Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Endettement paysan et crédit rural

 | 
Maurice Berthe

Introduction

Laurence Fontaine

Texte intégral

1Malgré la diversité des époques et des espaces couverts par les communications, toutes ont en commun d'avoir montré – même si les campagnes étaient au centre de ces journées de Flaran – combien l'endettement était au cœur des sociétés anciennes : individus et institutions sont tous également pris dans la vaste toile d'araignée des crédits. Elle s'étend de la cour des rois et des princes aux plus modestes travailleurs et tous sont à la fois prêteurs et emprunteurs. C'est dire la diversité et la richesse du sujet. Plutôt que de présenter la matière foisonnante des différents rapports, cette introduction voudrait s'appuyer sur eux pour offrir une lecture transversale de quelques thèmes qui ont traversé les rapports et les discussions et proposer diverses grilles de lecture et échelles d'analyse.

  • 1 Émile Benvéniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Éditions de Minuit, 196 (...)

2Mais auparavant, j'aimerais faire une intrusion dans le sens des mots qui disent le crédit et ses contraintes et, avant de relire les dictionnaires du xviiie siècle, parce qu'ils closent l'époque qui nous intéresse, je voudrais remonter aux origines des pratiques et regarder, à la suite d'Émile Benvéniste1, comment se sont construites les significations des mots crédit, créance, confiance, dette dans les langues indo-européennes.

3La fides, dit Benvéniste, qui est la foi et la confiance en latin préserve dans son sens une valeur encore plus ancienne et légèrement différente de celle de « confiance » : elle signifie la « qualité propre d'un être qui lui attire la confiance et s'exerce sous forme d'autorité protectrice sur qui se fie en lui ». Cette notion est très voisine du kred germanique. On comprend alors pourquoi, en latin, fides est le substantif correspondant à credo, croire. Cela veut dire que : « La notion latine de fides établit entre les partenaires une relation inverse de celle qui régit pour nous la notion de "confiance". Dans l'expression, "j'ai confiance en quelqu'un", la confiance est quelque chose de moi que je mets entre ses mains et dont il dispose ; dans l'expression latine "mihi est fides apud aliquem", c'est l'autre qui met sa confiance en moi et c'est moi qui en dispose. Celui qui possède la fides détient donc un titre qui est déposé "chez" quelqu'un : ce qui montre que "fides" est proprement le "crédit" dont on jouit auprès du partenaire. Tous les exemples anciens le confirment ».

4De là, fides désigne la confiance que celui qui parle inspire à son interlocuteur, et dont il jouit auprès de lui. C'est alors une « garantie » à laquelle il peut recourir. La fides que les mortels ont auprès des Dieux les assure en retour d'une garantie : c'est cette garantie divine qu'on invoque dans la détresse.

5Benvéniste passe ensuite en revue les différentes liaisons de fides et les circonstances où la notion est employée. Ces occurrences montrent que les partenaires de la confiance ne sont pas dans une situation d’égalité : celui qui détient la fides qu'un homme a mis en lui tient cet homme à sa merci. C'est pourquoi fides devient presque synonyme de dicio et potestas. Sous leur forme primitive, ces relations entraînaient une certaine réciprocité : mettre sa fides en quelqu'un procurait en retour sa garantie et son appui. Mais cela même souligne l'inégalité des conditions. C'est donc une autorité qui s'exerce en même temps qu'une protection sur celui qui s'y soumet, en échange et dans la mesure de sa soumission.

6Benvéniste analyse aussi les termes « prêt », « emprunt », « dette », et montre comment dans toutes les langues indo-européennes les termes techniques corrélatifs pour « dette », « prêt », « emprunt », se sont constitués par spécification et différentiation de ces termes plus généraux qui relèvent d'un autre ordre de représentation, celui du langage du pouvoir. Dès le début, il y a une double construction. D'une part, « prêt » et « emprunt » sont deux aspects de la même démarche tout comme « avance » et « restitution » d'une somme sans intérêt. Le parallélisme entre prêter et emprunter se retrouve en allemand (borgen) et en ancien français où emprunter se disait pour « prêter » et « se faire prêter ».

7Enfin, avec l'analyse des emplois de prestare, Benvéniste montre qu'il y a trois relations de crédit différentes qui se construisent. Prestare se dit d'abord et pendant longtemps du prêt sans intérêt, fourniture gracieuse, témoignage de bienveillance et non opération financière. Ce « prêt » est différent de l'emprunt dit mutuatio où apparaît la réciprocité, la restitution exacte de ce qu'on a reçu, et encore plus différent du fenus qui est le véritable prêt à intérêt et dont le sens premier est « fécondité, prospérité ».

8Ainsi, croyance, foi, autorité sont sémantiquement à l'origine des mots de crédit et créance. Tous ces sens qui font référence à la distribution du pouvoir, à la forme des relations sociales ont presque disparu aujourd'hui – pas complètement toutefois. Qu'en était-il dans la langue du xviiie siècle ?

