Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

Mort-gage et autres prêts en Picardie au xiie siècle

Robert Fossier

Texte intégral

1C'est sans doute une banalité que de rappeler, en ouverture de ces observations, qu'avant de traiter du mouvement de l'argent et de l'histoire du crédit dans les campagnes, médiévales ou d'un autre temps, il serait opportun de s'interroger : d'où vient cet argent et pourquoi ce crédit ? Et si le deuxième élément de ce diptyque est bien dans les limites de notre thème, il apparaît que le premier, qui lui est évidemment préalable, est une affaire présumée réglée. On s'endette et on prête : fort bien ! Mais ces piécettes qui circulent, d'où viennent-elles et depuis quand ?

  • 1 On trouvera une explication générale de ce phénomène et de ses effets dans mon livre La terre et te (...)
  • 2 En 1017 la construction d'une église à Desvres exige la vente à l'Église d'un bois et de plusieurs (...)
  • 3 On note des rançons, ou des amendes, de 90 ou 100 livres entre 1075 et 1090, des emprunts par des v (...)

2Je devrais donc logiquement m'arrêter sur ce seuil. Et si je vais m'en tenir à le décrire sobrement, c'est parce que l'on ne sait pas grand chose à cet égard en dépit de l'intérêt fondamental des questions qu'il suscite. Autant que permettent d'en juger les maigres renseignements des textes picards antérieurs à l'an mil, ou même le milieu du xie siècle, le métal blanc proviendrait plutôt du nord-est de la région, vallées de l'Escaut et de la Sambre, puis de l'Oise et de la Haute Somme, et, sur la façade maritime, de l'Aa aux bouches de la Somme. Le schéma le plus plausible est la pénétration jusqu'aux marchés ruraux des vallées puis des plateaux, d'argent venant des pays germaniques, frisons ou flamands, sous la figure probablement simpliste de vente, par les officiers des dominants et par les paysans assez aisés, de surplus de grain, ou d'étoffes de laine grossière, contre un outillage en fer1. Les besoins en numéraire des maîtres du sol croissent avec les progrès des voyages, de l'armement ou des constructions ; le salariat accordé à des paysans engagés dans ces dernières accroît les dépenses2. Pour y faire face il faut convertir en monnaie les vieilles redevances carolingiennes : les exemples de la fin du xe et du milieu du xie siècles montrent qu'un manse de taille moyenne, quelques hectares, voit son loyer monter de 2 ou 2 sous 1/2 à 6. Or s'il est patent que les maîtres ont alors de l'argent, pour payer des rançons ou partir en croisade, on ne voit pas que les paysans en aient manqué de leur côté3. La cause est donc entendue : au début du xiie siècle il y a dans les campagnes picardes de l'argent entre toutes les mains, ce qui ne signifie pas que chacun en possède assez, et c'est l'objet de ce travail que d'y regarder de plus près.

***

  • 4 Il s'agit des cartulaires ou éventuellement des documents isolés émanant d'Homblières (B.N., lat. 1 (...)
  • 5 Le décompte des actes de toute la région picarde fait apparaître un gonflement régulier :

3J'ai choisi comme théâtre d'enquête la partie centrale des plateaux picards, de la façade maritime, qui va de la Canche à la Bresle, jusqu'aux sources de la Somme ; c'est le centre de la Picardie, la zone où les influences de la Normandie, de l'Ile de France ou des collines d'Artois sous contrôle flamand sont faibles, donc le corps social « pur » d'influences extérieures. J'ai utilisé la documentation, qu'on sait malheureusement, presqu'exclusivement ecclésiastique, où se trouvaient inclus des actes ou des mentions de prêts sous des formes diverses, au total 23 fonds d'archives qui laissent peu de blanc sur la carte4. D'autre part, je ne pouvais réunir de documentation pertinente avec 1130 ; passé un siècle, le nombre des actes, en revanche, enflait et sans réel intérêt pour la démonstration, comme on le verra. J'ai ainsi réuni un peu moins de 120 textes entre 1130 et 1230. Leur répartition dans le temps est, dès le départ, objet d'étonnement, sur lequel je reviendrai évidemment : huit actes entre 1130 et 1160, 64 entre 1160 et 1190, 28 de 1190 à 1220, et encore 23 dans les vingt ans qui suivent. L'hypertrophie du deuxième chiffre a des raisons qu'on va voir, et ne correspond absolument pas au rythme de croissance de la documentation dans cette région à ce moment5.

