reconduction des paiements de services était rare. Dans une cour du 15 octobre 1296, deux femmes, Cristina Wysman et Alice le King furent contraintes, par saisie de leurs biens, de payer respectivement 3 d et 5 d au prêtre, Adam the Chaplain, pour des incantations et des messes91. La prédominance des dettes sous forme d'argent ou de céréales reflète peut-être une distinction plus spatiale que temporelle. Il est possible que les paysans aient emprunté des produits de première nécessité à leurs voisins afin d'acquérir des services moins courants ou des biens qu'ils ne pouvaient trouver sur place mais sur d'autres marchés locaux ou en ville92. Cependant une étude de l'endettement des paysans au fil des années met en évidence une utilisation différente du crédit selon les circonstances. Malgré la prédominance des ventes à crédit, le crédit consigné dans les rôles de Writtle au xve siècle était plus diversifié qu'à Hinderclay à la fin du xiiie siècle. Ce phénomène laisse penser que le crédit était utilisé en dernier recours à Hinderclay et pour des raison commerciales à Writtle. Ces affirmations devront cependant être étayées par des études locales93.

Créanciers et débiteurs. Prêteurs d'argent et usuriers

  • 94 Clark, « Debt litigation », p. 265 ; pour un exemple tiré du début de l'époque moderne, voir C. Mu (...)
  • 95 Clark, « Debt litigation », p. 267.
  • 96 Clark, « Debt litigation », pp. 264-267 ; Britnell, Colchester, p. 104.
  • 97 Cf. Kowaleski, Medieval Exeter, p. 108.

27Tout comme pour la diversité des dettes contractées, les relations entre créanciers et débiteurs évoluaient selon un nombre de facteurs à la fois exogènes, tels que le mauvais temps, et endogènes, tels que les hauts niveaux d'impôts ou la faible circulation d'argent. Les années de disette, certain villageois se trouvaient inévitablement davantage du côté des débiteurs et d'autres du côté des créanciers. Cela dit, les spécialistes de l'endettement ont souvent remarqué que les relations dettes-crédit étaient plus horizontales que verticales94. D'une certaine manière, cela souligne le dessein d'accorder des crédits uniquement aux personnes solvables ; cependant, la prédominance des lignes horizontales de crédits indique une certaine assurance commerciale qui n'est pas aussi évidente lorsqu'on a une nette majorité de mécanismes de crédit verticaux95. Une fois de plus, au xve siècle, dans le comté de l'Essex, les relations de crédit sur les marchés de Colchester et dans une moindre mesure, de Writtle, ont été décrites en fonction de leur réciprocité : les commerçants effectuaient des échanges complémentaires, s'empruntant mutuellement des marchandises, même s'il est évident que certains créanciers tiraient avantage du manque d'argent de leurs voisins96. Ailleurs, par exemple, à la ville d'Exeter à la fin du xive siècle, le crédit n'était pas aussi réciproque97.

  • 98 Spufford le nomme « black credit » dans sa définition tripartie du crédit mediéval comme noir, bla (...)
  • 99 Pour les violences verbales dans le village mediéval, voir par exemple, Dewindt, Land and People i (...)
  • 100 Firth, « Capital, saving and credit in peasant societies », pp. 29-30.

28Les rôles fournissent des indications sur l'activité économique et sociale des villageois qui apparaissent comme de fréquents créanciers ou débiteurs. Pourtant, il semblerait qu'un grand nombre d'opérations très simples de crédit n'aient jamais été consignées dans les rôles. Ainsi, comme nous l'avons déjà remarqué, il était peu probable que les emprunts ordinaires, entre personnes d'un même groupe social, le plus souvent des parents ou des voisins, aboutissent à un procès pour dettes ou fassent l'objet d'une reconnaissance inscrite dans les rôles98. Cependant, les emprunts peuvent avoir généré des disputes d'un caractère plus physique. Les nombreux cas de saisie illégale des biens, vols par effraction, et attaques, consignés dans les rôles, peuvent s'expliquer par la tentative de recouvrer le montant d'un prêt ou par une dispute à ce sujet99. En raison de leur réciprocité, ils n'avaient pas un caractère intéressé ; l'acte de prêter porte en lui l'intérêt social latent d'une faveur qui doit être rendue100. Ainsi, les emprunts à ce niveau plutôt personnel sont sous-représentés par rapport à des mécanismes de crédit plus importants, moins caractéristiques, et qui avaient plus probablement lieu en dehors du cercle familial ou des pairs, c'est-à-dire avec un villageois socialement et économiquement supérieur. Bien que, comme nous l'avons déjà vu, quelques dettes minimes étaient inscrites dans les rôles et étaient contractées entre voisins ou parents, nombreuses étaient celles qui, modestes à l'échelle commerciale, étaient importantes au niveau de la communauté villageoise. De plus, elles faisaient intervenir des personnes relativement étrangères, telles les commerçants locaux, les villageois les plus riches et parfois les prêteurs d'argent.

  • 101 McIntosh, Autonomy and Community, p. 153.
  • 102 McIntosh, Autonomy and Community, p. 167.
  • 103 E.R.O. D/DU 267/30, cours des 20 juillet 1390, 20 juillet 1391, 23 sept. 1391, 20 decembre 1391. V (...)

29Comme nous l'avons vu, la majorité du crédit rural concernait la reconduction du paiement. La plus grande partie de ces transactions semble avoir été contractée avec des commerçants locaux et des détaillants. Lorsqu'un paysan avait besoin d'un bien ou service spécifique, il savait toujours vers qui se tourner. À Havering-atte-Bower, par exemple, les fréquents achats de marchandises au détail se faisaient à crédit et étaient réglés à la fin en un seul versement101. Il est tentant d'analyser les arriérés de loyer dûs au seigneur de la même façon. Si les reconductions de paiement n'étaient pas acquittées, l'accumulation de la dette pouvait conduire à un emprunt distinct contracté afin de solder l'acompte originel102. À Birdbrook, Thomas Turnecourt devait de l'argent à John Ropere de Stoke-by-Clare depuis au moins un an, lorsque John réussit à l'amener en justice à la fin de 1391 où il l'accusa de lui devoir 3 s 3 d pour le remboursement de biens achetés pour son mariage. Devant cette même cour, une autre créancière, Alice Fordham, déposa une plainte contre Thomas afin de recouvrer les 6 s 8 d qu'elle avait prêtés à Thomas au milieu des années 1390. Cet emprunt avait peut-être été contracté afin de rembourser la vente à crédit faite antérieurement103.

  • 104 Postan, « Medieval agrarian society in its prime : England », pp. 627-628 ; aussi, Spufford, Money (...)
  • 105 Razi, Life, Marriage and Death, pp. 76, 78 ; idem, « Family, land and the village community », pp. (...)
  • 106 . Schofield, « Dearth, debt and the local land market » ; pour évidence des pauvres plaideurs, voir (...)

30Les transactions de crédit concernant des emprunts plus importants étaient plus verticales qu'horizontales. À l'intérieur de la communauté villageoise, les propriétaires terriens les plus riches se constituaient plus fréquemment créanciers que les autres villageois, car ils possédaient inévitablement un excédent commercialisable. Les petits seigneurs et le clergé ont peut-être également assumé cette fonction. Il est difficile d'imaginer comment de pauvres villageois, au moins dans certaines parties de la campagne médiévale anglaise, auraient pu assumer le rôle de créanciers, pour la simple raison qu'ils ne produisaient pratiquement jamais plus que leurs besoins immédiats et, par conséquent, ne possédaient jamais assez d'excédents pouvant faire l'objet d'un crédit104. A Hinderclay, toujours au xiiie siècle, les habitants semblaient être soit créanciers soit débiteurs mais rarement les deux. À Halesowen, les paysans les plus riches prêtaient fréquemment de l'argent, des céréales ou du cheptel, alors que les familles les plus pauvres contractaient souvent des dettes105. Les villageois les plus pauvres ne semblent jamais avoir pris part aux transactions de crédit ou du moins à celles qui sont consignées dans les rôles106.

  • 107 Voir les remarques de M. Hilton : Hilton, English Peasantry, pp. 103-104 ; aussi, P. Franklin, « P (...)
  • 108 Bennett, Women in the Medieval English Countryside, p. 160.
  • 109 À Havering-atte Bower, il y a d'évidence que les femmes ont prêtés d'argent, McIntosh, Autonomy an (...)
  • 110 Birdbrook, cour du 20 decembre 1391, Alicia Ffordham per Ricardum Fuller'attornatum suutn optulit (...)
  • 111 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vols. 1 et 2, éd. Baildon : de 1275 à 1308, sur onze procès (...)