9En France, le Dictionnaire universel d'Antoine Furetière, imprimé à Rotterdam entre 1688 et 1689, donne trois sens au mot Crédit. Le premier est : « Croyance, estime qu'on s'acquiert dans le public par sa vertu, sa probité, sa bonne foi et son mérite [...] ». Le second : « Crédit, se dit aussi de la puissance, de l'autorité, des richesses qu'on s'acquiert par le moyen de cette réputation qu'on a acquise. Ce Ministre a acquis un grand crédit à la cour sur l'esprit du Prince [...] ». Et le troisième : « Crédit, se dit plus ordinairement dans le commerce de ce prêt mutuel qui se fait d'argent et de marchandises, sur la réputation de la probité et solvabilité d'un négociant [...]. Et Furetière précise : « On dit, faire crédit, vendre à crédit, acheter à crédit, pour dire, ne pas payer comptant ce qu'on achète. C'est le crédit que font les Marchands aux Grands Seigneurs qui ruine leur fortune, leur négoce ». Furetière ajoute au mot crédit le sens de l'expression À crédit : « Se dit souvent pour dire, À plaisir, sans utilité, sans fondement [...] ».

10Ainsi, le premier sens renvoie à la réputation et à ses attributs, le second à la puissance politique et financière et le troisième à un prêt mutuel entre marchands. Les deux derniers emplois du mot crédit sont tous deux fondés sur le premier sens, c'est-à-dire sur la réputation. Quand il n'est pas question d'un prêt mutuel entre marchands, le mot crédit entre dans une locution verbale et le seul exemple que donne alors Furetière est celui de la ruine des marchands quand ils font crédit aux grands seigneurs. Les sens qui sont donnés à l'expression À crédit évoquent tous l'inanité, l'inutilité, le gaspillage involontaire ou l'absence de fondement.

11En Espagne, le Diccionario de Autoridades de la Real academia espanola, de 1726 donne 5 entrées au mot Credito. Le premier est « la fe ó creéncia, y assenso firme que se da a lo que otro dice. Es del Latino Credere. Lat. fides ». Le second est « Por extension, significa seguridad, apóapóyo, abono, firmeza y comprobacion de algúna cosa : y asi comunmente se dice, latin fides auctoritas ». Le troisième « vale tambien estimacion, buena opinion, fama y reputacion. lat. Existimacio, auctoritas, nomen. Y como luego el sucesso confirmaba lo dicho, quedaba en crédito de todo. Estime el Principe fu palabra, como el crédito de su Magestad : porque pierde todo quien pierde el crédito. Para sustentar el crédito es importante la prudencia, en non intentar lo que no alcanza el podér ». Le quatrième est « Escritúra, papél ó vale de algüna cantitad de dinéro, ó cosa equivalente que uno debe à otro, y à que el acreedôr tiene justo y claro derecho para poderla pedir y cobrar. En este sentido es tornado del Latino Creditum, que significa esto mismo ». Le cinquième « Se llama tambien la libranza ó abóno que da el hombre de commercio à algüna persona, para que otro le dé algüna cantitad de dinero ü otra qualquier cosa que pidiere, à cuya satisfaccion queda obligado. lat. literae fiduciariae ».

12Foi, autorité, pouvoir et réputation passent en Espagne aussi avant les écritures commerciales et les prêts marchands qui apparaissent dans la langue comme cas particuliers.

13Au Portugal, le Vocabulario Portuguez e Latino de Raphael Bluteau imprimé à Lisbonne en 1712 indique lui aussi cinq sens au mot credito très proches des définitions ibériques : 1) la foi ; 2) l'allure de quelqu'un et la foi qu'on place dans ses paroles ; 3) l'autorité, l'estime et perder o credito veut dire perdre son autorité ; 4) la faveur et ce sens est lié à celui de réputation ; enfin, 5) le crédit entre marchands qui a un sens plus économique.

14En terres germaniques, le terme crédit tel que le Zedler Universallexikon de 1733 le définit renvoie aux mots das Ansehen (le crédit, le prestige, l'importance) ; die Gunst (la faveur) ; die Gnade (la grâce) ; die Gewalt (le pouvoir, la force, la violence) ; die Vielgültigkeit qui signifie ici, la haute considération. À ces sens, s'ajoute un sens qui vient de l'italien et qui explique que le mot est utilisé quand on fait du commerce à crédit (Borg) et qu'il s'inscrit dans les livres de commerce. Le même dictionnaire a une entrée crédito, qui reprend ces mêmes notions et donne deux sens au mot. Le premier reste fidélité et foi parmi les hommes et le second est l'acte d'emprunter. Puis le dictionnaire signale qu'on parle d'un homme « qui a bon crédit », « qui est en bon crédit » et que cela veut dire qu'on met sa confiance en lui et qu'il la perd quand son crédit est mort. Enfin, le dictionnaire s'attache au crédit commercial et explique que donner à crédit n'est pas séparable du commerce comme la chaleur ne l'est pas du feu. [...] Mais il signale les dangers du crédit en disant qu'il faut faire attention car celui qui donne trop de confiance (Vertrauen) risque de ne plus voir son argent.