  • 6 C'est souvent le cas pour des sommes très élevées empruntées par des personnages de rang social ais (...)
  • 7 La comparaison de deux états de biens successifs, souvent tardifs malheureusement, devrait permettr (...)

4L'observation principale que suggère la comparaison de ces diverses mentions est tout de suite évidente : les prêts sont majoritairement, neuf sur dix, des mort-gages ; l'existence de prêts directs sans gage - au moins apparent - permet de penser qu'il existait tout un volant d'opérations plus ordinaires dans leur conception, mais plus clandestines, sans doute parce qu'à un taux d'intérêt trop élevé pour que l'on se risquât à le consigner6. On sait d'ailleurs que nombre de transactions foncières communes, ventes, dons, échanges se faisaient oralement devant témoins et par gestes rituels sans laisser de traces écrites, ce qui, en bonne logique, devrait nous rendre sceptiques sur l'intérêt des documents qui nous restent7. Quant au mort-gage, dont on sait qu'au temps d'Alexandre III l'Église le jugera condamnable, on sait aussi qu'elle continua imperturbablement à le pratiquer. Que devait-il en être des laïcs qui ne nous ont rien laissé ? Il convient d'ailleurs de dire que l'intérêt du mort-gage résidait, au moins en principe, dans l'encaissement, durant le temps du prêt, des revenus du capital gagé, et que ce revenu n'excédait guère 6 à 8 %, 10 au mieux s'il s'agissait d'une dîme, ce qui était, somme toute, un intérêt très modéré. D'où la tendance à asseoir, au xiiie siècle, le gage sur des revenus plus rémunérateurs, comme un tonlieu ou une machine « banale ».

5La deuxième observation, qui se dégage, cette fois, de la répartition dans le temps et de la comparaison du volume des prêts, fait apparaître deux sortes d'opérations. D'une part, après quelques exemples, six, antérieurs à 1200, la masse des actes concerne des sommes fortes et des emprunteurs de rang social élevé ; d'autre part, avant 1200 et même 1180-1190, c'est une physionomie inversée, petites sommes, petites gens, qui se dessine. Affaire de source, dans ce deuxième cas, il est vrai, mais nous avons donc deux figures de prêt et fort différentes, à décrire.

***

  • 8 En 1161 (Pas de Calais, Dommartin C, fol. 55v) 40 livres sur son bois par Gui, sire de Ponches ; en (...)
  • 9 Vers 1150, la veuve du maire de Crécy rembourse au chapitre d'Amiens les 25 livres empruntées par s (...)

6La première est la plus classique, la plus simple. Réduite au niveau d'un schéma type, elle donnera : un membre laïc de l'aristocratie gage une dîme villageoise à une abbaye, contre une somme de quelques 40 livres de parisis qu'il remboursera au bout d'un certain nombre de rotations triennales sur le sol qui la supporte. Il le fait dans une intention qu'il affirme pieuse et en présence de membres de sa famille et de vassaux. Naturellement il faut y apporter beaucoup de compléments. Si ce type de transactions a laissé des traces dès avant 12008, on peut en relever 41 cas entre 1200 et 1230, mais dont 34 seulement comportent tous les éléments permettant de nuancer le stéréotype cité plus haut, noms, objet, coût, durée. Et, naturellement, comme il n'y a jamais trace, sauf rarissimes exceptions, d'actes de dégagement9, il est impossible de savoir si ces contrats sont les seuls établis, ou si, comme cela est plus probable, la marque des gages non récupérés, donc acquis au créancier, laissant complètement inconnue l'ampleur réelle de l'endettement pourtant objet de ces journées.

  • 10 Cf. d'ailleurs Terre et hommes, op. cit., pp. 321-345. On notera que parmi les prêts de cette natur (...)