31D'autres membres du village, outre les propriétaires terriens les plus riches « kulaks », possédaient un excédent exploitable. Selon son âge ou les circonstances de sa vie, un villageois pouvait se trouver en possession d'une surabondance de terres, d'un excédent d'argent ou de céréales. Les villageois plus âgés, dont les membres de la famille étaient dispersés, pouvaient bénéficier d'une certaine aisance. Les veuves, en particulier, jouissaient d'une certaine prospérité à la fin de leur vie. Cependant, contrairement au début de l'époque moderne, il est très peu fait référence au prêteur d'argent veuf dans les sources médiévales107. À Brigstock, dans les procès pour dette, les veuves apparaissaient plus souvent comme les accusées que comme les plaignantes108. Ailleurs, les rôles présentent, éparpillées parmi les écritures, des références à des femmes, probablement veuves puisqu'elles avaient une identité légale indépendante, prêtant de l'argent109. Comme nous l'avons déjà vu, à Birdbrook, au mois de décembre 1391, Alicia Fordham, par l'intermédiaire de son avocat, s'est présentée devant la cour et a réclamé 6 s 8 d ainsi qu'un dédommagement d'un montant de 3 s 4 d [50 % des intérêts] pour la somme qu'elle avait prêtée à Thomas Poynton, l'aumônier au mois de juin 1390110. Les rôles des autres cours abondent d'exemples similaires. Dans les rôles de Wakefield à la fin du xiiie et au début du xive siècle, les femmes apparaissaient assez fréquemment en tant que plaignantes essayant de recouvrer des dettes111.

  • 112 H.G. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, London, 1960, p. 102 ; voir aussi les rema (...)
  • 113 R.C. Stacey, « Jewish lending and the medieval English economy » dans : R.H. Britnell et B.M.S. Ca (...)
  • 114 P. Elman, « Jewish finance in thirteenth-century England », Transactions of the Jewish Historical (...)

32De plus, il est très probable qu'avant la fin du xiiie siècle (antérieurement à leur expulsion d'Angleterre), les prêteurs d'argent juifs, établis en ville, constituent, au moins dans certaines régions du pays, une source importante du crédit rural et contribuent à financer l'achat de terres112. M. Stacey remarque que la majorité numérique des prêts accordés par des juifs, pour ne pas dire la totalité du capital, était destinée aux paysans et aux citadins. De plus, la plupart des crédits accordés par les juifs dans les dernières décennies avant leur expulsion étaient « à petite échelle, rural et à court terme »113. Là où apparaissent des indications d'un crédit juif antérieur à 1290, une étude de l'impact de l'expulsion de cette population sur le crédit rural serait très intéressant114.

  • 115 Sur la saisie sur hypothèque, cf. Spufford, Money and its Uses, pp. 336-337.

33Les emprunts plus importants nous font découvrir des créanciers profitant des villageois moins favorisées (1) soit en tirant avantage de leur prêt par des intérêts, (2) soit en bénéficiant des profits des garanties, (3) soit enfin en incitant les débiteurs à hypothéquer des terres afin de s'en saisir par la suite115.

  • 116 Hilton, English Peasantry, p. 47.
  • 117 McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury », p. 101.
  • 118 McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury », p. 100.

34Contrairement aux dettes modiques, contractées entre voisins et parents, les dettes plus commerciales, et d'un montant plus élevé, pouvaient être de nature usuraire116. Il existe une distinction importante entre les prêts mutuum et ceux commodatum. Selon les spécialistes du droit canon, les deux formes étaient de nature gratuite, pourtant s'il était tiré profit d'un prêt mutuum, il devenait usuraire alors que le bénéfice retiré d'un objet prêté commodatum faisait de ce prêt un locatio, c'est-à-dire un bail non usuraire117. Les prêts usuraires concernaient généralement de l'argent ou des céréales, en fait tout ce qui pouvait être compté ou monnayé118. Cela dit, on trouve peu d'exemples dans les rôles.

  • 119 McIntosh, Autonomy and Community, p. 166 ; McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury », (...)
  • 120 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 1, éd. Baildon, pp. 281-282 et 299 ; aussi, Court Roll (...)

35Le paiement d'intérêts n'était pas consigné dans les rôles du fait de la prohibition de l'usure pratiquée par l'église. Cependant, cela ne signifie pas qu'elle n'avait pas lieu119. Dans les rôles, on trouve les exemples d'un villageois diffamant un autre en l'appelant usurier ou Juif. En 1297, à Hipperholm, dans le comté du Yorkshire, William de Hipperholm traite William del Bothes d'usurier car celui-ci lui a compté un shilling pour un délai dans le remboursement de la totalité de sa dette de 20 shillings. Del Bothes, le créancier, explique que ce shilling constituait en fait un premier acompte. Les deux hommes réglèrent leur litige à l'amiable120.

  • 121 Clark, « Debt litigation », pp. 256-257 ; par exemple, Manorial Records of Cuxham, éd. Harvey, p.  (...)
  • 122 Razi, Life, Marriage and Death, p. 82.
  • 123 Pollock et Maitland, History of English Law, ii, pp. 215-216.
  • 124 Voir, par exemple, Brundage, Medieval Canon Law, pp. 77-78 ; Henry, Contracts in the Local Courts,(...)

36On trouve plus fréquemment des plaintes posées par les débiteurs affirmant que le prix de l'objet prêté à mutuo ou vendu à crédit a augmenté entre le moment où le contrat a été signé et celui où ils doivent rembourser121. De plus, M. Razi suppose que les dédommagements étaient en fait des paiements d'intérêts122. Bien que cela puisse avoir été le cas, il a pu également s'agir de véritables réparations de dommages. Les dédommagements n'intervenaient que dans les procès pour dette contestée. Si le procès pour dette ne soulevait pas de problèmes, aucun dédommagement n'apparaissait dans les rôles123. De plus, lorsque il y avait paiement pour dommage, les rôles de la cour indiquent souvent qu'ils étaient versés au profit du seigneur (et non du créancier), même si les dédommagements de cette sorte n'étaient pas considérés comme usuraires124.

  • 125 Postan, « Charters of the villeins », pp. 115, 137 ; Hyams, « Origins of a peasant land market », (...)

37En plus de l'usure, les créanciers espéraient peut-être accroître le bénéfice de leur prêt par le profit issu des garanties offertes par le débiteur. C'était le cas lorsque l'emprunt était garanti par une hypothèque. Je pense qu'à la fin de l'époque médiévale il arrivait très souvent que les propriétaires tirent profit des terres. De plus, comme je l'ai déjà mentionné, les créanciers pouvaient se saisir des terres hypothéquées. L'exemple du district de l'Abbaye de Crowland, où des terres cédées à l'origine en bail sont ensuite transformées en tenures héréditaires, met en évidence un marché foncier reposant, au moins en partie, sur le crédit125.

Fréquence de l'endettement

  • 126 L.R. Poos et R.M. Smith, « "Legal windows on to historical populations" ? Recent research on demog (...)

38Les historiens ont accordé peu d'attention à l'évolution de la fréquence de l'endettement à travers les âges. Toute tentative se heurte à de nombreux problèmes et notamment la modification du contenu des rôles des cours manoriales suite à l'évolution du règlement des questions litigieuses ou administratives126. On observe cependant, sur des périodes très courtes, des changements au niveau de l'endettement.

  • 127 Voir les remarques de M.Tawney : Tawney, Religion and the Rise of Capitalism. An Historical Study (...)
  • 128 C'est la fluctuation au niveau des litiges pour dettes qui m'intéresse ici ; je ne veux pas suggér (...)
  • 129 Voir plus haut pp. 22-23 ; comparer Britnell, Colchester, pp. 104-105 où il remarque une augmentat (...)

39Certains ouvrages sur le crédit rural à la fin de l'époque médiévale démontrent que le crédit était souvent prorogé lorsque les « temps étaient durs »127. Il s'agissait en quelque sorte d'une solution de rechange à l'argent à laquelle on ne recourait qu'en période de crise. Cependant, la réalité pouvait être bien différente. En effet, il est possible d'affirmer que les villageois n'avaient pas recours aux mécanismes de crédit lors des années difficiles. Il est nécessaire de faire une distinction entre les augmentations réelles de la prorogation du crédit par les reconnaissances, et les diminutions réelles illustrées par l'accroissement soudain et bref des litiges pour dette128. Cependant, il est possible qu'il soit plus aisé de trouver dans les rôles des exemples de rétractation que d'extension. On a vu que la majorité des dettes des paysans, au moins dans les rôles, n'était pas enregistrée au début et a paru seulement quand le créancier a essayé de recouvrer sa dette129. Sans doute, les rôles regorgent-ils d'exemples de la rétraction du crédit.

  • 130 Clark, « Debt litigation », pp. 250-251, particulièrement Table 8.2 ; pour des observations sur la (...)
  • 131 E.R.O. D/DU 267/30. Pour des exemples d'une crise de confiance et d'un accroissement des litiges p (...)
  • 132 Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages, p. 266 ; aussi, Razi, Life, Marriage and Death (...)
  • 133 Il remarque que « The reason for the rapid quickening of the inter-peasant land market during peri (...)
  • 134 Schofield, « Dearth, debt and the local land market ». Il semble qu'on trouve la même situation su (...)