15Sur les treize sens du mot crédit que recense The Oxford English Dictionnary, les cinq derniers seulement se réfèrent à l'activité économique. Le premier sens est la croyance, la foi, la confiance (belief, credence, faith, trust) le second, la qualité de celui qui est digne de confiance (The attribute of being generally believed or credited, the quality or reputation of beiing worthy of belief or trust ; trustworthiness, credibility (of persons, statements, etc.) ; le droit d'être cru, l'autorité (right to be believed ; authority (on which testimony is accepted). À ce point intervient la lettre de crédit – letter of credit, letter of credence – qui est définie comme « a document recommending the bearer to confidence ». Le troisième renvoie à quelque chose qui est cru, un rapport (Something believed ; a report). Le quatrième à la confiance (Trust, charge (to which something is committed, or which is commited to any one). Le cinquième à la réputation (the estimate in which the caracter of a person (or thing) is held ; reputation, repute). Le sixième à l'autorité (personal influence based on the confidence of others ; power derived from caracter or reputation). Le septième à la reconnaissance du mérite (The honour or commendation bestowed on account of a particular action, personal quality, etc., ; acknowledgement of merit). Le huitième signifie une source d'honneur (A source of commendation or honour ; something creditable). Et à partir du neuvième, les sens sont purement commerciaux : c'est la définition de l'acte de faire crédit (Trust or confidence in a buyer's ability and intention to pay at some future time, exhibiting by entrusting him with goods, etc without present payment). Réputation de solvabilité et d'honnêteté dans le commerce (Réputation of solvency and probity in business, enabling a person or body to be trusted with goods or money in expectation of future payment). Le dixième s'intéresse aux dépôts bancaires et aux lettres de crédit. Le onzième concerne le vote du budget par le Parlement. D'où l'expression (vote of credit). Le douzième parle de la tenue des livres de compte dont la première mention date de The English Tradesman de Defoe de 1745. Et le dernier mentionne les expressions suivantes : donner à quelqu'un crédit de quelque chose (to give a person credit for something), lui faire confiance dans l'accomplissement de quelque chose d'attendu dans le futur, se souvenir que quelque chose lui est dû.

16Ainsi, dans toute l'Europe moderne la langue a conservé souvenir des relations sociales anciennes qui disent les formes claniques, clientélaires ou féodales des sociétés européennes des siècles antérieurs. Mais n'est-ce qu'un souvenir ? Et les historiens ont-il eu raison d'évacuer le crédit dans la seule sphère de l'économique ?

  • 2 Voir la communication de Jean-Louis Gaulin.

17L'absence de numéraire est bien sûr au cœur de la circulation du crédit et dans les campagnes européennes, cinq types de prêt ont pu être mis en évidence : Des prêts à court terme pour les semailles et la soudure. Ces prêts sont accordés par petites quantités, le plus souvent en grain2, au fur et à mesure des besoins. Ils sont liés aux assolements, au cycle de vie des ménages et aux caprices climatiques. Ils forment une multiplicité de petites promesses écrites ou orales qui sont comptabilisées en monnaie à la valeur du cours des grains au moment de l'emprunt. Dans ces crédits, le créancier tire ainsi avantage du mouvement saisonnier des prix du grain puisqu'il prête au moment où la valeur marchande est au plus haut et qu'il se fait rembourser après la récolte avec un grain dont le prix est à son plus bas niveau. Si l'emprunteur ne peut se libérer à ce moment, ou, du moins, s'il ne peut acquitter les intérêts, le créancier inclus alors ces derniers au capital et fait signer un nouveau billet au débiteur.

18Des prêts d'argent pour payer les impôts dont le délai de remboursement est fixé à un an et, comme pour les prêts de nourriture ou de semence, passé le délai le créancier pratique l'intérêt composé.

19Des prêts pour le maintien et l'amélioration des exploitations.

20Des prêts de cycle de vie pour les mariages et les installations qui sont libellés à moyen terme. À ces prêts s'ajoutent les dépenses somptuaires et les donations pieuses des élites paysannes.

21Des ventes de bêtes, de marchandises, de biens fonds aux plus aisés ou entre les plus aisés. Les délais de remboursement varient entre une et dix années. Ce sont aussi les seules transactions où des paiements comptants en espèces sont enregistrés.

  • 3 Voir la communication de Antoni Furio.

22Selon les familles, les groupes sociaux et les conjonctures, ces différents postes seront plus ou moins représentés. À la fin du moyen âge, en Asturie par exemple, la moitié des prêts sont pour la subsistance et l'autre moitié se partage également entre les travaux concernant l'exploitation et le quart restant touche à la fois les actes commerciaux, les dots, les dépenses somptuaires et les donations pieuses3.

23Si les motifs de l'endettement sont les mêmes partout en Europe, il n'en est pas de même des formes du crédit et des instruments utilisés pour valider la dette. Ils vont de l'accord verbal aux ventes cachées en passant par les obligations, les baux à cheptel, les hypothèques et les ventes à rémérées. La diversité des instruments révèle trois choses. D'abord, la plus ou moins grande licéité du prêt qui se cache dans les ventes et les contrats de location. L'utilisation massive de l'obligation à l'époque moderne, par exemple, montre d'abord que le prêt est enfin entré dans les mœurs.