7Examinées avec plus de détail, les opérations de ce premier type dégagent plusieurs observations. Les 41 emprunteurs représentent 26 membres certains de l'aristocratie foncière, seigneurs, vassaux déclarés, vavasseurs, simples chevaliers, personnages qui ont obtenu l'approbation de leur seigneur féodal, auxquels pourraient se joindre six autres laïcs socialement difficiles à placer. On y ajoutera trois prêtres et six maires, prévôts ou intendants. Même répartition pour l'objet du gage : 27 cas de dîmes, entières ou non, sept terres et sept revenus en nature dont un champart. Sur les trente années sondées on ne note pas de variation appréciable du montant des prêts au cours des ans. Au total les 34 cas pourvus de cette donnée indiquent un montant total de 1 500 livres de parisis, allant d'une à 140 livres, mais avec une moyenne de 40 et une médiane de 40 à 60 livres comme l'indiquait le stéréotype cité plus haut. Quant à la durée du prêt souvent moins fréquente à l'exception de deux dîmes engagées pour 8 et 10 ans en 1218-1220, tous les autres cas relèvent de 3 (2 cas), 6 (14 cas), 9 (6 cas), 12, 15 et 30 ans (3 cas) ; je l'interprète comme la preuve que la rotation d'assolement triennal est dès le début du xiiie siècle, pratique régulière10. Malheureusement l'absence de toute appréciation sur le gage par rapport au montant du prêt n'autorise pas d'autre estimation du bénéfice pour le créancier que les 10 % de la dîme, ce qui explique à un moment où commence à fléchir le rendement du capital foncier que le prêteur préfère et impose l'engagement d'une dîme plutôt que celui d'une terre.

  • 11 B.N., lat. 5478, fol. 44 ; l'acte est surprenant car la dame y reconnaît être endettée de 33 livres (...)
  • 12 Arch, nat., LL. 1015.
  • 13 Parmi les chanoines, le chapitre cathédral d'Amiens (5 cas), ceux de Saint-Firmin (1), de Fouilloy (...)
  • 14 Le caractère mobile de la créance ressort des transactions à son sujet dont on a divers aspects : s (...)

8Cela nous mène tout naturellement jusqu'aux 41 prêteurs de cette tranche chronologique. Naturellement en raison de la nature de nos sources, l'Église nous saute tout de suite aux yeux : elle seule paraît en mesure d'avancer des sommes élevées. On notera même que certains établissements paraissent jouer le rôle de banque de dépôt : en 1221 la femme du prévôt d'Encre « tire » 50 livres de parisis pour doter sa fille sur les 600 qu'elle a mises en dépôt au Mont-Saint Martin11 ; et trois ans plus tard c'est la comtesse de Blois elle-même qui, pour marier son fils cette fois-ci, retire 200 livres de provinois déposés à Ribémont12. L'Église oui, mais non pas n'importe lequel de ses membres. Il est frappant de noter que les chanoines, de toute observance, séculiers, augustins, prémontrés, représentent 19 prêteurs, et les bénédictins 7 : ni les Cisterciens, ni les ordres militaires n'apparaissent, ni évidemment les Mendiants, avant 123013. En revanche dix clercs, curés, diacres, « prêtres », deux chevaliers et trois « bourgeois » sont prêteurs, mais on peut se demander si la présence des actes conclus entre eux et des particuliers, puis conservés dans des fonds ecclésiastiques ne devraient pas être considérés comme des titres de propriété, la créance ayant été, ultérieurement, transmise à l'abbaye ou au chapitre14.

  • 15 En 1232, le maire de Croix qui doit 165 livres de parisis au chapitre d'Amiens et ne rembourse rien (...)
  • 16 En 1218, un chevalier est contraint par le chapitre de Fouilloy à exiger 12, 34 et 40 livres de tro (...)

9Les motifs de la demande et celles du prêteur sont inégaux, et il n'est pas sûr que l'intérêt brut ait joué le rôle premier. On invoque le départ en croisade, les dépenses de famille, l'acquisition d'un bois ; les réticences mises par les deux parties sont d'ailleurs visibles : tel est obligé de chercher d'autres garants15, tel autre doit réaliser en hâte des créances pour asseoir une dette nouvelle16. Encore ignore-t-on les conditions de prêts sans gage comme on en voit brusquement surgir, mais souvent, il est vrai, au-delà de la limite chronologique que je me suis fixé.

***

  • 17 Nord, 1 H 1757 ; voir note 7 ; je renverrai, pour les actes utilisés, au no donné dans l'édition. U (...)