40À Writtle, la baisse générale du nombre de plaintes et de transactions de dette enregistrée au xve siècle peut s'expliquer par la dépression qui frappa au milieu de ce siècle130. Au manoir de l'abbaye de Westminster à Birdbrook, les litiges pour dette semblent avoir augmenté entre la fin des années 1380 et le début des années 1390, ce qui laisse penser que les créanciers essayaient de récupérer des crédits en réponse au manque d'argent131. De la même façon, l'augmentation du nombre de procès pour dette pendant les années de la grande famine au début du xive siècle reflète « à la fois la nécessité pour les pauvres d'emprunter afin d'acheter de la nourriture et le rappel des vieilles dettes lorsque les créanciers commençaient eux aussi à ressentir les effets de la crise »132. (Il me semble que, dans la majorité des cas les procès étaient intentés par les créanciers.) À Halesowen, comme l'a découvert M. Razi, le nombre de procès pour dette a augmenté de façon considérable pendant les années de mauvaises récoltes à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle133. À cette période, les créanciers étaient davantage préoccupés de recouvrer leurs dettes existantes que d'en contracter de nouvelles. Au manoir Bury St. Edmunds à Hinderclay, on observe une nette augmentation des tentatives de recouvrement de dettes à la fin de 1290, période de mauvaises récoltes et d'imposition très élevée, alors que le nombre de nouvelles dettes décline134.

  • 135 À Writtle, les créanciers jouaient le rôle de bailleurs, peut-être cela entrait-il dans une straté (...)
  • 136 Les historiens des monnaies avaient affirmé que le crédit augmente et décroît parallèlement à l'ar (...)

41La modification de la nature des acheteurs et vendeurs de terre, nous offre l'occasion de faire un examen de la disponibilité du crédit ; de même, les facteurs qui les attiraient sur le marché méritent d'être étudiés plus attentivement. Nous avons déjà vu qu'à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, alors que le crédit était restreint, et même asséché, les créanciers étaient souvent des tenanciers, mais rarement des bailleurs, et prenaient les terres comme garanties de leur débiteur. Pendant les années plus prospères, les créanciers et non plus les débiteurs, jouaient le rôle de bailleurs. Dans ce cas, le bail était un prêt, commodatum, et, en tant que prorogation du crédit, témoignait de la confiance que s'accordaient mutuellement le créancier et le débiteur135. Un véritable marché des parcelles de terrain répondrait aux fluctuations de la disponibilité du crédit. De plus, il semble impossible de séparer le crédit des fonds monétaires. En effet, ces derniers limiteraient le crédit et le marché des terres136.

Conclusions

  • 137 C. Howell, Land, Family and Inheritance in Transition. Kibworth Harcourt, 1280-1700, Cambridge, 19 (...)
  • 138 Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 286-288. Les historiens ont déjà fait des travaux importants : par (...)
  • 139 Le Public Record Office C/241 contient quelque 30 000 certificats pour dettes de 1285 à 1475. La m (...)
  • 140 Par exemple, Select Cases from the Ecclesiastical Courts of the Province of Canterbury c. 1200-130 (...)
  • 141 Richardson, English Jewry, p. 295 ; aussi, Select Pleas, Starrs and other Records from the Rolls o (...)

42Il importe toujours d'effectuer une étude détaillée du crédit. Les sources concernant ce sujet sont plus importantes que certains l'ont affirmé137. L'analyse de l'évolution des créanciers et débiteurs au travers des écrits consignés dans les rôles des cours manoriales, analyse qui dans une certaine mesure a déjà été commencée, procurera de plus amples informations sur la relation dette-crédit au sein de la communauté villageoise et sur les stratégies employées par les parties intéressées. L'impact du crédit sur la commercialisation des terres, tel qu'il a été évoqué au travers des récentes études, est de première importance en ce qui concerne ce point précis. Comme le remarquent M. Postan et M. Hyams, seules les circonstances d'un transfert de terres nous permettent de distinguer entre une hypothèque et un bail. Enfin, il est possible de suivre les créanciers et débiteurs hors des cours manoriales, dans d'autres juridictions. Il semble hors de doute que les serfs du comté du Devon qui ont visité la ville d'Exeter pour vendre leurs marchandises mais aussi pour emprunter de l'argent, n'étaient pas atypiques : sans doute, une future recherche dans les archives des cours municipales nous offrira-t-elle beaucoup d'informations sur la rôle que le crédit a joué dans la relation entre ville et campagne138. Ainsi l'étude des certificats de dettes de la cour de la Chancellerie, entreprise par Mme Pamela Nightingale et M. Nicholas Mayhew, apportera peut-être de la lumière sur le crédit rural et constituera un corpus de sources pouvant être comparé à celui des cours manoriales139. Des recherches similaires dans les archives des cours ecclésiastiques pourraient mettre à jour des documents relatifs aux transactions de dettes concernant également l'usure140. L'examen des rôles de procès pertinents pourrait également donner des indications sur l'activité des prêteurs d'argent juifs dans la société paysanne de l'Angleterre du xiiie siècle141. Une meilleure compréhension du rôle du crédit au sein des villages enrichirait encore davantage les recherches déjà effectuées sur certains aspects de la société paysanne à la fin de l'époque médiévale. D'une façon générale, une analyse des mécanismes du crédit contribuerait à définir les frontières économiques et sociales du monde paysan et la capacité de ses acteurs à s'y adapter.

Notes

1 Mes remerciements à Christopher Dyer, Barbara Harvey et Nicholas Mayhew qui m'ont fait part de leurs remarques sur une version préliminaire de ce rapport. Je remercie sincèrement Florence Bazin pour avoir fait la traduction avec patience et gentillesse. Et aussi sa famille pour son hospitalité pendant mon séjour.

2 E. Clark, « Debt litigation in a late medieval English vill » dans : J.A. Raftis ed., Pathways to Medieval Peasants, Toronto, 1981, pp. 247-279.

3 Clark, « Debt litigation », p. 271.

4 Clark, « Debt litigation », p. 252. « As a manor of ancient demesne Writtle was exempt from the 40 s limit set for local corts in accord with contemporary interpretations of the Statute of Gloucester of 1278 ». À noter aussi que les archives des cours de justice manoriales du xve siècle du manoir royal de Havering contiennent, malgré des pertes, un nombre considérable de plaintes détaillées, ce qui s'explique, peut-être, par le fait que Havering était, aussi comme Writtle, un domaine royal et que la cour appartenait au roi, M.K. McIntosh, Autonomy and Community. The Royal Manor of Havering, 1200-1500, Cambridge, 1986, pp. 181-220.

5 Clark, « Debt litigation », pp. 247-250 ; K.C. Newton, The Manor of Writtle : The Development of a Royal Manor in Essex, 1086-1500, Chichester, 1970.

6 L.R. Poos, A Rural Society after the Black Death. Essex 1350-1525, Cambridge, 1991.

7 Pour de courts mais importants développements sur les sujets d'endettement et de crédit entre paysans, voir G.C. Homans, English Villagers of the Thirteenth Century, Harvard, 1941, p. 338 ; M.M. Postan, « Medieval agrarian society in its prime : England », dans : M.M. Postan, éd., The Cambridge Economic History of Europe, I, The Agrarian Life of the Middle Ages (2nd éd., Cambridge, 1966), pp. 627-628 ; R.H. Hilton, A medieval society. The West Midlands at the End of the Thirteenth Century, Cambrdige, 1966, pp. 163-164 ; E.B. Dewindt, Land and People in Holywell-cum-Needingworth, Toronto, 1972, pp. 250-254 ; R.H. Hilton, The English Peasantry in the Later Middle Ages, Oxford, 1975, pp. 46-47 ; M.K. McIntosh, Autonomy and Community, pp. 166-170, 191-195 ; J.M. Bennett, Women in the Medieval English Countryside. Gender and Household before the Plague, Oxford, 1987, pp. 28-32 ; C. Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages. Social Change in England, c. 1200-1520, Cambridge, 1989, pp. 179-180,185-186.

8 R.H. Britnell, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, Cambridge, 1993 ; R.H. Brittnell et B.M.S. Campbell, eds., A Commercialising Economy. England, 1086-c. 1300, Manchester, 1995 ; voir aussi, E. Miller et J. Hatcher, Medieval England. Towns, Commerce and Crafts. 1086-1348, London, 1995, chapitre 3.

9 Voir surtout M.M. Postan, « Credit in Medieval Trade », Econ. Hist. Rev., 1er ser., I, 1928, pp. 234-236, réimprimé dans : id., Essays on Medieval Trade and Finance, Cambridge, 1973, pp. 1-3 (ouvrage de référence ici), et id., « Private Financial Instruments in Medieval England », Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, XXIII, 1930, pp. 26-27, reimprimé dans : id., Essays on Medieval Trade and Finance, pp. 28-29 (ouvrage de référence ici).

10 R. H. Britnell, Growth and Decline in Colchester, 1300-1525, Cambridge, 1986 ; M. Kowaleski, Local Markets and Regional Trade in Medieval Exeter, Cambridge, 1995.