24La variété des instruments dévoile aussi des processus et des relations sociales. Comme le montrent les travaux sur la France et l'Angleterre, le temps s'inscrit dans la diversité des types de contrat. Au départ, la plupart des créances accordées aux villageois sont orales. Elles s'inscrivent ensuite normalement sur des billets privés. Ces preuves écrites peuvent être doublées de garanties données par des proches qui se portent caution de l'emprunt et s'engagent à le rembourser si l'emprunteur devait faire défaut. Dans les pays méditerranéens où le notarial est répandu comme la France, l'Italie et l'Espagne, deux types d'occasions conduisent les contractants chez le notaire pour donner une garantie plus forte et légale à la dette : d'une part, lors des moments de crises économiques ou familiales comme la maladie de l'un ou l'autre des contractants. D'autre part, lorsque les intérêts n'ont pas été régulièrement versés. En revanche, dans les pays germaniques, l'absence de notaire empêche pratiquement de suivre l'histoire des dettes et de voir comment temps et risque se conjuguent pour transformer les engagements.

25Les manières différenciées d'enregistrer la dette disent enfin que ces liens sont aussi des relations qui traduisent des hiérarchies et des proximités sociales : certains instruments sont liés à certains groupes sociaux, à des besoins spécifiques de crédit et dans ces cas, les instruments ne sont pas substituables. Emmener, par exemple, un parent ou un ami chez le notaire pour faire enregistrer l'argent prêté est toujours délicat car il dit la défiance ; la dette entre parents et amis s'inscrivant normalement sur un billet privé ou dans un livre. Entre le xiiie et le xviiie siècle, on peut suivre, dans les contributions ici rassemblées, les évolutions de ces langages qui disent la licéité du prêt, son inscription dans le tissu social et la confiance accordée ou refusée.

  • 4 Voir les communications de Philipp Schofield et Francis Brumont.

26Le plus bas niveau de la confiance et de la réciprocité est le prêt sur gage. Il est d'ailleurs l'instrument par excellence des économies pauvres où les acteurs sociaux sont tant soumis aux hasards de la vie et du travail qu'ils sont dans l'incapacité de faire des prévisions. Ils vivent dans une économie de l'aléatoire, non du risque et du calcul. Cette forme de crédit sans danger pour le créancier ne touche d'ailleurs pas seulement dans l'Europe moderne les plus malheureux qui mettent en gage leurs récoltes et leurs modestes possessions – habits, linge, armes, petits bijoux – mais aussi les membres de l'aristocratie foncière qui gagent des dîmes ou des fractions de dîmes pour faire face à l'accélération des consommations et de la compétition sociale. Dans les années de disette, on observe une augmentation des emprunts sur gages et particulièrement la mise en gage de terres. Et quand les économies deviennent plus riches, le prêt sur gage reste toujours une pratique de pauvres4. Ces types de prêt disent l'impossibilité de faire confiance au temps et l'absence de proximité sociale.

  • 5 Voir la communication de Hans-Jorg Gilomen.
  • 6 Rose Duroux, Les Auvergnats de Castille. Renaissance et mort d'une migration au XIXe siècle, Publi (...)

27Dans les économies pauvres et peu monétarisées des liens très forts se nouent aussi entre petit commerce et crédit. Pour acquérir le droit d'entrer dans les maisons, les petits marchands ne se font jamais payer comptant. Ils nouent ainsi une relation personnelle et s'assurent une clientèle paysanne qu'ils peuvent visiter à chaque passage, tout en se faisant donner quelque argent pour les achats précédents. En outre, nombreux sont les paysans qui payent avec les fruits du travail passé ou à venir de la famille en offrant récoltes ou produits de l'industrie domestique. Ces pratiques auxquelles s'ajoutent l'utilisation des gages par les créanciers a conduit à grande échelle les familles de petits marchands à se spécialiser dans des types de commerce qui permettent de valoriser ces paiements en nature. Ainsi, sur le plateau rhénan les juifs sont actifs dans le commerce des grains et dans celui du vin5 et certaines familles de marchands Auvergnats qui parcourent la Castille, se spécialisent dès le xviiie siècle dans la minoterie et la boulangerie6.

  • 7 Voir la communication de François Menant.

28Selon les lieux et les pays, les conséquences de l'endettement ne sont donc pas les mêmes. Dès la fin du xive siècle, on assiste en Toscane à une concentration des terres dans les mains citadines et à une transformation des modes d'exploitation avec la généralisation de la Mezzadria7 alors qu'en pays rhénan se forment de grandes propriétés. En Espagne et ailleurs, les créanciers se saisissent des matières premières comme le blé et la laine. Quand l'industrie à domicile se met en place – ainsi que dans les pays de migration –, les élites s'emploient, grâce à la dette, à contrôler le marché du travail.

29Une approche plus anthropologique, attentive aux relations entre créanciers et débiteurs a permis de mettre en lumière des catégories de créanciers qui ne renvoient pas seulement à la place des uns et des autres dans le procès de production ou à l'opposition ville/campagne. Le rôle des prêtres et des communautés ecclésiastiques, celui des femmes et celui de la famille a, au cours de ces journées, pris un relief particulier. Une autre typologie s'est alors superposée à la partition traditionnelle : créanciers urbains versus emprunteurs campagnards en mettant en évidence des cercles de créanciers. En réduisant encore l'échelle d'observation, une troisième lecture a été amorcée par Philippe Schoffield qui regarde la relation créancier-débiteur en suivant les cycles de vie.