10En 1191 la comtesse de Ponthieu doit 200 marcs d'argent à un Génois installé à Saint Jean d'Aire ; en 1219 le sire de Bus approuve un de ses vavasseurs d'engager une dîme au chapitre d'Amiens pour 175 livres et sur douze ans. Finalement, en quoi ces deux dettes, et toutes celles dont je viens de parler, ont-elles le moindre intérêt pour l'endettement des campagnes ? Ces hauts personnages sont, sans doute, des gens de la terre, mais leurs affaires, en somme, n'apprennent pas grand chose sur les couches sociales plus modestes. Et si l'on ajoute, en contre point, que le petit prêt de quelques sous consenti par un juif de passage, ou un voisin « obligeant », contre une ceinture ou un pot de cuivre n'a aucune chance de nous apparaître, sinon en quelque fabliau, on pourrait être tenté d'arrêter là ce décevant tour d'horizon. Heureusement, nous avons conservé le cartulaire du prieuré bénédictin de Saint-Georges d'Hesdin, dépendant d'Anchin près de Douai17.

11Ce modeste établissement, dont le fonds d'archives, en dehors de ses cartulaires, n'a conservé qu'une cinquantaine de pièces anciennes, possède une particularité dont je n'ai pas trouvé d'autres exemples dans tout le nord de la France. En tête d'un recueil où les moines, de 1095 à 1180 environ, ont consigné dans une sorte de récit continu les opérations foncières profitables au couvent, quelques 500 pièces, parfois réduites à une phrase suivie d'une liste de témoins, a été cousu, au xixe siècle sans doute, une dizaine de feuillets de format différent, résidu d'un autre registre, tenu à jour - on peut distinguer quatre mains - entre 1157 et 1179, probablement débuté plus tôt, sans doute poursuivi plus tard, et qui n'est donc qu'une épave. Mais les 35 « actes » qu'on peut y lire sont tous des contrats de prêt et rien d'autre, ce qui amène, tout naturellement, à déduire l'existence d'un cartulaire spécifique réservé à ce type d'activité. Certes, dans le corps même du cartulaire-chronique on rencontre, de 1138 à 1178, 22 autres textes de prêts, mais mêlés à des affaires différentes et plus « classiques ».

  • 18 Ce qui induit à penser que de telles pratiques ont pu exister ailleurs, est que, dans certains cart (...)

12Cette curiosité archivistique soulève beaucoup de problèmes. On ne voit pas pourquoi, à des dates comparables, on a enregistré soit ici, soit là, des contrats de prêt, les doublets étant rarissimes. Mais, surtout, on ne voit pas non plus pourquoi cet établissement, assez isolé, aux biens très ramassés, à la « clientèle » des plus modestes - on n'atteint qu'exceptionnellement le niveau du « châtelain » -, aurait été un spécialiste du mort-gage, même si l'argent paraît avoir assez rapidement circulé dans cette partie de la Picardie. On peut donc avancer que ce débris est l'unique témoin survivant - mais comment ? et pourquoi ? - d'une pratique qui devait être générale : tenir registre des prêts, et notamment des plus modestes, et dont les éléments ont sombré, entraînant dans l'oubli ce qui est précisément le sujet de ces journées : les petits prêts aux petites gens18.

13Voici donc le deuxième volet de l'enquête. Entre 1138 et 1192, nous disposons de 72 cas d'emprunts, quelques-uns, même à Hesdin, reproduits avec des éléments diplomatiques du type notice, les autres en simples mentions. On verra tout à l'heure que dans ce dernier cas la nature exacte de l'opération n'est pas aussi claire que lors de l'étude du prêt « classique » qui a fait l'objet de mon premier développement. Cependant très vite les différences éclatent avec le xiiie siècle.

  • 19 Cf. l'édition notée supra, pp. 24 et 59.

14En ce qui concerne les emprunteurs tout d'abord. Certes on relève 17 personnages membres de l'aristocratie locale : ils sont possesseurs de fiefs, chevaliers, vassaux ; 14 autres ne portent aucun titre et je ne les ai pas rencontrés dans les familles dominantes de la région19 ; 31, presque la moitié, sont des artisans, des hôtes, des villageois désignés par un patronyme, cinq sont des clercs, cinq des officiers domaniaux. Cette physionomie de « clientèle » s'accroît d'autres données inverses du premier type : deux dîmes seulement, deux revenus en nature, trois maisons, un moulin, mais 56 terres et bois, soit des proportions quasi inversées, probablement parce que les emprunteurs ne font pas partie de ceux dont les ancêtres avaient usurpé les dîmes aux xe et xie siècles. J'avais noté des durées de prêt très uniformes ; cette fois elles varient davantage : certes encore 45 cas liés au système triennal qui progresse, mais 14 prêts de longueur anarchique 10, 13, 17, 19, 20 ans, et pour des bois comme pour des terres.