11 Pour références, voir plus bas, note 135.

12 Voir surtout, Postan, « Credit in medieval trade », pp. 23-24. Voir, par exemple, Chronica Monasterii de Melsa, ab anno 1150 usque ad annum 1506, éd. E.A. Bond (3 vols., Rolls Series, 1866-68), iii, p. 144 ; Calendar of Select Pleas and Memoranda of the City of London preserved among the Archives of the Corporation of Lonon at the Guildhall, éd. P.E. Jones, 6 vols., Cambridge, 1926-61, iii, pp. 26-28 ; The Libelle of Englyshe Polcyce. A Poem on the Use of Sea-power, 1436, éd. Sir G. Warner, Oxford, 1926, pp. 21-23.

13 J. R. Maddicott, « The English peasantry and the demands of the crown, 1294-1341 », Past and Present Supplement, I, 1975, reimprimé dans : T.H. Aston éd., Landlords, Peasants and Politics in Medieval England, Cambridge, 1987, pp. 285-359.

14 Birdbrook : le compte de la Saint-Michel 1403 à la Saint-Michel 1404, Et debet xii li xviiid. De quibus allocantur ei xvs. vd. pardone Willelmo Payn nuper servienti ibidem ex gratia domini Prions et districte auditoris pro suo longo et bono servicio... Westminster Abbey Muniments 25498 ; N. Denholm-Young, Seignorial Administration in England, London, 1937, pp. 151-154 ; Z. Razi, Life, Marriage and Death in a Medieval Parish. Economy, Society and Demography, 1270-1400, Cambridge, 1980, pp. 81-82 ; R.J. Faith, « Berkshire : fourteenth and fifteenth centuries » dans : P.D.A. Harvey éd., The peasant land market in medieval England, Oxford, 1984, p. 165 ; P.D.A. Harvey, « Conclusion », ibidem, pp. 324-325.

15 Postan, « Credit in Medieval Trade », p. 3.

16 Mais pour les discussions précédentes sur le sujet de crédit, voir, par exemple, E. Lipson, An Introduction to the Economic History of England. I. The Middle Ages, London, 1915, pp. 528-531 ; L.F. Salzman, English Trade in the Middle Ages, Oxford, 1931, chapitres 2, 9 ; E. Power, « The wool trade in the fifteenth century » dans : E. Power et M.M. Postan eds, Studies in English Trade in the Fifteenth Century, London, 1933, passim ; R.L. Henry, Contracts in the Local Courts of Medieval England, London, 1926, passim.

17 J. Kermode, « Money and credit in the fifteenth century : some lessons from Yorkshire », Business History Review, 65, 1991, pp. 475-501 ; Kowaleski, Medieval Exeter.

18 Voir plus haut, note 6. Ces archives, en anglais, manor court rolls, sont souvent désignées par le terme « rôle ». C'est donc ce que je ferai ici.

19 Voir, par exemple, C.C., « Les cours manoriales », Études rurales 103, 1986, p. 25 ; Z. Razi, Life, Marriage and Death, pp. 116-117 ; idem, « The myth of the immutable English family », Past and Present, 140, 1993, pp. 22-23 ; McIntosh, Autonomy and Community, p. 200 et les références là-dedans.

20 Pour un résumé utile, voir Dyer, « Les cours manoriales », pp. 19-27 ; voir aussi, Z. Razi et R. Smith, « The origins of the English Manorial court roll as a written record : a puzzle », dans : R.M. Smith et Z. Razi éds., Medieval Village and Small Town Society, Oxford, 1996.

21 Dyer, « Les cours manoriales », pp. 24-25. Select Pleas in Manorial and other Seignorial Courts, éd. F.W. Maitland, Selden Society, London, 1889. Pour une discussion des procès privés dans les cours manoriales à la fin du xiiie et au début du xive siècle, voir J. Beckerman, « Procedural Innovation and Institutional Change in Medieval English Manorial Courts », Law and History Review, 10, 1992, pp. 197-252. Sur l'introduction et le developpement des procès privés dans les cours manoriales, voir aussi, Razi et Smith, « Origins of the English manorial court roll ».

22 Par exemple, les rôles des manoirs de Clehonger, Marden et Eggleton dans le comté d'Herefordshire, contiennent les rapports des 223 cours de 1273 à 1350 dans lesquelles il y a seulement huit procès pour dettes, Bodl. Herefordshire Rolls 1-33.

23 Smith et Razi, « Origins of the English manorial court roll ».

24 J. Williamson, « Dispute settlement in the manorial court : early fourteenth-century Lakenheath », Reading Medieval Studies xi (1985), p. 134.

25 Pour les modes d'héritage, voir, par exemple, R.J. Faith, « Peasant families and inheritance customs in medieval England », Agricultural History Review, xiv, 1966, pp. 77-95 ; C. Howell, « Peasant inheritance customs in the Midlands, 1280-1700 » dans : J. Goody, J. Thirsk et E.P. Thompson éds., Family and Inheritance. Rural society in Western Europe, 1200-1800, Cambridge, 1976, pp. 112-155 ; pour l'achat de tenures : Harvey éd., The Peasant Land Market ; pour les structures familiales et les liens de parenté : R.M. Smith, « Kin and neighbours in a thirteenth-century Suffolk community », Journal of Family History, iv, 1979, pp. 219-256 ; B.A. Hannawalt, The Ties that Bound : Peasant Families in Medieval England, Oxford, 1986.

26 Voir plus bas, p. 31. Le travail des historiens sur les villes et le commerce au Moyen Âge peut nous offrir des lignes utiles ; par exemple, Britnell, Growth and Decline in Colchester, pp. 98-114, 206-217. On peut mentionner ici un point additionnel : M.N.J. Mayhew, dans un articles inédit, dans lequel il utilise les archives de la cour manoriale de Gussage All Saints dans le comté du Dorset, prévient de la nécessité de distinguer entre une reconnaissance en bonne et due forme dans les rôles, enregistrée en même temps que l'emprunt originel, et une plainte où on ne présente pas de défense. La reconnaissance et la plainte non défendue étaient, selon lui, « practically indistinguishable ». Il suggère que la majorité des « reconnaissances » était, en effet, des plaintes non défendues et ainsi que, premièrement, la majorité des procès pour dettes insrits dans les rôles était authentiquement pour défaillance et, deuxièmement, le nombre des transactions de crédit dans les villages médiévaux était plus grand que dans les rôles ; voir plus bas, pp. 24, 31. Je remercie M. Mayhew pour m'avoir permis de citer son argument ici. À Colchester, la plupart des reconnaissances était la conséquence des procès pour dettes, Brittnell, Growth and Decline in Colchester, pp. 104-105. Ailleurs, je suggère que la fluctuation d'une année à l'autre du nombre des écritures – genre « reconnaissances » – indique que, fréquemment, ces écritures étaient de vraies reconnaissances et non des plaintes non défendues, P.R. Schofield, « Dearth, debt and the local land market in a late thirteenth century village community », Agricultural History Review 45, part 1, (à paraître, 1997).

27 Clark, « Debt litigation », pp. 255, 273, no 32. La procédure dans les cours manoriales se reflétait dans le droit écrit. La loi d'Acton Burnel, de 1283, avait formalisé la reconnaissance et, par la suite, elle est devenue un élément important dans les transactions de crédit entre marchands : cf. Postan, « Credit in medieval trade », pp. 3-4, et idem, « Private financial instruments », pp. 35-39. Les formes typiques des reconnaissances dans les rôles comprennent les exemples suivants :... cognovit in plena curia se teneri... ;... ponit se in misericordia versus... Pour un exemple d'une vraie reconnaissance (et non une plainte non défendue) dans les archives d'une cour manoriale, voir Manorial Records of Cuxham, Oxfordshire, 1200-1359, éd. P.D.A. Harvey, Oxfordshire Record Society, 50, 1976, p. 628, Cour du 15 janvier 1304, recongnicio. Johannes Carnifex in plena curia se teneri Roberto preposito de Cuxham in sex solidis et habet diem solucionis videlicet ad festum Pasche duos solidos et ad festum Nativitatis sancti Johannis duos soiidos et ad festum sancti Michaelis proxime sequens duos soiidos... ; voir aussi, Court Rolls of the Manor of Wakefield. Volume IV. 1315 to 1317, éd. J. Lister, Yorkshire Archaeological Society, Record Series, LXXVIII, 1930, p. 129.

28 Les formes typiques des procès pour dettes dans les rôles comprennent les exemples suivants :... incidit per inquisicionem/per legem versus... de placito debiti... et dictus [querens] recuperet... ; comme M. Mayhew l'a remarqué, les plaintes non défendues paraissent être les mêmes que les reconnaissances :... cognovit in plena curia se teneri... ;... incidit per concessionem/per recognicionem versus... de placito debiti... et dictus [querens] recuperet...

29 Une autorisation de règlement à l'amiable était souvent libellée ainsi :... dat... pro licencia concordandi cum...de placito debiti...