  • 8 Peter Spufford, « Les liens du crédit au village dans l'Angleterre du xviiie siècle », Annales his (...)
  • 9 Voir la communication de Jordi Fernandez Cuadrench.

30Même si la famille est très difficile à saisir parce que les liens familiaux ne sont pas forcément indiqués dans les actes, elle reste le premier cercle auquel on fait appel. En Angleterre au xviie siècle, par exemple, les travaux de Peter et Margaret Spufford attestent que plus de la moitié des créanciers qui sont sollicités viennent de la parenté des débiteurs8. Dans tous les cas, les cautions sont de la même manière d'abord familiales. Dans des villages au Nord-Ouest de Barcelone, les trois-quarts des cautions sont, à l'époque médiévale, des membres de la famille ou des voisins9. Le second cercle auquel il est fait appel sont les fournisseurs de travail : selon les régions ils seront l'aristocratie, les institutions religieuses ou les élites villageoises. Ensuite, crédit sera demandé aux élites régionales qui jouent le rôle de marchands banquiers. Dans les régions où l'industrie à domicile se développe, les marchands s'imposent vite comme créanciers privilégiés. Enfin, les étrangers qui, selon les pays, sont juifs, italiens, savoyards, écossais etc., seront sollicités.

31Les demandeurs de crédit s'adressent à ces cercles les uns après les autres. Familles et élites directes sont des créanciers obligés : dans une société fondée sur les liens interpersonnels, on ne refuse pas de l'argent à un membre de sa famille même si l'on sait qu'il n'a pas la capacité de rembourser, pas plus que les nobles, les institutions ecclésiastiques et les élites villageoises ne refusent un prêt à leurs clients (au sens politique) car c'est une obligation de leur statut.

  • 10 Voir la communication de Monique Zerner.
  • 11 Voir la communication de Antoni Furio.
  • 12 Jean-Michel Bœhler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d'Alsace (16 (...)
  • 13 Voir la communication de Jack Thomas.

32Dès le moyen âge, en Provence, on voit d'ailleurs comment les termes du crédit se durcissent quand le seigneur est remplacé par un marchand d'Avignon10. À Séville, ces différences entre prêt gracieux fait aux amis et prêt sur gage et à intérêt sont, au moyen âge, bien marquées11. Entre ces cercles, des évolutions sont notables. Jean-Michel Bœhler, par exemple, en examinant les créances villageoises en Alsace entre le xviie et le xviiie siècles, a remarqué que les habitants de Holtzheim, contractent de moins en moins de dettes extérieures – urbaines et intervillageoises – et trouvent de plus en plus leurs ressources au sein de leurs propres familles et auprès des institutions ecclésiastiques et hospitalières, soit que le paysan s'adresse directement à tel couvent auquel l'attachent des rapports privilégiés de propriétaire à locataire ; soit qu'il préfère prendre contact avec la fabrique qui lui est plus proche et plus familière. Juifs et villageois remplissent toutefois toujours leur rôle de prêteur avec une remarquable constance12. Le crédit familial se taille aussi la part du lion dans les campagnes toulousaines au xviiie siècle13. Cette évolution dit l'enrichissement global de la population, ce que confirme d'ailleurs l'ensemble des travaux sur le xviiie siècle.

  • 14 Voir la communication de Christophe Blanquier.

33Analyser les relations de dette en terme de proximité sociale devient alors une manière de test de la solidité financière du tissus social. La diversité des aires géographiques étudiées pendant ces journées a ainsi permis d'affiner les chronologies des crises de surendettement et de mieux percevoir les relations entre l'endettement paysan et l'endettement des communes14.

  • 15 Voir les communications de Robert Fossier, Claude Denjean et Serge Brunet
  • 16 Christophe Duhamelle, La noblesse d'église. Famille et pouvoir dans la chevalerie immédiate rhénan (...)

34Robert Fossier a bien montré le poids des communautés religieuses parmi les créanciers dès le moyen âge. Leur poids reste écrasant dans toute l'Europe pendant l'époque moderne car il leur faut faire fructifier les revenus de leurs domaines et les dots de leur membres15. À cela s'ajoute que les ordres mendiants ne peuvent investir dans la terre ; ils investissent donc leur argent dans le crédit et, en particulier, dans le crédit à la ville. En Franconie et dans la vallée du Rhin moyen, par exemple, l'Église n'est pas seulement la détentrice du pouvoir temporel, elle est également une puissance financière : elle possède 1/5e des territoires agricoles de l'Électorat de Trèves ; vingt des vingt et un plus gros propriétaires sont des institutions religieuses. En ville, à Trèves ou à Mayence, il n'existe pas de bourgeoisie assez puissante pour éclipser la force financière d'un clergé omniprésent. Les divers chapitres de Mayence, par exemple, possèdent, en 1747, 204 maisons dans la ville dont 86 pour le seul chapitre cathédrale. Une statistique de 1653 montre qu'à Trèves, 47 % des capitaux prêtés dans la ville le sont par des institutions ecclésiastiques16. Cet exemple n'est qu'un parmi tant d'autres car, partout où elle est présente, l'église est le premier créancier en Europe. Congrégations ou modestes curés de village, tous offrent du crédit pour vivre et pour faire vivre les fondations pieuses.