  • 20 On notera des prêts comportant en 1139 l'octroi d'un roncin adjoint à une livre (Pas de Calais, Dom (...)
  • 21 Ces exemples sont étroitement contenus entre 1163 et 1169, ce qui peut n'être qu'un hasard. On les (...)
  • 22 No 3 (1162), 20 (1171), 33 (vers 1174).
  • 23 Dommartin C, fol. 22.

15C'est le montant des prêts qui frappe le plus : le total des 63 transactions pourvues de cette donnée atteint 540 livres soit une moyenne de moins de 9 livres, avec 28 cas inférieurs à 5 livres, et 6 seulement supérieurs à 20, responsables d'un total encore élevé, eu égard aux emprunts de quelques dizaines de sous de la plupart des débiteurs, et motivées par des départs en croisade ou la construction d'une firmitas20. Certes l'Église, comme tout à l'heure, est le créancier principal, mais, comme tout à l'heure aussi, nombre de prêts sont enregistrés d'un laïc à un autre, probablement ensuite tombés dans les créances des moines, d'un villageois à un hôte, de deux frères à un prévôt, de deux fils à leur père devenu religieux, d'un paysan à deux croisés, d'un prêtre à un autre, d'un villageois à un famulus, et même des lépreux de Moreuil au seigneur de l'endroit21. En principe il s'agit d'un système bien rodé de mort-gage : mais on a des exemples de réserve par le débiteur d'une partie des revenus éventuels de son gage, part de champart le plus souvent, ce qui diminue évidemment l'intérêt de l'opération22. Encore faut-il craindre la surenchère de la hiérarchie féodale : partant à Jérusalem en 1149, un petit seigneur engage pour 20 sous à Dommartin sa dîme de Bamières ; mais le sire de Drucat exige 100 sous pour ratifier l'affaire, et l'avoué de St. Riquier, après avoir d'ailleurs saisi les charrues des moines, cède moyennant 7 livres : 12 livres de « frais » pour une livre de gage !23.

  • 24 Remboursement de 30 livres par un charpentier vers 1170 sur une terre engagée (no 359). Passage de (...)
  • 25 No 225.
  • 26 4 journaux pour 29 sous (no 20), 7 pour 40 (no 22), 4 pour 30 (no 26), 6 pour 40 (no 27), 3 pour 26 (...)
  • 27 Onze journaux pour 8 livres (no 6), 24 pour 12 livres (no 8), 18 pour 10 livres 1/2 (no 427).
  • 28 No 14.

16Cette dernière remarque nous mène au problème de la rentabilité de l'opération pour le prêteur. Débarrassons-nous d'abord des questions de solidité du gage : il existe un ou deux cas de remboursement donc de restitution, plus souvent des transferts d'un débiteur à un autre, sans doute par rachat de la dette au premier sans que l'on comprenne bien l'intérêt de l'opération24. Mais j'ai dit plus haut ce qu'il fallait penser de ce silence. En revanche les moines n'ont pas l'intention de se faire voler : un curieux texte de 113825 portant, mais envers un personnage important de la région, sur une dette de 40 sous estimée à un marc, prévoit que c'est à la valeur de ce dernier au moment du remboursement que sera estimée la dette, et que le retard dans le paiement pourra entraîner une amende de 5 marcs au cours du jour ; le prêt est consenti pour neuf ans, et il est intéressant de noter l'incertitude qui règne déjà sur le « cours » du métal blanc. Il est assez difficile d'estimer, même sur cette courte période de temps, la valeur réelle du capital foncier engagé, donc le bénéfice brut que les moines pourraient tirer de l'opération : nous disposons de neuf mentions seulement de superficies mises en gage avec une valeur de prêt correspondante ; dans l'ensemble, presque les deux tiers des cas, le journal de terre - dans cette région de 30 à 40 ares - est estimé, donc gagé, entre 7 et 9 sous, probablement selon la qualité du sol26. Mais on trouve également des valeurs fortes, de 10 à 12 sous27, et inversement 30 journaux pour 32 sous, ce qui est évidemment aberrant28. Dans ces conditions le soupçon naît sur l'exactitude de l'appréciation, et suscite l'idée d'une opération comportant une part dissimulée, ou au contraire artificiellement gonflée, ce qui implique un intérêt clandestin qui nous échappe.