30 Clark, « Debt litigation », p. 255 ; Williamson, « Dispute settlement », p. 138.

31 Voir en bas, pp. 30-33. Un point additionel ici : la manière dont les procès privés se sont décidés peut nous donner un aperçu de l'usage ou du non-usage du litige par des différents groups socio-économiques, cf. Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 112-114. Il importe toujours d'effectuer une étude détaillée de ce sujet, mais voir les commentaires suivants : Clark, « Debt litigation », pp. 252-253 ; Dyer, « Les cours manoriales », p. 25 ; McIntosh, Autonomy and Community, pp. 195-198.

32 Manorial records of Cuxham, ed. Harvey, p. 640, cour du 27 juillet 1316, Robertus le Deyghere summonitus fuit ad respondum Ade Molendario de placito quod reddat ei x busellos de tolcorn et dimidiam busellum farine avene precii cuiuslibet buselli iis et iiiid et farine xviiid. Et predictus Robertus debitum predictum bene cognovit. Ideo consideratum est quod predictus Adam recuperet predictos x busellos et dimidiam busellum farine avene versus predictum Robertum. Et xiiis et iiiid pro dampnis suis...

33 Clark, « Debt litigation », p. 253.

34 Postan, « Credit in medieval trade », pp. 5-21.

35 Clark, « Debt litigation », pp. 255-258 ; N.J. Mayhew, « Money and prices in England from Henry II to Edward II », Agricultural History Review, 35, 1987, p. 121.

36 Cf. Britnell, Growth and Decline in Colchester, p. 103.

37 Court Rolls of the Manor of Wakefield. Volume 1. 1274 to 1297, éd. W.P. Baildon, Yorkshire Archaeological Society, Record Series, XXIX, 1901, pp. 251, 257, 261. Pour des exemples à Writtle, voir Clark, « Debt litigation », pp. 255-258 ; aussi voir, McIntosh, Autonomy and Community, pp. 168-169.

38 Postan, « Credit in medieval trade », pp. 10-11, 23-25.

39 Pour des exemples à Writtle, voir Clark, « Debt litigation », p. 259.

40 Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages, pp. 179-180. On trouve un exemple possible à Hinderclay, cour du 17 janvier 1282, Adam Toly cognovit in plena curia se teneri Willelmo filio Luce et Symoni filio Willelmi Messoris in x oneribus ordei eisdem solvendo annuatim i oneribo ordei per x annos proximos sequentes scilicet ad festum sancti Michaelis... Bacon Ms. 114. On peut bien sûr également interpréter cet exemple d'une reconnaissance simple fait, pour assurer le recouvrement d'un emprunt mutuo ; cela dit, Guillaume fils de Lucia, connu aussi sous le nom de Guillaume fils d'Adam, était en ce temps un petit marchand ou agent de céréale, particulièrement de blé, Schofield, « Dearth, debt and the local land market ».

41 Voir, par exemple, Court Rolls of Chalgrave Manor, 1278-1313, éd. M.K. Dale, Bedfordshire Historical Record Society xxviii, 1949, p. 5 : cour du 31 octobre 1278, Simon Geldeulf venit in plena curia et peciit a Waltero Ingeleys xxxis. pro bidentibus sibi venditis. Idem Walterus presens cognovit predictum debitum et pro paupertate remittitur ei ad xxxvis. unde invenit plegios... ad solvendos ad Natalem Domini iis., ad Hokeday proximo sequente vis., ad Vincula Sancti Petri proximo sequens vis., et ad festum Sancti Michaelis proximo sequensxiis.
Pour un exemple des paiements par traite, pour acheter de la terre, voir M. Mate, « The East Sussex land market and the agrarian class structure in the late middle ages », Past & Present 139,1993, p. 52.

42 P. Spufford, Money and its Use in Medieval Europe, Cambridge, 1988, pp. 335, 382-385.

43 Court Rolls of the Manor of Wakefield. Volume II. 1297 to 1309, éd. W.P. Baildon, Yorkshire Archaeological Society, Record Series, XXXVI, 1906, p. 80.

44 McIntosh, Autonomy and Community, p. 169.

45 Spufford, Money and its Use, p. 382 ; Clark, « Debt litigation », pp. 267, 278, no 76. On trouve, à Cuxham, un exemple probable d'un remboursement différé à l'automne, après la récolte, : Manorial Records of Cuxham, éd. Harvey, p. 628, cour du 15 janvier, Johannes carnifex inposuit super Thomam le Zayere debitum xid qui deberet soluisse ad festum sancti Michaelis anno regni regis Edwardi xxxo. Et dictus Thomas recongnovit debitum sed dicit quod dies solucionis dictorum denariorum fuit ad festum sancti Michaelis anno regis Edwardi xxxio.

46 Postan, « Credit in medieval trade », p. 11 ; Clark, « Debt litigation », p. 253. Sur la distinction entre mutuum et commodatum, voir particulièrement Pollock et F.W. Maitland, The History of English Law before the Time of Edward I (2e édition avec une introduction de S.F.C. Milsom, 2 vols., Cambridge, 1968), ii, pp. 169-170, particulièrement, p. 170, no 1 ; aussi, T.P. McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury (XII, XIII and XIV centuries) », Medieval Studies (Toronto), i, pp. 100-101.

47 Pollock and Maitland, History of English Law, ii., pp. 173-174.

48 Clark, « Debt litigation », p. 253 ; pour une référence à moneta prestita, voir Hilton, English Peasantry, p. 46 ; des marchands, comme les Celys, ont décrit leurs emprunts comme « prestes », Postan, « Credit in medieval trade », p. 13 ; John Paston a aussi décrit ses emprunts comme « prestis », J. Gairdner éd., The Paston Letters (6 vols., London, 1904), iv, pp. 122-123. Voir aussi, Book of prests of the King's wardrobe for 1294- 5, presented to John Goromvy Edwards, éd. E.B. Fryde, Oxford, 1962.

49 On peut trouver des exemples dans les rôles, par exemple, à Hinderclay, cour du 28 novembre 1301, de Nicholo le Wodeward pro iniusta detencione Roberto filio Ade iis. de mutuo viid. de quad'falce et xvid. de forag et palea prout cognovit in plena curia, Bacon Ms 117 ; et aussi, Court rolls of the manor of Wakefield, vol. 4, p. 74 ; Court rolls of the manor of Carshalton from the reign of Edward the Third to that of Henry the Seventh, éd. D.L. Powell, Surrey Record Society, II, 1916, pp. 10, 24.

50 S.F.C. Milsom, Historical Foundations of the Common Law (2e éd., London, 1981), pp. 258-259 ; pour des observations similaires relatives à une étude urbaine, voir Britnell, Growth and Decline in Colchester, p. 103.

51 Pour une discussion des gages ou « God's Penny » ou « earnest money », voir Henry, Contracts in the Local Courts, chapitre VIII ; E.W. Moore, The Fairs of Medieval England. An Introductory Study, Toronto, 1985, p. 117 ; pour un exemple de l'usage d'un gage pour sceller une obligation, Halmota Prioratus Dunehnensis containing extracts from the Halmote court or manor rolls of the Prior and Convent of Durham, A.D. 1296-A.D. 1384, éds. W.H. Longstaffe et J. Booth (Surtees Society, lxxxii, 1886), p. 4, le 26/28 octobre 1296, Heworth. Consideratum est quod Walterus filius Hugonis recuperet de Willelmo Tod 6s. et habet diem solvendi qualibet die Dominica 1d quousque persolverit dictos sex solidos. Pour un exemple specifique de « earnest money » : cour du 28 septembre 1322, Willelmus le Longe querens optulit se in placito debiti versus Willelmum Hathulf... Et unde queritur quod dictus Willelmus Hathulfe ei iniuste detinet ixs. etc. eo quod die marcis proximo post festum Purificationis Beate Marie Anno regno regis Edwardi xvmo venit apud Egl'ton et ibidem emit de predicto Willelmo quoddam iumentum pro xs. et ipsum soluit xiid nomine Ernes et residuum solvere debuit ad festum Pasche proximum sequentem ad quem diem idem Willelmus le Longe venit et solucionem dictorum ixs. petiit etc. Et adhuc sic iniuste detinet etc. Et idem Willelmus Hathulf presens in curia et non potest hoc dedicere etc. Ideo consideratus est quod idem Willelmus le Longe recuperet predictos ixs. versus predictum Willelmum Hathulf et pro iniustia detencione sit in misericordia etc, Bodl. Herefordshire Rolls 20.

52 Milsom, Historical Foundations of the Common Law, p. 250.

53 Postan, « Private financial instruments in medieval England », pp. 32-40.

54 Carte Nativorum. A Peterborough Abbey cartulary of the fourteenth century, éds. C.N.L. Brooke et M.M. Postan, Northants. Rec. Soc., xx, 1960 ; E. King, Peterborough Abbey, 1086-1310. A Study in the Land Market, Cambridge, 1973, chapitre 6 ; M.T. Clanchy, From Memory to Written Record. England, 1066-1307 (2nd éd., London, 1993), pp. 46-51.