  • 17 Voir la communication de Philipp Schofield.
  • 18 G.E. de Falguerolles, « Opérations de crédit en Haut-Languedoc (1728-1748) », Études Rurales, 9, 1 (...)

35Les femmes mariées, comme les veuves, sont aussi de grandes créancières : les premières parce que les maris gèrent leur dot et les secondes parce qu'elles font fructifier leur patrimoine. Dès la fin du xiiie siècle, on les trouve régulièrement comme plaignantes dans les cours anglaises17. Leurs pratiques de crédit nécessiteraient toutefois des analyses spécifiques : il conviendrait d'analyser la composition des dots car elles sont composées d'argent mais aussi de papier. Quel type de créances leur sont données par les familles ? L'exemple de Jean-Louis de Rodolp, gentilhomme campagnard qui vit bourgeoisement à Castres, montre qu'il a une nette tendance à donner à ses filles des créances difficiles à recouvrer18. Y a-t-il des traits partagés aux créances données en dot ?

  • 19 Voir la communication de Christophe Blanquier.
  • 20 B.A. Holderness, « Credit in a Rural Community 1600-1800 », Midland History, III 1975-6, pp. 100-1 (...)

36Les veuves sont par ailleurs les grandes créancières des communautés et elles ont, comme le montrent les exemples des communautés de l'élection d'Agen, une structure atypique : elles prêtent de petites sommes aux habitants dans le besoin et elles accumulent aussi à travers dot et héritages de plus fortes créances19. Dans le Lancashire, avant les dernières décennies du xviiie siècle les veuves, qu'elles soient ou non propriétaires investissent, elles-aussi leur argent dans le prêt de proximité plus que dans le crédit d'État20. Les villages ont gardé souvenir de ces femmes qui vivent du prêt d'argent comme doña Mariana de Lara d'Ojacastro dans la montagne au sud de Logroño que Francis Brumont a rencontrée et dont l'inventaire lors de son remariage en 1572 mentionne de nombreuses petites créances sur gage ainsi que des obligations de montant plus élevé. Les unes et les autres traduisent son rôle diversifié de fournisseur d'argent au village. Bien sûr, ces quelques femmes au cœur de la distribution du crédit villageois ne doivent pas faire oublier toutes celles qui sont de l'autre côté de la barrière car, dans la société d'ancien régime, le veuvage est bien souvent le prélude au déclassement social.

37L'ensemble du dossier pose aussi, en contrepoint de la diversité des figures de créanciers, les questions du rôle de l'État et de la mise en place des institutions de l'économie financière. Douglass North, qui a systématiquement développé cette attention pour les institutions, place au cœur de la rentabilité capitaliste, à l'égal des gains de productivité, le rôle des institutions qui ont permis de minimiser les coûts de transaction (celles qui ont accru la mobilité du capital ; celles qui ont fait baisser les coûts de l'information ; celles qui ont permis d'étaler les risques et enfin celles qui ont assuré la force des contrats). L'histoire du crédit est aussi celle de son progressif encadrement institutionnel.

  • 21 Voir la communication de Francis Brumont.
  • 22 John Brewer, The Sinews of Power, War Money and The English State, Londres, Unwin Hyman, 1989.

38Le dossier rassemblé à Flaran permet de mesurer, à cet égard, les décalages entre les différents pays d'Europe comme, par exemple, l'inégale diffusion de l'interdiction de la rente en denrée au profit de la rente en argent. Si au bout du compte une uniformisation des pratiques s'opère, les mobiles des États qui sont les maîtres d'œuvre de cet encadrement du crédit sont complexes. La fixation des taux et, en particulier, la baisse de la rente sont avant tout une façon d'imposer une diminution de son propre endettement ou de celui de la noblesse21. Or, à toutes les époques, les États sont de gros consommateurs de crédit et ils sont eux-mêmes surendettés. Bien sûr, l'Europe est à cet égard très diverse et les besoins de la monarchie française ou espagnole ne sont pas comparables, par exemple, avec ceux des cités marchandes italiennes. En outre, les épisodes guerriers sont de puissants agents de transformation des systèmes de crédit et de leur institutionnalisation22. Il reste que la question se pose de savoir comment les mesures prises par les États pour améliorer leur trésorerie rejaillissent sur les pratiques de crédit dans les campagnes.

  • 23 Voir la communication de Antoni Furio.

39Les grands enjeux culturels et religieux du crédit ont, eux aussi, montré leur complexité dans l'Europe ancienne. Avant les schismes, on a vu la diversité des interdits selon les pays et leurs évolutions contrastées. L'Espagne, en particulier, n'interdit le prêt à intérêt que tardivement. Ces mesures touchent les chrétiens avant les juifs et les musulmans. De fait, il s'agit plus de réguler que de prohiber23. Il faut toutefois souligner la difficulté de décrypter la réalité des pratiques derrière les formes des contrats qui sont tous susceptibles d'offrir un visage plus légal que réel.