  • 29 Ces opérations sont d'ailleurs ambiguës ; on peut y voir des contrats doubles : un emprunt accompag (...)
  • 30 C'est l'acte 427.

17Je terminerai par une dernière observation qui ne fait que renforcer celle que l'on vient de lire. En principe le mort-gage n'entraîne pas d'autre intérêt pour le prêteur que l'encaissement du revenu produit durant l'engagement. Avouer qu'on exige davantage serait encourir des sanctions ecclésiastiques comme pour toute « usure ». Or, et sans doute parce qu'il s'agit non d'actes en dûe forme mais d'un discours continu, le scribe n'a pas à cacher le fond de l'affaire : treize fois il indique expressément qu'au moment du remboursement l'emprunteur ne pourra se dégager, en sus de sa dette brute, qu'en versant de 2 à 5 sous par journal de terre « marié » par les moines durant le prêt, c'est-à-dire entretenu et même valorisé29. Une seule fois, en 1169, nous avons conjointement la surface (18 journaux), le montant du prêt (10 livres, 10 sous), la durée (12 ans) et la taxe de marnage (4 sous le journal)30. Les moines recevront donc au bout de douze ans, le remboursement, l'ajoût de 72 sous pour amélioration sur cette tranche de temps, ce qui représente environ un tiers en sus du capital. Certes il s'agit d'une douzaine d'années, d'un rendement foncier moyen à l'époque de 8 à 10 %, et nous faisons beaucoup mieux aujourd'hui, mais à ce plan le service rendu devient vraiment une bonne affaire.

***

18La richesse de tous ces textes est loin d'être épuisée, et grande reste l'incertitude qui pèse sur ces opérations. Aucune estimation n'est possible, en haut ou en bas de l'échelle sociale, à partir de ces seuls documents. L'ombre qui couvre ou bien les remboursements, ou bien les infimes prêts quotidiens dissimule, avant la fin du Moyen Âge, ce qu'est le commerce de l'argent à la campagne. Mais il m'apparaît au moins que le rôle d'établissements de crédit joué par les couvents, et dénoncé par Delisle et d'autres voici bien plus d'un siècle, trouve, à Hesdin pour le moins, un exemple de plus. Naguère j'ai jugé excessive l'expression de « terrorisme » dont usait P. Bonnassie devant les méthodes expéditives des laïcs regroupant les hommes ; je suis tenté d'en user à mon tour à l'encontre de l'Église seule détentrice des fonds dont les laïcs avaient tant besoin : les imprudentes aumônes de leurs pères généreux devenaient les causes de leur aliénation, voire de leur ruine.

Notes

1 On trouvera une explication générale de ce phénomène et de ses effets dans mon livre La terre et tes hommes en Picardie jusqu'à la fin du xiiie siècle, Paris-Louvain, 1968, pp. 246-254 auxquels sont empruntés beaucoup des exemples qui suivent.

2 En 1017 la construction d'une église à Desvres exige la vente à l'Église d'un bois et de plusieurs moulins. Ces derniers coûtent jusqu'à 100 livres de parisis (cf. Terres et h., op. cit., pp. 384-385). Et le tableau des ouvriers travaillant à l'érection du château et des murs d'Ardres, d'après le chanoine Lambert, vers 1100, est célèbre.

3 On note des rançons, ou des amendes, de 90 ou 100 livres entre 1075 et 1090, des emprunts par des vicomtes ou de riches propriétaires, entre 1066 et 1109 de 3, 20 ou 30 marcs. On trouvera ces exemples et d'autres dans Terre et h., op. cit., pp. 446-448, ou pour les frais de croisades pp. 611 et 659.