55 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 4, p. 78. Peut-être une forme de « bill obligatory », un billet à ordre officieux, qui, contrairement au contrat formel, n'était pas sous-seing, Postan, « Private financial instruments in medieval England », pp. 36-37. L'exemple suivant vient du manoir de Marden dans la comté de ['Herefordshire, cour du 11 juin 1316, Alicia qui fuit uxor Ricardi le harpur dat dominus [sic] vs. de recuperando debito suo versus Philippum Hose etc. Et predictus Philippus attachiatus est etc. Et venit in plena curia et predicta Alicia petit versus eundem Philippum duas marcas et dimidiam quas ei dedit per quoddam scriptum obligatorum ratione cuiusdam conventionis inter ipsos..., Bodl. Herefordshire Roll 15.

56 Court Rolls of Chalgrave Manor, 1278-1313, éd. M.K. Dale, Bedfordshire Record Society, xxviii, 1949, p. 48, cour du 18 octobre 1303, Item Alexander Hach'recongnovit debitum Luce de Netale per talliam, videlicet viiis... ; pour une discussion des tailles, voir H. Jenkinson, « Medieval tallies, public and private », Archaeologia, Ixxiv, 1925, pp. 289-351.

57 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 1, éd. Baildon, pp. 228, 232. L'exemple suivant, tiré des rôles du manoir d'Hinderclay, se rapporte à un contrat illégal et, peut-être, concerne un accord de service, Hinderclay, cour du 12 septembre 1292, De Ade Belsent qui fecit quoddam scriptum inter ipsum et Henricum Crane ad modum sirograffi indentati et dictum scriptum quadam die dominica coram omnibus parochianis pupplicatus sine assensu et voluntate domini seu eius ballivorum..., Bacon Ms 117.

58 Par exemple, Postan, « Private financial instruments in medieval England », pp. 40-54 ; J.H. Munro, « The international law merchant and the evolution of negotiable credit in late medieval England and the low countries », dans : D. Puncuh éd., Bannchi pubblici, banchi privati e monti di pietà nell' Europe preindutriale : amministrazione, techniche operative e ruoli economici, Genoa, 1991, pp. 49-80, reimprimé dans : J.H. Munro, Textiles, Towns and Trade. Essays in the Economic History of Late Medieval England and the Low Countries, Variorum, 1994, chapitre X ; suivant le « Fisher identity » MV = PT (monnaie x vitesse = prix x transactions), les documents financiers privés ne peuvent pas faire une forte impression sur « M'(argent en circulation) au niveau de village, mais le crédit, en forme des ventes ou des emprunts, a des implications pour « V'(vitesse de circulation) : J. Day, « The Great Bullion Famine of the fifteenth century », Past and Present, 79 (1978), pp. 3-54 reimprimé dans : idem, The Medieval Market Economy, Oxford, 1987, pp. 1-54, particulièrement, pp. 2-3 ; N.J. Mavhew, « Population, money supply, and the velocity of circulation in England, 1300-1700 », Economic History Review, 2e sér., xlviii, 1995, pp. 253-254.

59 Moore, The Fairs of Medieval England, pp. 91-2, 117 ; pour un exemple, tiré de la cour de la foire de St. Ives, d'une grande dette garantie par une obligation écrite, voir Select Pleas in Manorial and Other Seignorial Courts, éd. Maitland, p. 152.

60 Ce ne s'applique pas à la taille qui n'était pas un contrat formel : Postan, « Private Financial Instruments in medieval England », pp. 32-33 ; mais voir, Henry, Contract in the Local Courts, pp. 146-147.

61 Beckerman, « Procedural Innovation and Institutional Change », pp. 208-209 ; T.F.T. Plucknett, The Medieval Bailiff, University of London, 1954, p. 11. Par ailleurs, l'usage des contrats formels permet à un plaignant d'engager des poursuites contre les exécuteurs testamentaires d'un débiteur : on ne pouvait pas utiliser le témoignage de probité pour poursuivre en justice un exécuteur testamentaire au sujet d'un contrat oral ; Milsom, Historical Foundations of the Common Laxo, p. 257.

62 Kowaleski, Medieval Exeter, p. 217 ; à Littleport, dans la cour de l’Évêque d'Ely, les gens ont moins utilisé le témoignage de probité que l'enquête du jury, Select Pleas in Manorial and Other Seignorial Courts, éd. Maitland, p. 113.

63 Par exemple, B.A. Holderness, « Widows in pre-industrial society : an essay upon their economic functions » dans : R.M. Smith, éd., Land, Kinship and Life-cycle, Cambridge, 1984, pp. 436, 439-441 ; idem, « Credit in English rural society before the nineteenth century, with special reference to the period 1650-1720 », Agricultural History Review 24, 1976, pp. 101-102 ; M. Spufford, Contrasting Communities. English Villagers in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Cambridge, 1974, pp. 80, 142, 213-3 ; K. Wrightson et D. Levine, Poverty and Piety in an English Village. Terling, 1525-1700, London, 1979, pp. 100-101 ; idem, « Death in Whickham », dans J. Walter et R. Schofield éds., Famine, Disease and the Social Order in Early Modern Society, Cambridge, 1989, pp. 158.

64 De plus, les exécuteurs testamentaires ont dû produire des documents, comme des testaments, pour prouver leur capacité à poursuivre en justice, voir Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 2, éd. Baildon, p. 42.

65 Sur des biens comme mesures de garantie, voir Clark, « Debt litigation », pp. 266-267.

66 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 2, éd. Baildon, pp. 69, 71.

67 Il y a eu beaucoup d'études sur les liens sociaux qui ont constitué le système de garanties dans la cour manoriale : voir, par exemple, J.A. Raftis, Tenure and Mobility, Toronto, 1964, pp. 101-103 ; Z. Razi, « Family, land and the village community in later medieval England », Past and Present, 93 (1981), pp. 11-12, réimprimé dans : T.H. Aston éd., Landlords, Peasants and Politics in Medieval England, Cambridge, 1987, pp. 368-369 (références suivantes prises au deuxième) ; M. Pimsler, « Solidarity in the medieval village ? The evidence of personal pledges at Elton, Huntingdonshire », Journal of British Studies 17 (1977), pp. 1-11 ; D. Postles, « Personal pledging : medieval "reciprocity" or "symbolic capital" ? », Journal of Interdisciplinary History, xxvi, 1996, pp. 419-435 ; l'usage des cautions pour emprunts était aussi une stratégie utilisée pour diffuser le risque. Cette stratégie a nécessité un degré de réciprocité entre créancier et débiteur, quelque chose, en effet, qui ressemble à une association. Les créanciers les plus riches ont souvent joué le rôle des cautions pour les emprunts consentis par d'autres membres de leur niveau économique ; pour un exemple tiré d'une ville, voir Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 209 sq.

68 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 2, éd. Baildon, p. 121. ; voir aussi, Postan, « Private financial instruments in medieval England », p. 32.

69 P.R. Hyams, « What did Edwardian villagers mean by "law" ? » dans : Smith et Razi éds., Medieval Society and the Manor Court, p. 90, n. 76, « [...] the future study of the social history of distress will contain much for village historians to conjure with ».

70 La mise en gage de terre est bien connue dans la société paysanne au début de l'époque moderne : voir, par exemple, Holderness, « Widows in pre-industrial society », pp. 437-439 ; Lord Leconfield, Petworth Manor in the Seventeenth Century, Oxford, 1954, pp. 11-13, et passim. Pour la fin du Moyen Âge, voir, B.F. Harvey, Westminster Abbey and its Estates in the Middle Ages, Oxford, 1977, pp. 317, 318 ; Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages, p. 180 ; Mate, « The East Sussex land market », p. 60.

71 Le travail de M.M. Postan a exercé une influence considérable sur la discussion du marché des terres. Il a particulièrement utilisé l'argument de A.V. Chayanov, selon lequel les changements dans les dimensions d'une famille ont créé un marché des terres. Ce marché des terres était destiné à régler la dimension de la possession familiale et est composé des lopins de terre achetés et vendus pour une courte durée. Voir The Theory of Peasant Economy, éds. D. Thorner, B. Kerblay, et R.E.F. Smith, Homewood, 1966 ; M.M. Postan, « The charters of the villeins » dans : Brooke et Postan éds., Carte Nativorum, réimprimé dans : M.M. Postan, Essays in Medieval Agriculture and General Problems of the Medieval Economy, Cambridge, 1973, chapitre 7 ; voir aussi Hilton, English Peasantry, pp. 6-7 ; R.M. Smith, « Some issues concerning families and their property in rural England 1250-1800 » dans : idem, éd., Land, Kinship and Life-cycle, pp. 6-38 ; C. Dyer, « Changes in the size of peasant holdings in some west midland villages, 1400-1540 », ibidem, pp. 277-278 ; Harvey, « Conclusion » dans : idem, éd., The Peasant Land Market, pp. 349-353. Postan a eu l'impression qu'on ne pouvait pas concilier les mises en gage de terre avec son argument, bien que l'on puisse considérer le bail comme une solution temporaire pour ajuster la taille des tenures [en anglais, « husbandry lease »] avec le même. Mais, comme Hyams l'a expliqué, il est possible d'assimiler les deux, P.R. Hyams, « The origins of a peasant land market in England », Economic History Review, xxiii (1970), pp. 28-31. Comme exemples de l'interprétation des baux comme « husbandry leases », voir J. Williamson, « Norfolk : thirteenth century » dans : Harvey éd., The Peasant Land Market, pp. 53-54, 59, 77 ; voir aussi Faith, « Berkshire : fourteenth and fifteenth centuries », ibid., pp. 125-126 ; A.C. Jones, « Bedfordshire : fifteenth century », ibidem, p. 243 ; T. Lomas, « Durham : late fourteenth and fifteenth centuries », ibid., pp. 293-294.