40Si les taux d'intérêt ne sont pas seuls à signaler des pratiques usuraires, ils en sont toutefois une indication. La multiplicité des cas présentés à Flaran a montré, ici aussi, l'extrême diversité de l'Europe même si la baisse est continue tout au long de l'époque qui a été considérée. On sait, par exemple, combien le jeu sur le prix du grain entre la cherté des périodes d'emprunt et les bas prix de la récolte quand la dette est échue, permet des taux réels proprement usuraires. De la même manière, la pratique de l'intérêt composé revient, elle aussi, à imposer des taux beaucoup plus élevés. En revanche, les pratiques sociales peuvent atténuer la dureté apparente des taux. Ceux qui ont accès aux deux premiers cercles de la relation d'endettement – la famille et les élites naturelles – obtiennent facilement des délais et que les sommes dues soient « modérées », en particulier, quand les intérêts non payés viennent à égaler le capital.

  • 24 Voir les communications de Jordi Fernandez Cuadrench, Claude Denjean, Monique Zerner, François Men (...)
  • 25 Voir les communications de Antoni Furio, Hans-Jorg Gilomen, Jean-Louis Gaulin.

41L'imaginaire a durablement associé les juifs à l'usure. Là encore, il a fallu revoir les idées reçues. Au moyen âge, dans le sud de la France et en Espagne – et on l'a perçu aussi en Italie – le rôle des juifs s'est révélé beaucoup plus complexe que l'image que nous en avions24. Si dans les pays rhénans, il est l'étranger, même si ses pratiques sont exactement les mêmes que celles des Lombards, dans les pays méditerranéens, il fait souvent jeu égal avec le marchand citadin dont les pratiques de crédit ne se différencient pas. Il prête aux mêmes conditions au moins aux époques médiévales qui ont été considérées. En outre, dans de nombreux sites, en particulier les communautés urbaines comme Barcelone et Madrid, ce ne sont pas les prêteurs juifs qui comptent mais les prêteurs chrétiens et, dans l'Italie médiévale, les manieurs d'argent sont les marchands toscans. Ce sont eux aussi qui s'intéressent au crédit rural. D'ailleurs, avant la seconde moitié du xive siècle, lombards et juifs y sont inconnus. Le fait que les juifs doivent se faire enregistrer exagère de fait leur importance puisqu'ils ont du laisser plus de trace de leur activité que les autres25.

42Reste que le crédit juif est particulièrement investi d'imaginaire et de luttes de représentations comme l'atteste le fait qu'ils sont plus que tous accusés d'usure alors qu'ils ne la pratiquent pas plus que les autres groupes sociaux. L'arme des représentations sert alors aux populations à les faire bannir et, partant, à faire effacer leurs propres créances.

  • 26 Voir les communications de François Menant et Jean-Louis Gaulin
  • 27 Voir la communication de Antoni Furio.

43Resituée dans son contexte social, la circulation du crédit montre qu'elle peut conduire à un surendettement non contrôlé des individus. D'ailleurs, tous les rapports ont relevé des époques de surendettement pour certains groupes sociaux. Le cadastre de Florence de 1427 montre que l'endettement est deux à trois fois supérieur au patrimoine. À partir du xiiie siècle, les Toscans s'installent dans l'endettement et ne remboursent plus. La fin du xiiie siècle montre une poussée – 20 % de plus – des contrats d'achat de récoltes sur pieds. À Bologne la situation est similaire. Dans d'autres villes, ce seuil de surendettement est plus tardif comme à Vicence où il est notable dans la seconde moitié du xive siècle, après la peste. Avant 1250, le nombre de bannis pour dette à Bologne est faible, inférieur à 100 et en 1570 les chiffres sont bien plus importants26. En Espagne, à Sueca, à la charnière des xve et xvie siècles, toute la communauté est endettée et ne peut rembourser ses dettes : sur les 200 feux que compte le village, 273 individus sont incapables d'honorer leurs créances27.

  • 28 Voir les communications de Jean Jacquart et de Christian Desplat. Pour l'Alsace : Jean-Michel Bœhl (...)
  • 29 Bernard Vogler, « Les placements de capitaux à Strasbourg en 1751 », dans Lyon et l'Europe. Hommes (...)

44Surendettement et temps long des crédits se retrouvent aussi dans le Bassin Parisien de Jean Jacquart, dans le Béarn de Christian Desplat, comme en Alsace où l'analyse des registres notariés montre que les prêts sont d'abord conclus à court terme et renégociés périodiquement mais sans que cela empêche l'octroi de nouveaux prêts ; d'où l'importance des aréages et des dettes cumulées28. Sur 259 obligations recueillies par Bernard Vogler pour Tannée 1751, dont une partie seulement concerne l'endettement rural, 154 indiquent les dates effectives du remboursement : 29,2 sont remboursées dans les 5 ans ; 23,4 dans les 10 ans ; 29,2 entre 10 et 20 ans ; 18,2 entre 20 et 30 ans et il y a en outre 105 dettes non quittancées, soit plus de 40 % de l'ensemble, qui n'ont probablement jamais été remboursées29. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, les délais des créances dues par les communautés, comme par les particuliers, sont donc très longs et beaucoup plus que la seule consultation de l'écriture des actes ne le laisserait prévoir ; le terme des crédits allant de six mois à dix ans. Les exemples de saisies d'hypothèques entre xviie et xviiie siècles dans des villages castillans que cite Francis Brumont montrent de semblables délais.

  • 30 Voir la communication de Antoni Furio.