4 Il s'agit des cartulaires ou éventuellement des documents isolés émanant d'Homblières (B.N., lat. 1394), du Mont Saint-Quentin (lat. 12692 et dom Grenier 150) du chapitre de Saint-Quentin (Arch.nat., LL 985B), du Mont Saint-Martin (B.N., lat.5478), de Corbie (lat.17759), de Lihons (lat. 5460), de Fouilloy (Somme, 14 G1), de Saint-Laurent-au-bois (Somme, 9H 538), de Berteaucourt (B.N., dom Grenier 93), du chapitre d'Amiens (Somme, G 2966, 2967, 2971), de Saint-Firmin (Somme, 3G 244 et 59), de Saint-Fuscien (Somme, 23H 19), de Saint-Jean (Somme, 1H 2), du Paraclet (Somme, 65H 88) de Saint-Martin-aux-Jumeaux (Somme, 2H 2), de Saint-Sulpice de Doullens (Somme, 1H 462), des sires de Picquigny (Arch.nat., R1 (35)), de Sonmereux (B.N., n.a.l. 1934), de Saint-Georges d'Hesdin (Nord, 1H 1757, 1758), de Dommartin (Pas de Calais, cartulaire C) d'Auchy-les-moines (Pas de Calais, cartulaire), de Saint-Riquier (Arch.nat., LL 1010) et de Saint-André-au-bois (Pas de Calais, cartulaire).

5 Le décompte des actes de toute la région picarde fait apparaître un gonflement régulier :

  • avant 1135 : 900

  • 1136-1175 : 1880

  • 1176-1215 : 3540

  • 1216-1250 : 8700

  • 1251-1295 : 5500

6 C'est souvent le cas pour des sommes très élevées empruntées par des personnages de rang social aisé : 820 livres par le sire de Bus en 1233 (Somme, G 2966, fol. 142), mais quelques fois bien plus modestes, comme, en 1210, le prêt qu'Elizabeth de Gouy a reçu du Mont Saint-Martin, 30 livres de douaisiens, qu'elle conteste, d'ailleurs, en l'estimant « usurarius » (B.N., lat. 5478, fol. 112 vo).

7 La comparaison de deux états de biens successifs, souvent tardifs malheureusement, devrait permettre de dégager cette part des acquisitions cachées. Le prieuré Saint-Georges d'Hesdin, dont j'ai édité le cartulaire offrant l'aspect d'une chronique continue (Cartulaire-chronique du prieuré Saint-Georges d'Hesdin, Paris, CNRS, 1988) en est un exemple saisissant : les scribes enregistrent les dons devant témoins, et ne donnent qu'exceptionnellement un acte ou fragment d'acte relatif à l'opération (cf. op. cit., pp. 7 et 59).

8 En 1161 (Pas de Calais, Dommartin C, fol. 55v) 40 livres sur son bois par Gui, sire de Ponches ; en 1164 ou 1169 (Somme, G 2966, fol. 56v) 60 livres en deux fois par Hugues de Salouel sur ses droits de vicomté ; en 1180 (B.N., n.a.l. 1934, fol. 14) 22 livres de beauvaisiens par Omond de Thoix sur un bois à Sommereux ; en 1189 (Somme, 9H 538, fol. 42v) 50 livres par Gautier d'Heilly à Saint-Laurent-au-bois, mais en conservant une part de revenu ; enfin en 1192 (Somme, G 2966, fol. 148) 13 livres de beauvaisiens sur une dîme par un homme de Dommeliers, empruntées au maire de ce lieu qui rétrocéda sans doute la créance au chapitre d'Amiens.

9 Vers 1150, la veuve du maire de Crécy rembourse au chapitre d'Amiens les 25 livres empruntées par sa mère (Somme, G 2966, fol. 96) ; en 1218, un chanoine de Fouilloy délivre une quittance de 30 livres à un confrère de Domart (Somme, 14 G1, fol. 40) ; en 1226, le prévôt de Louvain est acquitté par Corbie de la dette d'une veuve d'un de leurs intendants, sans doute remboursée par lui (B.N., lat. 17759, fol. 56 vo).

10 Cf. d'ailleurs Terre et hommes, op. cit., pp. 321-345. On notera que parmi les prêts de cette nature antérieurs à 1200, et cités note 8, les durées sont moins régulières, par exemple, 7 et 14 ans, pour des bois il est vrai, ce qui peut nous orienter vers les rythmes de coupe.

11 B.N., lat. 5478, fol. 44 ; l'acte est surprenant car la dame y reconnaît être endettée de 33 livres sur une dîme ; on ne voit pas pourquoi elle ne la dégage pas.

12 Arch, nat., LL. 1015.

13 Parmi les chanoines, le chapitre cathédral d'Amiens (5 cas), ceux de Saint-Firmin (1), de Fouilloy (8), du Mont Saint-Martin (3), de Saint-André-au-bois (2) ; pour les Bénédictins Lihons (2), Mont-Saint-Quentin (2), Berteaucourt (1), Saint-Fuscien (1), Doullens (1). Je reviendrai plus loin sur le cas de Fouilloy.