72 Schofield, Dearth, « debt and the local land market ».

73 Razi, Life, marriage and death, p. 37.

74 J. Ravensdale, « Population changes and the transfer of customary land on a Cambridgeshire manor in the fourteenth century » dans : Smith éd., Land, Kinship and Life-cycle, p. 216, « One wonders how many surrenders ad opus are foreclosures on mortgages in such a desperate market for holdings [in the early fourteenth century] » ; pour les mises en gage de terre et « seisin in fee », voir Pollock et Maitland, History of English Law, ii, p. 122 ; le marché intensif des terres c. 1300, particulièrement dans la région de l'East Anglia, est bien décrit dans les études locales suivantes : B.M.S. Campbell, « Population pressure, inheritance and the land market in a fourteenth-century peasant community », dans : Smith éd., Land, Kinship and Life-cycle, pp. 87-134 ; R.M. Smith, « Families and their land in an area of partible inheritance : Redgrave, Suffolk 1260-1320 », ibid., pp. 135-195. Je remercie M. Hyams pour le rappel opportun que la saisie sur hypothèque et la défaillance sur la condition d'une hypothéque ne sont pas les mêmes choses.

75 Voir, par exemple, Williamson, « Norfolk : thirteenth century », pp. 54, 77 ; Faith, « Berkshire : fourteenth and fifteenth centuries », pp. 125-126 ; voir aussi, pour une interprétation assez différente, R.M. Smith, « Some thoughts on "Hereditary" and "Proprietary" rights in land under customary law in thirteenth and early fourteenth century England », Law and History Review, 1 (1983), p. 106.

76 Hinderclay, cour du 17 février 1297,...et concessa est... eo quod idem Nicolaus solvit pro eodem Henrico Bartholemeo de Coney Weston vs viiid in quibus dictus Henricus tenebatur dido Burtholomeo... Bacon Ms. 117.

77 Hyams, « Origins of a peasant land market », p. 20 ; voir aussi M. Spufford, « Peasant inheritance customs and land distribution in Cambridgeshire from the sixteenth to the eighteenth centuries », dans : Goody, Thirsk et Thompson éds, Family and Inheritance. Rural Society in Western Europe, pp. 162-163.

78 Postan, « Medieval agrarian society in its prime : England », pp. 626-628.

79 Postan, « Credit in medieval trade », pp. 72 sq. ; aussi Holderness « Widows in pre-industrial society », pp. 438-439, où il suggère que, comme une stratégie utilisée à diffuser le risque, les créanciers ont choisi plus d'un type de mécanismes de crédit.

80 Hilton, English Peasantry, p. 46 ; C. Dyer, « The consumer and the market in the later middle ages » Economic History Review, 2nd series, 43 (1990), p. 319 reimprimé dans : idem, Everyday Life in Medieval England, London, 1994, p. 273 (références suivantes prises du deuxième) où il suggère qu'un examen des procès pour dettes soit mis en lumière « a wide range of consumers' requirements ». Cela dit, il tire la majorité de ses exemples du xve siècle, qui est, peut-être, significatif : il est possible que le crédit a joué un rôle différent, c. 1450, à cause du niveau de vie plus élevé en comparaison de la situation c. 1300. Pour les changements des niveaux de vie, voir Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages, chapitre 6, passim.

81 R. Firth, « Capital, saving and credit in peasant societies : a viewpoint from economic anthropology » dans : R. Firth et B.S. Yamey éds, Capital, Saving and Credit in Peasant Societies. Studies from Asia, Oceania, the Caribbean and Middle America, London, 1964, pp. 29-33.

82 Holderness, « Credit in English rural society », p. 98.

83 Court Rolls of Chalgrave Manor, ed. Dale, p. 27, court of 21 May 1293, Lucia filia Ricardi Picot peiiit de H. de Pelham xxi denarios pro locacione cuiusdem vacce quos dictus Henricus soluisse debuisset in festo sancti Michaelis proximo preterito et eos retinuit ad dampnum dicte Lucie in xiid...

84 Pour un exemple d'une vente à crédit de terre, voir Clark, « Debt litigation », p. 275, n. 43.

85 Cour du 20 décembre 1391, Lex. Thomas Turnecourt habet diem ad faciendum legem suam versus Johannem Ropere in placito debiti videlicet iis iiid quos ei iniuste detinet pro una lita habendo ad disponsandum uxorem suam... Essex Record Office [ci-après, E.R.O.] D/DU 267/30.

86 Clark, « Debt litigation », passim ; voir aussi McIntosh, Autonomy and Community, p. 194, « The number and types of suits were shaped by the commercialised local economy ».

87 Clark, « Debt litigation », p. 254, tableaux 8.5 et 8.6.

88 Clark, « Debt litigation », p. 263 ; McIntosh, Autonomy and Community, p. 194 ; voir aussi, Britnell, Colchester, pp. 107-108.

89 Hilton, English peasantry, p. 47

90 Principalement, orge ; voir aussi M. Bailey, A Marginal Economy ? East Anglian Breckland in the Later Middle Ages, Cambridge, 1989, p. 168 ; cf. Hilton, English Peasantry, p. 46, où il calcule que « out of over a hundred unexplained pleas of debt in our court rolls [from the West Midlands] only 7 or 8 per cent concern loans in kind, that is, in grain ». Il est possible que la situation dans la région de l'East Anglia ait été assez différente.

91 Hinderclay, court of 15 oct. 1296, [preceptum est] distringere Cristinam Wysman pro iiid debito domino Ad' CapeUano pro canobio... ; [preceptum est] distringere A'le King pro ud debito eidem pro missis... Bacon Ms. 117.

92 Dyer, « The consumer and the market », p. 276 ; Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 203-204, 286-288.

93 Un examen récent, fondé sur les archives de la ville d'Exeter, suggère une relation entre les formes de crédit et le standing économique, Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 112-113. Cette idée mérite réflexion au niveau de village.

94 Clark, « Debt litigation », p. 265 ; pour un exemple tiré du début de l'époque moderne, voir C. Muldrew, « Credit and the courts : debt litigation in a seventeenth-century urban community », Economic History Review, xlvi (1993), pp. 23-38.

95 Clark, « Debt litigation », p. 267.

96 Clark, « Debt litigation », pp. 264-267 ; Britnell, Colchester, p. 104.

97 Cf. Kowaleski, Medieval Exeter, p. 108.

98 Spufford le nomme « black credit » dans sa définition tripartie du crédit mediéval comme noir, blanc, et or, Spufford, Money and its Use, p. 336.

99 Pour les violences verbales dans le village mediéval, voir par exemple, Dewindt, Land and People in Holywell-cum-Needingworth, pp. 272-273 ; E. Britton, The Community of the Vill : a Study in the History of the Family and Village Life in Fourteenth Century England, Toronto, 1977, pp. 38-43 ; Razi, « Family, land and the village community », pp. 370-371,386, 390-391.

100 Firth, « Capital, saving and credit in peasant societies », pp. 29-30.

101 McIntosh, Autonomy and Community, p. 153.

102 McIntosh, Autonomy and Community, p. 167.

103 E.R.O. D/DU 267/30, cours des 20 juillet 1390, 20 juillet 1391, 23 sept. 1391, 20 decembre 1391. Voir aussi, Court Rolls of the Manor of Carshalton, éd. Powell, pp. 31, 1381, Nicholaus Davy queritur de Adamo Thetcher de placito debiti. Et dicit quod ei debet iiiis iiid quos sibi tradidit ad debitas solvendas per vi septimanas preteritos [sic] et detinuit ad dampnum suum xiid qui predictus Adam presens in Curia et non dedicit...

104 Postan, « Medieval agrarian society in its prime : England », pp. 627-628 ; aussi, Spufford, Money and its uses, p. 337.

105 Razi, Life, Marriage and Death, pp. 76, 78 ; idem, « Family, land and the village community », pp. 367-368.

106 . Schofield, « Dearth, debt and the local land market » ; pour évidence des pauvres plaideurs, voir Muldrew, « Credit and the courts ».

107 Voir les remarques de M. Hilton : Hilton, English Peasantry, pp. 103-104 ; aussi, P. Franklin, « Peasant Widows' "Liberation" and remarriage before the Black Death », Economic History Review, 2nd ser., xxxix (1986), p. 196. Pour la période au début de l'époque moderne, cf. B.A. Holderness, « Widows in pre-industrial society : an essay upon thier economic functions » dans : Smith, ed., Land, Kinship and Lifecycle, pp. 435-442.