45Ainsi le crédit offre divers visages selon les lieux, les époques et les groupes sociaux mis en présence. Il est un instrument économique qui permet l'expropriation et le contrôle de la force de travail mais il est aussi un lien social qui aide les plus pauvres à vivre en leur donnant toujours un peu de grain ou d'argent alors même qu'ils sont déjà endettés au delà de la valeur de leurs biens. Et ces deux aspects coexistent, dans des rapports variables, en chaque individu. En outre, et dès l'origine, des intermédiaires se mettent en place qui court-circuitent la relation personnelle. On trouve ainsi en Espagne, dès le moyen âge en milieu urbain, des courtiers qui servent d'intermédiaires à de gros laboureurs qui préfèrent investir dans les rentes faute de pouvoir agrandir leurs terres par manque de main d'œuvre30 et, partout, des procureurs sont chargés de récupérer les dettes de débiteurs récalcitrants. Toutes ces médiations, tous ces changements de main diluent alors la relation personnelle et déshumanisent la relation économique. Il est de ce fait difficile d'écrire une histoire linéaire du crédit qui montrerait son progressif détachement de ses attributs sociaux au profit de la seule rationalité économique puisque tout au long de la période coexiste une diversité de manières de penser et de faire crédit.

46J'aimerais conclure sur cette polysémie de la dette et souligner combien les multiples tensions qui traversent les sociétés de l'Europe moderne se reflètent dans les façons dont les liens de crédit se nouent. Ils disent les tensions au niveau collectif puisqu'il s'agit de sociétés d'ordre et de statuts au sein desquelles se développe un libéralisme marchand avec sa rationalité économique qui n'est pas celle des anciens pouvoirs. Mais ils disent aussi les tensions au niveau individuel car tous sont pris entre les exigences contradictoires de leurs diverses appartenances. Shylock et Antonio sont bien les archétypes des deux cultures contradictoires entre lesquelles chacun évolue dans l'Europe ancienne.

Notes

1 Émile Benvéniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Éditions de Minuit, 1969, 2 tomes.

2 Voir la communication de Jean-Louis Gaulin.

3 Voir la communication de Antoni Furio.

4 Voir les communications de Philipp Schofield et Francis Brumont.

5 Voir la communication de Hans-Jorg Gilomen.

6 Rose Duroux, Les Auvergnats de Castille. Renaissance et mort d'une migration au XIXe siècle, Publications de la faculté des lettres de l'Université Biaise Pascal, Clermont-Ferrand, 1992.

7 Voir la communication de François Menant.

8 Peter Spufford, « Les liens du crédit au village dans l'Angleterre du xviiie siècle », Annales histoire-sciences sociales, no 6, 1994.

9 Voir la communication de Jordi Fernandez Cuadrench.

10 Voir la communication de Monique Zerner.

11 Voir la communication de Antoni Furio.

12 Jean-Michel Bœhler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d'Alsace (1648-1789), Presses universitaires de Strasbourg, 1994, t. 2 p. 1199.

13 Voir la communication de Jack Thomas.

14 Voir la communication de Christophe Blanquier.

15 Voir les communications de Robert Fossier, Claude Denjean et Serge Brunet

16 Christophe Duhamelle, La noblesse d'église. Famille et pouvoir dans la chevalerie immédiate rhénane xviie- xviiie siècle, thèse d'histoire présentée devant l'université de Paris I, p. 107, à paraître aux Presses de l'EHESS.

17 Voir la communication de Philipp Schofield.

18 G.E. de Falguerolles, « Opérations de crédit en Haut-Languedoc (1728-1748) », Études Rurales, 9, 1963, pp. 30-46. L. Fontaine, « Relations de crédit et surendettement en France, xviie- xviiie siècles », dans Des personnes aux institutions, Réseaux et cultures du crédit du xie au xxe siècle en Europe, L. Fontaine, G. Postel-Vinay, Jean-Laurent Rosenthal et P. Servais (éds.), Bruylant-Academia s.a., Louvain-la-Neuve, 1997, pp. 206-219.

19 Voir la communication de Christophe Blanquier.

20 B.A. Holderness, « Credit in a Rural Community 1600-1800 », Midland History, III 1975-6, pp. 100-101.

21 Voir la communication de Francis Brumont.

22 John Brewer, The Sinews of Power, War Money and The English State, Londres, Unwin Hyman, 1989.

23 Voir la communication de Antoni Furio.

24 Voir les communications de Jordi Fernandez Cuadrench, Claude Denjean, Monique Zerner, François Menant.

25 Voir les communications de Antoni Furio, Hans-Jorg Gilomen, Jean-Louis Gaulin.

26 Voir les communications de François Menant et Jean-Louis Gaulin

27 Voir la communication de Antoni Furio.

28 Voir les communications de Jean Jacquart et de Christian Desplat. Pour l'Alsace : Jean-Michel Bœhler, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d'Alsace (1648-1789), Presses universitaires de Strasbourg, 1994, t. 2 pp. 1180-1181.

29 Bernard Vogler, « Les placements de capitaux à Strasbourg en 1751 », dans Lyon et l'Europe. Hommes et sociétés. Mélanges d'histoire offerts à M. Gascon, Lyon, 1980, t.1, p. 338.

30 Voir la communication de Antoni Furio.

© Presses universitaires du Midi, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540