14 Le caractère mobile de la créance ressort des transactions à son sujet dont on a divers aspects : substitution de débiteur, un chevalier en 1223 remplaçant un prêtre endetté envers Fouilloy sur une dîme (Somme, 14 G1, fol.43) ; l'a-t-il achetée ? En 1206 le sire d'Ailly reconnaît deux créanciers, Lihons et Saint-Nicolas de Regny, au lieu d'un seul, pour 140 livres (B.N., lat. 5450, fol. 36) ; s'agit-il d'un accord entre les deux couvents ?

15 En 1232, le maire de Croix qui doit 165 livres de parisis au chapitre d'Amiens et ne rembourse rien, voit ses neuf pièges excommuniés et les malheureux obligés de se chercher des suppléants au moins pour une part de la dette (Somme, G 2966, fol. 179).

16 En 1218, un chevalier est contraint par le chapitre de Fouilloy à exiger 12, 34 et 40 livres de trois de ses propres débiteurs pour contenter les chanoines (Somme, 14 G1, fol. 9 vo).

17 Nord, 1 H 1757 ; voir note 7 ; je renverrai, pour les actes utilisés, au no donné dans l'édition. Un deuxième cartulaire, 1 H 1758, retient un lot d'autres pièces laissées en forme diplomatique régulière. Une copie du xixe siècle (B.N. n.a.l. 1221) ne contient pas d'indications complémentaires.

18 Ce qui induit à penser que de telles pratiques ont pu exister ailleurs, est que, dans certains cartulaires, comme celui de Dommartin, on rencontre des paquets d'actes successifs, mais de dates diverses, concernant des prêts, comme si le copiste avait eu sous les yeux un autre registre à portée de main. Le cas de la collégiale Saint-Mathieu de Fouilloy est plus troublant encore : le cartulaire (Somme, 14 G1) contient entre les folios 4 et 19, dix-huit actes de prêt dont sept pour la seule année 1218, les autres entre 1204 et 1229. De surcroît 17 emprunteurs sur 18 sont des clercs. Cette fois encore est-ce la fusion, partielle, de deux registres, et peut-être même plus spécifique encore ?

19 Cf. l'édition notée supra, pp. 24 et 59.

20 On notera des prêts comportant en 1139 l'octroi d'un roncin adjoint à une livre (Pas de Calais, Dommartin 3, fol. 25), et encore en 1202 d'ailleurs (Pas de Calais, Saint-André, fol. 311). Les départs en croisade (par exemple no 13, 18, 21, 25, ou Dommartin C, fol. 22) ne concernent aucune expédition royale ; ils sont de 1165, 1168, 1172,1173. Firmitas, no 2, en 1163.

21 Ces exemples sont étroitement contenus entre 1163 et 1169, ce qui peut n'être qu'un hasard. On les trouvera aux no 9, 11, 12, 13, 18, 147, 430. Quelques-uns de ces actes sont assez obscurs : les lépreux apparaissent en 1174 (Somme, 3 G 244).

22 No 3 (1162), 20 (1171), 33 (vers 1174).

23 Dommartin C, fol. 22.

24 Remboursement de 30 livres par un charpentier vers 1170 sur une terre engagée (no 359). Passage de la dette en d'autres mains, avant d'aboutir sans doute, en celles des moines n 13 (1165), no 30 (1173), no 147 (vers 1160), no 192 (mêmes dates).

25 No 225.

26 4 journaux pour 29 sous (no 20), 7 pour 40 (no 22), 4 pour 30 (no 26), 6 pour 40 (no 27), 3 pour 26 (no 46).

27 Onze journaux pour 8 livres (no 6), 24 pour 12 livres (no 8), 18 pour 10 livres 1/2 (no 427).

28 No 14.

29 Ces opérations sont d'ailleurs ambiguës ; on peut y voir des contrats doubles : un emprunt accompagné d'un engagement par le prieuré d'améliorer le sol, ce qui relèverait d'une politique de progrès économique local, mais les biens visés ne sont qualifiés qu'une fois de « wastine » (no 12) ; le reste du temps ce sont des terres. Voir les actes no 11, 12, 15, 16, 17, 18, 33, 225, 271, 359, 389, 427, 430.

30 C'est l'acte 427.

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site