108 Bennett, Women in the Medieval English Countryside, p. 160.

109 À Havering-atte Bower, il y a d'évidence que les femmes ont prêtés d'argent, McIntosh, Autonomy and Community, p. 175.

110 Birdbrook, cour du 20 decembre 1391, Alicia Ffordham per Ricardum Fuller'attornatum suutn optulit se versus Thomam Poynton capellanum in placito debiti. Et dicit quod in festo Corporis Christi anno xiiio eadem Alicia aprostavit [sic] eidem Thome vis viiid quos ei solvere conlradixit et dampnum habet etc. iiis iiiid ut dicit et inde producit sectam. Et predictus Thomas... dicit quod in nullo denario ei tenetur..., E.R.O. D/DU 267/30.

111 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vols. 1 et 2, éd. Baildon : de 1275 à 1308, sur onze procès pour dettes concernant les femmes, il y avait sept procès dans lesquels les femmes étaient plaignantes et quatre dans lesquels elles étaient défenderesses, cf. Bennett, Women in the Medieval English Countryside, p. 283, n. 40, où elle remarque que, à Brigstock, les veuves étaient défenderesses dans dix-huit sur dix-neuf procès pour dettes.

112 H.G. Richardson, The English Jewry under Angevin Kings, London, 1960, p. 102 ; voir aussi les remarques de M. Hyams, « Origins of a peasant land market », p. 20.

113 R.C. Stacey, « Jewish lending and the medieval English economy » dans : R.H. Britnell et B.M.S. Campbell eds., A Commercialising Economy. England 1086 to c. 1300, Manchester, 1995, pp. 95-96.

114 P. Elman, « Jewish finance in thirteenth-century England », Transactions of the Jewish Historical Society of England, xvi, (1945-1951), pp. 93-94 : « The whole course of Anglo-Jewish history in the thirteenth century is based on this fact that Jews dealt predominantly with the lower ranges of the agricultural community ».

115 Sur la saisie sur hypothèque, cf. Spufford, Money and its Uses, pp. 336-337.

116 Hilton, English Peasantry, p. 47.

117 McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury », p. 101.

118 McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury », p. 100.

119 McIntosh, Autonomy and Community, p. 166 ; McLaughlin, « The teaching of the canonists on usury », pp. 81-147 ; voir aussi, R.N. Swanson, Church and Society in Late Medieval England, Oxford, 1989, pp. 194-195 ; J.A. Brundage, Medieval Canon Law, London, 1995, pp. 77-79.

120 Court Rolls of the Manor of Wakefield, vol. 1, éd. Baildon, pp. 281-282 et 299 ; aussi, Court Rolls of thé Manor of Wakefield, vol. 1, éd. Baildon, p. 11 ; voir aussi, Select Cases on Defamation to 1600, éd. R.H. Helmholz, Selden Society, London, 1985, p. liv ; T. Wilson, A Discourse upon Usury by Way of Dialogue and Orations, for the better Variety and more Delight of all those that shall Read this Treatise [1572] (avec une introduction historique de R.H. Tawney, London, 1925), pp. 20-24.

121 Clark, « Debt litigation », pp. 256-257 ; par exemple, Manorial Records of Cuxham, éd. Harvey, p. 627, cour du 15 janvier 1304, lex. Johannes carnifex inposuit super Nicholum Topin de debito xd et dictus Nicholum contredit plegium de quinque denariis et congnovit plegium de quinque denariis...

122 Razi, Life, Marriage and Death, p. 82.

123 Pollock et Maitland, History of English Law, ii, pp. 215-216.

124 Voir, par exemple, Brundage, Medieval Canon Law, pp. 77-78 ; Henry, Contracts in the Local Courts, pp. 219-220.

125 Postan, « Charters of the villeins », pp. 115, 137 ; Hyams, « Origins of a peasant land market », pp. 28-31.

126 L.R. Poos et R.M. Smith, « "Legal windows on to historical populations" ? Recent research on demography and the manor court in medieval England » Lazo and History Review, 2 (1984), p. 131 ; J.S. Beckerman, « Procedural innovation and institutional change in medieval English manorial courts » Lazo and History Review, 10, 1992, pp. 244, 248-250. Voir aussi l'analyse des transactions de crédit dans la cour municipale à Colchester, Britnell, Growth and Decline in Colchester, pp. 206-208.

127 Voir les remarques de M.Tawney : Tawney, Religion and the Rise of Capitalism. An Historical Study (2nd éd., London, 1929), pp. 43-44, le Moyen Âge était « an age in which most loans were not part of a credit system, but an exceptional expedient... » ; voir aussi, pour le même argument, Wilson, A Discourse upon Usury (avec une introduction historique de R.H. Tawney), pp. 17-30 ; pour une discussion des arguments de M. Tawney, cf. Holderness, « Credit in English rural society », pp. 97-99.

128 C'est la fluctuation au niveau des litiges pour dettes qui m'intéresse ici ; je ne veux pas suggérer qu'un accroissement permanent des litiges pour dettes n'indique pas un accroissement correspondant de la disponibilité de crédit, voir Britnell, Growth and Decline in Colchester, p. 101.

129 Voir plus haut pp. 22-23 ; comparer Britnell, Colchester, pp. 104-105 où il remarque une augmentation de l'usage des documents financiers.

130 Clark, « Debt litigation », pp. 250-251, particulièrement Table 8.2 ; pour des observations sur la même, voir P. Nightingale, « Monetary contraction and mercantile credit in later medieval England », Economic History Review, 2nd ser., xliii (1990), p. 574 ; cf. Britnell, Growth and Decline in Colchester, p. 208.

131 E.R.O. D/DU 267/30. Pour des exemples d'une crise de confiance et d'un accroissement des litiges pour dettes tirées des villes à la fin du xive siècle, voir Britnell, Growth and Decline in Colchester, pp. 98-114, Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 202 sq.

132 Dyer, Standards of Living in the Later Middle Ages, p. 266 ; aussi, Razi, Life, Marriage and Death, p. 38 ; Bennett, Women in the Medieval English Countryside, pp. 13-14.

133 Il remarque que « The reason for the rapid quickening of the inter-peasant land market during periods of economic crises is that smallholders....had to sub-let and to sell land... to remit debts... », Razi, Life, Marriage and Death, p. 37.

134 Schofield, « Dearth, debt and the local land market ». Il semble qu'on trouve la même situation sur les autres manoirs de l'Abbaye de Bury St Edmunds, par exemple, à Redgrave and Rickinghall (communication personnelle de M. Richard Smith).

135 À Writtle, les créanciers jouaient le rôle de bailleurs, peut-être cela entrait-il dans une stratégie d'obligation, Clark, « Debt litigation », pp. 263-264.

136 Les historiens des monnaies avaient affirmé que le crédit augmente et décroît parallèlement à l'argent en circulation : Mayhew, « Money and prices », p. 121 ; Nightingale, « Monetary contraction and mercantile credit », pp. 560-575 ; Mayhew, « Population, money supply, and the velocity of circulation in England », pp. 253-254 ; voir aussi, Britnell, Colchester, pp. 100-101.

137 C. Howell, Land, Family and Inheritance in Transition. Kibworth Harcourt, 1280-1700, Cambridge, 1983, p. 61.

138 Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 286-288. Les historiens ont déjà fait des travaux importants : par exemple, Hilton, « Small town society » ; Dyer, « The consumer and the market » ; idem, « The hidden trade of the middle ages : evidence from the West Midlands », Journal of Historical Geography 18, 1992, pp. 141-157 réimprimé dans : idem, Everyday Life in Medieval England, pp. 283-303.

139 Le Public Record Office C/241 contient quelque 30 000 certificats pour dettes de 1285 à 1475. La majorité des certificats sont commerciaux et donc, il est improbable qu'ils éclaireront le crédit rural, Kowaleski, Medieval Exeter, pp. 113, 212-214.

140 Par exemple, Select Cases from the Ecclesiastical Courts of the Province of Canterbury c. 1200-1301, éds. N. Adams et C. Donahue jr, Selden Society, London, 1981. Je remerice M. Paul Hyams qui m'a fait connaître cette publication ; voir aussi, J. Scammell, « The rural chapter in England from the eleventh to the fourteenth century », English Historical Review 338, 1971, pp. 1-21 ; P.R. Hyams, « Deans and their doings : the Norwich inquiry of 1286 », Proceedings of the Berkeley Congress of Medieval Canon Law, 1980 (Monumenta Iuris Canonici, Series C, Subsidia, 7, Vatican, 1985), pp. 619-646, particulièrement, p. 622 ; aussi, pour un exemple, Court Rolls of the Manor of Wakefield, Volume III, 1313 to 1316, and 1286, éd. J. Lister, Yorkshire Archaeological Society, Record Series, LVII, 1917, p. 18.

141 Richardson, English Jewry, p. 295 ; aussi, Select Pleas, Starrs and other Records from the Rolls of the Exchequer of the Jews A.D. 1220-1284, éd. J.M. Rigg, Selden Society, London, 1902.

Table des illustrations

Titre Table 1a. Hinderclay : type de dette
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/23766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.